Navigation – Plan du site

Quand la politique change de scène : une analyse de la construction de l’identité discursive d’acteurs politiques à Tout le monde en parle

Politics on a different scene: An analysis on discursive identity construction of political actors invited on the Quebec talk-show "Tout le Monde en Parle”
Gabrielle Ebacher et Mireille Lalancette
p. 41-60

Résumés

L’article qui suit porte sur l’avènement du phénomène de l’infotainment. Nous avons donc voulu définir quels sont les stratégies de présentation de soi et les types d’arguments privilégiés par les acteurs politiques afin de construire leur persona lorsqu’ils sont de passage sur une émission dictée par l’infotainment ? Pour ce faire, nous avons d’abord abordé le persona en nous inspirant du concept d’ethos, tel que défini par Charaudeau (2005). Par la suite, nous avons procédé à une analyse de contenu de dix entrevues réalisées auprès d’acteurs politiques majeurs lors de leur passage sur le plateau du talk-show québécois Tout le monde en parle. Au final, les résultats obtenus révèlent que les acteurs politiques optent pour une présentation de soi (Schütz, 1997) axée sur l’autopromotion et les « bonnes grâces ». De plus, à ces stratégies se greffe un schème argumentaire visant la promotion des buts ou de l’agenda politique du parti (Devitt, 1997).

Haut de page

Texte intégral

Cette recherche a été réalisée grâce à des bourses du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) ainsi que du Fonds de recherche sur la société et la culture (FQRSC) attribuées à la première auteure. Les auteures désirent exprimer leurs remerciements à M. Stéphane Perreault et Mme Synda Ben Affana pour leurs précieux conseils lors de la rédaction de cet article. Cet article s’inscrit dans le cadre du mémoire de maîtrise de la première auteure.

1Au début des années 1990, surgissent, dans la littérature scientifique, des néologismes propres à la recherche en sciences sociales et en communication politique : infotainment, « infodivertissement », « hybridation des genres ». L’avènement de ce nouveau vocabulaire se veut en réaction à la permutation du paysage télévisuel qui s’opère alors et qui se caractérise notamment par la recrudescence de personnalités politiques au sein d’environnements télévisuels jugés peu orthodoxes, tels les talk-shows. D’abord observé en Europe avec la disparition, ou plutôt la conversion, d’émissions politiques telles que Questions à domicile, 7 sur 7, L’heure de vérité, au profit d’émissions hybrides à l’image de Vivement dimanche, On ne peut pas plaire à tout le monde et Union libre, ce phénomène a tôt eu fait de gagner l’Amérique du Nord quelque temps plus tard.

2Ainsi, ces nouvelles venues au sein de l’offre télévisuelle mettent en scène différents types d’invités qui, lors de leur passage, endossent divers rôles sociaux (Schütz, 1997), dont celui d’acteur politique. Or, ces nouvelles émissions sont caractérisées par un enchevêtrement grandissant entre les univers de la politique et de la culture populaire, engendrant ainsi un brouillage de leurs frontières respectives (Street, 2000). De plus, elles s’inscrivent également dans la tendance à la personnalisation décrite et étudiée par différents chercheurs (par exemple, Gingras 2009, Lalancette 2011). Cela signifie que les acteurs politiques n’ont plus à communiquer forcément un savoir factuel, raisonné. Ils peuvent mettre en scène leur vie privée afin de faire leur promotion politique et d’ainsi toucher autrement les électeurs.

3Cette réflexion n’est pas sans contribuer à l’ouverture du concept de sphère publique d’Habermas (1962/1989) qui, chez McGuigan (2000), revêt un caractère culturel. Selon ce chercheur, « le concept de sphère publique culturelle renvoie à l’articulation de la politique, du public et du privé, comme un espace disputé faisant appel à des modes de communication affectifs. » [traduction libre] (p. 5). Issu de la tradition des Cultural Studies, McGuigan (2000) envisage donc la sphère publique culturelle comme un lieu propice aussi bien à la réflexion qu’aux émotions, à l’imaginaire qu’à l’argumentaire. Telle que proposée, cette définition permet de repenser le concept de sphère publique, de participer à son émancipation et de témoigner des modifications profondes des pratiques politiques occasionnées par l’arrivée de ce genre au sein de l’offre télévisuelle. Au nombre de ces modifications, soulignons que les acteurs politiques ne sont plus confinés au carcan
« habermassien », qui entrevoyait la sphère publique comme un lieu de débat dominé, voire dicté, par une parole argumentative et qu’ils sont désormais invités à se confier, à se dévoiler, à se livrer. À cet égard, Bastien (2009) a passé en revue les exemples du genre qui ont « fait école » :

En 1992, le candidat à la présidence américaine Bill Clinton fait une prestation de saxophone au Arsenio Hall. En 2001, sur le plateau du talk-show français Tout le monde en parle, Michel Rocard, député du Parlement Européen, se fait poser la fameuse question : « Sucer, c’est tromper  ? », par l’animateur Thierry Ardisson. En 2005, le Premier ministre canadien, Paul Martin rénove les fenêtres de sa maison avec l’hôte du Rick Mercer Report. [traduction libre] (p. 71)

4Suivant ces exemples, nous pouvons affirmer que la « politique s’exerce maintenant à l’intérieur d’une sphère publique culturelle qui propose d’allier les notions de rationalité et d’émotivité et oriente l’ensemble des communications tenues au sein des médias et de la société » (McGuigan, 2000, p. 13). Ainsi, nous assistons certes à une transformation de certaines pratiques politiques (Corner & Pels, 2003), mais non à un détournement du processus démocratique comme Blumler et Gurevitch (1995) le prétendent.

5Ces derniers ne sont toutefois pas les seuls à voir d’un mauvais œil ces phénomènes et à prédire des conséquences néfastes. En effet, la littérature en communication politique regorge d’exemples de chercheurs qui ne s’y intéressent que pour les dénoncer. À cet égard, les critiques les plus véhémentes qui sont adressées à ces phénomènes soutiennent qu’ils plongeraient le citoyen au cœur d’une profonde léthargie, alanguiraient les débats publics et proposeraient un portrait monochrome de la vie politique ainsi que de la société (Blumler & Gurevitch, 1995 ; Blumler & Kavanagh, 1999 ; Neveu, 2003). De quoi faire bondir leurs apologistes qui n’hésitent pas, d’ailleurs, à faire entendre leurs voix.

6D’abord, viennent Dayan et Katz (1995), qui déplorent que « la notion de spectacle politique [ne soit] généralement invoquée que sur le registre de l›accusation. » (p. 182). D’après ces chercheurs, une telle stigmatisation, une telle condamnation, se révèle fort réductrice, car « elle tend […] à faire oublier que la notion de spectacle politique est difficilement dissociable de celle de « sphère publique», quelle que soit celle-ci. » (Ibid). À cet égard, ces derniers arriment leurs réflexions à celle de Boltanski (1993) qui souligne que l’espace public n’est point restreint à un « lieu d›un débat raisonnable sur des questions qui importent. » (p. 53). Aussi, plutôt que d’alanguir les débats publics, le spectacle politique, étroitement lié à l’infotainment, contribuerait à la démocratisation de la sphère publique, la rendant désormais accessible à ceux qui en sont le plus souvent exclus. Dans une optique apparentée, Brants (2003) souligne que « les peurs inspirées par l’infotainement [ajout personnel de l’italique] reposent largement sur des prémisses qui peuvent être questionnées » (p. 144) et prêche pour une réconciliation entre la politique et le populaire.

7Ainsi, l’infotainment peut être envisagé comme un lieu de débat où les vies politique, privée et publique des acteurs s’entrecroisent, dans une communication parfois rationnelle, parfois affective. En d’autres termes, il s’agit d’un lieu où les questions et les réponses peuvent être appropriées autrement, voire plus directement, et souvent sous le couvert de l’humour. À titre d’exemple, voici un extrait tiré d’une entrevue réalisée avec le premier ministre sortant, Jean Charest, en 2007, alors qu’il est sur le plateau du talk-show dominical québécois Tout le monde en parle :

Jean Charest : Voyez notre programme familial marche bien. Non, mais y a 8 % plus de naissances au Québec de 2005 à 2006.

Guy A. Lepage : Et ça, c’est grâce à vous ?

Dany Turcotte : C’est toute grâce à vous ça ?

G.A.L. : Est-ce que votre épouse est au courant ?

J.C. : Non, je veux pas prendre tout le crédit, mais, mais y a un programme de congés parentaux qui a fait une grande différence dans les décisions.

8De par sa propension à mélanger information et divertissement, cet extrait illustre précisément en quoi consiste le phénomène de l’infotainment. Ce dernier sous-tend une série de nouveaux enjeux, tels que l’importance pour les acteurs politiques de performer, de manière cohérente et constante, sur trois grandes scènes bien distinctes : 1) politique et institutionnelle, 2) privée, 3) publique et populaire (Corner, 2003). Aussi, alors qu’ils sont de passage sur une émission dictée par l’infotainment, à l’instar d’un talk-show, cette obligation paraît encore plus importante, fait valoir Van Zoonen (2005). D’après cette chercheure, les politiciens doivent être présumés et apparaître tridimensionnels : « un politicien qui participe à ces émissions doit être capable de passer facilement de ses rôles de candidat, de chef de parti ou de ministre à ceux d’époux, de parent, d’amateur de sports ou de film. » [traduction libre] (p. 77). Autrement dit, leur persona (terme latin désignant la face publique des acteurs) doit trouver résonance au sein de ces trois scènes de performance.

9Ainsi, ces nouveaux enjeux, notamment ceux liés à l’importance de la cohérence de la face publique des acteurs politiques, ont alimenté notre réflexion quant au phénomène de l’infotainment. A priori, nous souhaitions, comme d’autres chercheurs tels que Rochette (2010) et Bastien (2009), déconstruire l’idée reçue selon laquelle il n’y aurait que peu ou pas d’information dans les émissions dites hybrides. Ensuite, nous avons orienté notre réflexion sur la construction de la face publique des acteurs. Dès lors, nous avons voulu définir quels étaient les stratégies de présentation de soi et les types d’arguments privilégiés par ces derniers afin de construire leur persona lorsqu’ils sont de passage sur une émission dictée par l’infotainment. Pour y parvenir, nous avons mobilisé les concepts suivant : les stratégies de présentation de soi de Schütz (1997) et les types d’arguments de Devitt (1997). Constatant que ces stratégies et types d’arguments faisaient partie intégrante du discours des acteurs politiques, nous avons appréhendé leur persona en nous appuyant sur le concept d’ethos (Charaudeau, 2005) qui renvoie à l’image de soi, aussi bien en tant que locuteur qu’en tant que d’énonciateur.

Cadre théorique

10À la lumière de la distinction aristotélicienne des trois axes fondamentaux du discours, l’ethos est lié à l’émetteur, le pathos au récepteur et le logos au message. Dans le cadre de cet article, nous avons concentré notre attention sur la preuve qui, tel que mentionné précédemment, renvoie à l’image de soi des acteurs politiques, à la fois en tant que locuteur et en tant qu’énonciateur (Charaudeau, 2005).

L’ethos : fusion d’identités

11Alors que les Isocrate, Cicéron et autres rhétoriciens de l’âge classique prêchent pour un ethos dit préalable, les tenants de la filiation d’Aristote, quant à eux, prêchent pour un ethos discursif. En quoi réside la différence entre ces deux ethos ? D’après Charaudeau (2005), la différence réside dans le fait de statuer si le sujet parlant est « seulement un être de discours construit, seulement un être social empirique, ou bien l’un et l’autre […] » (p. 88). À cet égard, le chercheur avance que l’ethos ne peut être abordé indépendamment de ces deux aspects, car il est « affaire de croisement de regards » (Ibid) : regard de l’auditoire sur celui qui parle par rapport au regard de celui qui parle sur la manière dont il croit que l’autre le perçoit. À cet égard, celui (ou celle), ici nommé(e) l’« autre », doit disposer à la fois d’informations antérieures à l’acte de langage et d’informations contenues dans cet acte, afin de construire l’image du rhéteur et/ou de l’énonciateur. En d’autres termes, « le sujet apparaît au regard de l’autre dans une identité psychologique et sociale qui lui est attribuée, et en même temps se montre à travers l’identité discursive qu’il se construit. » (Ibid, p. 89). Ultimement, l’ethos serait donc la somme de ces deux identités, une fois fusionnées.

12Or, cette conception de l’ethos suppose que l’acteur est ce qu’il désire être puisqu’il dit qu’il l’est. Toutefois, il nous paraît important de spécifier, ici, que cela ne signifie pas que les acteurs politiques ne pourraient tenter, si tel est leur souhait, de « tester » les limites respectives de ces identités, ni que l’interlocuteur se buterait bêtement à l’identité construite, sans porter réel égard à l’identité sociale, ni qu’il interpréterait le message uniquement à partir de l’identité sociale identifiée a priori, en reléguant aux oubliettes l’acte d’énonciation en soi. De plus, dans le contexte actuel, marqué par la spectacularisation et la personnalisation des enjeux politiques, nous estimons que les acteurs politiques sont plus que jamais conscients, voire « hyperconscients », de leur ethos. Certes, ils se présentent d’abord dans une identité sociale connue et qui semble au fondement de leur identité discursive, mais cette dernière est aujourd’hui modelée, selon nous, par l’adoption de stratégies soigneusement choisies en fonction de la situation de communication en présence. Et ce, dans le but d’éviter notamment que le récepteur fasse émerger de son interprétation un ethos que l’émetteur lui-même n’avait pas envisagé.

13Dans le cadre de cet article, soulignons que la situation de communication, au sein de laquelle nos acteurs évoluent, se révèle teintée par l’infotainment. Nous sommes donc en présence d’un ethos dit médiatique. Bien entendu, cet ethos médiatique n’est pas le fruit de l’infotainment, mais est lié aux codes médiatiques que les acteurs doivent respecter. Un talk-show ne fera pas appel à la même présentation de soi qu’un débat télévisé. Nous supposons que le contexte de l’information divertissement amène l’acteur politique à devoir présenter une image à la fois sérieuse et ludique. Par ailleurs, dès que les acteurs politiques foulent le plateau d’un talk-show, ils se présentent a priori dans une identité sociale qui leur est attribuée. Cette première identité, liée au fait qu’ils viennent à titre de politiciens, leur accorde un droit de parole et légitime leur passage à l’émission. Ensuite, les acteurs peuvent modeler, modifier ou consolider cette identité antérieure à la prise de parole, en discourant. C’est précisément ici, selon nous, que réside le potentiel de recherche, puisque l’identité discursive tient aux rôles que l’acteur endosse dans son discours, résultats des contraintes du dispositif télévisuel du talk-shows (Amey, 2009), notamment le format homogénéisé des entrevues, les « rituels
» et le montage post-enregistrement qui s’imposent à lui et des stratégies qu’il choisit de privilégier. Dès lors, ils ne sont donc plus assujettis à une identité préconstruite, car ils peuvent opérer des choix stratégiques.

14Ainsi, le concept d’ethos, tel que défini par Charaudeau (2005), faisait état de la fusion de deux identités distinctes : l’une antérieure à l’acte d’énonciation (identité sociale) et l’autre qui se construit dans l’acte d’énonciation (identité discursive). Cette seconde identité nous paraît particulièrement pertinente à retenir puisqu’elle témoigne du fait que l’acteur peut être amené à exercer un contrôle sur son ethos, en adoptant certaines stratégies spécifiques qu’il intègre à son discours. Aussi, cette dernière nous a inspiré notre question spécifique de recherche : comment, au cœur des différentes scènes de performance, les chefs et aspirants chefs de partis politiques québécois et canadiens construisent-ils leur identité discursive, lorsqu’ils sont de passage sur une émission dictée par l’infotainment, en périodes de campagnes électorales et de courses à la chefferie ?

Méthodologie

15Afin de répondre à cette question de recherche, nous avons choisi d’orienter nos analyses vers des entrevues réalisées auprès d’acteurs politiques qui ont accepté de participer à l’émission dominicale Tout le monde en parle (version québécoise). Cette partie est donc dédiée aux procédures ayant mené à la création de notre corpus, à la présentation de celui-ci ainsi qu’à notre grille d’analyse.

Procédures de création et présentation du corpus

16De septembre 2004 à mai 2009, le talk-show québécois Tout le monde en parle a accueilli 77 acteurs politiques, tous paliers gouvernementaux confondus. Afin de composer notre échantillon final de recherche, l’ensemble de ces entrevues devait mettre en scène des acteurs politiques correspondant aux critères suivants :

  • Être chef d’un parti politique au provincial ou au fédéral OU être candidat vedette à l’investiture d’un parti

  • Avoir été à la tête d’un parti ayant remporté plus d’un siège lors d’élections générales

  • Être en campagne électorale ou être engagé dans la course à l’investiture d’un parti au moment où l’entrevue à Tout le monde en parle a lieu.

17Ces critères témoignent de notre volonté d’être en présence d’acteurs qui portent, soutiennent et personnalisent la politique au quotidien. Étant dotés d’une voix à l’Assemblée nationale ou à la Chambre des communes, ces derniers contribuent à la mise en œuvre des principes démocratiques de toute une société. De passage sur le plateau de Tout le monde en parle, tous mettent en œuvre des stratégies particulières afin de parvenir à leur but : être à la tête du prochain gouvernement ou encore obtenir le maximum de voix s’ils ne peuvent aspirer à la fonction de premier ministre.

18Une fois nos critères établis, Radio-Canada (SRC) nous fit parvenir, à notre demande, une copie DVD (moyennant un certain tarif) de quatre entrevuesque nous n’avions pas alors en notre possession. À la suite de la réception des entrevues manquantes, nous avons entrepris de les transcrire selon les critères scientifiques liés à la production d’un verbatim. Chaque hésitation, chaque coupure de parole, chaque répétition furent soigneusement consignées. Bref, tout ce qui se rapporte à la teneur du discours, à l’acte d’énonciation en soi.

19Aussi, précisons que seule la portion « entrevue » du passage des acteurs politiques sur le plateau fut transcrite pour fins d’analyse. De fait, aucune émission dans son intégralité ne figurait sur les copies que nous avions déjà en notre possession, et ni sur celles qui nous ont été remises, éliminant par le fait même la possibilité de considérer les autres interventions des acteurs au cours de l’émission. Du reste, très peu d’entre eux restent au-delà de leurs entrevues en périodes de campagnes ou de courses à la chefferie, arguant pour la plupart qu’ils doivent composer avec un horaire très chargé qui les mène aux quatre coins de la province ou du pays.

20Au final, dix entrevues furent retenues aux fins d’analyses, présentées ici selon l’ordre d’apparition à l’émission : André Boisclair (en 2005, en 2007), Michael Ignatieff (en 2006), Mario Dumont (en 2007), Jean Charest (en 2007, en 2008), Pauline Marois (en 2008), Stéphane Dion (en 2008), Gilles Duceppe (en 2008) et Jack Layton (en 2008).

21Enfin, soulignons que lorsqu’un acteur politique a accordé plus d’une entrevue sur le plateau (André Boisclair et Jean Charest), chaque acte de présence fut analysé séparément. Ce choix méthodologique suppose donc que l’identité discursive des acteurs ne serait pas stagnante, figée. Au contraire, elle se modifierait, évoluerait dans le temps, suivant les « rôles qu’il [l’acteur] s’attribue dans son acte d’énonciation, résultat des contraintes de la situation de communication qui s’imposent à lui et des stratégies qu’il choisit de suivre. » (Charaudeau, 2005, p. 89).

Grille d’analyse

22Dans le cadre de notre recherche, nous nous intéressons principalement aux choix qui sont opérés délibérément par les acteurs politiques et qui entrent dans la construction de leur identité discursive. Nous faisons ici référence aux stratégies de présentation de soi et types d’arguments qu’ils privilégient au sein de leurs discours. Afin d’en témoigner, nous avons élaboré une grille d’analyse qui fut inspirée des travaux de chercheurs nous ayant précédées : Corner (2003), Schütz (1997) et Devitt (1997). Leur apport spécifique a rendu possible une analyse de contenu tripartite des actes d’énonciation, découpés en unités de sens, des acteurs.

23D’emblée, rappelons que, selon Corner (2003), les acteurs politiques ont désormais l’obligation de performer, de façon cohérente et constante, sur trois scènes bien distinctes : 1) politique et institutionnelle, 2) privée, 3) publique et populaire. À cet effet, Van Zoonen (2005) renchérit que cette obligation de performer sur les trois scènes apparaît encore plus fondamentale lorsque ces derniers participent à des talk-shows. Dans cette optique, nous croyions que ces scènes de performance, au sein desquelles les invités politiques sont amenés à évoluer, devaient constituer notre premier axe d’analyse. Aussi, nous souhaitions identifier à laquelle (ou auxquelles) de ces scènes se rapportaient les questions, généralement posées par l’animateur Guy A. Lepage, qui étaient destinées aux acteurs. Puis, nous avons procédé de la même façon avec les réponses fournies par ces derniers, cela dans le but de comparer leur nature respective.

24Ensuite, Schütz (1997) ayant conclu que les invités de passage sur le plateau d’un talk-show se présentaient diversement selon les rôles sociaux (artistes
, politiciens, experts) qu’ils interprétaient, nous avons porté une attention particulière à sa démarche. Ainsi, notre second axe d’analyse s’inspire des cinq stratégies de présentation de soi : 1) autopromotion, 2) « bonnes grâces », 3) exemplification, 4) intimidation, 5) supplication, telles que définies par Jones et Pittman (1982), et revues par Schütz (1997) Ces stratégies seront définies plus explicitement au moment d’aborder la partie « Résultats et Discussion » de l’article.

25Finalement, nous avons repris les types d’arguments utilisés par les acteurs politiques dans les textes journalistiques tels qu’analysés par Devitt (1997). D’après ce chercheur, les politiciens utilisent des stratégies 1) d’autopromotion, 2) de comparaison ou 3) d’opposition dans leurs discours. Comme les acteurs politiques tiennent également un discours lorsqu’ils participent à Tout le monde en parle, nous supposions qu’ils utiliseraient des stratégies similaires afin de se présenter aux électeurs qui regardent l’émission.

26Ainsi, les trois axes que nous exploitons font partie intégrante de l’identité discursive des acteurs, puisque c’est à partir de l’étude de leurs actes d’énonciation, découpés ici en unités de sens, qu’ils émergent. Les unités de sens prennent ici la forme à la fois des questions posées et des réponses fournies. Dans cette optique, quoique l’acteur politique puisse être interrompu, par l’animateur, le fou du roi ou d’autres invités, si le fil conducteur entre la question initiale et la réponse n’est pas rompu, l’unité de sens analysée représente l’intervention complète des protagonistes. À titre d’exemple, voici un extrait tiré de l’entrevue réalisée avec le chef du Parti libéral, Jean Charest, en 2008 :

Guy A. Lepage : Un sondage Léger et Léger publié le 28 octobre dernier indiquait que 75 % des Québécois ne souhaitaient pas le déclenchement d’élections cet automne. Contre la volonté des Québécois et celle de vos adversaires Mario Dumont et Pauline Marois, vous avez quand même décidé de déclencher les élections cet automne. La question qui tue : avez-vous pété une coche ? (rires) [U1]

Jean Charest : Pas cette journée là, non. J’ai pas pété une coche mais... [U2]

G.A.L. : Mais vous étiez super populaire là ! Tout allait bien là et là vous décidez de nous décevoir. [U1]

J.C. : Non, ben d’abord, d’abord, il faut (faut) savoir que quand on demande aux gens s’ils veulent des élections, c’est comme, pour certains c’est comme aller chez le dentiste. Vous allez jamais trouver une majorité de gens qui vous disent : « on veut des élections ». On fait des élections parce qu’on va traverser une période de turbulences sur le plan économique qui va être assez sévère et si on veut passer à travers ça comme il faut, ça nous prend de la stabilité et un gouvernement qui est stable. [U2]

27Comme nous pouvons le constater, la question posée par Guy A. Lepage constitue la première unité de sens [U1] de cette entrevue. Puis, Jean Charest commence à répondre à la question [U2] avant de se faire interrompre par l’animateur. Or, puisque l’intervention de ce dernier ne change pas la question initiale posée en amont, nous considérons qu’il s’agit de la même unité de sens [U1]. Finalement, le chef du Parti libéral parvient à formuler une réponse complète, qui correspond toujours à l’unité de sens 2, puisqu’il s’agit d’un complément à son amorce.

28En définitive, la grille que nous avons conçue permet donc, selon nous, d’analyser les diverses stratégies discursives que les acteurs politiques choisissent de suivre. À partir de celle-ci, nous avons été en mesure de dégager les grandes tendances susceptibles de révéler comment se construit l’identité discursive d’un acteur politique dans un contexte d’infotainment. La prochaine partie se révèle d’ailleurs dédiée aux résultats qui ont émané de nos analyses.

Résultats et discussion

29Cette partie présente les principaux résultats de notre recherche qui sont d’ailleurs combinés à la discussion.

Les scènes de performance

30D’abord, nous souhaitions porter notre attention sur l’idée reçue voulant qu’il y ait débalancement des propos liés à l’information par rapport à ceux liés au divertissement dans les émissions hybrides. Pour ce faire, nous avons d’abord ciblé à quelle(s) scène(s) de performance (Corner, 2003) se référaient les questions qui étaient posées à l’acteur politique. Ensuite, nous avons procédé à la même analyse des réponses fournies par les chefs et aspirants chefs. Enfin, nous avons comparé la nature des questions posées à celle des réponses obtenues.

« Je politise, nous politisons, vous politisez… »

31D’emblée, les résultats révèlent que la scène politique se trouve au cœur des échanges entre les différents protagonistes, ce qui corrobore notamment les résultats obtenus par Rochette (2010). En effet, la très grande majorité des questions posées relève de cette scène, au même titre que les réponses données par les acteurs politiques. Ainsi, le schème Question/Réponse au sein d’une émission dictée par l’infotainment serait surtout orchestré selon une logique Question politique/Réponse politique, comme l’illustre l’extrait suivant tiré de l’entrevue réalisée auprès du chef du Parti libéral du Canada, Stéphane Dion, en 2008 :

Guy A. Lepage : La pierre angulaire de votre programme est le fameux « Tournant vert » qui permettrait à un gouvernent libéral d’amasser plus de 40 milliards de dollars via une taxe sur le carbone, dont les revenus serviraient à baisser les impôts. (Stéphane Dion : Voilà !) On vous a reproché d’être trop abstrait, de vous exprimer de façon alambiquée, bref d’être incapable d’expliquer votre Tournant Vert simplement. On vous donne 60 secondes pour le faire…

Stéphane Dion : Six mots : baisser les impôts, taxer la pollution.

G.A.L. : Il vous reste 55 secondes…

S.D. : Il faut baisser les impôts sur les activités productives, celles qui créent la richesse, c’est-à-dire nos revenus, nos épargnes, nos investissements, nos profits et déplacer ça vers la pollution, ce qu’on veut en moins, les gaz à effets de serre qui sont en train de détruire notre relation avec la planète.

  • 1 Selon cette chercheure, le contenu thématique de la vie publique des candidats se décline en trois (...)
  • 2 Quant au contenu thématique de la vie privée des candidats, il se décline également en trois sous-c (...)

32Cet extrait nous paraît particulièrement pertinent à mettre au jour dans la mesure où le politicien est amené à discuter d’enjeux politiques, ce qu’il fait sans déroger à la scène de performance initiale. Au cours des différentes entrevues, nous avons donc pu observer que la scène politique occupait une place prépondérante et regroupait un vaste éventail de sujets, depuis le programme du parti aux positions défendues par les candidats en Chambre, en passant par leurs opinions sur les grands débats publics. Quoique Rochette (2010) ne se réfère pas explicitement aux scènes de performance de Corner (2003), sa propension à scinder le contenu thématique des échanges en deux (vie publique et vie privée) nous permet d’établir un parallèle avec nos propres résultats. En effet, à la lumière de ses analyses, cette dernière avance que « les thèmes qui touchent la vie publique1 sont plus fréquemment abordés (88,5 %) que ceux qui touchent la vie privée2. » (p. 48). Ainsi, les critiques formulées à l’endroit des émissions d’infotainment, notamment par Neveu (2003) lorsqu’il affirme qu’il « […] paraît empiriquement assez difficile de leur associer un apport d’information très significatif sur les règles, enjeux, logiques sociales propres à l’univers politique. » (p. 48), se révèlent davantage alarmistes que véridiques, à la lumière de nos résultats.

« Tu politises, vous politisez… je personnalise »

33Toutefois, nous avons pu observer que des acteurs politiques tendaient à « faire dévier le débat » lors de certains échanges. L’expression « faire dévier le débat » fut choisie pour illustrer le fait que la scène de performance inhérente aux questions posées aux acteurs politiques ne sera pas forcément celle prisée par ces derniers au moment de répondre. À titre d’exemple, une question de nature politique peut inspirer une réponse de nature privée et vice versa. Afin d’illustrer nos propos, voici un extrait tiré de l’entrevue réalisée avec Michael Ignatieff, alors aspirant chef du Parti libéral du Canada, lorsque interrogé par Jean-Luc Mongrain, invité sur le plateau de Tout le monde en parle :

Jean-Luc Mongrain : Si y avait un rendez-vous référendaire au Québec, vous serez du débat… vous serez interventionniste comme gouvernement fédéral sous votre règne ?

Michael Ignatieff : Je crois que oui, parce que mon père, ma mère, mon grand-père et ma grand-mère sont enterrés au Québec. C’est pas une abstraction pour moi. Ça c’est dans les tripes ça, c’est mon pays (je) (et) et je vais me battre pour le maintenir.

34En analysant l’extrait ci-dessus, nous pouvons constater que la scène de performance proposée au départ (politique) n’est pas retenue par le protagoniste politique qui, au moment de répondre, lui préfère une autre scène (privée). Ainsi, interrogé sur la politique qu’il adopterait dans l’éventualité de la tenue d’un référendum au Québec, Michael Ignatieff évoque ses racines familiales. Il relègue donc au second plan la nature première de la question (politique) afin d’opérer, selon nous volontairement, un rapprochement avec les Québécois et les Québécoises. Un peu plus loin, dans cet article, nous verrons que l’adoption d’une telle stratégie favorise une présentation de soi axée sur la volonté de rentrer dans ce que Schütz (1997) nomme les « bonnes grâces » de son auditoire.

« Tu personnalises, vous politisez… je personnalise »

35Pour l’heure, nous constatons que des scènes de performance peuvent également s’imbriquer au sein même d’une question ou d’une réponse, il s’agit alors de scènes dites « mixtes ». Généralement, cette mixité se traduit par un préambule relevant d’une première scène de performance qui conduit à une question relevant d’une autre scène.

36À titre d’exemple, prenons un autre extrait de l’entrevue réalisée avec Michael Ignatieff qui témoigne de ce modus operandi. D’abord, l’animateur Guy. A Lepage puisera dans le passé estudiantin et professionnel de l’acteur, puis soulignera le fait qu’il a vécu pendant de nombreuses années à l’extérieur du Canada. Ces faits qu’il énonce se veulent un avant-propos à la véritable question de l’animateur qui relève davantage du politique, tel qu’il est possible de le constater :

Guy A. Lepage : Vous êtes député et candidat à la chefferie du Parti libéral du Canada. Pour faire le saut en politique canadienne, vous avez abandonné une brillante carrière d’universitaire à Harvard et de journaliste au New York Times magazine. Vous êtes revenu au pays après avoir vécu trente ans à l’étranger, principalement à Londres et à Boston. Plusieurs commentateurs au Canada anglais se demandent si vous êtes pas davantage Américain que Canadien. Êtes-vous déconnecté des réalités canadiennes ?

37En réponse à cette mixité des scènes de performance, nous avons observé que les acteurs politiques privilégiaient une seule des deux scènes proposées en amont par l’intervieweur, comme en témoigne la réplique de Michael Ignatieff :

Michael Ignatieff : Pas du tout. Je suis né à Toronto. Mon père est venu ici à Montréal, il était un immigré. Il est venu s’installer au Québec tout à fait (Jean-Luc Mongrain : (à) à Richmond) et à Richmond (Jean-Luc Mongrain : voilà !), près de vous, près de vous c’est ça ! (Jean-Luc Mongrain : Ben oui !)

38Dans cet extrait d’entrevue, l’acteur omet la nature politique de la question posée par l’animateur, dont l’avant-propos reposait toutefois sur des prémisses privées, et opte pour une réponse axée uniquement sur des faits personnels. Il parle de sa ville d’origine, de son père et de la relation qu’entretenait ce dernier avec sa province d’adoption : le Québec. Or, suivant la nature de la question, nous aurions pu nous attendre à ce que l’aspirant chef du Parti libéral du Canada fasse état de sa connaissance des enjeux et des débats publics qui animent le pays. Cela dans le but d’établir clairement qu’il est très au fait des réalités canadiennes. Toutefois, les deux derniers extraits présentés en amont révèlent que Michael Ignatieff fait preuve de récurrence et de cohérence en optant plutôt pour des stratégies qui lui permettent de « jouer la carte » de l’homme proche de ses origines.

39Or, la mixité des scènes n’est pas l’« affaire » seule de l’intervieweur. En effet, nous avons pu observer certaines interventions où la mixité des scènes apparaissait être une initiative du protagoniste politique invité. Afin d’illustrer nos propos, voici un extrait tiré de l’entrevue réalisée avec le chef du Parti québécois, André Boisclair, en 2007 :

Guy A. Lepage : Dans la presse du 27 février, Yves Boisvert écrivait : « on chuchote que, dans les focus groups, l’homosexualité d’André Boisclair ressort négativement en région ».

  • 3 Il s’agit ici d’un faux étonnement, car l’homosexualité d’André Boisclair est connue. De plus, en 2 (...)

Dany Turcotte : Vous êtes gai3 ?

G.A.L. : Les journalistes ont surnommé votre autobus de tournée le Brokeback Express. En parlant du candidat péquiste de sa région, Louis Champagne, un animateur radio à CKRS au Saguenay, a dit cette semaine que jamais les ouvriers de Jonquière voteraient pour une tapette, vous réagissez comment à tout ça ?

A.B. : J’ai de la colère, j’ai de la colère. […] On a été une des premières sociétés en Amérique du Nord à inclure l’orientation sexuelle comme motif de discrimination. On est une société qui est affamée d’égalité. L’égalité entre les hommes et les femmes, y a pas grand société dans le monde où on a réussi à avoir des institutions comme celles qui existent au Québec. […] Pis moi, j’ai confiance que les Québécois et les Québécoises y sont derrière moi pis qui condamnent, sans hésitation, des propos comme ceux de M. Champagne. Je trouve ses propos blessants, non seulement pour moi, non seulement pour Sylvain qui est notre candidat, mais pour le monde du Saguenay Lac St-Jean. Parce qu’il est en train de faire accroire que parce qu’ils sont en région, soudainement, ils seraient plus innocents, qu y auraient une autre vision des droits à l’égalité ? Le Québec que je connais c’est un Québec qui se bat pour l’égalité pis qui est prêt à investir à-dedans…

40 L’extrait proposé témoigne clairement d’une percée de l’animateur au cœur de la scène privée d’André Boisclair, de par la mise à l’avant-plan de son orientation sexuelle. Questionné à ce sujet, le chef du Parti québécois appuie d’abord son argumentation sur des faits politiques précis, en soulignant notamment que le Québec fut « une des premières sociétés en Amérique du Nord à inclure l’orientation sexuelle comme motif de discrimination ». Cela permet à l’acteur politique d’ancrer ses propos au cœur d’une perspective sociale et de faire appel à des grandes valeurs communes telles que l’égalité. Puis, il y va de son opinion et de ses convictions personnelles profondes sur le sujet, d’où la mixité des scènes de performance.

41À la lumière de ces résultats, de nouvelles interrogations émergent : pourquoi un acteur politique privilégie-t-il une sphère de performance plutôt qu’une autre ? Pourquoi opter pour la mixité de deux scènes au sein d’une seule réponse ? Comment ces stratégies sont-elles interprétées par la population, les électeurs ? Dans le cadre de cette recherche, nous ne pouvons avancer que des hypothèses en regard de ces questions. D’abord, tel que mentionné à maintes reprises, selon Corner (2003) et Van Zoonen (2005), il s’avère primordial pour un acteur politique de savoir performer et ce, de façon cohérente et constante, sur les trois grandes scènes. En d’autres termes, l’acteur doit parvenir à incarner un certain équilibre entre les différents rôles qu’il endosse, notamment lors d’un passage à une émission dictée par l’infotainment. Il y a certainement lieu de se demander si l’acteur politique agira de la sorte dans d’autres types d’émissions (par exemple, lors d’une entrevue à 24 heures en 60 minutes animé par Anne-Marie Dussault à Radio-Canada). Des analyses supplémentaires permettraient certainement de répondre à cette question. Donc, s’il existe un débalancement majeur d’un rôle au profit d’un autre, le protagoniste invité pourrait être tenté de vouloir redresser le balancier. Pour y parvenir, nous croyons que de faire dévier le débat le plus souvent possible sur la scène fragilisée, soit sur celle qu’il semble le moins bien maîtriser ou sur celle que l’on lui reproche de moins bien maîtriser, pourrait constituer une stratégie à privilégier. Or, cette position ne constitue qu’une simple hypothèse.

42Dans une optique apparentée, le choix délibéré de mixer les scènes à l’intérieur d’une même réponse témoignerait également, selon nous, de cette volonté de maintenir un équilibre. Ainsi, un acteur reconnu pour sa rectitude politique aurait avantage à laisser filtrer quelques détails sur sa vie privée alors qu’un acteur reconnu pour son altruisme aurait avantage à se doter d’une crédibilité certaine, même si la question, au départ, ne l’exige pas. Nous croyons donc que la déviation du débat et la mixité des scènes ne constituent pas des stratégies d’évitement de la part des acteurs, mais plutôt des stratégies de positionnement. Rappelons toutefois qu’il ne s’agit là que d’une hypothèse qui pourrait éventuellement mener à de nouvelles analyses dans le cadre d’un autre projet de recherche.

  • 4 Lors de la revue de l’année 2006 des Justiciers masqués, diffusée à Musimax, un sketch parodiant le (...)
  • 5 Sébastien Trudel et Marc-Antoine Audette forment le groupe humoristique les Justiciers masqués. Évo (...)

43Pour l’instant, cependant, nous portons notre attention sur la troisième scène de performance de Corner (2003) : la scène publique et populaire. Cette dernière se révèle peu exploitée à l’intérieur des échanges entre l’intervieweur et les protagonistes politiques invités. Elle se traduit généralement par des questions portant sur l’opinion de ces derniers à propos de sketchs parodiques ou caricaturés et conduit la plupart du temps à des éléments anecdotiques. À titre d’exemple, André Boisclair, en 2007, est amené à se prononcer sur sa participation au sketch Brokeback Moutain4, réalisé par les Justiciers masqués5. Aussi, contrairement aux deux autres scènes, celle-ci ne génère ni déviation de débat, ni mixité des scènes : à question publique, réponse publique.

44Ainsi, à l’instar de recherches menées par d’autres membres de la communauté scientifique, notamment Bastien (2008, 2009) et Rochette (2010), nous constatons que, dans les émissions d’infotainment, l’offre serait davantage orientée vers l’information que vers le divertissement. Nous en sommes parvenues à cette conclusion dans la mesure où la scène politique occupe une place prépondérante au cœur des échanges entre l’intervieweur et le protagoniste invité. De fait, nous pouvons affirmer que les acteurs se présentant sur le plateau de Tout le monde en parle en périodes de campagnes électorales ou de courses à la chefferie revêtent d’abord leur rôle d’hommes ou de femmes politiques.

45En somme, les résultats obtenus révèlent que l’identité discursive des acteurs politiques analysés se construirait principalement au sein d’une scène de performance politique, soit d’une scène mettant principalement en lumière leurs attributs et/ou leurs réalisations politiques. Toutefois, l’adoption de stratégies de positionnement (déviation du débat ou mixité des scènes) permet à l’acteur de se présenter sous différentes facettes afin de parvenir à atteindre un équilibre contrôlé entre la scène politique, la scène privée et la scène publique. D’ailleurs, les prochains résultats d’analyse mettront précisément en lumière les stratégies de présentation de soi des protagonistes politiques.

Stratégies de présentation de soi et types d’arguments

46Alors qu’ils foulent le plateau d’un talk-show, la présentation de soi des invités se modifie selon les différents rôles sociaux (artistes, politiciens, experts) qu’ils endossent (Schütz, 1997). Dans cette optique, il apparaît que cinq stratégies : 1) autopromotion, 2) « bonnes grâces », 3) exemplification, 4) intimidation, 5) supplication, élaborées par Jones et Pittman (1982), et revues par Schütz (1997), sont susceptibles d’entrer dans la construction de l’identité discursive des acteurs politiques qui constituent notre échantillon.

47Afin de témoigner des résultats obtenus, les stratégies seront présentées selon le degré de prédilection que leur vouent les acteurs politiques. Puis, nous dégagerons les grandes tendances qui se profilent et les comparerons à celles découvertes par Schütz (1997), dans un esprit d’actualisation.

« On n’est jamais si bien servi que par soi-même » : l’autopromotion

48À la lumière des analyses réalisées, nous pouvons affirmer que les acteurs politiques de passage sur une émission dictée par l’infotainment, en périodes de campagnes électorales ou de courses à la chefferie, privilégient une présentation de soi axée sur la mise à l’avant-plan de leurs titres, de leurs succès ou de leurs compétences particulières, comme en témoigne l’extrait qui suit, tiré d’une entrevue avec le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, en 2008 :

Guy A. Lepage : Cinq anciens députés du Bloc ont dit récemment que votre parti ne servait plus à rien. Lorsque la pertinence d’un parti est mise en doute à la première semaine d’une campagne et que les remises en question proviennent d’anciens camarades, est-ce que c’est dur à prendre ?

[…]

Gilles Duceppe : Ce qui me laisse plus perplexe, c’est que dans la plupart des sondages le Bloc est premier, habituellement on remet en question la pertinence de ceux qui sont derniers. Rarement la pertinence de ceux qui sont premiers. Or, c’est notre cas pis on a gagné les cinq dernières élections générales. Moi, ce que je remets en pertinence, c’est une majorité pour les Conservateurs. Ça, ça m’inquiète, pis ça je pense qu’y faut remettre ça en pertinence.

  • 6 En 2006 (10,5 % des voix) ; 2004 (12,40 %) ; 2000 (10,72 %) ; 1997 (10,67 %) ; 1993 (13,52 %)

49Dans l’extrait présenté, Gilles Duceppe martèle que son parti est en position de tête dans les sondages et que cela devrait suffire à faire taire ses détracteurs. De même, il se plaît à rappeler les succès remportés par le Bloc à l’occasion des cinq dernières élections générales6, alors qu’une vague bleue a déferlé sur l’ensemble du Québec. En axant son discours sur les accomplissements et les bons coups de son parti, Gilles Duceppe adopte la stratégie de l’autopromotion qui favorise l’endossement du rôle d’homme d’État. Néanmoins, ce résultat n’est pas surprenant, car il s’agit certainement là du principal objectif de chaque politicien qui participait à cette émission. Il est toutefois intéressant de voir quelles stratégies ces acteurs empruntent lorsqu’ils cherchent à se mettre en valeur lors de ces émissions.

50Aussi, quoique l’autopromotion soit la stratégie de présentation de soi la plus prisée par les politiciens, ces derniers tentent également d’attirer les « bonnes grâces » de l’« auditoire-citoyen » en reléguant au second plan l’aspect « politique » au profit de l’endossement du rôle de père ou de mère de famille, de conjoint(e), d’ami(e). Certes, cela peut paraître paradoxal, mais nous constaterons que cette stratégie vise à présenter un persona humain et plus près des électeurs, de la population en général.

Just like you and me : comment rentrer dans les « bonnes grâces »

51En plus d’axer leurs discours sur l’autopromotion, nous pouvons affirmer que les politiciens ont également tendance à opter pour une stratégie de présentation de soi consistant à se décrire comme étant séduisant, charismatique ou d’« égal à égal ». Cette propension à vouloir apparaître sur un pied d’égalité avec son auditoire est clairement illustrée dans cet extrait, tiré de l’entrevue réalisée avec André Boisclair, en 2005, alors aspirant chef du Parti québécois :

Dany Turcotte : […] Est-ce que vous amèneriez votre chum dans une sortie publique ? Comme (Boisclair : Oui je le ferais…) Jean Charest avec Michou… (Boisclair : Ben oui… Oui je le ferais…)

André Boisclair : Mais l’idée (c’est que) c’est que un moment donné… J’ai ma vie au-delà de la politique pis la politique je vais y consacrer mes meilleures énergies, mais j’veux pas non plus devenir un gars unidimensionnel où y a seulement la politique (dans) (dans) dans la vie… Y a ben d’autres choses, moi, qui me passionnent dans la vie pis, oui, je vais essayer de vivre une vie la plus normale possible quelles que soient les responsabilités qui me sont confiées. Pour moi, c’est une question d’équilibre.

52Dans cet extrait où il est question de sa vie privée, l’acteur politique tente de mettre à l’avant-scène le fait qu’il aspire à mener une vie en dehors de la politique. Il se relègue au rang d’homme, de citoyen ayant une tâche à accomplir et des responsabilités à assumer, mais qui souhaite tout de même vivre ses passions. En se révélant de la sorte, André Boisclair exprime une volonté de partage, sinon de communion. Ce genre de discours peut assurément engendrer une impression de proximité avec l’acteur, puisqu’il se présente comme « l’un des nôtres ». Cette dernière caractéristique est typique de cette stratégie de présentation de soi, car elle illustre la tendance à vouloir entrer dans les « bonnes grâces » de ceux et celles qu’il tente de rallier à sa cause. Néanmoins, nous ne pouvons passer outre le fait qu’il ne répond pas clairement à la question posée par Dany Turcotte.

53Ainsi, nos analyses révèlent que les stratégies des acteurs politiques, de passage à une émission dictée par l’infotainment en périodes de campagnes électorales ou de courses à la chefferie, peuvent être insérées dans différentes catégories de présentation de soi. Or, en dépit du fait que les cinq stratégies puissent être présentes dans certaines entrevues (par exemple Jean Charest en 2008), la tendance veut que les protagonistes politiques en privilégient deux en particulier : l’autopromotion et les « bonnes grâces ». En y réfléchissant, cela n’est guère étonnant dans la mesure où ces stratégies nous rappellent l’importance pour les acteurs de performer, de manière cohérente et constante, à travers les trois grandes scènes (Corner, 2003). Ils s’assurent, d’un côté, d’apparaître comme étant compétents et, de l’autre côté, comme étant sympathiques ; d’un côté, ils veulent parvenir à imposer le respect et, de l’autre côté, à créer un lien. Par ailleurs, la propension des politiciens à opter pour ces deux stratégies avait déjà été révélée par Schütz (1997), comme quoi certaines stratégies semblent toujours aussi populaires, et ce, même en périodes de campagnes. Notre apport réside donc aussi en l’importance accordée à la rhétorique argumentaire (Devitt, 1997) des acteurs politiques qui entre dans la construction de l’identité discursive des acteurs.

54En ce sens, les résultats illustrent que les acteurs politiques qui privilégient une présentation de soi axée sur l’autopromotion et/ou les « bonnes grâces » optent soit pour des arguments autopromotionnels qui contribuent uniquement à promouvoir leurs buts ou leurs agendas politiques, soit pour des arguments comparatifs qui contribuent à promouvoir leurs agendas politiques, mais tout en critiquant ceux de leurs adversaires. Ainsi, en privilégiant des arguments fondés sur leur agenda, les acteurs politiques expriment leur volonté de ne pas se positionner « par rapport à », mais bien « en tant que ». Lorsqu’ils font appel à un argument de type autopromotionnel, ils évitent d’établir quelque parallèle que ce soit entre leur parti politique et ceux de leurs adversaires. Ce faisant, ils s’assurent que leur argumentaire ne se fonde pas que dans le rapport à l’autre. Dans d’autres cas, les acteurs politiques souhaitent établir une logique de suprématie. Nous sommes donc, ici, en présence d’un rapport de force. D’ailleurs, c’est précisément ce rapport à l’autre qui caractérise l’argument de type comparatif. Tel que mentionné précédemment, il s’agit de créer un rapport de force duquel l’acteur politique, ainsi que le parti qu’il représente, sortira grand gagnant.

55En résumé, les acteurs qui endossent a priori leurs rôles d’hommes ou de femmes politiques ou d’hommes ou de femmes « ordinaires » privilégient un argumentaire axé sur la promotion des buts ou de l’agenda politique du parti. Dans certains cas, ils consentiront une petite place à l’agenda politique de leurs adversaires, mais cela dans le but de mieux les critiquer et jamais au détriment de leurs propres intérêts. Ce schème argumentaire est également caractéristique de la prochaine stratégie de présentation de soi caractéristique des acteurs politiques : l’exemplification.

« Si dieu existe » : l’exemplification

56Pour commencer, les chefs et aspirants chefs politiques québécois et canadiens ne recourent pas « systématiquement » à l’exemplification. A contrario, chez Schütz (1997), cette stratégie de présentation de soi s’avérait un complément direct aux deux autres citées précédemment. Cela signifie donc que les acteurs politiques ne cherchent point à se décrire ou à apparaître comme étant moralement dignes ou encore à se réclamer d’un code moral précis. Seuls quelques-uns d’entre eux s’y risquent et ce, de façon très prudente, voire calculée. C’est notamment le cas du chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe :

Guy A. Lepage : M. Duceppe, est-ce que Dieu existe ?

Gilles Duceppe : Ça c’est personnel. Moi, je veux pas m’embarquer dans la politique à l’américaine où on doit dire, on croit en ci, on croit en ça. Ça reste pour moi.

G.A.L. : Vous voulez pas parler de religion. Mais avez-vous l’impression qu’au Canada ça s’en vient un peu comme aux États-Unis, que la religion devient un facteur électoral ?

G.D. : Moi, je pense qu’on doit faire la part des choses. La religion des uns ne doit pas devenir la loi de tous les autres. Et qui on a, en ce sens, le plus grand respect pour chacune des religions, mais qu’une religion doit pas être imposée à tout le monde. Et c’est ça le respect des être humains. Vous savez y a tellement eu de guerres au (au) nom de Dieu, et des religions, laissons ça… je pense moi que la spiritualité est importante que l’on soit croyant ou pas, de quelques religions que l’on soit. Y a des codes moraux qui faut avoir dans la vie. Si pour les uns ça passe par une religion, c’est leur droit, mais on doit jamais imposer un code moral spécifique d’une religion à l’ensemble d’une population. L’État c’est l’État et la religion c’est la religion.

57Dans cette optique, nous nous questionnons à savoir si cette différence observée n’en serait pas une culturelle. En effet, Schütz (1997) ayant mené son étude auprès de politiciens allemands et, nous, auprès de politiciens québécois et canadiens, nous supposons que la propension à faire appel aux valeurs morales pourrait varier selon le contexte culturel. Certes, il ne s’agit là que d’une hypothèse, mais elle mériterait que nous nous y attardions davantage et pourrait faire l’objet d’un futur projet de recherche.

58Pour l’instant, toutefois, nous nous concentrerons sur les deux dernières stratégies de présentation de soi, dont les acteurs politiques doivent user avec parcimonie : la supplication et l’intimidation.

« À l’image d’un équilibriste sur une corde raide » : la supplication et l’intimidation

59Enfin, rappelons qu’au cours de ses analyses, Schütz (1997) n’avait relevé aucune trace de supplication ou d’intimidation. Cette chercheure attribuait un tel résultat aux associations négatives qui étaient rattachées à ces deux stratégies. Or, notre étude permet d’envisager d’une autre manière le rapport à ces stratégies et d’expliquer pourquoi le discours des acteurs politiques en est aujourd’hui parfois teinté. En effet, un acteur politique peut parvenir à en tirer profit. Cela exige toutefois d’évaluer les enjeux inhérents au contexte en présence afin de s’assurer qu’il y ait cohérence entre la présentation de soi qu’il souhaite projeter et celle reflétée :

Guy A. Lepage. : Vous dites que vous le respectez M. Dumont, mais il vous fait fâcher souvent.

  • 7 Rires

Jean Charest. : Ben, il me fait pas fâcher souvent, mais de temps en temps. Pis des fois quand je me fâche, vous me croirez pas, mais ça parait et…ça peut paraître7

60Ainsi, la réponse du chef du parti libéral du Québec s’inscrit fort bien dans cette perspective. En répliquant que ses colères ne passent généralement pas inaperçues, Jean Charest souhaite se présenter comme un être au tempérament fougueux. Aussi, soulignons qu’un acteur serait plus susceptible d’opter pour une telle présentation lorsqu’il se sent indépendant et supérieur au groupe en présence (Howard, Blumstein, & Schwartz, 1986).

61Par ailleurs, un acteur faisant appel à l’une ou l’autre ou à ces deux stratégies de présentation de soi nous inspire l’image d’un équilibriste sur une corde raide : les faux pas ne sont pas permis, sous peine de voir apparaître le spectre des associations négatives. Au final, donc, une seule question devrait prédominer avant d’avoir recours à ces deux stratégies : le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

62De plus, nos analyses révèlent que les acteurs politiques qui optent pour ces deux stratégies de présentation de soi privilégieront un argumentaire de type oppositionnel. À la différence de l’argumentaire de type comparatif, où les critiques adressées à l’adversaire servent à promouvoir son propre agenda politique, l’argumentaire de type oppositionnel ne constitue qu’un flot de critiques continu. Le rapport de force est alors abandonné en faveur d’une charge directe contre son adversaire. Conséquemment, cela relègue au second plan l’agenda politique du parti. Dans cette optique, « l’image ainsi fabriquée n’est pas indépendante de la volonté de disqualifier l’adversaire politique par la mise en cause de sa personne, de ses actions et de ses idées. » (Camus, 2006). Toutefois, peu d’entre eux se sont risqués à privilégier des arguments de type oppositionnel. Cela s’explique par le fait, selon nous, qu’au final, critiquer fortement son adversaire pourrait engendrer des conséquences fâcheuses. En effet, à l’instar d’un acteur qui fait appel à l’intimidation ou à la supplication, le risque que puisse en résulter une image négative semble notoire.

63Finalement, tenter de « se faire » du capital politique sur le dos de son adversaire paraît risqué. Davantage encore lorsque les acteurs sont engagés dans une course à l’investiture d’un parti, si nous en croyons les résultats obtenus. En effet, André Boisclair, en 2005, et Michael Ignatieff, en 2006, tous deux candidats à la chefferie, sont les seuls à n’avoir fait appel à aucun argument de type oppositionnel au cours de leurs entrevues. Cela peut être attribuable au fait que leurs « adversaires » étant, à ce moment, des membres de leurs partis, les critiquer pourrait être fort mal venu.

Conclusion

64En conclusion, cet article visait à expliquer comment, au cœur des différentes scènes de performance, les chefs et aspirants chefs de partis politiques québécois et canadiens, de passage sur une émission dictée par l’infotainment, en périodes de campagnes électorales ou de courses à la chefferie, construisent leur identité discursive.

65À la lumière de l’apport respectif de plusieurs chercheurs, nous avons pu constater que l’identité discursive des acteurs politiques se construisait principalement au sein d’une scène de performance politique. De plus, ces derniers opteraient pour une présentation de soi axée sur l’autopromotion et les « bonnes grâces ». Ce résultat nous apparaît en conformité avec la réflexion amorcée par Corner (2003) selon laquelle les acteurs politiques auraient désormais l’obligation de performer, de manière cohérente et constante, sur trois scènes bien distinctes : 1) politique et institutionnelle, 2) privée, 3) publique et populaire. Ainsi, cette propension à se présenter à la fois dans leurs rôles d’hommes ou de femmes politiques et/ou d’hommes ou de femmes « ordinaires », illustrerait la volonté des protagonistes de maintenir cet équilibre, principalement lorsqu’ils foulent le plateau d’un talk-show (Van Zoonen, 2005).

66Aux deux principales stratégies de présentation de soi de Schütz (1997) se greffent aussi les types d’arguments adoptés par les acteurs politiques alors qu’ils discourent. À cet effet, nos analyses révèlent que les chefs et aspirants chefs de partis politiques québécois et canadiens, de passage sur le plateau d’un talk-show, privilégient un argumentaire axé sur la promotion des buts ou de l’agenda politique de leur parti, en faisant appel à des arguments de type autopromotionnel. Aussi, les acteurs s’assurent généralement d’atténuer les critiques qu’ils adressent à autrui par un argument de type autopromotionnel, en privilégiant des arguments comparatifs. De plus, au même titre que les stratégies axées sur la supplication et l’intimidation, les acteurs évitent d’argumenter purement et simplement en défaveur de leurs adversaires, en mobilisant des arguments oppositionnels, sous peine de voir apparaître le spectre des associations négatives.

67En ce qui concerne les limites de notre recherche, nous tenons notamment à rappeler que ces résultats témoignent certes de la construction de l’identité discursive d’acteurs politiques, mais au sein de contextes bien précis. À titre d’exemple, un acteur politique qui se rend sur le plateau du talk-show Tout le monde en parle en raison de problèmes de santé ne fera vraisemblablement pas face aux mêmes enjeux que celui qui y participe à la suite d’un scandale éclaboussant son parti. Pour établir un autre parallèle, nous pouvons supposer qu’un acteur qui serait invité sur le plateau d’une émission qui prête aux confidences, de type confessionnal talk-shows (Langer, 2010), construirait différemment son identité discursive que lorsqu’il se présente à un talk-show dicté par l’infotainment. Dans ce cas précis, nous émettons l’hypothèse que la scène de performance privilégiée serait celle relevant du privé. De plus, nous avançons que la présentation de soi de l’acteur serait axée sur les « bonnes grâces » et serait jumelée à un argumentaire de type autopromotionnel. Nous sommes donc bien conscientes que l’identité discursive d’un acteur ne demeure point figée et qu’elle peut se modifier, évoluer. De même, notre échantillon n’étant constitué que de chefs ou d’aspirant chefs, cela a considérablement réduit le nombre d’actrices politiques.

68Aussi, cette recherche pourrait éventuellement culminer en une réflexion plus vaste quant à l’évaluation de la performance des protagonistes féminins au cœur de l’espace public médiatique. Au nombre des travaux qui s’inscrivent dans cette lignée, et qui seraient susceptibles de nourrir notre réflexion, mentionnons ceux de Van Acker (2003) qui proposent une classification tripartite : « salvatrices », « pécheresses » ou « vedettes », des représentations médiatiques des femmes politiques, notamment en Australie et en Nouvelle-Zélande. Suivant la typologie proposée par cette chercheure, il se révèlerait fort pertinent de définir comment cette catégorisation peut se modeler aux personnalités politiques féminines de passage sur le plateau d’un talk-show. Inspirée du courant des gender studies, cette problématique pourrait s’inscrire dans le prolongement de nombreux travaux, dont ceux d’Eagly (2007). En effet, cette chercheure avance que le style de leadership exercé par la gent féminine serait axé sur les caractéristiques suivantes : les relations humaines, l’harmonie et l’écoute, par opposition à celui exercé par la gent masculine, qui serait axé sur la tâche à accomplir, les objectifs fixés et les possibilités d’avancement.

Haut de page

Bibliographie

Amey, P. (2009). La parole à la télévision : les dispositifs des talks-shows. Paris, France : L’Harmattan.

Bastien, F. (2009). Beyond Sex and Saxophones : Interviewing Practices and Political Substance on Televised Talk Shows. Canadian Politicial Science Review, 3(2), 70-88.

Boltanski, L. (1993). La souffrance à distance. Paris, France : Métailié.

Blumler, J. G., & Gurevitch, M. (1995). The Crisis of Public Communication. Londres, Angleterre : Routledge.

Blumler, J. G., & Kavanagh, D. (1999). The Third Age of Political Communication : Influences and Features. Political Communication, 16(3), 209-230.

Brants, K. (2003). De l’art de rendre la politique populaire... Ou « qui a peur de l’infotainment ? ». Réseaux, 21(118), 135-166.

Camus, O. (2006, Juin). Charaudeau Patrick. Le Discours politique. Les Masques du pouvoir. Cahiers de Psychologie politique, (9). Repéré à http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1014

Charaudeau, P. (2005). L’ethos, une stratégie du discours politique. Le discours politique : les masques du pouvoir (pp. 87-128). Paris, France : Vuilbert.

Corner, J. (2003). Mediated Persona and Political Culture. Dans J. Corner & D. Pels (Éds.), Media and Restyling of Politics (pp. 67-84). Londres, Angleterre : Sage.

Corner, J., & Pels, D. (2003). Introduction : The Re-styling of Politics. Dans J. Corner & D. Pels (Éds.), Media and the Restyling of Politics (pp. 1-18). Londres, Angleterre : Sage

Dayan, D., & Katz, E. (1995). Télévision d’intervention et spectacle politique : Agir par le rituel. Hermès (17-18), 163-186.

Devitt, J. (1997). Framing Politicians : The Transformation of Candidate Arguments in Presidential Campaign News Coverage, 1980, 1988, 1992, and 1996. American Behavioral Scientist, 40(8), 1139-1160.

Eagly, A. H. (2007). Female Leadership Advantage and Disadvantage : Resolving the Contradictions. Psychology of Women Quartely, 31(1), 1-12.

Gingras, A.-M. (2009). Le grand malentendu (3e éd.). Sainte-Foy, Québec : Presse de l’Université du Québec.

Jones, E. E., & Pittman, T. S. (1982). Toward a General Theory of Strategic Selfpresentation. Dans J. Suls (Éd.), Psychological perspectives of the self (Vol. 1, pp. 231-263). Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum.

Lalancette, Mireille. (2011) Représentations sociales et opérations discursives en politique. Enjeux de spectacularisation, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes.

Langer, A. I. (2010). The Politicization of Private Persona : Exceptional Leaders or the New Rule ? The Case of the United Kingdom and the Blair Effect. The International Journal of Press Politics, 15(1), 60-76.

McGuigan, J. (2000). British Identity and ‘the People’s Princess’. The Sociological Review, 48(1), 1-18.

Neveu, É. (2003/2). Le chercheur et l’infotainment : sans peur, mais pas sans reproche. Quelques objections à la critique d’une imaginaire orthodoxie critique. Réseaux, 21(118), 191-197.

Rochette, É. (2010). Le comportement communicationnel des politiciens à Tout le monde en parle (Mémoire de maîtrise inédit). Université Laval, Québec, QC.

Schütz, A. (1997). Self-Presentational Tactics of Talk-Show Guests : A Comparison of Politicians, Experts, and Entertainers. Journal of Applied Social Psychology, 27(1), 1941-1952.

Street, J. (2000). ‘’Prime Time Politics’’ : Popular Culture and Politicians in the UK. The Public, 7(2), 75-70.

Van Acker, E. (2003). Portrayals of Politicians and Women’s Interests : “Saviours”, “Sinners”, and “Stars”. Proceedings of the 2003 Australasian Political Studies Association Conference (pp. 2-24). Université de Tasmanie, Hobart.

Van Zoonen, L. (2005). Personalization : the Celebrity Politician Entertaining the citizen : When Politics and Popular Culture Converge (pp. 69-86). Lanham, MD : Rowman and Littlefield.

Haut de page

Notes

1 Selon cette chercheure, le contenu thématique de la vie publique des candidats se décline en trois sous-catégories : l’idéologie politique, les rôles et les tâches du politicien et les relations avec les autres politiciens.

2 Quant au contenu thématique de la vie privée des candidats, il se décline également en trois sous-catégories : les caractéristiques personnelles, les loisirs ainsi que la famille et les amis.

3 Il s’agit ici d’un faux étonnement, car l’homosexualité d’André Boisclair est connue. De plus, en 2005, lors du passage de ce dernier sur le plateau, à l’occasion de la course à l’investiture du Parti québécois, les deux protagonistes avaient joué le jeu de la séduction, ce qui avait amené Dany Turcotte à « sortir du placard » et à avouer son homosexualité, la semaine suivante.

4 Lors de la revue de l’année 2006 des Justiciers masqués, diffusée à Musimax, un sketch parodiant le film américain Brokeback Moutain, et mettant en vedette le chef du Parti québécois, André Boisclair, sème la controverse.

5 Sébastien Trudel et Marc-Antoine Audette forment le groupe humoristique les Justiciers masqués. Évoluant principalement à la radio, ces derniers ont comme spécialité de piéger, au téléphone, plusieurs grandes personnalités internationales, dont Bill Gates, Tiger Woods, Nicolas Sarkozy, Sarah Palin, etc.

6 En 2006 (10,5 % des voix) ; 2004 (12,40 %) ; 2000 (10,72 %) ; 1997 (10,67 %) ; 1993 (13,52 %)

7 Rires

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Ebacher et Mireille Lalancette, « Quand la politique change de scène : une analyse de la construction de l’identité discursive d’acteurs politiques à Tout le monde en parle », Communiquer, 7 | 2012, 41-60.

Référence électronique

Gabrielle Ebacher et Mireille Lalancette, « Quand la politique change de scène : une analyse de la construction de l’identité discursive d’acteurs politiques à Tout le monde en parle », Communiquer [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communiquer.revues.org/481 ; DOI : 10.4000/communiquer.481

Haut de page

Auteurs

Gabrielle Ebacher

Département de lettres et communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada
gabrielle.ebacher[@]uqtr.ca

Mireille Lalancette

Département de lettres et communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada
mireille.lalancette[@]uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org