Navigation – Plan du site

L’argumentation politique conflictuelle : le cas du débat sur la question nationale au Québec

Conflictual political argumentation: the case of Quebec’s debate for nationalization
Gilles Gauthier
p. 53-66

Résumés

Une analyse est menée des argumentations souverainiste et fédéraliste sur la question nationale québécoise qui cherche à illustrer les insuffisances de la conception normative de l’argumentation de l’approche pragma-dialectique de Eemeren et Grotendorst. Cette analyse identifie d’abord les triades argumentatives souverainiste (un raisonnement déductif du nationalisme, un argument de responsabilité et un argument de nécessité) et fédéraliste (un raisonnement analogique du supranationalisme, un argument de mérite et un argument d’effet néfaste). Elle fait voir ensuite que ces arguments sont en opposition telle qu’ils ne situent pas dans un cadre d’échange et de coopération mais sont au contraire dans un rapport de confrontation qui fait des protagonistes non pas des partenaires mais des adversaires. À partir de cet exemple, est proposée une conception axiologiquement neutre de l’argumentation.

Haut de page

Texte intégral

… toute foi exprime une forme de terreur, d’autant plus effroyable que les « purs » en sont les agents. On se méfie des finauds, des fripons, des farceurs  ; pourtant on ne saurait leur imputer aucune des grandes convulsions de l’histoire  ; ne croyant en rien, ils ne fouillent pas vos cœurs, ni vos arrières pensées  ; ils vous abandonnent à votre nonchalance, à votre désespoir ou à votre inutilité  ; l’humanité leur doit le peu de moments de prospérité qu’elle connut : ce sont eux qui sauvent les peuples que les fanatiques torturent et que les « idéalistes » ruinent. Sans doctrine, ils n’ont que des caprices et des intérêts, des vices accommodants, mille fois plus supportables que les ravages provoqués par le despotisme à principes  ; car tous les maux de la vie viennent d’une « conception de la vie ».
Émil Cioran

1Prévaut aujourd’hui une conception idéalisée de l’argumentation suivant laquelle elle serait toute vertueuse. Sans doute en bonne partie inspirée par l’idéal habermassien de l’espace public, cette conception appréhende l’argumentation par effet de contraste : elle y est vue comme l’exact contraire de la manipulation, de la propagande et plus foncièrement encore de la force. L’argumentation serait la façon policée et respectueuse de chercher à faire prévaloir son point de vue.

2Cette conception idéalisée de l’argumentation reste pour une bonne part intuitive et diffuse. Elle est présente de façon précritique dans nombre de discours relatifs aux débats sociaux. Elle fait également l’objet de théorisations plus organisées. Philippe Breton (1996), par exemple, caractérise l’argumentation par comparaison à la séduction et à la manipulation en ce qu’elle respecterait la liberté de réception de l’auditoire.

3Le propre de la conception idéalisée de l’argumentation est d’être normative. Elle définit l’argumentation en fonction de valeurs qui en seraient constitutives. Par suite, elle est prescriptive. Elle enjoint l’usage de règles afférentes à la production d’arguments dans la discussion. Elle ne se contente pas de stipuler que l’argumentation puisse être concernée par quelque considération axiologique ou qu’elle puisse faire l’objet d’une évaluation  ; elle la marque comme étant en son essence même estimable. Un argument serait par définition une bonne raison. De même, la conception idéalisée de l’argumentation n’en réduit pas l’emploi à sa seule finalité persuasive. Dans la perspective qu’elle ouvre, argumenter, c’est la façon correcte, parmi d’autres moins appropriées, de tenter de convaincre. Pour cela même, l’argumentation devrait être privilégiée dans la discussion sur les enjeux publics.

4À partir de maintenant, j’en référerai à cette vue idéalisée de l’argumentation en la qualifiant de « conception normative ». Contre elle, je ferai valoir une conception neutre de l’argumentation qui en exclut toute considération axiologique a priori et qui ne se fonde pas sur quelque valorisation supposée intrinsèque pour justifier le privilège de son usage. Mon objectif n’est pas de procéder à une défense pleine et entière de cette conception axiologiquement neutre. Je me limiterai à en faire voir la nécessité du fait de la mise en cause de la conception normative de l’argumentation que je mènerai. Plus précisément, j’entends faire la démonstration que, dans l’une de ses formes particulières, la conception normative se révèle inadéquate à aborder et à rendre compte de l’argumentation dans le champ de la communication politique.

5La conception normative de l’argumentation n’est pas unitaire. Elle est développée au sein de diverses approches théoriques. L’une de ces approches est la pragma-dialectique de van Eemeren et Grootendorst. Dans une première partie, j’indiquerai en quoi précisément cette approche relève de la conception normative de l’argumentation et mettrai en évidence ses principaux aspects à cet égard.

6L’argumentation se déploie dans différents lieux mais toujours dans un contexte communicationnel. Mon examen portera sur son recours en communication politique. Dans une deuxième partie, à propos de l’exemple de l’argumentation sur la question nationale québécoise, je chercherai à caractériser l’argumentation de communication politique en faisant ressortir en quoi l’approche normative échoue à en rendre compte. Ensuite, je plaiderai pour les plus grands avantages que présente à cet égard la conception axiologiquement neutre de l’argumentation.

7En conclusion, je m’aventurerai à dégager deux conséquences funestes de la prégnance de l’approche normative de l’argumentation : un effet pervers du moralisme et un détournement de l’exigence de rationalité.

L’approche pragma-dialectique de l’argumentation

8Frans van Eemeren et Rob Grootendorst mènent depuis plus de vingt ans un important travail de théorisation de l’argumentation. Leur approche pragma-dialectique constitue l’une des tentatives les plus achevées à ce jour d’intégrer divers points de vue (linguistique, philosophique et sociologique) des différents aspects (théoriques et empiriques) afférents à l’argumentation en ce qu’eux-mêmes présentent comme A Systematic Theory of Argumentation (2004). La théorie pragma-dialectique de Eemeren et Grootendorst exerce, par plusieurs de ses éléments, une influence déterminante dans la recherche contemporaine sur l’argumentation. La critique qui en sera ici menée eu égard à la communication politique ne doit pas être interprétée comme un rejet intégral. Elle reste d’une grande fécondité dans l’examen de larges pans de l’usage de l’argumentation en communication publique.

9Selon Eemeren et Grootendorst, l’argumentation est essentiellement un processus de résolution de divergences d’opinions. À leurs yeux, c’est le cas du fait, fondamental, que l’argumentation prend nécessairement place dans un cadre communicationnel. Ils ne sont évidemment pas les seuls à marquer cette liaison mais ils en tirent une caractérisation originale de l’argumentation : « Argumentation is not just expression of an individual assessment, but a contribution to a communication process between persons or groups who exchange ideas with one another in order to résolve a difference of opinion. (2004, p. 55) ». Son ancrage en communication implique, pour Eemeren et Grootendorst, que l’analyse de l’argumentation ne peut se limiter au seul examen de sa structure abstraite mais doit aussi s’étendre à celui de son usage effectif. L’aspect dialectique de leur approche est relatif au fait que l’argumentation soit un échange  ; son aspect pragmatique, au fait qu’elle soit une activité sociale. Bien qu’Eemeren et Grootendors ne le marquent pas explicitement, il est assez clair que leur point de vue sur l’argumentation rejoint les perspectives interactionnelle et dialogique.

10Leur approche pragma-dialectique a pour ambition de combiner une visée descriptive, définissant l’argument, et une visée normative, spécifiant les conditions de l’évaluation qui peut en être fournie. Pour Eemeren et Grootendorst, les deux dimensions doivent être intégrées : dire ce qu’est un argument, c’est aussi par le fait même indiquer son mode correct d’utilisation. Selon eux, par ailleurs, la normativité argumentative est de l’ordre de la rationalité. Pour Eemeren et Grootendorst, en effet, que l’argumentation soit un échange communicationnel n’empêche pas qu’elle soit soumise à une certaine forme de cohérence démonstrative : « When someone advances argumentation, that person makes an implicit appeal to reasonableness : He or she tacitly assumes that the listener or reader will act as reasonable critic when evaluating the argumentation. Otherwise, there would be no point in advancing argumentation (2004, p. 2) ».

11La normativité de l’argumentation n’est pas uniquement formelle mais également axiologique. La chose apparaît très clairement dans les dix règles de discussion critique formulées par Eemeren et Grootendorst. Ces règles ne sont pas de pures règles logiques. Elles ne font pas que déterminer, sous un aspect ou un autre, la validité d’un argument. Elles ne font pas qu’établir les critères de pertinence d’une justification ou que stipuler les conditions d’une inférence fondée. Plus pratiquement, elles s’imposent à celui qui argumente. Ce sont des règles de conduite. Eemeren et Grootendorst eux-mêmes les assimilent à un code of conduct. La normativité argumentative est donc à leurs yeux nettement une normativité axiologique. Les normes de rationalité qu’ils reconnaissent s’appliquer à l’argumentation ont un caractère prescriptif.

12Les 10 règles de discussion critique de Eemeren et Grootendorst sont les suivantes :

  1. Les protagonistes ne doivent pas s’empêcher l’un l’autre de mettre en avant et de contester des positions.

  2. Un protagoniste qui met en avant une position est tenu de la défendre à la demande de l’opposant.

  3. La contestation d’une position doit porter sur cette position telle qu’elle est mise en avant.

  4. Une position doit être défendue par une argumentation relative à cette position.

  5. Un protagoniste ne doit pas attribuer faussement une prémisse implicite à un opposant ni refuser d’endosser les prémisses qu’il laisse lui-même implicites.

  6. Un protagoniste ne doit pas faussement présenter une prémisse comme point de départ admis ni refuser une prémisse admise comme point de départ.

  7. Un protagoniste ne doit pas considérer qu’une position est établie si elle n’a pas été justifiée par un schéma argumentatif approprié et adéquatement appliqué.

  8. Un protagoniste ne doit recourir qu’à des arguments formellement valides ou susceptibles d’être validés par l’explicitation de prémisses implicites.

  9. L’échec de la défense d’une position doit entrainer son abandon et sa défense réussie, l’abandon de sa contestation.

  10. Un protagoniste ne doit pas utiliser des formulations confuses ou ambiguës et il doit interpréter les propos de l’opposant de la manière la plus soigneuse et la plus pertinente possible.

13Ces règles font très clairement ressortir que la définition de Eemeren et Grootendorst de l’argumentation comme processus de résolution de problème comporte une connotation déontique intrinsèque très forte. Pour eux, toute opposition entre points de vue différents (en tout cas toute opposition où l’argumentation est souhaitable ou requise) demande, en quelque sorte structurellement, à être tranchée. À leurs yeux, c’est pour ainsi dire par définition qu’une divergence de vues tend à être résolue, que le dénouement d’un différent est d’être réglé. Cette nécessité commande une certaine attitude chez les protagonistes. D’abord, ils doivent admettre, ne serait-ce qu’implicitement, que leur différent doit être réglé, que sa résolution n’est pas seulement souhaitable mais qu’elle s’impose à eux. Ils doivent rejeter toute possibilité d’échec de la recherche d’une solution. Autrement dit, en adoptant la perspective de la résolution de problème, les opposants doivent considérer qu’ils sont contraints à régler leur différend et à renoncer à la volonté d’imposer intégralement leur point de vue pour plutôt se mettre à la recherche d’une solution satisfaisante autant pour la partie adverse que pour eux-mêmes. Ils doivent accepter la négociation et se mettre à la recherche de compromis. Les règles #1 et #9 marquent tout particulièrement cette posture. Jouer le jeu de la négociation implique d’autoriser l’opposant à mettre en avant des positions et à contester les siennes propres. De même, cela engage à cesser de promouvoir une position si on ne peut la soutenir ou de la contester si elle soutenue. À défaut d’adopter cette attitude de conciliation, les protagonistes se situent hors du cadre de la résolution de problème et, ce faisant, renoncent à l’argumentation. (Soit, alors, ils lâchent prise et se retirent de la controverse, soit ils recourent à la force pour faire valoir leur point de vue.)

14Les règles de Eemeren et Grootendorst vont toutefois beaucoup plus loin que de la sorte fixer un cadre formel indispensable à la résolution de problème. Certaines d’entre elles non seulement contraignent les protagonistes à la négociation mais leur posent des exigences stictes quant à la façon de négocier. Notamment, les règles #2, #3, #5 et #10 imposent aux opposants d’être de bonne foi et de ne pas uniquement user d’un rapport de force en les obligeant à ne pas éluder la mise en cause de leurs positions, en les forçant à faire porter leur critique sur des positions effectivement prises par l’opposant, en les empêchant de tourner indument en leur faveur les sous-entendus et en leur imposant rigueur et précision dans l’expression de leurs positions et dans la réception de celles de l’opposant.

15Globalement, les règles de discussion critique de Eemeren et Grootendorst font de l’argumentation un instrument de conciliation ou un cadre de recherche d’un accord. Elles font des protagonistes non pas des belligérants mais des partenaires dans l’établissement de cette entente. Finalement, elles déterminent leur rapport comme une relation de coopération au service de cette finalité. Argumenter implique pour les protagonistes d’aborder et de traiter leur opposition dans le but de la surmonter et de se définir comme les agents de cette résolution en association avec la partie adverse.

16C’est de la sorte que l’approche pragma-dialectique de Eemeren et Grootendorst est éminemment normative. Concevoir l’argumentation comme un processus de résolution de problème, c’est la définir d’emblée sur un plan évaluatif en lui assignant pour objectif d’instaurer la concorde là où prévaut la dispute. La caractériser comme une discussion critique, c’est requérir des protagonistes qu’ils renoncent à chercher à imposer leur position pour se faire collaborateurs dans la recherche d’un arrangement

Le contre-exemple du débat sur la question nationale québécoise

17Je voudrais mettre à l’épreuve la conception normative de l’argumentation, telle qu’elle est exemplifiée dans la pragma-dialectique de Eemeren et Grootendorst, en la confrontant à un débat public bien réel : celui sur la question nationale québécoise.

18Depuis quelques décennies, la politique et donc aussi la communication politique sont au Québec dominées par le débat sur la question nationale. Elle a reçu, au cours de péripéties électorales et référendaires, des formulations plus ou moins diverses et donné lieu à une certaine diversité d’options. Sur le fond, cependant, elle est le lieu d’affrontement de deux positions bien campées, le souverainisme et le fédéralisme. Il y a ceux qui préconisent l’accession du Québec à l’indépendance politique et ceux qui au contraire prônent son maintien au sein de la Fédération canadienne.

19Une grande variété d’arguments ont été avancés par les uns et les autres. Dans un travail antérieur (Gauthier, 2006), j’ai proposé de ramener l’argumentation souverainiste et l’argumentation fédéraliste chacune à une triade d’arguments fondamentaux.

20L’argumentation souverainiste s’articule autour d’un argument central, qui est plus précisément un raisonnement déductif du nationalisme, auquel viennent se greffer un argument de responsabilité et un argument de nécessité. Le raisonnement déductif du nationalisme est l’argument suivant lequel il est légitime que le Québec accède à la souveraineté du fait qu’il est une nation, que les Québécois forment un peuple. On reconnaît là les idées du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et d’État-nation. L’argument repose sur un principe général : tout peuple a droit à la souveraineté, toute nation à se constituer en État. C’est en ce qu’il a trait à cette généralité que l’argument est un raisonnement déductif (et plus précisément encore un syllogisme). Il s’agit très certainement là de l’argument le plus important et le plus récurrent de la rhétorique souverainiste. Il est formulé suivant différentes références à la nation, certaines plus traditionnellement patriotiques  ; d’autres ayant trait à la « normalité » et à l’« irréversibilité » du mouvement d’émancipation du Québec.

21Deux remarques de nature historique méritent d’être rapidement faites au sujet de ce raisonnement déductif du nationalisme. D’abord, son type même et également son mode d’expression le plus fréquent expliquent sans doute en partie l’échec qu’a jusqu’à maintenant connu le souverainisme. Un raisonnement déductif est d’une certaine lourdeur à manœuvrer. Il joue sur une inférence relativement complexe entre la généralité sur laquelle il se fonde et le cas particulier sur lequel il porte. Il sied de la sorte mieux à certains objets qu’à d’autres. Parfaitement approprié à la science centrée sur la seule rigueur formelle, il peut être moins adéquat à des discours à plus forte composante émotive ou même seulement stylistique comme ceux de la communication politique. Son usage n’y est pas prohibé et il peut même y être efficient. Mais il reste toujours un peu ardu. Surtout, comme c’est le cas pour le souverainisme, s’il est en opposition à un argument dont l’utilisation est plus facile et la force expressive plus forte, comme c’est le cas, ainsi que nous le verrons plus loin, du principal argument fédéraliste. La faiblesse argumentative (relative) du raisonnement déductif du nationalisme est accentuée par le fait qu’il est très fréquemment exprimé sous forme d’enthymème, c’est-à-dire sans que soit explicité l’un de ses constituants. Le plus souvent, c’est le principe général, l’idée donc que toute nation devrait exercer sa souveraineté, qui est laissée implicite. Le destinataire se voit ainsi contraint de reconstruire l’argument pour parvenir à la généralité qui le fonde. Il s’agit là d’un effort intellectuel exigeant qui à lui seul peut amoindrir l’efficacité persuasive de l’argument.

  • 1 Éloquemment exprimé dans la formule « Le nationalisme, c’est la guerre » de François Mitterrand.
  • 2 La meilleure illustration en est que la reconnaissance du Québec comme nation a pu être faite par l (...)

22La deuxième remarque qui peut être faite au sujet du raisonnement déductif du souverainisme est que l’idée d’État-nation et l’idée que le Québec est une nation ont connu au gré du temps une fortune diverse. Sous le double effet des abus du nationalisme et de la mondialisation, le concept d’État-nation a perdu une bonne partie de sa valeur positive. Au pire, il est affublé d’un sens tout péjoratif1 ; au mieux, c’est sa justesse qui est mise en cause, le fait d’être une nation n’impliquant plus nécessairement son instauration en État. Parallèlement, mais en rapport évident avec cette régression de l’idée d’État-nation, la reconnaissance du Québec comme nation a perdu beaucoup de sa résonance et de sa pertinence : elle ne pose plus guerre problème et par le fait même voit sa force mobilisatrice amoindrie2.

23Dans l’orbite du raisonnement déductif du nationalisme gravitent les deux autres arguments principaux du souverainisme. L’argument de responsabilité pose que le fédéralisme est un régime de domination et qu’il est la cause du sous-développement relatif du Québec. L’argument de nécessité stipule que la souveraineté est indispensable à son plein épanouissement. Ils prolongent, chacun de leur côté, l’axe argumentaire du raisonnement déductif du nationalisme, le premier en prenant appui sur l’anticolonialisme (et une réaction à la Conquête) ; le second, en faisant de la souveraineté la condition et l’instrument de la pleine émancipation de la nation québécoise.

  • 3 Certains d’entre eux le reconnaissent explicitement. D’autres se consacrent à dénoncer les méfaits (...)

24Comme l’argumentation souverainiste, l’argumentation fédéraliste est organisée dans une triade fondamentale. Son constituant cardinal est un raisonnement analogique du supranationalisme qui a pour satellites un argument de mérite et un argument d’effet néfaste. Les fédéralistes font valoir que, même si le Québec est une nation3, il devrait rester partie prenante à l’ensemble canadien de la même manière que, dans le contexte d’internationalisation et plus récemment de mondialisation, toutes les nations ailleurs dans le monde tendent à se regrouper au sein d’ensembles plus englobants. L’argument procède d’une comparaison : il incite le Québec à prendre part au mouvement général d’unification comme les autres nations. À cet égard, l’exemple le plus souvent invoqué est celui de la construction européenne.

  • 4 Du fait qu’il opère dans l’espace jamais pleinement assuré entre la similitude et la dissemblance q (...)

25L’analogie est moins rationnellement satisfaisante que la déduction4. Ce qu’elle perd en rigueur, elle le gagne toutefois en simplicité et aussi en force de frappe persuasive. Dès lors que la comparaison est le moindrement sensée, elle s’impose facilement à l’esprit d’une façon se rapprochant de l’évidence. Le raisonnement analogique du supranationalisme est à la fois plus percutant que le raisonnement déductif du nationalisme tout en requérant une moins grande attention et implication de la part du destinataire. Bref, il est techniquement d’un maniement plus aisé et d’un rendement supérieur sur le plan communicationnel.

26Les arguments fédéralistes annexes de mérite et d’effet néfaste affirment, le premier que son appartenance au Canada est profitable au Québec  ; et le second, que la séparation aurait des conséquences négatives. Tous deux sont particulièrement développés quant à la dimension économique, l’argument d’effet néfaste fonctionnant pour une bonne part comme un appel à la peur. Tous deux ont pour pivot le raisonnement analogique du supranationalisme : les avantages du Canada étant vus comme découlant du système fédéral et les inconvénients de la séparation comme une perte de la mise en commun qu’il permet. Les mesures de péréquation font l’objet, à ce propos, de l’un et l’autre arguments.

27Comment analyser du point de vue de la théorie de l’argumentation les argumentaires souverainiste et fédéraliste  ? Plus précisément, que peut-on en dire en regard de l’approche pragma-dialectique de Eemeren et Grootendorst  ?

28Le trait le plus saillant des triades souverainiste et fédéraliste est qu’elles se situent l’une par rapport à l’autre dans un rapport antagoniste total. Elles s’opposent en bloc l’une à l’autre et chacun de leurs arguments constitutifs est dans une relation d’objection un à un avec un membre de la triade opposée. Le raisonnement déductif du nationalisme et le raisonnement analogique du supranationalisme sont dichotomiques de même que l’argument de responsabilité et l’argument de mérite, d’une part, et l’argument de nécessité et l’argument d’effet néfaste, d’autre part. Ils vont en paires d’opposition sur les trois divergences de vues considérées : la réalisation politique de la nation québécoise pour ce qui est du raisonnement déductif du nationalisme et du raisonnement analogique du supranationalisme, le bilan du fédéralisme canadien pour ce qui des arguments de responsabilité et de mérite et l’anticipation des conséquences de la souveraineté pour ce qui est des arguments de nécessité et d’effet néfaste.

  • 5 Cette prétention à l’exclusivisme explique en partie la difficulté à s’imposer de ceux qui, de Clau (...)

29Cette antinomie est non seulement frontale mais aussi exclusive en ce qu’elle n’admet pas de solutions intermédiaires. Telles qu’elles se définissent et se positionnent l’une par rapport à l’autre, les triades souverainiste et fédéraliste ne laissent aucune place à un autre agencement argumentatif. Des formules d’aménagement de portée secondaire peuvent sans doute être imaginées entre l’impératif posé à une nation d’exercer sa souveraineté pleine et entière et l’avantage d’en abandonner une partie au profit d’une structure supranationale, mais l’alternative reste duale sur le fond : l’un des points de vue doit s’imposer. Même chose pour l’inventaire du fédéralisme et les conséquences de la souveraineté. Des différences de degrés et des nuances de calcul peuvent certes être établies mais au total le système fédéral est soit favorable, soit défavorable au Québec et la souveraineté serait pour lui soit bénéfique, soit désavantageuse. Bref, les arguments souverainistes et fédéralistes se présentent en une symétrie d’opposition radicale et prétendent valoir dans une application stricte du principe du tiers exclu5.

30Leur antinomisme est tel qu’on peut dire que les argumentations souverainiste et fédéraliste ne se déploient pas dans un espace d’échange. Elles sont bien sûr déterminées l’une par l’autre et elles répliquent l’une à l’autre. Mais il ne s’agit là que d’une parodie de dialogue. Les argumentations souverainiste et fédéraliste ne se « parlent » pas véritablement  ; elles ne font que s’exprimer sur le même objet. Leur rapport est uniquement formel, produit par le fait qu’elles débattent du même enjeu.

31Il n’y a pas d’interaction ni même d’interrelation autre que fonctionnelle entre elles, encore moins de dynamisme coopératif. Les argumentations souverainiste et fédéraliste n’établissent pas vraiment de jonction. Leur liaison reste purement exogène. Fondamentalement, elles demeurent indifférentes l’une à l’autre. Cette imperméabilité se manifeste sous un certain nombre d’aspects. D’abord, elles ne sont pas dans une véritable relation d’interlocution. Elles ne sont pas destinataires et ne constituent pas le véritable auditoire l’une de l’autre. Leur intention persuasive n’est pas dirigée l’une vers l’autre mais, fondamentalement, vers l’électorat. C’est le cas, très réellement, pour une part importante des discours qui les expriment. En campagne électorale, par exemple, la quasi totalité des interventions ne sont pas adressées à l’opposant mais sont plutôt destinées à l’attention des électeurs. Même quand les tenants des argumentations souverainiste et fédéraliste semblent échanger véritablement, par exemple à l’occasion de débats parlementaires et de débats télévisés, ils ne sont les interlocuteurs les uns des autres que pour la forme : l’auditoire qu’ils visent véritablement est le public électeur.

32Deuxième élément significatif : les belligérants sur la question nationale ne tiennent compte les uns des autres que de façon purement instrumentale. Ils ne considèrent pas les arguments de l’opposant en fonction de leur valeur propre mais seulement d’un point de vue stratégique. Ils ne cherchent que la manière de contrer au mieux les points forts de l’adversaire et de tirer partie le plus possible de ses points faibles et carences. Les argumentations souverainiste et fédéraliste ne s’interpénètrent pas autrement que sous cet aspect intéresssé : elles ne visent qu’à s’exploiter l’une l’autre. Elles restent en creux l’une de l’autre sans mettre en commun autre chose que la mise qu’elles tentent de s’arracher.

33Les triades souverainiste et fédéraliste sont en totale contradiction avec la conception pragma-dialectique de Eemeren et Grootendorst. Elles échappent à la définition de l’argumentation comme processus de résolution de problème. Elles sont tout sauf des entreprises de conciliation. Par leurs arguments, les souverainistes et les fédéralistes ne cherchent aucunement à parvenir à un terrain d’entente qui résoudrait leur différend. Leur objectif est d’imposer leur point de vue. En se posant en contradiction l’une de l’autre, leurs argumentations écartent d’emblée la possibilité même d’une négociation et d’un arrangement satisfaisant pour les deux parties. Leur rapport n’étant pas véritablement interactionnel ni même interrelationnel, il ne peut pas non plus être de l’ordre de la coopération. Il n’y a pas échange  ; il ne peut donc y avoir mise en commun et participation à un projet conjoint de résolution.

34Aussi, n’est-il pas étonnant de constater que les règles de discussion critique de Eemeren et Grotendorst sont en porte-à-faux eu égard au débat sur la question nationale. Sauf pour ce qui est de la règle #1 (Les protagonistes ne doivent pas s’empêcher l’un l’autre de mettre en avant et de contester des positions) qui, dans son interprétation la plus serrée, prohibe le recours à la force et stipule ainsi une condition sine qua non de débat, les triades argumentatives souverainiste et fédéraliste y échappent. Cette discordance est formelle : c’est l’antinomisme foncier des argumentations qui leur rend inapplicables les règles de discussion critique. On pourrait documenter amplement le fait que l’opposition entre les argumentations souverainiste et fédéraliste a été largement menée et continue aujourd’hui de l’être dans l’irrespect à peu près le plus total des règles de discussion critique. Pour reprendre les seuls exemples des règles illustrant particulièrement le caractère normatif de l’approche prama-dialectique, on pourrait produire de très nombreuses occurrences où des souverainistes et des fédéralistes ont éludé la mise en cause de leurs positions (règle #2), ont critiqué des positions qui n’étaient pas celles effectivement défendues par l’opposant (règle #3), ont attribué faussement une prémisse implicite à l’adversaire ou refusé d’endosser une prémisse implicite (règle #5), n’ont pas cessé de tenir une position non soutenue ou de contester une position soutenue (règle #9) et ont formulé leurs positions de manière confuse et imprécise et interprété les propos de l’opposant de manière négligente et inadéquate (règle #10).

35Du point de vue des règles de discussion critique de Eemeren et Grotendorst, les argumentations souverainiste et fédéraliste seraient jugées très sévèrement. Elles ne franchiraient pas très haut la barre de la conception de l’argumentation comme résolution de problème. L’évaluation qui en serait donnée serait très faible, sinon tout à fait nulle. Comme l’approche pragma-dialectique intègre la dimension déontique à la définition de l’argumentation, elle pourrait même aller jusqu’à déqualifier comme argumentation les triades souverainiste et fédéraliste, jusqu’à les exclure purement et simplement du champ de l’argumentation. Les règles de discussion critique, en effet, non seulement imposent une conduite argumentative mais déterminent ce qu’est l’argumentation : ne pas les suivre, c’est ne pas argumenter.

Pour une conception axiologiquement neutre de l’argumentation

  • 6 Même si Eemeren et Groorendorst ne font pas usage du concept de dialogue en tant que tel, on peut t (...)

36Le décalage entre l’approche pragma-dialectique de l’argumentation et les triades argumentatives souverainiste et fédéraliste s’explique essentiellement par la normativité dont est plombée la première. Elle détermine l’argumentation comme une opération de conciliation et fait des protagonistes des partenaires coopérant à la recherche d’un accord. Tout au contraire, les argumentations souverainiste et fédéraliste sur la question nationale constituent un affrontement dans lequel les protagonistes restent des belligérants dont le but est de faire triompher leur point de vue sur celui de l’adversaire. La dynamique argumentative du débat sur la question nationale est conflictuelle ou éristique alors que celle que commande la conception de l’argumentation comme processus de résolution de problème est médiatrice ou même dialogique6.

37Je soutiens que ce ne sont pas les argumentations souverainiste et fédéraliste qui font problème mais que c’est plutôt la conception normative de Eemeren et Grootendorst qui est inadéquate à rendre compte du débat sur la question nationale. Ce n’est pas ce débat qui serait de quelque façon carencé sur le plan argumentatif ou même atypique. C’est la conception normative de l’argumentation qui se révèle impuissante à en fournir une analyse argumentative.

38Les arguments souverainistes et fédéralistes ne souffrent pas d’anomalie qui en feraient des arguments fragmentaires, des arguments contrefaits ou de pseudo arguments. Ce sont des arguments de plein droit. Je les ai d’emblée considéré tels en les dénommant par des vocables de l’argumentation dénotant des types d’arguments. Mais même en faisant abstraction de cette qualification initiale, on ne voit pas comment on pourrait leur refuser le statut d’argument. Les six éléments des ensembles souverainiste et fédéraliste sont des raisons avancées à l’appui de l’un et l’autre point de vue idéologique. Ils sont tous des justifications invoquées pour fonder les deux projets politiques divergents. Quelle définition, simple ou complexe, de l’argument suffirait en elle-même à les exclure du champ de l’argumentation  ? Si les raisonnements déductif et analogique ainsi que les arguments de responsabilité, de nécessité, de mérite et d’effet néfaste des triades souverainiste et fédéraliste ne sont pas des arguments, quels pourraient bien être des candidats possibles à ce titre  ?

  • 7 On peut même dire que sauf quelques dérapages et accusations de manipulation de part et d’autre le (...)

39Il y a plus. Du point de vue évaluatif, les six arguments apparaissent même pouvoir être caractérisés comme des arguments valables. Tous, en effet, ils constituent de « bonnes raisons » à l’appui des options souverainiste et fédéraliste. Ces raisons ne sont pas parfaitement probantes (une « preuve circonstancielle » en est qu’aucune n’a encore réussi à emporter la conviction). Toutes, elles évoquent des données plus ou moins incertaines, contestables ou susceptibles d’être relativisées par d’autres données. Cependant, elles sont toutes prima facie des motifs légitimes. Dans leur forme et contenu, les six arguments ne sont pas des sophismes ou des arguments moralement condamnables. On ne peut pas les assimiler à de la manipulation7.

40La conception de l’argumentation comme résolution de problème est trop restrictive pour pouvoir traiter correctement des arguments comme ceux des triades souverainiste et fédéraliste. Elle peut certainement prendre pour objet un certain nombre de discours argumentatifs, ceux-là précisément dont l’objectif est la conciliation. Les règles de discussion peuvent alors être appliquées dans toute leur plénitude. Mais la résolution de problème n’est pas une caractéristique de tous les contextes argumentatifs. Beaucoup, comme celui sur la question nationale, ne sont pas marqués par un objectif de parvenir à une entente mais restent de part en part éristique. Ils sont de l’ordre du débat et non pas de la conciliation. La conception pragma-dialectique soit est totalement démunie pour en rendre compte, soit, pour le cas où elle ambitionnerait de couvrir le champ complet de l’argumentation, est conduit à dénier le fait qu’une argumentation puisse prendre place dans ces contextes éristiques. Si elle prétendait à cette suprématie, la conception de l’argumentation comme résolution de problème s’empêcherait de traiter des débats publics marqués de confrontation. Tout particulièrement, elle s’interdirait de considérer une part fondamentale de la communication politique qu’elle exclurait de la sphère de l’argumentation. La nature conflictuelle de l’argumentation sur la question nationale est, en effet, généralisable à l’ensemble des débats politiques. On peut même avancer qu’elle en est un trait constitutif. La très grande majorité des débats politiques sont des affrontements procédant de rapports de force idéologiques.

  • 8 De ce point de vue, on pourrait considérer que la conception normative de l’argumentation contribue (...)

41L’administration des règles de discussion critique de Eemeren et Grotendorst sur le débat politique serait abusive. S’il fallait effectivement les imposer, il n’y aurait plus de rhétorique politique possible, plus de débat politique possible. Il s’agit là de l’effet le plus important de la conception normative de l’argumentation : extirper le désaccord  ; expulser le débat du champ de l’argumentation8.

42L’examen de l’argumentation sur la question nationale ne disqualifie pas totalement la conception normative de l’argumentation. Il met en évidence ses limites et, par là, s’oppose à son hégémonie (affichée ou alléguée). Certaines délibérations publiques sont (peuvent, doivent être) menées suivant le modèle de la résolution de problème. L’argumentation qui y a cours relève de la conciliation et les règles de discussion critique peuvent y être appliquées avec intérêt. D’autres sont des débats, notamment des débats politiques. Elles procèdent de différents irréconciliables et donnent lieu à des affrontements dont l’argumentation est non pas coopérative mais conflictuelle. Y faire prévaloir les règles de discussion critique impliquerait sa dévalorisation totale ou plus radicalement encore son déni.

43Puisque la conception normative de l’argumentation se trouve dans l’incapacité de fournir un examen adéquat de tous les contextes argumentatifs, doit lui être substituée une conception plus large, capable de livrer à la fois une analyse de l’argumentation de conciliation et de l’argumentation conflictuelle. Cette conception englobante est axiologiquement neutre. Elle n’appréhende pas d’emblée l’argument sur un plan évaluatif. Contrairement à la conception normative, elle ne considère pas que l’argument doive être défini comme une « bonne raison » en vertu de conditions ou de facteurs spécifiques (les règles de discussion critique dans le cas de la prama-dialectique de Eemeren et Grootendorst). La conception axiologiquement neutre de l’argumentation conçoit plutôt que les « mauvais » arguments n’en sont pas moins des arguments. De son point de vue, la locution « mauvais argument » n’est pas un oxymore comme il en découle de la conception normative de l’argumentation. Autrement dit, suivant la conception axiologiquement neutre de l’argumentation, l’évaluation de l’argument ne participe pas à sa définition  ; il n’y a pas de lien interne entre bonne raison et argument. L’évaluation d’un argument survient a posteriori, au sens où elle porte sur un objet déjà posé, dont elle n’a pas contribué à la constitution. Elle permet, le cas échéant, de discriminer les bonnes et les mauvaises raisons, les bons et les mauvais arguments mais la distinction n’établit pas une ligne de partage entre arguments et non arguments.

  • 9 Comme celle que j’ai proposée dans Gauthier (2002).

44Les avantages d’une conception axiologiquement neutre de l’argumentation sont à la fois conceptuels et méthodologiques. En excluant au point de départ toute considération normative, elle ouvre à une définition purement technique de l’argument9 et, de la sorte, à l’analyse des différentes formes qu’il peut revêtir. Cette approche conduit, par suite, à l’établissement de catégorisations d’arguments. Entre autres intérêts, elle permet de marquer la distinction entre arguments et raisonnements et de discuter du caractère argumentatif de procédés expressifs comme l’analogie et les figures de rhétorique.

45La conception axiologiquement neutre de l’argumentation rend également possible le repérage des arguments : la détermination et la localisation de la part argumentative d’un discours. Sur le plan plus global de l’argumentation, elle permet la mise au jour des structures argumentatives.

46Pour ce qui est plus précisément du débat sur la question nationale qui a fait ici l’objet de notre attention, la conception axiologiquement neutre de l’argumentation est à même, contrairement à sa conception normative, de considérer et de traiter adéquatement comme arguments les triades souverainiste et fédéraliste. Elle est en mesure de faire de même au sujet de l’argumentation de tout débat politique. Ce qui, encore une fois, n’empêche pas que l’argumentation conflictuelle, comme l’argumentation de conciliation, puisse être après coup expertisée sur le plan axiologique.

Conclusion

47En caractérisant de manière essentielle l’argument par son évaluation axiologique, la conception normative établit un lien endogène entre argumentation et éthique. Elle propose de l’argumentation une vue intrinsèquement morale. Cette imprégnation morale comporte deux conséquences indésirables. La première est un effet pervers du moralisme  ; la seconde, un affaiblissement de rationalité.

48En faisant l’impasse sur la dimension conflictuelle de l’argumentation, en restant aveugle à sa nature éristique, en occultant le débat du champ argumentatif, la conception normative conduit à un certain angélisme. En en condamnant les aspects polémologiques, elle force pour ainsi dire à un pacifisme de la discussion et à une pratique édulcorée de l’argumentation. Ce faisant, elle participe à une dérive de l’éthique vers le moralisme. J’ai défini ailleurs (Gauthier, 2010a, 2010b et 2004a) le moralisme comme une corruption de l’éthique marquée essentiellement par une désobjectivation. L’un des principaux traits du moralisme est la moralisation à outrance. Elle consiste le plus souvent à moraliser des questions sans incidence éthique. Elle peut aussi résulter d’une extension indue de l’éthique. C’est le cas pour la conception normative de l’argumentation. En définissant de manière étriquée l’argument, elle en règlemente trop restrictivement l’usage. C’est tout à fait le cas des règles de discussion critique de Eemeren et Grootendorst. À vouloir être trop moral, on finit paradoxalement par l’être moins. De ce point de vue, la conception normative de l’argumentation relève d’un autre trait du moralisme : l’obsession de la perfection morale qui va de pair avec un refus de l’accident et une volonté d’éradiquer toute défense d’intérêt jugée par avance médiocre pour cause d’égoïsme. En récusant la dimension conflictuelle de l’argumentation, la conception normative tombe dans ce perfectionnisme.

  • 10 L’effet pervers du moralisme et l’affaiblissement de rationalité ont d’autres causes que la concept (...)

49Par ailleurs, en centrant exclusivement l’argumentation sur la conciliation, elle détourne aussi l’attention de sa teneur démonstrative. Voir essentiellement l’argument comme une « bonne raison » conduit à marginaliser la nécessité de sa consistance. On peut, par exemple, assez facilement construire un argument qui respecterait les règles de discussion critique de Eeemeren et Grootendorst mais qui serait logiquement invalide. En ravalant au second plan la cohérence argumentative, la conception normative atténue l’exigence de rationalité de l’argumentation.10

Haut de page

Bibliographie

Breton, Philippe (1996) : L’argumentation dans la communication, Paris : La Découverte.

Eemeren, Frans H. van et Rob Grootendorst (2004) : A Systematic Theory of Argumentation, Cambridge : Cambridge University Press.

Gauthier, Gilles (2010a) : « Comment l’extension de la communication bouleverse l’éthique et l’argumentation », à paraître.

Gauthier, Gilles (2010b) : « Le journalisme de communication : expression de conviction et moralisme », Les Cahiers du Journalisme, à paraître.

Gauthier, Gilles (2006) : « L’argumentation sur la question nationale au Québec », Globe, 9(1), 257-274.

Gauthier, Gilles (2005a) : « A Realist Pont of View on News Journalism », Journalism Studies, 6(1), 51-60.

Gauthier, Gilles (2005b) : « La réalité du journalisme », Communication, 23(2), 150-181.

Gauthier, Gilles (2005c) : « Le constructivisme est intenable en journalisme », questions de communication, 7, 121-145.

Gauthier, Gilles (2004a) : « Le constructivisme, source de moralisme en journalisme », Benoit, Denis (sous la direction de) : Éthique et communication, JePublie, 173-183 (http://www.numilog.com).

Gauthier, Gilles (2004b) : « Journalisme et réalité : l’argument constructiviste », Communication et langages, 139, 17-25.

Gauthier, Gilles (2004c) : « La vérité, visée obligée du journalisme. Le réalisme journalistique », Les Cahiers du Journalisme, 13, 164-179.

Gauthier, Gilles (2003) : « Critique du constructivisme en communication », questions de communication, 3, 185-198.

Gauthier, Gilles (2002) : « L’argumentation éditoriale. Le cas des quotidiens québécois », Studies in communication sciences, 2(2), 21-46.

Haut de page

Notes

1 Éloquemment exprimé dans la formule « Le nationalisme, c’est la guerre » de François Mitterrand.

2 La meilleure illustration en est que la reconnaissance du Québec comme nation a pu être faite par le parlement canadien à l’initiative du gouvernement conservateur de Stephen Harper.

3 Certains d’entre eux le reconnaissent explicitement. D’autres se consacrent à dénoncer les méfaits du nationalisme ou (ça peut être les mêmes) à mousser un nationalisme canadien.

4 Du fait qu’il opère dans l’espace jamais pleinement assuré entre la similitude et la dissemblance qui constituent le double lien entre les choses comparées.

5 Cette prétention à l’exclusivisme explique en partie la difficulté à s’imposer de ceux qui, de Claude Ryan à l’ADQ, ont cherché à proposer une « troisième voie ».

6 Même si Eemeren et Groorendorst ne font pas usage du concept de dialogue en tant que tel, on peut tout de même y avoir recours pour caractériser leur approche en le prenant dans son sens le plus général sans autre spécification.

7 On peut même dire que sauf quelques dérapages et accusations de manipulation de part et d’autre le débat sur la question nationale est généralement mené de façon correcte du point de vue de l’argumentation.

8 De ce point de vue, on pourrait considérer que la conception normative de l’argumentation contribue, sans doute malgré elle et malgré ses tenants, à la dépréciation contemporaine du politique. En rejetant, pour une considération axiologique, le débat et la communication politique hors de l’argumentation ou, au mieux, en donnant une évaluation négative de l’argumentation politique, elle la déconsidère forcément.

9 Comme celle que j’ai proposée dans Gauthier (2002).

10 L’effet pervers du moralisme et l’affaiblissement de rationalité ont d’autres causes que la conception normative de l’argumentation. Ce sont des dérives qui pourraient en dernière instance dépendre du rapport vicié à la réalité engendré par l’épistémologie constructiviste aujourd’hui fortement influente dans l’analyse des phénomènes sociaux. Dans une série de travaux antérieurs (Gauthier, 2005a, 2005b, 2005c, 2004b, 2004c et 2003), j’explore l’ensemble des conséquences néfastes du constructivisme, notamment en communication et en journalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Gauthier, « L’argumentation politique conflictuelle : le cas du débat sur la question nationale au Québec », Communiquer, 3-4 | 2010, 53-66.

Référence électronique

Gilles Gauthier, « L’argumentation politique conflictuelle : le cas du débat sur la question nationale au Québec », Communiquer [En ligne], 3-4 | 2010, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communiquer.revues.org/381 ; DOI : 10.4000/communiquer.381

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Professeur, Département d’information et de communication, Université Laval, Canada
gilles.gauthier[@]com.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org