Navigation – Plan du site

Éthique appliquée et communication écrite : qu’en disent les rédacteurs professionnels ?

Situated Ethics and Written Communication: What Do Professionnal Writers Have to Say About it ?
Céline Beaudet et Véronique Rey
p. 29-44

Résumés

Sur quels principes fondamentaux les rédacteurs professionnels fondent-ils leur jugement dans l’action ? À partir des réponses de cinq rédacteurs à un questionnaire conçu par deux didacticiennes de l’écriture professionnelle, cet article se focalise sur les aspects éthiques de la pratique professionnelle de la rédaction et sur les difficiles négociations auxquelles sont confrontés les rédacteurs et les rédactrices dans la gestion des multiples contraintes qui déterminent la production d’un écrit au travail.

Haut de page

Texte intégral

En respect d’une entente de confidentialité, nous n’avons pas nommé les répondants. Nous tenons cependant à leur témoigner notre gratitude pour avoir pris le temps de répondre à notre questionnaire et pour avoir ainsi contribué à mieux nous faire comprendre les enjeux éthiques de leur pratique professionnelle.

Introduction

1La rédaction de genres d’écrits professionnels divers est une part importante du travail de nombreux relationnistes, et de nombreuses firmes de relations publiques embauchent des rédacteurs à contrat ou en incluent parmi leurs employés réguliers. L’écrit au travail constitue une action langagière (Bronckart 1996 ; Charaudeau 1998) et, à ce titre, représente un apport indispensable à toute stratégie de communication publique. Les écrits au travail se sont multipliés depuis deux décennies pour plusieurs raisons (Boutet 2008 ; Laborde-Milaa, Plane, Rinck & Sitri 2013 ; Rot, Borzeix, Demazière 2014). Muni de son ordinateur, chaque professionnel peut et doit maintenant produire des textes pour rendre compte de ce qu’il ou qu’elle fait, contribuer à la production d’informations dans sa communauté discursive. Les entreprises ou institutions qui embauchent ces personnes ont, de leur côté, élevé leurs attentes à l’égard de la capacité de leurs employés à produire des écrits ciblés, clairs sur le plan rhétorique en plus d’être en adéquation avec les buts pragmatiques de l’action langagière (Schriver 2012). Les relationnistes ont donc ceci en commun avec les rédacteurs ou rédactrices : ils traitent des informations stratégiques et les adaptent dans des formats de communication divers pour atteindre les buts rhétoriques et pragmatiques fixés par leur employeur.

2Compte tenu de ce rapprochement dans la réalité des pratiques professionnelles, il nous a semblé opportun de faire part ici des réflexions de cinq rédacteurs sur le rôle du questionnement éthique dans leur prise de décision. Participant à l’économie du savoir, c’est-à-dire à cette part de l’économie basée sur le traitement de l’information et la circulation de l’écrit (Hart-Davidson & Grabhill 2011), les rédacteurs sont amenés à prendre de nombreuses décisions sur le contenu des écrits, les sources d’information, la sélection des données, les modes de diffusion, parmi d’autres choix. Toutes ces décisions influencent non seulement le message mais aussi la réception du message. Comment le rédacteur fait-il ses choix et sur la base de quelle représentation de son rôle justifie-t-il sa position éthique ?

Méthodologie

3Pour obtenir quelques réponses à ces questions fondamentales, nous avons jugé intéressant de demander à cinq rédacteurs que nous connaissions personnellement de répondre à un questionnaire (Annexe 1) nous permettant d’éclairer le rôle du jugement éthique dans leur pratique de la rédaction en milieu de travail. Notre petit groupe se constituait de deux hommes et trois femmes affichant tous plus de 5 ans d’expérience dans le métier et détenant un diplôme d’études supérieures. Nous les avons rejoints par courriel et avons reçu leurs réponses également par courriel. Nous avons convenu de préserver l’anonymat de tous les répondants. Les deux hommes (ci-après A et B) occupent un emploi permanent de communicateur en entreprise, A dans une firme d’ingénierie, B dans un grand cabinet de relations publiques. Environ le tiers de leur temps est consacré à l’écriture. Parmi les trois femmes, deux (C et D) sont travailleuses autonomes, gérant leur propre agence de communication et n’employant qu’occasionnellement d’autres pigistes dans des domaines complémentaires, comme la révision, l’infographie ou la traduction. La répondante C se consacre uniquement à la rédaction tandis que la répondante D cumule différentes tâches de communication selon l’offre de mandats. La troisième répondante, E, est conseillère en communication, à l’emploi d’un ministère du gouvernement du Québec (il s’agit d’un emploi permanent). La rédaction occupe 50 % de son temps au travail. Ces cinq personnes ont été choisies en raison de leur expérience diversifiée, de leur engagement dans la poursuite de leur carrière, du temps considérable qu’elles consacrent à la production d’écrits stratégiques au travail et de leur volonté à répondre au questionnaire. Leurs réponses suscitent non seulement de l’intérêt mais aussi le besoin de poursuivre ce travail auprès d’un échantillon plus large de répondants comprenant non seulement des communicateurs mais aussi leurs clients, mandants ou supérieurs hiérarachiques.

4Pour concevoir notre questionnaire, nous avons d’abord consulté les codes d’éthique de diverses associations ou sociétés professionnelles disponibles sur le Web, comme le code d’éthique professionnelle du Syndicat national des prestataires et conseils en écriture, de la Société canadienne des relations publiques, de l’International Association of Business Communicators, de Relations publiques sans frontières. Nous avons ensuite parcouru les sites de la Société québécoise de la rédaction professionnelle et de l’Association canadienne des réviseurs pour déterminer les devoirs de compétences des professionnels de l’écriture. Enfin, nous avons tenu compte de la définition des vocables « éthique» et « éthique appliquée», accessibles sur le site de la Chaire de relations publiques et communication marketing de l’UQAM2. Nous avons en particulier retenu cette remarque contextuelle (Legault 2006) : « En éthique appliquée, les questions éthiques apparaissent toujours dans le feu de l’action, au cœur de la pratique, c’est-à-dire en situation. C’est dans une situation complexe – personnelle, institutionnelle et sociale – que se pose le choix d’agir. »

Quelques considérations théoriques

5Les propos de Georges Legault cités plus haut s’appliquent bien au contexte de la pratique de la rédaction professionnelle, car l’écriture est essentiellement une activité de résolution de problèmes et de gestion de contraintes (Alamargot & Chanquoy 2001 ; Beaudet, Graves & Labasse 2012). Tout scripteur jongle avec plusieurs contraintes lorsqu’il doit écrire un texte : contraintes linguistiques, textuelles, communicationnelles, rhétoriques et pragmatiques (Plane, Olive & Alamargot, 2010 ; Plane, 2006). Ainsi, chaque écrit est le résultat de plusieurs choix, et, dans le domaine de la communication écrite de type professionnel, ces choix doivent non seulement être appropriés mais aussi justifiés. L’aptitude à justifier ses choix fait partie de la compétence du rédacteur en milieu de travail (Beaudet, 2005 ; Alamargot & Beaudet, 2009 ; Beaudet & Alamargot, 2011). Ces professionnels langagiers ne peuvent s’appuyer que sur des connaissances déclaratives (par exemple l’orthographe, la grammaire) et procédurales (la collecte d’information) pour justifier leurs actions : ils doivent également exercer un jugement personnel fondé sur l’analyse de la situation et l’exprimer en s’appuyant sur leur compétence rhétorique. Si une partie de leur savoir-faire est fondée sur des données objectivables comme le lexique disponible, les règles de la syntaxe et de la grammaire ou les conventions d’un genre d’écrit, une plus grande partie du savoir faire des rédacteurs s’appuie sur leur capacité à schématiser une situation de communication.

6Chaque action langagière nécessite la prise en compte des contraintes particulières qui lui sont associées. Pour prendre un exemple, rédiger une lettre de sollicitation dans le cadre d’une campagne de levée de fonds pour la Société canadienne du cancer et rédiger une lettre de refus à une demande d’indemnisation provenant d’un accidenté et adressée à la Commission de la Santé et de la Sécurité au travail (CSST) sont deux activités rhétoriques distinctes bien qu’un même genre textuel, la lettre, soit choisi. La lettre régularise le format des échanges mais ce format, loin s’en faut, n’est aucunement le seul indicateur de contenu.

7Comme l’a dit si clairement le linguiste Georges Vignaux (1988) : « Celui qui énonce choisit le thème à traiter. » Dans la production de n’importe quel écrit, quelqu’un pense, lit, choisit, trie, évalue, écrit. Le langage n’est pas transparent et les discours construits sont le produit d’actions énonciatives délibérées. Dès lors, cette activité implique que le sujet de l’action langagière soit conscient de l’impact de son travail sur ses destinataires. « Communiquer fait penser … Cela suppose non seulement la maitrise des schèmes argumentatifs, mais une certaine posture éthique », écrit Ritha Cossette (2013, emplacement 3404/5282, édition Kindle), qui s’inscrit dans la perspective de Dominique Wolton (2005). Cossette place la notion de responsabilité au cœur du paradigme de l’éthique appliquée à la pratique des relations publiques. Elle conçoit le relationniste comme un communicateur. En tant qu’expert, il détient un pouvoir, le pouvoir de traiter l’information et de la communiquer, ce qui le désigne comme un agent de changement dans la société, sur les plans social, politique, économique. « Tout pouvoir est une responsabilité», déclare-t-elle.

8La responsabilité du communicateur doit également être comprise dans le contexte de la relation assymétrique entre les partenaires de la communication, selon Huet (2013). L’auteure affirme, à ce sujet, que « tout comme l’assimilation et la compréhension de toutes les connaissances, la transparence totale est chimérique. L’information accessible au non-expert fait l’objet de filtres et de processus de sélection sous des formes multiples qui ébranlent son autonomie. » Devant cet état de fait, Huet en appelle à la vigilance des consommateurs et consommatrices de l’information et à leur responsabilité citoyenne de se doter de connaissances suffisantes pour évaluer la qualité des informations qui leur sont destinées. Ce devoir citoyen est certainement plus facile à exercer dans la société du Web 2.0. : les communautés d’intérêt ajoutent leur voix à celle des groupes institutionnels traditionnellement mieux organisés. Toutefois, chaque citoyen ne peut être expert dans tous les domaines et l’expertise en communication professionnelle, malgré son côté invisible et peu reconnue socialement (Denis 2009), existe vraiment. Dès lors, l’aspect éthique de la responsabilité du communicateur à l’égard de son destinataire devrait être centrale dans la représentation que le communicateur se fait de son rôle. Pourtant, la réalité oblige à prendre une position plus nuancée.

9Le discours scientifique sur l’éthique de la communication, de même que les codes d’éthique des différentes sociétés et associations professionnelles regroupant les praticiens de ce vaste domaine d’expertise, comportent des contradictions que nous avions déjà relevées dans un précédent article (voir Beaudet 2001). La notion de responsabilité citoyenne et l’engagement de vérité placés en positions hiérarchiques dominantes sur l’échelle des valeurs sont difficilement conciliables avec la position du communicateur en situation : en effet, l’engagement envers le client et le devoir de confidentialité dictent sa conduite professionnelle. L’éthique en situation, dans le feu de l’action, apparait conflictuelle avec les préceptes de l’éthique générale. Ainsi, sur le site de la Société québécoise de la rédaction professionnelle, on peut lire la définition suivante : « La rédaction professionnelle consiste à produire un travail d’écriture selon des objectifs et des critères déterminés par l’organisation ou l’entreprise cliente, en visant des publics cibles précis et à l’aide de ressources informationnelles appropriées : entrevues, analyse de la documentation disponible, recherche, etc. »

10En lisant cette définition, impossible de ne pas rappeler ce que Claude Lévi-Strauss (Tristes Tropiques, 1955, p. 342-343) a écrit sur le rôle de l’écriture :

C’est une étrange chose que l’écriture. Il semblerait que son apparition n’eût pu manquer de déterminer des changements profonds dans les conditions d’existence de l’humanité ; et que ces transformations dussent être surtout de nature intellectuelle. […] Pourtant, rien de ce que nous savons de l’écriture et de son rôle dans l’évolution ne justifie une telle conception. […] Si l’on veut mettre en corrélation l’apparition de l’écriture avec certains traits caractéristiques de la civilisation, il faut chercher dans une autre direction. Le seul phénomène qui l’ait fidèlement accompagnée est la formation des cités et des empires, c’est-à-dire l’intégration dans un système politique d’un nombre considérable d’individus et leur hiérarchisation en castes et en classes. Telle est, en tout cas, l’évolution typique à laquelle on assiste, depuis l’Égypte jusqu’à la Chine, au moment où l’écriture fait son début : elle paraît favoriser l’exploitation des hommes avant leur illumination. Cette exploitation, qui permettait de rassembler des milliers de travailleurs pour les astreindre à des tâches exténuantes, rend mieux compte de la naissance de l’architecture que la relation directe envisagée tout à l’heure. Si mon hypothèse est exacte, il faut admettre que la fonction primaire de la communication écrite est de faciliter l’asservissement. L’emploi de l’écriture à des fins désintéressées, en vue de tirer des satisfactions intellectuelles et esthétiques, est un résultat secondaire, si même il ne se réduit pas le plus souvent à un moyen pour renforcer, justifier ou dissimuler l’autre. […]

11Ainsi le père du structuralisme français explique-t-il que l’écriture est un pouvoir depuis son invention.

12Compte tenu de ce qui précède, nous avons voulu entendre des communicateurs expérimentés s’exprimer sur la manière dont ils réconcilient dans l’action les différentes obligations et représentations de leur rôle sous l’angle de l’éthique appliquée. Nous étions déjà sensibilisées aux problèmes que cela pose. Nous avons composé un questionnaire ouvert dans lequel les cinq répondants pouvaient s’exprimer sur les différentes facettes de leur pratique en regard de principes directeurs guidant leur consuite professionnelle. L’analyse qui suit est le résultat d’une lecture attentive des réponses et de la compilation manuelle des recoupements et différences entre les témoignages.

Les compétences du rédacteur

13Nous avons d’abord demandé aux répondants quelles étaient les compétences fondamentales d’un rédacteur. Dans tout code d’éthique appliquée, le devoir de compétences se situe au premier plan. Écouter attentivement, écrire avec clarté et exercer un bon jugement sont trois réponses qui font consensus parmi les répondants. Vient ensuite la compétence de comprendre l’objectif communicationnel du client et de respecter les lecteurs. En ce qui a trait aux besoins du client, tous ont spécifié devoir aider ce dernier à définir ses besoins et à éclairer sa démarche de communication (buts rhétoriques et pragmatiques). En d’autres termes, les répondants ont tous mis en évidence que souvent le client ne savait pas comment atteindre ses objectifs de communication et que le rédacteur était responsable de lui proposer la meilleure solution dans les circonstances. La relation de confiance entre le client et le rédacteur ne peut prendre forme qu’autour de la compétence du rédacteur à formuler une proposition qui soit justifiée clairement et qui convienne à son client.

14Les répondants se sont ensuite prononcés sur la perception du rôle de rédacteur dans la hiérarchie du travail : trois (A, C et E) ont répondu se définir comme professionnels, un seul (B, le moins expérimenté) se voit comme technicien du langage, et une dernière (D) n’a pas répondu à la question. Pour le groupe majoritaire, la distinction entre professionnel et technicien est fondée sur la nécessité d’exercer un jugement propre à chaque situation. Les trois répondants ont fait valoir les exigences de leur pratique sur le plan intellectuel, plus particulièrement la rigueur des raisonnements, l’étendue de la culture générale requise, la capacité d’analyse, d’abstraction et de compréhension. La formation universitaire constitue pour tous les répondants un autre gage de leur statut professionnel. Cette question avait pour but d’ouvrir une fenêtre sur la perception qu’avaient les répondants de l’étendue de leurs responsabilités.

Le contenu

15La responsabilité du contenu des écrits à produire se révèle une activité fondamentale pour tous les répondants. Le rédacteur fait face à la demande de production d’un écrit professionnel pour lequel sont précisés certains paramètres généraux : genre d’écrit, sujet, enjeux rhétorique (le message dominant) et pragmatiques (les résultats escomptés) ainsi que le lectorat visé. Mais qu’en est-il de l’élaboration du contenu ? « Je suis la plupart du temps responsable de la fiabilité du document, de l’exactitude des informations et de l’atteinte des objectifs fixés, qu’il s’agisse d’un rapport d’étude, d’un article de magazine ou de matériel d’animation », déclare une répondante pigiste, D. « Mes clients internes fournissent le contenu et leurs objectifs et je suis responsable de faire en sorte que ceux-ci soient atteints. La plupart du temps, ce ne sont pas des communicateurs et ils s’en remettent à mon expertise, en me rendant responsable de la qualité du produit final. […] Les erreurs factuelles ou les textes de mauvaise qualité relèvent de ma responsabilité et les blâmes me sont adressés ! », précise le répondant A, employé dans une firme d’ingénierie. La délégation de pouvoir qu’implique la responsabilité du contenu de l’écrit entre les mains du rédacteur fait dire à une répondante pigiste (C) : « Je suis parfois étonnée de voir qu’on demande à une personne-ressource externe qui n’a pas la culture organisationnelle de produire certains des documents. […] On me donne rarement des balises ; c’est à moi qu’incombe généralement la responsabilité de faire la recherche et de décider des sources d’information, ce qui exige une grande conscience éthique ».

16Dans ce contexte, les compétences mises de l’avant par les répondants s’avèrent des compétences à la base du métier : écouter attentivement, écrire avec clarté et exercer un bon jugement, comprendre l’objectif communicationnel du client et respecter les lecteurs. Responsable du contenu, le rédacteur professionnel n’écrit pas sur modèle, il doit construire une réponse écrite à un problème de communication complexe soumis par un client. Et il doit être capable de justifier sa proposition (Beaudet & Smart, 2002).

17Nous avons dès lors demandé aux répondants ce qui détermine la qualité d’un document et leur avons soumis la liste suivante :

  • Conformité avec les exigences du mandat

  • Qualité de la langue

  • Facilité de lecture

  • Richesse du contenu

  • Originalité du style

  • Atteinte des objectifs de communication

  • Autres

18Les caractéristiques les plus prisées par les répondants ont été : l’atteinte des objectifs du client, la conformité de l’écrit avec les exigences du mandat, la facilité de lecture et la qualité de la langue. Ces réponses sont cohérentes avec l’importance qu’accordent les répondants à la responsabilité du contenu de leurs écrits. En communication professionnelle, la réussite équivaut à l’efficacité avec laquelle les buts de la communication ont été atteints, autant sur le plan du message (rhétorique) que des réactions (pragmatique) à sa réception (Clerc & Kavanagh 2006 ; Clerc 2008). Pour les répondants, la qualité de l’écrit se défend donc en faisant valoir d’abord et avant tout son adéquation aux attentes du mandant, dont ils ont préalablement analysé les exigences et interprété les attentes. Cela confirme l’étendue des choix dont le rédacteur a la responsabilité et permet de le classer davantage dans la catégorie des professionnels que des techniciens. Par ailleurs, leurs réponses font ressortir que dans l’action, une éthique de l’efficacité l’emporte sur l’éthique de la responsabilité.

La qualité de la langue

19Par ailleurs, comme il s’agit d’un écrit, la qualité globale du document est liée à la qualité de la langue, à la clarté du texte et à sa visibilité. Texte limpide, compris par le plus grand nombre, style simple, phrases courtes et respect de la grammaire et de la syntaxe reviennent chez tous les répondants pour décrire une langue de qualité. Une importance particulière est accordée au vocabulaire qui doit être précis, à la portée de la compréhension du plus grand nombre et qui reflète le bon usage québécois. Écrire pour être lu et pour être compris équivaut au standard de l’écriture pour ces professionnels de la rédaction. Tout comme l’écrit professionnel est situé, ancré dans une réalité socioculturelle (Spilka, 1993 ; Goody, 1986), la langue de support l’est également. Cet engagement envers la langue reflète le désir de communiquer, d’atteindre les résultats souhaités selon le mandat : c’est une valeur pragmatique de premier plan chez tous ces professionnels.

Vérité ou acceptabilité 

20À la question de savoir si parfois le devoir d’efficacité entre en conflit avec les valeurs abstraites que sont la vérité et la franchise, deux répondantes se disent très préoccupées par le respect des valeurs personnelles : en cas de conflit de valeurs, l’une (C, pigiste) refuse un mandat et E (employée) tente de négocier, souvent avec succès, l’orientation du mandat. Elle admet également avoir désobéi aux ordres : « Une fois, une demande du cabinet m’a obligée à faire disparaître un de mes textes du site Web d’un ministère. Je jugeais ce texte essentiel pour les citoyens, pour la pratique de la démocratie. En fait je l’ai changé de place, je ne l’ai pas détruit, j’ai désobéi aux autorités. » Par contre, trois répondants font valoir que très souvent, il n’existe pas qu’une seule vérité et qu’en quelque sorte, toute vérité n’est pas nécessairement bonne à dire tout le temps. Le rédacteur doit faire preuve de jugement et savoir rendre compte de positions nuancées. « Je ne suis pas payé pour mentir ni pour manipuler, soutient B, employé d’une firme de relations publiques, mais pour offrir une vision, une version, une certaine position par rapport à un enjeu. Cette position ne doit pas refléter mes opinions, mais bien celles du client. […] Mon travail est comparable à celui d’un avocat ; un communiqué vaut ce qu’il vaut et c’est au public de trancher. La place publique, les médias sont comme une cour de justice populaire. » Ces propos renvoient à la position exprimée par Huet (2013) sur la responsabilité du citoyen de s’informer à diverses sources de qualité. C’est aussi l’expression d’un vieux débat, entre Aristote et Platon, entre John Locke ou Montesquieu et Jean-Jacques Rousseau, entre Thomas Jefferson et Alexis de Tocqueville, sur la primauté de l’acceptable en situation plutôt que de la vérité décontextualisée (pour une synthèse, voir Guay, 2013). Dans ce débat s’affrontent deux conceptions du monde, l’une, libérale, selon laquelle l’expression des idées doit être libre d’entraves, et l’autre, directive, selon laquelle l’État doit veiller à la protection du bien commun en limitant la prolifération des opinions provenant de groupes particuliers. Dans la première conception, la vérité n’est ni transparente, ni universelle, ni la propriété d’un groupe. Dans la deuxième, l’État est garant du bien commun et de sa définition.

21Par ailleurs, il arrive souvent qu’un mandat de communication suscite des conflits d’opinion et que le rédacteur soit sollicité pour écrire un texte qui n’accentue pas la division. « Il m’est arrivé, dans certains contextes, d’utiliser la langue de bois, écrit E, employée dans un ministère. Par exemple, dans des contextes où un consensus entre des personnes de secteurs différents est recherché et dont l’atteinte peut conduire à des formulations vagues et générales. » Les valeurs n’ayant de sens que dans une hiérarchie, il semble bien que chez les praticiens interrogés, la valeur d’efficacité communicationnelle occupe le premier rang et que cette situation ne les gêne pas dans la mesure où on ne leur demande pas de mentir. « Il est clair qu’un porte-parole ou qu’un communicateur ne doivent jamais mentir, écrit A. Ils ne sont toutefois pas obligés de toujours dire toute la vérité (soulignement du répondant). […] Les omissions volontaires (ou même certains mensonges blancs) sont des lubrifiants sociaux sans lesquels la société aurait beaucoup de difficultés à fonctionner. »

Des ponts et des clôtures

22Ainsi les rédacteurs décrivent en filigrane la complexité des situations où ils se retrouvent. Le monde des communications se colore souvent de demi-teintes et les zones d’ombre constituent des champs fertiles pour l’argumentation (Beaudet, 2000). Il existe plusieurs variantes d’un adage qui revient à dire ceci : Entre les gens, mieux vaut ériger des ponts que des clôtures. Cette vérité générale guide l’action de nombreux communicateurs qui interviennent sur des phénomènes sociaux complexes. En communication professionnelle, plutôt que de parler d’une quête de vérité, il serait préférable de parler de quête d’explications, d’interprétations et de solutions. La résolution de problèmes oblige au compromis, à la souplesse, à l’adaptation. S’inscrivant dans une tradition rhétorique pragmatique bien incarnée par Quintilien et Cicéron dans l’Antiquité (Desbordes, 1996), les propos de Pierre Oléron (1983, p. 12), sont ici particulièrement éclairants :

Comme toute activité intellectuelle, l’argumentation est théoriquement subordonnée à la vérité, qu’elle est censée respecter et - bien plus - contribuer à établir. Mais cette préoccupation se trouve en conflit avec le souci de réussite et d’efficacité. Il s’agit bien de conflit et non d’une coexistence qui pourrait au plus être analysée d’une manière spéculative. Car la recherche de l’efficacité conduit à utiliser toutes les armes disponibles. Parmi celles-ci, la ruse, l’équivoque, la distorsion des faits et des paroles ne sont pas des moyens négligeables. [...] on peut s’en indigner, toujours au nom de vues idéalistes. Mais dans nombre de cas, sinon dans la totalité, contrairement à la théorie cartésienne de l’évidence, la vérité n’est pas l’objet d’une expérience spécifique, où elle apparaîtrait avec une étiquette qui la désigne sans équivoque. Tout ce qui peut être proposé est une certaine lecture des faits, à laquelle une autre lecture peut être opposée, elle aussi plausible et justifiée par des arguments.

23En ce sens, le rédacteur professionnel agit comme médiateur dans une chaîne de production (Clerc et Beaudet, 2008) : le texte à produire est la plupart du temps relu par plusieurs personnes n’ayant pas nécessairement les mêmes vues sur la question. C’est au rédacteur de faire valoir la solution la plus efficace, mais comme il s’inscrit sur une chaîne hiérarchique, il doit parfois se soumettre aux décisions du mandant. C’est ce qu’ont affirmé les répondants. Ainsi, le témoignage de A (firme d’ingénierie) résume bien l’opinion majoritaire : « Les textes sont toujours relus par plusieurs personnes. Le dernier mot dans la chaîne varie beaucoup selon la personnalité du client. Certains gestionnaires reconnaissent notre expertise et s’en remettent entièrement à notre jugement. Certains autres tiennent à intervenir dans les contenus. Dans certains cas, ils l’améliorent grâce à leurs connaissances du sujet ou leurs compétences générales. Il arrive toutefois que le produit final soit moins bon que la version originale du rédacteur et que le manque de cohérence découlant du fait que plusieurs personnes interviennent dans le contenu soit perceptible. » La répondante E pour sa part écrit : « C’est toujours le plus haut gradé qui a le dernier mot. C’est parfois très décevant parce qu’un texte de contenu informatif peut devenir à la fois vide et rempli de langue de bois. »

Auteurs, rédacteurs ou ‘ghostwriters’ ? Le sens des mots

24Des propos tenus par les répondants il s’ensuit que certains se considèrent auteurs de leurs textes alors que d’autres font la distinction entre leur statut de rédacteur ou rédactrice et celui d’auteur. Le fait de ne pas signer leurs textes est une raison invoquée par certains alors que d’autres n’y voient pas de problème. Ils se sentent auteurs puisqu’ils ont écrit le texte, ont structuré le contenu et imprimé leur style professionnel au document. D’autres perçoivent le client ou l’équipe avec qui ils travaillent comme auteur ; ils lui ont prêté leurs compétences mais ne sont pas auteurs au sens de créateurs, concepteurs, inventeurs. Ces considérations valent un arrêt sur la définition des mots rédiger, rédacteur et auteur.

25Suite aux travaux de Fonvielle & al. (2012) reposant sur l’histoire lexicographique des métiers de l’écriture, il s’avère que le signifié des termes auteur, rédacteur, écrire, rédiger constitue un maillage reflétant la porosité des concepts et des pratiques professionnelles. Les auteures indiquent ainsi que le terme rédacteur n’apparaît que tardivement (18e siècle), car le métier est d’abord représenté par le terme rédigeur (1491), qui est formé à partir du terme rédiger :

Ainsi, au fil des différentes acceptions attribuées au verbe rédiger, seuls les sèmes [mettre par écrit] et [disposer/ordonner] ont survécu. Les différents sens ont eu une influence sur l’évolution des dérivés, un temps en emploi concurrentiel, rédigeur et rédacteur. Ces derniers ont ainsi successivement désigné celui qui met par écrit et ordonne, celui qui résume, et celui qui compile, notamment des documents administratifs. Le terme rédacteur, apparu pour la première fois dans le Dictionnaire de l’Académie française (DAF) (1762), est défini comme « celui qui rédige » et limité uniquement à la rédaction d’une coutume. […] Ce n’est qu’en 1798, que le DAF traite de la rédaction « d’un acte, d’un traité, d’un journal » et en 1932-35, que le terme permettra de désigner l’ensemble des rédacteurs d’un journal.

26Au terme de cette approche, ces auteures notent : « Le rédigeur cède sa place au rédacteur, le scribe à l’écrivain et/ou le copiste à l’auteur. L’évolution des lexèmes est d’ailleurs révélatrice de la demande contemporaine : la répartition fluctuante des champs entre les termes rédigeur, rédacteur, écrivain aboutit à la spécialisation du terme écrivain dans l’écriture littéraire, et à l’identification du rédacteur comme le professionnel de l’écriture non-littéraire. Ce dernier, bien au-delà de la simple maîtrise du code, est notamment présenté comme celui qui maîtrise l’art de l’écrit efficace. »

27Dans ce contexte, le rédacteur est-il auteur ? Certainement pas au sens d’écrivain littéraire, porteur de son propre projet d’écriture. Il est plutôt communicateur au sens où son engagement est à la fois personnel et public. Sur le plan personnel, le rédacteur engage ses compétences langagières et communicationnelles, s’investit comme sujet à part entière dans une action qu’il contribue à façonner. Sur le plan professionnel, il se met au service d’un mandant, donne forme à un message porteur d’intention à l’égard de la communauté et travaille dans un cadre de travail où l’individu fait partie d’une équipe. Il fait partie d’une action négociée entre plusieurs partenaires, ce qui n’est pas le cas de l’écrivain. Objectivement, il n’est pas créateur mais co-énonciateur avec un mandant. Cela lui confère tout de même une responsabilité morale dont il ne peut s’échapper.

28Les réponses des participants à notre enquête reflètent l’ambiguïté des noms « auteur » et « rédacteur » dans le langage courant. Pour certains, les champs sémantiques se croisent, pour d’autres ils sont dissociés. On peut y voir a minima le signe d’une continuité perméable entre les différents statuts des scripteurs dans l’organisation du travail mais aussi, et enfin, l’émergence d’une professionnalité liée à un savoir-faire.

La pression du temps

  • 3 Pascal écrivait en terminant sa seizième Provinciale, qu’il adressait aux jésuites le 4 décembre 16 (...)

29La temporalité est une dimension incontournable du travail. Les rédacteurs interrogés se disent tous victimes d’incompréhension de la part de leur mandant au chapitre du temps requis pour terminer un mandat. « Les clients ont très souvent des exigences irréalistes en ce qui a trait aux délais, affirme le répondant A. La souplesse et la puissance des outils d’édition et de diffusion actuels les amènent à sous-estimer le temps requis pour réaliser adéquatement toutes les étapes (recherche, rédaction, approbation, révision, traduction, montage) de la production d’un texte de qualité. » Faisant écho aux propos du mathématicien et philosophe Pascal3, la répondante C écrit : « Les clients ne comprennent pas toujours qu’un texte court prend autant de temps qu’un texte long car il exige la même recherche et que la réflexion exigée pour faire court compense la rédaction d’un texte plus long. »

  • 4 Le journaliste Éric Desrosiers faisait état, dans Le Devoir (29 juillet 2013, A5), d’une enquête ré (...)

30Cette pression du temps n’est pas unique aux rédacteurs, ni l’association entre technologies de l’information et accélération du rythme de travail, bien entendu. Il faut reconnaître que dans le monde du travail, le temps est un acteur qui ne favorise pas l’adoption de positions éthiques. Écrire dans la bousculade équivaut à enseigner une matière à toute vitesse ou à soigner les malades avec précipitation. Le propre des professions est de recourir au jugement du praticien. La question mérite d’être posée : peut-on exercer un bon jugement sans avoir le temps de réfléchir ?4

31Les rédacteurs n’exercent pas leur profession en vase clos. Les valeurs qu’ils affichent guident leur sens du devoir bien accompli, mais le produit de leur travail ne leur appartient pas. Dès lors, comment dissocier le code d’éthique des rédacteurs de celui de leur employeur ou de leur client ? Et comment ne pas situer cette relation dans un ensemble socio-économique plus vaste carburant à la productivité et à la mondialisation de l’économie ?

Un ordre professionnel ?

32Il n’existe pas d’ordre professionnel des rédacteurs. Deux répondantes (D et E) estiment qu’un ordre professionnel serait utile, deux autres, un employé (A) et une pigiste (C), n’y voient aucune utilité et un cinquième, employé(B), n’a pas exprimé d’opinion sur le sujet. Les deux rédactrices ayant exprimé un avis favorable y verraient un outil de défense de leur liberté de pensée et un cadre pour briser l’isolement. Employée du gouvernement, E soutient qu’un code de déontologie « pourrait aider les rédacteurs gouvernementaux qui sont mal pris : si on leur demande de rédiger des textes politiquement tendancieux, ils ne peuvent rien faire pour l’instant. Ils ne peuvent pas se défendre en s’appuyant sur des valeurs édictées par un code. »

33L’un des deux opposants (A, firme d’ingénierie) y verrait plutôt une source de contre-productivité, particulièrement dans les communications internes. La répondante C écrit pour sa part : « Les ingénieurs font partie d’un ordre professionnel, et ça ne les a pas empêchés de faire des viaducs qui tombent et de céder à la corruption municipale. Les journalistes ont toujours refusé qu’un ordre professionnel les régimente. Les traducteurs ont cru, à tort, qu’un ordre professionnel serait là pour les défendre. Les gens ne font toujours pas la distinction entre une association et un ordre professionnel. De toute façon, à quoi sert un ordre professionnel si le titre des membres n’est pas protégé ? » En résumé, une boussole intérieure semble suffire pour deux répondants tandis que deux autres apprécieraient d’être mieux défendus contre d’éventuels abus d’un client. Le cinquième n’a pas d’opinion sur la question.

Conclusion

34Notre consultation auprès de cinq rédacteurs a permis de faire ressortir certaines constantes dans leurs perceptions des aspects éthiques de leur travail.

35Tous ont exprimé l’importance de leur devoir de compétence pour exercer leur profession. Le travail du rédacteur exige de poser un jugement basé sur des compétences techniques et des capacités intellectuelles. C’est là une responsabilité que chaque répondant considère prioritaire.

36La compétence langagière doit atteindre le niveau expert. Elle est au service de l’intelligibilité et de la lisibilité du texte, et non du style personnel. Contrairement à l’opinion reçue, il n’est pas facile d’écrire professionnellement, et les cinq répondants en témoignent (Beaudet & Rey, 2012 ; Schriver, 2012 ; Kellogg, 2009), tout en déplorant leur manque de reconnaissance professionnelle. Chaque rédacteur s’efforce d’écrire pour être compris et pour satisfaire les besoins en communication de son client. Ce double engagement est au cœur du devoir de compétence de chacun (Beaudet & Clerc, 2008). Responsable du contenu du document, le rédacteur doit trouver la meilleure solution de communication compte tenu des contraintes avec lesquelles il doit composer. Selon certains répondants, cette responsabilité lui confère un statut d’auteur (au sens de créateur), opinion qui ne fait pas l’unanimité. Tous estiment que la satisfaction du client prime sur les autres gratifications qu’ils peuvent tirer de leur pratique. Ils n’en sont pas moins conscients de la position délicate dans laquelle ils et elles peuvent se retrouver en regard des valeurs défendues par le client. Sur cette question, le code de conduite préconisé par les cinq répondants est basé sur une conception de la vérité et de l’acceptabilité qui varie d’une personne à l’autre. Toutefois, la diversité des communautés de pratique dans lesquelles se retrouvent les cinq répondants nous interdit toute généralisation sur cette question. Quoi qu’il en soit, la position éthique dominante de chaque répondant est fondée sur la certitude de sa compétence exclusive pour résoudre adéquatement les problèmes de communication auxquels il est confronté.

37La contrainte de temps invoquée par tous les répondants comme facteur d’influence nuisible sur la qualité de leur travail met en évidence le rôle des employeurs dans l’application d’un code d’éthique professionnel. Cette perspective devra être explorée dans un proche avenir pour mieux comprendre les décisions prises par les rédacteurs et les rédactrices ainsi que leur justification sur le plan éthique. À l’instar de tous les professionnels, les rédacteurs et rédactrice ne travaillent pas en vase clos. Ainsi, le rôle joué par les organisations, les institutions ou les entreprises pour lesquelles les rédacteurs accomplissent leur mandat est déterminant, d’une part pour la mise en place de balises éthiques et, d’autre part, pour l’encadrement de conditions de travail favorisant leur respect. De telles observations commandent la tenue d’enquêtes plus larges, basées sur une approche à la fois quantitative et qualitative, dont nous souhaitons la faisabilité dans un proche avenir.

Haut de page

Bibliographie

Alamargot, D., et Chanquoy, L. (2001). Through the models of writing. Boston : Kluwer Academic Publishers.

Alamargot, D., et Beaudet, C. (2009). « Rédiger contre son opinion : un conflit de valeurs est-il surmontable chez des étudiants avancés en communication ? », Pratiques, 143-144, 218-232.

Beaudet, C. (2013). Postface, in I. Laborde-Milaa, S. Plane, F. Rinck & F. Sitri, La formation aux écrits professionnels : Des écrits en situation de travail aux dispositifs de formation, Le discours et la langue, Tome 5.2, p. 179-184. (À paraître).

Beaudet, C., et Rey, V. (2012). « De l’écrit universitaire à l’écrit professionnel : comment favoriser le passage de l’écriture heuristique et scientifique à l’écriture professionnelle ? », Scripta, 30, 169-193.

Beaudet, C., Graves, R., et Labasse, B. (2012). « Writing under the influence (of the writing process) ». In V. Berninger (Ed.), Past, present, and future contributions of cognitive writing research to cognitive psychology (pp. 105-134). New York : Psychology Press.

Beaudet, C., et Alamargot, D. (2011). « Argumenter pour ou contre son opinion : un exercice encore difficile pour des étudiants en communication professionnelle », Communication, Information, Médias, Théories [En ligne], 29 (1), mis en ligne le 14 décembre 2011. URL : http://communication.revues.org/2330.

Beaudet, C., et Clerc, I. (2008). « L’enseignement de la rédaction professionnelle au Québec : quels fondements disciplinaires ? Quelle reconnaissance institutionnelle ? ». In De la France au Québec : l’écriture dans tous ses états. Colloque international, Poitiers, 12-15 novembre, actes de colloque en ligne : http://www.poitou-charentes.iufm.fr/IMG/pdf/BeaudetClercCONF.pdf.

Beaudet, C., et Smart, G. (Éds.) (2002). Les compétences du rédacteur professionnel/The Expertise of professional writers. Technostyle, Special Edition, 18 (1), automne.

Beaudet, C. (2000). « Rédaction professionnelle et considérations éthiques », Ethica, 12 (2), 9-24.

Boutet, J. (2008) : La vie verbale au travail. Des manufactures aux centres d’appels, Toulouse, Octares.

Bronckart, Jean.-Paul (1996). Activité langagière, textes et discours, Delachaux et Niestlé, 349 p.

Charaudeau, P. (1998). « L’argumentation n’est peut-être pas ce que l’on croit », Le français d’aujourd’hui, Argumenter : enjeux et pratiques, no 123, p. 7-15.

Clerc, I. (2008). « La simplification des écrits gouvernementaux au Québec : bilan des travaux du Groupe Rédiger et réflexion sur le rôle du chercheur dans le cadre d’un contrat de recherche », Technostyle, 22 (1), 86-98.

Clerc, I., et Beaudet, C. (2008). Langue, médiation et efficacité communicationnelle. Québec : Presses de l’Université Laval.

Clerc, I., et Kavanagh, É. (2006). De la lettre à la page Web. Savoir communiquer avec le grand public. Québec : Les publications du Québec.

Cossette, R. (2013). Éthique de la communication appliquée aux relations publiques, Presses de l’Université du Québec, Édition Kindle.

Denis, J. (2010). « Sécurité informatique et valeur des écrits au travail », Semen [En ligne], 28 | 2009, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 30 juillet 2013. URL : http://semen.revues.org/8732

Desbordes, F. (1996). La rhétorique antique, Hachette Supérieur.

Goody, J. (1986). The logic of writing and the organization of society. Cambridge : Cambridge University Press.

Fonvielle S., Pereira M.E., Rey V., et Roubaud M.N. (2012). « Du rédigeur au rédacteur : vers une définition de l’écriture professionnelle ». Colloque Stratégies d’écriture, stratégies d’apprentissages de la maternelle à l’université, 21-23 mars, Université de Strasbourg.

Guay J.-H. (2013). « Libéralisme et médias : entre l’ordre et le désordre». Éthique publique, vol. 15, no 1, mis en ligne le 2 septembre 2013, consulté le 25 février 2014. http//ethiquepublique.revues.org/1055.

Hart-Davidson, W. & J.T. Grabhill (2011). Understanding and Supporting Knowledge Work in Schools, Workplaces, and Public Life, in D. Starke-Meyerring, A. Pare, N. Artemeva, M. Horne & L. Yousoubova (Eds), Writing in Knowledge Societies, Mac Clearinghouse and Parlor Press, p. 161-176.

Huet, P. (2013). « Pour un climat de clarté? Usages et mésusages de la transparence sur l’expertise scientifique en situation de controverse». Éthique appliquée, vol. 15, no 1, mis en ligne le 2 septembre 2013, consulté le 25 février 2014. http//ethiquepublique.revues.org/1090.

Kellogg, R., et Whiteford, A. (2009). « Training advanced writing skills : the case for deliberate practice », Educational Psychologist, 44 (4), 250-266.

Laborde-Milaa, Plane, S. Rinck. F. & Sitri, F. (coord.) (2013). La formation aux écrits professionnels : des écrits en situation de travail aux dispositifs de formation, Le discours et la langue, Tome 5.2.

Legault, G. A. (2006). Professionnalisme et délibération éthique. Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec.

Lévi-Stauss, C. (1955). Tristes tropiques, Terre humaine, Plon.

Oléron, P. (1983). L’argumentation, Presses universitaires de France, Collection Que sais-je ?

Plane, S., Olive, T., et Alamargot, D., (2010). Traitement des contraintes de la production d’écrits : aspects linguistiques et psycholinguistiques. Langages, 177, mars.

Plane, S. (2006). « Singularités et constantes de la production d’écrit. L’écriture comme traitement de contraintes ». In J. Laffont-Terranova et D. Collin (dir.). Didactique de l’écrit. La construction des savoirs et le sujet-écrivant (pp. 33-54). Namur : Presses universitaires de Namur.

Rot, G., Borzeix, A. & Demazière. D. (2014). « Introduction. Ce que les écrits font au travail», Sociologie du travail, Les écrits du travail, vol. 56, no 1, p. 4-15.

Schriver, K. (2012). « What we know about expertise in professional communication ». In V. Berninger (dir.). Past, present, and future contributions of cognitive writing research to cognitive psychology (pp. 275-314). New York : Psychology Press.

Spilka, R. (1993). Writing in the workplace. New research perspectives. Carbondale : Southern Illinois University Press.

Vignaux, G. (1988). Le discours acteur du monde, Ophrys, 243 p.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Juillet 2013

Questionnaire pour une recherche sur l’éthique de la pratique de la rédaction professionnelle au Québec Auteures : Céline Beaudet, Université de Sherbrooke, Canada, et Véronique Rey, Aix-Marseille Université, France.

  1. Êtes-vous rédacteur professionnel à temps plein ou à temps partiel ?

  2. Êtes-vous travailleur autonome ou à l’emploi d’une entreprise ou d’une organisation ?

  3. Depuis combien de temps êtes-vous rédacteur professionnel ?

  4. Quelles compétences vous semblent fondamentales pour exercer cette activité ?

  • Écouter attentivement

  • Lire rapidement et avec discernement

  • Écrire avec clarté

  • Écrire sans fautes

  • Exercer un bon jugement

  • Respecter les délais

  • Agir de manière socialement responsable

  • Respecter la confidentialité de votre travail

  • Autres

  1. D’après-vous, la rédaction professionnelle est-elle un métier ou une profession ? pourquoi ?

  2. Quelle formation post-secondaire avez-vous reçue pour vous qualifier comme rédacteur professionnel ?

  3. Êtes-vous généralement responsable du contenu du document à produire en termes d’exactitude, fiabilité, atteinte des objectifs liés au mandat ? Justifiez votre réponse.

  4. Quelles caractéristiques de votre travail mettez-vous de l’avant pour défendre la qualité d’un document :

  • Sa conformité avec les exigences du mandat

  • La qualité de la langue

  • La facilité de lecture

  • La richesse du contenu

  • L’originalité de votre style

  • L’atteinte des objectifs de la communication

  • Autres

  1. Refusez-vous certains travaux ? Lesquels ? Pourquoi ?

  2. Établissez-vous à l’avance une durée pour réaliser les travaux demandés ?

  3. Devez-vous souvent négocier la durée de vos engagements ? Illustrez par des exemples.

  4. Estimez-vous que votre rémunération reflète bien vos compétences comme rédacteur professionnel compte tenu de votre expérience et de votre formation ? Justifiez votre réponse.

  5. Est-ce que vos travaux sont souvent examinés et révisés par plusieurs personnes ? Si oui, qui a le dernier mot dans la chaîne de commandement ?

  6. Vous percevez-vous comme auteur de vos textes ? Justifiez votre réponse.

  7. Croyez-vous que votre travail influence l’opinion de vos lecteurs selon le sujet traité ? Exemples.

  8. Vous arrive-t-il d’agir comme médiateur entre plusieurs intervenants impliqués dans un dossier ?
Quelle représentation vous faites-vous d’une langue française de qualité ?

  9. Exempte de fautes grammaticales ou syntaxiques

  • Exempte d’anglicismes ou de québécismes de registre populaire

  • Précise

  • Vocabulaire conforme au bon usage

  • Autres

  1. Vous arrivent-ils de penser que, jusqu’à un certain point, les valeurs telles l’honnêteté, la franchise ou la recherche de la vérité entrent en conflit avec votre devoir d’efficacité et de confidentialité envers votre client ou votre employeur ? Si oui, pouvez-vous donner un exemple de cela ?

  2. Si vous avez répondu oui à la question précédente, estimez-vous que ce genre de conflit est le propre de la rédaction professionnelle ?

  3. Souhaiteriez-vous que votre activité professionnelle soit encadrée par un ordre professionnel et balisée par un code de déontologie ? Justifiez votre réponse.

Haut de page

Notes

2 http://www.crpcm.uqam.ca/Pages/lexique.aspx

3 Pascal écrivait en terminant sa seizième Provinciale, qu’il adressait aux jésuites le 4 décembre 1656 : « Mes Révérends Pères, mes lettres n’avaient pas accoutumé de se suivre de si près, ni d’être si étendues. Le peu de temps que j’ai eu a été cause de l’un et de l’autre. Je n’ai fait celle-ci plus longue que parce que je n’ai pas eu le loisir de la faire plus courte...» (Édit. des Grands écrivains de la France, t. II, p. 147.)

4 Le journaliste Éric Desrosiers faisait état, dans Le Devoir (29 juillet 2013, A5), d’une enquête récente sur les conditions de vie et de travail des Canadiens, enquête réalisée par des chercheurs canadiens de l’Université Carleton et de l’Université Western Ontario. « Près des deux tiers des participants ont dit consacrer plus de 45 heures par semaine au travail, soit 50 % de plus qu’il y a 20 ans. Parmi tous ceux qui se disent débordés de travail […] seulement 28 % qualifient cette surcharge de légère contre 40 % qui la disent élevée et 32 % modérée». Le journaliste ajoutait que parmi la catégorie « débordée», « les travailleurs scolarisés et bien rémunérés de l’économie du savoir étaient surreprésentés par rapport à la réalité canadienne.»

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Beaudet et Véronique Rey, « Éthique appliquée et communication écrite : qu’en disent les rédacteurs professionnels ? », Communiquer, 11 | 2014, 29-44.

Référence électronique

Céline Beaudet et Véronique Rey, « Éthique appliquée et communication écrite : qu’en disent les rédacteurs professionnels ? », Communiquer [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/560 ; DOI : 10.4000/communiquer.560

Haut de page

Auteurs

Céline Beaudet

Professeure, Université de Sherbrooke, Canada
celine.beaudet[@]usherbrooke.ca

Véronique Rey

Professeur des universités, Université Aix-Marseille, France
veronique.rey-lafay[@]univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org