Navigation – Plan du site
Articles

Formation universitaire et culture professionnelle au Brésil : comment les étudiants en journalisme de l’Université de Brasília se représentent la formation reçue et le marché du travail

Undergraduate Education and Professional Culture in Brazil: A Study About How Students From University of Brasília Imagine the Education Received and The Labor Market
Fábio Henrique Pereira, Janara Sousa et Dione Oliveira Moura
p. 81-100

Résumés

Ce texte discute du rôle de la formation universitaire dans la construction d’une culture professionnelle des futurs journalistes brésiliens. Il est basé sur un questionnaire diffusé auprès 119 étudiants en journalisme de l’Université de Brasília. Les questions analysées portent sur l’évaluation de la formation reçue par les étudiants et la conception qu’ils ont du marché de travail. Les résultats mettent en évidence le fait que certaines représentations partagées par les étudiants interrogés coïncident avec celles qui sont traditionnellement attribuées à l’identité des journalistes. Ils renvoient aussi à un mouvement d’ajustement des écoles aux transformations du journalisme, dans la mesure où ces écoles cherchent à comprendre ou à anticiper les changements dans le marché du travail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ont également participé à la recherche et à la rédaction de cet article les étudiantes en communica (...)

1Professeure, Faculté de communication, Université de Brasília, Brésil1

2Ce texte propose de discuter du rôle de la formation universitaire dans la construction d’une culture professionnelle des futurs journalistes brésiliens. Pour exploiter les liens entre formation et culture journalistique, nous avons souhaité approfondir les aspects suivants : 1) la représentation que les étudiants se font du profil professionnel souhaité et le rôle de l’université dans la construction de ce profil; 2) la représentation des statuts professionnels associés à la pratique journalistique; 3) la représentation que les étudiants se font du marché du travail, ainsi que de la possibilité de travailler dans les champs de la communication (communications publique, organisationnelle et institutionnelle), dans l’enseignement ou la recherche en journalisme. Ces pistes ont été alimentées grâce à la mise en place d’une enquête quantitative auprès des étudiants en journalisme de la Faculté de communication de l’Université de Brasília (UnB). Au total, 119 étudiants ont répondu à l’enquête qui questionnait la formation et la profession, les rôles sociaux, les profils, les carrières et la déontologie.

3Nous adoptons ici une définition de la représentation telle qu’elle est proposée par Becker (2012), qui estime qu’« une “représentation” de la société est une chose que quelqu’un nous raconte sur l’un des aspects de la vie sociale » (p. 18). Cette définition inclut alors des représentations de sens commun qu’une personne fait au cours de la vie quotidienne et des représentations élaborées par des professionnels spécialisés (les producteurs de récits). Dans le cadre de cette étude, nous analysons les représentations telles qu’elles apparaissent dans les réponses des jeunes étudiants en journalisme ayant répondu au questionnaire. La culture professionnelle nous intéresse, ici, dans le sens où elle traite des représentations de la profession journalistique (et des compétences associées au statut) et non des questions récurrentes sur l’apprentissage de la pratique journalistique dans les universités.

4Traditionnellement, les études sur la culture professionnelle en journalisme tendent à se concentrer sur les processus de socialisation dans les rédactions, des espaces d’intériorisation de cette culture (Frith et Meech, 2007; Soliski, 1993). Comme l’explique Fidalgo (2012), les différents aspects de la pratique journalistique, ainsi que l’identité, sont acquis tout au long de l’expérience professionnelle, au contact direct du groupe des pairs (Marocco, 2011). Cette posture tendrait alors à minimiser le rôle de la formation universitaire dans la construction de l’identité professionnelle.

5Or la relation entre la formation universitaire et l’identité est particulièrement connotée dans le contexte brésilien : pendant 40 ans (de 1969 à 2009), les journalistes ont eu pour obligation d’obtenir un diplôme de niveau supérieur pour accéder au marché du travail. Si cette exigence n’a désormais plus cours, le passage par l’université reste encore un espace important d’accès au marché du travail et, conséquemment, un espace de socialisation pour les futurs journalistes. L’accès au journalisme au Brésil est passé par un processus de « professionnalisation » depuis les années 1970 (Pereira, 2011). De plus, l’éventail des activités exercées par les étudiants formés dans les écoles de journalisme s’est largement diversifié et recouvre à présent l’enseignement et la recherche en journalisme (Frith et Meech, 2007), la production de contenu de divertissement (Halin, 1997), le travail dans les secteurs des relations publiques et de la communication (Frith et Meech, 2007; Ruellan, 2004) et l’accès à de nouveaux postes ouverts dans le secteur de l’Internet et par les diverses stratégies de convergence médiatique des entreprises (Deuze et Majorbanks, 2009). Par conséquent, il semble exister un décalage entre l’activité journalistique telle qu’elle est définie par le discours professionnel, en tant qu’activité de production d’information dans des entreprises médiatiques, et la réalité vécue sur le marché du travail, qui montre l’existence de territoires professionnels entiers, occupés par des journalistes, hors des médias. Il est ainsi possible que, durant la période de formation, les étudiants en journalisme se trouvent confrontés à ce double discours sur la pratique (et l’identité professionnelle) et les dynamiques du marché du travail.

6Parallèlement, l’université a changé et ne se contente plus de reproduire les conditions de travail dans les médias. En effet, les écoles de journalisme se sont transformées, notamment par l’intégration de nouveaux professeurs issus de la maîtrise ou du doctorat, qui ont insufflé dans les formations des cours de communication et de sciences sociales (Meditsch, 2007). Les écoles développent ainsi d’autres activités sans se limiter à la préparation à la formation de cadres pour le marché du travail. La relation est donc complexe entre formation universitaire et journalisme : l’université peut chercher à reproduire le discours identitaire sur le journaliste, ses compétences et les enjeux du marché du travail, mais elle peut aussi être productrice de nouvelles valeurs, qui seront ensuite négociées par les journalistes lors de l’entrée sur le marché de travail – et qui peuvent changer la vision sur le journalisme lui-même.

7La problématisation spécifique de ce texte porte donc sur la nature de l’apport de l’université à la construction de la culture professionnelle des journalistes et notamment sur les représentations du profil professionnel envisagé, des statuts et des pratiques associés à la profession et sur la représentation du marché du travail. Plus spécifiquement, elle cherche à approfondir un questionnement : comment les étudiants en journalisme de l’Université de Brasília se représentent-ils le marché de travail et particulièrement la possibilité de travailler dans des domaines comme la communication ou l’enseignement du journalisme? Afin de discuter de ces questions, nous avons divisé cet article en quatre parties : après une approche sur la formation en journalisme et le marché du travail dans le contexte brésilien, nous mettrons l’accent sur la relation entre formation, culture et identité professionnelle. Puis, nous présenterons la méthodologie adoptée ainsi que les résultats préliminaires. Enfin, nous examinerons les résultats sur la base de la proposition de recherche.

Le contexte de la formation en journalisme au Brésil

8Cette partie nous sert à proposer une brève contextualisation de la formation universitaire en journalisme et de sa relation avec la régulation du marché du travail au Brésil. L’enjeu est de parvenir à mieux comprendre le débat sur le rôle du diplôme et de la formation supérieure dans la construction du statut de journaliste et dans les dynamiques de construction de l’identité professionnelle.

  • 2 La formation supérieure était interdite au Brésil jusqu’à 1808 quand, à l’occasion de l’arrivée de (...)

9Au Brésil, les discussions sur la nécessité d’une formation supérieure en journalisme débutent dans les années 1930, à la suite de manifestations ponctuelles de patrons, de syndicats et d’associations de presse (Hime, 2005). La première école est créée en 1947 à la Faculté Cásper Líbero à partir du testament de l’entrepreneur qui donna son nom à l’établissement et était propriétaire du journal A Gazeta de São Paulo. Si l’on compare ce développement aux contextes français et nord-américain, par exemple, la mise en place de cursus universitaires dans ce domaine a été relativement lente en raison du manque de tradition universitaire qui dominait le pays jusqu’à la première moitié du XXe siècle2. De plus, les rédactions des journaux seront pendant très longtemps considérées comme étant des espaces réservés à l’activité d’intellectuels – la plupart formés en droit – intéressés par le débat public (Barbosa; Marques de Melo, 2004; Pereira, 2011).

10Les années 1960 marquent la consolidation du système universitaire au Brésil. Dans le cas de l’enseignement du journalisme, son processus de constitution est influencé par les idées du Centre international d’études supérieures de communication pour l’Amérique latine (CIESPAL). Ainsi, la formation des journalistes est associée aux cursus de communication sociale en cours de création dans le pays.

  • 3 L’augmentation du nombre de cursus universitaires ne peut pas simplement être attribuée à l’obligat (...)

11En 1969, le régime militaire en place (1964-1985) institue le décret-loi 972/69 : dorénavant, la profession ne pourra être exercée que par les personnes possédant un diplôme universitaire de journalisme (ou de communication sociale, filière « journalisme »). Cela explique en partie l’augmentation considérable du nombre de cursus universitaires dans ce domaine3. En 2013, 307 formations en journalisme étaient proposées, la plupart d’entre elles (269) par des établissements d’enseignement supérieur privés (ministère de l’Éducation, 2013). En 2010, 35 509 places étaient ouvertes aux étudiants en journalisme (Mick, 2012). Les données les plus récentes sur le nombre des diplômés sortis de ces écoles datent de 2012 et montrent que 13 243 journalistes avaient alors été formés au cours de cette année (INEP, 2012). Finalement, dans une enquête nationale, Mick et Lima (2013) montrent que 89,2 % des journalistes en activité en 2012 avaient une formation supérieure en journalisme.

  • 4 Il existe une possibilité de rétablissement du caractère obligatoire du diplôme pour pouvoir exerce (...)

12Cette situation d’obligation d’obtention du diplôme perdurera jusqu’en 2009, date à laquelle la Cour Suprême brésilienne (Supremo Tribunal Federal) a jugé inconstitutionnelle la loi du registre en journalisme. Désormais, toute personne ayant sollicité son inscription sur le registre peut exercer la profession4. Il n’existe pas de renseignements sur les conséquences de cette décision à l’échelle nationale. Des données du ministère brésilien du Travail et de l’Emploi indiquent que le nombre de personnes formées en journalisme ayant sollicité l’inscription sur le registre a considérablement diminué au fil des années : de 61,57 % en 2005, il est passé à 35,30 % en 2010 (Mick, 2012). Toutefois, ces données ne sont pas suffisantes pour mesurer les conséquences de la fin de l’obligation d’avoir un diplôme pour exercer la profession; de plus, elles ne tiennent pas compte des journalistes en exercice (diplômés ou non) qui n’ont pas sollicité d’inscription au registre professionnel.

Formation et identité professionnelle

  • 5 Ce professionnalisme renvoie à « la représentation qu’un groupe donne de (et à) lui même, et celle- (...)

13Le rapport entre formation supérieure et accès au marché du travail a révélé une corrélation potentielle entre la possession d’un diplôme universitaire et le professionnalisme5 partagé par le groupe professionnel (Le Cam et Ruellan, 2004). En effet, durant toute la période couverte par la loi de 1969, les journalistes au Brésil devaient avoir une formation universitaire en journalisme; il s’agissait là de la définition défendue notamment par les syndicats. L’objectif, selon Soliski (1993), devient alors le contrôle de la base de connaissances associées à la profession et de l’accès au marché du travail. En ce sens, la formation supérieure fonctionne comme un mécanisme de contrôle et comme un discours sur les modalités de représentation de l’identité : sont journalistes, au Brésil, des individus formés en journalisme (même si certains ne travailleront jamais dans une salle de rédaction).

  • 6 Ces activités sont les suivantes : a) rédaction, condensation, titrage, interprétation, correction (...)

14Pour Albuquerque (2006), cette conception aurait affaibli les liens entre l’identité et la pratique journalistique. De fait, le texte de la loi 972/69 n’établit pas de paramètres communs à la profession, il se contente de décrire les conditions d’accès et de prévoir un ensemble d’activités exercées spécifiquement par les journalistes6. En conséquence, la loi a permis aux journalistes de s’insérer dans le marché du travail des relations publiques, de la communication des organisations et de la production d’autres contenus médiatiques, en particulier tournés vers le divertissement. Ce processus a été soutenu par les associations, davantage soucieuses de garantir de nouveaux postes de travail que de promouvoir des définitions restrictives du journalisme, et ce, au risque d’exclusion d’une partie des associés (Albuquerque, 2006).

  • 7 Le différence dans le nombre des journalistes s’explique par les méthodologies utilisées dans les d (...)

15D’après les données du ministère brésilien du Travail et de l’Emploi (MTE), 89 252 journalistes étaient en activité dans le pays en 2010. Parmi eux, 15 529 travaillaient pour la presse écrite et 36 171, pour d’autres médias. Dans l’ensemble, 37 552 professionnels (soit 42 % du total des postes) intervenaient dans des secteurs autres que les rédactions : administration publique, téléphonie, agences de publicité, services de communication, etc. (ministère du Travail, 2010; Müller, 2011). Les donnés de l’enquête menée par Mick et Lima (2013) vont dans la même direction : dans un univers estimé de 145 000 journalistes en activité, 54,5 % travaillent dans les médias et 40,3 % sont hors des médias (5,2 % travaillent comme enseignants dans les universités7).

16Albuquerque (2006) attribue cette situation à l’absence d’une définition de la profession de journaliste associée à des pratiques de production d’informations dans un milieu de communication (agence, presse écrite, radio, télé, Internet). De son point de vue, l’obligation du diplôme aurait provoqué un essoufflement du débat sur les valeurs qui définissent la profession et renforcé une solution corporative reliant l’identité à la possession d’un prérequis formel.

17La réflexion proposée par Albuquerque (2006) est importante dans le sens où elle contextualise ce processus et ses conséquences sur la construction identitaire du journaliste brésilien. Cependant, ces considérations méritent une nouvelle lecture à l’aune des récents développements à ce sujet au Brésil. Albuquerque semble créer des attentes autour de la possibilité, pour le journalisme brésilien, d’acquérir un degré plus élevé de professionnalisation et, cela étant, il propose de confronter les repères identitaires brésiliens au concept de « communauté interprétative » de Zelizer (1993). Toutefois, cette démarche doit être reconsidérée dans le cadre d’un statut qui a été historiquement pensé comme un « amalgame flou », doté de multiples compétences et constamment adapté, entre autres avec l’apparition de nouveaux médias, de nouvelles pratiques, de nouvelles technologies, etc. (Ruellan, 1993).

18En réalité, il y a d’autres espaces où l’identité professionnelle est définie, ou, plus précisément, négociée, et ces espaces dépassent les instances légales, universitaires ou corporatives mises en avant par Albuquerque. Dans le cas des rédactions, plusieurs travaux montrent déjà le rôle joué par les routines de travail et les relations avec les pairs et les sources de formation dans le processus d’intériorisation de la culture professionnelle (Adghirni, 1994; Ribeiro, 1994; Frith et Meech, 2007; Le Cam et Pereira, 2015; Marocco, 2011; Pereira, 2012).

19En ce qui concerne le rôle des écoles de journalisme, le relevé effectué par Mellado et al. (2013) indique également qu’il existe un certain nombre d’ouvrages, en particulier dans le milieu anglo-saxon, sur le rôle de la formation dans la construction de l’identité professionnelle. Une étude préliminaire sur la carrière professionnelle des journalistes suggère que l’université n’est pas simplement une étape d’acquisition de nouvelles compétences pour le marché du travail. En effet, elle est d’abord le premier espace de socialisation des futurs journalistes et un point commun dans la trajectoire de presque tous ces professionnels (Pereira, 2013). Partant de là, elle peut être perçue comme une première instance de négociation de la culture journalistique.

Formation et culture professionnelle

20Cette partie définit le cadre théorique relatif à la notion de culture professionnelle, en proposant ensuite de détailler le rôle de l’université comme instance de construction et de diffusion d’une culture journalistique.

21Nous sommes partis d’une approche beckérienne de la culture. Le concept est associé aux représentations et aux attentes conventionnelles qui se manifestent par des actes et des dispositifs et qui permettent d’agir et de coordonner des activités dans le cadre d’une collectivité (Becker, 1999). Le processus culturel devient effectif avec le partage des représentations collectives sur une situation quotidienne. La culture permet de coordonner des actions et de définir les bases des interactions entre individus et groupes sociaux. Lorsque celle-ci est incapable de répondre à une situation du quotidien, les acteurs sociaux se voient dans l’obligation d’improviser, de déterminer de nouvelles conventions culturelles. La culture ne peut donc être vue comme une notion étanche, car elle s’insère dans une dynamique de négociation et de transformation permanentes.

22Il faut encore souligner l’aspect relationnel de cette notion de culture. De fait, elle consiste en un rassemblement de conventions et de représentations qui permettent d’agir collectivement (et de coordonner des actions collectives), mais aussi qui peuvent renvoyer à un processus de distinction et de clivage entre différents groupes sociaux – dans la mesure où ces groupes présupposent des formes de répartition des tâches dans l’espace social. Ce point est d’ailleurs particulièrement important pour la culture professionnelle. Dans le monde du travail, la culture permet aux praticiens et aux collaborateurs de se situer symboliquement dans le monde social et d’agir collectivement à la réalisation d’un ensemble de tâches; elle est alors intimement liée à l’idéologie professionnelle (Deuze, 2005) et à la façon dont l’ensemble des savoirs sur la profession est constitué (Soliski, 1993). Néanmoins, c’est aussi dans la construction et le partage d’une culture professionnelle qu’un groupe cherche à monopoliser un certain segment du marché du travail (Ruellan, 1993; Soliski, 1993).

  • 8 À titre d’exemple, Guazina (2011) part d’une analyse de la couverture politique au Brésil pour expl (...)

23Appliquée au journalisme, cette notion permet de comprendre le processus de structuration des routines de travail, au travers des rapports de coopération entre les différents acteurs sociaux. Elle est sous-jacente à la manière dont les études sur la production de nouvelles (newsmaking) situent la culture journalistique, à savoir un référentiel qui délimite les conditions d’interactions entre journalistes, sources, organisations et publics8. La culture journalistique est également sous-jacente au processus d’intériorisation des représentations sociales sur l’activité journalistique. De telles représentations occupent souvent le devant de la scène et alimentent la notion de professionnalisme du groupe, son idéologie professionnelle ou les différentes typologies qui se construisent autour du rôle social du journaliste.

  • 9 Voir l’analyse d’Aguiar (2008) sur l’enseignement du journalisme au Brésil et son rôle comme instan (...)

24De manière générale, le contact des individus avec la culture du journalisme est antérieur à la formation universitaire et à l’entrée sur le marché du travail. Il peut être lié aux rapports avec les médias en tant que consommateurs d’informations, ou encore aux expériences qui ont influencé le choix de la profession (vocation, références dans la famille ou dans le journalisme, etc.). En fait, l’université a cela de particulier qu’elle offre une expérience relativement commune à tous les participants – certes, en tenant compte des distinctions entre cursus, disciplines et trajectoires empruntés par les étudiants. À ce stade, les aspects de la sous-culture journalistique sont entremêlés à ceux de la culture universitaire. D’un côté, on cherche à anticiper des éléments de la pratique professionnelle et des routines des rédactions en renforçant des mythes, comme l’objectivité, le rôle démocratique du journalisme9, et en insistant sur un ensemble de compétences techniques (par exemple l’enquête minutieuse ou la qualité du texte journalistique) destinées à préparer le futur journaliste pour le marché du travail. D’un autre côté, l’expérience à l’université va au-delà de la simple formation de professionnels pour les rédactions. Les échanges des étudiants avec leurs collègues et leurs professeurs diffèrent des interactions menées entre et par les journalistes. La définition même du journalisme est intériorisée de manière distincte et une perspective plus critique sur la pratique professionnelle est fréquemment adoptée. Enfin, l’université ouvre d’autres possibilités de carrières professionnelles qui sont hors d’atteinte du monde des journalistes.

25Par conséquent, la formation universitaire établit des relations qui vont de la complémentarité à l’opposition à la culture journalistique. Cette situation pourrait expliquer les éventuelles tensions observées lors de l’accession du journaliste au marché du travail ou même lors d’expériences préprofessionnelles (comme le stage), quand la culture des rédactions semble se superposer à la formation acquise à l’université.

Procédures méthodologiques et présentation de l’échantillon

  • 10 Au Brésil, il faut compter la participation des institutions suivantes : Université de Brasília (Un (...)
  • 11 Pour accéder aux résultats de la recherche transnationale, voir Mellado et. al (2013).

26Pour réaliser cette recherche, nous avons choisi la méthode quantitative, dont l’objectif central est de comprendre un phénomène déterminé à partir de son observation intensive. Cette méthode semblait la plus adéquate, étant donné que, pour appréhender les représentations que les étudiants se forgent de leur culture professionnelle, il était nécessaire de recueillir un grand nombre de réponses qui seraient représentatives en ce qui a trait aux catégories d’âges, de classes sociales, d’années d’études, etc. Cette enquête s’insère par ailleurs dans une recherche transnationale appelée Journalism Student Project, qui a été développée dans huit pays, soit l’Afrique du sud, l’Australie, le Brésil10, le Chili, le Mexique, l’Espagne, la Suisse et les États-Unis. Le fondement quantitatif a ainsi permis tant de récupérer des données pour analyser un microphénomène, les étudiants en journalisme de l’Université de Brasília, que de permettre la comparaison de ces résultats avec ceux issus des autres enquêtes brésiliennes, de même qu’avec des données des autres pays, étant donné que le questionnaire a été appliqué de la même façon dans l’ensemble des pays partenaires, même s’il a été traduit en fonction des environnements locaux et nationaux11. Cela a assurément permis de faire émerger des tendances générales, comme de préciser les idiosyncrasies de chaque région.

27À l’origine, pour les promoteurs du projet de recherche, la proposition d’une recherche quantitative comparative et transnationale partait du présupposé que :

a fully comprehensive assessment of the influence of journalism education on professional identities and cultures would require longitudinal panel research data. And while that is currently not achievable with the data in hand, the comparison of students at different years of college might offer some valuable and valid insights regarding variations in the educational socialization processes at different stages of students’ college life (Mellado et Hanusch, 2012).

28La méthodologie quantitative n’est pas sans risque ni opportunité. Ainsi, travailler avec un questionnaire fermé, au lieu d’investir dans des entretiens en profondeur, a assurément limité la compréhension des perceptions des étudiants, montrant ainsi les limites d’un instrument prédéterminé. Néanmoins, cette pratique permettait de recueillir plus de données, de pouvoir les comparer et de prendre en compte un phénomène plus large.

  • 12 Le questionnaire a été appliqué par les étudiants suivants : Amanda Bittar, Henrique Antonio Cavalh (...)

29Pour notre recherche, nous avons diffusé, en décembre 2011, un questionnaire composé de 36 questions au groupe d’étudiants en journalisme de l’Université de Brasília. Le questionnaire a été rempli à la fin de l’année scolaire dans les salles de cours par des étudiants du premier cycle qui ont collaboré à ce projet12. Avant de faire remplir le questionnaire, nous avons formulé une demande d’autorisation écrite au directeur de la Faculté ainsi qu’une autre, par courriel, à chacun des professeurs responsables des cours en question.

30Il faut rappeler qu’au moment de la distribution du questionnaire, nous n’étions pas officiellement rattachés aux cours de journalisme de l’Université de Brasília (mais au cours de communication des organisations), de façon à avoir une certaine distance par rapport aux étudiants enquêtés.

31Chaque étudiant était libre de répondre, ou non, au questionnaire. Avant de le remplir, les étudiants devaient également signé une charte d’autorisation fournie par le Conseil d’étique en recherche en sciences humaines de l’Université de Brasília qui expliquait l’objectif de la recherche et soulignait que la participation des étudiants était « volontaire et libre de toute forme de rémunération ou avantage » et que l’étudiant était « libre de refuser de participer, de retirer son consentement ou d’interrompre sa participation à n’importe quel moment ».

32Nous étions évidemment connus des étudiants : toutes ces procédures cherchaient plutôt à minimiser les biais et les rapports de pouvoir envers les répondants, tout en sachant qu’il est impossible d’éliminer ce genre d’interférence. Nous avons également une très bonne connaissance de la formation en journalisme de l’Université de Brasília (UnB) ainsi que du marché du travail à Brasília (un des auteurs est d’ailleurs spécialiste en sociologie professionnelle des journalistes brésiliens). Cette expérience nous a été utile pour la traduction du questionnaire à partir des versions en anglais et en espagnol (sans toutefois changer l’essentiel du contenu des questions) et dans la production de certaines conclusions lors de l’analyse des résultats.

33Chaque participant a répondu individuellement au questionnaire, dans un délai moyen d’une vingtaine de minutes. L’échantillon a été construit de façon aléatoire. Sur les 304 étudiants régulièrement inscrits sur le cursus en 2011, 119 ont répondu (le taux de réponse avoisine donc les 39,1 %). L’enquête bénéficie d’un intervalle de confiance de 90 % et d’une marge d’erreur de 6 %.

34Sur les 119 étudiants ayant répondu au questionnaire, environ 65 % sont de sexe féminin et 34 %, de sexe masculin, ce qui rejoint les résultats déjà observés : en 2011, la proportion femme/homme dans le cours de journalisme à l’UnB était de 64,47 %/35,3 %.

35L’âge moyen des étudiants interrogés est de 21,1 ans. Le niveau d’étude des sujets suit la distribution suivante : 22,7 % sont en 1re année; 23,5 %, en 2e année; 19,3 %, en 3e année; et 24,4 %, en 4e année. La formation au journalisme au Brésil dure quatre ans. Au total, 9,2 % ont répondu qu’ils étaient en 5e année, mentionnant ainsi un léger retard dans leur formation (redoublants ou autres).

36Dans l’ensemble des questions posées, nous avons choisi les items correspondants à la formation et aux pratiques professionnelles. Les personnes interrogées devaient évaluer un ensemble d’assertions sur des échelles en cinq points : 1) pas important, 2) peu important, 3) indifférent, 4) important et 5) très important; ou encore 1) pas du tout d’accord, 2) pas d’accord, 3) ni d’accord ni pas d’accord, 4) d’accord et 5) tout à fait d’accord. Au cours de l’analyse, nous avons écarté les évaluations neutres (indifférent ou ni d’accord ni pas d’accord) et considéré qu’une évaluation était positive quand les réponses correspondaient aux niveaux 4 et 5 de l’échelle.

Formation

37L’objectif de la question sur la formation était d’évaluer le degré d’importance attribué par les étudiants aux différentes activités développées à l’université. En ce qui concerne la qualité de la formation au Brésil, environ 50 % des interrogés estiment qu’elle est « moyenne ». Près de 16 % la considèrent « mauvaise » ou « très mauvaise », contre 32 % qui la jugent « bonne » ou « très bonne ». Cependant, 81 % des interrogés assurent que la formation universitaire est nécessaire à l’exercice du journalisme.

38Pour les activités développées à l’université, les étudiants ont évalué 20 items qui peuvent être regroupés en trois grands pôles : 1) les réponses associant l’université à l’enseignement d’un ensemble de compétences techniques ou à la préparation pour le marché du travail; 2) les questions situant l’université comme un espace de construction de la connaissance et de réflexion sur la société; 3) les items qui renforcent la préparation à la recherche, à la licence, au master et au doctorat (voir Tableau 1).

  • 13 Question 13 : « Cette liste contient plusieurs activités que les écoles de journalisme font ou cher (...)

Tableau 1 – Résultat de l’évaluation des sujets interrogés sur les activités développées dans la formation en journalisme de l’UnB13

Tableau 1 – Résultat de l’évaluation des sujets interrogés sur les activités développées dans la formation en journalisme de l’UnB13

39Les étudiants pensent que la formation en journalisme doit davantage donner la priorité aux 1er et 2e cycles (75 % d’évaluation positive) qu’au 3e cycle (environ 40 % d’évaluation positive). Il semble que l’enseignement des deux premiers cycles soit perçu par ces étudiants comme une partie de leur expérience immédiate, qui répond aux objectifs de formation et de préparation au marché du travail. Le 3e cycle est par contre dissocié du processus d’enseignement, et ce, malgré les orientations du ministère de l’Éducation, qui prône l’intégration de tous les cycles dans la formation universitaire (Ministério da Educação do Brasil, 2009). Cette distanciation attire d’autant plus l’attention qu’il existe, à la Faculté, un 3e cycle, filière « Recherche en journalisme et société ». L’écart entre les deux premiers cycles et le 3e est renforcé par le fait que 70 % des sujets interrogés jugent importantes la production et la publication de recherches universitaires et scientifiques à l’université – qui n’est donc pas une exclusivité du 3e cycle.

40Le rôle de l’université dans le processus d’enseignement oscille entre une formation humaniste et une préparation au marché du travail. L’existence d’un pôle plus « intellectuel » explique les taux élevés d’évaluation positive des items « construire » (89,1 %) et « transmettre » (92,4 %) de nouvelles connaissances. De plus, 90 % des sujets interrogés approuvent l’importance du « [développement] de la pensée réflexive et critique pour les futurs journalistes ».

41Cette évaluation positive se répète, à des taux légèrement plus faibles, pour deux autres enseignements offerts par la formation : la maîtrise des techniques professionnelles (70,6 %) et la création de conditions pour l’exercice de la pratique journalistique dans le contexte réel (87,4 %).

42Néanmoins, si tous sont d’accord sur ce qui doit être enseigné (un mélange entre connaissances humanistes et compétences professionnelles), les questions mettant l’accent sur la formation théorique (66 %) ou pratique (51,2 %) ont curieusement des évaluations inférieures aux autres items qui y sont liés. Il est possible d’interpréter cela comme un refus relatif d’une formation pédagogique qui chercherait à distinguer la théorie et la pratique – une dualité qui remonte à la structuration du champ des études en journalisme au Brésil aux années 1960-1970 (Meditsch, 2007).

43Dans le cas présent, les étudiants évaluent positivement d’autres activités menées dans les cours de journalisme et qui font référence à la recherche, à la réflexion sur la société ou au développement de la pensée critique et qui apparaissent comme des alternatives à ce débat théories versus pratiques. À titre d’exemple, la socialisation aux travaux scientifiques (73,1 %) et l’explication de phénomènes sociaux par l’analyse (79,8 %) ont été évaluées positivement par les étudiants. Or ces items peuvent être vus comme des modalités d’appropriation de la théorie dans la formation du journaliste.

44L’enquête a également permis d’aborder la façon dont les étudiants évaluent la formation et leurs rapports aux différents champs d’activité sur le marché du travail. Seuls 10 % ont choisi la réponse « Défendre l’idée que seules les activités à l’intérieur des médias font partie du champ professionnel des journalistes ». En revanche, 82,4 % ont bien évalué la question « Défendre l’enseignement conjoint du journalisme et de la communication dans la formation du journaliste ». À ce stade, il est intéressant de noter que les étudiants font une distinction entre une préparation qui permet d’exercer dans un champ de travail distinct du journalisme et le rôle de l’université en tant qu’instance de validation des pratiques de communication comme faisant partie des attributions des journalistes. Pour les étudiants interrogés, le fait que l’université doive préparer les futurs journalistes à travailler dans la communication des organisations ne signifie pas qu’ils considèrent le journalisme et la communication comme faisant partie d’un même champ professionnel. Cette dualité se répète dans la question suivante, traitant de la relation entre les valeurs du journalisme et celles des autres métiers de la communication.

Le journaliste et les métiers de la communication

45Un sous-ensemble des questions analysées concerne la construction de l’identité du futur journaliste en lien et en opposition aux carrières concurrentes suivantes : communication des entreprises, production de contenu de divertissement, travail de recherche et d’enseignement. L’objectif est d’analyser les représentations de l’identité professionnelle à partir d’un jeu d’identifications et de distinctions avec des statuts professionnels concurrents.

46Les résultats indiquent deux niveaux de réponse (voir Tableau 2). Premièrement, les items qui renvoient à l’ensemble des compétences et des pratiques professionnelles qui peuvent être associées au métier des journalistes (comme de s’engager en recherche, en communication publique ou des organisations) (Mick et Lima, 2013) s’éloignent de la définition normative produite par le discours professionnel journalistique : les items n’associent pas le journalisme à la seule production d’information pour les entreprises médiatiques. En ce sens, ils provoquent les répondants, dans un débat identitaire, à se positionner par rapport à l’identification des statuts et des valeurs associés à ces pratiques.

  • 14 Question 21 : « Indiquez dans quelle mesure vous êtes d’accord avec les informations suivantes ».

Tableau 2 – Niveau d’accord des sujets interrogés avec certaines valeurs et par rapport au statut du journaliste dans l’exercice des différentes activités professionnelles14

Tableau 2 – Niveau d’accord des sujets interrogés avec certaines valeurs et par rapport au statut du journaliste dans l’exercice des différentes activités professionnelles14

47Deuxièmement, la lecture des données montre que les sujets interrogés assument le discours du groupe professionnel qui prévoit l’incorporation des autres activités (communication, recherche, etc.) au territoire des journalistes. Cette interprétation renforce l’idée que la formation en journalisme – plus que la pratique professionnelle – reste le mécanisme principal d’attribution identitaire. À la première question, « le journaliste qui n’a jamais travaillé dans un organe de communication perd sa condition de journaliste », seuls 16 % des sujets interrogés ont marqué leur accord. Le degré d’accord des sujets interrogés est encore plus bas lorsqu’il est question du travail réalisé dans les secteurs de la communication d’entreprise (10,1 % pensent que le journaliste perdrait son statut professionnel), ou encore de l’entrée en 3e cycle et de la décision de devenir enseignant-chercheur (6,7 %).

48Il existe une variation manifeste entre les réponses qui défendent le maintien du statut du professionnel dans des secteurs autres que les rédactions et celles qui estiment que les valeurs professionnelles des journalistes et des autres professionnels du champ de la communication convergent dans la même direction. Pour 37,8 % des sujets, « le système de valeurs des communicants d’entreprise/attachés de presse est très différent de celui des journalistes qui travaillent dans des médias ». Aussi, 39,5 % pensent que les journalistes et les attachés de presse/communicants possèdent des rôles sociaux distincts. Il s’agit d’un taux nettement supérieur aux 10,1 % de répondants qui ont déclaré penser que le journaliste devait perdre son statut professionnel s’il travaillait dans ces secteurs. En d’autres termes, une partie des étudiants interrogés affirment que le journalisme et la communication sont des pratiques différentes, mais que les journalistes (ou les diplômés en journalisme) parviennent à conserver leur statut même quand ils travaillent en tant que chargés de communication.

49De la même manière, 36,1 % des répondants sont d’accord avec l’affirmation : « à l’intérieur d’un média, le système de valeurs des journalistes qui produisent l’information est très différent de celui des journalistes qui produisent du contenu de variétés ou de divertissement ». Et 36,6 % disent que les deux professionnels exercent des rôles distincts au sein d’une rédaction.

50Une telle contradiction entre les valeurs professionnelles associées à une pratique et la question du changement/de la conservation du statut professionnel semble renforcer l’hypothèse soulevée par Sant’Anna (2009) : depuis l’arrivée des journalistes sur le marché de la communication, ces derniers auraient ajouté au nouvel environnement de travail les valeurs professionnelles des rédactions. Une situation similaire est décrite dans des études sur la consolidation du journalisme en tant que champ universitaire au Brésil (Marques de Melo, 2009); ainsi, les premiers professeurs ont apporté dans les universités une culture professionnelle plus spécifique au journalisme qu’à l’enseignement académique.

Discussion

51L’université se présente comme un espace de rencontres entre différentes cultures (universitaire, professionnelle, politique, etc.), d’où les multiples possibilités de représentation du journalisme et du journaliste. La dualité inhérente aux cursus de journalisme est due au fait qu’ils sont à la fois envisagés comme un espace de production de connaissance et de réflexion que comme un moment de préparation pour la vie professionnelle (Delano, 2008; Marques de Melo, 2004). Cette dualité a entraîné des critiques des deux côtés, que ce soit ce que certains appellent l’excès de théorie dans les cours universitaires, ou sur la manière dont la formation tend à reproduire les attentes du marché du travail. De telles critiques renforcent la tension entre la culture universitaire et la sous-culture professionnelle des journalistes.

52Toutefois, les résultats préliminaires de cette recherche semblent indiquer que ces relations conflictuelles ne sont pas forcément reproduites par les étudiants de journalisme. Dans certains cas, ils ont tendance à assumer un discours sur la coexistence entre les deux cultures. On peut en déduire que les étudiants s’approprient, à des degrés divers, les différentes formations offertes à partir de leurs intérêts et de la manière dont ils négocient leurs identités et leurs pratiques dans un milieu universitaire. Cette diversité d’utilisation peut aussi renvoyer aux stratégies d’insertion dans les diverses carrières prévues dans le cadre du monde journalistique. En effet, dans un contexte de crise du marché de travail dans les salles de rédaction au Brésil (Figaro, 2013; Muller, 2012), les étudiants en journalisme sont plus enclins à considérer la recherche et la communication comme des espaces potentiels de développement professionnel. Elles renvoient également aux différents vécus individuels associés à l’expérience universitaire, qui se concrétisent notamment dans les relations avec les autres étudiants du cours et avec les professeurs. Ces expériences peuvent générer des attentes distinctes par rapport à la formation universitaire, qui vont au-delà de la vision dichotomique de l’université en tant qu’espace de reproduction/critique du marché du travail.

53Nous ne visons pas une suppression pure et simple de cette tension qui, d’ailleurs, est aussi présente dans les réponses fournies par les étudiants. Il s’agit en réalité de mesurer les limites de l’incorporation de ce discours sur la formation par les étudiants de journalisme, dont la reproduction est très souvent attribuée à l’université elle-même. En somme, il s’agit d’observer les différentes lectures effectuées par les étudiants sur le rôle de l’université pendant la période de formation.

54Deux éléments sont susceptibles d’expliquer ces constats. Le premier pourrait être attribué aux caractéristiques du marché du travail local. Il faut savoir que la région qui abrite la capitale du Brésil, Brasília, le Distrito Federal, concentre la majeure partie du secteur gouvernemental. Par conséquent, les emplois dans la communication institutionnelle sont beaucoup plus nombreux que dans les rédactions des journaux. On peut ainsi supposer que les étudiants de l’Université de Brasília ont une perception un peu différente du reste du pays quant aux possibilités offertes par la carrière d’attaché de presse. Le second type d’explication peut être lié à l’existence des divers mouvements qui se sont succédés dans les interactions entre journalistes et attachés de presse : d’une identification aux deux pratiques (à la faculté) à une relation conflictuelle (lors du travail dans une rédaction), qui peut se confirmer ou se modifier à partir de l’expérience postérieure de l’individu dans le journalisme.

55Certains aspects du questionnaire ont abordé les évolutions du marché du travail et l’augmentation des possibilités d’action du journaliste (Deuze et Marjoribanks, 2009; Frith et Meech, 2007). Nous pensons que ce processus est perçu dans un double mouvement – déjà décrit par Ruellan (1993, 2004) lorsqu’il fait référence à d’autres processus d’expansion de la frontière professionnelle –, où le journaliste s’approprie un nouveau territoire, tout en conservant le discours essentialiste d’une prétendue « pureté » de l’identité et des pratiques professionnelles. Les étudiants considèrent que la faculté doit les préparer à intervenir dans d’autres secteurs (université, service de communication d’entreprise et service de presse), mais ils ont à la fois quelques difficultés à accepter l’idée que l’université doive soutenir l’intégration de ces espaces du point de vue identitaire, comme ces items le laissent supposer : « Défendre l’idée que les activités de relations publiques/communication des organisations font partie du champ professionnel des journalistes (avec 35 % d’approbation) » et « Distinguer le journaliste de la communication sociale (avec 34 % d’approbation) ». Ils croient que le journaliste maintient son identité même quand il ne travaille pas dans la rédaction d’un journal, mais ils sont cependant divisés quand il s’agit d’évaluer les similarités possibles entre les valeurs et le rôle social des professionnels des différents métiers de la communication.

56Les résultats mettent en évidence le fait que certaines représentations partagées par les étudiants interrogés coïncident avec celles qui sont traditionnellement attribuées à la culture professionnelle des journalistes : responsable de la diffusion de l’information, sous forme de nouvelles, à destination du grand public (Bahia, 1990; Lage, 1982; Medina, 1988) – ce qui met l’accent sur certaines pratiques de reportage, sur la pratique de rédaction des nouvelles15. Cela signifie que ces représentations ont été intériorisées avant l’entrée sur le marché du travail. Il ne s’agit évidemment pas d’attribuer uniquement à l’Université le rôle de diffusion de ces perceptions, mais celles-ci renvoient à un mouvement d’ajustement des écoles aux transformations du journalisme, dans la mesure où elles cherchent à comprendre ou à anticiper les changements dans le marché du travail.

57Les quarante années au cours desquelles l’accès au journalisme a été conditionné par l’obligation d’une formation supérieure ont probablement façonné le rôle de l’université dans la construction du monde des journalistes. Dans la littérature, elle est habituellement considérée comme un instrument important de l’attribution identitaire et une expérience commune à la quasi-totalité des journalistes. Or elle doit aussi être vue comme un espace commun de circulation des acteurs sociaux qui participent à ces différents mondes sociaux : des étudiants qui deviennent journalistes, des journalistes qui deviennent professeurs, chercheurs ou étudiants en 3e cycle, des professeurs qui partagent leur temps entre le journalisme et l’université, etc. De plus, les écoles de journalisme peuvent être considérées comme des espaces de négociation de l’ordre conventionnel du journalisme.

58Ces constats suggèrent l’existence d’un double mouvement de renouvellement entre le journalisme et l’université, assertion présente dans les réponses des étudiants en matière d’attentes par rapport à la formation (par exemple quand ils jugent important que l’université les socialise à la recherche ou produise de nouvelles connaissances). Par contre, les réponses ne permettent pas de décrire les enjeux qui expliquent ce processus de renouvellement. Il est aussi difficile de percevoir quelles innovations sont issues du milieu universitaire. En effet, ce genre de réponse est soumis à une investigation sur le long terme dans les deux espaces : journalisme et université.

Dernières considérations

59Ce travail s’est attaché à débattre des processus d’acquisition et de négociation de la culture journalistique dans les universités. Dans le cadre de cette recherche, nous avons centré l’analyse sur certains items d’un questionnaire appliqué à des étudiants de la Faculté de communication de l’Université de Brasília. Le choix de Brasília est attribuable à notre propre appartenance à cet espace en tant qu’enseignants-chercheurs, mais aussi au rôle de la ville comme l’un des principaux marchés du travail pour les journalistes au Brésil (avec Rio de Janeiro et São Paulo), particulièrement en ce qui touche le journalisme politique. Il serait intéressant de savoir dans quelle mesure la variable sociogéographique joue aussi dans les résultats, et dans quelle mesure il est possible de généraliser ces conclusions à d’autres villes ou d’autres espaces brésiliens.

60Nous sommes partis de l’hypothèse selon laquelle la sous-culture journalistique ne se restreint pas à la pratique dans les rédactions et que le processus d’intériorisation et de négociation des valeurs et des pratiques composant cette culture précède l’entrée sur le marché du travail. Dans ce sens, l’université est devenue un espace important pour le processus de socialisation des futurs journalistes, car elle transmet, critique, se réapproprie et transforme cette culture.

61Néanmoins, l’expérience dans les universités connaît des limites par rapport à la stabilité relative de l’idéologie professionnelle partagée par les journalistes (Deuze, 2005), ce qui tend à renforcer certaines pratiques courantes sur les lieux de travail. En même temps, la relation entre culture universitaire et culture professionnelle est traversée par d’autres dynamiques qui permettent de déconstruire la vision dichotomique entre les deux savoirs (humaniste et pratique).

62Certaines pistes suggèrent la nécessité d’une triangulation des données recueillies afin de produire un deuxième ordre d’explication de nos résultats. Par exemple, jusqu’à quel point l’interaction avec les professeurs de la Faculté de communication (plusieurs travaillent en tant qu’attachés de presse ou font des recherches sur le sujet) est-elle liée aux représentations qu’ont les étudiants de ce secteur? De plus, les relations avec le marché du travail local, avec les autres étudiants et avec la famille influencent-elles la manière dont les étudiants définissent l’identité du journaliste par rapport à l’attaché de presse? De telles interrogations nous permettent d’envisager le processus de négociation de la culture professionnelle dans les universités comme un phénomène plus complexe que ce qui ressort du discours sur la formation universitaire en tant qu’espace de préparation (ou non) au marché du travail.

63Ce travail présente ainsi certaines limites : il se base sur un nombre réduit de variables et ne constitue qu’un premier regard des chercheurs sur les résultats de la recherche menée sur le terrain. En dépit de cela, les résultats recueillis jusqu’à présent nous permettent de réévaluer certaines généralités et de reformuler certaines hypothèses sur le rapport entre la formation universitaire et la construction de l’identité professionnelle des journalistes brésiliens.

64Enfin, l’existence d’une équipe nationale de recherche, composée de chercheurs de diverses universités brésiliennes, a permis, grâce à son ampleur nationale, donc plus représentative, de mettre en évidence certains de nos résultats, de les mettre en contexte, et de pouvoir proposer une perspective plus générale.

65Finalement, retournons à Becker (2012) pour conclure que, « quelque soit la représentation de la réalité sociale (un film documentaire, une étude démographique, un roman réaliste) – elle est nécessairement partielle […] » (p. 31). Ce point de vue prend toute sa pertinence par rapport à ces premiers résultats de recherche, au contenu défendu et aux valeurs ayant émergé.

Haut de page

Bibliographie

Adghirni, Z. L.(1994). Rotinas produtivas do jornalismo em Brasília. O jornal da forma ao sentido, 15, 449-482.

Aguiar, L. A. (2007). Ensinar as práticas a partir da Teoria do Jornalismo: uma proposta pedagógica. Rebej, 1(2), 18.

Albuquerque, A. (2006). A obrigatoriedade do diploma e a identidade do jornalista no Brasil: um olhar pelas margens. Contracampo, 14, 71-91.

Bahia, J. (1990). Jornal, História e Técnica – as técnicas do jornalismo (4 édition). São Paulo, Brésil : Mauad.

Becker, H. S. (2012). Falando da sociedade. Ensaios sobre as diferentes maneiras de representar o social. Rio de Janeiro, Brésil : Jorge Zahar.

Becker, H. S. (1999). Propos sur l’art. Paris, France : L’Harmattan.

Delano, A. (2008). Different Horses, Different Courses. British Journalism Review, 19(4), 68-74.

Deuze, M. (2005). What is Journalism? Professional Identity and Ideology if Journalists Reconsidered. Journalism, 6(4), 442-464.

Deuze, M. et Marjoribanks, T. (2009). Newswork. Journalism Theory, Practice & Criticism, 10(5), 555-561.

Fidalgo, J. (2012). Jornalistas: um perfil socioprofissional em mudança. Comunicação e Sociedade, 4, 63-74.

Figaro, R. (2013) Perfis e discursos de jornalistas no mundo do trabalho. Dans R. Figaro (dir.), As mudanças no mundo do trabalho do jornalista (p. 7-143). São Paulo, Brésil : Atlas.

Frith, S. et Meech, P. (2007). Becoming a Journalist. Journalist Education and Journalism Culture. Journalism, 8(2), 137-163.

Guazina, L. (2011). Jornalismo em busca da credibilidade: a cobertura adversária do Jornal Nacional no Escândalo do Mensalão (Thèse de doctorat). Universidade de Brasília.

Hallin, D. (1997). Comercialidad y profesionalismo en los medios periodísticos estadounidenses. Cuadernos de Información y Comunicación, 3, 123-144.

Hime, G. V. V. C. (2005). Construindo a profissão de jornalista: Cásper Líbero e a criação da primeira escola de jornalismo do Brasil. Actes du Congresso Brasileiro de Ciências da Comunicação, Rio de Janeiro (Brésil). Repéré à http://www.portcom.intercom.org.br/pdfs/125406421967807345272755170441800930965.pdf

Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais (INEP) (2012). ENADE – 2012 – Relatório síntese: comunicação social. Repéré à http://download.inep.gov.br/educacao_superior/enade/relatorio_sintese/2012/2012_rel_comunicacao_social_jornalismo.pdf

Lage, N. (1982). Ideologia e técnica da notícia (2 édition). Petrópolis, Brésil : Vozes.

Le Cam F. et Ruellan, D. (2004). Profesionalisme, profesionnalisation et profession de journaliste au Brésil, en France et au Québec : un essai de comparaison. Dans J.-B. Legavre (dir.), La presse écrit e: objets délaissés (p. 53-69). Paris, France : L’Harmattan.

Le Cam, F. et Pereira, F. H. (2015). Understanding French and Brazilian Journalists Paths. A Comparative Study of Biographic Narratives from Online Journalists. Transnational Words of Power Journal, 1(1), 158-176.

Marques de Melo, J. (2004). Os primórdios do ensino de jornalismo. Estudos em Jornalismo e Mídia, 1(2), 73-83.

Marques de Melo, J. (2009). Journalistic Thinking: Brazil’s Modern Tradition. Journalism, 10(1), 9-27.

Marocco B. (2011, avril). Uma via alternativa de reflexão sobre as práticas jornalísticas. Communication présentée au 1er Colloque international Changements structurels dans le journalisme. Mejor, Brésil. Repéré à http://www.mejor.com.br/index.php/mejor2011/MEJOR2011/paper/view/25/10

Medina, C. (1988). Notícia: um produto à venda. Jornalismo na sociedade urbana e industrial (2e édition). São Paulo, Brésil : Summus editorial.

Meditsch, E. (2007). Novas e velhas tendências: os dilemas do ensino de jornalismo na sociedade da informação. Revista Brasileira de Ensino de Jornalismo, 1(1), 41-62.

Mellado, C. et Hanusch, F. (2012). Journalism students project. s.l.

Mellado, C., Hanusch, F., Humanes, M. L., Roses, S., Pereira, F. H., Yez, L., León, S., Márquez, M. et Subervi, F. (2013). The Pre-Socialization of Future Journalists An examination of journalism students’ professional views in seven countries. Journalism Studies, 14(6), 857-874.

Mick J. (2012, juin). A expansão do ensino de jornalismo no Brasil e a reconfiguração da categoria profissional (2000-2010). Communication présentée au 1st International Conference on Journalism Studies, Santiago, Chili.

Mick, J. et Lima, S. (2013). Perfil do jornalista brasileiro. Florianópolis, Brésil : Insular.

Ministério da Educação do Brasil. (2013). E-mec: Instituições de Educação Superior e Cursos Cadastrados. Base de dados do Ministério da Educação. Repéré à http://emec.mec.gov.br/

Müller, C. A. (2011). A crise estrutural dos jornais: uma exploração comparada sobre a situação nos EUA e no Brasil. Revista de Estudos e Pesquisas Sobre as Américas, 5, 80-109.

Nait-Bouda F. (2010). Le pigisme en apprentissage : les collectives de pigistes comme lieux d’apprentissage d’une identité para-journalistique. Les cahiers du journalisme, 21, 72-85.

Neveu, E. (1994). La société de communication et ses interprètes. Réseaux, 12(64), 9-27.

Pereira, F. H. (2011). Jornalistas intelectuais no Brasil. São Paulo, Brésil : Summus.

Pereira, F. H. (2012). Possibilidades de aplicação do conceito de carreiras profissionais nos estudos sobre jornalismo. Dans F. H. Pereira, D. O. Moura et Z. L. Adghirni (dir.), Jornalismo e Sociedade. Teorias e Metodologias (p. 81-98). Florianópolis, Brésil : Insular.

Pereira, F (2013). A Study on Brazilian Web Journalists’ Professional Careers. Communication and Society/Comunicación y Sociedad, 26(4), 127-151.

Ribeiro, J. C. (1994). Sempre alerta: condições e contradições do trabalho jornalístico. São Paulo, Brésil : Brasiliense.

Ruellan, D. (1993). Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français. Grenoble, France : Presses universitaires de Grenoble.

Ruellan D. (2004, juin). A roupa justa do jornalista: o estatuto profissional à prova da jurisprudência. Communication présentée au XII Encontro Anual da Associação Nacional de Programas de Pós Graduação em Comunicação, São Bernardo do Campo, Brésil.

Ruellan, D. (2011). Nous, journalistes. Déontologie et identité. Grenoble, France : Presses universitaires Grenoble.

Sant’anna, F. C. C. M. (2009). Mídia das fontes: um novo ator no cenário jornalístico brasileiro. Um olhar sobre a ação midiática do Senado Federal. Brasília, Brésil : Edições Técnicas do Senado Federal.

Soloski, J. (1993). O jornalismo e o profissionalismo: alguns constrangimentos no trabalho jornalístico. Dans N. Traquina (dir.), Jornalismo: questões, teorias e estórias (p. 91-100). Lisbonne, Portugal: Vega.

Zelizer, B. (1993). Journalists as Interpretative Communities. Critical Studies in Mass Communication, 10(3), 219-237.

Haut de page

Annexe

Tableau 1 – Résultat de l’évaluation des sujets interrogés sur les activités développées dans la formation en journalisme de l’UnB

Tableau 1 – Résultat de l’évaluation des sujets interrogés sur les activités développées dans la formation en journalisme de l’UnB

Tableau 2 – Niveau d’accord des sujets interrogés avec certaines valeurs et par rapport au statut du journaliste dans l’exercice des différentes activités professionnelles

Tableau 2 – Niveau d’accord des sujets interrogés avec certaines valeurs et par rapport au statut du journaliste dans l’exercice des différentes activités professionnelles
Haut de page

Notes

1 Ont également participé à la recherche et à la rédaction de cet article les étudiantes en communication de l’Université de Brasília Amanda Bittar et Patrícia Antunes Travassos.

2 La formation supérieure était interdite au Brésil jusqu’à 1808 quand, à l’occasion de l’arrivée de la famille royale portugaise, se sont créées les premières écoles supérieures. La première université du Brésil est créée en 1911, à partir du rassemblent d’écoles et de facultés déjà existantes. C’est seulement en 1934, avec la création de l’Université de São Paulo, qu’un projet d’université est vraiment mis en place.

3 L’augmentation du nombre de cursus universitaires ne peut pas simplement être attribuée à l’obligation d’obtention du diplôme. D’autres éléments conjoncturels entrent en ligne de compte : les politiques d’incitation à l’enseignement supérieur privé, la croissance du secteur et l’émergence, à partir des années 1990, du mouvement de valorisation des professionnels de la communication dans la société. Voir Neveu (1994) et Ruellan (2011).

4 Il existe une possibilité de rétablissement du caractère obligatoire du diplôme pour pouvoir exercer la profession. Le 30 novembre 2010, le Sénat fédéral a approuvé la proposition d’amendement constitutionnel (PEC) 33/2011, qui prévoit le retour de l’exigence du diplôme universitaire pour l’exercice professionnel du journalisme. Cette proposition d’amendement constitutionnel doit encore être approuvée par la Chambre des députés.

5 Ce professionnalisme renvoie à « la représentation qu’un groupe donne de (et à) lui même, et celle-ci est en partie en creux, dans la stigmatisation de ce qui n’est pas » (Le Cam et Ruellan, 2004, p. 55).

6 Ces activités sont les suivantes : a) rédaction, condensation, titrage, interprétation, correction ou coordination de l’article à diffuser, avec ou sans commentaires; b) commentaire ou chronique, à la radio à la télévision; c) interview, enquête ou reportage, écrit ou parlé; d) planification, organisation, direction et réalisation éventuelle de services journalistiques techniques, tels que l’archivage, l’illustration ou la distribution graphique de l’article à diffuser; e) planification, organisation et administration technique des services décrits dans l’alinéa « a »; f) enseignement de techniques journalistiques; g) recueil de nouvelles ou d’informations et leur adéquation pour la diffusion; h) révision des originaux de l’article journalistique, en vue d’une correction rédactionnelle et d’une adéquation du langage; i) organisation et conservation des archives journalistiques et recherche sur les données respectives pour l’élaboration d’informations; j) exécution de distribution graphique du texte, de la photographie ou de l’illustration à caractère journalistique pour la diffusion; l) réalisation de dessins artistiques ou techniques à caractère journalistique.

7 Le différence dans le nombre des journalistes s’explique par les méthodologies utilisées dans les deux enquêtes : le ministère du Travail utilise les rapports annuels des entreprises et des institutions publiques qui informent la composition de leur cadres et ceux qui ont été engagés comme des « journalistes ». Mick et Lima (2013) préfèrent travailler avec une estimation basée sur le nombre de cartes professionnelles attribuées par les syndicats des journalistes entre 1980 et 2010.

8 À titre d’exemple, Guazina (2011) part d’une analyse de la couverture politique au Brésil pour expliquer que les rapports entre hommes politiques et journalistes se définissent à partir de relations d’interdépendances : les journalistes ont besoin de sources et estiment que la politique est un thème important pour le public du journal; quant aux politiciens, ils dépendent des médias pour être connus. Ces relations expliquent comment la culture politique et la sous-culture journalistique vont se rejoindre dans la couverture des scandales politiques plutôt basée sur la notion de « méfiance ».

9 Voir l’analyse d’Aguiar (2008) sur l’enseignement du journalisme au Brésil et son rôle comme instance de « construction sociale de la réalité ». Sur ce sujet a aussi été organisée en 2015, par Florence Le Cam et Fábio Pereira, une journée d’étude, « Réinterroger nos normes de chercheurs », qui cherchait justement à analyser la circulation des discours professionnels et normatifs dans les milieux académiques du journalisme au Brésil, au Québec et en Europe.

10 Au Brésil, il faut compter la participation des institutions suivantes : Université de Brasília (UnB), Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ), Université fédérale du Pampa (Unipampa), Université fédérale du Rio Grande do Norte (UFRN), Université Tuiuti du Paraná (UTP) et Facultés intégrées Alcântara Machado (FIAM).

11 Pour accéder aux résultats de la recherche transnationale, voir Mellado et. al (2013).

12 Le questionnaire a été appliqué par les étudiants suivants : Amanda Bittar, Henrique Antonio Cavalheiro Rodrigues, Lívea Maria Chefer Carreira, Nayane Patrícia de Oliveira Lima, Patrícia Antunes Travassos, Paula Bittar et Raphael Sandes de Oliveira.

13 Question 13 : « Cette liste contient plusieurs activités que les écoles de journalisme font ou cherchent à faire. À votre avis, quelle est l’importance de chacune d’entre elles ? »

14 Question 21 : « Indiquez dans quelle mesure vous êtes d’accord avec les informations suivantes ».

15 Voir la loi Decreto-leiI nº 972, de 17 de outubro de 1969 (http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/decreto-lei/Del0972.htm).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Résultat de l’évaluation des sujets interrogés sur les activités développées dans la formation en journalisme de l’UnB13
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1818/img-1.png
Fichier image/png, 111k
Titre Tableau 2 – Niveau d’accord des sujets interrogés avec certaines valeurs et par rapport au statut du journaliste dans l’exercice des différentes activités professionnelles14
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1818/img-2.png
Fichier image/png, 145k
Titre Tableau 1 – Résultat de l’évaluation des sujets interrogés sur les activités développées dans la formation en journalisme de l’UnB
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1818/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Tableau 2 – Niveau d’accord des sujets interrogés avec certaines valeurs et par rapport au statut du journaliste dans l’exercice des différentes activités professionnelles
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1818/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fábio Henrique Pereira, Janara Sousa et Dione Oliveira Moura, « Formation universitaire et culture professionnelle au Brésil : comment les étudiants en journalisme de l’Université de Brasília se représentent la formation reçue et le marché du travail », Communiquer, 14 | -1, 81-100.

Référence électronique

Fábio Henrique Pereira, Janara Sousa et Dione Oliveira Moura, « Formation universitaire et culture professionnelle au Brésil : comment les étudiants en journalisme de l’Université de Brasília se représentent la formation reçue et le marché du travail », Communiquer [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 09 octobre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1818 ; DOI : 10.4000/communiquer.1818

Haut de page

Auteurs

Fábio Henrique Pereira

Professeur, Faculté de communication, Université de Brasília, Brésil

Janara Sousa

Professeure, Faculté de communication, Université de Brasília, Brésil

Dione Oliveira Moura

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org