Navigation – Plan du site

L’autonomie comme prédicat et objectif de soin des toxicomanes : L’identité de malade négociée autour du traitement de substitution dans les CSAPA

Autonomy as a predicate and objective for the treatment of drug misuse: the negotiation of patient identity changes through substitution treatment at CSAPA clinics
Line Pedersen
p. 31-44

Résumés

Cet article se propose, dans un sens large, de décrire les trajectoires des usagers de drogues utilisant les Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA). Plus précisément, nous voulons montrer comment l’inscription d’un usager dans un CSAPA transforme son identité, passant de celle de drogué intentionnel à celle de malade devant s’accommoder à un traitement médical. À partir d’une enquête qualitative dans laquelle nous avons interrogé un échantillon de 12 toxicomanes qui reçoivent un traitement de substitution, des membres du personnel des CSAPA, et par l’observation de leurs interactions, nous voulons montrer comment se modifie l’identité des usagers de drogue durant leur parcours de soin dans un CSAPA. Cette transformation des représentations est d’ordre moral et passe par un processus de victimisation de l’expérience toxicomaniaque. Nous étudierons notamment le rôle de la communication dans cette construction identitaire du toxicomane, en ce sens que nous pouvons observer, dans les interactions avec les professionnels du soin, des jeux de normalisations, mais également des négociations et résistances aux attributions identitaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous pensons ici notamment à la loi française du 4 mars 2002 relative aux droits des malades.
  • 2 Les intervenants en addictologie sont représentés par la Fédération Addiction qui date de 2011 (fus (...)

1La question de la coproduction de la relation de soin entre professionnels et patients mérite d’être analysée sous le prisme de la prise en charge institutionnelle de la toxicomanie. Étudier les trajectoires de soin et, plus largement, les trajectoires biographiques des toxicomanes consultant un Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) permet d’interroger l’idéal d’autonomie préconisé dans une relation de soin quelle qu’elle soit1, dès lors qu’il s’applique à des personnes souffrant de ce qui était nommé autrefois « maladie de la volonté » (Ehrenberg, 1995). En effet, le discours public sur l’autonomie du patient s’applique aussi aux « usagers de soin » dans les CSAPA en France, en ce sens que les soignants qui y œuvrent, ainsi que les principaux représentants2 des intervenants, défendent l’idée selon laquelle il faut « considérer les individus comme capables d’autonomie et d’exercer leur pouvoir sur eux-mêmes « en connaissance de cause » » (Morel, 2007). Parallèlement, l’objectif même de la trajectoire de soin dans ces centres est justement l’autonomisation des toxicomanes : ils doivent s’éloigner des drogues et stabiliser leur situation sociale, ainsi que leur état sanitaire grâce à la prescription et la distribution de la méthadone pour pouvoir considérer que leur trajectoire de soins est terminée.

2Étymologiquement l’autonomie renvoie à la capacité d’agir selon ses propres lois. En ce sens, l’autonomie serait-elle un prédicat des toxicomanes en soin malgré le caractère d’esclavage que revêt la notion d’addiction (McDougall, 1982) ? Peut-on même aller jusqu’à postuler que les toxicomanes renoncent à leur autonomie en venant demander une aide aux professionnels, faisant ainsi appel aux hétéronomies  ? Au-delà de ces questions se pose aussi celle de l’utilisation (et de l’utilité) de cette notion en sociologie : comment parler d’autonomie sans la confondre avec un « idéal universel de l’humanité » ? Cette question en amène une autre : Peut-on parler d’autonomie sans prendre position quant à la « forme d’existence » à privilégier pour expliquer un phénomène social : l’individu (autonome) ou la société (contraignante) ? Ces questions ne pourraient pas être épuisées dans le présent article, mais nous nous efforcerons d’y apporter des pistes de réflexion par l’exposition de nos hypothèses.

  • 3 Catégorie récemment introduite dans le vocabulaire spécialisé du soin des dépendances (et vraisembl (...)

3Plus précisément cet article a pour but de décrire et d’analyser les trajectoires de soins des toxicomanes consultant un CSAPA et, parallèlement, interroger le rôle des traitements de substitution dans la transformation identitaire de ces usagers. Étudier le soin des addictions avec des « lunettes sociologiques » suppose non seulement d’interroger la catégorie de conduites addictives3, mais aussi la notion de soin. Comment « soigner » des personnes ne s’identifiant pas forcément, au moment de l’inscription dans une trajectoire de soin, comme des « malades » ? Notre imaginaire sociologique est ainsi nourri par le caractère normatif de cette notion dans le domaine des addictions, et, plus précisément, l’emploi de celle-ci pour qualifier des conduites humaines, et, par extension, ses répercussions sur les représentations sociales qui y sont dès lors associées. Nous avons donc choisi d’étudier l’inscription des toxicomanes dans un centre de soin spécialisé à travers le processus d’identification (Strauss, 1992b) en nous interrogeant sur le passage des pratiques de consommation, i.e. des comportements derrière lesquels se trouve une intention de se « droguer », à l’attribution d’un « statut de malade » ( les toxicomanes sont identifiés par les soignants comme « impuissants » devant les drogues et nécessitant une aide compétente pour s’en sortir) aux personnes consommatrices d’une substance psychoactive. Ainsi, à partir d’une enquête qualitative grâce à laquelle nous avons pu interroger des toxicomanes et des médecins soignants dans le cadre des CSAPA et observer leurs interactions, nous montrerons comment les toxicomanes s’accommodent de la vision de soins prônée dans les CSAPA, contribuant à la stabilisation du savoir médical en addictologie. Nous observerons notamment dans les interactions et les espaces de communications des jeux de normalisations, mais également des négociations et résistances aux attributions identitaires de la part des professionnels aux usagers.

Méthodologie

4La présente étude est le fruit d’un travail de recherche mené en coopération avec deux CSAPA dans l’est de la France sur les représentations de la santé des usagers de drogues dans le cadre d’une campagne de vaccination contre l’hépatite b. Cette étude se veut qualitative, c’est-à-dire qu’elle tend à comprendre les représentations de pratiques addictives et des produits psychoactifs développées par les toxicomanes consultant les centres de soins, en analysant leurs trajectoires de soin et, plus largement, leurs trajectoires de vie. Plus précisément, nous avons utilisé deux méthodologies, soit l’entretien et l’observation. Cela nous a permis de découvrir les différentes manières qu’ont les toxicomanes en soin de qualifier, justifier et ordonner leur monde dans certaines situations comme la consultation médicale, ainsi que de saisir les significations sociales données aux expériences et aux événements de leurs trajectoires. Nous avons donc effectué treize entretiens biographiques avec les usagers consultant deux CSAPA différents. Compte tenu de notre problématique, il nous a semble plus pertinente de constituer l’échantillon de manière aléatoire restant ainsi fidèles à la méthode de la théorie ancrée (Glaser, Strauss, 2010). Les seuls critères retenus sont donc que l’usager doit être suivi pour un problème de drogues au CSAPA et, évidemment, être volontaire pour participer à la recherche. Le contact avec les usagers a été établit principalement lors des consultations médicales. Parallèlement, nous avons réalisé deux entretiens non-directifs de type explicatif (Blanchet, Gotman, 1992) avec les médecins y œuvrant, afin qu’ils décrivent comment se réalisent l’intégration et la médicalisation des usagers au sein du CSAPA. Nous avons observé (60h) les interactions entre professionnels et usagers dans le cadre des consultations comme dans les « situations intermédiaires » (les couloirs, les endroits d’attente), ainsi que les interactions formelles et informelles (pauses café) entre professionnels uniquement. Nous nous sommes en outre appuyés sur les documents dont nous disposons : rapports d’activités, brochures de présentation des centres de soin et affiches pédagogiques à destination des usagers.

Médicalisation de l’usage des drogues : entre science et éthique

L’émergence des CSAPA : le changement de paradigme

  • 4 Bernard Roques (1999), La dangerosité des drogues, Odile Jacob/La Documentation Française. Roques e (...)

5Cela fait environ 15 ans qu’une nouvelle discipline médicale s’est instituée dans le champ des dépendances, nommée « addictologie », dont la « clé de voute » consiste à associer tous les problèmes de dépendances, désormais reconnus sous l’appellation « conduites addictives » : usage des drogues illicites, alcoolisme, tabagisme, compulsion de jeu ou d’achat, troubles alimentaires, assuétude à l’internet et au sexe. Plusieurs auteurs (Fortané, 2010 ; Lalande, 2010) mettent en avant la publication du rapport Roques en 19984 traitant de la dangerosité comparée des drogues, comme un vecteur principal de ce changement de paradigme. Ce rapport met l’accent, grâce aux avancées de la biologie et de la pharmacologie du cerveau, sur le « système dopaminergique » activé lors de la consommation de n’importe quelle « substance psychoactive ». En utilisant la notion de « neurotoxicité », Roques prône l’inscription de toutes les drogues, licites ou non, dans un continuum, et l’alcool et l’héroïne se trouvent au même niveau de dangerosité. L’idée est que toutes les drogues agissent sur le cerveau selon des modalités comparables et sont dangereuses en fonction de l’usage et non pas par elles-mêmes. La mise en avant du couple « dopamine/substance psychoactive » cristallise donc l’acception neurologique et biologique de l’addiction (Fortané, 2010).

  • 5 Fédération des Acteurs de l’alcoologie et de l’addictologie
  • 6 Décret n° 2007-877 du 14 mai 2007 relatif aux missions des centres de soins, d’accompagnement et de (...)
  • 7 L’équipe est constituée de médecins, infirmières, travailleurs sociaux, psychologues et d’un person (...)

6Depuis le rapport Roques le champ d’intervention en addictologie a fait l’objet d’une reconfiguration institutionnelle et organisationnelle en France : l’Association Nationale des Intervenants en Toxicomanie (ANIT) devenue l’ANITeA en 2008, a gagné un suffixe en « A(ddictologie) ». L’ANITeA a fusionné avec F3A5 en 2011 pour devenir la Fédération Addiction (regroupant « des dispositifs et des professionnels »). De plus, en 2001 est créée la Fédération Française d’Addictologie réunissant vingt associations œuvrant dans le domaine des addictions. Au niveau de la prise en charge « sur le terrain », les centres d’accueil auparavant spécialisés en fonction des destinataires (les malades-alcooliques ou les usagers de drogues illicites) ont été invités à se regrouper pour former des centres d’addictologie. En effet, jusqu’à la fin 2009, le dispositif spécialisé en toxicomanie s’incarnait dans les CSST (Centres Spécialisés de Soins aux Toxicomanes). On parle aujourd’hui des CSAPA, prévus par une loi de 2002 et appliquée en 2009, qui regroupent les anciens CSST et CCAA (centres de cure ambulatoire en alcoologie). Un tel regroupement se justifie d’une part par l’approche globale des phénomènes de dépendance qui émerge dans les années 1990, fortement liée à la traduction du concept médical d’addiction en catégorie d’action publique, c’est-à-dire permettant « l’élaboration d’une politique de santé publique commune à l’ensemble des substances psychoactives » (Fortané, 2010, p. 12). D’autre part on constate une augmentation de multiconsommations et polyaddictions et, par la création des CSAPA, on tente donc d’offrir une prise en charge globale de toutes les addictions. Les CSAPA prennent en charge des personnes « ayant une consommation à risque, un usage nocif ou présentant une dépendance aux substances psychoactives6 » : le personnel7 des CSAPA les accueille, met en place des consultations, assure une prise en charge médicale, sociale et psychologique, et œuvre dans le domaine de la réduction des risques. De plus, ils prescrivent et distribuent des traitements de substitution.

7Le champ de l’addictologie tel qu’il s’est construit en France ces quinze dernières années se caractérise donc par une nouvelle manière de définir les dépendances, grâce notamment au succès des neurosciences qui permettent de démontrer les mécanismes de la dépendance communs à l’ensemble des drogues. L’addiction n’est plus qualifiée par le produit consommé, mais à partir d’un comportement se caractérisant par l’envie irrésistible de consommer malgré la volonté d’arrêter. L’existence des institutions de soin spécialisées prouve la prise en compte actuelle de la toxicomanie comme une pathologie qui doit être traitée. On assiste ainsi, avec l’émergence de ces institutions, à un véritable phénomène de médicalisation des usagers de drogue et plus largement de toute « pratique addictive ».

L’addiction comme maladie : de l’acteur coupable à la victime du système cérébral

8De cette nouvelle définition des addictions découle une vision du soin à apporter aux toxicomanes. Si l’on considère que les CSAPA, par leur degré d’institutionnalisation, sont la cristallisation d’une appropriation par le monde médical du droit de définir et de contrôler le problème public de la toxicomanie au sens où l’entend Gusfield, (2012), on peut supposer qu’un ordre symbolique se produit (c’est-à-dire en se refermant sur une réalité, celle de l’addiction comme maladie, et en créant une « nouvelle texture de réalité et de moralité ») dans le cadre de son traitement. Pour qu’il y ait une addiction et une prise en charge institutionnelle qui y soit associée - autrement dit, pour que le domaine de l’addictologie existe désormais dans les faits -, il faudrait que l’usager accepte l’idée qu’il ne peut pas lutter contre les mécanismes cérébraux de recherche de plaisir. C’est ce qu’observe précisément un médecin d’un CSAPA que nous avons interrogé :

« Quand j’ai commencé l’addicto il y a vingt ans, on m’avait appris que les toxicomanes étaient exclus, très marginaux, précaires, incapables de s’occuper d’eux-mêmes... mais ce que j’ai vu très rapidement c’est que les usagers prennent, ou veulent, prendre soins d’eux et en même temps qu’ils sont dans impossibilité de renoncer aux produits ».

9Cette représentation est également observable dans le discours institutionnel : « L’addiction s’instaure lorsque le recours à une source de plaisir devient asservissant - c’est la perte de contrôle qui correspond à l’emballement du système de récompense - mais aussi lorsqu’il devient envahissant, c’est-à-dire quand la répétition de la sensation autodéclenchée engage une modification permanente du rapport au monde » (Morel, 2007, p. 23). Cet état s’illustre par le fait que l’individu veut arrêter le recours à un plaisir, mais reconnaît qu’il n’y arrive pas grâce à sa seule volonté. On peut apercevoir ici la référence aux neurosciences (« l’emballement du système de récompense »), et on peut supposer que l’usager de drogues, s’il admet que sa conduite est soumise aux mécanismes cérébraux de récompense, deviendrait malade (donc une victime de la drogue, non coupable de son usage), justement parce qu’il fait preuve d’une volonté d’arrêter une consommation illicite.

  • 8 Par ailleurs, il est intéressant de noter la signification de la notion de rechute qui, dans le dom (...)

10Si l’on parle d’une médicalisation de la prise en charge, telle que prônée dans les centres de soins, c’est notamment dû au langage utilisé par les professionnels médicaux des CSAPA concernant la prise de drogues : quand les usagers en soins « confessent » une prise de drogues devant un professionnel, elle est alors qualifiée par eux de « rechute », c’est-à-dire par un discours hautement médicalisé, en ce sens que cette notion est utilisée en médecine pour parler du « retour précoce » d’une maladie8. Le recours à une telle notion se recueille dans les discours des professionnels, mais aussi, par exemple, sur les affiches d’information dans les CSAPA (notamment dans les lieux d’attente que nous avons pu observer). La « rechute » est dès lors intégrée dans le parcours de soins comme une étape normale pour arrêter les drogues, en ce sens qu’elle est traduite comme un signe d’un processus de guérison. Cette notion nous semble importante à retenir, parce que la référence à cette notion de la part des usagers pour qualifier leur propre conduite va nous servir à élaborer une typologie des usagers en fonction de l’appropriation au discours du soin des CSAPA. Cette appropriation se trouve aux fondements de l’acceptation de l’idée de maladie pour qualifier le « mal » qu’est la drogue.

Parcours de l’usager : les épreuves de coopération

11Nous avons voulu reconstruire la trajectoire type de ces usagers. Notre outil d’analyse, le parcours de soins idéal-typique (Weber, 1965) est construit à partir des observations réalisées dans les deux CSAPA, mais aussi des discours recueillis auprès des professionnels, ainsi que des analyses de documents à notre disposition. Pour saisir ce parcours idéal-typique, il faut prendre pour point de départ la méthadone, car c’est à travers l’appropriation de ce traitement que l’usager peut atteindre l’idéal de stabilisation, non seulement au niveau des consommations de psychotropes, mais aussi, symboliquement, par un retour à une vie « équilibrée » au niveau psychique, biologique et social (i.e. la vision de soins prônée dans les centres de soin).

La négociation

12La première contrainte qui se présente comme telle pour les toxicomanes voulant débuter un traitement de substitution consiste à passer minimum quatre entretiens avec divers professionnels (assistant social/éducateur spécialisé, infirmière, médecin et éventuellement la psychologue et/ou le chef de service). Ces différents entretiens s’étalent sur une période de 15 jours, mais peut durer plus si l’usager revient pas aux différents rendez-vous prévus. On peut dire que cette étape consiste à faire preuve d’une volonté, de préférence « bonne », de s’en sortir (en se présentant à tous les rendez-vous et attendre le temps nécessaire pour débuter le traitement). Ces observations peuvent être rapprochées avec celles de Henri Bergeron lorsqu’il décrit le dispositif thérapeutique conçu à l’égard des toxicomanes comme singulièrement sélectif. Ce processus de sélection a pour but de renforcer mutuellement le contentement professionnel et l’efficacité du dispositif en trouvant une explication au taux d’évasion des toxicomanes (ceux qui ne reviennent pas après les premiers entretiens) dans l’immaturité de leur demande de soins : « Les toxicomanes qui « s’échappent » avant que ne puisse s’établir de relation durable [...] ne sont pas considérés être ceux qui n’ont pas trouvé thérapeute ou offre à leur mesure, mais ceux qui ne sont pas reconnus comme mûrs pour arrêter leur dépendance » (Bergeron, 1999, p. 160).

13La deuxième contrainte du parcours de soin concerne la distribution de la méthadone qui s’effectue au début du traitement au sein du centre (chaque CSAPA spécialisé en toxicomanie possède une « banque de délivrance »). Au début du processus, l’usager doit venir quotidiennement chercher son traitement, ceci dans le but de trouver le dosage de méthadone qui lui convient, mais aussi pour s’assurer qu’il ne prend pas d’autres drogues, vérifié par des tests urinaires réguliers. L’usager qui « progresse » se voit attribué plus d’autonomie : il peut venir deux ou trois fois par semaine chercher le traitement (et garder les doses chez lui pour les autres jours), voire une fois par semaine. L’usager le plus autonome peut se faire prescrire la méthadone pour deux semaines, la limite légale de prescription, mais doit néanmoins venir à la « banque » chercher le traitement une fois par semaine (la limite légale de délivrance est d’une semaine). Tout l’enjeu de l’autonomie du patient se joue dans ces négociations-là. Nous avons ainsi pu observer que la demande d’espacer les venues au centre n’est pas reçu de la même manière par les médecins. La demande est par exemple refusée quand les usagers ne sont pas assez « stabilisés » selon les médecins (« on verra cela quand vos tests urinaires sont cleans », « c’est une décision d’équipe, je vais leur en parler »). Par contre, les médecins acceptent la demande d’espacer les visites quand la demande provient des usagers qui se sont appropriés la vision du soin des CSAPA (« la méthadone a changé ma vie », « la méthadone me permet de penser à autre chose », « je ne fréquente plus du tout les mêmes personnes »). Nous observons la même chose concernant les négociations du dosage de la méthadone : il n’est pas rare que les usagers veuillent baisser la dose (ils disent ne pas vouloir remplacer leur dépendance à l’héroïne par une dépendance au traitement de substitution), mais les médecins n’acceptent que très rarement ces demandes. Au contraire, ces derniers plaident souvent pour une augmentation des doses arguant qu’il « faut considérer la méthadone comme un outil, on s’en fiche si tu l’arrêtes dans 3 semaines ou dans 3 ans », et en interprétant les difficultés évoquées par l’usager comme des symptômes de sous-dosage :

Médecin : « Vous savez, l’envie de consommer et les troubles de sommeil sont les signes d’un sous-dosage. Vous consommez de l’alcool  ? »

Patient : « Oui, bizarrement.... »

M. : « C’est pas bizarre, vous cherchez un apaisement que la méthadone vous donne pas encore. Vous êtes suivi par M. [la psychologue]  ? ».

P. : « il me le faut »

M. : « avant de multiplier les traitements, il faut commencer par augmenter la méthadone. J’augmente volontiers de 5 [mg] »

14Cette pratique récurrente d’augmentation de la dose paraît d’ailleurs paradoxale aux yeux de certains toxicomanes : « au centre c’est plus facile de se faire augmenter la dose ! Si on demande de baisser, on doit voir la psychologue, l’assistante sociale, en disant « t’es sûr que t’es prêt  ? », alors que pour augmenter, pas de problèmes, « tiens tu veux 10 mg [subutex] ? je te donne » ».

15L’autonomie du patient s’acquiert donc dans l’épreuve de gestion du traitement : pouvoir distribuer le traitement pour une semaine entière sans que l’usager revienne et sans qu’il consomme d’autres drogues est le signe d’une gestion autonome du traitement. Autrement dit, en acceptant le cadre contraignant de prescription et de distribution et en faisant preuve d’une volonté de s’en sortir, les usagers se voient reconnus le droit de négocier avec les professionnels au niveau du dosage et de l’espacement des venues au centre. La notion de négociation est mobilisée ici dans une perspective interactionniste, c’est-à-dire qu’elle est conçue comme une activité relationnelle productrice d’identités sociales, mais aussi des normes (Strauss, 1992a). On entend donc par négociation non pas la tentative de conversion vers des objectifs (ici de soin) communs, mais bien qu’une négociation des statuts prend place dans l’espace communicationnel de la consultation médicale. L’enjeu de la communication concerne ainsi la négociation des statuts de chacun, et notamment celui de l’usager comme un sujet responsable et autonome. On peut donc supposer que le médecin et l’usager ajustent leurs comportements selon une norme de reconnaissance mutuelle, et nous pouvons confirmer avec Thuderoz que « toute identité, par définition, est relationnelle et intersubjective » (Thuderoz, 2007, p. 8). La négociation d’autonomie (espacement de venue, dosage des traitements de substitution) se traduit donc dans une négociation identitaire.

L’enjeu d’autonomie : être un « bon » patient

16Nous postulons ainsi que le traitement de substitution constitue un enjeu fondamental de cette autonomie à acquérir et autour duquel se négocie une identité de malade, en ce sens que c’est la manière de se l’approprier qui confère à l’individu un droit de se conduire en patient-sujet. Une fois cette identité de malade acceptée, les soignants reconnaissent une place à la subjectivité fortement contrôlée des individus. La « résistance des individus », se matérialisant dans une absence aux rendez-vous, mais aussi par un refus d’augmentation des doses, voire de changement de traitement (voir échange ci-dessous), est perçue par les soignants comme un signe d’impossibilité de subjectivation (ils n’ont pas encore conscience de ce qui est bon pour eux), étant donné la possession de l’usager par la drogue. Cela s’observe dans l’extrait suivant tiré d’une consultation où le médecin propose à un usager de changer de la buprénorphine à la méthadone :

Médecin :« pourquoi vous êtes réticent à la méthadone ? »

Patient : « c’est trop sucré et ça fait mal aux dents. En plus j’ai pas de problèmes avec les injections »

[...]

M. : « comment voyez-vous votre avenir  ? Sur combien d’années voyez-vous votre avenir  ? »

P. : « sur 100 ans ! je veux faire du sport, arrêter de fumer pour me mettre en forme. Je pense qu’on a tous une puissance en soi pour ne pas tomber malade. J’ai plein de choses qui me passent dans la tête ».

M. : « pourquoi vous n’avez pas envie de lutter contre ces symptômes avec un traitement méthadone ? »

P. : « quels symptômes ? »

M. : « Tout ce que vous dites qui passe dans votre tête »

P. : « un traitement méthadone ça marchera pas j’ai déjà essayé, j’aimerais quelque chose qui pourrait décontracter mon cerveau ».

M. : « il existe des traitements contre les variations de l’humeur. Tout le monde peut avoir des variations hein, un jour on est triste un jour on est heureux, mais ça peut être plus fort chez certains et ça s’appelle les troubles de l’humeur. Réfléchissez-y hein, mais j’aimerais surtout savoir pourquoi vous vous laissez envahir par ces symptômes ».

17Chaque manifestation de l’usager de drogue qui « résiste » est évaluée comme un symptôme de la maladie. On peut donc dire que si l’usager se reconnait victime de son expérience toxicomaniaque et en faisant confiance à la compétence des soignants, il est désigné comme un sujet autonome et responsable.

18Ces éléments mettent en évidence la dimension éthique qui sous-tend le monde de soin de la toxicomanie et la construction d’une figure du toxicomane atteint d’une pathologie. Cette dimension, dorénavant, ne se définit plus par un manque de volonté de l’usager, mais par une victimisation de ce dernier. Dès lors, la capacité d’un usager de drogues à devenir sujet de sa trajectoire se mesure à sa capacité à s’insérer dans un parcours de soins tel qu’il est élaboré par l’équipe de soins ; le statut de malade, entendu comme victime de son expérience toxicomaniaque, est donc attribué aux usagers qui font preuve de coopération, et qui doivent assumer ce statut par une « conduite exemplaire » aux yeux des professionnels. Cette conduite doit être perçue comme « sincère », c’est-à-dire comme la conduite d’un usager devenu autonome : « Bon là il y a eu une personne tout à l’heure que j’ai dû prendre à l’arrache, il m’énerve, il m’énerve, mais bon je cache mon énervement, parce que je ne voulais pas lui renvoyer, il vient toujours sans rendez-vous, c’est compliqué, il a un langage complètement convenu, enfin bref, il dit ce qu’il faut dire » (un médecin). Les usagers qui ne font pas preuve d’une « bonne » volonté de s’en sortir sont dès lors considérés non pas comme des malades, mais comme des coupables d’une « mauvaise » volonté. Il semble qu’un accord sur « l’échelle de grandeur » (Thévenot, Boltanski, 1987) s’établit entre soignants et soignés, c’est-à-dire une catégorisation du grand et du petit usager en soin. Le grand serait celui qui est régulier au niveau des rendez-vous et qui présente des tests urinaires « cleans », le petit celui qui vient au centre pour « abuser » : « parce qu’ici la plupart vous le diront pas, mais la plupart, pourquoi ils s’inscrivent dans un programme de méthadone ? C’est pour pouvoir continuer à taper, parce qu’ils ont pas beaucoup d’argent » ou « à mon avis il y en a qui doivent leur raconter des conneries ici » . La preuve du succès du grand est donc celle d’avoir une conduite exemplaire face aux professionnels (vouloir être « bien vu », être « irréprochable », etc.). Ici intervient également la notion de réciprocité mentionnée plus haut : le rôle du « bon patient » est attribué à l’usager autonome et responsable et se doit dès lors de l’honorer en se montrant digne de l’assumer.

Trajectoires de malade et identifications symboliques

19Dans l’extrait d’une consultation médicale cité ci-dessus, nous pouvons voir un exemple d’une mise en tension des discours entre celui de l’usager et celui du médecin. Nous pouvons supposer que l’usager tente de produire une image de lui différente de celle que le médecin lui attribue, ces « jeux de discours » participant ainsi à la construction identitaire du toxicomane. En effet, comme le dit Lipiansky (1993), toute interaction sociale « tend à produire une certaine image de soi, à entériner ou remettre en cause celle que l’interlocuteur veut donner de lui et à « négocier » ces différents aspects » (Lipiansky, 1993, p. 31). Dans quelle mesure alors les enjeux de la communication (autour des traitements de substitution) dans les interactions entre usagers et professionnels, déterminent l’attribution d’une identité de malade au toxicomane  ? Nous allons faire une typologie des usagers selon l’appropriation d’un certain discours institutionnel autour de la notion de maladie et tenter de comprendre dans quelle mesure cette identité discursive est validée dans les interactions avec les professionnels.

Typologie des usagers : l’appropriation du parcours de soin

20L’appropriation du parcours de soin idéal-typique tient en premier lieu à un accord sur l’idéal de normalité : celui-ci est représentée par une vie stabilisée, équilibrée, sur les plans psychologique, biologique et social, pour que le toxicomane devienne « maître de ce vers quoi il veut aller » (propos d’un médecin). Les « bons patients » font preuve de coopération en se rapprochant de cet idéal. Ils cherchent des éléments pertinents dans leur environnement pour émettre un jugement sur leurs actions qui mène à une reconnaissance de l’emprise du produit sur le cerveau. La référence à la notion de rechute s’avère ici centrale : l’usager intègre l’idée que « l’envie irrépressible » lui prend, mais qu’il est possible de le vaincre par un changement de mode de vie et une prise correcte du traitement. Pour justifier l’idée de maladie, ces usagers opèrent un rapprochement entre la toxicomanie et d’autres maladies qui nécessitent un traitement à long-terme, voire à vie (« c’est plus un produit style médicament, comme il y a des gens qui prennent de l’insuline, moi je vais prendre ça, après eux c’est peut-être pour toute la vie, moi j’ai de la chance que ça sera pas toute ma vie la méthadone »). L’idée de maladie vient de l’emprise du produit sur le cerveau, donc sur leurs comportements aussi : Une fois engagé dans une carrière de toxicomane, c’est le produit qui prend le dessus, qui « reste ancré dans le cerveau » par la suite.

21Nous pouvons poser l’hypothèse que, en acceptant le cadre d’identification à la maladie, ces patients cherchent à se déculpabiliser et trouvent une légitimation à leur état non-désirable et non-approprié à l’égard des valeurs d’une « vie équilibrée » prônées dans les CSAPA : En s’engageant dans un projet de soins, l’usager « idéal » agit en fonction des repères, des normes sur les actions convenables dans des situations avec les professionnels de la santé. On peut observer cela en étudiant les stratégies adoptées par ces usagers pour continuer à avoir une conduite exemplaire face aux professionnels, soit en ajustant « secrètement » ses doses de méthadone, soit en cachant des éventuelles consommations de drogues illicites. En ce sens, on peut noter que ces usagers tentent de se montrer dignes d’assumer le rôle de « l’usager idéal », responsable et autonome. Ces propos d’usagers prouvent cette responsabilisation : « Je veux vraiment être irréprochable », ou « Disons que je suis un bon élément pour eux, parce que quand je fais quelque chose, je le fais à fond, je ne fais pas semblant ». On peut supposer que le modèle de la maladie, prôné dans les centres de soins, produit en quelque sorte ce que Goffman (1979) appelle les « héros de l’adaptation », soit ceux qui s’approprient l’idéal moral de normalité.

22Il nous semble dès lors pertinent de construire une typologie des usagers selon leur définition de l’addiction et leurs trajectoires biographiques avant leur entrée en CSAPA et durant leur traitement. Nous verrons alors que, au-delà d’une coopération à divers degrés avec les professionnels de la santé, l’élément significatif permettant de distinguer les usagers se rapporte à la manière d’opérer un rapprochement ou, au contraire, une distanciation, avec la « figure du Toxicomane », dès lors définie comme une identité marginalisée.

(Dés)identification avec la figure du Toxicomane

  • 9 En référence à George Herbert Mead : autrui généralisé signifie la communauté ou le groupe social o (...)

23Alors que presque tous les usagers s’accordent sur une définition de la toxicomanie comme « un monde à part », il n’y a au contraire pas consensus sur les valeurs morales attribuées à ce monde. Les premiers, que nous nommons les « accidentés », qualifient le milieu des toxicomanes d’un « monde de sauvages », où chacun profite de l’autre (« le monde des toxicos, c’est le pire des mondes, si quelqu’un va vous dire ‘non j’en ai pas’ alors qu’il a trente grammes, que vous soyez mal et vous avez pas d’argent, il s’en bat les couilles »). C’est un monde où « les rapports ne sont pas humains », la seule chose qui unit les « tox » c’est le produit. Ces usagers sont catégorisés par le fait qu’ils éprouvent une honte ou une culpabilité concernant la prise de drogues. En effet, ces usagers expriment une gêne d’être reconnus par leur proches, et plus largement par « autrui généralisé9 » (Mead, 2006) comme des drogués et de devoir prendre un traitement de substitution. Pour ces usagers la durée de l’usage de drogues prend la forme d’un événement accidentel, quasi insignifiant pour leur manière de se raconter. Cela se voit dans la manière de qualifier leur parcours de soins, en ce sens que le but des soins c’est de se sentir « normal », comme avant de commencer les drogues, sauf que maintenant il leur faut un médicament pour vivre normalement. Pour se différencier du monde des toxicomanes caractérisé par la marginalisation et dont ils disent ne pas faire partie, ces usagers font référence à trois repères communes : 1) les grandeurs de « la vie normale », 2) la durée de la carrière de toxicomane et 3) la manière de consommer les produits. Tout d’abord, « j’ai eu une vie normale » ou « moi j’ai une vraie vie » sont des expressions récurrentes quand on leur demande de raconter leur parcours. Les principes d’équivalence auxquels ils se réfèrent pour se rapprocher des « gens normaux » (et, du coup, pour émettre des jugements de valeurs sur le monde de toxicomanes) s’inscrivent dans différents registres : le milieu social d’origine et l’entourage familial (« Disons que moi j’ai pas du tout le profil de ça...[...] mes parents sont bien équilibrés »), le parcours scolaire (« j’ai des bons bagages, j’étais à l’école à Paris, tout ça, pour avoir des bons diplômes, ça va, je suis bien »), le travail (ces usagers ont souvent gardé un travail pendant la carrière de toxicomane et y font référence) ou encore des activités « louables » comparées au « monde des tox » : « Moi je suis pas bar, je suis artisan, chasseur, je vais aux champignons, tu vois le truc  ? […] Les prods c’est le seul problème que j’ai moi ». Ensuite, il y a la référence au temps, en ce sens que la durée, définie subjectivement, de leur « carrière de toxicomane » est jugée insignifiante (par exemple en utilisant des négations restrictives : « j’ai consommé de l’héroïne pendant seulement 1 ½ ans », « ça [ne] fait que 4 ans que je consomme », etc.) et, ainsi, rétrospectivement, la preuve est faite que le sujet n’a jamais vraiment été toxicomane (« Ben tu sais, moi dans ma tête je ne suis pas vraiment toxicomane »). Enfin, il y a une distinction concernant la manière de consommer, le « vrai » toxicomane est celui qui se pique : « je ne pique pas moi, j’ai sniffé seulement. Mais bon c’est vrai que dans ma tête le toxico c’est celui qui se pique », mais aussi concernant le contexte dans lequel on consomme : seul chez soi, dans un « endroit fixe », est plus louable que dans « un appart pourri ».

24La deuxième catégorie d’usagers que nous nommons « ex-toxicomanes » se distinguent des « accidentés » par la manière de définir le « monde de tox » et de s’y rapprocher. Ils sont nommés ainsi d’une part pour la discontinuité dans le discours à propos de la rentrée dans les CSAPA (utilisent les mots « avant » pour parler de la carrière de toxicomane et « maintenant » pour parler des soins), et d’autre part parce qu’ils disent avoir mené auparavant un mode de vie de toxicomane et qu’ils y font référence (par exemple, ils utilisent « nous » ou « on » pour parler des usagers de drogues, mais aussi des usagers sous traitement de substitution). Les toxicomanes éprouvent désormais une certaine appartenance et gardent le contact avec le « milieu », même si une coupure a été nécessaire pour « reprendre le dessus ». La toxicomanie devient donc une expérience ou période assez déterminante dans leur trajectoire de vie, au point qu’ils l’intègrent dans un discours identitaire.

25Cette identification au « monde des toxicomanes » est significative pour la manière dont ils qualifient l’addiction. En effet, si ces usagers ont commencé les drogues à un certain moment de leur trajectoire, ils considèrent cela rétrospectivement comme un « choix assumé » (ils en ont eu « envie » en étant avec des gens qui consomment), et s’ils en consomment après la rentrée en soins, c’est justifié (« au moins je sais le faire dans des bonnes conditions »). Le traitement de substitution est conçu comme une aide qui peut mener à la « vie normale ». Le processus de soins constitue dès lors un changement de mode de vie en référence à des « repères stables » auxquels ils attribuent des valeurs de normalité, toujours liées à l’idée de stabilisation : d’un point de vue social (« j’ai réussi à trouver des passe-temps, des amis stables, fixes, qui me tirent pas vers le bas »), familial (se recréer une vie de famille en ayant des enfants ou renouer un contact avec des proches, perdus pendant la prise de drogues), et en termes d’habitat (« déjà le fait que j’ai un appartement, rien que ça, un endroit fixe où je fais le ménage et tout »). Cette image de la normalité se place alors en opposition à une vie de toxicomane jugée « malsaine » et trop « envahissante ».

26La dernière catégorie d’usagers, les « toxicomanes légaux », se distingue des deux autres pour le peu de discontinuité entre le parcours de soin et la carrière de toxicomanes. Ces usagers sont entrés dans un parcours de soins par obligation, par exemple pour des raisons médicales (une personne atteinte de VIH et VHC dont les conditions de santé ne lui permettent plus de « courir après la drogue ») ou par obligation juridique des soins. Dans le même sens on peut remarquer que leur « milieu des drogues » englobe presque tous les aspects de leur vie, professionnelle et économique (vivre dans et par le marché de drogues illicites) et sociale (tous les « contacts » sont dans le milieu). S’ils prennent un traitement au sein des CSAPA, c’est par la facilité d’obtention de la drogue que permet l’institution. La méthadone est en quelque sorte pour eux une drogue légale (« pour avoir un, comment dire, un cadre légal quoi. Qu’on m’emmerde pas quoi... »), et s’insère dans la continuité de l’expérience d’opiacés.

27Pour ces usagers, la toxicomanie n’est ni un événement, ni une période, mais un mode de vie particulier. Pour cela, ils définissent la santé comme l’absence de maladie. Ce ne sont pas les drogues qui dégradent la santé, puisqu’en elles-mêmes celles-ci sont pures, « innocentes », tant qu’on sait les gérer. Les usagers de ce groupe disent entretenir leur santé pour pouvoir continuer un mode de vie marginalisé. La prise de drogues est représentée comme un risque privé, en ce sens que c’est un choix pour le bonheur individuel, et qui ne met pas autrui en danger : Il y a rapprochement avec une figure de toxicomane et une justification d’un mode de vie choisi et assumé :

« Moi j’ai toujours fait ça pour m’éclater, pour le plaisir quoi, donc si, si je me droguais pour le plaisir, puis que j’aurais honte de le faire, je l’aurais jamais fait quoi. J’ai jamais, comment dire, avoué être toxicomane en demandant pardon, ça c’est, c’est hors de question. [...]Je ne sais pas, on a le droit d’être toxicomane, je vois les choses comme ça, j’ai jamais fait du mal à d’autres qu’à moi [rire] ».

28Selon eux, si le toxicomane est marginalisé, c’est principalement dû à la répression juridique et sociétale. Il y a une réfutation d’un discours médical par une dénonciation des enjeux économiques (le « fric » que se font les laboratoires) et politiques sous-jacents à l’institution de soins. La drogue ne symbolise pas le mal, c’est l’injustice faite aux toxicomanes qui cause le mal.

Identification avec la figure du Malade-Dépendant

29Nous pouvons dès lors distinguer différentes manières d’intégrer le parcours de soin dans un discours identitaire, et l’une des principales s’avère être la description par les usagers d’une rupture dans le récit de leur trajectoire : ces usagers, majoritaires dans notre échantillon (les « accidentés » et les « ex-toxicomanes »), considèrent que l’expérience toxicomaniaque a rendu discontinue leur biographie et le parcours de soin sera ainsi l’occasion d’un « ajustement biographique » (Strauss, 1992a) en intégrant leur expérience toxicomaniaque dans un discours identitaire (Dubar, 2000). Ces usagers s’approprient le projet de soins tel que défini par les professionnels : ils font tous référence à la notion de « stabilisation » et à l’éloignement des drogues pour arriver, ou retrouver, la « vie normale », perdue dans la consommation des drogues. La drogue deviendrait ainsi progressivement un mal à éradiquer (comme dans le cas des individus souffrant d’alcoolisme, Fainzang, 1996), tandis que l’abstinence de tout produit, y compris de substitution, serait une conduite permettant de se faire « pardonner » d’une vie en marge, c’est-à-dire d’une trajectoire de déviant.

« enfin, il y a encore quand-même euh... quelque chose d’étranger dans le corps, comment dire... oui, un opiacé dans le corps quoi. Après j’aimerais bien pouvoir être propre quoi […] Donc là maintenant qu’il y a N. [son fils] qui arrive, c’est un peu aussi le.... on me tend un perche, j’ai un peu l’occasion de me rattraper si tu veux, de réussir avec N. ce que je n’ai pas réussi à faire avec ma fille, c’est-à-dire à être carrée, à me lever le matin pour l’emmener à l’école, tous des trucs que j’arrivais pas à faire avec la came [héroïne] »

  • 10 Cité par Isabelle Baszanger, Introduction. Les chantiers d’un interactionniste américain, in Straus (...)

30En ce sens on peut dire que les centres de soins offrent une grille de lecture de la « maladie » permettant aux usagers de drogues d’insérer cette expérience dans un « récit » sur soi cohérent et faisant sens pour eux : « Cette action leur permet d’intégrer dans leur vie la maladie et les changements qu’elle apporte. L’action les autorise à donner une forme et un sens à leur biographie en réponse aux phases de la maladie et à toutes les contingences qu’elle apporte » (Strauss, 1992a, p. 4110).

  • 11 Le terme de rupture ne nous doit pas faire oublier le travail de mise en cohérence de sa trajectoir (...)

31Ainsi, nous pouvons soulever une identification à l’idée de maladie, lorsque l’on peut relever une rupture biographique11 chez les usagers entre un passé de toxicomane et un présent d’usager de drogues en parcours de soins. Ils opèrent une séparation cognitive entre « les ténèbres », la période de l’usage de drogues, et « la lumière », l’arrivée au CSAPA. On peut supposer l’existence dans l’univers symbolique de ces usagers d’une sorte de « figure du Malade-Dépendant », c’est-à-dire un registre identificatoire auquel se réfèrent les toxicomanes pour s’identifier (ou, au contraire, pour s’en distancier comme les « toxicomanes légaux »). Cette figure du Malade-Dépendant est celle qui regroupe tous les dépendants quel que soit le produit et se définit par une possession de l’usager par la drogue entrainant un aveuglement face à la « réalité »(« le produit est en toi, ça te fait pas parler comme je parle moi », « la dépendance au jeu c’est pareil, c’est le cerveau qui commande », « nous sommes comme les alcooliques, il faudra jamais en reprendre »). On assiste donc à une transformation identitaire pendant le parcours de soin permettant aux dépendants d’interpréter le « mal » à partir de la notion de maladie et de concevoir cette rupture comme un point de départ de leur « nouvelle vie », en ce sens que le fait d’acquérir des nouvelles terminologies suppose aussi « de nouvelles évaluations : de soi, des autres, des événements, des actes, des objets […] On peut regarder en arrière, mais on ne peut évaluer qu’à partir de son nouveau statut » (STRAUSS, 1992b, p. 99). On pourrait avancer l’idée que l’institution de la « maladie » comme la matrice à travers laquelle les toxicomanes interprètent les événements, situations et épreuves passées (et présentes) s’organise dans les réponses que les professionnels donnent aux difficultés évoquées par les toxicomanes pendant les consultations, en ce sens que chaque manifestation de l’usager de drogue qui « résiste » est évaluée comme un symptôme de la maladie : « Ils utilisent pour ce faire la langue propre au groupe. Après coup des explications sont disponibles pour que, si une personne rencontre une situation pour laquelle elle n’a pas de définition, on lui en offre de toutes prêtes » (Strauss, 1992b, p. 108). Nous avons ainsi pu observer différentes jeux de discours entre usagers et médecins, où les places institutionnelles déterminent la communication, en ce sens que les médecins vont se positionner comme experts par rapport aux contenus exprimés par les usagers (Vion, 1996) : Patient : « je commence à me faire chier à la maison ». Médecin : « vous êtes en bonne santé mentale si ça vous fait chier de ne rien faire ». Autre exemple : Patient : « quand je suis en colère je ressens l’envie de consommer de l’héroïne ». Médecin : « c’est normal, il faut du temps pour se désensibiliser ». La communication dans les interactions avec les professionnels de la santé, permet à certains toxicomanes de se dire « je ne suis plus le même qu’avant » parce qu’ils sont très impliqués dans leur rôle de patient et le dépendant deviendrait donc malade dans le regard de l’Autre (Lipiansky, 1993). La reconnaissance de l’altérité dans le cadre interactif de la consultation médicale pourrait donc être considérée comme un point d’appui pour se construire et confirmer sa propre identité. Nous pouvons poser l’hypothèse que le centre de soin, en cristallisant la « réalité de la maladie », participe à la transformation de la « situation décousue » des toxicomanes en une nouvelle situation caractérisée par un éloignement des drogues durs et un changement de « mode de vie » et permettant aux usagers d’évaluer leur trajectoire à partir d’un « statut de malade ».

Conclusion

32Nous avons montré dans cet article comment l’inscription dans un parcours de soin occasionne une transformation identitaire du toxicomane en malade. Ils ne s’identifient plus comme des usagers intentionnels, mais comme des malades qui doivent recevoir un traitement, à travers le registre identificatoire de la maladie. Cette identification donne lieu à des nouvelles interprétations des événements, situations et épreuves passées, ainsi qu’à une nouvelle terminologie permettant de catégoriser et définir le présent. Néanmoins, s’interroger sur la proportion d’autonomie attribuée au toxicomane en soin semble nous conduire dans l’impasse sur la « forme d’existence » à privilégier en sociologie (l’usager, sujet autonome et élaborant des stratégies pour garder une forme de liberté versus les professionnels, la « contrainte » extérieure imposant ses catégories de pensée aux usagers) avec en arrière-plan l’autonomie comme l’idéal universel d’humanité. Nous pouvons suggérer de considérer « l’Autonomie » comme une forme d’existence se manifestant au cours des épreuves de coopération et se négociant dans la communication, et véhiculée par les acteurs, professionnels et usagers, en ce sens qu’ils y font référence pour définir le soin. Si l’on adopte ce point de vue on peut dire que les toxicomanes qui consultent un centre de soins ont identifié un « trouble » auquel ils cherchent à remédier. La toxicomanie serait ainsi une maladie « en réalité » en fonction des « conséquences qui résulteront de la tentative d’y remédier » (Emerson et Messinger, 2012). Autrement dit, si, pour les toxicomanes, leur « trouble » cesse par une prise de médicaments et par un changement de mode de vie, la maladie de la dépendance se stabilise comme une sorte de matrice à travers laquelle ils interprètent leur « nouvelle vie » ayant pour conséquence l’abstinence des produits. La stabilisation de cette matrice va donc de pair avec ceux qui en font l’expérience, en l’occurrence les toxicomanes qui consultent un centre de soins. En fait, on pourrait dire que les acteurs ont le choix idéalement de leur trajectoire de soin, mais qu’ils peuvent uniquement prendre ce choix lorsqu’ils ont acceptés leur identité de malade au sein du CSAPA. Nous pouvons poser l’hypothèse que les enjeux de la communication autour de l’appropriation du traitement de substitution déterminent l’identité de malade et le rôle du « bon » patient, donc une certaine identité sociale de l’usager.

Haut de page

Bibliographie

Bergeron H., (1999), L’État et la toxicomanie. Histoire d’une singularité française, Paris, PUF.

Boltanski L., Thévenot L., (1987), De la justification : Les économies de la grandeur, Paris, PUF.

Blanchet A., Gotman A., (1992), L’entretien. L’enquête et ses méthodes, Paris, Nathan.

Charaudeau P., (2009), Identités sociales et discursives du sujet parlant, Paris, L’Harmattan.

Dubar C., (2000), La socialisation, Paris, Armand Colin.

Ehrenberg A., (1995), L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy.

Emerson R., Messinger S., (2012) « Micro-politique du trouble. Du trouble personnel au problème public », in Cefaï D., Terzi C. (dir.), L’expérience des problèmes publics, Paris, EHESS.

Fainzang S., (1996), Ethnologie des anciens alcooliques. La liberté ou la mort, Paris, PUF.

Fortane N., (2010), « La carrière des addictions. D’un concept médical à une catégorie d’action publique », Genèses, n° 78, 5-24.

Glaser B., Strauss A., (2010), La découverte de la théorie ancrée, Paris, Armand Colin.

Goffman E., (1979), Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit.

Goffman E., (1975) Stigmates, les usages sociaux du handicap, Paris, Minuit.

Gusfield J., (2012), « Significations disputées. Contester la propriété et l’autorité des problèmes sociaux », in Cefaï D., Terzi C. (dir.), L’expérience des problèmes publics, Paris, EHESS.

Lalande A., (2010), « L’addictologie, pour quoi faire ? », Vacarme, n° 51, en ligne : http://www.vacarme.org/article1886.html#nh10

Lipiansky Edmond-Marc. L’identité dans la communication. In : Communication et langages. N° 97, 3ème trimestre 1993. pp. 31-37.

McDougall J., (1982), Théâtre du Je, Paris, Gallimard.

Mead G.H., (2006), L’esprit, le soi et la société, Paris, P. U. F.

Morel A., (2008), « Drogues, plaisirs et politique », Socio-anthropologie, n° 21, 3-22, en ligne : http://socio-anthropologie.revues.org/index983.html

Roques B., (1999), La dangerosité des drogues, Paris, Odile Jacob/La Documentation Française.

Strauss A., (1992a), La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionniste, Paris, L’Harmattan.

Strauss A., (1992b), Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié.

Vion R., (1996), « L’analyse des interactions verbales », Les Carnets du Cediscor, n° 4, 19-32, en ligne : http://cediscor.revues.org/349

Thuderoz C., (2007), « Identités, reconnaissance et négociations : quelques coordonnées pour des débats majeurs en théorie de la négociation », Négociations, n° 8, p. 5-10, en ligne : http://www.cairn.info/revue-negociations-2007-2-page-5.htm.

Weber M., (1965), Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons ici notamment à la loi française du 4 mars 2002 relative aux droits des malades.

2 Les intervenants en addictologie sont représentés par la Fédération Addiction qui date de 2011 (fusion de deux fédérations spécialisées en toxicomanie et alcoologie (nous y reviendrons).

3 Catégorie récemment introduite dans le vocabulaire spécialisé du soin des dépendances (et vraisemblablement aussi dans le vocabulaire du sens commun ) pour désigner toute forme de dépendance, mettant désormais l’accent sur le comportement et non pas sur le produit (Fortané, 2010).

4 Bernard Roques (1999), La dangerosité des drogues, Odile Jacob/La Documentation Française. Roques est un pharmacologue de renom et chercheur en biochimie, membre de l’Académie des sciences.

5 Fédération des Acteurs de l’alcoologie et de l’addictologie

6 Décret n° 2007-877 du 14 mai 2007 relatif aux missions des centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie

7 L’équipe est constituée de médecins, infirmières, travailleurs sociaux, psychologues et d’un personnel administratif (directeur, chef de service, secrétaire, comptable).

8 Par ailleurs, il est intéressant de noter la signification de la notion de rechute qui, dans le domaine religieux, signifie un « retour au péché ».

9 En référence à George Herbert Mead : autrui généralisé signifie la communauté ou le groupe social organisé dont fait partie l’individu et qui lui fournit l’unité du « Soi ».

10 Cité par Isabelle Baszanger, Introduction. Les chantiers d’un interactionniste américain, in Strauss, 1992a.

11 Le terme de rupture ne nous doit pas faire oublier le travail de mise en cohérence de sa trajectoire effectué par les acteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Line Pedersen, « L’autonomie comme prédicat et objectif de soin des toxicomanes : L’identité de malade négociée autour du traitement de substitution dans les CSAPA », Communiquer, 8 | 2013, 31-44.

Référence électronique

Line Pedersen, « L’autonomie comme prédicat et objectif de soin des toxicomanes : L’identité de malade négociée autour du traitement de substitution dans les CSAPA », Communiquer [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communiquer.revues.org/189 ; DOI : 10.4000/communiquer.189

Haut de page

Auteur

Line Pedersen

Doctorante de sociologie
Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie (LASA), Université de Franche-Comté, France
line.pedersen[@]univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org