Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Open data & Big data ; Nouveaux défis pour la vie privée

Note de lecture
Bourcier, D. et De Filippi P. (2016). Open data & Big data ; Nouveaux défis pour la vie privée. Paris: Éditions Mare et Martin. Book Review
Lyne Nantel
p. 151-154
Référence(s) :

Bourcier, D. et De Filippi P. (2016). Open data & Big data ; Nouveaux défis pour la vie privée. Paris: Éditions Mare et Martin.

Résumés

Cette note de lecture porte sur l’ouvrage Open data & Big data ; Nouveaux défis pour la vie privée, codirigé par D. Bourcier et P. De Filippi. L’objectif de l’ouvrage, réunissant des collaborateurs issus de disciplines variées couvrant le droit, la sociologie, la politique et l’éthique, est de dresser un portrait des nouveaux enjeux du numérique et de la massification des données sur la vie privée.

Haut de page

Texte intégral

1Le mouvement de l’Open Data n’est pas récent. Cependant, son couplage au phénomène Big Data, à l’accélération du flux de données numériques et à leur réutilisation soulève de nouveaux enjeux éthiques, juridiques et politiques touchant aux problématiques d’accès, de sécurité publique et de vie privée. L’ouverture des données publiques et personnelles laisse ainsi entrevoir l’importance de mener rapidement une réflexion de fond quant à l’éventualité d’un compromis entre, d’un côté, un discours d’ouverture et de transparence et, de l’autre, l’un sur la protection et l’exception. Il s’agit donc de réfléchir sur les conditions d’un tel compromis. L’ouvrage dirigé par Danièle Bourcier et Primavera De Filippi, Open Data & Big Data ; Nouveaux défis pour la vie privée, réunissant des collaborateurs de plusieurs disciplines (juristes, politologues, sociologues, etc.), tente de dresser l’état des lieux des enjeux liés à l’ouverture des données et à leur réutilisation.

2L’ouvrage, divisé selon trois axes, aborde l’intégration de la notion d’Open Data dans l’univers du droit public et des politiques publiques ; introduit les enjeux liés au phénomène Big Data et les techniques de profilage ; et, examine les problématiques juridique, éthique et politique des data et les défis pour l’atteinte de nouveaux équilibres.

Open data et Big data quelle intégration dans le droit public

3Le premier axe se concentre sur la dimension juridique de l’accès, de la réutilisation des données et des nouveaux défis pour la protection de la vie privée. Les auteurs y soulèvent les contradictions latentes de l’ouverture des données et démontrent comment l’Open Data demeure encore à la marge du droit juridique.

4On retient de ces contributions qu’en raison de l’explosion des données personnelles avec l’arrivée du Big Data, la problématique de la transparence ne peut plus se poser en termes généraux. Au contraire, plus que jamais, le traitement des données personnelles numériques doit se rapporter aux finalités de l’utilisation – un enjeu qui se complique notamment dans le cas des données réutilisées en raison de l’écart possible entre la finalité lors de la collecte et celle de la réutilisation. Ainsi, l’enjeu de ce droit encore à définir réside dans la conciliation entre la protection des données personnelles et leur ouverture. Comme le souligne Georgio Mancosu (p. 57), étudier ces finalités devient d’autant plus urgent lorsque l’on traite de la réutilisation des données, une première question consiste à savoir s’il s’agit d’une réutilisation à des fins citoyennes ou à des fins commerciales? C’est en abordant les données personnelles en santé qu’Élise Debiès illustre l’importance de procéder à un traitement différencié pour ce type de données lorsqu’il s’agit d’Open Data. En effet, en tant que données sensibles, les données de santé sont obligatoirement soumises au principe d’anonymisation. Or, l’auteure explique comment la réutilisation de ces données dans le cadre de l’Open Data introduit le risque d’identification des individus. Dans le secteur de la santé, cette conséquence pourrait conduire, par exemple, à « une sélection du risque » pour les assureurs ou, encore, « au ciblage commercial des professionnels et établissements de santé » de la part des industriels (p.94).

5Ce premier axe demeure très technique (par l’énumération d’articles de loi, d’exceptions légales et déclinations d’autorités administratives), mais il sera sans doute pleinement apprécié par les juristes et les initiés au droit français. S’ajoute une autre difficulté à cette première partie, les nombreux glissements d’un cadre législatif à l’autre ; comme, par exemple, des transitions rapides entre le cadre européen au droit français, ce qui complique la compréhension de l’argumentaire par moment. Néanmoins, les quatre chapitres de cette première partie illustrent bien l’impuissance de la pensée juridique, le besoin d’un recours à d’autres disciplines et la nécessité de réfléchir à l’encadrement des données personnelles.

De l’Open Data au Big Data : nouveaux enjeux pour la vie privée et techniques de profilage

6Le second axe de l’ouvrage aborde les conséquences du Big Data, lequel joue aujourd’hui un rôle croissant dans l’articulation des relations entre les citoyens avec les institutions publiques et/ou avec les acteurs du marché.

7Le premier chapitre de cette section expose clairement les paradoxes découlant du phénomène Big Data. Primavera De Filippi soulève bien ce paradoxe à travers ce qu’elle nomme le « compromis » de divulguer nos données personnelles en contrepartie d’une « personnalisation des services » (104), une tendance montante mettant à l’épreuve la protection de la vie privée. Le propos de l’auteure va au-delà de l’impact sur la vie privée, il pointe les impacts de la gouvernance algorithmique sur les libertés civiles et l’autonomie même des individus à l’heure de la « montée en popularité de la surveillance générale » (p.123).

8Le texte de Jullian McLaughlin illustre comment, dans le cas de l’allocation du crédit aux États-Unis, la gouvernance algorithmique permet de trier les consommateurs en catégories de risque. L’utilisation des données massives par les modèles d’évaluation alimente le profilage puisqu’il reproduit les discriminations basées, entre autres, sur la race et la religion. Ces applications du Big Data, comme technique de data mining, interrogent la fiabilité des modèles et des prédictions.

9Ce thème devient très important et délicat lorsque, comme le montre Cyril Piotrowicz, l’on se sert de logiciel prédictif pour faire de la prévention policière. En plus de relever les risques de profilage de ces techniques, le texte de Piotrowicz pointe également les nouveaux devoirs de l’État en matière de sécurité envers les citoyens, c’est d’ailleurs l’apport majeur de ce texte à notre avis. L’introduction de ces techniques préventives supportées des logiciels fait que « désormais l’État ne doit plus simplement prévenir la survenance d’un risque criminel hasardeux, mais la survenance d’un risque statistique et probable » (p.185). Ce changement de paradigme, s’il est effectif, impose une réflexion en profondeur sur ces transformations majeures, puisque l’État pourrait être identifié comme fautif pour ne pas avoir déployé les mesures de surveillance adéquate.

10En plus de souligner les implications du phénomène Big Data sur la vie privée et les tensions entre le discours de transparence et celui de la protection de la liberté des individus, ce deuxième axe offre au lecteur des exemples concrets de l’usage des données massives. L’ensemble de ces illustrations favorise grandement la compréhension des enjeux et l’accessibilité des textes.

Réflexion juridique, éthique et politique sur les data

11Ce troisième et dernier axe tente, timidement, des pistes de solution. Les auteurs revisitent les trois thèmes explorés dans les premiers axes (juridique, éthique et politiques), « pour inventer des scénarios pour des solutions possibles » (p. 24).

12L’auteur Simon Caqué s’attarde sur la notion de consentement, à partir de l’articulation entre l’ouverture des données publiques et la protection des données personnelles, pour appeler à une clarification des dispositions législatives et règlementaires. Dans le chapitre suivant, Danièle Bourcier se penche sur l’éthique des chercheurs en matière de partage de données et de résultats, pour réfléchir de façon complémentaire au droit. Pour Bourcier, il importe de tenir compte de l’intérêt spécifique de la communauté qui crée, gère, partage, diffuse et réutilise les données (p. 212). Cette dimension éthique invite à s’interroger différemment sur l’ouverture des données. En effet, en soulignant l’importance de traiter différemment les données scientifiques, son propos fait écho au traitement différencié des données proposé par Debiès. Cependant, malgré ce rapprochement, notons notre regret devant l’absence d’un dialogue entre l’ensemble des contributions de ce dernier axe et les chapitres des axes précédents.

13Enfin, le lecteur trouvera dans la position de Benjamin Loveluck un propos beaucoup plus critique. En effet, si Caqué en appelle à une adaptation des dispositifs législatifs au développement des technologiques numériques, Loveluck se demande, « en matière de données, qui accède à quoi et avec quels effets ? » (p. 246 ; en italique dans le texte). L’auteur n’hésite pas à parler de nouveaux rapports de pouvoir entre « l’individu, la société civile et la puissance publique dont l’économie politique des données – leurs modes de production, d’appropriation et de partage – se présente comme un révélateur » (p.246). Selon Loveluck, l’urgence est de critiquer cette double tendance conjointe des formes contemporaines du capitalisme libéral qu’est la quête d’efficacité et de sécurité, laquelle est caractérisée par notre empressement à les aborder en termes de problème de traitement de données alors que ces transformations sont en train d’affecter « les catégories qui informent notre compréhension du politique » (p.259).

14Finalement, l’ouvrage n’a pas tant pour ambition de formuler des propositions précises sur ces enjeux, mais d’en pointer les contradictions, voire les incompatibilités. En ce sens, il répond à son objectif. Les travaux portant sur ces enjeux sont encore rares en langue française et la contribution de Bourcier et De Filippi vient répondre à un besoin. Toutefois, on regrettera que l’ouvrage ne soulève, sinon qu’à la toute fin, l’avènement de la tendance voulant que « toutes informations personnelles » puissent potentiellement devenir objet de collecte. En effet, le phénomène Big Data avec sa collecte de donnée massive s’impose par son monopole, et ce, dû à l’importance du nombre d’utilisateurs de la technologie numérique et de l’omniprésence de ces objets dans nos vies. S’il ne faut pas « diaboliser le déluge des data » (p.12), il demeure, à notre avis, nécessaire de rester critique devant l’ensemble des éléments qui participent à transformer les sociétés contemporaines. Nos outils cognitifs, juridiques, politiques pour comprendre le monde doivent alors être repensés en fonction de cette nouvelle réalité. Enfin, dans l’ensemble, malgré le manque d’unité et l’inégalité d’accès aux chapitres, certains étant plus techniques, le recueil réussit à dresser un tableau des défis pour la vie privée et l’autonomie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lyne Nantel, « Open data & Big data ; Nouveaux défis pour la vie privée », Communiquer, 19 | 2017, 151-154.

Référence électronique

Lyne Nantel, « Open data & Big data ; Nouveaux défis pour la vie privée », Communiquer [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 31 mars 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://communiquer.revues.org/2207

Haut de page

Auteur

Lyne Nantel

Doctorante en études urbaines,
Centre urbanisation, culture et société, Institut national de recherche scientifique

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org