Navigation – Plan du site

Relations publiques et gouvernance participative : une vision partagée du « vivre ensemble »?

Public Relations and Participatory Governance: A Shared Vision of our Relations in Society?
Stéphanie Yates
p. 107-121

Résumés

Parce qu’elles ont généralement mauvaise presse, les relations publiques sont peu associées au courant participatif lié à la gouvernance des organisations. La réflexion théorique développée depuis les vingt-cinq dernières années dans ce champ disciplinaire s’inscrit pourtant en phase avec la gouvernance participative, notamment autour de l’approche dialogique des relations publiques de James E. Grunig et de la théorie de la fully functioning society de Robert L. Heath. Dans cette perspective, les relations publiques exercent une fonction conciliatrice qui permet, à travers le dialogue, une meilleure compréhension des points de vue en présence, une véritable interinfluence et, ultimement, des relations plus harmonieuses entre les différents acteurs de nos sociétés démocratiques. La présente contribution se veut donc une esquisse de réconciliation entre deux mondes qu’on persiste à voir aux antipodes. Nous concluons en reconnaissant que l’écart entre les modèles théoriques et la pratique des relations publiques telle qu’elle se manifeste généralement en contexte contemporain contribue à associer cette activité au modèle diffusionniste traditionnel et que le changement de paradigme qui placerait les relations publiques au cœur de la gouvernance participative ne s’est pas encore massivement matérialisé.

Haut de page

Texte intégral

1Éternelles mal-aimées, les relations publiques sont pourtant essentielles en contexte démocratique, où les organisations ne peuvent agir en vase clos, sans tenir compte des besoins et des attentes des différents publics et sans avoir de comptes à rendre à ceux-ci. Le relationniste sert ainsi d’intermédiaire afin de mettre en relation des acteurs qui ont intérêt à communiquer entre eux. La Société canadienne des relationnistes va jusqu’à affirmer que cette mise en relation doit se faire au profit de l’intérêt public dans son ensemble et, donc, au-delà des intérêts étroits – voire égoïstes – de l’organisation1. Or force est de constater que cette vision, que d’aucuns qualifient d’idyllique, demeure peu partagée par les divers observateurs de l’espace public (Coombs et Holladay, 2007).

2La genèse des relations publiques contribue certainement à la suspicion ambiante à l’endroit de la profession. Rappelons qu’Edwards L. Bernays, qu’on qualifie de « père des relations publiques », a fondé sa carrière sur le concept de « manufacture du consentement » (1947), convaincu que la « masse » n’était pas suffisamment outillée sur le plan intellectuel pour prendre des décisions éclairées qui contribueraient à l’essor de la société de consommation, vue comme véritable salut économique au lendemain de la Première Guerre mondiale. Malgré l’évolution de la pratique, désormais encadrée par divers codes d’éthique (Cossette, 2013; Maisonneuve, 2010), et l’élaboration de théories, dont la théorie de l’excellence (Grunig, 1992) et la théorie de la fully functioning society (Heath, 2006), qui reconnaissent un rôle social aux relations publiques, la méfiance à l’endroit de la profession demeure.

  • 2 Bien qu’ils soient parfois utilisés de manière interchangeable, les termes public et partie prenant (...)

3C’est sur la base de ce rôle social que nous souhaitons ici montrer en quoi les réflexions théoriques en relations publiques telles qu’elles ont été développées au cours des vingt-cinq dernières années sont en phase avec les principes de la gouvernance participative (Fung et Warren, 2011; Fung et Wrigth, 2003; Laforest et Phillips, 2007; OCDE, 2001; Tenbelsel, 2005), qui place justement en son cœur le dialogue avec les diverses parties prenantes (ou publics2) à un projet ou à une décision. Pourtant, on associe encore souvent les démarches de relations publiques à des stratégies manipulatoires au service des acteurs hégémoniques traditionnels (Roper, 2005), les opposant ainsi aux « véritables » démarches d’engagement citoyen mises de l’avant dans l’esprit de la gouvernance participative. La présente contribution se veut donc une esquisse de réconciliation entre deux mondes qui partagent – du moins sur le plan théorique – une vision somme toute assez similaire du « vivre ensemble ».

4Dans les pages qui suivent, nous exposons d’abord la théorie de l’excellence en relations publiques, tout en soulignant les principales critiques qu’elle a pu susciter, et nous examinons en quoi l’approche dialogique qu’elle sous-tend permet à la discipline d’apporter une contribution pertinente à la compréhension de la notion de dialogue, centrale en regard des principes associés à la gouvernance participative. Nous nous penchons ensuite sur la théorie de la fully functioning society, qui offre une vision plus pragmatique du rôle des relations publiques en société démocratique, notamment en reconnaissant la place de la rhétorique au sein du dialogue. Nous terminons enfin en reconnaissant que l’écart entre les modèles théoriques et la pratique des relations publiques telle qu’elle se manifeste généralement en contexte contemporain contribue à associer cette activité au modèle diffusionniste traditionnel et que le changement de paradigme qui placerait les relations publiques au cœur de la gouvernance participative demeure à actualiser.

La théorie de l’excellence en relations publiques

5Considéré comme le « père » des relations publiques modernes, James E. Grunig est certainement celui qui a le plus contribué à théoriser les relations publiques, ce qui aura permis d’élever la pratique au rang de véritable champ spécifique de la communication. Sa « théorie de l’excellence » (Grunig, 1992; Grunig et al., 2002) correspond à un modèle normatif qui vise à orienter vers un idéal la pratique des relationnistes, là où un modèle positiviste viserait à décrire les pratiques telles qu’elles se manifestent concrètement (Grunig, 2009, p. 2). L’approche prônée par Grunig constitue, encore aujourd’hui, le paradigme dominant dans l’étude des relations publiques (L’Etang, 2009).

  • 3 Ce serait le cas, par exemple, d’une entreprise qui divulguerait de l’information sur ses rejets po (...)
  • 4 Un sondage ou la tenue d’une journée portes ouvertes constituent des exemples de ces mécanismes.

6Rappelons que Grunig propose quatre modèles de relations publiques (Grunig et Hunt, 1984). Le premier, celui de l’agent de presse ou de la promotion, suppose une communication unidirectionnelle émanant de l’organisation et visant à mettre en évidence des aspects strictement positifs de celle-ci. De fait, c’est un modèle proche de la publicité, voire de la propagande. Le deuxième modèle, celui de l’information au public, se caractérise également par une communication unidirectionnelle émanant de l’organisation : les informations ainsi communiquées répondent toutefois davantage aux attentes et aux besoins des publics, ou aux différentes « attentes sociétales » (Heath et Palenchar, 2009)3. Il y a donc esquisse de bidirectionnalité, même si l’information diffusée demeure en grande partie celle de l’organisation. Comme son nom l’indique, le troisième modèle, celui de la communication bidirectionnelle asymétrique, correspond à une communication à double sens, divers mécanismes permettant aux publics de faire connaître leurs points de vue auprès de l’organisation4. La communication est toutefois qualifiée d’asymétrique puisque cet apport des publics n’influe pas directement sur la prise de décision, qui relève strictement des organisations, lesquelles sont au demeurant peu enclines à faire évoluer leur point de vue. Cette conception des relations publiques correspond au paradigme symbolique et interprétatif, où les communications visent à influencer la manière dont les différents publics interprètent les actions et les positions des organisations. Dans cette optique, les relations publiques jouent un rôle tactique et servent surtout à protéger les organisations de leur environnement (buffering) afin de leur permettre de mener leur action comme elles l’entendent (Grunig, 2009).

7Le quatrième modèle, celui de la communication bidirectionnelle symétrique implique en revanche une réelle participation des publics à la prise de décision organisationnelle, puisqu’il y a interinfluence véritable entre les différents interlocuteurs parties prenantes à la discussion, autant du côté de l’organisation que des divers publics. Dans un tel contexte, le contenu de la communication organisationnelle reflète à la fois les besoins en matière d’information des différents publics et ceux de « dissémination » de l’organisation (Grunig, 2009). Ce modèle, qui correspond à l’idéal normatif prôné par Grunig dans sa théorie de l’excellence, emprunte, quant à lui, au paradigme du management stratégique, issu des perspectives moderne et postmoderne de la théorie organisationnelle (Hatch, 1997), où l’objectif est d’établir des ponts entre l’organisation et ses différents publics (bridging) par la construction et l’entretien de relations avec ceux-ci (Van den Bosch et Van Riel, 1998). Dans cette perspective, les relations publiques sont considérées comme une activité qui permet de « construire des relations avec les publics qui contraignent ou améliorent la capacité qu’a l’organisation de remplir sa mission » (Grunig, 1992, cité dans Kent et Taylor, 2002, p. 23; traduction libre). L’accent est donc mis sur les relations, sur l’importance de les construire, de les cultiver et de les maintenir.

8De manière plus spécifique, le concept de symétrie réfère à la volonté, de part et d’autre, de saisir les différents points de vue mis de l’avant et de demeurer ouvert à faire évoluer sa propre vision de l’enjeu discuté, quitte à laisser tomber certaines conditions ou revendications : « organizations get more of what they want when they give up some of what they want » (Grunig et White, 1992, p. 46). S’étant penché sur l’évolution du concept de symétrie depuis son introduction par Grunig en 1984, Brown (2010) avance que celui-ci « has come to be understood far more simply as the willingness to change » (p. 278). Les relations cultivées entre une organisation et ses publics passent par des mécanismes communicationnels de nature dialogique. Ceux-ci visent une réelle co-construction de sens (Heath et Coombs, 2006) menant à une co-définition de l’intérêt public.

Un idéal critiqué

9Pour plusieurs, le modèle de la communication bidirectionnelle symétrique pèche par angélisme (voir notamment la critique très vive de Dover, 1995). Cette vision positive, voire utopique, des relations publiques n’est donc pas exempte de critiques.

10D’un point de vue néomarxiste, Roper (2005) soutient ainsi que le principe de la communication bidirectionnelle symétrique peut contribuer à maintenir l’hégémonie que les acteurs dominants, qu’il s’agisse de l’État ou des entreprises, exercent sur les acteurs sociaux. Ainsi, en contexte démocratique, l’hégémonie est constamment mise au défi et la seule façon de la maintenir, soutient Roper, est de créer des espaces de contestation et de négociation permettant l’atteinte de certaines concessions, faute de quoi la résistance prendrait de l’ampleur et menacerait la stabilité même du système. En ce sens, le modèle de la communication bidirectionnelle symétrique participerait au maintien du système hégémonique en fournissant ces formes d’espaces, soupapes à la grogne des différentes parties prenantes et dont les processus mèneraient rarement à des changements paradigmatiques quant au fonctionnement de nos sociétés.

11Dans un ordre d’idées connexe, d’aucuns soulignent que le concept de réciprocité sous-jacent au principe de symétrie semble relever d’un idéal difficilement atteignable en pratique, puisqu’il ne tient pas compte des enjeux de pouvoir qui se profilent forcément derrière les relations mises de l’avant entre une organisation et ses parties prenantes (L’Etang, 2009; voir aussi Cheney et Christensen, 2001; Leitch et Neilson, 2001). Le caractère inégal des pouvoirs et des ressources à la disposition des acteurs participant à la relation est un élément problématique soulevé par plusieurs auteurs critiques du modèle de l’excellence : « critical thinkers see the world asymmetrically, as a field of unequally equipped competitors, where powerful and well-resourced organizations dominate not only through overt force but also by covert, invisible, unacknowledged, symbolic strategies and unexamined assumptions » (Brown, 2010, p. 284-285). Dans cette perspective, Stoker et Tusinski (2006) soutiennent que « même la compagnie la plus sincère aura peine à créer une situation d’égalité dans le contexte de la communication avec ses diverses parties prenantes » (p. 165; traduction libre; voir aussi L’Etang et Pieczka, 2006).

12Cancel et al. (1997) avancent pour leur part que le modèle de la communication bidirectionnelle symétrique ne s’avère pas toujours le plus approprié selon les circonstances, multiples, liées à la fois à la réalité organisationnelle, au contexte économique et sociopolitique, aux publics auxquels fait face l’organisation et aux caractéristiques mêmes du relationniste. Au premier chef, ils insistent sur le fait que toutes les parties prenantes ne méritent pas des comportements accommodants ou la mise en place d’une approche dialogique de la part de l’organisation. De fait, une organisation qui ferait face à des groupes terroristes, ou présentant des positions absolutistes, et qui déléguerait tout de même ses représentants à la table de négociation risquerait de tomber dans le relativisme moral, ce qui ne serait pas sans soulever certains questionnements sur le plan éthique : « Accommodative behaviours such as engaging in dialogue with morally repugnant publics or offering trade-offs to those perceived as entirely wrong could be viewed as unethical » (Cancel et al., 1997, p. 38).

13Dans cette perspective, il devient réducteur de catégoriser la posture communicationnelle de l’organisation dans l’un ou l’autre des quatre modèles proposés par Grunig (1992). Cancel et al. (1997) les conçoivent plutôt comme formant un continuum allant du plaidoyer (advocacy) au compromis (accommodation), le premier étant mis de l’avant dans l’optique de convaincre alors que le second vise plutôt l’atteinte d’un consensus. Ce sont les circonstances qui dicteraient la position à adopter sur ce continuum afin de mettre de l’avant une stratégie qui soit considérée comme éthique : « excellence is not so simple and experienced professionals know that “it depends”. We must always ask what is going to be the most effective method at a given time. True excellence in public relations may result from picking the appropriate point along the continuum that best fits the current need of the organization and its publics » (Cancel et al., 1997, p. 35).

14Au-delà des éthiques, les fonctionnalistes critiquent, quant à eux, la faisabilité du modèle de l’excellence, et particulièrement l’idée selon laquelle les relationnistes doivent chercher à servir à la fois les intérêts organisationnels et ceux des parties prenantes auxquelles ils font face. Cela semble certes possible lorsque ces intérêts sont convergents, mais cela n’est évidemment pas toujours le cas : « practitioners cannot advocate for two (or more) conflicting interests and thus that one may then presume that the two-way symmetrical model is unworkable » (Sallot, 1993, cité dans Cancel et al., 1997, p. 38). En fait, selon Stoker et Tusinski (2006), la recherche d’un consensus entre l’organisation et ses parties prenantes, sous-jacente au modèle de la communication bidirectionnelle symétrique, risque de mener à des ententes factices, basées sur des informations erronées ou incomplètes et, forcément, de courtes durées. Ce serait le cas lorsque les parties en présence étoufferaient certaines informations considérées comme peu favorables à l’atteinte du consensus ou, au contraire, lorsqu’elles useraient de leurs ressources pour produire et fournir des informations susceptibles de favoriser une entente. Les auteurs prônent plutôt la reconnaissance des différences, voire des divergences, de points de vue dans une optique de réconciliation, plutôt que dans l’objectif d’atteindre le consensus : « The public relations practitioner recognizes the individuality of a particular public and then reconcile, not eliminates, those differences in building a relationship » (Stoker et Tusinski, 2006, p. 170). Dans cette perspective, les relations publiques visent surtout à découvrir les différences de points de vue pour mieux les comprendre et agir en conséquence par la suite : « Finding truth becomes much more important than achieving agreement, and change is motivated by a commitment to character rather than a desire to manage reputation and consensus » (Stoker et Tusinski, 2006, p. 174).

15En définitive, l’ensemble de ces critiques témoigne du fait que le concept de symétrie, toujours influent, ne constitue plus pour autant l’unique paradigme sous-jacent au domaine. D’ailleurs, Grunig (2001) lui-même a reconnu que la notion de symétrie n’était sans doute pas tout à fait adéquate pour décrire le modèle de l’excellence: « symmetry might not have been the best choice of name for the model of public relations I had in mind, but unfortunately, it probably is too late to change the name. Mixed motives, collaborative advocacy, and cooperative antagonist all have the same meaning as does symmetry » (p. 28). La conceptualisation d’une relation symétrique entre l’organisation et ses parties prenantes fait désormais place, entre autres, aux théories de la complexité, à la prise en compte des relations de pouvoir et à un cadre éthique élargi, considérations inspirées par des chercheurs issus d’autres disciplines (Brown, 2010). Il n’en demeure pas moins que c’est à partir de ce concept de symétrie que se sont développées les réflexions autour du courant relationnel (Ledingham et Bruning, 2000) et de l’approche dialogique des relations publiques (Grunig, 2001). Ces développements autour de la notion de dialogue nous apparaissent particulièrement utiles dans le contexte du courant participatif actuel, où est justement élevée au rang de valeur la relation qu’une organisation doit nécessairement entretenir avec ses parties prenantes.

Dialogue et courant participatif

16Issu des études urbaines (Bacqué et Gauthier, 2011) et en lien avec l’émergence des nouveaux mouvements sociaux (Neveu, 2011), le « courant participatif » a vu le jour à la fin des années 1960 avec, notamment, la parution de l’article phare de Sherry Arnstein (1969), « A Ladder of Citizen Participation », lequel continu d’être largement cité aujourd’hui. Cet article et ceux qui ont suivi dans la foulée – dont l’importante contribution sur le plan théorique de Pateman (1970) – placent la participation des citoyens au cœur de la démarche démocratique. Ce courant participatif a rejoint la sphère de l’administration publique dès les années quatre-vingt pour prendre plus d’ampleur au tournant des années quatre-vingt-dix (Bacqué et Sintomer, 2011; OCDE, 2001), où il demeure aujourd’hui présenté comme un incontournable, malgré ses résultats plutôt mitigés (Bherer, 2011; Côté et Gagnon, 2005 ; Monédiaire, 2011; Ryfe, 2005). On peut définir la gouvernance participative comme l’une des diverses stratégies institutionnelles liées à la gouvernance, laquelle vise ultimement l’engagement des citoyens : « Citizen engagement is the desired outcome or logical end of participatory governance » (United Nations, 2007, p. 7).

17La participation des citoyens aux processus consultatifs et décisionnels des organisations publiques peut, bien sûr, se justifier par des considérations démocratiques, mais également sur la base de raisons substantives, puisque le « savoir citoyen » – ou savoir « profane », par opposition au savoir expert (Callon et al., 2001) – peut être considéré comme une plus-value en regard du processus décisionnel. Cette participation peut enfin se justifier par un simple raisonnement pragmatique en vertu duquel les décisions issues d’un processus participatif seront plus largement acceptées et, en l’occurrence, plus facilement mises en œuvre (Korfmacher, 2001). Pressées par les citoyens, qui s’attendent désormais à être consultés à propos des enjeux qui les concernent, et empruntant une logique similaire à celle des organisations publiques, les entreprises ont graduellement emboîté le pas, en mettant de l’avant diverses démarches se disant « participatives », selon le modèle de la « conversation stratégique » (Lehmann, 2013). Il semble ainsi que les entreprises en soient venues à reconnaître la nécessité d’entrer en relation avec leurs parties prenantes afin de construire l’acceptabilité sociale de leurs projets et de leur raison d’être (Gendron, 2014). En témoigne d’ailleurs la publication de nombreux guides pratiques visant à accompagner les organisations dans ce cheminement (Audet et al., 2014; Caron-Malenfant et Conraud, 2009; Conseil patronal de l’environnement du Québec, 2012; INM, 2013).

18Or la plupart de ces guides, tout comme la littérature sur la gestion participative prise dans son ensemble, se focalisent surtout sur les différents mécanismes qui permettent aux organisations d’entrer en relation avec leurs différentes parties prenantes (voir, notamment, le bilan de Blondiaux (2011), celui, succinct, de Fischer (2011) ainsi que celui de Gariépy (2011), réalisé cette fois en contexte québécois). Il est ainsi sous-entendu que la mise en œuvre de ces mécanismes est en quelque sorte garante d’un dialogue de qualité entre les parties en présence : Blondiaux (2011) fait d’ailleurs référence à un « tropisme procédural » (p. 19). Or les caractéristiques de ce dialogue sont le plus souvent seulement effleurées, en faisant référence à l’idéal habermassien du « dialogue ouvert » (Habermas, 1979; voir notamment Monnoyer-Smith, 2011).

  • 5 Comme le soulignent Cohen et Fung (2004), participation et délibération sont deux notions distincte (...)

19Certes, la notion de délibération, plus largement développée dans le contexte du courant participatif5, touche certains des aspects clés du dialogue, comme en témoigne cette définition du concept :

Generally speaking, we can say that deliberation is debate and discussion aimed at producing reasonable, well-informed opinions in which participants are willing to revise preferences in light of discussion, new information, and claims made by fellow participants. Although consensus need not be the ultimate aim of deliberation, and participants are expected to pursue their interests, an overarching interest in the legitimacy of outcomes (understood as justification to all affected) ideally characterizes deliberation (Chambers 2003, p. 309).

  • 6 Le thème est utilisé en opposition aux initiatives globales, souvent gouvernementales, visant des m (...)

20Les conditions permettant une délibération authentique sont parfois abordées : dans une contribution sur les différents designs institutionnels pouvant être mis en place pour favoriser la participation des « mini publics »6, Fung (2003) avance ainsi qu’une délibération de qualité se doit d’être à la fois rationnelle et raisonnable, ce qui fait appel au respect, à la réciprocité et à l’équité, de même qu’à l’égalité et au caractère inclusif (voir aussi Fishkin, 2009, et Chang et Jacobson, 2010). Dialogue et délibération ne sauraient toutefois être considérés comme équivalents. Suivant Levine et al. (2005), le dialogue peut être conçu comme une étape préalable, parfois nécessaire, à la délibération, puisqu’il assure une compréhension mutuelle du raisonnement de l’autre et de son positionnement paradigmatique, ce qui permet d’éviter des confusions sur le plan conceptuel, des luttes symboliques ou d’autres détours de nature épistémologique, lesquels peuvent facilement faire dérailler un processus délibératif.

L’apport des relations publiques à la compréhension de la notion de dialogue

21Le courant relationnel et l’approche dialogique des relations publiques (Broom et al., 1997; Toth, 2000) apportent un éclairage utile à la compréhension des relations qui s’instaurent lors de la mise en œuvre de processus participatifs, autant d’un point de vue théorique que pratique. Cet apport de la communication est d’ailleurs en phase avec le souhait de Loïc Blondiaux (2011) qui, devant la complexité et la ramification des enjeux liés à la participation, en appelle à « l’établissement de passerelles entre les recherches, par-delà les disciplines et les cadres théoriques mobilisés » (p. 10).

22Le concept même de dialogue doit beaucoup au théologien et philosophe Martin Buber (1970, 1985), qui suggère que celui-ci implique un effort pour reconnaître la valeur de l’autre, qui doit être vu comme une fin en soi et non comme un simple moyen permettant d’en arriver à une fin (Kent et Taylor, 2002). L’idée de fonder la théorie des relations publiques sur la notion de dialogue revient quant à elle à Pearson (cité dans Kent et Taylor, 2002), qui a ainsi cherché, à la fin des années 1980, à développer un cadre conceptuel éthique autour de la pratique et de sa conceptualisation théorique. Dans cette optique, le modèle de la communication bidirectionnelle symétrique doit être vu comme un processus susceptible de générer un dialogue, compris comme le produit de ce processus ou de cette démarche (Kent et Taylor, 1998).

23Le dialogue tel qu’il se conçoit dans une perspective de relations publiques comprend cinq principales caractéristiques (Kent et Taylor, 2002) qu’il est pertinent de détailler ici :

  • La mutualité réfère à la reconnaissance du fait que l’organisation et les parties prenantes sont liées entre elles, et ce, de manière inextricable. Une telle reconnaissance favorise d’abord la collaboration, qui suppose que les acteurs parties prenantes au dialogue se placent dans une posture d’intersubjectivité, cherchant à comprendre la position de leurs vis-à-vis et les raisons qui sous-tendent une telle position. La mutualité renvoie ensuite à un esprit d’égalité mutuelle, en vertu duquel tous les participants au dialogue cherchent à maintenir des relations égalitaires en évitant d’exercer leur pouvoir sur l’autre, et ce, peu importe leur statut.

  • La proximité signifie, d’une part, que les publics sont consultés à propos d’enjeux qui les concernent et, d’autre part, qu’ils ont la volonté et la capacité d’articuler leurs points de vue pour les faire connaître à l’organisation. Cela suppose que les parties soient en mesure de communiquer dans le présent à propos des enjeux qui les concernent, et non après que les décisions aient été prises, et que l’accent de cette communication soit porté sur l’idée d’un futur partagé, équitable et acceptable pour l’ensemble d’entre elles. La proximité sous-tend en outre l’engagement entier des acteurs qui prennent part au dialogue, qui ne sauraient ainsi s’en tenir à un rôle de simple observateur ou à une posture de neutralité.

  • L’empathie fait référence à l’atmosphère de confiance qui doit nécessairement régner afin qu’une démarche qui se veut dialogique ait du succès. Cela fait appel au soutien, qui suppose que la participation des individus soit non seulement encouragée mais également facilitée (par exemple en mettant à leur disposition du matériel pertinent, en faisant en sorte que la salle soit accessible ou, de manière plus intangible, en facilitant l’entente mutuelle). Cela fait également appel à une orientation communautaire de la part de l’organisation, en vertu de laquelle les publics devraient être considérés comme des pairs plutôt que comme des entités externes à l’organisation. L’empathie fait enfin référence à la notion de confirmation, selon laquelle on reconnaît la voix de l’autre, et ce, même si elle diffère de la nôtre.

  • La notion de risque est inhérente au dialogue et se décline sous trois aspects. Le dialogue impliquant le partage d’informations, de croyances et de désirs, il présume d’abord la vulnérabilité des participants qui se mettent ainsi à nu devant leur interlocuteur. Il suppose ensuite de reconnaître l’altérité de son vis-à-vis. Enfin, n’étant pas dicté à l’avance et relevant de la spontanéité, le dialogue implique la mise au jour de conséquences imprévues.

  • L’engagement, finalement, fait référence à l’authenticité ou à la sincérité dans le dialogue, qui se doit d’être honnête et franc, au bénéfice de la relation plutôt que des intérêts de ceux qui l’incarnent. Dans cette perspective, les participants doivent s’engager dans la « conversation » non pas dans l’idée de défaire le point de vue de l’autre, mais plutôt d’en arriver à une entente mutuelle. L’engagement se traduit par la volonté partagée d’interpréter les propos de l’autre afin de les saisir dans toute leur complexité, ce que commande la notion d’intersubjectivité.

24Plus simplement, De Bussy (2010) suggère une opérationnalisation du dialogue reposant sur trois attributs, soit l’écoute, le respect inconditionnel et la volonté de changement. Alors que l’écoute vise la compréhension empathique du point de vue de l’autre, ce qui s’avère possible si est suspendue toute forme de jugement à son endroit, le respect inconditionnel commande de considérer l’autre comme étant un être rationnel, libre et porteur de valeurs intrinsèques, bref de faire appel à l’humanité des individus plutôt que de les considérer comme de simples « parties prenantes » porteuses d’intérêts. La volonté de changement, enfin, fait appel à l’ouverture dont doivent faire preuve les acteurs de la relation quant à la possible évolution de leur point de vue, ce qui implique une certaine prise de risques et commande de transcender les ego des uns et des autres.

25Sous l’éclairage de ces différentes caractéristiques, il est loisible de penser que certaines démarches qui se revendiquent du dialogisme relèvent, en fait, d’autres logiques. À titre d’exemple, si, dans un contexte de relations publiques, la mutualité est une posture largement acceptée, étant à la base, entre autres, de la relation entre une organisation et sa communauté immédiate (Kent et Taylor, 2002), la notion de risque est moins naturellement associée au domaine. De fait, les relations publiques sont souvent conçues comme une manière de réduire le risque. L’idée de « risque dialogique » est pourtant cohérente si on la conçoit comme un des éléments permettant l’atteinte d’une certaine compréhension mutuelle, minimisant d’autant les incertitudes et l’incompréhension entre une organisation et ses parties prenantes (op. cit.). La distinction proposée par Buber (2002) entre le dialogue authentique (genuine dialogue), le dialogue de nature technique et le monologue est utile afin de déterminer si une démarche relève véritablement du dialogisme :

Genuine dialogue involves each participant really having the others in mind and turning to them with the intention of establishing a living, mutual relation. Technical dialogue is prompted solely by the need for objective understanding. Finally, there is what Buber described as monologue disguised as dialogue. This can occur in a variety of situations, including debates where thoughts are expressed not as they existed in the mind but only to score points and without those being addressed regarded as in any way present as persons (De Bussy, 2010, p. 132).

26Robert L. Heath (2006) a ajouté à la compréhension du dialogue, notamment en reconnaissant la place de la rhétorique dans les processus dialogiques. Cet accent sur le dialogue, sur le rôle des relationnistes dans l’actualisation de celui-ci et sur les effets d’un tel exercice en société démocratique constitue le cœur de sa théorie de la fully functioning society.

La théorie de la fully functioning society

27Globalement, la théorie de la fully functioning society conçoit les relations publiques comme une fonction conciliatrice qui renforce les relations entre les citoyens d’une communauté donnée, avec pour résultat une meilleure entente mutuelle et une prise de décision mieux éclairée : « The fully functioning theory of public relations argues that it is a force (through reflective research and best practices) to foster community as blended relationships, resource distribution, and shared meanings that advance and yield to enlightened choice » (Heath, 2006, p. 97).

28Afin de pleinement jouer ce rôle de conciliateur, les représentants des organisations doivent avoir un certain « sens de la communauté » (ou du communitas), souvent mis en tension avec leurs intérêts strictement corporatifs (ou corporatas) (Trujillo, 1992) :

The concept of communitas features the symbolic and instrumental reality of community as transcending the structures and functions of individuals and organizations. As a consequence, organizations that foster communitas are seen as making an instrumental contribution to the full functioning of society (Heath, 2006, p. 106).

29Dans cette perspective, il s’agit, pour l’organisation, de « construire du sens » non pas en fonction de ce qui est dans son propre intérêt, mais plutôt à partir de l’intérêt public, vu comme le point de départ permettant par la suite d’élaborer une vision partagée d’un enjeu donné (Heath, 2006). C’est donc la lecture de l’environnement qui est appelée à déterminer la compréhension qu’aura l’organisation d’un enjeu donné, cet exercice faisant appel à la notion de management réfléchi (reflective management) (Holmström, 2004). C’est sur ces bases et par l’entremise du dialogue que peut émerger la co-construction de sens, vu comme l’apport fondamental des relations publiques à la société (Heath, 2001). Cette perspective n’est d’ailleurs pas étrangère à l’approche socioculturelle « radicale » des relations publiques (Edwards et Hodges, 2011), qui conçoit l’activité comme participant au processus communicationnel plus large à travers lequel la société construit sa réalité symbolique et matérielle : « public relations moves from being understood as a functional process enacted in the organisational context to being a contingent, socio-cultural activity that forms part of the communicative process by which society constructs its symbolic and material “reality” » (Edwards et Hodges, 2011, p. 3).

30Alors que la théorie de l’excellence évacue en quelque sorte les procédés rhétoriques en concevant le dialogue comme un processus « neutre » au sein duquel s’exerce une interinfluence simplement sur la base d’une écoute respectueuse de l’autre, la théorie de la fully functioning society reconnaît pour sa part la place (et l’importance) de la rhétorique au sein du dialogue. Reconnaissant que les stratégies de relations publiques n’émergent pas « naturellement », mais qu’elles sont de fait concrètement déployées par des acteurs au service de certaines organisations (Coombs et Holladay, 2007), elle place ainsi au centre de son intérêt les stratégies discursives mises de l’avant par les différentes parties en présence : « it is about maximizing, optimizing, or satisfying the process of meaning creation using informational, persuasive, relational, and discursive interventions to solve managerial problems by coproducing societal (public) legitimation » (Van Ruler et Verčič, 2005, p. 266).

31On fera ainsi référence à la notion de plaidoyer responsable (responsive advocacy), qui fait place au dialogue entre acteurs certes ouverts à la perspective de l’autre, mais tout de même porteurs d’idées relevant de leurs intérêts propres, envisagés et compris dans la perspective du « management réfléchi » : « The balance sought in such discussion is to maintain the robustness of advocacy, as dialogue through statement and counterstatement, whereby ideas in public can be refined, vetted, and used for enlightened choice » (Heath, 2006, p. 109). En somme, cette vision du dialogue raffine la notion de symétrie, en tenant compte de la force des idées contestées et débattues dans l’espace public : « It is a mean of seeking truth, knowledge, good reasons, sound choices, and wise policies. It is ethical because individuals use dialogue to define and advance their interests within the limits of others’ opinions about those matters » (Heath, 2001, p. 32). Dans cette perspective, l’égalité entre les différentes parties en présence, à la base du concept de symétrie, tient jusqu’à ce que leurs idées respectives soient mises en examen, à travers le dialogue : « This view of symmetry assumes an equality of right to speak but does not presume that all points of view are equal in rhetorical potency. Through persuasion and counterpersuasion, some ideas win and others lose even when parties eventually achieve mutually satisfying decisions » (Heath, 2001, p. 35).

32Au final, l’intersubjectivité issue des processus dialogiques permet le partage des différents points de vue en présence relatifs à un enjeu. Même si l’exercice ne mène pas nécessairement à un consensus, une entente « suffisante » ou un certain degré d’accord (concurrence of views) permet aux parties en présence de poursuivre le dialogue dans un esprit de « coopération compétitive » (Heath, 2001). Force est de constater que cet état d’esprit correspond de manière assez étroite aux principes sous-jacents à la gouvernance participative, où la recherche du consensus ne constitue pas un but en soi, mais où il est entendu que le dialogue et la délibération sont susceptibles de mener à une meilleure compréhension mutuelle à l’endroit d’un enjeu donné, au bénéfice de l’ensemble de la communauté ou, à plus large échelle, de la société (Blondiaux, 2008).

La mise en pratique des modèles théoriques en relations publiques : une utopie?

33En définitive, les développements présentés permettent de concevoir les relations publiques comme utiles au « vivre ensemble », en tant que fonction conciliatrice permettant de coconstruire, avec les différentes parties prenantes, le sens attribué à un enjeu donné, à travers le dialogue. En traitant d’interinfluence, de nécessité de construire des ponts entre l’organisation et les différentes parties prenantes et d’entretenir des relations durables avec celles-ci, de « management réfléchi » par la prise en compte de l’intérêt public, de symétrie et de dialogue, les réflexions théoriques développées au cours des vingt-cinq dernières années placent résolument les relations publiques en phase avec l’idée de gouvernance participative. De fait, le modèle dialogique des relations publiques et la théorie de la fully functionning society répondent à des objectifs similaires à ceux qui sous-tendent le développement de cette gouvernance participative. Bien que celle-ci s’intéresse surtout aux décisions et aux actions relevant des autorités publiques, les objectifs de légitimité, de justice et d’efficacité des décisions et des actions organisationnelles à sa base (Fung, 2006) peuvent être transposés aux objectifs d’une organisation qui déploie des activités de relations publiques dans la perspective des deux courants théoriques tout juste évoqués.

  • 7 En juillet 2014, l’Institut du Nouveau Monde organisait d’ailleurs une conférence sur le thème de l (...)

34Or force est de constater que la pratique concrète des relations publiques s’éloigne parfois des préceptes théoriques exposés ici (voir notamment Yates, 2015). En contexte nord-américain, la naissance d’une véritable « industrie de la participation »7 tend à crédibiliser la thèse selon laquelle les relations publiques seraient cantonnées à un modèle strictement diffusionniste, alors que des entreprises spécialisées en consultations publiques se verraient, pour leur part, confier le mandat d’établir le dialogue avec les publics concernés par un enjeu donné. Au final, cela concourt à avaliser l’idée selon laquelle le changement de paradigme en vertu duquel on reconnaîtrait un « rôle social » aux relations publiques (Coombs et Holladay, 2007) ne s’est pas encore massivement matérialisé. Il semble ainsi que, d’un point de vue démocratique, il y aurait lieu de mieux arrimer les développements théoriques de ce champ disciplinaire aux pratiques concrètes des relations publiques.

35Le degré d’autonomie des relationnistes par rapport à leur employeur ou à leur client demeure à cet égard un chantier à explorer. Dans un contexte où les citoyens sont souvent méfiants à l’endroit de la communication organisationnelle instrumentalisée et sont par ailleurs outillés pour déconstruire cette communication et ainsi former leur propre jugement (D’Almeida, 2007), la présence d’un tiers indépendant qui avaliserait le bien-fondé de la démarche organisationnelle contribuerait à restaurer la confiance envers les mécanismes dialogiques mis de l’avant dans la perspective de la théorie de la fully functioning society. L’adoption d’une perspective sociocentrée (plutôt que firmo-centrée (Pasquero, 2008)) en vertu de laquelle l’organisation constituerait une partie prenante parmi les autres et où le relationniste deviendrait un « facilitateur » de relations (Sauvé, 2010) est sans doute une première étape permettant de faire évoluer les pratiques en ce sens. Il est par contre loin d’être admis que les organisations emboîteront le pas et accepteront de céder leur position hégémonique pour favoriser cette posture propice à la symétrie. En somme, il s’agit d’un chantier qui pose d’énormes défis. Or, comme l’évoque bien sagement Heath (2006) : « The weakness that plagues public relations offers its greatest prospect for professional growth » (p. 94).

Haut de page

Bibliographie

Arnstein S. (1969). A Ladder of Citizen Participation. Journal of the American Institute of Planners, 35(4), 216-224.

Audet, L., Godin, J. et Tremblay, M. (1947). Implanter un projet : 7 règles pour réussir. Montréal, Québec : Concertation ICP.

Bacqué, M.-H. et Gauthier M. (2011). Participation, urbanisme et études urbaines. Quatre décennies de débats et d’expériences depuis A ladder of citizen participation de S. R. Arnstein. Participation, 1(1), 36-66.

Bacqué, M.-H. et Sintomer Y. (2011). La démocratie participative : histoire et généalogie. Paris, France : Éditions La Découverte.

Bernays, E. L. (1947). The Engineering of Consent. The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 250, 113-120.

Bherer, L. (2011). Les relations ambiguës entre participation et politiques publiques. Participation, 1(1), 105-133.

Blondiaux, L. (2008). Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative. Paris, France : Éditions du Seuil.

Blondiaux, L. et Fourniau, J.-M. (2011). Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien?. Participations, 1(1), 8-35.

Broom, G. M., Casey S. et Ritchey, J. (1997). Toward a Concept and Theory of Organization-Public Relationships. Journal of Public Relations Research, 9(2), 83-98.

Brown, R. E. (2010). Symmetry and its Critics: Antecedents, Prospects, and Implications for Symmetry in a Postsymmetry Era. Dans R. L. Heath (dir.), The Sage Handbook of Public Relations (p. 277-292), Thousand Oaks, CA: Sage Publications.

Buber, M. (1970). I and Thou. New York, NY : Charles Scribner’s Sons.

Buber, M. (1985). Between Man and Man. New York, NY : Collier Books.

Buber, M. (2002). From “Dialogue” (1932). Dans A. D. Biemannn (dir.), The Martin Buber reader (p. 189-205), New York, NY : Palgrave Macmillan.

Callon, M., Lascoumes, P. et Barthe, Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Paris, France : Le Seuil.

Cancel, A. E., Cameron, G. T., Sallot, L. M. et Mitrook M. A. (1997). It Depends: A Contingency Theory of Accommodation in Public Relations. Journal of Public Relations Research, 9(1), 31-63.

Caron-Malenfant, J. et Conraud, T. (2009). Guide pratique de l’acceptabilité sociale : piste de réflexion et d’action. Québec, Québec : Éditions D.P.R.M.

Chambers S. (2003). Deliberative Democratic Theory. Annual Review of Political Science, 6, 307-326.

Chang, L. et Jacobson, T. (2010). Measuring Participation as Communicative Action: A Case Study of Citizen Involvement in and Assessment of a City’s Smoking Cessation Policy-Making Process. Journal of Communication, 60(4), 660-679.

Cheney, G. et Christensen, L. (2001). Public Relations as Contested Terrain: A Critical Response. Dans R. Heath (dir.), Handbook of Public Relations (p. 167-182), Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Cohen, J. et Fung, A. (2004). Radical Democracy. Swiss Journal of Political Science, 10(4), 23-34.

Conseil patronal de l’environnement du Québec. (2012). Guide des bonnes pratiques afin de favoriser l’acceptabilité sociale des projets. Repéré à http://www.cpeq.org/files/guides/guide_bonnespratiques_web.pdf

Coombs, W. T. et Holladay, S. J. (2007). It’s Not Just PR. Public Relations in Society. Malden, MA : Blackwell Publishing.

Cosette, R. (2013). Éthique de la communication appliquée aux relations publiques. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Côté, G. et Gagnon, C. (2005). Gouvernance environnementale et participation citoyenne : pratique ou utopie? Le cas de l’implantation du mégaprojet industriel Alcan (Alma). Nouvelles pratiques sociales, 18(1), 57-72.

D’Almeida, N. (2007). La société du jugement. Essai sur les nouveaux pouvoirs de l’opinion. Paris, France : Armand Colin.

De Bussy, N. M. (2010). Dialogue as a Basis for Stakeholder Engagement. Defining and Measuring the Core Competencies. Dans R. Heath, The Sage Handbook of Public Relations (p. 127-144), Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Delli-Carpini, M., Cook, F. L. et Jacobs, L. R. (2004). Public Deliberation, Discursive Participation and Citizen Engagement: A Review of the Empirical Literature. Annual Review of Political Science, 7, 315-344.

Dover, C. J. (1995). The shearing of the IABC lambs. The Journal of Management Advocacy Communication, 1(1), 38-45.

Edwards, L. et Hodges, C. E. M. (2001). Introduction. Implications of a (Radical) Socio-Cultural “Turn” in Public Relations Scholarship. Dans L. Edwards et C. E. M. Hodges (dir.), Public Relations, Society & Culture: Theoretical and Empirical Explorations (p. 1-12), New York, NY : Routledge.

Fischer, F. (2011). La participation des citoyens et les débats sur les politiques : repenser la subjectivité et l’expression émotive. Téléscope, 17(1), 20-38.

Fishkin J. (2009). When People Speak. Deliberative Democracy and Public Consultation. Oxford, Angleterre : Oxford University Press.

Freeman, R. E. (1984). Strategic Management: A stakeholder Approach. Marshfield, MA : Pittman.

Fung, A. (2006). Varieties of Participation in Complex Governance. Public Administration Review, 66(1s), 66-75.

Fung. A. (2003). Survey Article. Recipes for Public Spheres: Eight Institutional Design Choices and Their Consequences. The Journal of Policital Philisophy, 11(3), 338-367.

Fung, A. et Warren, M. E. (2011). The Participedia Project: An Introduction. International Public Management Journal, 14(3), 341-362.

Fung, A. et Wright, E. O. (2003). Deepening Democracy. Institutional Innovations in Empowered Paticipatory Governance. Londres, Angleterre/New York, NY : Verso.

Gariépy, M. (2011). Les écrits sur la participation publique au Québec : une première cartographie. Téléscope, 17(1), 173-193.

Gendron, C. (2014). Penser l’acceptabilité sociale : au-delà des intérêts, les valeurs. Revue internationale de communication sociale et publique, (11), 117-129.

Grunig, J. E. (dir) (1992). Excellence in Public Relations and Communication Management. Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum.

Grunig, J. E. (2001). Two-Way Symmetrical Public Relations: Past, Present, and Future. Dans R. L. Heath (dir.), The Sage Handbook of Public Relations (p. 11-30), Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Grunig, J. E. (2009). Paradigm of Global Public Relations in an Age of Digitalisation. PRism, 6(2), 1-19.

Grunig, J. E. et J. White. 1992. « The effect of worldviews on public relations theory and practice ». Dans J. E. Grunig (dir.), Excellence in public relations and communication management (p. 31-64). Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates Inc.

Grunig, L. A., Grunig, J. E. et Dozier, D. M. (2002). Excellence in public relations and communication management : A study of communication management in three countries. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Grunig, J. E. et Hunt, T. (1984). Managing Public Relations. Belmont, CA : Wadsworth Publishing Company.

Habermas, J. (1979). Communication and the Evolution of the Society. Boston, MA : Beacon Press.

Hatch, M. J. (1997). Organization Theory: Modern, Symbolic, and Postmodern Perspectives. Oxford, Angleterre : Oxford University Press.

Heath, R. L. (2006). Onward Into More Fog: Thoughts on Public Relations’ Research Directions. Journal of Public Relations Research, 18(2), 93-114.

Heath, R. L. (2001). A Rhetorical Enactment Rationale for Public Relations: The Good Organization Communicating Well. Dans R. L. Heath (dir.), The Sage Handbook of Public Relations (p. 31-50), Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Heath, R. L. et Coombs, W. T. (2006). Today’s public relations. Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Heath, R. L. et Palenchar, M. J. (2009). Strategic Issues Management: Organizations and Public Policy Challenges. Londres, Angleterre : Sage Publication.

Holmström, S. (2004). The Reflective Paradigm of Public Relations. Dans B. van Ruler et D. Verčič (dir.), Public Relations and Communication Management in Europe (p. 125-166), Berlin, Allemagne : Mouton de Gruyter.

Institut du Nouveau Monde. (2013). Étude sommaire sur les processus et les facteurs d’acceptabilité sociale pour le secteur industriel. Repéré à http://inm.qc.ca/Centre_doc/28-acceptabilite_sociale.pdf

Kent, M. L. et Taylor, M. (1998). Building Dialogic Relationships through the World Wide Web. Public Relations Review, 24(3), 312-334.

Kent, M. L. et Taylor, M. (2002). Toward a Dialogic Theory of Public Relations. Public Relations Review, 28, 21-37.

Korfmacher, K. S. (2001). The Politics of Participation in Watershed Modeling. Environmental Management, 27(2), 161-176.

L’Etang, J. (2009). “Radical PR”: Catalyst for Change or an Aporia?. The international Journal of Communication Ethics, 6(2), 13-18.

L’Etang, J. et Pieczka, M. (dir.) (2006). Public Relations: Critical Debates and Contemporary Practice. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum.

Laforest, R. et Phillips, S. D. (2007). Citizen Engagement: Rewiring the Policy Process. Dans M. Orsini et M. Smith (dir.), Critical Policy Studies (p. 67-90), Vancouver, CB/Toronto, Ontario : University of British Columbia Press.

Ledingham, J. A. et Bruning, S. D. (dir.) (2000). Public Relations as Relationship Management: A Relational Approach in the Study and Practice of Public Relations. Mahwah, NJ : Lauwrence Erlbaum Associates.

Lehmann V. (2013). De Manic-5 au Plan nord, qu’avons-nous appris? Le cas du gaz de schiste au Québec. Dans V. Lehmann et B. Motulsky (dir.), Communication et grands projets. Les nouveaux défis (p. 3-32), Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Leitch, S. et Neilson, D. (2001). Bridging Publics into Public Relations: New Theoritical Frameworks for Practice. Dans R. L. Heath (dir.), The Sage Handbook of public relations (p. 127-138), Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Levine, P., Fung, A. et Gastil, J. (2005). Future Directions for Public Deliberation. Dans J. Gastil et P. Levine (dir.), The Deliberative Democracy Handbook. Strategies for Effective Civic Engagement in the 21st Century, San Francisco, CA : Josey Bass.

Maisonneuve, D. (2010). Les relations publiques dans une société en mouvance. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Monédiaire, G. (2011). La participation du public organisée par le droit : des principes prometteurs, une mise en œuvre circonspecte. Participation, 1(1), 134-155.

Monnoyer-Smith, L. (2011). Communication et délibération. Enjeux technologiques et mutations citoyennes. Paris, France : Lavoisier/Hermès Science.

Neveu, É. 2011. Sociologie des mouvements sociaux (5e édition). Paris : Éditions La Découverte.

Organisation de coopération et de développement économique. (2001). Des citoyens partenaires. Manuel de l’OCDE sur l’information, la consultation et la participation à la formulation des politiques publiques. Paris, France : OCDE. Repéré à http://www.bourgogne.gouv.fr/assets/bourgogne/files/dvlpt_durable/OCDE_participation_des_citoyens.pdf

Pasquero, J. (2008). Entreprise, développement durable et théorie des parties prenantes : esquisse d’un arrimage socio-constructionniste. Management international, 12(2), 27-47.

Pateman C. (1970). Participation and Democratic Theory. Cambridge, Angleterre : Cambridge University Press.

Roper, J. (2005). Symmetrical Communication: Excellent Public Relations or a Srategy for Hegemony?. Journal of Public Relations Research, 17(1), 69-86.

Ryfe, D. (2005). Does Deliberative Democracy Work. Annual Review of Politics, 8, 49-71.

Sauvé, M. (2010.) Les relations publiques autrement. Vers un nouveau modèle de pratique. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Stoker, K. L. et Tusinski, K. A. (2006). Reconsidering Public Relations’ Infatuation With Dialogue: Why Engagement and Reconciliation Can Be More Ethical Than Symmetry and Reciprocity. Journal of Mass Media Ethics, 21(2-3), 156-176.

Tenbensel, T. (2005). Multiple Modes of Governance. Disentangling the alternatives to hierarchies and markets. Public Management Review, 7(2), 267-88.

Toth, E. L. (2000). From Personal Influence to Interpersonal Influence: A Model for Relationship Management. Dans J. A. Ledingham et S. D. Bruning (dir.), Public Relations as Relationship Management: A Relational Approach to the Study and Practice of Public Relations (p. 205-220), Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum.

Trujillo, N. (1992). White Knights, Poker Games, and the Invasion of the Carpetbaggers: Interpreting the Sale of a Professional Sports Franchise. Dans E. L. Toth et R. L. Heath (dir.), Rhetorical and Critical Approaches to Public Relations (p. 257-277), Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

United Nations (Economic and Social Council). (2007). Participatory Governance and Citizens’ Engagement in Policy Development, Service Delivery and Budgeting. Note by the Secretariat. Committee of Experts on Public Administration, New York. Repéré à http://unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/un/unpan025375.pdf

van den Bosch, F. A. J. et van Riel, C. B. M. (1998). Buffering and Bridging as Environmental Strategies of Firms. Business Strategy and the Environment, 7(1), 24-31.

van Ruler, B. et Verčič, D.( 2005). Reflective Communication Management: Future Ways for Public Relations Research. Dans P. J. Kalbfleisch (dir.). Communication yearbook 29 (p. 239-273), Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Yates, S. (2015, 1er juillet). Social Acceptability and the Fully Functioning Society Theory: A Paradigm Shift that is still in Waiting. Communication présentée à la conférence PR Meeting #5, Barcelone, Espagne.

Haut de page

Notes

1 Voir la définition des relations publiques ainsi proposée par l’organisation : http://scrp.ca/aboutus/mission.aspx.

2 Bien qu’ils soient parfois utilisés de manière interchangeable, les termes public et partie prenante ne sont pas tout à fait synonymes. Comme le soulignent Coombs et Holladay (2007), les publics sont des collectifs qui se forment en réaction à un enjeu ou à une situation problématique; ils ont ainsi forcément « an issue-oriented stake in an organization » (p. 24). Les parties prenantes, qu’on peut définir comme tout groupe qui peut affecter ou être affecté par les actions d’une organisation (Freeman, 1984), correspondent, pour leur part, à une réalité plus vaste. Cette perspective élargie « takes more account of the often conflicting demands that various groups place on an organization » (Coombs et Holladay, 2007, p. 25) et apporte donc une vision sans doute plus réaliste de l’environnement dans lequel sont déployées les stratégies de relations publiques.

3 Ce serait le cas, par exemple, d’une entreprise qui divulguerait de l’information sur ses rejets polluants dans son rapport annuel.

4 Un sondage ou la tenue d’une journée portes ouvertes constituent des exemples de ces mécanismes.

5 Comme le soulignent Cohen et Fung (2004), participation et délibération sont deux notions distinctes, souvent en tension, puisque plus grande est la participation, plus la qualité de la délibération tend à décliner. Pour une revue de littérature sur la notion de délibération, voir Delli-Carpini et al. (2004).

6 Le thème est utilisé en opposition aux initiatives globales, souvent gouvernementales, visant des millions de citoyens.

7 En juillet 2014, l’Institut du Nouveau Monde organisait d’ailleurs une conférence sur le thème de la professionnalisation du champ de la participation publique, à l’occasion du congrès de l’Association internationale de science politique (https://www.ipsa.org/fr/events/congress/montreal2014/panels-by-session/accepted/38895/all).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Yates, « Relations publiques et gouvernance participative : une vision partagée du « vivre ensemble »? », Communiquer, 15 | -1, 107-121.

Référence électronique

Stéphanie Yates, « Relations publiques et gouvernance participative : une vision partagée du « vivre ensemble »? », Communiquer [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1722 ; DOI : 10.4000/communiquer.1722

Haut de page

Auteur

Stéphanie Yates

Professeure, Département de communication sociale et publique
Université du Québec à Montréal, Canada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org