Navigation – Plan du site
Archives

Animation et gestion des communautés en ligne :
quelles rationalisations du social ?

Proposition de dossier coordonné par
Olivier Galibert, Université de Bourgogne, France
Benoit Cordelier, Université du Québec à Montréal, Canada

Présentation

L’étude de la socialisation électronique occupe une bonne partie des recherches en Communication. Depuis les premiers travaux de Josiane Jouët dans les années 80 (Jouët, 1989), jusqu’au développement plus récent questionnant la force des liens numériques (Casilli, 2010) ou les rapports de domination issues de ces formes de vivre ensemble en ligne (Granjon, 2012), notre communauté scientifique essaie de cerner au mieux la nature de ce lien, souvent teintée d’un imaginaire mythologique imprégnant des discours d’accompagnement dont la qualité performative fait l’objet de nombreuses réflexions critiques (Bouquillion & Matthews, 2010; Flichy, 2001; Galibert, 2013).

L’avènement des Réseaux Sociaux Numériques et la massification du Web Social ont tendance à faire disparaître pour partie la question « communautaire » au profit des catégories de « réseau social », « média social ». Pourtant, cette problématique a nourri nombre de travaux permettant d’avancer dans la compréhension des normes et des formes de la socialisation électronique (Cordelier & Turcin, 2005; Cordelier, 2015; Galibert, Lépine, & Pélissier, 2012; Heaton, Proulx, & Garcia, 2014; Klein & Proulx, 2012; Papacharissi, 2011). Le champ d’analyse de la dimension communautaire des formes de socialisation en ligne semble aujourd’hui majoritairement occupé par des approches fonctionnalistes et gestionnaires. Cet état de fait, s’il nous apparaît significatif d’une généralisation de l’instrumentalisation marketing et marchande du lien communautaire en ligne, doit nous encourager encore davantage à proposer une approche communicationnelle critique du Community Management : figure en cours d’institutionnalisation au service de cette instrumentalisation.

La propagation de la figure du Community Management se fait sur plusieurs niveaux et en plusieurs étapes. La définition des nouveaux métiers de la communication en ligne et en particulier ceux liés à l’animation des communautés en ligne est révélatrice des tensions qui existent entre socialisations et impératifs gestionnaires. Nous observons tout d’abord la poursuite de la diffusion du Community Management dans les organisations lucratives via l’élargissement d’une instrumentalisation marketing qui s’appuie sur une récupération des politiques d’innovation collective (crowdsourcing, user generated content) aussi bien hors comme dans l’organisation (Carmes & Galibert, 2009) à travers des discours managériaux récents qui jouent sur une dialogique individualiste et collective (management par objectifs, autonomie des collaborateurs, production collective d’expertises, gestion collective des connaissances et organisation apprenante).

L’avènement du Web 2.0 ou Web social, de par la massification des usages et des discours qui l’accompagnent (O’Reilly, 2007), agit comme une injonction faite à toutes les organisations et les institutions à se doter d’une stratégie de communication 2.0. Emboîtant le pas aux organisations du secteur privé, les administrations, les associations non-lucratives, les établissements publics créent de pages Facebook qui nécessitent un suivi et une animation que seul un Community Manager serait en mesure d’assurer. Ainsi, la grande majorité des organisations et des institutions s’emparent des préceptes et des problématiques stratégiques et opérationnelles du Community Management. Elles le font dans le but de gérer au mieux leur image, la relation avec leurs usagers, consommateurs ou adhérents, actualiser leur culture organisationnelle ou trouver de nouvelles modalités de coordination de l’action.

Nous souhaitons, à travers ce dossier, proposer un panorama des enjeux normalisant du Commmunity Management sur les formes et les normes du lien communautaire en ligne et, plus généralement, sur toutes les formes actuelles de la socialisation électronique. Les propositions attendues pourront concerner, de manière non-exhaustive :

  • les formes de réification ou d’émancipation induites par les effets des politiques de community management ;

  • l’analyse de la propagation du community management et ses conséquences normalisantes sur la communication des organisations (entreprise, services publics, institutions, monde associatif) ;

  • les enjeux communicationnels de la diffusion des politiques de community management aux activités dites de bien commun (santé, environnement, éducation, etc.) ;

  • les enjeux de la professionnalisation du community management (structuration de la formation, certification et diplômes de l’enseignement supérieur, apparition de groupes professionnels, etc.).

Directives

Les articles complets seront soumis à travers l’adresse indiquée ci-après de Communiquer, Revue de communication sociale et publique en sélectionnant le dossier « Article – Sur appel »
http://communiquer.revues.org/1275

Les consignes de mise en forme de l’article sont consultables sur la page : http://communiquer.revues.org/1276

Dates importantes (calendrier prévisionnel)

Soumission des articles complets : 15 janvier 2016

Évaluation et corrections : 1er trimestre 2016

Retour des articles corrigés : 31 mai 2016

Publication : 4e trimestre 2016

Références citées

Bouquillion, P., & Matthews, J. T. (2010). Le web collaboratif: mutations des industries de la culture et de la communication. Grenoble: Presses universitaires de Grenoble.

Carmes, M., & Galibert, O. (2009). L’enchevêtrement des territoires numériques inter-intranet. Communication & Organisation, 36(2), 190–220.

Casilli, A. A. (2010). Les liaisons numériques: vers une nouvelle sociabilité. Paris: Seuil.

Cordelier, B. (2015). Consommation et identité en ligne: éléments d’une grammaire de la recommandation. In M. Bonenfant & C. Perraton (Eds.), Identité et multiplicité en ligne (pp. 159–178). Quebec: Presses de l’Université du Québec.

Cordelier, B., & Turcin, K. (2005). Utilisations du lien social sur l’Internet comme élément fidélisant à une marque. Les exemples de Coca-Cola et d’ESP. Communication & Organisation, (27), 45–56.

Flichy, P. (2001). L’imaginaire d’Internet. Paris: Découverte.

Galibert, O. (2013). L’injonction participative au débat environnemental en ligne: imaginaires d’Internet, démocratie environnementale et communication engageante. Les Enjeux De L’information Et De La Communication, (1), 35–49.

Galibert, O., Lépine, V., & Pélissier, C. (2012). Convergence des logiques sociales de la collaboration et des communautés en ligne. In B. Miège & D. Vinck (Eds.), Les masques de la convergence: enquêtes sur sciences, industries et aménagements (pp. 197–222). Paris: Archives contemporaines.

Heaton, L., Proulx, S., & Garcia, J. L. (2014). La contribution en ligne: pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel. Québec (Québec): Presses de l’Université du Québec.

Jouët, J. (1989). Une communauté télématique : les axiens. Réseaux, 7(38), 49–66. http://doi.org/10.3406/reso.1989.1345

Klein, A., & Proulx, S. (2012). Connexions: communication numérique et lien social. Namur, Belgique: Presses universitaires de Namur.

O’Reilly, T. (2007). What is Web 2.0: Design patterns and business models for the next generation of software. Communications & Strategies, (1), 17.

Papacharissi, Z. (2011). A networked self: identity, community and culture on social network sites. New York: Routledge.

  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org