Navigation – Plan du site

1983 à 1989 : sept ans de réflexion sur l’état et l’histoire de la recherche en communication au Québec

1983 to 1989: Seven Years of Reflection on the State and History of Research in Communication Studies in Quebec
François Yelle
p. 25-45

Résumés

Que raconte la littérature réflexive des années quatre-vingt sur les recherches universitaires québécoises en communication médiatique? Telle est la question de recherche de cet article, lequel propose une analyse de la littérature réflexive définie comme un genre qui fait de son propre champ d’études – ici, la communication – l’objet de sa réflexion. Mobilisé par une préoccupation envers les interrelations qui se déploient entre la production des connaissances scientifiques et l’environnement contextuel de cette production, cet article dégage et explore l’une des deux thématiques principales qui traversent la littérature réflexive des années quatre-vingt en communication : celle de son identité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À titre d’exemple, cette citation commune de Dumont et Falardeau : « Il faudra bien un jour écrire (...)

1Depuis les débuts de son institutionnalisation universitaire, la recherche québécoise en sciences sociales et humaines a fréquemment pris le temps de se questionner sur le chemin qu’elle avait parcouru et celui qui se pointait à l’horizon. Comme l’ont écrit à quelques occasions Jean-Charles Falardeau (1964, 1974) et Fernand Dumont (1960, 1961)1, la recherche québécoise en sciences sociales témoigne d’une préoccupation particulière pour son évolution et son avenir, deux aspects intimement liés au devenir de la société québécoise. Le présent article prétend s’inscrire dans cette trajectoire.

  • 2 Cette analyse est un retour sur le matériau ayant servi à la réalisation de notre thèse de doctorat (...)

2Nous portons ici notre attention sur un segment bien délimité et restreint de la littérature réflexive dont l’objet est la recherche universitaire québécoise en communication médiatique, de 1983 à 1989. Plus simplement, nous nous sommes concentré sur les différentes interprétations formulées par les universitaires québécois en communication, sur l’état, l’histoire et l’avenir de leur domaine de recherche2.

  • 3 La liste des auteurs serait trop longue, contentons-nous ici de quelques classiques : Robinson et T (...)
  • 4 Même chose ici, la liste serait interminable, alors voici quelques références connues : Carey (1975 (...)

3L’expression « littérature réflexive » réfère à un genre aux contours imprécis, mais particularisé par un intérêt envers un champ d’études scientifiques – ici, les études en communication médiatique – et qui fait de ce champ d’études l’objet premier de sa réflexion. L’étude de cette littérature nous a conduit à classer les textes réflexifs selon deux branches : la « pratique évaluative de l’état des lieux » et l’historiographie. Quant aux études en communication médiatique, elles sont définies comme un domaine des études en communication, au même titre, par exemple, que sont les domaines de la communication organisationnelle ou de la communication interpersonnelle. Toutefois, hormis quelques exceptions (dont Taylor, 2002), la littérature réflexive québécoise et canadienne a toujours porté sur les études en communication médiatique3 et participé à la tendance qui mobilise plusieurs chercheuses et chercheurs dans la plupart des pays où les études en communication sont institutionnalisées4, à savoir : quelles sont les particularités, les tensions, les contradictions qui traversent le vaste champ des études en communication en Occident, l’objectif étant d’en offrir une interprétation critique, historique et épistémologique.

4Comme plusieurs autres chercheuses et chercheurs intéressés par l’évolution de la recherche, nous affichons une préoccupation pour les interrelations qui se déploient entre la production des connaissances scientifiques et l’environnement contextuel de cette production (Barnes et Edge, 1982; Fourez, 1996; pour les études en communication : Glander, 2000). Il s’agit également d’une des thématiques que nous avons dégagées du corpus étudié dans le présent article : les savoirs sont considérés comme indissociables des environnements qui participent à leur production. Loin d’être une mise en abyme, nous avons simplement observé et reconnu dans la décennie des années quatre-vingt la popularité croissante de la prise en compte des dimensions sociocontextuelles inhérentes à la production des connaissances, une préoccupation qui nous anime personnellement depuis les années quatre-vingt-dix.

5Le présent article souhaite faire remonter à la surface de la mémoire collective du champ québécois des études en communication une période qui, en rétrospective, dévoile un intérêt soutenu envers les questions « épistémo-politiques » (Attallah, 1983) et envers son histoire; en fait, se dégage de cette littérature réflexive un véritable « travail sur soi », à la fois épistémologique et identitaire. À cet égard, la période des années quatre-vingt, plus précisément celle allant de 1983 à 1989, a été cruciale dans le passage à la maturité disciplinaire des études en communication au Québec : s’y sont effectuées les discussions réflexives les plus nombreuses et intéressantes à être publiées, tout en étant également la période qui témoigne du succès de leur institutionnalisation.

  • 5 La distinction francophone/anglophone est importante. Nous rappelons que nous distinguons les Québé (...)

6Ajoutons que les textes réflexifs des années 1983 à 1989 offrent les premières discussions sur le champ des études en communication qu’entreprennent ensemble les chercheuses et chercheurs québécois et canadiens, francophones et anglophones5. Sur ce point, nous pouvons affirmer que la création de l’Association canadienne de communication (ACC) en 1979 a favorisé à la fois la rencontre des chercheuses et chercheurs en communication d’un océan à l’autre et le développement d’une littérature réflexive au Québec.

7Notre analyse se penche ainsi sur une série d’énoncés qui révèlent l’existence d’un questionnement sur l’identité de la recherche en communication au Québec, mais aussi au Canada. De l’ensemble de ces énoncés est dégagée la thématique principale que nous avons cernée dans la littérature réflexive québécoise et canadienne, francophone et anglophone, de cette période, soit celle des enjeux épistémologiques et ontologiques. Les efforts investis dans l’examen identitaire du champ des études en communication au Québec (et au Canada) sont ici observés par l’attention accordée à l’époque aux notions de théorie, de contexte, de culture et de crise de la représentation.

La délimitation du corpus de textes

8La sélection du répertoire des textes québécois à analyser a été effectuée à partir d’une liste récapitulative – que nous avons confectionnée dans le cadre de notre thèse de doctorat (Yelle, 2004) – des textes québécois en communication médiatique publiés entre 1970 et 2002, laquelle proposait l’énumération la plus complète possible des textes québécois pouvant être associés à une réflexion historique, sociologie, épistémologique, administrative ou politique, portant sur la recherche universitaire en communication médiatique au Québec. La sélection du répertoire à analyser est devenue essentiellement une opération d’élagage des titres répertoriés sur cette liste. Le critère qui a servi à déterminer si le texte (article, chapitre de livre, compte-rendu de lecture, livre, etc.) était québécois était le suivant : l’auteur devait habiter la province de Québec, ou être professeur ou étudiant au doctorat d’une de ses universités lorsque son texte était mis en circulation. Considérant que le nom de l’institution à laquelle un chercheur est attaché est habituellement inscrit sous son propre nom, il a été simple d’identifier à quelle province étaient associés les textes et leurs auteurs.

9Nous avons ensuite retranché les ouvrages généraux et pédagogiques, habituellement des livres, sauf s’ils contenaient des chapitres pouvant être considérés comme « réflexifs », telle la proposition d’une histoire de la recherche en communication au Québec (par exemple le chapitre 15 dans Laramée et Vallée (1991)). Ce dépouillement des textes nous a obligé à clarifier le « volume réflexif » du texte, à savoir l’espace matériel et l’espace thématique occupés par le discours réflexif dans le texte, surtout que les textes dits « réflexifs » ne portent pas toujours un écriteau annonçant leur teneur. À terme, une liste de 59 documents associés à la littérature réflexive en communication médiatique au Québec a été établie.

10De ces 59 documents, nous ne discutons que des 19 textes québécois sélectionnés pour la période allant de 1983 à 1989. Huit de ces textes méritent une lecture très attentive, car ils constituent des documents importants à notre compréhension des enjeux qui traversaient alors le champ québécois des études en communication.

La périodisation

11Par périodisation, nous référons aux différents découpages temporels de l’évolution ou de l’histoire, tel qu’il est fréquent de l’observer en historiographie. Étant donné que la littérature réflexive québécoise en communication propose déjà plusieurs périodisations, nous nous sommes inspiré de celles-ci, pour ensuite proposer une périodisation applicable à l’évolution bien précise de la littérature réflexive en communication. Nous reconnaissons que « périodiser » peut constituer en soi une façon de postuler une possible cohérence dans le chaos, mais comme le dit Maier (2000), la périodisation constitue plus un effort visant plus à interpréter qu’à expliquer, et la limite de cet exercice se situe surtout, pour le chercheur, dans le risque d’écarter « evidence as much as to gather it » (p. 810).

12De l’ensemble des documents québécois francophones qui offrent une périodisation des études en communication au Québec, mais aussi au Canada, la plupart réfèrent au découpage suggéré par Lacroix et Lévesque dans leur premier article de 1985 au titre évocateur : « L’émergence et l’institutionnalisation de la recherche en communication au Québec ». Toutefois, le découpage proposé par Lacroix et Lévesque ne réfère qu’à une partie de l’histoire de la recherche universitaire québécoise, soit du début des années soixante-dix jusqu’à l’année 1984 : trente ans se sont écoulés depuis, autant dire trois fois la durée qui sépare la fondation du Département de communication de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en 1974 et l’enquête de Lacroix et Lévesque (1984).

13Confronté à l’absence d’une périodisation permettant de structurer l’analyse du corpus en différentes sections temporelles, nous en avons proposé une. Il est primordial de bien comprendre que cette périodisation fait référence à la littérature réflexive en communication médiatique, et non à l’ensemble de la recherche universitaire québécoise en communication médiatique. Par ailleurs, cette périodisation délimite trois temps, dégagés à partir d’une lecture attentive des textes du corpus et d’une prise en considération des différentes dimensions contextuelles de l’évolution québécoise et canadienne.

  • 6 Des cinq articles de ce numéro, les articles de Theall (1981b), Tremblay (1981b) et Beattie (1981) (...)
  • 7 Ce livre de 300 pages contient un total de 18 chapitres, dont six en français.

141971-1982. La première période commence en 1971 avec un texte de Line Ross qui constitue le tout premier regard critique sur la recherche québécoise en communication médiatique. Il s’agit d’une époque où tout était à faire et pendant laquelle plusieurs choses ont d’ailleurs été construites, même si seulement neuf des 59 documents à l’étude y ont été publiés, de même que d’une époque où la « filière canadienne » (Heyer, 1983) côtoie la théorie systémique et que l’implication dans les groupes communautaires est parallèle à la poursuite des contrats gouvernementaux. À l’échelle canadienne, le Conseil des sciences du Canada réagit face à la révélation sociale de la bureautique et de la robotique en publiant Préparons la société informatisée : demain, il sera trop tard (1982). On le constate, la question technologique devient publique et l’avenir semble préoccupant. Au cours de cette période sont fondés le Graduate Communication Program à McGill, le programme de maîtrise à l’Université de Montréal et des programmes de premier cycle et de baccalauréat à l’Université Laval et à l’UQAM. Cette décennie culmine en 1981 avec deux publications importantes : un numéro du Canadian Journal of Communication composé de communications présentées lors du premier congrès de l’ACC-CCA à Halifax (mai 1981)6 et le livre dirigé par la professeure Liora Salter, intitulé Communication Studies in Canada – Études canadiennes en communication7, dont la préface est rédigée par le premier président de l’ACC-CCA, Gaétan Tremblay, lequel conclu son texte ainsi :

La science des communications existe. Il lui manque encore une histoire et une épistémologie. Ce n’est qu’au prix d’une explication critique de ses postulats, de sa démarche, de ses enracinements socioculturels qu’elle saura devenir discipline scientifique et non instrument de discipline politique (1981, p. x).

  • 8 Puisque cette période est l’objet de notre article, elle sera explorée plus sérieusement dans l’ana (...)

151983-1989. La seconde période débute en 1983 avec la Conférence des communications du ministère des Communications du Québec (MCQ) qui donnera lieu à la publication du rapport Un futur simple?, lequel complétait le rapport Bâtir l’avenir (Québec, 1982) qui portait sur la recherche et le développement en technologie des communications. L’année 1983 fait également suite au Rapport Applebaum-Hébert sur la politique culturelle canadienne, présenté en 1982 et à propos duquel des observateurs affirmeront y déceler les symptômes du néolibéralisme montant en matière d’industries culturelles et de communication. Cette période se conclut en 1989 à la suite de la création du doctorat conjoint de Montréal, « une espèce de laboratoire de la concertation entre plusieurs institutions » (Commission des universités sur les programmes, 1997, p. 1), de la montée vertigineuse des entreprises de câblodistribution au pays et de l’apparition des premiers canaux spécialisés, sans oublier les débuts de la micro-informatique. Sur le plan de la réflexion universitaire, cette période débute et se termine avec la revue Communication Information qui consacre deux numéros à la question de l’état de la recherche en communication au Québec et au Canada, un en 1983 et l’autre en 19888.

  • 9 Commission des universités sur les programmes (1997) et CREPUQ (Conférence des recteurs et des prin (...)

161990-2002. Cette période témoigne : des débuts des ouvrages dirigés ou corédigés à partir d’une collaboration France-Québec; de l’importance grandissante des nouvelles revues scientifiques européennes francophones en communication, auxquelles collaborent parfois des professeurs québécois francophones; de l’heure des bilans sur l’état des communications et des études en communication au Canada et au Québec, sans oublier l’adoption aux Communes de la nouvelle Loi de la radiodiffusion (1991); et du retour, après vingt ans, de l’intérêt de la CREPUQ à l’endroit de l’état des départements de communication9. Il s’agit également d’une période qui débute sous le signe de l’échange électronique avec le lancement du programme World Wide Web. Enfin, les débats et les discussions entre anglophones et francophones sur l’état de la recherche en communication sont absents, et ce, malgré la quantité de documents produits au cours de cette période. À titre d’exemple, les francophones n’ont pas participé au numéro spécial du millénaire du Canadian Journal of Communication, lequel profitait de l’occasion du vingtième anniversaire de l’ACC-CCA pour suggérer un bilan historique de la recherche canadienne et québécoise.

  • 10 Nous avons déjà présenté quelques communications scientifiques sur notre thèse (Yelle, 2004), dont (...)

17Cette périodisation est ici résumée à gros traits, afin de respecter l’espace octroyé à notre article. Rappelons simplement qu’elle a été proposée afin de faire sens des tendances qui se manifestent, à notre avis, dans la littérature réflexive étudiée. Dans les prochaines pages, nous approfondirons la seconde période, celle des années allant de 1983 à 198910.

Une décennie d’échanges et de réflexions : les enjeux épistémologiques et ontologiques

18L’utilisation de citations tirées des différents documents retenus pour cette analyse constitue évidemment une priorité. Afin de distinguer les citations tirées du corpus de celles qui servent à en informer le contenu et la conjoncture, nous utilisons une police italique pour les premières, et une police normale pour les secondes.

La « question de la théorie »

  • 11 Nous avons décrit brièvement ces deux documents dans les pages qui précèdent. Répétons seulement qu (...)

19La question de la théorie sera introduite en 1983 dans un numéro thématique de la revue Communication Information, dirigé par la professeure Marike Finlay-Pelinski de l’Université McGill. Ce numéro intervient deux ans après celui du Canadian Journal of Communication, consacré en partie au même sujet, et du livre dirigé par la professeure Liora Salter de l’Université Simon Fraser, intitulé Communication Studies in Canada. Études canadiennes en communication11.

  • 12 Les articles de ce numéro sont signés par Finlay-Pelinski (2), Salter (traduction), Attallah, Krist (...)

20Composé de douze articles, dont la première traduction française d’un texte d’Harold Innis, le numéro de Communication Information (volume 5, numéros 2-3) incarne la maturité acquise par le champ et ses acteurs au Québec, mais également celui de la revue qui en est alors à sa cinquième année12. Inspirée par Foucault, Veyne, Morin, entre autres, Finlay-Pelinski propose une réflexion inspirante et conceptuellement serrée sur le travail théorique en communication au Québec :

La théorie n’est-elle qu’un exercice formel? En tout cas, la théorie est ici mise en procès. Cette discussion devait avoir lieu. (…) Justement, parce que la préoccupation théorique est absente au Québec (Finlay-Pelinski, 1983, p. 5).

  • 13 Parmi les documents francophones publiés jusqu’en 1983, le plus concerné par la théorisation en com (...)

21Bien qu’il soit juste d’affirmer que les textes préoccupés par la théorie en communication étaient moins nombreux du côté québécois que canadien depuis 1970, la préoccupation théorique existait tout de même au Québec, tant dans les textes anglophones que francophones13, ainsi que le montre l’analyse de Paul Attallah publiée dans le même numéro. Quelques années plus tard, un autre document propose un constat similaire, cette fois en excusant ceux et celles qui « pratiquent la théorie » au Québec :

L’originalité de l’expérimentation sociale québécoise en communication aurait pu permettre d’espérer une plus grande contribution théorique. On constate plutôt qu’on s’est trop souvent contenté d’importer les grandes théories élaborées ailleurs pour analyser l’expérience d’ici. La jeunesse du champ et des chercheurs explique bien sûr en grande partie cette « immaturité » théorique. Mais la faiblesse de l’investissement collectif en recherche sociale et culturelle y est certainement aussi pour quelque chose (Tremblay et Sénécal, 1987, p. 173).

22L’identification d’une cause extérieure au travail universitaire, ici nommée la « faiblesse de l’investissement collectif », est fréquente à l’époque, mais elle devient discutable à partir de la fin des années quatre-vingt, les investissements québécois d’aide à la recherche commençant alors à se synchroniser avec ceux du reste du Canada. Par conséquent, le retard des années soixante paraît enfin en voie d’être rattrapé : le taux de croissance moyen des dépenses à la recherche universitaire québécoise, qui était annuellement de 8,1 %, entre 1979 et 1987, passe à 12 % entre 1988 et 1989 (Québec, 1992). De plus, plusieurs documents commentent au même moment l’évident succès de l’institutionnalisation du champ des communications au Québec :

Ainsi, en près de vingt ans, se développe au Québec un ensemble programmatique intégré et complet à tous les niveaux de l’enseignement universitaire. Cela confirme que l’institutionnalisation de ce champ d’enseignement et de recherche est complète, ce dont témoigne également le volume des effectifs étudiants autant que professoraux. On dénombre en effet en 1984, dans les différents départements de communication du Québec, plus de cent professeurs, au-delà de 1500 étudiants au premier cycle, près de 150 étudiants au deuxième et une dizaine au troisième (doctorat). De plus, et même si les programmes d’enseignement supérieur sont assez jeunes, on compte plus de 110 thèses de maîtrise et plus de 10 thèses de doctorat présentées (Lacroix et Lévesque, 1985a, p. 18).

23En 1988, l’un de ces deux auteurs propose un nouveau bilan sur la recherche québécoise en communication et commente la réserve dont font preuve les chercheuses et chercheurs québécois à propos de la théorisation :

Il est nécessaire de rappeler qu’il n’y a pas de courant théorique spécifiquement québécois. La particularité de la recherche québécoise sur les médias vient du fait que le rapport approches/sujets/lieux a joué au Québec en fonction du processus historique de spécification de la société québécoise dans l’ensemble social canadien (Lacroix, 1988, p. 71).

24Pour Lacroix, la recherche québécoise en communication se contenterait d’incarner l’expression dite « scientifique » de l’affirmation culturelle québécoise, d’autant plus qu’elle s’est développée selon une triple demande : étatique (la régulation sociale), marchande (la privatisation) et contestatrice (les pratiques alternatives).

  • 14 Cette enquête a été effectuée pendant l’été 1977 auprès de 24 des 25 professeures et professeurs fr (...)

25Cette thèse, que Lacroix résume par l’expression de la « soumission de la recherche en communication aux impératifs marchands », avait déjà été évoquée par les chercheurs lors de la précédente décennie, principalement dans l’enquête réalisée par Serge Proulx et publiée en 197914. À partir de 1985, cette lecture de la conjoncture et de l’évolution de la recherche en communication proposée par Proulx sera fréquemment relayée par la littérature réflexive : Lacroix et Lévesque, 1985a, 1985b; De la Garde, 1988; Lacroix, 1988; Laramée et Vallée, 1991; Sénécal, 2001; Tremblay, 2002. Si l’argument avancé par Proulx repose sur le rôle déterminant de l’État dans le domaine des communications depuis 1969 et sur ses intérêts marqués dans l’orientation d’une recherche qui justifieraient l’idéologie d’une société de l’information, on souligne cette fois, avec Lacroix et Lévesque, une détermination plus grande des conséquences matérielles de l’influence de l’État :

C’est également l’État qui commande le peu de recherches universitaires portant sur les nouvelles technologies. L’État est donc un facteur déterminant de la recherche universitaire (…) et compte tenu du rôle que celui-ci joue dans la soumission des appareils aux impératifs marchands, il n’est pas étonnant de constater qu’il n’y ait que très peu de recherches critiques parmi les études concernant les nouvelles technologies (Lacroix et Lévesque, 1985a, p. 18).

26Dans l’article qui suit le précédent, les auteurs avancent même que « (d)ans ce contexte de “société de l’information”, la recherche en communication semble devoir jouer un rôle aussi important que le fut celui de la sociologie dans le contexte de l’élargissement de l’État » (Lacroix et Lévesque, 1985b, p. 195).

27La thèse développée par ces chercheurs est fondée sur une analyse des documents québécois publiés en communication jusqu’en 1984, incluant les études et les livres universitaires, quelques enquêtes commandées par les ministères, ainsi que les rapports du MCQ et du ministère des Communications du Canada (MCC). À notre avis, l’affirmation comparant le rôle de la recherche en communication à celui de la sociologie est alors exagérée et difficile à défendre. Les rapports Bâtir l’avenir (1982) et Un futur simple? (1983) du MCQ font d’ailleurs une évaluation peu reluisante de la recherche effectuée dans les départements de communication, considérant « les ressources financières limitées, la compétition, le manque de revues spécialisées francophones » (Québec, 1982, p. 68), mais aussi « l’absence de concertation dans le développement de la formation en communication, orientation sciences humaines (…), la faiblesse des deuxième et troisième cycles, l’absence même d’un centre de formation au niveau doctoral » (Québec, 1983, p. 83).

28Revenons maintenant au constat formulé dans la littérature réflexive à propos du peu d’intérêt manifesté envers la théorie ou le travail théorique dans les travaux des chercheuses et chercheurs universitaires québécois en communication. S’adressant aux observateurs de la scène universitaire canadienne au début des années quatre-vingt, la professeure Liora Salter de l’Université Simon Fraser suggère de prendre en considération une dimension qui avait jusqu’alors échappé à plusieurs commentateurs :

In some senses, what brought people together (c’est-à-dire dans la mise en place des départements de communication) was the experience of working at the margin of traditional disciplines, and the experience of being rebels in their fields (Salter, 1981, p. xi).

29L’élaboration d’une réflexion théorique et d’une critique des théories importées des « disciplines sœurs », selon l’expression de Salter, aurait encouragé la concertation, les débats et des efforts individuels afin de produire des textes qui ont fait avancer le champ au pays – parfois en réaction à la recherche étas-unienne – et, à leur tour, ces textes auraient favorisé la concertation entre les chercheuses et chercheurs québécois et canadiens.

30Nous devons aussi prendre en considération la complexité inhérente au travail qu’est la « théorisation de la communication », comme le signale le professeur Kristen en 1983 :

Réfléchir au sujet de la communication est, à certains égards, d’une singulière difficulté. Une de ces difficultés est de rester « à flots» dans le tourbillon des renvois mutuels entre le sujet réfléchissant, l’objet de réflexion communication et l’activité objective de réflexion qui est sociale et communicative (Kristen, 1983, p. 217).

31À ces difficultés épistémologiques, la littérature étudiée suggère d’ajouter les origines disciplinaires diverses des professeurs qui cherchent des terrains d’entente, habituellement ceux de l’interdisciplinarité. Bien entendu, cela ne garantit en aucun cas l’adoption de ce nouveau champ de recherche dans les murs universitaires, au contraire. Par conséquent, les luttes qui ont cours dans l’université canadienne favorisent parfois l’adoption d’un point de vue critique sur les autres disciplines (Salter, 1988), ou la réaction défensive d’installer des barrières autour du champ, visant à le défendre, mais aussi à laisser croire à une apparente cohérence (Salter, 2002).

  • 15 Le débat portant sur le caractère disciplinaire ou interdisciplinaire des études en communication a (...)

32En 1983, dans la traduction française d’un texte publié deux ans plus tôt, Liora Salter affirme que le champ des études canadiennes en communication est en voie de se transformer en une discipline « fondée sur un paradigme reconnaissable et sur des ensembles de problèmes qui polarisent l’attention des chercheurs » (1983, p. 38). Cinq ans plus tard, Salter confirme la transformation disciplinaire, et ajoute que le passage s’est produit surtout en raison d’une crise qui traversa le champ, au Canada et ailleurs, et qui força les chercheurs à en examiner le caractère interdisciplinaire (Salter, 1988)15.

  • 16 Trois des quatre articles du numéro s’inscrivent dans cette thématique. Les deux premiers (De la Ga (...)

33Les études en communication au Canada : un état présent, l’article que Salter publie en 1988 dans un numéro thématique de la revue Communication Information consacré cette fois à l’état de la recherche en communication au Canada et au Québec16, constitue, à notre avis, une balise pour la réflexion sur la recherche en communication d’un océan à l’autre. Dans ce document, Salter explique comment la transition vers la « disciplinarité » s’est effectuée au Canada, transformant le champ des années soixante-dix en une discipline plus conformiste, dans laquelle on perd moins d’énergie qu’avant à justifier son existence, mais où le débat qui a animé les débuts perd de son dynamisme. Salter complète ainsi le récit sur la « disciplinarisation » des études canadiennes en communication qu’elle a amorcé au début de la décennie. Elle précise ensuite que cette mutation de l’interdisciplinaire au disciplinaire était inévitable, mais que cela ne signifie pas que les problématiques et les approches qui y sont développées deviennent nécessairement conformistes :

Les conséquences politiques des analyses qui sont faites dans un champ d’études sont sans rapports avec le statut disciplinaire de ce champ. (…) Il ne faut donc pas interpréter la transition de la communication de l’interdisciplinarité à la disciplinarité comme le passage d’une orientation politique et philosophique à une autre de la part de ses membres (Salter, 1988, p. 52).

34En 1984, deux chercheurs québécois francophones avaient déjà observé cette mutation; pour une première fois, le constat résulte d’une approche comparative qui dépasse le cadre restreint de la littérature québécoise et du Québec :

Plus généralement, au cours des dernières années, il s’est produit un glissement dans les préoccupations de la communauté des chercheurs en communication, au Québec comme ailleurs; d’abord uni-disciplinaire, empirico-utilitariste, value free et quantitative, la recherche tend à devenir aussi pan-disciplinaire, politique et qualitative. Après avoir visé à produire des solutions précises à des problèmes circonscrits, à fournir des résultats d’une très grande fiabilité et validité au moyen d’instruments de mesure de plus en plus sophistiqués, on tend de plus en plus à interroger la pertinence des questions et à dégager des problématiques qui aillent au-delà des fragmentations techniques/médiatiques et des morcellements disciplinaires. (…) Une partie de la recherche se fait plus globale et plus critique (Ross et De la Garde, 1984, p. 274).

35Ce diagnostic rompt avec celui de Lacroix et Lévesque, publié en 1985, et dont nous avons discuté plus haut. Pour ces derniers, la recherche québécoise en communication, surtout si elle est préoccupée par les nouvelles technologies, contribue au contrôle étatique et marchand. Pour Ross et De la Garde, la recherche québécoise témoigne des mêmes signes d’autonomisation et d’évolution critique qu’ailleurs. Cette affirmation n’est pas sans rappeler « l’esprit du temps » du début des années quatre-vingt, lequel fut qualifié de période de « fermentation et d’effervescence » par le Journal of Communication en 1983. La publication du numéro spécial de Communication Information sur la théorie en 1983, dans lequel plusieurs articles tentent de multiplier les pistes de raccordement avec la scène internationale, est à interpréter dans ce vaste contexte d’interrogation disciplinaire.

36Poursuivant cette quête « d’une recherche plus globale et plus critique » en commentant les travaux des chercheurs états-uniens et en évaluant l’impact probable de l’importation aux États-Unis des recherches du Contemporary Center for Cultural Studies (CCCS) de Birmingham, deux chercheurs québécois anglophones constatent, eux aussi, cette évolution, mais en insistant sur le rôle joué par les chercheurs canadiens :

North Americans are becoming increasingly aware of the limitations of behaviorally oriented research methodologies. In addition, a small group of “critical” communication theorists are providing home grown examples of phenomenological and Marxist communications studies. Finally, there is a Canadian variant of the cultural studies approach which is appearing in North American journals (Robinson et Straw, 1984, p. 117-118).

37Cettedite variante canadienne, dont les écrits partageraient tous l’héritage d’Innis et McLuhan (dixit les auteurs), aurait favorisé le déploiement d’une réflexion sur l’intérêt et la pertinence des Cultural Studies en Amérique du Nord :

The third reason for the increased relevance of the cultural studies approach and its heightened visibility on the North American continent is the existence of a Canadian variant of this work. More integrated than U.S. critical work, these studies are either grounded in French structuralist tradition, or in the Birmingham approach. Two Montreal universities, the Université de Montréal and McGill University, as well as Simon Fraser University, are the principal seats of this work (Robinson et Straw, 1984, p. 108-109).

  • 17 L’UQAM offre une maîtrise en communication à compter de l’automne 1982 et l’Université Concordia à (...)

38À suivre les auteurs, il existerait ainsi une approche théorique canadienne contemporaine, partiellement localisée au Québec, et qui serait critique. Sachant que la professeure G. J. Robinson et Will Straw, à l’époque doctorant, partagent le même lieu institutionnel que Finlay-Pelinski (l’Université McGill) et que leur texte est publié qu’une seule année après le sien, nous demeurons intrigué par une si grande différence interprétative entre les deux diagnostics. Surtout, l’affirmation de Robinson et Straw n’a jamais été confirmée ni même reprise par d’autres textes québécois. À notre avis, Robinson et Straw ont été sensibles à plusieurs autres facteurs que la seule recherche professorale, à commencer par les nombreux mémoires et thèses publiés depuis une décennie (M.A. à Simon Fraser et McGill depuis 1973; M. Sc. à l’Université de Montréal depuis 1974; Ph. D. à McGill depuis 1976)17.

39Enfin, bien que les documents réflexifs québécois francophones suggèrent que la problématique des industries culturelles et médiatiques – et de leur influence globale sur l’identité culturelle québécoise – constitue à la fois l’originalité et la faiblesse de la recherche québécoise, ils n’osent aller aussi loin que Robinson et Straw. Voici quelques extraits d’articles francophones qui relativisent l’affirmation précédente, peut-être parce qu’ils excluent de leurs réflexions la recherche effectuée dans les deux départements anglophones du Québec :

Au Québec, tous les courants théoriques sont représentés mais ils ne se retrouvent pas également dans tous lieux d’expertise et n’orientent pas la recherche vers les mêmes sujets. (…) le systémisme se révèle la pièce centrale de l’articulation des appareils et du mode de régulation sociale (…) le néo-béhaviorisme est l’arme de cette création-prospection (…) Finalement, la sémiologie réussit admirablement bien à présenter la chose à consommer (…) (Lacroix et Lévesque, 1985b, p. 155/194).

Globalement, on peut affirmer que le contexte social, économique et politique du Québec a imposé une thématique particulière et en partie originale à l’attention des chercheurs québécois en communication. Mais la spécificité thématique n’a pas pour autant entraîné une création théorique équivalente (Tremblay et Sénécal, 1987, p. 173).

Comme l’a déjà souligné G. Tremblay, la recherche québécoise sur les médias n’a pas de particularité théorique, tous les courants sont représentés, toutes les approches sont pratiquées. (…) il est nécessaire de rappeler qu’il n’y a pas de courant théorique spécifiquement québécois (Lacroix, 1988, p. 63 et 71).

40Selon les documents francophones, la création théorique se limiterait à un bricolage conceptuel, élaboré à partir de sources européennes et états-uniennes, ce qui ne saurait constituer une démarche théorique autochtone et originale : « À s’en tenir au niveau théorique, l’originalité québécoise n’est autre que d’être au carrefour des influences les plus diverses dans un environnement culturel où domine l’influence américaine » (Lacroix et Lévesque 1985b, p. 154). Dans le même sens, rappelons l’affirmation de Finlay-Pelinsky présentée plus haut, voulant que la question théorique ne se soit jamais posée au Québec. À l’opposé, des textes canadiens-anglais défendent l’existence d’une théorisation canadienne originale et distincte : « It is probably no exaggeration to say that in no other field have Canadians made such noteworthy contributions to the international intellectual community » (Meisel, 1987, p. 60). Lorsque la professeure Liora Salter propose une comparaison des recherches canadienne et états-unienne, elle affirme : « Presque tous conviendront, toutefois, que des particularités existent et que, à court terme du moins, la perception d’une tradition disciplinaire proprement canadienne dans l’étude de la communication est fondée » (Salter, 1983, p. 49). Mais au-delà des filiations historiques habituelles qui vont d’Innis à McLuhan, en passant par Grant et Frye, sans oublier les filiations moins connues comme la branche Speech Communication des Maritimes, qui remonterait au 19e siècle, selon Tate (1982), en quoi consisterait cette approche théorique canadienne des communications?

L’affirmation d’une identité propre : l’approche canadienne en communication

  • 18 Le SSRCC est l’ancêtre des actuels CRSH et Fédération des sciences humaines du Canada.

41Harold Innis (1894-1952) est un personnage important des récits qui relatent à la fois l’histoire et les particularités de la recherche canadienne en communication, mais aussi de l’histoire universitaire canadienne. Ne pouvant se résoudre à l’idée de « travailler pour l’État », Innis préfère participer à la fondation du Social Sciences Research Council of Canada18 (SSRCC) en 1940, lequel saura maintenir, selon lui, l’intérêt des sociétés philanthropiques états-uniennes et financer les projets d’étude des « social scientists » canadiens (Creighton, 1978; Fisher, 1991). En même temps, sa réputation aux États-Unis grandit au point qu’il est courtisé par l’University of Chicago. Innis refusera l’offre, car il sait que son travail est motivé par le point de vue que lui fournit « l’originalité » de la situation universitaire canadienne en rapport au monopole états-unien (Creighton, 1978) et que l’environnement culturel canadien n’est pas étranger à sa façon de concevoir les dualités qui animent son travail, comme celle de centre/périphérie, ou tout simplement son concept de « biais technologique ». Si Innis a laissé aux chercheurs canadiens une analyse qui a fondé ce que plusieurs ont nommé la tradition canadienne (Kroker, 1984), il a également été un des premiers, au début des années 1950, à stimuler la réflexion sur les contextes qui infléchissent la construction des épistémologies.

  • 19 Donald Theall écrit que les points communs aux pensées d’Innis et McLuhan étaient leurs intérêts, d (...)

42L’argument de la « marginalité géographique »19 du Canada ressurgit avec autorité dans le livre Studies in Canadian Communications, publiée en 1975 et dirigé par les professeurs fondateurs du programme en communication de McGill, Donald Theall et Gertrude Joch Robinson. L’un des objectifs de cet ouvrage est d’expliquer ce qu’est la « philosophie canadienne des communications »; à cet égard, le chapitre rédigé par Theall demeure un classique.

43Il ne s’agit pas, ici, d’offrir une généalogie de la filiation de cette proposition, mais d’avancer que la conviction voulant qu’il « existe un rapport contextualisant entre les théories de la communication et l’environnement social, historique et culturel » (Finlay-Pelinski, 1983, p. 22) chez les chercheurs canadiens des années quatre-vingt n’est pas un phénomène de génération spontanée. Respectivement étudiant et professeure au doctorat en communication à McGill, Paul Attallah et Marike Finlay-Pelinski affirment chacun séparément, dans le numéro de Communication Information de 1983, la même conviction :

Un intérêt épistémo-idéologique est donc en quelque sorte une volonté de savoir qui détermine les contraintes matérielles et intellectuelles. Le terme épistémo-idéologique indique que la production du savoir et le contexte qui l’entoure et la rend possible sont indissolublement liés. Tout savoir se fonde sur un intérêt (Attallah, 1983, p. 90).

Les théories sont médiatisées par des conditions réelles concrètes (Finlay-Pelinski, 1983, p. 18).

44Nous reconnaissons de nouveau, ici, l’écho des intellectuels français cités plus haut : Foucault – références originales en français – et Paul Veyne (« toute histoire est récit »). Ajoutons que, dans ce numéro, outre l’importance historique de la première traduction française d’un texte d’Harold Innis, est offert un texte établissant des liens surprenants entre la pensée d’Innis et celle de Foucaut (Heyer, 1983). Ainsi que l’exprimaient Ross et de la Garde en 1984, l’espace québécois de la recherche, tout comme au Canada et aux États-Unis, s’ouvre à la diversité des approches et aux postures théoriques critiques.

45Il importe également de rappeler que, de 1975 à 1980, un véritable « coming of age » s’était produit à la grandeur du pays, aussi bien dans les universités que dans les mécanismes et les instances scientifiques. Préparant à cette ouverture :

  • au Québec, la plupart des universités comptent un département de communication (UQAM, Université Laval, Université de Montréal, McGill, Concordia);

  • le doctorat en communication de McGill est fondé en 1975;

  • pour la première fois, des chercheurs québécois spécialisés en communication se réunissent lors du congrès annuel de l’Acfas de 1977;

  • les discussions entreprises en 1978 à la Windsor University culminent par la tenue du premier congrès de l’ACC-CCA à l’UQAM en 1980;

  • le périodique Media Probe d’Earle Beattie (Saskatoon University.) devient, en 1979, le Canadian Journal of Communication, codirigé par Beattie et William Melody (Simon Fraser University);

  • enfin, la mise en réseau des chercheurs par l’intermédiaire des deux revues et de l’ACC-CCA stimule une réflexion sur l’identité de la recherche en communication effectuée au pays.

    • 20 Il s’agit de l’introduction au livre qu’elle dirige, Communication Studies in Canada – Études canad (...)

    L’exploration des caractéristiques de « l’approche canadienne » ne peut se faire, de nouveau, sans la lecture de la contribution de Liora Salter, laquelle offre une interprétation nuancée et pertinente de l’évolution de la recherche canadienne en communication. Empruntant ici une démarche fondée sur une opposition géoculturelle, Salter écrit dans l’introduction20 :

The distinctions between communication studies in Canada and in Europe or the United States are perhaps the easiest to define. Unlike their European counterparts, Canadians working in the field of communication studies combine some aspects of the strong theoretical orientation of their European colleagues with a surprisingly pragmatic and often specific policy interest. Canadian work may be more grounded than its European equivalent; it is, in general, much more broadly theoretical than the American variant of communication studies. The differences between American and Canadian communication studies go beyond the commitment or orientation to theory, however. Unlike their American colleagues, Canadian researchers have seldom attempted to isolate the effects of communication process for study (Salter, 1981, p. xviii-xiv).

46Salter va même jusqu’à affirmer que les études dites « critiques » qui émergent alors aux États-Unis le sont peu, car elles se contenteraient d’un raffinement du modèle linéaire, ne s’interrogeant que sur la valeur politique de l’information diffusée. Pour Salter, les études canadiennes, telles que celles qui sont incluses dans le livre qu’elle dirige, sont plus intéressées par l’étude du système médiatique que par ses contenus, moins par les effets et plus par les regulatory problems. Pour les recherches canadiennes en communication, « the interplay between the public and private spheres of activity is seen as critical » (Salter, 1981, p. xvi); ajoutons à cela une tendance historique à l’économie politique, ainsi que la conviction voulant qu’une position épistémologique soit indissociable des conditions sociales, politiques et culturelles de son développement. La recherche canadienne en viendrait à préférer « problématiser » la culture plutôt que de se concentrer sur les processus de diffusion/dissémination de l’information : « To put the point in its simplest terms: communication studies in Canada takes culture itself as the problematic » (ibid., p. xviii). Au Canada et au Québec, la culture ne serait donc pas qu’une variable à mesurer ou à évaluer : elle produirait un processus constant de construction identitaire qui résulte de l’expérience communicationnelle.

47Si nous interprétons correctement les propos de Salter, l’approche canadienne ne se distinguerait pas par un modèle théorique précis ou par une préférence pour une méthode d’analyse précise, mais bien par un ensemble de préoccupations et de principes qui participeraient à la construction d’une problématique qui vise à approfondir l’indissociable lien postulé entre les expériences de culture, de communication et d’identité (Tate, 1982).

  • 21 Rapport du Groupe de travail sur la politique de radiodiffusion. Ministère des Approvisionnement et (...)

48Très peu de chercheurs québécois commentent l’interprétation de Salter au cours de la période étudiée, mais certaines réflexions méritent notre attention. S’adressant à l’origine à un public canadien, et semblant accepter l’interprétation de Salter, De la Garde avance toutefois qu’avec les années, et surtout à la suite du rapport Caplan-Sauvageau publié en 198621, la préoccupation manifestée à l’endroit de la culture se serait transformée en une préoccupation orientée vers les industries culturelles :

Ce qui doit demeurer problématique pour les chercheurs ou encore résister aux efforts des chercheurs ce sont les notions de culture et d’identité et les relations entre ces notions et les pratiques tant du côté des « industries » qui participent à la construction de cette « logique de différenciation » que du côté des « usagers » qui déconstruisent cette première logique à l’aide de leur propre logique de la quotidienneté (De la Garde, 1988, p. 23).

49De la Garde ajoute également qu’il est paradoxal d’affirmer que la culture constitue la problématique unificatrice du champ, puisque « presque rien » n’aurait été écrit sur « la culture » par les chercheurs canadiens et québécois depuis fort longtemps. Cette absence d’études serait, selon lui, le résultat d’une certaine complaisance intellectuelle qui risque de faire disparaître le sens critique nécessaire à la recherche :

En d’autres termes, nous prenons trop souvent pour acquis que la culture existe; qu’il faut la protéger; qu’il faut pour cela aménager aux principales industries de la défense culturelle c’est-à-dire les médias, les agences de publicité, etc., les conditions optimales d’opération tout en oubliant trop facilement que ces industries sont d’abord et avant tout économiques et qu’elles associent trop facilement leurs intérêts entrepreneuriaux à nos intérêts culturels (De la Garde, 1988, p. 23).

50De la Garde soulève ici un enjeu important : la préoccupation – ou la conviction – nationaliste et identitaire des chercheurs canadiens et québécois influencerait leurs présupposés en recherche. Cette affirmation ne sera pas commentée dans la littérature réflexive québécoise au cours de la période étudiée ni même, à notre connaissance, dans la recherche québécoise en communication jusqu’à la fin des années 1990.

51Terminons en soulignant que De la Garde rejoint ainsi Salter sur l’accomplissement de la disciplinarisation et de l’institutionnalisation, laquelle aurait probablement endormi, sinon assoupi, les chercheurs en communication au pays et dans la province.

Les limites conceptuelles d’une approche dite nationale et canadienne en communication

52Alors professeure à l’Université McGill, Marike Finlay-Pelinski marque la discussion sur l’identité de la recherche canadienne en communication en proposant une réflexion originale qui sortait du cadre de la correspondance quasi naturelle entre « contexte culturel » et « épistémologie des sciences sociales ». C’est pour cela que nous nous attardons ici à son apport à la discussion, tout en convoquant, justement, ce qui ne peut être réduit aux dimensions canadienne et québécoise.

53Dans son article de 1983, Finlay-Pelinski souligne, en référant au livre dirigé par Salter (1981), le lien redondant qui existerait entre les études canadiennes en communication et la culture canadienne :

Salter (…) insiste constamment sur le fait que les études canadiennes et québécoises de la communication sont spécifiquement reliées à leur culture et leur histoire. Pour elle, des relations événementielles spécifiquement canadiennes et québécoises ont marqué les études en communications (Finlay-Pelinski, 1983, p. 21-22).

54Cette remarque soulève les difficultés associées à un paradoxe propre à l’approche contextuelle en histoire des idées et, pour le saisir, Finlay-Pelinski se concentre sur la logique mobilisée par Salter :

Il nous semble possible de définir partiellement la discipline de la communication dans le cadre de cette contextualisation des productions culturelles : à savoir qu’elle étudie la médiatisation socioculturelle des messages. Liora Salter exprime très bien cette dimension de la discipline des communications lorsqu’elle définit les études culturelles comme l’étude de la relation entre ce que les membres d’une société éprouvent (l’expérience) et ce qui est symbolisé et compris dans le contexte social (Finlay-Pelinski, 1983, p. 16).

55Cet intérêt pour la contextualisation, pour l’examen des interrelations qui particularisent et construisent les systèmes, pour l’attention portée aux déterminations technologiques, à l’histoire, à l’économie, constituerait les traces d’une approche canadienne de la communication. Mais cette démarche ne peut logiquement se limiter à l’objet étudié, soit « la culture », car la culture participe aussi à la construction du contexte de la démarche scientifique entreprise afin de l’interpréter :

Cette deuxième dimension de la contextualisation consiste à situer les théories en tant que résultats de conditions socio-historiques et pas seulement en tant qu’évolution d’idées isolées (…). En d’autres mots, les théories sont médiatisées par des conditions réelles concrètes (Finlay-Pelinski, 1983, p. 18).

56Ici se manifeste une des régularités de la littérature réflexive canadienne et québécoise en communication : la conviction que les théories sont inspirées – expirées – par le contexte de la société productrice. Si les études en communication s’intéressent fondamentalement aux contextes de la médiatisation et de la communication, et si ces études sont à leur tour médiatisées par les conditions de la société, dès lors les études de la communication – et leurs théories – en tant que productions culturelles, deviennent également l’objet d’étude de l’entreprise scientifique que sont les études en communication. Ainsi, un problème surgit :

le problème auquel fait face la discipline des communications lorsqu’elle ambitionne de traiter de la contextualisation des messages et de ses propres théories peut se poser dans les termes suivants : comment déceler ce contexte sans le poser de prime abord? (Finlay-Pelinski, 1983, p. 23-24.)

57Culture, contexte, communication : les trois concepts renvoient les uns aux autres, créant une sorte de mise en abyme épistémologique, qui force justement à constater que la méta-théorie – ou la réflexivité – ne suffit pas à apporter les solutions espérées :

Nous sommes d’accord avec (Christian) Kristen lorsqu’il suggère que le dire sur le dire... n’est pas le moyen de résorber la crise dans laquelle se trouve la recherche en communication lorsqu’elle reconnaît l’incapacité de ses représentations à médiatiser le réel. La méta-méta-méta-méta-théorie n’est pas la solution à la perte de confiance généralisée qu’a subie la science, y compris celle des communications, lorsque sa capacité de représenter le ‘monde réel’ est mise en doute (Finlay-Pelinski, 1983, p. 15).

58Cette crise de la représentation du réel bouleverse un peu l’ordre tranquille des choses qui règne alors dans le champ des études en communication, au Québec comme ailleurs, dans les années quatre-vingt. Pourtant, ladite crise s’exprimait déjà depuis une vingtaine d’années en philosophie, en histoire des sciences et des idées, et en sociologie des sciences, étant indissociable de la montée du constructivisme (Berger et Luckman, 1966) et des considérations épistémologiques du Linguistic Turn (Rorty, 1967). À compter des années quatre-vingt, de nouveaux questionnements accentueront l’urgence d’une réévaluation des modes traditionnels de prise en compte du réel et de sa signification : pensons à l’affirmation du postmoderne (Lyotard, 1979; Foster, 1981) et aux réévaluations féministes de l’épistémologie dite « traditionnelle » (Haraway, 1988; Harding et Hintikka, 1983).

  • 22 L’extrême jeunesse des programmes universitaires québécois en communication de l’époque explique ce (...)

59En fait, l’étude de la littérature réflexive en communication qui précède 1980, au Québec comme ailleurs, laisse croire à un intérêt peu enthousiaste des chercheurs envers l’épistémologie et une préférence pour les questions méthodologiques22. À ce désintérêt s’ajoute ce constat émis par Anderson (1987) : « The assumption of the functional equivalence of meaning has rarely been questioned in (communication) research conducted prior to the 1980s » (p. 68). Quant au tournant linguistique, Finlay-Pelinski (1983) en résume la portée pour les études en communication dans le texte que nous commentons :

Ainsi l’idée d’une médiation-reflet comme fondement des théories de la représentation entrait en crise; il devenait impossible de concevoir la communication comme une représentation parfaite – comme une mimesis – de son propre objet réel. (…) L’époque moderne (…) se définit par la remise en question radicale de la capacité du discours de représenter son objet. (…) Si régression il y a dans la méta-théorie, nous l’interprétons comme une tentative pour retrouver un certain équilibre après la crise de la représentation (p. 6, 10, 16).

60Cette crise, celle « de la représentation du réel », se manifeste brièvement au début des années quatre-vingt dans la littérature réflexive québécoise, puis s’éclipse pour intégrer le quotidien de la recherche et de l’enseignement en communication. Au Québec et ailleurs, une réflexion sérieuse sur la représentation émerge dans les discussions sur l’épistémologie en historiographie (Chartier, 1989; White, 1987), les théories médiatiques (Hall, 1985; Rakow, 1990), la globalisation (King, 1991) et la méthodologie (Belisle et Schiele, 1984; Potter, 1996).

61La conjugaison des questionnements sur « la théorie », sur les « savoirs situés » et, dans une moindre mesure, sur les traditions nationales de recherche en science sociales, participe d’une remise en question qui dépasse largement le cadre des études en communication. Au début des années quatre-vingt-dix, Pauline Marie Roseneau (1992) arrive justement à la conclusion suivante à propos de l’ensemble des sciences sociales :

Just as conventional social science approaches were faced with behavioral perspectives and methodologies borrowed from the hard sciences in the 1950s and 1960s, so recent years have witnessed the appearance of another paradigmatic crisis of equally substantial proportions, this time based on post-modern intrusions from the humanities. But there is a difference. Those applying the post-modernism of the humanities to the social sciences do not seek to “improve and perfect” the social sciences so much as to make their underlying assumptions explicit and undermine their foundational claims (p. 9).

62L’année suivante, en 1993, le Journal of Communication publie un double numéro thématique sur l’état de la recherche en communication, dans lequel la crise du paradigme dominant et l’avenir de la discipline sont abordés et débattus; la confiance des années soixante-dix laisse désormais place, dans le monde anglo-saxon, à l’incertitude et aux remises en question.

Épilogue

63La période étudiée a été la plus prolifique et productive quant aux questions portant sur l’identité de la recherche québécoise et canadienne en communication. Y sont discutées des thématiques propres à une adolescence académique, tout en étant influencées par l’émergence d’une crise paradigmatique, ainsi que le précise Roseneau. Comme le suggère Line Ross (1988), les choses changent déjà vers la fin des années quatre-vingt :

Le projet initial (celui de fonder une science des communications sur une problématique de la culture au Canada et au Québec), qui nourrissait les polémiques et les amitiés, qui faisait et défaisait les alliances, n’alimenterait plus aujourd’hui que les temps morts de conversations un peu nostalgiques. C’est que les tâches de production qui incombent maintenant aux institutions d’enseignement et de recherche ne laissent guère de place à de telles entreprises. Car, n’est-ce pas, il faut planifier une production (diplômes, cours, publications) et produire une planification (promotion, rayonnement, carrière) (p. 7).

64Bref, l’importance accordée à l’interrelation entre les théories et le contexte de la société qui les mobilise constitue dans les années quatre-vingt l’une des régularités de la littérature réflexive canadienne et québécoise en communication. Cependant, les textes – et leurs énoncés – ne produisent pas un discours totalisant. En fait, la seule unanimité qui se dégage s’avère la reconnaissance d’une relation contexte/épistémologie :

L’interprétation de ces constantes diffère évidemment selon les positions sociales, culturelles, économiques et idéologiques des acteurs sociaux concernés y compris des chercheurs dont les « pratiques théoriques » (Kristen, 1983) ne sont pas là plus qu’ailleurs indépendantes de leurs positions et projets, aussi bien dans la structure de production du savoir que dans la société (Ross et de la Garde, 1984, p. 277).

Cette réalité sociale marquera sans doute, dans les années 1985-1990, la production dans le champ des recherches en communication. Cela nous permet de constater, encore une fois, que la production intellectuelle, la recherche et la publication ne sont jamais indépendantes de ce qui se « passe » dans la société et les productions en communication (...) l’illustrent particulièrement bien (Lacroix et Lévesque, 1985a, p. 24).

65Ces deux énoncés – et plusieurs autres présentés plus haut – négocient avec l’idée d’interrelations ou de « surgissements coexistants » (Finlay-Pelinski, 1983, p. 18) entre le contexte général d’une société et les postulats épistémologiques qui mobilisent les travaux scientifiques. La plupart de ces documents réfèrent à des contextes géopolitiques ou culturels, allant du Québec au reste de l’Occident, en passant par le Canada et l’Amérique du Nord. Cette prise en considération des contextes socioculturels ou géopolitiques intervient, dans la plupart des cas, afin d’offrir une explication justificative des tensions et des tendances qui traversent un champ de recherche, principalement celui des études en communication. Ces tendances et ces tensions sont à leur tour décrites à partir d’un découpage entre ce qui est déterminé et ce qui ne l’est pas, ou entre ce qui est canadien et ce qui ne l’est pas, entre ce qui est québécois et ce qui ne l’est pas. Les savoirs et les discours scientifiques seraient donc situés, ancrés dans leurs contextes : ils seraient les produits de la culture qu’ils étudient. Il s’agit, selon nous, de l’une des deux principales régularités thématiques qui se dégage de la littérature réflexive québécoise en communication au cours des sept années étudiées.

66Dans cet article, nous avons préféré discuter de cette régularité, plutôt que de la seconde, à laquelle nous avons pourtant consacré plusieurs pages dans notre thèse de doctorat. Cette seconde régularité thématique, laquelle occupe un espace référentiel de plus en plus important à compter de la fin des années vingt, et dont nous observons des échos jusque dans les textes réflexifs du début du deuxième millénaire (voir Sénécal, 2001), surgit surtout dans des documents qui proposent des bilans, qui soupèsent l’évolution de la politique gouvernementale de la recherche, qui évaluent les retombées de la disciplinarisation et de l’institutionnalisation du champ, et qui réfléchissent à la place occupée par le chercheur dans le nouvel agenda étatique.

67Cette seconde thématique ou seconde régularité de la littérature réflexive étudiée s’exprime sous la forme d’une enquête historique – fascinante de prime abord –, de laquelle émerge un récit particulier, celui du contrôle étatique de la recherche en communication au Québec. Ce récit, émis en 1979 par Serge Proulx sur la base d’une série d’entrevues avec la presque totalité des professeurs en communication de langue française au Québec, est donc fondé sur la réalité des années soixante-dix. Il sera ensuite exploré et théorisé par Lacroix et Lévesque en 1985, puis affiné par Lacroix en 1988, avant d’être repris par Laramée et Vallée (1991), cité par Tremblay (1998) et relancé par Sénécal (2001).

68Nous avons référé à quelques affirmations de ce récit au début de l’analyse dans le but d’étayer l’argument des savoirs situés et de la contextualisation. L’analyse de ce récit, et des arguments sur lequel il repose, mériterait notre attention, ce que nous ne pouvions faire dans cet article sans outrepasser les limites imposées. Précisions toutefois qu’il ne concerne que la recherche québécoise francophone et qu’il fonde son analyse sur un corpus délimité par les productions antérieures à 1984, ce qui, pour nous, accentue la pertinence d’en interroger la longévité.

69Quant aux quelques échanges entre les Québécois anglophones et francophones entrepris au cours de la décennie précédente, ils contribuent à la production d’une littérature réflexive, dont les articles du numéro de la revue Communication Information de 1983, mais ils ne stimulent pas la discussion au-delà de ce stade. À la limite, peut-être ont-ils transpiré dans le projet de la création du programme de doctorat conjoint en communication de Montréal, nous ne pouvons le confirmer.

70À l’opposé, nous pouvons affirmer que le dialogue réflexif entre les chercheurs québécois et canadiens, entrepris à compter de 1981 dans le Canadian Journal of Communication et dans le livre dirigé par Liora Salter (1981), puis réinvesti en 1983 dans le numéro de Communication Information, a favorisé une confrontation de points de vue, mais surtout, pour les Québécois francophones, la découverte de la recherche canadienne-anglaise. Il faut aussi ajouter que ce dialogue n’aurait peut-être pas eu lieu sans la fondation de l’ACC-CCA en 1979, puis de son premier congrès en 1980. Enfin, l’existence de deux revues scientifiques indépendantes en communication, une anglophone, l’autre francophone, favorisa une diffusion rapide et concertée des textes réflexifs.

71Le dialogue local réflexif entre les Québécois francophones et anglophones ne survivra pas à la période étudiée : les chercheurs anglophones transportent leurs réflexions sur les scènes nationale et internationale et réfléchissent à un programme d’historiographie critique de la recherche internationale en communication (voir : Babe, 2000; Robinson, 1988, 1996), et les francophones transportent les leurs sur la scène internationale francophone (voir : Proulx, 1999; Sénécal, 2001; Saouter, 2002; Tremblay, 1998). Et, dans les deux groupes, quelques-uns délaissent rapidement le secteur des études en communication pour d’autres lieux de recherche, dont Finlay-Pelinski et Kristen.

72Je considère cet article comme notre contribution à une lignée de travaux qui ont toujours souhaité offrir une meilleure compréhension de la recherche en communication au Québec. De même, elle poursuit une tradition qui remonte aux premiers textes réflexifs québécois en sciences sociales, lesquels constituèrent, aux débuts des années cinquante, l’étape nécessaire à la reconnaissance du passé, à l’examen du présent et à l’expression des objectifs à atteindre pour la mise en place d’un travail scientifique original en sciences sociales au Québec.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, J. A. (1987). Communication Research: Issues and Methods. New York, NY/Montréal, Québec : McGraw Hill.

Attallah, P. (1983). Axes d’une recherche sur le referendum. Communication Information, 5(2-3), 65-105.

Babe, R. E. (2000). Canadian Communication Thought. Ten foundational Writers. Toronto, Ontario : University of Toronto Press.

Barnes, B. et Edge, D. (dir.) (1982). Science in Context. Readings in the Sociology of Science. Milton Keys, Angleterre : Open University Press.

Beattie, E. (1981). Confused Terminology in the Field of Communication, Information and Mass Media. Brillig But Mumcy. Canadian Journal of Communication, 8(1), 32-55.

Belisle, C. et Schiele, B. (dir.) (1984). Les savoirs dans les pratiques quotidiennes. Recherche sur les représentations. Paris, France : Éditions du CNRS.

Berger, P. L. et Luckmann, T. (1966). The Social Construction of Reality. A Treatise in the Sociology of Knowledge. Garden City, NY : Doudleday Anchor Book.

Canadian Journal of Communication. (2000). Millenium Issue, 25(1).

Carey, J. W. (1975). Communication and Culture: Review Essay of Clifford Geertz, The Interpretation of Culture (1973). Communication Research, 2(2), 173-199.

Chartier, R. (1998). Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude. Paris, France : Éditions Albin Michel.

Commission des universités sur les programmes. (1997). Communication : enseignement et recherche, complémentarité et concertation (Rapport no 2). Repéré à http://www.crepuq.qc.ca/spip.php?article121&lang=fr

Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec. (2002). Sommaire du rapport no 6 sur les programmes du secteur communication, étude et production cinématographique. Repéré à http://www.crepuq.qc.ca/documents/csp/COM_6.pdf

Conseil des sciences du Canada. (1982). Préparons la société informatisée : demain, il sera trop tard. Abrégé (Rapport no 33). Ottawa, Ontario : Conseil des sciences du Canada/Ministre d’Approvisionnements et Services Canada.

Creighton, D. (1978). Harold Adams Innis: Portrait of a Scholar. Toronto, Ontario : University of Toronto Press.

De la Garde, R. (1988). Le déclin de l’Empire, monsieur Innis? Conférence Southam. Communication Information, 9(2), 11-28.

Donsbach, W. (2006). The Identity of Communication Research. Journal of Communication, 56(4), 437-448.

Dumont, F. et Falardeau, J.-C. (1960). Pour la recherche sociographique au Canada français. Recherches sociographiques, 1(1), 3-6.

Dumont, F. et Rocher, G. (1961). Introduction à une sociologie du Canada français. Recherches et débats. Cahier 34, 13-38.

Falardeau, J.-C. (1964). L’essor des sciences sociales au Canada français. Québec, Québec : Ministère des Affaires culturelles.

Falardeau, J.-C. (1974). Antécédents, débuts et croissance de la sociologie au Québec. Recherches sociographiques, 15(2-3), 135-166.

Finlay-Pelinski, M. (1983). Pour une épistémologie de la communication : au-delà de la représentation et vers la pratique. Communication Information, 5(2-3), 5-34.

Fisher, D. (1991). Les sciences sociales au Canada : 50 ans d’activités à l’échelle nationale par la Fédération canadienne des sciences sociales. Waterloo, Ontario : Wilfrid Laurier University Press.

Foster, H. (dir.) (1981). The Anti-Aesthetic: Essays on Postmodern Culture. Port Townsend, WA : Bay Press.

Fourez, G. (1996). La construction des sciences. Bruxelles, Belgique : De Boeck Université.

Glander, T. (2000). Origins of Mass Communication Research During the American Cold War: Educational Effects and Contemporary Implications. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Hall, S. (1985). Signification, Representation, Ideology: Althusser and the Post-Structuralist Debates. Critical Studies in Mass Communication, 2(2), 91-114.

Haraway, D. (1988). Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575-600.

Harding, S. et Hintikka, M. (dir.) (1983). Discovering Reality: Feminist Perspectives on Epistemology, Metaphysics, Methodology and Philosophy of Science. Dordrecht, Pays-Bas : D. Reidel.

Hardt, H. (1992). Critical Communication Studies: Communication, History & Theory in America. Londres, Angleterre : Routledge.

Heyer, P. (1983). Pour une histoire des communications : quelques parallèles et contrastes entre Michel Foucault et la « filière canadienne ». Communication Information, 5(2-3), 247-265.

Institut canadien de l’éducation des adultes. Groupe de travail sur les communications (1983). Le Québec et les communications : un futur simple?. Montréal, Québec : Institut canadien de l’éducation des adultes. Groupe de travail sur les communications.

Journal of Communication. (1983). Ferment in the Field, 33(3).

Journal of Communication. (1993). The Future of the Field, 43(3-4).

King, A. D. (dir.) (1991). Culture, Globalization and the World-System. Contemporary Conditions for the Representation of Identity. Minneapolis, MN : University of Minnesota Press.

Kristen, C. (1983). Médiation, conscience et pratique : notes pour une théorie négative de la communication humaine. Communication Information, 5(2-3), 217-227.

Kroker, A. (1984). Technology and the Canadian Mind: Innis/McLuhan/Grant. Montréal, Québec : New World Perspectives.

Lacroix, J.-G. (1988). Les études sur les médias au Québec : état de la question. Communication Information, 9(2), 59-83.

Lacroix, J.-G. et Lévesque, B. (1985a). L’émergence et l’institutionnalisation de la recherche en communication au Québec (1). Communication Information, 7(2), 7-31.

Lacroix, J.-G. et Lévesque, B. (1985b). Principaux thèmes et courants théoriques dans la littérature scientifique en communication au Québec (2). Communication Information, 7(3), 153-213.

Laramée, A. et Vallée, B. (1991). La recherche en communication. Éléments de méthodologie. Sainte-Foy, Québec : Presses de l’Université du Québec/Télé-Université.

Löblich, M. et Scheu, A. M. (2011). Writing the History of Communication Studies: A Sociology of Science Approach. Communication Theory, 21(1), 1-22.

Lyotard, J.-F. (1979). La condition postmoderne. Rapport sur le savoir. Paris, France : Les Éditions de Minuit.

Meisel, J. (1987). Some Canadian Perspectives on Communication Research. Canadian Journal of Communication, Numéro spécial, Décembre, 55-62.

Ministère des Communications du Canada. (1987). Nos industries culturelles. Des liens essentiels. Ottawa, Ontario : Gouvernement du Canada/Ministère des Communications.

Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science. (1992). Le développement scientifique au Québec. Québec, Québec : Gouvernement du Québec/Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Science..

Ministère des Communications. (1982). Bâtir l’avenir : recherche et développement; bilan et perspectives. Québec, Québec : Direction générale des publications gouvernementales.

Peters, J. D. (1993). Genealogical Notes on “The Field”. Journal of Communication, 43(4), 132-139.

Potter, W. J. (1996). An Analysis of Thinking And Research About Qualitative Methods. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Ass.

Proulx, S. (1979). Les communications : vers un nouveau savoir savant. Recherches sociographiques, 20(1), 103-117.

Proulx, S. (1999). La pensée communicationnelle dans les années soixante-dix : critique des médias et émergence de nouvelles pratiques alternatives. Recherches en communication, 11, 67-79.

Rakow, L. (1990). Feminist Perspectives on Popular Culture. Dans J. Downing, A. Mohammadi et A. Sreberby-Mohammadi (dir.), Questioning the Media. A Critical Introduction (p. 231-241), Londres, Angleterre : Sage Publications.

Robinson, G. J. (1988). “Here be Dragons”: Problems in Charting the U.S. History of Communications. Communication (NY), 10(2), 97-119.

Robinson, G. J. (1996). Constructing a Historiography of North American Communication Studies. Dans E. E. Dennis et E. Wartella (dir.), American Communication Research. The Remembered History (p. 157-168). Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum.

Robinson, G. J. et Straw, W. (1984). Semiotics and Communications Studies: Points of Contact. Dans B. Dervin et M. J. Voight (dir.), Progress in Communication Sciences, IV (p. 91-114), Norwood, NJ : Ablex.

Robinson, G. J. et Theall, D. (dir.) (1975). Studies in Canadian Communications. Montréal, Québec : Program in Communication, McGill University.

Rogers, E. M. (1994). A History of Communication Study: A Biographical Approach. New York, NY/Toronto, Ontario : The Free Press/Maxwell MacMillan Canada.

Rorty, R. (dir.) (1967). The Linguistic Turn. Chicago, IL : The University of Chicago Press.

Roseneau, P. M. (1992). Post-Modernism and the Social Sciences: Insights, Inroads, and Intrusions. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Ross, L. (1971). Mass Media : quelques problèmes de recherche. Recherches Sociographiques, 12(1), 7-13.

Ross, L. (1988). Présentation. Communication Information, 9(2), 7-9.

Ross, L. et De la Garde, R. (1984). Les médias et l’industrialisation de la culture. Dans C. Savary (dir.), Les rapports culturels entre le Québec et les États-Unis (p. 269-320), Montréal, Québec : IQRC.

Salter, L. (1981). Editor’s Introduction. Dans L. Salter (dir.), Communication Studies in Canada – Études canadiennes en communication (p. xi-xxii). Toronto, Ontario : Butterworth.

Salter, L. (1983). L’étude de la communication : évolution d’une discipline au Canada. Communication Information, 5(2-3), 37-62.

Salter, L. (1988). Les études en communication au Canada : un état présent. Communication Information, 9(2), 31-57.

Salter, L. (2002). Challenging Orthodoxy. Dans R. Mansell, R. Samarajiva et A. Mahan (dir.), Networking Knowledge for Information Societies: Institutions & Intervention (p. 60-67). Delft, Pays-Bas : Delft University Press.

Saouter, C. (2002). Nécessité et problèmes d’une histoire des communications. Dans F. Bernard (dir.), Les recherches en information et communication et leurs perspectives. Histoire, objet, pouvoir, méthode. Actes du XIIIe Congrès national des sciences de l’information et de la communication. Palais du Pharo (Marseille), du 7 au 9 octobre 2002 (p. 99-104). Rennes, France : Société française des sciences de l’information et de la communication.

Schramm, W. (dir.) (1963). The Science of Communication. New Directions and New Findings in Communication Research. New York, NY : Basic Books.

Sénécal, M. (2001). Technologies, recherches et acteurs sociaux. Retour historique sur le développement de la recherche en communication au Québec et au Canada. MEI Médiation et Information, (14), 99-131.

Tate, E. D. (1982). Book Reviews: “Liora Salter’s Communication Studies in Canada – Études Canadiennes en Communication”. Canadian Journal of Communication, 8(3), 80-92.

Taylor, J. (2000). Is There a “Canadian” Approach to the Study of Organizational Communication?. Canadian Journal of Communication, 25(1), 145-173.

Theall, D. F. (1981a). Exploration in Communications since Innis. Dans W. K. Melody, L. Salter, et P. Heyer (dir.), Culture, Communication and Dependency: The Tradition of H. A. Innis (p. 225-234). Norwood, NJ : Ablex.

Theall, D. F. (1981b). Communication and Knowledge in Communication Theory: The Context of the University and the Academy. Canadian Journal of Communication, 8(1), 1-13.

Tremblay, G. (1981a). Preface. Dans L. Salter, L. (dir.) Communication Studies in Canada – Études canadiennes en Communication (p. vii-x). Toronto, Ontario : Butterworths.

Tremblay, G. (1981b). Some Reflections on the Theoretical Discourse on Communications in Quebec and Canada. Canadian Journal of Communication, 8(1), 14-23.

Tremblay, G. (1998). Le lieu « virtuel » des sciences de la communication. Loisir & Société, 21(1), 173-192.

Tremblay, G. (2002). Le développement de la recherche en communication. Éléments pour une analyse comparée Brésil Canada. Colloque « Amérique, terre d’utopies : les défis de la communication sociale » (20 p.). Brésil, 1er et 2 septembre. INTERCOM/GRICIS.

Tremblay, G. (2014). Parcours de chercheur. Canadian Journal of Communication, 39(1), 1-21.

Tremblay, G. et Sénécal, M. (1987). La science des communications et le phénomène technique. Dans P. Bernard et É. Cloutier (dir.), Sciences sociales et transformation technologiques : les actes d’un colloque (p. 143-193), Québec, Québec : Conseil de la science et de la technologie.

Veyne, P. (1971). Comment on écrit l’histoire. Paris, France : Éditions du Seuil.

White, H. (1978). Tropics of Discourse. Essays in Cultural Criticism. Baltimore, MD/Londres, Angleterre : The John Hopkins University Press.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, cette citation commune de Dumont et Falardeau : « Il faudra bien un jour écrire l’histoire des recherches sociales au Canada français – une histoire qui fut sporadique, avec des arrêts et des rebondissements, mais sous laquelle on retrouve une tradition tenace dont nous voulons continuer à nous inspirer » (Dumont et Falardeau, 1960, p. 5).

2 Cette analyse est un retour sur le matériau ayant servi à la réalisation de notre thèse de doctorat (Yelle, 2004), supervisée par la professeure Line Grenier et le professeur Claude Martin à l’Université de Montréal, pour laquelle l’auteur a bénéficié de l’appui financier du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH).

3 La liste des auteurs serait trop longue, contentons-nous ici de quelques classiques : Robinson et Theall (1975), Proulx (1979), Tremblay (1981a, 1981b, 1998), Salter (1981), De la Garde (1988), Babe (2000), Sénécal (2001), ainsi qu’un plus récent – et plus personnel – Tremblay (2014).

4 Même chose ici, la liste serait interminable, alors voici quelques références connues : Carey (1975), Hardt (1992) Peters (1993), Rogers (1994), Donsbach (2006), Löblich et Scheu (2011).

5 La distinction francophone/anglophone est importante. Nous rappelons que nous distinguons les Québécois anglophones des Canadiens anglais. L’analyse intègre également des documents canadiens-anglais, traduits et publiés en français, pour deux raisons : d’une part, ces articles sont traduits au Québec afin de rendre compte de la réflexion canadienne anglaise sur l’état de la recherche en communication et, d’autre part, ces textes traduits contribuent à la discussion réflexive sur l’état de la recherche en communication au Québec.

6 Des cinq articles de ce numéro, les articles de Theall (1981b), Tremblay (1981b) et Beattie (1981) portent sur l’état de la recherche en communication au Canada.

7 Ce livre de 300 pages contient un total de 18 chapitres, dont six en français.

8 Puisque cette période est l’objet de notre article, elle sera explorée plus sérieusement dans l’analyse qui suit.

9 Commission des universités sur les programmes (1997) et CREPUQ (Conférence des recteurs et des principaux du Québec, 2002). Depuis 2014, la CREPUQ est devenue le Bureau de coopération interuniversitaire.

10 Nous avons déjà présenté quelques communications scientifiques sur notre thèse (Yelle, 2004), dont une sur la troisième période étudiée. Nous souhaitons rédiger un article sur cette troisième période (1989-2002), tout en la prolongeant à 2010.

11 Nous avons décrit brièvement ces deux documents dans les pages qui précèdent. Répétons seulement que ces deux publications ont joué un rôle important dans l’amorce d’une discussion « transcanadienne » sur l’état de la recherche en communication au pays.

12 Les articles de ce numéro sont signés par Finlay-Pelinski (2), Salter (traduction), Attallah, Kristen, Schiele, Leiss (traduction), Morrow (traduction), Krysinski, Livingston (traduction), Heyer (traduction) et Innis (traduction).

13 Parmi les documents francophones publiés jusqu’en 1983, le plus concerné par la théorisation en communication présente plusieurs particularités : il n’a pas circulé, il n’a jamais été cité dans la littérature scientifique québécoise et il a été réalisé grâce au programme peu connu des « contrats non sollicités » du MCQ. Il s’agit du rapport La planification communicationnelle des systèmes de communication du professeur Christian Kristen, publié en 1978.

14 Cette enquête a été effectuée pendant l’été 1977 auprès de 24 des 25 professeures et professeurs francophones, rencontrés individuellement, et qui travaillaient dans les départements québécois universitaires en communication.

15 Le débat portant sur le caractère disciplinaire ou interdisciplinaire des études en communication au Québec et au Canada émerge sérieusement au début des années quatre-vingt. Aux États-Unis, la discussion se manifeste un peu plus tôt et convoque le caractère « scientifique » de l’étude de la communication (voir Schramm, 1963); par la suite, le débat sur les dimensions disciplinaires et interdisciplinaires du champ s’impose comme un sujet incontournable, également au début des années 1980 (voir Journal of Communication,1983). Dans le cadre de cet article, nous ne pouvons que souligner l’existence de ce débat; nous ne pouvons en évaluer les arguments ni les intentions.

16 Trois des quatre articles du numéro s’inscrivent dans cette thématique. Les deux premiers (De la Garde et Salter) sont des versions françaises d’articles publiés en 1987 dans le Canadian Journal of Communication et le troisième (Lacroix) est un résumé synthèse des deux articles publiés en 1985 (Lacroix et Lévesque, 1985a et 1985b).

17 L’UQAM offre une maîtrise en communication à compter de l’automne 1982 et l’Université Concordia à partir de 1985.

18 Le SSRCC est l’ancêtre des actuels CRSH et Fédération des sciences humaines du Canada.

19 Donald Theall écrit que les points communs aux pensées d’Innis et McLuhan étaient leurs intérêts, développés par le fait qu’ils partageaient justement un même milieu intellectuel décentré : « One of the prime characteristics of that milieu was a kind of marginality to the mainstream of North American influence today – the United States » (Theall, 1981a, p. 225).

20 Il s’agit de l’introduction au livre qu’elle dirige, Communication Studies in Canada – Études canadiennes en communication.

21 Rapport du Groupe de travail sur la politique de radiodiffusion. Ministère des Approvisionnement et Services, Canada.

22 L’extrême jeunesse des programmes universitaires québécois en communication de l’époque explique cette préférence pour la méthodologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Yelle, « 1983 à 1989 : sept ans de réflexion sur l’état et l’histoire de la recherche en communication au Québec », Communiquer, 15 | -1, 25-45.

Référence électronique

François Yelle, « 1983 à 1989 : sept ans de réflexion sur l’état et l’histoire de la recherche en communication au Québec », Communiquer [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1729 ; DOI : 10.4000/communiquer.1729

Haut de page

Auteur

François Yelle

Professeur, Département des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org