Navigation – Plan du site

L’humour comme stratégie de communication  ? Le cas des élections municipales 2009 au Québec

Humour as a communication strategy? The case of the 2009 municipal elections in Quebec
Micheline Frenette et Marie-France Vermette
p. 1-22

Résumés

Le déclin de la participation électorale est un problème au Québec. Des campagnes de communication tentent de remédier à la situation comme celle du Directeur général des élections du Québec de 2009 qui avait pour but d’inciter les citoyens à voter aux élections municipales. Dans le cadre d’une étude exploratoire, la stratégie de création (l’utilisation de l’humour) de ces messages du DGE a été analysée à travers la lentille théorique du modèle de la construction de sens alors que la stratégie d’implantation (utilisation d’Internet) a été étudiée à partir du modèle des usages et gratifications. Pour ce faire, des groupes de discussion et des entrevues ont été réalisés auprès de citoyens québécois en âge de voter. Les résultats appuient nos réserves quant à la pertinence des stratégies utilisées par le DGE. Des suggestions pour l’amélioration des campagnes futures sont proposées.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 www.electionsquebec.qc.ca
  • 2 Le gouvernement du Québec. (2004), « Muni-stat », vol 1, no 1, p. 1
  • 3 DGEQ. (2005) Rapport annuel de gestion 2004-2005, p. 43, Québec, 135 pages
  • 1
  • 5 Pour une analyse détaillée de la campagne 2007-2008 : « Je m’exprime », voir Frenette, M. (2010), L (...)

1Le vote des citoyens au moment des élections est considéré par plusieurs comme la pierre d’assise de notre système démocratique. Or, le taux de participation électorale est en baisse constante au Québec depuis plusieurs années. En 1998, 78 % des citoyens québécois ont exercé leur droit de vote aux élections provinciales  ; en 2007, la participation moyenne se situait à 71 % et en 2008, elle chutait à 56 %1. Si la situation est problématique au niveau provincial, elle l’est d’autant plus au niveau municipal puisque « l’intérêt des Québécois et des Québécoises pour les affaires municipales est généralement perçu comme étant moins important que pour les enjeux nationaux. »2 En effet, aux élections municipales de 2005, 45 % des citoyens sont allés voter à l’échelle du Québec  ;3 lors du dernier scrutin tenu le 1er novembre 2009, le taux de participation ne s’est guère amélioré, se chiffrant à 40 %.4 Depuis 2003, les campagnes sociales incitant les citoyens à aller voter sont l’une des actions mises de l’avant par le Directeur général des élections (DGE) pour tenter de remédier à ce problème. Dans son plan stratégique 2009-2013, le DGE affirme vouloir faire preuve de créativité et d’innovation afin de s’adapter à l’actualité et de mieux répondre aux besoins et aux attentes des citoyens. Ainsi, en contraste avec les campagnes précédentes qui faisaient appel aux aspirations personnelles (2007-2008) et aux droits individuels (2003), et ce, sur un ton sérieux,5 la campagne conçue pour les élections municipales de 2009 avait recours à l’humour et au cynisme. Le but de cet article est de partager notre réflexion sur la problématique de communication que pose une telle campagne.

2Bien que le geste de voter soit, somme toute, simple et ponctuel, la décision de voter ou non est quant à elle un phénomène très complexe qui a fait l’objet de nombreuses études en sociologie et en sciences politiques. À titre d’exemple, on peut mentionner la revue de la littérature de Duval (2005) sur la participation électorale et celle de Sarra-Bournet (2008) sur l’abstentionnisme. Pour sa part, l’étude récente de Bélanger et Nadeau (2009) sur le comportement électoral des Québécois tient compte de deux catégories de variables explicatives, soit les variables dites « lourdes » ou de long terme (langue, âge, sexe, clivage régional, scolarité, statut socioéconomique, pratique religieuse, valeurs et position sur la question nationale) et les variables de court terme (conjoncture économique, enjeux de la campagne, image des chefs, sondages d’opinion). Vu la complexité de la problématique, on conçoit aisément qu’il faut avoir recours à des actions éducatives sur une longue période pour faire en sorte qu’un plus grand nombre de citoyens se sentent partie prenante de la vie politique. Néanmoins, il est légitime de se demander dans quelle mesure une action ponctuelle comme une campagne sociale arriverait tout de même à renforcer certains facteurs favorables à la participation électorale, voire à les stimuler  ?

  • 6 Les messages télévisuels sont décrits de manière plus détaillée à l’annexe A.
  • 7 Les capsules vidéo sont décrites de manière plus détaillée à l’annexe A.

3Rappelons dès maintenant la campagne du DGE pour les élections municipales de 2009 qui fait l’objet de notre analyse. Intitulée « Le 1er novembre, on vote  ! », celle-ci comportait un volet télévisuel et un volet Web. Ces deux volets mettent de l’avant les responsabilités du pouvoir municipal afin que les gens reconnaissent l’importance d’aller voter pour maintenir la qualité des services publics. Les six messages télévisuels de 15 secondes portent chacun sur un service municipal, soit la qualité de l’eau, le recyclage et les déchets, le déneigement, les espaces verts et les loisirs, la voirie et le service des incendies. Dans chaque message, un personnage différent s’interroge sur la pertinence de voter : « Veux-tu ben (sic) me dire pourquoi j’irais voter aux élections municipales  ? ». Les téléspectateurs sont invités à déduire la réponse en regardant la suite de la saynète. Par exemple, dans le cadre de la publicité sur l’eau potable, on peut voir une femme ouvrir le robinet et se servir un verre d’eau brunâtre6. Le volet Web consistait en une série de huit capsules mises en ligne sur un site créé pour l’occasion (RDNTV.ca) du 6 octobre au 1er novembre 2009. Celles-ci mettaient en scène une fausse émission d’affaires publiques, Chouinard en direct, dans laquelle un animateur harangue le public en illustrant la situation des villes du Québec quelques semaines après des élections municipales où personne n’est allé voter. Les services publics sont inexistants et le chaos règne. Les vidéos présentent des enjeux différents allant de l’absence de services d’incendie (faisant place à une brigade de pompiers très amateurs) au contrôle des stationnements de la ville par le crime organisé7.

4Pour mener à bien notre réflexion, nous allons nous inspirer d’une démarche qui s’appuie sur les connaissances acquises en sciences sociales, incluant les sciences de la communication et qui est décrite en détails dans Frenette (2010). Cette réflexion sera orientée par un cadre théorique éclectique, inspiré de modèles sur la persuasion et sur l’influence des médias et servant à comprendre dans quelles circonstances les individus en viennent à modifier leur comportement et dans quelle mesure une campagne médiatique pourrait soutenir un tel cheminement. À la lumière de ce cadre théorique, nous examinerons des études sur la participation électorale et sur l’utilisation de l’humour en publicité et en politique ainsi que des données issues d’une enquête exploratoire sur la réception de cette campagne auprès d’une soixantaine de citoyens. Bien qu’il soit impossible d’en vérifier l’influence a posteriori, nous espérons néanmoins contribuer un tant soit peu à la réflexion sur le rôle des campagnes sociales dans la problématique de la participation électorale.

Orientation théorique

5Pour orienter notre réflexion sur la campagne du DGE, nous avons privilégié une orientation théorique qui fait appel à deux théories de la persuasion ou du changement et à une théorie sur l’influence des médias. Les premières attirent notre attention sur certaines variables associées aux changements de comportement de manière à guider les initiatives de persuasion. Ainsi, la théorie du comportement planifié suggère de guider les gens vers les changements souhaités en tenant compte de leurs attitudes, des coûts et bénéfices que représente le changement proposé et de leur capacité à changer. Toutefois, malgré ses avantages (et comme son nom l’indique), elle reflète une conception très rationelle du comportement humain qui ne fait pas suffisamment de place, à notre avis, aux processus interprétatifs. C’est pourquoi nous avons cru bon de la jumeler avec l’approche de la construction du sens qui accorde davantage d’autonomie à l’individu et qui pose comme condition préalable à tout changement la pertinence du message pour celui-ci. Or, même dans le cas où les campagnes sociales s’inspirent d’une approche théorique de la persuasion, les messages qui parviennent aux individus par l’entremise des médias sont non sollicités. C’est pourquoi nous jugeons important d’adjoindre une théorie sur l’influence des médias afin de comprendre comment la portée de la campagne sera amplifiée, diminuée ou annulée par la dynamique des médias dans laquelle elle s’insère. À cette fin, nous avons retenu l’approche des usages et gratifications. Dans l’optique de ce modèle, la personne avec qui nous communiquons au moyen d’une campagne est active face aux messages proposés, peut facilement leur résister et en jugera l’utilité en fonction de ce qu’elle en retire. Nous allons maintenant expliquer davantage chacune de ces trois approches avant de parler de leur complémentarité.

La théorie du comportement planifié

6La théorie du comportement planifié (Ajzen & Fishbein, 1980  ; Fishbein et Yzer, 2003) suggère que l’individu modifie ses comportements en fonction de trois variables : ses attitudes (son point de vue face au comportement), ses normes subjectives (la perception de ce qu’on attend de lui dans la société) et son foyer de contrôle (la perception qu’il a de sa propre capacité à agir). La théorie du comportement planifié est apparue pertinente pour anticiper l’influence d’une campagne sur la participation électorale parce que ces trois volets captent chacun un aspect important du phénomène.

7En premier lieu, les attitudes des personnes seraient influencées par la perception des conséquences que le comportement aura pour eux  ; cette perception s’appuie sur l’évaluation des coûts et des bénéfices du comportement en question. Ainsi, la décision de voter répond à des motivations diverses, mais contrairement aux problématiques de santé visées par plusieurs campagnes sociales, le vote n’est pas ressenti comme une urgence avec des conséquences immédiates pour l’individu, ce qui rend la tâche de persuasion d’autant plus difficile.

8Deuxièmement, la théorie du comportement planifié suggère d’accorder de l’importance aux normes subjectives (autrement dit, la vision sociale de l’individu) lorsqu’on cherche à encourager de nouveaux comportements. Le vote individuel est justement un geste qui prend tout son sens dans une perspective collective. Il semble donc essentiel d’inclure cette dimension sociale dans un argumentaire qui se veut convaincant.

9Enfin, en incluant dans le modèle du comportement planifié la notion de foyer de contrôle, on nous invite à tenir compte du fait que les individus diffèrent dans leur habileté à exécuter certains comportements jugés souhaitables. Bien que le geste concret de voter soit à la portée de presque tous les citoyens, la motivation pour se rendre aux urnes est fortement liée aux compétences civiques de chacun, incluant la perception qu’ils ont de leur propre marge de manœuvre dans la société. Nous examinerons dans quelle mesure une campagne pour inciter à la participation électorale comme celle du DGE peut miser sur ces trois volets.

La théorie de construction du sens

10Dans une optique complémentaire à la théorie précédente, le modèle de la construction du sens propose de concevoir l’individu comme un être en mouvement dans un espace-temps donné qui cherche constamment à produire un sens à partir du monde dans lequel il vit (y compris des messages qui sont portés à son attention), afin de progresser dans l’atteinte de ses objectifs personnels (Dervin et Frenette, 2001). L’interprétation qu’il fera d’un message dépendra de divers facteurs dont son contexte de vie (expériences, besoins) et le constat qu’il fait de la problématique (brèches, problèmes, questions et obstacles). Ainsi, dans le cas de la participation électorale, il est possible qu’un message à ce sujet le laisse indifférent parce qu’il juge d’autres aspects de la vie prioritaires, parce qu’il a une mauvaise expérience de la politique, parce qu’il ne voit pas le lien entre les élections et les enjeux importants à ses yeux, et ainsi de suite. Selon cette approche, c’est dans la mesure où le message reflète son expérience de vie et fait écho à ses préoccupations qu’il fera sens pour lui. Ce serait là une condition préalable nécessaire mais insuffisante pour que se produise un changement d’attitude ou de comportement. Pour lui permettre de faire ce pas supplémentaire, il faudrait que le message lui propose en plus un élément de solution, par exemple, une réponse à une question ou une ressource à consulter. À l’aide de ce modèle, nous tenterons d’anticiper le sens que peut avoir la campagne 2009 du DGE aux yeux des électeurs et comment elle pourrait s’insérer dans leur cheminement politique.

La théorie des usages et gratifications

11Les études sur l’influence des médias issues de la tradition des usages et gratifications (Katz, 1989) fournissent des indications utiles pour optimaliser une campagne sociale. Tout d’abord, cette approche attire notre attention sur la résistance au changement puisque le public, loin d’être malléable, aurait plutôt tendance à conforter ses positions. Le renforcement des opinions préexistantes se produirait à cause d’une attention forte aux messages qui vont dans le sens de nos opinions et par une attention faible aux autres. En d’autres mots, face aux contenus des médias, des filtres cognitifs découlant des intérêts et opinions préalables donneraient lieu successivement à une exposition sélective, à une perception sélective et enfin, à une mémorisation sélective. C’est particulièrement le cas pour des messages susceptibles de créer un inconfort psychologique, phénomène connu sous le nom de dissonance cognitive. En d’autres mots, pour éviter de s’interroger sur notre comportement ou de remettre en question nos opinions, on choisit d’ignorer le message. Ainsi, quelqu’un qui a une opinion défavorable envers les élections municipales s’intéresserait davantage aux reportages sur la corruption qu’aux autres messages qui font appel au sens civique. Dans cette optique, on peut penser que le choix de l’humour dans la campagne 2009 visait à retenir l’attention et à séduire, mais nous verrons plus loin qu’il ne s’agit pas d’une panacée pour autant.

12Un autre constat important sur les campagnes sociales qui découle des études sur les usages et gratifications a trait aux réseaux sociaux en tant que médiateurs de l’influence des médias. Plutôt que de concevoir l’individu comme une cible isolée, on souligne que les messages des médias transigent souvent par les leaders d’opinion ou sont réinterprétés à travers les discussions avec l’entourage avant, pendant et après le visionnement ou la lecture. L’entourage peut donc être déterminant pour le succès d’une campagne, selon qu’il se crée un engouement ou une aversion à l’endroit de la campagne en question et de la problématique qu’elle présente.

13Enfin, comme son nom l’indique, cette approche suggère que les individus font des usages diversifiés des contenus médiatiques (information, divertissement, connexion sociale, etc.) en vue de satisfaire leurs besoins psychologiques et sociaux. Lorsque ceux-ci sont satisfaits, ils en retirent des gratifications (apprentissage, relaxation, fuite, etc.) qui les motivent à continuer de fréquenter les médias. En conséquence, on peut également s’interroger sur les usages que les gens auront pu trouver à la campagne du DGE et les gratifications qu’ils auront pu en retirer. La question se pose avec encore plus d’acuité pour le volet de la campagne sur le Web puisque ce média permet un fort degré d’interactivité.

14Nous avons réuni les concepts de ces trois approches théoriques dans le Tableau 1 afin de constater comment elles se complètent même si elles se chevauchent quelque peu. C’est le cadre qui va orienter notre réflexion sur la campagne du DGE pour les élections municipales. Dans un premier temps, nous examinons le contexte de la problématique, autrement dit, leurs expériences et leurs perceptions par rapport à la participation électorale  ; ensuite, nous tentons tente de saisir les facteurs qui empêchent les citoyens de se rendre aux urnes et ceux qui les encouragent à le faire. Simultanément, nous interrogeons le potentiel de la campagne à s’arrimer à l’un ou l’autre de ces aspects de la vie politique des individus. On comprendra que ces concepts ne sont pas dans des cases étanches mais bien en interaction les uns avec les autres, ce qu’indiquent les flèches entre les colonnes du tableau. En outre, nous insistons sur le caractère exploratoire de notre analyse.

Tableau 1 : Les concepts fondamentaux des approches théoriques servant à l’analyse

Tableau 1 : Les concepts fondamentaux des approches théoriques servant à l’analyse

Méthodologie du terrain

15Nous avons complété notre recension des écrits par une démarche exploratoire sur le terrain auprès d’une soixantaine d’électeurs québécois quelque temps après les élections municipales du 1er novembre 2009. Quatre groupes de discussion variant d’une heure à une heure trente furent organisés, dont deux portaient sur la campagne télévisuelle et les deux autres sur la campagne Web. Un questionnaire en ligne explorait également la campagne télévisuelle.

Déroulement des groupes de discussion

16Outre les informations sociodémographiques habituelles (âge, occupation, etc.), on demandait aux participants dans quelle municipalité ils habitaient, quelles étaient leurs habitudes de vote à tous les paliers (fédéral, provincial et municipal) et s’ils avaient voté aux dernières élections municipales. D’autres questions exploraient leurs attitudes à l’égard de la politique et leurs motivations à participer ou non à la vie politique, par le vote ou autrement. Ensuite, on vérifiait leur connaisance de la campagne 2009 du DGE ainsi que leur interprétation des messages télévisuels ou des capsules Web qu’ils avaient pu voir. S’ensuivait un visionnement des six messages télévisuels dans le cas du premier groupe et de trois capsules vidéo dans le cas du second ainsi qu’une discussion sur le sens de ces messages, leur appréciation du style et du contenu et l’influence possible d’une telle campagne à leurs yeux. Enfin, on recueillait leurs suggestions pour augmenter la participation électorale, soit par des campagnes de sensibilisation comme celles du DGE ou par d’autres moyens.

Contenu du questionnaire

17Un questionnaire mis en ligne sur la plateforme Google Docs abordait les mêmes thématiques que dans les groupes de discussion, soit les intérêts politiques des participants, leur pratique électorale, leurs réactions face aux publicités du DGE ainsi que leur perception de l’engagement politique et social. Il comprenait 32 questions à choix multiples et 7 questions ouvertes où les répondants pouvaient écrire leurs commentaires.

Recrutement et participants

18Dans le cadre de cette démarche exploratoire, tous les répondants furent recrutés par le biais de réseaux sociaux (scolaire, familial et professionnel). Au total, nous avons recueilli l’opinion de 61 répondants, dont 18 dans des groupes de discussion et 43 via le questionnaire. La plupart, soit 65 % (39), étaient âgés de 18 à 30 ans alors que 24 % (9) étaient dans la tranche de 31 à 65 ans et 11 % (6) avaient plus de 65 ans. Une bonne majorité, soit 72 % (44), étaient des femmes et en conséquence, 28 % (17) étaient des hommes. Quant à leur lieu de résidence, 30 % (18) habitaient Montréal, 31 % (19) la Rive-Sud, 23 % (14) la Rive-Nord et 10 (16 %) St. Jean-sur-Richelieu. Les étudiants universitaires et les personnes sur le marché du travail étaient en nombre comparable, soit 46 % (28) et 43 % (26) respectivement, alors que les retraités formaient le reste de l’échantillon soit 11 % (7). Mentionnons aussi que neuf des individus occupant un emploi avaient un diplôme universitaire. La répartition exacte des sujets dans les diverses mesures est décrite à l’annexe B. Aussi, bien qu’il y ait une certaine diversité sociodémographique dans l’échantillon, il n’y a aucune prétention de représentativité.

19Analyse exploratoire de la campagne 2009 du DGE

20Cette section mobilisera notre recension des écrits ainsi que les résultats combinés des entrevues et du questionnaire et sera organisée en suivant les concepts du Tableau 1.

Le contexte de la problématique : quel est le profil politique des individus  ?

Les normes subjectives : le devoir citoyen

21Selon les synthèses de la littérature que nous avons consultées (Duval, 2005  ; Sarra-Bournet, 2008), les facteurs influençant le vote de manière positive englobent les connaissances politiques, l’engagement politique, les affiliations, le sens du devoir civique et les compétences civiques, les attitudes positives face au système électoral ou le désir d’exprimer son point de vue. Le concept de devoir civique rejoint le plus celui des normes subjectives mis de l’avant dans la théorie du comportement planifié. C’est une notion complexe qui fait référence au sentiment de responsabilité morale éprouvée par une personne qui se perçoit comme membre d’une collectivité, bref comme citoyen. En règle générale, le sens du devoir civique inciterait justement à voter, puisqu’il s’agit non seulement d’un droit, mais aussi d’une obligation de participer « aux affaires de la cité ». Plusieurs auteurs en confirment l’importance dont Blais (2008) : « C’est là une occasion (peu coûteuse) pour plusieurs d’entre nous d’affirmer notre appartenance à la collectivité et notre foi en la démocratie. » (p. 57). Plusieurs participants, surtout parmi ceux qui avaient l’habitude de voter à tous les paliers, affirmaient en effet que le devoir civique dictait de suivre les élections et de participer au scrutin.

« Il s’agit de notre devoir de prendre position. »

« Moi je suis allée, je suis toujours allée voter…municipales, provinciales…et j’ai perdu…mais c’est un devoir de citoyen. »

« Ce n’est pas une priorité, mais oui ça serait probablement dans mon devoir de m’informer plus surtout quand il y a des élections. »

Ainsi, malgré les imperfections du système politique, certains perçoivent le vote comme une façon de rajouter sa voix à celle des autres et une justification pour protester par la suite.

« S’abstenir de voter, c’est décider de laisser les autres décider pour soi. »

« C’est la seule façon de nous faire entendre, il faut en profiter et exprimer notre choix. Chaque élection est importante au développement de ma municipalité. »

« Quand je vote c’est comme si je pouvais chialer. Quand je vais voter, après je vais pouvoir dire ce que je pense. »

  • 8 Cameron, D., « Les jeunes Québécois se foutent de la politique  !», La Presse, 19 septembre 2008.

22Par ailleurs, plusieurs jeunes ne seraient pas aussi enclins que leurs prédécesseurs à reconnaître l’importance de voter. Par exemple, au début de l’automne 2008, soit quelque temps avant les deux élections, fédérale et provinciale, un sondage révélait que 60 % des Québécois de 18-30 ans se disaient indifférents à la politique tout en souhaitant, le cas échéant, des politiciens jeunes, intègres et visionnaires8. Par contre, il serait inexact de parler de décrochage politique pour l’ensemble des jeunes, car ceux-ci ne suivent pas nécessairement les formes traditionnelles de l’engagement comme l’ont fait les générations précédentes. En effet, selon Rodriguez (2010), le sens de l’engagement se transforme  ; l’auteure observe en fait l’émergence de pratiques peu banales comme des concours de vidéos politiques en ligne.

23Dans la même veine, St-Pierre Plamondon (2009), à la suite d’entrevues réalisées auprès de 500 jeunes québécois âgés entre 20 et 35 ans, énonce que les jeunes sont passionnés par la politique, mais ne s’impliquent pas dans le système démocratique actuel par choix. Ils préfèrent s’engager là où ils pensent avoir un impact plus tangible et être davantage valorisés. Ainsi, selon cet auteur, « le manque d’intégrité et de crédibilité de nos institutions démocratiques a amené ma génération à bouder la politique pour choisir d’autres formes d’implications plus utiles et plus crédibles » (p. 53). De fait, parmi ceux que nous avons interrogés, certains jeunes adultes non-votants choisisent de s’engager dans leur communauté d’une autre façon, comme dans le bénévolat et les jardins communautaires. En somme, le devoir civique, lorsqu’il est présent, ne comprend pas nécessairement l’obligation de se rendre aux urnes.

24Faire en sorte que les citoyens se considèrent comme membres d’une collectivité avec les privilèges et les responsabilités qui vont de pair nécessite une action éducative à long terme. En arriver à ce que l’obligation de voter compte parmi ces responsabilités citoyennes obligerait, selon plusieurs, à une réflexion sérieuse sur les failles de notre système politique, comme nous le verrons un peu plus loin. Sur ce plan, une campagne sociale ne peut être que le relai d’actions plus significatives – du moins pourrait-elle prendre soin que la notion de responsabilité collective soit renforcée dans ses messages. Rappelons à ce sujet que les messages télévisuels du DGE mettent en scène des individus isolés et que, paradoxalement, on ne voit une action collective que dans les capsules Web lorsque les gens s’entraident (bien que maladroitement) pour pallier à l’absence de services municipaux.

Les expériences et les besoins : mieux comprendre les élections et les municipalités

25Parmi nos répondants, 90 % ont affirmé voter aux élections provinciales et 87 % aux élections fédérales  ; pour ce qui est des élections municipales de 2009, 42 % seulement s’étaient prévalus de leur droit de vote, à l’instar du reste de la population québécoise. Leur faible participation, particulièrement à ce palier, justifie une intervention destinée à stimuler l’engagement politique à ce niveau. Nous avons obtenu quelques indications sur les besoins qui seraient à combler pour les soutenir dans un tel cheminement. Que manque-t-il à certains citoyens pour décider de se rendre voter  ? De manière un peu surprenante, il semble que plusieurs manquent d’informations spécifiques sur leur propre municipalité, sur le rôle des candidats, sur les enjeux et les partis politiques en lice.

« Plus de renseignements encore sur les actions que ces politiciens veulent faire. »

« Une opinion très claire d’une nécessité de rejet d’un groupe. Si telle idée mène un groupe, tu peux voter pour ou contre ça. »

« Mais disons avoir plus de renseignements par régions…par exemple un site du DGE pour de plus amples informations par régions…disons pour Saint-Jean, tu cliques, tu vois tous les candidats avec leurs programmes. »

26Plusieurs personnes vivant à l’extérieur de la métropole trouvaient d’ailleurs qu’il y avait beaucoup plus d’information dans les médias sur les élections de Montréal, à tel point que certains se sentaient prêts à voter dans cette ville même s’ils n’y habitent pas.

« La campagne à Montréal a été beaucoup médiatisée alors je serais allée votée parce que j’avais mon opinion de faite alors qu’à St-Lambert je n’avais aucune opinion. Je me sens moins touchée. »

27Fait intéressant, la politique montréalaise est tellement présente dans les médias que certains ont perçu les messages télévisuels de la campagne du DGE comme étant spécifiques à cette ville.

« Ça prouve que le système d’aqueduc de Montréal est désuet. »

« Ça montre qu’il y a eu des coupures dans les services essentiels à Montréal. »

28Au-delà d’informations factuelles sur les élections en cours, nous avons perçu un besoin plus profond de comprendre la politique municipale. De fait, certains de nos répondants étaient d’avis que la politique est un univers très complexe qui est difficile à saisir et qui leur semble parfois inaccessible. Fait à noter, ces commentaires ont été émis par des étudiants universitaires.

« La politique, c’est trop compliqué. »

« Je trouve ça important de s’informer parce que justement tout le monde est concerné, mais je connais juste la base et ça ne m’intéresse pas vraiment. C’est compliqué les histoires et c’est toujours des magouilles et donc je suis pas portée à m’informer là-dessus. »

« Je ne suis pas allée voter, tout simplement parce qu’il y avait trop de candidats et trop de partis donc l’intérêt n’était pas là. »

29En expliquant comment fonctionne le système municipal québécois, Melançon (2009) nous aide à comprendre pourquoi il peut être difficile pour certains citoyens de faire un choix éclairé quand vient le temps de voter. Les élections sont réalisées à partir d’une démocratie de type représentatif puisque, à travers la libre concurrence entre les partis politiques, les habitants votent pour le candidat d’un parti qui devient leur représentant au sein du conseil municipal. Or, aux niveaux fédéral et provincial, les chefs de parti et une bonne part des députés sont bien connus du public, alors que c’est plus rarement le cas au niveau municipal (exception faite des grandes villes). En fait, selon Melançon (2009), le maire est souvent le seul représentant connu de son parti. C’est ce qui mène d’ailleurs l’auteur à comparer les élections municipales au Québec au système présidentiel en France :

Seul à être élu au suffrage universel par tous les électeurs de la ville, le maire contrôle les divers leviers politiques et un peu comme un président qui nomme ses plus proches collaborateurs à des fonctions clés, il désigne les membres du comité exécutif (Melançon, 2009, p. 68).

30L’auteur explique également que les différents comités, fonctions et responsabilités répartis entre le maire, le président du comité exécutif, les membres du comité exécutif et les fonctionnaires de l’administration municipale (non-élus) sont souvent mal compris par les élus municipaux eux-mêmes, ce qui témoigne de la complexité réelle de la structure municipale. Aussi, contrairement aux paliers provincial et fédéral, le système politique municipal demeure souvent relativement flou lorsqu’il est question d’orientation politique (droite ou gauche, libéral ou conservateur, etc.). On peut donc penser que les repères permettant aux citoyens d’exprimer leur opinion politique sont plus difficiles à identifier au niveau municipal alors que l’orientation politique d’un parti demeure une raison cruciale qui incite les citoyens à voter pour un candidat en particulier autant au niveau provincial que fédéral.

31Une campagne sociale ne peut suffire en elle-même à satisfaire le besoin de mieux comprendre la politique municipale. Toutefois, elle peut jouer un rôle crucial en servant de tremplin vers des ressources plus substantielles, à la condition que celles-ci soient disponibles. L’Internet est un média qui permettrait la création de tels outils de connaissance individualisés.

Les réseaux sociaux : une dynamique à exploiter

32Dans la théorie des usages et gratifications, Katz (1989) suggérait que pour comprendre l’influence des médias, il fallait tenir compte de comment les messages étaient ré-interprétés dans les contextes sociaux. Au moment de sa formulation, le concept des réseaux sociaux faisait référence aux relations interpersonnelles en face-à-face. De nos jours, une dimension supplémentaire se rajoute dans le sens où les médias sociaux sont maintenant porteurs d’une partie grandissante de la dynamique sociale des individus et pas seulement pour les jeunes. En effet, selon la dernière enquête du CEFRIO (2010), plus des trois quarts (78 %) des internautes québécois ont fréquenté ou ont contribué au contenu d’au moins un média social, qu’il s’agisse de sites de réseautage tels Facebook, de blogues ou de microblogues. Fait notoire, les internautes de 18 à 24 ans font une utilisation moins intense des réseaux sociaux : 56 % d’entre eux les utilisent quotidiennement en 2010, comparativement à 65 % en 2009. De l’autre côté, on note une arrivée massive des 35-54 ans dans les médias sociaux bien que les pratiques diffèrent. Par exemple, en 2010, on constate une généralisation de l’utilisation des blogues, mais de manière générale, l’expression de commentaires sur ceux-ci reste l’apanage des jeunes internautes de 18 à 24 ans.

33Il est donc toujours pertinent de tenir compte du réseau social dans la stratégie d’une campagne et la problématique de la participation électorale s’y prête particulièrement bien. Dans un autre rapport du CEFRIO (2011) qui se penche sur la manière dont les 18-24 ans vivent leur citoyenneté dans notre ère numérique, on reconnaît, à l’instar de plusieurs autres sources, qu’ils se sentent moins interpelés par les élections que leurs parents et qu’ils exercent leur droit de vote moins souvent qu’eux mais qu’ils privilégient d’autres formes d’engagement social. « Ainsi, ils se servent de réseaux sociaux comme Facebook pour sensibiliser leurs amis à certaines causes, ils signent des pétitions en ligne ou ils se servent de l’information trouvée sur le Web pour acheter des articles qui semblent avoir été produits de manière acceptable sur le plan social ou environnemental. Par conséquent, le défi des organisations consiste en grande partie à repenser la façon dont ils définissent l’action sociale ou politique, et à placer les TIC au cœur des stratégies qu’elles mettent en œuvre pour mobiliser les jeunes et les amener à poser certains gestes. » (CEFRIO, 2011, p. 5) Il y aurait donc lieu de se pencher sur la manière dont le DGE pourrait miser sur les médias sociaux dans une prochaine campagne sur la participation électorale.

Les facteurs nuisant au changement : Les obstacles à la participation électorale

Le foyer de contrôle : une démocratie à repenser  ?

34La notion de foyer de contrôle nous aide à comprendre pourquoi plusieurs citoyens s’abstiennent de voter. Ainsi, selon Blais (2008), une raison pour laquelle les gens ne votent pas, c’est en effet le sentiment que leur vote ne changera rien. Et le chercheur leur donne raison sur un plan strictement logique. « Selon la théorie des choix rationnels, il apparaît non rationnel de voter, puisque les bénéfices sont trop petits, étant donné la très faible probabilité que mon vote soit décisif, soit 1 sur 25 000 » (Blais, 2008, p. 55). L’auteur s’empresse de rajouter que, en fin de compte, ce facteur ne jouerait pas un grand rôle, car les individus les plus scolarisés votent le plus, et ce sont eux qui seraient les plus susceptibles de s’adonner à ce type de réflexion. Par ailleurs, il est facile de penser que bon nombre de gens, dont ceux qui sont peu scolarisés, ont aussi la nette impression que voter ne sert pas à grand-chose, sans faire un tel calcul.

35D’ailleurs, parmi les citoyens dont nous avons sollicité l’opinion, ce sont les jeunes adultes en particulier qui remettaient en question la pertinence du système démocratique tel que nous le connaissons. Par exemple, certains disaient qu’un vote aux quatre ans est un simulacre de participation puisque les candidats élus n’ont pas l’obligation de tenir leur promesse ou de suivre leur programme. En outre, ils affirmaient se retrouver souvent dans la position de devoir voter contre un parti plutôt que pour un parti, ce qui reflétait à leur avis une rupture dans le principe démocratique et dans la réelle représentation de la population en chambre.

« C’est important [le vote]. Normalement, ça devrait signifier la démocratie, mais… oui en quelque part il y a une démocratie, mais est-ce qu’elle est vraiment là on sait pas trop. »

« J’aimerais ça qu’on soit plus impliqué, un vote à chaque quatre ans c’est rien. On peut rien faire. Pis ils ont pas l’obligation de tenir leurs promesses ou de suivre leur programme. »

  • 9 Francoeur, L.G., « Notre démocratie détournée  ? », Le Devoir, 19 février 2011, p. A1-A9. Propos re (...)

36Ces répondants ne sont pas les seuls à exprimer de tels doutes à l’endroit du système démocratique puisque des analystes du monde politique en viennent aux mêmes conclusions. En effet, suite à des entrevues avec des chercheurs, un journaliste signalait leurs inquiétudes de voir les démocraties occidentales dévier de leur objectif premier, soit de défendre les intérêts collectifs, pour défendre plutôt les droits individuels et les intérêts privés.9 Il écrivait : « Certains politologues en sont venus à écrire qu’un bon politicien, c’est quelqu’un qui se demande jusqu’où il peut aller entre les élections au profit de ses bailleurs de fonds sans risquer d’être défait au prochain test électoral. »

37Certes, les objections exprimées à l’endroit du système politique sont graves et elles mériteraient une enquête approfondie et des mesures palliatives en conséquence. Aucune campagne à elle seule ne saurait conférer un sentiment de puissance au citoyen qui s’en sent dépossédé mais une stratégie d’argumentation avisée devrait tenir compte de l’état d’esprit qui semble caractériser bon nombre d’abstentionnistes. Nous n’avons pas pu identifier d’éléments agissant en ce sens dans la campagne sous examen.

Les coûts : toute excuse est bonne

38Voter exige tout de même un certain effort et, en l’absence d’une motivation profonde, les raisons pragmatiques pour ne pas se rendre aux urnes prennent le dessus. Ceux qui n’avaient pas voté ont offert le plus souvent le manque de temps comme raison. C’était le cas entre autres des étudiants universitaires qui étaient en période de mi-session à l’université et débordés par les travaux et les examens. Certains devaient également se déplacer plus loin pour aller voter, car ils n’habitent pas dans la municipalité où ils sont inscrits sur la liste électorale. Dans le cas d’une personne âgée, l’attente était trop longue au lieu de votation.

« Moi je m’étais présentée, mais il y avait tellement de monde qu’il aurait fallu aller stationner à trois rues plus loin et je n’avais pas la condition de santé pour attendre et me rendre jusque-là. Je me suis dit que j’allais revenir, mais je ne suis pas allée. »

Les problèmes : le désintéressement et le cynisme

39Quels sont les problèmes qui empêchent les citoyens de se rendre dans les bureaux de vote  ? Les causes de l’abstentionnisme sont sans aucun doute complexes et multiples mais un problème de fond pour plusieurs est un désinteressement face à la politique en général ou face aux candidats particuliers qui se présentent. Le politologue québécois André Blais (2008) suggère d’ailleurs que la première raison expliquant l’abstention serait le désintérêt envers la chose politique. Un sondage de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) du 12 mai 2010 sur un échantillon représentatif de 7,500 répondants10 confirme le faible niveau d’intérêt pour la politique municipale  ; un maigre 5 % sont très intéressés, 32 % assez, 46 % peu et 16 % pas du tout.

  • 11 Ce sondage a été réalisé auprès de 807 personnes par la firme Angus Reid pour le compte de La Press

40Le cynisme à l’endroit des politiciens est probablement la pointe de l’iceberg mais il en est la manifestation la plus évidente et la plus facile à mesurer. D’ailleurs, selon un article publié dans le journal La Presse en date du 7 mai 201011,

près de 9 électeurs québécois sur 10 se disent « découragés ou rebutés » par les politiciens. Près de la moitié des Québécois sont si désabusés par la politique qu’ils se décrivent carrément comme des électeurs « cyniques ».

41Le manque d’intégrité des élus serait, pour 80 % de l’échantillon, la raison majeure de ce désenchantement face à la politique électorale. On en trouve d’ailleurs des témoignages parmi nos répondants.

« J’ai pas voté. Je ne suis vraiment pas quelqu’un de politique. Je trouve que ce qu’ils disent c’est juste des conneries. Je sais pas, je ne me suis jamais intéressé à ça. »

« Entre un corrompu, une péquiste fusionnelle et un rêveur sans fondement, le seul choix valide etait l’abstention. » (cf Montréal)

« Il n’y a aucune publicité qui va faire que je vais aller voter si je trouve que ce qu’on me présente comme candidats, ça ne vaut pas la peine. »

42Enfin, il existe aussi un désintéressement circonstanciel. Ainsi, les étudiants dans la jeune vingtaine ont soulevé un point important qui explique en partie leur désistement à l’endroit de la politique municipale, soit leur mobilité. Étant dans une période de transition, ils ne forment pas d’attache à la municipalité où ils vivent et en outre, ils n’ont pas les mêmes intérêts que les propriétaires.

« À Montréal, je sais que je suis là temporairement alors ça m’intéresse plus ou moins [la politique municipale]. … mais ça m’intéressait plus quand j’étais chez mes parents en région [St-Jean-sur-Richelieu]. »

« Tu sais moi je ne sais pas combien de temps je resterai à Montréal, mais si t’es propriétaire c’est sûr que t’es plus intéressé à ce qui se passe. Tu as un compte de taxes… »

43Que ce soit pour des motifs circonstanciels ou fondamentaux, la politique municipale reste donc distante des préoccupations de plusieurs citoyens bien qu’elle soit en principe plus accessible. Comme pour d’autres facteurs évoqués, le potentiel d’une campagne à remédier au désintéressement et au cynisme pèse peu dans la balance à moins que ce soit en conjonction avec des actions éducatives plus substantielles. Par contre, il y aurait lieu d’acquiescer ces problèmes dans toute stratégie argumentaire qui espère avoir un écho auprès des abstentionnistes tout en essayant de trouver l’étincelle qui pourrait inciter les citoyens désabusés à entamer une réflexion sur l’importance d’une élection.

La perception sélective : l’humour attire sans être une panacée

44En principe, l’humour serait utile pour contourner la perception sélective des gens qui ne s’intéressent pas à la politique. Par contre, l’humour n’est pas une panacée et comporte un certain risque, soit celui de détourner l’attention de l’essentiel qu’on cherche à communiquer. En effet, Green et Bock (2000) ainsi que Slater et Rouner (2002) suggèrent que le divertissement et les messages narratifs peuvent mobiliser l’attention du public, mais en même temps, ils peuvent court-circuter le désir de traiter l’information en profondeur. En d’autres mots, la personne se concentre sur le scénario humoristique, plutôt que sur la validité de l’information présentée. En fait, même si le message divertissant réduit la motivation à contre-argumenter (rendant en principe la personne plus réceptive à nos arguments), il est possible que le côté drôle suggère implicitement que l’information transmise n’est pas pertinente pour former son opinion sur un sujet sérieux. Selon une étude menée par Nabi et al. (2007) auprès de 212 étudiants ayant lu les monologues d’un comédien politique américain, il ressort que l’humour politique est associé à l’appréciation de la source, à un traitement plus détaillé de l’information en vue de saisir l’humour, et à une contre-argumentation réduite, mais aussi à un plus grand rejet du message. En d’autres mots, les données démontrent que les messages humoristiques sont décodés avec attention afin de pouvoir rire, mais ne sont pas analysés de façon critique quant au fond  ; ainsi, une fois la blague saisie, les messages seraient écartés puisqu’ils sont jugés comme étant non pertinents pour se faire une idée face à l’enjeu politique traité.

« Mais je ne pense pas que c’est ça [l’humour] qui va faire que tu vas aller voter…tu vas sourire, mais… »

45En somme, l’utilisation de l’humour dans les campagnes sociales exige beaucoup de doigté. Si on arrive à retenir l’attention, le pari n’est pas gagné pour autant. Le message dans son ensemble doit également proposer un contenu qui se prête à un usage productif. Or, comme nous le verrons un peu plus loin, les usages que permet la campagne 2009 semblent plutôt limités.

La dissonance cognitive : « Aucun problème … les services seront toujours là »

46Exploiter ce concept dans le cadre d’une campagne voudrait dire de placer les individus face à leurs contradictions mais il faudrait simultanément proposer une solution pour réduire cet inconfort psychologique. D’une certaine façon, la campagne du DGE va dans ce sens en suggérant « Vous prenez les services municipaux pour acquis, mais vous pourriez les perdre par votre faute. » La solution serait alors de voter. Toutefois, l’argument tel que présenté n’a pas semblé assez crédible pour susciter un sentiment d’inconfort suffisamment grand pour pousser à l’action. Les répondants saisissent que les messages présentent certains services tombant sous la responsabilité du secteur municipal. Néanmoins, plusieurs ont de la difficulté à faire le lien avec les élections puisque, selon ceux-ci, les services sont obligatoires et le fait d’aller voter ou non n’apportera aucun changement.

« Le message est un peu faussé puisque l’abstention d’aller voter n’amènera pas d’eau brune  ; on ne doit pas aller voter pour avoir de la bonne eau.»

« Peu importe le maire, les services seront toujours là. »

« On voit que nos routes sont mal entretenues, mais ça n’a pas rapport avec le fait d’aller voter. »

47Cette conviction que les services municipaux sont intouchables est si ancrée qu’on a observé une inversion de sens des messages télévisuels. Par exemple, pour la capsule sur les ordures et le recyclage, on n’attribue pas la situation à l’absence d’un conseil municipal mais à d’autres facteurs.

« Les cols bleus ne font pas leur travail, il y a une grève. »

« L’homme ne fait pas de recyclage. »

48Le recours à la dissonance cognitive pour provoquer une réflexion sur l’opportunité, voire la responsabilité, de participer au scrutin pourrait possiblement porter fruit si la contradiction apparaissait pertinente aux abstentionnistes et menait nécessairement à la solution de voter. Vraisemblablement, un seul message ne saurait suffire vu la diversité des raisons qui empêchent les individus de participer au scrutin.

Les facteurs facilitant le changement : ce qui favorise la participation électorale

Les bénéfices : se prononcer sur des enjeux clairs et importants

49Bélanger et Nadeau (2009) concluent que l’absence d’enjeux clairs et significatifs (notamment sur la question nationale), le faible charisme des chefs de parti et le désaccord d’une forte majorité de citoyens avec la tenue d’élections précipitées ont contribué à la baisse de la participation aux élections provinciales québécoises de 2008. Dans la même veine, on pourrait faire l’hypothèse qu’au niveau municipal, la méconnaissance des enjeux politiques et/ou la minimisation de leur importance pourraient contribuer au faible taux de participation électorale. Le sondage de l’UMQ auquel nous avons fait référence confirme que la présence d’enjeux significatifs augmente considérablement l’intérêt pour la politique municipale  ; dans ce cas, 48 % des répondants s’y intéressent alors que seulement 11 % des répondants disent s’y intéresser au moment des élections. En d’autres mots, des élections sans enjeux ne susciteraient pas beaucoup d’intérêt de la part de la population. Nous avons recueilli quelques témoignages qui vont dans ce sens.

« À Longueuil, c’était le même parti politique qui était au pouvoir depuis 25 ans. Ce qui a changé en novembre passé. »

« La plupart des citoyens de la municipalité avaient eu vent durant les dernières années des pots de vin et du favoritisme que le parti faisaient à l’égard des constructeurs. Il y avait eu aussi des problèmes de zonage concernant le Parc de la cité à St-Hubert. »

« Ce qui s’est passé il y a quelques années, parce que c’est un maire qui a été élu qui bâtissait beaucoup en enlevant les terres agricoles ça m’a touché, alors c’est pour ça que je pense que je m’intéresse plus au municipal. »

50Dans la même veine, certains percevaient une corrélation entre la taille de la ville et l’importance des enjeux, ce qui n’est pas entièrement faux, mais qui avait comme conséquence un désintéressement vis-à-vis leur propre municipalité.

« Plus la ville est grosse, plus c’est important. »

« Si j’avais été citoyen montréalais, j’aurais aimé ça pouvoir voter, mais pour la municipalité de Brossard je ne vois pas le changement. Changer de maire à Brossard, c’est pour moi plus des platebandes qui vont être différentes à gauche et à droite. »

51Ce même sondage de l’UMQ plaçait l’intégrité et l’écoute des citoyens en tête de liste des caractéristiques souhaitables pour un maire. Mais simultanément, une majorité (63 %) croyait que leur maire ou mairesse démontrait les caractéristiques nécessaires. Se peut-il que ce niveau de satisfaction explique, paradoxalement, une partie de la désaffection pour les élections municipales  ? La proximité des municipalités fait en sorte que la mobilisation citoyenne peut être énergique quand la situation l’exige  ; songeons par exemple aux efforts d’opposition à l’exploitation des gaz de schiste ou plus localement, à la construction ou la démolition de tel édifice comme il arrive dans maints endroits. En d’autres mots, peu importe qu’on ait voté ou non, ou pour qui on ait voté, le cas échéant, plusieurs interviennent lorsqu’ils perçoivent l’importance d’un enjeu précis. Peut-être faudrait-il trouver une façon de faire le pont entre cette forme de participation citoyenne et le vote  ?

Les ressources : les médias locaux, les sites municipaux et davantage  ?

52Peut-on trouver des propos des participants qui suggèrent des ressources pour augmenter la participation électorale  ? Dans le groupe de Saint-Jean-sur-Richelieu, dans lequel la moyenne d’âge était relativement élevée, on a souligné l’utilité des médias locaux et le canal communautaire pour se renseigner sur les élections municipales. Le sondage de l’UMQ réalisé en mai 2010 confirme d’ailleurs que les journaux locaux, de même que les sites Internet des municipalités sont très prisés en matière d’information municipale. Une des fonctions plus modestes mais néanmoins nécessaires d’une campagne pourrait être d’encourager les citoyens à profiter des ressources existantes pour être bien informé sur les enjeux électoraux. Dans la section sur les besoins, nous avons aussi évoqué la création possible d’autres outils d’information qui desserviraient l’ensemble des municipalités.

Les solutions : un ensemble à construire

53On trouve peu de propos des participants qui pointent vers des solutions directes pour augmenter la participation électorale, ce qui ne surprend guère puisque c’est l’ensemble des facteurs qui doivent être considérés. Par contre, sur la question du désintéressement face à la politique, la clé serait de trouver comment déclencher l’intérêt. En effet, malgré les difficultés de plusieurs à comprendre la politique, certains suggèrent que l’intérêt politique est comme un cercle qui se nourrit de lui-même  ; plus on en apprend, plus l’intérêt grandit et donc plus on désire en apprendre sur le sujet.

« Moi avant ça ne m’intéressais pas, mais j’essaie de m’informer et plus je m’informe plus ça m’intéresse. »

Les usages de la campagne : informer à tout le moins

54À ce stade, on s’interroge sur les usages que les répondants ont pu trouver à la campagne 2009 du DGE. De prime abord, une campagne, quelle qu’elle soit, est jugée inutile pour ceux qui s’intéressent déjà à la politique et qui ont déjà l’intention d’aller voter.

« Moi je n’ai pas besoin de voir de publicités, car j’aime la politique et j’aime voter. »

« Si j’aurais (sic) un candidat, qu’il y ait de la publicité ou non, ça change rien, je vais y aller. »

55Toutefois, un usage souligné par les participants et qui peut servir tous les citoyens est le fait que celle-ci les informe de la tenue d’un scrutin, le message étant porté par le slogan lancé sur un ton énergique : « Le 1er novembre, on vote  ! » On comprend également que la campagne fait prendre connaissance des responsabilités des municipalités à ceux qui l’ignoreraient. Par ailleurs, la connection entre les services municipaux illustrés dans la campagne et la nécessité de voter se fait pour quelques répondants qui sont conscients qu’il faut voter pour conserver les acquis.

« Si on n’élit pas quelqu’un qui a de l’allure, on peut en arriver là  ; ça touche tout le monde. »

« La Ville donne un service d’eau de qualité et elle doit la maintenir  ; il faut voter pour maintenir les services. »

56L’usage attribué à la campagne s’inscrit dans l’une des fonctions majeures des médias, soit de diffuser l’information à la collectivité. Les citoyens déjà engagés politiquement sont susceptibles d’agir à partir de cette information mais la campagne ne semble pas destinée à jouer un rôle persuasif majeur pour toutes les raisons qui sont évoquées ailleurs dans cet essai.

Les usages du volet Web : un simple divertissement  ?

57Le DGE n’a pas nécessairement tort de s’adresser aux jeunes adultes via Internet puisque c’est une population qui navigue généralement beaucoup sur le Web. En effet, selon les données récentes du CEFRIO (2009), les jeunes âgés entre 18-24 ans seraient les plus grands utilisateurs d’Internet et passent en moyenne 22 heures en ligne par semaine (pour réaliser des tâches variées telles que la recherche d’information, l’utilisation de sites de réseautage ou la vérification de leurs courriels). En outre, selon cette même enquête, 21 % des jeunes québécois auraient recherché de l’information en ligne dans le cadre des dernières élections provinciales. Toutefois, ce serait d’abord et avant tout le fait des jeunes plus scolarisés et aisés. En effet, selon une enquête mondiale (Cardoso et al, 2009), plus les gens sont éduqués, plus ils utilisent Internet.

58Toutefois, comme nous l’avons vu dans la revue de la littérature, ces jeunes sont ceux qui votent davantage aux élections que les jeunes moins scolarisés provenant de milieux moins fortunés. On peut donc se demander dans quelle mesure le recours à Internet est susceptible d’encourager de facto les jeunes adultes n’ayant pas l’habitude de voter de se rendre aux urnes. Par exemple, est-ce que les non votants, qui ne s’intéressent pas à la politique (les décrocheurs et les sceptiques) ont visité ce site Internet pour le plaisir à la suite de la controverse ou non  ? Si oui, qu’en ont-ils retiré  ? D’autre part, le recours à l’Internet peut être une arme à double tranchant car les jeunes adultes peuvent se montrer réfractaires à la promotion sur le Web sous toutes ses formes ou avoir des habitudes de navigation bien établies.

« Moi je vais sur mon ordi tous les jours, mais je vois pas comment j’aurais pu tomber sur ce site là (cf. rdntv). Je vais voir mes mails pis d’autres trucs, mais je cherche pas des nouveaux trucs. »

59Parmi la dizaine de jeunes adultes rencontrés, aucun n’était allé voir le volet Web même s’ils en avaient appris l’existence dans les nouvelles. Apparemment, leur curiosité n’avait pas été suffisamment piquée.

60Mais au-delà de la question de la visibilité du volet Web, il y a lieu aussi de s’interroger sur l’originalité de celui-ci. Est-ce que le fait de mettre des capsules vidéo en ligne, qui sont amusantes à regarder, permet de tirer pleinement profit des atouts d’Internet  ? Si l’on songe à diverses plateformes éducatives sur le Web qui permettent des quizz, des jeux de rôle, des forums de discussion, des interactions avec des experts et ainsi de suite, on comprend qu’il y aurait une réflexion en profondeur à faire à ce niveau. En effet, en général, les potentialités d’Internet ne sont pas exploitées au maximum comme le démontre une étude visant à mieux comprendre comment des ONG internationales mobilisent le Web pour défendre des causes sociales telles que l’environnement ou la pauvreté (Vermette, 2007). La plupart des publicités en ligne faisaient fi d’un des avantages prépondérants du média : l’interactivité, pour plutôt copier le format des documents imprimés. Ainsi, la plupart des ONG ne semblent pas profiter des avantages d’Internet pour rejoindre un éventail plus important de personnes, ni pour interpeller différemment la population qui navigue sur le Web, souvent davantage jeune et scolarisée. Or, cette lacune semble être fréquente sur la plupart des sites Internet d’organismes sociaux dont le niveau d’interactivité demeure faible. Ainsi, le DGE pourrait-il tirer plus pleinement profit du Web  ? Le recours à Internet exige la mise en place de campagnes sociales qui prennent en compte les possibilités et les défis du média pour s’adresser aux jeunes qui ont leur vision particulière des problèmes sociaux (Vermette, 2007 dans Frenette 2010, p. 59) et de la participation électorale, voire même plus généralement de l’engagement politique.

Les gratifications de la campagne : le style d’humour est-il porteur  ?

61Quelles gratifications les participants ont-ils pu obtenir de la campagne  ? Indépendamment de son influence possible sur leurs attitudes ou leur comportement, ont-ils éprouvé du plaisir à les voir  ? Il est important de signaler en premier lieu que le recours à l’humour pour des sujets politiques était généralement accepté.

« Je pense que c’est important de mettre un petit peu d’humour dans la politique…pas simplement des accusations. »

« C’est sûr que ça frappe plus l’imagination des gens quand c’est humoristique ou même quand c’est cynique. »

62Toutefois, certains étaient fermement contre l’utilisation de cette forme d’humour pour un sujet aussi sérieux que la participation électorale. Fait intéressant à noter, la citation ci-dessous provient d’un jeune dans la vingtaine qui parlait du volet Web.

« Des élections c’est quelque chose de sérieux, la politique aussi. En rire comme ça c’est comme rendre ça comme si c’était rien. »

63Globalement, les participants ont exprimé davantage de réserve que d’enthousiasme à l’endroit du style humoristique de la campagne.

« Mais ça c’est pas de l’humour qu’on vient de voir, moi je ne trouve pas ça de l’humour. »

« C’était des pubs idiotes qui ne représentaient d’aucune façon la réalité. »

« Je comprend bien l’enjeu derrière ces publicités, mais c’était tellement exagéré, que ça ne me touchait pas directement. »

64Selon Hariman (2008) et Truon (2008), la popularité de la parodie et des autres formes d’humour sur la politique s’expliquerait par le sentiment de puissance ressenti à voir la conversion d’un personnage qui représente l’autorité en une image qui évoque le rire. Or, dans les capsules Web de Chouinard en direct, le personnage parodié n’est pas un politicien mais un animateur de la télévision qui se fait habituellement le porte-parole des récriminations citoyennes. Qui plus est, c’est maintenant le public lui-même qu’il harangue en les blâmant pour leur abstentionnisme. Des saynètes se moquent des citoyens, dépeints comme démunis et incompétents, voire stupides, après l’abdication des pouvoirs municipaux, ce qui a possiblement contribué à en diminuer le caractère comique aux yeux de certains. D’ailleurs, les jugements les plus sévères sur l’humour sont venus du groupe des étudiants universitaires qui se sont prononcés sur le volet Web de la campagne.

« Je comprends pas pourquoi ils ont fait ces vidéos-là. Au début, tu dis ok, mais après tu fais comme voyons donc c’est n’importe quoi. »

65Les messages télévisuels de la campagne analysée font écho à une question que se pose bien des gens (« Pourquoi voter » ?). Mais pour répondre à cette question (et dans le but de faire de l’humour), on a opté pour l’absurde, soit d’imaginer les conséquences d’une abstention généralisée qui résulterait en une dégradation extrême des services publics. On bascule alors dans un autre registre, celui de la parodie. Plusieurs peuvent s’arrêter à ce niveau sans faire le lien avec la nécessité de leur participation électorale. Le style humoristique dans le contexte d’une campagne sociale présente toujours un certain risque. D’une part, comme on peut le constater, il n’est pas facile de faire rire tout le monde. D’autre part, même si le message est drôle pour un grand nombre de personnes, il faut se demander si c’est la gratification principale qu’on souhaite que les gens retirent de la campagne.

Les gratifications du volet Web : la parodie, une nécessité absolue pour les jeunes ?

66Par le biais de l’humour, la campagne du DGE 2009 offre une certaine gratification divertissante. Pour s’adresser plus spécialement aux 18-30 ans, le volet Web va plus loin dans la dérision. À première vue, on comprend ce choix puisque parmi les conseils pour mobiliser les jeunes citoyens (CEFRIO, 2011) on suggère cette approche. « Les jeunes ont toujours eu un faible pour les contenus drôles, moqueurs, sarcastiques, empreints de dérision. Pour faire en sorte que les « C » remarquent vos messages, s’en souviennent et les diffusent dans leur réseau, songez, … à mettre un peu de drôlerie, d’ironie et de raillerie dans vos communications, particulièrement dans celles qui paraîtront dans Internet. » (p. 9) Toutefois, dans les exemples donnés, les campagnes ayant recours à un tel style offrent également des débouchés pour l’action. En effet, on retrouve un peu plus loin ce conseil de prudence : « Gardez-vous toutefois de faire de l’humour ou du sarcasme à vide ... » (p.9) On pourrait rétorquer que le vote est justement l’action proposée, mais pour les diverses raisons que nous évoquons ailleurs, cette action n’apparaît pas significative à tous les jeunes. Il faut aussi mentionner que le groupe qu’on appelle ici « Génération C » se situe dans la tranche étroite des 18-24 ans. Enfin, il est loin d’être certain que tous les jeunes aient un besoin absolu de rire pour s’intéresser à des sujets sérieux, surtout quand on approche de la trentaine. Enfin, quel que soit l’âge précis des jeunes ciblés ou le style de message préconisé, il semble nécessaire de trouver comment les convaincre que leur action sera significative.

Les jeunes sont comme tout le monde : lorsqu’ils s’engagent sur le plan civique, ils le font en partie parce qu’ils se sentent investis d’une mission, parce que leurs actions auront un impact sur la société, et, aussi, parce que celles-ci auront des retombées sur leur vie personnelle ou professionnelle. (CEFRIO, 2011, p. 9).

Conclusion

67Le défi de concevoir une campagne pour encourager les citoyens à se prévaloir de leur droit de vote est immense mais fondamental. Bien entendu, il serait illusoire de croire qu’une campagne à elle seule pourrait, même dans les meilleures circonstances, augmenter la participation électorale de manière significative, compte tenu de la complexité de la problématique. Néanmoins, une telle campagne peut jouer un rôle non négligeable pour augmenter les connaissances, changer les attitudes ou modifier les comportements, mais à la condition qu’elle soit optimale. Nous n’avons pas la prétention d’offrir une recette infaillible pour concevoir une campagne qui augmenterait le taux de participation électorale. Au contraire, nous avons voulu acquiescer sans détour l’immense difficulté de la tâche, tout en offrant quelques pistes de solutions à développer. Ainsi, l’essai d’analyse théorique avait comme but de rappeler l’ensemble des facteurs à considérer pour comprendre le phénomène complexe de la participation électorale, tel un projecteur dont nous braquerions la lumière de tous les angles possibles. Chemin faisant, chaque concept a été interrogé du point de vue de sa pertinence pour y arrimer une stratégie d’argumentation qui pourrait être intégrée dans une campagne. Certains apparaissaient plus immédiatement porteurs alors que d’autres, à première vue, pourraient nous inciter à abandonner sur-le-champ l’idée de réaliser une telle campagne tellement le défi semble ardu.

68Malgré tout, nous croyons que notre analyse, appuyée par nos données empiriques et de notre recension de la littérature, ouvrent la voie à une réflexion pertinente sur l’utilisation de l’humour dans les campagnes sociales en politique et sur les stratégies de celles-ci en général. Ainsi, peu importe la mise en forme, il nous semble fondamental que le contenu argumentaire renforce la notion de collectivité et aborde de front les réticences des citoyens à l’endroit de la politique. Par ailleurs, il y aurait sans doute lieu d’examiner le potentiel des réseaux sociaux pour déclencher une dynamique de discussion autour des élections, particulièrement chez les jeunes adultes. Enfin, plusieurs participants à notre enquête ont exprimé le besoin de mieux comprendre l’organisation municipale et de mieux connaître les programmes des candidats locaux. L’idée d’un site qui servirait de plaque tournante pour toutes les municipalités en période électorale mérite peut-être une étude attentive. Nous aimerions insister sur le fait que c’est en considérant l’ensemble des facteurs et la synergie entre ceux-ci qu’on pourrait faire émerger une stratégie argumentaire qui se rapproche le plus possible de la pertinence tant sur le fond que sur la forme. Un tel travail de conception ne saurait faire l’économie d’une démarche rigoureuse qui concilie une solide base documentaire, une réflexion approfondie guidée par un cadre théorique et de multiples essais sur le terrain. Nous sommes convaincues que le talent, l’intuition et l’expérience des concepteurs est indispensable au succès des campagnes sociales comme celle que nous avons examinée, mais nous argumentons dans cet article la nécessité d’arrimer cette créativité à une démarche inspirée des sciences sociales.

69Enfin, pour véritablement progresser dans notre expertise à concevoir des campagnes sociales, qu’elle qu’en soit la thématique, il faudrait prévoir une évaluation qui comporte des mesures avant et après la campagne. La plupart des problématiques, incluant au premier chef la participation électorale, sont d’une telle complexité qu’elles devraient idéalement faire l’objet d’études et d’essais sur une base permanente, de manière à éviter les décisions précipitées au moment où une campagne doit être lancée, comme lorsqu’une élection est déclenchée. Enfin, il est vrai que le rôle d’une campagne pour encourager les citoyens à se rendre aux urnes apparaît bien modeste à la lumière des causes de l’abstentionnisme qui nécessitent des actions éducatives sur le long terme, mais il nous semble dès lors d’autant plus fondamental de faire en sorte d’en maximiser la portée.

Haut de page

Bibliographie

Ajzen, I. et M. Fishbein (1980). Understanding attitudes and predicting social behaviour, Englewood Cliffs, NJ : Prentice-Hall.

Bélanger, É. et R. Nadeau (2009). Le comportement électoral des Québécois, Montréal,Qc : Presses de l’Université de Montréal.

Blais, A. (2008). Mon vote peut-il faire la différence  ?, dans Les professeurs de science politique de l’Université de Montréal (dir.), La politique en questions, (p. 53-57). Montréal, Qc : Presses de l’Université de Montréal.

Cardoso, G., Cheong, A. et Cole, J. (2009). World Wide Internet : Changing Societies, Economies and Cultures, Macao, Chine : University of Macau.

CEFRIO (2010). L’explosion des médias sociaux au Québec, Netendances, 1(1), 18 pages.

CEFRIO (2011). Les « C » en tant que citoyens, Génération C, 1(1), 13 pages.

CEFRIO (2009). Les technologies de l’information chez les québécois de 12 à 24 ans, Rapport synthèse. Montréal, Qc : CEFRIO.

Dervin, B. et M. Frenette (2001). Sense-Making methodology : Communicating communicatively with campaign audiences, dans R. E. Rice et C. K. Atkin (dir.) Public Communication Campaigns, 3e éd. (p. 69-87). Thousand Oaks, CA : Sage.

Duval, D. (2005). Études électorales : Recension des écrits sur la participation électorale, Rapport de recherche. Québec : Directeur général des élections du Québec.

Fishbein, M. et M.C. Yzer (2003). « Using theory to design effective health behavior interventions », Communication Theory, 13(2): 164-183.

Frenette, M. (2010). La recherche en communication : un atout pour les campagnes sociales, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Hariman, R. (2008). Political Parody and Public Culture, Quarterly Journal of Speech, 94(3) : 247-272.

Katz, E. (1989). « La recherche en communication depuis Lazarsfeld », Hermès, 4 : 77-92.

Melançon, P. Y. (2009). La politique municipale pour tous. Longueuil, Qc : Groupéditions.

Nabi, R. L. , Moyer-Gusé, E. et S. Byrne (2007). All Joking Aside : A Serious Investigation into the Persuasive Effect of Funny Social Issue Messages, Communication Monographs, 74(1) : 29-54.

Rodriguez, S. (2010). S’engager à l’ère du Web, Présentation au 78e Congrès de l’ACFAS, Montréal, Mai 2010.

Sarra-Bournet, B. (2008). La démocratie de l’abstention, Rapport de recherche http://www.crp.uqam.ca/pages/rapports_recherche.aspx

St.-Pierre Plamondon, P. (2009). Des jeunes et l’avenir du Québec, Montréal, Qc : Éditions les Malins.

Tryon, C. (2008). Pop politics : Online parody videos, intertextuality and political participation, Popular communication, 6, 209-213.

Vermette, M.-F. (2007). La publicité sociétale sur Internet : nouvelles possibilités et nouveaux défis pour les ONG internationaux, Mémoire de maîtrise, Département de communication, Université de Montréal.

Haut de page

Annexe

Annexe A

Descriptifs des publicités télévisuelles du DGE - 2009

Les six messages télévisuels, d’une durée de 15 secondes, abordent chacun un service qui relève des municipalités. Chaque capsule met en scène un personnage dans une situation problématique qui pose la question « Veux-tu ben me dire pourquoi j’irais voter aux élections municipales  ? ». À la fin, il est écrit la réponse à la question, par exemple « Pour la qualité de l’eau ». Ensuite, sur un fond blanc, le logo, le nom et l’adresse du site web du DGE apparaissent et une voix hors-champ qui se veut impérative dit sur un ton familier : « Le 1er novembre, on vote  ! ».

1. La qualité de l’eau.
Une femme dans sa cuisine se sert un verre d’eau du robinet. Pendant que le verre se remplit, elle regarde la caméra et demande « Veux-tu ben me dire pourquoi j’irais voter aux élections municipales  ? ». Elle ferme le robinet, et nous pouvons remarquer que l’eau dans son verre est brunâtre. Elle en prend une grande gorgée qu’elle avale difficilement en regardant par la fenêtre.

2. Le recyclage et les ordures.
Un homme sort de son garage avec son vélo. Il se dirige vers la rue, et en regardant la caméra, il demande « Voulez-vous ben me dire pourquoi j’irais voter aux élections municipales  ? ». Nous voyons alors une montagne d’ordures et de recyclage qui bloque quasiment son entrée. Il réussit à se rendre dans la rue en contournant les obstacles avec peine.

3. Le déneigement.
Un homme s’apprête à sortir de sa maison par la porte avant. En se dirigeant vers la sortie, il regarde la caméra et dit : « Veux-tu ben me dire pourquoi j’irais voter aux élections municipales  ? Franchement  ! ». Il ouvre la porte et reçoit une bordée de neige pendant que la déneigeuse passe dans la rue. Il reste sans mot.

4. Les espaces verts et les loisirs.
Un père de famille est dans un parc, et il pousse son enfant sur une balançoire. Il regarde la caméra et demande : « Veux-tu ben me dire pourquoi j’irais voter aux élections municipa… ? ». Il ne termine pas sa phrase puisque son enfant revient de son élan, et le heurte. L’homme se fait donc renverser, mais se relève très rapidement pour pousser son enfant. Il reçoit du coup un ballon sur l’arrière de la tête. Il se retourne vers l’arrière pour voir la personne qui lui a lancé le ballon, et se fait heurter de nouveau par son enfant.

5. Le service des incendies.
Une jeune femme est assise dans son salon en train de regarder la télévision. Dans la cuisine, à l’arrière-plan de la scène, nous pouvons remarquer un incendie qui débute. Elle regarde la caméra et demande : « Veux-tu ben me dire pourquoi j’irais voter aux élections municipales  ? » pendant que le feu derrière elle prend de l’ampleur.

6. La voirie.
Un homme circule dans sa voiture. Il regarde la caméra et demande : « Veux-tu ben me dire pourquoi j’irais voter aux élections municipales  ? ». Son véhicule avance de manière très saccadée, indiquant le mauvais état de la route.

Descriptifs des capsules web du DGE - 2009

Les huit capsules mises en ligne s’articulent autour d’une fausse émission d’affaires publiques, Chouinard en direct. L’animateur en question décrit les conséquences d’un abstentionnisme total à des élections municipales. La première capsule dure environ cinq minutes alors que les autres sont plus courtes.

1. Élections municipales : la désolation.
Sur un ton exagérément sarcastique, l’animateur fait état de la situation à la suite de la non-participation des citoyens aux élections municipales. A l’aide de reportages et de témoignages, il en montre les conséquences : les services municipaux sont inexistants, les gens attendent l’autobus depuis plusieurs jours, les poubelles et le recyclage envahissent les rues, les nids de poule se multiplient, etc.. Il se moque des citoyens abstentionnistes : « On n’est pas content, on pleure, mais on n’est pas allé voter… ».

2. Où sont passés les tuyaux  ?
Les services des incendies étant inexistants, des volontaires se regroupent et font ce qu’ils peuvent pour répondre aux besoins de la population, mais ils sont totalement dépassés par la situation, allant même jusqu’à poser des gestes non sécuritaires.

3. La fin de l’eau potable.
L’eau potable se transforme en eau brune. L’animateur questionne la population sur leur hygiène : « problèmes d’eau…deurs ».

4. La cueillette des déchets… à la poubelle.
Chouinard est en compagnie d’un expert qui nous propose d’enfouir nos déchets sur notre terrain pour contrer le problème d’accumulation des déchets.

5. Transport en commun  ? Connaît pas.
L’animateur nous montre des gens qui attendent depuis plusieurs jours l’arrivée d’un autobus et une femme qui marche trois heures pour se rendre au travail.

6. Tout est permis.
On montre des gens qui se construisent des maisons n’importe où (par exemple sur les autoroutes...). Une spécialiste constate que les intérêts personnels ont pris le dessus sur les intérêts de la collectivité.

7. Stationnements criminalisés.
Un collaborateur constate que des organisations criminelles ont pris le contrôle des parcomètres et chargent des montants exorbitants.

8. Probabilité de complications.
L’animateur envisage les problèmes qui surviendront en hiver avec l’absence de déneigement. Un spécialiste nous propose de rentrer la neige dans la maison, la faire fondre et la jeter dans l’évier.

Annexe B – Détails sur l’échantillon

Participants aux groupes de discussion

Les deux groupes de discussion portant sur la campagne Web ont réuni quatre personnes chacun, soit un total de 8 participants entre 20 et 24 ans, soit 3 hommes et 5 femmes. Ils avaient fait ou faisaient des études universitaires à l’exception d’un participant. Trois personnes étaient inscrites sur la liste électorale de Montréal et les autres dans différentes municipalités de la Rive-Sud. Les deux groupes de discussion portant sur la campagne télévisuelle étaient composés d’adultes de la région de Saint-Jean-sur-Richelieu (en Montérégie). Le premier groupe était composé de 6 personnes (2 hommes et 4 femmes), âgées de plus de 60 ans (F-60, F-65, H-65, F-73, F-85, H-91) à la retraite et habitant la même résidence. Le deuxième groupe regroupait 4 personnes (3 hommes et 1 femme) âgées entre 25 ans et 65 ans (H-24, F-46, H-57, H-65) occupant des emplois divers et formant une cellule familiale.

Répondants au questionnaire

Au total, 43 personnes ont répondu au questionnaire dont 34 femmes et 9 hommes. La plupart d’entre eux (30 ou 70 %) étaient âgés entre 18 et 30 ans alors que 5 (12 %) se trouvaient dans la tranche de 31-45 ans et 7 (16 %) dans la catégorie des 46-65 ans alors que l’un d’eux avait plus de 65 ans. La moitié des répondants étaient aux études. La plupart, soit 30 (77 %) avaient un diplôme universitaire (ou étaient en train de l’obtenir) alors que 8 (19 %) détenaient un diplôme collégial et les 2 derniers un diplôme d’études secondaires. Enfin, les répondants habitaient à peu près également Montréal, la Rive sud et la Rive nord.

Haut de page

Notes

1 www.electionsquebec.qc.ca

2 Le gouvernement du Québec. (2004), « Muni-stat », vol 1, no 1, p. 1

3 DGEQ. (2005) Rapport annuel de gestion 2004-2005, p. 43, Québec, 135 pages

4

5 Pour une analyse détaillée de la campagne 2007-2008 : « Je m’exprime », voir Frenette, M. (2010), La recherche en communication : un atout pour les campagnes sociales, Presses de l’Université du Québec.

6 Les messages télévisuels sont décrits de manière plus détaillée à l’annexe A.

7 Les capsules vidéo sont décrites de manière plus détaillée à l’annexe A.

8 Cameron, D., « Les jeunes Québécois se foutent de la politique  !», La Presse, 19 septembre 2008.

9 Francoeur, L.G., « Notre démocratie détournée  ? », Le Devoir, 19 février 2011, p. A1-A9. Propos recueillis auprès de M. Gauchet (« La Démocratie d’une crise à l’autre », éditions Cécile Defaut, 2007) et H. Kempf (« L’oligarchie, ça suffit », Seuil, 2011).

10 www.umq.qc.ca

11 Ce sondage a été réalisé auprès de 807 personnes par la firme Angus Reid pour le compte de La Presse

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les concepts fondamentaux des approches théoriques servant à l’analyse
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Micheline Frenette et Marie-France Vermette, « L’humour comme stratégie de communication  ? Le cas des élections municipales 2009 au Québec », Communiquer, 6 | 2011, 1-22.

Référence électronique

Micheline Frenette et Marie-France Vermette, « L’humour comme stratégie de communication  ? Le cas des élections municipales 2009 au Québec », Communiquer [En ligne], 6 | 2011, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://communiquer.revues.org/437 ; DOI : 10.4000/communiquer.437

Haut de page

Auteurs

Micheline Frenette

Professeure, Université de Montréal, Canada
micheline.frenette[@]umontreal.ca

Marie-France Vermette

Doctorante, Université d’Ottawa, Canada
vermette_mf[@]yahoo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org