Navigation – Plan du site
Articles

La responsabilité sociale du journaliste comme socle du processus de production de l’information

Le cas du journaliste sportif et de l’arbitre de football
The Journalist’s Social Responsibility at Setting the Standard in the Information Creation Process. The Sport Reporter and the Soccer Referee Example
François Borel-Hänni
p. 25-42

Résumés

La mission d’information du citoyen propre au journalisme est génératrice de droits et de devoirs, donc d’une responsabilité sociale spécifique qui a servi d’élément structurant à sa constitution en tant que profession. Cependant, cette responsabilité sociale souffre d’un défaut majeur : laissée à l’appréciation des journalistes, elle n’est ni prescrite ni construite et n’est donc opposable à personne. Censé garantir la liberté d’informer, cet état de fait empêche en contrepartie d’assurer la qualité et le caractère responsable de l’information. C’est pourquoi l’auteur, à partir de l’exemple de l’arbitre de football comme sujet d’information et d’une série d’entretiens, a cherché à donner substance à cette responsabilité, à vérifier ce à quoi elle correspond dans le processus de production et de communication d’information et à vérifier les moyens disponibles pour la faire respecter.

Haut de page

Texte intégral

Le droit du public à une information de qualité, complète, libre, indépendante et pluraliste, rappelé dans la Déclaration des droits de l’Homme et dans la Constitution française, guide le journaliste dans l’exercice de sa mission. Cette responsabilité vis-à-vis du citoyen prime sur toute autre.

Charte d’éthique professionnelle des journalistes, Syndicat national des journalistes français

1Figurant en préambule de la Charte d’éthique professionnelle des journalistes, le principe du « droit du public à une information de qualité, complète, libre, indépendant et pluraliste » a été révisé deux fois depuis la rédaction de ladite charte par le Syndicat national des journalistes (SNJ) français en 1918. Cette conception du métier n’est pas propre à la France et paraphrase l’introduction de la Charte de Munich de 1971, qui se veut une Déclaration universelle des devoirs et droits des journalistes, approuvée par la Fédération internationale des journalistes (FIJ) et l’Organisation internationale des journalistes (OIJ) : « Le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain, y est-il écrit. De ce droit du public à connaître les faits et les opinions procède l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes1. »

2Ces deux programmes attribuent au journaliste une mission cruciale, celle d’assurer une série de droits que lui confient les citoyens. Le journalisme en tant que profession trouve sa raison d’être dans le service rendu au citoyen que constitue une information « libre », entre autres qualificatifs. Il y a là une responsabilité au sens de Paul Ricœur (1994), chose fragile et précieuse qu’un individu confie à autrui. Ce concept de responsabilité est d’ailleurs le socle de la déclaration du SNJ, puisqu’il y est inscrit que celle d’informer « prime sur tout autre » type de responsabilité. Informer est considéré comme une fin en soi, comme source de légitimité du journaliste devant la société, origine de tous ses « devoirs et droits », dit la Charte de Munich en plaçant les devoirs avant les droits. Mais de quels devoirs parle-t-on ? Comment, concrètement, se mesure le degré de prise en compte de la responsabilité propre à l’acte d’informer et celui de satisfaction du citoyen ?

3Paul Fauconnet (1928), dans une thèse consacrée au concept de responsabilité, écrivait que celle-ci naît « en dehors du sujet responsable » ; elle « vient sur lui, parce qu’il se trouve engagé dans des circonstances qui l’engendrent » (p. 91). En vertu de ce principe, les facteurs de responsabilité du journaliste devraient être identifiables et provenir d’une série de circonstances bien précises. C’est le cas des médecins, dont la mission est ainsi inscrite symboliquement dans le serment d’Hippocrate et encadrée par une juridiction stricte et connue de tous, rendant tout détenteur de la fonction juridiquement responsable de ses actes, eux-mêmes définis le plus formellement possible. Rien de cela chez le journaliste, ainsi que le rappelait Denis Ruellan (1993) il y a plus de vingt ans, parlant du « mythe d’un espace circonscrit et protégé » (p. 92) dans un ouvrage intitulé Le professionnalisme du flou. L’expression fut reprise par Erik Neveu (2001), qui déplorait « le flou d’une profession pour laquelle aucune condition d’entrée n’est requise » (p. 15) alors qu’elle est « plus qu’un métier », tant « l’émergence d’une presse libre est historiquement liée à la construction des régimes démocratiques » (ibid., p. 4). Cruciale et indéfinie, telle est la responsabilité du journaliste, qualifiée de sociale, car telle est la nature de l’acte d’informer (Delforce, 1996).

4Or, à l’heure où un journaliste de renom diagnostique une « explosion » de son métier (Ramonet, 2013) sous le poids d’une masse de médias, il est nécessaire de proposer une définition, sinon expérimentale, du moins empirique, de cette responsabilité. Car si l’acte simple de communiquer ne contient pas de responsabilité sociale spécifique (Wolton, 1997), le journalisme en tant que transmission d’informations s’en reconnaît une à laquelle il faut donner une substance pour pouvoir s’enquérir de son respect. Cette démarche passe par deux étapes. En premier lieu, nous nous appuyons sur une étude de cas tirée de notre thèse de doctorat (Borel-Hänni, 2014) pour mettre à l’épreuve la responsabilité sociale engendrée par le fait d’informer, et ainsi interroger les acteurs concernés, afin de fixer cette responsabilité puis d’en diagnostiquer la portée. En second lieu, nous inspirant entre autres des travaux de Claude-Jean Bertrand (1997, 1999), nous évaluerons si cette responsabilité sociale est prise en compte et s’il existe des moyens efficaces pour l’assurer.

Un concept structurant mais non structuré

5En affirmant que la responsabilité d’informer « prime sur toute autre », qu’elle dicte « devoirs et droits », les chartes de référence citées en introduction mettent la souveraineté du journaliste, en tant que travailleur, au centre de la déontologie du journalisme. Déontologie est ici à comprendre dans son sens étymologique, soit la « science de ce qui est convenable », ou comme un impératif catégorique kantien appliqué à un corps de métier (Kant, 1994). La maxime universelle que le philosophe allemand place au cœur de toute éthique se trouverait alors entre les mains de l’employé, et non de l’employeur. La charte du SNJ ne dit pas autre chose quand elle affirme que le journaliste n’accepte que « la juridiction de ses pairs » et n’atterrit devant la justice pénale que dans les cas « prévus par la loi ». Ces cas sont très réduits puisque la liberté d’informer, au cœur des régimes démocratiques, tolère peu de limitations et ne saurait être encadrée trop étroitement. Le corpus des lois régissant le journalisme en France est ainsi structuré par la présomption de responsabilité du journaliste. Un texte socle, la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de presse, repose sur deux principes : « liberté, principe de droit naturel » et « responsabilité, principe d’ordre social » (Sapiro, 2011).

6Au centre de l’activité d’informer répondant au besoin d’information des citoyens trône un individu apte à assumer ses paroles et ses actes ; au droit de liberté d’expression répond le devoir de responsabilité. Une balance fragile s’établit entre les deux injonctions : si un individu, journaliste ou non, n’a pas garantie de pouvoir entièrement répondre de ses actes, peut-il s’exprimer sans entrave ? Si une contrainte quelconque est susceptible de s’exercer avant, pendant ou après le processus de diffusion et de communication d’information, le journaliste peut-il affirmer qu’il jouit de sa pleine et entière responsabilité ?

Une responsabilité a priori laissée à l’appréciation du journaliste

7Or le journaliste est un employé, non un indépendant ou un libéral. Avec l’absence d’un conseil de l’ordre et de règles restreignant l’accès au métier, ces facteurs différencient le journalisme des activités réglementées. En France, le statut de journaliste, matérialisé par une carte délivrée sous condition de revenus, est fameux pour la tautologie qui (ne) le définit (pas) : est journaliste celui qui vit du journalisme ; le journalisme est ce que pratique un journaliste. Pour cela, il doit être rétribué par un ou plusieurs employeurs dont il dépend. Le journaliste se situe dès lors dans un rapport mercantile classique entre offre et demande, ce qui, en l’occurrence, ne le favorise pas. Son offre n’a rien d’unique et la demande d’emploi est tarissable. Les rédacteurs de la Charte de Munich de 1971 ont stipulé, dans le cinquième paragraphe de la partie consacrée aux « droits » du journaliste, la nécessité d’un « contrat personnel assurant la sécurité matérielle et morale de son travail » et celle d’une « rémunération correspondant au rôle social qui est le sien, et suffisante pour garantir son indépendance économique ». Certes, mais comment le journaliste peut-il revendiquer une telle souveraineté de même que la pleine possession de sa responsabilité au cœur d’une branche professionnelle qui fait de lui un employé parmi d’autres ?

8Au-delà du fait qu’à partir du moment où un travailleur est rémunéré pour avoir vendu sa force de travail, mais qu’il ne possède pas les moyens de production, il ne peut prétendre à l’indépendance économique ; les principes contenus dans les deux chartes éthiques mentionnées plus haut ne dépassent de toute manière pas le stade de l’intention. Il est vrai qu’un certain nombre de dispositifs législatifs, obtenus par le SNJ ou figurant dans le programme du Conseil national de la résistance (CNR), donnent aux journalistes une palette de droits : clause de conscience, grille de salaire située au-dessus du salaire minimum (ou SMIC) dès le premier échelon, abattement fiscal, entre autres. Rien, cependant, qui ne permette à l’employé de transcender sa condition de subordonné à son bailleur de fonds et ainsi faire face à la société avant même de rendre des comptes à son employeur. Au contraire, la loi de 1881 indique précisément, par son article 42, qu’en cas de délit de presse, la responsabilité juridique au sein d’une publication incombe au directeur. Cela pour éviter, justement, à un journaliste d’être seul responsable de l’émission d’un contenu qu’il n’est pas, au demeurant, seul à avoir choisi et dont il ne doit pas endosser l’entière responsabilité. Cet article, en soi, reconnaît que le journaliste est un subordonné jouissant d’une autonomie partielle.

9Nous voyons que l’activité d’informer, dès la genèse du métier de journaliste, est prise entre deux feux : besoin de s’émanciper du contrôle social pour jouir de l’entière responsabilité de ses actes, corollaire moral essentiel à la liberté d’expression ; besoin, en parallèle, de bénéficier du confort financier et intellectuel suffisant pour exercer cette liberté et répondre des droits d’informer et d’être informé tels que la société les consacre. Ce confort ne peut venir qu’en échange d’une concession : soit la subordination à un employeur-financeur, soit l’établissement d’un ensemble de règles négociées avec la société qui restreignent l’exercice du journalisme en échange d’un statut particulier. Ne voulant pas coder la profession – une liberté, au sens sartrien, qui accepterait des limites cesserait d’être –, les journalistes ont fait le choix de se constituer en un marché du travail capitaliste classique, avec employeurs et employés, acheteurs et vendeurs de force de travail. Des garde-fous existent pour limiter la violence contenue dans le rapport entre les deux parties, mais ils ne donnent pas au journaliste la pleine et entière responsabilité de sa production.

Mettre la théorie de responsabilité à l’épreuve des faits

10C’est ici qu’entre en jeu la recherche menée dans le cadre de notre thèse. Nous avons décidé de nous pencher sur la situation de la responsabilité sociale qui engage le journaliste dont la tâche est d’informer le public relativement au travail de l’arbitre de football (soccer), et ce, pour deux raisons et en partant d’un présupposé simple. Introduisons d’abord le présupposé.

11Informer quelqu’un à propos de quelque chose entraîne, pour le journaliste, une responsabilité sociale à deux versants :

  • la responsabilité par rapport au sujet informé (le citoyen), qui confie au journaliste son droit à l’information ;

  • la responsabilité par rapport au sujet de l’information (ici, l’arbitre de football), qui confie sciemment, ou non, une partie de son existence sociale au journaliste puisque ce dernier le représente auprès d’un public donné. Peu importe la taille de ce public, nous sommes dans une situation où la responsabilité « vient sur le sujet responsable », pour reprendre Paul Fauconnet (1928, p. 91).

12L’arbitre de football, en tant qu’individu et que fonction, est un sujet particulièrement adapté à une étude de terrain sur cette relation de responsabilité, car son autorité s’appuie, comme n’importe quelle autre, « sur toute une technologie de la représentation » (Foucault, 1975, p. 123). De ce fait, il est sensible à l’information transmise à son sujet. De surcroît, cette information, située dans le domaine sportif, court le risque d’être « frappé[e] du sceau de l’illégitimité culturelle » (Diana et Lochard, 2004, p. 17) et, par conséquent, de ne pas être considérée comme engageant autant la responsabilité de ses émetteurs qu’une information portant sur un autre domaine. Les deux auteurs mentionnés notent, en effet, que le sport souffre du fait qu’il est vu avant tout comme un loisir, un divertissement, quelque chose de peu sérieux qui décrédibilise en partie ce à quoi il s’associe. Dans le cas de la recherche scientifique, notamment, donc pour ce qui est de la recherche sur le journalisme, « le sport télévisé ne semble pas […] avoir trouvé un relais conséquent sur le terrain de la recherche » (ibid.), déplorent-ils. Or le cas de l’arbitre semble prouver que le sport en tant que sujet d’information, alimenté principalement par des sources audiovisuelles, met autant en question la responsabilité du journaliste que tout autre sujet. Son « illégitimité culturelle » supposée présente néanmoins un intérêt expérimental accru : si cette illégitimité est intégrée au moins partiellement par les journalistes, elle peut donner lieu à des facilités déontologiques, les implications étant moindres dans l’esprit des intéressés. Cela a été confirmé par notre série d’entretiens semi-directifs de recherche (ESDR), méthodologie d’interview privilégiée dans notre cas, car elle permet de s’appuyer sur des données déjà recueillies (l’arbitre en tant que sujet d’information) pour aller à l’essentiel, sans excessivement brider la parole de l’interlocuteur (Bertaux et Bertaux-Wiame, 1980). Ces entretiens, enregistrés et intégralement transcrits, ont été menés sur trois mois, entre avril et juin 2013, auprès de cinq journalistes, deux réalisateurs de programmes sportifs télévisés et quatre arbitres ou anciens arbitres de niveaux et de profils de carrière différents. Les interlocuteurs, tous Français, sont âgés de 26 à 67 ans, pour faire en sorte que les onze entretiens couvrent une gamme de situations correspondant à la période de temps sur laquelle se déploie notre étude préalable d’archives télévisées et écrites des finales de Coupe du monde disputées entre 1966 (premier match de ce type diffusé en intégralité à la télévision française) et 2010 (dernière finale en date de la recherche). Cette analyse posait l’hypothèse que les journalistes, face au sujet de l’arbitrage, dépendent fortement des moyens d’information fournis par le média employeur et sont conditionnés, quel que soit le type de médias pour lequel ils travaillent, par la performance technique qu’est la retransmission télévisée d’un match de football. Cela empêcherait le journaliste de prendre en compte son entière responsabilité, ne pouvant répondre d’un « libre accès à toutes les sources d’information » (premier droit exprimé par la Charte de Munich) puisque conditionné par une seule d’entre elles : la caméra de télévision. Ce constat, encore spéculatif puisque nous ne pouvions physiquement voir l’objet de recherche, semble se refléter dans les discours produits, qu’ils soient écrits ou oraux. À mesure que l’image se précise, l’accent est davantage mis sur les erreurs, réelles ou prétendues, des arbitres, et augmente les informations négativement connotées (Hall, 1973) à leur encontre.

13Nous avons soumis cette déduction à l’épreuve des faits, autrement dit aux propos et au vécu des acteurs impliqués, producteurs et sujets de l’information. La troisième partie prenante de la relation, le public, était présente à travers les retombées éventuelles de l’information, retombées qui modifieraient son comportement relativement aux arbitres et les conditions d’exercice de ces derniers ; nous avons pris le parti de ne pas l’interroger directement tant « le sens des choix des publics, de ses interprétations, n’est ni quantifiable ni même accessible » (Esquenazi, 2003, p. 26).

À la recherche d’une responsabilité objectivée

14Nos entretiens ont porté sur le concept de la responsabilité sociale du journaliste appliquée à l’arbitre de football. Les guides d’entretien ont été composés en vue d’une analyse thématique (Blanchet et Gotman, 1992), dont les résultats sont exposés ci-après, centrée, dans un premier temps, autour de la validité des preuves de responsabilité sociale recueillies pendant l’analyse d’archives et, dans un second temps, autour de l’importance que prend cette responsabilité dans les pratiques professionnelles des journalistes face à l’arbitre comme sujet d’information. Ces deux thèmes correspondent à la définition de la responsabilité dérivée des écrits de Ricœur et Fauconnet : la responsabilité est la conséquence d’une situation particulière, ne se choisit donc pas et exige en retour un agir responsable. Nous souhaitons, grâce aux entretiens, recueillir des preuves supplémentaires d’existence de la responsabilité sociale échue de l’acte d’informer à travers les effets sociaux de l’information sur les arbitres et la perception de leur responsabilité par les journalistes eux-mêmes (existence ou non de la responsabilité, premier thème). Fixée en une série de faits tangibles, une responsabilité objectivée des journalistes pouvait être opposée aux discours génériques des journalistes sur le concept, de même qu’à leurs actions (existence ou non d’un agir responsable, deuxième thème).

L’arbitre de football, sujet d’information et de la responsabilité d’informer

  • 2 L’Équipe, 1er juin 2014
  • 3 L’Équipe, 16 janvier 2014, et La Voix du Nord, 20 mars 2014.

15En plus d’extraits d’archives indiquant une tendance progressive chez les journalistes de sport à se servir de l’effet de réel procuré par l’image télévisée (Bourdieu, 1996) et de l’illusion du direct permise par la caméra (Derrida et Stiegler, 1996), nous avons recensé une série de données indiquant qu’en France, du moins, l’expertise humaine propre à l’autorité arbitrale subit, depuis l’an 2000, d’autres atteintes à sa légitimité que celles éventuellement provoquées par la confrontation permanente à l’expertise des techniques de retransmission télévisée : baisse du nombre de licenciés (de 29 000 en 2005, année record, à 24 997 en octobre 2013, chiffres de la Fédération française de football) ; maintien des agressions verbales et physiques envers les arbitres, décomptées depuis 2007 par le ministère de l’Intérieur français, au taux de 6,3 agressions pour 1000 matches, conduisant l’Union nationale des arbitres de France (UNAF), le 31 mai 2014, à émettre un communiqué pour « déplore[r] que la saison 2013-2014 ait vu un nombre record d’arbitres agressés physiquement […] et demande[r] aux dirigeants de la Fédération française de football [FFF] de durcir le barème disciplinaire actuel2 » ; et absence d’arbitre français à la Coupe du monde 2014 au Brésil, supposée réunir les meilleurs spécialistes de la corporation, ce qui a conduit deux quotidiens français à se demander, à des dates différentes, donc a priori sans concertation, si les arbitres français étaient « si nuls », et ce, en première page et en une3.

16Que l’arbitrage français traverse une crise de vocation et de personnel (il faudrait 30 000 arbitres, selon la FFF, pour couvrir les besoins générés par les divers niveaux de compétition) ne fait aucun doute. Même Pascal Garibian, actuel directeur technique de l’arbitrage français, le plus haut poste au sein de la corporation, le reconnaît. Dans une interview accordée au site Internet Les Cahiers du football en mars 2014, il évoquait un problème d’image des arbitres français, mais ne l’imputait pas entièrement aux principaux intéressés : « Quand ils sont attaqués trop souvent, dévalorisés, ou quand on salit l’arbitrage, cela ne les aide pas à être sereins et à prendre les bonnes décisions dans la seconde qui leur est accordée » (Latta et Momont, 2014). Cette accusation indirecte des journalistes (le pronom « on ») et des discours qu’ils produisent soulève la question de leur responsabilité et rejoint les propos enregistrés par nos soins auprès d’autres acteurs de l’arbitrage. Bien que de profils et d’âges variés, les acteurs de l’arbitrage reconnaissent que les journalistes et, derrière eux, les médias employeurs, tiennent entre leurs mains une partie de leurs conditions de travail.

17Stéphane, arbitre international de 43 ans, admet que « l’image est capitale dans l’arbitrage de haut niveau », notamment pour l’entraînement et la formation, puis prévient contre son utilisation par les chaînes de télévision : « entre montrer une phase de jeu et déceler l’intention de faire faute ou pas, c’est totalement différent ». L’interprétation est essentielle et dépend d’un « ressenti de terrain », d’une expertise propre et pourtant escamotée : « en général, poursuit-il, l’information donnée à l’opinion publique a parole d’évangile ». Or, continue Stéphane :

Ce que dit le commentateur est forcément vrai alors qu’il s’avère, pour un certain nombre de commentaires, que les décisions données par les consultants ne sont pas les bonnes décisions à prendre sur le terrain. Là encore, des choses sont complètement erronées. Les lois du jeu évoluent au fil des saisons.

18La référence aux « consultants » est instructive : ces personnages récurrents des émissions audiovisuelles sur le sport sont présents en tant qu’experts, statut souvent (mais pas toujours) conféré par un passé de sportif de haut niveau. N’étant pas journalistes, ils n’en ont pas les contraintes ni la responsabilité, mais leurs commentaires sont aussi valorisés que ceux des journalistes intervenant lors des mêmes émissions. Ces consultants, partie prenante du « bavardage sportif » décrit par Umberto Eco (1987), produisent, eux aussi, une parole signifiante qui porte dans le débat public et peuvent potentiellement agir sur leur audience, ainsi qu’en témoigne Stéphane. Or nous voyons que le rôle d’expert que ces intervenants endossent n’empêche pas leur avis d’être conditionné par la source d’information. Cela pose un problème d’éthique, car ces propos engagent la responsabilité du journaliste auquel le consultant donne la réplique ; or contredire une décision d’arbitrage sur la base d’une suite d’images télévisées, donc d’angles de vues subjectifs, n’est pas une information « de qualité » telle que la définit la charte du SNJ, c’est-à-dire « complète, libre, indépendante et pluraliste ». Ce n’est pas non plus une démarche de « respect de la vérité », pourtant premier devoir du journaliste inscrit dans la Charte de Munich. Il s’agit de la promotion sans contrepoint d’une information partielle, conditionnée par la technique de captation (emplacement de la caméra, choix de l’angle de vue, vitesse de diffusion), à propos d’un processus intellectuel complexe, soit la prise de décision, dont le contexte est différent de celui dans lequel le public reçoit l’image. À en croire Franck, 50 ans, ancien arbitre de compétitions nationales aujourd’hui recruteur dans les championnats amateurs, l’impact de l’image sur ce même public est potentiellement élevé :

Sur une seule décision, sur une critique hypermédiatisée, tout est remis à plat le week-end en District ou en Ligue et on subit de plein fouet toutes ces critiques sur l’arbitrage en presse écrite ou en télévision.

19Ce qui est ici « remis à plat », ce sont les efforts effectués auprès des jeunes footballeurs afin de les attirer vers l’arbitrage, le recrutement et la fidélisation étant assurés à la base par les Ligues et les Districts, déclinaisons territoriales de la FFF. Le panorama dressé par Franck est parfois alarmiste : « C’est-à-dire que, allez recruter aujourd’hui, susciter des vocations en District… On nous dit “attendez, vous êtes des grands malades”, quand on voit comment l’arbitrage est décrié, est-ce que ça incite certaines personnes à venir vers l’arbitrage ? »

  • 4 Le bénévolat n’exclut pas une rémunération, dans leur cas. Tout arbitre reçoit des primes de match (...)

20David, 26 ans, jeune arbitre officiant dans les championnats amateurs de niveau national (c’est-à-dire à un échelon élevé de la hiérarchie), est plus modéré, parlant d’un « manque de considération » au quotidien, autre motif possible du malaise poussant les arbitres, bénévoles par statut4, à renoncer à une activité mangeuse de temps et d’énergie. La délégitimation du détenteur du pouvoir de sanction trouve, toujours selon David, en partie racine dans son exposition télévisée :

Qu’il y ait plus de ralentis, pour l’arbitrage, c’est une des modernités les plus catastrophiques pour respecter les décisions de l’arbitre. Car on prend l’angle le plus pertinent pour voir la faute. Alors que pour entre guillemets protéger l’arbitre, il suffirait de montrer la caméra qui est dans le champ de vision de l’arbitre, pour comprendre sa décision. Après, l’utilisation faite des ralentis a été terrible. […]. Car les médias ont une telle influence. Je le vois par exemple sur mon petit frère de 10 ans, l’influence qu’ont les médias sur lui, c’est impensable. Même effrayant. Effrayant de l’entendre dire des choses qu’il n’a pas inventées, car je regarde les mêmes programmes sportifs que lui.

21Diffusion, connotation, impact et influence de l’information se rejoignent pour éroder l’autorité des arbitres, à en croire ceux que nous avons interrogés. Impression confirmée par les chiffres actuels de l’arbitrage en France et par Joël, 63 ans, ancien arbitre international appelé pour trois Coupes du monde et lui-même ancien consultant en arbitrage pour les médias de sport. Bien qu’il affirme qu’en France, ces médias ne soient pas « vraiment anti-arbitres », il note néanmoins avec le recul que l’arbitre de football a perdu, avec l’omniprésence des caméras, le privilège d’une « forme de confort » : « vous avez presque une obligation de résultat […]. C’est ça la difficulté : rentrer sur un terrain et se dire que si jamais quelque chose se passe, ce sera vu ».

22Se prémunir de la confusion entre voir et savoir dans le recueil et la communication de l’information serait une démarche de respect de la vérité, pour reprendre la Charte de Munich, ou un pas vers une information « complète, libre, indépendante et pluraliste », selon les termes du SNJ. A fortiori si la présomption d’influence de l’image télévisée sur l’arbitrage de tout niveau est fondée, avoir conscience de sa responsabilité ne se traduit pas nécessairement par l’adoption d’un comportement responsable. L’opinion construite sur une seule source d’information fait office de vérité absolue. Hervé, 46 ans, animateur d’une émission de football diffusée le dimanche soir sur une chaîne à forte audience, ne s’en cache pas et tient ce discours sur les arbitres :

C’est ce que j’explique aux arbitres quand je les vois : ne nous demandez pas de cacher vos erreurs […]. Aujourd’hui, il y a des caméras partout, donc ne nous demandez pas de masquer vos erreurs. C’est cruel pour vous, mais on répète, on va répéter à chaque fois, qu’on a des éléments que vous n’avez pas et on a pas le choix : les gens veulent savoir s’il y a but ou pas, hors-jeu pas hors-jeu. Deuxième chose, ne nous demandez pas non plus d’être en défense constante et de principe de ce que vous faites. Je pars du principe que, et d’un vous êtes honnêtes, et de deux, que ce que vous faites est très difficile, trois, vous n’avez plus vos chances aujourd’hui face à la vitesse, au rythme du jeu, donc votre erreur on va la juger. On va dire « oui, on comprend pourquoi il s’est trompé » et « là, vraiment, on ne comprend pas pourquoi il s’est trompé, il a agi comme un nase ». On a cette liberté, on se donne cette liberté, et ils comprennent.

23L’utilisation du mot « liberté » renvoie à une définition restrictive du terme, notamment car elle suit l’aveu que le journaliste « n’a pas le choix » face aux desiderata du public, qui semble confondre voir (« il y a des caméras partout ») et savoir (« votre erreur, on va la juger »). Et si l’erreur résultait d’un mauvais jugement du journaliste, qui voit une faille là où il n’y en a pas, se trompe dans l’interprétation ? La question n’est même pas posée, car le journaliste remet toute la responsabilité du choix au public et à la confrontation de celui-ci avec les caméras.

La production d’information comme processus contraint

24Ainsi, Hervé a beau reconnaître dès le début de l’entretien que « la responsabilité est au cœur du métier de journaliste », ce qui revient à « ne pas dire tout et n’importe quoi, ce qui nous passe par la tête », donc à être « responsable de ce qu’on dit », reconnaissance explicite que quelque chose d’indicible mais de bien réel lui est confié, les conditions pour un agir responsable ne sont pas réunies. En effet, il semble que ce qui est dit, sur l’arbitre de football du moins, est incomplet et objet de multiples contraintes. Pourtant, il ressort des entretiens avec les journalistes une sensation de fatalisme par rapport au statut de l’image télévisée et à la fascination qu’elle exerce (Tisseron, 2010). Fabien, 32 ans, reporter au service des sports du service public de télévision, considère implicitement qu’il n’y a aucune distance entre lui et l’arbitre quand il commente une rencontre :

Sur un match de football tout va si vite que, à vitesse réelle, on est dans la même situation que l’arbitre même si on est plus loin que lui du terrain, du cœur du jeu. Du haut de la tribune de presse, tout va vite, pour nous, les ralentis sont un outil très précieux pour apporter une information complémentaire.

25La situation n’est pas la même, puisque l’arbitre a plus d’une décennie d’expérience d’exercice de l’autorité et, le reporter le reconnaît, il bénéficie du fait d’être situé « au cœur du jeu ». Or cela importe peu, car l’expertise propre à la caméra vient renverser le rapport en faveur du journaliste, au point qu’en l’absence d’une quantité déterminée de ces outils, Fabien a l’impression de priver son auditoire d’une certaine qualité d’information :

Une information qu’on pourrait livrer avec le nombre maximum de caméras, on ne pourrait pas la livrer avec moins de caméras. Un ballon qui a franchi la ligne, une position de hors-jeu, faute ou pas, plein de petits faits de jeu qui peuvent modifier la donne d’une partie. Si on n’est pas en mesure de fournir ce type d’information, c’est embêtant.

26Il est malaisé pour un journaliste, dont les moyens techniques de collecte et de production d’informations dépendent, de son propre aveu, entièrement de la capacité financière de l’employeur, de prétendre posséder la pleine responsabilité de ses productions. Même avec un nombre illimité de caméras, il reste toujours tributaire de la technologie mise à sa disposition, c’est-à-dire de l’image qui conditionne son discours et, partant, l’information qu’il transmet. Le recueil d’une information de qualité et le respect de la vérité, fondements déontologiques déclarés de la responsabilité du journaliste, exigeraient du journaliste qu’il s’empare, au contraire, de l’information et des moyens de production qui vont avec. Les varie si possible. La plus-value apportée par l’image au spectacle sportif a toutefois rendu celle-ci à un point indispensable et hégémonique qu’elle a, apparemment, privé le journaliste d’une quelconque marge de manœuvre face à la caméra et au public qui en reçoit les images. Didier, 63 ans, journaliste à L’Équipe et ancien archiviste de la FFF, constate la différence entre les matchs de son enfance et ceux d’aujourd’hui :

Le Angleterre-Hongrie [NDA, il évoque l’archive d’une rencontre de 1953 qu’il vient de visionner, juste avant l’entretien, au cours de laquelle l’arbitre avait commis une erreur apparente], s’il n’y a pas de trace derrière, personne ne revient dessus. Ça part comme un épisode du match. Si le même match est télévisé avec quinze caméras et que dans la foulée du match, cette action on va la voir quinze, vingt, trente fois, et ben oui… oui, il y avait hors-jeu, ça, c’est sûr. Forcément, la tolérance disparaît. Je ne pense pas que ce soit une question d’enjeu, parce que l’Angleterre-Hongrie de l’époque, avait autant d’enjeux. Et puis ça se jouerait aussi dans un match de District, c’est pareil. Forcément, il y a une tolérance moins grande.

27Ce changement d’état d’esprit en partie lié à la présence des caméras conditionne les journalistes dans leur œuvre. La modification des normes de retransmission du football vers une plus grande place accordée à la technique a été provoquée, en France, par Canal Plus, première chaîne à avoir ouvertement investi dans la retransmission du sport en tant que spectacle et à s’en être donné les moyens. C’est ainsi qu’elle amena dans les stades de football des caméras de haute qualité, employées jusqu’ici par l’industrie cinématographique, pour en exploiter le potentiel spectaculaire et divertissant. Ces outils et leur usage eurent un tel succès auprès du public télévisé qu’ils s’imposèrent par défaut comme moyens de production d’information sur le sport.

28Serge, 67 ans et une carrière entièrement passée au service public de télévision (1963-2000), se remémore qu’avant les années 1980 et l’arrivée de Canal Plus, « on ne parlait pas de l’arbitre » dans la couverture des matchs de football : « Même si le hors-jeu était flagrant, eh bien il était flagrant, c’est tout. Tout le monde peut se tromper. » La technique de l’époque et son faible pouvoir révélateur limitaient la capacité du journaliste à juger les décisions de l’arbitre. À partir des années 1980, la représentation télévisée du sport s’est « align[ée] sur les conditions de Canal », changeant les modes de fabrication de l’information, mais aussi leurs retombées, ce que Serge a pu constater depuis la position de dirigeant bénévole d’un club de haut niveau qu’il occupait à cette époque, en marge de son métier :

Quand sont arrivées les trois diffusions par semaine de Canal, avec des dispositifs qui permettaient de voir toutes les erreurs possibles et imaginables, le mec qui donnait un coup de pied, un gars averti ou autre, c’est là que les directeurs sportifs ont commencé à demander les cassettes des matchs pour envoyer ensuite des notes à la Ligue de football professionnel ou à la Fédération.

29L’entreprise de mise en doute de l’expertise arbitrale n’est pas l’apanage des médias et des journalistes, et il n’est pas possible d’imputer à eux seuls la dégradation des conditions d’arbitrage en France. En revanche, leur responsabilité vis-à-vis des arbitres aurait exigé un agir particulier, soit le respect du regard propre et de l’expertise de l’arbitre, à la fois pour assurer la qualité de l’information et pour respecter la « dignité » du sujet d’information, notions inscrites dans les chartes de Munich et du SNJ. En effet, l’influence reconnue de l’image autant que les accusations dirigées vers les médias par les arbitres interrogés laissent entendre que les journalistes pourraient au moins aller à l’encontre de la tendance actuelle au dénigrement de l’arbitrage français en équilibrant les angles de vue sur son expertise. Ne pas le réduire à la seule subjectivité de la caméra. Mais les journalistes de sport en ont-ils les moyens ?

Obligation de résultat, responsabilité en option

30La structuration juridique et déontologique de la profession de journaliste prend pour postulat, en France, la présomption de responsabilité sociale du journaliste. À partir du moment où l’individu a donné les gages de son appartenance au métier, en l’occurrence en le pratiquant, il est réputé jouir de la pleine liberté d’action. Il connaît sa responsabilité – ce qui lui est confié – et sait comment agir en conséquence.

31Il est impossible, légalement, de dénoncer l’irresponsabilité d’un journaliste, sauf par la commission d’un délit ou d’un crime rigoureusement prescrit (négationnisme, par exemple, avec la loi dite « Gayssot » du 13 juin 1990, la diffamation étant connue dès la loi de 1881). Le but de notre recherche était de vérifier la traduction de cette présomption : si un journaliste prétend être responsable, ce qui est un premier pas, est-il pour autant conscient des situations qui engagent sa responsabilité dans sa pratique professionnelle ? Peut-il conformer ses actes à cette responsabilité, notamment en fondant tous ses actes sur la maxime inscrite dans les principales chartes définissant une information de qualité (liberté, indépendance, complétude, recherche d’objectivité, pluralisme) ?

32Répondre à ces questions exige de confronter information et effets de l’information. De nombreux auteurs ont étudié l’impact potentiel de l’information sur une société des médias de masse, notamment à travers les concepts de performativité (Austin, 1962), de prédiction créatrice (Thomas, 1928) et de connotation (Hall, 1973), ou en s’interrogeant sur le rôle des personnalités médiatiques en tant que « leaders d’opinion » (Lazarsfeld et al., 1944).

33L’arbitre, sujet d’information, est d’autant plus vulnérable aux effets des représentations qu’il construit la sienne afin d’exercer son autorité (Chapron, 2004). Ceci tend à expliquer l’historique de contentieux entre les médias et les arbitres, tel que ces derniers l’ont dénoncé. Contentieux né d’une information partielle, négativement connotée à leur encontre et donc non conforme aux critères de qualité cités plus haut. Contentieux également né, en deux mots, d’une information « non responsable ».

Informer ou vendre ?

34Bien qu’ils expriment la conception de leur responsabilité sociale en termes variés, aucun des journalistes rencontrés n’ignore être responsable face aux citoyens, dans le sens où ils sont conscients qu’une chose leur est confiée. Fabien parle du « contre-pouvoir » du journaliste. Dominique, 63 ans, retraité du service public de la télévision française où il a travaillé entre 1980 et 2012, préfère le mot « pouvoir, car ce que tu écris prend de l’importance ». Serge le constate également, lui qui évoque une « crainte » envers le journaliste, crainte très relative, car elle n’est liée qu’à la fonction et disparaît dès que l’individu quitte le métier. Didier, dont toute la carrière s’est déroulée dans le domaine de l’écrit et du sport, conçoit que « donner son opinion » est en soi une « forme de pouvoir », qui se réduit à mesure qu’augmente la concurrence sur le marché de l’information. Hervé est le seul à employer le substantif de responsabilité et le qualificatif de responsable, sans être plus précis que ses confrères : « Un média privé est là pour faire des bénéfices, mais il s’inscrit dans une mission encadrée par une déontologie. On ne vend pas des boulons donc, fatalement, il y a des données particulières. »

35Ces données particulières sont apparemment liées à la raison sociale du média (Hervé « vend » un produit à vocation d’information plutôt qu’il n’informe), mais aussi au domaine abordé, à écouter nos interlocuteurs. Fabien, pourtant issu du service public, modère le pouvoir qu’entraîne sa propre mission sous prétexte que « ce n’est que du sport », donc « faut relativiser ». Nous retrouvons le risque de transfert au journalisme de « l’illégitimité culturelle » du sport en tant que fait social (Diana et Lochard, 2004), ce qui conduit effectivement, ici, l’enquêté à minimiser sa responsabilité lorsqu’il traite de sport. Fabien poursuit :

On voit bien qu’aujourd’hui, le sport et les médias sont dans une espèce de système où il y a de l’info à faire, mais il y a du business. Il y a un côté [il hésite] ambigu dans la relation entre les acteurs du monde sportif et les médias qui sont amenés à couvrir les événements. Car on voit bien que l’information est traitée d’une façon différente selon qu’on est partenaire ou pas, que l’on diffuse ou pas.

  • 5 Les droits d’achat des images du championnat de France sont passés de 800 000 Euros pour une saison (...)

36Le traitement de l’information de sport serait donc soumis à d’autres souverainetés que celle du journaliste détenteur du droit à l’information du public et du respect des sujets d’information. Le « business » et le besoin de rentabilité changent le rapport au sujet couvert, surtout dans le football, où les droits d’accès au marché sont très élevés5. Or ce droit d’accès à l’exploitation télévisée du spectacle sportif est, en soi, un moyen de production d’information (retransmettre ou non l’événement sportif) pour lequel le journaliste dépend de son employeur. De surcroît, le tarif auquel sont achetés les droits de diffusion des plus grands événements sportifs engage parfois la viabilité de l’employeur. Le retour sur investissement est indispensable, l’auditoire devient un impératif, l’emballage risque de primer sur le contenu : « On pourrait effectivement faire un truc devant un panneau bleu avec un mec qui lit deux-trois trucs mais oui, il y a une part de spectacle, donc une part de commerce », concède Hervé. Le secteur public n’est pas épargné par ces contraintes. Dominique se souvient du bouleversement qu’a provoqué l’arrivée dans le paysage médiatique de la mesure d’audience, qui chiffrait le succès d’un programme et, donc, sa valeur ajoutée. Quand le système actuel de mesure, Mediamat, a été instauré en 1989, explique Dominique :

On fonctionnait avec 50 % de redevance et 50 % venant de la publicité. Donc la publicité va avec les auditoires. Notre changement fondamental, ç’a été la mesure d’audience quand est arrivé Médiamétrie [NDA, la société anonyme qui exploite Mediamat]. Tout a été bouleversé parce que tout d’un coup on avait notre score, « combien t’as fait de téléspectateurs ? » Ça aussi ç’a été un truc terrible parce que ça induit une performance, un classement et une sanction.

37À partir du moment où un employé, journaliste ou autre, doit ajouter une plus-value définie (le taux d’audience) à une matière (ici, l’information) dont il ne possède pas l’appareil productif, il ne peut pas prétendre à la responsabilité sociale totale de son œuvre. Celle-ci reste en partie entre les mains du possesseur du capital, peu importe que ce capital soit public ou privé. En partie seulement, car l’individu a toujours, en dernier ressort, le pouvoir de dire « non » (Arendt, 2003). Cependant, l’acceptation tacite selon laquelle le sport ne jouit pas de la même légitimité que d’autres domaines d’information semble provoquer une certaine résignation face à la soumission au commerce du journalisme de sport. Cette intrication entre journalisme de sport et spectacle de sport peut servir de caution morale à la difficulté, ressentie par les journalistes interrogés, de considérer et d’appliquer leur responsabilité. Les définitions qu’ils en donnent ne distinguent pas les sources de responsabilité ni les dynamiques qui la construisent. Les exemples d’agir responsable permettent en revanche de mesurer le fossé entre intention et réalité, et confirment la situation contrainte du journaliste de sport : ce n’est apparemment pas au public et à ses droits, et encore moins au sujet et à sa dignité, que répond le journaliste, mais au propriétaire du moyen de production et à la conception commerciale du public qui en est dérivée.

Le moyen de communication escamote le message

38« La grande Presse repose sur le détournement à des fins commerciales de la participation à la sphère publique de larges couches de la population » (Habermas, 1997, p. 177). L’auteur allemand évoque ici la genèse de la presse de masse, celle du XIXe siècle ; cependant, le cas étudié ici actualise le constat. Hervé nous a indiqué que le public « [voulait] savoir » s’il y avait infraction ou non au cours d’un match de football et que, étant lui-même en possession de moyens permettant de mieux voir que l’arbitre, sa position était sans issue : il doit montrer. Face à l’écran, le client est roi et décide de ce qui se passe derrière. Nous posons alors à Hervé la question du double danger que présente un tel comportement : donner au public l’illusion que l’image filmée est une référence absolue, puis renvoyer l’expertise arbitrale à un processus faillible supplanté par la technique. Commercialement parlant, cette stratégie se tient, car le public est placé sur un piédestal d’omniscience. Mais l’intérêt général est-il dans ce cas servi ? L’information de qualité y trouve-t-elle son compte ? La responsabilité est-elle assumée ? Notre interlocuteur répond par un exemple récent :

Dès qu’on a un fait d’arbitrage qui nous permette de faire de la pédagogie, on en profite. Exemple bateau : la règle du hors-jeu, relativement compliquée, notamment quand le gardien de but sort au-delà du ballon et que vous vous retrouvez avec un joueur de champ sur la ligne de but [NDA, il cite alors un exemple récent de ce cas, qui s’est produit deux semaines auparavant pendant un match de Coupe d’Europe]. Le dimanche suivant, on a fait une « palette » [NDA, type d’infographie spécifique à sa chaîne, destinée à expliquer les aspects techniques du jeu], on a expliqué pourquoi le joueur, bien qu’il y ait quelqu’un sur la ligne, était effectivement hors-jeu, donc voilà. Quand il y a des cas comme ça, on le fait, on essaie.

39Nous remarquons que l’information est enrichie non pas par une variation des sources ou un regard différent, mais par la sublimation des moyens d’imagerie mis à disposition par le média employeur, ce qui ne change pas la position du public ou des animateurs. Ils sont côte à côte, séparés des arbitres par la barrière de la technique (la « palette »), la voix de ces derniers ne trouvant pas écho. Hervé ne « vend pas des boulons », comme il l’affirme justement, mais pas nécessairement, non plus, de l’information de qualité. Il offre plutôt un arsenal technique dans lequel sa chaîne a investi argent et compétences.

40Dominique, plus expérimenté et retiré du métier, a connu une époque où les techniques étaient plus rudimentaires. Leurs difficultés intrinsèques d’usage laissaient plus de liberté au journaliste :

Aujourd’hui, quand tu es reporter de télévision, tu n’utilises que l’image, le signal fourni par le détenteur des droits. Au début de ma carrière, tu partais avec ta petite caméra vidéo qui était lourde, avec un magnéto. Tu te mettais où tu voulais et t’obtenais des trucs que personne n’avait dans le direct. Évidemment, aujourd’hui, quand t’as trente caméras en principe tu rates rien, mais, avec cette petite caméra, tu racontais ta propre histoire, ta propre vision du match.

41La promesse de spectacle contenue dans le genre (Jost, 2004) du football télévisé et sa forte rentabilité potentielle ont incité les diffuseurs à investir dans du matériel de plus en plus cher et sophistiqué, qu’il faut magnifier en retour. Le journaliste gagne en qualité d’image ce qu’il perd en marge de manœuvre quant à sa production intellectuelle. Preuve en est la distribution des pouvoirs au sein même du processus de construction de la retransmission sportive. C’est à ce titre que nous avons rencontré deux réalisateurs, l’un spécialisé dans le football, qu’il a couvert pour Canal Plus entre 1984 et 2008 (Jean-Paul, 66 ans), et un second versé dans le cyclisme, à la tête des retransmissions du Tour de France depuis 1995 (Jean-Maurice, 60 ans). Leurs propos indiquent que la technique de communication, dans le traitement du sport de haut niveau, prend le pas sur la responsabilité de l’humain qui communique. Le cas de l’arbitre l’illustre, tant la persuasion de Jean-Paul quant au pouvoir de l’image télévisée semble avoir percolé sur les journalistes :

Pauvre arbitre, je dirais. On lui fait porter des responsabilités qu’il ne peut pas supporter. Surtout devant la télévision. Déjà quand j’étais gamin, l’arbitre se faisait tout le temps conspuer. […] Maintenant, c’est multiplié, surmultiplié avec la télévision. La télévision est terrible pour les arbitres.

42La télévision est assimilée à une panacée par Jean-Paul. En l’utilisant bien, elle pourrait corriger toutes les défaillances des arbitres plutôt que de les livrer à l’opprobre : « On a un outil magique, formidable, les caméras, si on les place correctement, on pourra dédouaner l’arbitre et le faire respecter. » La seule magie de l’image est surtout de donner l’impression de contenir à la fois la représentation, la réalité et l’expérience, sans pour autant engager son consommateur (Tisseron, 2010). En termes journalistiques, cela se traduit en une confusion entre réalité et représentation de cette réalité. L’illusion prend pourtant : « on ne peut pas discuter une image, c’est un fait », dit Serge. Dans ce cas, le regard de l’arbitre sur les faits de jeu, premier déterminant de ses décisions, n’a aucune chance d’accéder à l’espace public. Cette partialité de l’information interpelle Dominique :

C’est pour ça qu’il faut pas que le journaliste se substitue à l’arbitre : c’est pas son métier, il connaît pas suffisamment le règlement, il l’adapte en fonction du moment, du temps et de la mode. Car aujourd’hui on se met à tailler les arbitres, c’est devenu une mode. J’ai toujours refusé – je l’ai fait, car de temps en temps ça sort – de tailler les arbitres. Parce que ce sont les maîtres du jeu, ils en sont plus près et tout le monde peut se tromper.

43Cette position, minoritaire parmi les journalistes interrogés, se rapproche de la responsabilité propre à l’information de qualité : « [l]’équité, l’impartialité » sont des « piliers » de l’écriture journalistique, clame la Charte du SNJ. Celle de Munich, elle, proscrit les « accusations sans fondement ». Pour respecter ce devoir, le journaliste devrait pouvoir mettre l’image à distance, en relativiser le pouvoir révélateur. Cela demanderait de s’émanciper du réalisateur qui les sélectionne et les lui fournit. Or celui-ci possède une zone d’autonomie apparemment plus large. Jean-Paul le confirme en décrivant comment se déroulent les directs de football :

C’est le réalisateur qui décide de passer tel ralenti. Si ça ne convient pas au journaliste, il faut qu’il fasse confiance à son réalisateur. Le commentateur ne peut pas tout faire : il fait les commentaires. Ou alors, il se met au pupitre et il fait le commentaire en même temps. Le réalisateur est maître d’œuvre pour le direct.

44Sur le Tour de France cycliste que réalise Jean-Maurice, l’image est d’autant plus importante que l’épreuve vaut aussi par son décor, partie intégrante du spectacle et complément indispensable d’un scénario sportif parfois monotone. Le réalisateur peut à ce titre imposer, sur le moment, ses desiderata au reporter. « Le commentateur commente et le réalisateur réalise », dit d’emblée Jean-Maurice, avant d’être plus concret :

Une bonne captation de sport aujourd’hui réussit à dépasser cela [NDA, l’information seule] tout en ayant ce côté-là, à le sublimer pour transformer cela en spectacle. […] Dès fois, je dis à Thierry [NDA, son confrère commentateur du Tour de France] : « tu te tais maintenant ». Et là, il se tait, musique et les plans. Il y a priorité à l’image.

45Sans qu’il n’apparaisse de hiérarchie verticale entre le réalisateur et le journaliste, les faits subordonnent le second au premier, du moins par rapport à l’usage des moyens de production et à l’information qui peut en être tirée. Les journalistes de télévision interrogés sont unanimes sur le fort caractère des réalisateurs. C’est Hervé qui résume le mieux le rapport entre les impératifs éditoriaux, que représente le reporter, et ceux de spectacle, que sert plutôt le réalisateur :

Il y a deux cas, celui où on maîtrise la réalisation, alors le réalisateur est inclus dans la réflexion, mais, là aussi, ça dépend du profil du réalisateur. Certains sont très intéressés par l’éditorial, d’autres le sont moins, donc vous êtes plus ou moins entendu. Globalement, si on maîtrise la réalisation, il y a une discussion à laquelle le réalisateur est associé. Et si le réalisateur est un concurrent, ou le signal est international, on n’a pas la main. Mais je vous donne un exemple. Si je vais sur un match, je vais voir le réalisateur, j’attire son attention sur le joueur X et le joueur Y qui s’étaient pris la tête au match aller et je lui dis de faire attention à eux. Voilà une intervention de l’éditorial sur la réalisation. […] Plus ou moins entendue, d’ailleurs, selon la personnalité du réalisateur. Et sur l’arbitrage, tout dépend des journalistes aussi, si je tombe sur un réalisateur qui accumule les ralentis sur les fautes bénignes et que j’ai le moyen de lui parler, je lui dis, et j’insiste sur la fluidité.

46Plusieurs conditions doivent être réunies pour que le journaliste puisse influer sur l’image qui lui sert de source d’information et que perçoit le téléspectateur : appartenir à la même chaîne que le réalisateur et avoir son oreille. Dans le cas où il est confronté à un signal international ou, plus simplement, dans celui d’un journaliste de radio ou de l’écrit, l’image télévisée ne peut être négociée et conditionne le discours. Didier, le rédacteur de L’Équipe et ancien archiviste, situe la genèse des appels à l’aide vidéo dans le football au milieu des années 1960, avec la domestication du football par l’écran : « Je pense que l’idée germe à partir du moment où la qualité des ralentis, des gros plans s’améliore. C’est très lié à la vision qu’on a eue du foot via la télé. »

47Nous en revenons à la citation d’Habermas : la convocation du public par ce que le philosophe allemand nomme la « grande Presse », dominée dans le marché du sport par la télévision, se fait surtout à fins commerciales, ce qui conditionne le processus d’information. Qu’il s’agisse de son recueil, de sa connotation ou de sa communication, l’information est produite pour être rentable à travers la séduction du public cible, dont la présence est matérialisée par un indice de quantité : le taux d’audience. La sensibilité de ce public à la « qualité » de l’information et la définition même d’une information de qualité, objet de responsabilité, n’entrent pas directement en ligne de compte.

Restaurer le primat de la conscience individuelle du journaliste

48Le cas de l’arbitre de football pose une question dont la portée dépasse ce seul domaine d’information : comment le journaliste de sport peut-il disposer de moyens d’assurer sa responsabilité sociale, dont l’existence est fortement suggérée par les faits concernant l’arbitre, alors que les moyens de recueil et de communication d’information ne lui appartiennent pas ? Claude-Jean Bertrand, auteur de nombreuses études dans ce champ, a élaboré le concept des « moyens d’assurer la responsabilité des médias », également désignés sous l’acronyme MARS, qui peuvent, selon lui, provenir de différentes sources. « L’intérêt public » que représente l’information, écrit-il,

ne peut être confié entièrement ni au marché, ni aux lois et aux tribunaux, ni à la conscience individuelle des journalistes ou même à une déontologie conçue et gérée par la seule profession, telle qu’elle existe aujourd’hui, notamment en France. Ces quatre forces sont nécessaires. Aucune n’est suffisante (Bertrand, 1999, p. 16).

49Nous sommes partis de ces « quatre forces » pour les appliquer à notre recherche de terrain. Marché, lois, conscience individuelle ou déontologie interne conditionnent tous plus ou moins l’information sur l’arbitrage de football, avec un impact variable.

  • 6 Les organes de presse reçoivent des aides d’État directes et indirectes, certains événements sporti (...)

50Premièrement, le marché, tout en étant la force la plus visible et la plus active dans le processus, n’est pas un vecteur de responsabilité sociale, ou alors de responsabilité sociale au sens de Friedman (1970), postulant que la seule responsabilité de l’entrepreneur et de ses subordonnés est d’augmenter les profits. Le marché de l’information sportive a beau ne pas être, en France, complètement dérégulé6, il est principalement financé par des fonds privés à but lucratif. L’objectif est de livrer une « performance », comme le dit Dominique, donc d’être rentable et de plaire au public. Plutôt, à un certain public, celui qui intéresse le plus les annonceurs et est susceptible de payer un abonnement, d’acheter le journal. Souvent, ce public est mieux connu du service commercial que des journalistes eux-mêmes. « On fait beaucoup d’études qualitatives », remarque Hervé, « mais je ne pourrais pas vous en parler beaucoup […]. Il m’arrive d’avoir des rapports, mais pas très précis, car [les commerciaux] ne veulent pas non plus tout donner. » Les choses ne semblent pas différentes en presse écrite : « On a une vision, je dirais, fantasmée de notre lectorat », avoue Didier, de L’Équipe. Le rapport à l’auditoire ou aux lecteurs est principalement mercantile et ne requiert ni connaissance fine du public ni prise en compte de son droit à l’information : seuls comptent ses désirs perçus et les éléments censés le rendre captif pour pouvoir, ensuite, vendre sa présence aux annonceurs. Peu importe que l’information soit responsable ou non, il faut qu’elle plaise. Dans ces conditions, le marché ne fonctionne pas en tant que MARS, du moins pas dans le cas d’une concurrence très dense telle que celle qui règne dans le domaine de l’information sportive.

51Deuxièmement, les lois et leur portée devant les tribunaux engendrent une certaine catégorie de responsabilité, pénale en l’occurrence, donc prescrite. En France, les lois régissant la liberté d’expression sont une suite d’injonctions négatives restreintes (ne pas inciter à la haine et ne pas promouvoir le négationnisme), car la moindre extension de leur champ pourrait apparaître comme une censure. Sur ce point, le journaliste en tant qu’individu reste souverain et les lois françaises ne sont un MARS que dans le sens où, précisément, elles font confiance à l’individu pour qu’il mesure sa responsabilité sociale.

52Troisièmement, et conséquemment, nous avons la conscience individuelle. Parmi nos interlocuteurs, nous n’avons rencontré que des acteurs médiatiques (journalistes et réalisateurs) conscients qu’ils remplissent une mission spécifique, unique en son genre. Même s’il ne s’agit « que de sport », comme le dit Fabien, nos interlocuteurs parlent tout de même de pouvoir, de contre-pouvoir, de mission et de responsabilité. Par cela, ils font preuve d’une conscience de leur éthique, au sens kantien du terme. Deux restrictions cependant : les définitions données du pouvoir et de la responsabilité, de la substance des droits et des devoirs du journaliste, sont vagues. Est-ce spécifique au sport ? Cela est possible. En outre, quand nous confrontons les intéressés à leur représentation de l’arbitrage et aux preuves de son impact sur les conditions d’exercice de la fonction, ils admettent leur subordination à la technique et à ce qu’elle seule permet. Qu’ils soient critiques ou non d’un tel usage des technologies, les journalistes ne reconnaissent qu’un seul mode possible d’information sur l’arbitrage : celui autorisé par les moyens de production et de communication promus par le média de référence dans le champ sportif. En ce moment, l’image télévisée à visée spectaculaire règne sur la diffusion du sport et, par conséquent, constitue à elle seule une information suffisante, réduisant parfois la mission du journaliste à celle de paraphraser ce que montre l’écran. Cela peut expliquer que des journalistes, même expérimentés comme Hervé, Dominique ou Didier, fassent preuve d’une certaine résignation par rapport à la leur liberté d’action. Que leur conscience individuelle les agite ou non, ils ne peuvent qu’opposer un constat d’impuissance et leur condition d’employés d’un média régi par les lois du marché. La conscience individuelle de la responsabilité sociale demande des conditions d’application.

53Finalement, il existe pourtant, et il s’agit du dernier MARS, des pratiques de déontologie interne, une éthique d’entreprise, des chartes propres à certains médias. Ces chartes n’ont en aucun cas force de loi, mais elles peuvent servir de règlement intérieur et guider des comportements ou des choix éditoriaux voulus vertueux. La pratique est peu répandue en France et, dans le cas des médias employeurs de nos interlocuteurs, seule L’Équipe pouvait en présenter une. La plus récente datait de janvier 2000 et nous l’avons présentée à Didier. Bien que chef de la rubrique football à l’époque, il en avait oublié l’existence : « Parce que ça [NDA, il désigne la charte], ça va de soi. Ce qui irait moins de soi, ce serait une vraie charte rédactionnelle, graphique », dit-il. Or L’Équipe traite « d’une matière qui est elle-même très évolutive et on s’est rendu compte que, même si le cadre de traitement d’un événement est toujours très comparable, il y a des exceptions tout le temps ». Nous retrouvons la même quadrature du cercle que dans le cas des lois, avec le deuxième MARS : à partir d’où encadrer la liberté d’informer sans que ceux qui informent se sentent limités dans leur liberté ?

Conclusion

54Le cas de l’arbitre de football a valeur d’exemplarité sans avoir celle d’exhaustivité. Il est indiqué pour étudier en situation la responsabilité sociale engendrée par le fait d’informer, car l’illégitimité culturelle entourant le sport est susceptible de mener plus facilement le journaliste de sport à considérer comme une option ce que la profession présente pourtant comme un impératif catégorique, à savoir le respect de la vérité, ou les quatre qualificatifs pour une information de qualité (« complète, libre, indépendante et pluraliste »). Que représente cependant pour le journaliste de sport une telle maxime kantienne, formulée de façon à ce qu’il veuille la voir universellement appliquée, si la concurrence lui impose de délivrer une information qui correspond plus aux attentes perçues de son public qu’à ladite maxime ? Les plaintes répétées des arbitres quant à leur traitement médiatique, facteur parmi d’autres de la dégradation de leur autorité, et la reconnaissance par les journalistes que ce traitement n’est pas toujours équilibré suggèrent un éloignement entre le journaliste, son sujet et à la définition de sa responsabilité.

55Cette hypothèse fut d’abord étayée par des archives médiatiques, afin d’avoir des pièces à opposer aux journalistes, aux réalisateurs et aux arbitres concernant la couverture de l’arbitrage par les médias français, et ensuite par une discussion sur la place accordée à la responsabilité sociale dans cette production médiatique. Il se dégage de ces entretiens que la technique de communication a pris une telle importance en tant que productrice de valeur ajoutée au spectacle sportif qu’elle n’est plus laissée par les employeurs aux seules mains des journalistes. Très chères à l’achat et à l’exploitation, les techniques d’image télévisée, par lesquelles l’immense majorité du public a accès au sport d’élite (Tétart et al., 2007), doivent produire une rentabilité maximale et, en tant que moyen de production, être avant tout utilisées pour exploiter un spectacle en vue du plus large auditoire possible. L’information finale sur le sport est le fruit de ce rapport à l’événement même si l’arbitrage, performance humaine basée sur un degré élevé d’expertise mentale, physique et intellectuelle, ne peut être rendu dans sa complexité par le seul arsenal de caméras.

56Peu importe l’étendue de leur responsabilité sociale, les journalistes de sport paraissent être des agents dotés d’une faible zone d’autonomie au sein du média d’information en tant qu’entreprise. Et, sans liberté, impossible de prétendre à la souveraineté indispensable à la responsabilité d’informer. En souhaitant se cloisonner de l’extérieur, mais sans donner de ciment légal et formel à ce cloisonnement afin de maintenir intacte la liberté d’expression, c’est-à-dire en pariant sur un journalisme responsable assuré par la seule conscience individuelle, le journalisme a privé ses acteurs de recours efficaces dans les cas où une force extérieure, autre que législative, contraint leur parole. L’arbitre de football, sujet apparemment anodin, révèle ainsi ce qu’il advient de la qualité de l’information quand le journaliste perd le contrôle de ses moyens de production.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, H. (2003). Responsabilité et jugement. Paris, France: Payot.

Austin, J. L. (1962). How to do things with words. Oxford, Angleterre : Urmson.

Bertaux, D. et Bertaux-Wiame, I. (1980). Enquête sur la boulangerie artisanale. Paris, France : CNRS.

Bertrand, C. J. (1997). La déontologie des médias. Paris, France : Presses universitaires de France.

Bertrand, C. J. (1999). L’arsenal de la démocratie : médias, déontologie et MARS. Paris, France : Economica.

Blanchet, A. et Gotman, A. (1992). L’enquête et ses méthodes. L’entretien. Paris, France : Armand Colin.

Borel-Hänni, F. (2014). Étude de la responsabilité sociale des journalistes de sport : le cas de l’arbitre de football dans les médias français (Thèse de doctorat). Université de Lille-2.Lille, France.

Bourdieu, P. (1996). Sur la télévision. Paris, France : Raisons d’agir.

Chapron, T. (2004). Le sport : un monde fantasmé face aux réalités. Dans M. Attali (dir.), Le sport et ses valeurs (p. 67-116), Paris, France : La Dispute.

Delforce, B. (1996). La responsabilité sociale des journalistes : donner du sens. Les Cahiers du journalisme, (2), 16-33.

Derrida, J. et Stiegler, B. (1996). Échographies de la télévision. Entretiens filmés. Paris, France : Galilée-INA.

Diana, J. F. et Lochard, G. (dir.) (2004). Le sport médiatisé du voir au savoir. Médiamorphoses, (11), Paris, INA.

Eco, U. (1987). La guerre du faux. Paris, France : Poche.

Fauconnet, P. (1928). La responsabilité. Paris, France : Alcan.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Paris, France : Gallimard.

Friedman, M. (1970, 13 septembre). The Social Responsibility of Business is to Increase its Profits. The New York Times Magazine, p. 122-126.

Habermas, J. (1997). L’Espace public. Paris, France : Payot.

Jost, F. (2004). Introduction à l’analyse de la télévision. Paris, France : Ellipses.

Kant, E. (1994). Métaphysique des mœurs (Tome 1). Paris, France : Flammarion.

Hall, S. (1973). Encoding and Decoding in the Television Discourse. Birmingham, Angleterre: Centre for Cultural Studies, University of Birmingham.

Lazarsfeld, P., Berelson, B. et Gaudet, H. (1944). The People’s Choice: How The Voter Makes Up His Mind in a Presidential Campaign. New York, NY : Columbia University Press.

Neveu, E. (2001). Sociologie du journalisme. Paris, France : La Découverte.

Ramonet, I. (2013). L’explosion du journalisme. Des médias de masse à la masse de médias. Paris, France : Gallimard.

Ricœur, P. (1994). Éthique et responsabilité. Boudry-Neuchâtel, France : Éditions de la Baconnière.

Ruellan, D. (1993). Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français. Grenoble, France : Presses universitaires de Grenoble.

Sapiro, G. (2011). La responsabilité de l’écrivain. Paris, France : Seuil.

Tétart, P. (dir.) (2007). Histoire du sport en France. Tome 2. Histoire du sport en France de la Libération à nos jours. Paris, France : Vuibert.

Tisseron, S. (2010). Psychanalyse de l’image. Paris, France : Pluriel.

Thomas, W. (1928). The Child in America. New York, NY : Alfred Knopf.

Haut de page

Notes

1 La texte complet de la déclaration est disponible en ligne : http://eeas.europa.eu/delegations/tunisia/documents/page_content/charte_munich1971_fr.pdf

2 L’Équipe, 1er juin 2014

3 L’Équipe, 16 janvier 2014, et La Voix du Nord, 20 mars 2014.

4 Le bénévolat n’exclut pas une rémunération, dans leur cas. Tout arbitre reçoit des primes de match et des défraiements dont les montants sont proportionnels à leur degré hiérarchique. Les arbitres de niveau le plus élevé, dit « Fédéral 1 », qui dirigent les rencontres de championnats professionnels, reçoivent chaque saison l’équivalent de 4,5 fois le salaire annuel minimum en vigueur en France.

5 Les droits d’achat des images du championnat de France sont passés de 800 000 Euros pour une saison en 1985, première année où Canal Plus s’en porta acquéreur, à 180 millions d’Euros par saison pour la période 2016-2020. En Angleterre, ce chiffre atteint 1,22 milliard d’Euros par an sur la même période.

6 Les organes de presse reçoivent des aides d’État directes et indirectes, certains événements sportifs importants sont déclarés d’intérêt public et transmis obligatoirement par une chaîne non payante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Borel-Hänni, « La responsabilité sociale du journaliste comme socle du processus de production de l’information », Communiquer, 14 | -1, 25-42.

Référence électronique

François Borel-Hänni, « La responsabilité sociale du journaliste comme socle du processus de production de l’information », Communiquer [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1636 ; DOI : 10.4000/communiquer.1636

Haut de page

Auteur

François Borel-Hänni

Docteur en sciences et techniques des activités physiques et sportives
Université Lille-2, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org