Navigation – Plan du site

Discours journalistiques sur le métissage

Journalistic discourses on ethnic mixes
Fathallah Daghmi
p. 45-54

Résumés

Le métissage est une des thématiques transversales qui caractérisent les médias en Martinique. Il est notamment le résultat de représentations des journalistes. Ces derniers ne sont pas uniquement des acteurs passifs face aux événements qu’ils abordent. Leurs représentations seraient un des facteurs influents sur le traitement de l’actualité et des thématiques qui renvoient au métissage et globalement à l’identité.
Cette étude découle d’une enquête de terrain en Martinique. Il s’agit d’entretiens directifs avec les journalistes de la grande majorité des médias locaux. L’objectif est de mettre en exergue les mécanismes qui se mettent place et qui renvoient à une identité métissée lors du traitement de l’actualité médiatique.

Haut de page

Texte intégral

1Le métissage peut être considéré à travers un point de vue qui retrace une suite d’opérations de créativité et d’invention dans l’espace et dans le temps. Ce processus universel peut être symbolisé par de nouvelles formes d’écriture à l’instar de la littérature antillaise, par l’élaboration d’une langue comme la langue brésilienne, par l’invention de nouvelles formes d’architecture tel que le style mauresque, par des formes d’expression musicale et de danses métissées, etc.

2La culture, la littérature, la danse, l’habitat caribéens et plus particulièrement antillais peuvent correspondre à ce phénomène qui se construit dans l’espace et dans le temps. Les changements sont la conséquence des déplacements et de l’activité humaine mais surtout d’un long processus de transformations provoquées par les nombreuses influences opérant dans un même espace géographique. La rencontre des divers s’opère à travers des interactions aux multiples formes pacifiques et belliqueuses.

De certains échanges culturels asymétriques où se déploie de la violence physique ou symbolique, dans la colonisation ou dans les frottements entre culture orale et culture écrite, entre culture académique et populaire, peuvent naître une créativité, des créations non convenues (de Villanova et Vermès, 2005).

3Le métissage est une notion difficile à cerner tant ses emplois sont multiples. La fascination qu’exerce le métissage trouve source dans l’énergie et la puissance de la fusion des substances ainsi qu’à la dimension sexuelle engendrée. C’est de l’embrassement des corps, des « races » qu’il est question lorsqu’on évoque ce mot. « D’où sa puissance symbolique, et son extension métaphorique considérable, puisque le terme a fini par désigner tous les phénomènes de mélange ou de fusion affectant la réalité sociale, métaphorisés par le métissage d’étage en étage, de l’accouplement des corps au mariage des cultures... (Bonniol, 2001, p. 9) »

  • 1 Il s’agit notamment des événements du début de l’année 2009 en particulier en Guadeloupe avec le mo (...)

4Le métissage est par ailleurs un des thèmes transversaux qui caractérisent les médias en Martinique. Il est présent, au même titre que les autres thématiques qui renvoient à l’identité (Ollivier, 2002) dans le traitement quotidien de l’actualité : préférence « nationale » à l’emploi dans l’éducation nationale, commémoration de faits et dates historiques, conflits socioéconomique, diverses revendications des mouvements syndicaux, politiques ou de la société civile1, faits divers (Daghmi, 2007, 2009  ; Pulvar, 2007). Il est également le résultat de représentations des journalistes dans l’espace privé. Les pratiques de journalistes retracent certes des parcours particuliers, singuliers qui comportent leurs lots de subjectivité et de partialité, mais ils attestent d’un vécu qui dévoile des usages riches d’expérience. Elles racontent un quotidien dans lequel se manifeste une actualité qui renvoie à des problématiques identitaires dont le métissage s’avère être un des aspects majeurs. Ses représentations de l’identité seraient un des facteurs influents sur la vision journalistique de l’actualité et des événements qui renvoient au métissage. Par conséquent, on situe l’influence ou le renforcement des opinions des publics dans ce processus de retransmission de l’information. C’est dans ce sens qu’on évoque le journaliste comme un guide ou un relais d’opinion (Katz et Lazarsfeld, 1955).

5Dès lors, le rapport qu’entretiennent ces acteurs avec cette notion se décline de deux manières. Ils opèrent dans un contexte géographique et socioculturel qui interpelle leurs vécus, leurs opinions et leurs convictions concernant l’identité martiniquaise. Ils font également figure d’un maillon de la chaîne médiatique et par-là même proposent une certaine représentation du métissage qui va, dans certaine mesure, conditionner mais aussi transparaître de leurs traitements de l’information. Les journalistes ne sont pas uniquement des acteurs passifs face aux événements et à l’actualité qu’ils traitent (Mathien, 1995). En dépit du degré de l’influence qu’on leur accrédite, ils participent, à travers leurs traitements de l’information, à la construction d’une certaine vision du monde.

6Il est bon de rappeler dans ce cadre l’importance des rapports entre offres médiatiques, de façon générale, et constructions culturelles ou identitaires. Les Médias permettent en effet aux divers groupes qui se les approprient des possibilités de développement à distance de formes culturelles véhiculées notamment par le son et par l’image. À travers la radio et la télévision, pour ne prendre que cet exemple, émergent et se développent des identités de groupes et des cultures définies à partir d’une histoire commune, d’une musique partagée ou d’images et d’indices visuels : couleur de peau, aspect physique, vêtement, etc. (Ollivier, 2007, p. 191)

7C’est dans ce sens que le métissage dans ses deux dimensions, « biologique » et culturelle, suscite l’intérêt des journalistes martiniquais dans l’exercice de leur métier. Il occasionne en conséquence un discours lié à une dimension psychologique traduisant le vécu de ces acteurs, leurs parcours, leurs représentations. Le métissage est également amarré à une dimension sociale reflétant la nature du métier du journaliste qui, en mettant en forme l’actualité, propose définition et, de surcroît, une lecture particulière de cette thématique.

8Bien évidement, lorsque nous évoquons la question du métissage nous sommes en présence d’un domaine qui relève de l’ordre du discours et de la représentation. En biologie par exemple, nous pouvons évoquer le métissage ou le mélange d’espèces compte tenu de leurs caractères distincts. Il existe en effet des espèces qui possèdent des qualités ou des attributs clairement identifiés différents en tant que tels et qu’on peut croiser comme les arbres ou les fleurs. À contrario, le parallèle n’est certainement pas valable lorsqu’il s’agit du cas de l’espèce humaine puisque la différence notable concerne seulement les groupes sanguins. Le métissage est par conséquent une notion liée à une métaphore qui renvoie à l’illusion de la pureté ou de la différence. Cette métaphore prend forme et empreinte des discours et des représentations qui circulent dans un espace géographique, au sein d’un groupe d’individus ou entre divers groupes à travers les moyens de communication (Ollivier, 2005).

9Il s’agit, par conséquent, pour approcher ce phénomène d’étudier ces formes de discours et de représentations afin de découvrir leur sens profond et leur signification. Les discours et représentations qui nous intéressent ici sont ceux des journalistes et qui renvoient vers le métissage au sens large du terme. Nous pouvons donc les approcher en regardant de près les connaissances, stéréotypes et opinions de ces journalistes sur ce qu’ils définissent comme domaine métissé tels que, par exemple, la culture, la musique, la littérature, les habitudes sociales liées à un groupe ou à un territoire, l’art culinaire, etc. En résumé, toutes les pratiques auxquelles ce groupe professionnel profère un caractère métissé ou de métissage.

10Il est question de ce fait de discours et déclarations recueillis lors d’une enquête de terrain. À travers ces cas concrets nous proposons de procéder à un éclairage global des pratiques d’une profession. L’objectif est d’exposer et d’analyser des perceptions journalistiques sur le métissage. Derrière le discours de ces acteurs sur leurs vécus et leurs pratiques se profilent positions, images, mises en scène et stéréotypages identitaires qui se représentent la Martinique en tant territoire avec une histoire et un vécu propres. Dans cette perspective, quels regards les journalistes portent-ils sur le métissage du peuple martiniquais  ? et de quelle manière ces représentations se manifestent-elles dans les traitements médiatiques  ?

11Cette contribution s’appuie sur les résultats d’une enquête par entretien directif dont l’objectif est de connaître la façon dont une partie des acteurs médiatiques, en l’occurrence les journalistes, participe à la définition et à la construction d’une identité culturelle, politique, anthropologique, etc. de la Martinique et des Martiniquais. Il est question de les interroger sur les représentations qu’ils véhiculent autour des grandes thématiques identitaires à caractère général (langue, culture, religion, etc.) mais aussi spécifique à la Martinique (esclavage, personnages et faits historiques, questions d’actualité, faits divers, etc.). Les résultats présentés ici découlent d’une analyse approfondie de contenu (thématiques et positions) des discours journalistiques.

  • 2 L’enquête concerne les titres de presse suivants : la PQR France-Antilles, les hebdomadaires Antill (...)

12Notre enquête de terrain touche par conséquent les principaux médias martiniquais. Les quinze journalistes interrogés sont responsables de huit titres de presse écrite (rédacteurs en chef), des deux radios généralistes dominantes de l’île (rédacteurs en chef) et des deux télévisions (rédacteur en chef et journalistes)2.

13Cette analyse s’articule autour de trois axes reflétant certains des grands thèmes relatifs au métissage vécu et représenté par les journalistes, au métissage « biologique » et au métissage culturel. Le premier axe éclaire les représentations journalistiques des métissages de manière globale et le type de traitement qu’elles occasionnent. Le second concerne les déclinaisons de la culture martiniquaise (littérature, musique, habitudes culturelles, etc.) dans les discours des journalistes ainsi que dans les médias. Le troisième axe propose la perception journalistique de la diversité ethnique de la population et le message médiatique à travers lequel elle se manifeste. En guise de conclusion nous proposons d’analyser les significations de l’étonnante absence du Béké et de la Caraïbe des représentations journalistiques sur le métissage.

Vécu du métissage : entre mélange et échange ethnicoculturel

14Les affirmations des journalistes martiniquais sont variées et proposent de multiples visages et traitements du métissage. Toutefois, nous pouvons d’ores et déjà dire qu’ils assurent percevoir cette notion de manière très éloignée du multiculturalisme. Globalement, plusieurs tendances révèlent des conceptions diverses du métissage à la Martinique.

  • 3 Le propos d’un journaliste de RFO est assez éclairant : « le métissage de la société martiniquaise (...)
  • 4 Le rédacteur du magazine L’Eglise en Martinique se décrit comme le fuit d’une société dont l’histoi (...)

15Près de la moitié des journalistes s’accorde sur la banalité et sur l’évidence3 du métissage de la société martiniquaise. Cette tendance peint l’image d’une société qui a intégré le métissage dans son vécu collectif. En conséquence, ce thème n’occasionne pas de traitement particulier dans les médias martiniquais. Il n’est pas abordé en permanence mais essentiellement lorsque l’actualité le suggère. La Martinique peut également avoir l’image d’une société métissée, créole, composite, mosaïque où on s’étonne parfois même de faire allusion aux races. Le métissage est une réalité révélatrice d’un grand brassage de diverses composantes de la population martiniquaise4. Cette perception s’accompagne d’un traitement permanent qui s’articule autour des thèmes d’actualité.

  • 5 Ce discours peut être comparable à celui d’Aimé Césaire qui admet, dans la devise de la France libe (...)

16Les discours sur le métissage représentent une société caractérisée non pas par un mélange de cultures mais plutôt par un échange culturel. Les interactions entre les différentes composantes du peuple martiniquais sont un facteur qui favorise la compréhension. L’échange, le pluralisme ethnique et culturel ainsi que le rassemblement constituent de fait le socle de la culture martiniquaise. Le métissage est admis dans le sens d’une cohabitation pacifique organisée par le respect de toutes les origines et cultures5.

  • 6 Les propos d’un journaliste de la presse d’opinion sont éclairants : « Les valeurs universelles, la (...)

17Diverses représentations du métissage se manifestent néanmoins à travers des traitements journalistiques particuliers. Ainsi, dans un contexte antillais, cette notion peut parfois évoquer la rivalité entre Martiniquais et Guadeloupéens. Dans un contexte local, elle révèle une société où les préjugés de couleur dominent tous les rapports sociaux. Toutes les problématiques sociales sont traversées par les questions de races et de couleurs (Daghmi, 2006). Dès lors, le discours sur le métissage énonce des situations conflictuelles. Il peut dévoiler un racisme intra-martiniquais qui traverse les couches sociales et les générations. La perception du métissage révèle également, d’une part, un rejet de la forte visibilité des Métropolitains (« Blancs ») dans l’espace public martiniquais. Et de l’autre, un refus des thèses du métissage international et de la domination de la culture ou du communautarisme occidental dans ses rapports avec les autres cultures6. Par ailleurs le traitement de la thématique du métissage peut aussi être animé par une couverture médiatique de la diaspora martiniquaise à l’étranger (Métropole, Europe, Amérique du Nord).

18La majorité des journalistes rejettent la notion de multiculturalisme de la société martiniquaise au profit du métissage. Mais paradoxalement, la conception que certains se font de la deuxième notion s’apparente davantage à la première. Ainsi, le respect des différentes cultures, la persistance de manière aussi forte des problématiques de races et de couleurs, la question des Békés, la résistance à la domination occidentale, etc., sont les signes d’une société, non pas métissée, du moins pas totalement, mais à caractère multiculturel. Nous pouvons, en définitive, nous interroger sur la réelle intégration de la question du métissage de la société martiniquaise par les journalistes si bien que pour une grande partie d’entre eux cette thématique ne donnerait lieu à aucun traitement particulier. L’attribut d’évidence révélerait-il de profonds malaises liés à la définition de l’identité martiniquaise  ?

  • 7   Les Békés sont une « minorité » composée de descendants blancs des colons qui ont pratiqué l’escl (...)

19Le métissage se vit également à travers une perception conflictuelle de la société. On oppose généralement le Martiniquais au Français dans un rapport où le second tend par nature à dominer le premier, où le premier, pour des raisons historiques, se sent menacé par la présence du second. Il est intéressant également de remarquer l’absence de la composante béké7 de la société martiniquaise. Dans ses représentations du métissage aucun des journalistes ne fait allusion à une quelconque interaction ou échange avec cette partie de la population. Est-ce la conséquence du repli communautaire des Békés ou s’agit-il d’un rejet de la part des journalistes martiniquais  ? Certes le métissage est compris dans le sens d’un mélange, échange, interaction entre les différentes composantes de la société martiniquaise. Mais un seul témoignage fait allusion au rôle de la France dans le processus du métissage de la Martinique. Cette situation en est un révélateur de la complexité et de la difficulté des rapports avec le « Blanc ».

Culture propre, références multiples

20« La mise en contact brutale, sur des territoires soit insulaires, soit enclavés [...] de populations culturellement différentes » provoque la naissance de « nouveaux schèmes culturels permettant d’établir une relative cohabitation entre elles ». La confrontation entre ces différentes composantes aboutit « à la création d’une culture syncrétique dite créole (Bernabé, Chamoiseau et Confiant, 1989, p. 30-31) ». Les représentations de la culture telles qu’elles apparaissent à la lumière de notre enquête révèlent deux caractéristiques. Primo, c’est une culture martiniquaise multiple et multiforme. Secondo, elle a une existence bel et bien propre, distincte des autres cultures caribéennes et européennes.

  • 8 Principalement ceux du Groupe d’étude et de recherche en espace créolophone et francophone (GEREC-F (...)

21Pour une majorité de journalistes le regard sur la culture martiniquaise se fait à travers l’optique du spécifique, du typique, du local mais aussi dans l’ouverture sur l’autre. En effet, la littérature martiniquaise est foisonnante. Elle a une existence propre certes, mais elle se construit et s’appuie sur des références multiples. Des écrivains comme Césaire, Glissant, Chamoiseau, etc., ont une écriture singulière marquée par les contextes historique et géographique mais aussi par des influences françaises et occidentales. La musique apparaît également comme une des composantes métissées de la société martiniquaise. Elle a parfaitement intégré et transformé des tendances d’origine européennes et africaines. Le carnaval constitue à cet égard une parfaite démonstration de ce métissage musical. Le rapport des médias martiniquais à la culture est visible à travers un traitement quasi-permanent notamment dans les journaux d’opinion. A cet égard, Justice se positionne dans une perspective de défense de la culture martiniquaise et propose des textes littéraires, des comptes rendu de publications d’écrivains martiniquais8, etc. Antilla et Le Naïf tentent d’être plus complets et évoquent toutes les manifestations qui touchent l’Afrique, l’Europe et surtout la Martinique.

22La culture martiniquaise métissée est visible également à travers la langue. Elle montre l’appartenance identitaire et l’identification à un peuple. La Martinique a son créole propre résultat de sa trajectoire historique. Le créole se distingue par la manière de parler, par le vocabulaire, par les intonations, etc.

  • 9 Il s’agit d’une course traditionnelle des Yoles (embarcation à voile). Elle opposait les différente (...)

23Du brassage des peuples venus d’Europe, d’Afrique, de la Caraïbe, d’Asie, résulte une culture métissée. Ces références culturelles propres sont circonscrites au territoire martiniquais. Elles symbolisent un facteur enrichissant de la culture française au même titre que la culture bretonne ou corse. Il s’agit également des habitudes propres telles que les manifestations sportives exclusives incarnées par le Tour des Yoles9.

24Cependant, le métissage culturel peut prendre le visage de la revendication. Il remémore pour certains le déséquilibre historique entre la culture martiniquaise et la culture française. Pendant longtemps, et pour de multiples raisons, la culture martiniquaise n’a pas eu toute la place et la visibilité qui lui revenait dans les grands médias de l’île. Aussi, on parle d’un phénomène de dilution dans la culture française et occidentale. Le sentiment de ce déséquilibre se transforme parfois en rejet de toutes les formes de hiérarchisation des cultures susceptibles d’omettre ou de reléguer au second plan la culture locale.

25Tous les témoignages sont profondément conscients de l’existence d’une culture martiniquaise propre qui se manifeste par des mécanismes particuliers. Si certains privilégient une conception du métissage comme référence à des cultures multiples (médias généralistes). D’autres sont plus réservés et davantage revendicateurs d’une culture martiniquaise distincte et caractérielle du peuple martiniquais (presse indépendantiste). La culture martiniquaise se définit dès lors par rapport, et parfois par opposition, à la culture française. En conséquence, nous affirmons l’existence de deux visions de la culture martiniquaise. Une première ouverte, admet la construction d’une culture particulière à partir d’un mélange, d’une interaction ou d’une ouverture à des cultures multiples contraintes de coexister sur un territoire. La seconde est plus attentive et plus protectrice de cette même culture qu’elle pense être menacée. Elle est davantage préoccupée par la reconnaissance de l’héritage martiniquais que de son ouverture sur les autres.

Peuple hétérogène, message unique

Les éléments culturels les plus éloignés et les plus hétérogènes s’il se trouve puissent être mis en relation [...] cela produit des résultantes imprévisibles (Glissant, 1996, p. 22).

  • 10 Les journaux d’opinion, qui affichent clairement leurs couleurs politiques, ciblent en priorité leu (...)

26Tous les journalistes évoquent une population martiniquaise à part entière. Cette dernière a une existence propre, distincte de celle des Français. Les différentes expériences journalistiques convergent vers une perception majoritaire qui a conscience de la spécificité de la société martiniquaise comme étant une société aux composantes ethniques multiples. Néanmoins, quelques expériences singulières de journalistes d’opinion, donnent naissance à des visions particulières du peuple martiniquais. Révolution socialiste et Le Naïf désignent comme spécifique la composante béké aussi bien par son statut que par le traitement dont elle fait l’objet. Le Progressiste, Justice et Asé Pléré annou lité s’attardent principalement sur la représentation de l’homogénéité de la population martiniquaise. Ces journaux sont marqués davantage par un rapport de classes que par un rapport de « races » ou d’ethnies10.

27Paradoxalement, cette conscience de la diversité ethnique des composantes du peuple martiniquais (nègre, coolies, béké, etc.) n’occasionne aucun traitement particulier. Le message des productions médiatiques se veut unique et rassembleur. Les journalistes se disent convaincus de la diversité de la population mais tentent de transgresser tous les clivages ethniques. Ils inscrivent leur fonction dans une démarche opposée à toutes les formes de communautarisme. Rare est l’actualité qui donne lieu à des couvertures médiatiques qui dérogent à cette règle. Cette remarque vaut pour la moitié des journalistes qui admettent rendre compte, à travers des événements ponctuels ou « folkloriques », de la diversité ethnique de la population. Dès lors, le message médiatique relèverait davantage d’une couverture d’événements d’actualité que d’un quelconque message à l’égard d’une composante particulière du peuple martiniquais. Trois événements illustrent ces propos : la commémoration du 150ième anniversaire de l’arrivée des Indiens sur l’île, le Nouvel an chinois, les débuts et fins du mois musulman de Ramadan qui connaissent une certaine visibilité ces dernières années. Cependant, ce phénomène concerne principalement des expériences journalistiques dans les deux grandes télévision de l’île (RFO et ATV).

  • 11 Le rédacteur en chef d’un journal d’opinion confiait : « Il y a une composante qui a un statut part (...)

28Les journaux d’opinion se démarquent des médias généralistes dans leurs représentations du peuple martiniquais. Ils ont la singularité de proposer un message où se confond parfois la couleur/race avec les rapports de luttes entre classes sociales. Cette particularité s’explique d’une part par la position socioéconomique de la composante béké qui est à la fois un groupe différent par sa « couleur » mais qui monopoliserait aussi l’essentiel des clés de l’économie martiniquaise11. D’autre part, ces journaux, de par leurs orientations éditoriales et idéologiques, marquées à gauche ou à l’extrême gauche et influencées par les pensées marxistes, inscrivent dans des grilles de lecture où les rapports sociaux trouvent largement explication dans l’économie et le capital.

29Les représentations journalistiques révèlent une grande confusion quant au rapport au métissage. On montre un total rejet du multiculturalisme que les journalistes considèrent comme une problématique propre à la France. Néanmoins, dans leurs perceptions et traitement du métissage, nous nous rendons compte que dans bien des cas, nous sommes là encore plus proche de la notion du multiculturel que de celle du métissage. Cette confusion est révélatrice d’une position qui correspond à une représentation sociale qui positionnerait le métissage comme une forme beaucoup plus réussie du vivre ensemble. Le multiculturalisme serait alors le signe d’échec d’interaction et de mélange massif entre des ethnies et des races vivant sur un même territoire. En conséquence, ne sommes-nous pas devant un désir identitaire qui obéit davantage à une forme du politiquement correct qu’à une réalité sociale  ?

30En réalité, ce refoulement médiatique peut être légitimé par le contexte historique et social dans lequel se trouve la Martinique. L’île a effectivement connu au cours de son histoire un grand métissage entre les diverses composantes de son peuple. Cependant, ces mélanges n’ont pas abouti à un métissage complet où les ethnies ou races ne se définiraient plus en tant que telle (Békés, Syro-libanais, Chinois, etc.). La trajectoire historique de la Martinique montre une identité propre et offre une configuration où coexistent les deux systèmes d’interactions entre les peuples : métissage et multiculturalisme.

Absence du Béké et de la Caraïbe

31De manière globale, cette analyse révèle d’abord la complexité des représentations autour de la composante béké. Ainsi, l’absence de ce groupe est remarquable lorsque nous abordons la question du métissage à proprement parler. Ce même Béké réapparaît clairement au moment d’évoquer l’homogénéité ou la diversité de la population martiniquaise. Cette absence/présence est révélatrice d’un profond malaise et de la difficulté du traitement médiatique de cette composante. Compte tenu de l’histoire de sa présence sur l’île et du rôle qu’elle a pu jouer dans l’esclavage, on lui reconnaît sa place dans le cercle des « races » qui composent le peuple martiniquais. En revanche, son rôle dans le métissage est occulté, ou du moins refoulé, probablement pour une multitude de raisons historique, socioéconomique, politique, etc. Le journaliste martiniquais n’a, semble-t-il, pas encore réussi à reconnaître et à concilier toutes les composantes de son histoire. Nous pouvons en définitive formuler l’hypothèse suivante : lorsqu’on aborde la question des Békés, il s’agit moins d’un refoulement d’une partie de l’identité martiniquaise que simplement de non-dits caractéristiques de cette même identité.

32Sur un autre plan, les journalistes martiniquais n’identifient pas clairement leurs vécus ni leurs traitements du métissage comme faisant partie d’un contexte géographique plus large. La Caraïbe est en effet quasi-absente des représentations journalistiques sur le métissage. L’extermination des peuples caraïbes - qui a exclu un réel contact avec les cultures européennes et africaines comme c’est le cas dans d’autres régions des Amériques - est susceptible de fournir une explication à une telle absence quant au métissage « biologique ». Cependant, au niveau culturel, nous pouvons nous demander si les journalistes minimisent l’influence de la Caraïbe sur la Martinique au profit de l’Europe et de l’Afrique. Des raisons historiques expliquent sans doute cet aspect relatif à la Caraïbe où les peuples ont existé le « dos tourné les uns aux autres (Mansoor, 2005, p. 167-180) ». La méconnaissance réciproque entre ces peuples de la région résulte, entre autres, « des systèmes de stratification sociale et raciale, et des identités ethniques et raciales qui ont émergé comme des phénomènes distincts à partir de matrices coloniales différentes (Mansoor, 2005, p. 168) ». Dès lors, la position de Bernabé, Confiant et Chamoiseau (1989, 32-33) trouve tout son intérêt et peut fournir un début de réponse. « Les Créoles que nous sommes sont aussi proches, sinon plus proches, anthropologiquement parlant, des Seychellois, des Mauriciens ou des Réunionnais que des Portoricains ou des Cubains ».

  • 12 Un rédacteur en chef d’une télévision martiniquaise confie : « On peut traiter de tout. Mais il y a (...)
  • 13 Deux grands événements médiatiques illustrent ce rapport complexe au Métropolitain/Français. Le pre (...)

33En somme, rares sont les domaines où nous avons relevé des différences significatives entre les représentations des journalistes des médias généralistes et ceux des journaux d’opinion ou de partis politiques. C’est le cas de la question des Békés et, dans une moindre mesure, celle de la conception d’une culture martiniquaise. Le vécu du métissage et l’expérience humaine dépassent visiblement les clivages et positions politiques. Certaines thématiques liées aux représentations identitaires en général et au métissage en particulier sont difficiles à couvrir (Daghmi, 2006). Les journalistes reconnaissent la complexité des sujets d’actualité, des faits divers qui mettent en scène des Békés ou des problématiques de couleur et des rapports ethniques/raciaux12. Ils affirment également ressentir des difficultés pour aborder les événements qui tournent autour de l’autre, notamment le Métropolitain13.

34Conscients de la complexité de l’exercice de leur métier, les journalistes affirment mettre en place des pratiques afin de minimiser le caractère délicat de ces thèmes. Il est globalement question de faire preuve de professionnalisme, de respect de l’éthique journalistique, du recours aux experts et de prudence dans les choix des termes qui s’apparentent à la couleur de la peau ou à l’origine ethnique. Là encore, le journaliste reste un élément important dans la construction de l’actualité médiatique. Il est évident que pour s’en rendre compte concrètement, il est envisageable d’analyser les expériences professionnelles et les pratiques informationnelles à travers des productions médiatiques martiniquaises. Une telle recherche est susceptible de fournir un point de comparaison et de découvrir ainsi le lien entre le vécu individuel et les pratiques collectives.

Haut de page

Bibliographie

Bernabé, J., Chamoiseau, P. et Confiant R. (1989). Éloge de la créolité. Paris, France : Gallimard.

Bonniol, J-L. (dir.), (2001). Paradoxes du métissage, . Paris, France : CTHS.

Daghmi, F. (2006, juin). Journalistes et identité en Martinique. Communication et langages, 148, p. 103-116

Daghmi, F. (2009). Constructions identitaires. Journalistes et changement social. Dans C. Agbobli (dir.), Quelle communication pour quel changement  ? Les dessous du changement social (p. 193-204). Montréal, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Daghmi, F. et Pulvar, O. (2006). Médias et identités collectives : quand les journalistes disent le « nous ». Dans P. Donatien-Yssa (dir.), Images de soi dans les sociétés postcoloniales (p. 293-313). Paris, France : Manuscrit.

De Villanova, R. et Vermes, G (dir.). (2005). Le métissage interculturel. Créativité dans les relations inégalitaires. Paris, France : L’Harmattan.

Feldman, J. et Canter Kohn, R. (dir.). (2000). L’éthique dans la pratique des sciences humaines. Paris, France : L’Harmattan.

Glissant, E. (1996). Introduction à une poétique du divers. Paris, France : Gallimard.

Lerat, C. (dir.). (2005). Le monde caraïbe : défis et dynamiques. Tome 2, Géopolitique, intégration régionale, enjeux économiques. Pessac, France : MSHA.

Maigret, E. (2003). Sociologie de la communication et des médias. Paris, France : Armand Colin.

Mathien, M. (1995). Les journalistes. Paris, France : PUF.

Ollivier, B. (2002). Figure de l’identité dans l’espace public martiniquais. Hermès, 32/33, p. 57-67

Ollivier, B. (2005). Représentations du métissage et mondialisation : visible et invisible, matériel et immatériel. Communication présentée au colloque de l’IRD, Fort de France, Martinique. Récupéré le 31 octobre 2009 de la page personnelle de B. Ollivier sur le site du Laboratoire Communication et politique : http://www.lcp.cnrs.fr/IMG/pdf/olliv-05a.pdf

Ollivier, B. (2007). Les sciences de l’information et de la communication : Théories et acquis. Paris : France, Armand Colin.

Simonin, J. (dir.). (2002). Communautés périphériques et espaces publics émergents. Les médias dans les îles de l’océan Indien. Paris, France : L’Harmattan.

Watin M. (dir.). (2001). Communication et espace public. Univers créoles 1. Paris, France : Economica.

Wolton D. (dir.). (2002). La France et ses Outre-mers. L’enjeu du multiculturel. Hermès, 32-33. Paris, France : CNRS.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit notamment des événements du début de l’année 2009 en particulier en Guadeloupe avec le mouvement LKP (Liyannaj kont pwofitasyon : Union contre l’exploitation outrancière) qui est un collectif de 49 partis, syndicats, associations, etc., mais aussi en Martinique et à moindre mesure à l’île de la Réunion. Cet épisode a été très largement médiatisé en France mobilisant ainsi débats, polémiques et prises de positions au sein de la classe politique française mais également de la part des scientifiques, intellectuels, représentants associatifs, etc. Le débat a tourné, entre autres, autour de diverses questions identitaires : la place des Antillais en France, l’égalité des droits entre Français de la Métropole et Français de l’Outre-mers, l’héritage historique de l’esclavage, la « concentration » des richesses aux mains des Békés, l’absence de « Noirs » des hautes sphères de l’Etat, des partis politiques, de l’économie, etc.

2 L’enquête concerne les titres de presse suivants : la PQR France-Antilles, les hebdomadaires Antilla (magazine) et Le Naïf, les mensuels Justice (Parti Communiste), Le Progressiste (Parti Progressiste Martiniquais), Révolution socialiste (Groupe Révolutionnaire Socialiste), Asé pléré annou lité (indépendantiste) et le magazine semi-mensuel L’Église en Martinique (Eglise catholique) ; les radios RCI (Radio Caraïbe International) et RFO (Réseau France Outre-mer) et les télévisions RFO télé Martinique et ATV (Antilles Télévision-privée).

3 Le propos d’un journaliste de RFO est assez éclairant : « le métissage de la société martiniquaise est une question qui ne se pose pas ».

4 Le rédacteur du magazine L’Eglise en Martinique se décrit comme le fuit d’une société dont l’histoire est marquée par le métissage et qui tente « de réconcilier en nous toutes nos origines parce qu’elles ont toutes apporté quelque chose ».

5 Ce discours peut être comparable à celui d’Aimé Césaire qui admet, dans la devise de la France liberté, égalité mais qui « ne crois pas à la fraternité. Je crois que c’est l’identité qui amène la fraternité. L’identité c’est la reconnaissance mutuelle : tu me reconnais comme je suis, tu me respectes comme un homme donc nous sommes frères » Propos tenus par Camille Darsières rédacteur du Progressiste pour résumer la pensée d’Aimé Césaire.

6 Les propos d’un journaliste de la presse d’opinion sont éclairants : « Les valeurs universelles, la République, etc., représentent le communautarisme occidental. C’est leur façon de voir les choses qui s’est imposée sur les autres communautés […] oui tant qu’il n’y a pas de hiérarchisation de cultures, de discours qui supporte que telle ou telle communauté soit propice à tel ou tel défaut ».

7   Les Békés sont une « minorité » composée de descendants blancs des colons qui ont pratiqué l’esclavage. Ils sont souvent critiqués pour être une composante « à part », un groupe « influent » sur l’économie antillaise notamment au niveau foncier, etc.

8 Principalement ceux du Groupe d’étude et de recherche en espace créolophone et francophone (GEREC-F) de l’université des Antilles et de la Guyane.

9 Il s’agit d’une course traditionnelle des Yoles (embarcation à voile). Elle opposait les différentes communes de l’île et a donné naissance dans les années 1970 au Tour qui a lieu en août. Le Tour des Yoles est le grand événement médiatique de la Martinique. Il représente la grande manifestation économique, touristique, sportive et culturelle de l’année.

10 Les journaux d’opinion, qui affichent clairement leurs couleurs politiques, ciblent en priorité leurs militants. Ils sont fidèles à une ligne éditoriale qui propose une lecture du monde où les rapports économiques et de classes sont au cœur de toute explication historique, sociale et culturelle.

11 Le rédacteur en chef d’un journal d’opinion confiait : « Il y a une composante qui a un statut particulier qui est la composante béké. Son traitement est particulier. Lorsqu’on aborde cette question, c’est sous l’angle des rapports d’opposition de classes, économiques. Les Békés disposent pour l’essentiel de la puissance et de la richesse en Martinique. Tout ce qui se fait l’est à partir de leur volonté ».

12 Un rédacteur en chef d’une télévision martiniquaise confie : « On peut traiter de tout. Mais il y a des sujets qui sont tabous (…) il y a aussi les questions qui concernent les rapports entre les races : les Békés par rapport au Noirs, les métisses par rapport aux autres, les Chabins… les Indiens… les Noirs… les Chinois. Tout ce qui est lié à la couleur de notre peau est un thème sensible que nous n’abordons pas suffisamment ».

13 Deux grands événements médiatiques illustrent ce rapport complexe au Métropolitain/Français. Le premier concerne le débat autour de la préférence martiniquaise à l’emploi dans les établissements scolaires, un thème récurrent en Martinique. Le second rappelle les rapports conflictuels avec certains « étrangers » (Juifs dans le cas de « l’affaire Dieudonné » en Martinique au printemps 2005) Voir F. Daghmi et O. Pulvar « Médias et identités collectives : quand les journalistes disent le ‘nous’« in Images de soi dans les sociétés postcoloniales, Patricia Donatien-Yssa (dir.), Paris : Manuscrit, 2006, p. 293-313.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fathallah Daghmi, « Discours journalistiques sur le métissage », Communiquer, 2 | 2009, 45-54.

Référence électronique

Fathallah Daghmi, « Discours journalistiques sur le métissage », Communiquer [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communiquer.revues.org/357 ; DOI : 10.4000/communiquer.357

Haut de page

Auteur

Fathallah Daghmi

Maître de conférences, Laboratoire Migrinter (UMR 6588), Université de Poitiers, France
fdaghmi[@]univ-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org