Navigation – Plan du site

Excaver, tracer, réécrire : sur les renouveaux historiques en communication

Excavate, Retrace, Revisit: Exploring Two New Historical Perspectives in Communication Studies
Ghislain Thibault et Dominique Trudel
p. 5-23

Résumés

Cet article rend compte de deux nouvelles perspectives en histoire de la communication : la nouvelle histoire des études en communication et les histoires sociales et médio-archéologiques des médias. Nous présenterons d’abord les contextes d’émergence ainsi que les contributions propres à ces deux renouveaux historiques, pour ensuite tenter de les articuler en examinant leurs contributions et leurs limites. Ce faisant, nous souhaitons contribuer à ce numéro thématique de trois façons, soit 1) en offrant un aperçu critique de perspectives qui ont récemment redynamisé la recherche en communication ; 2) en problématisant certains des enjeux inhérents à la pratique de l’histoire ; et 3) en esquissant quelques-unes des lignes de convergence pouvant solidariser l’histoire de la communication et l’histoire des médias.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous pensons entre autres à des ouvrages édités tels que Explorations in Communication and History (...)

1La publication récente de nombreux ouvrages et numéros spéciaux portant sur l’histoire de la communication témoigne tout à la fois de la diversité des conceptions de la communication et de l’engouement émergent pour les recherches historiques en communication1. Qu’il s’agisse de l’histoire de la communication comme objet de recherche ou comme concept, un retour à l’histoire semble avoir réussi à imposer son urgence et sa pertinence.

2Nous pourrions expliquer ce regain d’intérêt pour l’histoire à la fois par l’évolution et la nature du champ d’études de la communication. Assez récent, notre champ a, en effet, peut-être tardé à aborder la question de sa propre historicité. Il est longtemps demeuré un champ « nouveau » et il a davantage bataillé à asseoir sa légitimité aux yeux des autres sciences sociales qu’à développer son historiographie. La tradition interdisciplinaire de la communication peut également avoir participé à ce qui semble aujourd’hui une longue éclipse de la question historique. Les chercheurs qui ont dirigé les premiers programmes de recherche en communication le faisaient à partir des épistémologies de leurs disciplines d’origine : la sociologie, l’éducation, la psychologie, la science politique, etc. La diversité et le dynamisme actuel des sous-champs de la communication marquent à la fois l’importance de ce passé interdisciplinaire et la difficulté de réunir les chercheurs autour d’une histoire de la communication, comme en font foi le bon nombre de critiques à l’égard des recueils de textes canoniques en communication (Buxton, 2007).

3La position dominante des études sur les médias au sein des premiers programmes de recherches empiriques a sans doute également contribué à freiner le déploiement d’une tradition historiographique en communication. Une fois institutionnalisée comme champ dédié à l’étude empirique des effets des médias de masse, tout se passe comme si la communication était devenue immunisée à l’histoire. En effet, ce champ d’études, dont le développement est lié à l’émergence d’une anxiété collective face aux effets de la propagande durant l’entre-deux-guerres, est implicitement synchronique : il cherche à élucider les effets contemporains des médias à mesure que ceux-ci évoluent. Une telle orientation a présidé à la réalisation d’une longue série de recherches a-historiques portant sur les effets des nouveaux médias (Ryfe, 2001). Constamment poussés dans un mouvement vers l’avant, les chercheurs semblent ainsi avoir privilégié les études conjuguées au présent.

4Différentes perspectives théoriques, méthodologiques et épistémologiques ont récemment cherché à interroger autrement l’histoire de la communication en tant que champ d’études, mais également en tant qu’objet. Notre contribution à ce numéro thématique de Communiquer sur les perspectives en sciences de la communication s’attarde à deux de ces perspectives. La première, qui s’incarne dans le projet d’une « nouvelle histoire » de la communication (Pooley et Park, 2008 ; Pooley, 2008), jette un nouveau regard sur l’histoire des études en communication. Cette nouvelle histoire formule une critique de l’histoire reçue, qu’elle associe à un mythe fondateur, et propose de lui substituer un corpus d’historiographie critique et réflexive témoignant de la diversité du champ et des contextes qui l’ont façonnée. La seconde perspective à laquelle nous nous attarderons regroupe une première génération de chercheurs en histoire sociale et culturelle des médias, ainsi qu’une seconde génération de chercheurs qui s’identifient à l’approche émergente de « l’archéologie médiatique » (Huhtamo et Parikka, 2011 ; Parikka, 2012).

5Cette exploration des nouvelles perspectives en histoire poursuit deux objectifs. D’abord, ce survol de la littérature contextualise le développement de ces perspectives au sein des études en communication. Ensuite, notre démarche problématise, sans la résoudre, la fonction de représentation de l’historiographie. Alors que les objets et les méthodes « propres » à la communication sont ouvertement contestés par les nouvelles perspectives historiques en communication, qui remettent en jeu les frontières du champ, comment l’histoire (ou plutôt les histoires) de la communication se déploie-t-elle ? Dans la mesure où l’historiographie constitue une pratique de représentation, au sens de Hall (2001), sa fonction n’est pas simplement de rendre compte fidèlement des évènements, des acteurs sociaux ou des institutions qui ont « fait » la communication. Plutôt, les différents récits historiques participent à la construction du champ par les choix qu’ils opèrent dans le réel, par la mise en forme de frontières temporelles ou institutionnelles, par les intrigues qu’ils mettent en scène. C’est donc l’historiographie comme dispositif discursif qui nous intéresse ici. Comment les « nouvelles » perspectives en histoire de la communication et des médias résistent-elles au piège de la sédimentation du champ ? Quelle est la possibilité d’une pluralité des récits historiques ? Finalement, en opérant la rencontre entre deux perspectives historiques dont les démarches peuvent sembler divergentes, nous souhaitons stimuler la réflexion sur le rôle de la question historique en communication. En effet, si la nouvelle histoire et l’histoire des médias portent sur des objets de recherche différents (la première s’attarde davantage aux institutions et aux acteurs sociaux et la seconde, aux moyens techniques de communication), elles participent toutes deux, nous le verrons, à stimuler et revitaliser – par l’histoire les études en communication, et peut-être aussi – par la communication – la discipline de l’histoire.

6Alors que nous abordons différents « renouveaux » historiques qui ont dernièrement marqué la communication, nous resterons critiques par rapport au discours de « nouveauté » de ces perspectives. L’épithète nouveau est souvent accompagnée de politiques d’exclusion et de rejet du passé, et les historiens qui souhaitent construire une historiographie inclusive doivent s’en méfier. Alors que les proclamations de « révolutions » technologiques, théoriques ou culturelles se succèdent aujourd’hui à un rythme effarant, le discours de la nouveauté cherche trop souvent à masquer le passé afin d’établir un discours dominant. Nous verrons que les nouvelles perspectives historiques cherchent, au contraire, à faire se déployer le champ d’études sans réifier la position dominante au sein d’un continuum historique.

Les nouveaux courants en histoire de la communication

7Le récent intérêt pour l’histoire des études en communication s’incarne notamment dans le projet d’une « nouvelle histoire » de la communication (Pooley, 2008 ; Pooley et Park, 2008). Comme cette nouvelle histoire s’élabore à partir d’une critique de l’historiographie existante du champ d’études, il convient d’abord d’en revisiter succinctement les principaux développements. Ces développements, nous le verrons, ne peuvent être séparés de l’institutionnalisation de la communication, d’une part comme champ d’études, d’autre part comme discipline, et des enjeux de légitimité inhérents à un tel processus. La critique de l’historiographie du champ constitue un des piliers de la nouvelle histoire dont l’objectif général est de contextualiser le développement du savoir. Nous proposerons une exploration plus détaillée de la nouvelle histoire, un projet dont les orientations demeurent largement ouvertes, comme le sont souvent les chantiers intellectuels en développement.

Une nouvelle histoire de l’historiographie de la communication

8Aux États-Unis, les études en communication s’institutionnalisent rapidement durant les années 1950, alors que sont fondés de nombreux départements. La communication fait alors face à d’importants problèmes de légitimité par rapport aux autres sciences sociales sur lesquelles elle s’appuie, mais dont elle doit impérativement se distinguer. C’est dans ce contexte que sont élaborés les premiers récits portant sur l’histoire des études en communication, lesquels s’imposent rapidement comme « canon mineur » (Carey, 1996).

9Cette histoire reçue des études en communication amalgame deux récits distincts. Le premier, élaboré pour une première fois dans Personal Influence (Katz et Lazarsfeld, 1955), tient en quelques lignes : avant la Seconde Guerre mondiale, les études en communication étaient méthodologiquement naïves et spéculatives, postulant que la communication avait des effets directs, qu’ils soient pervers ou bénéfiques. Cette période est souvent représentée à l’aide des métaphores de la « seringue hypodermique » ou de la « magic bullet theory ». Après la guerre, les recherches empiriques auraient permis de mettre à jour les effets limités et complexes des médias, notamment la médiation des groupes d’appartenance et des leadeurs d’opinion. Ces découvertes marquent, toujours selon ce récit, l’avènement de la recherche « scientifique » portant principalement sur les effets des médias.

10Un tel récit n’est évidemment pas sans fondement, dans la mesure où il témoigne bien d’une certaine évolution des études en communication, qui ont progressivement délaissé les études sur la propagande durant l’entre-deux-guerres. Il se méprend toutefois sur la sophistication et la diversité des études sur la propagande, lesquelles s’alignaient souvent sur des conceptions progressistes qui présumaient l’existence d’un public actif, capable de résister à la propagande (Sproule, 1989). Ce récit néglige également de mentionner les origines militaires du modèle du two step flow comme tactique de propagande, bien avant les années 1940 (Glander, 2000 ; Trudel, 2013). Bref, l’histoire reçue doit davantage au contexte académique et aux enjeux de légitimation qui lui sont propres qu’à l’histoire des études sur les médias (Pooley, 2006 ; Carey, 1996).

11Le second de ces récits, celui des « pères fondateurs », a été élaboré pour une première fois par Berelson (1959) et ensuite popularisé par Schramm (1963). Ce récit identifie la communication comme un champ d’études créé durant l’entre-deux-guerres, au confluent de différentes traditions disciplinaires déjà établies, soit la psychologie (Lewin et Hovland), la science politique (Lasswell) et la sociologie (Lazarsfeld). Ce récit sera largement adopté et contribua significativement – c’était l’intention de Berelson et de Schramm – à l’institutionnalisation de la communication, sous la forme d’instituts interdisciplinaires puis de départements, et éventuellement à sa reconnaissance comme discipline (Sproule, 2008).

12À propos des approches historiques en communication, Berelson écrit alors : « Again, the field’s question has been: Is it science ? » (1959, p. 4). Dans le contexte du développement des études en communication évoqué par Berelson, le resserrement du champ autour d’approches béhavioristes, en plus d’être conséquent avec les orientations théoriques de Berelson – qui est alors professeur de sciences béhavioristes à l’Université de Chicago et directeur du Bureau of Applied Social Research de l’Université Columbia –, constitue également une stratégie visant à assurer l’institutionnalisation du champ autour d’une synthèse théorique limitée (Peters, 1986). Ce récit a contribué à faire oublier le travail de contextualisation historique caractérisant de nombreuses études empiriques aujourd’hui considérées comme béhavioristes ou scientistes. Parmi bien d’autres, Robert K. Merton, Harold Lasswell et Paul Lazarsfeld ont par moment tenté d’ancrer leurs analyses dans une perspective historique plus vaste (Simonson, Peck, Craig et Jackson, 2013b).

13À partir des années 1970, Carey (1989) propose une histoire alternative des études en communication qui met l’accent sur la tradition de l’École de Chicago. Selon Carey, Charles Horton Cooley, Robert Park et John Dewey auraient amorcé une réflexion riche et originale sur la communication comme activité constitutive du social, réflexion qui n’a pas survécu à la popularisation rapide des études administratives portant sur les effets des médias. Carey souhaite ressusciter cette tradition ignorée afin de redéployer le champ des études en communication autour de sa propre conception rituelle de la communication, qui arrime l’École de Chicago avec les études culturelles britanniques. Or la démarche de Carey, qui s’appuie sur une documentation mince, relève peut-être davantage de l’insurrection intellectuelle que de l’histoire des études en communication (Pooley, 2007). Bien des années plus tard, et en dépit de ses propres travaux, Carey (1996) écrira d’ailleurs que l’histoire des études en communication demeure encore à écrire, dans la mesure où la littérature historique existante de l’époque se contente de réarranger sans fin les mêmes « débris ». À la même époque, Gitlin (1978) propose lui aussi une histoire critique des études en communication en exposant comment le « paradigme dominant » de recherche sur les effets des médias s’est développé en fonction des intérêts des industries médiatiques, qui ont par ailleurs financé de nombreuses études sur les effets des médias. Mais ce faisant, Gitlin accepte implicitement le récit historique de Personal Influence, qu’il reformule simplement en termes négatifs (Pooley, 2008).

14Au cours des années 1980, différentes contributions ont prolongé l’un ou plusieurs de ces courants historiographiques. Par exemple, Czitrom (1982) revisite lui aussi la contribution de l’École de Chicago aux études en communication, un travail qui se démarque de celui de Carey par la profondeur de la recherche archivistique (Simonson, 2007). En 1983, le Journal of Communication propose un volumineux numéro spécial sous le thème « Ferment in the Field », numéro éclectique dans lequel se côtoient des critiques des origines du champ d’études ainsi que des récits biographiques portant sur les origines du champ. Si ce numéro témoigne de l’intérêt émergent pour l’histoire des études en communication et d’une volonté de réfléchir à ses développements, la réflexion critique sur l’historiographie demeure peu développée. Dans ce contexte, la métaphore du « ferment », en plus d’évoquer les renouveaux du champ d’études, renvoie paradoxalement à une conception linéaire et téléologique de l’histoire du champ, qui contiendrait en quelque sorte en lui-même les ferments de son propre développement :

The dialogue of perspectives represented in this volume is both the culmination and the commencement of a process. We hope it may be a milestone along the course of growth and rapid development of communications as a discipline, its “coming of age” as an active participant in and observer of the growth of communications technologies and institutions (Gerbner, 1983a, p. 5).

Un projet : la nouvelle histoire de la communication

15Selon Pooley (2008), c’est à la fin des années 1980 que commence à se développer un corpus historiographique qu’il identifie à la « nouvelle histoire » (new history) des études en communication. Ce courant, que Pooley associe aux travaux de six chercheurs (Christopher Simpson, Timothy Glander, Rohan Samarajiva, Brett Gary, William Buxton et J. Michael Sproule) est caractérisé par un intérêt pour les différents contextes historiques qui ont façonné les études en communication et par une importante recherche archivistique. Bien que ces travaux soient irréductibles l’un à l’autre, ils partagent certaines conclusions quant au rôle structurant joué par la fondation Rockefeller dans la genèse de ce qui deviendra le paradigme dominant des études en communication (Buxton, 1994 ; Gary, 1999). Ces travaux ont également exposé comment les recherches portant sur la guerre psychologique ont constitué, au cours de la Seconde Guerre mondiale et des premières années de la guerre froide, l’une des principales matrices du développement des études portant sur les effets des médias (Glander, 2000 ; Simpson, 1994).

16Selon Pooley et Park (2008) la nouvelle histoire tendrait : 1) à témoigner de la singularité des contextes historiques ; 2) à un éclectisme méthodologique et explicatif ; 3) à mettre l’accent sur la recherche archivistique ; 4) à utiliser des bases de données et des techniques quantitatives ; 5) à s’intéresser aux microhistoires et aux histoires institutionnelles ; 6) à développer des perspectives internationales ou comparatives ; 7) à entrer en dialogue avec l’historiographie des autres sciences sociales. Il est intéressant de noter que la majorité des chercheurs identifiés par Pooley ne proposent pas une critique soutenue de l’historiographie de la communication. Si leurs travaux sont pertinents pour cette historiographie, c’est parfois par accident, puisqu’il ne s’agit pas nécessairement de leur ambition première. Par exemple, c’est la relation entre la propagande et l’évolution du libéralisme qui intéresse Gary (1999), et c’est la reconsidération des discours sur le développement dans le cadre de la guerre psychologique qui intéresse Samarajiva (1987). Dans la mesure où la nouvelle histoire constitue une attribution a posteriori, les chercheurs qui se réclament de la « nouvelle histoire » en communication sont rares.

17C’est toutefois sur cette perspective externaliste du champ de la communication qu’insiste la nouvelle histoire, laquelle rend compte de la diversité des contextes et des forces historiques ayant contribué à façonner les études en communication. Ce type d’enquête se concentre sur des institutions particulières (instituts de recherche, départements, fondations, etc.) et sur la singularité des contextes et des enjeux locaux ayant contribué à les façonner. À leur manière, chacune de ces institutions – et c’est particulièrement vrai des départements de communication – a dû établir une certaine forme de cohérence, aussi minimale et contestée soit-elle, afin de réaliser leur mission. Ainsi, derrière la communication se cachent une multitude d’accomplissements singuliers et l’incommensurable diversité d’agendas de recherche et d’enseignement. Or, comme le souligne Pooley et Park (2013), l’histoire des études en communication, plutôt que de rendre compte de ce chaos, tend à y mettre de l’ordre et à le discipliner, parfois au détriment de sa richesse intellectuelle (Peters, 1986). Malgré de nombreuses tentatives, l’histoire de ces réinventions singulières demeure à écrire, avec le souci de rendre compte à la fois de la spécificité des contextes locaux ou nationaux et de l’internationalisation du champ d’études, notamment dans une perspective comparative.

18Dans la mesure où l’histoire standard de la communication tend à discréditer les études menées durant l’entre-deux-guerres, certains chercheurs se sont tout particulièrement intéressés à cette période, notamment à certaines institutions qui n’ont pas eu le succès escompté ou qui ont été délaissées par l’historiographie. Par exemple, Buxton (2008) rend compte de l’hétérogénéité qui a caractérisé les travaux réalisés par les chercheurs de l’École de Chicago, exposant comment Paul G. Cressey, dans une étude jamais publiée, avait rompu avec la conception négative du cinéma de Robert Park (qui croyait que le cinéma encourageait le crime et le désordre) pour lui substituer une conception du cinéma comme agent d’une éducation informelle. Selon Buxton, le cas de Cressey, loin d’être anecdotique, témoigne du sort qui attend ceux qui, divergeant des canons académiques, sont voués aux oubliettes de l’histoire. Dans une veine similaire, Wahl-Jorgensen (2004) s’intéresse à l’ambitieux projet de recherche sur les médias initié en 1928 par Douglas Waples, professeur à la Graduate Library School de l’Université de Chicago.

  • 2 Wartella (1996) offre également une relecture critique des historiographies existantes, soulignant (...)

19La nouvelle histoire propose également de redécouvrir des institutions qui, contrairement à l’École de Birmingham, l’École de Chicago ou l’École de Columbia, sont peu abordées dans l’historiographie (Pooley et Park, 2013). Elle ouvre donc la porte à ce que des récits historiques locaux et régionaux viennent bonifier notre compréhension du champ, au risque de bouleverser l’histoire reçue, campée dans le contexte américain. Le cas du Québec ou du Canada, par exemple, est particulièrement intéressant pour situer le rôle de ce type de récits, en marge des histoires reçues, dans cet objectif de rendre l’histoire plurielle. Si l’historiographie des études québécoises en communication est peu développée (Yelle, 2004), de récentes contributions abordent l’histoire de certains départements de communication en mettant l’accent sur la spécificité des contextes ayant présidé à leur développement. Par exemple, Gaëtan Tremblay (2014) et Serge Proulx (Trudel, 2010) ont récemment retracé leurs parcours respectifs à l’Université du Québec à Montréal. Tremblay (2014) décrit notamment comment les collaborations entre chercheurs québécois et catalans ont été motivées par des contextes politiques similaires. D’autres travaux se sont concentrés sur l’histoire de différents départements de communication au Canada, ainsi que sur l’histoire de l’Association canadienne de communication et du Canadian Journal of Communication (Fouts, 2000). Mentionnons aussi la création et la valorisation, depuis 2012, du fonds d’archives de l’Association canadienne de communication à l’Université Carleton. Les historiographes du champ des études en communication au Canada reconnaissent par exemple (ce que ne fait pas Pooley) l’apport de la Canadienne Gertrude Robinson, qui a été parmi les premières à proposer un programme réflexif et critique sur l’historiographie du champ de la communication dans les années 1980, et ce, à la même époque où Pooley identifie l’émergence de sa nouvelle histoire2. Babe (2000) propose quant à lui une intéressante discussion des convergences et des divergences entre recherche canadienne et américaine en communication, tout en identifiant dix chercheurs formant la « pensée canadienne en communication ». D’autres encore, à l’instar de Kroker (1984), reconnaissent la contribution originale des Canadiens Harold Innis et Marshall McLuhan et proposent une relecture de l’histoire du champ au Canada en le recentrant autour de la théorie médiatique, sur laquelle nous reviendrons dans la prochaine section.

20La nouvelle histoire ouvre ainsi la porte à l’inclusion de récits historiques au-delà des frontières américaines et du monde anglo-saxon. Sur la scène internationale, pensons aux travaux de Ribeiro (2011), qui analyse de manière comparative le développement des études en communication dans les pays ibériques, dans lesquels elles se sont institutionnalisées de manières différentes, ou encore aux travaux de Hardy et Lui (2010), qui ont décrit les processus complexes de traduction et de médiation à travers lesquels les concepts américains de communication ont été introduits en Chine afin de créer une discipline spécifique, « xinwen chuanboxue », que l’on peut traduire par « sciences de la communication journalistique ».

21Ces histoires locales et contextuelles permettent l’élaboration d’une historiographie comparative et ouverte à l’internationalisation des études en communication. En insistant sur une perspective externaliste et sur l’histoire institutionnelle, la nouvelle histoire semble implicitement rejeter l’histoire des idées, dont Foucault (1969) disait qu’elle était « toute entière référée à l’activité synthétique du sujet » (p. 24). Cette orientation est clairement exprimée par Pooley et Park (2013), dont l’analyse de l’historiographie (de langue anglaise) existante expose la nette prédominance de l’histoire intellectuelle, laquelle tendrait à renforcer l’histoire reçue sur les origines du champ et à en justifier les développements, tandis que l’histoire contextuelle et institutionnelle serait plus critique.

22Cela n’empêche pas pour autant certains chercheurs pouvant être associés à la nouvelle histoire de proposer des démarches tout à fait critiques ancrées dans l’histoire des idées. Par exemple, Peters (1999) propose une histoire de l’idée de « communication » qui remonte jusqu’à l’antiquité grecque et discute entre autres de mesmérisme et de spiritualisme. D’une manière similaire, Simonson (2010) propose une histoire de l’idée de « communication de masse » qui va de Paul de Tarse jusqu’à Robert K. Merton. De telles histoires des idées, plutôt que d’expliquer l’histoire du champ par le progrès constant de ses concepts et de ses méthodes, contribuent à redéfinir le champ par le concours d’idées et d’éléments qui ne sont généralement pas associés aux études en communication. En ce sens, ces démarches contribuent au projet de la nouvelle histoire puisqu’elles privilégient une histoire ouverte et diversifiée des études en communication.

Les nouveaux courants en histoire des médias

23Alors que le champ de la communication, nous venons de le voir, a traversé depuis un demi-siècle diverses tentatives de se « discipliner » (dans tous les sens du terme), son « objet » est aussi demeuré contesté et disputé. Si elles nous parlent du champ d’études, de ses institutions, de ses théories et de ses acteurs sociaux, les historiographies ont également participé à définir, à mettre en forme et à stabiliser les objets de recherche de la communication.

24Les deux récits fondateurs de la communication, par exemple, positionnaient la question des médias (et plus particulièrement la question des médias de masse et de leur pouvoir de persuasion) au cœur du champ. La communication, affirmait déjà Schramm (1997), est différente des autres sciences sociales dans la mesure où son développement est intrinsèquement lié à celui des industries médiatiques. Gerbner (1983b), dans l’épilogue du Ferment in the Field, décrivait aussi l’importance, pour la discipline de la communication, d’analyser la circulation des messages en société, et par le fait même traçait clairement les liens entre le champ et les médias de masse. Adoptant une perspective plus critique, Carey (1996) soulignait plutôt que l’histoire reçue des études en communication sert essentiellement à légitimer l’existence des médias de masse ainsi qu’à orienter et à donner un statut intellectuel à l’enseignement des pratiques professionnelles.

25Pourtant, malgré la position centrale des médias comme objets d’études en communication, la recherche sur l’histoire des médias est longtemps demeurée peu développée. Au moment de l’émergence du champ, les enquêtes empiriques portent davantage sur les effets des « nouveaux » médias et l’accent est mis sur la construction et la signification des messages. Les médias sont alors souvent perçus comme de simples supports matériels des pratiques communicationnelles. L’histoire des médias est une histoire accessoire, quasi anecdotique (c’est d’ailleurs l’absence de réflexion sur la matérialité des formes médiatiques que viendra combler la phénoménologie des médias de McLuhan dans les années 1960). Toutefois, tout comme l’histoire des études en communication, l’histoire des médias sera revitalisée en profondeur à partir de la fin des années 1980, avec l’émergence d’un corpus grandissant d’histoires sociales et culturelles des médias. Ce renouveau historique s’est aussi manifesté depuis une dizaine d’années au sein du paradigme de recherche connu sous le nom d’archéologie médiatique. Nous dressons dans cette section un portrait de la première génération d’historiens culturels des médias pour ensuite présenter la contribution de l’archéologie médiatique en tant que nouvelle perspective historique.

La montée des histoires sociales des médias

26L’histoire des médias est d’abord et avant tout une histoire d’objets techniques. Ni centrée sur l’histoire des idées, des théories, des institutions ou des mouvements sociaux, l’histoire des médias est d’abord l’histoire d’une culture matérielle. Son développement a donc été tributaire d’un dialogue constant avec l’histoire des sciences et des technologies, marquée par un tournant culturel au début des années 1980.

27Avant cela, les histoires des médias, peu nombreuses, étaient relativement hermétiques, campées dans la logique positiviste du progrès technologique. Comme les moyens de communication modernes émergent pour la plupart des avancements en ingénierie électrique, on retrouve au tournant du 20e siècle certains survols historiques dans les publications scientifiques, les revues spécialisées, ou encore dans les revues destinées au grand public. Le propos de ces histoires demeure largement technique et s’adresse d’abord à un lectorat fasciné par une rhétorique du progrès et de l’évolution technologique. La fascination envers les technologies de communication est indissociable de celle pour les figures de l’inventeur et de l’expert technique (Hughes, 1989 ; Marvin, 1988). L’histoire des médias est alors enchâssée dans un type particulier d’historiographie, très populaire à l’époque : les biographies d’inventeurs. Ces hagiographies de « pères inventeurs », où se succèdent des technologies et des médias dont on sait a posteriori qu’ils ont eu obtenu la faveur populaire et le succès commercial, sont marquées par la logique de la « paternité ». Un peu à la manière des historiographies de disciplines qui cherchent des « pères fondateurs », les récits biographiques en histoire des médias auront pour effet d’obscurcir toute autre forme d’histoire, notamment celle d’inventions infructueuses, n’ayant pas réussi à se tailler une place sur le marché. Alors que le processus d’invention est souvent complexe et litigieux, ce type d’histoire des médias cherchait à élever un seul récit au rang d’histoire officielle en l’épurant de toute controverse. Celle-ci sert alors davantage des intérêts économiques (notamment autour de l’obtention de brevets) que la mise à jour de médiations complexes entre technologie et culture.

  • 3 Mentionnons ici quelques ouvrages phares de cette histoire sociale des médias et des technologies d (...)

28Les histoires culturelles et sociales des médias entreprendront, à partir du début des années 1980, une réécriture complète de l’histoire des médias. Répondant au tournant culturel amorcé dans les sciences sociales et en histoire des sciences et des technologies, l’histoire des médias commence, elle aussi, à valoriser des approches ancrées dans la théorie de la construction sociale des technologies3. Si les médias en sont encore les acteurs centraux, ces histoires illuminent de façon particulière des changements de culture ou d’attitude qui les accompagnent. Marvin (1988), par exemple, illustre la fine médiation entre technologie et culture, qui devient de plus en plus opérante pour les chercheurs en communication. Pour elle, l’objet de recherche « média » devient un vecteur de culture plutôt qu’un simple appareil de transmission :

Media are not fixed natural objects ; they have no natural edges. They are constructed complexes of habits, beliefs, and procedures embedded in elaborate cultural codes of communication. The history of media is never more or less than the history of their uses, which always lead us away from them to the social practices and conflicts they illuminate (Marvin, 1988, p. 8).

29Ces nouvelles histoires sociales des médias ont dynamisé le champ de la communication à plusieurs égards. D’une part, elles ont permis de repenser l’objet de recherche « média » dont elles ont fait éclater les cadres de définition. D’autre part, alors que les études empiriques se limitaient aux seuls « médias de masse » (journaux, radio, télévision), les histoires sociales des médias ont étendu leur analyse à des objets de recherche exclus des historiographies précédentes. Schudson (1984) soulignait ainsi la contribution originale qu’avait fait Czitrom dans Media and the American Mind en incluant le télégraphe dans son histoire des médias, un objet qui avait jusque-là été « négligé » (depuis, le télégraphe est largement reconnu comme un objet incontournable de l’histoire des médias). Marvin (1988) brisait, elle aussi, les frontières du concept de « média » en conceptualisant la lumière électrique comme l’un des premiers médias de masse. Ses travaux permettent aujourd’hui d’ajouter un nombre important d’histoires sociales de l’électrification dans les cursus d’études médiatiques (Bazerman, 2002 ; Nye, 1990). Le décloisonnement des formes médiatiques a ouvert la porte à de nombreuses études historiques portant sur des médiations entre technologies et phénomènes culturels : les relations entre la communication et les phénomènes occultes (Davis, 1999 ; Sconce, 2000), la construction sociale de l’espace et du temps (Kern, 1983 ; Schivelbusch, 1986) ou les formes de savoir privilégiées par certaines formes médiatiques (Gitelman, 2014 ; Sterne, 2003).

  • 4 L’approche articulée par Meyrowitz se développe encore aujourd’hui au sein de la Media Ecology Asso (...)

30Les histoires sociales des médias ont également consolidé le sous-champ des études médiatiques (media studies) auquel les historiens des médias s’identifient particulièrement. Les chercheurs qui tentent de se distancier des premières études empiriques sur les effets des médias s’identifient souvent à l’étiquette « études médiatiques » plutôt qu’à la communication, comme s’ils voulaient marquer leur profond désaccord épistémologique avec les pères fondateurs. C’est ce qu’a notamment fait Meyrowitz lorsqu’il répond explicitement au Ferment in the Field en s’adressant aux « media scholars » dans un texte intitulé « Images of Media: Hidden Ferment – and Harmony – in the Field » (1993). Cet article aux visées programmatiques situait les enjeux des études médiatiques en les détachant clairement des recherches empiriques. Entre autres, Meyrowitz propose de recentrer les études médiatiques sur l’analyse des caractéristiques matérielles des médias et sur leurs interactions dans une sorte de système écologique. Meyrowitz propose même sa propre version de l’historiographie des études médiatiques en évoquant les travaux des Canadiens Innis et McLuhan (et non plus les premières études empiriques sur les effets) comme représentants de la première génération des théories médiatiques4. Faisant écho à l’écologie médiatique américaine, l’idée d’une « écologie » au sein de laquelle technologies et sociétés seraient en constante médiation a été reprise en France sous le nom de « médiologie » (ou science des médias) autour des travaux de Debray et de Bougnoux. Il est intéressant de noter que, même si Debray et Bougnoux évoluent tous deux à l’intersection de la philosophie et des sciences de l’information, l’étiquette médiologie, comme celle des « études médiatiques » pour les chercheurs américains, marque une rupture avec les travaux empiriques sur les médias en communication.

L’archéologie médiatique

31Depuis le début des années 1990, l’histoire des médias est en pleine effervescence. L’une de ces nouvelles perspectives historiques, connue sous le nom d’« archéologie médiatique », s’est particulièrement distinguée en Europe (principalement en Allemagne) pour sa contribution originale au champ des études médiatiques. Si l’archéologie médiatique ne se réclame pas toujours des études en communication, elle y a trouvé écho et dispose présentement d’une notoriété grandissante en Amérique du Nord.

32Émergeant autour des travaux de ce qu’il convient sans doute d’appeler l’École allemande de théorie médiatique et des travaux de Friedrich Kittler, l’archéologie médiatique conçoit les médias sous l’angle de leur matérialité. Kittler, comme McLuhan d’ailleurs, avait une formation en littérature et c’est à travers ses travaux sur les formes matérielles du discours littéraire qu’il a entrevu la nécessité d’une théorie médiatique. C’est donc par le truchement d’un intérêt pour un objet de recherche commun (les médias) qu’il est possible de faire des ponts entre l’archéologie médiatique et les études en communication.

33L’archéologie médiatique en tant que méthode a été évoquée l’une des premières fois par Zielinski (1996) dans CTheory, une revue électronique dirigée par le Canadien Arthur Kroker. C’est toutefois Huhtamo (1997) qui, l’année suivante, va en proposer la synthèse comme sous-champ. Huhtamo y décrit le « tournant culturel » en histoire des médias et propose, à la suite des travaux de Kittler, une démarche « d’archéologie médiatique » campée dans la tradition foucaldienne. Suivant la proposition de L’archéologie du savoir de Foucault (1964), la posture intellectuelle de l’archéologie médiatique permet en effet de revitaliser la pratique historiographique à travers l’excavation de formes médiatiques passées, mineures ou négligées, tout en problématisant les médias eux-mêmes comme matrice matérielle qui organise ou oriente le savoir. Elle rend notamment compte de formes médiatiques qui ont été délaissées par les historiographies dominantes, à la manière des histoires régionales ou locales de la nouvelle histoire.

34Huhtamo et Parikka ont contribué à formaliser l’archéologie médiatique dans plusieurs publications, notamment Media Archaeology: Approaches, Applications, and Implications (Huhtamo et Parikka, 2011) et What is Media Archaeology? (Parikka, 2012). Dans leur perspective, l’archéologie médiatique cherche à établir un nouveau rapport entre objet et cadre disciplinaire : il ne s’agit plus d’imposer les cadres méthodologiques et théoriques d’autres disciplines à l’objet « média », mais bien de tenter une approche purement « médiatique ». Ce cadre théorique amalgame des approches poststructuralistes aux approches matérialistes et médiatiques pour se divorcer d’une historiographie linéaire et positive. L’archéologie médiatique permet ainsi de mettre en perspective, par la distance historique, les discours de la « nouveauté » qui accompagnent les technologies et les médias contemporains.

35L’archéologie médiatique, qui dans les dernières années a gagné en popularité dans les départements d’études médiatiques, d’histoire des sciences et de communication, réunit désormais une pluralité d’approches qui cherchent ainsi à revitaliser et à dynamiser les études sur les médias. Alors que certaines démarches s’inscrivent davantage dans la tradition de l’histoire sociale des médias ou de l’étude culturelle des technologies, d’autres adoptent une posture plus radicale et recentrent leurs analyses sur les manifestations matérielles et discursives des médias. C’est notamment le cas d’Ernst (2013), qui considère que les médias, par leur capacité d’inscription ou de diffusion, sont les conditions de possibilité même du discours. C’est ainsi que la prévalence de certaines formes médiatiques à une époque donnée va permettre certains régimes du savoir et en proscrire d’autres. Dans cette perspective, Ernst propose d’abandonner l’historiographie (qui est une pratique dominée par l’écriture) au profit de nouvelles catégories temporelles pouvant mettre en lumière d’autres formes médiatiques non textuelles. Dans cette même veine, les travaux de Sterne (2003) cherchent à valoriser la recherche sur les technologies acoustiques, alors que l’accent est généralement mis sur les techniques d’inscription textuelles.

36L’approche plus radicale d’archéologie médiatique se distingue de l’histoire sociale des médias en ce qu’elle ne cherche pas à mettre à jour des usages ou des significations symboliques des médias. Il ne s’agit pas de mettre en scène une histoire des médias avec des acteurs sociaux dont la contribution aurait été négligée, mais bien de repenser la pratique historiographique par l’angle des médias. L’archéologie médiatique est aussi devenue un interlocuteur central des débats sur la culture numérique. Les « nouveaux médias » ou « nouvelles technologies de la communication et de l’information » étant le résultat de la convergence des médias de masse avec les technologies informatiques au début des années 1980, l’archéologie médiatique a notamment exploré la longue histoire de l’informatique. Le passage de l’analogique au numérique, entre autres, a été problématisé par plusieurs. Par ailleurs, l’archéologie médiatique contribue présentement aux débats académiques sur les humanités numériques, comme en font foi les plus récents travaux de Manovich (2012).

37Cet intérêt pour une archéologie des médias s’est fait sentir au-delà de l’Europe. De nombreux historiens des médias (qui ne se réclament pas nécessairement de l’archéologie médiatique) explorent également les ramifications généalogiques et discursives des médias. Plusieurs concepts rendent compte de ces liens entre médias du passé et formes discursives : le concept de médias obsolètes (dead media), qui évoque les formes médiatiques mineures ou oubliées ; le concept de « remédiation » (Bolter et Grusin, 2000), qui met en évidence les processus d’incorporation de formes médiatiques passées dans de nouvelles formes ; ou encore le concept de « médias résiduels » (Acland, 2007), qui désigne ces médias qui demeurent opérants dans la culture malgré la désaffection des usagers.

Contributions et limites des nouvelles perspectives historiques

38Les deux renouveaux historiques dont nous avons tenté de rendre compte ne peuvent évidemment être rabattus l’un sur l’autre. La nouvelle histoire de la communication tend à concevoir les médias comme des objets d’études importants dans l’histoire du champ (et non comme des épistémologies particulières), mais ignore largement les contraintes médiatiques inhérentes à sa propre démarche. Par exemple, la nouvelle histoire articule une conception très classique de l’archive comme matériel dans lequel il est possible d’explorer le passé et prétend se distinguer des historiographies précédentes par la profondeur de la recherche archivistique (Pooley et Park, 2008). Une telle conception de l’archive entre en tension avec l’archéologie médiatique, qui, s’inspirant de Foucault, la comprend comme pratique discursive. De plus, la nouvelle histoire accepte implicitement le continuum spatiotemporel, un cadre didactique qui organise les évènements par périodisation et dans un récit continu, alors que l’archéologie médiatique tend plutôt à faire éclater ce cadre au profit d’une histoire non chronologique. Finalement, les deux perspectives diffèrent par leurs objets : alors que l’objet central de l’histoire de la communication est un champ d’études, l’archéologie médiatique porte d’abord sur des artéfacts techniques.

39Nous souhaitons toutefois souligner quelques-unes des sympathies entre les deux approches, en montrant certaines de leurs fertilisations croisées. Ces deux perspectives, bien qu’elles se soient développées en parallèle, cohabitent au sein d’institutions, partagent quelques auteurs de référence et ont un certain « air de famille », non seulement en ce qui a trait à certaines de leurs prémisses respectives, mais aussi par la manière dont elles contribuent à revitaliser les études en communication. D’abord, ces perspectives maintiennent et reconnaissent le caractère interdisciplinaire de la communication ; ensuite, elles participent à la tâche de réécriture de l’histoire du champ et de ses objets ; finalement, elles étendent l’histoire de la communication au-delà de la période historique de son institutionnalisation.

Maintenir le caractère interdisciplinaire de la communication

40De nombreuses contributions à la nouvelle histoire de la communication et à l’histoire des médias ne s’identifient pas d’emblée à la communication. Certains des chercheurs en histoire des médias viennent de disciplines aussi variées que la littérature anglaise, l’éducation ou l’histoire américaine. De la même manière, la première génération de chercheurs associés à la nouvelle histoire de la communication est caractérisée par la diversité de leurs affiliations disciplinaires (Pooley, 2008). Une telle diversité est caractéristique du champ des études en communication et la reconnaître ainsi, plutôt que de forcer les acteurs et leurs objets d’études dans un canon disciplinaire hermétique, contribue à maintenir une tradition interdisciplinaire qui lui est propre.

41La nouvelle histoire de la communication va de pair avec une telle conception interdisciplinaire du champ d’études. Elle est résolument ouverte à une pluralité de stratégies explicatives ainsi qu’aux historiographies des autres sciences sociales, dont elle s’inspire et avec lesquelles elle tente d’entrer en dialogue (Pooley et Park, 2008). En outre, plutôt que de déployer des récits visant à favoriser l’institutionnalisation du champ, la nouvelle histoire rend compte des emprunts à d’autres disciplines. Par exemple, Pooley (2008) propose de réfléchir à l’évolution du champ dans le contexte du développement des recherches sur l’opinion publique, qui s’établissent à partir du milieu des années 1930. Dans une veine similaire, Peters (2008) propose d’étudier quatre phénomènes de fertilisation croisée ayant contribué au développement de traditions de recherche particulières entre 1946 et 1968, soit 1) le dialogue entre le paradigme dominant de recherche portant sur les effets des médias et les travaux sociologiques portant sur la communication, 2) les liens entre la cybernétique, la théorie de l’information et le structuralisme, 3) les nombreux échanges, dès la fin des années 1930, entre communication et psychiatrie et 4) les rapports entre études littéraires et études culturelles, et notamment l’importance des travaux de McLuhan à leur carrefour. Les dialogues constants entre les études en communication et d’autres approches ont ainsi contribué à limiter leur sédimentation en une forme canonique.

42Les historiens des médias ont aussi été réceptifs à l’importance de maintenir un dialogue avec d’autres disciplines, notamment avec les études sociales de la technologie et de la science, qui s’organisent dès le milieu des années 1980 et traversent de nombreux champs. Les approches constructivistes comme celle de la construction sociale des technologies ou celle de la théorie de l’acteur-réseau vont trouver écho en histoire des médias et en informer les méthodologies et les approches théoriques. Les technologies de communication deviennent alors des lieux privilégiés pour l’analyse de controverses sociales et techniques. Ce rapprochement est favorisé par une importante mutation des médias, alors que le modèle de diffusion propre aux médias de masse est mis à mal par le développement des technologies informatiques et de la communication en réseau. Le champ de la communication s’ouvrait ainsi au dialogue avec les autres sciences sociales afin d’aborder les médias.

43L’archéologie médiatique émerge, elle aussi, à l’extérieur du champ de la communication, plongeant ses racines en littérature et en philosophie. Toutefois, comme elle se présente en tant que méthode et théorie, de nombreux chercheurs en communication y ont trouvé une approche neuve pour aborder la question médiatique qui leur permet justement de tisser la généalogie des études des médias au-delà des seuls médias de masse des premières années.

44L’interdisciplinarité, paradoxalement, a peut-être constitué l’un des freins à la tradition historiographique en communication. Si de riches corpus d’historiographie critique se sont développés dans certains sous-champs, c’est le cas par exemple des études en journalisme, ceux-ci sont parfois peu ouverts au champ des études en communication (Pooley et Park, 2013) et peu susceptibles d’en contester l’histoire reçue. Les études médiatiques, par exemple, sont si bien organisées à travers les sciences sociales que certains ne se réclament tout simplement plus de « la communication ». En quelque sorte, ces sous-champs (communication organisationnelle, journalisme, études médiatiques, communication visuelle, etc.) se retrouvent au même point où se trouvaient la communication à l’époque du Ferment in the Field, alors qu’elles cherchent à inscrire leur propre trajectoire au sein des sciences sociales.

Enjeux de représentation : tracer les frontières du champ

45L’un des enjeux majeurs du développement actuel de l’historiographie des études en communication et des médias a trait à la représentation, c’est-à-dire à la dimension politique inhérente à la pratique historiographique. Les perspectives historiques en communication recensées ici ont participé à redéfinir l’historiographie dominante en proposant une démarche réflexive, plurielle et critique. Elles s’opposent toutes deux à une conception de l’histoire comme science objective qui considérerait l’évènement, l’institution, le champ ou les médias comme des entités indépendantes du chercheur, évoluant dans une trame chronologique linéaire. Davantage héritières de l’École des Annales et de l’épistémologie critique, les nouvelles perspectives historiques en communication acceptent que leurs démarches opèrent des choix dans le réel, qu’elles mettent en scène certains acteurs plutôt que d’autres. L’histoire n’a pas un sens fixé d’avance, mais un sens ouvert, constamment renégocié par la pratique historique. Les nouvelles perspectives historiques conçoivent l’histoire comme une pratique de représentation, au sens entendu par Hall (2001), c’est-à-dire non pas seulement comme présentation seconde – exacte ou distordue – de ce qui existait déjà, mais également comme processus à travers lequel un champ et des objets deviennent intelligibles.

46La nouvelle histoire de la communication a fait la démonstration que la recherche d’une représentation unique, partagée et objective de la communication était illusoire. Par exemple, une brève analyse de l’historiographie existante expose la nette prédominance des institutions anglo-saxonnes. L’histoire reçue est « occidentale et masculine », en plus d’être caractérisée par la logique du « gagnant emporte tout » (Pooley et Park, 2013, p. 85). Ces récits historiques présentent un champ largement dépolitisé dans lequel il n’existe que peu d’interprétations concurrentes, comme c’est le cas d’ailleurs pour les récits hagiographiques des inventeurs des médias, dont la structure narrative est semblable à celle des « pères fondateurs ».

47La nouvelle histoire de la communication tente au contraire de donner la voix à différents groupes minoritaires qui ont aussi participé au développement du champ. On reconnaît par exemple le rôle important joué par les femmes dans les études en communication. McCormack et Simonson (2009) soulignent que c’est grâce à une main-d’œuvre féminine et bon marché que les premières études empiriques portant sur les effets des médias – lesquelles nécessitaient le traitement de grandes quantités de données – ont pu être menées à terme. Ces enquêtes, souvent commanditées par des publicitaires ou des diffuseurs privés, prenaient pour objet un auditoire féminin, reproduisant la distinction genrée entre ceux qui savent et les objets de ce savoir (Acker, Barry et Esseveld, 1991). Ainsi, au cœur du mythe des pères fondateurs se trouve l’histoire oubliée des femmes comme sujets et objets des études en communication. Rakow (2008), soulignant la marginalité des histoires féministes en communication, propose de s’intéresser à la manière dont les perspectives féministes ont transformé la pratique de l’histoire et les études en communication.

48La nouvelle histoire invite aussi à une plus grande reconnaissance des histoires internationales et régionales. Comme nous l’avons vu plus tôt, l’institutionnalisation des départements de communication au Canada s’est effectuée dans un contexte qui est largement différent de celui des États-Unis. Un des enjeux de la nouvelle histoire de la communication consiste donc à réinvestir ce champ, à le repeupler d’histoires régionales ou négligées et à y poser de nouvelles déterminations.

49L’histoire sociale des médias et l’archéologie médiatique répondent aux mêmes inquiétudes face aux pratiques de représentation de l’histoire reçue. Par l’analyse de formes médiatiques alternatives, elles renforcent une conceptualisation des médias qui permet de réfléchir aux médiations sociales, politiques, économiques et culturelles caractéristiques d’une époque donnée. Marvin (1988) aborde ainsi l’histoire de la communication électrique sous l’angle des relations interpersonnelles, du genre, de la représentation et de l’identité. L’archéologie médiatique pousse encore plus loin la question de la représentation historique en problématisant les médias comme autant de conditions de possibilités du discours, à commencer par la dominance même de la forme textuelle de l’historiographie.

50Les nouvelles perspectives en histoire étendent également la généalogie des moyens de communication bien au-delà de la période d’institutionnalisation de la communication dans les années 1950. L’histoire sociale des médias et la nouvelle histoire complexifient cette généalogie en allant au-delà, et en dessous, des périodisations historiques. Elles ouvrent à un plus vaste territoire historiographique qui s’étend jusqu’aux formes primitives de communication humaine (l’émergence de symboles et de l’oralité, notamment), mais aussi, comme nous l’avons vu, à un éventail d’objets de recherche qui ne « transmettent » pas d’information à proprement parler (les machines à calculer, les structures architecturales, etc.).

51Ainsi, les nouvelles perspectives historiques déterritorialisent, dans le temps comme dans l’espace, la communication, tout en acceptant que l’objectif critique d’étendre la représentativité ne puisse être mené que de manière fragmentaire. Ces nouvelles perspectives – et notre propre recensement de la littérature ne fait pas exception – effectuent des choix délibérés et ne peuvent prétendre donner la voix à tous les acteurs et les objets de recherche. Au contraire, leur épistémologie favorise une pluralité de récits et d’histoires locales singulières et contestées.

Conclusion

52Les historiens sont souvent les critiques les plus féroces des discours sur la « nouveauté ». Caractériser une approche, une théorie ou un concept de « nouveau » implique trop souvent une politique de table rase, comme si l’on voulait marquer dans le temps et dans l’espace une rupture avec le passé, jugé impertinent, archaïque ou désuet. Ces ruptures sont généralement artificielles et construites arbitrairement par l’historiographie. Parce qu’il désigne un avant et un après, le terme nouveau est en effet le produit idéologique de l’historiographie moderne de laquelle les « nouvelles » perspectives historiographiques tentent justement de se dégager. Les historiens des médias, par exemple, ont activement contesté la surenchère autour des discours sur les « nouveaux médias » (Chun, 2006 ; Gitelman 2006). Refusant de faire table rase avec le passé, ils se sont employés à montrer combien les technologies numériques et les autres moyens de communication actuels sont tributaires d’une longue généalogie de machines, d’instruments scientifiques et autres technologies. De la même manière, la nouvelle histoire des études en communication a su éclairer les enjeux propres aux prétentions à la nouveauté qui ont marqué le développement du champ. Néanmoins, la nouvelle histoire doit prendre garde à ne pas disqualifier en bloc les historiographies qui lui sont antérieures afin d’asseoir sa légitimité et sa « nouveauté » (Trudel, 2012).

53Ce n’est pas dans une optique de rupture que nous présentons les « renouveaux » historiques comme de « nouvelles perspectives ». Plutôt, nous avons tenté de mettre en lumière le contexte d’émergence de perspectives ayant offert, tour à tour, des outils et des stratégies méthodologiques (comme la réécriture, le traçage et l’excavation), théoriques et épistémologiques permettant justement de faire de l’histoire autrement. D’ailleurs, les différentes perspectives que nous avons présentées ne promeuvent pas à outrance leurs interventions en utilisant le vocabulaire de la nouveauté. Elles demeurent au contraire attentives à garder le passé qui les a fait naître vivant. Elles cherchent à multiplier les portes d’entrée sur le champ des études en communication et abordent directement les défis, les limites et les contributions de l’approche historiographique. Notre propre lecture de ces « nouvelles perspectives » historiographiques en communication ne fait pas exception, et c’est avec prudence que nous espérons avoir abordé leur émergence au sein d’un plus vaste réseau d’échange d’idées et de méthodes.

54Une des contributions de cet article consiste, nous l’espérons, à amorcer une réflexion sur l’apport de la communication à l’histoire, comme pratique et comme discipline. Comment peut-on aborder, dans une perspective communicationnelle, les limites médiatiques inhérentes à l’historiographie ? L’historiographie s’incarne nécessairement dans des formes médiatiques (notamment l’écriture) et prend pour objet des médias (notamment l’archive). L’enjeu des démarches que nous avons explorées consiste donc à trouver comment la communication peut contribuer à redéfinir l’histoire et, inversement, comment la perspective historique, en tant que méthode ou même en tant que sous-champ, peut contribuer à redéfinir la communication. Des pistes sont déjà ouvertes, notamment par Robinson (1996), par Peters (2008) et par Ernst (2013), qui, chacun à leur manière, proposent une pratique de l’histoire ancrée dans des épistémologies communicationnelles réceptives aux formes matérielles par lesquelles cette histoire est transmise et communiquée. Sans jamais réduire ces différentes perspectives les unes aux autres ni se fermer à d’autres traditions historiographiques, la poursuite de tels projets nous semble aujourd’hui cruciale afin de maintenir la question historique au cœur des études en communication.

Haut de page

Bibliographie

Acker, J., Barry, K. et Esseveld, J. (1991). Objectivity and Truth: Problems in Doing Feminist Research. Dans M. M. Fonow et J. A. Cook (dir.), Beyond Methodology. Feminist Scholarship as Lived Research (p. 133-153), Bloomington, IN : Indiana University Press.

Acland, C. R. (dir.) (2007). Residual Media. Minneapolis, MN : University of Minnesota Press.

Babe, R. E. (2000). Canadian Communication Thought. Ten Foundational Writers. Toronto, Ontario : University of Toronto Press.

Bazerman, C. (2002). The Languages of Edison’s Light. Cambridge, MA : MIT Press.

Berelson, B. (1959). The State of Communication Research. Public Opinion Quarterly, 23(1), 1-17.

Bolter, J. D. et Grusin, R. A. (2000). Remediation: Understanding New Media. Cambridge, MA : MIT Press.

Buxton, W. J. (1994). From Radio Research to Communications Intelligence : Rockefeller Philanthropy, Communications Specialists, and the American Policy Community. Dans S. Brooks et A.-G. Gagnon, The Political Influence of Ideas. Policy Communities and the Social Sciences (p. 187-209), Westport, CT : Greenwood.

Buxton, W. J. (2007). Forging the Canon of Media Studies: Should We Heed the Plea for Timeless Texts ?. Canadian Journal of Communication, 3(1), 131-137.

Buxton, W. J. (2008). From Park to Cressey: Chicago’s Sociology’s Engagement with Media and Mass Culture. Dans D. W. Park et J. Pooley (dir.), The History of Media and Communication Research (p. 345-362), New York, NY : Peter Lang.

Carey, J. (1989). Communication as Culture. New York, NY : Routledge.

Carey, J. (1996). The Chicago School and Mass Communication Research. Dans E. Dennis et E. Wartella (dir.), American Communication Research. The Remembered History (p. 21-38), Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum.

Chun, W. H. K. et Keenan, T. (2006). New Media, Old Media: A History and Theory Reader. New York, NY : Routledge.

Czitrom, D. (1982). Media and the American Mind. Chapel Hill, NC : University of North Carolina Press.

Davis, E. (1999). TechGnosis: Myth, Magic, and Mysticism in the Age of Information. New York, NY : Harmony Books.

Douglas, S. J. (1987). Inventing American Broadcasting, 1899-1922. Baltimore, MD : Johns Hopkins University Press.

Ernst, W. (2013). Digital Memory and the Archive. Minneapolis, MN : University of Minnesota Press.

Fischer, C. S. (1992). America Calling A Social History of the Telephone to 1940. Berkeley, CA : University of California Press.

Foucault, M. (1969). L’archéologie du savoir. Paris, France : Gallimard.

Fouts, G. (2000). The Beginnings of Communication Studies in Canada. The Canadian Communication Association and the Canadian Journal of Communication: Some Reminiscences and Trends. Canadian Journal of Communication, 25(1), 75-83.

Gary, B. (1999). The Nervous Liberals: Propaganda Anxieties from World War I to the Cold War. New York, NY : Columbia University Press.

Gerbner, G. (1983a). Introduction. Journal of Communication, 33(3), 4-5.

Gerbner, G. (1983b). The Importance of Being Critical. In One’s Own Fashion. Journal of Communication, 33(3), 355-362.

Gitelman, L. (2006). Always Already New : Media, History and the Data of Culture. Cambridge, MA : MIT Press.

Gitelman, L. (2014). Paper Knowledge: Toward a Media History of Documents. Durham, NC/Londres, Angleterre : Duke University Press.

Gitlin, T. (1978). Media Sociology: The Dominant Paradigm. Theory and Society, 6, 205-253.

Glander, T. (2000). Origins of Mass Communications Research during the American Cold War. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum.

Hall, S. (2001). Representation: Cultural Representations and Signifying Practices. Londres, Angleterre : Sage Publications.

Hardy, M. et Liu, H. (2010). La traduction des sciences de la communication en Chine : le concept de « chuanboxue ». Hermès, 56(1), 129-135.

Hughes, T. P. (1989). American Genesis: A Century of Invention and Technological Enthusiasm, 1870-1970. New York, NY : Viking Penguin.

Huhtamo, E. (1997). From Kaleidoscomaniac to Cybernerd: Notes toward an Archaeology of the Media. Leonardo, 30(3), 221-224.

Huhtamo, E. et Parikka, J. (dir.) (2011). Media Archaeology: Approaches, Applications, and Implications. Berkeley, CA : University of California Press.

Katz, E. et Lazarsfeld, P. (1955). Personal Influence: The Part Played by the People in the Flow of Mass Communications. Glencoe, NY : Free Press.

Kern, S. (1983). The Culture of Time and Space, 1880-1918. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Kluitenberg, E. (2011). On the Archaeology of Imaginary Media. Dans E. Huhtamo et J. Parikka (dir.), Media Archaeology: Approaches, Applications, and Implications (p. 48-69), Berkeley, CA : University of California Press.

Kroker, A. (1984). Technology and the Canadian Mind. Innis/McLuhan/Grant. New York, NY : St. Martin’s Press.

Manovich, L. (2012). Trendings: The Promises and the Challenges of Big Social Data. Dans M. K. Gold (dir.), Debates in the Digital Humanities (p. 460-475), Minneapolis, MN : University of Minnesota Press.

Marvin, C. (1988). When Old Technologies Were New: Thinking about Electric Communication in the Late Nineteenth Century. New York, NY/Oxford, Angleterre : Oxford University Press.

McCormack, N. et Simonson, P. (2009). Out of the Question: Women, Media, and the Art of Inquiry [Film documentaire]. États-Unis/Canada : The University of Pennsylvania’s Annenberg School for Communication.http://www.outofthequestion.org/Download-Documentary.aspx

Meyrowitz, J. (1993). Images of Media: Hidden Ferment – and Harmony – in the Field. Journal of Communication, 43(3), 55-66.

Nye, D. E. (1990). Electrifying America: Social Meanings of a New Technology, 1880-1940. Cambridge, MA : MIT Press.

Parikka, J. (2012). What is Media Archaeology?. Cambridge, Angleterre : Polity Press.

Park, D. W. et Pooley, J. (dir.) (2008). The History of Media and Communication Research. New York, NY : Peter Lang.

Peters, J. D. (1986). Institutional Sources of Intellectual Poverty in Communication Research. Communication Research, 13, 527- 559.

Peters, J. D. (1999). Speaking into the Air: A History of the Idea of Communication. Chicago, IL : University of Chicago Press.

Peters, J. D. (2008). Institutional Opportunities for Intellectual History in Communication Studies. Dans D. W. Park et J. Pooley (dir.), The History of Media and Communication Research (p. 143-162), New York, NY : Peter Lang.

Pooley, J. (2006). Fifteen Pages that Shook the Field : Personal Influence, Edward Shils, and the Remembered History of Communication Research. The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 608(1), 130-156.

Pooley, J. (2007). Daniel Czitrom, James W. Carey, and the Chicago School. Critical Studies in Media Communication, 24(5), 469-472.

Pooley, J. (2008). The New History of Mass Communication Research. Dans D. W. Park et J. Pooley (dir.), The History of Media and Communication Research (p. 43-69), New York, NY : Peter Lang.

Pooley, J. et Park, D. W. (2008). Introduction. Dans D. W. Park et J. Pooley (dir.), The History of Media and Communication Research (p. 1-15), New York, NY : Peter Lang.

Pooley, J. et Park, D. W. (2013). Communication Research. Dans P. Simonson, J. Peck, R. T. Craig et J. P. Jackson Jr. (dir.), The Handbook of Communication History (p. 76-90), New York, NY : Routledge.

Rakow, L. F. (2008). Feminist Historiography and the Field: Writing New Histories. Dans D. W. Park et J. Pooley (dir.), The History of Media and Communication Research (p. 113-139), New York, NY : Peter Lang.

Ribeiro, N. (2011). The Rise of a New Field: Researching Communication History in the Iberian Countries. Medien & Zeit, 3(26), 7-15.

Robinson, G. J. (1996). Constructing a Historiography for North American Communication Studies. Dans E. E. Dennis et E. Wartella, American Communication Research. The Remembered History (p. 157-168), Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum.

Ryfe, D. M. (2001). History and Political Communication: An Introduction. Political Communication, 18(4), 407-420.

Samarajiva, R. (1987). The Murky Beginnings of the Communication and Development Field: Voice of America and The Passing of Traditional Society. Dans N. Jayaweera, S. Amunugama et E. T. Ariyaratne (dir.), Rethinking Development Communication (p. 3-19), Singapour, Singapour : Asian Mass Communication Research and Information Center.

Schivelbusch, W. (1986). The Railway Journey: The Industrialization of Time and Space in the 19th Century. Berkeley, CA : University of California Press.

Schramm, W. (1963). Communication Research in the United States. Dans W. Schramm (dir.), The Science of Human Communication (p. 1-16), New York, NY : Basic Books.

Schramm, W. (1997). The Beginnings of Communication Studies in America: A Personal Memoir. Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Schudson, M. (1984). Media and the American Mind: From Morse to McLuhan by Daniel Czitrom. American Journal of Sociology, 89(4), 991-993.

Sconce, J. (2000). Haunted Media: Electronic Presence from Telegraphy to Television. Durham, NC/Londres, Angleterre : Duke University Press.

Simonson, P. (2007). Reflections on a Well-Worn Book. Critical Studies in Mass Communication, 24(5), 473-475.

Simonson, P. (2010). Refiguring Mass Communication: A History. Chicago, IL : University of Illinois Press.

Simonson, P., Peck, J., Craig, R. T. et Jackson, J. P. (dir.) (2013a). The Handbook of Communication History. New York, NY : Routledge.

Simonson, P., Peck, J., Craig, R. T. et Jackson, J. P. (2013b). The History of Communication History. Dans P. Simonson, J. Peck, R. T. Craig et J. P. Jackson (dir.), The Handbook of Communication History (p. 13-57), New York, NY : Routledge.

Simpson, C. (1994). Science of Coercion. Communication Research and Psychological Warfare 1945-1960. New York, NY/Oxford, Angleterre : Oxford University Press.

Sproule, J. M. (1989). Progressive Propaganda Critics and the Magic Bullet Myth. Critical Studies in Mass Communication, 6(3), 225-245.

Sproule, J. M. (2008). “Communication” : From Concept to Field to Discipline. Dans D. W. Park et J. Pooley (dir.), The History of Media and Communication Research (p. 163-178), New York, NY : Peter Lang.

Sterne, J. (2003). The Audible Past: Cultural Origins of Sound Reproduction. Durham, NC/Londres, Angleterre : Duke University Press.

Tremblay, G. (2014). Parcours de chercheur. Canadian Journal of Communication, 39(1), 1-21.

Trudel, D. (2010). Souvenirs, rencontres, perspectives : entretien avec Serge Proulx. Commposite, 13(1), 22-47.

Trudel, D. (2012). Quelle nouvelle histoire pour la recherche en communication ?. Communication, 29(2). doi : 10.4000/communication.2719.

Trudel, D. (2013). Guerre, Communication, Public: Walter Lippmann et l’émergence d’un problème (Thèse de doctorat inédite). Université de Montréal, Montréal.

Wahl-Jorgensen, K. (2004). How not to Found a Field: New Evidence on the Origins of Mass Communication Research. Journal of Communication, 54(3), 547-564.

Wartella, E. (1996). The History Reconsidered. Dans E. E. Dennis et E. Wartella, American Communication Research. The Remembered History (p. 169-180), Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum.

Yelle, F. (2004). Étude de la littérature réflexive de la recherche universitaire québécoise en communication médiatique (Thèse de doctorat inédite). Université de Montréal, Montréal.

Zelizer, B. (dir.) (2008). Explorations in Communication and History. Londres, Angleterre/New York, NY : Routledge.

Zielinski, S. (1996). Media Archaeology. CTheory.net. Repéré à http://www.ctheory.net/articles.aspx?id=42

Haut de page

Notes

1 Nous pensons entre autres à des ouvrages édités tels que Explorations in Communication and History (Zelizer, 2008), The History of Media and Communication Research (Park et Pooley, 2008) ou The Communication History Handbook (Simonson, Peck, Craig et Jackson, 2013a) ainsi qu’à des numéros thématiques tels que « Les racines oubliées des sciences de la communication » paru dans Hermès en 2007, « What is Communication History ? European Answers » paru dans Medien & Zeit en 2011 ou encore « L’archéologie des média » paru dans la revue Musiques & cultures digitales en 2014. Mentionnons aussi la création, en 2013, de la division Communication History au sein de l’International Communication Association.

2 Wartella (1996) offre également une relecture critique des historiographies existantes, soulignant entre autres que le paradigme dominant s’est constitué bien avant la publication de Personal Influence, au carrefour de différentes traditions des sciences sociales et dans le contexte de problèmes sociaux particuliers.

3 Mentionnons ici quelques ouvrages phares de cette histoire sociale des médias et des technologies de communication : The Culture of Time and Space, 1880-1918 (Kern, 1983) ; Inventing American Broadcasting, 1899-1922 (Douglas, 1987) ; When Old Technologies Were New (Marvin, 1988) ; et America Calling (Fisher, 1992).

4 L’approche articulée par Meyrowitz se développe encore aujourd’hui au sein de la Media Ecology Association (fondée en 1998) et de son journal, Explorations in Media Ecology.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislain Thibault et Dominique Trudel, « Excaver, tracer, réécrire : sur les renouveaux historiques en communication », Communiquer, 15 | -1, 5-23.

Référence électronique

Ghislain Thibault et Dominique Trudel, « Excaver, tracer, réécrire : sur les renouveaux historiques en communication », Communiquer [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1714 ; DOI : 10.4000/communiquer.1714

Haut de page

Auteurs

Ghislain Thibault

Professeur adjoint, Département de communication
Université de Montréal, Canada

Articles du même auteur

Dominique Trudel

Chercheur associé, Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie
Université du Québec à Montréal, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org