Navigation – Plan du site

Pour une communication organisationnelle affective : une perspective préindividuelle de l’action et de la constitution des organisations

For an Affective Organizational Communication: A Preindividual Perspective on the Action and the Constitution of Organizations
Nicolas Bencherki
p. 123-139

Résumés

Ce texte propose que l’adoption d’une version particulière des théories dites « de l’affect », encore peu populaires en communication organisationnelle, permet de surmonter le dilemme de l’action organisationnelle – est-ce l’individu qui agit ou l’organisation ? – non pas en le résolvant mais en permettant une compréhension totalement différente de la constitution et de l’action des collectifs. En partant du préindividuel – terme développé par le philosophe français Gilbert Simondon – plutôt que de l’individu, il est possible d’étudier les manières concrètes qu’ont les entités de capturer mutuellement leurs actions pour investir un processus d’individuation. La communication est alors comprise comme propagation de l’action ; la signification, quant à elle, dépend de la participation de l’action à un processus d’individuation particulier. La perspective préindividuelle sera illustrée par l’analyse de certains segments du documentaire Les épouses de l’armée réalisé par Claire Corriveau (2007), où celle-ci rend compte de la relation tortueuse entre les épouses de militaires canadiens et l’armée.

Haut de page

Texte intégral

1Les études en communication organisationnelle – tout comme en sociologie – se sont abondamment préoccupées de la possibilité d’un passage entre l’action individuelle et l’action collective. Diverses tentatives de réponse ont été mises de l’avant, dont le modèle du principal et de l’agent (Grossman et Hart, 1983 ; Kuhn, 2008), la théorie de la structuration de Giddens (McPhee, 2004 ; Scott, Corman et Cheney, 1998), l’ethnométhodologie de Garfinkel (Llewellyn et Hindmarsh, 2010 ; Taylor et Van Every, 2000) ou la théorie narrative (Czarniawska, 1998 ; Robichaud, Giroux et Taylor, 2004). Dans tout le cas, le postulat est que les organisations sont peuplées d’individus, et la question tourne autour de la relation entre ces gens et « leur » organisation, la communication étant comprise comme un échange de signes entre ces gens.

2Certaines perspectives de la communication organisationnelle, particulièrement celles empruntant à la théorie des actes de langage (Cooren, 2008 ; Cooren et Bencherki, 2011 ; Fauré, Brummans, Giroux et Taylor, 2010 ;), au pragmatisme américain (Cooren et Matte, 2010 ; Simpson, 2010 ; Wicks et Freeman, 1998) ou à la théorie de l’acteur-réseau (Alcadipani et Hassard, 2010 ; Czarniawska et Hernes, 2005 ; Lee et Hassard, 1999), remettent en partie en cause la distinction claire entre des humains agissants et les organisations au sein desquelles ils agiraient. En se penchant sur l’action elle-même plutôt que sur ses termes (humains, collectifs, etc.), ces approches se placent, pour ainsi dire, « au milieu » du problème de l’action organisationnelle, posant donc différemment la question de la relation. Cet article vise à pousser plus loin cette vision relationnelle, en suggérant que l’appareillage théorique pour la réfléchir est disponible dans les écrits du philosophe français Gilbert Simondon.

3Tant que nous partons d’un individu complet et indivisible, la relation demeure, en effet, un mystère. Pourquoi un individu complet, se suffisant à lui-même, voudrait-il ou aurait-il besoin de partager ses actions avec une organisation tout aussi complète ? Autrement, si nous acceptons la suggestion de Deleuze et Guattari (1972) selon laquelle l’individu ne manque de rien, alors il serait tout aussi inadéquat de supposer qu’un individu est en fait incomplet et qu’il cherche à combler un manque au travers de cette relation. Une version particulière des approches affectives permet de rendre obsolète la division de l’organisation en deux domaines distincts qui nécessiteraient un pont (Latour, 1991, 2008) : celui des sujets individuels qui seraient reliés d’une façon quelconque à un objet organisationnel.

4Le « tournant affectif » est encore largement sous-représenté dans l’étude des organisations. Plusieurs utilisent le terme affect pour renvoyer à la manière dont le pathos (surtout les émotions) est mobilisé dans des contextes organisationnels (Fineman, 2008 ; Hjorth et Pelzer, 2007 ; Meisiek, 2004 ; Styhre et al., 2002). Certains auteurs en ont une version différente, plus proche de celle de Spinoza, soit l’affect comme ad-facere, c’est-à-dire « agir sur, avoir une influence sur, faire quelque chose à »1. C’est le cas, par exemple, de Sørensen (2005), qui emprunte à Deleuze et Guattari leur « anti-méthode » pour étudier la réception des écrits de ces auteurs dans le champ des études organisationnelles. C’est aussi le cas d’un numéro spécial de la revue Ephemera sur les « symptômes de l’organisation » (voir Raastrup Kristensen, Pedersen et Spoelstra, 2008). Pour les auteurs qui y contribuent, l’affect concerne la capacité d’être affecté par quelque chose, ce qui braque les projecteurs sur les organes et les dispositifs par lesquels les corps (humains ou non) peuvent sentir ou capturer des « affections », ainsi qu’interagir pour participer à des relations affectives. Cette perspective se détourne du sujet conscient et complet comme lieu de l’affect (voir, par exemple, les idées de « corps fracturés» ou de « démembrement» chez Dean et Massumi, 1992).

5Cette seconde approche de l’affect permet de parler dans les mêmes termes de gens, de choses et d’organisations. Cependant, elle demeure largement inconnue des chercheurs en communication organisationnelle, bien que les travaux de Thierry Bardini (2014 ; voir aussi Choukah, 2010), de David Jaclin (2013) ou de Brian Massumi (voir, par exemple, De Boever, Murray et Roffe, 2009) l’aient rendue familière dans d’autres champs de la discipline. Pour la communication organisationnelle, elle permet de reconnaître que les briques de l’édifice organisationnel ne sont pas strictement des individus, mais aussi des processus par lesquels diverses entités s’affectent mutuellement. Autrement dit, le point de départ de l’enquête sur l’action organisationnelle devrait être, justement, l’action, en tant qu’elle permet des affections mutuelles.

6Plutôt que de présumer des individus, porter attention à la contribution de ces actions à des processus d’individuation (Simondon, 2005) permet d’expliquer la production tant des gens que des organisations. L’« affectivo-émotivité », pour Simondon, est essentielle à la constitution du collectif : « une désindividuation émotionnelle provisoire du “sujet” », explique Jean-Hugues Barthélémy (2014), « prépar[e] le seuil d’un pas en arrière vers le pré-individuel avant le nouveau pas en avant vers l’individuation (psycho) social » (p. 67). L’affect, pour Simondon, correspond donc aux moments où l’individu retrouve en lui la charge préindividuelle qu’il porte, pour la résoudre non pas en lui-même, mais dans sa participation au collectif. En effet, l’individu « n’épuise pas les tensions qui lui ont servi à se constituer », dit Simondon (1989), et « c’est à partir de cela, de ce non-résolu, de cette charge de réalité encore non-individuée que l’homme cherche son semblable pour faire un groupe dans lequel il trouvera la présence par une seconde individuation » (p. 192). C’est ce que Simondon nomme le « transindividuel ». Pour l’auteur, donc, la réalité sociale – nous pourrions dire « organisationnelle » – est relationnelle, dans la mesure où « le social n’est pas un terme de relation » (ibid., p. 179), mais bien un « système de relations » établi par des « activités relationnelles ». Cette activité d’établissement de relations est notamment ancrée dans une forme particulière de communication : « Le transindividuel ne localise pas les individus : il les fait coïncider ; il fait communiquer les individus par des significations : ce sont les relations d’information qui sont primordiales » (ibid., p. 192).

7Je propose que ces activités relationnelles, si elles prennent différentes formes, consistent notamment en l’établissement de relations possessives. C’est ce que suggèrent certains auteurs qui, quoique différemment de Simondon, ont également insisté sur l’importance de l’étude des processus ontogénétiques. Ainsi, A. N. Whitehead (1979) discute de la manière dont les préhensions (physiques et conceptuelles) mutuelles sont au cœur de la constitution des êtres. Dans une autre perspective, le sociologue Gabriel Tarde – qui, comme le remarque Didier Debaise (2008), a préfiguré plusieurs des intuitions de Simondon – situait la possession au cœur de sa pensée. La société, pour Tarde (1893), est « la possession réciproque, sous des formes extrêmement variées, de tous par chacun » (p. 85). Étant donné que, pour l’auteur, tout être est une société, il s’ensuit que la possession est un « fait universel », bien que celui-ci soit exprimé sous une variété de modes. Ainsi, si la philosophie de Simondon (1989) en est une de l’être dans la relation et de la « relation dans l’être » (p. 24), sa traduction empirique peut prendre la forme de l’observation des pratiques par lesquelles sont établies ces relations, notamment lorsqu’il s’agit de relations de possession.

8En particulier, les relations possessives peuvent être comprises comme l’une des manières possibles de comprendre la notion de transduction, qui pour Simondon correspond à la propagation d’un mouvement structurant de proche en proche : « il a transduction lorsqu’il y a activité partant d’un centre de l’être […] et s’étendant en diverses directions » (Simondon, 1989, p. 25). Ainsi, l’établissement de relations possessives consiste à faire circuler – de manière transductive – des activités d’une entité à l’autre, dès lors structurant et individuant l’être collectif.

9Ces activités – que je préfère appeler « actions » bien que ce mot ait sa propre histoire – sont, du point de vue d’une organisation donnée, au nombre de ce que Simondon (2005) appelle les « entités préindividuelles » (voir aussi Barthélémy, 2005, 2014). Elles sont préindividuelles dans la mesure où, si elles peuvent n’être observables qu’en tant que parties d’un individu (humain ou collectif), elles existent aussi de leur plein droit et peuvent être reprises dans différents processus d’individuation. Les entités préindividuelles ne sont pas temporellement antérieures à ce à quoi elles contribuent ; au contraire, cette contribution est possible justement en raison de leur contemporanéité. Un exemple simple serait celui des mots qui composent ce texte : « ce » mot, ce, contribue à ce texte, mais aussi à ma pensée (celle de l’auteur) ou à celle des lecteurs, à la grammaire française dont il est un exemple, ainsi de suite. Il accomplit tout cela en tant qu’il fait partie de ce texte, mais aussi directement, car son inclusion dans ce texte n’épuise pas son existence. Cet effet direct est ce qui est reconnu lorsque l’on cite un extrait de texte ; ce faisant, on reconnaît que la proportion préindividuelle d’un tout peut avoir d’autres significations qui lui viennent d’autres reprises. Le texte fournit un contexte ou un milieu à « ses » mots pourvu qu’ils y contribuent, mais les mots échappent aussi au texte : ils ne sont jamais tout à fait les siens (pour un argument similaire, voir Derrida, 1990). Autrement dit, un être ne possède ses composantes que d’une certaine perspective : la possession n’est jamais pleine ou univoque.

10Le préindividuel, par conséquent, n’est pas une « chose ». Tel que l’explique Debaise (2008), « aucune raison ne nous oblige plus à parler d’être mais d’activités infinitéssimales, d’actions remarquables à l’intérieur d’un mouvement infini » (p. 4). Ces actions sont autant de préhensions, de captures, d’appropriations et d’autres activités possessives au travers desquelles les individus se composent. Que le préindividuel ne soit pas une chose ne signifie pas qu’il n’existe pas réellement. Que des actions fassent une différence, c’est exactement la définition de l’existence selon Tarde (1893) : « Exister c’est différer, la différence, à vrai dire, est en un sens le côté substantiel des choses, ce qu’elles ont à la fois de plus propre et de plus commun » (p. 73). Dès que l’action est placée au cœur de l’enquête sociale, alors il est possible de laisser tomber l’« ontologie implicite […] selon laquelle il devrait exister des supports – individus, groupes ou objets – clairement identifiables aux dynamiques sociales » (Debaise, 2008, p. 3). Dans les mots de Tarde (1893), « ces éléments derniers auxquels aboutit toute science, l’individu social, la cellule vivante, l’atome chimique, ne sont derniers qu’au regard de leur science particulière » (p. 36). Comme tous les êtres sont des composés sociaux, aussi petits soient-ils, ils sont les produits d’actions possessives. Nous devons donc reconnaître que « [c]es éléments de plus en plus infinitésimaux (ou monades) découverts par la science ne sont pas des choses, mais des forces. […] L’essence même de toute monade est définie par l’activité » (Lazzarato, 1999, p. 107). Penser en termes d’action rend caduque la recherche d’individus « sous » les actions possessives. La possession n’est pas réductible à l’appropriation d’un objet par un sujet ; c’est au contraire l’effort par lequel ces entités en viennent à exister. C’est pour cette raison que je crois légitime d’étendre la pensée de Simondon, avec les notions d’action et de possession de l’action.

11Cette façon de penser pose des conséquences importantes pour la compréhension du combat que livrent les êtres pour leur existence (ce que Spinoza appelait le conatus). En effet, être – et être ainsi plutôt qu’autrement – implique ce qui pourrait être appelé un effort politique de capture, dont Deleuze (1988) rend compte :

une monade a pour propriété, non pas un attribut abstrait, mouvement, élasticité, plasticité, mais d’autres monades, comme une cellule, d’autres cellules, ou un atome, d’autres atomes. Ce sont des phénomènes de subjugation, de domination, d’appropriation qui remplissent le domaine de l’avoir, et celui-ci se trouve toujours sous une certaine puissance (ce pourquoi Nietzsche se sentira si proche de Leibniz). Avoir ou posséder, c’est plier, c’est-à-dire exprimer ce que l’on contient « dans une certaine puissance » (p. 148).

12Les actions préindividuelles constituent les individus et les organisations par « subjugation, domination et appropriation » l’une de l’autre, car chacune « se borne à lier les autres monades à l’intérieur d’une perspective » (Debaise, 2008, p. 10). Il s’agit là d’un enjeu éminemment politique et agoniste, auquel les chercheurs en communication organisationnelle ne sont pas insensibles. Ainsi, les actions offrent l’une à l’autre une configuration particulière de relations. Un collectif ou une organisation ne sont donc pas des contenants, mais un agencement horizontal d’actions.

13Cette compréhension de l’organisation ne s’oppose pas au fait que les organisations sont ancrées dans des processus de signification (Bouillon, Bourdin et Loneux, 2007 ; Cooren, 2000 ; McPhee et Zaug, 2000 ; Weick, 1979) ; cependant, cette idée prend un sens particulier avec Simondon (2005), pour qui « [l]’existence du collectif est nécessaire pour qu’une information soit significative » (p. 307). Il s’agit pour la charge préindividuelle que porte chaque être de « se structurer et [de] s’organiser ». L’information doit être ici comprise comme l’in-formation d’un être, le processus par lequel il se compose. C’est donc en tant que les entités préindividuelles participent dans un processus d’individuation qu’elles acquièrent leur signification. Être capturé, par conséquent, n’est pas qu’une perte (par exemple, en perdant sa liberté), mais offre aussi une place particulière et signifiante au sein d’une configuration (des arguments similaires se retrouvent chez Althusser [1970] et Butler [1997]). « Ce » mot, ce, signifie quelque chose de particulier dans le contexte de cette phrase et de ce texte : il cesse d’être un indexical générique et devient, dans ce cas, un exemple, quoique sa nouvelle signification ne limite pas la possibilité de sa recapture (ou de sa capture parallèle) dans d’autres contextes (ou dans d’autres territoires, comme le diraient Deleuze et Guattari, 1980).

14Porter son attention à la formation des êtres, que ce soient des gens, des textes ou des organisations, de la perspective de l’action préindividuelle implique un regard immanentiste. La manière dont les mots se combinent – ou dont les cellules se combinent, ou les humains – n’est pas basée sur des règles qui existeraient sur un plan différent. Les gens peuvent suivre des scripts, mais le script n’est pas d’un matériau différent des nombreuses actions qu’il prétend réguler (Latour, 2012). Comme Deleuze (1988) le propose, d’une manière qui rappelle les « rayons imitatifs » de Tarde (1898), même la matière physique est constituée

par communication et propagation du mouvement, « comme les cercles qu’une pierre jetée fait naître dans l’eau ». C’est même en ce sens que la matière est pleine d’organes, ou que les organes appartiennent pleinement à la matière, parce qu’ils sont seulement la contraction de plusieurs ondes ou rayons : le propre d’un organe récepteur, c’est de contracter les vibrations qu’il reçoit (Deleuze, 1988, p. 129).

15Cette propagation de proche en proche du mouvement est ce que Simondon (2005) appelle « transduction ». Comme il le suggère :

Expliquer le devenir comme série au lieu de le poser comme transduction est vouloir le faire sortir de ses termes extrêmes qui sont les plus pauvres et les moins stables ; une vie individuelle n’est ni le déroulement déterminé de ce qu’elle a été à son origine, ni un voyage vers un terme dernier qu’il s’agirait de préparer […] Le présent de l’être est sa problématique en voie de résolution […] L’être individué n’est pas la substance mais l’être mis en question, l’être à travers une problématique, divisé, réuni, porté dans cette problématique qui se pose à travers lui et le fait devenir comme il fait le devenir (p. 322).

16Dit autrement, le collectif ou l’être individué (qu’il soit humain, textuel ou organisationnel) n’est pas contenu dans des règles surplombantes, dans une téléologie ou dans un potentiel déjà-là. Il apparaît par la communication de proche en proche d’une action sur la suivante, la propagation du mouvement, où les entités préindividuelles – elles-mêmes déjà ainsi composées – se préhendent et se capturent mutuellement, pour constituer les collectifs où elles trouveront une signification.

Ce que le préindividuel signifie pour l’étude de la communication organisationnelle

17La notion de préindividuel n’appartient pas à un champ privilégié et peut avoir « autant de sens qu’il y a de forces capables de s’en emparer » (Deleuze, 1962, p. 5). En tant qu’on peut vouloir qu’elle participe au champ de la communication organisationnelle, elle attire notre attention sur le fait que ce ne sont pas (que) les individus (humains ou non) qui constituent les organisations, mais (aussi) des actions préindividuelles. Celles-ci n’« appartiennent » à l’organisation que pourvu qu’elles contribuent à son existence, à son individuation. Cette appartenance est possible en raison du caractère possessif de ces actions. Méthodologiquement parlant, l’étude de l’existence et de l’action des organisations serait donc orientée vers l’observation attentive (par exemple, par l’ethnographie) de la manière dont des actions sont attribuées à l’organisation et, de fait, y contribuent, plutôt que de se concentrer sur les gens. Dans le même sens, quoique différemment, un appel à l’attention aux « événements communicationnels» se retrouve aussi chez Schoeneborn et Scherer (2012). Que certaines actions soient associées à certaines personnes ou à certaines choses devrait être la conclusion de l’enquête plutôt que son point de départ.

18Ces relations possessives (c’est-à-dire la manière dont des actions peuvent contribuer à des organisations) n’émanent pas de règles ou de scripts qui seraient d’un ordre différent que la terre ferme des (inter)actions (pour un plaidoyer pour l’analyse d’interactions, voir Cooren, 2010). Elles sont « transductives », ce qui veut dire qu’elles se propagent de proche en proche. Une telle perspective s’attarde à l’action observable plutôt que de supposer des règles surplombantes. Que des règles soient suivies ou non devient un problème empirique, au même titre de l’observation des actions elles-mêmes.

19Il s’ensuit que les actions préindividuelles peuvent être capturées au sein de plusieurs processus d’individuation – et donc de plusieurs organisations – simultanément. Une action peut en effet « faire » plusieurs choses à la fois, et seules certaines de ces choses peuvent se rapporter à une organisation donnée, alors que d’autres peuvent être capturées par d’autres personnes, choses ou collectifs. Une organisation peut ne pas disposer des organes pour sentir ou canaliser ces actions.

20De plus, alors que la signification (ou le « faire sens ») est à juste titre considérée comme cruciale à la vie organisationnelle, elle ne s’obtient qu’au travers de la participation d’entités préindividuelles à un processus d’individuation, où ces entités sont incluses dans des configurations particulières qui leur confèrent du sens. Il n’y a pas de raison de croire qu’une entité donnée ne puisse faire partie également d’autres configurations, dont elle obtiendrait des significations différentes. Par conséquent, des significations concurrentes ne seraient pas symptomatiques de malentendus ou de conflits (en opposition à l’existence d’un seul « bon » sens), mais plutôt les issues de plusieurs processus d’individuation qui seraient en jeu parallèlement (plusieurs organisations, individuations personnelles, etc.).

21Finalement, les processus d’individuation ne sont pas spécifiques à un type d’êtres et ne sont jamais complétés – à côté des organisations, les personnes et les choses continuent aussi, perpétuellement, leur individuation. Cela implique que l’étude de la communication organisationnelle ne devrait pas présumer qu’un ensemble d’êtres est stable alors que l’autre est fluide (par exemple, que la structure est stable alors que les personnes sont changeantes, ou l’inverse). Alors qu’il y a évidemment un défi pour l’analyste de ne pas avoir d’ancrage ferme (notamment en ne pouvant supposer des frontières de l’organisation), il est important de reconnaître que la capture des actions préindividuelles peut se faire à tous les « niveaux ». En fait, ces niveaux sont des distinctions analytiques qui supposent déjà le résultat des processus d’individuation.

22Prendre en compte la charge préindividuelle que chaque personne, chose ou collectif porte en soi-même permet de rendre obsolète la division entre, d’une part, les gens et, d’autre part, l’organisation « au sein » de laquelle ils agiraient, trouveraient du sens et ressentiraient des émotions. L’affect, au sens suggéré jusqu’à présent, n’est pas un phénomène particulier qui aurait lieu à l’intérieur d’une organisation ; il s’agit plutôt de la reconnaissance que des entités de toute ontologie sont continuellement confrontées au problème de la résolution de leur propre individuation, qui doit se continuer dans l’individuation collective. Les soi-disant individus sont donc impliqués dans de multiples processus d’individuation, au travers desquels ils capturent des actions et sont eux-mêmes capturés en tant qu’ils agissent. Les actions ne sont pas gouvernées par des règles, mais circulent horizontalement, de proche en proche, de préhension en préhension, alors que des personnes, des choses et des collectifs acquièrent une signification de leur contribution à des configurations de tout ordre.

23Sur le plan méthodologique, une perspective mettant l’accent sur les processus d’individuation exige que la recherche soit résolument empirique. Il n’est plus possible de simplement supposer que toutes les actions ayant lieu « dans » l’organisation étudiée contribuent à sa constitution, ou que les actions des membres sont automatiquement attribuables à l’organisation. Il faut plutôt observer, concrètement, comment des relations sont établies et permettent de déplacer l’action d’une entité à l’autre, structurant et individuant le collectif, et le faisant agir. Une approche ethnographique, axée sur l’observation et laissant la place à la surprise, paraît donc indiquée pour rendre compte de ces pratiques.

24En résumé, il est donc possible de dire que le préindividuel contribue à la communication organisationnelle d’au moins quatre manières :

  1. La communication devient l’étude de la circulation et de la propagation de l’action, ce que Simondon (2005) appelle la transduction, notamment par l’observation des pratiques de capture.

  2. La signification devient l’étude de la participation d’une entité dans un processus d’individuation, tout en gardant en tête qu’une même entité peut contribuer à l’individuation de plusieurs êtres à la fois et donc être capturée dans plusieurs configurations qui lui donnent, chacune, un sens particulier.

  3. Aucun privilège n’est donné à un être en particulier, par exemple l’humain, puisque l’existence des êtres est justement le résultat des processus d’individuation. Ce n’est qu’au terme de l’étude que l’analyste saura pour qui ou pour quoi l’action a été commise ou la signification produite.

  4. L’étude de la constitution de l’organisation doit être basée sur l’observation, sans présupposé relativement aux actions et aux entités qui pourraient s’avérer pertinentes.

Illustration : Les épouses de l’armée

25Afin d’illustrer la perspective préindividuelle mise de l’avant dans ce texte, je suggère de jeter un coup d’œil à certains extraits du documentaire Les épouses de l’armée, écrit et réalisé par Claire Corriveau (2007) et produit par l’Office national du film du Canada. Son titre résume bien l’enjeu dont il traite : les épouses de militaires ont peu de contrôle sur leur vie en raison de leur relatif isolement et des déménagements fréquents, en plus d’avoir une relation ambiguë avec l’armée.

26L’observation ethnographique est probablement la méthode la plus appropriée pour étudier les pratiques par lesquelles les relations possessives sont établies, permettant à l’action de circuler et de structurer l’organisation. Aux fins du présent article, cependant, le recours à un documentaire, en tant que forme d’ethnographie d’emprunt (voir Cunliffe et Coupland, 2012), me semble légitime, puisqu’il ne s’agit que d’une illustration pour faciliter la compréhension de la perspective mise de l’avant concernant la relation entre le préindividuel et la communication organisationnelle. Il est à noter qu’une des limites du documentaire de Corriveau est de tenir pour acquis que les militaires sont des hommes et que leurs épouses sont, justement, des femmes ; l’armée canadienne compte bien évidemment de nombreuses autres réalités, que je me permettrais pour le moment de mettre de côté bien qu’elles puissent possiblement mettre un bémol à l’analyse présentée (il est à noter que même Butler [1997] commet l’erreur de faire la même supposition au sujet de l’armée). Trois extraits du documentaire sont particulièrement d’intérêt. Le premier est un commentaire fait par Lucie Laliberté, une militante pour les droits des épouses de militaires, au sujet de l’effort d’un groupe de femmes dont elle faisait partie, en 1984, pour obtenir la permission du commandant de la base de discuter un certain nombre de sujets entre elles. Le second et le troisième extrait concernent la création d’un centre communautaire où les femmes s’offrent mutuellement des services bénévolement.

27Aux fins de l’analyse du documentaire, je propose d’utiliser le Tableau 1 ci-dessous pour classer et schématiser quelques relations possibles entre une personne (dans ce cas, les épouses de militaires) et leurs actions, telles qu’elles sont décrites par l’armée. Le tableau permet non seulement de reconnaître que les actions n’appartiennent pas intrinsèquement à leur auteur humain supposé (et, dans le cas du documentaire, il est évident que l’enjeu est justement que la position subalterne des femmes réside dans la négation de leur capacité à être auteures de leurs actions), mais aussi que de « jouer » avec la relation entre action, auteur et organisation permet d’exercer un certain contrôle et, dans une moindre mesure, de résister à ce contrôle. Les extraits analysés ci-après permettent donc de reconnaître les implications politiques du caractère préindividuel de l’action et de sa capacité à être attribuée à l’organisation directement, en omettant la personne individuée qui serait supposément l’auteur de ces actions. Cette attribution, dans chacun des cas, consiste en un narratif particulier mettant en rapport différemment action, personne et organisation. Si, en tant qu’analystes de ces narratifs, nous pouvons ressentir un outrage à voir que les femmes sont privées de « leurs » actions, il n’en demeure pas moins que la possibilité que l’organisation capture ces actions directement remet justement en cause le soi-disant rapport intrinsèque entre action et individu.

Tableau 1 : Différentes relations entre contributeurs et organisation, établies par le déplacement de l’action

Tableau 1 : Différentes relations entre contributeurs et organisation, établies par le déplacement de l’action

28Cet outrage, que nous vivons au visionnement du documentaire et à la lecture des extraits ci-dessous, est certainement vécu par les femmes protagonistes. Comme l’explique Jean-Hugues Barthélémy (2014), cette affectivo-émotivité correspond à un processus de désindividuation qui rend de nouveau problématique la charge préindividuelle et rend nécessaire sa résolution dans l’individuation collective. Autrement dit, l’injustice que vivent les épouses de militaires canadiens leur rappelle que tant que ne sera pas résolu le problème de leur participation à l’armée en tant qu’organisation, certaines de leurs actions ne leurs appartiennent pas tout à fait et ne peuvent leur permettre de s’individuer pleinement comme personnes.

29Extrait 1 : l’activité politique

  • 2 L’« Organisation des épouses de membres militaires ». Les traductions en français sont tirées des s (...)

30La première illustration est basée sur un extrait où Lucie Laliberté, militante, avocate et épouse de militaire, explique les débuts de l’OSOMM, la Organization of Spouses of Military Members2 :

On a décidé d’organiser une réunion, et on a spécifié dans le bulletin où et quand elle aurait lieu. On a appris que le commandant de la base devait approuver notre bulletin avant de pouvoir le distribuer, on n’avait pas l’intention de le lui montrer. On s’est dit qu’on était des civiles, même si on vivait sur la base, et qu’on avait des plaintes légitimes à formuler et qu’on allait distribuer le bulletin. [...] On avait préparé une liste des choses dont on voulait parler : les pensions, la garderie, le plan dentaire, ce genre de choses. L’administrateur de la base a regardé notre liste et il a dit : « Ça, c’est politique. Ça aussi, c’est politique. » La garderie, politique ! Le plan dentaire, c’était politique ! Les pensions, c’était politique ! On a compris très rapidement que quand l’armée ne voulait pas nous donner ce qu’on demandait, on était des civiles, et quand elle voulait nous contrôler, on faisait partie de l’armée. Donc, dans les deux cas, c’était sans issue. Ils menaçaient de nous arrêter pour violation de propriété. Et pourtant c’est là qu’on vivait. Nos écoles étaient là. Les églises étaient là. Nos maisons étaient là.

31Une lecture possible de cet extrait consiste à considérer que les « plaintes légitimes » des femmes constituent une affectivo-émotivité initiale où elles constatent que leur propre individuation ne peut se poursuivre qu’en renégociant leur relation avec l’organisation militaire. Ainsi, elles souhaitent un service de garderie, une assurance dentaire et une pension de retraite, ce qui correspond à tant d’aspects de leur individuation physique : il s’agit de continuer, dans l’individuation collective, leur existence en tant que mères, en tant que corps nécessitant des soins de santé, en tant que personnes qui vieilliront.

32Pour établir une nouvelle relation avec l’armée, les femmes souhaitent publier un bulletin et organiser une rencontre entre elles. Cependant, quelqu’un les informe que le commandant de la base devra approuver le bulletin. Le commandant décrit leurs différentes demandes comme étant des activités politiques, interdites sur la base. Si elles s’obstinent à distribuer le bulletin, elles pourraient être accusées de violation de propriété. N’ayant pas accès aux événements tels qu’ils se sont produits, cette analyse doit accepter l’attribution que réalise le documentaire de supposer que le commandant, comme les autres intervenants militaires, parle en effet au nom de l’armée. La voix du commandant pourrait pourtant s’avérer ne pas être celle de l’armée, ce déplacement de l’action (la prise de parole pour qualifier les actions des épouses) pouvant, par exemple, être contredit par une politique, par un autre haut gradé, ou autrement. Cela dit, le documentaire semble suggérer que ce déplacement, du commandant vers l’armée, de la qualification et de l’interdiction a bel et bien eu lieu, sans être remis en cause.

33Lucie décrit le refus du commandant en disant que lorsque l’armée souhaite les contrôler, elle les reconnaît comme faisant partie de l’organisation, alors que ce n’est pas le cas le reste du temps. En effet, elle semble suggérer qu’elle envisage la relation existante comme étant celle de civils vivant sur la base. Le refus du commandant est donc perçu comme d’autant plus important qu’il remet en cause non pas uniquement les éléments que les femmes voulaient résoudre, mais aussi d’autres aspects de leur individualité. Ainsi, si elles sont menacées de violation de propriété, c’est aussi que l’armée remet en cause leurs écoles, leurs églises et leurs maisons. Autrement dit, la tournure que prend le refus constitue une négation de plusieurs autres aspects de leur individuation respective.

34La perspective de l’armée n’est pas présentée dans le documentaire. Cependant, en prenant de l’analyse que Butler (1997) fait de l’armée américaine, il est possible de supposer que l’extension des privilèges des militaires à leurs épouses a pu être perçue par le commandant comme une menace à l’individuation de l’armée. Butler (1997) cite Freud pour décrire l’armée comme étant basée sur des « social instincts, thus contributing an erotic factor to friendship and comradeship, to esprit de corps and to the love of mankind in general » (p. 109). L’organisation militaire, pour Butler, est donc menacée par quiconque remet en cause la composition mâle et hétérosexuelle de l’armée. Ainsi, il est possible de supposer que l’appartenance des femmes à l’armée est conçue par le commandant de la base comme un non-sens, mais aussi comme une menace à l’individuation de l’organisation. Il faut reconnaître, cependant, que le documentaire n’aborde pas, à proprement parler, la question de l’individuation de l’armée.

35Pour refuser que les femmes poursuivent leur individuation en contribuant à celle de l’armée, le commandant, selon la description de Lucie, commence, paradoxalement, par s’approprier l’action des femmes en la qualifiant de politique. C’est à travers cette description de l’action (la formulation de demandes, la distribution d’un bulletin, etc.) que le commandant parvient à déplacer cette action des femmes vers l’armée, pour ensuite montrer qu’en fait, cette action est interdite. Si l’action avait été celle des femmes uniquement – par exemple, si elle avait été décrite comme étant « privée » et non « politique » –, alors elle n’aurait aucunement concerné l’armée et n’aurait pu être interdite. Il est intéressant de constater que ce déplacement de la part du commandant réussit sans qu’il semble avoir été contesté. Cependant, le fait même que les femmes souhaitent continuer leur individuation dans l’organisation militaire signifie qu’elles ne peuvent nier que cette organisation est concernée par leurs actions, et donc qu’elle peut également refuser leurs actions. Le type de relation qu’établit le commandant en est donc un relevant de la première case du Tableau 1, à savoir une forme de contrôle issue de la reconnaissance des femmes comme auteurs de ces actes, mais aussi de ces actions comme contribuant à l’individuation de l’organisation.

36Extrait 2 : la liste

37La seconde partie de notre illustration se fonde sur la présentation des services offerts par le Centre de la famille de Valcartier, sur la base située à Québec. L’agent d’information Dany St-Laurent présente l’« Opération Oasis » :

Un des services qu’on offre qui est le plus important à Valcartier, c’est l’Opération Oasis, qu’on appelle. Je vais vous donner un exemple de l’aide qu’on fait… Je vous présente ici, on appelle ça la checklist. Ça par exemple c’est un petit exercice qu’on demande aux familles de faire, de se préparer, avant que le monsieur parte, ou la madame parte, en mission à l’étranger. Par exemple, le véhicule. La madame elle ne connaît pas toutes les techniques. Elle ne sait même pas c’est où le garage où le conjoint va pour le véhicule, par exemple. Alors ils vont tout identifier ça ensemble. Quelles sont les choses à préparer pour qu’il y ait le moins d’embûches pendant que notre conjoint est parti en mission à l’étranger. La beauté de l’affaire là-dedans, c’est que ce n’est pas les employés du Centre de la famille qui ont décidé de créer cet outil-là, ce sont les gens de la communauté. C’est comme ça qu’on supporte, entre autres, les familles quand elles vivent le déploiement.

38Encore une fois, l’analyse requiert de faire l’économie de la manière dont la voix de St-Laurent devient celle de l’armée. La manière dont l’officier présente la « checklist » est particulièrement habile, dans la mesure où il donne l’exemple d’un problème pratique auquel est confrontée « la madame », se retrouvant démunie à la suite du départ de son conjoint : elle doit avoir de l’information quant à l’entretien du véhicule. Si l’exemple relève du stéréotype, il révèle néanmoins que St-Laurent est conscient du potentiel affectivo-émotif et désindividuant de l’absence du conjoint.

39Il présente alors l’outil comme un service offert par la base militaire pour, d’une part, permettre aux femmes de ne plus dépendre de leur conjoint et, d’autre part, offrir une forme d’individuation collective putative, puisqu’il décrit le « support » offert aux familles qui vivent le déploiement comme étant quelque chose qu’« on » offre, donc un soutien collectif. Qui plus est, il suggère que la manière même dont l’outil a été développé illustre que les membres de la « communauté » peuvent contribuer au collectif et que leurs actions sont reprises d’une manière positive par l’organisation.

40St-Laurent présente donc la liste (qui se présente sous la forme d’un dépliant) comme un service « que nous offrons », comme un exercice qu’« on demande aux familles de faire » et comme l’une des manières dont « on supporte les familles ». C’est aussi à travers l’usage des pronoms personnels que St-Laurent effectue le passage de l’action vers l’organisation. Celle-ci semble donc, à travers sa parole, avoir capturé ces actions comme étant les siennes. Cela dit, St-Laurent reconnaît clairement que le soutien offert par l’armée aux familles (et aux femmes) l’est aussi par les « gens de la communauté ». Là encore, on peut associer cet extrait à la première case du Tableau 1, puisque les actions sont reconnues comme celles des gens de la communauté, mais aussi comme contribuant à l’organisation. Cependant, ici, les conséquences sont différentes : cette contribution est célébrée comme quelque chose de « beau ».

41Extrait 3 : la garderie

42Dans ce troisième extrait, la narratrice explique comment l’armée parvient à offrir de nombreux services :

Une grande partie des services offerts dans les centres de ressources repose sur du travail bénévole. Pour ça, l’armée compte sur la main-d’œuvre abondante des femmes qui sont souvent forcées au chômage. C’est assez paradoxal : les femmes fournissent gratuitement le gros des services qui leur sont offerts. […] Le travail invisible des conjointes de militaires contribue directement à la logistique de l’armée. C’est un coût des dépenses militaires que nous assumons individuellement. Un coût qui n’est pas reconnu, donc jamais comptabilisé ni compensé.

43Un exemple de ces services est la garderie, où, selon l’une des épouses interviewées, « [s]i [une femme y est] bénévole, [s]a fille [peut] aller à la garderie gratuitement pendant ce temps ». En d’autres mots, les parents peuvent envoyer leurs enfants à la garderie gratuitement, mais seulement s’ils sont également présents pour prendre soin des enfants, ce qui en un sens annule le fait qu’il s’agisse d’une « garderie ». En continuant d’admettre que le documentaire est un reflet des événements tels qu’ils se sont déroulés, il est possible de dire que l’armée reconnaît et s’approprie les actions en question : la garderie existe et est offerte au sein des installations de l’armée, et c’est l’un des services que l’armée offre. St-Laurent le mentionne d’ailleurs : « nous offrons [ce service] ».

44Comme dans le cas de la liste, St-Laurent déplace l’action vers l’organisation au travers du langage. Cependant, ici, il ne mentionne pas lui-même le fait que ce sont les femmes qui en fait contribuent par ces actions à l’armée. Nulle part dans le documentaire y a-t-il une trace de reconnaissance de la part de l’armée du fait que ce sont les femmes qui « donnent » leurs actions de garde d’enfants pour faire exister ce service – quoiqu’il n’y a pas non plus de dénégation de ce fait. Aux fins de notre illustration, il suffit de prendre en compte le point de vue de la narratrice, selon laquelle le travail des femmes « n’est pas reconnu, donc jamais comptabilisé ni compensé ». Il s’agit alors d’un exemple de la seconde cellule du Tableau 1, à savoir un cas d’usurpation : l’armée reconnaît les actions comme contribuant à l’organisation, mais ignore le fait que ce sont les femmes qui apportent cette contribution.

45Outre le problème pratique de ne pouvoir bénéficier d’un système de garderie abordable, les extraits du documentaire présentés peuvent être lus comme créant un sentiment d’injustice, une affectivo-émotivité qui mène non seulement la narratrice mais aussi, possiblement, les femmes qui témoignent dans le documentaire à sentir une forme de désindividuation, où leur existence comme mères mais aussi comme personnes qui prennent soin des enfants de leurs voisines ne trouve pas d’écho dans le collectif.

Discussion

46Aux fins de l’analyse, je propose de ne pas remettre en cause les témoignages et les commentaires du documentaire, qui sert ici d’ethnographie de seconde main. Je suggère aussi de supposer que l’agent d’information St-Laurent et le commandant de la base parlent bel et bien au nom de l’armée, bien que cette question soit bien sûr problématique. Il s’agit de suppositions qui devraient être davantage étayées si mon propos était de critiquer l’armée canadienne, mais ce n’est pas là mon objectif. Il s’agit simplement, pour moi, de montrer comment se présenterait, en action, une perspective qui considère l’action comme étant préindividuelle – et donc n’appartenant pas a priori à un acteur plutôt qu’un autre – et comme circulant par des pratiques communicationnelles vers les êtres auxquels elle contribue.

47Une fois ces présomptions faites, le documentaire apparaît comme un exemple flagrant de la manière dont les actions des femmes, en fait, ne leur appartiennent pas d’une manière nécessaire et sont, au contraire, redistribuées au gré d’actes de langage variés (incluant, peut-être, le documentaire lui-même comme ensemble d’actes de langage). Toutes ces redistributions ne nient pas la capacité d’agir des femmes. Les deux premiers cas, en fait, reconnaissent que les actions en question sont aussi le fait des femmes : dans le premier cas, celui de l’action politique, c’est pour mieux les contrôler ; dans le deuxième, c’est pour se réjouir que la liste ait été créée notamment par des « gens de la communauté » ; dans le troisième cas, celui de la garderie, l’action des femmes est cependant entièrement usurpée et devient exclusivement celle de l’armée.

48La séparation entre les femmes (et les gens plus généralement) et leurs actions peut être regrettée d’un point de vue humaniste. Après tout, ce sont bien des gens qui ont investi des efforts dans des activités qui leur sont en fin de compte déniées. Cela dit, bien que l’exemple des épouses de l’armée jette un regard sombre sur cette séparation, mon propos consiste justement à dire qu’il ne s’agit pas que d’un mensonge manipulateur de la part de l’armée. En fait, le caractère préindividuel de l’action est crucial pour reconnaître la nature politique et constitutive de l’action. En effet, c’est justement parce que les épouses de militaire ont besoin de ces actions pour compléter leur individuation que le refus de l’armée de les reconnaître contributrices de ces actions les affecte autant, ce qui se manifeste notamment par des expressions affectivo-émotives. C’est la possibilité des femmes de poursuivre leur individuation personnelle dans une individuation collective qui leur est niée. Si « leurs » actions leur appartenaient intrinsèquement, alors les propos de l’officier St-Laurent constitueraient peut-être de la « fausse publicité », mais n’auraient par ailleurs pas de conséquences sur l’individuation des femmes. Par extension, il serait difficile d’expliquer pourquoi l’armée aurait un intérêt quelconque à s’approprier les actions des femmes, si elle ne continuait pas perpétuellement son individuation notamment en capturant les différentes actions qu’elle perçoit. Il faut noter, cependant, que le documentaire ne donne pas beaucoup d’indices sur l’individuation collective de l’armée. Cela dit, lorsque le caractère préindividuel de l’action est reconnu, il devient aisé d’imaginer que l’armée cherche à se constituer, par exemple, comme bienveillante et comme offrant des services à sa communauté, notamment en s’appropriant les actions des femmes. Celles-ci, en retour, sont affectées par ces reprises de leurs actions, soit positivement lorsqu’elles sont reconnues comme contributrices et peuvent poursuivre leur individuation dans celle de l’organisation, soit négativement lorsqu’on les empêche de le faire.

49Par ailleurs, dans les extraits analysés, la communication n’est pas perçue comme la représentation d’actions existantes, mais comme des actions – ou des actes de langage, si on veut employer ce terme (Austin, 1962 ; Searle, 1969, 1979) – par lesquelles l’action passe d’une entité à l’autre et, de ce fait, permet à l’entité d’exister et d’agir. Ces actions correspondent à des activités relationnelles, à savoir des pratiques par lesquelles une relation particulière est établie entre différents êtres. Le commandant de la base ou l’officier St-Laurent ne font pas que décrire des activités, mais les distribuent entre l’armée et les femmes, ce qui a pour effet de configurer d’une manière particulière la relation entre eux. Le documentaire peut être perçu comme une tentative, justement, de proposer une configuration différente des actions. Cependant, la relation ne peut être comprise que lorsqu’il est reconnu que ni les femmes ni l’armée ne préexistent à la relation : c’est en cherchant à poursuivre leurs individuations respectives que les femmes et l’armée existent, dans la relation.

50Cette perspective préindividuelle et relationnelle permet aussi de comprendre les divergences de signification. Les actions en question n’ont pas une « vraie » signification qu’il s’agirait de découvrir. Selon que les actions soient perçues en fonction de leur contribution à l’une ou l’autre des entités en jeu – l’individuation de l’armée ou celle de femmes –, leur signification est différente, car la signification se trouve dans la contribution. Du point de vue de l’armée, les actions en question sont soit des activités politiques à contrôler soit des « services » offerts par une armée bienveillante aux « gens de la communauté », car c’est ainsi qu’elles contribuent à l’individuation de l’organisation militaire. Du point de vue des femmes, il s’agit de demandes légitimes qui sont ignorées, ou encore de leurs existences comme mères, voisines et femmes méprisées.

51Il n’appartient pas à l’analyste de privilégier une configuration de relations plutôt qu’une autre, ou un ensemble de significations plutôt qu’un autre. La vérité est que les deux options (il pourrait y en avoir plus) coexistent, car les actions contribuent à plusieurs processus d’individuation du même coup. Supposer qu’une individuation est plus juste, vraie ou prioritaire, ce serait réduire les autres, ainsi que ceux qui y tiennent, à des aberrations ou des erreurs.

Conclusion

52Notre analyse des extraits du documentaire montre l’utilité d’une redéfinition de l’action organisationnelle à travers une perspective affective et préindividuelle. Plutôt que de réduire l’action aux personnes qui en seraient soi-disant les auteurs – auquel cas la situation difficile des épouses de militaires ne ferait aucun sens –, la proposition présentée ici suggère que l’action doit être étudiée à son propre « niveau ». L’affectivo-émotivité correspond justement à la découverte par les in-dividus, à travers l’expérience de la désindividuation, de ce « niveau ». Il ne s’agit pas de suggérer que les gens sont obsolètes et qu’ils ne font aucune différence dans l’action, mais simplement que ce n’est pas en accordant une attention exclusive aux gens que les chercheurs en communication organisationnelle pourront expliquer ce qui rend l’action organisationnelle, justement, organisationnelle, et, par extension, ce qui rend certaines de ces mêmes actions importantes pour la définition de l’existence personnelle de certains individus.

53Dans le documentaire de Corriveau, l’inclusion des femmes dans l’organisation est un enjeu fortement mis de l’avant, mais toujours dans la mesure où les actions des femmes sont usurpées ou déniées. Ce n’est pas l’entièreté de la personne de ces femmes qui est « militaire » : chacune des actions réalisées par ces femmes est singulièrement capturée, permettant ou non que ces dernières soient à leur tour capturées comme membres. Tant la narratrice que les personnes interviewées admettent le caractère problématique de l’identification d’une source particulière à l’action examinée, en opposant la perspective de l’armée à celle des femmes. C’est en concentrant leur attention sur cette tension et en reconnaissant qu’il n’y a pas de réponse a priori que les chercheurs en communication organisationnelle pourront reconnaître que l’action circule antérieurement à toute contribution à une individuation particulière d’un être à l’autre, par des pratiques communicationnelles de proche en proche. C’est uniquement au prix de cette reconnaissance que l’action organisationnelle peut faire sens. À l’opposé d’une perspective délégationnelle de l’action, où l’organisation lance l’action qui est ensuite dévolue à des personnes, la proposition mise de l’avant ici reconnaît que les actions existent à leur propre niveau et que leur attribution, soit à des gens soit à des organisations, est matière à débat (voir, aussi, Castor et Cooren, 2006).

54Alors que les méthodes de recherche qui rendraient possible une démarche universitaire en communication organisationnelle sur la base la notion de préindividuel demeurent à être formulées de manière plus précise, l’étude de l’action et de sa communication, d’un point de vue ethnographique en particulier, tend à suggérer que les versions pragmatiques de la communication organisationnelle, ou celles basées sur la théorie des actes de langage, se rapprochent en partie des idées évoquées dans ce texte (Brummans, 2006 ; Cooren et Matte, 2010 ; Taylor et Van Every, 2011). Ainsi, Cooren (2004) reconnaît que la communication permet à l’action accomplie dans un autre lieu et à un autre moment d’être de nouveau agissante ici et maintenant. Brummans (2007), de manière similaire, montre que des discussions ayant lieu longtemps auparavant sont contraignantes du fait d’avoir été mises en texte. Ces contributions, bien qu’elles ne partagent pas le cadre théorique présenté ici, montrent néanmoins qu’une approche méthodologique rigoureuse existe. Elle permet de remettre en cause les a priori courants concernant l’action et sa relation à la communication et elle permet de reconnaître l’importance de l’étude de sa circulation. Il reste à mettre en œuvre concrètement, au sein de programmes de recherche, les idées maîtresses que suggère l’attention au préindividuel, à savoir de considérer la communication comme propagation de l’action et la signification comme contribution de l’action à un processus d’individuation. Elle suggère en outre de ne pas privilégier une classe d’êtres plutôt qu’une autre, puisque les individuations se poursuivent en parallèle.

55Il est contre-intuitif, dans les sciences sociales et en particulier dans les traditions humanistes, de supposer que les « acteurs sociaux » puissent être autres qu’humains ou organisationnels. Pourtant, ce texte illustre que ceux que nous appelons « individus » sont en fait le résultat de processus sociaux coextensifs de la constitution de ces individus et par lesquels l’action est attribuée à différentes entités, qui seulement alors acquièrent leur individualité. Ce n’est qu’au prix d’un tel détour que la dimension de l’individualité ou de la qualité de « personne » peut être comprise. En effet, si les personnes étaient déjà données, « pleines » et complètes, pourquoi devrions-nous nous préoccuper du fait que certaines actions puissent leur être usurpées ? Lorsque nous reconnaissons que les individus sont des produits délicats, des coalitions instables d’actions, qui peuvent être désindividualisés à tout moment, alors l’importance de correctement établir les relations possessives entre les actions et les être prend tout son sens.

Haut de page

Bibliographie

Alcadipani, R. et Hassard, J. (2010). Actor-Network Theory, Organizations and Critique : Towards a Politics of Organizing. Organization, 17(4 ), 419-435.

Althusser, L. (1970). Idéologie et appareils idéologiques d’État (notes pour une recherche). Chicoutimi, Québec : J.-M. Tremblay.

Austin, J. L. (1962). How to do things with words. The William James lectures 1955. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Bardini, T. (2014). Simondon, Individuation and the Life Sciences : Interview with Anne Fagot-Largeault. Theory, Culture et Society, 31(4), 141-161.

Barthélémy, J.-H. (2005). Penser l’individuation : Simondon et la philosophie de la nature. Paris, France : L’Harmattan.

Barthélémy, J.-H. (2014). Simondon. Paris, France : Les belles lettres.

Bouillon, J.-L., Bourdin, S. et Loneux, C. (2007). De la communication organisationnelle aux « approches communicationelles » des organisations : glissement paragigmatique et migrations conceptuelles. Communication et Organisation, 31, 7-25.

Brummans, B. (2006). The Montréal School and the Question of Agency. Dans F. Cooren, J. R. Taylor et E. J. Van Every (dir.), Communication as Organizing : Empirical and Theoretical Explorations in the Dynamic of Text and Conversation (p. 197-211), Mahwah, NJ : Lawrence-Erlbaum.

Brummans, B. (2007). Death by Document : Tracing the Agency of a Text. Qualitative Inquiry, 13(5), 711-727.

Butler, J. (1997). Excitable Speech : A Politics of the Performative. New York, NY : Routledge.

Castor, T. et Cooren, F. (2006). Organizationsas Hybrid forms of Life : The Implications of the Selection of Agency in Problem Formulation. Management Communication Quarterly, 19(4), 570-600.

Choukah, S. (2010). L’individuation à la lumière des notions de « junk » et de désaffection : entretien avec Thierry Bardini. Commposite, 13(1), 48-64.

Cooren, F. (2000). The Organizing Property of Communication. Amsterdam, Pays-Bas/Philadelphia, PA : John Benjamins.

Cooren, F. (2004). The Communicative Achievement of Collective Minding : Analysis of Board Meeting Excerpts. Management Communication Quarterly, 17(4), 517-551.

Cooren, F. (2008). Between Semiotics and Pragmatics : Opening Language Studies to Textual Agency. Journal of Pragmatics, 40(1), 1-16.

Cooren, F. (2010). Action and Agency in Dialogue : Passion, Ventriloquism and Incarnation. Dialogue Studies. Amsterdam, Pays-Bas/Philadelphia, PA : John Benjamins.

Cooren, F. (2013). Manières de faire parler : interaction et ventriloquie. Lormont, France : Bord de l’eau.

Cooren, F. et Bencherki, N. (2011). How Things Do Things With Words : Ventriloquism, Passion and Technology. Encyclopaideia, Journal of Phenomenology and Education, (28), 35-61.

Cooren, F. et Matte, F. (2010). For a Constitutive Pragmatics : Obama, Médecins Sans Frontières and the Measuring Stick. Pragmatics and Society, 1(1), 9-31.

Corriveau, C. (2007). Les épouses de l’armée/Nomad’s Land. Canada : National Film Board of Canada/Office national du film du Canada. Repéré à https://www.nfb.ca/film/nomads_land

Cunliffe, A. et Coupland, C. (2012). From Hero to Villain to Hero : Making Experience Sensible through Embodied Narrative Sensemaking. Human Relations, 65(1), 63-88.

Czarniawska, B. (1998). A narrative approach in organization studies. Qualitative research methods, v. 43. Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

Czarniawska, B. et Hernes, T. (dir.). (2005). Actor-NetworkTtheory and Organizing. Malmö, Suède : Liber et Copenhagen Business School Press.

De Boever, A., Murray, A. et Roffe, J. (2009). “Technical Mentality” Revisited : Brian Massumi on Gilbert Simondon. Parrhesia, 7, 36-45.

Dean, K. et Massumi, B. (1992). First et Last Emperors : The Absolute State and the Body of the Despot. Brooklyn, NY : Autonomedia.

Debaise, D. (2008). Une métaphysique des possessions : puissances et sociétés chez G. Tarde. Revue de Métaphysique et de Morale, 4, 1-17.

Deleuze, G. (1962). Nietzsche et la philosophie. Paris, France : Presses universitaires de France.

Deleuze, G. (1988). Le Pli : Leibniz et le baroque. Paris, France : Minuit.

Deleuze, G. et Guattari, F. (1972). L’Anti-Œdipe. Paris, France : Éditions de Minuit.

Deleuze, G. et Guattari, F. (1980). Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille Plateaux. Paris, France : Éditions de Minuit.

Derrida, J. (1990). Limited Inc. Paris, France : Galilée.

Fauré, B., Brummans, B., Giroux, H. et Taylor, J. R. (2010). The Calculation of Business, or the Business of Calculation ? Accounting as Organizing through Everyday Communication. Human Relations, 63(8), 1249-1273.

Fineman, S. (dir.). (2008). The Emotional Organization : Passions and Power. Malden, MA : Blackwell.

Grossman, S. J. et Hart, O. D. (1983). An Analysis of the Principal-Agent Problem. Econometrica, 51(1), 7-45.

Hjorth, D. et Pelzer, P. (2007). The Fate of Phaeton : Baroque Art for Management’s Sake ? Organization, 14(6), 869-886.

Jaclin, D. (2013). In the (Bleary) Eye of the Tiger : An Anthropological Journey into Jungle Backyards. Social Science Information, 52(2), 257-271.

Kuhn, T. (2008). A Communicative Theory of the Firm : Developing an Alternative Perspective on Intra-organizational Power and Stakeholder Relationships. Organization Studies, 29(8-9), 1227-1254.

Latour, B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique. Paris, France : Éditions La Découverte.

Latour, B. (2008). What is the Style of Matters of Concern ?. Assen, Pays-Bas : Royal Van Gorcum.

Latour, B. (2012). Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des modernes. Paris, France : La Découverte.

Lazzarato, M. (1999). Postface. Gabriel Tarde : un vitalisme politique. Dans G. Tarde (dir.), Monadologie et sociologie (p. 103-150), Paris, France : Empêcheurs de penser en rond.

Lee, N. et Hassard, J. (1999). Organization Unbound : Actor-Network Theory, Research Strategy and Institutional Flexibility. Organization, 6(3), 391-404.

Llewellyn, N. et Hindmarsh, J. (2010). Organisation, Interaction and Practice : Studies in Ethnomethodology and Conversation Analysis. Cambridge, Angleterre/New York, NY : Cambridge University Press.

Massumi, B. (1995). The Autonomy of Affect. Cultural Critique, 31, 83-109.

Massumi, B. (2002). Parables for the Virtual : Movement, Affect, Sensation. Post-Contemporary Interventions. Durham, NC : Duke University Press.

McPhee, R. D. (2004). Text, Agency, and Organization in the Light of Structuration Theory. Organization, 11(3), 355-371.

McPhee, R. D. et Zaug, P. (2000). The Communicative Constitution of Organizations : A Framework for Explanation. Electronic Journal of Communication. Repéré à http://www.cios.org/EJCPUBLIC/010/1/01017.html

Meisiek, S. (2004). Which Catharsis Do They Mean ? Aristotle, Moreno, Boal and Organization Theatre. Organization Studies, 25(5), 797-816.

Raastrup Kristensen, A., Pedersen, M. et Spoelstra, S. (2008). Symptoms of Organization. Ephemera. Theory and Politics in Organization, 8(1), 1-6.

Robichaud, D., Giroux, H. et Taylor, J. R. (2004). The Metaconversation : The Recursive Property of Language as a Key to Organizing. Academy of Management Review, 29(4), 617-634.

Schoeneborn, D. et Scherer, A. G. (2012). Clandestine Organizations, al Qaeda, and the Paradox of (In)Visibility : A Response to Stohl and Stohl. Organization Studies, 33(7), 963-971.

Scott, C. R., Corman, S. R. et Cheney, G. (1998). Development of a Structurational Model of Identification in the Organization. Communication Theory, 8(3), 298-336.

Searle, J. R. (1969). Speech Acts : An Essay in the Philosophy of Language. London, Angleterre : Cambridge U.P.

Searle, J. R. (1979). Expression and Meaning : Studies in the Theory of Speech Acts. Cambridge, Angleterre/New York, NY : Cambridge University Press.

Simondon, G. (1989). L’individuation psychique et collective. Paris, France : Aubier.

Simondon, G. (2005). L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information. Krisis. Grenoble, France : Jérôme Millon.

Simpson, B. (2010). Pragmatism, Mead and the Practice Turn. Organization Studies, 30(12), 1329-1347.

Sørensen, B. M. (2005). Immaculate Defecation : Gilles Deleuze and Félix Guattari in Organization Theory. The Sociological Review, 53, 120-133.

Styhre, A., Ingelgdrd, A., Beausang, P., Castenfors, M., Mulec, K. et Roth, J. (2002). Emotional Management and Stress : Managing Ambiguities. Organization Studies, 23(1), 83-103.

Tarde, G. (1893). Monadologie et sociologie (J.-M. Tremblay, dir.). Chicoutimi, Québec : J.-M. Tremblay.

Tarde, G. (1898). Les lois sociales. Chicoutimi, Québec : J.-M. Tremblay.

Taylor, J. R. et Van Every, E. J. (2000). The Emergent Organization : Communication as its Site and Surface. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

Taylor, J. R. et Van Every, E. J. (2011). The Situated Organization : Studies in the Pragmatics of Communication Research. New York, NY : Routledge.

Weick, K. E. (1979). The Social Psychology of Organizing. Topics in Social Psychology (2e éd.). Reading, MA : Addison-Wesley.

Whitehead, A. N. (1979). Process and Reality : An Essay in Cosmology (corrigée). New York, NY : Free Press.

Wicks, A. C. et Freeman, R. E. (1998). Organization Studies and the New Pragmatism : Positivism, Anti-Positivism, and the Search for Ethics. Organization Science, 9(2), 123-140.

Haut de page

Notes

1 Pour le sens étymologique, voir: http://etymonline.com/index.php?term=affect. Pour une discussion, voir Massumi (1995, 2002).

2 L’« Organisation des épouses de membres militaires ». Les traductions en français sont tirées des sous-titres du documentaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Différentes relations entre contributeurs et organisation, établies par le déplacement de l’action
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1701/img-1.png
Fichier image/png, 41k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Bencherki, « Pour une communication organisationnelle affective : une perspective préindividuelle de l’action et de la constitution des organisations », Communiquer, 15 | -1, 123-139.

Référence électronique

Nicolas Bencherki, « Pour une communication organisationnelle affective : une perspective préindividuelle de l’action et de la constitution des organisations », Communiquer [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1701 ; DOI : 10.4000/communiquer.1701

Haut de page

Auteur

Nicolas Bencherki

Professeur adjoint, Department of Communication
University at Albany, États-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org