Navigation – Plan du site

Perspectives en communication (02)

Entre agendas de recherche et mises en pratique
Perspectives in Communication (02)
Benoit Cordelier, Maude Bonenfant, Martin Lussier et Florence Millerand
p. 1-4

Texte intégral

1L’existence de la communication en tant que champ distinct avec une identité claire reste très discutée (Craig, 2009a; Sfez, 2001). Même la notion d’interdisciplinarité, qui est au fondement de notre domaine/discipline, est évolutive (Sfez, 2001), et les tentatives de cartographie sont rarement reprises (Craig, 2009b). Nous pourrions même ajouter que les chercheurs et chercheuses en communication sont encore naturellement amenés à partager leurs objets avec d’autres disciplines (Bouillon, Bourdin et Loneux, 2007; Carayol et Gramaccia, 2006; Proulx, 2012; Sfez, 1992). Si nous pouvons donc nous demander si nous sommes à même d’imposer nos propres objets, nous pouvons quand même avoir la certitude que nous apportons en fait une perspective différente sur des objets établis. La communication est un préfixe flexible qui à la fois oriente le regard du chercheur et réflexivement prend la forme la plus adéquate pour offrir une nouvelle capacité heuristique. Est-ce pour cela que nous avons encore besoin de nous définir et de regarder le chemin parcouru et celui qui nous rejoint pour être capable de nous (ré)orienter?

  • 1 Ce courant a été évoqué dans le cadre de l’entrevue de Ghislain Thibault avec Wolfgang Ernst : Thib (...)

2Ghislain Thibault et Dominique Trudel reprennent l’idée que nous avons du mal à partager une histoire qui nous réunirait. Ils nous rappellent que les chercheurs des premiers programmes ont plutôt eu tendance à développer une recherche en communication à partir de leurs disciplines d’origine. Cela n’est pas sans compliquer l’élaboration d’une histoire qui finissait par être subordonnée à celle d’un autre champ, voire arrêtée (dans le cas des études empiriques des médias de masse) au profit de la production « d’une longue série de recherches a-historiques » (p. 6). Ils signalent toutefois deux projets qui viennent contrarier cette tendance : le développement d’une nouvelle histoire (Park et Pooley, 2008; Pooley, 2008) et d’un courant émergent identifié comme étant une archéologie médiatique1. Ghislain Thibault et Dominique Trudel, par leur regard critique sur ces courants, nous permettent à la fois de mettre ce développement en perspective et de développer une réflexion sur la relation entre communication et historiographie.

3François Yelle contribue à sa manière, dans ce travail de retour sur notre domaine/discipline, en s’attardant sur la littérature réflexive portant sur la communication médiatique québécoise, qu’il définit comme « un genre aux contours imprécis, mais particularisé par un intérêt envers un champ d’études scientifiques […] et qui fait de ce champ d’études l’objet premier de sa réflexion » (p. 26). Il s’intéresse dès lors aux liens entre la production de la connaissance scientifique et le contexte dans lequel elle s’est développée. S’il a choisi de s’attarder sur la période qui s’étale entre 1983 et 1989, c’est qu’il la considère comme une époque dynamique pour les questions « épistémo-politiques » et cruciale pour la maturité de la discipline au Québec. Ses analyses l’amènent à identifier deux thèmes majeurs dans la littérature de l’époque : la place du contrôle étatique sur la recherche en communication au Québec et l’importance du contexte culturel dans la spécificité de la production scientifique locale. La question de l’identité, canadienne ou québécoise, apparaît essentielle. Il est d’ailleurs fascinant de constater le poids plus important de la langue par rapport à la géographie, les chercheurs anglophones québécois se rattachant davantage à la scène nationale.

4Normand Landry et Joëlle Basque s’intéressent à l’éducation aux médias, qu’ils nous présentent à la fois comme objet et comme champ d’études en effervescence. Ils cherchent à mettre en avant la pensée critique qui y est, pour eux, très présente, ainsi que la notion de littératie médiatique. Celle-ci renvoie à des compétences et des savoirs qui permettent de prendre de la distance et d’analyser des textes médiatiques. Pourtant, ce qui constitue l’ensemble de ces compétences reste encore en débat pour des raisons pédagogiques, politiques et sociales. C’est, selon les auteurs, une période de transition dont les enjeux se situent autant dans l’application pédagogique des recherches que dans le développement théorique, tous deux affectés par des transformations technologiques et sociales extrêmement rapides.

5Christian Agbobli nous montre l’évolution de la production des théories communicationnelles confrontées aux mutations du siècle. Il nous explique que la communication internationale, après avoir établi à partir de la Seconde Guerre mondiale une tradition tournée vers des problématiques de développement, se trouve aujourd’hui éclatée entre plusieurs objets (couverture médiatique, technologies de l’information et de la communication, diversité culturelle, etc.) rapportés à différentes zones géographiques. Cette richesse en vient, en même temps, à mettre en cause l’unité. Agbobli propose alors trois axes de travail pour tenter d’y remédier, avant de suggérer que la recherche qui en découle devrait, elle aussi, être actionnable tout en restant à distance « de toute contingence économique ou politique et de toute considération idéologique » (p. 81).

6Richard Awono illustre à son tour la difficulté que nous semblons avoir à méta-théoriser nos domaines d’étude. Il nous explique que le champ plus particulier qui l’intéresse, celui de la communication territoriale, est, selon lui, peu investi de manière réflexive alors qu’il est plutôt riche. Cette lacune serait à l’origine de la faible stabilisation théorique de la communication territoriale. Il propose donc, à partir d’une étude sociohistorique, de mettre en évidence les raisons de l’éclatement lexical et donc conceptuel du domaine, puis de revoir les processus d’institutionnalisation en France et au Québec et enfin dans la tradition anglo-saxonne. Il retient, en suivant Gramaccia (2009, p. 267), que « le projet de communication […] a pour objectif de transformer l’information en savoir au service de l’action publique » (p. 101). Nous pourrions ainsi croire que cette proposition pourrait s’appliquer au domaine de la communication dont le renouvellement pourrait passer par une transformation lexicale au profit d’une science actionnable. Il remarque que cette capacité d’agir (et donc de penser le domaine) est fortement marquée par le développement du numérique, qui transforme les géographies et les politiques.

7Stéphanie Yates défend la réflexion théorique développée en relations publiques en la liant aux mouvements de gouvernance participative, en particulier autour de l’approche dialogique développée par James Grünig et de la théorie de la fully fucntionning society de Robert Heath. Les relations publiques exercent alors une fonction conciliatrice visant une meilleure compréhension des points de vue des parties prenantes. Loin de l’image sombre et manipulatrice que l’on colle aux relations publiques, la perspective défendue par Yates contribue à des relations harmonieuses et démocratiques entre les acteurs de la société. Pourtant, il semble qu’il sera difficile d’échapper à ce stigmate en raison d’un écart important entre une pratique encore proche du modèle diffusionniste, autrement dit ne s’inscrivant pas encore dans le modèle participatif et la recherche. Pour y parvenir, Stéphanie Yates insiste sur la nécessité de développer des perspectives sociocentrées mettant le relationniste en position de médiateur, de facilitateur.

8Nicolas Bencherki, enfin, s’interroge sur la manière d’investir la thématique des émotions en communication organisationnelle. Il s’en sert afin de tenter d’échapper à la centralité de la question de l’action pour penser la dimension organisationnelle de la communication. Il repense, en suivant Simondon, la relation entre individu et collectif, et propose d’appréhender la communication comme une propagation de l’action. La communication fait certes circuler de l’information, des idées, mais elle génère également de l’action, action dont le sens s’élabore en parallèle dans un processus d’individuation. Ce processus sert non seulement à développer les approches des sciences humaines et sociales, qui pensent de manière élargie ce que peuvent être les « acteurs sociaux » – c’est-à-dire en ne les cantonnant pas aux seuls êtres humains ou organisationnels –, mais en les pensant de manière plus originale, comme « le résultat de processus sociaux coextensifs de [leur] constitution » (p. 137). À travers l’analyse d’un documentaire, il s’appuie sur la place des émotions pour faire ressortir cette dimension processuelle, non plus de l’action, mais des individus agissants.

9Les auteurs constatent ici la diversité, nous serions même tentés de dire l’hétérogénéité, du domaine des communications et s’interrogent sur les moyens de l’unifier. Mais la portée de leurs recherches amène, en même temps, à s’interroger sur le réalisme de ce vœu. Cette réflexion autour de notre inter-discipline a encore de beaux jours devant elle.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bouillon, J.-L., Bourdin, S. et Loneux, C. (2007). De la communication organisationnelle aux « approches communicationnelles » des organisations : glissement paradigmatique et migrations conceptuelles. Communication et Organisation, (31), 7-25.

Carayol, V. et Gramaccia, G. (2006). Modèles et modélisations, pour quels usages. Communication et Organisation, (30), 7-10.

Craig, R. T. (2009a). La communication en tant que champ d’études. Communiquer. Revue de Communication sociale et publique, (1), 1-42. Repéré à https://communiquer.revues.org/274

Craig, R. T. (2009b). Réflexions sur « la communication en tant que champ d’études ». Communiquer. Revue de communication sociale et publique, (2), 1-6. Repéré à https://communiquer.revues.org/346

Park, D. W. et Pooley, J. (2008). The History of Media and Communication Research: Contested Memories. New York, NY : Peter Lang.

Pooley, J. (2008). The New History of Mass Communication Research. Dans D. W. Park et J. Pooley (dir.), The History of Media and Communication Research: Contested Memories (p. 43-69), New York, NY : Peter Lang.

Proulx, S. (2012). La sociologie de la communication au prisme des études sur la science et la technologie. Dans S. Proulx et A. Klein (dir.), Connexions : communication numérique et lien social (p. 17-37), Namur, Belgique : Presses universitaires de Namur.

Sfez, L. (1992). Critique de la communication. Paris, France : Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Sfez, L. (2001). Interdisciplinarité et communication. Cahiers internationaux de sociologie, 2(111), 341-349.
DOI : 10.3917/cis.111.0341

Haut de page

Notes

1 Ce courant a été évoqué dans le cadre de l’entrevue de Ghislain Thibault avec Wolfgang Ernst : Thibault, G. et Ernst, W. (2015) Ce que nous appelions « l’histoire des médias » : l’exercice de l’archéologie médiatique. Entretien avec Wolfgang Ernst, réalisé par Ghislain Thibault. Communiquer. Revue de communication sociale et publique, (13), 91-106. Repéré à https://communiquer.revues.org/1550

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoit Cordelier, Maude Bonenfant, Martin Lussier et Florence Millerand, « Perspectives en communication (02) », Communiquer, 15 | -1, 1-4.

Référence électronique

Benoit Cordelier, Maude Bonenfant, Martin Lussier et Florence Millerand, « Perspectives en communication (02) », Communiquer [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://communiquer.revues.org/1772

Haut de page

Auteurs

Benoit Cordelier

Directeur éditorial et professeur, Département de communication sociale et publique, UQAM

Articles du même auteur

Maude Bonenfant

Professeure, Département de communication sociale et publique, UQAM

Articles du même auteur

Martin Lussier

Professeur, Département de communication sociale et publique, UQAM

Articles du même auteur

Florence Millerand

Professeure, Département de communication sociale et publique, UQAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org