Navigation – Plan du site

Utilisation du réseau Facebook dans une campagne de prévention pour jeunes adolescents : analyse secondaire des données d’une étude postcampagne

Use of the Facebook network for a prevention campaign adressed to teenagers: data’s secondary analysis from a post-campaign study
Claude Giroux
p. 127-146

Résumés

L’emploi de Facebook lors de campagnes sociales est récent et peu étudié. L’analyse secondaire des données provenant de l’évaluation de certaines campagnes permet d’améliorer nos connaissances à cet égard. L’étude présentée s’appuie sur l’évaluation d’une campagne de prévention du tabagisme où Facebook servait d’alternative à la diffusion scolaire. Deux recherches évaluatives ont confirmé la pertinence du véhicule pour cette campagne ciblant des jeunes âgés de 11 à 14 ans. Reprenant les données de ces travaux dans une perspective élargie, notre analyse examine le recours à l’instrument lors de campagnes de prévention ciblant des adolescents. Facebook étant théoriquement inaccessible aux moins de 13 ans, la question revêt un intérêt particulier. Tout en reconnaissant la pertinence du réseau social, l’étude suggère la faible validité des informations fournies par Facebook sur l’âge des utilisateurs. Cette étude illustre l’intérêt de l’analyse secondaire de données provenant d’évaluations postcampagnes dans l’examen des campagnes de santé publique.

Haut de page

Texte intégral

1Facebook fait partie des instruments prisés par les publicitaires de notre époque. Peu de travaux scientifiques traitent cependant de son intégration aux campagnes de promotion de la santé et des modalités d’évaluation de ce type d’action. Utilisant une approche où la publicité sociale est considérée comme un phénomène dont la complexité justifie l’intégration de contributions interdisciplinaires, nous présentons une analyse secondaire de données initialement colligées par les responsables d’une campagne gouvernementale de prévention du tabagisme.

2Les résultats de deux études postcampagnes qui sont analysés, permettent d’examiner la pertinence de Facebook dans des campagnes de santé publique ciblant une population de moins de 13 ans, et d’estimer la validité des informations sociodémographiques présentes sur Facebook.

L’approche utilisée

3Depuis plusieurs décennies (Renaud et Bouchard, 2005 ; Schevitz, 1918), les agences de santé publique orchestrent des campagnes de publicité sociale (Wakefield, Loken et Hornik, 2010). Ces campagnes de promotion de la santé combinent des fondements théoriques (communication persuasive, causes du tabagisme, théories des médias, communication du risque, etc.) à différentes considérations pratiques liées aux tendances publicitaires ou aux contraintes inhérentes à chaque campagne (économiques, politiques, stratégiques, administratives). L’interaction de ces éléments et le fait que certaines contraintes techniques sont rarement mentionnées par les promoteurs compliquent le travail des chercheurs souhaitant étudier la création et l’évolution de campagnes de promotion de la santé (Renaud, Caron-Bouchard, Martel, Gagnon et Pelletier, 2009).

4Notre démarche s’appuie sur la conviction qu’il est utile de situer l’étude des pratiques de publicité sociale dans une perspective élargie, malgré les difficultés caractérisant l’analyse de phénomènes aussi complexes. Espace où interagissent les différentes théories de la persuasion, territoire de chevauchement de différentes disciplines scientifiques, instrument d’intervention en santé des populations…la publicité sociale est à la fois un objet de réflexion et une pratique professionnelle ancrée dans le quotidien des sociétés contemporaines. Cette dualité inhérente doit être prise en compte. Les dimensions théoriques des campagnes sociales sont analysées, scrutées, étudiées par des chercheurs et des groupes d’experts. En concentrant nos efforts sur ces enjeux, on risque cependant de perdre de vue le fait qu’une publicité n’existe sans être soutenue financièrement, produite et ultimement diffusée vers son public. Un public qui évolue dans un univers caractérisé par un encombrement publicitaire sans précédent (Randolph et Viswanath, 2004 ; Rosengren, 2008). Une compréhension globale de la publicité sociale peut difficilement être réduite à l’observation de certaines de ses composantes.

5Le phénomène est complexe et polymorphe, ce qui permet aux chercheurs de différentes disciplines intéressés à de diverses questions de contribuer à l’amélioration des connaissances. Une même campagne se présente, pour les publicitaires ou les spécialistes de la santé publique, comme une activité professionnelle s’appuyant sur différents savoirs théoriques et pratiques (Grier et Kumanyika, 2010 ; Nyilasy et Reid, 2009). Par ailleurs, pour les décideurs, elle s’avère un défi de gestion (Lilien, 2011). Pour les institutions qui la produisent, elle constitue une préoccupation organisationnelle (Polit, 2012). Alors que pour l’État, il s’agit aussi d’un enjeu stratégique ou politique (Arkin, Denniston et Romano, 1990 ; Berlivet, 2004 ; Raftopoulou et Hogg, 2010).

6Cette complexité explique probablement les limites des connaissances actuelles sur les campagnes sociales. La nature plurielle et les contours flous de ces campagnes cadrent mal avec les contraintes de recherches appartenant à une seule tradition disciplinaire (Kreps et Maibach, 2008). Dans son approche de la publicité sociale, un chercheur restreint généralement son étude à une dimension, selon son expertise et en fonction du temps et des budgets disponibles. Son travail doit aussi répondre aux préoccupations du public à qui les résultats sont destinés. Cette nécessaire réduction de la complexité, justifiée puisqu’elle facilite l’étude du sujet, ne doit pourtant pas en masquer les différentes dimensions et leurs interactions.

La place du marketing dans l’étude des phénomènes de publicité sociale

7Tenir compte de travaux provenant d’autres disciplines aide à reconstruire la globalité de la publicité sociale, en liant et en associant les différentes pièces d’un véritable casse-tête interdisciplinaire (Parrott et Kreuter, 2011). Le rapprochement des théories de la persuasion et des théories des médias, comme le fait Frenette (2009) dans son approche en tandem de la publicité sociale, ou comme le proposent Kreps et Maibach (2008) en plaidant pour le rapprochement des sciences de la communication et des sciences de la santé, témoignent d’une perspective d’intégration de cet ordre. Les contraintes d’une vision transdisciplinaire, exigeant des chercheurs qu’ils s’aventurent hors de leur zone de confort, sont justifiées puisque l’exercice est destiné à améliorer la santé des personnes et des populations (Parrott et Kreuter, 2011).

8Les campagnes de promotion de la santé illustrent bien la complexité de la publicité sociale. Elles sont étudiées en santé publique (Gray et al., 2012 ; Wakefield et al., 2010), en sociologie (Pratkanis et Aronson, 2002), en politique (Raftopoulou et Hogg, 2010), en psychologie (Jessop et Wade, 2008 ; Philip, 2004), en communication (Bouman et Brown, 2010 ; Paek, 2008) et en marketing (Bernhardt, 2004 ; Parrott et Kreuter, 2011). L’apport du marketing semble toutefois limité dans le discours entourant les campagnes sociales, symptôme probable d’un malaise des milieux sanitaires à associer la santé aux activités mercantiles (King, 2002 ; Ling, Franklin, Lindsteadt et Gearon, 1992).

9Quand on le dit « social », le marketing s’intègre plus facilement aux réflexions qui portent sur le recours à la publicité pour promouvoir la santé (Daniel, Bernhardt et Eroglu, 2009 ; Edgar, Volkman et Logan, 2011 ; Loss et Nagel, 2010), sans pour autant s’affranchir des doutes éthiques entourant des contributions provenant du domaine publicitaire (Freimuth, Hammond et Stein, 1988 ; Loss et Nagel, 2010).

10L’analyse qui suit s’appuie sur des données obtenues lors de recherches postcampagnes, une pratique de recherche normale en marketing. Certains scientifiques excluent d’emblée ce type de recherches de leurs analyses, privilégiant les données provenant de revues savantes ou d’ouvrages scientifiques (Snyder et Hamilton, 2002). Plusieurs autres (Bertrand, Goldman, Zhivan, Agyeman et Barber, 2011 ; DuRant, Wolfson, LaFrance, Balkrishnan et Altman, 2006 ; Russell, Clapp et Dejong, 2005 ; Scheier et Grenard, 2010 ; Valente et Saba, 1997), par contre, y ont recours. C’est le choix que nous avons fait, cherchant à construire de nouveaux savoirs en analysant dans une perspective de communication et de santé publique des résultats issus de la recherche en marketing.

L’analyse secondaire de donnée et la recherche en publicité sociale

11L’analyse secondaire de données consiste à utiliser, dans une étude, des données provenant de recherches précédentes (Doolan et Froelicher, 2009 ; Gomm, 2009 ; Heaton, 2008). Essentiellement, on utilise ces informations pour répondre à des questions de recherche différentes de celles posées dans la démarche initiale. On considère que la réutilisation de résultats par un chercheur impliqué dans une première enquête (situation relativement fréquente) est une forme de recherche secondaire (Gomm, 2009 ; Heaton, 2008). C’est le cas ici.

12La pertinence d’utiliser l’analyse secondaire repose sur différents critères, dont la crédibilité de l’étude primaire qui doit convenir à la nouvelle question de recherche (Doolan et Froelicher, 2009). À cet égard, on convient généralement de la qualité des résultats de recherches publiées par l’État, considéré comme une source importante de données secondaires (Gauthier et Turgeon, 1995). Dans les sphères gouvernementales, la recherche portant sur une campagne de publicité, même si elle compose avec plusieurs obstacles (Arkin et al., 1990), est généralement considérée comme utile et nécessaire (Silk, Atkin et Salmon, 2011). Certaines instances publiques en font même une obligation (Brug, Tak et Velde, 2011). Avantage supplémentaire, la transparence imposée aux administrations publiques modernes facilite l’accès aux rapports d’évaluation portant sur les campagnes de publicité gouvernementales ; Il serait plus difficile d’obtenir des informations de cette nature dans le cas de campagnes commerciales où des enjeux de compétitivité justifient souvent le secret des informations récoltées.

13Dans le cas de la campagne liée aux données utilisées, la collecte de données et son analyse avaient été confiées à une entreprise commerciale de recherches et sondages, mandatée et supervisée par l’institution ministérielle, mais indépendante des publicitaires. Cette entreprise a présenté deux rapports (SOM, 2012a ; SOM, 2012b), non publiés mais accessibles aux chercheurs.

La campagne étudiée

Prémisses théoriques d’une campagne de prévention du tabagisme ciblant les jeunes

14Le tabagisme est un problème de santé publique contre lequel plusieurs gouvernements, depuis des décennies, ont mené diverses campagnes publicitaires, (Brinn, Carson, Esterman, Chang et Smith, 2010 ; Peracchio et Luna, 1998 ; Vallone, Duke, Cullen, McCausland et Allen, 2011). Au sein des différentes actions de protection de la santé publique, la lutte au tabagisme serait l’enjeu bénéficiant des plus importants investissements publicitaires (Cohen, Shumate et Gold, 2007). L’efficacité de campagnes anti-tabagiques est admise (Lalonde et Heneman, 2004), malgré certaines réserves portant sur la méthodologie des études publiées (Brinn et al., 2010).

15Le tabagisme est lié à plusieurs facteurs qui relèvent autant des personnes que de leur environnement (O’Loughlin, Karp, Koulis, Paradis et DiFranza, 2009). Les déterminants du tabagisme varient avec l’âge des individus, les époques ou les contextes culturels (O’Loughlin et al., 2009), et les résultats d’une même campagne vont de bons à mauvais selon la défavorisation du milieu où elle est diffusée (Lasnier, Leclerc et Hamel, 2012). Tenant compte de la diversité de ces éléments, il semble utopique d’espérer découvrir une stratégie préventive unique, sorte de « prêt-à-porter » publicitaire convenant à toutes les situations (Audrain-McGovern et al., 2004). En dépit de ces réserves, la prévention de l’initiation au tabac est actuellement perçue comme une composante essentielle de la lutte au tabagisme. Et sans surprise, l’adolescence, liée aux premières consommations de tabac (Falomir-Pichastor, Mugny, Invernizzi, Di Palma et Estrada, 2007), offre une cible privilégiée par plusieurs campagnes. L’objectif de ces campagnes étant la protection de la santé, le recours à la publicité est considéré satisfaire aux préoccupations éthiques entourant la publicité auprès des mineurs.

16Mais produire des campagnes exige d’importants investissements. Pendant les six premières années, l’implantation du programme californien de contrôle du tabac a nécessité 694 millions $ (Siegel et Biener, 1997). Une récente campagne de trois mois a exigé 54 millions $ (Rigotti et Wakefield, 2012). Au Québec, où des budgets plus modestes sont octroyés à la publicité sociale, chacune des campagnes du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) repose sur un budget annuel variant de 0.2 à 1.75 millions $.

17Les contraintes d’un budget limité commandent l’examen minutieux des stratégies et moyens proposés par les publicitaires (John-Leader et al., 2008). Dans le contexte des sociétés contemporaines baignant dans une forte saturation publicitaire (Abroms et Maibach, 2008), la production de messages qui seront vus et compris par un public donné s’avère un défi. C’est ce qui oriente généralement les campagnes destinées aux jeunes vers la diffusion en milieu scolaire, où on rejoint facilement la population visée tout en profitant d’un milieu où l’encombrement publicitaire est minime.

La diffusion scolaire dans les campagnes ciblant les jeunes

18Cependant, la diffusion scolaire impose un fardeau aux administrations scolaires qui sont sollicitées de toute part pour appuyer différentes causes sociales (lutte au tabagisme, promotion de l’activité physique, prévention de la violence, incitation au recyclage …) ou parfois mercantiles (achat de produits alimentaires, promotion de spectacles, publicité de fournisseurs). Depuis 2003, le MSSS et le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport ont mis en place un processus de coordination destiné à limiter le nombre et accroître la complémentarité des interventions scolaires destinées à favoriser le développement des élèves. L’approche École en santé (Martin et Arcand, 2005) cible l’intégration de plusieurs enjeux sanitaires — tel le tabagisme — dans une démarche qui englobe la promotion de la santé, les saines habitudes de vie ou la prévention des dépendances (Lalonde et Lagüe, 2007). Pour les publicitaires et promoteurs de causes sociales, cette disposition balise toutefois l’expression créative et augmente les contraintes imposées à la diffusion.

19Accéder à l’espace scolaire n’est pas, non plus, garant du succès de l’action préventive. On ne doit pas exagérer les bénéfices de la diffusion scolaire en confondant l’accessibilité aux lieux et la collaboration des intervenants scolaires. Abordant les contraintes d’une recherche auprès des jeunes qui doit aussi obtenir la collaboration du personnel scolaire, Wanat (2008) expose la complexité de démarches auprès de ces institutions. En distinguant l’autorisation d’accéder aux sites et la collaboration du personnel scolaire lors d’une enquête, l’auteur décrit une situation voisinant celle rencontrée par les promoteurs de campagnes qui doivent solliciter les autorités scolaires pour diffuser leur matériel dans chaque établissement. La présence d’un message publicitaire dans l’enceinte d’une école n’est finalement que l’étape initiale conduisant éventuellement à l’exposition du public visé au matériel. Ce qui pourrait favoriser, grâce à la contribution d’autres facteurs, l’apparition de l’effet recherché.

Internet comme alternative à la diffusion scolaire

20Internet est devenu un véhicule d’interventions de masse en santé publique, un domaine où on observe sa présence croissante (Gosselin et Poitras, 2008 ; Webb, Joseph, Yardley et Michie, 2010). Pour les publicitaires, Internet offre une alternative ou un complément aux mécanismes de diffusion plus traditionnels. La dissémination en ligne favorise théoriquement la réduire des coûts de déploiement d’une campagne. L’Internet permet aussi de modifier des informations en cours de campagne, permettant d’ajuster certains contenus pour tenir compte d’éléments nouveaux. Ces caractéristiques séduisent les promoteurs de causes sociales, qui demeurent toutefois préoccupés par l’efficacité du véhicule pour rejoindre les jeunes publics.

21À cet égard, des données américaines confirment l’intérêt d’Internet comme alternative à la diffusion scolaire. Trois jeunes sur quatre utilisent à présent l’Internet à domicile ou dans d’autres endroits, appuyant l’idée que le Web n’est plus le privilège d’un groupe restreint (Jones, Biddlecom et Milne, 2009). On estime que 93 % des jeunes âgés de 12 à 17 ans naviguent sur l’Internet (D’Auria, 2011). Et les nouveaux médias semblent dorénavant intégrés au quotidien des jeunes (Pascoe, 2012). Les données québécoises de 2009 indiquent que 45 % des 12-17 ans se branchent à Internet dix heures ou moins par semaine, 32 % le font de 11 à 20 heures et 25 % le font plus de 21 heures par semaine (CEFRIO, 2009).

22La tentation d’aborder l’utilisation d’Internet comme une réalité monolithique, sans distinguer ses différents usages, nuit cependant à la compréhension du phénomène et à l’interprétation qu’il faut en faire. La navigation en ligne, le courrier électronique, l’écoute de documents audio ou visuels, les jeux interactifs, les blogues ou les réseaux sociaux sont souvent regroupés sous un vocable unique et général pouvant mener à des conclusions risquées. On ne peut, par exemple, étudier les échanges en ligne en faisant abstraction de la pluralité des mécanismes qui existent sur Internet (Thoër, 2012). On ne peut négliger le fait que plusieurs publications traitant de l’Internet en santé s’intéressent à différents instruments et à des usages distincts (Kivits, 2012), et que les résultats d’une étude portant sur un type d’activités en ligne ne sont pas nécessairement transférables à une autre.

Facebook en communication publicitaire

23La campagne contre l’initiation tabagique d’où proviennent nos données a octroyé une place significative à Facebook. C’était la première fois qu’un rôle aussi important était confié à ce réseau social dans les campagnes du MSSS, ce qui a justifié l’intérêt accordé par l’État à cette composante de l’offensive publicitaire.

24Malgré son apparition récente, Facebook semble être devenu un incontournable pour les publicitaires. De 2005 à 2009, le nombre d’usagers des réseaux sociaux a plus que quadruplé (Chou, Hunt, Beckjord, Moser et Hesse, 2009). En octobre 2012, Facebook franchissait la barre du milliard d’utilisateurs actifs (AFP, 2012). Si les Américains en furent les premiers utilisateurs, le réseau est maintenant devenu planétaire alors que 80 % des usagers proviennent d’autres pays (Wilson, Gosling et Graham, 2012). Facebook, combiné à Twitter et aux SMS, serait devenu depuis 2010 le principal véhicule pour les échanges informels entre pairs (Sashittal, Sriramachandramurthy et Hodis, 2012).

25Ces nombres doivent être considérés avec prudence. Au gré de modifications fréquentes de Facebook, de son architecture ou de ses règles, les informations entourant l’usage de Facebook fluctuent rapidement. Tout exercice de quantification est par conséquent difficile et les données disponibles peuvent rapidement devenir obsolètes.

26Pour les professionnels du marketing « the perspective of capturing a share of 770 billion pages visits, half of which come from users aged 18 to 34, is understandably irresistible » (Sashittal et al., 2012, p. 495). L’engouement du public trouve écho chez les publicitaires désirant s’approprier ce nouveau territoire. Ajoutant à l’intérêt des praticiens du marketing, les responsables de Facebook suggèrent que leur réseau social serait « the perfect marketing tool » (Maurer et Wiegmann, 2011) puisqu’il permet de cibler avec précision des consommateurs potentiels à partir de caractéristiques précises.

27Les études portant sur Facebook, ses usages et ses utilisateurs offrent malheureusement peu de réponses aux questions des promoteurs de campagnes sociales. Une analyse récente a constaté « an impressive collection of research » (Wilson et al., 2012) provenant de différentes disciplines, qui s’avère toutefois insuffisante pour tracer un portrait d’ensemble du phénomène. Et pour les promoteurs de la santé publique, d’importantes questions demeurent sans réponse.

Les utilisateurs de Facebook

28La plus importante de ces préoccupations est probablement : « Qui utilise Facebook ? ». Cette donnée est essentielle à l’évaluation de la pertinence d’employer l’instrument pour rejoindre un public ciblé.

29Au-delà des informations sociodémographiques fournies par les internautes, d’une véracité incertaine, nous savons peu de choses des utilisateurs de Facebook. Un portrait plus précis des usages et des utilisateurs demeure souhaitable puisque notre compréhension des mécanismes qui poussent une personne à interagir sur Facebook se limite actuellement à quelques hypothèses. On soupçonne par exemple (Wilson et al., 2012) que les motivations personnelles joueraient un rôle prépondérant chez les utilisateurs. Il s’agirait souvent du besoin de maintenir un contact amical et d’entretenir des liens sociaux faibles. Wilson et ses collègues jugent vraisemblable que la solitude ou l’ennui puissent expliquer la présence d’internautes sur le réseau social. Utilisant aussi la perspective d’un usage qui répond à des besoins individuels des internautes, Nadkarni et Hofmann (2012) croient que l’outil offre à ses utilisateurs un sentiment d’appartenance, tout en permettant de contrôler l’image que les autres se font de lui (self-presentation). Les informations révélées sur Facebook seraient choisies et agencées de manière à entretenir l’image souhaitée par chaque internaute.

30Une autre hypothèse intéressante, utilisant l’analogie avec un comportement fréquent chez les primates, est aussi formulée par Gosling (2009) qui assimile l’utilisation de Facebook à un comportement de « toilettage social » (social grooming). L’auteur y perçoit l’équivalent, en ligne, des pratiques de toilettage qui servent à maintenir les liens sociaux et à consolider le groupe chez les singes. Facebook, qui permet de préserver ces liens en dépit de l’éloignement, répondrait à des besoins similaires.

31L’examen des usages (Amichai-Hamburger et Vinitzky, 2010) suggère que le choix des informations affichées sur Facebook par un individu repose sur des éléments de sa personnalité, alors que Ross et ses collègues (2009) présument, sans pouvoir le démontrer, que plusieurs utilisateurs de Facebook partagent des caractéristiques personnelles liées à leurs publications en ligne.

32La possibilité de « cerner » le profil des utilisateurs de Facebook séduit les professionnels du marketing qui apprécient l’idée d’atteindre un sous-groupe d’innovateurs, de leaders d’opinion et de gens actifs dans un réseau de contacts (Sashittal et al., 2012). Mais les bénéfices de l’instrument pour les experts du marketing demeurent incertains car l’utilisation du réseau semble différer de celle d’autres sources d’information (Maurer et Wiegmann, 2011). Par ailleurs, « almost no advertising works on the 18- to 25-year-old demographic, which represents 26 % of all users » (Sashittal et al., 2012, p. 496).

33Pour la publicité sociale, qui utilise à des fins non-commerciales les instruments et stratégies du marketing, Facebook propose un territoire dont on connaît mal les limites. Son utilisation intéresse les spécialistes de la santé publique qui disposent de budgets limités. L’instrument laisse entendre qu’il peut acheminer avec précision une communication destinée à des publics ciblés tout en limitant la diffusion inutile ou indésirable à d’autres groupes, prévenant des réactions indésirables. Pareilles perspectives favorisent l’inclusion de Facebook au sein de campagnes sociales, malgré les incertitudes qui entourent son efficacité.

L’intérêt de mieux situer l’Internet dans les pratiques de publicité sociale

34Au-delà des économies présumées par les publicitaires, on peut s’interroger sur l’impact éventuel qu’aurait l’Internet sur les pratiques de communication persuasive. Et sur nos savoirs à cet égard.

35Peut-on considérer que l’Internet n’est-il qu’un instrument de communication additionnel qui complète l’inventaire des outils de diffusion des dernières décennies ? Doit-on plutôt croire que si l’instrument permet d’ajuster un message aux caractéristiques de chaque internaute (Bennett et Glasgow, 2009), il transformera bientôt les pratiques futures de publicité sociale ? Et si tel était le cas, jusqu’où irait cette mutation ? Comme certains chercheurs (Khang, Ki et Ye, 2012)) persuadés que l’interactivité grandissante des publics a changé les consumers en prosumers, pourrait-on y déceler un changement du paradigme publicitaire ?

36À prime abord, la transformation liée à l’Internet ne semble pas remettre en question le postulat voulant que le succès d’une campagne sociale soit facilité par l’existence d’assises théoriques (Frenette et Vermette, 2009 ; Glanz et Bishop, 2010 ; Noar, Palmgreen, Chabot, Dobransky et Zimmerman, 2009 ; Randolph et Viswanath, 2004 ; Whittingham, Ruiter, Castermans, Huiberts et Kok, 2008). L’étude de Webb (2010) a repéré des fondements théoriques connus dans certaines campagnes déployées sur l’Internet : la théorie sociocognitive (Bandura, 1989), l’action raisonnée (comportement planifié) (Ajzen, 1991) et le modèle transthéorique (Prochaska et Velicer, 1997). Tout porte à croire que les théories de la persuasion s’appliquent aussi aux campagnes déclinées sur l’Internet, qu’on peut tantôt concevoir comme un canal permettant d’exposer un public ciblé à une communication (McGuire, 1984), comme un véhicule d’information susceptible de modifier les cognitions (Bandura, 1986) ou comme procédé complémentaire agissant lorsque le message central s’avère moins attrayant pour une personne (Petty et Cacioppo, 1986).

37Renaud (2012), examinant la place de l’Internet en promotion de la santé, note que le Web 2.0 a produit des changements dans le design des interventions de santé publique en ligne qui profitent de l’interactivité offerte par le médium. Mais l’Internet pourrait aussi faire évoluer les pratiques de communication pour la santé grâce à d’autres mécanismes.

38En premier lieu, Internet nous amène à examiner les mécanismes de l’acquisition d’information. Sur la Toile, l’internaute choisit activement d’être exposé à certaines informations qu’il consulte volontairement, contrairement à ce qui se passe lors des pauses publicitaires faisant partie du rituel de la consommation télévisée. Kivits (2009) voit dans l’acquisition en ligne d’informations sur la santé un processus n’étant ni linéaire, ni passif. De façon dynamique, l’internaute navigue de manière réflexive dans un océan d’informations où il choisit et agence les informations pour répondre à des questions qui sont ancrées dans ce qu’il vit. La crédibilité perçue des informations, leur pertinence, la cohérence avec les valeurs et les attentes individuelles modulent l’usage qu’il fera des contenus qu’on lui propose. Dans les faits, l’Internet permet à l’internaute d’assembler les éléments sur lesquels s’appuieront ses perceptions et ses attitudes à l’égard des thèmes de santé. Et dans ce processus d’obtention d’informations relatives à la santé, relève Thoër (2012), les internautes amalgament les informations fournies par les experts traditionnels et les institutions avec les échanges en ligne impliquant d’autres utilisateurs. Au gré de cet amalgame d’informations choisies, l’internaute élabore une expertise propre du sujet, un peu comme le font les DJ qui évoluent sur la scène musicale en produisant de nouvelles sonorités en agençant différents éléments sonores pour produire une œuvre personnelle et inédite. Le promoteur de la santé contemporain doit tenir compte conscience du fait que le message qu’il livre sera filtré, juxtaposé à d’autres, ajusté ou modifié. Il devra faire le deuil d’une perception autrefois répandue parmi les experts, celle d’une autorité s’adressant à un public passif qu’il faut guider vers la santé au moyen de publicités conçues par les autorités sanitaires (Schevitz, 1918).

39Avec Internet, la communication devient réellement multimédiatisée, soulevant un second enjeu important. Pour livrer le message préventif sur Internet, le texte, la musique et l’image se conjuguent tout en offrant la possibilité à l’internaute d’interagir en ouvrant des hyperliens, en sélectionnant l’écoute, en rediffusant des éléments graphiques ou sonores. Cet amalgame ajoute une nouvelle dimension aux interrogations des chercheurs préoccupés de l’efficacité communicationnelle, qui savaient déjà que la mise en page, le vocabulaire ou l’utilisation d’illustrations affectent l’efficacité des communications (Donelle, Hoffman-Goetz, Gatobu et Arocha, 2009 ; Garcia-Retamero et Galesic, 2010 ; Stone, Yates et Parker, 1997 ; Wilson et Wolf, 2009). Les technologies interactives font déjà partie des instruments publicitaires et l’impact des blogues, des jeux en ligne, des applications pour téléphones intelligents et des vidéos sont des territoires encore vierges pour les experts de la santé (Silk et al., 2011).

La campagne antitabagique et son utilisation de Facebook

La campagne de prévention

40La campagne antitabagique d’où proviennent les données utilisées a été diffusée au printemps de 2012. Elle ciblait de jeunes francophones entre 11 et 14 ans (une période couvrant, dans le système scolaire québécois, la dernière année du primaire et les trois premières années du secondaire). L’axe de communication s’énonçait : « C’est OK si je dis non. Y a rien de plus dégueu qu’une cigarette ».

41Reposant sur un budget ponctuel voisinant 500 000 $, la communication reposait principalement sur : une page Facebook publicisée par de messages télévisées, des affiches un réseau d’installations récréatives et sportives, des publicités dans des magazines et journaux, des promotions sur le Web et sur un partenariat avec les producteurs d’une série télévisée. Une démarche de partenariat, apparentée au « placement de produit » que les publicitaires utilisent pour la promotion de produits de consommation à la télévision et au cinéma (Yang et Roskos-Ewoldsen, 2007), intégrait à une série d’émissions conçues pour les jeunes de brèves interventions liées à la campagne (par exemple, des mentions du tournage dans un environnement sans fumée, la présence d’un visuel de campagnes sur ordinateurs du décor ou l’interprétation ponctuelle par les participants d’un « rap sans fumée »).

42Au moment de choisir les canaux de communication les plus appropriés pour diffuser leur campagne, les publicitaires on jugé que Facebook répondait aux besoins de la campagne puisqu’il permettait : a) de véhiculer des informations ; b) de partager des mentions « j’aime » entre les jeunes en contribuant à la perception de popularité ; c) de corriger la perception que plusieurs jeunes consomment du tabac. Alors que des obstacles logistiques (délais, autorisations, coûts,…) compliquaient une éventuelle diffusion dans les établissements scolaires, Facebook offrait aux promoteurs une alternative intéressante.

La recherche postcampagne

43Les publicitaires ont tracé un bilan positif des activités de leur campagne en s’appuyant sur le nombre de « clics uniques » obtenus (qui était plus élevé que la moyenne de ce qui est observé dans l’industrie publicitaire) et sur le nombre de fans (qui avait augmenté de 96 % par rapport à la situation observée lors d’une précédente campagne) (Cartier marketing, 2012). Utilisant les données sociodémographiques fournies par Facebook, ils ont estimé que 55 % des membres du groupe Facebook avaient moins de 18 ans, alors que 34 % se situaient entre 18 et 34 ans.

44L’évaluation objective d’une campagne doit préférablement reposer sur une mesure objective et indépendante, examinant idéalement l’atteinte des objectifs mesurables formulés avant l’intervention (Silk et al., 2011). Des activités de recherche ont donc été menées par le MSSS pour obtenir une appréciation indépendante. Faute d’objectifs initiaux permettant la mesure, il fut impossible d’évaluer l’atteinte d’une cible. Tenant compte des limites budgétaires et des délais serrés fréquents dans les processus de campagnes, la recherche postcampagne a donc uniquement porté sur l’emploi de Facebook en vue de déterminer la pertinence de ce nouveau véhicule publicitaire. L’âge des utilisateurs rejoints offrait une question de recherche intéressante puisqu’une partie du public ciblé, âgée de moins de 13 ans, n’avait théoriquement pas accès à Facebook.

Objectifs de recherche

45Essentiellement, la recherche postcampagne a servi à déterminer si les jeunes québécois de 11 à 14 ans avaient vu le matériel de la campagne et si le réseau Facebook offrait une alternative intéressante à la diffusion scolaire.

Défis méthodologiques

46Outre les limites inhérentes au temps et au budget, trois éléments importants ont orienté le choix des activités de recherche évaluative : l’âge du public ciblé, sa faible incidence au sein de la population québécoise, et la validité incertaine des informations sociodémographiques fournies par Facebook.

  • Les contraintes liées à l’âge du public ciblé : Les enfants et adolescents sont généralement exclus des travaux de recherche, pour des motifs liés à leur maturité, leur vulnérabilité, leur aptitude à fournir un consentement éclairé, de possibles lacunes cognitives, sociales et linguistiques, ou des doutes relatifs à la validité de leurs réponses (Bassett, Beagan, Ristovski-Slijepcevic et Chapman, 2008 ; Gill, Stewart, Treasure et Chadwick, 2008 ; Nairn et Clarke, 2012). L’administration de questionnaires exige l’autorisation de parents ou de tuteurs.

  • La faible incidence du sous-groupe au sein de la population québécoise : En 2012, le groupe ciblé comptait approximativement de 399 387 personnes, alors que la population québécoise en totalisait 8 054 756 (Institut de la statistique du Québec, 2012).Les coûts associés aux difficultés entourant le recrutement d’un échantillon satisfaisant au sein de la population québécois excluaient toute collecte d’information par sondage téléphonique.

  • La validité des informations sociodémographiques fournies par Facebook : La logique derrière le choix de Facebook pour cette campagne (voulant qu’une portion du jeune public s’y trouve après avoir menti sur son âge) reposait sur l’hypothèse que certaines données sociodémographiques communiquées à Facebook par les internautes étaient fausses. Paradoxalement, les publicitaires ont utilisé les informations liées à l’âge fournies par les utilisateurs pour déterminer le succès de la campagne.

47Wilson et ses collègues (2012) se sont intéressés à la véracité des contenus publiés par les utilisateurs. Ils ont conclu que les utilisateurs publient sur leur page Facebook « a fairly accurate representation of their offline identity » (p.210). Ils notent aussi une tendance à embellir leur image grâce au choix des éléments affichés (self-enhancement). Mais ces chercheurs ne croient pas que la fabulation ou l’exagération soit fréquentes sur Facebook, puisque les mensonges et la vantardise risqueraient d’être dénoncés par des proches ou des amis des éventuels fautifs.

Les enquêtes postcampagnes

48Deux enquêtes postcampagne ont été réalisées :

  1. Une enquête par sondage téléphonique auprès d’adultes francophones et anglophones (SOM, 2012a). À l’intérieur d’un sondage omnibus (comportant plusieurs questions relatives à d’autres enjeux de santé) deux questions furent posées aux parents d’enfants âgés de 14 ans ou moins (N =262). L’échantillon des parents a été constitué à partir d’un échantillon aléatoire de 1000 adultes québécois constitué pour répondre au sondage omnibus ;

  2. Une enquête reposant sur des entrevues brèves, effectuées auprès d’un échantillon de répondants (N =380), inscrits aux trois premiers cycles du secondaire (SOM, 2012b). Les répondants ont été recrutés par sélection aléatoire sur les terrains de trois écoles secondaires de la région de Québec, choisies en raison de considérations logistiques (rapidité, proximité, coûts). L’autorisation des autorités scolaires avait été obtenue préalablement. Un questionnaire de 14 questions a été utilisé. Pour confirmer le fait que la notoriété mentionnée par certains répondants correspondait à la campagne ministérielle, des imprimés reprenant des éléments publicitaires étaient présentés au moment de l’entrevue ;

49Parmi les répondants à l’enquête par sondage téléphonique, 27 % ont dit être parents d’enfants âgés de 14 ans ou moins (l’âge maximal du groupe visé par la campagne). Le quart (34 %) de ces parents pouvait affirmer que leurs enfants possédaient leur propre page Facebook. Il demeurait possible que certaines jeunes puissent utiliser Facebook à l’insu de leurs parents.

50En ce qui a trait à l’enquête par entrevues, 88 % des élèves de l’échantillon ont affirmé posséder un compte Facebook. La proportion de ces utilisateurs augmente avec l’âge : secondaire 1 (âgés de 13 ans et moins, 80 % ; secondaire 2 : 89 % ; secondaire 3 : 94 %. Presque 80 % des élèves interrogés se souvenaient avoir vu les illustrations liées à la campagne. Dans ce groupe, le véhicule publicitaire mentionné était principalement la télévision (près de 92 %), devançant largement Facebook ou l’Internet en général (16 %). Les jeunes déclarant avoir été exposés à la campagne étaient presque tous capables de résumer les éléments du message télévisé utilisé. On a observé que l’exposition mentionnée à la campagne n’était pas plus importante chez ceux qui avaient un compte Facebook que chez les autres, ce qui suggère que la télévision serait le principal facteur de notoriété.

L’analyse secondaire des données

La démarche d’analyse secondaire

51À partir des résultats des recherches gouvernementales portant sur la campagne étudiée, nous avons examiné une possible généralisation vers d’autres campagnes destinées à une population de préadolescents. Il s’agit donc d’un élargissement de la démarche d’analyse initiale.

52Les données quantitatives obtenues lors de la recherche primaire ont été utilisées, sans traitement statistique ou modification. L’auteur ayant aussi été impliqué dans la recherche gouvernementale d’où provenaient les données, les vérifications éthiques et méthodologiques entourant la collecte de données et l’analyse statistiques ont été complétées facilement.

Facebook et les pré-adolescents

53Les données des deux études considérées laissent entrevoir que des enfants âgés de moins de 13 ans fréquentent le réseau Facebook. Rien ne permet de croire que cette situation soit causée par la campagne étudiée. Ces résultats confortent l’hypothèse que l’instrument permettrait de rejoindre certains jeunes qui, théoriquement, ne devrait pas s’y trouver. Même si les données ne permettent pas de quantifier le pourcentage du sous-groupe utilisant Facebook, elles confirment la pertinence d’intégrer ce réseau à certaines campagnes publicitaires.

54L’analyse révèle par contre la piètre validité des données relatives à l’âge fournies par les jeunes usagers, une information cruciale pour les responsables de campagnes de promotion de la santé. Même si on admet l’hypothèse que la crainte d’une dénonciation par les pairs puisse réduire les risques de mensonge sur Facebook (Wilson et al., 2012), on peut douter de l’importance que des adolescents accorderaient à l’inexactitude de la date de naissance de leurs pairs sur une page Facebook. A priori, sans autre moyen d’en confirmer la véracité, l’exactitude des données touchant l’âge des plus jeunes utilisateurs de Facebook paraît donc douteuse.

Facebook comme alternative à la diffusion d’une campagne en milieu scolaire

55Les données de l’enquête postcampagne ont révélé que les courtes publicités télévisées de la campagne ont récolté une plus grande notoriété que celles diffusées par Facebook. Ceci pourrait suggérer que, puisque l’espace télévisuel est relativement moins encombré que l’espace Web, il est beaucoup plus difficile d’être exposé et de se souvenir d’une communication diffusée sur la Toile qu’à la télévision. L’impact d’un faible encombrement publicitaire, favorisant la notoriété des messages, pourrait suggérer que la diffusion en milieu scolaire présente des avantages importants. Les difficultés à obtenir une notoriété comparable à celle obtenue par la télévision réduirait les bénéfices éventuels découlant du ciblage plus précis théoriquement offerts par Facebook.

56Pour les praticiens, l’analyse des résultats colligés après la campagne ministérielle milite en faveur du choix de moyens de diffusion associés à un moindre encombrement publicitaire. Même si Facebook peut être utilisé pour atteindre des populations de 13 ans ou moins, les données étudiées ne permettent pas de croire que ce véhicule offre des bénéfices supérieurs à la diffusion en milieu scolaire.

Conclusion

57L’envergure des recherches postcampagnes utilisées est modeste, ce qui limitait les données disponibles et l’analyse secondaire qu’on pouvait en faire. Malgré tout, le procédé a permis d’aborder trois importantes questions touchant à l’utilisation de Facebook dans des campagnes sociales destinées aux jeunes. Les enjeux identifiés portent sur la pertinence d’utiliser Facebook pour rejoindre les jeunes de 13 ans ou moins, sur les avantages de Facebook par rapport à la diffusion en milieu scolaire, et sur la validité des informations relatives à l’âge que les jeunes utilisateurs publient sur Facebook.

58Les résultats obtenus dans l’évaluation postcampagne confirment la pertinence d’intégrer Facebook à différentes campagnes de publicité sociale ciblant les préadolescents, puisque plusieurs y ont accès malgré le dispositif devant théoriquement leur en interdire l’accès. Notre constat justifie un recours éventuel à cette stratégie de communication pour d’autres campagnes destinées aux jeunes.

59L’analyse montre que Facebook offre une alternative acceptable au procédé de diffusion en milieu scolaire. Les données étudiées suggèrent cependant que la notoriété d’une campagne déployée uniquement sur Facebook serait inférieure à celle d’une campagne diffusée dans le milieu scolaire, où l’encombrement publicitaire réduit peut favoriser la visibilité du matériel publicitaire. McGuire (1984) nous rappelle que la notoriété d’une publicité sociale n’est que le premier jalon d’une séquence menant au succès d’une campagne sociale. Parmi les douze facteurs que McGuire associe au succès d’une campagne, l’exposition à la communication est l’étape initiale, précédant des étapes d’attention, d’intérêt et de compréhension du message. La seule mesure de notoriété ne suffit donc pas à conclure au succès publicitaire.

60En ce concerne la méthodologie des recherches intégrant des informations obtenues sur Facebook, l’analyse révèle la piètre validité des informations relatives à l’âge des plus jeunes internautes. Nos observations suggèrent une interprétation prudente des données personnelles et confirme l’intérêt d’étudier la reproductibilité des phénomènes observés en ligne (Janssens et Kraft, 2012).

61L’analyse présentée repose sur des données colligées lors de recherches commandées par des décideurs gouvernementaux et instrumentalisée par une entreprise commerciale de recherches et sondages. Impliqué dans l’étude des campagnes québécoises de publicité sociale depuis près d’une décennie, l’auteur a constaté que les recherches appliquées sont peu utilisées par les chercheurs québécois qui s’intéressent aux campagnes sociales. Le préjugé voulant que les données fournies par des études gouvernementales soient inutilisables dans une démarche scientifique n’est pas unique à la publicité sociale (Smith, 2008). Juxtaposé aux difficultés entourant la collaboration des praticiens et des chercheurs dans l’étude des phénomènes publicitaires (Gabriel, 2006 ; Lilien, 2011 ; Nyilasy et Reid, 2007), la situation nuit probablement à l’avancement des connaissances. Indubitablement, l’utilisation de l’analyse secondaire exige une approche prudente et le respect de certaines balises (Glaser, 1962 ; Heaton, 2008). Mais devant le nombre limité de travaux consacrés aux stratégies de publicité sociale, et le fait que plusieurs campagnes sociales fassent l’objet de recherches appliquées, le faible intérêt pour les données de recherche appliquée semble injustifié.

62Les objectifs des enquêtes postcampagnes, souvent limités à l’appréciation des investissements publicitaires, n’excluent pas leur pertinence pour la communauté scientifique. À cet égard, il convient de citer à nouveau Hyman, relatant son parcours et décrivant l’essor des pratiques d’enquête par sondage à l’époque de la seconde guerre mondiale, qui écrit : « applied research – intended to be useful and practical to the commanders- does not deny the fact that it also provided knowledge on problems of importance for social science and society » (Hyman et al., 1991, p. 74).

63Approche exploratoire du phénomène, l’analyse présentée évoque des pistes intéressantes sans parvenir à produire de démonstration rigoureuse. L’utilisation de données provenant d’études primaires impose ces contraintes. Les constats proposés demeurent des hypothèses nécessitant une confirmation appuyée par une méthodologie plus rigoureuse.

64L’analyse secondaire qui s’appuie sur les données d’études antérieures demeure tributaire des limites et des biais inhérents à ces travaux. Dans le cas présent, la validité de réponses de préadolescents à un questionnaire et l’utilisation de déclarations reposant sur la mémoire des répondants sont deux sources possibles d’erreur qu’il convient de souligner. Par ailleurs, les échantillons utilisés dans les études citées sont de taille réduite, limitant d’éventuelles inférences statistiques.

65L’implication de l’auteur dans les enquêtes postcampagne a facilité l’analyse secondaire des données, permettant de répondre à certaines questions préalables au choix de cette méthode qui touchent la nature de la collecte, la personne responsable, les informations colligées, la méthode de collecte et la corroboration par d’autres sources. Ces informations, qui n’ont pas été présentées, figurent dans les rapports gouvernementaux.

Haut de page

Bibliographie

Abroms, L. C. et Maibach, E. W. (2008). The effectiveness of mass communication to change public behavior. Annual Review of Public Health, 29(1), 219-234. doi : doi :10.1146/annurev.publhealth.29.020907.090824

AFP. (2012). Un milliard de personnes sur Facebook. Le Figaro, 2012. Récupéré de http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/10/04/97002-20121004FILWWW00549-un-milliard-de-personnes-sur-facebook.php

Amichai-Hamburger, Y. etet Vinitzky, G. (2010). Social network use and personality. Computers in Human Behavior, 26(6), 1289-1295. doi : 10.1016/j.chb.2010.03.018

Arkin, E. B., Denniston, R. et Romano, R. M. (1990). The Government Perspective. Dans C. K. Atkin et L. M. Wallack (dir.), Mass communication and public health : complexities and conflicts (p. 165-170). Newbury Park : Sage Publications.

Audrain-McGovern, J., Rodriguez, D., Tercyak, K. P., Cuevas, J., Rodgers, K. et Patterson, F. (2004). Identifying and characterizing adolescent smoking trajectories. Cancer Epidemiology Biomarkers et Prevention, 13(12), 2023-2034.

Bassett, R., Beagan, B. L., Ristovski-Slijepcevic, S.et Chapman, G. E. (2008). Tough teens - The methodological challenges of interviewing teenagers as research participants. Journal of Adolescent Research, 23(2), 119-131. doi : 10.1177/0743558407310733

Bennett, G. G.et Glasgow, R. E. (2009). The delivery of public health interventions via the Internet : Actualizing their potential. Annual Review of Public Health, 30(1), 273-292. doi : doi :10.1146/annurev.publhealth.031308.100235

Berlivet, L. (2004). Une biopolitique de l’éducation pour la santé. La fabrique des campagnes de prévention. Dans D. Fassin et D. Memmi (dir.), Le gouvernement des corps. Cas de figure ; 3 (p. 37-75). Paris : Ecole des hautes études en sciences sociales,.

Bernhardt, J. M. (2004). Communication at the core of effective public health. American Journal of Public Health, 94(12), 2051-2053.

Bertrand, J. T., Goldman, P., Zhivan, N., Agyeman, Y.et Barber, E. (2011). Evaluation of the “Lose Your Excuse” Public Service Advertising Campaign for Tweens to Save Energy. Evaluation Review, 35(5), 455-489. doi : 10.1177/0193841x11428489

Bouman, M. P. A. et Brown, W. J. (2010). Ethical Approaches to Lifestyle Campaigns. Journal of Mass Media Ethics : Exploring Questions of Media Morality, 25(1), 34 - 52.

Brinn, M. P., Carson, K. V., Esterman, A. J., Chang, A. B. et Smith, B. J. (2010). Mass media interventions for preventing smoking in young people. Cochrane Database of Systematic Reviews(11). doi : 10.1002/14651858.CD001006.pub2

Brug, J., Tak, N. I. et Velde, S. J. T. (2011). Evaluation of nationwide health promotion campaigns in the Netherlands : an exploration of practices, wishes and opportunities. Health Promotion International, 26(2), 244-254. doi : 10.1093/heapro/daq058

Cartier marketing. (2012). Bilan de la campagne tabac 2011-2012. Document inédit.

CEFRIO (2009). Génération C. Les 12-24 ans - Moteurs de transformation des organisations. Rapport-synthèse. Récupéré de http://www.cefrio.qc.ca/media/uploader/rapport_synthese_generationc_final.pdf

Chou, W. Y., Hunt, Y. M., Beckjord, E. B., Moser, R. P. et Hesse, B. W. (2009). Social media use in the United States : implications for health communication. Journal of Medical Internet Research, 11(4), e48. doi : 10.2196/jmir.1249

Cohen, E. L., Shumate, M. D. et Gold, A. (2007). Anti-smoking media campaign messages : theory and practice. Health Communication, 22(2), 91-102. doi : 10.1080/10410230701453884

D’Auria, J. P. (2011). Health Web Sites for Teens. Journal of Pediatric Health Care, 25(2), E1-E5. doi : 10.1016/j.pedhc.2010.11.005

Daniel, K. L., Bernhardt, J. M. et Eroglu, D. (2009). Social marketing and health communication : from people to places. American Journal of Public Health, 99(12), 2120-2122. doi : 10.2105/ajph.2009.182113

Donelle, L., Hoffman-Goetz, L., Gatobu, S. et Arocha, J. F. (2009). Comprehension of Internet-based numeric cancer information by older adults. Informatics for Health et Social Care, 34(4), 209-224. doi : Doi 10.3109/17538150903358552

Doolan, D. M. et Froelicher, E. S. (2009). Using an Existing Data Set to Answer New Research Questions : A Methodological Review. Research and Theory for Nursing Practice, 23(3), 203-215. doi : 10.1891/1541-6577.23.3.203

DuRant, R. H., Wolfson, M., LaFrance, B., Balkrishnan, R. et Altman, D. (2006). An evaluation of a mass media campaign to encourage parents of adolescents to talk to their children about sex. Journal of Adolescent Health, 38(3), 298 e291-299.

Edgar, T., Volkman, J. E. et Logan, A. M. B. (2011). Social marketing. Its meaning, use, application for health communication. Dans T. L. Thompson, R. Parrott et J. F. Nussbaum (dir.), The Routledge Handbook of Health Communication (2nde éd., p. 235-251). New York : Routledge.

Falomir-Pichastor, J. M., Mugny, G., Invernizzi, F., Di Palma, A. et Estrada, M. M. (2007). Does the campaign against tobacco use necessarily reduce the attractions of smoking for young people ? Identity issues surrounding initiation into tobacco consumption. European Review of Applied Psychology-Revue Europeenne De Psychologie Appliquee, 57(4), 257-265. doi : 10.1016/j.erap.2006.12.002

Freimuth, V. S., Hammond, S. L. et Stein, J. A. (1988). Health Advertising : Prevention for Profit. American Journal of Public Health, 78(5), 557-561.

Frenette, M. et Vermette, M.-F. (2009). La recherche en communication : un atout pour les campagnes sociales. Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec.

Gabriel, H. (2006). Advertising planning, ad-agency use of advertising models, and the academic proctitioner divide. Journal of Marketing Practice : Applied marketing Science, 24(5), 505-527. doi : http://dx.doi.org/10.1108/02634500610682890

Garcia-Retamero, R. et Galesic, M. (2010). Who proficts from visual aids : Overcoming challenges in people’s understanding of risks. Social Science et Medicine, 70(7), 1019-1025. doi : DOI 10.1016/j.socscimed.2009.11.031

Gauthier, B. et Turgeon, J. (1995). Les données secondaires. Dans B. Gauthier (dir.), Recherche sociale : de la problématique à la collecte des données, (3e éd.e éd., p. 453-481). Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec.

Gill, P., Stewart, K., Treasure, E. et Chadwick, B. (2008). Conducting qualitative interviews with school children in dental research. British Dental Journal, 204(7), 371-374. doi : 10.1038/sj.bdj.2008.245

Glaser, B. G. (1962). Secondary Analysis : A Strategy for the Use of Knowledge from Research Elsewhere. Social Problems, 10(1), 70-74. doi : 10.2307/799409

Gomm, R. (2009). Key concepts in social research methods. Basingstoke : Palgrave Macmillan.

Gosling, S. (2009). The ancient psychological roots of Facebook behavior. Récupéré le 22 avril 2013 de http://blogs.hbr.org/now-new-next/2009/03/the-ancient-psychological-root.html

Gosselin, P. et Poitras, P. (2008). Use of an internet “viral” marketing software platform in health promotion. Journal of Medical Internet Research, 10(4), e47. doi : v10i4e47 [pii] 10.2196/jmir.1127

Gray, L., MacDonald, C., Mackie, B., Paton, D., Johnston, D. et Baker, M. G. (2012). Community responses to communication campaigns for influenza A (H1N1) : a focus group study. BMC Public Health, 12. doi : 10.1186/1471-2458-12-205

Grier, S. A. et Kumanyika, S. (2010). Targeted Marketing and Public Health (Annual Review of Public Health, Vol 31 (Vol. 31, p. 349-369). Palo Alto : Annual Reviews.

Heaton, J. (2008). Secondary Analysis of Qualitative Data : An Overview. Historical Social Research-Historische Sozialforschung, 33(3), 33-45.

Hyman, H. H., O’Gorman, H. J. et Singer, E. (1991). Taking society’s measure : a personal history of survey research. New York : Russell Sage Foundation.

Institut de la statistique du Québec. (2012). Population du Québec 2001-2012 par groupe d’âge et sexe. Récupéré le 23 avril 2013 de http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/bilan2013.pdf

Janssens, A. C. J. W. et Kraft, P. (2012). Research Conducted Using Data Obtained through Online Communities : Ethical Implications of Methodological Limitations. PLoS Med, 9(10), e1001328. doi : 10.1371/journal.pmed.1001328

Jessop, D. C. et Wade, J. (2008). Fear appeals and binge drinking : A terror management theory perspective. British Journal of Health Psychology, 13, 773-788. doi : 10.1348/135910707x272790

John-Leader, F., Van Beurden, E., Barnett, L., Hughes, K., Newman, B., Sternberg, J. et Dietrich, U. (2008). Multimedia campaign on a shoestring : promoting ‘Stay Active - Stay Independent’ among seniors. Health Promotion Journal of Australia, 19(1), 22-28.

Jones, R. K., Biddlecom, A. E. et Milne, R. M. (2009). How Does the Internet Fill the Sexual Health Information Gap for Teens ? Journal of Adolescent Health, 44(2, Supplement 1), S9-S10.

Khang, H., Ki, E.-J. et Ye, L. (2012). Social Media Research in Advertising, Communication, Marketing, and Public Relations, 1997–2010. Journalism et Mass Communication Quarterly, 89(2), 279-298. doi : 10.1177/1077699012439853

King, N. B. (2002). Security, disease, commerce : Ideologies of postcolonial global health. Social Studies of Science, 32(5-6), 763-789.

Kivits, J. (2009). Everyday health and the internet : a mediated health perspective on health information seeking. Sociology of Health and Illness, 31(5), 673-687. doi : 10.1111/j.1467-9566.2008.01153.x

Kivits, J. (2012). Les usages de l’internet-santé. Dans C. Thoër et J. J. Lévy (dir.), Internet et santé : acteurs, usages et appropriations (p. 37-56). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Kreps, G. L. et Maibach, E. W. (2008). Transdisciplinary Science : The Nexus Between Communication and Public Health. Journal of Communication, 58(4), 732-748. doi : 10.1111/j.1460-2466.2008.00411.x

Lalonde, M. et Heneman, B. (2004). La prévention du tabagisme chez les jeunes. Avis scientifique. (D. d. d. d. i. e. d. communautés, Trans.) (p. 187). Québec : Institut national de la santé publique du Québec.

Lalonde, M. et Lagüe, J. (2007). Analyse du potentiel d’efficacité des programmes de prévention du tabagisme chez les jeunes (p. 133). Québec : Institut national de santé publique.

Lasnier, B., Leclerc, B.-S. et Hamel, D. (2012). Les inégalités sociales en matière de tabagisme et d’exposition à la fumée de tabac dans l’environnement au Québec. Dans D. d. d. d. i. e. d. communautés (dir.). Québec : Institut national de santé publique.

Lilien, G. L. (2011). Bridging the Academic-Practitioner Divide in Marketing Decision Models. Journal of Marketing, 75(4), 196-210.

Ling, J. C., Franklin, B. A. K., Lindsteadt, J. F. et Gearon, S. A. N. (1992). Social Marketing - Its Place in Public Health. Annual Review of Public Health, 13, 341-362.

Loss, J. et Nagel, E. (2010). Social Marketing - Seduction with the Aim of Healthy Behavior ? Gesundheitswesen, 72(1), 54-62. doi : 10.1055/s-0029-1241890

Martin, C. et Arcand, L. (2005). École en santé. Guide à l’intention du milieu scolaire et de ses partenaires. Récupéré de http://www.mels.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/dpse/adaptation_serv_compl/GuideIntMilieuScolPart_ReussiteEducJeunes_EnBref_f.pdf

Maurer, C. et Wiegmann, R. (2011). Effectiveness of Advertising on Social Network Sites : A Case Study on Facebook. Vienna : Springer-Verlag Wien.

McGuire, W. J. (1984). Public communication as a strategy for inducing health-promoting behavioral change. Preventive Medicine, 13(3), 299-319.

Nadkarni, A. et Hofmann, S. G. (2012). Why do people use Facebook ? Personality and Individual Differences, 52(3), 243-249. doi : 10.1016/j.paid.2011.11.007

Nairn, A. et Clarke, B. (2012). Researching children : are we getting it right ? International Journal of Market Research, 54(2), 177-198. doi : 10.2501/IJMR-54-2-177-198

Nyilasy, G. et Reid, L. N. (2007). The academician-practitioner gap in advertising. International Journal of Advertising, 26(4), 425-445.

Nyilasy, G. et Reid, L. N. (2009). Agency practitioner theories of how advertising works. Journal of Advertising, 38(3), 81-96. doi : 10.2753/joa0091-3367380306

O’Loughlin, J., Karp, I., Koulis, T., Paradis, G. et DiFranza, J. (2009). Determinants of First Puff and Daily Cigarette Smoking in Adolescents. American Journal of Epidemiology, 170(5), 585-597. doi : 10.1093/aje/kwp179

Paek, H. J. (2008). Mechanisms through which adolescents attend and respond to antismoking media campaigns. Journal of Communication, 58(1), 84-U24. doi : 10.1111/j.1460-2466.2007.00375.x

Parrott, R. et Kreuter, M. W. (2011). Multidisciplinary, interdisciplinary, and transdisciplinary approaches to health communication. Where do we draw the lines ? Dans T. L. Thompson, R. Parrott et J. F. Nussbaum (dir.), The Routledge handbook of health communication (2nde éd., p. 3-17). New York : Routledge.

Pascoe, C. J. (2012). Studying Young People’s New Media Use : Methodological Shifts and Educational Innovations. Theory into Practice, 51(2), 76-82. doi : 10.1080/00405841.2012.662862

Peracchio, L. A. et Luna, D. (1998). The Development of an Advertising Campaign to Discourage Smoking Initiation among Children and Youth. Journal of Advertising, 27(3), 49-56.

Philip, B. (2004). Ease of imagination moderates reactions to differently framed health messages. European Journal of Social Psychology, 34(2), 103-119.

Polit, S. (2012). The Organizational Impacts of Managing Social Marketing Interventions. Social Marketing Quarterly, 18(2), 124-134. doi : 10.1177/1524500412450491

Pratkanis, A. R. et Aronson, E. (2002). Age of propaganda : the everyday use and abuse of persuasion. (Rev.e éd.). New York : W.H. Freeman.

Raftopoulou, E. et Hogg, M. K. (2010). The political role of government-sponsored social marketing campaigns. European Journal of Marketing, 44(7-8), 1206-1227. doi : 10.1108/03090561011047599

Randolph, W. et Viswanath, K. (2004). Lessons Learned from Public Health Mass Media Campaigns : Marketing Health in a Crowded Media World*. Annual Review of Public Health, 25, 419-437.

Renaud, L. (2012). Internet et la promotion de la santé. Dans C. Thoër et J. J. Lévy (dir.), Internet et santé : acteurs, usages et appropriations (p. 482). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Renaud, L. et Bouchard, C. e. c. a. (2005). La santé s’affiche au Québec : plus de 100 ans d’histoire. Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec.

Renaud, L., Caron-Bouchard, M., Martel, G., Gagnon, L. et Pelletier, M.-C. (2009). Gestion complexe de partenariats lors d’une campagne de promotion de la santé. Santé Publiqe, 21(3), 303-317.

Rigotti, N. A. et Wakefield, M. (2012). Real People, Real Stories : A New Mass Media Campaign That Could Help Smokers Quit. Annals of Internal Medicine, N/A(N/A), N/A-N/A. doi : 10.7326/0003-4819-156-1-201201010-00541

Rosengren, S. (2008). Publicity vs. advertising in a cluttered environment : Effects on attention and brand identification. Journal of Current Issues et Research in Advertising, 30(2), 27-35.

Ross, C., Orr, E. S., Sisic, M., Arseneault, J. M., Simmering, M. G. et Orr, R. R. (2009). Personality and motivations associated with Facebook use. Computers in Human Behavior, 25(2), 578-586. doi : 10.1016/j.chb.2008.12.024

Russell, C. A., Clapp, J. D. et Dejong, W. (2005). Done 4 : analysis of a failed social norms marketing campaign. Health Communication, 17(1), 57-65.

Sashittal, H. C., Sriramachandramurthy, R. et Hodis, M. (2012). Targeting college students on Facebook ? How to stop wasting your money. Business Horizons, 55(5), 495-507. doi : 10.1016/j.bushor.2012.05.006

Scheier, L. M. et Grenard, J. L. (2010). Influence of a Nationwide Social Marketing Campaign on Adolescent Drug Use. Journal of Health Communication : International Perspectives, 15(3), 240 - 271.

Schevitz, J. (1918). Advertising as a Force in Public Health Education. American Journal of Public Health, 8(12), 916-921. doi : 10.2105/ajph.8.12.916

Siegel, M. et Biener, L. (1997). Evaluating the Impact of Statewide Anti-Tobacco Campaigns : The Massachusetts and California Tobacco Control Programs. Journal of Social Issues, 53(1), 147-168. doi : 10.1111/j.1540-4560.1997.tb02436.x

Silk, K. J., Atkin, C. K. et Salmon, C. T. (2011). Developing effective media campaigns for health promotion. Dans T. L. Thompson, R. Parrott et J. F. Nussbaum (dir.), The Routledge Handbook of Health Communication (2nde éd., p. 203-219). New York : Routledge.

Smith, E. (2008). Pitfalls and promises : The use of secondary data analysis in educational research. British Journal of Educational Studies, 56(3), 323-339. doi : 10.1111/j.1467-8527.2008.00405.x

Snyder, L. B. et Hamilton, M. A. (2002). A meta-analysis of US health campaign effects on behavior : emphasize enforcement, exposure, and new information, and beware the secular trend. Dans R. C. Hornik (dir.), Public health communication : evidence for behavior change (p. 357 - 383). Mahwah, N.J. : L. Erlbaum Associates.

SOM. (2012a). Évaluation postcampagne 2011-2012 de la promotion de l›immunisation (influenza) et sur d›autres communications visant à aborder différentes questions de santé publique. Rapport SOM-R édition mars 2012 (vague 4). Document inédit.

SOM. (2012b). Sondage auprès des jeunes du premier cycle du secondaire sur la campagne « Fumer, c’est dégueu». Rapport final présenté à la Direction des communications. Document inédit.

Stone, E. R., Yates, J. F. et Parker, A. M. (1997). Effects of Numerical and Graphical Displays on Professed Risk-Taking Behavior. Journal of Experimental Psychology : Applied, 3(4), 243-256.

Thoër, C. (2012). Les espaces d’échange en ligne consacrés à la santé. Dans C. Thoër et J. J. Lévy (dir.), Internet et santé : acteurs, usages et appropriations (p. 57-91). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Valente, T. W. et Saba, W. P. (1997). Reproductive Health is in Your Hands : the national media campaign in Bolivia. SIECUS Rep, 25(2), 10-13.

Vallone, D. M., Duke, J. C., Cullen, J., McCausland, K. L. et Allen, J. A. (2011). Evaluation of EX : A National Mass Media Smoking Cessation Campaign. American Journal of Public Health, 101(2), 302-309. doi : 10.2105/ajph.2009.190454

Wakefield, M., A, Loken, B. et Hornik, R. C. (2010). Use of mass media campaigns to change health behaviour. Lancet, 376(9748), 1261-1271.

Wanat, C. L. (2008). Getting Past the Gatekeepers : Differences Between Access and Cooperation in Public School Research. Field Methods, 20(2), 191-208.

Webb, L. T., Joseph, J., Yardley, L. et Michie, S. (2010). Using the Internet to Promote Health Behavior Change : A Systematic Review and Meta-analysis of the Impact of Theoretical Basis, Use of Behavior Change Techniques, and Mode of Delivery on Efficacy. Journal of Medical Internet Research, 12(1), e4.

Wilson, E. A. H. et Wolf, M. S. (2009). Working memory and the design of health materials : A cognitive factors perspective. Patient Education and Counseling, 74(3), 318-322.

Wilson, R. E., Gosling, S. D. et Graham, L. T. (2012). A Review of Facebook Research in the Social Sciences. Perspectives on Psychological Science, 7(3), 203-220. doi : 10.1177/1745691612442904

Yang, M. et Roskos-Ewoldsen, D. R. (2007). The effectiveness of brand placements in the movies : Levels of placements, explicit and implicit memory, and brand-choice behavior. Journal of Communication, 57(3), 469-489. doi : 10.1111/j.1460-2466.2007.00353.x

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Giroux, « Utilisation du réseau Facebook dans une campagne de prévention pour jeunes adolescents : analyse secondaire des données d’une étude postcampagne », Communiquer, 10 | 2013, 127-146.

Référence électronique

Claude Giroux, « Utilisation du réseau Facebook dans une campagne de prévention pour jeunes adolescents : analyse secondaire des données d’une étude postcampagne », Communiquer [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/532 ; DOI : 10.4000/communiquer.532

Haut de page

Auteur

Claude Giroux

Pharmacien, doctorant en communication publique, coordonnateur de la recherche, Direction des communications
Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
claudegiroux[@]globetrotter.net

Le contenu de ce texte n’engage que son auteur et ne véhicule aucune opinion ou position gouvernementale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org