Navigation – Plan du site

La recherche d’information santé hors ligne et en ligne chez les 18-34 ans : une étude exploratoire

Research on health issues offline and online among 18-34 year-olds: an exploratory study
Monique Caron-Bouchard
p. 67-86

Résumés

Cet article présente une recherche exploratoire de type qualitatif effectuée auprès des 18-34 ans. Elle porte sur leur utilisation des réseaux sociaux hors ligne et en ligne lors de leurs quêtes d’information santé. Cette génération de jeunes adultes n’ayant pas connu une société où les technologies numériques ne font pas partie intégrante de la trame quotidienne délaissent-ils les paradigmes de recherche traditionnelle priorisant la famille, les amis et les professionnels de la santé dans un contexte interpersonnel en face à face ? L’analyse d’entrevues semi-dirigées menées auprès de 21 personnes (dont la majorité se considère en santé) de la grande région de Montréal a permis de relever les facteurs motivant la recherche d’information santé, la démarche informative, l’utilisation et la perception des réseaux sociaux ainsi que la trajectoire de recherche. L’étude des verbatims recueillis donne des indications sur l’utilité et la pertinence des diverses sources d’information santé tant hors ligne qu’en ligne. La participation active dans les relations interpersonnelles s’avère plus manifeste hors ligne qu’en ligne.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements au FQRSC et à Lise Renaud Ph.D. directrice du Centre de recherche sur la communication et la santé. Nous tenons à souligner la contribution de Sylvie Beaulieu tout au cours de la recherche.

Introduction

1En cette ère de plus en plus investie par les médias numériques, il est à propos de se questionner sur la place qu’ils occupent dans la quête d’informations en matière de santé chez les jeunes adultes de 18 à 34 ans. Quelles sources informatives cette population privilégie-t- elle pour aborder des thématiques personnelles, voire même intimes ? Plusieurs recherches (IFOP, 2011 ; Fox, 2011 ; CEFRIO, NETendance, 2012; Nielsen, 2012; Fox, 2013) indiquent que ce groupe d’âge réunit de friands adeptes des réseaux sociaux. C’est au sein de cette génération, née entre le milieu des années 1970 et la fin des années 1980, que l’on trouve le plus grand nombre d’internautes utilisant les réseaux sociaux en ligne. Au Québec, les jeunes de 18-34 ans s’en servent dans une proportion de 94.4 %, avec un attrait particulier exercé par Facebook (CEFRIO, 2012). Une étude de CROP-AQESS (2011) précise que 63 % des 18 ans et plus naviguent sur Internet pour s’informer sur des sujets relatifs à la santé, régulièrement et/ou à l’occasion. Notre étude examine la quête d’information santé chez les 18-34 ans n’ayant pas connu une société où les technologies numériques sont absente de la vie quotidienne. Cette génération, qui a grandi avec ces modes de communication, y a recours au quotidien, plus particulièrement les 17-21 ans, qui possèdent des habiletés et des compétences fines pour l’exploration et l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux (Meyers, 2012). Quelles informations sur la santé suscitent leur intérêt, quels facteurs ou quels leviers influencent leur démarche de recherche, et selon quelles trajectoires ? Existe-t-il des différences entre leurs paradigmes de recherche d’information santé dans les sphères virtuelle et réelle ?

Usages d’Internet dans la recherche d’information santé

2Plusieurs études (Kivits et al., 2009 ; Renahy 2012) dans le champ de la communication ont porté sur l’utilisation d’internet comme source d’information santé pour la population. Si certains individus s’en remettent encore uniquement aux voies informatives traditionnelles (professionnels de la santé, famille, médias traditionnels, notamment écrits, pairs etc.), d’autres recourent également à Internet.Une étude longitudinale norvégienne de 2000-2010 relève l’augmentation de l’utilisation d’Internet pour l’information santé et l’achat de médicaments ou autres produits santé (Wanberg 2009).

3Selon un sondage (Renahy et al., 2007), le profil-type de l’internaute santé est une femme, jeune ou d’âge moyen, vivant en couple, avec un niveau d’études élevé, un emploi, une grande expérience d’Internet et confrontée personnellement ou dans son entourage proche à un problème de santé. Une autre étude (Koch-Weser, 2010) souligne que les usagers d’Internet pour la recherche d’information santé sont plus jeunes, plus scolarisés, ont un revenu plus élevé et considèrent plus important de rechercher l’information santé en ligne que ceux qui privilégient la recherche d’information hors ligne. Cependant, on ne relève aucune différence selon le sexe, l’état de santé et le besoin de confidentialité entre ces deux types de personnes. L’origine ethnoculturelle influence aussi la fréquentation d’Internet. Une consultation auprès de 452 jeunes (Lariscy et al., 2010) a ainsi révélé que les adolescentes afro-américaines avaient plus tendance que celles d’autres ethnies à privilégier le web (en plus de la télévision et de la radio) pour la quête d’information en santé.

4Par ailleurs, les utilisateurs d’Internet à des fins d’information santé n’exploitent pas toutes les plateformes ou applications du Web 2.0 (YouTube, blogues, forums de discussion et réseaux sociaux), ni ne les utilisent de la même façon. Divers facteurs sociodémographiques influencent la prévalence de navigation sur la toile à des fins d’information santé sur les réseaux sociaux. L’âge constitue une variable importante : les jeunes, en effet, baignent depuis leur enfance dans l’univers numérique, ont un accès facile à Internet et manifestent une aisance certaine à l’utiliser (CÉFRIO, 2013 ; CROP, 2011 ; Chou et al., 2009 ; Conseil Canadien sur l’Apprentissage, 2008 ; Renahy et al., 2007 ). Une étude entreprise auprès de patients fréquentant des cliniques de dermatologie (Vance et al., 2009) indique que Twitter, Facebook et YouTube s’imposent de plus en plus comme sources d’information santé chez les adolescents et les jeunes adultes.

5Toutefois, la participation dans ces espaces demeure généralement passive et les participants privilégient la consultation de témoignages (Health Research Institute, 2012 ; Romeyer, 2012, Thackeray, 2013).

6Ces recherches ont examiné les caractéristiques sociodémographiques des usagers, de même que les motifs des quêtes d’information santé sur Internet, les sujets recherchés, leurs perceptions de la qualité et de la crédibilité de l’information santé, les ressources privilégiées et enfin, les répercussions de ces informations dans la vie quotidienne ou dans la construction des savoirs experts, populaires et expérientiels (Kivits 2012). Des recherches (Norris, 2004, Brandtzaeg et al., 2010) soulignent le capital social assuré par les médias sociaux au chapitre du renforcement et du développement de liens familiaux et entre pairs. Autant de gains qui motivent l’usage de telles plateformes.

7Toutefois, Internet n’éclipse pas les autres sources d’information et conserve, pour un bon nombre, un statut complémentaire. Une étude du Conseil Canadien sur l’Apprentissage (2008) rapporte que les jeunes Canadiens de 18-24 ans consultent prioritairement la famille et les amis dans une proportion de 33 % et le médecin de famille pour 22 % d’entre eux. Une autre étude (Fortier, 2008) révèle que chez des jeunes ayant vécu une situation sexuelle, Internet était la deuxième source d’information la plus consultée. Ils visitaient les sites web afin de s’informer sur les conséquences possibles sur leur santé et de se rassurer en attendant la visite chez le médecin. C’est la situation dans certains pays, comme la Corée, où les individus, bien que fortement branchés, continuent à accorder aux réseaux humains traditionnels une place de premier plan et cela, dans toutes les sphères de la vie, y compris celle de la santé (Choi, 2005). Ces réseaux, principalement tissés par l’école, la région de résidence et la famille, influencent significativement les comportements. Certes Internet est exploré pour obtenir de l’information santé, mais les réseaux en face à face demeurent privilégiés pour partager les informations recueillies et en discuter.

8Par ailleurs, les recherches dans ce domaine rapportent plusieurs tendances. Les professionnels de la santé composeraient la source informative jugée la plus crédible et consultée en premier lieu par 49 % des répondants (Hesse, 2005), une préférence notée dans une autre étude (Sébastien, 2012). Des internautes fréquentant le site français Doctissimo.fr indiquent que, s’ils ressentent le besoin de compléter les informations du médecin sur le web, pour 91 % d’entre eux, la source d’information la plus légitime demeure le médecin (Romeyer, 2008). Par contre, selon Mc Mullan (2006) et Renahy (2007), les patients chercheraient de plus en plus à se renseigner sur leur condition médicale avant de consulter un professionnel de la santé. Le type de problème médical peut aussi influencer l’ordre de priorité des sources d’information explorées. L’étude conduite par Toutain (2010) auprès de 42 Françaises enceintes établit que, malgré la multitude de sources d’information disponibles (sources écrites, orales, télévision, Internet, professionnels de la santé, entourage familial), la mère demeure la plus crédible pour elles, en ce qui a trait à la problématique de la prise d’alcool pendant la grossesse. Une autre recherche (Fainzang, 2012) indique que si l’avis de l’entourage importe en ce qui a trait à la consommation de médicaments, les informations recueillies par les personnes concernées sont fréquemment vérifiées sur Internet grâce, entre autres, aux forums de discussions. Les usagers se contentent ainsi rarement d’exploiter une seule source d’information et privilégient plutôt un maillage entre les sources informatives en face à face et numériques. Cette stratégie multiple est aussi confirmée par une étude menée auprès de collégiens américains qui établissait que 75 % des expériences en communication santé (portant sur l’alimentation, les problèmes de santé mineurs, les habitudes de vie à risque, etc.) étaient de nature interpersonnelle, que les individus recouraient simultanément à plusieurs modalités de communication (face à face, courriel, téléphone) et qu’une majorité des échanges impliquait des membres de la famille ou des amis (Baxter et al., 2008). Le médecin et le pharmacien sont les ressources les plus consultées par des personnes ayant ou non de problème de santé mentale. Par ailleurs Internet était davantage utilisé par les personnes ayant un problème de santé mentale (Pohjanoksa-Mäntyla 2011).

9Internet semble donc devenu une source importante d’information sur la santé, mais il s’impose de plus en plus en complémentarité avec les sources hors ligne (Sébastien, 2012).

Modalités et motivations de la recherche d’information santé sur Internet

10Les modalités de recherche d’information santé sur Internet sont similaires à celles utilisées pour toute autre investigation sur le réseau. Le recours à des moteurs de recherche constitue ainsi la démarche des deux-tiers des internautes, alors qu’un tiers seulement participe à des forums de discussion santé (Fox, 2013). Par ailleurs, le choix d’un site Internet pour une quête d’information santé n’est pas dicté par le hasard. Les internautes, en effet, établissent différents critères de sélection devant la multiplicité des adresses disponibles. Renahy (2007), Eysenbach et Köhler (2002) précisent que la notoriété de la source et du logo du site, la facture visuelle, la langue, la convivialité de la navigation, la nature des publicités, la répétition de l’information sur différents sites, la mise à jour régulière des contenus, l’objectif sous-jacent au contenu et les liens sont autant de facteurs qui influencent le choix d’un site plutôt que d’un autre.

11Une étude Powell (2011) rapporte que dans le cas de la recherche en ligne d’information santé président le désir d’être rassurer, d’avoir un deuxième avis pour défier d’autres informations, le désir d’une plus grande compréhension pour compléter d’autres informations, non accessibles par des sources traditionnelles, de vérifier une opinion, de comprendre davantage soutiennent la motivation de la recherche d’information santé en ligne. Kim (2012) rapporte que les perceptions de la fiabilité, de la crédibilité, de l’utilité et de l’accessibilité de l’information santé influencent les attitudes et les intentions de l’internaute à utiliser l’information.

12Internet offrirait par ailleurs de multiples avantages pour l’usager parmi lesquels l’interactivité, l’anonymat auxquels s’ajoutent l’adaptation de l’information aux besoins et la possibilité de sa sélection sur mesure (Takahashi et al., 2011). Le faible coût pour le marketing social de type viral, à savoir la mise en ligne par des internautes ou des organismes, de messages promotionnels sur les réseaux numériques, caractérisée par la rapidité de transmission de l’information, l’interactivité et l’exposition à une large communauté figure aussi au nombre des facteurs motivant l’utilisation (Vance et Howe, 2009). Ces réseaux sont d’ailleurs fréquemment exploités par les organisations oeuvrant en santé publique. L’avantage d’une corrélation entre l’échange d’information santé et le support moral (via les forums de discussion, entre autres) dans le cas de maladies chroniques et graves comme le sida ou le cancer du sein a également été relevé (Weaver et Mays, 2009). Les internautes trouvent ainsi des réseaux sociaux au sein desquels ils peuvent partager des informations pratiques et des témoignages (Meric, 2002 ; Aubé et Thoër, 2010).

13Internet présente, à contrario, certains désavantages freinant son utilisation. On peut ainsi noter l’absence de références pour certains contenus présentés en ligne et la confusion possible entre les opinions exprimées et les faits objectifs et réels. Ainsi, près de la moitié des 811 adolescents espagnols consultés par Jimenez-Pernett et Labry-Lima (2010) ont déclaré ne pas se fier à Internet pour l’information santé, par manque de confiance dans leur propre capacité à sélectionner des sites reconnus proposant une information validée. Corcoran et al. (2009), dans la même perspective, rapportent que les patients atteints de douleur chronique ne sont pas toujours capables de trouver par eux-mêmes sur Internet l’information de qualité qu’ils recherchent.

14Des recherches menées par Taylor et Leiman (2001) et citées dans Shim (2008) identifient chez des patients quatre types de démarches : le patient résilient, dépendant des professionnels de la santé et qui utilise peu souvent l’information en ligne ; le patient plus autonome cherchant à gérer lui-même sa santé et qui explore Internet à des fins de validation ; le patient informé dont la source d’information principale est le clinicien et qui navigue sur la toile en quête d’une information médicale alternative et complémentaire ; et enfin le patient impliqué qui utilise Internet d’une façon personnelle pour échanger avec le clinicien. Par ailleurs, des recherches montrent que la quête d’information santé en ligne est en relation avec l’état de santé des usagers Les personnes ayant des problèmes de santé chronique sont ainsi plus nombreuses à rechercher de l’information sur leur problématique (Fox 2013).

15Fox et Rainie (2002, cité dans Shim, 2008) distinguent, quant à eux, trois autres types d’usagers d’informations santé sur Internet en fonction des modalités d’utilisation : l’usager vigilant et rigoureux qui vérifie les sources, la mise à jour et les politiques de confidentialité des informations ; l’usager motivé qui utilise l’information Internet pour gérer ses problèmes médicaux ; l’usager qui se sent peu concerné par la thématique santé et qui navigue très peu sur les sites s’y rapportant.

16Devant les perspectives ouvertes par ces travaux, il est important d’explorer les modalités d’usages, l’articulation et la connexion des sources d’informations santé mobilisées par les individus, soit en complémentarité soit à des fins de validation. Cela permet en effet de cerner le territoire, voire la sphère de communication santé des individus, qui est composée de réseaux hors ligne et en ligne. En privilégiant l’angle des usages, il est possible de mieux comprendre les liens entre ces actions individuelles ou interindividuelles des personnes et le contexte social défini en tenant compte de facteurs structurels comme l’éducation, l’appartenance ethnique, l’environnement de la famille et des pairs, la proximité des services de santé, l’offre médiatique (Kivits, 2012).

17En effet, si les environnements virtuel et réel opèrent par selon leurs propres logiques de communication sur le plan de la participation et de la privauté, on observe des convergences, notamment en termes de finalité : accéder à une information santé crédible et utile. Le réseau d’appartenance en ligne se tisse dans des environnements différents, des structures de communication semblables mais distinctes de celles du réel, avec des interlocuteurs variables selon les besoins. Les réseaux sociaux sous-tendus par la famille, les amis et les collègues de travail portent une histoire, mobilisent des ressources de proximité et s’inscrivent dans la quotidienneté et la continuité. Les médias sociaux construisent quant à eux un territoire identitaire inédit, générant une nouvelle autonomie, une nouvelle famille et une sujétion empreinte néanmoins d’une certaine liberté. Les facteurs technologiques structurels, d’opération et d’intervention, et la vocation de chacun de ces environnements (les diverses plateformes interactives grand public et les sites dédiées à vocation interactive tels que les blogues Facebook, Twitter) interagissent et catalysent les relations sociales dans l’espace public et privé. L’objectif de notre étude est de mieux comprendre ces enjeux, et d’explorer ces environnements virtuels et réels (hors ligne et en ligne) afin de bien rendre compte des comportements effectifs des individus. Les 18-34 ans ont retenu notre intérêt compte tenu de leur bagage d’expériences avec Internet et de leur fréquentation assidue des médias sociaux. Nous tenterons de cerner de quelle manière ces compétences sont mises à contribution dans le champ de l’information en santé. Quelles sources d’informations sont ici privilégiées ? Pour quel type de problématiques le sont-elles et selon quelle démarche exploratoire ? Comment les informations sont-elles intégrées ? Ce sont là les principales questions auxquelles nous essaierons de répondre.

Méthodologie

18Les 18-34 ans constitue une génération qui a grandi dans un environnement médiatique digital offrant un flux d’information constant et des services d’accès à des ressources multiples. Leur usage des médias se demarque de celle des 35 ans et plus en ce qui a trait à leur utilisation régulière d’Internet, des médias sociaux,vidéos en ligne, télévision en ligne du téléphone intelligent etc. (CEFRIO 2012). Par ailleurs leur usage des écrans varie en fonction de diverses variables socio-démographiques et de leur valorisation de la culture (Gire et Granjon 2009). Cet usage différencié se manifeste dans l’individualisation des pratiques. « Les moins de 35 ans apparaissent en effet comme des utilisateurs très concernés par les écrans et plus particuli ;erement par les nouveaux écrans même si l’intensité de leurs usages dessine un paysage nuancé. » (Gire et Granjon 2009 : 76)

19Afin de cerner les modalités de recherche de l’information santé des 18-34 ans, nous avons privilégié une approche exploratoire de type qualitatif. Notre population comprenait 21 répondants, 10 hommes et 11 femmes, provenant de la grande région de Montréal (Ahuntsic, Montréal Centre-Ville, Laval, Longueuil, Plateau Mont-Royal et St-Michel). Parmi ces répondants, 16 étaient d’origine canadienne et les 5 autres provenaient des pays suivants : France, Costa Rica, Burundi, Mexique et Suisse. Sur les 21 répondants, 3 avaient entre 18-21 ans, 11 entre 22-25 ans, 3 entre 26-29 ans, et 4 entre 30 et 35 ans.

20Quinze des répondants avaient étudié à l’université (neuf ayant obtenu un diplôme universitaire de 1er cycle et deux de 2e cycle et quatre n’ayant pas complété les études), trois avaient fait des études collégiales ou professionnelles (dont deux ayant obtenu un diplôme), trois avaient fait des études secondaires ou moins. La très grande majorité d’entre eux, soit 20 répondants, se considéraient en excellente ou très bonne santé. Quatorze répondants n’avaient pas, au moment de l’étude, de médecin de famille.

21Le dispositif de collecte de données comportait un questionnaire fermé individuel (fiche sociologique et technologique) définissant le profil d’usager des plateformes Internet, ainsi que des entrevues semi-dirigées d’une durée de 1h15-1h30 chacune, réalisées en face à face. Ces dernières s’appuyaient sur un guide d’entretien et sur la réalisation d’un auto-sociographe des sources en jeu dans la quête d’information santé, construit par écrit en version papier) par chaque répondant en fonction de sa trajectoire de recherche d’informations santé hors ligne et/ou en ligne. Cet exercice était effectué en fin d’entrevue et permettait de faire la synthèse des informations transmises par les participants lors du processus de recherche d’information santé, et de les valider. Les entrevues ont été intégralement transcrites et l’analyse des verbatims a été élaborée à partir d’un codage ouvert permettant de repérer, à l’aide des questions du guide d’entretien ou des thèmes de l’étude, les thèmes d’information santé explorés par les répondants au cours de leur dernière quête d’information, l’utilisation et la perception des différentes sources d’information disponibles, les facteurs motivant leur recherche et la trajectoire développée dans cette quête informative. Inspirée de l’approche sociométrique, l’analyse des auto-sociographes a été développée en tenant compte de la spécificité des sources d’information hors ligne et en ligne, de leur interrelation et de la priorité accordée à chacune.

Résultats

22Les résultats portent, dans un premier temps sur les usages d’Internet chez les répondants, puis sur les thèmes d’information santé recherchés. Par la suite, les facteurs qui modulent la recherche d’information santé sont examinés ainsi que la démarche informative sous-jacente à la recherche. En dernier lieu, l’utilisation et la perception des sources d’information hors ligne et en ligne ainsi qu’une typologie des trajectoires de recherche d’information santé sont présentées.

Usages d’Internet

23Dix-neuf des 21 participants utilisaient Internet chaque jour. Le courriel est employé par la très grande majorité des répondants, ainsi que le clavardage et le réseau social Facebook. Suivent les forums de discussion, les blogues et Skype. Bien moins employés, Twitter et Myspace ne semblent pas avoir beaucoup de succès parmi les répondants.

Tableau 1 : Usagers de diverses plateformes

Tableau 1 : Usagers de diverses plateformes

24Comme le montre le tableau 2, les usages des différents outils de communication varient pour les questions de santé. Les ressources d’Internet sont les plus fréquemment utilisées ; les autres médias (courriel, forum de discussion, blogues, clavardage, webcam, téléphonie et réseaux sociaux) sont pour leur part employés de façon sporadique et ce, par une minorité de répondants.

Tableau 2 : Utilisation d’Internet pour des questions santé

Tableau 2 : Utilisation d’Internet pour des questions santé

Thèmes d’information santé recherchés

25La définition du concept de « santé» des répondants regroupe des concepts relatifs tant à des aspects physiques que psychologiques de la personne. On y retrouve ainsi des préoccupations liées au domaine bio-médical (maladies physiques, santé mentale, malaises passagers), aux habitudes de vie (alimentation, activité physique), au maintien de la santé et du bien-être physique. Aux yeux des répondants, la santé, pour être préservée, apparaît tributaire d’une multitude de facteurs : le sport, l’alimentation, la capacité d’exprimer ses émotions, la gestion des hôpitaux et des cliniques.

26Les participants ont été invités à décrire, dans un premier temps, la dernière recherche santé effectuée, toutes sources d’information confondues. Les réponses ont révélé que toutes avaient porté sur des préoccupations personnelles. Les sujets abordés peuvent être catégorisés comme suit : les douleurs physiques (blessures, coupures, crampes, rougeurs), la santé mentale (anxiété, stress, bipolarité), les maladies passagères (bronchite, grippe, infection urinaire, maux de gorge, cellules pré-cancéreuses), les ressources médicales (coordonnées de cliniques, de professionnels de la santé), la forme physique (entraînement sportif, exercices, exercices pré-accouchement), les maladies chroniques ou non (ITSS, asthme, vitiligo, difficultés respiratoires), les médicaments (posologie, contre indications) et les aliments protéinés (conseils nutritifs). La plupart de ces recherches reflétaient une démarche réactive (à une maladie, à un mal physique ou mental) : tentative d’établir un diagnostic, d’identifier des traitements ou les risques possibles pour la santé de la prise de médicaments. Quelques-uns ont toutefois affiché une attitude préventive. Leur jeune âge, au début de la vie adulte pour la plupart, ainsi que le bon état de santé généralement constaté sont probablement un élément d’explication de leur quête d’information santé.

Choix des sources d’information santé mobilisées

27Le choix des sources d’information consultées varie selon les participants et en fonction de plusieurs facteurs. Il dépend tout d’abord de la perception du pouvoir qu’ils ont sur leur santé (s’ils pensent être capables de se guérir seuls ou de trouver une réponse à leurs questionnements, ils n’agiront pas de la même façon que s’ils ont le sentiment de nécessiter une aide extérieure médicale, familiale ou autre pour préserver leur santé). Avoir ou non une santé fragile constitue un autre facteur non négligeable : les répondants ayant déjà fréquenté le réseau de la santé en raison d’un problème de santé précédemment diagnostiqué (par exemple, un trouble bipolaire) semblent ainsi plus susceptibles de recourir aux professionnels de la santé, entre autres, parce qu’ils y ont plus aisément accès. Le sentiment d’urgence associé à la thématique santé influence aussi la démarche de recherche d’information santé, surtout lorsqu’il y a souffrance ou risque de complication (par exemple, une blessure sportive ou une coupure avec un objet métallique). Les dimensions socio-affectives rattachées à la problématique santé influencent aussi le choix de la source informative. Ainsi, si l‘on cherche à partager des émotions, des témoignages, à demander des conseils et cela, en face à face ou de façon anonyme, surtout si la thématique de santé est de nature intime. Certains semblent avoir un plus grand besoin d’un rapport en face à face (influence culturelle souvent) et d’une approche personnalisée. Des facteurs liés aux objectifs de la quête d’information et, plus précisément, au degré d’approfondissement du sujet recherché par la personne interviennent aussi. On peut ainsi désirer un simple aperçu général et superficiel d’une problématique ou, au contraire, des informations étoffées et de pointe. Le motif de la recherche, traitement clinique (comportement réactif) ou mesures de protection (comportement préventif) est également à considérer.

28On observe aussi des variations dans la démarche de recherche d’information chez les répondants selon la problématique de santé concernée. Pour une information traitant des vaccins nécessaires pour un voyage à l’étranger, par exemple, les répondants opteront surtout pour une visite en personne à la clinique du voyageur. Pour la recherche des coordonnées d’une clinique en vue de la prescription d’une pilule, Internet sera consulté. Les symptômes médicaux généraux, non associés à une maladie en particulier (la fatigue, l’insomnie, les migraines, etc.) pourront être explorés, dans un premier temps, sur Internet et, par la suite, faire l’objet d’un appel à la ligne Info-Santé, ou d’une consultation d’un professionnel de la santé (médecin, pharmacien, infirmière). S’il s’agit d’une problématique de santé présentant une facette intime et personnelle (par exemple, une ITSS, une infection urinaire ou un trouble bipolaire), elle appellera le plus souvent, une première exploration du sujet sur Internet (en toute confidentialité), puis, si nécessaire, la consultation d’un professionnel de la santé (via une clinique spécialisée, une ligne Info-santé, etc.). Le professionnel de la santé est surtout consulté, en première instance, pour une prescription de médicaments, pour une blessure, pour une difficulté respiratoire ou pour une douleur persistante, dans le cas d’un suivi médical serré, tel, lors d’une grossesse ou d’un accouchement. Si les préoccupations sont plus anodines, la recherche d’information sera effectuée sur Internet et la famille ou les pairs pourront être sollicités.

29En ce qui concerne les sources d’information sur la santé, nos répondants en ont identifié une multitude. Elles peuvent être regroupées en deux grandes catégories : les sources d’information hors ligne et en ligne. Ces sources incluent les médias numériques et imprimés (livres, journaux, pamphlets, télévision, radio, etc.) puisque, compte tenu du développement et de l’avancement actuels des technologies, ceux-ci arborent de plus en plus, en complément, une fenêtre sur le web. La frontière entre les sources informatives, de ce fait, devient de plus en plus poreuse, mais pour les besoins de la présente recherche, nous les regroupons dans les deux grandes catégories ci-haut mentionnées. Les sources d’information hors ligne et en ligne semblent être exploitées de façon concomitante plutôt que parallèle. Les unes comme les autres procurent gratuitement des informations pratiques, exhaustives et complémentaires.

Utilisation et perception des sources d’information hors ligne

30Les sources d’information hors ligne regroupent la famille, les amis, les professionnels de la santé et Info-Santé. Lorsqu’ils ont un questionnement en matière de santé, les participants ont tendance à consulter, prioritairement et dans une première étape, un membre de la famille, souvent la mère. Son expérience de la vie, son gros bon sens intuitif, ici largement enrichis d’un lien affectif fort, sont alors davantage mis à contribution que ses possibles connaissances médicales.

 « Si c’est de nature, si l’importance c’est pas si grave, ça va être mes parents, ma mère…(…) Donc pour la plupart des questions que j’ai, je peux avoir des réponses satisfaisantes.» (homme, 26-29 ans)

 « Vraiment mon premier réflexe, c’est ma mère ou ma grand-mère. Ma grand-mère parce qu’ils ont des bons trucs qu’ils faisaient dans leur temps, quand ils avaient moins de ressources.» (femme, 22-25 ans)

31Les répondants n’hésitent pas non plus à aborder la thématique santé avec leurs amis et connaissances, surtout pour puiser un réconfort, solliciter un support ou demander un conseil pour le traitement d’un mal bénin.

« Je vais les croire plus (mes amies) s’ils me donnent les deux la même réponse. Mais si une me dit oui et l’autre non, je me dias qu’il y a quelque chose qui ne marche pas, donc je vais aller faire un peu une recherche.» (femme, 26-29 ans)

32Les professionnels de la santé (médecins, pharmaciens, infirmiers, nutritionnistes, chiropraticiens, etc.), exerçant en privé ou en institution, sont perçus comme des sources d’information de premier choix, en raison de leur compétence et de leur crédibilité sur le plan médical. Rappelons cependant que tous n’y ont pas un accès facile. Ainsi, les répondants qui n’ont pas de médecin de famille (considéré comme l’autorité en matière de santé) ne recourent à cette source d’information que dans le cas d’urgences ou de maladies nécessitant la prescription de médicaments.

 « Oui, mais ça reste un peu comme Internet. Il n’y a pas de diagnostic posé. Pour moi, le meilleur moyen c’est vraiment le médecin. Quand il y a quelque chose qui va pas depuis longtemps et que tu veux savoir ce que tu as, tu as beau googler, appeler Info-Santé, demander à n’importe qui, il reste que c’est le médecin. » (femme 22-25 ans)

33Les professionnels de la santé jouissent d’une entière confiance auprès des répondants et s’avèrent essentiels pour valider une information glanée sur Internet. Par-dessus tout, on valorise la compétence, le caractère confidentiel et la composante humaine du médecin. Notons que plusieurs chercheront à contre-vérifier des diagnostics graves, non par manque de confiance, mais par souci de confirmation. Tant l’approche personnalisée du médecin que le suivi médical effectué concourent à nourrir un sentiment de sécurité. Par ailleurs, on déplore parfois les difficultés d’accès à un médecin de famille, le contact personnel parfois décevant, pressé, expéditif et insatisfaisant, ainsi que la variabilité des compétences professionnelles. S’y ajoutent également le manque de continuité dans le suivi et le temps de réponse parfois long.

34Le pharmacien (quoique peu consulté) jouit également d’une grande crédibilité en matière de médicaments en premier lieu, mais aussi pour le traitement de maladies bénignes. Ceux qui se prévalent de leurs services valorisent prioritairement leur grande disponibilité, leurs conseils préventifs et la complétude des informations sur les médicaments. Les pharmaciens, cependant, ne chercheraient pas toujours à comprendre la source des maladies et limiteraient le traitement clinique à la seule prise de médicaments.

« L’attente est beaucoup moins longue, ça c’est vraiment agréable. Il y a aussi le fait que si on va toujours à la même pharmacie, on va toujours tomber sur le même pharmacien. Il y a une espèce de lien de confiance qui va se former…» (homme, 22-25 ans)

35L’infirmier(ère) est aussi une ressource de choix, qui pallie l’absence d’accès au médecin. Elle ouvrirait souvent la porte au milieu médical. Sa compétence est reconnue même si elle n’est pas auréolée de la même autorité que le médecin. La ligne Info-Santé sécurise la personne utilisatrice en lui indiquant la démarche à suivre suite à l’apparition de symptômes. Elle permet, dans une première étape, de distinguer les urgences des problèmes de santé mineurs, qui parfois peuvent être réglés de façon autonome.

36Les réseaux hors ligne constituent ainsi des sources récurrentes et parfois quotidiennes de consultation, tant pour les informations d’ordre réactif que préventif. Lorsqu’ils évoquent les membres de la famille, les répondants soulignent l’attachement socio-affectif, empreint d’empathie, le corpus d’expériences en matière de santé, construit depuis la naissance. Les membres de la famille, avec lesquels il est possible d’aborder sans gêne et sans pudeur des problématiques plus intimes et personnelles, fournissent ainsi des informations de tous ordres, accessibles et spontanées. Les attentes comportementales en matière de santé, dictées par les valeurs culturelles et traditionnelles ainsi que par l’éducation peuvent aussi y être entendues. Les amis et les collègues de travail pour leur part, sont consultés pour les avis et le soutien socio-affectif qu’ils procurent, ainsi que pour le partage d’expériences. Leur contribution est d’autant plus recherchée s’ils possèdent des connaissances médicales issues de leurs études, de leur milieu de travail ou de leur profession. Dans le cas de situations appelant une expertise médicale et nécessitant un accès rapide à de l’information clinique professionnelle, la ligne Info-Santé s’avère une ressource des plus utiles et importantes.

37L’analyse des entrevues n’a pas mis en lumière de divergences significatives entre les démarches informatives des femmes et des hommes dans le domaine de la santé (laisser le temps faire son œuvre est une attitude propre aux deux sexes). Les premières semblent cependant un peu plus enclines à consulter les membres de leur famille (souvent la mère) lorsqu’elles sont aux prises avec une problématique de santé. Par ailleurs, on observe que les répondants provenant de minorités ethnoculturelles exploitent davantage les sources d’informations en face à face (surtout la famille et le médecin). Ceux-ci rapportent avoir un accès beaucoup plus facile au réseau de la santé dans leur pays d’origine et ils étaient donc habitués à y recourir de façon routinière, une habitude qui ne s’est pas perdue dans le pays d’accueil.

Utilisation et perception des sources d’information hors ligne

38Les sources d’information en ligne, quant à elles, comprennent une diversité de plateformes tant interpersonnelles que sociales. Internet est perçu comme une riche et précieuse source d’information santé qui fournit un nombre illimité de données de tous ordres : pratiques, théoriques, scientifiques, expérientielles, statistiques, etc. Sur le plan technique, on souligne l’instantanéité et la rapidité d’accès à l’information recherchée, la navigation habituellement conviviale (page d’accueil, hyperliens…), l’infinie variété de sites disponibles (et donc de sources d’information), l’accès permanent à l’information même lorsque l’on se trouve à l’étranger. La mise à jour régulière des informations disponibles sur tous les sujets et leur nature tant pratique (tables d’équivalence des calories des aliments, recommandations alimentaires, conseils, etc.) que théorique, la présence d’hyperliens et la présentation de témoignages constituent des atouts de taille. Les sources en ligne permettent aussi d’outiller la personne qui s’apprête à consulter un professionnel de la santé (pour décrire un symptôme, identifier les sources du mal, etc.). Elles s’avèrent également fort utiles pour faire connaître aux nouveaux arrivants au pays les ressources médicales offertes dans leur localité (coordonnées et références à jour d’organismes, de cliniques, etc.). Enfin, ces sources assurent une certaine confidentialité de la démarche de quête et de consultation de l’information (variable importante lorsqu’on désire s’informer sur un sujet intime, personnel ou potentiellement gênant).

39Malgré les forces ou atouts d’Internet comme source d’information santé, plusieurs limites subsistent : le manque de crédibilité, de sérieux et la piètre qualité de certains sites, la crainte que le site consulté ait pour objectif inavoué de « vendre» un produit ou un service, la circulation d’informations parfois contradictoires, l’absence de contact humain et de chaleur (pour aborder une thématique à composante potentiellement émotive) et l’absence de suivi informatif dans le cas d’une problématique qui perdure. S’ajoutent aussi le risque de poser un mauvais diagnostic suite à une navigation sur des sites divulguant des informations différentes (difficulté à distinguer le vrai du faux) et le risque de mal interpréter l’information (en raison d’un biais de la langue, des connaissances et des préjugés personnels, etc.)

40Google est le serveur le plus communément utilisé que ce soit pour y entrer le nom d’un site particulier, pour y entreprendre une recherche santé par mot clé ou pour se diriger directement vers Wikipedia. Rappelons que les participants à cette recherche étaient pour la plupart en santé et n’étaient pas en quête de plateformes dédiées spécifiquement à la santé, contrairement aux internautes ayant des préoccupations plus pointues dans ce domaine.

« Internet peut orienter tes opinions, mais ne te donnera pas un diplôme en médecine. Donc, quelque part, il faut faire attention à ce qu’on trouve sur Internet, on est capable de diagnostiquer à peu près n’importe quoi sur Internet. Si tu fais des efforts, tu vas être capable. » (homme, 30-33 ans)

« Si, par exemple, ça vient d’un site gouvernemental, ça rajoute beaucoup de crédibilité.» (femme, 18-21 ans)

« Le piège d’Internet c’est qu’on sait jamais qui va écrire les chroniques, les articles, donc c’est à prendre avec un grain de sel.» (homme, 26-29 ans)

41Les blogues sont peu fréquentés par les répondants et ils y participent peu. Ils ne constituent pas une source d’information jugée crédible en matière de santé, ceux-ci étant davantage conçus, pense-t-on, pour les échanges sociaux et de divertissement. Qui plus est, il serait parfois difficile de vérifier la source des blogues, ce qui nuit à la perception du sérieux de l’information divulguée.

« Si c’est un blogue sur la grippe à mes yeux, je serais moins portée à le lire alors que ça pourrait être un docteur qui écrit le blogue, mais c’est parce que c’est n’importe qui qui peut se proclamer docteur.» (femme, 22-25 ans)

« Les blogues sur la santé, non. Tout ce qui est médical, je me maintiens dans ce qui se lit dans la presse générale. Comme on a découvert un vaccin sur le sida, c’est sûr que ça va m’intéresser. Mais je ne vais pas aller chercher un blogue qui parle du sida.» (homme, 22-25 ans)

42Les répondants participent peu aux forums santé, mais certains les fréquentent à l’occasion, surtout pour lire des témoignages, glaner quelques conseils de personnes confrontées à une même problématique. La consultation des forums se fait en maintenant toujours une certaine distance et en portant un regard critique et vigilant sur le contenu. Les forums peuvent s’avérer utiles pour vérifier un symptôme, s’informer sur de possibles traitements maison (que certains iront valider auprès de spécialistes) et lire des témoignages, mais jamais pour poser un diagnostic.

« …si quelqu’un donne un truc pour un problème X, une solution, c’est sûr que je vais aller valider avant de l’essayer. Je ferais pas confiance comme ça à quelqu’un que je ne connais pas.» (femme, 22-25 ans)

« J’ai regardé (un forum) parce que j’ai été diagnostiqué bipolaire il y a un certain moment. Et donc, je voulais voir comment ça se passait avec d’autres gens. Et donc forcément, je suis tombé sur des forums bipolaires, juste pour voir leur traitement, comment ça se passe et tout ça.» (homme, 22-25 ans)

43La plupart des répondants sont des utilisateurs réguliers (voire même quotidiens) de Facebook et la durée de la fréquentation varie pour chacun (certains sont connectés quotidiennement, du matin au soir). Facebook ou Myspace sont réservés et conçus à des fins surtout sociales et de divertissement et ils ne remplissent pas une fonction informative spécifique. Les réseaux sociaux sont perçus comme des espaces publics peu propices à héberger des informations touchant à la santé et dotés donc d’une connotation privée, personnelle et intime. La première raison de s’y investir n’est pas de dialoguer avec des inconnus, mais bien plutôt de prolonger le contact et la conversation avec des proches.

« C’est un outil de communication, pas vraiment de recherche. Oui, c’est un outil de communication amicale et non pas professionnelle, ni un outil de recherche ou d’exploration. C’est vraiment juste mes amis, on se montrenos photos, on s’écrit des messages, on s’invite à des partys. » (homme, 30-33 ans)

« Facebook, c’est plus si c’est un ami qui aime un lien qui a rapport à la santé, je vais aller le voir. (…) J’irais pas pour voir des symptômes que j’ai. Parce que sur Facebook, c’est plus facile de voir la prévention que la réaction. C’est vraiment si un ami aime le lien, je vais aller le voir, parce que si c’est mon ami, les chances sont qu’on a des intérêts en commun.» (femme, 26-29 ans) 

« Je trouve que Facebook est plus une plateforme d’échanges. Je pense que ça pourrait être gagnant d’aller s’informer sur la santé par Facebook, parce que les gens… en partant, c’est plus un système pour créer des liens, mais je ne verrais pas ça comme une source d’information. C’est plus des pages comme « j’aime pas la grippe».» (femme, 22-25 ans)

44Les témoignages disponibles sur les blogues, les forums, les comptes Facebook et Myspace suscitent un certain intérêt (même si les répondants les consultent peu), mais dans le cas d’une quête d’information sur des maladies bénignes seulement. En aucun cas, ces expériences de vie relatées ne doivent-elles aider ou servir à poser un diagnostic de maladie, quelle qu’en soit la gravité, nous a-t-on affirmé.

Typologie des trajectoires de recherche d’information santé

45La recherche d’information dans le domaine de la santé suit une trajectoire à la jonction de sphères hors ligne et en ligne. Le flux d’informations transite d’une façon transversale, sans passage obligé. Comme il n’ y a ni frontières ni clôtures, la démarche n’est pas unique ou tracée d’avance. Tantôt c’est la famille ou les professionnels de la santé qui déclenchent la quête, tantôt ce sont les ressources numériques (par exemple le courriel expédié à un ami).

  • 2 Lors de la lecture de chacun des autosociographes, on retiendra que la longueur du trait menant à u (...)

46L’analyse des autosociographes2 transcrits par les répondants met en lumière trois types de trajectoires et profils de recherche : l’info-phage, l’info communico-relationnel, l’info-solo-discret.

L’info-phage

47Ce profil renvoie aux répondants, comme Gabriel, qui multiplient les sources d’information (Internet, famille, amis, télévision, radio, imprimés, etc.), cherchant à être le plus et le mieux informé sur une thématique touchant la santé. Ils consultent, en complémentarité, plusieurs sources d’information. Ils considèrent Internet comme une « mine d’or» d’informations et n’hésitent pas à y recourir au moindre questionnement. Ils privilégient l’information scientifique, objective, à la fine pointe de l’actualité et naviguent (à titre de lecteur ou de participant) sur des blogues et des forums. Ils sont conscients qu’Internet ne transmet pas seulement de l’information sérieuse, valide et pertinente, mais savent comment la filtrer et trouver celle qui répond à leurs critères de qualité. Les ressources hors ligne sont explorées d’entrée de jeu et de façon continue tout au long de leur quête d’information santé.

Figure 1 : L’info-phage

Figure 1 : L’info-phage

2- Lors de la lecture de chacun des autosociographes, on retiendra que la longueur de trait menant à une source d’information indique la priorité qu’elle occupe pour le répondant, au sein de la panoplie des sources disponibles. Plus le trait est long (et éloigné du centre), plus la source d’informations s’y rattachant est perçue comme secondaire pour la personne. À l’inverse, plus il est court, plus il renvoie à une source d’information jugée primordiale, voir automatique.

L’info-communico-relationnel

48Ce profil correspond aux répondants, comme Marie, qui privilégient les sources d’information en face à face (par exemple, la famille, les amis, les professionnels de la santé) et se sentent davantage rassurés par une information personnalisée et transmise, idéalement, par une personne connue. Ils considèrent que la compréhension de la santé passe par la communication et sont influencés par les témoignages et les expériences personnels. Ils n’hésitent pas à consulter ou à participer à des forums et à des blogues qui transmettent des témoignages.

Figure 2 : L’info-communico-relationnel

Figure 2 : L’info-communico-relationnel

L’info-solo-discret

49Ce profil correspond aux répondants, comme Simone, qui ne désirent pas en connaître trop en matière de santé. Il s’agit pour eux d’une préoccupation intime, personnelle qu’ils ne voudront aborder qu’avec des personnes triées sur le volet, hors ligne ou en ligne. Ils se rendent directement à la source la plus susceptible de bien répondre à leurs questionnements. Ils n’acceptent de se confier sur des sujets intimes (par exemple une ITSS ou un problème de santé mentale), qu’avec des professionnels de la santé. Ils sont peu enclins à fréquenter, à titre de lecteur ou de participant, des blogues ou des forums portant sur la santé.

Figure 3 : L’info-solo-discret

Figure 3 : L’info-solo-discret

Discussion

50Notre recherche montre que les jeunes de 18-34 ans recueillent encore très largement l’information santé dans les sphères traditionnelles de communication que sont la famille, les pairs, les collègues, les professionnels de la santé et les médias. Les acteurs à l’œuvre demeurent donc multiples et diversifiés, et les réseaux sociaux de proximité surtout privilégiés en face à face. Ceci confirme diverses études sur la recherche d’information santé (Sébastien, 2012 ; Toutain, 2010 ; Hesse, 2009 ; Powell, 2009 ; Conseil Canadien sur l’Apprentissage, 2008 ; Choi, 2005). Internet et les médias sociaux constituent par contre des ressources informatives utiles dans un contexte d’exploration, d’initiation à une problématique médicale et de sélection et de validation de l’information santé obtenue auprès d’autres sources, comme le suggèrent Powell (2009), Sommerhalder et al. (2009) ainsi que Brandtzaeg (2009, 2011). La recherche d’informations se fait donc souvent ici à la carte, en fonction des besoins du jeune et de sa satisfaction à l’égard des informations obtenues dans l’une ou l’autre des sphères.

51Les stratégies de recherche d’informations santé hors ligne ou en ligne reposent sur des quêtes variées dictées par les besoins personnels. Des critères précis de sélection des sources en ligne sont cependant appliqués tels que la crédibilité, l’accessibilité et la validité des contenus. Les internautes sont ainsi conscients, rappelons-le, que l’information disponible sur Internet peut être trompeuse, partielle ou mercantile et se montrent prudents (Eysenback, 2002).

52Les sites les plus couramment consultés pour obtenir de l’information santé sont Doctissimo et Passeport Santé. Ceux-ci semblent répondre aux attentes exprimées et jouissent d’une notoriété certaine en raison notamment de la crédibilité et de l’accessibilité des informations proposées (sur la section éditoriale tout du moins) et de la présence d’hyperliens. Mentionnons ici qu’une étude menée par Romeyer (2008) sur les usagers du site Doctissimo révèle que les internautes y recherchent avant tout une information santé plutôt que clinique et scientifique, leur objectif étant avant tout de se rassurer, d’obtenir un

53soutien et de bénéficier d’une plateforme de partage. Malgré certaines critiques proférées par les instances médicales relativement à la fiabilité et à la crédibilité des informations circulant sur ces sites (Nabarette, 2002 et Bourret, 2003 dans Romeyer, 2008), ces derniers demeurent populaires auprès du grand public. Notre étude indique par ailleurs que, hormis les répondants se déclarant en bonne santé, ceux souffrant de problématiques médicales affirment fréquenter, en plus de ces sites grand public, des sites spécialisés offrant de l’information clinique (Meric, 2002). On remarque cependant une méconnaissance chez nos participants à l’étude, de la panoplie des sites santé francophones disponibles. Est-ce dû au manque de promotion sur les sites médicaux professionnels ou à la bonne santé des 18-34 ans rencontrés, lesquels ont démontré un faible intérêt pour l’information santé ? De plus, la crédibilité (parfois déficiente) de l’information véhiculée s’avère un enjeu de taille. Ainsi les jeunes rencontrés ont développé comme principale stratégie d’évaluation, la comparaison entre les informations obtenues hors ligne de façon traditionnelle et les informations en ligne.

54Les moteurs de recherche rendent l’information médicale accessible en amont ou en aval des questionnements. Certains internautes la relaient auprès de parents et d’amis. L’information santé est ainsi partagée et propagée par nombre de canaux interpersonnels hors ligne ou en ligne. La connectivité des ressources et des supports d’information favorise un lien (bonding) et un rapprochement-relais (bridging). Ceux-ci s’actualisent de deux façons : le renforcement de liens, d’une part de confiance et de consultations avec des membres de la famille ou des pairs, et d’autre part de relais et de transmission d’informations des sites de réseaux sociaux concernés par la sphère santé. Les médias sociaux en ligne, bien que peu utilisés dans le domaine de la santé par nos répondants, peuvent contribuer à renforcer le capital humain (Granjon, 2001 ; Norris, 2004 ; Ellis, 2011 ; Brandzaeg et al., 2000 ; Norris, 2004).

55La trajectoire de recherche est choisie en fonction de la perception personnelle que l’individu a de sa santé et de son pouvoir à gérer ses besoins en santé. Certains utilisent des réseaux sociaux hors ligne ou en ligne diversifiés, pour répondre à un besoin spécifique (profil de l’infophage). D’autres recherchent davantage le support, le partage, l’entraide, dans un espace de communication favorisant l’engagement, la complicité et la solidarité (profil de l’info-communico-relationnel). D’autres enfin, préoccupés par la qualité et par la crédibilité de l’information, sélectionnent et trient les ressources pour valider les données ; ici, c’est moins la quantité que la qualité qui oriente leur recherche (profil de l’info-solo-discret). Shim (2008) relève quant à lui plusieurs types d’usagers de l’information santé sur Internet, chacun étant dicté par la perception de son état de santé et par le recours à l’information santé. Ils sont au nombre de trois : motivé, vigilant/critique et abonné à des serveurs de listes de sites (list server). Les trajectoires que nous avons relevées lors de notre étude renvoient à des comportements en matière de recherche d’information santé hors ligne ou en ligne. La motivation est nul doute un facteur sous-jacent à toute démarche, mais les caractéristiques de communication propres à certains types de personnes (besoin d’être rassuré, sécurisé, besoin de partager et de développer son autonomie) nécessitent d’être explorées sur le plan communicationnel afin de privilégier une approche interactive personnalisée.

Conclusion

56Notre recherche présente quelques limites qu’il importe de relever. Il s’agit d’une étude exploratoire auprès de 21 personnes, dont la majorité se considérait en bonne santé et ne possèdait pas de médecin de famille. Ces répondants doivent dès lors compter sur les cliniques sans rendez-vous ou sur les hôpitaux pour consulter un professionnel de la santé. Cet accès limité au réseau de la santé a assurément influencé en partie la démarche de quête d’information santé.

57De plus, dans la majorité des cas, le rapport des répondants avec le système de santé a été, en règle générale, plutôt distant, ponctuel ou sporadique (en raison d’une blessure, par exemple). Nul doute, la santé ne constitue pas (encore) une grande préoccupation pour eux. Le nombre de répondants ayant un statut parental joue aussi un rôle d’influence : on peut supposer que le fait d’avoir un ou plusieurs enfants amène à fréquenter davantage le réseau de la santé et à s’informer davantage sur le sujet. De plus, la thématique santé sous-tend une composante personnelle, intime et émotive : on peut penser que des répondants ont volontairement omis de livrer certaines informations, cela par gêne ou par discrétion. Notons enfin que la téléphonie mobile (et l’une de ses principales applications, à savoir le texto) a été exclue des investigations auprès des répondants.

58Cette étude a toutefois permis de mettre en évidence la complémentarité de certaines sources informatives en matière de santé. Chacune ayant ses forces et ses limites propres, c’est leur jonction qui permet de répondre aux besoins et aux attentes exprimés par les usagers. Le comportement propre à la recherche d’information dans le domaine de la santé, que ce soit hors ligne ou en ligne, constitue un axe de recherche important pour mieux comprendre, voire développer des approches de communication adaptées au type d’usager et à ses besoins et à ce titre, il nécessaire de considérer l’articulation des espaces public et privé, en ligne et hors ligne.

59Qu’en sera-t-il dans le cadre du futur web 3.0, construit sur le système coopératif de données, où de nouveaux liens ne cesseront de se tisser et où l’émotion, l’expression et les connaissances seront jumelées, alimenteront les relations et régiront l’exploitation des données personnelles ? Il est alors probable que la recherche d’information santé s’effectuera dans le cadre des groupes d’appartenance de proximité hors ligne et en ligne.

60Qu’en sera-t-il ainsi de la frontière entre le privé et le public ? La connectivité et l’interactivité des individus et des groupes constitueront les vecteurs des communications web 3.0. et nécessiteront des ajustements de taille pour répondre à des publics davantage segmentés selon leurs intérêts et leurs attitudes. La collaboration intra et inter sphères santé fera poindre de nouveaux enjeux en matière d’information santé tant clinique, préventive que promotionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Aubé, S. et C. Thoër. ( 2010). « La construction des savoirs relatifs aux médicaments sur Internet : étude exploratoire d’un forum sur les produits amaigrissants utilisés sans supervision médicale», dans Lise Renaud (sous la direction), Les médias et la santé : de l’émergence à l’appropriation des normes sociales, 239-266, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. Santé et société.

Baxter, L. N. Egbert et al. (2008). Everyday health communication experiences of college students, Journal of American College Health, 56 (4), 427-435.

Bernhardt, J. M. et E.M. Filter. (2004). Online pediatric information seeking among mothers of young children : Results from a qualitative study using focus groups, Journal of Medical Internet Research, 6 (1) : e7

Brandtzaeg, P.B, J. Heim (2011). A typology of social networking sites users in International of Web Based Communities, 7 (1), 28 – 51.

Brandtzaeg, P.B, J. Heim, B. Hertzberg Kaare (2010). Bridging and bonding in social network sites - investigating family-based capital, International Journal of Web Based Communities - IJWBC , 6 (3), 231-253.

Brandtzaeg, P.B (2010). Towards a unified Media-User Typology (MUT) : A meta-analysis and review of the research literature on media-user typologies, Computers in Human Behavior , 26 (5), 940-956.

Brandtzaeg, P.B, M. Luders, J. Havard Skjetne (2010). International Journal of Human-computer Interaction - IJHCI , 26 (11&12), 1006-1030.

Brandtzaeg, P.B (2011). Understanding the new digital divide-A typology of Internet users in Europe, in International Journal of Human-Computer Studies, 69 (3), 123-138.

CROP-AQESSS. (2011). « Étude auprès des Québécois sur l’informatisation clinique». https://www.aqesss.qc.ca/docs/public_html/evenemen/discours/info_sante2011/V14_13H45_CROP_Giguere.pdf

CEFRIO-NETendances. (2012). « Les médias sociaux ancrés dans les habitudes des Québécois ». http://www.cefrio.qc.ca/publications/internet-medias-sociaux-mobilite/netendances-2012-medias-sociaux/

Chou, W.Y.S., Y.M. Hunt et al. (2009). Social media use in the United States : Implications for health communications, Journal of Medical Internet Research, 11 (4 : 12.

Cline, R. J. W. et K. M. Haynes. (2001). Consumer health information seeking on the Internet : the state of the art, Health Education Research, 16 (6), 671-692.

Corcoran, T.B., F. Haigh et al. (2009). The quality of Internet-sourced information for patients with chronic pain is poor, Clinical Journal of Pain, 25 (7), 617-623.

Ellison, N. (2011). « Réseaux sociaux, mumériques et capital social », dans Ces réseaux numériques dits sociaux, revue Hermès 59, , Paris, Éditions CNRS

Eysenbach, G. et C. Kolher. (2002). How do consumers search for and appraise health information on the world wide web ? Qualitative study using focus groups, usability tests and in-depth interviews, British Medical Journal, 324 (7337), 573-577.

Fainzang, S. (2012). « Exit le pharmacien, désormais les patients se servent d’Internet pour juger leurs médicaments ». http://www.atlantico.fr/decryptage/exit-pharmacien-desormais-patients-fient-forums-internet-juger-medicaments-sylvie-fainzang-390561.html

Fox S. (2009). The Social Life of Health Information. Pew Internet and American Life Project, http://www.pewinternet.org/files/old-media/Files/Reports/2009/PIP_Health_2009.pdf

Fox S. (2011). The Social Life of Health Information. Pew Internet and American Life Project, http://www.pewinternet.org/files/old-media/Files/Reports/2011/PIP_Social_Life_of_Health_Info.pdf

Fox S. (2013). Pew Research Center’s Internet and American Life Project. Report Health Online 2013, California healthcare Foundation, http://pewinternet.org/Reports/2013/Health

Gauld, R. and S. Williams. (2009). Users of the Internet for Health information : A study of Australians and New Zealanders, Informatics for Health and Social Care, 34 (3), 149-158.

Gordon, M.M., H. A. Capell et al. (2002). The use of the Internet as a resource for health information among patients attending a rheumatology clinic, Rhumatology, 41 (12), 1402-1405.

Granjon, F. (2011). « Amitiés 2.0 Le lien social sur les sites de réseaux sociaux », dans Ces réseaux numériques dits sociaux, revue Hermès 59. Paris, Éditions CNRS

Hangsub, Choi (2005). « Technologie de l’information et réseaux humains. Quelques réflexions». Société 3 (89), Presses de l’Université du Québec

Hesse, B. W., D.E. Nelson et al. (2005). Trust and sources of health information- The impact of the Internet and its implications for health care providers : Findings from the first Health Information National Trends Survey, Archives of Internal Medicine, 165 (22), 2618-2624.

Health Research Institute. (2012). Social medias “likes” healthcare : From marketing to social business, Pricewaterhouse Coopers. http://download.pwc.com/ie/pubs/2012_social_media_likes_healthcare.pdf

IFOP. (2010). « Observatoire des réseaux sociaux. Vague 5», www.ifop.com

Lariscy, R. W., B. H. Reber et al. (2010). Examination of Media channels and types as Health information sources for adolescents : comparisons for Black/White, Male/Female, Urban/Rural, Journal of broadcasting and electronic media, 54 (1), 102-120.

Jimenez-Pernett, J. A., O. de Labry-Lima et al. (2010). Use of the Internet as a source of health information by Spanish adolescents, Bmc Medical Informatics and Decision Making, 10, 6-11.

Kivits, J., C. Lavielle et C.Thoër. (2009). « Internet et santé publique : pratiques, expériences et enjeux», Santé publique, 21(numéro spécial), 7-12.

Kivits, J. (2012). « Les usages de l’Internet-santé», dans Christine Thoër et Joseph Josy Levy (dir.). Internet et santé, Acteurs, usages et appropriations 
« Santé et société », 37-53, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Koch-Weser, S. and al. (2010). The Internet as a Health Information Source : Finding from the 2007 Health Information national Trends survey and Implications for Health Communication, The Journal of health Communication : International Perspectives, 15 (supplement 3), 279-293, http://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/10810730.2010.522700#.UcMYLjkWdcQ

Mc Mullan, M. (2006). Patients using the Internet to obtain health information : How this affects the patient-health professional relationship, Patient Education and Counceling, 63 (1-2), 24-28.

Meric, F. and al. (2002). Breast cancer on the world wide web : cross sectional survey of quality of information and popularity of websites, in British Medical Journal, Mar 9 ; 324 (7337) : 577-81.

Meyers, J. (2012). Hooked Up, Connecticut (CT), York House Press.

Nielsen. (2012). State of the media, The social Media Report, www.nielsen.com

Norris P. (2002). “The Bridging and Bonding of Online Communities.” In Harvard International Journal of Press/Politics 7.3, 3-8.

Powell, J., N. Inglis, J. Ronnie, S. Large (2011). The Characteristics and Motivations of Online Health Information Seekers : Cross-Sectional Survey and Qualitative Interview Study, Journal Med Internet Res 2011 ;13(1) :e20,

Renahy, E. et al. (2007). « Enquête web sur les habitudes de recherche d’informations liées à la santé sur Internet », Inserm Université Pierre et Marie Curie, http://www.u707.jussieu.fr/ds3/

Romeyer, H. (2008). « Tic et santé : entre information médicale et information de santé», Revue Tic & Société, 2 (1), http://ticetsociete.revues.org/369

Sébastien, B. (2012). « Les patients croient les médecins…mais vont quand même sur Internet», http://civilisation2.org/

Shim, J.W. (2008). The Use of E-Health Information and Health Behavior Change : The Role of Perceived Health Status and Types of E-Health Information Use, 156 The Open Communication Journal, 2, 156-163, Korea, School of Communication, Sookmyung Women’s University, Seoul, Korea

Silje W.et al.(2009). Use of the internet for health purposes : trends in Norway 2000–2010 Scandinavian Journal of Caring Sciences 691–696.

Takahashi, Y et al. (2011). Internet Use for Health-Related Information via Personal computers and Cell Phones in Japan : A Cross-Sectional Population-Based survey, Journal of Medical Internet Research, www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3278096

Thackeray et al. (2013). Correlates of Health-Related Social Media Use Among Adults, Journal of Medical Research,15(1) :e21

Thoër, C. (2011). « Internet et la relation médecin patient : du patient ‘dérangeant’ au patient partenaire », L’inhalo, vol. 28, (3). http://comsante.uqam.ca/component/content/article/281-internet-et-la-relation-medecin-patient-du-patient-qderangeantq-au-patient-partenaire.html

Thoër, C. et S. Aumond. (2011). « Construction des savoirs et du risque relatifs aux médicaments détournés dans les forums sur Internet », dans Anthropologie et Société, Numéro spécial « Cyberespace et Anthropologie : transmission des savoirs et des savoir-faire», vol. 35, (1-2), 111-128.

Toutain, S. (2010). What women in France say about alcohol abstinence during pregnancy, Drug and Alcohol Review, 29 (2), 184-188.

Vance, K., W. Howe et al. (2009). Social Internet sites as a source of Public Health Information, Dermatologic Clinics, 27 (2), 133-163.

Weaver, J.B., D. Mays et al. (2009). Profiling Characteristics of Internet Medical Information Users, Journal of the American Medical Informatics Association, 16 (5), 714-722.

Woodall, E. D., V. M. Taylor et al. (2009). Sources of health information among Chinese immigrants to the Pacific Northwest, Journal of Cancer Education, 24 (4), 334-340.

Haut de page

Notes

2 Lors de la lecture de chacun des autosociographes, on retiendra que la longueur du trait menant à une source d’information indique la priorité qu’elle occupe pour le répondant, au sein de la panoplie des sources disponibles. Plus le trait est long (et éloigné du centre), plus la source d’information s’y rattachant est perçue comme secondaire pour la personne. À l’inverse, plus il est court, plus il renvoie à une source d’information jugée primordiale, voire automatique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Usagers de diverses plateformes
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 2 : Utilisation d’Internet pour des questions santé
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/520/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 1 : L’info-phage
Légende 2- Lors de la lecture de chacun des autosociographes, on retiendra que la longueur de trait menant à une source d’information indique la priorité qu’elle occupe pour le répondant, au sein de la panoplie des sources disponibles. Plus le trait est long (et éloigné du centre), plus la source d’informations s’y rattachant est perçue comme secondaire pour la personne. À l’inverse, plus il est court, plus il renvoie à une source d’information jugée primordiale, voir automatique.
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/520/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2 : L’info-communico-relationnel
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/520/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3 : L’info-solo-discret
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/520/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Caron-Bouchard, « La recherche d’information santé hors ligne et en ligne chez les 18-34 ans : une étude exploratoire », Communiquer, 10 | 2013, 67-86.

Référence électronique

Monique Caron-Bouchard, « La recherche d’information santé hors ligne et en ligne chez les 18-34 ans : une étude exploratoire », Communiquer [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/520 ; DOI : 10.4000/communiquer.520

Haut de page

Auteur

Monique Caron-Bouchard

Chercheure, Centre de recherche sur la communication et la santé, UQAM, Canada
carmon[@]brebeuf.qc.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org