Navigation – Plan du site

La communication internationale : état des lieux et perspectives de recherche pour le XXIe siècle

International Communication: Overview and Research Perspectives for the 21st Century
Christian Agbobli
p. 65-84

Résumés

La tradition de recherche en communication internationale a singulièrement évolué au cours des dernières années. D’une tradition issue de la fin de la Deuxième Guerre mondiale marquée par l’importance de la communication pour le développement, on assiste aujourd’hui à un champ de recherche éclaté qui traite de plusieurs objets (couverture médiatique, technologies de l’information et de la communication, diversité culturelle, etc.) et de zones géographiques différentes. Le but de cet article est de présenter un panorama actualisé des recherches en communication internationale et de proposer des perspectives théoriques qui devront être approfondies.

Haut de page

Texte intégral

1La tradition de recherche en communication internationale a singulièrement évolué au cours des dernières années. D’une tradition issue de la fin de la Deuxième Guerre mondiale marquée par l’importance de la communication pour le développement, on assiste aujourd’hui à un champ de recherche éclaté qui traite de plusieurs objets (couverture médiatique, technologies de l’information et de la communication, diversité culturelle, etc.) et de zones géographiques différentes. De même, si le champ de la communication internationale a été associé à la théorie et à la recherche, il n’en demeure pas moins un champ de pratique. Récemment, la Tunisie a annoncé la création d’une cellule de communication internationale au sein de la présidence du gouvernement dans le but « de promouvoir une nouvelle image de la Tunisie, de sa démocratie naissante, de ses opportunités d’investissement et de son ouverture sur l’économie mondiale et sur les peuples1 ». Au-delà des débats théoriques, cet exemple reflète les liens entre la tradition de recherche en communication internationale et les enjeux actuels qui marquent le monde.

2Mowlana (1997), un des fondateurs du champ de la communication internationale, soutient que la communication internationale comme champ d’études provient des traditions de recherche en relations internationales. D’ailleurs, son analyse intègre plusieurs enjeux reliés à la diplomatie. Merrill et Fischer (1974), pour leur part, proposent cinq sphères dans la communication internationale : 1) la théorie en communication internationale ; 2) une approche descriptive-comparative ; 3) le rôle des médias de masse dans le développement national ; 4) les méthodes de reportage international dans l’information ; et 5) la communication internationale et financière internationale. Ils insistent aussi sur l’importance de la presse dans la communication internationale et mentionnent que le développement de la télévision dans les années 1950 a révolutionné les relations transnationales et ouvert de nouveaux canaux pour l’information globale.

3Smith (1974), de son côté, décrit les contours de la communication internationale selon : les négociations entre diplomates ; les activités des agences internationales de presse ; la création des impressions des touristes et autres migrants ; l’impact massif et non planifié des ouvrages, des films et des productions artistiques dans les pays étrangers ; le contact international des étudiants, des éducateurs, des scientifiques et des experts en assistance technique ; les négociations dans le milieu des affaires internationales ; les activités des missionnaires internationaux et des mouvements religieux ; le travail des groupes internationaux de pression tels que les syndicats, les chambres de commerce et les partis politiques ; et les activités philanthropiques internationales.

4Le point commun entre ces auteurs est de présenter le portrait du champ de la communication internationale telle qu’on l’imaginait à la fin de la Deuxième Guerre mondiale jusque dans les années 1970 en l’ancrant dans un rapport marqué par les différences entre nations, comme l’illustre la définition qu’en donne Maletzke : « la communication internationale a lieu à l’échelle des pays ou des nations, c’est-à-dire à travers les frontières » (1974, p. 478).

5Cependant, si ces perspectives ont pour mérite de circonscrire le champ de la communication internationale tout en faisant ressortir la vastitude des champs et des domaines couverts, elles font un peu l’impasse sur les enjeux de puissance ainsi que sur les enjeux idéologiques qui ont marqué le début de la recherche en communication internationale. De même, ces analyses omettent de relever que la tradition de recherche en communication internationale a été particulièrement marquée par des études de cas axées sur les relations entre les deux superpuissances de l’époque (les États-Unis et l’URSS) et sur l’impact des relations entre les puissances occidentales et les pays en développement d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

6Pourtant, le XXIe siècle marque plusieurs changements en communication internationale et notre article, tout en soulignant l’arrivée de nouveaux acteurs et de nouveaux enjeux, propose de nouvelles perspectives dans cette féconde tradition de recherche. On pense notamment à l’adaptation du modèle des industries culturelles avec l’avènement de nouveaux acteurs comme Bollywood (Rao, 2010), Nollywood (Adejunmobi, 2011) ou les industries médiatiques latino-américaines (Barbero, 2003 ; Rebouças, 2006). Avec l’avènement d’Internet, le phénomène de mondialisation, la poussée de mouvements sociaux alternatifs et l’apparition dans la sphère géopolitique de pays émergents (comme les BRICS ou les N-11), la tradition de recherche en communication internationale s’est diversifiée et est marquée par de nouvelles tendances et de nouveaux défis. La communication internationale ne se limite plus aux puissances étatiques classiques et aux médias traditionnels, mais intègre de nouveaux acteurs étatiques, de nouvelles organisations ainsi que de nouveaux enjeux. Le but de cet article est de présenter un panorama actualisé des recherches en communication internationale et de proposer des perspectives de recherche qui devront être approfondies au courant du XXIe siècle.

7La méthodologie mobilisée dans cet article repose sur le choix de contenus théoriques sélectionnés en fonction de critères basés sur des dimensions historique et linguistique avec le souci d’une répartition géographique équilibrée. Ainsi, les choix consistent en la prise en compte de références autour de deux traditions de recherche avérées en communication internationale : la recherche anglophone et la recherche francophone. Le choix de ces deux traditions est relié, d’une part, au caractère originel et à la prédominance de la recherche anglophone en communication internationale, encore appelée global communication ou transnational communication dans le champ de la communication ; d’autre part, l’auteur de ces lignes étant francophone et la recherche francophone en communication internationale étant plus erratique que la recherche anglophone, il apparaît important de cerner l’existence de similitudes ou de dissemblances dans les analyses respectives de ces deux traditions de recherche telles que certains de leurs auteurs emblématiques l’illustrent.

8Au sein de chaque tradition, les auteurs et les textes mobilisés ont contribué singulièrement à la compréhension des conditions d’émergence de la communication internationale, depuis le début de la chrétienté jusqu’à la période actuelle en passant par les Lumières. De plus, les positions des auteurs sur les enjeux économiques, médiatiques, politiques et sociaux ayant émergé à partir de l’an 2000, mais dont les prémices remontaient au siècle précédent, ont constitué un autre critère de sélection. Dans ce sens, le choix des auteurs s’avère justifié pour mieux saisir les contingences actuelles par des problématiques historiquement ancrées autour des notions d’universalisme, d’internationalisation, de mondialisation, de globalisation, de glocalisation ou de diversité culturelle. De plus, pour répondre au caractère « véritablement » international de notre réflexion et à la dimension pratique de la communication internationale, des exemples ont été puisés dans toutes les régions du monde.

9Pour atteindre les objectifs de l’article, la première partie du texte présente les origines de la communication internationale ; la seconde partie analyse les axes théoriques « traditionnels » de la communication internationale ; et la dernière partie propose des perspectives d’avenir pour la recherche en communication internationale.

Les origines de la communication internationale2

  • 2 Le Groupe d’études et de recherches axées sur la communication internationale et interculturelle (G (...)

10Le facteur « international » en sciences sociales est revendiqué par plusieurs disciplines. Ainsi, à l’heure où on parle d’économie internationale, de gestion internationale, de politique internationale, ou même de sociologie internationale, comment la communication internationale pourrait-elle acquérir une spécificité qui lui est propre ? En quoi la communication internationale serait-elle, par exemple, différente des relations internationales ? Il paraît ambitieux de vouloir présenter les origines de la communication internationale tant ses contours sont complexes. En effet, avant d’être théorisée, la communication internationale fut une pratique accessible aux individus, aux entités et aux groupes appartenant à des nations différentes.

La communication internationale comme pratique

11Selon Fischer et Merrill (1974), la communication internationale est aussi vieille que l’histoire des hommes et des nations. Pour eux, dans la Bible, par exemple, l’accent est mis sur la communication entre les nations et les enseignements du Christ portaient sur la transmission de l’information à travers les frontières des pays. Pour d’autres auteurs, les origines de la communication internationale remontent au développement du télégraphe ou des moyens de communication modernes que sont les bateaux, les trains, les routes (McPhail, 2014 ; Mattelart, 1996). En d’autres termes, les origines de la communication internationale remontent aux origines de la communication elle-même.

12D’autres éléments symbolisent également l’idée d’une communication internationale pratiquée par les humains. Ainsi, la langue est un symbole de communication internationale. Si certains auteurs se sont penchés sur les rapports contrastés entre l’oralité et l’écriture (Goody, 1977), il est ici davantage question de la langue comme moyen de communication internationale. Selon Fougeyrollas (1987), l’apparition des nationalités et la formation des nations se sont déroulées en relation avec de profonds changements linguistiques. En Occident, par exemple, Anderson (1991) analyse les raisons qui expliquent le déclin des premières communautés imaginées. On sait que le latin a été pendant longtemps la lingua franca de cette région du monde. Pourtant, en Europe occidentale, le latin a perdu sa place sacrée : en 1500, 77 % des livres publiés à Paris l’étaient en latin et, après 1575, la majorité des livres publiés l’était en français.

13Toutefois, la langue est également un symbole de pouvoir. La langue devient donc un champ de bataille pour les nations qui veulent assurer ou sauvegarder leur domination culturelle, économique ou politique. Historiquement, la prépondérance des langues a été reliée à une volonté d’impérialisme linguistique ; on peut citer en exemple l’anglais, le castillan, le français ou le latin. Selon Mattelart (1996), la France crée en 1883 l’Alliance française, une « association nationale pour la propagation de la langue française dans les colonies et à l’étranger » (p. 36). Le français sera pendant près de 250 ans la langue des relations internationales. Wells (cité dans Mattelart, 1996) s’est interrogé sur quelle langue, de l’anglais ou du français, serait dominante à l’orée de l’An 2000, son analyse, au final erronée, marquait une suprématie de la seconde sur la première. Récemment, quelques voix autorisées se sont interrogées sur la perte de vitesse du français. Ainsi, Attali (2014) s’inquiète des « risques d’un effondrement de la francophonie et de la francophilie économique d’ici 2050 » (p. 44). Si la langue est un instrument de communication internationale mais aussi de pouvoir, ce constat ne se dément pas si on se rappelle que les Goethe-Institut (créés en 1951) devaient au départ fournir une formation supplémentaire aux professeurs d’allemand étrangers et se sont transformés dès les années 1959-1960 en réseau pour soutenir la politique culturelle étrangère allemande3. Que dire alors de la mise en place des Instituts Confucius chinois créés dès 2004 et présents sur tous les continents ?

14La religion est un autre symbole de la communication internationale. Lorsque Jésus évoque sa foi et souhaite que celle-ci lui survive, il demande à ses apôtres de la répandre dans toutes les nations : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Nouveau Testament, Matthieu 28, 19). À la mort de Mahomet, ses successeurs se sont ingéniés à répandre la foi musulmane en conquérant plusieurs régions du monde. Si l’on se fie à Todorov (1991), ce sont, entre autres, les signes divins qui ont amené Moctezuma à perdre la bataille face à Cortès dans la « Conquête de l’Amérique ». Plus près de nous, l’Église de l’Unification créée en Corée par le révérend Sun Myung Moon a réussi à s’extirper du cadre national pour s’étendre à l’international en attirant des fidèles de plusieurs régions dans le monde (Boyer, 1986). Dans ce sens, autant la religion que la langue sont des symboles de communication internationale qui ont contribué, par leur pratique, à une forme d’universalisme ou d’internationalisation visant à assurer la primauté de certaines cultures sur d’autres.

15Pour Mattelart (1996), la communication internationale – ou plutôt l’internationalisation de la communication, pour reprendre ses termes – est fille de deux universalismes : les Lumières et le libéralisme. Selon Mattelart (1996), « la communication internationale émerge avec le nationalisme moderne qui fait exister le territoire comme fondement de la souveraineté et d’une communauté imaginaire » (p. 5). Les Lumières marquaient l’idée de la modernité et de la perfectibilité des sociétés humaines. Cette époque était mue par une volonté de diffuser le bonheur à l’échelle universelle. Dans ce sens, ses adeptes (Diderot, Voltaire) croyaient en la liberté de la communication (pensée, opinions, livres) sans aucune contrainte. Quant au libéralisme, il se basait sur l’idée du libre marché cher à Adam Smith, fondateur de l’économie classique. Cette liberté du marché ne touchait pas seulement l’économie, mais également d’autres aspects de la société, comme l’idée d’une presse libre. Les Lumières et le libéralisme ayant constitué des valeurs à diffuser à l’échelle de la planète renvoyaient ainsi à un universalisme nécessaire. Or ces valeurs sont celles d’un « monde » tel que le définit Braudel, soit « un espace géographique dont le “centre”, qui peut être une ville, une région ou une “nation”, va se projeter économiquement et culturellement à l’extérieur » (cité dans Matouk, 2005, p. 4). Par conséquent se développe une économie-monde (Braudel, 1967) ou plus sûrement un système-monde (Amin, Arrighi, Gunder Frank, Wallerstein, 1990) qui requiert l’usage de moyens de communication pour mieux s’exporter et s’imposer.

16Au-delà de la pratique qui a mené les humains vers la communication internationale, celle-ci fut également théorisée et enseignée dans les institutions de recherche et les universités. Voyons maintenant les axes théoriques traditionnels de la communication internationale.

La communication internationale et ses axes théoriques traditionnels

17Pour qu’une tradition de recherche s’ancre durablement dans l’univers scientifique, il lui faut acquérir une reconnaissance scientifique. Nous présentons dans la section qui suit l’état d’institutionnalisation de la communication internationale pour mieux expliquer comment les théories en communication internationale ont été associées à des programmes universitaires et à des associations scientifiques.

18Pour aborder l’institutionnalisation de la communication internationale dans des programmes universitaires, les universités mentionnées dans cet article l’ont été sur la base de celles créées localement. Ainsi, les universités ou les instituts délocalisés, comme l’American University ou la University of Nottingham dans tel ou tel pays, ne font pas partie de l’analyse. Nous avons également privilégié des programmes d’enseignement de cycles supérieurs. La maîtrise se trouvant être la porte d’entrée de la recherche, elle est majoritairement présente dans les sélections, même si certains programmes de licence (bachelor) y figurent. Afin d’alléger une fastidieuse référence à des programmes présents dans toutes les régions du monde, nous avons décidé de mentionner uniquement quelques programmes représentatifs pour chaque région concernée. Dans ce sens, l’absence de mention de certains programmes ne signifie pas un jugement quant à leur qualité. Pour évoquer le caractère « véritablement » international de la communication internationale, nous avons privilégié un ou deux exemples par zone géographique. Aussi, presque toutes les zones géographiques ont été couvertes. Un autre critère justifiant le choix des institutions ou des universités portaient sur la mention « communication internationale », « international communication » ou « global communication » dans les titres des programmes.

L’institutionnalisation scientifique de la communication internationale comme repère

  • 4 Traduction libre de : « a focus on the role of communications in the international system, and anal (...)

19La communication internationale comme tradition de recherche s’est également institutionnalisée comme champ d’études. Le premier programme de communication internationale à être fondé en Amérique du Nord fut celui de l’American University basée à Washington D.C. en 1968, et la première maîtrise en communication internationale fut créée dès 1970. L’objectif du programme de communication internationale de l’American University consistait à « mettre l’accent sur le rôle de la communication dans le système international et d’effectuer l’analyse de la relation entre la communication internationale et les relations internationales4 » (SIS, s.d.). Toujours aux États-Unis, la Boston University propose un programme de maîtrise en communication internationale et relations internationales pour amener les étudiants à travailler dans des champs aussi divers que le gouvernement, les organisations internationales, les banques internationales, le journalisme, le marketing ou les politiques associés aux technologies de communication internationale. Ce programme met de l’avant les liens entre la communication internationale et les relations internationales tels que les avait envisagés Mowlana (1997). La Kennesaw State University de Georgie propose quant à elle une maîtrise en communication internationale intégrée (Master of Arts in Integrated Global Communications).

20Par la suite, plusieurs programmes de licence ou de maîtrise en communication avec un volet international se sont développés un peu partout dans le monde. En Afrique du Sud, le Département des sciences de la communication de l’University of South Africa propose un baccalauréat en études médiatiques avec une spécialisation en communication internationale et communication politique. Le flux de l’information, les théories sur la société de l’information, la communication internationale et le développement comptent parmi les contenus abordés. Si la maîtrise en communication y est générale, la communication internationale se situe parmi les sujets proposés. En Côte d’Ivoire, un master en communication avec une option communication pour le développement a été créé à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

21En Asie, The International Master’s Program in International Communication Studies (IMICS) de la National Chengchi University de Taiwan aborde, entre autres, les images internationales et la communication mondiale, la représentation de l’Asie de l’Est dans les médias, les médias internationaux, la mondialisation et le transnationalisme. L’Asia Pacific University of Technology and Innovation de Malaisie propose une M.Sc. in International Business Communications axée sur la communication d’entreprise dans les environnements multinationaux.

22En Europe, deux programmes emblématiques ciblent également la communication internationale. Le Master in International Communication de la Hanze University of Applied Sciences de Groningen (Pays-Bas) est un programme conjoint développé en consortium avec des partenaires (IULM, University of Languages & Communication, Italy ; Leeds Metropolitan University, the United Kingdom ; New Bulgarian University, Bulgaria ; Vilnius University, Lithuania). Ce programme met de l’avant la diversité et l’apprentissage de compétences communicationnelles en contexte interculturel. Un corpus théorique commun de base est dispensé à tous les étudiants au premier semestre et leur mobilité est exigée durant la suite de leurs études. Ainsi, selon leurs intérêts, les étudiants peuvent se spécialiser en suivant une formation spécifique différente dans chacune des universités associées. Ils poursuivent ensuite leur parcours en faisant un stage et en effectuant différentes études de cas. Au Royaume-Uni, la London School of Economics (LSE) a développé un programme de maîtrise en Media, Communication and Development. Faisant partie des meilleures universités britanniques au côté des universités d’Oxford et de Cambridge, la LSE comprend au moins une dizaine de prix Nobel et a des classements avantageux dans le fameux et controversé classement de Shanghai. L’existence d’un tel programme à la LSE laisse penser que cette institution considère le champ de la communication et du développement comme un axe scientifique majeur. Dans ce programme, les apprentissages tournent autour des éléments suivants : une approche diversifiée, multidisciplinaire et théorique orientée vers les enjeux de développement contemporains ainsi que les débats dans le champ, l’offre de cours spécialisés en médias et communication ainsi que dans des champs connexes, incluant un projet de recherche empirique indépendant ; une formation effectuée avec des chercheurs internationalement reconnus et possédant une expertise en médias et communication, en politique et démocratie, en politique de régulation, en changement technologique, dans les recherches sur la réception des médias, sur la mondialisation, sur la culture, etc.

23Cette institutionnalisation de la communication internationale dans des programmes d’enseignement universitaire marque la reconnaissance scientifique de cette tradition de recherche. De ce fait, elle fait ressortir une certaine cohérence dans les intérêts d’enseignement du corps professoral un peu partout sur la planète. Ainsi, les enjeux reliés aux médias apparaissent clairement (on peut y inclure de manière plus générale les TIC et les industries culturelles). Les études culturelles font également partie de la programmation tout comme la mondialisation et le développement. Les organisations internationales, les gouvernements ainsi que la connaissance d’un cadre législatif ou juridique font partie des contenus enseignés. L’importance des langues apparaît également, tout comme l’importance du commerce. On fait ressortir l’idée de former les étudiants à la collaboration entre personnes issues de cultures différentes.

  • 5 Traduction libre de : « “fostering methodologies, philosophies, courses and curricula in so-called (...)

24Parallèlement à la dimension reliée à l’enseignement, l’origine de la communication internationale comme tradition de recherche s’est réalisée à travers son institutionnalisation au sein des associations scientifiques, les deux principales étant l’AIERI (Association internationale des études et recherches sur l’information ; IAMCR pour ses initiales anglaises) et l’ICA (International Communication Association). La fondation officielle de l’AIERI en 1957 est intimement liée aux démarches tenues à l’UNESCO dans le but de « promouvoir la formation des journalistes et l’étude des problèmes de la presse dans le monde entier » (IAMCR, s.d.). De 100 membres représentant 30 pays en 1959, l’AIERI est passé à plus de 2000 membres représentants plus de 80 pays. L’AIERI est composée de 15 sections thématiques et de 16 groupes de travail. On y retrouve une section « International Communication » dont les recherches sont axées autour de l’intersection entre la mondialisation et les médias, avec des enjeux liés au flux de l’information, à la liberté d’expression, au média et au développement, au rôle des médias dans les politiques étrangères et dans les rapports entre médias et diasporas. Quatre groupes de travail cadrent avec la communication internationale : Diaspora and Media, Global Media Policy, Islam and Media et Post-Socialist and Post-Authoritarian. La fondation de l’ICA, quant à elle, remonte à 1950, en tant que National Society for the Study of Communication (NSSC) des États-Unis. Le but de l’organisation était de « “renforcer les méthodologies, les philosophies, les cours et les curriculums dans la soi-disant communication de base, le discours, le journalisme, la radio et les autres médias de masse […]”5 » (Weaver, cité dans ICA, s.d.). Dès 1969, l’ICA comptait 150 membres de 27 pays et, en 2004, le nombre était estimé à 4000 membres issus de 76 pays. Ainsi, à l’ICA, la division Global Communication and Social Change porte sur la communication internationale, et il est intéressant de noter que cette division s’appelait auparavant International Communication and Development et que c’est par un vote des membres que son intitulé a été modifié pour mieux marquer l’évolution de la recherche. Deux autres divisions ont des objectifs connexes à ceux de la communication internationale : Ethnicity & Race in Communication et Intercultural Communication.

25La compréhension des sphères théoriques de la communication internationale passe d’abord par une analyse des conditions de son institutionnalisation comme champ de la communication. Comment mentionné plus haut, cette institutionnalisation est réalisée par la création de programmes d’études permettant de cerner les thématiques d’enseignement jugées pertinentes par les enseignants-chercheurs en communication internationale. Dans le même temps, l’institutionnalisation de la communication internationale est marquée par sa reconnaissance officielle en tant que division, groupe de travail ou section au sein des organisations de référence regroupant les chercheurs en communication. Cette institutionnalisation laisse paraître des champs de recherche privilégiés, mais ce n’est qu’à travers l’écrit des chercheurs que les théories mobilisées en communication internationale peuvent être mieux cernées.

Les axes théoriques traditionnels de la communication internationale

26La littérature en communication internationale fait ressortir deux axes théoriques majeurs : les théories associées au développement et les théories associées à l’économie politique de la communication. À ces deux axes théoriques s’ajoutent des théories qui se sont inspirées du contexte historique dans lequel la communication internationale a été impliquée.

Les théories associées au développement

27Selon Park (1998), « [p]ostwar international communication research has gone through three stages : (a) modernization, (b) dependency, (c) postdependency » (p. 80). Comparant ces trois étapes, il précise que leur seul but consistait à traiter du développement de pays sous-développés non occidentaux. Dans ce sens, « [d]evelopment has been the single most important concept in the field of international communication » (ibid., p. 81).

28La théorie de la modernisation considérait le développement comme le mouvement de sociétés traditionnelles vers des sociétés modernes. Cette perspective a été dominante de la fin de la Deuxième Guerre mondiale jusqu’au choc pétrolier de 1973. Selon Park, la perspective de la dépendance et la théorie marxiste de l’impérialisme (correspondant à la post-dépendance) ont inspiré la recherche en communication en proposant la perspective de la « dépendance culturelle ».

29Cette perspective de la dépendance culturelle a critiqué le modèle de la communication pour le développement parce qu’il aurait négligé le rôle idéologique des médias de masse dans le maintien des structures de pouvoir existantes.

30La perspective de la post-dépendance a mis l’accent sur l’importance du rôle de l’État et des responsables des orientations politiques (policy makers) dans la transformation de la dépendance. Dans ce sens, des transformations économiques ont lieu par l’entremise de politiques étatiques. Prenant l’exemple du Brésil, qui a vu naître une industrie culturelle florissante, Park souligne que celle-ci consacre le déclin de l’impact de l’industrie médiatique occidental après les années 1970. Néanmoins, toujours pour Park, la perspective post-dépendance représente davantage une extension du modèle de dépendance qu’une rupture radicale avec celui-ci.

31Ce regard de Park est cohérent avec l’analyse qu’en fait Lafrance (2006). Plutôt que d’aborder la communication internationale, Lafrance analyse la communication pour le développement et présente les différents paradigmes du développement sous forme de tendances qu’il lie à des stratégies de communication précises. L’expression « communication pour le développement » est promue dans les années 1970 en Philippines par le professeur Nora Québral. La communication pour le développement désignait « l’ensemble des procédés de transmission et de communication de nouvelles connaissances reliées au monde rural » (Bessette, 1996, p. 10). La première tendance repose sur la modernisation des sociétés et sur la diffusion des techniques et des informations. Cette tendance porte sur le modèle diffusionniste en communication – modèle linéaire par excellence –, qui consiste à changer les mentalités en diffusant des messages et à considérer que ces messages auront une influence sur les récepteurs. La deuxième tendance concerne le paradigme de la dépendance, ou la réplique des pays du Sud. Ici, la communication est reflétée par les analyses critiques basées sur le modèle de l’impérialisme culturel. S’éloignant quelque peu de la proposition de Park, la troisième tendance soulevée par Lafrance porte sur le nouveau développement et le développement durable. Il s’agit de prendre en compte tous les enjeux reliés à l’environnement et à l’émergence de la société civile. La communication y est présentée comme étant au cœur de la gouvernance globale, avec les technologies de l’information et de la communication (TIC).

32Ces trois étapes, ou paradigmes au sein de la recherche en communication internationale, avec un intérêt marqué pour les enjeux de développement, reflètent la filiation évoquée par Mattelart (1996) (les Lumières et le libéralisme). En effet, la communication internationale moderne, développée dès les années 1950 par les Américains, évoque les idéaux des Lumières. Toutefois, cet intérêt pour le bonheur et la paix universels est malgré tout relié aux enjeux du libéralisme. En effet, Ithiel de Sola Pool (1960) s’est interrogé sur le rôle des médias commerciaux, et particulièrement de la publicité, dans le désir de modernisation auprès des populations des pays sous-développés. Pour Schramm (1966), les médias d’information de masse contribuent au développement. Il souligne ainsi « la grande importance de l’information dans l’évolution culturelle et l’interaction entre le développement de l’information et le développement économique et social » (p. 72). De ce fait, la communication internationale – selon l’école américaine de la modernisation de Sola Pool, Lerner, Rogers et Schramm – non seulement permet le développement de sociétés qui ne le sont pas (par la diffusion médiatique) mais entraîne aussi une croissance qui tend vers le bonheur.

33Dans son ouvrage Les cinq étapes de la croissance (1963), Rostow considérait que toutes les sociétés devaient passer par cinq étapes pour atteindre la croissance. De fait, les chercheurs en communication soutenaient l’étape finale de la croissance, soit l’ère de la consommation de masse, qui renvoie à la période « où la production de biens de consommation durables et les services deviennent progressivement les principaux secteurs de l’économie » (Rostow, 1963, p. 23). Ce souci de la croissance répondait bien au double intérêt des Lumières et du libéralisme. Ainsi, analysant la société américaine, Stuart Ewen (1983) souhaitait « montrer comment sont apparus deux traits essentiels de la culture industrielle américaine du vingtième siècle : la consommation de masse et la publicité moderne » (p. 19). L’ambition positive de la publicité, selon Ewen, « consistait à combiner de nouvelles définitions de l’épanouissement des individus avec les aspirations collectives, [...] [et] à détourner le ressentiment dirigé contre les grandes sociétés anonymes » (ibid., p. 33). L’ambition des Lumières et celle du libéralisme étaient ainsi réconciliées et la communication à travers la publicité y joua un rôle incontournable.

Les théories associées à l’économie politique

34Parallèlement aux questions traditionnelles de développement ou de croissance, la communication internationale est également marquée par le domaine de l’économie politique de la communication. Ce champ de la communication, né à la fin des années 1960 et au début des années 1970, est directement lié au courant de l’économie politique qui critique les approches économiques traditionnelles en voulant réintroduire les rapports de pouvoir ou les rapports sociaux dans les analyses (Mosco, 1996). L’économie politique de la communication fait ressortir la dimension macro des enjeux des industries culturelles ainsi que les rapports entre médias et pouvoir. Pour Mosco, l’économie politique est un champ important de la recherche en communication, et elle intéresse plusieurs centres de recherche à travers le monde. Même si l’économie politique de la communication traite de plusieurs sujets d’intérêt (dimension historique, perspectives critiques, rapports de force, etc.), elle s’est développée, dans le Tiers monde, en réponse au paradigme du développement.

35La référence majeure en économique politique de la communication internationale demeure Herbert Schiller, qui a produit des recherches fouillées sur la communication de masse aux États-Unis. Pour lui, la communication de masse constitue l’élément clé pour maintenir et étendre l’influence américaine dans le monde ; ce faisant, Schiller (1969) aborde les relations de pouvoir entre les États-Unis et le reste du monde. Dans ce sens, il soutient que les États-Unis sont entrés, après la Deuxième Guerre mondiale, dans une phase de développement impérial et que les moyens de communication (dont la télévision) ont constitué les principaux instruments de ce développement. Cet « impérialisme culturel » a eu un impact important sur les pays du Tiers monde en raison de la domination culturelle qu’elle engendrait. Cette domination se traduisait par une homogénéisation culturelle « à l’œuvre depuis des années aux États-Unis et qui menace dorénavant de rattraper le monde » (Schiller, 1969, p. 112). Ce constat de Schiller fut étayé par Oliver Boyd-Barrett (1977), qui a soutenu l’avènement d’une nouvelle approche, « l’impérialisme des médias », l’une des composantes de l’impérialisme culturel. Selon Boyd-Barrett, l’impérialisme des médias est « le processus par lequel la propriété, la structure, la distribution ou le contenu des médias dans un pays donné sont sujets à de fortes pressions de l’extérieur de la part de médias représentant les intérêts d’un ou de plusieurs pays, sans qu’il y ait réciprocité proportionnelle d’influence pour le pays ainsi affecté » (Barrett, cité dans Mattelart, 2002, p. 25).

36De manière générale, l’économie politique de la communication s’est développée avec la mutation de modestes entreprises familiales de presse, de médias électroniques et de télécommunications en industries culturelles majeures et avec l’influence des États. Ce changement a entraîné le développement d’une perspective critique, avec l’apport de plusieurs disciplines, en interrogeant les enjeux reliés aux Cultural Studies et à la science politique dans un contexte d’économie. Wasko, Murdock et Sousa (2011) soutiennent qu’une telle posture critique est reliée au fait que l’économie politique est à la fois holistique, historique et intéressée par « les relations entre l’organisation de la culture et la communication et la constitution d’une bonne société basée sur la justice sociale et les pratiques démocratiques » (Murdock et Sousa, 2011, p. 2), et les analystes critiques se trouvent dans une obligation de cohérence en suivant une action pratique de changement. Ainsi, l’économie politique de la communication ou des médias est intéressée par la « dynamique économique générale de la production médiatique et des déterminations qu’elle exerce » (Golding et Murdock, 1979, p. 210).

37Pour sa part, Park (1998) soutient que l’analyse des médias de masse sous l’angle idéologique ne peut faire l’impasse sur la problématique marxiste. Dans ce sens, Fuchs (2010) se demande si on peut caractériser la société contemporaine actuelle comme étant une nouvelle forme d’impérialisme marxiste, soit un impérialisme informationnel ou médiatique. Se basant sur les cinq caractéristiques de l’impérialisme de Lénine (la concentration de la production et du capital créant des monopoles ; la fusion entre le capital bancaire et le capital industriel ; l’exportation du capital ; la formation de monopoles capitalistes internationaux ; et la division territoriale du monde), Fuchs soutient que le nouvel impérialisme créé par l’information ou par les médias reflète sensiblement les mêmes caractéristiques, avec quelques nuances toutefois. Fuchs (2010) avance ainsi que les médias « are characterized by qualities of imperialism such as concentration and transnationalization, which allows us to speak of the imperialistic character of the media within the new imperialism, but not of the existence of media imperialism » (p. 56). Dans les analyses de Fuchs (Fuchs, 2010 ; Fuchs et Mosco, 2012), on peut relever des liens entre l’économie politique de la communication et l’impérialisme culturel. Comme les théories sur l’impérialisme culturel sont caractérisées par Park (1998) sous l’angle des théories de la dépendance, la filiation entre l’économie politique de la communication et la communication internationale est assez étroite. Dans ce sens, tout en étant une des sphères théoriques majeures en communication internationale, l’économie politique de la communication n’est pas très éloignée des théories associées au développement.

Les théories associées au contexte historique

38Brunel et Charron (2002) proposent six tendances historiques dans les approches théoriques de la communication internationale en reprenant quatre tendances déjà signalées par Hamid Mowlana (1997) :

La première se veut idéaliste-humaniste et vise à rassembler les nations et à assister les organisations internationales. La seconde tendance s’intéresse au prosélytisme politique et se préoccupe de l’analyse de la propagande, de la confrontation idéologique, de la publicité et de la création des mythes. La troisième tendance désigne l’information comme étant un moyen central. […] La quatrième tendance axée sur la communication interculturelle vise à cartographier le monde en le divisant en cultures, en traditions et communautés. […] La cinquième tendance touche la communication stratégique et s’intéresse à la dimension militaire. [….] La sixième tendance est résolument postmoderne. La haute modernité cèderait la place à un marché devenu global, à la consommation et à la culture de masse. Elle impliquerait la fin des grands narratifs, comme ce fut le cas avec le développement international (Brunel et Charron, 2002, p. 2).

39Cette catégorisation de la communication internationale autour de six tendances majeures se rapproche de l’analyse que nous avons effectuée (Agbobli, 2011). Nous y proposions trois pôles à la communication internationale : la culture, la politique et les médias. D’abord, le pôle de la culture incluait les enjeux associés à la communication interculturelle, tels qu’ils ont été développés par l’École de Chicago, ainsi qu’à l’importance de la prise en compte du contexte. Ensuite, le pôle de la politique incluait le vaste champ du développement, notamment les recherches menées par les théoriciens de la modernisation (Lerner, Schramm, de Sola Pool). Leurs théories ont consisté à instrumentaliser la communication pour qu’elle serve d’outil de développement. Enfin, le pôle des médias en communication internationale fait référence aux débats entourant le Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC) et le Sommet mondial de la société de l’information (SMSI).

40Le NOMIC s’inscrit dans les débats entourant la circulation internationale de l’information. En opposition au principe du Free flow of Information, les pays du tiers monde faisant partie du Mouvement des non alignés souhaitaient une « circulation libre et équilibrée » de l’information (Masmoudi, 1978 ; Mattelart, 2014). Dans ce contexte, l’UNESCO mettra en place la commission MacBride, dont le but était de réfléchir aux enjeux de communication dans le monde et aux solutions possibles. La commission MacBride soumettra son rapport intitulé Voix multiples, un seul Monde en 1981. L’une des principales conclusions reposait sur l’existence de déséquilibres dans le flux de l’information et l’élimination de ces déséquilibres était suggérée. Malheureusement, les propositions de la commission MacBride furent « fraîchement » accueillies par les États-Unis, qui décidèrent de suspendre leur participation à l’UNESCO en 1984. Le pays ne réintégra cette organisation qu’en 2003, mais il a de nouveau suspendu sa participation en 2011 lorsque l’UNESCO est devenue la première agence des Nations unies à admettre la Palestine en tant que membre à part entière.

41La bataille de l’UNESCO traduit les enjeux de pouvoir qui masquent les défis de la communication internationale. En effet, le contexte de l’époque, marqué par la guerre froide (É.-U./URSS) avec en toile de fond la lutte entre un système libéral et un système communiste, interroge l’idée d’un universalisme orienté, sous-jacent à l’internationalisation de la communication. Quant au SMSI, il a été convoqué par l’UNESCO et l’IUT à Genève en 2003 et à Tunis en 2005 dans le but de réfléchir aux enjeux d’une société de l’information accessible à tous et réalisable par un plan d’action6. Le SMSI est reconnu pour avoir permis le débat entre la société civile, les gouvernements et les entreprises privées. Masmoudi (2009) va même jusqu’à souligner que des contributions théoriques autour d’enjeux majeurs ont pu être réalisées pendant ces sommets. Pourtant, les résultats concrets du SMSI se font désirer, notamment la réforme de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) souhaitée par plusieurs pays et membres de la société civile. En effet, l’ICANN, l’organisme chargé de l’attribution des noms de domaines sur Internet, a une compétence mondiale, mais relève du Département du commerce des États-Unis. Le SMSI symbolise également une des difficultés de la pratique de la communication internationale, puisque les intérêts des acteurs impliqués ne sont pas toujours convergents et l’idéal des Lumières autour d’une communication sans contrainte reste une utopie. En effet, l’accès universel aux TIC, quoiqu’ardemment défendu par les organisations de la société civile, est difficilement acceptable pour les entreprises privées. Plusieurs chercheurs ont attribué aux expériences du NOMIC et du SMSI une importance majeure dans la recherche et la pratique de la communication internationale qui serait tributaire de l’intérêt d’États hégémoniques et d’entreprises puissantes.

Perspectives d’avenir pour penser la communication internationale

42À partir de ces sphères théoriques traditionnelles, l’analyse en communication internationale est amenée à évoluer en fonction de plusieurs effets concomitants. D’emblée, les perspectives d’avenir pour penser la communication internationale reposent sur trois aspects : 1) la nécessité d’apporter des précisions conceptuelles sur les notions traditionnellement utilisées en communication internationale ; 2) l’actualisation des objets d’études de la communication internationale au regard des changements constatés sur la perte de puissance des pays occidentaux par rapport aux pays anciennement dominés ; et 3) le renouveau méthodologique en communication internationale.

Les précisions conceptuelles sur les notions traditionnellement utilisées en communication internationale

43Premièrement, les précisions conceptuelles méritent une prise en compte des concepts fondamentaux de la communication internationale à la lueur des développements du XXIe siècle. Bien qu’il soit difficile d’identifier un certain nombre de concepts spécifiques à la communication internationale, Brunel et Charron (2002) soulignent que

[l]’analyse en communication internationale doit porter sur les concepts intégrateurs, tels ceux de métissage, d’hybridation, de coerséduction, de postmodernisme et de postmodernité. Elle doit aussi réviser les notions de capitalisme, d’impérialisme, d’hégémonie, de participation démocratique, de gouvernance, de terrorisme, de pauvreté, de machisme. La tâche est considérable (p. 3).

44Ces concepts sont bien évidemment nécessaires à l’heure actuelle, où le monde connaît un déséquilibre grandissant ainsi qu’une résurgence de certains nationalismes ethniques. Aussi, les précisions conceptuelles concernent – outre ceux préalablement signalés – des concepts aussi hétéroclites que ceux de culture, de glocalisation, d’hégémonie, d’impérialisme, de mondialisation, de puissance, etc.

45Parmi les précisions conceptuelles nécessaires en communication internationale, la notion de diversité culturelle en constitue un exemple marquant. Au départ, des débats ont eu lieu à l’échelle internationale autour de la notion d’exception culturelle. Certains pays, dont la France, voulaient exclure la culture des accords commerciaux autour du libre-échange. Par la suite, cette expression a été modifiée avec la signature, en 2005 à l’UNESCO, d’une « convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ». La diversité culturelle, ainsi, « renvoie à la multiplicité des formes par lesquelles les cultures des groupes et des sociétés trouvent leur expression. Ces expressions se transmettent au sein des groupes et des sociétés et entre eux » (UNESCO, 2005). Selon la convention, « [l]a diversité culturelle ne peut être protégée et promue que si les droits de l’homme et les libertés fondamentales telles que la liberté d’expression, d’information et de communication, ainsi que la possibilité pour les individus de choisir les expressions culturelles, sont garantis » (ibid.). Entre autres, la convention a réaffirmé les liens entre « culture » et « développement ». Si, au départ, l’exception culturelle a été employée pour défendre des productions culturelles de la France ou du Québec, elle cherchait également, d’une certaine manière, à protéger des cultures qui semblaient en voie d’extinction, comme en Nouvelle-Guinée ou au Vanuatu. Aujourd’hui, avec la perte de vitesse anticipée des puissances occidentales, la diversité culturelle prend une autre signification, exacerbée par la crainte escomptée d’un impérialisme inversé et d’un rééquilibre des enjeux médiatiques. Les prochaines cultures à défendre ne seraient-elles pas celles des pays occidentaux en raison du vieillissement de la population et de la montée en puissance des pays faisant partie de la périphérie ? Quel sens faudrait-il alors donner à la notion de diversité culturelle ? Une définition classique comme lui donne l’UNESCO ? Une définition qui modifie radicalement la notion de diversité culturelle, mettant les différences culturelles sur un pied d’égalité et ramenant à la mode une notion parfois honnie de relativisme culturel ? À l’instar de la diversité culturelle, la plupart des concepts pertinents en communication internationale pourraient être analysés différemment.

L’actualisation des objets d’études de la communication internationale

46Deuxièmement, l’actualisation des objets d’études de la communication internationale se conjugue avec l’évolution des perspectives théoriques marquées par l’émergence de nouveaux acteurs, dont les BRICS et les N-11. Le groupe des BRICS regroupe le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, qui constituent des puissances émergentes dont les économies sont en pleine croissance. Malgré les différences culturelles et les intérêts parfois divergents, ces pays tentent d’influencer le système international sous les angles économiques, financiers et politiques. Les N-11, ou Next-Eleven, regroupent le Bangladesh, la Corée du Sud, l’Égypte, l’Indonésie, l’Iran, le Mexique, le Nigéria, le Pakistan, les Philippines, la Turquie et le Vietnam, et ont pour caractéristiques de faire partie des prochaines principales économies mondiales du XXIe siècle. Les N-11 rivaliseront, dans les prochaines décennies, avec le G7 et auront un impact dans plusieurs domaines, tels que l’énergie, les infrastructures et les technologies.

47Une telle modification du système d’acteurs étatiques amène à problématiser autrement les enjeux de la communication internationale en y intégrant des défis reliés à un glissement des lieux de pouvoir à l’échelle internationale, à la mondialisation, aux réseaux, à la surveillance ou au terrorisme.

48L’avènement d’Internet, le développement des réseaux socionumériques, la résurgence du terrorisme, etc., ont modifié les sphères traditionnelles de la recherche en communication internationale. Si on prend l’exemple du terrorisme, les recherches interrogent surtout la question de la couverture médiatique. Ainsi, Gerhards et Schäffer (2013) ont analysé comment quatre incidents terroristes majeurs (les attaques de Madrid, Londres, Amman et Sharm El Sheikh) ont été couverts par CNN (États-Unis), Al Jazeera (Qatar), BBC (Royaume-Uni) et ARD (Allemagne). Ils basent leurs analyses sur trois théorèmes. Premièrement, la couverture médiatique est influencée par le contexte national. Deuxièmement, des variantes transnationales peuvent subordonner des différences régionales. Par exemple, il pourrait y avoir une différence entre les médias occidentaux et les médias arabes. Troisièmement, les similarités entre les constructions médiatiques à l’échelle internationale apparaissent en raison de la mondialisation. Les résultats montrent une similarité de couverture entre les quatre chaînes de télévision. Néanmoins, deux types de cadrage différents apparaissent entre CNN et Al Jazeera et les autres chaînes. Pour ces deux chaînes, qui ont des différences mineures entre elles, il s’agit d’une guerre contre la terreur. Leur interprétation se fait à une échelle globale. Le cadrage de la BBC et de l’ARD renvoie davantage aux crimes contre l’humanité. Loin d’une analyse géopolitique, ces deux chaînes interprètent les attaques comme des actes criminels perpétrés par des individus. Cette réflexion de Gerhards et Schäffer (2013) reflète les nouvelles tendances en communication internationale. En effet, pratiquement toutes les régions du monde possèdent des médias qui visent une diffusion internationale : l’Amérique latine, avec Globo International ou TeleSur ; l’Afrique, avec Africa 24 ou Vox Africa ; et l’Asie, avec la CCTV ou NHK World. Toutes ces chaînes sont disponibles dans le monde par satellite ou Internet. Les enjeux des couvertures effectuées par ces chaînes, la concurrence entre chaînes aux intérêts géographiques et politiques divergents, ainsi que leurs défis de gouvernance dans un contexte de création de conglomérats pourraient constituer des perspectives de recherches en communication internationale pour l’avenir. En effet, la diversité des expressions culturelles modifie une certaine vision de la communication internationale marquée par un discours hégémonique précédemment issu d’une seule région du monde.

49En lien avec le développement des chaînes internationales, les industries culturelles nécessiteraient davantage d’attention en communication internationale : si les réflexions autour des industries culturelles ne sont pas nouvelles, les développements dans ce domaine au cours du XXIe siècle offrent des perspectives de recherche stimulantes. Ainsi, des études de cas spécifiques sur des industries culturelles nationales issues des pays émergents sont à privilégier. Certes, le phénomène Bollywood n’est plus à présenter, mais des recherches ont été menées autour de ses enjeux de glocalisation (Rao, 2010).

50Ailleurs, en Corée du Sud, par exemple, Kwon et Kim (2013) s’intéressent à l’exportation des industries culturelles nationales vers l’Asie de l’Est, ainsi que vers d’autres régions du monde. Si, au début, la production culturelle était contrôlée par un régime autoritaire, les industries culturelles sud-coréennes sont aujourd’hui devenues des acteurs clés de la croissance économique, de l’innovation et de l’emploi. Grâce au soutien de l’État coréen, le hallyu, soit la vague coréenne, terme utilisé pour décrire les fortes audiences de l’art dramatique, est en augmentation notable chez les principaux diffuseurs de Chine et du Japon. Les films coréens et la musique pop coréenne, connue sous le nom de K-Pop, sont devenus des éléments incontournables de la culture coréenne exportés dans le monde. Ainsi, la série Jewel in the palace a été exportée vers plus de 60 pays et le clip GangNam Style de Psy a été la vidéo la plus visionnée sur YouTube.

51Au Nigéria, le phénomène des industries culturelles mérite également une attention particulière. En effet, l’industrie du film du Nigéria (Nollywood) correspond à la plus grande industrie du film en Afrique, mais elle reste largement déconnectée de l’économie mondiale officielle (Adejunmobi, 2007). Dans son analyse des rapports entre la mondialisation et Nollywood, Adejunmobi (2011) avance que les entreprises médiatiques régionales constituent une plus grande menace pour les productions médiatiques locales que les entreprises médiatiques globales, dans le sens où ces entreprises régionales diffusent les mêmes contenus que les entreprises locales et asphyxient celles-ci. Les tendances actuelles et les intérêts de recherche en communication internationale seront donc amenés à s’orienter davantage vers les productions d’industries culturelles issues de pays émergents, notamment vers les BRICS et les N-11.

52L’autre perspective d’avenir en communication internationale repose sur les médias sociaux. Si la recherche en communication et développement a misé sur les TIC, les nouvelles pratiques, avec les téléphones mobiles ou les médias sociaux qui placent les usagers au cœur du dispositif technique en privilégiant la collaboration entre les usagers dans la production et la diffusion, sont maintenant au cœur de la communication internationale, qui ne devrait plus se limiter à la question du développement économique. Aujourd’hui, la question de la « libre circulation de l’information à l’ère numérique » nécessite des réflexions poussées. Pour Mattelart (2014), il ne faut pas penser que les technologies numériques échappent aux logiques des médias traditionnels. Mattelart invite alors à se départir des visions enchantées et à considérer que « l’avènement d’Internet tend […] à aggraver les déséquilibres existants » (2014, para. 52). Pourtant, les médias sociaux, nés à travers Internet, ont joué des rôles importants dans les mouvements sociaux et politiques connus sous le nom du Printemps arabe (Douai, Auter et Domangue, 2013 ; Kubler, 2011 ; Lecomte, 2011). Même si plusieurs analystes ont adopté une posture critique face au déterminisme technique qui semblait accompagner les discours relatifs au Printemps arabe, les médias sociaux demeurent une piste de recherche pertinente en communication internationale.

53Les perspectives d’avenir en communication internationale interviennent également avec les acteurs de la société civile qui font entendre leurs voix. En effet, le mouvement Occupy a illustré les interrogations d’une grande partie de la planète sur les inégalités sociales et la fracture économique que connaît le monde. De manière symbolique, il n’est pas anodin que ce mouvement ait eu une répercussion mondiale à travers le mouvement Occupy Wall Street, Wall Street représentant le lieu de tous les excès de la finance et de la richesse concentrée dans les poches du 1 % de riches qui gouvernent la planète. Par la suite, ce mouvement s’est diffusé dans plus de 90 pays. Outre ce mouvement, le monde a également connu les émeutes de la faim causées par le bondissement du prix des produits alimentaires. En 2007-2008, des pays aussi divers que le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, l’Indonésie, le Pakistan, les Philippines, le Sénégal et la Thaïlande ont connu des manifestations qui ont eu des échos à l’échelle mondiale. La diffusion internationale du mouvement Occupy et des émeutes de la faim représente un argument pour des recherches futures en communication internationale afin de se pencher sur les stratégies de communication permettant à des manifestations locales d’acquérir une dimension mondiale.

54Une autre actualisation des objets d’études en communication internationale repose sur les enjeux de religion. Dans ce sens, les chaînes internationales serviront à interroger les enjeux de religion qui deviendront un autre thème d’analyse en communication internationale. André Malraux n’aurait pu mieux dire : « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ». On sait que dans plusieurs pays africains, la religion – avec la montée des chrétiens évangéliques – est devenue le refuge des populations. Abordant les liens entre pouvoir et religion, Mbembé avance que « [l]es liens entre le politique et le religieux sont médiatisés par un contexte, des agents, des issues (au sens anglo-saxon du terme), une conjoncture. Le religieux peut alors se prêter comme un médium [sic] pour la cristallisation d’un “conflit” » (1988, p. 27). La religion devient alors symbole de conflit à l’échelle internationale. Said (1997) a analysé la manière dont les médias contribuent à construire des stéréotypes concernant l’islam. Pourtant, aujourd’hui, les recherches se poursuivent sur les raisons médiatiques concernant l’émergence d’une islamophobie en Europe et aux États-Unis (Ali, Khalid, 2008 ; Ogan, Willnat, Pennington, Bashir, 2014). La religion – au lieu de créer des liens comme son étymologie religare l’illustre – devient dès lors un objet de conflit en lien direct avec les conditions d’émergence des trois religions révélées : le christianisme, l’islam et le judaïsme. Sans adopter la thèse de Huntington (2007) sur le choc des civilisations, il semble qu’au conflit sournois entre ces trois religions s’ajouteraient des conflits avec les autres formes religieuses, tels que le bouddhisme, le confucianisme, le jaïnisme, le vaudouisme, etc., si celles-ci sont analysées à la lueur des contextes socioculturels desquels elles ont émergé. Bien que la recherche en communication internationale ait peu investigué cette thématique de recherche, le monde est marqué par ces enjeux de religion, et les perspectives de recherche en communication internationale devraient envisager de cerner les contours de la réflexion dans les sciences de la communication.

Le renouveau méthodologique en communication internationale

55Troisièmement, le renouveau méthodologique constitue également une perspective d’avenir en communication internationale. À l’époque déjà, Lazarsfeld (1974) pensait que des problèmes méthodologiques de la communication comme discipline pourraient être mieux explorés et résolus sur le plan international grâce à la communication internationale comme axe majeur de recherche. Cependant, cette piste évoquée par Lazarsfeld ne semble pas avoir été parmi les préoccupations majeures des chercheurs en communication internationale. Intéressés par l’impact de la communication internationale, ils ne se sont pas penchés sur les biais inhérents à la communication internationale elle-même. C’est dans ce sens que nous proposons une prise en compte de l’endocentricité en communication internationale. Ainsi, par endocentricité de la communication internationale, nous entendons

le processus par lequel les individus ou les groupes d’appartenance mettent en pratique la communication internationale. Ainsi, la communication internationale part avant tout d’un intérêt pour les choses/objets sur lesquels nous centrons notre attention ; de cet intérêt découlent des interactions, des relations avec l’Autre en fonction d’une quête humaine qui nous anime selon nos besoins. La communication internationale apparaît dès lors comme un phénomène qui existe en dépit de l’autre : celui-ci est moins primordial que notre quête (Agbobli, 2011, p. 74).

56Le défi méthodologique en communication internationale se présente donc comme un idéal qui consiste pour le chercheur à effectuer un processus de décentration en centrant ses analyses sur des objets éloignés de ses préoccupations immédiates ou de ses intérêts premiers : en partant de l’endocentricité, la recherche en communication internationale gagnerait à passer à la décentration.

57La méthodologie de recherche en communication internationale nécessite une forme de cosmopolitisme orientant les recherches vers toutes les zones géographiques. La méthodologie de la recherche en communication internationale requiert, dès lors, le recueil de données de première main. Ainsi, sans renier son origine locale ou nationale, le chercheur polyglotte en communication internationale devrait, par exemple, recueillir ses données en éwé, en mandarin, en mapuche, en murrinbata, en quechua, en swahili, en zhuang, etc. À la différence des premiers anthropologues qui cherchaient à rendre compte des spécificités des cultures locales, l’usage des langues locales par le chercheur en communication internationale relève plutôt d’une technique de cueillette de données sans filtre dont le but est d’analyser les résultats obtenus à la lueur de l’actualisation des objets d’études du champ de recherche.

58De plus, les niveaux de recherche en communication internationale doivent être à la fois micro, meso et macro. Dans une relation mutuelle, les dimensions macro touchant aux États, aux conglomérats ou aux organisations internationales ne peuvent avoir de sens que si l’individu lambda est également partie prenante de l’analyse. En outre, si une certaine tradition de recherche en communication internationale a privilégié les méthodes de recherche qualitative, les perspectives d’avenir sont amenées à intégrer des méthodes de recherche mixte intégrant plusieurs traditions méthodologiques.

59Suivant ce regard rétrospectif, les perspectives d’avenir en communication internationale marquent le point de départ d’enjeux prioritaires de recherche pour ce champ spécifique des sciences de la communication.

Conclusion

60La recherche en communication internationale fut américaine avant de s’internationaliser ; aujourd’hui, elle est présente dans toutes les régions du monde, et les défis qui l’attendent sont multiples en raison de la complexité du monde. Notre réflexion a permis de faire l’état des lieux de la recherche en communication internationale et de proposer des perspectives de recherche pour le XXIe siècle. Trois perspectives d’avenir apparaissent incontournables : 1) la nécessité d’apporter des précisions conceptuelles sur les notions traditionnellement utilisées en communication internationale ; 2) l’actualisation des objets d’études de la communication internationale au regard des changements constatés sur la perte de puissance des pays occidentaux par rapport aux pays anciennement dominés ; et 3) le renouveau méthodologique en communication internationale. Toutefois, ces perspectives seraient incomplètes si les enjeux éthiques et la perspective critique en communication internationale n’y étaient associés. Agbobli et Rico (2005) envisagent donc la communication internationale « comme une approche particulière, une perspective relative aux problèmes socioculturels contemporains et aux solutions envisagées » (p. 189). Cette approche particulière ne peut se réaliser sans une dimension éthique. Étymologiquement, « le mot “éthique” vient du grec ethos et réfère à un comportement habituel ou au caractère de la personne agissante » (Duhamel et Mouelhi, 2001, p. xix). Dans ce sens, la recherche en communication internationale gagnerait à viser des analyses et des postures qui lui permettraient de se distancier de toute contingence économique ou politique et de toute considération idéologique. Il urge dès lors pour la communication internationale de privilégier une perspective éthique et critique comme clé de voûte dans les analyses qui seront faites des différentes pratiques à l’œuvre à l’échelle internationale.

Haut de page

Bibliographie

Adejunmobi, M. (2007). Nigerian Video Film as Minor Transnational Practice. Postcolonial Text, 3(2), 1-16.

Adejunmobi, M. (2011). Nollywood, Globalization, and Regional Media Corporations in Africa. Popular Communication : The International Journal of Media and Culture, 9(2,) 67-78.

Agbobli, C. (2011). L’endocentricité et l’utopie : des révélateurs des défis et des opportunités de la communication internationale ?. Dans C. Agbobli et G. Hsab (dir.), Communication internationale et communication interculturelle : regards épistémologiques et espaces de pratique (p. 71-93), Sainte-Foy, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Agbobli, C. et Rico de Sotelo, C. (2005). La communication internationale, le développement et l’interculturalité : la pratique du stage, son imaginaire et son enjeu théorique. Dans J. Saint-Charles et P. Mongeau (dir.), Communication : horizons de pratiques et de recherche (p. 185-214), Sainte-Foy, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Ali, S., Khalid, M. (2008). U.S. mass media and Muslim world : portrayal of Muslims by news- week and time. European Journal of Scientific Research 21(4) : 554–580.

Amin, S., Arrighi G., Gunder Frank A. et Wallerstein, I. (1990). Transforming the Revolution : Social Movements and the World-System. New York : Monthly Review Press.

Attali, J. (2014). La francophonie et la francophilie, moteurs de croissance durable (Rapport à François Hollande, président de la République française). Paris, France : Direction de l’information légale et administrative.

Barbero, J. M. (2003). L’Approche culturelle de la globalisation. Une vision latino-américaine. Dans A. Mattelart et G. Tremblay (dir.), 2001 Bogues : Globalisme et Pluralisme. Tome 4 Communication, démocratie et globalisation (p. 311-339), Sainte-Foy, Québec : Presses de l’Université Laval.

Boyd-Barrett, O. (1977). Media Imperialism : Towards an International Framework for the Analysis of Media Systems. Dans J. Curran, M. Gurevitch et J. Woollacott (dir.), Mass Communication and Society (p. 116-135), Londres, Angleterre : Edward Arnold.

Boyer, J.-F. (1986). L’empire Moon Argent, « secte » et politique. Paris, France : Éditions La Découverte.

Brunel, G., Charron, C.-Y. (dir.). (2002). La communication internationale : mondialisation, acteurs et territoires socioculturels. Boucherville, Québec : Gaétan Morin éditeur.

de Sola Pool, I. (1963). The Role of Communication in the Process of Modernization and Technological Change. Dans B. F. Hoselitz et W. E. Moore (dir.), Industrialization and Society (p. 279-293), Paris, France : UNESCO-Mouton.

Douai, A, Auter, P et Domangue, D. (2013). The “News Blog” : Social Media and Global News Coverage of the Arab Democracy Spring. Dans R. D. Berenger (dir.), Social Media go to War : Unrest, Rebellion and Revolution in the Age of Twitter (p. 495-510). Washington, DC : Marquette Books.

Duhamel, A. et Noureddine Mouelhi, N. (2001). Éthique : histoire, politique, application. Boucherville, Québec : Gaétan Morin éditeur.

Ewen, S. (1983). Consciences sous influence : publicité et genèse de la société de consommation. Paris, France : Aubier-Montaigne.

Fischer, H. D. et Merrill, J. C. (1974). International Communication (2e éd.). New York, NY : Hastings House.

Fougeyrollas, P. (1987). La Nation. Essor et déclin des sociétés modernes. Paris, France : Fayard.

Fuchs, C. et Mosco, V. (dir.). (2012). Marx is Back : The Importance of Marxism Theory and Research for Critical Communication Studies Today. TripleC, 10(2).

Fuchs, C. (2010). New imperialism : Information and media imperialism ?. Global Media and Communication, 6(1), 33-60.

Gerhards, J. et Schäfer, M. S. (2014). International Terrorism, Domestic Coverage ? How Terrorist Attacks are Presented in the News of CNN, Al Jazeera, the BBC, and ARD. International Communication Gazette, 76(1), 3-26.

Golding, P. et Murdock, G. (1979). Ideology and the Mass Media : The Question of Determination. Dans M. Barrett, P. Corrigan, A. Kuhn et J. Wolff (dir.), Ideology and Cultural Production (p. 198-224), New York, NY : St. Martin’s Press.

Goody, J. (1977). The Domestication of the Savage Mind. Londres, Angleterre : Cambridge University Press.

Huntington, S. P. (2007). Le choc des civilisations (2e éd.). Paris, France : Odile Jacob.

International Association for Media and Communication Research (IAMCR). (s.d.). History of IAMCR. Repéré à http://iamcr.org/history/articles/307-aieri-une-histoire-en-quelque-mots.html

International Communication Association (ICA). (s.d.). ICA History. Repéré à http://www.icahdq.org/about_ica/history.asp

Kubler, J. (2011). Les révolutions arabes et le Web 2.0 : Tunisie et Égypte. S.l. : Averroès.

Kwon, S.-H. et Kim, J. (2013). From Censorship to Active Support : The Korean State and Korea’s Cultural Industries. The Economic and Labour Relations Review, 24(4), 517-532.

Lafrance, J.-P., Laulan, A.-M. et Rico, C. (dir.) (2006). Place et rôle de la communication dans le développement international. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Lecomte, R. (2011). Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux. L’Année du Maghreb. Repéré à http://anneemaghreb.revues.org/1288

Maletzke, G. (1974). Intercultural and International Communication. Dans H. D. Fischer et J. C. Merrill (dir.), International communication (2e éd. ; p. 477-484), New York, NY : Hastings House.

Masmoudi, M. (1978) The New World Information Order (Rapport de l’International Commission for the Study of Communication Problems, document no 31), Paris, France : UNESCO.

Mattelart, A. (1996). La mondialisation de la communication. Paris, France : Presses universitaires de France.

Mattelart, T. (2002). La mondialisation des médias contre la censure. Bruxelles, Belgique : Éditions De Boeck Université.

Mattelart, T. (2014). Les enjeux de la circulation internationale de l’information. Revue française des sciences de l’information et de la communication, (5). Repéré à http://rfsic.revues.org/1145

Mbembé, A. (1988). Afriques indociles christianisme, pouvoir et état en société postcoloniale. Paris, France : Karthala.

McPhail, T. L. (2014). Global Communication : Theories, Stakeholders, and Trends (4e éd.). Malden, MA : Wiley-Blackwell.

Mosco, V. (1996). The Political Economy of Communication : Rethinking and Renewal. London, Angleterre/Thousand Oaks, CA/New Delhi, Inde : Sage Publications.

Mowlana, H. (1997). Global Information and World Communication (2e éd.). London, Angleterre : Sage Publication.

Ogan, C., Willnat, L., Pennington, R. et Bashir, M. (2014). The Rise of Anti-Muslim Prejudice : Media and Islamophobia in Europe and the United States. The International Communication Gazette, 76(1), 27-46.

Park, H.-W. (1998). A Gramscian Approach to Interpreting International Communication. Journal of Communication, 48(4), 79-99.

Proulx, S., Millette, M. et Heaton, L. (dir.) (2012). Médias sociaux : enjeux pour la communication. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Rebouças, E. (2006). Os estudos e práticas da economia (e da) política de comunicações na América Latina. Dans H. Sousa (dir.), Comunicação, economia e poder (p. 61-78), Porto, Portugal : Porto Editora.

Rao S. (2010). “I Need an Indian Touch” : Glocalization and Bollywood Films. Journal of International and Intercultural Communication, 3(1), 1-19.

Rostow, W. W. (1963). Les étapes de la croissance économique. Paris, France : Éditions du Seuil.

Said, E. (1997). Covering Islam : How the Media and the Experts Determine How We See The Rest Of The World. New York, NY : Vintage Books.

Schiller H. I. (1969). Mass Communications and American Empire. New York, NY : A. M. Kelley.

Schiller H. I. (1976). Communication and Cultural Domination. New York, NY : Routledge.

Schramm, W. L. (1966). L’information et le développement national : le rôle de l’information dans les pays en voie de développement. Paris, France : UNESCO.

School of International Service (SIS). (s.d.). International Communication (SIS). Overview. Repéré à http://www.american.edu/sis/ic/Overview.cfm

Stoiciu, G. (2011). La communication interculturelle comme champ d’études : histoire, carte et territoire. Dans C. Agbobli et G. Hsab (dir.), Communication internationale et communication interculturelle : regards épistémologiques et espaces de pratique (p. 45-70), Sainte-Foy, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Todorov, T. (1991). La conquête de l’Amérique : la question de l’autre. Paris, France : Éditions du Seuil.

UNESCO (2005). Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Paris, France : UNESCO.

Wasko, J., Murdock, G. et Sousa, H. (2011). The Handbook of Political Economy of Communications. Hoboken, NJ : Wiley-Blackwell.

Haut de page

Notes

1 Dans La Presse de Tunisie : http://www.lapresse.tn/01102014/87204/une-cellule-de-communication-internationale.html (consulté le 1er septembre 2014).

2 Le Groupe d’études et de recherches axées sur la communication internationale et interculturelle (GERACII) a pour ambition d’interroger les enjeux associés à ce champ de la communication. Dans ce sens, Gina Stoiciu a produit un article sur l’histoire, la carte et le territoire en communication interculturelle. Le présent article se présente comme un exercice complémentaire au travail de défrichage épistémologique réalisé par Stoiciu (2011).

3 Cf. https://www.goethe.de/en/uun/org/ges.html.

4 Traduction libre de : « a focus on the role of communications in the international system, and analysis of the relation between international communication and international relations ».

5 Traduction libre de : « “fostering methodologies, philosophies, courses and curricula in so-called basic communication, speech, journalism, radio and other mass media […]” ».

6 Pour plus de détails, voir : http://www.itu.int/wsis/basic/about-fr.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Agbobli, « La communication internationale : état des lieux et perspectives de recherche pour le XXIe siècle », Communiquer, 15 | -1, 65-84.

Référence électronique

Christian Agbobli, « La communication internationale : état des lieux et perspectives de recherche pour le XXIe siècle », Communiquer [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 octobre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1678 ; DOI : 10.4000/communiquer.1678

Haut de page

Auteur

Christian Agbobli

Professeur, Département de communication sociale et publique
Université du Québec à Montréal, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org