Navigation – Plan du site

La communication en tant que champ d’études

Communication Theory as a Field
Robert T. Craig
Traduction de Johanne Saint-Charles
p. 1-42

Résumés

Cet essai pose la théorie de la communication en tant que champ dialogique – dialectique en s’appuyant sur deux principes : le modèle constitutif de la communication en tant que métamodèle et la théorie en tant que pratique métadiscursive. L’argument au cœur de l’essai est que toutes les théories de la communication sont pertinentes au regard d’un monde vivant concret dans lequel « communication » est un mot riche de sens. Chaque tradition de la théorie de la communication fait rhétoriquement appel à certaines croyances courantes sur la communication et découle de ces croyances  ; en même temps, chaque tradition remet en question d’autres croyances. Les complémentarités et les tensions entre les traditions génèrent un métadiscours théorique qui croise et, en fin de compte, nourrit le métadiscours pratique de la vie quotidienne ayant cours dans la société. Dans cet essai, les traditions de théorie de la communication rhétorique, sémiotique, phénoménologique, cybernétique, psychosociologique, socioculturelle et critique sont organisées en un schéma provisoire du champ. Ces traditions sont caractérisées par leur manière particulière de définir la communication et les problèmes de communication, leur lexique métadiscursif et les lieux communs métadiscursifs auxquels elles font appel ou qu’elles remettent en question. Des topois pour l’argumentation à travers les traditions sont proposés et des conséquences pour le travail théorique de même que pour les pratiques disciplinaires dans le champ de la communication sont discutées.

Haut de page

Texte intégral

Droits réservés © Revue internationale de communication sociale et publique (2009).
Reproduit avec la permission de Blackwell Publishing Ltd.
La version originale de ce texte a été publiée en 1999 dans la revue Communication Theory, volume 9 numéro 2, sous le titre Communication Theory as a Field.

  • 2 Pour un échantillon, très incomplet, de livres récents proposant explicitement des travaux originau (...)
  • 3 Il existe des indicateurs de l’existence d’un champ (voir Anderson, 1996 et Craig, 1989). De plus, (...)

1La théorie de la communication est riche quant à la gamme des idées qui relèvent de son étendue nominale et de nombre de travaux théoriques récemment publiés2. Néanmoins, malgré ses racines anciennes et la profusion sans cesse croissante de théories sur la communication, je soutiens que la communication en tant que champ d’études distinct n’existe pas encore3.

  • 4 La théorie de la communication est issue de nombreuses disciplines universitaires, et les théoricie (...)
  • 5 « It is as if the field of communication research were punctuated by a number of isolated frog pond (...)

2Plutôt que d’être concernés par un champ théorique, il apparaît que nous opérions principalement en des domaines séparés. Les livres et les articles sur la communication mentionnent rarement d’autres travaux sur la théorie de la communication que ceux relevant d’écoles de pensée ou de spécialités (inter)disciplinaires étroites4. Sauf au sein de ces petits groupes, les théoriciens et théoriciennes de la communication ne semblent être ni en accord ni en désaccord à propos de fort peu de choses. Il n’existe pas de canons d’une théorie générale auxquels ils se réfèrent. Il n’est pas de buts communs qui les unissent, pas de querelles théoriques qui les divisent. Pour l’essentiel, ils et elles s’ignorent5.

3On offre de plus en plus de cours en communication à tous les niveaux et de nombreux manuels sont publiés. Toutefois, un regard attentif sur leur contenu ne fait que démontrer encore que, bien qu’il existe plusieurs théories de la communication – en fait, beaucoup trop de théories différentes pour qu’elles puissent être enseignées efficacement en un seul cours –, il n’y a pas de consensus sur une théorie de la communication en tant que champ.

  • 6 Ainsi, il n’est guère surprenant qu’un auteur se demande pourquoi il existe si peu de théories de l (...)

4Anderson (1996) a analysé le contenu de sept recueils de textes sur la communication et il y a identifié 249 « théories » distinctes, dont 195 n’apparaissaient que dans un seul des recueils. Ainsi, seules 22 % des théories se retrouvaient dans plus d’un des sept recueils, et seulement 18 des 249 théories (7 %) étaient incluses dans plus de trois livres. Si la communication était réellement un champ, on pourrait s’attendre à ce que plus de la moitié de ces documents d’introduction soient en accord sur plus de 7 % des contenus essentiels du champ. La conclusion voulant que la communication ne soit pas encore un champ théorique cohérent semble inéluctable6.

5Bien que la communication ne constitue pas encore un champ théorique unifié, je crois qu’elle peut et doit le devenir. Elle émergera comme champ dans la mesure où nous prendrons part, comme théoriciens ou théoriciennes de la communication, aux débats sur des problèmes, des controverses et des objectifs sociaux importants qui traversent les différentes traditions disciplinaires, les spécialités, les méthodologies et les écoles de pensée qui nous divisent actuellement.

6Dans cet essai, je soutiens que toutes les théories de la communication sont pertinentes aux pratiques communes de la vie quotidienne où la communication est déjà un mot riche de sens. La théorie de la communication, en ce sens, est un champ cohérent de la pratique métadiscursive, un champ du discours sur le discours ayant des conséquences pour la pratique de la communication. Les différentes traditions théoriques de la communication offrent des manières différentes de conceptualiser et de débattre de problèmes et de pratiques de communication. Ces manières sont issues de certaines croyances communes à propos de la communication et y font appel, tout en problématisant d’autres croyances. C’est dans le dialogue entre ces traditions que la théorie de la communication pourra devenir partie prenante du discours (ou du métadiscours) actuel sur la communication dans la société (Craig, 1989 ; Craig et Tracy, 1995).

7Les prochaines sections de cet essai développent les éléments suivants :

  1. La communication n’a pas encore émergé comme un champ d’études cohérent parce que les théoriciennes et théoriciens n’ont pas encore trouvé un chemin au-delà des pratiques disciplinaires invalidantes qui les séparent.

  2. Le potentiel de la communication en tant que champ d’études ne pourra pas s’accomplir en tant que théorie de la communication unifiée, mais à travers une matrice disciplinaire dialogique / dialectique : un ensemble communément compris de postulats (toujours contestables) qui permettrait une argumentation productive à travers les diverses traditions de théories de la communication.

  3. Une matrice disciplinaire peut être développée en s’appuyant sur un métamodèle constitutif de la communication qui ouvre un espace conceptuel au sein duquel plusieurs modèles de premier niveau peuvent interagir et où une conception de la théorie de la communication comme métadiscours théorique est impliquée dans la production du métadiscours pratique de la vie quotidienne.

  4. En s’appuyant sur ces principes, une reconstruction provisoire des traditions multidisciplinaires de la communication prend la forme de sept lexiques alternatifs pour théoriser la communication comme pratique sociale.

8Dans la conclusion, je suggère des applications et des extensions de la matrice, de même que des implications pour la pratique disciplinaire dans le champ de la communication.

Racines d’incohérence

9L’incohérence de la communication en tant que champ peut s’expliquer par les origines multidisciplinaires et par les manières particulières dont les chercheurs et chercheuses ont usé et trop souvent abusé des fruits intellectuels qui continuent à déborder de cette corne d’abondance multidisciplinaire.

Origines multidisciplinaires

  • 7 Les histoires générales des études en communication (Delai, 1987  ; Rogers, 1994) mettent aussi en (...)

10L’un des éléments les plus intéressants de la théorie de la communication est qu’elle a surgi de manière relativement indépendante dans de nombreuses disciplines universitaires. Littlejohn (1982), dans ce qui est sans doute ce que nous avons de plus près d’une vue d’ensemble schématique et globale, fait remonter les contributions à la théorie de la communication à des disciplines aussi diverses que la littérature, les mathématiques et l’ingénierie, la sociologie et la psychologie7. L’anthologie de la théorie de la communication de Budd et Ruben (1972) inclut des chapitres représentant 24 approches disciplinaires qui vont, en ordre alphabétique, de l’anthropologie à la zoologie.

11En tant que discipline, la communication a initialement tenté de s’instaurer comme une sorte de bureau central interdisciplinaire pour toutes ces approches disciplinaires. L’esprit de l’interdisciplinarité est toujours avec nous et mérite d’être cultivé comme l’une de nos qualités les plus louables. Toutefois, l’incorporation de tant d’approches disciplinaires a rendu difficile d’envisager la communication comme un champ théorique cohérent. Quels sont les éléments communs – s’il en est – de toutes ces approches ? Développées au sein de disciplines variées afin de traiter de problèmes intellectuels variés, ces approches sont incommensurables, au sens que Kuhn (1970) donne à ce terme : elles ne sont ni en accord ni en désaccord, mais plutôt elles s’ignorent parce qu’elles conçoivent leur thème nominal commun, la communication, de manière fondamentalement différente.

  • 8   Dance et Larson (1976) ont allongé cette liste à 126 définitions, un nombre qui, selon la nature (...)
  • 9 [Dissension, critiques universitaires insidieuses et divisions théoriques]

12Dance a recensé 95 définitions de la communication qui ont été publiées dans les années 1950 et 19608. Il a conclu de ces recensions que les définitions différaient sous tellement d’aspects (il a distingué 15 « composants » intellectuels) que la communication devrait sans doute plutôt être théorisée comme une « famille » de concepts reliés plutôt que comme un concept unitaire afin d’éviter « dissension, academic sniping, and theoretical divisiveness (p. 210) »9. S’inscrivant dans une tradition positiviste pour laquelle le concept de théorie est stable, Dance a peut-être sous-estimé la difficulté d’intégrer des définitions éclectiques issues de disciplines ayant des programmes intellectuels incommensurables et qui ont maintenant souvent des conceptions radicalement différentes de ce qu’est la « théorie » (Craig, 1993). Étant donné la pléthore de définitions de la communication et la difficulté de les intégrer ou de choisir parmi celles-ci de manière satisfaisante, il est devenu de sagesse conventionnelle parmi les chercheurs et chercheuses en communication (par exemple Fisher, 1978  ; Murphy, 1991) qu’il était vain de se disputer à propos des définitions de la communication. De quoi, alors, discuteront les théoriciens et théoriciennes de la communication, sinon du concept premier qui constitue leur champ d’études commun  ?

De l’éclectisme stérile à la fragmentation productive

  • 10 [[du] champ, de son focus intellectuel et de sa mission]

13Selon Peters (1986), la recherche en communication a été appauvrie intellectuellement en partie à cause de la manière particulière dont la discipline a été institutionnalisée dans les universités états-uniennes. Peters avance que le terme « communication » a été utilisé par Wilbur Schramm et d’autres comme un mécanisme de légitimation institutionnel de sorte à prévenir toute définition cohérente « [of] the field, its intellectual focus, and its mission (p. 527) »10

  • 11 [un Taiwan intellectuel — prétendant être la Chine quand, en fait, elle est isolée sur une petite î (...)

14En s’établissant sous la bannière « communication », la discipline a réclamé la propriété universitaire du champ entier de la recherche et de la théorie de la communication. Une très forte réclamation en fait, puisque la communication avait déjà été largement étudiée et théorisée. Selon Peters, la recherche en communication est devenue « an intellectual Taiwan — claiming to be all of China when, in fact, it was isolated on a small island (p. 545) »11 Le cas le plus remarquable à cet égard est sans doute la théorie mathématique de l’information de Shannon (Shannon et Weaver, 1948), que les chercheurs et chercheuses de la communication proclament comme une évidence du potentiel statut scientifique de leur champ bien qu’ils n’aient rien à voir avec sa création, qu’ils la comprennent souvent mal et qu’ils lui trouvent rarement un usage réel dans leur recherche. L’éclectisme stérile de la théorie communicationnelle dans ce mode est évident dans le catalogage des traditions qui apparaît encore dans la plupart des recueils sur le sujet. Le « champ » de la communication en vient à ressembler à certains égards à un appareil destiné au contrôle de la vermine, appelé Roach Motel, qu’on annonçait à la télévision : les théories entrent au motel, mais n’en sortent jamais. Les chercheurs et chercheuses en communication se sont approprié toutes les idées sur la communication quelle que soit leur provenance, mais n’ont guère tiré profit de la plupart — ils et elles les ont mises au tombeau pourrait-on dire après les avoir retirées des environnements disciplinaires dans lesquels elles s’étaient développées et étaient aptes à se propager. Les chercheurs et chercheuses de la communication ont apporté peu d’idées originales de leur propre cru.

  • 12 [de la science politique telle que pratiquée dans le champ de la communication]

15Peters (1986) souligne un phénomène similaire que j’interpréterai un peu différemment. Les leaders de la recherche en communication étaient fort conscients du phénomène que j’appelle « l’éclectisme stérile » et ils et elles ont cherché à le dépasser en développant des programmes systématiques de recherche théoriquement fondés. Puisque la plupart de leurs théories et paradigmes de recherche étaient empruntés à d’autres disciplines, cela impliquait qu’ils et elles démarraient des programmes de recherche en communication qui s’appuyaient sur des programmes de recherche dans ces autres disciplines. Ainsi, la plus grande partie de la recherche en communication politique, par exemple, n’était guère plus que « political science as practiced in the field of communication (Peters, 1986, p. 548) ».12 De la même manière, une bonne part de la recherche en communication interpersonnelle n’était — et continue de n’être — guère plus que de la psychologie sociale expérimentale pratiquée dans le champ de la communication.

16Les emprunts interdisciplinaires et transdisciplinaires sont, bien entendu, des pratiques utiles en soi et doivent être encouragés afin d’atténuer la fragmentation de la connaissance entre les disciplines. Le problème, ainsi que le suggère Peters (1986), est que ces emprunts ont été utilisés pour soutenir des revendications institutionnelles à un statut disciplinaire sans que soit articulé quelque mission ou foyer cohérent pour cette discipline communicationnelle putative.

17La recherche en communication est devenue productive par l’importation de fragments de plusieurs autres disciplines dans sa propre culture, mais les fragments tels qu’ils ont été utilisés n’ont pas pu — et ne pourront jamais — se constituer en un tout cohérent qui s’autoalimente et qui est plus que la somme de ses parties. Cela contribue à expliquer pourquoi la théorie communicationnelle n’a pas encore émergé en tant que champ cohérent. Chaque fragment de la recherche en communication a été productif dans son propre domaine, d’où mon usage de l’expression « fragmentation productive ». Aussi longtemps que la recherche sera ainsi fragmentée, les recueils de textes continueront de s’empêtrer dans un éclectisme stérile et il continuera d’avoir de plus en plus de théories de la communication, mais toujours pas de champ de la théorie de la communication.

Reconstruire la théorie de la communication en tant que champ

L’objectif : cohérence dialogique – dialectique

18En cherchant des remèdes à l’incohérence, l’objectif ne devrait pas être une quelconque et chimérique théorie communicationnelle unifiée. Une telle théorie unifiée sera toujours hors de portée et nous ne devrions probablement pas en vouloir, même si elle était atteignable. Aucun champ de recherche actif n’a de théorie parfaitement unifiée. Un champ parfaitement cohérent serait statique, mort, alors que la pratique même de la communication est très vivante et évolue sans cesse sur la scène d’un monde de contingence et de conflit.

19Ainsi, selon toute vraisemblance, la communication, la théorie de cette pratique, n’atteindra jamais une forme unifiée finale. En fait, l’objectif devrait être la condition même que Dance (1970) tenait tant à éviter : diversité théorique, argumentation et débat, même au prix de quelques critiques insidieuses. L’objectif ne devrait pas être une situation dans laquelle nous n’aurions plus d’objet d’argumentation, mais plutôt une situation dans laquelle nous comprendrions mieux que nous avons tous quelque chose de très important à propos duquel débattre.

  • 13 Pour une critique mettant en évidence les tendances plus oppressives et plus « exclusionnaires » de (...)
  • 14 [une communauté conversationnelle ayant une tradition argumentative]

20Toutefois, bien que nous ne devrions pas courir après la chimère d’une théorie unifiée, nous ne devrions pas non plus être distraits de notre quête par la fausse piste de « l’antidisciplinarité ». Une argumentation théorique productive a plus de chances de se produire au sein d’une communauté interprétative soutenue par une matrice disciplinaire, c’est-à-dire un arrière-plan d’hypothèses partagées. Cependant, la « disciplinarité » ne requiert pas que la diversité et l’interdisciplinarité soient éliminées13. Au minimum, être une discipline signifie que plusieurs d’entre nous s’accordent sur leurs désaccords concernant des sujets qui ont une certaine importance et à propos desquels il est ainsi pertinent de discuter. En ce sens, une discipline n’est rien de plus ni rien de moins que « a conversational community with a tradition of argumentation (Shotter, 1997) »14 .

21En somme, l’objectif devrait être la cohérence dialogique-dialectique : une conscience commune de certaines complémentarités et de certaines tensions entre différents types de théories de la communication, de sorte qu’il soit communément compris que ces différents types de théories ne peuvent se développer légitimement en un isolement total, mais qu’elles doivent débattre entre elles. Mon but ici est d’explorer comment la théorie de la communication peut être reconstruite en une discipline pratique afin de révéler de telles complémentarités et tensions et ainsi constituer un champ cohérent. Dans ce but, je proposerai une matrice théorique provisoire construite selon deux principes. Le premier de ces principes dérive d’un modèle « constitutif » de la communication mis en évidence dans d’autres efforts récents de conceptualisation du champ de la communication  ; toutefois, ce modèle constitutif est soumis ici à un tournant réflexif duquel il émerge sous une tout autre forme.

Premier principe : le modèle constitutif de la communication en tant que métamodèle

  • 15 Voyez Beniger (1993)  ; Berger et Chaffee (1987, p. 894)  ; Cronkhite (1986)  ; Deetz (1994)  ; Luh (...)

22Bien que le premier débat quant à la définition de la communication se soit pratiquement éteint après Dance (1970), le concept de communication est de nouveau devenu un sujet de discussion important chez les théoriciens et théoriciennes de la communication vers la fin des années 1980. Alors au cœur de l’essor de la communication, l’attention renouvelée sur le concept de communication reflète une conviction croissante, à tout le moins chez certains universitaires, que la communication peut devenir un champ de recherche cohérent, un champ d’une importance centrale pour la pensée sociale. En effet, en conceptualisant la communication, nous construisons une perspective « communicationnelle » de la réalité sociale et ainsi définissons l’étendue et l’objet d’une discipline de la communication différente des autres disciplines sociales15.

23Parmi les plus intéressantes de ces propositions de définitions du champ, on trouve plusieurs versions d’un modèle constitutif, ou rituel, de la communication. Généralement, le modèle proposé est défini par contraste avec son opposé dialectique, soit un modèle de transmission ou informationnel, dont on dit qu’il continue de dominer le sens commun et une bonne part de la pensée universitaire (Carey, 1989  ; Cronen, 1995  ; Deetz, 1994  ; Pearce, 1989  ; Peters, 1989  ; Rothenbuhler, 1998  ; Shepherd, 1993  ; Sigman, 1992, 1995b). Selon le concept usuel de la transmission, la communication est un processus d’envoi et de réception des messages ou de transfert de l’information d’un esprit à l’autre.

24Dans les dernières années, le modèle de transmission a subi de lourdes attaques. Peters (1989) fait remonter ses origines à l’empirisme du 18e siècle, avec ses postulats individualistes et solipsistes (voir aussi Taylor, 1992, 1997). Carey (1989), Deetz (1994), Pearce (1989) et Shepherd (1993), entre autres, ont argué que le modèle de la transmission est philosophiquement faible, chargé de paradoxes et idéologiquement rétrograde, et qu’il devrait à tout le moins être complété, sinon totalement supplanté, par un modèle qui conçoit la communication comme un processus constitutif qui produit et reproduit un savoir partagé. Ce modèle constitutif offre à la discipline de la communication un point focal, un rôle intellectuel central et une mission culturelle (c’est-à-dire de critiquer les manifestations culturelles du modèle de la transmission).

25Plusieurs thèmes importants traversent cette documentation. L’un de ces thèmes veut que les idées sur la communication aient évolué à travers l’histoire et qu’elles puissent être mieux comprises lorsque mises en un contexte historique, culturel et intellectuel plus large. Un autre thème est que les théories de la communication sont réflexives : les théories formelles, souvent tirées des manières ordinaires culturellement inscrites de penser la communication, une fois formulées influencent à leur tour la pensée et la pratique quotidienne, soit en la changeant soit en la renforçant. La relation entre la théorie et la culture est ainsi réflexive, ou mutuellement constitutive. Les théories de la communication aident à créer le phénomène même qu’elles visent à expliquer (Carey, 1989  ; Krippendorff, 1997).

26Ceci nous amène à un troisième thème voulant que les théories de la communication, parce qu’elles sont enracinées culturellement et historiquement et qu’elles sont réflexives, aient des implications pratiques et même politiques. Parce qu’elles influencent la société, ces théories servent toujours quelque intérêt mieux que d’autres – souvent, évidemment, les intérêts des mieux nantis et des plus puissants. Par exemple, le modèle de la transmission peut servir les intérêts des experts techniques tels des scientifiques ou des ingénieurs lorsqu’il est utilisé pour renforcer les croyances culturelles qui mettent en relief la valeur des experts en tant que sources fiables d’information.

  • 16 Les études en communication pourraient-elles même prétendre être la discipline fondamentale expliqu (...)

27Un quatrième thème veut que la communication soit une discipline intellectuelle légitime, à la condition qu’elle adopte une perspective communicationnelle sur la réalité sociale qui soit radicalement différente, mais au moins égale en statut, de disciplines établies telles la psychologie, la sociologie, l’économie, la linguistique, etc. Chacune de ces perspectives disciplinaires a sa manière propre d’expliquer certains aspects de la communication. La psychologie, par exemple, explique les processus cognitifs par lesquels les individus parviennent à créer des messages (Berger, 1997). Toutefois, une perspective communicationnelle renverse l’explication : la communication, dans une perspective communicationnelle, n’est pas un phénomène secondaire pouvant être expliqué par un facteur psychologique, sociologique, culturel ou économique  ; plutôt, la communication même est le processus social primaire constitutif qui explique ces autres facteurs. Les théories à propos de la communication relevant d’autres perspectives disciplinaires ne sont pas à proprement parler dans le champ de la théorie de la communication parce qu’elle ne s’appuie pas sur une perspective communicationnelle. Toute théorie de la communication authentique reconnaît le caractère constitutif de la communication (Sigman, 1995b)  ; elle reconnaît la communication même comme mode fondamental d’explication (Deetz, 1994)16.

  • 17 [émergent lorsque les modes d’explication existant ne parviennent plus à offrir une orientation con (...)
  • 18 [la description de la manière dont le monde intérieur et extérieur, les relations sociales et les m (...)

28Deetz souligne que les nouvelles disciplines (dans le sens de nouveaux modes d’explication fondamentaux) « arise when existing modes of explanation fail to provide compelling guidance for responses to a central set of new social issues (1994, p. 568) »17. De nos jours, les problématiques sociales centrales se rapportent à qui participe et de quelle manière aux processus sociaux qui construisent les identités individuelles, l’ordre social et les codes de communication. En opposition à la vision informationnelle traditionnelle de la communication qui tient ces éléments pour acquis et les pose en tant que cadre fixe devant exister pour que survienne la communication, Deetz adopte une « perspective communicationnelle » émergente qui se centre sur « describing how the inner world, outer world, social relations, and means of expression are reciprocally constituted with the interactional process as its own best explanation (1994, p. 577) »18.

  • 19 Voir en particulier Deetz (1994)  ; voir aussi Carey (1989), Pearce (1989) et Shepherd (1993). L’id (...)

29Il est particulièrement remarquable que les arguments proposés en appui à un modèle constitutif de la communication ne soient souvent pas uniquement théoriques, comme l’illustrent les passages de Deetz (1994) précédemment cités. On dira que la situation sociale en constant changement au sein de laquelle la communication est théorisée appelle de nouvelles manières de penser la communication. Le modèle constitutif est ainsi présenté comme une réponse pratique aux problèmes sociaux contemporains tels ceux qui émergent de l’érosion des fondations culturelles des institutions et idées traditionnelles, augmentant ainsi la diversité culturelle et l’interdépendance de même que les demandes issues de toute part pour la participation démocratique dans la construction de la réalité sociale. De la même manière qu’un modèle de transmission peut être utilisé pour soutenir l’autorité des experts techniques, un modèle constitutif peut, on l’espère, servir la cause de la liberté, de la tolérance et de la démocratie19.

30Bien que je sois fortement en accord avec ces arguments en faveur d’un modèle constitutif de la communication, je préfère une interprétation pragmatique qui ne rejette pas nécessairement les autres modèles, tel le modèle de transmission, à des fins pratiques. Cela signifie que je considère le modèle constitutif comme un métamodèle qui ouvre un espace conceptuel au sein duquel différents modèles théoriques peuvent interagir. Logiquement, un modèle de premier ordre de la communication est une perspective sur la communication qui met en lumière certains aspects du processus. Ainsi, par exemple, un modèle de transmission représente la communication comme un processus au sein duquel les messages circulent des sources vers des récepteurs. Un modèle de second ordre, un métamodèle, est une perspective sur des modèles qui met en lumière certains de leurs aspects. Un métamodèle constitutif de la communication représente les modèles de communication comme différentes manières de constituer symboliquement les processus de communication à des fins spécifiques. Je crois que de ne pas distinguer logiquement entre les modèles de premier ordre et le modèle constitutif est une erreur de catégorie qui produit au moins deux sortes de confusion.

  • 20 Le paradoxe logique voulant que la communication n’existe qu’en tant qu’elle est constituée par la (...)
  • 21 Carey (1989), McKinzie (1994), Reddy (1979) et Taylor (1992) ont tous suggéré que la communication, (...)
  • 22 Bien que les partisans d’un modèle constitutif ne rejettent pas toujours entièrement le modèle de t (...)

31D’une part, un paradoxe se cache dans l’opposition entre le modèle constitutif et le modèle de transmission. Ainsi, affirmer que le modèle constitutif est le « véritable modèle de communication » apparaît contradictoire, dans la mesure où le modèle constitutif nie généralement que quelque concept ait une véritable essence, sauf lorsque constitué dans le processus de communication. Malgré l’impression qui pourrait se dégager d’une lecture superficielle de la documentation, la définition de la communication n’est pas un choix binaire entre deux modèles en compétition — transmission vs constitutif — ce qui n’est d’ailleurs pas du tout un choix, puisque le modèle de transmission tel qu’il est habituellement présenté n’est guère plus qu’une esquisse représentant une vue simpliste. Un modèle de transmission, en tant que manière de concevoir symboliquement la communication à des fins pragmatiques, est tout à fait cohérent avec le modèle constitutif. En d’autres termes, le modèle constitutif ne nous dit pas ce qu’est véritablement la communication, mais il implique plutôt que la communication peut être constituée symboliquement (dans et par la communication, bien sûr) de plusieurs manières différentes, notamment comme processus de transmission (pourquoi pas, si cela se révèle utile à quelque fin ?)20. Les notions de communication de type « transmission », quelle que soit leur faiblesse philosophique, sont toujours culturellement répandues21. De plus, une réflexion critique peut nous amener à conclure qu’il y a souvent des raisons valables d’utiliser un modèle de transmission : qu’il peut être utile de distinguer sur le plan pragmatique entre les sources et les récepteurs de la communication, de cartographier le flux de l’information à travers des systèmes ou de considérer les messages comme des contenants de sens ou de concevoir la communication comme un acte intentionnel exécuté afin d’atteindre un résultat anticipé. On peut, par exemple, justifier des modèles de transmission sur la base de ce qu’ils permettent de développer une certaine vigilance à l’égard de la diversité et à l’égard de la relativité des perspectives ainsi que des dangers, toujours présents, de distorsion ou de quiproquo dans la communication22.

32Plus globalement d’autre part, le modèle constitutif, à moins qu’on ne le pose clairement comme un métamodèle, peut amener à confondre la communication en tant que telle et la communication telle que théorisée au sein de certaines traditions limitées et ainsi, en excluant d’autres traditions pertinentes, limiter indûment le champ de la théorie de la communication. Le modèle constitutif est peut-être plus aisément confondu avec ce que je définirai plus tard dans ce texte comme une tradition socioculturelle de la théorie de la communication. Au sein de cette tradition, la communication est théorisée en tant que processus qui produit et reproduit — et ainsi constitue — l’ordre social. Confondre le métamodèle constitutif avec le modèle socioculturel de premier ordre peut conduire à l’impression erronée que les autres traditions de théorie de la communication, par exemple celles que j’appellerai les traditions cybernétique et psychosociologique ne sont pas d’authentiques théories de la communication parce qu’elle ne propose pas une perspective communicationnelle de la réalité. Au contraire, je montrerai que ces autres traditions peuvent être reconstruites d’après le métamodèle constitutif comme des types alternatifs d’explications de la communication et pas uniquement des explications de la communication s’appuyant sur des facteurs autres que communicationnels. Bref, au sein d’un métamodèle constitutif, il existe plusieurs manières de théoriser ou constituer symboliquement la communication. La théorie socioculturelle n’est qu’une de ces manières.

33Le simple fait que la communication puisse être théorisée de différentes manières au sein d’un métamodèle constitutif ne nous donne cependant aucune raison de le faire, non plus que cela ne nous donne des bonnes raisons de croire qu’un champ théorique cohérent de la communication découlerait d’une telle prolifération de théories. Cette ligne de pensée « pragmatique » - plus il y a de théories, mieux c’est – nous ramène-t-elle dans le même pétrin d’éclectisme stérile ou, au mieux, de fragmentation productive  ? J’argumenterai que la théorie de la communication dans toute son ouverture à la diversité peut être un champ cohérent, et un champ utile, si nous la comprenons en quelque sorte comme un métadiscours, un discours sur le discours, dans le contexte d’une discipline pratique. Ceci constitue le second principe pour la construction d’une matrice disciplinaire dialogique-dialectique.

Second principe : la théorie de la communication comme métadiscours

  • 23 [représente la pratique technique de la théorisation du langage, de l’interprétation, de la communi (...)

34Ma lecture de Taylor (1992) a été l’inspiration ayant conduit à la rédaction du présent essai sur la communication en tant que champ. Dans une critique de la théorie du langage depuis Locke jusqu’à aujourd’hui, Taylor « represents the technical practice of theorizing language, interpretation, communication, and understanding … as derived from … our ordinary, everyday practices of talking about what we say and do with language (1992, p. 10) »23. Selon Taylor, la théorie linguistique formelle peut être et, en fait, a été, dérivée de la transformation de lieux communs du métadiscours pratique — telle la croyance commune que les personnes comprennent leurs énoncés mutuels — en des axiomes théoriques ou en des hypothèses empiriques. Chaque théorie du langage fonde sa plausibilité en faisant appel de manière rhétorique à la validité tenue pour acquise de certains de ces lieux communs métadiscursifs ou en remettant certains autres en question. Dans la mesure où chaque théorie du langage remet en question des lieux communs métadiscursifs que d’autres tiennent pour acquis, l’ensemble de la théorie du langage devient un métadiscours structuré comme un jeu fermé autoréférentiel. Taylor (1992) suggère que la seule porte de sortie de ce jeu rhétorique autonome de métadiscours intellectuel est de mettre de côté le pseudoproblème sur lequel il est basé – celui d’expliquer comment la communication est possible — et, plutôt, de se tourner vers l’étude empirique d’un métadiscours pratique — comment la communication est réflexivement accomplie dans la pratique.

35Le métadiscours pratique est intrinsèque à la pratique communicative. En d’autres termes, la communication n’est pas uniquement quelque chose que nous faisons, mais aussi une chose à laquelle nous nous référons réflexivement par des voies entremêlées à nos pratiques. Par exemple, lorsque Anne dit à Richard : « tu ne peux vraisemblablement pas savoir ce dont je parle », elle fait appel, par une remarque métadiscursive, à certaines croyances communes relatives au sens et à la référence (telle la croyance que la véritable compréhension ne peut venir que de l’expérience personnelle), cela probablement pour saper une affirmation de Richard. Le discours pratique est riche de tels lieux communs métadiscursifs, importants pour toutes sortes de fonctions pragmatiques de la vie quotidienne.

36La déconstruction de la théorie du langage à laquelle procède Taylor (1992) a inspiré l’idée que toute théorie de la communication, et pas uniquement la théorie du langage, est un type de métadiscours, une manière de parler à propos de la parole qui dérive beaucoup de sa plausibilité et de son intérêt, en faisant appel de manière rhétorique aux lieux communs de la pratique quotidienne du métadiscours. Les théories de communication psychosociologiques des traits, par exemple, semblent plausibles parce qu’elles font appel à la notion de sens commun voulant que les styles de communication des personnes reflètent leurs personnalités. La théorie de l’appréhension à communiquer n’est ainsi qu’une version plus sophistiquée du métadiscours quotidien à propos de la timidité : « elle avait peur de lui parler, car elle est très timide ».

37Ainsi, mon postulat de travail — en paraphrasant Taylor (1992) — est que la pratique technique de la théorie de la communication dérive grandement de nos pratiques quotidiennes et ordinaires de parler à propos de la communication et mon analyse du champ plus hétérogène et plus large de la communication suit l’analyse du langage plus étroite et plus rigoureusement structurée de Taylor à certains égards. Il y a toutefois ici une importante différence : là où Taylor (1992) représente la théorie du langage comme un jeu fermé et autoréférentiel complètement séparé des fonctions pragmatiques qui animent le métadiscours pratique, je perçois la théorie de la communication comme une pratique sociale, un métadiscours théorique qui émerge du métadiscours pratique, qui en est une extension et qui en même temps l’informe.

38Dans cette vision, notre tâche n’est pas de déconstruire la théorie de la communication (à quoi cela servirait-il ? C’est déjà un fouillis). Plutôt, nous devons reconstruire la théorie de la communication en tant que métadiscours théorique en dialogue avec le métadiscours pratique de la vie quotidienne. Cette conception du métadiscours théorique embrasse les implications et les engagements qui émergent d’un métamodèle constitutif de la communication. Elle reconnaît la réflexivité de la théorie de la communication et notre obligation qui s’ensuit en tant que théoriciens et théoriciennes de la communication de consacrer notre travail théorique à la situation culturelle qui a donné naissance à notre discipline. En d’autres termes, elle reconnaît le potentiel pour la théorie de la communication d’aider à cultiver la communication en tant que pratique sociale et, pour la communication, de se développer comme discipline pratique (Craig, 1999, 1995, 1996a, 1996b  ; Craig et Tracy, 1995).

39Dans une discipline pratique de la communication, la théorie doit fournir les ressources conceptuelles pour réfléchir aux problèmes de communication. Ce qu’elle fait en théorisant (reconstruction conceptuelle) les pratiques communicatives au sein d’idéalisations normatives de la communication qui sont relativement abstraites et explicitement raisonnées (Craig, 1996b  ; Craig et Tracy, 1995). Évidemment, la communication peut être théorisée à partir de différentes perspectives et ainsi le champ de la théorie de la communication devient un forum au sein duquel il est possible de discuter des mérites relatifs de théories pratiques alternatives. Cette discussion constitue ce que j’appelle le métadiscours théorique.

40La communication a le potentiel d’être une discipline pratique d’abord parce que le mot « communication » est déjà un concept riche de sens dans notre monde. Si nous sommes dans une culture dans laquelle nous avons tendance à croire que tous les problèmes sont fondamentalement des problèmes de communication (McKeon, 1957), dans laquelle nous avons souvent l’impression qu’il nous faut nous « assoir et parler » afin de « régler nos problèmes » dans nos relations (Katriel et Philipsen, 1981) et dans laquelle nous déclarons rituellement que la communication est l’unique lien qui peut unir une société diversifiée à travers le fossé qui nous sépare spatialement et culturellement (Carey, 1989), ainsi la communication est déjà un thème largement discuté dans la société et tout le monde sait déjà que la communication est importante et qu’elle vaut la peine d’être étudiée afin de l’améliorer. De ce fait, la théorie de la communication peut être construite de manière inductive à travers l’étude critique de la pratique quotidienne, en partie par la transcription et la reconstruction théorique des « idéaux situés » nommés par les personnes mêmes dans leur métadiscours quotidien. Cette façon critique-inductive de construire la théorie de la communication a été explorée dans des travaux antérieurs sur la « théorie pratique ancrée » (Craig et Tracy, 1995).

41La communication a aussi le potentiel d’être une discipline pratique, en partie parce qu’elle est déjà une catégorie théorique au sein de nombreuses disciplines desquelles nous pouvons tirer une riche sélection de ressources conceptuelles pour la réflexion sur la pratique de la communication. Ces traditions établies offrent des lexiques alternatifs différents, qui peuvent être reconstruits de manière critique comme des voies alternatives de conceptualisation de problèmes et de pratiques de communication. Cet héritage culturel riche constitue ainsi un second point de départ pour la construction du champ de la communication. La théorie de la communication peut être construite de manière déductive — à partir de la théorie —, de même que de manière inductive à partir de la pratique. Dans cet essai, nous explorons cette approche critique déductive de construction de la théorie de la communication.

42Bien que des idées théoriques sur la communication aient été développées dans plusieurs disciplines ayant d’incommensurables programmes intellectuels, le fait que chacune de ces idées soit potentiellement pertinente pour la pratique demeure un postulat de travail raisonnable. On peut raisonnablement penser, quoique spéculativement, que la communication a pu être théorisée dans toutes ces disciplines pendant le 20e siècle, en partie justement parce que la communication est devenue une importante catégorie culturelle de la pratique sociale. Ce postulat s’accorde avec l’idée de réflexivité, ou d’influence mutuelle, entre la théorie de la communication et la pratique culturelle ainsi que l’ont suggéré Carey (1989), Deetz (1994) et bien d’autres. Selon une perspective rhétorique, une discipline universitaire peut se légitimer culturellement, entre autres, en établissant sa pertinence sociale en montrant qu’elle a quelque chose d’intéressant à dire à propos de thèmes culturellement saillants et à propos de problèmes pratiques, telle, dans notre culture, la communication.

43S’il est vrai que la théorisation de la communication largement répandue dans plusieurs disciplines a émergé en partie d’un désir de pertinence pratique, alors l’héritage multidisciplinaire de la théorie de la communication est fin prête pour une discipline pratique au moins à certains égards. Mon objectif, dans la suite de cet essai, est de montrer comment la pertinence pratique potentielle de toute théorie de la communication, quelle que soit sa source disciplinaire, peut être exploitée pour construire un champ, un terrain d’entente ou un espace (méta)discursif commun, au sein duquel toutes les théories de la communication peuvent interagir entre elles de manière productive et, grâce au truchement du métadiscours pratique, avec la pratique de la communication.

44La manière dont je reconstruis les traditions théoriques de la communication pour mettre en évidence leur pertinence pratique s’inspire librement de Taylor (1992). Je tiens pour acquis que le métadiscours théorique (c’est-à-dire, la théorie de la communication) à la fois dérive du métadiscours pratique (le discours de tous les jours de la communication) et le théorise. Ce faisant, il (a) fait appel de manière rhétorique à certains lieux communs métadiscursifs – ce qui fait qu’une théorie apparaît plausible et relevant du sens commun d’un point de vue profane et (b) qui remet en question avec scepticisme d’autres lieux communs – ce qui fait qu’une théorie a l’air intéressante, pénétrante ou peut-être absurde ou insensée d’un point de vue profane. Cette combinaison de plausibilité et d’intérêt constitue la présomption de pertinence pratique d’une théorie. Puisque différentes théories s’avèrent pertinentes de manières significativement différentes, voire opposées, le métadiscours théorique revient sur lui-même pour débattre des différences et ainsi se constituer comme un champ dialogique-dialectique. Notre tâche actuelle est donc de démarrer ce processus autoréflexif dans le champ de la théorie de la communication.

Une esquisse du champ : sept traditions

45J’ai affirmé jusqu’à présent que la théorie de la communication n’était pas encore un champ cohérent, mais qu’elle avait un potentiel pour devenir un champ dialogique-dialectique s’appuyant sur deux principes : (a) un métamodèle constitutif de la communication et (b) une conception de la théorie de la communication comme pratique métadiscursive au sein d’une discipline pratique. Afin de voir jusqu’où une telle approche peut nous mener, je vais esquisser sept traditions de la théorie de la communication reconstruites et organisées en une matrice qui met en évidence des complémentarités et des tensions ayant une pertinence pratique.

46Les tableaux 1 et 2 résument les sept points de vue traditionnels qui sont présentés dans les pages suivantes. Dans le premier tableau, chaque tradition est identifiée par la définition de la communication qui la caractérise, par les définitions de problèmes de communication qui lui sont associées, par son lexique métadiscursif, par les lieux communs tenus pour acquis qui rendent plausible la tradition et par les lieux communs que la tradition remet en question ou réinterprète de manière intéressante.

  • 24 L’autocritique réflexive de chacune des traditions envers elle-même se trouve dans les cellules en (...)

47Le tableau 2 poursuit l’analyse en suggérant des topoïs (c’est-à-dire des arguments habituels ou lieux communs dialectiques) pour l’argumentation entre les traditions. L’objectif de ce tableau est d’identifier des objections critiques que chaque tradition soulève envers les manières typiques d’analyser les pratiques de communication des autres traditions24.

Tableau 1 : Sept traditions de la communication

Tableau 1 : Sept traditions de la communication

Tableau 2 : Topoïs pour l’argumentation entre les traditions

Tableau 2 : Topoïs pour l’argumentation entre les traditions

48Les traditions sont discutées sommairement dans les sections suivantes. Les discussions suivent et complètent les tableaux, mais sans commenter en détail chacune des cellules. Lorsque cela est nécessaire, je fais référence à divers textes récents sur la théorie de la communication pour illustrer les traditions, y compris des amalgames de différentes traditions. Sans nul doute, il s’agit là de constructions instrumentales plutôt que de catégories fondamentales, mais elles représentent des communautés de savoir identifiables. Bien que j’aie tenté d’être inclusif dans la sélection et la définition des traditions, j’ai pris des décisions qui sans nul doute reflètent mes propres idées préconçues et limitations intellectuelles. J’invite d’autres spécialistes à les mettre en lumière.

49Le contenu des sept traditions, je l’espère, rejoindra les lecteurs et lectrices qui sont relativement bien au fait de la grande diversité de la théorie de la communication. À titre d’exemple, plusieurs de ces traditions rejoignent certains chapitres de l’influent livre de Littlejohn (1996b). Toutefois, malgré la familiarité des contenus (il s’agit, après tout, de traditions de la théorie de la communication), la structure de la matrice se distingue radicalement de la manière conventionnelle de diviser le champ. Les théories de la communication ont été traditionnellement organisées en fonction de leur origine disciplinaire (par exemple, psychologie, sociologie, rhétorique), de leur niveau d’organisation (par exemple, interpersonnel, organisationnel, masse), de leur type d’explication (par exemple, trait, cognition, systémique) ou de leur épistémologie sous-jacente (par exemple, empiriste, interprétatif, critique). En contraste, le schème que je propose divise le champ en fonction des conceptions sous-jacentes des pratiques de communication. L’un des effets de ce changement de perspective est que les théories de la communication ne s’évitent plus en étant chacune dans un paradigme ou à un niveau différent. De cette manière, les théories de la communication ont soudainement une chose à propos de laquelle elles sont ou non en accord et cette « chose », c’est la communication, pas l’épistémologie.

La tradition rhétorique : la communication comme un art pratique du discours

  • 25 [Formellement, la rhétorique est l’art collaboratif d’aborder et de guider la décision et le jugeme (...)

Formally speaking, rhetoric is the collaborative art of addressing and guiding decision and judgment-usually public judgment that cannot be decided by force or expertise. Rhetorical inquiry, more commonly known as the study of public communication, is one of the few areas of research that is still actively informed by its own traditions…25 (Farrell, 1993, p. 1)

  • 26 [La source première d’idées sur la communication avant ce siècle, datant des temps anciens, est la (...)

50The primary source of ideas about communication prior to this century, dating back to ancient times, was rhetoric.26 (Littlejohn, 1996a, p. 117).

  • 27 Arnold définit la rhétorique comme « (the) study and teaching of practical, usually persuasive comm (...)

51Dans la tradition de la théorie rhétorique dont l’origine remonte aux anciens sophistes grecs et qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui à travers une histoire longue et variée, la communication a généralement été théorisée comme un art pratique du discours27. Cette manière de théoriser la communication se révèle utile pour expliquer pourquoi notre participation au discours, particulièrement au discours public, est importante et comment elle advient. Elle affirme aussi la possibilité que la pratique de la communication puisse être cultivée et améliorée par l’étude critique et l’éducation. Dans la tradition rhétorique, les problèmes de communication sont conçus comme des exigences sociales qui peuvent être résolues par l’usage astucieux du discours afin de convaincre des audiences (Bitzer, 1968).

52La tradition rhétorique semble utile et plausible parce qu’elle fait appel à des croyances communes à propos de la communication : nous savons tous que la rhétorique est une puissante force dans la société. La plupart des personnes s’accordent pour dire qu’en matière d’opinions, il est bien de connaître plusieurs aspects de la question avant de se faire son propre jugement. En ce sens, la rhétorique apparaît fondamentalement utile et nécessaire, même si elle est trop souvent mal faite, agaçante ou même sérieusement nuisible. De telles raisons font qu’il est important pour nous de comprendre le fonctionnement de la rhétorique et de développer nos habiletés en tant que consommateurs et consommatrices critiques et en tant que producteurs et productrices de rhétorique. Nous sommes conscients que certaines personnes sont de meilleures communicatrices que d’autres et que les meilleurs exemples de rhétorique relèvent d’un grand art. Puisque nous savons que les personnes varient en habiletés et en sagesse dans leurs communications et qu’à tout le moins les habiletés peuvent être améliorées par l’enseignement et la pratique, il devient raisonnable de croire que les personnes peuvent devenir de meilleures communicatrices en s’exerçant et en apprenant des méthodes qui peuvent être créées ou découvertes par la recherche et enseignées de manière systématique. De plus, une fois que nous avons compris que le plaidoyer public n’est qu’un des nombreux territoires de la pratique communicative (telles la conversation interpersonnelle, les nouvelles, la conception de CD-ROM), il devient évident que toute communication peut être théorisée comme un art pratique et étudiée sensiblement de la même manière que la rhétorique a été traditionnellement étudiée. C’est pourquoi il est devenu de sens commun de penser la communication comme une discipline pratique.

53Toutefois, si la tradition rhétorique semble plausible et utile parce qu’elle fait appel à plusieurs croyances populaires sur la communication, elle est aussi intéressante parce qu’elle remet en question d’autres croyances populaires et met en lumière certains des paradoxes les plus profonds de la communication. Elle remet en question le lieu commun voulant que les simples mots soient moins importants que les actions, que la véritable connaissance soit plus qu’une simple question d’opinion et que le fait de dire la pure vérité soit plus qu’une adaptation stratégique d’un message pour une audience. Pendant plus de 2000 ans, les théoriciens et théoriciennes de la rhétorique ont discuté de la place relative des émotions et de la logique dans la persuasion  ; ils se sont demandé si la rhétorique était fondamentalement bonne, mauvaise ou neutre, si elle possédait son propre objet et si la théorie était d’une quelconque utilité dans l’amélioration de la pratique. Il s’agit de questions intéressantes – ou qui peuvent le devenir par l’intermédiaire d’un enseignant adroit –, d’une part parce qu’elles sont intellectuellement très troublantes et, d’autre part, parce qu’elles peuvent être liées à de véritables problèmes auxquels nous sommes confrontés dans nos vies quotidiennes. Par exemple, nous devrions vraiment réfléchir à la manière dont nous sommes infléchis par les appels émotifs qui envahissent la publicité commerciale ou politique et, à cet égard, la théorie rhétorique offre un lexique utile pour conceptualiser et discuter de cette expérience commune.

54La tradition sémiotique : la communication comme médiation intersubjective par les signes

  • 28 [La sémiotique s’est beaucoup attardée à la manière dont les personnes transmettent le sens et a ai (...)

[S]emiotics has paid a great deal of attention to how people convey meanings and thus has developed a vocabulary we can borrow for our own uses.28 (Leeds-Hurwitz, 1993, p. xv).

  • 29 [Le malentendu… est le scandale qui motive le concept de communication]

Miscommunication . . . is the scandal that motivates the concept of communication.29 (Peters, 1989, p. 397)

  • 30 Le texte classique est Locke (1690/1979)  ; voir Peters (1989), Steiner (1989) et Taylor (1992).

55Tout comme la rhétorique, la sémiotique — l’étude des signes — a des racines anciennes (Manetti, 1993), mais on peut penser que la sémiotique, en tant que tradition distincte de la théorie de la communication, a son origine dans la théorie du langage de John Locke (le très négligé Livre III)30. Cette tradition s’est construite à travers Peirce et Saussure, dont les travaux majeurs ont fondé deux disciplines très différentes de la sémiotique, et se poursuit jusqu’aux théories du langage, du discours, de l’interprétation, de la communication non verbale, de la culture et des médias. Dans la tradition sémiotique, la communication est généralement théorisée comme une médiation intersubjective par les signes. Théorisée de cette manière, la communication explique et exploite l’utilisation du langage et d’autres systèmes de signes comme médiation entre différentes perspectives. Les problèmes de communication dans la tradition sémiotique sont d’abord des problèmes de (re)présentation et de transmission de significations, de fossés entre des subjectivités qui peuvent être comblés, même imparfaitement, par l’usage de systèmes partagés de signes.

56Locke (1690/1979) affirme que nous ne pouvons pas tenir pour acquis que les personnes se comprennent mutuellement. Taylor (1992), comme je l’ai mentionné plus tôt, montre comment toutes les théories du langage depuis Locke peuvent être construites comme une série de réponses à la remise en question par Locke de la croyance populaire de la compréhension intersubjective. La théorie sémiotique aujourd’hui affirme généralement que les signes construisent leurs usages (ou « positions-sujet »), que les significations sont publiques et ultimement indéterminées, que la compréhension est un geste pratique plutôt qu’un état psychologique intersubjectif et que les codes et les médias de communication ne sont pas des structures neutres ou des canaux pour la transmission des significations, mais qu’ils ont leurs propres propriétés signifiantes (le code façonne le contenu, et le médium lui-même devient un message, voire le message [McLuhan, 1964]).

57La théorie sémiotique de la communication semble plausible et pratique lorsqu’elle fait appel aux croyances populaires que la communication est plus facile lorsque nous partageons un même langage, que les mots peuvent signifier des choses différentes selon les personnes, que les malentendus nous guettent toujours, que les significations sont souvent transmises indirectement ou par de subtils aspects du comportement susceptibles de nous échapper et que certaines idées sont plus faciles à exprimer avec certains médias (une image vaut mille mots, le courriel ne devrait pas être utilisé pour des négociations d’affaires délicates). Par ailleurs, la sémiotique peut sembler intéressante, stimulante ou même absurde ou peu plausible aux profanes lorsqu’elle remet en question d’autres croyances populaires telles que les idées existent dans l’esprit des personnes, que les mots ont une signification exacte, que la signification peut être rendue explicite, que la communication est un acte volontaire et que nous utilisons les signes et les médias comme des outils pour représenter et partager nos pensées.

58En tant que traditions différentes dans le champ de la théorie de la communication, la rhétorique et la sémiotique sont étroitement apparentées à certains égards et il n’est pas rare de rencontrer des hybrides de ces deux traditions (par exemple, Burke, 1966  ; Kaufer et Carley, 1993). La rhétorique peut être considérée comme une branche de la sémiotique qui étudie les structures du langage et de l’argumentation qui médiatise le lien entre l’audience et les communicateurs. Pour sa part, la sémiotique pourrait aussi être considérée comme une théorie particulière de la rhétorique qui étudie les ressources disponibles pour transmettre les significations dans les messages rhétoriques.

  • 31 [Locke comprenait la communication non comme une sorte de langage, de rhétorique ou de discours, ma (...)

59La sémiotique et la rhétorique ont aussi des différences marquées qui ont d’importantes implications pratiques. Peters souligne que « Locke understood communication not as a kind of speech, rhetoric, or discourse, but an alternative to them (1989, p. 394) »31. Dans la pensée moderne, la rhétorique s’est souvent vu attribuer le rôle d’ennemie de la communication. Pour les modernistes, la communication est liée à la raison, la vérité, la clarté et la compréhension, alors que la rhétorique concerne essentiellement le traditionalisme, l’artifice, la confusion et la manipulation. La communication témoigne de la nouvelle voie de la science et de l’illumination  ; la rhétorique, la voie ancienne obscurantiste et réactionnaire. Bien sûr, dans la pensée postmoderne, tout ceci a été renversé. Pour les sémioticiens et sémioticiennes poststructuralistes, toute communication est rhétorique si nous entendons par rhétorique l’utilisation du langage pour lequel la raison, la vérité, la clarté et la compréhension ne peuvent être considérées comme des critères normatifs. Toutefois, dans la tradition rhétorique de la théorie de la communication, la rhétorique a un sens différent et possiblement plus utile, comme nous l’avons vu plus tôt. Dans cette tradition, la rhétorique signifie une communication conçue pour rejoindre une audience et éclairer leur jugement sur des objets d’opinion et de décision d’importance. En somme, le débat théorique entre la rhétorique et la sémiotique a une importance pratique parce qu’ultimement il concerne la base normative de notre usage quotidien, dans le métadiscours pratique, de concepts comme le jugement, la signification et la vérité.

La tradition phénoménologique : la communication comme expérience de l’altérité

  • 32 [La compréhension phénoménologique du dialogue n’est pas une théorie imposée d’en haut par une quel (...)

Phenomenological understanding of dialogue is not a theory imposed from above by some autocratic reason, but rather it is an exposition of the communicative process as it takes place in experience.32 (Pilotta et Mickunas, 1990, p. 81)

  • 33 [Ainsi, la communication implique l’incompréhension, car je suis véritablement dans une situation d (...)

Communication thus implies noncomprehension, for I am most firmly placed in a situation of communication with the other when I recognize that someone has come to me but do not understand why and do not quite understand what he, she, or it says.33 (Chang, 1996, p. 225).

60Dans la tradition phénoménologique qui part de Husserl en passant par les phénoménologues existentiels et herméneutiques, et qui inclut des penseurs aussi différents que Martin Buber, Hans-Georg Gadamer et Carl Rogers, la communication est théorisée comme dialogue ou comme expérience de l’altérité. Ainsi théorisée, la communication explique le jeu de l’identité et de la différence dans les relations humaines authentiques et nourrit les pratiques de communication qui rendent possibles et maintiennent des relations authentiques.

61La communication authentique, ou le dialogue, s’appuie sur l’expérience du contact direct et non médiatisé avec les autres. La compréhension communicationnelle commence dans l’expérience préréflexive émergeant de notre existence corporelle dans un monde partagé. Selon les phénoménologues, lorsque nous laissons de côté le dualisme entre le corps et l’esprit, le sujet et l’objet, nous sommes à même de voir que le contact avec les autres, direct et non médiatisé, est une expérience véritable, totalement et nécessairement humaine, bien qu’il puisse s’agir d’une expérience fugace qui s’avilit en quelque forme d’inauthenticité. À titre d’exemple, si je ressens un regard froid ou colérique d’une autre personne, je fais d’abord l’expérience de l’expression directe de la froideur ou de la colère de l’autre, et non celle d’un signe extérieur d’un état mental interne de l’autre, susceptible d’être interprété de manière différente (voir Pilotta et Mickunas, 1990, p. 111-114). Dans cette expérience de l’expression de l’autre à mon égard, je fais l’expérience directe de notre communauté et de notre différence, non seulement de l’autre comme autre, mais de moi comme autre de l’autre.

  • 34 [le dialogue ne fait pas que survenir]
  • 35   [planifié, déclaré ou forcé]

62Ainsi, la phénoménologie remet en question la notion sémiotique voulant que la compréhension intersubjective ne puisse être médiatisée que par les signes (Stewart, 1995, 1996), de même que la notion rhétorique que la communication implique un usage astucieux ou stratégique des signes. Bien que « dialogue does not just happen »34 (sauf comme expérience fugace), il ne peut pas non plus être « planned, pronounced, or willed (Anderson, Cissna et Arnett, 1994, p. xxi) »35. Mon expérience de la colère de l’autre peut être maintenue dans un dialogue qui approfondit notre compréhension mutuelle, mais aucun effort conscient de ma part ne peut garantir un tel résultat heureux à une expérience qui, dans le cours normal des choses, est plus susceptible de nous aliéner. Un autre paradoxe de la communication que la phénoménologie met en lumière veut que la recherche consciente d’un but, quelle que soit la bienveillance de notre intention, détruit le dialogue en mettant le but et les stratégies comme barrières à l’expérience directe de soi et de l’autre. Ainsi, les problèmes de communication tels qu’ils sont conçus au sein de la tradition phénoménologique de la théorie de la communication émergent de la nécessité et de la difficulté inhérente — voire de l’impossibilité pratique — d’une communication authentique soutenue entre des personnes.

63Malgré le langage ésotérique dans lequel elle est souvent formulée, la tradition phénoménologique peut être rendue plausible au profane en faisant rhétoriquement appel aux croyances populaires voulant que nous pouvons et devons nous traiter les uns les autres comme des personnes (Je-Tu) et non comme des objets (Je-Ça) et qu’il est important de reconnaître et de respecter les différences, d’apprendre des autres, de rechercher un terrain commun et d’éviter la polarisation et la malhonnêteté stratégique dans les relations humaines. Nous avons tous déjà fait l’expérience de rencontres avec d’autres au cours desquelles nous avons eu l’impression d’une compréhension immédiate au-delà des mots. Nous savons tous, ainsi que l’affirment plusieurs phénoménologues, que l’honnêteté est la meilleure politique, que des relations soutenantes sont essentielles à notre sain développement comme êtres humains et que les relations humaines les plus satisfaisantes se caractérisent par la réciprocité et l’absence de domination.

64Cependant, la phénoménologie n’est pas uniquement plausible, elle est aussi intéressante d’un point de vue pratique parce qu’elle défend le dialogue comme une forme idéale de communication, tout en démontrant la difficulté inhérente à maintenir un tel dialogue. Elle remet en question notre foi de sens commun en la fiabilité des techniques pour parvenir à une bonne communication. Elle problématise des distinctions de sens commun telles celles entre le corps et l’esprit, les faits et les valeurs, les mots et les choses.

65La phénoménologie partage avec la théorie rhétorique un désir de trouver un terrain commun entre les personnes ayant des points de vue différents et partage avec la sémiotique le postulat voulant que ce qui est fondamentalement problématique en communication a à voir avec la compréhension intersubjective. Toutefois, la phénoménologie diffère radicalement de la rhétorique en regard de l’authenticité versus l’artifice, et tout aussi radicalement de la sémiotique en ce qui concerne la relation entre le langage et la signification. Du point de vue de la rhétorique, la phénoménologie peut sembler désespérément naïve ou inutilement idéaliste dans son approche des dilemmes pratiques auxquels sont confrontés les personnes, tandis que du point de vue de la phénoménologie, la rhétorique peut sembler exagérément cynique ou pessimiste quant au potentiel pour d’authentiques contacts humains. Lorsque la rhétorique et la phénoménologie sont combinées, le résultat est généralement une rhétorique antirhétorique dans laquelle la persuasion et l’action stratégique sont remplacées par le dialogue et l’ouverture à l’autre (par exemple, Brent, 1996  ; Foss et Griffin, 1995  ; Freeman, Littlejohn et Pearce, 1992) ou alors une rhétorique herméneutique dans laquelle les rôles de la théorie et de la méthode dans la pratique communicative sont minimisés (Gadamer, 1981  ; Leff, 1996).

66En regard de la sémiotique, ainsi que l’a montré Stewart (1995, 1996), la tradition phénoménologique, avec sa doctrine de la communication comme contact direct, remet fondamentalement en question la distinction entre les mots et les choses de même que le postulat que la communication ne peut se produire qu’à travers la médiation des signes. Ainsi, le mélange de la sémiotique et de la phénoménologie peut produire un composé théorique déconstructivement explosif, sinon d’une densité impénétrable (par exemple, Chang, 1996  ; Lanigan, 1992). En réponse à ce défi poststructuraliste, le sémioticien traditionnel soutient que les signes doivent avoir des significations stables afin que la communication puisse advenir dans la pratique (Ellis, 1991, 1995), tandis que le phénoménologue traditionnel réaffirme que l’usage communicationnel du langage est une forme de contact direct et non médiatisé entre les personnes (Stewart, 1995).

  • 36 [aucune distance]
  • 37 [est si grande que celle entre deux esprits]
  • 38 [Le dialogue dissimule les traits du discours qui sont plus évidents dans les textes, particulièrem (...)
  • 39 [tension persistante entre les modes spécifique et général de conversation]
  • 40 [camaraderie, amitié et amour]
  • 41 [besoin tout aussi noble]
  • 42 [Ainsi, la distinction entre la communication interpersonnelle et la communication de masse cache d (...)
  • 43 [notre difficile situation en tant que créatures qui appartiennent tant à une famille qu’à une poli (...)

67Les enjeux pragmatiques dans ce débat entre sémiotique et phénoménologie sont indirectement illustrés par Peters (1994). On affirme généralement que l’interaction interpersonnelle est la forme de base de la communication humaine et que la communication de masse ou médiatisée par la technologie n’est qu’un pauvre substitut pour le contact humain direct. Peters (1994), qui ailleurs a sévèrement critiqué la sémiotique lockienne (Peters, 1989), s’appuie ici sur le postulat sémiotique d’un fossé inhérent entre la transmission et la réception des messages afin de soutenir que la communication de masse est en fait plus fondamental que l’interpersonnelle. « No distance »36, affirme-t-il, « is so great as that between two minds »37, et « Dialogue conceals general features of discourse that are more evident in texts, especially the fact of distanciation (p. 130) »38. À terme, toutefois, Peters reconnaît que tant le dialogue que la communication médiatisée sont importants, mais difficiles à combiner à cause d’une « enduring tension between specific and general modes of address (p. 136) »39. Seul le dialogue comble les besoins humains de base « companionship, friendship and love »40, mais la communication représente un « equally noble impulse »41 à l’égard d’une universalité normative qui entre souvent en conflit avec les demandes de l’intimité (p. 136). « The distinction, then, between interpersonal and mass communication has hidden utopian energies »42 et éclaire potentiellement « our plight as creatures who belong both to a family and to a polis (p. 137) »43.

La tradition cybernétique : la communication comme traitement de l’information

  • 44 [Nous avons choisi d’appeler « Cybernétique » tout le champ du contrôle et de la théorie de la comm (...)

We have decided to call the entire field of control and communication theory, whether in the machine or in the animal, by the name of Cybernetics.44 (Wiener, 1948, p. 19)

  • 45 [La théorie moderne de la communication a émergé du mariage cybernétique entre les statistiques et (...)

Modern communication theory arose out of the cybernetic marriage of statistics and control theory.45 (Krippendorff, 1989, p. 444)

  • 46 [La théorie de la communication : l’étude et la formulation des principes et des méthodes par lesqu (...)

Communication theory, the study and statement of the principles and methods by which information is conveyed. . . .46 (Oxford English Dictionary, 1987)

  • 47 [Théorie de la communication. Voir THÉORIE DE L’INFORMATION]

Communication theory. See INFORMATION THEORY.47 (Audi, 1995)

68La théorie moderne de la communication a son origine dans la tradition cybernétique et dans les travaux de penseurs de la moitié du 20e siècle tels Shannon, Wiener, von Neumann et Turing (Heims, 1991  ; Krippendorff, 1989). Cette tradition cybernétique s’étend aux théories actuelles dans des domaines aussi divers que les sciences des systèmes et de l’information, les sciences de la cognition et de l’intelligence artificielle, la théorie sociale fonctionnaliste, l’analyse des réseaux et l’école batesonnienne de la communication interpersonnelle (par exemple, Watzlawick, Beavin et Jackson, 1967). Dans la tradition cybernétique, la communication est théorisée comme traitement de l’information. La cybernétique explique comment tous les types de systèmes complexes, vivants ou non, macro ou micro, peuvent fonctionner et pourquoi, souvent, ils fonctionnent mal. Incarnant le modèle de la transmission, la cybernétique conçoit les problèmes de communication comme des bris dans la circulation de l’information résultant en bruits, surcharges d’information ou incohérences entre structure et fonction. Comme ressources pour résoudre les problèmes de communication, la cybernétique offre diverses technologies de traitement de l’information, des méthodes de design, d’analyse et de gestion des systèmes et, sur un plan plus « soft », des interventions thérapeutiques.

  • 48 Pour des affirmations classiques de cette vision fonctionnaliste de l’esprit, voir Bateson (1972) e (...)

69La plausibilité de la cybernétique comme théorisation de la communication réside en partie dans son appel rhétorique aux postulats de sens commun du matérialisme, du fonctionnalisme et du rationalisme quotidien. Pour la cybernétique, la distinction entre l’esprit et la matière n’est qu’une distinction fonctionnelle semblable à celle qui existe entre logiciel et matériel. La pensée n’est rien d’autre que du traitement de l’information et, ainsi, il est tout à fait logique de dire que la pensée individuelle est de la communication « intrapersonnelle » et que les groupes et les organisations pensent aussi, la société pense, les robots et les organismes artificiels penseront un jour ou l’autre48. Ainsi, la cybernétique évoque la possibilité d’un monde dans lequel le commandant Data de l’équipage de l’Enterprise sera véritablement le plus « humain » de tous les membres : dire autrement n’est que bête sentimentalité (une critique à double tranchant ici). La cybernétique est alors aussi intéressante et parfois peu plausible d’un point de vue de sens commun, parce qu’elle signale des analogies entre les systèmes vivants et non vivants, qu’elle conteste les croyances populaires relatives à la conscience et aux émotions et remet en question la distinction habituelle entre l’esprit et la matière, la forme et le contenu, le réel et l’artificiel.

70La cybernétique remet aussi en question les notions simplistes de cause et d’effet linéaire en faisant appel à notre compréhension de sens commun voulant que les processus de communication puissent être largement complexes et subtils. Bien qu’ancrée dans la pensée fonctionnaliste technologique, la cybernétique met en évidence les problèmes de contrôle technologique, la complexité perverse et l’imprévisibilité des processus de feedback et l’omniprésente probabilité que les actes communicationnels auront des conséquences non intentionnelles, malgré nos meilleures intentions. L’une des grandes leçons pratiques de la cybernétique est que le tout est plus grand que la somme des parties et qu’ainsi, il est important pour nous, communicateurs et communicatrices, de transcender nos perspectives individuelles, de voir le processus de communication d’un point de vue systémique plus large et de ne pas tenir les individus responsables des conséquences systémiques qu’aucun individu ne peut contrôler.

  • 49 Kaufer et Butler (1996) peuvent être considérés comme hybrides de la rhétorique et de la cybernétiq (...)
  • 50 Pour différents amalgames des deux traditions, voir Cherry (1966), Eco (1976) et Wilden (1972).
  • 51 Les travaux récents de Krippendorff (1993) représentent un mouvement de la cybernétique vers la phé (...)

71Dans sa valorisation de la technique et de l’artifice, la cybernétique a des points communs avec la rhétorique49  ; elle rejoint la sémiotique50 dans sa manière de subsumer l’action humaine à des systèmes sous-jacents ou globaux de traitement des symboles  ; en mettant l’accent sur l’émergence de la signification dans l’interaction entre les éléments d’un système, elle ressemble à la phénoménologie51. Toutefois, la cybernétique a aussi des différences marquées avec chacune de ces traditions. La communication comme rhétorique est un discours astucieux qui éclaire le jugement pratique, mais la communication comme traitement de l’information n’est rien d’autre qu’un mécanisme accomplissant certaines fonctions. La sémiotique est mal à l’aise avec la notion cybernétique d’information qui réduit le contenu sémantique (ce que signifie un message) à une simple fonction (tel le feedback ou la réduction de l’incertitude). Pour le phénoménologue, la communication authentique a besoin de congruence entre l’expérience et l’expression, rendant ainsi la sincérité essentielle dans la relation Je-Tu du dialogue. Le cybernéticien, comme le sémioticien, souligne toutefois que nous ne pouvons jamais réellement savoir si l’autre (ou soi-même) est sincère. D’un point de vue cybernétique, il existe sans doute d’autres manières d’évaluer la fiabilité de l’information, que de chercher à savoir si l’autre est sincère.

72Ainsi, dans l’ensemble, et contrairement à d’autres traditions de la théorie de la communication, la cybernétique nourrit une attitude pratique qui reconnaît la complexité des problèmes de communication et qui remet en question plusieurs de nos présupposés usuels en regard de la différence entre les systèmes de traitement de l’information humains et non humains.

La tradition psychosociologique : la communication comme expression, interaction et influence

  • 52 [[Dans les années 1950] l’étude de la communication a connu ses meilleurs modèles dans les études s (...)

[In the 1950] the study of communication found its greatest exemplars in the voting studies of Lazarsfeld and Berelson and the experimental persuasion studies of Hovland. By the mid-1950s, theoretically-focused communication study was concerned with issues of effects. This work recreated the general mediational framework in social psychology that was already evident in the 1930s… the mediating roles in communication of recipient predispositions and social processes, and . . . the possibility of differential effects.52 (Delia, 1987, p. 63)

  • 53 [Les types de « pourquoi » auxquels les spécialistes de la communication choisissent de répondre pe (...)

[T]he kinds of “why” questions communication scholars choose to answer may differ from those that intrigue psychologists. . . . As communication theorists, we also need to understand when, how, and why interaction alters sender behavior patterns and receiver judgments.53 (Burgoon et Buller, 1996, p. 316-317)

73La tradition du 20e siècle de la psychologie sociale expérimentale qui prédomine encore beaucoup ce qu’on appelle la « science de la communication » (Berger et Chaffee, 1987) théorise la communication comme un processus de l’expression, de l’interaction et de l’influence  ; un processus au sein duquel le comportement des humains et d’autres organismes complexes est la manifestation des mécanismes psychologiques, des états et des traits et qui, à travers l’interaction avec des manifestations semblables d’autres individus, produit un ensemble d’effets cognitifs, émotifs et comportementaux.

74En somme, la communication est le processus par lequel les individus interagissent et s’interinfluencent. La communication peut se produire en situation de face-à-face ou par l’intermédiaire de médias technologiques et peut circuler d’un à un, de un à plusieurs ou de plusieurs à plusieurs. Dans tous les cas cependant (et en opposition avec la vision phénoménologique), cela implique des éléments qui agissent comme médiateurs entre les individus. Tandis que pour la sémiotique, la communication est médiatisée par des signes et des systèmes de signes, pour la psychologie sociale, elle est médiatisée par des prédispositions psychologiques (attitudes, états émotionnels, traits de personnalité, conflits inconscients, cognitions sociales, etc.) modifiées par les effets émergents de l’interaction sociale (ce qui peut inclure l’effet des technologies médiatiques et des institutions aussi bien que l’influence interpersonnelle).

75Ainsi théorisée, la communication explique les causes et les effets du comportement social et nourrit les pratiques qui tentent d’exercer un contrôle volontaire sur ces causes et effets comportementaux. Les problèmes de communication dans la tradition psychosociologique sont ainsi pensés comme des situations qui font appel à la manipulation efficace des causes du comportement afin de produire des résultats objectivement définis et mesurés.

76La psychologie sociale apparaît plausible et pratiquement utile parce qu’elle fait appel à nos croyances populaires et à nos préoccupations pratiques quotidiennes à propos des causes et des effets de la communication. Nous croyons aisément que nos manières de communiquer et nos réactions aux communications des autres changent en fonction de nos personnalités. La nature humaine étant ce qu’elle est, nous ne sommes pas surpris d’apprendre que nos jugements peuvent être influencés par le contexte social immédiat et qu’ils sont souvent biaisés de manière prévisible par nos croyances fortes, nos attitudes et nos états émotifs. Nous savons aussi que les processus interactifs dans les groupes, tels ceux impliquant le leadership ou les conflits, peuvent affecter les résultats du groupe. Il est donc important de comprendre ces relations causales afin de gérer effectivement ces processus.

  • 54 Ainsi que le souligne Herman, la montée de la psychologie en tant que point de vue culturel pendant (...)

77Tout en faisant appel à ces croyances populaires, la théorie psychosociologique remet profondément en cause la prémisse, tout aussi de sens commun, que les humains sont des êtres rationnels. Ses démonstrations récurrentes de la faiblesse et de l’irrationalité humaine ébranlent notre foi en notre autonomie personnelle54. De surcroît, la psychologie sociale regarde avec scepticisme toutes les suppositions non prouvées concernant les causes influant le comportement humain. Elle demande – et tente de fournir – des preuves expérimentales rigoureuses. La psychologie sociale critique la rhétorique pour, par exemple, l’absence de preuve indiquant que ces techniques persuasives fonctionnent véritablement, et la cybernétique parce qu’elle réduit toute la communication à des algorithmes de traitement de l’information qui ignorent les caprices de la motivation, de la personnalité et des émotions. La psychologie sociale, comme mode de pratique sociale, valorise la technique tout comme la cybernétique  ; elle soutient la promesse que nos vies peuvent être améliorées par la mise en œuvre consciente par des experts de techniques de manipulation psychologique et de thérapie. Ainsi, une théorie psychosociologique de la rhétorique aurait tendance à voir la rhétorique plus comme une technique de manipulation psychologique qu’un art du discours qui éclaire le jugement du récepteur. Toutefois, la psychologie sociale n’est pas sans sa morale propre : elle suppose un fort impératif moral que, comme communicateur ou communicatrice, nous devons faire des choix responsables s’appuyant sur des évidences scientifiques relatives aux conséquences probables de nos messages.

La tradition socioculturelle : la communication comme (re)production de l’ordre social

  • 55 [La communication est un processus symbolique par lequel la réalité est produite, maintenue, réparé (...)

Communication is a symbolic process whereby reality is produced, maintained, repaired, and transformed.55 (Carey, 1989, p. 23)

  • 56 [Là où des activités ou des artefacts ont une valeur symbolique qui positionne les individus vis-à- (...)

Wherever activities or artifacts have symbolic values that articulate individuals into positions vis-à-vis each other or their collectivities, the communicative is present.56 (Rothenbuhler, 1993, p. 162)

  • 57 [Une pratique de communication – ou pratique discursive – est, donc, un moyen concret d’expression (...)

A communication practice-or discursive practice-is, then, an actual means of expression in a community, given that community’s specific scenes and historical circumstances (in the broadest sense).57 (Carbaugh, 1996, p. 14)

  • 58 Meyrowitz affirme « that virtually all the specific questions and arguments about a particular medi (...)
  • 59 « agency »
  • 60 Des tentatives récentes pour trouver un équilibre entre ces deux pôles incluent, par exemple, la th (...)

78La théorie socioculturelle de la communication représente la « découverte » de la communication, essentiellement depuis le 19e siècle et, entre autres, sous l’influence de la pensée sémiotique au cœur des traditions intellectuelles de la sociologie et de l’anthropologie. Dans ces traditions, la communication est généralement théorisée comme un processus symbolique qui produit et reproduit des modèles culturels partagés. Ainsi conçue, la communication explique comment l’ordre social (un phénomène de niveau macro) est créé, réalisé, maintenu et transformé au sein des processus interactionnels de niveau micro. Nous existons dans un environnement socioculturel qui est constitué et maintenu globalement par des codes symboliques et des médias de communication58. Le mot « (re)production » suggère la réflexivité paradoxale de ce processus. Nos interactions quotidiennes avec les autres dépendent fortement de modèles culturels et de structures sociales préexistants et partagés. De cet angle de vue, nos interactions quotidiennes reproduisent en grande partie l’ordre socioculturel. Cela dit, l’interaction sociale est aussi un processus créatif qui permet et même requiert une bonne part d’improvisation qui « produit », bien que collectivement et à long terme, ce même ordre social qui rend les interactions possibles. Un des problèmes centraux de la théorie socioculturelle est donc de trouver l’équilibre juste dans la vie sociale entre production et reproduction, micro et macro, l’action59 et la structure, culture locale et loi naturelle universelle. Un premier axe de débat se trouve entre les théories structurelles qui donnent une priorité explicative aux modèles relativement stables de niveau macro et les théories interprétatives ou interactionnistes qui donnent priorité aux processus de niveau micro au sein desquels l’ordre social est cocréé localement et négocié par les membres60.

79Les problèmes de communication dans la tradition socioculturelle sont conçus comme des discontinuités dans l’espace (diversité socioculturelle et relativité) et le temps (changement socioculturel) qui handicapent l’interaction en diminuant le stock de modèles partagés desquels l’interaction dépend. Les conflits, les incompréhensions et les difficultés de coordination augmentent lorsque les conditions sociales font en sorte que les rituels partagés, les règles et les attentes entre les membres deviennent rares. Ainsi, la théorie socioculturelle a beaucoup à dire à propos des problèmes émergeant des changements technologiques, de l’effondrement de l’ordre social traditionnel, de l’urbanisation et de la société de masse, de la rationalisation bureaucratique et, plus récemment, de la globalisation et de la fragmentation culturelle postmoderne. De telles perturbations dans l’écologie des codes et des médias nuisent à l’interaction, mais en même temps elles permettent la production créative de nouvelles significations et de nouveaux moyens de communication.

  • 61 Gestion coordonnée de la signification

80Les hybrides de la tradition socioculturelle avec d’autres traditions sont extrêmement fréquents, si fréquents en fait qu’il est difficile de trouver de « purs » modèles de la théorie de la communication socioculturelle. Par exemple, la théorie de l’action sociale des médias amalgame des perspectives socioculturelle, phénoménologique et sémiotique (Schoening et Anderson, 1995). La théorie CMM (Coordinated Management of Meaning)61 amalgame la théorie de l’interactionnisme social à des concepts cybernétiques et dialogiques (Cronen, 1995  ; Pearce, 1989). L’analyse conversationnelle a des racines interactionnistes, phénoménologiques et sémiotiques (Heritage, 1984).

  • 62 [certains ont affirmé que l’acculturation des formes et des pratiques des organisations, des groupe (...)

81Au 20e siècle, la théorie rhétorique a aussi pris un important tournant socioculturel au sein duquel elle a bien souvent été conceptualisée comme un instrument pour améliorer les relations humaines (Ehninger, 1968) et « some have argued that acculturation to the forms and practices of organizations, social groups, sciences, technologies, subcultures, and cultures is significantly rhetorical learning… [of] what is communicatively appropriate to particular bodies of content in particular situations (Arnold, 1989, p. 464) »62. Ainsi, l’ordre socioculturel constitue le matériau de la rhétorique, tandis que celle-ci devient une méthode pour la constitution de l’ordre social appliquée consciemment ou inconsciemment.

  • 63 De récents appels à un théorie de la communication « constitutive » ou « communicationnelle » se so (...)
  • 64 « agency »

82Pourtant, dans toutes ces traditions hybrides, une « voix » socioculturelle se fait entendre. C’est la voix qui, par exemple, critique la psychologie sociale pour son individualisme à l’excès, son inattention aux forces macrosociales et son insensibilité aux différences culturelles et qui, encore et encore, en appelle à la recherche en communication dominée par la psychosociologie pour qu’elle adopte une approche plus culturelle ou plus sociale63. De même, elle critique la rhétorique classique pour ses présupposés naïfs sur l’action64 (en représentant les grands orateurs comme des créateurs de l’histoire, par exemple) et la sémiotique parce qu’elle soustrait les signes et les processus signifiants du contexte socioculturel plus large dans lesquelles ils existent.

83La voix socioculturelle s’est aussi fait entendre dans le métadiscours pratique quotidien. D’un point de vue profane, la théorie socioculturelle est plausible entre autres parce qu’elle appelle rhétoriquement aux croyances populaires voulant que les individus soient le produit de leurs environnements sociaux, que les groupes développent des normes, des rituels et des points de vue qui leur sont propres, que les changements sociaux puissent être difficiles et perturbants, et que les tentatives pour intervenir activement dans les processus sociaux aient souvent des conséquences non intentionnelles. La théorie socioculturelle remet aussi en question plusieurs présupposés communs dont, en particulier, nos tendances à tenir pour acquis la réalité de nos identités personnelles et de celles des autres, de considérer les institutions sociales comme des phénomènes naturels inévitables, d’être ethnocentriques ou insensibles aux différences culturelles et d’attribuer exagérément aux individus la responsabilité morale de problèmes qui sont essentiellement sociaux, tels le crime et la pauvreté. La théorie socioculturelle nourrit les pratiques communicationnelles qui reconnaissent la diversité et la relativité culturelles, qui valorisent la tolérance et la compréhension et qui mettent de l’avant la responsabilité collective plutôt qu’individuelle. À titre d’exemple, le discours quotidien pratique sur le blâme et la responsabilité a nettement été influencé par les discours théoriques de la tradition socioculturelle sur la société (Bowers et Iwi, 1993).

La tradition critique : la communication comme réflexion discursive

  • 65 [Pour le modèle communicationnel de l’action, le langage n’est pertinent que du point de vue pragma (...)

For the communicative model of action, language is relevant only from the pragmatic viewpoint that speakers, in employing sentences with an orientation to reaching understanding, take up relations to the world, not only directly as in teleological, normatively regulated or dramaturgical action, but in a reflective way. . . . They no longer relate straightaway to something in the objective, social, or subjective worlds  ; instead they relativize their utterances against the possibility that their validity will be contestcd by other actors.65 (Habermas, 1984, p. 98)

  • 66 [Lorsque nous voyons les contraintes qui limitent nos choix, nous sommes conscients des relations d (...)

When we see the constraints that limit our choices we are aware of power relations  ; when we see only choices we live in and reproduce power.66 (Lannamann, 1991, p. 198)

  • 67 [La communication systématiquement déformée est donc un processus continu dans des systèmes donnés (...)

Systematically distorted communication, then, is an ongoing process within particular systems as they strategically (though latently) work to reproduce, rather than produce, themselves.67 (Deetz, 1992, p. 187)

  • 68 [L’infaisabilité est la conséquence ultime de l’adage voulant que le pouvoir devienne glissant lors (...)

Undoability is the ultimate consequence of the adage that power becomes slippery when reflected upon.68 (Krippendorff, 1995, p. 113)

84On peut retracer l’origine de la théorie critique de la communication à la conception qu’avait Platon de la dialectique socratique en tant que méthode d’atteinte de la vérité par l’échange d’idées se produisant dans le débat lorsque sont posées des questions qui provoquent la réflexion critique sur les contradictions qui sont soulevées dans le processus. Selon Habermas (1984), la théorie critique de la communication souligne une certaine instabilité inhérente à tout acte de communication orienté vers l’atteinte d’une compréhension mutuelle, un télos intégré vers l’articulation, le questionnement et la transcendance des présupposés qui sont jugés faux, malhonnêtes ou injustes. La communication qui n’implique que la transmission-réception ou le partage rituel de sens est fondamentalement erronée, déformée et incomplète. La communication authentique ne se produit qu’au sein d’un processus de réflexion discursive qui vise une transcendance qui ne pourra jamais être totalement et définitivement atteinte, mais le processus réflexif est en soi progressivement émancipatoire.

  • 69 Un symposium récent illustre l’actuelle centralité d’Habermas dans ces traditions (voir Huspek, 199 (...)

85La tradition de la théorie sociale critique (largement interprétée) part de Marx, passant par l’École de Frankfort jusqu’à Habermas ou alternativement d’autres branches du marxisme plus récentes et du post-marxisme aux théories actuelles d’économie politique, les cultural studies critiques, la théorie féministe et d’autres écoles théoriques associées à de nouveaux mouvements sociaux (telles la théorie postcoloniale et la théorie Queer)69. Pour la théorie de la communication critique, le problème de communication fondamental en société émerge des forces matérielles et idéologiques qui empêchent ou dénaturent la réflexion discursive. Ainsi conçue, la communication explique comment l’injustice sociale est perpétuée par les distorsions idéologiques et comment la justice peut être restaurée par des pratiques communicationnelles permettant la réflexion critique ou l’éveil de la conscience afin de démasquer ces distorsions et ainsi permettre à l’action politique d’en libérer les participants.

86D’un point de vue profane, la tradition critique est plausible lorsqu’elle fait appel à des croyances populaires relatives à l’omniprésence de l’injustice et du conflit dans la société, aux manières dont le pouvoir et la domination parviennent à triompher de la vérité et de la raison, et à la possibilité que le discours avec les autres puisse produire des idées libératrices, la démystification et peut-être même la prise de conscience que nous nous sommes fait avoir. La théorie critique fait appel aux valeurs communes de liberté, d’égalité et de raison, mais elle remet en question plusieurs de nos présupposés en regard de ce qui est raisonnable. La théorie critique met en doute le caractère naturel de l’ordre social et la validité rationnelle de toute autorité, tradition et croyance conventionnelle incluant les croyances traditionnelles relatives à la nature même de la raison, croyances qui ont déformé la raison au service du capitalisme, du racisme et du patriarcat. Elle remet en question les présupposés communs touchant l’objectivité et la neutralité morale et politique de la science et de la technologie. Elle remet en question l’individualisme omniprésent dans notre culture et la dominance idéologique de la raison instrumentale, le présupposé voulant que la rationalité consiste uniquement en des calculs de moyens et de fins lorsque les fins dont il s’agit ne peuvent qu’être choisies volontairement sur la base d’intérêts individuels. La théorie critique est – ou du moins tente d’être — la théorie la plus profondément pratique, bien que sa notion de ce qui est pratique se heurte vivement aux notions communes à cet égard. Fondamentalement, dans la tradition de Marx, il ne s’agit pas de comprendre le monde — et certainement pas d’enseigner aux étudiants et étudiantes comment réussir dans le monde tel qu’il est. Il s’agit de changer le monde à travers la pratique ou l’action sociale théoriquement réflexive.

87N’importe quel type de théorie de la communication peut prendre un tournant autoréflexif et critique et ainsi produire une variété hybride, telle la rhétorique critique (McKerrow, 1989) ou la sémiotique critique (Hodge et Kress, 1993  ; Fairclough, 1995). Du point de vue de la cohérence dialogique-dialectique, les efforts pour reconnaître et résoudre les contradictions entre la théorie critique et d’autres traditions de la théorie de la communication, ainsi que l’ont fait Condit (1989) et Farrell (1993) pour la théorie rhétorique, sont particulièrement intéressants. La documentation sur la théorie critique en regard de la théorie socioculturelle est, évidemment, abondante, en fait presque aussi étendue que l’ensemble du corpus de la théorie sociale récente. Cela s’explique parce que la théorie critique est essentiellement une critique de la reproduction de l’ordre social, le thème au cœur de la théorie socioculturelle.

88Toutefois, je crois que la théorie critique offre un modèle radicalement différent du modèle socioculturel de la communication comme (re)production. Pour les théoriciens et théoriciennes critiques, une activité qui ne ferait que reproduire l’ordre social ou même qui produirait un nouvel ordre social n’est pas encore de la communication authentique. Pour que l’ordre social puisse être basé sur une véritable compréhension mutuelle (différente de la manipulation stratégique, de la conformité oppressive ou du rituel vide), il est nécessaire que les communicateurs et communicatrices expriment et remettent en question leurs présupposés en regard du monde objectif, de la morale, des normes et de l’expérience intérieure et qu’ils en discutent ouvertement (Habermas, 1984, p. 75-101  ; voir aussi Deetz, 1992, 1994).

89La réflexion discursive du modèle critique de la communication ressemble au concept phénoménologique de dialogue auquel il ajoute, toutefois, un aspect dialectique distinct. Dans une perspective critique, le dialogue phénoménologique représente une forme idéale de communication que les conditions socioculturelles actuelles rendent fort peu probable. Par conséquent, un modèle de dialogue est déficient s’il ne peut amener les participants vers la réflexion sur les conditions socioculturelles qui sont susceptibles de handicaper le dialogue. C’est le questionnement dialectique des présuppositions qui permet de démasquer ces conditions et ainsi montrer la voie vers des changements sociaux qui rendraient le dialogue possible. Un schème de communication semblable caractérise différentes formes de critique idéologique et d’éveil de la conscience féministe ou identitaire. Ce modèle s’applique aussi à la théorie récente de Krippendorff (1995) sur la « déconstruction » du pouvoir. Son travail fait appel aux types cybernétique et phénoménologique de la théorie de la communication pour créer une théorie critique hybride beaucoup plus optimiste en regard du potentiel qu’ont les idées libératrices seules (en l’absence d’une action politique concertée) de changer le monde.

90Les autres traditions reprochent à la théorie critique de politiser la science et le monde universitaire, et de défendre un standard normatif universel pour la communication qui s’appuie sur une idéologie a priori. Certains critiques croient que la science ne devrait rien avoir à dire à propos des standards normatifs  ; d’autres croient que les standards normatifs devraient être basés sur des critères empiriques objectifs  ; d’autres encore pensent que les standards normatifs ne peuvent qu’être relatifs aux cultures locales et aux pratiques de communication spécifiques. En réponse à ces critiques, la théorie critique reproche aux autres traditions théoriques leur aveuglement à leurs propres présupposés idéologiques et leur fausse prétention de neutralité politique. Pour les théoriciens critiques, les pratiques locales et les résultats empiriques de la communication ne peuvent être pris en tant que tel, ils doivent toujours être jugés à la lumière d’une analyse réflexive des effets déformants du pouvoir et de l’idéologie dans la société.

91Alors que se poursuivent ces arguments, on peut penser que la contribution la plus utile de la théorie critique, au-delà de son évidente pertinence pour le discours social de l’injustice et du changement, pourrait être de cultiver une plus grande reconnaissance de la réflexion discursive en tant que possibilité pratique intrinsèque à toute communication. La communication, comme je l’ai déjà mentionné, n’est pas seulement quelque chose que l’on fait, c’est aussi une chose dont nous parlons régulièrement, de façons qui sont concrètement entremêlées à nos pratiques. Ce métadiscours pratique a toujours le potentiel de se développer en un véritable discours réflexif qui lie la théorie de la communication à la pratique (Craig, 1996b). Ainsi, une tradition critique de la théorie de la communication confirme que le discours réflexif et, donc, la théorie de la communication même ont un rôle important à jouer dans notre compréhension et notre pratique quotidiennes de la communication.

Développer le champ : remarques conclusives

92Cette première esquisse de la théorie de la communication en tant que champ donne beaucoup à réfléchir et laisse beaucoup à faire. Je conclus par quelques brèves réflexions quant au plan pour le travail à venir et aux implications pour la pratique disciplinaire dans l’étude de la communication.

Le travail à venir : exploration, création, application

93Le travail à venir comporte une exploration du champ afin de découvrir les problématiques centrales et de dresser la carte de la topographie complexe des traditions, la création de nouvelles traditions de théorie de la communication et de nouvelles manières de schématiser le champ et l’application de la théorie de la communication en la mettant en relation avec le métadiscours pratique sur les problèmes de communication.

94Explorer le champ signifie « faire le tour des traditions afin d’en explorer les complémentarités et les tensions ». Il s’agit aussi de faire la spéléologie des traditions avec d’explorer leur complexité interne.

95La matrice théorique nous invite à localiser les zones d’accord et de désaccord entre les traditions de la théorie de la communication. Ce faisant, nous distinguerons les thèmes centraux et les problèmes de la communication en tant que champ d’études. Par exemple, les notions de techniques et de stratégies de communication sont saillantes dans plusieurs traditions (dont la rhétorique, la phénoménologie, la cybernétique, la psychologie sociale et la théorie critique), mais le fait de penser ces traditions transversalement problématise ces notions de façon intéressante, tant théoriquement que pratiquement. Le problème de la stratégie versus l’authenticité (rhétorique ou psychologie sociale versus phénoménologie), le problème de l’intentionnalité versus la fonctionnalité (rhétorique ou phénoménologie versus cybernétique), le problème de démontrer l’efficacité des techniques (psychologie sociale versus rhétorique), le problème de la raison instrumentale en tant que déformation idéologique (théorie critique versus cybernétique ou psychologie sociale) — tous ces problèmes peuvent maintenant être reconnus et traités comme des problèmes centraux contribuant à la définition du champ de la théorie de la communication.

  • 70 S’appuyant sur les principes cybernétiques de la bonne communication, une représentation conviviale (...)

96Il sera important, à mesure que nous poursuivrons l’exploration des traditions, de garder à l’esprit que chaque tradition est complexe et ouverte à de multiples interprétations. Les traditions de la théorie de la communication peuvent être redéfinies, recombinées, hybridées et divisées de diverses manières. La tradition rhétorique comprend plusieurs écoles de pensée prolifiques et opposées. Il en est de même pour la sémiotique, la phénoménologie, ainsi de suite. Les champs théoriques peuvent ressembler à des représentations de fonctions fractales ayant les mêmes propriétés formelles à chaque niveau de granularité. Chaque tradition de la théorie de la communication est en soi un champ complexe qui, lorsque amplifié, laisse apparaître une structure de champ dialogique-dialectique de plusieurs traditions semblables à la théorie de la communication dans son ensemble. Si l’on s’éloigne afin d’afficher un niveau de granularité plus grossier, le champ de la théorie de la communication fusionne en une tradition de pensée au sein d’un mégachamp complexe des sciences humaines. Une manière idéale et « conviviale » de représenter la théorie de la communication serait peut-être sous forme d’un hypertexte qui nous permettrait d’explorer le sujet sur des myriades de chemins par le biais d’hyperliens menant à différents niveaux, à des traditions hybrides et des schématisations alternatives, à des disciplines apparentées et à des enregistrements multimédias de pratiques de communication faisant le lien entre la théorie et la pratique70.

97La création d’une nouvelle théorie est une tâche qui sera inévitablement requise et inspirée par nos efforts d’explorer le champ, alors que nous trébucherons sur les brèches conceptuelles, les nouvelles idées et les nouvelles formes et pratiques de communication.

98Chacune des sept traditions est basée sur un modèle unique de pratique communicationnelle essentiellement différent de tous les autres dans la matrice. Par conséquent, ils composent un ensemble d’alternatives distinctes, mais non exhaustives. Le champ de la théorie de la communication est logiquement ouvert à de nouvelles traditions, une ouverture qui n’est contrainte que par la nécessité que chaque nouvelle tradition soit basée sur un modèle unique de pratique communicative qui, lorsqu’elle est intégrée dans le champ, n’est pas logiquement redondante avec un autre modèle (ce qui peut impliquer de redéfinir d’autres traditions).

99À titre d’exemple, n’importe laquelle des traditions suivantes pourrait être reconstruite pour créer des théorisations distinctes de pratique communicative :

    • 71 [l’accent particulier que plusieurs femmes mettent sur la pensée et la prise de décision contextuel (...)

    Une tradition féministe dans laquelle la communication pourrait être théorisée comme la connexion aux autres, donnant ainsi une voix à « distinctive emphasis that many women put on .contextual thinking and decision-making, a focus on the importance and usefulness of talk, connectedness, and relationships »71 (Kramarae, 1989, p. 157  ; voir aussi Foss et Griffin, 1996). Comment ce modèle de communication se distinguerait-il du modèle phénoménologique du dialogue  ? Comment cela permettrait-il de resituer le féminisme vis-à-vis la théorie critique  ?

  • Une tradition esthétique dans laquelle la communication pourrait être théorisée comme performance incarnée, accentuant ainsi l’aspect « poétique » de la communication dans la création des rituels, des relations, des significations et des vérités (par exemple, Conquergood, 1992  ; Hopper, 1993). Comment cela se distinguerait-il des traditions sémiotique et socioculturelle de la communication  ? Comment cela repositionnerait-il la rhétorique et la théorie critique dans le champ (Conquergood, 1992  ; Laffoon, 1995)  ?

  • Une tradition économique dans laquelle la communication pourrait être théorisée comme échange, soulignant ainsi que chaque message (tout ce qui peut être transféré d’un agent à un autre) a une valeur d’échange qui équivaut à sa signification. De quoi aurait l’air cette tradition une fois reconstruite après l’avoir désenchevêtrée d’autres traditions telles la théorie critique (Schiller, 1994), la phénoménologie (Chang, 1996) et la psychologie sociale (Roloff, 1981)  ?

  • Une tradition spirituelle dans laquelle la communication pourrait être théorisée comme communion sur un plan d’existence immatériel ou mystique, dévoilant ainsi les racines finalement ineffables de la communauté – et sa dépendance pratique sur la foi – dans un champ de l’expérience qui transcende l’histoire et toutes les différences humaines (par exemple, Cooper, 1994  ; Crawford, 1996  ; Goodall, 1996  ; Pym, 1997  ; Ramsey, 1997). Comment cette communauté transcendante recoupe-t-elle d’autres types de transcendance postulés par la phénoménologie (dans le dialogue), dans la théorie socioculturelle (dans la culture) et dans la théorie critique (dans la réflexion)  ?

100Si ces exemples semblent faciles, songez aux standards rigoureux imposés par l’exigence voulant que chaque nouvelle tradition doive contribuer à une unique théorisation de la pratique communicationnelle. Par exemple, l’idée d’une tradition biologique de la théorie de la communication pourrait sembler plausible, considérant l’intérêt récent pour les approches biologiques de la communication (par exemple, Cappela, 1996), mais, à ma connaissance, il n’existe pas une manière biologique distincte de théoriser les pratiques communicationnelles qui ne puisse être mieux décrite en tant que sémiotique (par exemple, Liska, 1993), psychosociologique (par exemple, Cappella, 1991, 1995) ou cybernétique (comme dans les études sur le traitement de l’information génétique ou les boucles de rétroaction dans les écosystèmes). La pratique communicationnelle théorisée comme médiation par les signes (sémiotique), interaction (psychologie sociale) ou traitement de l’information (cybernétique) pourrait être expliquée par des principes biologiques tels que ceux du développement organismique ou de l’évolution par la sélection naturelle (Cappella, 1991, 1995, 1996  ; Hauser, 1996  ; Horvath, 1995), mais je ne connais aucune conceptualisation purement biologique de la pratique communicationnelle en tant que telle. Une tradition qui ne rencontre pas ce standard rigoureux est logiquement hors du champ de la théorie de la communication.

101Cela n’exclut évidemment pas la possibilité que quelqu’un découvre ou invente une théorisation biologique de la communication. De nouvelles idées émergent constamment dans le discours universitaire et peuvent proposer de nouvelles manières de théoriser la communication. De nouvelles théorisations de la communication peuvent aussi émerger de la théorie pratique ancrée par l’étude critique et la reconstruction conceptuelle des pratiques communicationnelles dans n’importe quelle tradition ou cadre local (Craig et Tracy, 1995). En principe, donc, nous avons toutes les raisons de croire que de nouvelles traditions de la théorie de la communication et de nouvelles visions d’anciennes traditions continueront d’être découvertes. Ainsi, nous ne devons pas espérer, ni nous inquiéter de ce que la tâche de créer la théorie de la communication ne soit jamais complétée.

  • 72 Les méthodes et les standards à utiliser pour tester ou évaluer la théorie pratique de la communica (...)
  • 73 Cela est cohérent avec la vision de Jonson et Toulmin voulant que l’application de la théorie dans (...)

102L’application de la théorie de la communication implique que les traditions du métadiscours théorique s’engagent avec le métadiscours pratique à traiter de véritables problèmes de communication. C’est dans un tel processus de l’application que la théorie de la communication peut être mise à l’épreuve afin d’établir sa pertinence et son utilité dans la conduite et la critique de la pratique72. Chaque tradition offre un lexique métadiscursif dans lequel les problèmes et les pratiques de communication peuvent être conceptualisés et discutés. La maîtrise de multiples lexiques de la communication rend possible l’examen des problèmes de communication selon plusieurs points de vue de même que la mise en application des lexiques qui semblent appropriés et aidants dans chaque cas73. Parce que chaque tradition fait appel à certains lieux communs métadiscursifs, tout en en remettant d’autres en question, chaque lexique a le potentiel de susciter et d’éclairer la réflexion métacommunicationnelle. Par exemple, se demander si quelqu’un n’est pas trop « stratégique » dans ses communications peut être une application des lexiques de la rhétorique et de la phénoménologie et susciter la réflexion sur les paradoxes d’une communication radicalement authentique. Un tel discours réflexif circule sur un continuum allant de la théorie à la pratique et peut devenir, dans ses moments les plus théoriques, impossible à distinguer du métadiscours théorique de la théorie de la communication même (Craig, 1996b). Dans ces moments d’intersection entre les métadiscours théorique et pratique, le travail d’exploration, de création et d’application de la théorie de la communication est fusionné en une seule activité.

Conséquences pour la pratique disciplinaire dans les études en communication

103La conséquence principale pour notre pratique disciplinaire est que les théoriciens et théoriciennes de la communication ont maintenant quelque chose de très important à discuter – la pratique sociale de la communication –, nous devons donc arrêter de nous ignorer mutuellement et commencer à orienter notre travail vers le champ de la théorie de la communication. Qu’est-ce que cela implique exactement  ? Je suggère trois choses (avec Anderson, 1996) : a) une orientation vers le champ de la communication en tant que gamme de disciplines  ; b) une attention à l’intérêt particulier du champ de la communication pour la recherche interdisciplinaire  ; c) la formation de nos étudiants et étudiantes au champ de la communication.

104De manière plus détaillée, cela signifie :

  1. Les théoriciens et théoriciennes de la communication, bien que traitant généralement de sujets spécialisés, devraient orienter leurs écrits vers le champ de la communication dans son ensemble. Cela signifie qu’ils et elles doivent être conscients des traditions pertinentes à la théorie de la communication, aborder des thèmes et des problématiques centraux du champ, mettre en évidence les conséquences pratiques et répondre aux intérêts et aux critiques attendues des autres traditions. En regard de la spécialisation universitaire existante, on ne peut s’attendre à ce qu’un seul individu puisse saisir en profondeur chaque zone du champ. Cela signifie que les discussions entre les traditions ne sont pas toujours très innovatrices et qu’elles pourront être parfois techniquement naïves à certains égards. Néanmoins, pour d’autres maîtrisant mieux les intersections entre certaines traditions théoriques, ces discussions agiront comme indicateurs de la pertinence du travail pour le champ et offriront des points de départ (et des irritants motivants) pour corriger les erreurs, clarifier les enjeux et approfondir la discussion. C’est ce à quoi pourrait ressembler, en pratique, la cohérence dialogique-dialectique.

  2. La matrice théorique suggère à la fois l’importance de l’interdisciplinarité et la centration disciplinaire des domaines de recherche (en communication politique, sémiotique et études culturelles, philosophie, science de l’information, etc.), qui peuvent être enrichis par d’autres perspectives de la théorie de la communication. Par exemple, Tracy (1990) a revendiqué une approche communicationnelle distincte aux études du discours interdisciplinaire caractérisé par ses intérêts normatifs et appliqués, sa conscience du public et sa centration sur les problèmes et les stratégies. Ces caractéristiques témoignent d’un mélange de rhétorique, de psychosociologie et d’autres influences de la théorie de la communication. Les théoriciens et théoriciennes nourris par les traditions de leur champ ont l’opportunité d’aller au-delà de la fragmentation productive et de contribuer aux études interdisciplinaires.

    • 74 undergraduates

    Ceux et celles d’entre nous qui enseignent la théorie de la communication font face à des défis particuliers. Les étudiants et étudiantes de premier cycle universitaire74a s’attendent à des éléments pratiques et nous leur offrons de la théorie. Ils et elles s’attendent à quelque chose d’intelligible et nous leur offrons des fragments d’un sujet que personne ne peut comprendre — 249 théories pour l’instant. Les analyses dans les tableaux 1 et 2 proposent une pédagogie qui prend le champ dans son ensemble en tant que ressource pour réfléchir aux problèmes pratiques, et un approfondissement du champ qui ne s’éloigne pas des intérêts pratiques, mais qui au contraire s’y ancre plus profondément.

  • 75 [ne peuvent ignorer la nécessité de se spécialiser méthodologiquement et, donc, théoriquement].

105Les étudiants et étudiantes des cycles supérieurs doivent aussi apprendre à utiliser la théorie de la communication d’autres façons. Ceux et celles qui veulent faire de la recherche originale « cannot ignore the need to specialize methodologically, and hence theoretically75 » (Reeves, 1992, p. 238). Malgré cela, une vue d’ensemble du champ peut leur permettre de parler des conséquences du travail spécialisé à de plus larges publics disciplinaires, interdisciplinaires et profanes. La « tâche » d’apprendre la théorie de la communication à un niveau avancé devient un peu plus facile pour les spécialistes de chaque tradition qui peuvent ainsi se concentrer sur « leurs propres » ligne et colonne de la table 2, c’est-à-dire sur les problématiques situées entre leur tradition et les autres. Les autres cellules du tableau, pour l’essentiel, peuvent être laissées aux spécialistes des autres traditions.

106En faisant appel à l’une des traditions de la communication, nous pouvons voir les tableaux 1 et 2 comme un échafaudage pour la construction d’un schéma d’invention rhétorique — un schéma de lieux communs et d’arguments habituels — qui peut aider à préparer les étudiants et étudiantes en communication à participer aux discours de la discipline dans son ensemble, de la même manière que l’art de la rhétorique prépare les citoyens et citoyennes à participer au discours des affaires publiques. L’art de la rhétorique fait appel à la connaissance « populaire », « publique » ou « sociale » — une connaissance déjà partagée par les membres d’un public. De même, le champ de la théorie de la communication trace un espace discursif commun – un espace pour le métadiscours théorique — dans lequel des discours théoriques plus spécialisés peuvent discuter entre eux et avec le métadiscours pratique sur la communication en tant que pratique sociale. Le champ de la théorie de la communication n’est pas un entrepôt de vérités absolues. Il n’a d’autres prétentions que d’être utile.

Haut de page

Bibliographie

Altheide, D. L. (1 995). An ecology of communication : Cultural formats of control. New York : Aldine de Gruyter.

Anderson, J. A. (19 96). Communication theory : Epistenzological foundations. New York : Guilford Press.

Anderson, R., Cissna, K. N., Arnett, R. C. (dir.). (1994). The reach of dialogue : Confirmation, voice and community. Cresskill, NJ : Hampton Press.

Angus, I., Langsdorf, L. (dir.). (1992). The critical turn : Rhetoric and philosophy in postnrodern discourse. Carbondale : Southern Illinois University Press.

Arnold, C. C. (1989). Rhetoric. Dans E. Barnouw, G. Gerbner, W. Schramm, T. L. Worth, L. Gross (dir.), International encyclopedia of communications (Vol. 3, pp. 46 1-465). New York : Oxford University Press.

Arnold, C. C., Bowers, J. W. (dir.). (1984). Handbook of rhetoricaland communication theory. Boston : Allyn & Bacon.

Audi, R. (dir.). (1995). The Cambridge dictionary of philosophy. New York : Cambridge University Press.

Barnouw, E., Gerbner, G., Schramm, W., Worth, T. L., Gross, L. (dir.). (1989). International encyclopedia of communications (4 volumes). New York : Oxford University Press.

Bateson, G. (1972). Steps to an ecology of mind. New York : Ballantine Books.

Beniger, J. R. (1993). Communication-Embrace the subject, not the field. Journal of Communication. 43(3), 18-25.

Berger, C. R. (1991). Communication theories and other curios. Communication Monographs, 58, 101-113.

Berger, C. R. (1 997). Planning strategic interaction : Attaining goals through communicative action. Mahwah, NJ : Erlbaum.

Berger, C. R., Chaffee, S. H. (dir.). (1987). Handbook of communication science. Newbury Park, CA : Sage.

Bitzer, L. F. (1968). The rhetorical situation. Philosophy and Rhetoric, 1, 1-14.

Bourdieu, P. (1992). The logic of practice. Stanford, CA : Stanford University Press.

Bowers, J., Iwi, K. (1993). The discursive construction of society. Discourse & Society, 4, 357-393.

Brent, D. (1996). Rogerian rhetoric : Ethical growth through alternative forms of argumentation. Dans B. Emmel, P. Resch, D. Tenney (dir.), Argument revisited  ; argument redefined : Negotiating meaning in the composition classroom (73-96). Thousand Oaks, CA : Sage.

Budd, R. W., Ruben, B. D. (dir.). (1972). Approaches to human communication. Rochelle Park, NJ : Hayden.

Burgoon, J. K., Buller, D. B. (1996). Interpersonal deception theory : Reflections on the nature of theory building and the theoretical status of interpersonal deception theory. Communication Theory, 6, 310-328.

Burke, K. (1966). Language as symbolic action : Essays on life, literature, and method. Berkeley, CA : University of California Press.

Cappella, J. N. (1991). The biological origins of automated patterns of human interaction. Communication Theory, 1, 4-35.

Cappella, J. N. (1995). An evolutionary psychology of Gricean cooperation. Journal of Language and Social Psychology, 14, 167-181.

Cappella, J. N. (dir.). (1996). Symposium : Biology and communication. Journal of Communication, 46(3), 4-84.

Carbaugh, D. (1996). Situating selves : The communication of social identities in American scenes. Albany, NY : SUNY Press.

Carey, J. W. (1989). Communication as culture : Essays on media and society. Winchester, MA : Unwin Hyman.

Casmir, F. L. (Ed.). (1994). Building communication theories : A socio/cultural approach. Hillsdale, NJ : Erlbaum.

Chang, B. G. (1996). Deconstructing communication : Representation, subject, and economies of exchange. Minneapolis : University of Minnesota Press.

Cherry, C. (1966). On human communication : A review, a survey, and a criticism (2e édition). Cambridge, MA : MIT Press.

Cobley, P. (dir.). (1996). The communication theory reader. New York : Routledge.

Condit, C. M. (1989). The rhetorical limits of polysemy. Critical Studies in Mass Communication, 6, 103-122.

Conquergood, D. (1992). Ethnography, rhetoric, and performance. Quarterly Journal of Speech, 78, 80-97

Cooper, T. W. (1994). Communion and communication : Learning from the Shuswap. Critical Studies in Mass Communication, 21, 327-345.

Craig, R. T. (1989). Communication as a practical discipline. Dans B. Dervin, L. Grossberg, B. J. O’Keefe, E. Wartella (dir.), Rethinking communication : vol. 1. Paradigm issues (97-122). Newbury Park, CA : Sage.

Craig, R. T. (1993). Why are there so many communication theories ? Journal of Communication, 43(3), 26-33.

Craig, R. T. (1995). Applied communication research in a practical discipline. Dans K. N. Cissna (dir.), Applied communication in the 21st century (147-155). Mahwah, NJ : Erlbaum.

Craig, R. T. (1996a). Practical theory : A reply to Sandelands. Journal for the Theory of Social Behaviour, 26, 65-79.

Craig, R. T. (1996b). Practical-theoretical argumentation. Argumentation, 20, 461-474.

Craig, R. T., Tracy, K. (1995). Grounded practical theory : The case of intellectual discussion. Communication Theory, 5, 248-272.

Crawford, L. (1996). Everyday tao : Conversation and contemplation. Communication Studies, 47, 25-34.

Cronen, V. E. (1995). Coordinated management of meaning : The consequentiality of communication and the recapturing of experience. Dans S. J. Sigman (dir.). The consequentiality of communication (17-65). Hillsdale, NJ : Erlbaum.

Cronkhite, G. (1986). On the focus, scope, and coherence of the study of human symbolic activity. Quarterly Journal of Speech, 72, 231-246.

Crowley, D., Mitchell, D. (dir.). (1994). Communication theory today. Stanford, CA : Stanford University Press.

Cushman, D. P., Kovacic, B. (dir.). (1995). Watershed research traditions in human communication theory. Albany, NY : SUNY Press.

Dance, F. E. X. (1970). The “concept” of communication. Journal of Communication, 20, 201-210.

Dance, F. E. X., Larson, C. E. (1976). The functions of communication : A theoretical approach. New York : Holt, Rinehart, & Winston.

Deetz, S. A. (1992). Democracy in an age of corporate colonization : Developments in communication and the politics of everyday life. Albany, NY : SUNY Press.

Deetz, S. A. (1994). Future of the discipline : The challenges, the research, and the social contribution. Dans S. A. Deetz (dir.), Communication Yearbook 17 (565-600). Thousand Oaks, CA : Sage.

Delia, J. G. (1987). Communication research : 4 history. Dans C. R. Berger and S. H. Chaffee (dir.), Handbook of Communication Science (20-98). Newbury Park, CA : Sage.

Dennett, D. C. (1979). Brainstorms : Philosophical essays on mind and psychology. Montgomery, VT : Bradford.

Dewey, J. (1916). Democracy and education : An introduction to the philosophy of education. New York : Macmillan.

Dewey, J. (1 927). The public and its problems. Chicago : Swallow Press.

Eco, U. ( 1976). A theory of semiotics. Bloomington : Indiana University Press.

Ehninger, D. (1968). On systems of rhetoric. Philosophy and Rhetoric, 1, 131-144.

Ellis, D. G. (1991). Post-structuralism and language : Non-sense. Communication Monographs, 58, 213-224.

Ellis, D. G. (1995). Fixing communicative meaning. Communication Research, 22(5), 515-544.

Fairclough, N. (1995). Critical discourse analysis : The critical study of language. New York : Longman.

Farrell, T. B. (1993). Norms of rhetorical culture. New Haven, CT : Yale University Press.

Fisher, B. A. (1978). Perspectives on human communication. New York : Macmillan.

Foss, S. K., Griffin, C. L. (1995). Beyond persuasion : A proposal for an invitational rhetoric. Communication Monographs, 62, 2-18.

Freeman, S. A., Littlejohn, S. W., Pearce, W. B. (1992). Communication and moral conflict. Western Journal of Communication, 56, 31 1-329.

Gadamer, H.-G. (1981). Reason in the age of science (F. G. Lawrence, Trans.). Cambridge, MA : MIT Press.

Giddens, A. (1984). The constitution of society : Outline of the theory of structuration. Berkeley : University of California Press.

Giddens, A. (1991). Modernity and self-identity : Self and society in the late modern age. Cambridge, UK : Polity Press.

Goodall, H. L., J . (1996). Devine signs : Connecting spirit to communrty. Carbondale : Southern Illinois University Press.

Greene, J. 0. (dir.). (1997). Message production : Advances in communication theory. Mahwah, NJ : Erlbaum.

Habermas, J. (1984). The theory of communicative action : vol. I . Reason and the rationalization of society (T. McCarthy, Trans.). Boston : Beacon Press.

Harris, R. (1996). Signs, language and communication. New York : Routledge.

Hauser, M. D. (1996). The evolution of communication. Cambridge, MA : MIT Press.

Heims, S. J. (1991). The cybernetics group. Cambridge, MA : MIT Press.

Heritage, J. (1 984). Garfinkel and ethnomethodology. Cambridge, UK : Polity Press.

Herman, E. (1995). The romance of American psychology : Political culture in the age of experts. Berkeley : University of California Press.

Hodge, R., Kress, G. (1993). Language as ideology (2e édition). London : Routledge.

Hopper, R. (dir.). (1993). Performance and conversation [Special issue]. Text and Performance Quarterly, 13, 113-211.

Horvath, C. W. (1995). Biological origins of communicator style. Communication Quarterly, 43, 394-407.

Huspek, M. (dir.). (1997). Toward normative theories of communication : The Frankfurt School [Special issue]. Communication Theory, 7, 265-381.

Jonsen, A. R., Toulmin, S. (1988). The abuse of casuistry : A history of moral argument. Berkeley : University of California Press.

Katriel, T., Philipsen, G. (1981). “What we need is communication” : “Communication” as a cultural category in some American speech. Communication Monographs, 48, 301 -317.

Kaufer, D. S., Butler, B. S. (1996). Rhetoric and the arts of design. Mahwah, NJ : Erlbaum.

Kaufer, D. S., Carley, K. M. (1993). Communication at a distance : The influence of print on sociocultural organization and change. Hillsdale, NJ : Erlbaum.

Kaufer, D. S., Carley, K. M. (1993). Condensation symbols : Their variety and rhetorical function in political discourse. Philosophy and Rhetoric, 26, 201-226.

Kovacic, B. (dir.). (1997). Emerging theories of human communication. Albany, NY : SUNY Press.

Kramarae, C. (1989). Feminist theories of communication. Dans E. Barnouw, G. Gerbner, W. Schramm, T. L. Worth, L. Gross (dir.), International encyclopedia of communications (Vol. 2, pp. 157-160). New York : Oxford University Press.

Krippendorff, K. (1989). Cybernetics. Dans E. Barnouw, G. Gerbner, W. Schramm, T. L. Worth, L. Gross (dir.), International encyclopedia of communications (Vol. 1, pp. 443-446). New York : Oxford University Press.

Krippendorff, K. (1993). Conversation or intellectual imperialism in comparing communication (theories). Communication Theory, 3, 252-266.

Krippendorff, K. (1995). Undoing power. Critical Studies in Mass Communication, 12, 101-132.

Krippendorff, K. (1997). Seeing oneself through others’ eyes in social inquiry. Dans M. Huspek G., P. Radford (dir.), Transgressing discourses : Communication and the voice of other (47-72). Albany, NY : SUNY Press.

Kuhn, T. S. (1970). The structure ofscientific revolutions (2e édition). Chicago : University of Chicago Press.

Laffoon, E. A. (1995). Reconsidering Habermas’ conception of performance. Dans S. Jackson (dir), Argumentation and values : Proceedings of the ninth SCAIAFA conference on argumentation (pp. 267-273). Annandale, VA : Speech Communication Association.

Lanigan, R. L. (1992). The human science of communicology : A phenomenology of discourse in Foucault and Merleau-Ponty. Pittsburgh, PA : Duquesne University Press.

Lannamann, J. W. (1991). Interpersonal communication research as ideological practice. Communication Theory, 1, 179-203.

Leeds-Hurwitz, W. (1993). Semiotics and communication : Signs, codes, cultures. Hillsdale, NJ : Erlbaum.

Leeds-Hurwitz, W. (dir.). (1995). Social approaches to communication. New York : Guilford.

Leff, M. (1996). The idea of rhetoric as interpretive practice : A humanist’s response to Gaonkar. Dans A. C. Gross W. M. Keith (dir.), Rhetorical hermeneutics : Invention and interpretation in the age of science (89-100). Albany, NY : SUNY Press.

Liska, J. (1993). Bee dances, bird songs, monkey calls, and cetacean sonar : Is speech unique ? Western Journal of Communication, 57, 1-26.

Littlejohn, S. W. (1982). An overview of contributions to human communication theory from other disciplines. Dans F. E. X. Dance (dir.), Human communication theory : Comparative essays (243-285). New York : Harper & Row.

Littlejohn, S. W. (1996a). Communication theory. Dans T. Enos (dir.), Encyclopedia of rhetoric and composition : Communication from ancient times to the information age (117-121). New York : Garland.

Littlejohn, S. W. (1996b). Theories of human communication (5e édition). Belmont, CA : Wadsworth.

Locke, J. (1979). An essay concerning human understanding. (P. H. Nidditch, dir.). New York : Oxford University Press. (Publication originale 1690)

Luhmann, N. (1992). What is communication ? Communication Theory, 2, 251-259.

Manetti, G. (1993). Theories of the sign in classical antiquity. Bloomington : Indiana University Press.

Mantovani, G. (1996). New communication environments : From everyday to virtual. London, UK : Taylor & Francis.

Mattelart, A. (1996). The invention of communication (S. Emanuel, Trans.). Minneapolis : University of Minnesota Press.

McKeon, R. (1957). Communication, truth, and society. Ethics, 67, 89-99.

McKerrow, R. E. (1989). Critical rhetoric : Theory and praxis. Communication Monographs, 56, 91-111.

McKinzie, B. W. (1994). Objectivity, communication, and the foundation of understanding. Lanham, MD : University Press of America.

McLaughlin, L. (1995). No respect ? Disciplinarity and media studies in communication. Feminist communication scholarship and “the woman question” in the academy. Communication Theory, 5,144-161.

McLuhan, M. (1964). Understanding media : The extensions of man. New York : McGraw-Hill.

Meyrowitz, J. (1993). Images of media : Hidden ferment-and harmony-in the field. Journal of Communication, 43(3), 55-66.

Miller, G. A. (1956). The magical number seven, plus or minus two : Some limits on our capacity for processing information. Psychological Review, 63, 81-97.

Mortensen, C. D. (1994). Problematic communication : The construction of invisible walls. Westport, CT : Greenwood.

Mortensen, C. D., Ayres, C. M. (1997). Miscommunication. Thousand Oaks, CA : Sage.

Motley, M. T. (1991). How one may not communicate : A reply to Andersen. Communication Studies, 42, 326-340.

Murphy, M. A. (1991). No more “What is communication ?” Communication Research, 18, 825-833.

Myers, R. A., Brashers, D., Center, C., Beck, C., Wert-Gray, S. (1992). A citation analysis of organizational communication research. Southern Communication Journal, 57, 241-246.

Newcomb, H. (1993). Target practice : A Batesonian “field” guide for communication studies.Journal of Communication, 43(3), 127-132.

Norton, R., Brenders, D. (1995). Communication and consequences : Laws of interaction.Mahwah, NJ : Erlbaum.

O’Keefe, B. (1993). Against theory. Journal of Communication, 43(3), 75-82.

Paisley, W. (1984). Communication in the communication sciences. Dans B. Dervin, M. J. Voigt (dir.), Progress in communication sciences (Vol. 5, pp. 1-43). Norwood, NJ : Ablex.

Pearce, W. B. (1989). Communication and the human condition. Carbondale : Southern Illinois University Press.

Peters, J. D. (1986). Institutional sources of intellectual poverty in communication research. Communication Research, 13, 527-559.

Peters, J. D. (1989). John Locke, the individual, and the origin of communication. Quarterly Journal of Speech, 75, 387-399.

Peters, J. D. (1993). Genealogical notes on “the field.” Journal of Communication, 43(4), 132-139.

Peters, J. D. (1994). The gaps of which communication is made. Critical Studies in Mass Communication, 11, 117-140.

Philipsen, G., Albrecht, T. L. (dir.). (1997). Developing communication theories. Albany, NY : SUNY Press.

Pilotta, J. J., Mickunas, A. (1990). Science ofconrmunication : Its phenomenological foundation. Hillsdale, NJ : Erlbaum.

Pym, A. (1997). Beyond postmodernity : Grounding ethics in spirit. Electronic Journal of Communication, 7(1). [En ligne : http://www.cios.or~getfile\Pym-V7Nl97].

Ramsey, R. E. (1997). Communication and eschatology : The work of waiting, an ethics of relief, and areligious religiosity. Communication Theory, 7, 343-361.

Reddy, M. J. (1979). The conduit metaphor-A case of frame conflict in our language about language. Dans A. Ortony (dir.), Metaphor and thought (284-324). Cambridge, UK : Cambridge University Press.

Reeves, B. (1992). Standpoint : On how we study and what we study. Journal of Broadcasting and Electronic Media, 36, 235-238.

Reeves, B., Borgman, C. L. (1983). A biblioinetric evaluation of core journals in communication research. Human Communication Research, 10, 119-136.

Rice, R. E., Borgman, C. L., Reeves, B. (1988). Citation networks of communication journals, 1977-1985 : Cliques and positions, citations made and citations received. Human Communication Research, 15, 256-283.

Rogers, E. M. (1994). A history of communication study : A biographical approach. New York : Free Press.

Roloff, M. E. (1981). Interpersonal communication : The social exchange approach. Beverly Hills, CA : Sage.

Rosengren, K. E. (1993). From field to frog ponds. Journal of Communication, 43(3), 6-17.

Rothenbuhler E. W. (1993). Argument for a Durkheimian theory of the communicative. Journal of Communication, 43(3), 158-163.

Rothenbuhler, E. W. (1996). Commercial radio as communication. Journal of Communication, 46 (l), 125-143.

Rothenbuhler, E. W. (1998). Ritual communication : From everyday conversation to mediated ceremony. Thousand Oaks, CA : Sage.

Schiller, D. (1994). From culture to information and back again : Commoditization as a route to knowledge. Critical Studies in Mass Communication, 11, 93-115.

Schiller, D. (1996). Theorizing communication : A history. New York : Oxford University Press.

Schoening, G. T., Anderson, J. A. (1995). Social action media studies : Foundational arguments and common premises. Communication Theory, 5, 93-116.

Shannon, C., Weaver, W. (1948). The mathematical theory of communication. Urbana : University of Illinois Press.

Shepherd, G. J. ( 1993). Building a discipline of communication. Journal of Communication, 43(3), 83-91.

Sholle, D. ( 1995). No respect ? Disciplinarity and media studies in communication. Resisting disciplines : Repositioning media studies in the university. Communication Theory, 5, 130-1 43.

Shotter, J. (1997). Textual violence in academe : On writing with respect for one’s others. Dans M. Huspek, G. P. Radford (dir.), Transgressing discourses : Communication and the voice of other (17-46). Albany, NY : SUNY Press.

Sigman, S. J. (1987). A perspective on social communication. Lexington, MA : Lexington Books.

Sigman, S. J. (1992). Do social approaches to interpersonal communication constitute a contribution to communication theory ? Communication Theory, 2, 347-356.

Sigman, S. J. (1995a). Question : Evidence of what ? Answer : Communication. Western Journal of Communication, 59, 79-84.

Sigman, S. J. (Ed.). (1995b). The consequentiality of communication. Hillsdale, NJ : Erlbaum.

So, C. Y. K. (1988). Citation patterns of core communication journals : An assessment of the developmental status of communication. Human Communication Research, 15, 236-255.

Steier, F. (dir.) (1991). Research and reflexivity. Newbury Park, CA : Sage.

Steiner, P. (1989). Semiotics. Dans E. Barnouw, G. Gerbner, W. Schramm, T. L. Worth, L. Gross (dir.), International encyclopedia of communications (Vol. 4, pp. 46-SO). New York : Oxford University Press.

Stewart, J. ( 1995). Language as articulate contact : Toward a post-semiotic philosophy of commrrnication. Albany, NY : SUNY Press.

Stewart, J. (dir.). (1996). Beyond the symbol model : Reflections on the representational nature of language. Albany, NY : SUNY Press.

Streeter, T. (1995). No respect ? Disciplinarity and media studies in communication. Introduction : For the study of communication and against the discipline of communication. Communication Theory. 5, 117-129.

Swanson, D. L. (1993). Fragmentation, the field, and the future. Journal of Communication, 43(4), 163-172.

Taylor, J. R. (1993). Rethinking the theory of organizational communication : How to read an

Taylor, T. J. (1 992). Mutual misunderstanding : Scepticism and the theorizing of language and interpretation. Durham, NC : Duke University Press

Taylor, T. J. (1997). Theorizing language. New York : Pergamon.

Theall, D. F. (1995). Beyond the word : Reconstructing sense in the Joyce era of technology, culture, and communication. Toronto : University of Toronto Press.

Thomas, S. 1. (1980). Some problems of the paradigm in communication theory. Philosophy of the Social Sciences, 10, 427-444.

Tracy, K. (1990). Framing discourse research to speak to issues of communicative practice. Text, 10, 117-120.

Tracy, K. (1990). Discourse analysis in communication. Dans D. Schiffrin, D. Tannen, H. Hamilton (dir.), Handbook of discourse analysis. Oxford, UK : Blackwell.

Watzlawick, P., Beavin, J. H., Jackson, D. D. (1967). The pragmatics of human communication : A study of interactional patterns, pathologies, and paradoxes. New York : W. W. Norton.

Wiener, N. (1 948). Cybernetics. New York : John Wiley.

Wilden, A. (1972). System and structure : Essays in communication and exchange. London : Tavistock.

Haut de page

Notes

2 Pour un échantillon, très incomplet, de livres récents proposant explicitement des travaux originaux sur une théorie générale de la communication, sans égard à l’origine disciplinaire, mais excluant des travaux sur des thèmes plus spécifiques tels l’effet des médias ou les relations interpersonnelles, voir : Altheide (1995), Anderson (1996), Angus et Langsdorf (1992), Carey (1989), Chang (1996), Deetz (1992), Goodall (1996), Greene, (1997), Harris (1996), Hauser (1996), Kaufer et Carley (1993), Leeds-Hurwitz (1995), Mantovani (1996), Mortensen (1994), Morrensen avec Ayres (1997), Norton et Brenders (1995), Pearce (1989), Pilotta et Mickunas (1990), Rothenbuhler ( 1998), Sigman (1995), Stewart (1995), J. Taylor (1993), T. Taylor (1992), Theall (1995).

3 Il existe des indicateurs de l’existence d’un champ (voir Anderson, 1996 et Craig, 1989). De plus, des histoires d’une théorie de la communication commencent à apparaître (Mattelart, 1996  ; Schiller, 1996), de même que des travaux collectifs (recueils, encyclopédies, anthologies) de types variés et plus ou moins inclusifs et utiles (par exemple, Arnold et Bowers, 1984  ; Harnouw et al., 1989  ; Casmir, 1994  ; Cobley, 1996  ; Crowley et Mitchell, 1994  ; Cushman et Kovacic, 1995  ; Kovacic, 1997  ; Philipsen et Alhrecht, 1997).

4 La théorie de la communication est issue de nombreuses disciplines universitaires, et les théoriciens et théoriciennes ignorent notoirement les travaux publiés hors de leur discipline. Ainsi, ils et elles ont tendance à écrire à propos de la communication sans prêter attention aux travaux faits ailleurs, particulièrement à ceux issus de la discipline de la communication même. Il faut mettre au crédit des théoriciens et théoriciennes de la communication d’avoir dévié de cette pratique puisqu’ils citent fréquemment des travaux des autres disciplines. De fait, ils sont souvent plus susceptibles de citer des travaux hors de leur discipline que des travaux qui en proviennent. Ainsi, ils ont tendance à ne pas se citer mutuellement, au-delà de leur propre clique, ce qui a pour conséquence inattendue que les théoriciens et théoriciennes de la communication sont relativement peu cités par qui que ce soit (Myers, Brashers, Center, Beck et Wert-Gray, 1992; Paisley, 1984; Reeves et Borgman, 1983; Rice, Borgman et Reeves, 1988 ; So, 1988).

5 « It is as if the field of communication research were punctuated by a number of isolated frog ponds-with no friendly croaking between the ponds, very little productive intercourse at all, few cases of successful cross-fertilization » (Rosengren, 1993, p. 9). [C’est comme si le champ de la recherche en communication était ponctué d’étangs de grenouilles entre lesquels aucuns coassements amicaux ne se faisaient entendre – peu d’échanges productifs, peu de cas d’osmose réussie.]

6 Ainsi, il n’est guère surprenant qu’un auteur se demande pourquoi il existe si peu de théories de la communication (Berger, 1991), alors qu’un autre se demande pourquoi il y en a autant (Craig, 1993). Ils sont en désaccord non seulement sur ce qui peut être considéré comme une théorie, mais aussi sur la taille et la forme du champ à partir duquel ils comptent les théories.

7 Les histoires générales des études en communication (Delai, 1987  ; Rogers, 1994) mettent aussi en lumière les origines multidisciplinaires du champ.

8   Dance et Larson (1976) ont allongé cette liste à 126 définitions, un nombre qui, selon la nature des choses, ne peut qu’avoir augmenté avec le temps.

9 [Dissension, critiques universitaires insidieuses et divisions théoriques]

10 [[du] champ, de son focus intellectuel et de sa mission]

11 [un Taiwan intellectuel — prétendant être la Chine quand, en fait, elle est isolée sur une petite île]

12 [de la science politique telle que pratiquée dans le champ de la communication]

13 Pour une critique mettant en évidence les tendances plus oppressives et plus « exclusionnaires » des disciplines traditionnelles, voir McLaughlin (1995), Sholle (1995) et Streeter (1995). Bien que ces critiques se prononcent contre la communication en tant que « discipline », ils sont en faveur de la communication en tant que « champ », qu’ils décrivent comme une « postdiscipline ». Malgré la différence de terminologie, il semble que nous nous accordions sur le fait que les études en communication devraient aspirer à une certaine cohérence (non oppressive, non « exclusionnaire »). D’autres critiques ont attaqué l’idée même de la cohérence, soulignant d’importants bénéfices institutionnels et intellectuels émanant de la fragmentation disciplinaire (par exemple, O’Keefe, 1993  ; Newcomb, 1993  ; Peters, 1993  ; Swanson, 1993). Je projette aborder ces arguments dans un autre essai. Ici, je ne peux répondre qu’en offrant une perspective différente, mais pas nécessairement incompatible.

14 [une communauté conversationnelle ayant une tradition argumentative]

15 Voyez Beniger (1993)  ; Berger et Chaffee (1987, p. 894)  ; Cronkhite (1986)  ; Deetz (1994)  ; Luhmann (1992)  ; Motley (1991)  ; Pearce (1989)  ; Rothenbuhler (1993, 1996, 1998)  ; Shepherd (1993)  ; Sigman (1992, 1995a) pour des variations sur ce thème.

16 Les études en communication pourraient-elles même prétendre être la discipline fondamentale expliquant toutes les autres disciplines dans la mesure où ces disciplines sont elles-mêmes des constructions sociales qui, comme toute construction sociale, sont constituées symboliquement à travers la communication ? Bien sûr, mais seulement à la blague  ! En pratique, n’importe quelle discipline peut se réclamer d’être la discipline sociale « fondamentale » en s’appuyant sur quelque argument tortueux selon lequel tous les processus sociaux deviendraient fondamentalement cognitif, économique, politique, culturel ou, en fait, pourquoi pas chimique ou subatomique ? L’ironie qui confère son humour à la blague est que chaque discipline occupe le centre exact de l’univers de son point de vue. La communication ne fait pas exception à la règle, mais la communication comme métaperspective – une perspective sur les perspectives – peut nous aider à goûter l’ironie de notre situation.

17 [émergent lorsque les modes d’explication existant ne parviennent plus à offrir une orientation convaincante pour répondre à un ensemble de nouvelles problématiques sociales]

18 [la description de la manière dont le monde intérieur et extérieur, les relations sociales et les moyens d’expression sont réciproquement constitués par le processus interactionnel en tant que sa propre explication]

19 Voir en particulier Deetz (1994)  ; voir aussi Carey (1989), Pearce (1989) et Shepherd (1993). L’idée que la communication joue un rôle essentiel dans la formation de communauté démocratique a des racines philosophiques dans le pragmatisme américain. Pour des formulations classiques de cette vision, voir Dewey (1916, 1927) et McKeon (1957).

20 Le paradoxe logique voulant que la communication n’existe qu’en tant qu’elle est constituée par la communication (mais alors, qu’est-ce qui constitue la communication qui constitue la communication ?) a été exploré par la tradition cybernétique en communication (par exemple, Bateson, 1972  ; Krippendorff, 1997  ; Luhmann, 1992). Ce n’est que l’une des manifestations de la réflexivité paradoxale entre sens et contexte ou message et métamessage qui caractérise toute communication.

21 Carey (1989), McKinzie (1994), Reddy (1979) et Taylor (1992) ont tous suggéré que la communication, dans les cultures euro-américaines à tout le moins, est habituellement pensée en termes d’un processus de transmission.

22 Bien que les partisans d’un modèle constitutif ne rejettent pas toujours entièrement le modèle de transmission, ils vantent rarement ses vertus. Peters (1994) étant peut-être une exception à cet égard.

23 [représente la pratique technique de la théorisation du langage, de l’interprétation, de la communication et de la compréhension … comme dérivant de… nos manières quotidiennes et ordinaires de parler à propos de ce que nous faisons avec le langage et de ce que nous en savons]

24 L’autocritique réflexive de chacune des traditions envers elle-même se trouve dans les cellules en diagonale partant du coin supérieur gauche vers le coin inférieur droit du tableau 2. On peut les considérer comme des fissures ou des points d’instabilité pour déconstruire la tradition, mais je préfère les penser comme des zones d’autoquestionnement rendant possibles le dialogue et l’innovation.

25 [Formellement, la rhétorique est l’art collaboratif d’aborder et de guider la décision et le jugement – généralement un jugement public qui ne peut être décidé par la force ou par l’expertise. L’enquête rhétorique, plus connue sous le nom de l’étude de la communication publique, est l’un des rares domaines de recherche qui soit encore activement nourri par ses propres traditions…]

26 [La source première d’idées sur la communication avant ce siècle, datant des temps anciens, est la rhétorique]

27 Arnold définit la rhétorique comme « (the) study and teaching of practical, usually persuasive communication » [l’étude et l’enseignement de la communication pratique, généralement persuasive] et il souligne l’hypothèse sous-jacente « that the influence and significance of communication depend on the methods chosen in conceiving, composing, and presenting messages » (1989, p. 461). [que l’influence et la signification de la communication dépendent des méthodes choisies pour concevoir, composer et présenter les messages].

28 [La sémiotique s’est beaucoup attardée à la manière dont les personnes transmettent le sens et a ainsi développé un lexique que nous pouvons emprunter pour notre propre usage]

29 [Le malentendu… est le scandale qui motive le concept de communication]

30 Le texte classique est Locke (1690/1979)  ; voir Peters (1989), Steiner (1989) et Taylor (1992).

31 [Locke comprenait la communication non comme une sorte de langage, de rhétorique ou de discours, mais comme une alternative à ceux-ci]

32 [La compréhension phénoménologique du dialogue n’est pas une théorie imposée d’en haut par une quelconque raison autocratique, il s’agit plutôt de l’exposition du processus communicatif tel qu’il s’inscrit dans l’expérience]

33 [Ainsi, la communication implique l’incompréhension, car je suis véritablement dans une situation de communication avec l’autre lorsque je reconnais que quelqu’un est venu vers moi, mais je ne comprends pas pourquoi et je ne comprends pas non plus tout à fait ce qu’il ou qu’elle dit]

34 [le dialogue ne fait pas que survenir]

35   [planifié, déclaré ou forcé]

36 [aucune distance]

37 [est si grande que celle entre deux esprits]

38 [Le dialogue dissimule les traits du discours qui sont plus évidents dans les textes, particulièrement la réalité de la distanciation]

39 [tension persistante entre les modes spécifique et général de conversation]

40 [camaraderie, amitié et amour]

41 [besoin tout aussi noble]

42 [Ainsi, la distinction entre la communication interpersonnelle et la communication de masse cache des énergies utopiques]

43 [notre difficile situation en tant que créatures qui appartiennent tant à une famille qu’à une polis]

44 [Nous avons choisi d’appeler « Cybernétique » tout le champ du contrôle et de la théorie de la communication, que cela concerne la machine ou l’animal.]

45 [La théorie moderne de la communication a émergé du mariage cybernétique entre les statistiques et la théorie du contrôle.]

46 [La théorie de la communication : l’étude et la formulation des principes et des méthodes par lesquels l’information est transmise.]

47 [Théorie de la communication. Voir THÉORIE DE L’INFORMATION]

48 Pour des affirmations classiques de cette vision fonctionnaliste de l’esprit, voir Bateson (1972) et Dennett (1979).

49 Kaufer et Butler (1996) peuvent être considérés comme hybrides de la rhétorique et de la cybernétique.

50 Pour différents amalgames des deux traditions, voir Cherry (1966), Eco (1976) et Wilden (1972).

51 Les travaux récents de Krippendorff (1993) représentent un mouvement de la cybernétique vers la phénoménologie, qui conserve des traces importantes de la première. Plusieurs chapitres de l’anthologie de Steier (1991) sur la réflexivité montrent des tendances similaires.

52 [[Dans les années 1950] l’étude de la communication a connu ses meilleurs modèles dans les études sur le vote de Larzarsfeld et Berelson et dans les études expérimentales de Hovland sur la persuasion. Dès le milieu des années 1950, l’étude théorique de la communication s’est intéressée aux problèmes des effets. Cet intérêt a recréé le cadre général de la médiation en psychologie sociale, déjà présent dans les années 1930… le rôle de médiation dans la communication des prédispositions du récepteur et des processus sociaux et … la possibilité d’effets différentiels. ]

53 [Les types de « pourquoi » auxquels les spécialistes de la communication choisissent de répondre peuvent être différents de ceux qui intéressent les psychologues. En tant que théoriciens de la communication, nous devons aussi comprendre quand, comment et pourquoi l’interaction affecte les patterns comportementaux de l’émetteur et les jugements du récepteur. ]

54 Ainsi que le souligne Herman, la montée de la psychologie en tant que point de vue culturel pendant le 20e siècle a été partiellement alimentée par une série de guerres et d’autres événements terribles qui ont « called rationality and autonomy into question (1995, p. 7) » [remis en cause la rationalité et l’autonomie].

55 [La communication est un processus symbolique par lequel la réalité est produite, maintenue, réparée et transformée.]

56 [Là où des activités ou des artefacts ont une valeur symbolique qui positionne les individus vis-à-vis l’un de l’autre ou de leur collectivité, le communicatif est présent.]

57 [Une pratique de communication – ou pratique discursive – est, donc, un moyen concret d’expression dans une communauté, étant donné les scènes spécifiques et les circonstances historiques (au sens large) de cette communauté.]

58 Meyrowitz affirme « that virtually all the specific questions and arguments about a particular medium, or media in general, can be linked to one of three underlying metaphors for what a medium is… media as conduits, media as languages, media as environments » (1993, p. 56). [pratiquement toutes les questions et tous les arguments spécifiques relatifs à un medium en particulier ou aux média en général peuvent être liés à l’une ou l’autre de trois métaphores sous-tendant ce qu’est un médium… les média comme conduits, les médias comme langages, les médias comme environnements.] Dans la tradition psychosociologique, les médias sont des conduits, dans la tradition sémiotique, ils sont des langages, dans la tradition socioculturelle, ils sont des environnements.

59 « agency »

60 Des tentatives récentes pour trouver un équilibre entre ces deux pôles incluent, par exemple, la théorie de la structuration (Giddens, 1984), de la pratique (Bourdieu, 1992) et les modèles écologiques (par exemple, Altheide, 1995  ; Mantovani, 1996).

61 Gestion coordonnée de la signification

62 [certains ont affirmé que l’acculturation des formes et des pratiques des organisations, des groupes sociaux, des sciences, des technologies, des sous-cultures et des cultures est un important apprentissage rhétorique… de ce qui est approprié au plan communicationnel pour certains corpus dans certaines situations]

63 De récents appels à un théorie de la communication « constitutive » ou « communicationnelle » se sont souvent appuyés sur cette argumentation  ; voir par exemple, Carey (1989), Sigman (1992, 1995a, 1995b) et plusieurs des chapitres de Leeds-Hurwitz (1995). Voir aussi Sigman (1987) et Thomas (1980).

64 « agency »

65 [Pour le modèle communicationnel de l’action, le langage n’est pertinent que du point de vue pragmatique voulant que les interlocuteurs, lorsqu’ils emploient des phrases avec l’objectif d’atteindre la compréhension, entrent en relation avec le monde non pas uniquement directement comme dans une action téléologique régulée normativement ou une action dramaturgique, mais de manière réflexive… Ils ne sont plus en relation directe avec quelque chose du monde objectif, social ou subjective, ils relativisent plutôt leurs propos en regard de la possibilité que leur validité soit contestée par d’autres acteurs.]

66 [Lorsque nous voyons les contraintes qui limitent nos choix, nous sommes conscients des relations de pouvoir  ; lorsque nous ne voyons que des choix, nous vivons dans le pouvoir et le reproduisons.]

67 [La communication systématiquement déformée est donc un processus continu dans des systèmes donnés lorsqu’ils travaillent stratégiquement (bien que de manière latente) à se reproduire plutôt qu’à ce produire.]

68 [L’infaisabilité est la conséquence ultime de l’adage voulant que le pouvoir devienne glissant lorsqu’on y réfléchit.]

69 Un symposium récent illustre l’actuelle centralité d’Habermas dans ces traditions (voir Huspek, 1997).

70 S’appuyant sur les principes cybernétiques de la bonne communication, une représentation conviviale de la théorie de la communication devrait être structurée de sorte à faciliter un traitement cognitif efficace. Selon la théorie classique de Miller (1956), cela limiterait à environ sept le nombre de « traditions » différentes (ou « mnèmes ») pouvant être incluses dans chacun des niveaux du schéma théorique, ce qui est justement le nombre de traditions de la présente matrice.

71 [l’accent particulier que plusieurs femmes mettent sur la pensée et la prise de décision contextuelles, une attention à l’importance et à l’utilité de la conversation, de la connexion et des relations.]

72 Les méthodes et les standards à utiliser pour tester ou évaluer la théorie pratique de la communication soulèvent des problématiques complexes qui dépassent la portée du présent essai. Voir Craig (1995, 1996b) et Craig et Tracy (1995) pour une amorce de la discussion sur ces problématiques.

73 Cela est cohérent avec la vision de Jonson et Toulmin voulant que l’application de la théorie dans la pratique est intrinsèquement rhétorique et perceptuelle plutôt que « géométrique » ou formellement déductive (1988, p. 293). Les théories alternatives ne sont pas mutuellement exclusives, elles offrent plutôt des perspectives complémentaires sur des problèmes pratiques (Craig, 1996b).

74 undergraduates

75 [ne peuvent ignorer la nécessité de se spécialiser méthodologiquement et, donc, théoriquement].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Sept traditions de la communication
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Tableau 2 : Topoïs pour l’argumentation entre les traditions
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert T. Craig, « La communication en tant que champ d’études », Communiquer, 1 | 2009, 1-42.

Référence électronique

Robert T. Craig, « La communication en tant que champ d’études », Communiquer [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/274 ; DOI : 10.4000/communiquer.274

Haut de page

Auteur

Robert T. Craig

Professeur, Department of Communication, University of Colorado, Etats-Unis
Robert.Craig[@]colorado.edu
L’auteur est professeur de communication à l’Université du Colorado à Boulder. Il a été président de l’International Communication Association (ICA) et fondateur de la revue Communication Theory. Il siège actuellement sur plusieurs comités éditoriaux  ; il dirige la collection Handbook Series de l’ICA et est expert conseil pour l’International Encyclopedia of Communication (Wiley-Blackwell et ICA, 2008). Ces écrits ont porté sur plusieurs thèmes en communication, philosophie, études du discours et argumentation. L’ouvrage Theorizing Communication : Readings Across Traditions (avec Heidi L. Muller) a été publié chez Sage en 2007.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org