Navigation – Plan du site

Réflexions sur « la communication en tant que champ d’études »

Robert T. Craig
Traduction de Johanne Saint-Charles
p. 1-6
Cet article est une traduction de :
Reflection on “Communication Theory as a Field”

Texte intégral

La parution d’une traduction française du texte Communication Theory as a Field (CTF) dans le premier numéro de la Revue internationale de communication sociale et publique est un honneur pour lequel je remercie les traducteurs et les éditeurs. Leur invitation à écrire cette brève introduction est aussi une heureuse occasion pour réfléchir sur le sens actuel de cet article près de 10 ans après sa première parution en anglais (Craig, 1999).

1CTF a été largement cité dans la documentation scientifique et a contribué à l’enseignement de la théorie de la communication par le biais de son utilisation dans des recueils de textes afin d’offrir une vue d’ensemble du champ. Cependant, à ce jour, son influence sur la théorie de la communication a été plutôt diffuse. L’article est le plus souvent cité comme un geste à l’égard du champ dans sa totalité ou à l’égard de l’une ou l’autre des fameuses « sept traditions ». De manière encore plus diffuse, le vocabulaire des traditions théoriques semble s’être un peu infiltré dans le langage de la théorie de la communication de sorte que les auteures et auteurs sont désormais plus susceptibles de mentionner une « tradition phénoménologique » dans des contextes où autrement ils auraient parlé de « phénoménologie ». Ainsi, CTF a pu contribuer à la formation graduelle d’une certaine conscience large de la théorie de la communication en tant que champ d’étude. Toutefois, le point de vue métathéorique défendu dans l’article, son interprétation des traditions théoriques principales et sa proposition de programme pour la recherche et le débat en théorie de la communication ont été peu repris et ont reçu peu de réponses critiques (voyez Martinez, 2008  ; Myers, 2001  ; Russill, 2005). L’effort pour amorcer une conversation portant sur le champ semble n’avoir provoqué que quelques toussotements. La théorie de la communication demeure en un état de « fragmentation productive » sans beaucoup de mouvement apparent vers la vision idéaliste portée par CTF d’une « cohérence dialogique-dialectique » soutenue par une approche par problèmes.

2Il s’agit sans nul doute d’une vision idéaliste et l’on peut trouver aisément des raisons philosophiques ou pratiques de l’ignorer. Le « métamodèle constitutif » réduit des traditions de pensées incompatibles à une série de perspectives relativisées qui sont toutes vues comme des manières utiles de cadrer les problèmes pratiques de communication - un relativisme qui peut être inacceptable pour des théoriciens ou théoriciennes formés à une approche particulière et qui y sont profondément engagés. Le métamodèle, avec son invitation à dialoguer et à débattre entre les traditions théoriques, peut être rejeté comme une platitude superficielle ou condamné comme une banalisation de différences philosophiques importantes (Martinez, 2008). De surcroit, le principe métathéorique qui construit la théorie de la communication en tant que champ de pratiques métadiscursives ne s’accorde pas avec les présupposés épistémologiques largement acceptés à propos de la recherche et de la théorie scientifique et peut sembler ainsi réduire la théorie à un simple statut de papotage rhétorique improductif sans valeur de vérité scientifique (Myers, 2001).

3Et puis, il y a les sept traditions — une belle façon de présenter le champ pour les étudiantes et étudiants débutants sans doute, mais au-delà de ceci, qu’il y a-t-il à en faire  ? Elles ne peuvent être testées par la recherche empirique. Les définitions des traditions que le lecteur ou la lectrice connait bien peuvent être vues comme dépassées (tellement traditionnelles) ou tout simplement erronées  ; on peut considérer leur présentation comme étant naïve et simplifiée à outrance, sans intérêt pour les spécialistes qui s’intéressent à des questions à la fine pointe de la recherche. On peut penser aussi qu’il y a peu à dire à leur propos  ; que la recherche actuelle est peu concernée par des traditions intellectuelles présentées en des termes aussi larges. Si cela s’avère pour les traditions avec lesquelles le lecteur ou la lectrice est familier, que peut-on dire alors de celles qu’on ne connaît pas bien  ? Peut-on faire confiance aux esquisses sommaires présentées dans CTF  ? Sans doute pas, pourrait-on penser, ou — tout au moins — ces esquisses ne peuvent se substituer à une lecture approfondie de l’ensemble des traditions que, malheureusement, aucun universitaire n’a le temps de faire, sinon de manière très sélective.

4On peut aussi remettre en question l’utilité des traditions pour cartographier le champ. Certains théoriciens ou certaines approches – en particulier les nôtres  ! – peuvent être difficiles à « placer » dans quelque tradition que ce soit. Cette réaction très commune des lectrices et lecteurs de CTF peut s’expliquer de plusieurs façons. Premièrement, CTF définit les traditions avec l’objectif spécifique de construire un métamodèle de la théorie de la communication, centrant chacune des traditions sur un concept de communication qui est à la fois hautement traditionnel et clairement différent de celui de toutes les autres traditions présentées dans le modèle. Bien que cette manière de faire nous ait donné un modèle bien organisé, elle nous donne aussi un ensemble de catégories qui ne reflètent pas la compréhension actuelle de plusieurs intellectuels. Deuxièmement, malgré l’effort d’exhaustivité, des lacunes demeurent. Plusieurs des théories importantes actuellement semblent chevaucher des traditions, tomber dans les interstices qui les séparent ou tout simplement ne pas se retrouver dans le modèle. Où, par exemple, peut-on classer la théorie poststructuraliste  ? Nous pouvons dire qu’elle est avant tout sémiotique (préoccupée par les signes), mais elle est aussi rhétorique, phénoménologique, socioculturelle et critique. Ce genre de recettes (un soupçon de ceci, une pincée de cela) nous dit-il quelque chose d’intéressant à propos des contributions spécifiques du poststructuralisme à la théorie de la communication  ? Troisièmement, les universitaires ne travaillent généralement pas « dans » l’une ou l’autre tradition peu importe comment on les définit. Les traditions sont des constructions rétrospectives alors que le travail théorique actuel est orienté vers l’avant et parcourt des chemins imprévisibles dans le paysage intellectuel. Cela peut constituer une raison pour ne pas tenir compte de quelque schème de traditions que ce soit.

5Un dernier ensemble de raisons justifiant d’ignorer la vision idéaliste de CTF est que l’article est biaisé. Non seulement est-il biaisé en faveur du constructionnisme social et contre les conceptions traditionnelles de la théorie en sciences sociales, ainsi que nous l’avons déjà mentionné, il est aussi biaisé par une approche pragmatique de la théorie de la communication qui sous-tend le métamodèle, mais qui n’a pas été reconnu explicitement en tant que tradition distincte (voyez Craig, 2007 à propos de la tradition pragmatique et du « paradoxe du pluralisme » qui émerge de cette critique). La vision de CTF est aussi biaisée culturellement. Elle est évidemment eurocentrique, ce qui a été reconnu (Craig et Muller, 2007), mais elle reflète aussi le bagage spécifiquement états-uniens de l’auteur en des manières qui ne sont pas évidentes – à tout le moins pour l’auteur lui-même. En 2008, lors d’un séminaire à l’Université du Québec à Montréal où j’avais présenté une communication sur CTF, un collègue a malicieusement lancé que le métamodèle n’était pas « seulement Occidental, mais du Midwest », impliquant non seulement un biais eurocentré, mais un biais que l’on peut localiser précisément dans la région du Midwest états-uniens. Cela est sans doute vrai à quelques égards (Martinez, 2008). La critique est justifiée et mérite d’être rigoureusement prise en compte.

6Tout point de vue est biaisé – comme nous aimons à le dire au Midwest – et le seul remède efficace contre le biais est d’accroître la communication, de multiplier les points de vue. Chaque argument justifiant d’ignorer CTF constitue aussi une raison pour discuter des problèmes qu’il soulève. Si le métamodèle constitutif est trop relativiste, comment pouvons-nous mieux représenter la diversité de la théorie de la communication et à quelle fin  ? Si les traditions sont mal définies ou pauvrement décrites, s’il y a des lacunes ou des omissions ou si le point de vue est biaisé, offrons-nous alors de meilleures définitions et descriptions, des traditions nouvellement théorisées et de nouvelles représentations du champ à partir de différents points de vue. Ayant déjà mentionné quelques-unes des barrières qui empêchent d’engager la discussion sur le champ de cette manière, je conclurai ce court essai en offrant quatre suggestions pratiques pouvant être considérées par quiconque souhaiterait contribuer à un champ de la théorie de la communication.

7Première suggestion : Cultivez le cosmopolitisme théorique. Étant donné la diversité de la théorie de la communication et ses racines multidisciplinaires, il est important que les théoriciens et théoriciennes de la communication soient familiers avec un ensemble d’approches sans nécessairement qu’ils soient en accord avec toutes, ni qu’ils en aient une connaissance approfondie. Le cosmopolitisme a été défini comme étant « le désir et l’habileté de participer dans plus d’une conversation théorique » (Craig, 2001, p. 236). Une personne cosmopolite est généralement une personne qui a beaucoup voyagé, qui est à l’aise dans plusieurs pays, qui est généralement apte à parler plusieurs langues (ce que l’auteur de ces lignes, à sa grande honte, ne fait pas), mais c’est une personne qui n’est évidemment pas totalement familière avec toutes les cultures et ne parlent pas toutes les langues (ce qui est impossible)  ; elle n’est pas non plus sans une certaine loyauté à l’égard de son propre pays et de son propre héritage. La personne cosmopolite type approche la théorie avec une curiosité et une aisance égales pour débattre différents points de vue  ; elle voyage.

8Deuxième suggestion : Écrivez une application comparative. Le cosmopolitisme théorique est particulièrement utile pour penser à des problèmes pratiques. La théorie du cadrage nous dit que le langage que nous utilisons pour décrire une situation peut biaiser notre interprétation des problèmes en forçant l’attention sur des causes spécifiques, sur des évaluations morales ou sur certaines pistes d’action (Entman, 1993). En situation de conflits, nommer le problème est souvent une manière de jeter le blâme (Tracy et Muller, 2001). Il est donc souhaitable de pouvoir réfléchir à la situation à partir de plusieurs points de vue et en considérant les implications de différentes descriptions du problème. Tracy et Muller (2001) ont fait cet exercice avec plusieurs descriptions d’un « problème de communication » au sein d’un conseil d’administration d’une commission scolaire. En utilisant trois théories comme autant de « lentilles » contrastantes à travers lesquelles la situation pouvait être examinée, elles ont constaté que chaque théorie mettait en lumière certains problèmes tout en éloignant l’attention d’autres problèmes  ; ce qui les a conduites à une série de recommandations pratiques pour la formulation des problèmes. Nous devrions développer un nouveau genre d’écrits théoriques appliqués dans lesquels les problèmes seraient analysés comparativement à partir de plusieurs approches théoriques.

9Troisième suggestion : Écrivez à propos d’une tradition de théorie de la communication et écrivez pour le champ. Clarifiez ou réinterprétez une tradition ou proposez-en une nouvelle. Les théoriciens et théoriciennes profondément engagés dans des approches spécifiques peuvent prendre CTF comme une invitation à articuler ces approches et à corriger les compréhensions erronées des autres ainsi que l’a fait Martinez (2008) pour la phénoménologie sémiotique. Proposez une nouvelle tradition, ainsi que l’a fait Russill (2005) lorsqu’il a avancé que nous devrions reconnaître une tradition pragmatique distincte en communication, basée sur l’empirisme radical de William James. La suggestion de Russill m’a incité à tenter d’incorporer le pragmatisme dans le métamodèle constitutif comme huitième tradition (Craig, 2007). La discussion d’une tradition pragmatique a été menée plus loin par Russill (2008) en ce qui concerne le débat Dewey-Lippmann et par Bergmann (2008) en ce qui a trait à la place de Peirce dans la tradition. Lorsque vous écrivez sur n’importe quel sujet en théorie de la communication, gardez toujours le champ plus large à l’esprit. « Dialogisez » votre discours. Envisagez sérieusement les différents cadres possibles dans les multiples traditions et anticipez la critique susceptible de venir d’ailleurs dans le champ.

10Quatrième suggestion : Écrivez à propos du champ à partir d’une perspective métathéorique ou culturelle. Le biais de CTF devrait amener d’autres théoriciens et théoriciennes à intervenir avec des interprétations alternatives de modèles ou de théorie de la communication du champ. Proposez un schéma différent des traditions ou, peut-être, une manière entièrement différente de représenter l’étendue des différences théoriques. Si CTF nous donne un point de vue pragmatique du Midwest, donnez-nous un autre point de vue métathéorique plus englobant qui serait plus informé par la sémiotique française ou par les théories chinoises de la « communication en tant qu’harmonie ». Ces dernières ne sont pas évoquées dans CTF. Et un regain d’intérêt pour des théories de la communication dérivées des traditions culturelles asiatiques a depuis d’ailleurs pu être constaté (Miike et Chen, 2007). La théorie de la communication peut devenir un champ multiculturel d’apprentissage, par exemple en prenant en compte les idées amérindiennes relatives au « silence productif » (Covarrubias, 2007). Mais, différentes manières de penser la communication peuvent exiger des manières différentes de penser la théorie et ses champs. Devrions-nous nous mettre à la recherche d’un principe chinois d’harmonie dans le champ de la théorie de la communication  ? Et cela serait-il différent d’une cohérence dialogique-dialectique  ?

Haut de page

Bibliographie

Bergman, M. (2008). The new wave of pragmatism in communication studies. Nordicom Review, 29 (2), 135-153.

Covarrubias, P. (2007). (Un)biased in Western theory : Generative silence in American Indian communication Communication Monographs, 74, 265-271.

Craig, R. T. (1999). Communication theory as a field. Communication Theory, 9, 119-161.

Craig, R. T. (2001). Minding my metamodel, mending Myers. Communication Theory, 11, 133-142.

Craig, R. T. (2007). Pragmatism in the field of communication theory. Communication Theory, 17, 125-145.

Craig, R. T., & Muller, H. L. (Eds.). (2007). Theorizing communication : Readings across traditions. Thousand Oaks, CA : Sage.

Entman, R. M. (1993). Framing : Toward clarification of a fractured paradigm. Journal of Communication, 43, 51-58.

Martinez, J. M. (2008). Semiotic phenomenology and the `dialectical approach’ to intercultural communication : Paradigm crisis and the actualities of research practice. Semiotica, 2008(169), 135-153.

Miike, Y., & Chen, G.-M. (Eds.). (2007). Special issue : Asian contributions to communication theory. China Media Research, 3, 1-109. http://www.chinamediaresearch.net/vol3no4.htm

Myers, D. (2001). A pox on all compromises : Reply to Craig (1999). Communication Theory, 11, 231-240.

Russill, C. (2005). The road not taken : William James’s radical empiricism and communication theory. The Communication Review, 8, 277-305.

Russill, C. (2008). Through a public darkly : Reconstructing pragmatist perspectives in communication theory. Communication Theory, 18, 478-504.

Tracy, K., & Muller, H. (2001). Diagnosing a school board’s interactional trouble : Theorizing problem formulating. Communication Theory, 11, 84-104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert T. Craig, « Réflexions sur « la communication en tant que champ d’études » », Communiquer, 2 | 2009, 1-6.

Référence électronique

Robert T. Craig, « Réflexions sur « la communication en tant que champ d’études » », Communiquer [En ligne], 2 | 2009, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://communiquer.revues.org/344 ; DOI : 10.4000/communiquer.344

Haut de page

Auteur

Robert T. Craig

Professeur, Department of Communication, University of Colorado, Etats-Unis
Robert.Craig[@]colorado.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org