Navigation – Plan du site

La communication territoriale : constructions d’un champ

Territorial Communication: Construction of a Field
Richard Awono
p. 85-106

Résumés

Depuis bientôt une trentaine d’années, la littérature sur la communication des territoires s’est largement répandue, en particulier dans la recherche francophone. Pour autant, la « communication territoriale » reste profondément marquée par une sorte de dispersion (conceptuelle, géographique, etc.), ainsi que par une faible stabilisation théorique. Comment expliquer un tel contraste, à l’heure où de nouvelles préoccupations (citoyenneté, réseaux, crises identitaires…) interpellent la ville et l’espace local et, avec eux, la communication en tant que domaine de production de la théorie et des modes d’intervention publique ? À partir d’une étude sociohistorique, l’article revisite les processus de sédimentation de ce champ (la communication territoriale), tout en esquissant des explications de sa « crise de croissance » théorique. Une synthèse des perspectives de renouvellement théorique est également proposée, à la lumière de quelques récents travaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi d’autres, l’ouvrage de Jacques Noyer, Bruno Raoul et Isabelle Pailliart (dir.) (2013), Médias (...)
  • 2 La littérature anglo-saxonne privilégie, bien souvent, l’expression de local government public rela (...)
  • 3 La liste des travaux, ici, est purement indicative. Une liste plus étendue (mais loin d’être exhaus (...)
  • 4 Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie. Désormais appelé Cent (...)

1L’abondance de la littérature sur la communication dans l’espace local1 contraste avec le faible intérêt des chercheurs à théoriser sur ce champ en tant qu’objet lui-même. Nous n’avons trouvé, à ce jour, en dehors d’un travail d’Isabelle Pailliart (1995) traitant plus largement du thème du territoire dans la recherche française en communication, aucune étude proposant une synthèse (théorique ou historique) des travaux pourtant très nombreux dans ce champ de la communication, qu’il soit abordé en termes de communication territoriale, de communication municipale ou de local government communication2. C’est à cet exercice que nous essayons de nous livrer dans cet article. Depuis notamment le début des années 1980, le thème de la communication (ou de l’information) dans l’espace local est au cœur de la recherche en sciences de la communication (Pailliart, 1982, 1984, 1991, 2006 ; Benoit et Benoit, 1989 ; Tétu, 1995a, 1995b ; Cardy, 1997a, 2011 ; Pecolo, 2011 ; Deljarrie et al., 2010)3. Par ailleurs, ce thème est devenu un objet régulièrement convoqué par les champs voisins, en particulier par la recherche universitaire en science politique (Mabileau et Tudesq, 1980, 1992 ; CURAPP4, 1991 ; Lavigne, 1993 ; Dubois, 1993a, 1993b ; Nay, 1994 ; Souchard et Wahnich, 1995 ; Le Bart, 2000), ou encore en géographie et urbanisme (Bakis, 1990 Bailleul, 2008 ; Houllier-Guibert, 2009a, 2009b).

2Pour autant, la communication territoriale apparaît comme un paradoxe. Malgré son succès quantitatif dans la littérature, elle reste marquée par une faible stabilisation théorique et un visage fortement éclaté. Abondamment traitée dans les recherches francophones en communication (et, singulièrement, en France), elle est quasi-absente comme champ de recherche dans l’espace de tradition anglo-saxonne, où elle se rend plus visible comme champ de pratiques sociales et professionnelles. Différents constats qui fondent le caractère toujours indécis de son statut (est-ce vraiment un champ de recherche à part entière ?), de même que ses hésitations quant aux réponses théoriques et pratiques à apporter aux multiples incertitudes actuelles des territoires (villes, municipalités, régions, etc.). Au moment où de nouvelles interrogations resurgissent à propos du statut, des frontières et des enjeux de la communication, il nous semble utile d’interroger les fondements de ce qui peut être considéré comme une crise d’évolution du champ de la communication territoriale, pour mieux saisir les perspectives de celui-ci dans la pensée communicationnelle. Comment, d’une part, expliquer le « succès » éditorial de la communication des territoires, comment a-t-elle pu s’établir comme domaine spécifique de la communication et pourquoi, justement, peine-t-elle à se consacrer globalement comme cadre théorique ? Dans quelle mesure, d’autre part, peut-elle envisager un renouvellement théorique et, éventuellement, fournir des cadres explicatifs ou d’action à la nouvelle donne territoriale, dans un environnement marqué de plus en plus par l’empreinte des réseaux numériques ?

3Il faut saisir les conditions épistémiques et sociales de l’institutionnalisation du champ de la communication territoriale pour mieux comprendre à la fois son caractère éclaté et sa faible stabilisation théorique. Nous considérons que le cadre institutionnel de l’espace politique local structure la communication dans cet espace et que le champ de la communication territoriale (aussi bien comme champ de pratiques que comme champ de recherche) découle, avant tout, d’un travail social d’institutionnalisation. Aussi, la diffusion de la communication territoriale dans la recherche francophone est à considérer dans le contexte spécifique de son foyer d’émergence dans cet espace, à savoir la France et le Québec. À partir d’une étude sociohistorique, nous proposons tout d’abord un bref éclairage sur la terminologie éclatée de la communication territoriale, en soulignant les fondements conceptuels d’une telle dispersion. Ensuite, le processus de son institutionnalisation est revisité, à partir d’un regard centré sur la France et le Québec. Puis, nous essayons de dégager quelques traits spécifiques de la communication des collectivités locales dans l’espace de tradition anglo-saxonne, avant de proposer, enfin, une synthèse de quelques perspectives de renouvellement théorique qui se dégagent des travaux en rapport aux problématiques de la territorialité numérique.

Les fondements conceptuels de la dispersion du champ

  • 5 Pour des besoins de simplification, nous utilisons prioritairement cette appellation pour désigner (...)

4Telle qu’elle apparaît comme objet de connaissance, la communication territoriale se caractérise, d’emblée, par sa diversité lexicale et la fluidité de ses frontières. En effet, ce champ est connu sous diverses appellations, dont les plus courantes (pour nous en tenir aux seules occurrences en français) sont : « communication territoriale5 » (Gardère et Gardère, 2008 ; Mégard, 2012 ; Deljarrie et al., 2010), « communication locale » (Bessières, 1998 ; Leyval-Granger, 1999 ; Boyomo Assala, 2001 ; Gadras, 2010), « communication publique territoriale » (Hartereau, 1996 ; Cohen-Bacrie, 2008), « communication des collectivités locales » (Mégard et Deljarrie, 2003 ; Lorant, 2005), « communication municipale » (Thériault, 1991 ; ACMQ, 1997 ; Dagenais, 1994b), « information municipale » (Huot, 1990 ; Lavigne, 1995 ; Balima, 2000), « information locale » (Pailliart, 1991), etc.

5Un éclairage préalable sur l’apparent « désordre » sémantique de ce champ est nécessaire, aussi bien pour saisir celui-ci comme unité dans ses ambitions et ses perspectives, que pour mieux comprendre ses hésitations ainsi que les dynamiques parfois contradictoires de son évolution. D’où vient cette instabilité ? Nous en présenterons deux principaux fondements. En effet, cette diversité terminologique repose principalement, d’une part, sur les spécificités (structurelles et lexicales notamment) de l’organisation politique locale, d’un pays à l’autre, d’autre part, sur les variations de la conception épistémique de ce champ. À ce sujet, il convient de souligner que notre analyse s’appuiera essentiellement sur les contextes de la France et du Québec, et cela pour deux raisons. La France et le Québec se présentent, tout au moins dans l’espace francophone et dans les limites de nos connaissances, d’une part, comme les premiers lieux de développement de la communication territoriale comme champ (de recherche et de pratiques) autonome et, d’autre part, comme les principales sources d’inspiration des pratiques et de la production lexicale dans ce domaine dans les autres pays francophones.

Les effets lexicaux du cadre institutionnel

6Il est difficile de ne pas reconnaître dans les variations terminologiques de la communication territoriale un effet des différences et des évolutions lexicales du cadre institutionnel. Le champ de la communication territoriale présente notamment une différence lexicale entre l’Amérique du Nord et l’Europe (en particulier la France), qui sont, en fait, les deux principaux foyers de développement de ce champ, les autres espaces scientifiques et politiques adoptant plus ou moins l’une ou l’autre de ces deux traditions dominantes. Si la terminologie fondée sur la communication municipale ou l’information municipale a davantage pris corps au Québec (Huot, 1990 ; Thériault, 1991 ; Lavigne, 1995), c’est sans doute en raison de l’organisation politique locale de ce territoire, ancrée principalement sur la notion de « municipalité », qui fonde, de manière prédominante, l’identité nominale des entités territoriales de la décentralisation : municipalités régionales de comté (MRC) et municipalités (locales). Les acteurs qui, ailleurs, se présentent comme « communicants territoriaux » s’identifient au Québec comme « communicateurs municipaux ». D’après l’analyse de Lavigne (1994, 1995), le succès de la communication (ou de l’information) dite « municipale » au Québec ne serait pas sans lien avec la loi sur la « démocratie municipale » de 1980, réforme qui s’accompagne, en 1982, d’une loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, visant un plus grand accès des citoyens à l’information.

7En France, en revanche, où le lexique officiel de l’organisation territoriale décentralisée est plus varié (région, département, commune), la commune, seule institution qualifiée de « municipale », est plus fortement concurrencée dans l’espace de la visibilité nationale par les autres échelons de la décentralisation. En France, la montée en puissance des régions dans l’espace communicationnel national dès leur érection en collectivités territoriales en 1982 (Cardy, 1997a, 1997b, 1997c ; Fourdin, 1998) ne pouvait permettre que s’impose le terme de communication communale. Ici, la désignation de la communication publique dans l’espace local tend alors à privilégier la notion de « communication des collectivités territoriales ».

  • 6 « Collectivités locales » à l’article 34 et « collectivités territoriales » à l’article 72.

8Dans la même logique, il convient de revenir sur l’évolution lexicale du champ de la recherche, qui a progressivement consacré l’adoption de la notion de « communication territoriale » (Gardère et Gardère, 2008 ; Mégard, 2012) en lieu et place de celle de « communication locale » (Bessières, 1998 ; Leyval-Granger, 1999), bien que celle-ci n’ait pas disparu. Ce changement s’explique, en partie – mais en partie seulement –, par l’évolution lexicale de la Constitution française. En effet, avant la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, les deux appellations « collectivités locales » et « collectivités territoriales » étaient employées dans la Constitution6, ce qui impliquait leur usage indifférencié dans le langage courant ainsi que dans les travaux scientifiques. Or, depuis les années 1980 et même la fin des années 1970, les chercheurs français s’étaient quelque peu habitués à préférer la notion de « communication locale », entre autres parce qu’elle permettait de prendre en compte la communication des régions, même lorsque celles-ci n’étaient pas encore juridiquement des collectivités territoriales (avant 1982). D’où – bien que ce ne soit pas la seule raison – l’usage récurrent de cette notion avant la révision constitutionnelle de 2003. L’on peut alors penser que la prédominance, après 2003, des notions de « communication territoriale » et de « communication des collectivités territoriales » n’est pas sans rapport avec le fait que l’appellation« collectivités locales » n’est plus juridiquement fondée, ayant été supprimée par la révision constitutionnelle de 2003, laquelle n’a conservé que celle de « collectivités territoriales ».

9Pour autant, les variations terminologiques de la communication territoriale ne tiennent pas qu’aux variations lexicales du cadre institutionnel de la vie locale. De telles variations terminologiques traduisent, dans bien des cas, des différences conceptuelles, voire des évolutions théoriques.

Variations sur l’objet, variations conceptuelles

10Au moins deux traits historiques de la recherche en communication indiquent que les variations terminologiques du champ de la communication territoriale ne sont pas qu’une traduction du lexique officiel de l’organisation territoriale. Le premier renvoie à ce que le concept de « communication territoriale » dans la littérature scientifique française est, malgré tout, antérieur à la révision constitutionnelle de 2003, qui a supprimé l’appellation « collectivités locales ». Entre autres, Isabelle Pailliart (1991) ou encore André Hartereau (1996) parlent déjà de « communication territoriale » avant cette réforme. Le second correspond à ce que l’expression « communication locale », pour sa part, n’a justement pas complètement disparu après la révision constitutionnelle de 2003. On la retrouve, bien après cette date, chez des auteurs tels que Guy Lorant (2005), Dominique Bessières (2009a, p. 19, 2009b, p. 44), tandis qu’elle est même consacrée par bon nombre de professionnels (cf. le Baromètre de la communication locale réalisé chaque année en France depuis 2009, en partenariat avec l’association Cap’com, ou encore l’enquête Le directeur de la communication locale et Internet dans les collectivités publiée par l’association Communication publique en 2006). Quels seraient alors les fondements théoriques de ces variations lexicales ?

  • 7 Jean-François Tétu (1995, p. 288) parle de « la montée irrésistible du local ».

11Au-delà du vocable institutionnel, le concept de « communication locale » représente un enjeu d’inscription de l’objet « communication » dans un champ de recherche, celui du local. En effet, depuis les années 1980, l’espace local a été consacré comme un champ de recherche majeur par les sciences sociales7, et la recherche en communication a suivi cette mouvance (Mabileau et Tudesq, 1980, 1992). À ce titre, parler de communication locale ne renvoie plus toujours, encore moins uniquement, à l’action des collectivités locales en tant qu’institutions publiques. Pour bon nombre d’auteurs, la notion de communication locale permet, avant tout, d’aborder la sphère locale dans ses modes spécifiques de communication. Ainsi, selon Philippe Garraud, « le discours des élus contribue à la construction locale du politique comme ordre différencié et spécifique d’activités » (Garraud, 1990, p. 8).

12Par ailleurs, la notion de communication locale permet de saisir la diversité des acteurs locaux que sont non seulement les collectivités locales mais aussi les médias locaux (Tétu, 1995b ; Pélissier, 2003 ; Demers, 2001), de même que les acteurs privés à l’exemple des consultants en communication locale. Prend alors sens la notion fondamentale de « médiations locales » (Tétu, 1995a), par lesquelles les divers acteurs locaux organisent et font vivre l’espace local. Partant de l’analyse du contexte camerounais, Laurent-Charles Boyomo Assala (2001) met ainsi en lumière le rôle structurant d’un médiateur local spécifique, la radiotélévision d’État (la CRTV). À travers son réseau de stations régionales, la CRTV contribue, à sa manière, à redessiner les territoires locaux par une distribution implicite de l’accès à l’espace public local, une telle ressource conditionnant, dans ce contexte sociopolitique, l’accès des groupes sociaux et des individus à des positions de pouvoir. L’auteur soutient alors que « la communication locale entendue comme production de messages dans un espace donné est indissociable des contradictions sociales en œuvre dans l’espace qui lui donne son fondement social » (Boyomo Assala, 2001, p. 154).

13En ce qui concerne le concept de « communication territoriale », on peut dire qu’il correspond, au-delà de l’adhésion au lexique officiel, à une véritable prise de position théorique. En effet, cette notion réfère, avant tout, à une certaine évolution de la relation à l’espace local. Un tel constat est fait, déjà, sur la base de l’observation de la décennie 1980, par Isabelle Pailliart (1991) :

La communication municipale devient communication locale ou territoriale au sens où elle ne se cantonne plus à la retranscription de la vie municipale, et aux domaines d’action de la vie politique locale. Comme le montre l’évolution du journal municipal, l’affadissement du politique se double d’un envahissement et d’une mise en visibilité de la municipalité dans tous les aspects de la vie quotidienne (Pailliart, 1991, p. 84-85).

14Autrement dit, de manière spécifique, la communication territoriale est celle-là qui porte, non plus uniquement sur l’institution publique locale (la mairie, le conseil régional), mais plutôt sur la vie quotidienne locale dans son ensemble. En d’autres termes, c’est une communication qui porte sur le « territoire » en tant que collectivité humaine dans un espace donné. Ainsi, prise comme objet d’étude, la communication territoriale peut être définie comme l’ensemble des communications produites dans et sur un territoire. Il s’agit donc d’une acception large de ce champ de la communication, qui met en avant deux principaux aspects : d’une part, la relation identitaire (individuelle et collective) des divers acteurs locaux à un territoire (Herbaux, 2005) ; d’autre part, une approche communicationnelle du territoire qui fonde celui-ci sur les discours et la production de sens par les acteurs (Lamizet, 2002 ; Tétu, 1995a, 1995b ; Awono, 2013, 2015).

15Une autre dimension de ces enjeux théoriques apparaît dans l’évolution terminologique qui a consacré, vers le milieu des années 1980, le passage de l’ « information locale » à la « communication locale ». Comme le montrent des auteurs comme Dominique Mégard et Bernard Deljarrie (2003) ou encore Dominique Bessières (2009), ce changement terminologique traduit, en fait, un changement de paradigme. En effet, dans la décennie 1980, la relation de l’institution publique locale avec l’habitant serait progressivement passée de la transmission de l’information (qui prévalait encore dans les années 1970) à l’échange ou à la communication. C’est, du moins, ce que traduit le changement lexical intervenu dans la littérature des années 1980, en rupture avec celle de la décennie précédente. Un titre, en particulier, est révélateur d’un tel changement, l’article d’Isabelle Pailliart (1984), « Municipalités : de l’information à la communication », paru dans le Bulletin de l’IDATE. À défaut d’être le reflet exact de la réalité de terrain, ce titre rappelle au moins le discours dominant de l’époque, lui-même inspiré par deux mutations majeures de la décennie 1980 : d’une part, dans le champ politique, la prétention à prendre plus en compte le citoyen dans la gestion publique (d’où l’idée de communication) ; d’autre part, dans le champ scientifique, le paradigme du « tournant communicationnel », qui fait émerger une forme d’idéologie de la communication comme mot d’ordre général pour la société nouvelle et, en particulier, pour l’organisation. Ainsi, les titres tels que La Démocratie, un préalable : l’information dans la cité (Beaunez et Kohn, 1975), L’information locale (Mabileau et Tudesq, 1980), L’information municipale, pédagogie de la participation (Gontcharoff, 1980) ou encore L’information municipale (Langenieux-Villard, 1985) sont, dans l’univers éditorial français, parmi les derniers à afficher cette tonalité « informationnelle », laissant place, peu à peu, au nouveau « paradigme », celui de la communication locale. Il est à noter qu’au Québec, en revanche, la notion d’« information municipale » continuera d’être prégnante dans la littérature universitaire au moins jusqu’à la fin des années 1990 (Huot, 1990 ; Lavigne, 1993, 1994, 1995), tandis que les professionnels (ACMQ, 1990), eux, adoptent l’expression de « communication municipale ».

16Par ailleurs, on peut observer, dans les années 1990, un relatif retour en surface – bien qu’il ne semble pas consacrer un changement lexical majeur – du concept d’« information », à la faveur du paradigme de l’Internet, mais aussi du fait que, pour certains auteurs (Balima, 2000 ; Leyval-Granger, 1999), une dimension informationnelle demeure dans la relation habitant-institution locale, celle qui met en avant la communication comme service public, comme un droit du citoyen d’être informé. Dans ce sens, Lavigne (1995) utilise le concept d’« information municipale » en assumant qu’il désigne ainsi la communication municipale.

  • 8 D’après le Mercator, on peut définir le marketing territorial comme « l’effort d’attractivité des t (...)
  • 9 Cette acception est, de fait, différente de celle qui a cours en Amérique du Nord, où la communicat (...)

17Or la complexité conceptuelle de la communication territoriale tient aussi au fait que celle-ci se situe au croisement de divers champs : celui de la communication publique, bien sûr, celui de la communication politique, celui de la communication sociale, celui de la communication pour le développement et même, bien que la communication territoriale s’en distingue, celui du marketing territorial8, etc. Ainsi, de manière paradoxale, la communication territoriale apparaît à la fois comme un sous-ensemble de la communication publique, tout en la renfermant. La communication territoriale est un sous-ensemble de la communication publique lorsqu’on se situe sur le plan de l’échelle territoriale. La communication publique, qui est, selon l’acception française, la communication produite par les services publics9, se décline alors à l’échelle infra-étatique à travers la communication des institutions publiques locales (communes, régions…). Pourtant, l’analyse du contenu réel et des enjeux de la communication territoriale montre que celle-ci renvoie plutôt à une réalité multidimensionnelle. En effet, en prenant seulement la communication produite par une institution publique locale comme la commune, on est porté à se rendre compte que ses frontières avec la communication politique sont plutôt floues (Lorant, 2005 ; Ollivier-Yaniv, 2006 ; Bessières, 2009a).

18Dominique Bessières (2009a) présente alors la communication locale comme une « communication hybride », à la fois publique et politique.

Elle est incontestablement une communication publique ; l’accent est alors mis sur la dimension institutionnelle des organismes qui l’utilisent. […] du point de vue de ses finalités, elle représente une communication politique au service d’un exécutif, de dirigeants politico administratifs (Bessières, 2009a, p. 21).

  • 10 En effet, théoriquement, une ligne de démarcation peut être établie entre la communication publique (...)

19Dans la sphère locale notamment, l’imbrication de la communication publique et de la communication politique est donc, en pratique, presque inévitable, même si, en principe, il est possible d’énoncer quelques traits de distinction10. Autrement dit, lorsqu’on se situe dans la perspective thématique (et non plus dans celle de l’échelle territoriale), la communication territoriale intègre la communication politique et bien d’autres sous-champs. En effet, la communication d’une commune ou d’une région peut renvoyer tour à tour à l’information publique (informer les usagers sur les services publics), à la communication institutionnelle (promouvoir l’image d’une institution), à la communication politique (promouvoir un projet politique en vue de la victoire), à la stratégie territoriale (promouvoir un territoire), à la communication sociale (promouvoir des valeurs sociales, communiquer pour faire changer des comportements sociaux), à la communication de projet (mobiliser les acteurs pour la réussite d’un projet), etc.

20En somme, la dispersion terminologique de la communication territoriale repose, certes, sur les effets du lexique officiel, mais n’en réfère pas moins à des enjeux conceptuels, voire théoriques. Mieux, on peut souligner que les variations conceptuelles de ce champ tiennent, de manière fondamentale, au fait que la communication territoriale renvoie, en fait, à une double réalité. En effet, la communication territoriale désigne, avant tout, un domaine d’activités repérables sur le terrain (l’action de communication des collectivités territoriales et, plus spécifiquement, celle des communicants territoriaux) avant d’être, par ailleurs, un champ de recherche. Or, à l’enjeu de définition disciplinaire (Bessières, 2009), cette dispersion conceptuelle se présente comme un obstacle non négligeable. Notamment, parce que la communication territoriale renvoie, finalement, non pas seulement à un champ, mais à un interchamp qui croise des objets multiples, parfois différents, voire relativement conflictuels (c’est le cas de la communication publique, d’intérêt général, et de la communication politique, partisane).

21La diffusion de la communication territoriale dans les littératures scientifique et professionnelle francophones pourrait alors être considérée comme un paradoxe, tant au regard de la fluidité des frontières de ce champ qu’en raison de sa grande dispersion lexicale et de pratiques. Il convient alors de revisiter les racines ainsi que les processus d’institutionnalisation de ce champ pour mieux en comprendre ce qui peut apparaître comme un succès éditorial.

Les processus d’institutionnalisation de la communication territoriale

22La science a besoin d’institutionnalisation pour opérer en tant que discours, et surtout pour s’imposer comme fait reconnaissable. L’institutionnalisation peut être comprise, avec Peter Berger et Thomas Luckmann (1966/2006), comme le processus d’adhésion de la conscience individuelle et collective à des formes sociales. Elle induit la construction et la sédimentation d’un monde commun ; elle permet à une catégorie, un objet, un groupe, d’être établi comme faisant « naturellement » partie du corps social.

  • 11 Il a été démontré (cf. Revue internationale de communication sociale et publique, (3-4)) que la com (...)
  • 12 Nous ne prétendons pour autant pas proposer une recension exhaustive de tels acteurs. Il s’agit sim (...)

23On distingue, traditionnellement, deux modes d’institutionnalisation de la science, auxquels, selon Oumar Kane (2010), la communication en tant que discipline – ou champ11 – n’a pas échappé. Il s’agit, d’une part, du mode d’institutionnalisation dit « interne » ou « épistémique », d’autre part, du mode d’institutionnalisation social : « Le premier est mis en branle par une communauté épistémique tandis que le second peut être englobé sous le terme d’une communauté (scientifique/pratique/sociale) d’acteurs intéressés à promouvoir leur domaine d’expertise » (Kane, 2010, p. 88). Cette grille de lecture peut être appliquée au sous-champ de la communication territoriale, pour laquelle on peut effectivement distinguer un axe de légitimation épistémique se traduisant par la construction savante d’un objet, et un axe de légitimation sociale fondé sur le travail d’un ensemble d’acteurs sociaux ayant contribué à instituer et à promouvoir un champ spécifique de pratiques et de savoir-faire. Toutefois, une analyse fine des processus de construction de la communication territoriale comme champ donne plus précisément à voir l’intervention conjointe de quatre principaux pôles d’institutionnalisation : l’université, les praticiens (communicants publics territoriaux et consultants privés), les élus locaux et les publics des territoires. Cette distinction détaillée12 nous semble utile. En effet, elle met en lumière aux moins trois enseignements inhérents à l’évolution de la communication territoriale et qui peuvent tenir, ici, d’hypothèses de travail spécifiques. Le premier est la spécificité du discours de chaque groupe d’acteurs, aussi bien en ce qui a trait à la nature de ce discours qu’en ce qui a trait aux enjeux de celui-ci. Le second est le phénomène d’interaction entre les quatre pôles de légitimation et, plus concrètement, entre les quatre catégories d’acteurs agissant dans une sorte de « traduction » (Akrich, Callon et Latour, 2006) et de coopération des intérêts en vue de la définition des frontières d’un champ. Le troisième enseignement, enfin, repose sur le fait que la légitimation sociale du champ de la communication territoriale n’a pas nécessairement abouti à l’émergence d’une communauté d’acteurs au sens de corps dont les membres se reconnaissent une certaine identité et expriment un sentiment d’appartenance. En effet, si les communicants publics territoriaux ont tendance à s’identifier comme groupe revendiquant une identité, on peut moins l’affirmer à propos des chercheurs en communication territoriale, qui, justement, ne semblent pas exister – du moins, jusqu’ici – en tant que communauté au sens où nous l’entendons plus haut. Cela, entre autres raisons, peut expliquer les difficultés d’affirmation de ce sous-champ dans l’espace universitaire, voire ce qu’on peut considérer comme sa faible visibilité dans la recherche anglo-saxonne.

L’université

  • 13Disciplines are social constructions”.
  • 14 Même si, en la matière, les professionnels ont, eux aussi, toujours montré un intérêt fort pour la (...)

24Comme le rappelle Leeds-Hurwitz, « les disciplines sont des constructions sociales13 » (cité dans Robles, 2012, s.p.), et les formes de leur officialisation dans le monde universitaire leur donnent l’apparence d’être des territoires « naturels ». Sans être le seul – ni même le premier – lieu d’institutionnalisation de la communication territoriale, l’université n’en constitue pas moins un producteur majeur de discours, voire, tout simplement, le principal prescripteur. Par ailleurs, c’est essentiellement à l’université que s’est construite la communication territoriale comme objet de recherche14. C’est d’ailleurs à ce titre que nous choisissons de mettre l’université en avant dans l’analyse, en rapport avec le thème de réflexion qui nous préoccupe ici (les perspectives en sciences de la communication). L’institutionnalisation de la communication territoriale, en particulier en France, s’est essentiellement réalisée à l’université suivant deux axes : l’axe épistémique et l’axe pédagogique.

25L’axe épistémique réfère aux travaux de recherche sur la communication territoriale, lesquels ont contribué à instituer cette communication comme un objet d’étude. Dès le début des années 1980, la recherche universitaire s’intéresse aux questions de l’information et de la communication dans l’espace local (Mabileau et Tudesq, 1980 ; Pailliart, 1982, 1984). Divers facteurs sont à la base de l’inscription de cette thématique dans l’agenda de la recherche universitaire à cette époque. On peut évoquer les réformes institutionnelles en faveur d’une plus profonde décentralisation des pouvoirs de l’État, tant au Québec (1980) qu’en France (1982), qui, en conférant des responsabilités accrues aux territoires locaux, renforcent, en même temps, leur statut de producteurs de messages et de discours dans l’espace public, bref la nécessité ou même simplement l’envie de communiquer. En ce sens, les pratiques de communication des institutions publiques locales deviennent, à l’université, un intéressant objet de recherche. Or pourquoi surtout autour des années 1980, alors même que la commune, par exemple, est une institution millénaire ? Sans doute en raison de l’actualité paradigmatique de cette époque, marquée notamment par le « tournant communicationnel » et, plus largement, par le courant diffusionniste de la communication, qui fait désormais de celle-ci un paradigme incontournable de l’organisation et de la vie publique. De même, on ne saurait ignorer le rôle joué à l’université par des cadres institutionnalisés de production du discours sur l’espace local tels que les structures de recherche thématiques. En France, l’un des exemples les plus parlants est le Centre d’étude et de recherche sur la vie locale (CERVL), fondé à l’Institut d’études politiques de Bordeaux en 1966.

26Un tel fait permet peut-être également de comprendre en partie pourquoi, jusqu’à la fin des années 1990, les sciences de la communication sont devancées par la science politique sur le thème de la communication dans l’espace local. En effet, jusqu’au tournant des années 1990, la science politique, notamment sous l’avantage d’une meilleure implantation institutionnelle (départements, structures de recherche comme le CERVL, ancienneté disciplinaire, nombre d’enseignants, etc.), semble s’attribuer une légitimité « naturelle » sur la communication des collectivités locales en tant qu’objet d’étude. Celle-ci est d’abord pensée comme un objet politique (la question des politiques de communication locales, ou encore la problématique de la communication comme action politique locale). On comprend ainsi que l’un des ouvrages fondateurs dans la recherche universitaire sur ce thème en France, L’information locale (Mabileau et Tudesq, 1980), soit institutionnellement issu du champ de la science politique, puisqu’il est produit au sein du CERVL et sous la codirection d’un politologue (Albert Mabileau) et d’un historien (André-Jean Tudesq). On peut citer, pour la même période, de nombreux travaux de pionniers de la recherche sur la communication locale issus de la science politique (Dauvin, 1990 ; CURAPP, 1991 ; Le Bart, 1992 ; Lavigne, 1993, 1995 ; Dubois, 1993a, 1993b ; Legrave, 1994 ; Bessières, 1998). Soulignons, néanmoins, que nombre de ces universitaires, comme Alain Lavigne ou Dominique Bessières, vont finalement rejoindre, à l’université, un département estampillé « communication ».

  • 15 Diplôme d’études supérieures spécialisées (système français d’alors), équivalent de la maîtrise pro (...)
  • 16 Pour n’en citer que deux autres, parmi les plus spécialisées : le master « Communication des collec (...)

27Quant à l’axe pédagogique d’institutionnalisation de la communication territoriale à l’université, il se traduit notamment par l’ouverture de programmes de formation professionnels dédiés à ce domaine. L’un des premiers en France est le DESS15 « Communication, politique et animation locales » de l’Université Paris 1, qui existe depuis 1991 (Legrave, 1994). Depuis lors, de nombreuses autres formations, notamment de niveau master, se sont développées16. Plusieurs auteurs ont abondamment souligné les enjeux de la prise en charge d’une profession par l’université. Ainsi, dans la suite de Dubar et Tripier, Dominique Bessières (2009b) relève que la reconnaissance universitaire permet aux professionnels d’acquérir des connaissances académiques (susceptibles de modélisation), permettant ainsi à la profession d’aller au-delà des connaissances empiriques. Luc Boltanski (1982), pour sa part, rappelle que le développement des formations assure la production des nouveaux professionnels et, ainsi, la constitution d’un groupe. Nous ajouterons que, lorsqu’elles sont déjà établies, les formations assurent la reproduction et la pérennité du groupe social des professionnels. Par ailleurs, pour une profession prise en charge par l’université, « l’intérêt porté par des membres des institutions universitaires, au travers de recherches scientifiques et d’enseignements, contribue à définir le champ des savoirs techniques et conceptuels » (Bessières, 2009b, p. 48). Ainsi, pour une profession donnée, « l’université agit comme une puissante instance de légitimation » (ibid.). Une telle légitimation prend encore plus sens lorsque, comme dans le cas de la communication territoriale, l’université confère la reconnaissance à la profession au travers des formations de niveau master (niveau le plus élevé de la formation professionnelle, dans la plupart des systèmes d’enseignement).

28Néanmoins, il convient de relever qu’à l’université, malgré tout, la communication territoriale n’a pas fait, jusqu’ici, l’objet d’une claire appropriation sociale par les chercheurs eux-mêmes, au-delà de la forte appropriation épistémique de cet objet. En effet, à l’université, ce thème ne rend pas encore nettement visible une véritable communauté sociale de chercheurs, qui serait identifiable par un ensemble d’actes et de discours d’auto-affirmation par exemple. Peu de structures (groupes de recherche, par exemple) s’identifient clairement et spécifiquement à la communication territoriale, bien qu’elle soit abondamment traitée par les chercheurs. De même, peu de chercheurs l’identifient comme leur champ de spécialisation prioritaire.

Les communicateurs des territoires

  • 17 Extrait du titre de leur ouvrage.
  • 18 Bulletin municipal de la mairie de Rennes (France).

29Bénéficiant de la légitimation par le discours universitaire, les praticiens n’ont pourtant pas attendu ce discours pour s’engager dans un travail d’institutionnalisation et de fabrique de la reconnaissance de leur groupe. En effet, dans les années 1970 déjà, les praticiens sont les premiers à écrire sur la communication locale (alors appelée information locale). Une telle littérature puise essentiellement dans le registre doctrinaire et contribue à asseoir, à défaut d’un « savoir » professionnel susceptible d’être au moins clairement documenté, un mode de parler sur les rapports entre la communication, la collectivité locale et le citoyen. Ainsi, pour Roger Beaunez et Francis Kohn (1975), la démocratie locale repose sur un préalable : « l’information dans la cité17 ». De même, ces propos du rédacteur-en-chef du Rennais18 de l’époque illustrent bien l’idéologie des premières années de la communication locale professionnelle : « Beaucoup n’ont pas compris que le discours ne passait plus par un sens politique, c’est ce qu’a enseigné la publicité et la communication moderne ; on ne peut plus communiquer avec les outils du 19e siècle » (cité dans Dauvin, 1990, p. 70).

30Cela dit, l’outil majeur d’institutionnalisation de la communication territoriale professionnelle reste le champ associatif, que Michèle Garry qualifie de « “salut” de la communication territoriale » (1993, p. 92). Garry cite, parmi les premières initiatives en France, celle du Club de communication et d’information d’Auvergne (2CIA), une association régionale de communicateurs locaux fondée en 1984 (Garry, 1993). Ce sont, malgré tout, les associations nationales qui vont mieux rendre visible le combat identitaire des « communicateurs municipaux » (Québec) ou des « communicants territoriaux » (France), deux concepts qui vont bientôt devenir la marque d’identité nominale d’un groupe.

31Au Québec, c’est l’Association des communicateurs municipaux du Québec inc. (ACMQ) qui mène un tel combat. Elle est fondée en 1978, à l’initiative de Jules Héroux et d’André Collard, sous l’appellation originelle d’Association québécoise des officiers municipaux en communication, avant d’adopter, en 1983, la dénomination actuelle19. Regroupant divers professionnels et autres intervenants de la communication municipale, elle se donne pour mission, entre autres, de permettre à ces acteurs de se rencontrer « afin de parfaire leurs connaissances et d’échanger sur l’évolution constante de leur profession20 ». Le terme n’est pas anodin : « profession ». Il sous-entend que la communication municipale est – ou doit être considérée comme – une profession à part entière, donc, comme un « territoire » d’expertise à défendre. À côté du Forum des communicateurs gouvernementaux, qui regroupe, lui, les communicateurs gouvernementaux en général, l’existence de l’Association des communicateurs municipaux du Québec traduit, indiscutablement, un besoin et une volonté d’identification de la part des communicateurs du service public travaillant dans l’espace municipal21.

  • 22 Ceci bien que les deux associations entretiennent de multiples actions communes et que l’associatio (...)

32On retrouve, en France, les mêmes enjeux de définition de l’identité professionnelle à travers la présence de deux associations nationales concurrentes, traduisant deux échelons de la communication publique. En effet, à côté de Communication publique, l’association des communicants publics en général, les communicants publics territoriaux tiennent à montrer leur spécificité à travers le réseau Cap’Com22. Né en 1988 sous la forme d’un salon professionnel, Cap’Com est devenu, en 2009, le Réseau de la communication publique et territoriale, qui regroupe des professionnels et d’autres acteurs de ce secteur (consultants privés, élus locaux, universitaires…). Selon Mégard et Deljarrie, un tel réseau permet de rendre visible « une profession en train de s’affirmer et de s’organiser » (2003, p. 119). Ainsi, colloques, formations, prix, publications diverses, listes de discussion en ligne (par exemple « Com’interne », liste de discussion dédiée à la communication interne des collectivités territoriales) constituent des moyens de diffusion et d’affirmation de l’identité professionnelle. De même, le forum Cap’Com, qui se tient chaque année dans une ville de France, constitue dans ce pays un rendez-vous national majeur de la communication locale et de la communication tout court.

33Il convient de souligner comment, par une démarche subtile, les praticiens de la communication publique territoriale se sont arrimés à des intervenants externes pour asseoir leur légitimité en interne. S’appuyant sur des enquêtes sociales commandées auprès des cabinets d’études, les professionnels de la communication locale ont cherché, dès les premières années, à légitimer non seulement l’existence sociale d’un besoin spécifique (celui de l’information locale) mais aussi et surtout leur savoir-faire dans ce registre (Dauvin, 1990). Dauvin (1990) cite par exemple l’enquête réalisée par TMO-Ouest en deux volets : « Rennes, étude d’images » (1984) et « Le Rennais et l’action municipale » (1986). De telles enquêtes s’appuient sur des outils, des concepts et des savoirs scientifiques (techniques d’enquêtes sociales, psychologie sociale, sociologie urbaine, sémiotique…). Sans le dire explicitement, la science est donc mobilisée au service du praticien. Ce dernier s’appuie ainsi sur la réputation de rigueur et de rationalité du discours scientifique pour légitimer son propre discours (un discours plutôt pratique, commercial) ainsi que sa position sociale. On peut alors dire, avec Garry, que « la communication territoriale est ressentie comme une véritable nécessité à la fois identitaire et économique » (Garry, 1993, p. 94). C’est de cette manière que l’on va assister à la montée des acteurs privés de la communication locale (cabinets-conseils, consultants indépendants, etc.).

34De nos jours, le discours doctrinaire des praticiens devient, en lui-même, un objet commercial. Le cabinet Weka, en France, édite chaque année un ouvrage pratique, Réussir sa communication locale (éditions Weka), accompagné d’un ensemble de supports numériques et imprimés, ainsi que des offres de formation en matière de communication territoriale. L’objectif : faire valoir la technicité de ce domaine et vendre une expertise ainsi présentée comme un besoin social de premier ordre. On peut observer que, dans les pays où n’existe pas encore une telle appropriation sociale de la communication territoriale par un corps de professionnels, cette communication n’arrive pas encore à se rendre visible comme champ de pratiques et, en conséquence, reste pour l’instant un objet de recherche marginal à l’université (cas de la plupart des pays francophones africains).

Les élus locaux

  • 23 Pour une lecture approfondie sur cet aspect de la question : Mabileau et Tudesq (1980, 1992), CURAP (...)

35Les professionnels de la politique (en particulier, les élus locaux) ont d’abord assuré la promotion de la communication locale sous forme d’implication directe dans l’action et sur la base du flair de quelques pionniers. Les travaux présentant un aperçu historique des pratiques de communication locale en France23 citent régulièrement en référence le cas de Georges Frêche, alors maire de Montpellier, et ses célèbres campagnes de promotion territoriale des années 1980 : Montpellier, l’entreprenante (1982), Montpellier la surdouée, berceau du futur (1985) (Nay, 1994).

  • 24 Source : archives.gouvernement.fr.

36Les élus locaux ont également vite accaparé la communication au travers du discours. Dans cette perspective, il a souvent été question de défendre la communication comme un impératif démocratique. Pierre Mauroy, maire de Lille de 1973 à 200124, exprime ainsi sa lecture de la place de la communication dans la vie politique locale :

L’information des citoyens, condition nécessaire à la démocratie locale, doit mettre à la disposition de chacun les éléments permettant de se forger un jugement sur le moyen d’associer le plus grand nombre à la vie communale et d’établir un dialogue permanent entre habitants et élus (cité dans Dauvin, 1990, p. 67).

  • 25 D’ailleurs, même lorsque les compétences existent en interne, pour le manager, faire appel à un con (...)

37Par ailleurs, l’adoption de la communication par les élus s’inscrit dans une perspective d’adaptation à la nouvelle donne du management. L’extension des responsabilités du maire impose à celui-ci d’adopter une nouvelle posture, celle du manager, ce qui invite à plus de professionnalisme. Or, avec la montée de la légitimation organisationnelle de la communication des années 1980, management professionnel rime avec communication managériale. Ceci explique également en partie, selon Garry (1993), pourquoi les élus locaux adoptent, à cette époque, l’approche de l’externalisation de la communication de la collectivité : en faisant appel aux cabinets externes, ils faisaient preuve de professionnalisme dans leur management, à une époque où les compétences internes dans le domaine de la communication étaient encore relativement rares25.

Les publics des territoires

38De manière générale, les publics des territoires ne sont que très faiblement pris en compte dans la littérature sur les questions locales et, spécifiquement, dans le champ de la communication locale. La plupart des études privilégient l’analyse des politiques, du personnel politique local, des contenus médiatiques et des discours, et des environnements organisationnels.

39Quelques rares auteurs ont pourtant souligné l’apport déterminant des publics dans la construction du champ de la communication territoriale. Parmi eux, on peut citer Mégard et Deljarrie (2003) ou encore Lavigne (1995), qui, tous, mettent en lumière le rôle joué dès les années 1970 par des mouvements de citoyens des territoires, tels les célèbres GAM (Groupes d’action municipale), des groupes de pression qui plaçaient au cœur de leurs revendications le droit à un plus grand accès à l’information. Lavigne souligne ainsi le fondement – démocratique – d’une telle implication des publics dans la constitution du champ de la communication territoriale :

Pour les publics (citoyens, groupes d’intérêt et associations), l’information municipale peut être définie, en substance, comme un droit d’accès. L’argument le plus fréquemment avancé est que cette information est nécessaire à l’émergence d’une meilleure démocratie locale, en tant que préalable à la participation (Lavigne, 1995, p. 265).

40Aujourd’hui encore, même sans que cela soit explicitement reconnu par les acteurs, l’abondante invocation par les collectivités territoriales des dispositifs dits « de participation » (carrefours de citoyens, ateliers participatifs, etc.) apparaît, entre autres, comme une prise en compte de tels enjeux démocratiques. Bien plus, de nouveaux réseaux d’acteurs non institutionnels, mieux structurés et mieux outillés que ceux des années 1970, se sont développés pour promouvoir la « démocratie locale », dont la communication est le corollaire. Parmi eux, on peut citer, en France, l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (Adels).

Un regard sur la communication territoriale non francophone

41Que dire du statut de la communication territoriale dans les autres pays et, en particulier, dans le monde non francophone ? Bien qu’il soit prétentieux d’aborder la question dans son ensemble dans le cadre d’un travail de cette nature, il est possible de faire quelques remarques qui peuvent servir de pistes théoriques pour la réflexion sur les perspectives de ce champ des sciences de la communication.

42L’institution d’un champ spécifique autour de la communication de l’espace local ne semble pas avoir fait l’objet, jusqu’ici, du même engouement ailleurs que dans le monde francophone. Faute d’espace, nous nous limitons ici à interroger la littérature des pays de culture anglophone, l’Amérique du Nord et le Royaume-Uni étant notre principal centre d’intérêt.

  • 26 Il s’agit des revues American Communication Journal, Communication Theory, International Journal of (...)
  • 27 Certes, nous ne perdons pas de vue que tous les travaux existant ne sont pas référencés en ligne, m (...)

43Dans les pays de culture anglophone, en particulier dans le monde universitaire, la communication territoriale ne s’est pas constituée, jusqu’ici, en champ autonome. D’une part, elle n’y est que rarement abordée comme objet de recherche ; d’autre part, si elle y est abondamment abordée en tant que catégorie langagière de la communication, c’est bien plus souvent en tant qu’échelle de la communication étatique, et plus rarement comme champ de pratiques spécifiques, qu’elle est examinée. En effet, à partir des requêtes répétées sur le moteur de recherche Google entre 2005 et 2014, avec les mots-clés « local government communication », « local government public relations », « local communication », « municipal communication » et « territorial communication », nous n’avons pu identifier, dans la littérature scientifique anglophone, que moins de dix documents pertinents, c’est-à-dire référant à des travaux ayant effectivement pour objet central l’un ou l’autre de ces thèmes. Nous avons poursuivi cette recherche documentaire en interrogeant plus spécifiquement les archives en ligne d’une sélection de douze revues scientifiques majeures en anglais, principalement nord-américaines ou internationales26. Cette recherche spécifique nous a permis d’identifier seulement trois documents pertinents27.

44Chris Galloway (2013), ayant effectué sur le même sujet une recherche documentaire par Google mais limitée à l’Australie, indique n’avoir trouvé aucun document scientifique pertinent. Du reste, plusieurs autres chercheurs (Jeffres et Lin, 2006 ; Killingsworth, 2009 ; Simmons et Small, 2012) remarquent, dans la recherche « anglo-saxonne », la rareté de travaux portant sur le thème de la « local government communication ». De plus, lorsque de tels travaux existent, ils visent rarement à analyser la « communication locale » en elle-même, mais davantage d’autres objets de la communication, appliqués à la ville ou la collectivité locale. Autrement dit, la « local government communication » y est surtout conçue comme un simple échelon de l’action communicationnelle de l’État, et le local comme simplement un lieu d’implémentation de l’enquête et non comme un objet d’étude.

45Ainsi, lorsqu’Amanda Sturgill (2007) parle dans son article de « Municipal Information Web Sites and the Language Divide », sa préoccupation porte davantage sur le phénomène de la « fracture langagière » (domination de l’anglais) dans la société américaine que sur la notion d’« information municipale ». De même, lorsqu’Abaasi Muzenze et al. (2013) écrivent sur « Communication Practices and Quality Service Delivery Tradition : Uganda’s Local Government Perspective », c’est avant tout pour analyser les relations entre la communication et la qualité du service dans les administrations publiques, avec comme corpus d’étude les gouvernements locaux. La communication des gouvernements locaux n’y apparaît pas comme une forme spécifique d’action produite par des acteurs donnés, mais davantage comme un niveau d’intervention des pouvoirs publics.

46On peut alors comprendre la remarque de Peter Simmons et Felicity Small, lorsque ces universitaires qualifient la local government communication en ces termes : « a growing but under-researched area of communication specialisation » (2012, s.p.). Traduction : un domaine (de pratiques) de la communication en expansion, mais encore faiblement traité comme objet de recherche. La chercheuse britannique Wendy Moran arrive à la même conclusion :

  • 28 Bien qu’il y ait une vaste littérature examinant les rôles du praticien en relations publiques, il (...)

Although there is extensive literature examining the roles of the PR practitioner, there is limited academic research and questionable professional research on the roles of the local government public relations practitioner28 (Moran, 2012, s.p.).

47En effet, il existe une littérature professionnelle tendant à instituer un champ professionnel autour de la local government public relations, littérature produite aussi bien par des praticiens ou des experts (Walker, 1997 ; Brown, Gaudin et Moran, 2013) que par des structures gouvernementales (SALGA, 2006 ; USAID, 2007). Mais la recherche universitaire, elle, ne s’intéresse que rarement à la question en tant qu’objet, même si l’on peut citer, comme exceptions, quelques travaux allant dans ce sens (Jeffres et Lin, 2006 ; Killingsworth, 2009 ; Moran, 2012 ; Simmons et Small, 2012).

48Esquissons une synthèse théorique – dont nous savons, d’emblée, qu’elle ne peut saisir que superficiellement les contours du problème. Il est possible d’affirmer, en reprenant l’analyse de Dominique Bessières, que l’organisation de la vie politique locale « conditionne les formes de la communication » (Bessières, 2000, p. 10). Ainsi, la décentralisation ne semble pas représenter les mêmes enjeux politiques et théoriques en France ou en Afrique francophone qu’en Amérique du Nord – le Québec faisant relativement exception –, par exemple. Tandis que les municipalités canadiennes se battent depuis des centaines d’années pour accéder à un statut constitutionnel, les collectivités territoriales en France ont été investies d’un rôle de premier plan par la loi. Un pays comme le Cameroun a adopté en 1996 une constitution qui en fait un « État unitaire décentralisé ». Dans l’espace francophone – et d’ailleurs d’autant plus dans les pays en développement –, la communication gouvernementale sur la décentralisation fait de celle-ci un événement politique et historique primordial. De la sorte, la décentralisation met les collectivités territoriales à l’avant-plan de la scène en matière d’intervention publique, les poussant ainsi – lorsqu’elles en ont les ressources comme en France – à assumer un devoir de construction de soi, de mise en mots et de mise en scène de soi dans l’espace public national. Dans les pays francophones africains, à défaut, pour l’instant, de pouvoir s’affirmer du point de vue communicationnel, en raison de la faiblesse des ressources financières et du manque d’expertise, les collectivités territoriales et la décentralisation sont surtout mobilisées dans le champ politique comme un élément de discours sur la démocratie. L’univers politique anglo-saxon présente quelques différences.

  • 29 À titre d’exemple, souligne Hill, en 1995, les nouvelles mesures fiscales ont permis au pouvoir cen (...)
  • 30 Nous rappelons que toutes ces données sur le fonctionnement politique local en Angleterre sont tiré (...)

49Michael Hill (2003) a relevé quatre caractéristiques majeures du fonctionnement politique de l’espace local en Angleterre qui sont de nature à éclairer sur de possibles pistes théoriques sur la place de la communication locale dans ce pays et, sous réserve des différences institutionnelles, peut-être dans d’autres pays de tradition anglo-saxonne. La première est la dispersion structurelle des services locaux, lesquels sont très souvent pris en charge en Angleterre par des organismes étatiques autonomes (NHS authorities par exemple pour la santé, Job Centres pour les aides sociales en matière d’emploi, Arts Council pour la culture, Sports Council pour le sport, etc.). La deuxième renvoie au caractère fortement entremêlé à l’échelon local de l’action du pouvoir central et de celle des gouvernements locaux29. La troisième caractéristique est le contrôle accru du pouvoir central sur les gouvernements locaux. La quatrième, enfin, réside dans la prégnance du principe de délégation obligatoire, qui contraint presque les collectivités locales anglaises à céder une part très importante de leurs compétences aux acteurs privés, au nom de la libre concurrence dans les marchés publics et dans le but proclamé de rechercher la meilleure qualité de service de la part des collectivités locales30.

50De ces remarques de Hill, il se dégage, implicitement, l’idée d’une relative dilution du local dans l’offre politique faite aux citoyens, malgré la longue tradition de la vie locale dans le monde anglo-saxon. Le « local » semble ne plus être suffisamment original pour être visible et donc « communicable ». Reconnaissons, néanmoins, qu’une telle explication ne saurait être suffisante en elle-même, et la réflexion mérite d’être approfondie dans le cadre de la recherche théorique sur les études de communication en rapport avec les territoires. Elle n’en traduit pas moins, avec d’autres problématiques, dont certaines sont soulevées plus haut dans cet article, le nécessaire questionnement sur les perspectives de la communication territoriale comme champ, au regard des multiples incertitudes que laisse apparaître celui-ci.

Perspectives : quelle(s) communication(s) territoriale(s) à l’ère du numérique ?

51La communication territoriale ou locale apparaît finalement comme un paradoxe. Abondamment convoquée dans la recherche francophone – et, singulièrement, française –, elle reste marquée par sa forte dispersion et la fluidité de ses frontières. De fait, à la dispersion conceptuelle, qui la partage entre divers champs, s’ajoute la dispersion géographique, dont la spécificité anglo-saxonne constitue une des principales illustrations. Quasi-absente dans les études anglophones, elle y apparaît davantage comme domaine de pratiques sociales et professionnelles que comme champ de recherche. Dégager un cadre théorique propre à la communication territoriale s’avère une tâche ardue, tant le champ a rarement fait l’objet d’une élaboration consensuelle, ou même d’une stabilisation de sa production théorique. D’où, au final, le caractère toujours indécis de son statut : est-elle vraiment un champ de recherche unifié, ou même, simplement, un champ de recherche à part entière ? Tandis que les interrogations sur le statut même et la redéfinition des frontières des sciences de la communication reviennent, légitimement, en surface, la question de la communication des territoires mérite, en conclusion de cet article, d’être revisitée sous l’angle des perspectives. Un des enjeux d’une telle question est le fait que le rapport de la communication aux territoires est aujourd’hui abondamment réinvesti sous une diversité de prismes, sans pour autant que la pensée communicationnelle arrive à formuler clairement un cadre théorique opératoire.

  • 31 Notamment dans le récent ouvrage Design communautique appliqué aux systèmes sociaux numériques. Fon (...)

52En effet, que suggère, par exemple, le paradigme du « design communautique »31, proposé par Pierre-Léonard Harvey (1995, 2014), sinon une recherche des voies dans le labyrinthe actuel des réseaux, du numérique et des incertitudes identitaires des territoires ? Comment comprendre l’appel incessant au développement de l’« intelligence territoriale » (Herbaux, 2005 ; Bertacchini, 2008), si ce n’est une autre façon de réinterroger la place de l’information dans la structuration du territoire, comme, près de 40 ans auparavant, nous y invitaient déjà respectivement l’« écologie des actes » d’Abraham Moles (1974) et la « théorie de la territorialité humaine » de Claude Raffestin (1987) ? Comment interpréter, enfin, l’offre de solutions à la fois théoriques et pratiques d’Élisabeth et Jean-Philippe Gardère (2008), appelant à la « micro-représentativité » du citoyen comme approche de réalisation de la démocratie participative au travers de la communication territoriale ?

53Ces différentes propositions de paradigmes sur le territoire, comme bien d’autres que nous ne pouvons citer ici, traduisent bel et bien, nous semble-t-il, des évolutions qui suggèrent que l’on se penche de nouveau – et, au mieux, autrement – sur le territoire et ses rapports à la communication. Tandis que d’aucuns ont annoncé, il y a longtemps déjà, « la fin des territoires » (Badie, 1995) et d’autres, l’érosion de ces territoires dans l’utopie (Pagès, 2000), l’on n’a pourtant pas cessé d’assister, ces dernières années, à diverses formes d’affirmation et de réaffirmation des territorialités, qu’elles soient microlocales (quartiers), urbaines, locales, nationales, voire supranationales. Parallèlement, les mutations induites tant par les réseaux numériques que par les mobilités et les crises urbaines (crises identitaires notamment) invitent à un renouvellement théorique des sciences sociales et, en particulier, des sciences de la communication. Ceci parce que, comme le souligne Gino Gramaccia en guise de résumé à l’ouvrage d’Élisabeth et Jean-Philippe Gardère (2008), Démocratie représentative et communication territoriale, « toute décision, lorsqu’elle porte sur l’invention d’un nouveau modèle politique pour la ville, s’inscrit dans un projet de communication qui a pour objectif de transformer l’information en savoir au service de l’action publique » (Gramaccia, 2009, p. 267). Or, aujourd’hui, comment réussir justement cette transformation de l’information du territoire en savoir que la science peut maîtriser et mettre au service de l’action ? Tels se présentent, résumés en d’autres termes, les défis nouveaux de la « théorie » de la communication territoriale à ré(inventer). Quelle(s) communication(s) territoriale(s) à l’heure du numérique ? Interrogation à la fois d’ordre théorique et pratique, elle suscite, jusqu’ici, deux grandes tendances paradigmatiques opposées quant à l’apport des réseaux numériques et, singulièrement, de l’Internet à la communication des territoires.

  • 32 L’association attribue notamment une distinction courue : le « Label territoires, villes et village (...)

54D’un côté, une tendance optimiste considère que l’environnement numérique en réseaux constitue une opportunité pour le territoire, car, pour les tenants de cette tendance, l’Internet et les autres dispositifs de communication numérique en réseau représentent d’importants outils de revitalisation des liens sociaux à caractère territorial et, finalement, de la citoyenneté et de l’identité locales (Herbaux, 2005 ; Bertacchini, 2008 ; Gardère et Gardère, 2008). Selon Élisabeth et Jean-Philippe Gardère (2008), l’enjeu de la communication dans le territoire, aujourd’hui, c’est d’abord la transformation de l’information en connaissance, puis l’appropriation de la connaissance pour l’intérêt de la communauté, la mise en œuvre des technologies de la communication et des dispositifs du débat participatif, en vue de l’invention d’un nouveau citoyen « micro-représenté ». Dans ce sens, bien qu’un auteur comme Pierre-Léonard Harvey (2014) met en avant la notion de « délocalisation » des relations et celle de réseau, on peut dire que sa proposition de design communautique, c’est-à-dire « la configuration d’outils collaboratifs adaptés, configurés et personnalisés selon les groupes et les communautés de façon délocalisée » (Harvey, 2014, p. XX), se présente également comme un nouveau paradigme pour aborder notre rapport communicationnel au territoire et qui, en tout cas, mérite d’être testé. Dans le même sens, le rôle joué par un acteur comme l’association Villes Internet, qui promeut l’Internet citoyen dans les territoires32, traduit peut-être une certaine appropriation sociale de la territorialité numérique, faisant de celle-ci un nouvel enjeu de questionnement pour la recherche sur la communication territoriale.

55De l’autre côté, une tendance modérée, voire pessimiste, est celle de ceux qui pensent que l’Internet opère plutôt « contre » le territoire, dans la mesure où les stratégies de communication en ligne des producteurs de l’information dite « territoriale » (municipalités, presse régionale) conduisent davantage à la marchandisation de l’information et, finalement, au brouillage et à la dilution de l’information citoyenne – ou territoriale – dans de telles stratégies (Demers, 2000, 2001 ; Pélissier, 2001, 2003).

56Entre les deux tendances apparaît une nécessaire refondation de la théorie de la communication des territoires. Une telle nécessité découle, comme le soulignent bon nombre d’auteurs, dont Sébastien Rouquette (2008) ou encore Laurence Monnoyer-Smith (2011), du constat que la simple opposition entre modèles « alarmistes » et modèles « apologistes » de la révolution numérique en réseau semble avoir montré ses limites, et qu’il convient davantage de s’interroger sur les possibilités réelles d’appropriation des outils et des ressources numériques en vue de les mettre au service des territoires et des citoyens, au travers de la communication. Si l’Internet municipal représente une « formidable » opportunité pour la collectivité, il doit d’abord être compris « comme un outil de médiation communicationnel virtuel dans un monde économique, politique et social bien réel » (Rouquette, 2008, p 105). Plus spécifiquement, sur une question centrale en communication locale comme la participation, pourquoi ne pas envisager, comme le suggère Monnoyer-Smith, une nouvelle théorie communicationnelle du débat public fondée finalement sur « un lien conceptuel entre les formes communicationnelles mobilisées par les acteurs, les dispositifs techniques utilisés et les évolutions de la médiation politiques » (Monnoyer-Smith, 2011, p. 157) ? Telles sont, parmi d’autres, quelques pistes de réflexion sur un éventuel renouvellement paradigmatique pour une communication territoriale qui se saisit des problématiques théoriques tout en restant en prise avec la société en mutation.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Abaasi Muzenze, I., Munene, J. C. et Ntayi, J. M. (2013). Communication Practices and Quality Service Delivery Tradition: Uganda’s Local Government Perspective. International Journal of Innovation and Applied Studies, 4(2), 413-423.

Akrich, M., Callon, M. et Latour, B. (2006). Sociologie de la traduction. Textes fondateurs. Paris, France : Presses de l’École des Mines.

Awono, R. (2013). Les Médiations locales comme cadre d’analyse de la construction de l’identité communale. Proposition d’approche sociosémiotique des processus identitaires du territoire local à travers les communications territoriales (Thèse de doctorat). Université de Yaoundé II, ESSTIC, Cameroun.

Awono, R. (2015). Politique locale et communication territoriale : des rapports entre deux champs en quête de légitimité (le cas de la mairie de Mbalmayo). (Àparaître).

Badie, B. (1995). La Fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect. Paris, France : Fayard.

Bailleul, H. (2008). Les nouvelles formes de la communication autour des projets urbains. Modalités, impacts, enjeux pour un débat participatif. Métropoles, 3. Repéré à http://metropoles.revues.org/2202

Bakis, H. (1990). Communications et territoires. Paris, France : IDATE, La Documentation française.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Balima, S. T. (2000). Les modes et les systèmes d’information publique dans les communes au Burkina Faso. Hermès, 3(28), 219-231.
DOI : 10.4267/2042/14823

Beaunez, R. et Kohn, F. (1975). La Démocratie, un préalable : l’information dans la cité. Paris, France : Les Éditions ouvrières.

Benoit, J.-M. et Benoit, P. (1989). Décentralisation à l’affiche. La communication publicitaire des villes, départements et régions. Paris, France : Nathan.

Berger, P. et Luckmann, T. (1966/2006). La Construction sociale de la réalité. Paris, France : Armand Colin.

Bertacchini, Y. (dir.) (2008). Intelligence territoriale. Le territoire dans tous ses états. Toulon, France : Presses technologiques.

Bessières, D. (1998). L’Institutionnalisation de la communication locale : le cas des échelons décentralisés départementaux, régionaux, parisiens franciliens (Thèse de doctorat). Université Paris I Panthéon Sorbonne, France.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bessières, D. (2000). Un retour du local instrumentalisé. Quaderni, (42), 5-16.
DOI : 10.3406/quad.2000.1451

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bessières, D. (2009a). La définition de la communication publique : des enjeux disciplinaires aux changements de paradigmes organisationnels. Communication & Organisation, (35), 14-28.
DOI : 10.4000/communicationorganisation.686

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bessières, D. (2009b). La quête de professionnalisation des communicateurs publics : entre difficulté et stratégie. Formation Emploi, (108), 39-52.
DOI : 10.3917/form.108.0039

Boltanski, L. (1982). Les Cadres, la formation d’un rôle social. Paris, France : Minuit.

Boyomo Assala, L.-C. (2001). Communication locale et démocratie au « ras du sol » : remarques sur le processus de construction médiatique de l’espace public local au Cameroun. Langues et communication, 1(1), 151-174.

Brown, J., Gaudin, P. et Moran, W. (2013). PR and Communication in Local Government and Public Services. London, Royaume-Uni : Kogan Page.

Cardy, H. (1997a). Construire l’identité régionale : la communication en question. Paris, France : L’Harmattan.

Cardy, H. (1997b). La communication régionale. Évolution et perspectives. Territoires, (383), 36-37.

Cardy, H. (1997c). Territoires incertains et communication publique. Usage et rôle de la communication dans la construction du territoire régional. Quaderni, (34), 111-127.

Cardy, H. (2011). Le discours identitaire dans les politiques de communication territoriale. La place des palmarès et de leur médiatisation. Mots. Les langages du politique, (97), 59-74.

Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie, CURAPP (1991). La Communication politique. Paris, France : Presses universitaires de France.

Cohen-Bacrie, B. (2008). La Communication publique territoriale : procédures, cibles et objectifs. Voiron, France : Territorial Éditions.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dagenais, B. (1994). En milieu rural, la communication échappe au schéma classique. Communication & organisation, (6). Repéré à http://communicationorganisation.revues.org/1734
DOI : 10.4000/communicationorganisation.1734

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dauvin, P. (1990). Le bulletin municipal de Rennes, souci du lecteur ou de l’électeur ?. Mots, (25), 65-80.
DOI : 10.3406/mots.1990.1554

Deljarrie, B. et al. (2010). Place et rôle de la communication territoriale dans l’engagement des collectivités locales en faveur du développement durable. Synthèse d’enquête. Repéré à http://www.cerdd.org/IMG/pdf/synthese-enqcomdd2010.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Delorme, A.-C. (1985). Le rendez-vous manqué des radios locales privées. Le local imaginaire. Réseaux, 15(3), 44-89.
DOI : 10.3406/reso.1985.1196

Demers, F. (2000). L’Internet, un facteur de fragmentation du « régional », illustré par le cas du Soleil de Québec. Dans D. Thierry, Nouvelles technologies de communication. Nouveaux usages ? Nouveaux métiers ? (p. 219-231), Paris, France : L’Harmattan.

Demers, F. (2001). Sur Internet, la « formule régionale » ne va pas de soi. Quelques enseignements de la comparaison avec l’Amérique. Dans B. Damian et al. Inform@tion.local. Le paysage médiatique régional à l’ère électronique (p. 111-123). Paris, France : L’Harmattan.

Diop, D. (2006). Décentralisation et gouvernance locale au Sénégal : quelle pertinence pour le développement local ?. Paris, France : L’Harmattan.

Dubois, F. (1993a). Les Politiques de communication des collectivités territoriales (Thèse de doctorat). Université de Picardie, France.

Dubois, F. (1993b). La communication de la région : le nouveau champ d’action des communicateurs. Dans CURAPP, Les Politiques régionales (p. 109-119), Paris, France : Presses universitaires de France.

Fourdin, M. (1998). La Contribution de l’information et de la communication à la construction de l’identité régionale : stratégies des acteurs et représentations sociales. Le cas du Nord-Pas-de-Calais (Thèse de doctorat), Université de Paris 2 Panthéon-Assas, France.

Galloway, C. (2013). Municipal Emergency Response Officers and Local Priorities in Australian Emergency Communication. Australian Journal of Emergency Management, 28(3), 24-28.

Gardère, É. et Gardère, J.-P. (2008). Démocratie participative et communication territoriale. Vers la micro-représentativité. Paris, France : L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Garraud, P. (1990). Discours des maires et construction locale du politique. Mots, (25), 7-21.
DOI : 10.3406/mots.1990.1551

Garry, M. (1993). Les Politiques de communication des collectivités locales et le phénomène de sous-traitance (Mémoire de DEA). École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, France.

Gontcharoff, G. (1980). L’Information municipale, pédagogie de la participation. Paris, France : Centre national d’art et de la culture Georges Pompidou.

Gramaccia, G. (2009). Elizabeth Gardère et Jean-Philippe Gardère. Démocratie participative et communication territoriale, vers la micro-représentativité. (Note de lecture). Communication & Organisation, (35), 267-268.

Hartereau, A. (1996). La Communication publique territoriale. Paris, France : Éditions du CNFPT.

Harvey, P.-L. (1995). Cyberespace et Communautique. Appropriation, réseaux, groupes virtuels. Québec, Québec : Presses de l’Université Laval.

Harvey, P.-L. (2014). Design communautique appliqué aux systèmes sociaux numériques. Fondements communicationnels, théories et méthodologies. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Herbaux, P. (2005). Effet médiologique du fait communicant territorial. Archive SIC. Repéré à http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/index.php?halsid=81e2f65sf7nk3np026s81him95&view_this_doc=sic_00001321&version=1

Hill, M. (2003). Services locaux en Angleterre. Annuaire des collectivités locales, (23), 177-184.

Houllier-Guibert, C.-É. (2009a). Évolution de la communication territoriale : les limites de l’idéologie de la proximité. Les Enjeux de l’information et de la communication, (1), 45-61.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Houllier-Guibert, C.-É. (2009b). Quelles limites territoriales pour une promotion métropolitaine ? Le cas de Rennes. Revue internationale de communication sociale et publique, (1), 127-144.
DOI : 10.4000/communiquer.333

Huot, H. (1990). Évolution et manifestations de l’information municipale au Québec (Essai de maîtrise). Université Laval, Québec.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Jeffres, L. W. et Lin, C. A. (2006). Metropolitan Websites as Urban Communication. Journal of Computer-Mediated Communication, (11), 957-980.
DOI : 10.1111/j.1083-6101.2006.00303.x

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Kane, O. (2010). Institution et légitimation d’une quasi-discipline : le triple destin (sciences, études et champ) de la communication. Revue internationale de communication sociale et publique, (3-4), 87-102.
DOI : 10.4000/communiquer.1580

Killingsworth, C. (2009). Municipal Government Communication: the Case of Local Government Communication. The McMaster Journal of Communication, 6(1), 61-79.

Lamizet, B. (2002). Le Sens de la ville. Paris, France : L’Harmattan.

Langenieux-Villard, P. (1985). L’Information municipale. Paris, France : Presses universitaires de France.

Lavigne, A. (1993). L’Information des gouvernements municipaux en contexte électoral : système d’information et bulletin municipal de trois villes de la Communauté urbaine de Québec (Thèse de doctorat). Université Laval, Québec.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Lavigne, A. (1994). Information et démocratie municipale : les glissements de l’expérience québécoise. Communication & Organisation, (6). Repéré à http://communicationorganisation.revues.org/1742
DOI : 10.4000/communicationorganisation.1742

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Lavigne, A. (1995). Élus, communicateurs et publics : discours et arguments sur l’information municipale. Hermès, 2(16), 259-270.
DOI : 10.4267/2042/15196

Le Bart, C. (1992). La Rhétorique du maire entrepreneur. Critique de la communication municipale. Paris, France : Pedone.

Le Bart, C. (2000). Les bulletins municipaux, une contribution ambigüe à la démocratie locale. Hermès, 1(26-27), 175-184.

Legrave, J.-B. (1989). Du militant à l’expert en communication politique : l’institutionnalisation inachevée d’une position locale singulière. Le cas de la mairie de Rennes. Politix, 2(7-8), 80-90.

Legrave, J.-B. (1993). Conseiller en communication politique. L’institutionnalisation d’un rôle (Thèse de doctorat). Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, France.

Legrave, J.-B. (1994). L’horizon local de la communication politique. Retour sur la diffusion d’une expertise. Politix, 7(28), 76-99.

Leyval-Granger, A. (1999). La communication locale : entre service public et promotion politique. Communication et langages, (120), 41-54.

Lorant, G. (2005). Les Collectivités locales face aux défis de la communication. Paris, France : L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Maarek, P. J. (1990). Le maire et le consultant : intrus, gadget ou partenaire ?. Mots, (25), 99-104.
DOI : 10.3406/mots.1990.1559

Mabileau, A. et Tudesq, A.-J. (dir.) (1980). L’Information locale. Paris, France : Pedone.

Mabileau, A. et Tudesq, A.-J. (dir.) (1992). La Communication dans l’espace régional et local. Bordeaux, France : Les Cahiers du CERVEL.

Masson, S. (1985). La Communication municipale. Analyse comparative de Rueil Malmaison et Saint-Cloud (Mémoire de DESS). Université Paris 1, France.

Mégard, D. (2012). La Communication publique et territoriale. Paris, France : Dunod.

Mégard, D. et Deljarrie, B. (2003). La Communication des collectivités locales. Paris, France : LGDJ.

Ministère des Affaires municipales du Québec (1990). La Communication municipale. Un agent de changement. Québec, Québec : ACMQ/UMQ.

Ministère des Affaires municipales du Québec (1997). Le Nouveau guide de la communication municipale. Québec, Québec : MAMQ.

Moles, A. (1974). Écologie des actes. Dans E. Morin et M. Piattelli-Palmarini (dir.). L’Unité de l’homme. 3. Pour une anthropologie fondamentale (p. 168-173), Paris, France : Éditions du Seuil.

Monnoyer-Smith, L. (2011). Communication et délibération. Enjeux technologiques et mutations citoyennes. Paris, France: Lavoisier/Hermès science.

Moran, W. (2012). What is the Role of the Local Government PR Practitioner in a Multiple Service Environment? (Research note). Repéré à http://www.ribm.mmu.ac.uk/symposium2012/extendedabstracts/WendyMoran.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Nay, O. (1994). Les enjeux symboliques du développement local : l’exemple de la politique de communication de Montpellier. Politiques et management public, 12(4), 51-69.
DOI : 10.3406/pomap.1994.3187

Noyer, J., Raoul, B. et Pailliart, I. (dir.) (2013). Médias et territoires. L’espace public entre communication et imaginaire territorial. Villeneuve d’Ascq, France : Presses universitaires du Septentrion.

Ollivier-Yaniv, C. (2006). La communication publique. Communication d’intérêt général et exercice du pouvoir. Dans S. Olivesi, Sciences de l’information et de la communication : objets, savoirs, discipline (p. 97-112). Grenoble, France : Presses universitaires de Grenoble.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Pagès, D. (2000). Des mondes parfaits aux mondes possibles : les territoires équivoques de l’utopie. Quaderni, (41), 43-63.
DOI : 10.3406/quad.2000.1442

Pailliart, I. (1982). L’information municipale : fondement d’une nouvelle démocratie politique ?. Raison Présente, (61), 69-79.

Pailliart, I. (1984). Municipalités : de l’information à la communication. Le Bulletin de l’IDATE, (14), 167-175.

Pailliart, I. (1991). Information locale et territoire politique. Quaderni, (13-14), 83-92.

Pailliart, I. (1995). La question du territoire dans les travaux de la Société Française des Sciences de Information et de la Communication (S.F.S.I.C.). Annales de géographie, 104(585-586), 595-598.

Pailliart, I. (2006). Territoires, identités et communication. Dans S. Olivesi (dir.). Sciences de l’information et de la communication : objets, savoirs, discipline (p. 113-128), Grenoble, France : Presses universitaires de Grenoble.

Pecolo, A. (2011). Communication publique territoriale et approche générationnelle. Analyse comparée entre la France et le Québec (Entretien avec Didier Rigaud). Communication & Organisation, (40), 185-190.

Pélissier, N. (2001). Internet de proximité et citoyenneté en ligne. Dévalorisation ou revalorisation du territoire régional ?. Dans B. Damian et al. (dir.) Inform@tion.local. Le paysage médiatique régional à l’ère électronique (p. 95-109). Paris, France : L’Harmattan.

Pélissier, N. (2003). Le territoire, la plume et le réseau. Stratégies d’information en ligne et utopies citoyennes. Questions de communication, (3), 231-243.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Raffestin, C. (1987). Repères pour une théorie de la territorialité humaine. Cahier/Groupe Réseaux, (7), 2-22.
DOI : 10.3406/flux.1987.1053

Robles, J. S. (2012). A Discourse Analysis of “Social Construction” in Communication Scholarship. The Electronic Journal of Communication, 22(3-4). Repéré à http://www.cios.org/EJCPUBLIC/022/3/022342.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Rouquette, S. (2008). L’Internet municipal : impasses politiques, ancrages territoriaux. Quaderni, (66), 97-105.
DOI : 10.3406/quad.2008.1853

Simmons, P. et Small, F. (2012). Promotion, Monitoring and Strategic Advice: Professional Communication in Australian Local Government. Prism, 9(1). Repéré à http://www.prismjournal.org/homepage.html

Souchard, M. et Wahnich, S. (1995). La Communication politique locale. Paris, France : Presses universitaires de France.

South African Local Government Association, SALGA (2006). Guidelines for Municipal Communication. SALGA.

Sturgill, A. (2007). Municipal Information Web Sites and the Language Divide. The Electronic Journal of Communication, 17(3-4). Repéré à http://www.cios.org/EJCPUBLIC/017/3/01733.HTML

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Tétu, J.-F. (1995a). L’espace public local et ses médiations. Hermès, (17-18), 287-298.
DOI : 10.4267/2042/15223

Tétu, J.-F. (1995b). La ville dans la presse régionale quotidienne. Dans J.-F. Tétu (dir.), Ville et information (p. 37-54), Lyon, France : Programme Rhône-Alpes de recherches en sciences humaines.

Thériault, R. (1991). La communication municipale au Québec. Revue française d’administration publique, (58), 267-270.

United States Agency for International Development (2007). A Public and Media Relations Handbook for Local Government Officials. New York, NY: USAID.

Walker, D. (1997). Public Relations in Local Government: Strategic Approaches to better Communication. London, Royaume-Uni: Pitman Publishing.

Haut de page

Notes

1 Parmi d’autres, l’ouvrage de Jacques Noyer, Bruno Raoul et Isabelle Pailliart (dir.) (2013), Médias et territoires, l’espace public entre communication et imaginaire territorial, témoigne, une fois de plus, de l’incessant intérêt pour ce thème de la part des chercheurs en sciences de la communication.

2 La littérature anglo-saxonne privilégie, bien souvent, l’expression de local government public relations (Brown, Gaudin et Moran, 2013 ; Moran, 2012 ; USAID, 2007).

3 La liste des travaux, ici, est purement indicative. Une liste plus étendue (mais loin d’être exhaustive) figure en fin d’article.

4 Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie. Désormais appelé Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique, épistémologie et sciences sociales.

5 Pour des besoins de simplification, nous utilisons prioritairement cette appellation pour désigner l’objet de cet article.

6 « Collectivités locales » à l’article 34 et « collectivités territoriales » à l’article 72.

7 Jean-François Tétu (1995, p. 288) parle de « la montée irrésistible du local ».

8 D’après le Mercator, on peut définir le marketing territorial comme « l’effort d’attractivité des territoires à des marchés concurrentiels pour influencer, en leur faveur, le comportement de leurs publics par une offre dont la valeur perçue est durablement supérieure à celles des concurrents » (www.marketing-territorial.org).

9 Cette acception est, de fait, différente de celle qui a cours en Amérique du Nord, où la communication publique est plutôt comprise comme toute forme de communication qui a trait aux enjeux sociaux et qui se traduit ainsi par la participation au débat public par un individu, un groupe, un organisme ; ce qui touche, entre autres, des champs comme la communication des organisations, la communication politique, la communication marketing et publicitaire, la communication journalistique, etc. La conception nord-américaine de la communication publique s’intéresse donc moins au statut juridique (privé/public) de l’émetteur qu’aux formes et aux lieux de la communication dans la sphère publique.

10 En effet, théoriquement, une ligne de démarcation peut être établie entre la communication publique (à la française) et la communication politique. La première repose sur l’intérêt général alors que la seconde vise la promotion d’un individu ou d’un parti. Ce que laisse d’ailleurs entendre la séparation fonctionnelle, au Québec (à la différence de certaines communes françaises), entre, d’un côté, la communication du maire, gérée par le maire lui-même ou un attaché de son cabinet et, de l’autre, la communication de la municipalité, assurée par un service en charge de la communication rattaché plutôt au directeur général de la municipalité (Lavigne, 1995).

11 Il a été démontré (cf. Revue internationale de communication sociale et publique, (3-4)) que la communication s’est plus ou moins fortement institutionnalisée selon les traditions universitaires. Érigée en discipline en France (les sciences de l’information et de la communication), elle s’est surtout développée en Amérique du Nord comme un champ de recherche (les Communications Studies).

12 Nous ne prétendons pour autant pas proposer une recension exhaustive de tels acteurs. Il s’agit simplement de nous en tenir à ceux qui, du point de vue de notre perspective théorique, se présentent comme les principaux intervenants dans le processus et, après tout, ceux pour lesquels nous pouvons facilement repérer, pour les besoins de l’analyse, des traces documentées de production discursives.

13Disciplines are social constructions”.

14 Même si, en la matière, les professionnels ont, eux aussi, toujours montré un intérêt fort pour la recherche sur la communication des territoires (nous y reviendrons).

15 Diplôme d’études supérieures spécialisées (système français d’alors), équivalent de la maîtrise professionnelle (Canada), et désormais appelé, en France, master professionnel ou mastère professionnel.

16 Pour n’en citer que deux autres, parmi les plus spécialisées : le master « Communication des collectivités territoriales » du CELSA et le master « Information et communication dans l’espace local et régional » de l’Université catholique de l’Ouest.

17 Extrait du titre de leur ouvrage.

18 Bulletin municipal de la mairie de Rennes (France).

19 Source : ACMQ, site web officiel de l’association, http://www.acmq.qc.ca/association/historique/.

20 Source : ACMQ, ibid., http://www.acmq.qc.ca/association/mission/.

21 Et ce bien que l’ACMQ ait été fondée 12 ans avant le Forum des communicateurs gouvernementaux, né seulement en 1990.

22 Ceci bien que les deux associations entretiennent de multiples actions communes et que l’association Communication publique regroupe, elle aussi, des professionnels de la communication des collectivités territoriales.

23 Pour une lecture approfondie sur cet aspect de la question : Mabileau et Tudesq (1980, 1992), CURAPP (1991), Garry (1993), Cardy (1997b), Legrave (1994), Mégard et Deljarrie (2003).

24 Source : archives.gouvernement.fr.

25 D’ailleurs, même lorsque les compétences existent en interne, pour le manager, faire appel à un consultant extérieur, neutre, peut être considéré comme un choix de management plus ouvert au professionnalisme.

26 Il s’agit des revues American Communication Journal, Communication Theory, International Journal of Communication, Journal of Communication, Public Opinion Quarterly, Public Relations Review, Canadian Journal of Communication, Communication Research, New Media & Society, Journal of Computer-Mediated Communication, Electronic Journal of Communication et European Journal of Communication.

27 Certes, nous ne perdons pas de vue que tous les travaux existant ne sont pas référencés en ligne, mais ce constat n’en constitue pas moins un indicateur significatif, comparé aux centaines de travaux identifiés sur la même thématique dans la littérature scientifique francophone.

28 Bien qu’il y ait une vaste littérature examinant les rôles du praticien en relations publiques, il n’existe qu’une recherche académique limitée et une « recherche » professionnelle peu convaincante sur les rôles du professionnel en relations publiques dans les collectivités locales [notre traduction].

29 À titre d’exemple, souligne Hill, en 1995, les nouvelles mesures fiscales ont permis au pouvoir central de contrôler 80 % des ressources fiscales locales (Hill, 2003, p. 178).

30 Nous rappelons que toutes ces données sur le fonctionnement politique local en Angleterre sont tirées de l’article de Michael Hill cité.

31 Notamment dans le récent ouvrage Design communautique appliqué aux systèmes sociaux numériques. Fondements communicationnels, théories et méthodologies (Harvey, 2014, Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec).

32 L’association attribue notamment une distinction courue : le « Label territoires, villes et villages Internet ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Awono, « La communication territoriale : constructions d’un champ », Communiquer, 15 | -1, 85-106.

Référence électronique

Richard Awono, « La communication territoriale : constructions d’un champ », Communiquer [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://communiquer.revues.org/1686 ; DOI : 10.4000/communiquer.1686

Haut de page

Auteur

Richard Awono

Enseignant-chercheur, École supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication
Université de Yaoundé 2, Cameroun

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org