Navigation – Plan du site

Quelles limites territoriales pour une promotion métropolitaine ? Le cas de Rennes

What territorial boundaries for a metropolitan promotion? Rennes’ case
Charles-Edouard Houllier-Guibert
p. 127-144

Résumés

Quand la communication publique se construit à partir d’un organisme qu’est une grande ville, elle doit s’adapter selon de nombreuses contraintes politiques, identitaires, idéologiques... La communication publique devient alors territoriale et peine à choisir l’échelle idéale pour porter des discours sur le développement métropolitain. Dans le cas de Rennes, l’un des pôles français qui a développé le plus d’échelles urbaines (du centre-ville à l’aire urbaine), le discours de communication tend à privilégier les échelles d’actions politiques auxquelles sont attachés les entrepreneurs d’image que sont les chargés de communication publique

Haut de page

Texte intégral

1Le mouvement démographique de grande ampleur qui a peuplé les villes massivement depuis 1950 a recomposé l’espace urbain. Les villes ont grandi mais elles ont aussi changé d’échelle et de forme. La ville compacte d’hier abritait, dans un espace piétonnier, l’ensemble des activités urbaines (l’habitat, le travail, le commerce, le loisir) tandis que la ville d’aujourd’hui s’étale en repoussant la campagne, jusqu’à être qualifiée d’urbain et non plus de ville (Paquot, Lussault et Body-Gendrot, 2000  ; Lussault, 2007). Les modes de vie aussi ont changé. Les habitants, pour l’essentiel urbains, doivent pratiquer chaque jour plusieurs échelles spatiales selon qu’ils vont au travail, consomment diverses activités ou bien développent du lien social dans le quartier : « du centre vers la périphérie, se succèdent le centre-ville, le tissu urbain dense et continu des anciens faubourgs étoffés, les banlieues agglomérées plus composites, le périurbain. Ajoutons les notions de franges, de transition, de marge  ; étant entendu que celles-ci définissent les limites ou des contours flous et souvent hétérogènes, entre des catégories élémentaires. Cette vision topologique induit un sens centrifuge à l’expansion spatiale de la ville. Le centre correspond au noyau et les extensions successives, les remplissages plus ou moins continus, constituent une série d’enveloppes de dilatations inégales, chronologiquement déterminées, représentant autant de marqueurs pour reconstruire et restituer l’histoire de la ville » (Chevalier, 1991).

2En multipliant les programmes de logement, les zones d’activités économiques, les centres commerciaux, l’urbain se fragmente ce qui rend difficile un discours de communication publique dont la vocation est de fédérer, unifier en un seul espace qui fait territoire. Mais la délimitation de la ville ancienne subsiste et les représentations mentales des citadins semblent lui montrer une forte prégnance pour définir l’urbain : « en matière d’image, l’urbain diffère radicalement de la ville, pour l’instant en tout cas, en ce qu’il n’est pas présentable, il ne fait pas bonne figure » (Lussault, 2007, p. 290). Les espaces centraux sont ceux qui peuvent développer des emblèmes spatiaux, comme l’a montré M. Lussault avec l’exemple du waterfront de Liverpool (2007) ou bien C. Tiano avec les exemples d’Euralille et de l’Euromediterranée qui créent de la symbolique urbaine, facilement communicable ensuite (2005).

3Ces échelles quotidiennes de pratique de vie ne coïncident pas avec les échelles administratives qui organisent le territoire par ses diverses actions publiques. A la difficile gouvernabilité des régions urbaines (Jouve et Lefèvre, 2002), liée au décalage entre périmètres fonctionnels et périmètres institutionnels, s’ajoute le périmètre symbolique et sa multiscalarité au gré du rayonnement souhaité.

4Les actions politiques des territoires administrés sont de plus en plus des leviers de développement au côté d’actions de gestion plus traditionnelles d’identité, de proximité, d’attractivité, d’événements…, toutes soutenues par des politiques de communication publique. En reposant son discours sur l’argument « territoire », la communication publique essaie de fédérer la population locale et d’attirer la population extérieure à la ville. En devenant territoriale, la communication fabrique du discours et construit l’image d’un pôle urbain dont il est difficile de circonscrire les frontières. La multitude de délimitations locales du territoire rennais interroge la cohérence nécessaire pour clarifier les politiques d’image à l’échelle extra-territoriale, produites dans une logique à la fois identitaire, institutionnelle ou marketing. Entre les territoires de Pouvoir et de Savoir (Terrier, 1998) et les échelles pertinentes qui contiennent l’essentiel de l’image de la ville, il est difficile, pour un chargé de communication, de saisir à partir de quel espace produire de l’image.

5Dans une France héritière d’un monde institutionnel inadapté au monde urbain qui essaie de trouver ses repères, l’étalement de Rennes forme une mouvance territoriale qui rend fluide les identités et posent la question du territoire pertinent pour des enjeux de rayonnement local mais aussi extra-territoriaux. Quel arrangement territorial (Raffestin, 1986) est le plus pertinent pour l’image de la ville afin de faire sens commun auprès de l’opinion publique, tout en renforçant le rayonnement métropolitain  ?

6Une première partie recense les différentes manières de penser la ville, que ce soit selon le bâti ou la mobilité mais aussi selon le lien entre l’homme et l’espace (Tuan, 2006). Toutes ces mesures ont comme point commun que la ville est le lieu de la maximisation des interactions sociales (Claval, 1981). A Rennes, sept espaces différents font Ville selon les projets, les lois, les représentations.

7Une seconde partie retient trois espaces qui répondent aux mieux aux besoins d’un chargé de communication de la ville, que ce soit en matière budgétaire, symbolique et de visibilité. Ce choix s’est opéré en comparant les différents territoires existants dans les discours et en confrontant leur lisibilité et clarté. Ces éléments ont été recensés lors d’entretiens effectués auprès de la population rennaise (Houllier-Guibert, 2003a) sur l’évolution de l’image de Rennes selon l’échelle de perception, ainsi que lors d’une seconde enquête menée auprès d’étudiants de Rennes en 2003 (Houllier-Guibert, 2003b).

8Tout au long de ce texte, l’exemple rennais illustre une situation qui concerne toutes les grandes villes françaises empêtrées dans le millefeuille territorial qui brouille les repères, ce qui explique cet aller-retour entre l’échelle nationale et l’échelle rennaise au fil de la lecture.

La dialectique Territoires de Savoirs/ Territoires de Pouvoirs accompagnée du sentiment d’appartenance, comme socle de la production d’image de la ville

9Rennes, dans son expansion, est liée au temps de déplacement sur un espace donné : jusqu’au xixème siècle, elle est agglomérée, à l’échelle du piéton. Avec l’automobile et les routes, elle se diffuse sur des espaces de plus en plus grands car de plus en plus accessibles dans le même temps. De 1970 à 1982, l’aménagement du territoire rennais a amené chaque commune à prendre sa part de développement fondé sur la solidarité intercommunale. Puis le projet d’agglomération a conduit vers une nécessaire maîtrise foncière, une organisation autour des identités des communes et une dynamique intercommunale en cohérence avec la ville-centre (Givord et Guy, 2004). La ville devient un territoire qui a une partie agglomérée, des parties non agglomérées, des coupures vertes, des centres commerciaux, des zones d’activités...

10La mobilité donne la possibilité de choisir plus facilement son lieu de résidence et de s’éloigner du centre de l’agglomération. Le territoire rennais a changé d’échelle et des politiques de transport en commun comme le réseau val/Bus/Trains régionaux s’adaptent pour répondre aux besoins de l’homme polytopique (Stock, 2006) en créant une carte unique pour de nombreux transports depuis l’échelle régionale jusqu’à l’échelle du centre-ville de Rennes.

La mobilité ou le bâti comme délimitation d’une urbanité complexifiée

  • Premièrement, le modèle urbain qui prévalait il y a un siècle était simple (Pumain, 1989) :

  • une France divisée en quatre-vingt-dix départements, chacun ayant son chef-lieu, ses trois ou quatre sous-préfectures, ses cinq à dix cantons,

  • une France où l’organisation du territoire était fortement hiérarchisée et en même temps très facile à appréhender. Paris dominait l’ensemble, les chefs-lieux dominaient leur département, les sous-préfectures et les cantons étant le troisième niveau administratif,

  • une France largement rurale puisque à peine 20 ou 30 % de la population française habitait dans les villes.

11Ce modèle est révolu. La France urbaine des années 2000 est entrée dans celui, profondément différent et complexe, des aires urbaines et des métropoles. Ces nouvelles configurations relèvent de structures intercommunales et des Pays, nouveaux espaces de référence.

12En proposant uterritoriale et de l’intégration fiscale. Ce sont en 2007, 169 communautés d’agglomération et 14 communautés urbaines qui travaillent à partir d’un projet de développement et dans un processus contractuel avec l’Etat et la Région. Pendant cette recomposition territoriale, des chercheurs ont étudié la manière de créer de nouvelles identités pour ces territoires (Mons, 1991  ; Fourdin, 1993  ; Lussault, 1996  ; Noisette et Vallérugo, 1996  ; Cardy, 1997  ; Fourdin et Poinclou, 2000  ; Rosemberg, 2000) sur le postulat commun qu’organiser le territoire, pour un édile, c’est avant tout produire du texte, du langage, sur le territoire et son organisation (Lussault, 1993), ce que participe à faire la communication territoriale.

13Deuxièmement, Pierre Veltz (2000) rappelle que les territoires institutionnels ne correspondent plus aux territoires vécus. Leur évolution se caractérise par :

  • le resserrement de la croissance sur les grandes aires métropolitaines grâce aux secteurs les plus créateurs d’emplois,

  • la remontée des inégalités territoriales inter et intra-agglomérations,

  • moins de macro-différences entre les territoires mais davantage de micro-différences. P. Veltz parle d’« un territoire plus homogène et plus fracturé»,

  • un affaiblissement des relations entre les pôles et leur hinterland mais de plus en plus de relations de pôle à pôle, constituantes d’un territoire de réseaux,

  • la progression des exclusions.

14Selon le sociologue, les aires urbaines et les réseaux de villes semblent les espaces pertinents pour le développement. Les élus locaux souhaitant un développement local, il semble primordial de s’intéresser à ces espaces pas seulement statistiquement mais aussi dans l’action de coopération. Les tentatives ont aussi comme mission le marketing urbain qui voit travailler des communicants sur ces espaces réticulaires (Tesson, 1996) et qui parfois peinent à collaborer ensemble comme c’est le cas dans le cadre de l’appel à coopération métropolitaine depuis 2005.

  • 1 L’Institut National de la Statistique, de l’Economie et de l’Emploi. Les définitions sont ici simpl (...)

15Troisièmement, pour définir la ville, deux nomenclatures sont en vigueur à l’insee1 :

  • les unités urbaines regroupent les communes urbaines, définies à partir d’une mesure de la population agglomérée habitant dans un tissu bâti dense (pas plus de 200 mètres entre chaque habitation). Leur définition correspond au sens commun de la ville. Les unités urbaines sont délimitées à chaque recensement,

  • les aires urbaines, plus étendues, sont mesurées à partir des migrations alternantes domicile-travail. Elles représentent l’aire d’influence des principaux pôles d’emploi et regroupent, autour de ces pôles, les communes dont plus de 40 % de la population active travaillent dans le reste de l’aire urbaine.

16Les études de comparaison des villes européennes, comme celles de la datar par exemple, choisissent l’unité urbaine pour l’obtention des données. L’étude de C. Rozenblat compare des agglomérations selon le même critère de continuité du bâti et toutes les données sont collectées dans ce cadre, ce qui n’est pas neutre pour Rennes. En effet, les résultats de l’étude montrent que Rennes a un rayonnement européen plus fort que ne le laisserait supposer la taille du pôle composé des 10 communes de l’unité urbaine. Or l’unité est relativement concentrée à cause de la politique locale de préservation d’une ceinture verte autour de la ville-centre. En utilisant l’espace de l’aire urbaine, relativement importante à Rennes, les classements auraient été différents. En effet, dans la hiérarchie démographique de l’insee en 1999, Rennes est la dixième commune de France, le vingtième pôle urbain et la douzième aire urbaine. L’autre exemple frappant est celui de Lille qui est classée quatrième comme pôle urbain et aire urbaine tandis qu’elle n’est que la treizième commune de France.

  • 2 A Rennes, l’implantation de la zone commerciale et de loisirs Cap Malo, en tant que zone attractive (...)

17Néanmoins, C. Rozenblat avance l’argument que les fonctions urbaines considérées pour mesurer le rayonnement européen privilégient les localisations les plus centrales parce qu’elles profitent le plus des avantages des économies d’échelle et d’urbanisation liées à l’agglomération. La plupart d’entre elles ont peu de chance de se situer dans les périphéries lointaines même si ce phénomène s’atténue avec l’étalement urbain dans plusieurs villes2.

  • 3 Cette délimitation n’existe pas dans tous les pays européens, mais seulement en France, Italie, Sui (...)

18La collectivité urbaine est étudiée sous l’aspect de sa gestion (finances, équipements, gouvernance…) et non l’agglomération urbaine (le bâti) pourtant préconisée par l’onu, ou encore la région urbaine3 (zone dépendante d’un centre urbain) qui est souvent utilisée pour effectuer une régionalisation autour d’un pôle et observer l’étalement urbain.

19A côté des territoires de savoir qui sont des espaces construits à partir de données comme la mobilité ou le bâti, d’autres approches, plus économiques de l’urbain existent, fondées par exemple sur la mesure de la concentration des emplois secondaires et tertiaires dans les pôles urbains (zone d’emploi).

20Les études qui comparent les rayonnements des villes se basent sur des critères quantitatifs qui se réfèrent à des espaces (le poids de la ville au sein de sa région ou de la nation, son rang par rapport aux autres pôles, son positionnement géographique selon l’échelle cartographique…). De surcroît, la dimension internationale d’un territoire incite à prendre l’espace le plus large possible, qui comprend la plus grande part de population, dans une logique de comparaison concurrentielle. Mais dès qu’il s’agit d’image d’une ville, c’est un lieu, en tant que point qui incarne l’image, souvent celui de la ville-centre (Tiano, 2005  ; Lussault, 2007). Dans le cas de Rennes, la question est de savoir quel territoire est le plus pertinent pour produire une image à l’échelle européenne, qui doit à la fois incarner la puissance métropolitaine et la pertinence unitaire d’un pôle urbain, afin de répondre aux critères de compétition des villes du xxième siècle.

Le sentiment d’appartenance à la ville comme délimitation subjective

21Parallèlement à la prise en compte de l’analyse spatiale, la subjectivité des habitants du territoire rennais pose question à propos des limites qu’ils confèrent à la ville. Dans les représentations mentales des rennais, quel est leur territoire urbain  ?

  • 4 Extrait de la synthèse du diagnostic et des travaux prospectifs 2004-2005, p. 8
  • 5 Le 7 et 8 juin 2007, séminaire international sur le territoire intitulé : Territoires, territoriali (...)

22A l’échelle du Pays, une étude explique que le maillage des cours d’eau irrigue l’ensemble et créé l’armature du paysage en contribuant à l’identité locale. Une trame bocagère en grande partie due à une agriculture présente ainsi qu’à l’importance de la filière lait renforce la structure du paysage : « l’identité du territoire, telle qu’elle est perçue par ses habitants et ses acteurs économiques vient moins des éléments remarquables de son paysage que d’un rapport assez intime avec la trame d’eau et de bocage, et d’un attachement partagé à la qualité d’un mode de vie » (20054). L’enquête auprès des habitants stipule un attachement fort à la ville-centre, une reconnaissance forte de la ceinture verte qui coupe la ville-centre du reste du territoire rennais, ainsi qu’un cadre de vie de qualité. Cette conscience d’un patrimoine commun s’accommode de frontières très variables puisque le Pays de Rennes, qui officiellement est composé de 67 communes, est pour chacun des habitants d’abord un territoire vécu (Frémont, 1976  ; Di Méo, 1998), c’est-à-dire un Sans développer la question du Territoire tellement traitée par les géographes (20075), deux définitions peuvent être mises en avant pour saisir les enjeux de communication que sont la communication institutionnelle d’une part et la communication identitaire d’autre part (Cardy, 1997) :

  • le territoire est une portion de l’espace terrestre administrée par une autorité investie de pouvoirs qui exerce ses compétences : tutelle de nature juridique mais aussi fiscale, policière, voire politique et militaire. Par définition, ce territoire a des limites, il est borné par des frontières.

  • le territoire désigne aussi une portion de l’espace terrestre à laquelle les habitants s’identifient avec un sentiment d’appartenance, une appropriation au sens figuré, voire une conscience identitaire à partir d’une mémoire, d’une reconnaissance, de représentations collectives, autant de constructions sociales qui sémiotisent l’espace (Raffestin, 1986).

23En termes de communication, la première définition réfère à la fabrication d’image par le haut, à partir des compétences des administrations, afin de construire une territorialité. La seconde définition réfère à la fabrication par le bas, puisqu’il faut puiser dans les représentations de la population pour comprendre leur attachement et les relayer dans les politiques publiques de communication, voire les inventer afin de renforcer l’identité spatiale.

24Les diverses recompositions territoriales qui existent en France depuis les années 1980 peuvent mettre en cause l’identité des habitants, ce qui déstabilise les repères acquis au fur et à mesure de l’expérience. L’individu a besoin de la culture en tant qu’ensemble des acquis des principes culturels (normes, croyances et valeurs), des représentations collectives et des modèles et codes de références (Bourdieu, 1987). L’actuel découpage de la France, pays lui-même dans une Europe mouvante dont on dit que son centre de gravité se déplace vers l’est, est en pleine mutation. Une justification sociétale du nouveau découpage par la communication territoriale est un repère simple et accessible à tous sur lequel se fonder pour faire sens commun.

25L’imbrication des territoires émergents de ces dernières décennies a vue le nom « Rennes-District » peu favorable à l’image et à la notoriété. Il est transformé en 2000 en « Rennes Métropole » annonçant ainsi l’attractivité d’un pôle qui veut rayonner à l’échelle européenne. Les Pays Voynet émergent en 1999 et les Français qui viennent de voter le traité de Maastricht pour imposer l’Europe entendent parler des conseils de quartiers en 2002. Europe, nation, région, département, pays, canton d’élection, intercommunalité, commune, quartier  ; comment un sentiment d’appartenance commun peut-il exister avec autant de territoires plus ou moins imbriqués qui brouillent les repères ? Claude Dargent (2001) répond en expliquant que l’attachement fort à une échelle est corrélé à l’attachement de l’échelle la plus proche (Europe et Nation ou département et région par exemple).

26Finalement, étudier la perception des individus sur un territoire empêche la délimitation nette dans la mesure où la subjectivité établit les propres frontières spatiales de chacun. En se basant sur les thèmes identitaires, la communication territoriale passe d’une territorialité imposée à une appartenance plus complexe, en phase avec l’environnement, appartenance qui est à consolider, actualiser, ou à inventer (Pagès, 2001, p. 88) et qui est déjà largement utilisée par l’échelle régionale (Cardy, 1997). Plusieurs échelles sont prises en compte selon les facteurs de l’image de la ville choisis par les chargés de communication territoriale. Dans cet imbroglio, la ville, l’urbain ou le métropolitain, sont autant de territoires flottants territoire aux frontières mouvantes selon chacun.

  • 6 Le 7 et 8 juin 2007, séminaire international sur le territoire intitulé : Territoires, territoriali (...)

27Sans développer la question du Territoire tellement traitée par les géographes (20076), deux définitions peuvent être mises en avant pour saisir les enjeux de communication que sont la communication institutionnelle d’une part et la communication identitaire d’autre part (Cardy, 1997) :

28le territoire est une portion de l’espace terrestre administrée par une autorité investie de pouvoirs qui exerce ses compétences : tutelle de nature juridique mais aussi fiscale, policière, voire politique et militaire. Par définition, ce territoire a des limites, il est borné par des frontières.

29le territoire désigne aussi une portion de l’espace terrestre à laquelle les habitants s’identifient avec un sentiment d’appartenance, une appropriation au sens figuré, voire une conscience identitaire à partir d’une mémoire, d’une reconnaissance, de représentations collectives, autant de constructions sociales qui sémiotisent l’espace (Raffestin, 1986).

30En termes de communication, la première définition réfère à la fabrication d’image par le haut, à partir des compétences des administrations, afin de construire une territorialité. La seconde définition réfère à la fabrication par le bas, puisqu’il faut puiser dans les représentations de la population pour comprendre leur attachement et les relayer dans les politiques publiques de communication, voire les inventer afin de renforcer l’identité spatiale.

31Les diverses recompositions territoriales qui existent en France depuis les années 1980 peuvent mettre en cause l’identité des habitants, ce qui déstabilise les repères acquis au fur et à mesure de l’expérience. L’individu a besoin de la culture en tant qu’ensemble des acquis des principes culturels (normes, croyances et valeurs), des représentations collectives et des modèles et codes de références (Bourdieu, 1987). L’actuel découpage de la France, pays lui-même dans une Europe mouvante dont on dit que son centre de gravité se déplace vers l’est, est en pleine mutation. Une justification sociétale du nouveau découpage par la communication territoriale est un repère simple et accessible à tous sur lequel se fonder pour faire sens commun.

32L’imbrication des territoires émergents de ces dernières décennies a vue le nom « Rennes-District » peu favorable à l’image et à la notoriété. Il est transformé en 2000 en « Rennes Métropole » annonçant ainsi l’attractivité d’un pôle qui veut rayonner à l’échelle européenne. Les Pays Voynet émergent en 1999 et les Français qui viennent de voter le traité de Maastricht pour imposer l’Europe entendent parler des conseils de quartiers en 2002. Europe, nation, région, département, pays, canton d’élection, intercommunalité, commune, quartier  ; comment un sentiment d’appartenance commun peut-il exister avec autant de territoires plus ou moins imbriqués qui brouillent les repères ? Claude Dargent (2001) répond en expliquant que l’attachement fort à une échelle est corrélé à l’attachement de l’échelle la plus proche (Europe et Nation ou département et région par exemple).

33Finalement, étudier la perception des individus sur un territoire empêche la délimitation nette dans la mesure où la subjectivité établit les propres frontières spatiales de chacun. En se basant sur les thèmes identitaires, la communication territoriale passe d’une territorialité imposée à une appartenance plus complexe, en phase avec l’environnement, appartenance qui est à consolider, actualiser, ou à inventer (Pagès, 2001, p. 88) et qui est déjà largement utilisée par l’échelle régionale (Cardy, 1997). Plusieurs échelles sont prises en compte selon les facteurs de l’image de la ville choisis par les chargés de communication territoriale. Dans cet imbroglio, la ville, l’urbain ou le métropolitain, sont autant de territoires flottants difficiles à déterminer. Avec comme seul point commun la même centralité, sept espaces sont énoncés pour définir le territoire rennais.

Les 7 espaces qui correspondent au territoire rennais

34Les sept espaces ont tous, à un moment ou à un autre, été utilisés dans les documents produits par les services communication qui fabriquent de la territorialité. Sont concernés dans l’ordre déconcentré :

  • le centre-ville, qui jusqu’à il y a un siècle formait la seule zone urbaine de Rennes. Cet espace répond à une forte part de l’image de la ville puisque les images mentales concernent quasi-exclusivement les lieux communs des métropoles européennes, ceux pratiqués par tous, déjà médiatisés.

  • la commune de Rennes en tant que ville-centre de 210 000 habitants. La direction générale de la communication de Rennes y est attachée depuis 1989 et sous d’autres appellations, depuis les années 1960.

  • l’agglomération de Rennes qui compte 10 communes et rassemble 280 000 habitants. Bruz, Cesson-Sévigné, Chantepie, Chartres-de-Bretagne, Montgermont, Pont-Péan, Rennes, Saint-Grégoire, Saint-Jacques-de-la-Lande et Vezin-le-Coquet.

    • 7 A l’origine, cet établissement public avait compétence pour faire des études d’urbanisme et d’aména (...)

    la communauté d’agglomération de Rennes métropole et ses 388 000 habitants, qui regroupe trente-sept communes. Elle a pris la suite du District7 créé en 1970 en développant plus de compétences qui lui confèrent une grande place dans les décisions de développement territorial : Rennes Métropole a piloté le second contrat d’Agglomération, dernier document stratégique de prospective du territoire rennais. Cette structure administrative possède un service communication depuis 1999.

  • Le périmètre de Rennes Métropole est trop limité pour entreprendre des projets à l’échelle de l’aire urbaine, bassin de vie réelle des habitants de l’agglomération. La création du Pays de Rennes en novembre 1999, aux limites plus larges, organise la coopération sur un territoire plus pertinent.

  • le Pays de Rennes et ses 452 000 habitants qui est étalé sur 67 communes. Créé par la loi Voynet de 1999, il correspond à l’espace où les habitants se logent, travaillent et cherchent une réponse à leurs besoins en termes de développement économique, d’équipements et services aux habitants, de déplacement et transports collectifs. Comme le prévoit la philosophie de la loi, c’est un territoire de projet et de solidarité et un espace de concertation qui vise à favoriser un développement équilibré en prenant en compte le territoire de vie réel des habitants dans le respect des spécificités de chaque commune. Les 100 000 habitants supplémentaires depuis 1975 et un emploi total qui a presque doublé en 30 ans, grâce au bon niveau de formation et un important vivier universitaire, font du Pays de Rennes le premier pays urbain de France. L’activité agricole et l’artisanat prennent part à ce développement qui est destiné à se poursuivre voire même à s’intensifier : les hypothèses conduisent à une augmentation de 60 000 habitants entre le début des années 2000 et 2010. L’équipe de professionnels à cette échelle est faible, par conséquent les actions de communication aussi. C’est pour l’instant une échelle de dialogue entre les acteurs locaux, qu’ils soient élus ou citoyens.

  • 8 Schéma de cohérence territoriale, ce document officiel d’aménagement et d’urbanisme créé par la Loi (...)

35Dès l’élaboration de sa charte, le Pays de Rennes a envisagé l’élaboration d’un scot8. Il a pour objectif premier de répondre aux projections démographiques de l’insee qui suppose un gain de population de 180 à 240 000 habitants en 30 ans, dans un contexte de vieillissement de la population et de mixité générationnelle à maintenir. L’attraction d’actifs (40 à 85 000 actifs en plus entre 2005 et 2015) maintiendrait l’équilibre démographique. La mobilité est une préoccupation majeure d’autant que les commerces sont réorganisés pour l’accessibilité automobile.

Figure 1 : L’information publique se complexifie en respectant l’espace Pays et l’espace SCOT sur une carte réalisée par l’AUDIAR. L’habitant s’y retrouve t-il ?

Figure 1 : L’information publique se complexifie en respectant l’espace Pays et l’espace SCOT sur une carte réalisée par l’AUDIAR. L’habitant s’y retrouve t-il ?
  • 9 Notons que le service Com’ de l’intercommunalité porte cette action alors que ce n’est pas son péri (...)

36Dans la mise en place de ce document de travail, les limites évoluent puisque seulement 64 des 67 communes du Pays sont concernées, la démarche réclamant la volonté des maires : à l’exemple du scot, le risque est que chaque action d’aménagement amène une nouvelle délimitation qui complexifie les actions de communication. En 2007, les populations de trois communes ne sont pas concernées par l’opération de communication9 du scot, mise en place à l’échelle du Pays alors qu’elles appartiennent à ce Pays.

  • l’aire urbaine de Rennes, qui rassemble 140 communes et 520 000 habitants en 1999. Les cent premières aires urbaines françaises se sont toutes étendues dans l’espace depuis dix ans, occupant en 1999 une surface plus de 35 % supérieure à celle qu’elles couvraient en 1990 (2 500 nouvelles communes ont été intégrées dans les aires urbaines représentant un accroissement de population de 2 millions d’habitants). L’aire urbaine de Rennes est donc clairement un espace mouvant qui comprend beaucoup d’espace rural ainsi qu’une difficulté à fédérer des communes autour du pôle-centre, pour un développement commun nécessaire à une visibilité européenne. Mesurée à partir de la mobilité des actifs de chaque commune, l’aire urbaine rennaise a gagné 36 communes entre 1990 et 1999 et continue de s’étendre pour aboutir à une quasi-continuité avec les autres aires urbaines du département. En termes d’imagibilité, la pertinence de cet espace est mise en cause : « les limites des aires ne peuvent pas être appréhendées entièrement sans médiation d’instruments représentationnels (les cartes, les schémas, les images mentales) car elles excèdent toujours les capacités humaines d’appréhension immédiate, in situ » (Lussault, 2007, p. 100).

  • la zone d’emploi de Rennes qui s’étend sur 194 communes. La population atteint 580 000 personnes en 1999 (une croissance démographique de 11 % sous l’effet conjoint d’un solde naturel positif et d’un excédent migratoire depuis 1990). En 40 ans, la population n’a cessé de croître, à un rythme annuel moyen supérieur à 1 %. Mais c’est davantage l’aire urbaine qui compte comme un espace multi-sectoriel et pas seulement défini par les emplois.

Figure 2 : Carte réalisée en 2001 par l’AUDIAR, pour la conférence « Urban governance in French cities » de Nations Unis, ouvrage La gouvernance urbain dans les agglomérations françaises, p. 17.

Figure 2 : Carte réalisée en 2001 par l’AUDIAR, pour la conférence « Urban governance in French cities » de Nations Unis, ouvrage La gouvernance urbain dans les agglomérations françaises, p. 17.

37Malgré une culture de concertation affichée, l’incapacité à proposer un territoire relativement figé et cadre de référence pour de nombreux acteurs oblige à parler du « territoire rennais », sans en préciser les frontières. Seule la centralité rennaise est commune à l’ensemble de ces espaces, garante d’une symbolique communautaire et de l’appartenance à une totalité urbaine.

38La production d’image à l’échelle européenne peut prendre en compte différentes limites selon le caractère patrimonial de l’image (centre-ville), économique et financier (unité urbaine), les formations supérieures (commune ou unité urbaine) ou encore les grandes zones de loisirs et de commerces (intercommunalité ou aire urbaine).

39En général c’est le territoire politique qui est pris en compte, c’est-à-dire celui qui produit les campagnes de promotion via les services Communication. Les territoires de savoir, souvent traités par les géographes et les démographes, cèdent la place aux territoires de pouvoir, ceux qui impulsent l’action de communication ou de marketing. En effet, tout pouvoir élabore et médiatise un modèle territorial (Lussault, 2007). Un modèle territorial est un « ensemble médiateur entre la fabrique d’espace par le politique et les agencements spatiaux qui composent le territoire. Cet ensemble n’advient pas nécessairement de façon pleine et entière à la conscience des protagonistes en tant que modèle territorial formalisé de l’action. Mais, instrument au service de l’autorité légitime, il est présent dès que l’espace est invoqué, car aucun acteur politique ne peut agir s’il ne possède pas une vision, fut-elle rudimentaire, à la fois rétrospective et prospective, de l’espace d’actes. Il assure la traduction des valeurs, mythologies, idéologies sociales en valeurs, mythologies et idéologies spatiales de portées générales et spatialisées, c’est-à-dire affectées à un/des espaces(s) particulier(s) » (Lussault, 2007, p. 226). C’est seulement à partir de cette fabrication que l’espace est figurable (mis en carte, en image, en projet, repris par les médias de masse, guides touristiques et surtout porté par la communication territoriale).

40À Rennes, cela correspond à l’échelle municipale et intercommunale où les services Communication connaissent des difficultés pour encourager une communication identitaire à cause des jeux d’acteurs entre les services (Houllier-Guibert, 2008).

41En confrontant trois délimitations d’espace choisis d’une part à cause de leur médiatisation ou de la pratique récurrente des résidents et d’autre part à cause de l’organisation institutionnelle qui place prioritairement les actions de communication territoriale à certaines échelles, la liste des espaces proposées ci-avant est réduite aux trois plus importants territoires favorables à la communication identitaire et pertinents pour le développement de l’image européenne de Rennes : la commune, l’intercommunalité et le centre-ville.

Les territoires pertinents pour l’image extra-territoriale de la ville

42Auparavant, la ville-centre, en tant que ville éponyme, donnait son nom à l’ensemble du territoire concerné par l’urbanité. Aujourd’hui, cette ville éponyme représente au maximum 20 à 30 % de la population de l’aire urbaine. Lorsqu’ils voyagent, nombreux sont ceux qui affirment qu’ils habitent telle ville-centre, tandis qu’en réalité leur domicile se situe à 10 ou 20 kilomètres. Actuellement, la ville et ses faubourgs constituent un ensemble urbain qu’est l’agglomération et qui souvent essaient de se structurer en intercommunalité. Ces espaces ne représentent que 50 à 70 % de la masse urbaine du territoire. Une partie de l’urbanité est à l’extérieur de la ville éponyme mais aussi hors de l’agglomération.

43Le territoire unique de vie et d’appartenance est donc partagé entre de multiples institutions communales et intercommunales qui peuvent entrer en conflit d’intérêts. D’autres institutions bénéficient d’actions qui influent sur l’organisation du territoire métropolitain : les Conseils généraux qui agissent à l’échelle départementale, en construisant des routes, ont rendu accessibles des espaces reculés  ; les Conseils régionaux par leurs politiques de transport, d’équipement et de développement économique sont visibles sur le territoire urbain. Une étude rennaise a démontré que les actions sociales mises en place par l’échelle départementale sont identifiées comme telles par les ruraux tandis que les urbains pensent que c’est la municipalité qui agit en faveur des plus pauvres (tmo, 1993). L’urbain supplante toute idée d’emboîtement d’institution pour ne laisser place qu’à l’espace métropolitain.

44La question des limites de la ville est abordée par les chercheurs, souvent plus en termes de méthodologie que d’objectif. La difficulté, dans l’évaluation des politiques urbaines, réside dans le décalage spatial des données disponibles pour le chercheur et les effets étudiés. La déprise économique, l’initiative réussie, la marginalisation sociale, par exemple, ont bien des expressions locales mais leurs moteurs (marchés, évolution des technologies, formations professionnelles…) ont des géométries plus larges et surtout variables. Le chercheur en éprouve les conséquences quand il faut mesurer les effets d’une politique territoriale dont les indicateurs (chômage, délinquance, suivi des entreprises…) sont rarement réunis à la même échelle que les réglementations analysées. Cette fluidité est autant présente pour des chargés de communication qui ont la mission de produire de l’image extra-territoriale, celle d’un pôle avant d’être celle d’un espace délimité.

45Les espaces urbains sont donc caractérisés à la fois par leur dilatation et par le fait qu’ils sont gérés par des autorités diverses, ce qui pose la question de la gestion des aires métropolitaines, notamment par le prisme des politiques de communication : avec une pluralité d’émission d’image (communale et intercommunale à Rennes), la cohérence est plus difficile à assurer. Selon D. Pagès, la communication territoriale ne se contente plus de célébrer les vertus de territoires en recomposition mais elle participe à la constitution de nouveaux territoires fonctionnels, définis comme des « configurations spatiales qui ne sont pas construites comme le sont les collectivités territoriales en place autour de missions générales et évolutives mais dont la création est déterminée à partir de fonctions et d’objectifs précis et dont l’organisation est à géométrie variable » (Pagès, 2001).

46À partir de l’acceptation de ces conditions, trois échelles territoriales peuvent être retenues comme étant les plus pertinentes pour la production d’image.

Le centre-ville

47En s’intéressant à la perception d’une ville, c’est notamment la pratique qui est questionnée, ce qui réfère à l’espace du centre-ville. Si les habitants de Rennes considèrent que le seul espace qu’ils ont en commun est le centre-ville (tmo, 1993), il en est de même pour les personnes de passage. Les images d’une ville sont liées à l’ensemble de ce que compose le territoire, que ce soit des aménités spatiales ou non. En revanche, les images à connotations visuelles réfèrent essentiellement, voire entièrement au centre-ville. Parmi les monuments architecturaux ou plus largement les symboles de Rennes, la plupart sont situés sur la zone de la ville pré-xxème ou bien sont liés à cet espace : « la ville a regroupé en son sein, au xixème siècle des pouvoirs autrefois dispersés : militaire, religieux, politique, marchand » (Fabries-Verfaillie et Stragiotti, 2000, p. 67). La prééminence du centre ressort fortement des cartes mentales collectées auprès de Rennais (Houllier-Guibert, 2003a  ; tmo, 1993) qui, dans les deux tiers des cas, se contentent de dessiner uniquement cet espace.

48Le centre-ville a l’avantage d’allier deux facteurs importants qui composent la ville : l’historicité et l’activité commerciale, incarnations de la dimension touristique, de la pratique urbaine et de la dimension marchande. Ces deux activités expliquent une grande part du socle des images des métropoles européennes, en tant que pôle ancien marqué par l’histoire, mais aussi moderne, en développement, dynamique et euphorique (Mons, 1989).

49La notion de ville et celle de centre-ville semblent être identique pour les Rennais, en partie parce qu’une frontière-rocade joue un rôle clé dans la construction des images mentales de la ville. Qu’en est-il alors des zones technopolitaines (Rennes-Atalante ou l’hôpital de Rennes) qui participent aussi au rayonnement de la ville. Des espaces récemment construits comme le pôle de formation Ker Lann, les centres commerciaux (Cora à Pacé, Carrefour Cesson, la zone commerciale de Chantepie, la Route du meuble ou encore Cap Malo qui est hors de Rennes Métropole), la piscine de Cesson ou les salles de spectacle du Grand Logis à Bruz ou de l’Aire Libre à Saint-Jacques-de-la-Lande, sont des lieux évoqués en tant que nœuds symboliques de Rennes (Houllier-Guibert, 2003a) et qui sont hors de l’espace du centre-ville et hors de la commune-centre.

50La ville s’étale et ses symboles aussi, par conséquent le centre-ville qui concentre l’essentiel des images ne suffit pas comme espace d’étude. Comment dès lors « donner du sens et projeter une image unitaire d’un territoire à partir d’éléments hétérogènes comme les centres commerciaux périphériques, les centres anciens, les quartiers d’habitat social ou les banlieues industrielles ? » interroge le maire de Nancy André Rossinot (2002) lors de la clôture du colloque « Territoires en quête d’image ».

51Outre l’analyse déterministe de ces espaces comme socle pertinent pour l’image de la ville, les acteurs locaux contribuent à renforcer les significations données à l’espace : « le discours constitue bien sûr l’élément central de la construction sociale du territoire et du groupe communal. La pratique des journaux municipaux, telle qu’elle se développe depuis maintenant plusieurs décennies le démontre aisément (Dauvin, 1990). […] L’opposition entre centre-ville et périphéries, que l’on sait politiquement très significative en milieu urbain, s’adoucit au fil de cette presse : le centre-ville devient la chose de tous, un lieu de consommation et de loisirs ouvert (ce qu’il n’est évidemment pas en réalité). De façon plus offensive, la presse municipale s’efforce de rassembler la collectivité de ses citoyens-lecteurs autour d’un certain nombre de symboles positifs que l’on pourrait par emprunt à Durkheim, qualifier de totems. Ces totems sont souvent matériels : tel élément de patrimoine historique (château, église…), naturel (rivière, plage…), ou emprunté au décor urbain (mairie, usine, rue principale, place, gare…), telle figure célèbre d’hier (écrivain, homme d’Etat…) ou aujourd’hui (sportif, homme politique…), telle spécialité culinaire ou artisanale… Les totems sont aussi immatériels : le nom de la commune, son histoire par exemple » (Le Bart, 2000, p. 108).

La commune

52De la ville en général comme de sa ville en particulier, le citadin n’a qu’une vision étroite (la ville-centre) ou parcellaire car il n’a pas fréquenté tous les quartiers. D’autant que la ville où il a élu domicile est de moins en moins celle où il travaille, pratique ses loisirs, s’approvisionne (Joye, 1999). D’un côté, le citadin ne connaît pleinement que le centre-ville et, de l’autre côté, il travaille ou habite peut-être dans le périurbain. La commune est un espace trop restreint en tant qu’espace de vie pour faire l’objet d’une interprétation globale, souvent réduite à la définition de la perception du centre-ville.

53Néanmoins, la commune existe depuis la Révolution Française et même au-delà, en tant que territoire de référence identitaire. Symboliquement, elle est inscrite dans l’esprit des Français comme le territoire de référence, et cette adéquation des valeurs de la plupart des acteurs locaux participe en quelque sorte au mythe de l’unité locale. Selon A. Mabileau, « s’il n’existe pas de réel optimum territorial, l’optimum identitaire se situe néanmoins au niveau de la commune » (1994, p. 52).

54Les panneaux routiers à l’encadrement rouge sont un symbole fort et l’élection du maire est un rituel qui renforce l’importance communale dans les représentations : « La construction symbolique de la commune, territoire et communauté, est donc pour le titulaire de la fonction de maire une nécessité première : sa propre légitimité en dépend. Représentés et représentants se retrouvent finalement dans une même symbolique politique municipale : aux premiers, elle confère une identité sécurisante, aux seconds une indispensable légitimité » (Le Bart, 2000, p. 105). La disparité des communes rend impossible la comparaison entre la commune de Rennes et les communes adjacentes tandis que ses quartiers sont plus aisément comparables à ces dernières. Les quartiers rennais voient leur institutionnalisation émerger avec la création des conseils de quartiers déjà mis en place 10 ans avant la loi de démocratie de proximité du 13 février 2002. Pour la première fois, le quartier est reconnu comme un espace d’appropriation de la chose publique, l’espace de compréhension spontanée des enjeux politiques locaux. Or, s’il est admis depuis le début des années 1980 que le quartier peut être une échelle pertinente de territorialisation de l’action publique, l’innovation réside dans le fait d’introduire dans les rouages de la décision locale un dispositif officiel de consultation et d’expression des habitants. Ils peuvent désormais donner leur avis sur les opérations d’urbanisme, d’aménagement du quartier et sont ainsi sensibilisés à l’esthétisme de leur espace de vie. Ils contribuent indirectement à la qualité d’image de leur ville.

55Entamée en 1983, la territorialisation de l’administration municipale de Rennes franchit un grand pas avec la mise en place d’une administration de quartier à plein temps. La direction des Quartiers-citoyenneté est instaurée le 1er janvier 2002 pour mettre en place progressivement une subsidiarité entre les quartiers et la municipalité. Les balbutiements de cette nouvelle échelle laissent croire à l’utopie de la disparition du territoire communal rennais et à l’affirmation de l’échelle du quartier qui cohabiterait avec les communes périphériques : dans un objectif de cohérence territoriale et d’équité, Rennes Métropole serait un territoire agglomérant 36 communes et 12 quartiers soit un découpage en 47 portions d’une population variant de 1000 à plus de 30 000 habitants selon leur position centrale. Le paysage territorial actuel mène à cette organisation à très long terme, mais les enjeux de pouvoir local la transforme en chimère. Toutefois, certaines plaquettes du service Communication de l’intercommunalité prennent ce découpage.

56Actuellement, la prééminence du territoire rennais crée un déséquilibre. Les communes périphériques sont face à une puissance qui, en termes d’image, se taille la part du lion notamment grâce à de meilleurs moyens de communication. L’existence d’un service depuis 1978 et son actuelle mission d’animer le territoire à travers de multiples opérations qui accompagnent les attitudes urbaines, voire modifient les comportements des citadins, font de la centralité rennaise, le levier de communication sociale. Cet objectif répond à la nouvelle manière de faire de la communication citoyenne, en utilisant l’argument du développement durable pour changer les manières de faire (Houllier-Guibert, 2005) et ainsi rompre avec l’image de « marketing qui influence » pour tendre vers du conseil de bonnes pratiques citoyennes (Noisette & Vallérugo, 1996). Ce service détient l’essentiel du budget local Communication et se considère comme pilote en termes humain (70 personnes) et budgétaire et donc en termes de déclinaison et d’outils, là où les 36 autres communes ont des services communication de moins de trois personnes, voir une absence de service.

Figure 3 : Lors du colloque Redessinons nos villes en 2007, les découpages de la ville-centre par quartier sont apparents sur l’ensemble des cartes qui présentent les communes une par une.

Figure 3 : Lors du colloque Redessinons nos villes en 2007, les découpages de la ville-centre par quartier sont apparents sur l’ensemble des cartes qui présentent les communes une par une.

L’intercommunalité

57Rennes Métropole est une structure dominée par la commune-centre qui accueille près des deux tiers des habitants de l’agglomération. Seules deux autres communes dépassent 10 000 habitants sans poids politique ou économique et encore moins de poids symbolique. Par exemple, Rennes concentre l’essentiel des équipements culturels dont les Champs-Libres, équipement phare situé en plein cœur de la ville-centre et qui marque la prédominance de celle-ci sur l’agglomération (Houllier-Guibert, 2002). Bien que le consensus et la concertation soient des passages obligatoires à Rennes puisque la ville-centre ne rassemble que 40 % des sièges de l’intercommunalité, l’élection du maire de Rennes en tant que Président de l’agglomération traduit la puissance des élus de la commune-centre. L’argument d’une visibilité claire du pouvoir local par la réduction des interlocuteurs aux échelles supra-locales est un élément fort pour l’image de la ville.

  • 10 Les communautés urbaines sont nées dans un premier temps en 1966, ouvertes à des villes plus petite (...)
  • 11 Pourtant, cette entité s’autonomise, d’abord avec le levier financier de la tpu (taxe professionnel (...)

58Mais les trois types d’intercommunalité proposées en France ne sont pas clairement intégrés. Les différences de taille des structures ne sont pas encore maîtrisées. D’une part, à cause des communautés urbaines créées dans les années 1960 qui ont un statut identique aux plus grandes métropoles françaises10. D’autre part, car le statut singulier de Paris, à la fois commune et département, n’est pas concerné par ces changements, ce qui atténue l’impact vers les leaders d’opinion et décideurs nationaux. Tant que les élus intercommunaux ne seront pas élus au suffrage universel direct, les Français ne se sentiront pas concernés par ces territoires naissants qui ont pourtant des responsabilités majeures liées au développement territorial et notamment les questions d’image et de notoriété, et par là, d’attractivité et de développement économique. A l’issue de son premier mandat en 1995, le Président de l’agglomération rennaise insiste pour que le District demeure une administration de mission, notamment d’anticipation et surtout de pas de gestion. On est donc loin de l’idée d’une institution territoriale11. Pourtant les politiques d’aménagement sont en grande partie coordonnées par Rennes Métropole afin de donner aux 37 communes une cohérence de développement durable économique, social et écologique et ainsi jouer un rôle dans la modification du paysage urbain et la production de l’image de la ville.

  • 12 Discours de l’élection du président du District du 21 avril 1989 au conseil de District.

59Un directeur de Communication est recruté en 1999 (aujourd’hui 20 personnes composent le service pour un budget encore assez faible) en réponse à « l’appel des jeunes élus » du 28 mars 1988 qui a valu au District de se munir d’une politique de communication pour sa promotion car l’idée est de « promouvoir et enrichir l’agglomération rennaise. Notre District en est le cœur : sa place et son rôle au sein du département et de la région sont primordiaux »12.

60Le transfert des compétences s’étale dans le temps et installe une situation peu propice à une communication publique efficace. Expliquer les compétences de chaque structure territoriale apparaît comme une mission forte des services Communication mais cela répond t-il a un besoin  ? Le service Communication intercommunale concentre ses actions sur la communication de proximité, la communication interne et le marketing territorial. Il est logique de penser que la structure intercommunale s’intéresse au rayonnement de la ville, à sa promotion économique et à son image pour diffuser sur le plan extra-territorial des messages à propos d’un vaste espace formant un pôle urbain pertinent. Rennes serait alors présentée comme une agglomération de près de 400 000 personnes. Mais la mission de proximité est plus étonnante. Les trois premières années d’existence du service intercommunal de Communication ont servi à expliquer les missions de l’intercommunalité et à quoi correspondait le nom nouveau de Rennes Métropole. La préoccupation première des communicants intercommunaux est de légitimer leur existence en affirmant leur rôle dans la gestion territoriale. Cet enfermement dans des actions de visibilité institutionnelle auprès de la population donne un objectif clair mais restreint à la communication intercommunale.

61Cette difficile visibilité est renforcée par la mise en avant sur la scène médiatique de l’échelle du Pays. Les lois de 1999 conduisent à séparer les projets : projets d’Agglomération et chartes de Pays. La volonté de mise à niveau simultanée de l’urbain et du rural s’est souvent traduite de façon inattendue par une imbrication des deux termes pour aboutir à Rennes vers l’idée de Pays urbain, ce qui rend difficile la clarification des nouveaux espaces auprès du grand public. Le périmètre de la communauté d’agglomération n’ayant pas permis d’entreprendre des projets à l’échelle de l’aire urbaine, le recours au Pays de Rennes, plus vaste pour organiser la coopération, semblait plus pertinent. Cette situation a mis en cohérence les besoins de l’agglomération rennaise et ceux de son espace rural environnant. Mais la distinction entre projet d’Agglomération et charte de Pays peut aussi aboutir à des incohérences et à des conflits. A Rennes, le choix est fait d’une signature des deux documents simultanément, le 2 juin 2003, sous le signe de la complémentarité. Le triple élu maire de Rennes-Président de Rennes Métropole-Président du Pays de Rennes clarifie la situation en parlant d’un territoire de décision (l’intercommunalité) et d’un territoire de projet (le Pays), ce qui est un thème difficile à traduire en termes d’information publique pour expliquer l’espace rennais et ses identités spatiales et plus largement pour construire une image territoriale unifiée.

Conclusion

62Entre les définitions officielles, celles des chercheurs et les nouveaux territoires médiatisés, Rennes passe de 200 000 à 300 000, 400 000 ou 500 000 habitants, ce qui frise le ridicule pour l’individu candide qui souhaite appréhender la capitale de la région Bretagne. Les définitions de la ville d’un point de vue spatial sont difficiles à évaluer. La spatialité réclame souvent une frontière alors que les limites d’une ville sont floues. Comme le rappelle A. Bailly, « vous ne mettrez pas deux personnes d’accord sur ce qu’est la ville et ce que signifie la ville » (1995, p. 5), « la ville semble échapper dans sa complexité et son hétérogénéité à tout schéma réducteur  ; sa spécificité urbaine s’élabore dans des processus discursifs qui exhibent le caractère non évident, problématique et difficile de la tâche descriptive » (Mondada, 2000, p. 4), or c’est bien là ce qui est demandé aux communicants des territoires : décrire, raconter, mettre en avant le territoire.

  • 13 Un résidu peut comprendre les personnes vivants dans le centre de Rennes, qui peuvent ne pas s’esti (...)

63En la définissant d’un point de vue sociétal, à partir du sentiment d’appartenance et plus largement de l’identité des individus en tant que citadin, la ville devient une entité territoriale qui se compose d’une population regroupée autour du sentiment d’appartenance  ; la ville s’étale plus ou moins sous la forme d’une étendue urbaine pouvant intégrer espaces verts, zones d’habitat et industriels, zones mixtes à partir du moment où la population ressent une cohésion territoriale qu’est l’urbain. Les politiques de communication compensent ces dissemblances en développant un sentiment d’appartenance par définition illimitable, donc a-territorial13, même si les actions des communicants sont contraintes dans des limites institutionnelles.

64La gouvernance métropolitaine repose sur la construction de projets concertés de développement territorial qui pose la question de l’échelle pertinente d’élaboration des rapports entre acteurs afin de faire « société locale » (Bagnasco et Le Galès, 1997), c’est-à-dire faire sens commun auprès de l’opinion publique. Parce que les réseaux dépendent de chaque acteur, les délimitations sont difficiles à élaborer de manière collective. Des chercheurs invitent à renoncer à la quête du territoire pertinent d’intervention dans la mesure où l’échelle optimale qui favorise le développement territorial n’existe pas (Ortiz, 1994  ; Vanier, 1999  ; Offner, 2006). Le caractère utopique de la quête de l’optimum dimensionnel enfermerait les pratiques des acteurs et les décisions des actants dans toutes les fonctions et à toutes les époques, sous le joug de l’histoire comme argument fédérateur. Alors qu’en réalité, à partir de l’idée que la pratique des habitants est le socle de l’appropriation de l’espace et du sentiment d’appartenance, chaque acteur territorial attaché à un espace argumente pour fabriquer ou justifier sa délimitation (Tesson, 2004).

65M. Lussault rappelle qu’« informer, c’était donner à un administré – le mot à son importance – des éléments d’information en général techniques, lapidaires, sans souci de faire participer – adhérer – l’habitant. Mais depuis deux décennies « le territoire urbain perd de sa netteté géographique et de sa clarté administrative, alors que la symbolique urbaine, l’image fabriquée devient étendard de ralliement (Roncayolo, 1990, p. 21) ». Dans une société de forte individualisation, la communication serait le moyen de créer ou renforcer la conscience de l’unité urbaine (Lussault, 1993, p. 21  ; Pagès, 2001) afin de pallier la crise spatiale des villes liée à l’expansion brutale depuis l’après-guerre, et l’évolution sociale. Ainsi, le développement des stratégies d’image et plus largement la communication, en tant que réponse à la crise (Porté, 1998, p. 27), stabilisent les évolutions de la société.

Haut de page

Bibliographie

Bagnasco A., Le Galès P. (1997). Les villes européennes comme société et comme acteur. Dans Villes en Europe. (237-263). La Découverte.

Bailly A. (1995). Représenter la ville, introduction. Paris : Economica.

Chevalier J. (1991). Système urbain et dynamiques intra-urbaine. Géographie sociale ,11, 351-361.

Claval P. (1981). La logique des villes, essai d’urbanologie. Paris : Litec.

Bourdieu P. (1987). Choses dîtes. Paris : Édition de Minuit.

Cardy H. (1997). Construire l’identité régionale, la communication en question. L’Harmattan.

Dargent C. (2001). Identités régionales et aspirations politiques : l’exemple de la France d’aujourd’hui, Revue française de sciences politique, 51-5, 787-806.

Di Méo G. (1998). Géographie sociale et territoires. Nathan.

Fabries-verfaillie M., Stragiotti P. (2000). La France des villes.

Fourdin M. (1993). Communication urbaine : l’apport des représentations sociales. Les cahiers du Lerass, 30

Fourdin M., Poinclou J.B. (2000). Le local au miroir de la communication intercommunale, Recomposition des territoires, pratiques politiques et dynamique institutionnelle, Hermès, 26-27, 283-294

Frémont A. (1976). La région, espace vécu, PUF, 224 pages

Givord L., Guy C. (2004). Rennes, le pari d’une agglomération multipolaire, trente ans de développement d’une métropole, Édition de l’Aube, 220 pages

Houllier-Guibert C.E. (2002). Etude sur les emplacements culturels à Rennes Métropole réalisée en licence aménagement de l’espace, Université Rennes 2, 60 pages

Houllier-Guibert C.E. (2003a). Etude des cartes mentales des Rennais dans le cadre du mémoire. Quelle est l’évolution des facteurs de l’image de la ville de Rennes, selon l’échelle de perception ?. Mémoire de DEA, Université Rennes 2 – département de Géographie, 131 pages

Houllier-Guibert C.E. (2003b). Etude des symboles et de l’image de Rennes par les étudiants rennais, Université Rennes 2 – département de Géographie, 23 p.

Houllier-Guibert C.E. (2005). Quand la communication territoriale s’empare du développement durable. Colloque Développement urbain durable, gestion des ressources et gouvernance, École polytechnique de Lausanne et l’institut de géographie de Lausanne. Lausanne, 21 au 23 septembre 2005

Houllier-Guibert C.E. (2008). Évolution des objectifs de communication territoriale à Rennes : vers une communication de proximité qui a ses limites. Séminaire La communication territoriale, une fin ou un moyen ?. UCO, 28 mars 2008.

Jouve B., Lefevre C. (dir.). (2002). Métropoles ingouvernables, Edition Elsévier

Le Bart C. (2000). Les bulletins municipaux : une contribution ambiguë à la démocratie locale, Hermés, 26-27

Lussault M. (1993). Tours : images de la ville et politique urbaine, Tours : Maison des Sciences de la Ville.

Lussault M. (1996). L’espace pris aux mots. Le Débat, 25-39

Lussault M. (2007). L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, éd. Seuil, 366 pages.

Mabileau A. (1994). Le système local en France, ed. Montchrestien.

Mondada L. (2000). Décrire la ville – La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, ed. économica Anthropos, 284 pages.

Mons A. (1991). Les stratégies d’images des villes : communications urbaines et dispositifs symboliques, rapport de recherche du CNRS, groupe atp, ari communication, 90 p.

Mons A. (1989). Imagerie urbaine, une symbolique différée. Les annales de la recherche urbaine, Images et mémoire, 42, 37-44.

Noisette P. & Vallérugo F. (1996). Le marketing des villes. Un défi pour le développement stratégique, Ed. d’organisation, 423 pages.

Offner J.M. (2006). Les territoires de l’action publique locale : fausses pertinences et jeux d’écarts. Revue française de science politique, 56 (1), 26-47.

Ortiz L., (1994). Espace et efficacité de l’action : le mythe de l’optimum dimensionnel. Dans Nemery J.C. (dir.). Le renouveau de l’aménagement du territoire en France et en Europe (183-200). Édition Economica.

Pagès D. (2001). La fabrique de nouvelles fictions territoriales : une dérive possible de la communication publique ?. Dans Pagès D., Pélissier N. (dir.). Territoires sous influence 2, Paris : l’Harmattan.

Paquot Th., Lussault M., Body-Gendrot S. (2000). La ville et l’urbain, l’état des savoirs, Édition La découverte

Porté D. (1998). La communication des villes. Édition Milan.

Pumain D. (1989). Atlas des villes de France

Raffestin C. (1986). Ecogenèse territoriale et territorialité », Dans Auriac, F., Brunet, R. (dir.). Espaces, jeux et enjeux (173-183). Fayard.

Roncayolo M. (1990). La ville et ses territoires, ed. Gallimard

Rosemberg M. (2000). Le marketing urbain en question, ed. économica Anthropos

Rozenblat C., Cicille P. (2003). Les villes européennes, analyse comparative, DATAR

Stock M. (2006). L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles, EspacesTemps.net, Textuel, 26.02.2006 http://espacestemps.net/document1853.html

Terrier C. (1998). Territoires de pouvoir et Territoire de Savoir, codification de l’INSEE

Tesson F. (1996). Les réseaux de villes en France. Recherche sur le rapport de l’élu à l’espace.

Tesson F. (2004). Quand le politique parle du territoire, c’est pour le fabriquer. Colloque de géographie sociale Espaces et sociétés aujourd’hui, les 21 et 22 octobre à Rennes, 10 p.

Tiano C. (2005). La dimension symbolique de la ville : une réponse à la concurrence métropolitaine ? Lieux communs « Les échos du local », 8

Tuan Y.T. (2006). Espace et lieu. La perspective de l’expérience.

Vanier M. (1999). La recomposition territoriale : un « grand débat » idéal. Espaces et sociétés, 96, 125-143.

Veltz P. (2000). Mondialisation, économie et territoires, l’économie d’archipel, PUF

FNAU (mai 2004). Un regard de la FNAU sur les forces et les faiblesses de l’offre métropolitaine française. Les dossiers de la FNAU. 15, 8 pages.

TMO (1993). Etude Ville de Rennes – La communication urbaine : images et attentes. Rapport d’étude, 129 pages.

Urbanisme (2003). La France a besoin d’une expertise urbaine renouvelée. Hors-série n° 18, conclusion du colloque Territoires en quête d’image. 62-63.

Haut de page

Notes

1 L’Institut National de la Statistique, de l’Economie et de l’Emploi. Les définitions sont ici simplifiées.

2 A Rennes, l’implantation de la zone commerciale et de loisirs Cap Malo, en tant que zone attractive rennaise, est située en dehors de la communauté d’agglomération. Cependant, les déconcentrations du centre d’affaires Alphasis de Saint-Grégoire ou du pôle de formation de Ker Lann à Bruz restent dans les limites choisies par C. Rozenblat, à savoir l’agglomération.

3 Cette délimitation n’existe pas dans tous les pays européens, mais seulement en France, Italie, Suisse, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas.

4 Extrait de la synthèse du diagnostic et des travaux prospectifs 2004-2005, p. 8

5 Le 7 et 8 juin 2007, séminaire international sur le territoire intitulé : Territoires, territorialité, territorialisation, à Grenoble.

6 Le 7 et 8 juin 2007, séminaire international sur le territoire intitulé : Territoires, territorialité, territorialisation, à Grenoble.

7 A l’origine, cet établissement public avait compétence pour faire des études d’urbanisme et d’aménagement, constituer des réserves foncières, des zones industrielles, implanter des activités scientifiques, technologiques et de recherche. Ses pouvoirs ont été étendus et le 1er décembre 1993 et la taxe professionnelle à taux unique a été instituée.

8 Schéma de cohérence territoriale, ce document officiel d’aménagement et d’urbanisme créé par la Loi sru est élaboré en partenariat avec les acteurs privés et publics du Pays (Conseils régional et général, cci, associations d’habitants…).

9 Notons que le service Com’ de l’intercommunalité porte cette action alors que ce n’est pas son périmètre de compétence.

10 Les communautés urbaines sont nées dans un premier temps en 1966, ouvertes à des villes plus petites que celles qui le sont devenues depuis 1998. Ainsi, les communautés urbaines sont au nombre de 14 : Alençon, Arras, Brest, Cherbourg, Le Creusot-Montceau-les-Mines, Dunkerque, Le Mans, pour les moins grandes villes et Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Strasbourg et Nantes et Nancy.

11 Pourtant, cette entité s’autonomise, d’abord avec le levier financier de la tpu (taxe professionnelle unique) puis la création d’une fiscalité mixte (les ménages paient un impôt additionnel à Rennes Métropole) en 2005 quirenforce l’assise de cette échelle récente.

12 Discours de l’élection du président du District du 21 avril 1989 au conseil de District.

13 Un résidu peut comprendre les personnes vivants dans le centre de Rennes, qui peuvent ne pas s’estimer citadines, mais être attachées à leur territoire d’enfance comme un village rural par exemple.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’information publique se complexifie en respectant l’espace Pays et l’espace SCOT sur une carte réalisée par l’AUDIAR. L’habitant s’y retrouve t-il ?
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/333/img-1.png
Fichier image/png, 183k
Titre Figure 2 : Carte réalisée en 2001 par l’AUDIAR, pour la conférence « Urban governance in French cities » de Nations Unis, ouvrage La gouvernance urbain dans les agglomérations françaises, p. 17.
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/333/img-2.png
Fichier image/png, 434k
Titre Figure 3 : Lors du colloque Redessinons nos villes en 2007, les découpages de la ville-centre par quartier sont apparents sur l’ensemble des cartes qui présentent les communes une par une.
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/333/img-3.png
Fichier image/png, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-Edouard Houllier-Guibert, « Quelles limites territoriales pour une promotion métropolitaine ? Le cas de Rennes », Communiquer, 1 | 2009, 127-144.

Référence électronique

Charles-Edouard Houllier-Guibert, « Quelles limites territoriales pour une promotion métropolitaine ? Le cas de Rennes », Communiquer [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://communiquer.revues.org/333 ; DOI : 10.4000/communiquer.333

Haut de page

Auteur

Charles-Edouard Houllier-Guibert

Chercheur associé, UMR ESO CNRS, Université européenne de Bretagne, France
Chercheur post-doctoral, Observatoire SITQ, Institut d’urbanisme, Université de Montréal, Canada
ch.ed.houllier.guibert[@]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org