Navigation – Plan du site
Articles

La construction d’images publiques dans le discours politique médiatique.

Qu’est-ce qu’une performance adéquate ?
Successful Performance and Self-Presentation Strategies in Political Broadcast Talk
Olivier Turbide
p. 5-23

Résumés

Dans une perspective interactionniste de recherche s’intéressant à l’efficacité des stratégies de présentation de soi dans le discours politique, cet article propose certains paramètres d’analyse qui définissent une performance adéquate en situation de communication médiatique. Ce cadre analytique est exemplifié par des extraits d’une interview d’affaires publiques durant la campagne électorale de 2003 au Québec. L’étude de ces extraits montre que les stratégies adéquates de construction d’images dépendent de la capacité du politicien à s’adapter en situation aux aléas de l’échange tout en exploitant les limites de ce qui est autorisé socialement en situation d’interview pour faire la promotion des images désirées.

Haut de page

Texte intégral

1L’image publique et son élaboration en discours font l’objet d’une attention soutenue de la part des spécialistes en marketing et en relations publiques, qui font partie de l’entourage des politiciens depuis maintenant quelques décennies (Maarek, 2001). Des routines efficaces pour interagir avec les médias sont développées, des stratégies de réponse lors d’interviews sont préparées et des scénarios de réaction pour gérer d’éventuelles crises sont élaborés. Misant alors sur leurs expériences professionnelles, sur leurs aptitudes personnelles et sur leur vie privée (Martel, 2010), les politiciens proposent une image publique aux multiples facettes qui constitue un facteur prédominant d’adhésion et d’identification, aux côtés des facteurs traditionnels liés à l’appartenance partisane et idéologique (Giasson, 2006; Thompson, 2005). Ce travail sur la présentation de soi n’est pas anodin. Il reflète une volonté de contrôler les risques associés à la co-construction de l’image publique (Hamo et al., 2010), mais aussi de présenter un « personnage » attractif, auquel les citoyens sont susceptibles de s’identifier. Ce processus de construction de l’image exige ainsi du politicien :

  1. d’une part, qu’il se montre comme celui qui incarne le mieux la représentation idéale du politicien qu’il devine présente chez son public tout en revendiquant une position distinctive dans le champ politique, suivant une logique de positionnement face à ses principaux concurrents (Charaudeau, 2005a);

  2. d’autre part, qu’il évite toute fausse note dans cette mise en scène de soi (Goffman, 1973), par exemple un mot malheureux, une plaisanterie de mauvais goût ou tout autre comportement rompant avec ce qui est attendu par le genre médiatique notamment.

2On se rappellera, entre autres, le retravail de l’image publique de Bernard Landry, premier ministre du Québec, à la veille de la campagne électorale en 2003. Alors que, dans l’imaginaire populaire, il apparaît comme un homme d’État, manifestant une certaine distance et inspirant de l’autorité, il a voulu imposer une image de proximité et de simplicité, par exemple en se montrant dans les médias au bras de sa nouvelle conjointe ou en se laissant filmer durant un match amical de tennis. Plusieurs journalistes ont d’ailleurs relaté la difficulté des citoyens à adhérer à ces « nouvelles » images, considérant la réputation de Landry et leurs attentes à l’égard d’un chef de gouvernement.

3Même si, au final, l’interprétation du caractère adéquat ou non des images proposées résulte de l’expérience que fait chaque citoyen de la performance du politicien – ce qui confère à cette interprétation une dimension singulière – , il apparaît que cette performance n’est pas non plus libre de toute contrainte. Les règles du jeu politique, les attentes comportementales à l’égard des politiciens et les conventions interactionnelles en situation médiatique conditionnent à la fois la façon dont une performance sera interprétée et son accomplissement.

  • 1 L’exemplification porte ici sur une portion restreinte du corpus analysé pour l’élaboration de ces (...)

4Ces paramètres, qui définissent ce qui est adéquat et ce qui ne l’est pas pour un politicien dans une situation donnée, seront abordés dans cet article, de même que la façon dont ils sont accomplis en situation d’interview médiatique. Dans la deuxième section de cet article, ces paramètres sont exemplifiés à partir d’extraits analysés de la performance de Jean Charest, à l’époque aspirant au poste de premier ministre du Québec, lors d’une interview d’affaires publiques à l’émission Le Point, en avril 20031. Bien que la portée de cette exemplification soit limitée et nécessite des précautions quant à sa généralisation, l’analyse vise à rendre compte de la façon dont un politicien, à travers son discours, réfère à ces paramètres (les manifeste, les reconnaît, les transgresse), donnant à voir qu’une performance adéquate se définit par un équilibre fragile entre le renforcement de certaines attentes comportementales et la contradiction de certaines autres attentes, selon ce qui se déroule in situ.

Construction de l’image publique : une approche interactionniste

  • 2 Historiquement, en rhétorique, la notion d’ethos renvoie aux « mœurs oratoires » (Le Guern, 1977), (...)

5Les recherches récentes sur l’image publique, envisagée dans sa dimension discursive comme un rapport à soi qu’on offre à l’évaluation d’autrui, s’inscrivent à la croisée de la rhétorique, de l’analyse de discours et des travaux de Goffman (1973) en microsociologie sur la présentation de soi (Amossy, 2010). Cette hybridation est à l’origine d’une instabilité terminologique pour désigner le concept à l’étude (image, identité verbale, présentation de soi, ethos2) et d’une variété d’objets de recherche, allant des modalités discursives de présentation de soi (Sandré, 2011; Simon-Vandenbergen, 1996; Suleiman, 1999) en passant par les types dominants d’images revendiquées par les personnalités politiques (Charaudeau, 2005a; Hamo et al., 2002; Schutz, 1997), jusqu’aux dynamiques de négociations de ces images dans les interactions médiatiques (Burger 2009; Falzone et Lasalle 2013; Tolson 1991). En dépit de ces variations et des différentes approches dans lesquelles se situent ces travaux, ceux-ci partagent une conception similaire de la construction d’images publiques comme objet d’étude. Il s’agit :

  • d’un phénomène dialogal, c’est-à-dire que les images de soi proposées au public sont actualisées dans l’échange et prennent forme médiatiquement à condition seulement que les interlocuteurs immédiats (animateur, intervieweur, opposant) et les publics les reconnaissent, que ce soit en y adhérant, en les négociant ou en les contestant (Auchlin, 2000);

  • et d’un processus d’influence d’autrui comportant une visée argumentative, c’est-à-dire que la fabrication d’impressions impliquée dans la tâche de se mettre en scène consiste à dévoiler certaines informations à propos de soi et à en masquer d’autres, selon le contexte, son interlocuteur et l’effet (d’adhésion, de reconnaissance, d’estime, d’autorité, par exemple) que le politicien veut produire (Amossy, 2010).

6Cette double dimension situe la construction des images publiques dans une approche interactionniste qui articule les médiations sociales des comportements des politiciens avec les processus situés de co-construction de l’échange (Bange, 1992; Filliettaz, 2002). Une telle approche possède l’avantage de ne pas envisager l’image publique comme une construction qui prendrait forme uniquement dans l’interaction, en dehors de toute détermination contextuelle, mais de considérer que la présentation discursive de soi négociée en situation est également circonscrite par des contraintes sociales relatives au positionnement des acteurs dans le champ politique, à leur statut institutionnel, aux règles et aux valeurs qui structurent ce champ, au genre médiatique, etc.

La dimension sociale

  • 3 Les connaissances, les savoirs et les représentations à propos du personnage en scène que se font l (...)

7La dimension sociale inhérente à la construction d’images oblige à penser les cadres à partir desquels le politicien va élaborer ses stratégies de présentation de soi à l’intérieur des logiques de positionnement qui configurent le champ politique. À ce titre, la façon dont le politicien est perçu dans l’espace public (sa réputation, son image préalable3), les attentes associées à son statut (ses attributs professionnels et personnels) et aux rôles endossés (les fonctions qu’il exerce en lien avec son statut et l’activité de communication), de même que les contraintes associées au genre médiatique (dynamiques interactionnelles, types de relations entre les interactants, thèmes privilégiés) sont autant d’éléments qui fonctionnent comme des cadres circonscrivant la construction de son image.

8Parallèlement, parce que ces attentes ne sont pas spécifiques à un politicien mais qu’elles sont partagées par les membres d’une communauté qui ont en commun des expériences médiatiques similaires, les téléspectateurs sont susceptibles d’avoir des attentes semblables à l’égard de la performance d’un politicien dans une situation donnée. C’est dans ce sens que Paveau (2006) rappelle que ces attentes « donnent des instructions pour la production et l’interprétation du sens en discours » (p. 118). Cette « réciprocité des perspectives », pour reprendre l’expression de Schütz (1962), permet d’établir un horizon de prévisibilité à propos des comportements des acteurs et des stratégies employées et, en ce sens, définit les critères selon lesquels sera interprétée une performance.

La dimension située

9Cela étant dit, la présentation de soi du politicien n’est pas exclusivement déterminée par ces cadres sociaux; les choix stratégiques de retravail de l’image sont aussi soumis à une évaluation contextualisée, c’est-à-dire qu’ils sont évalués et ajustés en fonction du déroulement effectif de l’interaction (Filliettaz, 2001) :

Of course, each interactional participant may have a preconceived agenda in mind at the outset, a more or less settled idea of what they would like to say and do. However, there are multiple participants with divergent and often incompatible agendas. And since every contribution to interaction is an important contingency affecting what happens next – every “move” forms the context for and to some degree conditions the next “move” – anyone’s capacity to realize is necessarily contingent on the actions of others. The actual course of broadcast interaction is thus by no means determined; it is an emergent product of how the participants choose to deal with each other then and there, moment by moment, move by move (Clayman, 2008, p 84-85).

10À ce titre, la construction d’images constitue une action conjointe (Clark, 1996) nécessitant de la part des acteurs médiatiques (par exemple, le journaliste-intervieweur et le politicien) qu’ils s’ajustent mutuellement aux interventions d’autrui. À tout moment et tour après tour, l’image du politicien se construit : le journaliste, à travers ses questions, est amené à contester, négocier, ignorer ou accepter l’image revendiquée par le politicien. Il y a un jeu incessant de définitions de soi revendiquées et attribuées (Kerbrat-Orecchioni et De Chanay, 2006). Ce jeu est, en même temps, une lutte de pouvoir pour conserver la parole, pour amener l’autre sur son propre terrain discursif, pour imposer le thème de l’échange, etc.

11Plus qu’un cadre conceptuel pour comprendre les mécanismes qui président à la construction d’images, l’articulation de la dimension sociale à la dimension située de l’échange médiatique permet de définir les critères en fonction desquels une performance est adéquate. Quoique cette question de l’évaluation contextuelle et située des performances ne soit pas abordée directement dans la plupart des analyses discursives d’images de politiciens, on la retrouve bien souvent en filigrane. À ce titre, Amossy (1999), dans ses analyses sur le retravail de l’ethos, fait allusion à des critères de réussite d’une performance lorsqu’elle signale que l’efficacité d’un ethos tient à son pouvoir de modifier favorablement les images préalables du politicien, lui permettant ainsi de se positionner avantageusement dans le champ politique. De façon différente, l’efficacité des images chez Kerbrat-Orechhioni et De Chanay (2006) est moins liée à un gain de légitimité et à l’acquisition d’un pouvoir symbolique qu’à l’habileté du politicien : 1) à tenir compte des réactions de ses interlocuteurs, modifiant sa présentation de soi selon les aléas de l’échange et 2) à proposer une image de soi dont les marques discursives, vocales et posturo-mimo-gestuelles sont convergentes et stables dans la durée (ibid.).

12Dans la même lignée, s’intéressant au dysfonctionnement dans les échanges d’interview, Burger (2006) réserve le terme de « défauts d’entretien » aux situations d’interaction où l’un des acteurs du couple intervieweur/interviewé n’agit pas conformément à ce qu’il est attendu de lui, de par son rôle dans l’échange. Pour sa part, Martel (2008, 2010), dont les travaux s’intéressent spécifiquement aux stratégies efficaces de diffusion médiatique de l’information, fonde l’évaluation de la qualité des performances des politiciens sur leur capacité à ratifier les téléspectateurs, à les impliquer dans son discours : « on peut conclure qu’une stratégie de communication médiatique efficace reposera sur une mise en scène constituée de procédés propres à ratifier le public » (Martel, 2010, p. 99). Pour Martel, le caractère adéquat d’une performance dépend donc des stratégies mises en place par le politicien pour co-construire le sens de l’interaction, des stratégies qui pourront varier selon l’identité personnelle, l’identité professionnelle et le genre médiatique.

Quelques paramètres d’analyse d’une performance médiatique adéquate

13Les paramètres proposés ici s’inscrivent en complémentarité aux travaux précédemment cités et visent à fournir un cadre d’analyse pour l’interprétation des performances médiatiques des politiciens qui intègre les dimensions sociale et située de la construction des images publiques. À ce titre, être « adéquat », c’est tenir compte à la fois des logiques sociohistoriques qui président au positionnement de l’acteur dans le champ politique et des exigences de la co-construction des images en situation. Trois paramètres sont ainsi présentés : le premier renvoie à l’exigence que l’image proposée soit appropriée, le second, qu’elle soit cohérente et le troisième, qu’elle soit adaptable.

Une image de soi appropriée

14Produire une image de soi qui est appropriée exige de connaître et d’intérioriser les attentes associées aux cadres sociaux de l’interaction et de produire des réactions qui témoignent de la compétence de l’acteur à « reconnaître-manipuler » ces cadres (Charaudeau, 2001, p. 40). En ce sens, le caractère socialement adéquat d’une performance ne réside pas dans la capacité du politicien à se soumettre aux attentes, mais bien de les maîtriser pour pouvoir être en mesure de s’y conformer, ou de les transgresser selon ce que la situation exige.

The majority of these genres [of oral speech communication] are subject to a free creative reformulation […] But to use a genre freely and creatively is not the same as to create a genre from beginning: genres must be fully mastered in order to be manipulated freely (Bakhtin, 1986, p. 80).

15Ainsi, à un premier niveau pourra être perçu comme approprié un comportement qui, tout en rompant avec les attentes associées au genre médiatique performé (par exemple, en interview médiatique, ne pas développer sa réponse), permet de modifier favorablement l’image préalable du politicien ou de se positionner avantageusement dans le champ politique. De la même façon, un comportement en rupture avec les attentes liées à l’image préalable du politicien et à son statut (par exemple, faire une confession pour un premier ministre) pourra être perçu comme approprié s’il répond aux attentes liées au genre (la confession constitue un type de discours valorisé en talk show). En contrepartie, une performance inappropriée pourra être vue comme la transgression des attentes liées à la fois au genre médiatique et à l’image préalable du politicien.

16À un second niveau, proposer une image de soi appropriée, c’est également inscrire son discours dans l’ensemble des valeurs et des systèmes de croyances que partage une communauté, révélant la variabilité culturelle d’une performance appropriée. De fait, les prises de position, les engagements et les promesses électorales du politicien qui contribuent à définir son image doivent s’appuyer sur une doxa commune pour favoriser l’identification des destinataires à son personnage. Par exemple, la transgression de certains invariants du champ politique (la foi en la sagesse du peuple, en sa capacité à porter un jugement éclairé sur des enjeux publics, de même que la conviction que, par leurs actions, les politiciens ont la capacité d’influencer sur le cours des événements) est susceptible d’être interprétée comme une gaffe, menaçant l’image publique, ce qu’a bien montré l’analyse de Le Bart (2001). Par ailleurs, cette adhésion à un socle de valeurs et de représentations communes doit s’inscrire dans une logique de positionnement. En situation de concurrence sur le plan politique et idéologique avec d’autres chefs de parti, le politicien doit s’assurer de se construire une image distincte et singulière, en renforçant ou en réinterprétant certaines valeurs et en se dissociant d’autres, selon le public à qui il s’adresse et qu’il désire convaincre (Herman et Micheli, 2003).

Une image de soi cohérente

17Considérant que chaque coup discursif est susceptible de produire des effets d’images différents, cette compétence à maîtriser les cadres sociaux de l’interaction et à produire une image de soi adaptée est remise en jeu chaque fois que le politicien prend la parole. À ce titre, et pour éviter toute rupture dans la présentation de soi, l’acteur doit s’assurer de projeter une image similaire aux images antérieures revendiquées au cours de l’activité (Duranti, 2006). Cet élément de stabilité dans la performance renvoie au critère de cohérence. L’acteur doit se présenter au public de telle sorte que les informations nouvelles qui émanent de ses comportements « se rattachent sans contradiction à des positions initiales prises […], et même s’édifient sur elles » (Goffman, 1973, p. 19). Il en va de sa crédibilité et de la confiance du public à son égard.

[L]’impression de réalité donnée par une représentation est une chose délicate, fragile qui peut voler en éclats au moindre incident. Cette indispensable cohérence de l’expression fait apparaître une opposition essentielle entre notre moi intime et notre moi social. En tant qu’êtres humains, nous sommes probablement des créatures dont les démarches varient selon l’humeur et l’énergie du moment. Au contraire, en tant que personnages représentés devant un public, nous devons échapper à ces fluctuations (p. 55).

[…]

Ce qui importe ici, ce n’est pas que la définition momentanée, provoquée par une maladresse, soit en elle-même particulièrement répréhensible, mais c’est plus simplement le fait qu’elle est différente de la définition officielle. Cette différence introduit une divergence extrêmement gênante entre la définition officielle et la réalité […] (ibid., p. 59).

18L’autre dimension de la cohérence concerne la convergence des différentes marques communicationnelles de l’image proposée : verbales, interactionnelles et coverbales (Kerbrat-Orecchioni et De Chanay, 2006). Considérant la nature plurisémiotique de la présentation de soi, le caractère adéquat d’une performance dépend en partie de la capacité du politicien à incarner le personnage revendiqué, autant à travers ses manifestations posturo-mimo-gestuelles et ses relations avec les destinataires qu’à travers l’organisation de son discours. La non-coordination entre ces différentes modalités sera d’autant plus marquée que la cohérence est fortement attendue puisqu’au final, c’est le même corps qui est à l’origine de la production de ces différentes marques (ibid.).

Une image de soi adaptable

19Ce travail de cohérence se réalise dans un contexte particulier où, compte tenu de la dimension compétitive des échanges médiatiques, les images revendiquées par les uns sont en concurrence avec celles qui sont proposées par les autres. Ainsi, la projection d’une image stable dans le temps se heurte aux contributions imprévues du journaliste ou d’un adversaire politique en situation de débat. Parce qu’aucun coup discursif n’est programmé d’avance, l’acteur se doit constamment d’adapter le discours qu’il pensait produire à la réalité de l’échange.

Les représentations normales de la vie quotidienne ne sont pas « interprétées » ou « mises en scène » au sens où l’acteur connaîtrait d’avance exactement ce qu’il va faire, et le ferait uniquement à cause de l’effet que cela peut avoir. […] Ce qui semble être exigé de l’acteur, c’est qu’il apprenne suffisamment de bouts de rôles pour être capable d’« improviser » et de se tirer plus ou moins bien d’affaire, quelque rôle qui lui échoie (Goffman, 1973, p. 74).

20Cette capacité d’adaptation, d’« improviser et de se tirer d’affaire », lorsque des événements inattendus et indésirables surviennent, constitue le dernier paramètre qui fonde la construction d’images adéquates. En situation, réagir de manière adaptée, c’est minimalement produire des interventions qui tiennent compte de ce qui a été dit auparavant et qui soient interprétables par ses interlocuteurs. Plus largement, c’est proposer des images qui tiennent compte de la variabilité des situations où le politicien est amené à intervenir.

21« [S]e tirer d’affaire », dans le sens de Goffman, c’est également éviter de laisser une impression négative de son personnage et de perdre la face. Cela exige de la part du politicien qu’il soit à l’affût de tout acte de parole menaçant, qu’il se défende lorsque sa face est attaquée, mais aussi qu’il évite de paraître déstabilisé en produisant de longs silences ou des hésitations, par exemple. Il s’agit de réagir de telle sorte que les destinataires retirent une impression positive de la performance. Bull (1998) montre, par exemple, qu’en situation d’interview, la compétence communicationnelle du politicien dépend de sa capacité à produire des réponses qui tiennent compte du caractère plus ou moins menaçant de la question posée. Ainsi, face à une question qui n’est pas menaçante, il serait particulièrement inadapté de répondre de façon indirecte, ou d’éviter de fournir l’information demandée. Inversement, lors de questions où chacune des réponses possibles risque d’affaiblir l’image du politicien, une stratégie d’évitement sera particulièrement adaptée.

22L’autre élément qui permet de juger du caractère adapté ou inadapté d’une performance renvoie au « rapport de places » (Vion, 1992) qui s’établit entre les partenaires de l’échange médiatique. Considérant qu’il est dans l’intérêt de l’acteur d’interagir avec son partenaire de telle sorte qu’il soit en position de contrôle (Goffman, 1973), ce dernier voudra se positionner avantageusement, par exemple, en orientant le thème de l’échange, en prenant le contrôle de l’organisation de l’interaction, en amenant l’autre sur son propre terrain, en imposant son vocabulaire, etc. Parce que ce rapport de places évolue au fil des échanges, l’acteur doit être en mesure de prendre en compte les prétentions de son interlocuteur tout en tentant d’imposer les siennes. C’est à ce jeu d’équilibre que l’on peut reconnaître une performance adaptée, parce que si une position basse est rarement avantageuse, en contrepartie, dominer agressivement et sans retenue un interlocuteur déjà en position de faiblesse risque de produire des effets contraires à ceux désirés.

La performance de Jean Charest en situation d’interview d’affaires publiques

23Ces paramètres d’analyse seront illustrés par une interview médiatique de Jean Charest, candidat au poste de premier ministre et chef du Parti libéral du Québec lors de la campagne électorale de 2003, à l’émission Le Point du 8 avril 2003. Préalablement à l’analyse de cet extrait seront présentés des éléments de l’image préalable de Charest, avant qu’il participe à l’interview, de même que les contraintes associées à ce genre médiatique.

Éléments de l’image préalable de Jean Charest

  • 4 Cet enjeu est apparu dans la campagne électorale suivant la proposition du Parti libéral du Québec (...)

24À ce stade de la campagne – il ne reste plus qu’une semaine avant le jour du vote –, l’image médiatique de Charest est sur une pente ascendante. Ses qualités de débatteur de même que son caractère passionné et agressif ont été confirmées à l’occasion d’un débat électoral, diffusé une semaine plus tôt, où il est apparu médiatiquement comme le vainqueur. Sur le plan personnel, plusieurs émissions télévisées lui ont permis de mettre en évidence son côté humain et chaleureux et son sens de l’humour (Turbide, 2012). Seule note négative, son projet de référendums sur les fusions municipales4, qualifié de « contradictoire » et d’« irresponsable » par certains commentateurs de l’actualité (Auger, 2003, 5 avril; Hébert, 2003, 6 avril). Selon eux, l’agressivité de Charest apparaît, dans ce dossier, davantage comme de l’obstination. Malgré tout, les sondages lui restent favorables et l’appréciation médiatique de sa personnalité le place dans une bien meilleure posture que ses adversaires. Un sondage Léger Marketing (Lévesque, 2003, 7 avril) publié le 7 avril 2003 place pour la première fois de la campagne le Parti libéral de Jean Charest en première place dans les intentions de vote, avec 42 %, contre 40 % pour le parti au pouvoir.

25Dans ce contexte, Charest se présente devant l’intervieweur Stéphan Bureau avec une image publique préalable dans l’ensemble favorable. À ce titre, l’enjeu pour Charest consiste à renforcer les éléments qui fondent la position avantageuse qu’il occupe alors dans le champ politique et à éviter les pièges associés à une position jugée fragile sur le dossier des fusions municipales. Sur le plan stratégique, Charest doit ainsi ajuster en situation sa présentation de soi de façon à projeter l’image publique qu’il désire que les téléspectateurs se forment de lui, tout en tenant compte des règles du jeu du champ politique, mais surtout des contraintes associées au genre médiatique de l’interview d’affaires publiques.

Genre médiatique de l’interview d’affaires publiques : principales contraintes

26Sur le plan de son organisation interactionnelle, l’interview est fondée sur des séquences formelles de questions/réponses où la définition des droits et des devoirs du couple intervieweur/interviewé est prédéfinie. Toute prise de parole de l’interviewé doit être, en principe, une réponse à une question, octroyant à l’intervieweur un contrôle quasi exclusif des thèmes abordés (Blum-Kulka, 1983). En outre, parce que la légitimité de l’intervieweur est fondée sur sa capacité à poser des questions rendant le politicien imputable de ses actions et à satisfaire les exigences de distance et de neutralité imposées par son rôle (Clayman, 2001), l’interview d’affaires publiques favorise la mise en scène d’interactions conflictuelles. Ainsi, on s’attend à ce que l’intervieweur montre une certaine agressivité, qu’il remette en question les prétentions de l’interviewé, qu’il fasse pression sur lui et le confronte afin que des informations compromettantes, inavouables ou secrètes soient révélées (Charaudeau, 2005b). Bien entendu, l’objectif du journaliste de faire accoucher la vérité se heurte à la volonté du politicien d’apparaître sous son meilleur jour et en contrôle de l’image de soi qu’il veut imposer. La tension entre les objectifs et les rôles de chacun des partenaires se manifeste en discours par une lutte, notamment, pour la définition des termes utilisés pour décrire la réalité sociale et pour l’imposition d’images valorisantes/dévalorisantes du politicien. L’intervieweur et l’interviewé tentent alors d’amener leur vis-à-vis sur leur propre terrain pour diriger les opérations et pour imposer leur message. À cela, ajoutons que la structure même de l’interaction mise en scène fait en sorte que ce sont surtout les actions et les discours de l’interviewé qui sont l’objet d’échanges. Dans ce contexte, la valorisation et la défense de soi sont davantage attendues que l’attaque des adversaires.

Analyse

27L’image préalable et le genre médiatique en tant que cadres sociaux de l’échange définissent un horizon d’attentes qui circonscrit à la fois l’accomplissement de l’interview par Charest et l’interprétation de celui-ci par les téléspectateurs. Il s’agit de critères pour la production et l’évaluation de la performance qui pourront être modifiés ou confirmés au cours de l’échange selon la dynamique interactionnelle effective, comme en témoigne l’analyse des extraits suivants.

28Extrait 1. Lutte pour le contrôle de l’échange

29Le premier extrait montre comment l’exigence d’une présentation de soi appropriée (en lien avec les attentes conditionnées par l’image préalable du politicien) s’actualise en situation, alors que se met en place une lutte pour le contrôle de l’échange entre l’intervieweur Bureau et l’interviewé Charest. De façon plus précise, ici, Charest, dans ses réponses, recadre et oriente les questions de l’intervieweur pour mieux attaquer ses adversaires. Cette stratégie de diversion par l’attaque est liée, d’une part, à une logique de renforcement des images médiatiques préalables du politicien – Charest est réputé pour son tempérament fougueux et agressif – et, d’autre part, à son statut de chef de l’opposition.

  • 5 Dans les extraits présentés, SB correspond à l’intervieweur, Stéphan Bureau, et JC, au politicien i (...)

(1)5

(1)5

30Dans cet extrait, Charest change l’orientation thématique de la question dès la ligne 5 (« Et rappelez-vous […] ») pour mieux attaquer son adversaire, puis, en réponse à la question de relance (lignes 9 à 11), il produit un énoncé confirmatif (« ah oui ») et enchaîne sur son propre discours, reprenant sous une autre formulation l’attaque envers le gouvernement qui « donne » trop de subventions aux entreprises. Jamais il ne fournit d’exemples précis des programmes de subventions qu’il projette de supprimer, tel qu’on lui demande. La question de relance n’obtient pas non plus satisfaction. Cette transgression d’une des attentes de l’interview (fournir l’information demandée) est au service du renforcement de son image médiatique de chef agressif, tout en étant appropriée par rapport à son statut de chef de l’opposition. Plusieurs actes menaçants adressés à ses adversaires participent à la construction de cette image et assurent sa cohérence :

  • un acte d’accusation, soit être personnellement responsable d’un état des choses négatif, être la province qui dépense « à peu près » le moins dans le domaine de la santé (lignes 5 à 6);

  • un acte de reproche, soit préférer subventionner les entreprises plutôt que de dépenser en santé (lignes 6 à 8);

  • une mise en contradiction entre les dires et l’action, soit soutenir la possibilité d’éliminer 1 MM $ en subventions et, implicitement, ne rien faire (lignes 12 à 15).

31En outre, des figures rhétoriques d’opposition (l’argent pour la santé s’oppose aux subventions pour les entreprises; le bourreau Landry qui « impose » s’oppose au NOUS-victimes, Charest et les citoyens, qui subissent) et des procédés de concrétisation (le recours aux chiffres et la comparaison avec l’Ontario) dramatisent les attaques et amplifient l’effet agressif des actes produits. Par ailleurs, sur le plan des valeurs, ces oppositions renforcent la position de Charest dans le champ politique en montrant son adhésion à certaines idées reçues relativement à l’intervention de l’État dans l’économie.

32L’analyse de la dimension coverbale amplifie l’image de conviction construite en discours, créant une cohérence d’ensemble : les gestes intensifient et spectacularisent ce qui est énoncé. De fait, le reproche adressé à Landry n’est pas simplement énoncé par Charest, mais il est marqué par tout son corps. Lors de sa première intervention (lignes 5 à 8), le buste penché vers l’avant, il bat le rythme de son discours avec le tranchant de sa main gauche (marqué par les flèches descendantes (↓)) et par des hochements de la tête, produisant un effet de conviction dans le reproche (voir Figure 1). S’impliquant personnellement dans l’accusation portée, Charest finit sa tirade en insistant sur « de l’argent en subvention à des entreprises » à travers une intonation montante.

Figure 1. Geste de battement de discours

Figure 1. Geste de battement de discours

Extrait : « Pour lui [Landry] c’était pas “une priorité” »

  • 6 À la figure 2, le cadrage serré de la caméra (plan rapproché) permet uniquement de voir une main le (...)

33Le même type de configuration multimodale d’implication émotionnelle et de conviction s’observe lors de sa seconde intervention (lignes 12 à 15), où l’accumulation de marques discursives, interactionnelles et coverbales contribue à définir une image de leader convaincu et passionné. Tout d’abord, l’énoncé confirmatif « ah oui », produit en attaque d’intervention, apparaît comme une réponse du tac au tac, révélant l’état de certitude du politicien. Puis, l’implication émotionnelle atteint un second niveau lorsque le caractère scandaleux des 4,1 milliards « donnés » en subventions est mimé par Charest qui lève les mains vers le haut en signe d’indignation (voir Figure 26).

Figure 2. Mains levées

Figure 2. Mains levées

Extrait : « bien [mains levées] | il y a 4,1 milliards de dollars qui se donnent en subventions au Québec »

  • 7 Durant cette courte phase gestuelle encadrée par deux (|) (lignes 14 et 15), on observe pas moins d (...)

34Enfin, lorsqu’il cite madame Marois, ministre des Finances du gouvernement, la mettant implicitement en contradiction avec ses actions, il accentue la force dramatique de son accusation en l’accompagnant de gestes de battement (↓) vigoureux et répétés7, comme pour bien river le clou. Par ailleurs, plus que l’expression discursive et coverbale de la passion et de la conviction, notons que, sur le plan interactionnel, Bureau entérine cette construction d’image par un commentaire métadiscursif à la toute fin de l’exemple, ligne 16 : « Et quand vous vous enflammez comme ça ».

35Extrait 2 : Lutte de définitions de soi proposées et contestées

  • 8 De fait, à la suite de l’interview, l’émission Le Point et Stéphan Bureau ont reçu de nombreuses pl (...)

36Le second extrait renvoie à la construction d’une autre facette de l’image du chef combatif. La stratégie est ici différente parce que le comportement de l’intervieweur est différent. Bureau est agressif. Il organise l’échange autour d’un seul objectif : faire admettre l’opinion personnelle de Charest sur un enjeu controversé : les fusions municipales. Se faisant, le politicien est placé dans une situation contraignante, où il ne peut répondre directement à la question posée (« Est-ce que vous dites je, Jean Charest personnellement pense que c’est une bonne idée la ville fusionnée? ») qu’au prix de perdre la face : répondre par l’affirmative ou par la négative le placerait en position de vulnérabilité, car il devrait accepter le cadrage identitaire imposé par l’intervieweur. Au surplus, parler en tant que citoyen de cette question, c’est sous-entendre qu’il y a des motivations personnelles derrière son projet de référendums sur les fusions municipales. La stratégie de résistance par l’évitement de Charest apparaît particulièrement adaptée dans les circonstances : 1) il reste sur son propre terrain, ne cède pas devant l’intervieweur malgré la pression exercée; 2) il se place en victime subissant les attaques répétées et continues de Bureau, alors que ce dernier apparaît excessivement agressif, rompant avec l’exigence de neutralité associée à son rôle8. Bref, Charest montre sa capacité à improviser et à se tirer d’affaire, en lien avec le critère d’adaptabilité.

37Ici, l’agressivité manifeste de l’intervieweur, qui interrompt son interlocuteur (lignes 5 et 14), reformule ses propos (lignes 1 et 2, 10 et 11), lui pose des questions contraignantes (demande de confirmation d’un énoncé orienté, ligne 5; deux questions dans la même intervention, lignes 10 et 11), contraste avec le comportement discursif de Charest, qui esquive les attaques au lieu de contre-attaquer :

  1. il rectifie l’interprétation faite de ses propos (« SB : Jean Charest […] pense que c’est une bonne idée la ville fusionnée » devient « JC : le Parti libéral du Québec croit en la démocratie »; « SB : ils [les citoyens] sont assez responsables pour laisser en place les nouvelles villes » devient « JC : […] pour faire le bon choix pour eux »);

  2. il emploie une stratégie de diversion en attaquant son adversaire politique (« JC : Il [premier ministre Landry] vous dit que les citoyens du Québec ont pas assez de jugement »);

    • 9 Les portions en italiques sont de nous.

    il ignore la question, reprenant certains éléments de l’intervention de Bureau pour mieux, par la suite, enchaîner sur son propre discours (« SB : Pas de doute que on va accepter ce qui est maintenant fait; JC : J’ai pas de doute sur le jugement de citoyens qui payent des taxes »)9.

38Cette stratégie d’évitement ne se confond jamais avec une posture de repli. L’intervieweur et l’interviewé restent sur leur position, témoignant d’une lutte larvée de définitions de soi imposées et contestées : « je, Jean Charest personnellement pense » de Bureau s’oppose au « Parti libéral du Québec croit » de Charest. C’est seulement à la toute de fin de l’extrait, lorsque Bureau lui reproche implicitement de ne pas vouloir répondre à la question (ligne 14), que Charest passe à l’offensive et réfute le cadrage personnel des questions, répondant directement à son interlocuteur sur un ton affirmatif. Il produit une réaction du tac au tac, interpelle l’intervieweur (« Monsieur Bureau ») et emploie une gradation à trois éléments (« C’est pas une affaire personnelle là ça l’a jamais été et ça le sera jamais »). À cette occasion, Charest se construit une image de conviction, voire d’agressivité, qui est cohérente avec l’attitude de résistance manifestée par le politicien dans la suite de l’interview, ainsi qu’à l’extrait (1).

39Ici, comme il a déjà été noté, Charest démontre sa capacité d’adaptation en répondant aux questions de relance de l’intervieweur tout en préservant son image. Au surplus, cette attitude de résistance témoigne de sa force de caractère et de la fermeté de ses convictions, ce qui est approprié par rapport à son image préalable et à ce que l’on attend d’un chef politique. Cela étant, il y a toujours un risque de décevoir les attentes de l’interview, en évitant de répondre aux questions posées comme le fait Charest ici. De fait, l’apport informationnel impliqué dans ce jeu de reformulations réciproques est pratiquement nul. À ce titre, éviter de donner son opinion personnelle sur le projet de défusions à travers des procédés de reformulation, de recadrage et de diversion, même si cela s’arrime à son image de résistant, peut être à l’origine d’un effet d’image défavorable : celle du politicien évasif ayant quelque chose à cacher. Malgré le fait que Charest doit composer ici avec la réversibilité axiologique de l’interprétation des images (résistant/évasif) (voir Charaudeau, 2005a), ce qui ressort à la toute fin de l’échange, c’est que les stratégies agressives de l’intervieweur pour amener le politicien à parler de son opinion personnelle sur les fusions municipales n’ont pas porté leurs fruits. Bureau reconnaît que Charest est resté en contrôle :

40Extrait 3 : Renversement des rôles d’intervieweur et d’interviewé

41Dans les deux premiers extraits, les échanges mis en scène confortent les attentes comportementales du genre médiatique : l’intervieweur recoure à des questions de relance, à des interruptions et à des questions compromettantes et l’interviewé, à des stratégies de recadrage, d’évitement et de diversion par l’attaque des tiers absents. Ces comportements conflictuels s’arriment aux exigences de l’interview médiatique journaliste-politicien, mais ils ne constituent pas les seules modalités d’agir susceptibles de permettre au politicien de « réussir » son interview. Le caractère particulièrement adéquat d’une performance réside également dans la capacité de l’acteur à maîtriser les attentes du genre pour pouvoir être en mesure, selon ce que la situation exige, de s’y conformer, ou de les transgresser. À ce titre, le prochain extrait illustre un tel cas de transgression « positive » qui, jumelée à une adaptation interactionnelle efficace performée sur un mode ludique, permet au politicien de se construire une image favorable.

42L’admission implicite du bon coup énonciatif de Charest par Bureau (« Monsieur Charest je vous laisserai pas avoir le dernier mot là-dessus ») autorise le politicien à réagir du tac au tac par une question énoncée sur le ton de la complicité, mais néanmoins menaçante pour la face de l’intervieweur : « Pourquoi pas? » (pourquoi ne pas me laisser avoir le dernier mot ?). Forcé de se justifier, Bureau révèle sa posture d’intervieweur agressif (« c’est comme ça l’esprit de contradiction »). Par ce double aveu de l’intervieweur et par l’inversement des rôles qu’il impose, Charest réussit à amener l’interlocuteur sur son propre terrain, une victoire interactionnelle qui, au terme de cet échange, le place dans une position haute de domination, illustrant sa capacité d’adaptation. Le caractère adéquat de cette performance apparaît d’autant plus qu’elle n’est pas le résultat d’agressions, mais qu’elle est accomplie sur un ton de complicité ludique. Le commentaire métadiscursif de Bureau à la ligne 3 introduit un changement de l’activité en cours. On passe d’une dynamique formelle de questions/réponses à un échange nettement plus informel, qui se rapproche de ce que l’on observe en conversation. L’adoption d’un ton souriant, les rires réciproques et l’inversement des rôles en témoignent.

43En outre, sur un autre plan, l’efficacité de la présentation de soi semble ici tributaire à la fois du caractère inattendu de l’image revendiquée et de l’aisance dont fait preuve Charest, maîtrisant différents registres de discours médiatique (du ludique au conflictuel, de formel à informel) dans une même séquence (Hamo et al., 2010). Tolson (2006) a bien montré comment ces modifications de l’orientation d’une activité ne constituent pas des ruptures avec les attentes du genre, mais apparaissent comme des réaccentuations stratégiques, pour reprendre l’expression de Bakhtin (1986), qui permettent aux politiciens d’établir un rapport de connivence avec les téléspectateurs. À cela, sur le plan du retravail de l’image préalable, ajoutons que, dans cet extrait, Charest réussit à mettre de l’avant une image moins agressive de son personnage, en leader vif d’esprit et enjoué, une construction qui renforce son image médiatique préalable d’homme chaleureux ayant un bon sens de l’humour (Gagnon, 2003, 29 mars; Samson, 2003, 31 mars). Du reste, dans le contexte québécois, avoir un bon sens de l’humour constitue l’une des qualités particulièrement appréciées par les Québécois chez les politiciens, cela avec la simplicité, l’accessibilité et la capacité de faire preuve d’autodérision (Nguyên-Duy et Cotte, 2005).

Interprétation

44Les paramètres proposés et leur actualisation en situation d’interview médiatique montrent que si, au sein d’une même communauté, les expériences médiatiques de ce qu’est une interview et de la façon dont un politicien doit se comporter en public sont similaires, il reste que ces attentes n’apparaissent pas comme des règles normatives ou des lois, mais comme des indications de comportements préférés dans une situation donnée. En ce sens, la construction d’images adéquates ne se réalise pas à l’intérieur d’une zone close, fermée sur elle-même, selon un mode d’accomplissement unique. Les politiciens bénéficient d’un espace de liberté, d’un espace de stratégies pour accomplir leur performance. Ainsi, par leurs actions, les politiciens contribuent à la redéfinition des cadres sociaux de l’échange politico-médiatique et à la réinterprétation des paramètres qui fondent le caractère adéquat des images de soi présentées au public.

45Par ailleurs, cette plasticité des cadres sociaux de l’échange médiatique s’inscrit dans un contexte plus large, marqué, d’une part, par l’hybridation des genres auquel l’interview d’affaires publiques n’échappe pas et, d’autre part, par l’évolution des représentations stéréotypées associées au leader politique. De fait, sous l’influence des talk shows et des modes de présentation de l’information plus ludiques, les frontières sont de moins en moins franches entre l’information journalistique et le divertissement (Bastien, 2009). À ce titre, les attentes comportementales envers l’interviewé et l’intervieweur résistent à une définition claire. Elles sont réinterprétées par les acteurs en situation, comme en témoigne le troisième extrait, qui montre l’intégration de registres de discours plus proches de la conversation et plus informels dans des séquences formelles. L’analyse de Hamo et al. (2010) pointe également dans ce sens :

The political news interview used to be characterized by clear asymmetry between the journalist-interviewer and the politician-interviewee […]. This clearly defined institutional role distribution has been eroded […], whereby media discourse types increasingly incorporate conversational and informal features of natural discourse (Tolson, 2006). It is further supported by a related change in the discursive positioning of journalists, from neutral mediators, who merely facilitate discussion, to news-celebrities or pundits, who present their interpretations, thoughts and expertise, thereby using the show to support their own persona (Dahlgren, 1995). (p. 249.)

46Par ailleurs, la participation des politiciens dans des émissions d’infotainment modifie également le rapport du public envers les politiciens et leurs attentes envers eux. Thompson (2005) parle de « politics of trust » pour signaler que l’évaluation citoyenne et médiatique des politiciens se fait désormais à l’aune des images d’authenticité, de fiabilité et de confiance qu’ils réussissent à incarner et du rapport de proximité qu’ils instaurent avec les citoyens. Ces « nouvelles » attentes ne relèguent pas pour autant les représentations stéréotypées plus traditionnelles du politicien associées aux ideological politics, en lien avec des images d’autorité, de compétence et de leadership. Cette tension entre ces deux modèles culturels constitue un facteur explicatif de la variabilité des façons d’incarner l’identité de chef politique, où les dimensions publique/professionnelle et privée/intime s’interpénètrent.

47Au final, cette plasticité des contraintes et des attentes rend compte du fait que le caractère adéquat des images publiques proposées s’interprète non pas de façon univoque, mais autorise une fluctuation interprétative. De fait, le deuxième extrait montre bien comment les effets d’images ne sont pas réductibles à un ensemble fermé de traits discursifs, interactionnels et mimo-gestuels, mais qu’ils sont pluriels et plurisémiques et apparentés à d’autres images (résistant/évasif) aux frontières partagées et poreuses.

48Ce phénomène, loin de constituer une limite, apparaît comme une invitation à envisager le caractère adéquat des images construites en dehors du cadre de son expression en situation médiatique et de prendre en compte comment différents acteurs publics réagissent aux images revendiquées par les politiciens et selon quelles modalités ces images du politicien sont reprises et circulent dans l’espace public. L’efficacité des images des politiciens pourra être alors envisagé non seulement du point de vue de leur performance communicationnelle en lien avec les cadres sociaux de la présentation de soi et le déroulement effectif de l’échange, mais également du point de vue de la co-construction collective de l’image (production/réception), mettant au jour les processus d’émergence publique d’une image, de transformation et de cristallisation (voir Amossy, 2010).

Conclusion

49Cet article en témoigne, le besoin d’image et le travail de celle-ci sont au cœur des activités médiatiques des politiciens et constituent des phénomènes centraux pour comprendre l’évolution de la parole politique dans l’espace public et sa mise en scène. Face au déclin des affiliations idéologiques et partisanes, les politiciens doivent plus que jamais être en mesure de se montrer digne de confiance et sincère pour susciter l’adhésion des électeurs. Cette réalité politique impose un style communicationnel de proximité, authentique et direct, qui affecte à la fois les modalités d’incarnation de l’image publique des politiciens et les genres médiatiques plus traditionnels de diffusion de l’information politique. Même si les attentes des publics correspondant à ce style restent à être précisées, il s’agit d’éléments du contexte sociohistorique qui doivent être pris en compte dans l’établissement de paramètres d’évaluation de la performance des politiciens aux côtés de leur image préalable et des attentes associées au genre médiatique.

50L’analyse révèle également un aspect qui restait en filigrane des précédentes études sur la question de l’efficacité des images et qui renvoie à l’interdépendance des performances. En effet, il est apparu qu’un politicien est adéquat sur le plan communicationnel qu’à condition que l’intervieweur le soit aussi. En ce sens, lors d’échanges plus ludiques comme lors d’échanges conflictuels, la collaboration et la coopération manifestées par chacun des interactants constituent un critère déterminant d’une performance adéquate. Au regard des extraits analysés, cette dynamique interactionnelle produit un type particulier de solidarité qui semble nécessaire à l’accomplissement optimal du rôle respectif des interactants. Par exemple, dans un échange conflictuel, le succès de la performance risque d’apparaître d’autant plus clairement lorsque l’intervieweur est en mesure de réagir aux propos du politicien par une suite de questions de relance qui oblige ce dernier à se défendre (attente de spectacularisation de l’information) et à laquelle, en parallèle, le politicien répond avec la même vigueur et le même aplomb. À l’inverse, des questions convenues, insuffisamment agressives, ne permettront pas au politicien de se mettre en valeur, de se révéler, affectant ainsi tant la performance du politicien que celle de l’intervieweur.

51Nous avons tous en mémoire le cas d’une interview où, question de relance après question de relance, le politicien, mal préparé, est incapable de formuler une réponse précise et informée, laissant l’impression d’un règlement de comptes au lieu de l’échange conflictuel attendu. Cette hypothèse, selon laquelle l’évaluation de la performance du politicien pourrait dépendre de la capacité de ce dernier à répondre aux questions menaçantes et à jouer le jeu de l’interview, mériterait une attention particulière dans une prochaine recherche, notamment en y intégrant des éléments d’analyse de la réception de ces échanges. En effet, quelle peut être la frontière entre une interaction médiatique conflictuelle qui risque de plaire et qui est susceptible de construire une image favorable à la fois du politicien et de l’intervieweur et un discours jugé trop violent, parce que non collaboratif, qui produira un effet de contrariété chez les publics?

Haut de page

Bibliographie

Amossy, R. (1999). L’ethos au carrefour des disciplines : rhétorique, pragmatique, sociologie des champs. Dans R. Amossy (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos (p. 127-154), Lausanne, France : Delachaux et Niestlé.

Amossy, R. (2010). La présentation de soi. Ethos et identité verbale. Paris, France : Presses universitaires de France.

Auchlin, A. (2000). Ethos et expérience du discours : quelques remarques. Dans M. Wauthion et A. C. Simon (dir.), Politesse et idéologie (p. 75-93), Louvain, France : Peeters/BCILL.

Auger, M. C. (2003, 5 avril). Comment perdre une semaine. Journal de Québec, p. 4.

Bakhtin, M. M. (1986). Speech Genres and Other Late Essays. Austin, TX : University of Texas Press.

Bange, P. (1992). Analyse conversationnelle et théorie de l’action. Paris, France : Hatier-Didier.

Bastien, F. (2009). Beyond Sex and Saxophones: Interviewing Pratices and Political Substance on Televised Talk Shows. Canadian Political Science Review, 3(2), 70-88.

Blum-Kulka, S. (1983). The Dynamics of Political Interviews. Text, 3(2), 131-153.

Bonnafous, S. (2002). La question de l’ethos et du genre en communication politique. Dans Actes du premier colloque franco-mexicain des sciences de la communication, Mexico, Mexique.

Bull, P. E. (1998). Political Interviews: Television Interviews in Great Britain. Dans O. Feldman et C. De Landtsheer (dir.), Politically Speaking (p. 149-160), Westport, CT : Greenwood Publishing.

Burger, M. (2006). La construction conjointe des rôles interactionnels dans l’entretien médiatique télévisé de personnalités. Dans M. Laforest et D. Vincent (dir.), Les interactions asymétriques (p. 159-181), Québec, Québec : Nota Bene.

Burger, M. (2009). Les ethos typifiés et les ethos émergents comme condition de l’argumentation dans les médias. Dans I. L. Machado et al. (dir.), Análises do discurso hoje : ethos, émotions et argumentation (p. 383-407), Rio de Janeiro, Brésil : Editora Nova Fronteira.

Charaudeau, P. (2001). De la compétence sociale de communication aux compétences de discours. Dans L. Collès et al. (dir.), La didactique des langues romanes (p. 34-43), Bruxelles, Belgique : De Boeck-Duculot.

Charaudeau, P. (2005a). Le discours politique. Les masques du pouvoir. Paris, France : Vuibert.

Charaudeau, P. (2005b) Les médias et l’information : l’impossible transparence du discours. Bruxelles, Belgique : De Boeck.

Clark, H. H. (1996). Using Language. Cambridge, Angleterre : Cambridge University Press.

Clayman, S. E. (2001), Answers and Evasions. Language in Society, 30(3), 403-442.

Clayman, S. E. (2008). Talk in Interaction as a Locus for Media Studies. Dans M. Burger (dir.), L’analyse linguistique des discours médiatiques (p. 83-109), Québec, Québec : Nota Bene.

de Chanay, H. C. (2009). Corps à corps en 2007 : Nicolas Sarkozy face à Ségolène Royal. Itinéraires. Littérature, textes et cultures, (1), 61-80.

Duranti, A. (2006). Narrating the Political Self in a Campaign for U.S. Congress. Language in Society, 35(4), 467-497.

Falzone, M. et Lasalle, A. (2013). La construction de l’ethos de la politicienne Marine Le Pen dans une émission d’affaires publiques. Revista ContraPonto, 3(3), 143-166.

Filliettaz, L. (2001). La dimension référentielle. Dans E. Roulet et al. (dir.), Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours (p. 97-137), Berne, Suisse : Peter Lang.

Filliettaz, L. (2002). La parole en action. Québec, Québec : Nota Bene.

Gagnon, L. (2003, 29 mars). Le vrai début de campagne. La Presse, A25.

Giasson, T. (2006). Les politiciens maîtrisent-ils leur image? Analyse des représentations visuelles souhaitées et projetées par les leaders politiques canadiens dans le débat télévisé électoral de 2000. Communication, 25(1), 46-83.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, France : Éditions de Minuit.

Hamo, M. et al. (2010). Surviving the “mock interview”: Challenges to Political Communicative Competence in Comtemporary Discourse. Media, Culture & Society, 32(2), 247-266.

Hébert, C. (2003, 6 avril). Commentaires politiques [Émission radio]. Dimanche magazine, Montréal, Québec : Société Radio-Canada.

Herman, T. et Micheli, R. (2003). Renforcement et dissociation des valeurs dans l’argumentation politique. Pratiques, (117/118), 9-28.

Kerbrat-Orecchioni C. et de Chanay, H. C. (2006). 100 minutes pour convaincre : l’éthos en action de Nicolas Sarkozy. Dans M. Broth et al. (dir.), Le français parlé des médias. Actes du colloque de Stockholm 8-12 juin 2005 (p. 309-329), Stockholm, Suède : Acta Universitatis Stockholmiensis.

Le Bart, C. (2001). Lois et invariants d’un genre : pour une sociologie des gaffes politiques. Dans S. 

Bonnafous et al. (dir.), Argumentation et discours politique (p. 79-87), Rennes, France : Presses Universitaires de Rennes.

Le Guern, M. (1977). L’ethos dans la rhétorique française de l’âge classique. Dans Centre de recherches linguistiques et sémiologiques de Lyon (dir.), Stratégies discursives (p. 281-287), Lyon, France : Presses universitaires de Lyon.

Lévesque, K. (2003, 7 avril). Sondage Léger Marketing/Le Devoir. Une bataille serrée. Le Devoir, A1.

Maarek, P. J. (2001). Communication et marketing de l’homme politique. Paris, France : Litec.

Martel, G. (2008). Performance… et contre-performance communicationnelles : des stratégies argumentatives pour le débat politique télévisé. Argumentation et analyse du discours, (1). Repéré à http://aad.revues.org/302

Martel, G. (2010). La performance communicationnelle en contexte médiatique : l’exemple du débat politique télévisé. Mots, (92), 83-102.

Nguyên-Duy, V. et Cotte, S. (2005). Le discours politique dans les émissions d’information et de variétés : la campagne électorale de 2003. Dans M. Burger et G. Martel (dir.), Argumentation et communication dans les médias (p. 157-191), Québec, Québec : Nota Bene.

Paveau, M.-A. (2006). Les prédiscours. Paris, France : Presses Sorbonne Nouvelle.

Samson, J.-J. (2003, 31 mars). Landry donne à son peuple. Le Soleil, A16.

Sandré, M. (2011). Mimiques et politique : analyse des rires et sourires dans le débat télévisé. Mots, (96), 13-28.

Schütz, A. (1962). Common Sense and Scientific Interpretation of Human Action. Collected Papers, (1), 3-47.

Schütz, A. (1997). Self-presentational Tactics of Talk-show Guests: A Comparaison of Politicians, Experts, and Entertainers. Journal of Applied Social Psychology, 27(21), 1941–1952.

Simon-Vandenbergen, A.-M. (1996). Image-Building Through Modaliy : The Case of Political Interviews. Discourse and Society, 7(3), 389-415.

Suleiman, C. (1999). Pronouns and Self Presentation in Public Discourse: Yasser Arafat as Case Study. Dans Y. Suleiman (dir.), Language and Society in the Middle East and North Africa: Studies in Variation and Identity (p. 104-121), Londres, Angleterre : Curzon.

Thompson, J. B. (2005). The New Visibility. Theory, Culture & Society, 22(6), 31-51.

Tolson, A. (1991). Televised Chat and the Synthetic Personality. Dans P. Scannell (dir.), Broadcast Talk (p. 178-200), Londres, Angleterre : Sage Publications.

Tolson, A. (2006). Media Talk. Spoken Discourse on TV and Radio. Édinbourg, Écosse : Edinburgh University Press.

Turbide, O. (2009). La performance médiatique des chefs politiques lors de la campagne électorale de 2003 au Québec (Thèse de doctorat). Université Laval, Québec.

Turbide, O. (2012). Les politiciens dans les talk shows : quelques stratégies de mises en scène du ludique. Dans P. Amey et P. Leroux (dir.), L’échange politique à la télévision : interviews, débats et divertissements politiques (p. 141-157), Paris, France : L’Harmattan.

Haut de page

Annexe

Convention de transcription

Haut de page

Notes

1 L’exemplification porte ici sur une portion restreinte du corpus analysé pour l’élaboration de ces paramètres (voir Turbide, 2009). Ce corpus étendu regroupe les performances médiatiques des trois principaux chefs de partis politiques (Bernard Landry, Mario Dumont et Jean Charest) à l’occasion d’interviews d’affaires publiques, d’interviews de talk show et d’un débat télévisé lors de la campagne électorale de 2003 au Québec.

2 Historiquement, en rhétorique, la notion d’ethos renvoie aux « mœurs oratoires » (Le Guern, 1977), c’est-à-dire à la manière dont l’orateur se présente à travers son énonciation. Il s’agit de l’une des trois preuves rhétoriques identifiées par Aristote, que l’on distingue du pathos (recours à l’émotion) et du logos (l’appel à la raison). Cependant, à la faveur des relectures de ce concept par Bonnafous (2002) et Amossy (1999, 2010), un second sens plus englobant est apparu et correspond davantage à la notion d’image que l’on retrouve dans les travaux en communication et celle de présentation de soi, présente dans les travaux d’inspiration sociologique.

3 Les connaissances, les savoirs et les représentations à propos du personnage en scène que se font l’acteur et les destinataires constituent l’image préalable. Ces informations sont préalables dans la mesure où elles sont présentes à leur esprit (c’est-à-dire stockées et traitées) avant que le personnage entre en scène et informe directement le discours produit et son interprétation (Paveau, 2006).

4 Cet enjeu est apparu dans la campagne électorale suivant la proposition du Parti libéral du Québec de Jean Charest d’enclencher un processus référendaire pour éventuellement reconstituer certaines des villes « fusionnées » par le gouvernement au pouvoir. Sur le plan politique, l’enjeu, pour Charest, est de se présenter comme un partisan de la démocratie municipale, redonnant aux citoyens le droit de décider de l’avenir de leur municipalité, tout en refusant de prendre position dans le débat (pour ou contre les fusions municipales).

5 Dans les extraits présentés, SB correspond à l’intervieweur, Stéphan Bureau, et JC, au politicien invité, Jean Charest. Pour la dimension verbale des transcriptions, je respecte l’orthographe standard tout en gardant la structure des énoncés telle que prononcée (voir l’Annexe 1 pour les codes de transcription). Pour la dimension coverbale, seulement certains gestes des mains (voir De Chanay, 2009) aidant à la compréhension de l’échange ont été transcrits. Les flèches descendantes (↓) signalent le battement du discours par l’une des mains de JC (voir Figure 1). L’emplacement de la flèche dans la transcription indique le moment où le geste est à son apogée. Les autres gestes sont signalés entre crochets ([ ]). Lorsqu’un même geste se prolonge dans le temps, j’indique la borne initiale et la borne finale de la phase gestuelle par des traits verticaux (|).

6 À la figure 2, le cadrage serré de la caméra (plan rapproché) permet uniquement de voir une main levée, geste produit à la première syllabe de « milliards ». La seconde main se devine à la faveur du plan précédent en contrechamp où, cette fois, c’est la main gauche qui est levée. La succession des plans (champ-contrechamp) permet de reconstruire le geste de Charest des deux mains levées.

7 Durant cette courte phase gestuelle encadrée par deux (|) (lignes 14 et 15), on observe pas moins de 14 gestes de battement d’ampleur différente.

8 De fait, à la suite de l’interview, l’émission Le Point et Stéphan Bureau ont reçu de nombreuses plaintes de la part des téléspectateurs reprochant à l’intervieweur d’avoir été trop agressif avec Charest.

9 Les portions en italiques sont de nous.

Haut de page

Table des illustrations

Titre (1)5
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1624/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 1. Geste de battement de discours
Légende Extrait : « Pour lui [Landry] c’était pas “une priorité” »
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1624/img-2.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure 2. Mains levées
Légende Extrait : « bien [mains levées] | il y a 4,1 milliards de dollars qui se donnent en subventions au Québec »
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1624/img-3.png
Fichier image/png, 77k
Titre (2a)
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1624/img-4.png
Fichier image/png, 106k
Titre (2b)
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1624/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre (3)
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1624/img-6.png
Fichier image/png, 32k
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1624/img-7.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Turbide, « La construction d’images publiques dans le discours politique médiatique.  », Communiquer, 14 | -1, 5-23.

Référence électronique

Olivier Turbide, « La construction d’images publiques dans le discours politique médiatique.  », Communiquer [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1624 ; DOI : 10.4000/communiquer.1624

Haut de page

Auteur

Olivier Turbide

Professeur, Département de communication sociale et publique
Université du Québec à Montréal, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org