Navigation – Plan du site
Entretiens

Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de perspectives

Entretien avec Christian Le Moënne, réalisé par Sidonie Gallot
Research in Organizational Communication in France: Developments and Prospects
Christian Le Moënne et Sidonie Gallot
p. 123-143

Résumés

Cette contribution, sous forme d’entretien, traite du déploiement, des évolutions et des perspectives des recherches en communication organisationnelle en France. À l’aune de leurs caractéristiques contextuelles, nous tentons d’en restituer l’évolution à travers le point de vue de Christian Le Moënne, qui a été à l’origine de la création du groupe de recherches en communications organisationnelles Org&Co. Cet entretien n’a pas pour ambition de faire l’« Histoire », ou de dresser un panorama exhaustif des travaux menés – ce qui, au vu de leur diversité, comporterait des biais majeurs – et il ne cherche pas non plus à établir une comparaison linéaire avec les recherches internationales. Par contre, il propose une vision nourrie sur les recherches en communication organisationnelle en France à travers les modalités de leur développement, les effets de contextes, les liens qu’elles entretiennent avec les sciences de l’information et de la communication. Il propose une réflexion sur les logiques d’institutionnalisation et de légitimation de champs et de programmes, sur les degrés d’acceptabilité scientifiques et professionnels, etc., sur une pluralité de phénomènes qui ont participé et participent de la construction et de la définition d’un programme de recherches des communications organisationnelles.

Haut de page

Texte intégral

Propos recueillis par Sidonie Gallot,
ses interventions sont en caractère gras.

1Pouvez-vous d’abord nous dire quelques mots à propos de votre parcours ? Quelle est votre formation initiale ?

2J’ai d’abord fait des études de philosophie, plus précisément d’épistémologie. À la fin des années soixante, le Département de philosophie de l’Université de Rennes était l’un des rares en France à s’intéresser à la philosophie anglo-saxonne, à la philosophie du langage, à la logique et à l’épistémologie, ce qui m’a permis de découvrir à la fois les grands courants pragmatiques américains et les débats impulsés par le cercle de Vienne, avec Wittgenstein et Popper sur la question des programmes scientifiques. À cette époque, ces auteurs n’étaient pour l’essentiel pas traduits en français, et il était de bon ton de mépriser ce qui était taxé de « philosophie du marketing » par des gens qui n’avaient, au demeurant, lu aucun de ces auteurs. La situation s’est toutefois renversée au début des années quatre-vingt au rythme de la parution, en France, des ouvrages de Peirce, Dewey et Wittgenstein, qui sont devenus très tendance, souvent sans être vraiment lus. Des chercheurs comme Francis Jacques, Jacques Bouveresse et Christiane Chauviré ont beaucoup contribué à ce renversement.

3À la fin des années soixante-dix, j’ai fait des études de sciences économiques et sociales, puis réalisé une thèse d’état de sciences politiques et une Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication.

4Qu’est-ce qui explique cet intérêt pour les recherches sur les communications organisationnelles ?

5Mon intérêt pour les recherches sur les communications organisationnelles s’explique en grande partie par mon parcours et mon expérience en entreprise. Ainsi, j’ai commencé très jeune à travailler pour financer mes études au lycée. À quinze ans et demi, j’ai commencé comme docker, deux ou trois nuits par semaine, dans un port où le syndicat dominant, auquel l’adhésion était obligatoire pour pouvoir travailler, était la CGT (Confédération générale du travail). J’y suis resté jusqu’au baccalauréat, que j’ai obtenu à vingt ans. Par la suite, j’ai été particulièrement engagé, avant et après 1968, dans les mouvements contestataires, notamment contre la guerre américaine en Asie et pour soutenir les luttes ouvrières, et j’ai été très actif dans les luttes étudiantes de 68 et du début des années soixante-dix. J’ai ensuite travaillé comme ouvrier du bâtiment durant quelques années et même obtenu une certification professionnelle en mécanique automobile. Durant cette période, j’ai participé à la création de diverses entreprises, notamment des imprimeries commerciales. En outre, j’ai a créé, au début des années quatre-vingt, la revue Arguments, différente, évidemment, de celle que Kostas Axelos et Edgard Morin avaient créée dans les années cinquante.

6Finalement, j’ai accepté un poste de professeur de philosophie dans un lycée dans l’intention de réaliser ma thèse. Or j’ai vite constaté que ce serait un obstacle à l’accès à des terrains d’observation. Ma thèse portait sur l’émergence du phénomène de la communication d’entreprise en France, émergence qui se déroulait sous mes yeux. J’ai donc créé, avec un ami, une société d’études et de conseil en organisation et en communication, que j’ai dirigée pendant presque dix ans, ce qui m’a permis d’accumuler de nombreuses données et de connaître des terrains d’observation qui m’auraient autrement été difficiles d’accès. Je travaillais toujours dans cette entreprise lorsque Armand Mattelart m’a sollicité pour rejoindre l’équipe que celui-ci tentait de rassembler pour monter le secteur des sciences de l’information et de la communication de l’Université Rennes 2.

7Venons-en à l’objet de cet entretien. Vous semblez un peu réservé sur la possibilité actuelle de faire une histoire des recherches en communications organisationnelles en France. Pourquoi ?

  • 1 Voir notamment, en références, les contributions récentes de Pierre Delcambre, James Taylor, Nicole (...)
  • 2 Cette tentative a fait l’objet d’une communication en 2009 lors d’un colloque du Groupe Org&co, don (...)

8Je ne puis en effet me garder d’une certaine méfiance concernant les enjeux sous-jacents à la volonté de tirer des bilans de travaux récents, menés par des chercheurs encore actifs et impliqués dans le développement des recherches et des débats et de faire, à tout bout de champ, des « histoires » de recherches qui ne me semblent pas encore entrées dans l’Histoire. Ceci ne veut pas dire que les tentatives de bilan critique ne soient pas intéressantes1. Mais elles relèvent, à l’évidence, de la « science en train de se faire » et sont donc engagées dans les débats et les enjeux théoriques et institutionnels, participant ainsi directement de la dynamique qu’il conviendrait de mettre sereinement à distance. Au demeurant, il n’est pas coutumier de demander aux acteurs d’être les historiens de leur propre histoire. Il y a là, pourrait-on dire, un léger biais méthodologique. Tenter un retour critique2 sur les recherches en communication organisationnelle en France est ainsi une opération intellectuelle délicate.

9Pour autant, revenir sur les recherches et les conceptualisations récentes participe-t-il également de la « science en train de se faire », notamment dans la mesure où beaucoup de jeunes chercheurs ne connaissent pas bien les débats et les travaux qui ont été développés il y a vingt, trente ou quarante ans ?

  • 3 Un colloque sera en effet organisé à Rennes en mars 2016 pour marquer le vingtième anniversaire du (...)

10Il sera certainement intéressant qu’une chronique généalogique des recherches développées en France sur les communications organisationnelles soit faite, un jour, de façon méthodique. Il faudra, pour cela, reprendre la totalité des articles, communications, thèses, comptes rendus et notes diverses accumulés depuis vingt-cinq ou trente ans, ou peut-être cinquante ans, les étudier attentivement et en faire une cartographie dynamique, repérer les débats, les tensions et les résistances épistémologiques et théoriques qui ont contribué à alimenter les problématiques et les recherches. Il s’agit là d’un travail considérable, qui pourrait, par exemple, faire l’objet d’une thèse. Mais il n’est pas évident qu’il y ait déjà un intérêt pour l’avancée des recherches actuelles. Il est cependant important de permettre aux jeunes chercheurs de situer leurs recherches dans cette filiation, ne serait-ce que pour la critiquer. Pour y contribuer de façon prudente, et en y associant toutes les générations, nous envisageons d’ailleurs un colloque international, en mars 20163, dont les travaux seront publiés dans un numéro de la Revue française des sciences de l’information et de la communication.

11Il est donc intéressant de nous donner votre lecture du développement des recherches sur les communications organisationnelles en France, ce qui permettra d’ailleurs une meilleure comparaison internationale et permettra des débats et des échanges.

  • 4 Voir en annexe l’appel à constitution de ce groupe.

12Plutôt que de prétendre faire une histoire des recherches, je crois possible de saisir l’occasion que vous m’offrez pour interroger la pertinence du programme de recherches sur les « communications organisationnelles », qui fut notamment élaboré et qui reste porté par le Groupe d’études et de recherches sur les communications organisationnelles, plus connu sous son sigle Org&Co. Créé en 1994 lors du congrès de Toulouse de la Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC), le groupe a réuni assez rapidement l’essentiel des chercheurs français intéressés par ce champ de recherches – les « communications organisationnelles » – et a organisé, à ce jour, plusieurs dizaines de journées d’études et de colloques, publié régulièrement des bulletins de liaison, des numéros de différentes revues et des ouvrages collectifs. Il s’était initialement donné pour objectif4 de permettre aux chercheurs qui engageaient des travaux sur ces pratiques sociales de mieux se connaître et de créer un cadre d’échanges et de débats scientifiques, dans un contexte où ces recherches étaient émergentes et ceux qui les engageaient, dispersés dans des laboratoires ayant d’autres orientations. La dynamique créée par ce groupe a joué un rôle certain dans la construction de la légitimité scientifique de ces recherches en France, et réfléchir sur ce parcours est une façon de donner à connaître un peu ces recherches et les débats et les échanges scientifiques auxquelles elles ont donné lieu sans risquer d’être interpellé pour avoir oublié de citer quelqu’un…

13Envisager la façon dont ce programme a été décliné dans les différentes équipes qui en ont développé des éléments devrait permettre d’en évaluer l’heuristique, de discuter les critiques et les propositions de dépassement qui ont été formulées vis-à-vis de ce programme – et leurs limites éventuelles – et de discuter quelques propositions de typologies de ces recherches menées en France depuis vingt-cinq ans. Ceci devrait permettre, enfin, de pointer prudemment quelques grandes questions soulevées par les recherches et les débats de ces dernières années qui me semblent conserver une certaine actualité et porter quelques enjeux théoriques.

14Il est à peu près reconnu que les recherches sur les communications organisationnelles se sont développées en France – sinon d’ailleurs en Europe – plus tardivement qu’en Amérique du nord, notamment au Canada. Que pouvez-vous nous dire de cet « écart » ?

  • 5 Au Canada, il s’agit d’une discipline ou d’un champ disciplinaire depuis une quarantaine d’années, (...)
  • 6 Outre les publications de la revue Économie et humanisme du Celsa, il faut noter : un chapitre, réd (...)

15C’est une évidence puisque les premiers travaux américains datent des années vingt du siècle dernier5 alors qu’il faut, en France, attendre les années soixante pour voir quelques publications à vocation scientifique sur ces phénomènes6, et les années quatre-vingt-dix pour voir le développement significatif de programmes de recherches. Pour autant, il me semble qu’il y a au moins un point commun entre les recherches en Amérique du nord et en France, soit la relation entre le développement des pratiques managériales d’information-communication et celui des recherches.

16Dans un article issu de ma thèse (Le Moënne, 1992), j’identifiais, en 1991, trois grandes phases dans le développement de politiques et de structures de communication volontariste émanant des milieux managériaux des entreprises. La première phase, de 1950 à 1968, est celle des pratiques et des politiques de communication commerciale, publicitaire, institutionnelle… peu rationalisées et peu professionnelles. La seconde, de 1968 à 1976, correspond à la première phase d’émergence de services « communication » ayant pour fonction de conseiller les directions générales, notamment dans ce qui était appelé la « gestion du bruit », à savoir l’intérêt de plus en plus grand des publics – et donc des medias de masse – pour les entreprises. Enfin, la troisième phase, de 1977 à 1990, est celle d’un développement très fort des services de communication dans les entreprises, y compris celles de taille moyenne, et la constitution d’un contingent de professionnels de la communication d’entreprise.

  • 7 Il est d’ailleurs frappant que le même phénomène affecte les sciences de l’information-communicatio (...)

17Il conviendrait certainement, aujourd’hui, d’ajouter deux phases supplémentaires : de 1990 à 2005, marquée par l’explosion des services de communication dans les administrations publiques nationales, territoriales et locales et, après 2005, où on observe une certaine instabilité organisationnelle de l’ensemble de ce nouveau secteur, du fait que la mutation numérique affecte tous les secteurs d’activité professionnelle, ce qui, à certains égards, enlève une part de légitimité récemment acquise aux services et professionnels de l’information-communication7.

18Il faut également mentionner que les années quatre-vingt ont vu le développement d’un couplage de plus en plus fort entre médias de masse et communication politique, marqué notamment par l’apparition, en France, des « spin docteurs » à l’américaine conseillant avec plus ou moins de bonheur les nouveaux princes. Il faut aussi souligner, sur ces dernières périodes, le développement massif des « agences conseil en communication », qui étaient d’ailleurs issues, pour nombre d’entre elles, d’une évolution des agences de relations publiques ou des agences publicitaires. Enfin, il faut noter la création et le développement, après 1985, de nombreuses associations de professionnels de la communication, qui contribueront à la construction de la légitimité des fonctions professionnelles de « communicateurs ».

19Pour revenir sur ce que vous appelez « l’écart », il faut souligner que les travaux nord-américains, notamment canadiens, sur les communications organisationnelles ont été très tardivement et très partiellement connus en France. Il faut attendre la fin des années quatre-vingt-dix pour que les travaux de Weick, de Taylor et de ce qui est maintenant appelé l’École de Montréal soient lus et commentés en France. Il faut cependant souligner que plusieurs chercheurs et auteurs de ladite école sont des français émigrés qui ont été formés dans nos bonnes vieilles universités.

20Vous dites donc, en relation avec l’identification de ces grandes phases d’émergence des communications organisationnelles volontaristes, que le développement des recherches, en France et en Europe, est directement lié à une demande de concepts et de problématiques susceptibles d’accompagner les mutations managériales des années quatre-vingt ?

  • 8 Voir sur cette période Bernard, F. (2002). Contribution à une histoire de la communication des orga (...)

21Cette perspective – ou cette hypothèse structurante – d’une relation étroite entre recherches et demande managériale est d’autant plus stimulante que, si on examine les vingt années de recherches dont ce groupe de chercheurs a organisé la mise en débat, on peut en effet faire l’hypothèse qu’il y a eu, en France, un lien entre l’évolution des problèmes et des demandes de conceptualisation des milieux managériaux des entreprises, et l’évolution des recherches et des problématiques sur les communications organisationnelles. Ce lien ne date d’ailleurs pas des vingt dernières années et pourrait certainement être mis en évidence depuis le début de la seconde moitié du XXe siècle8. Il est sans doute banal de constater que les recherches en sciences humaines et sociales suivent, avec parfois quelque distance, les évolutions sociétales et les pratiques des acteurs sociaux que ces recherches envisagent de décrire et de connaître. Mais ceci semble ne pas concerner seulement l’intérêt porté à des pratiques sociales, mais également, et c’est sans doute plus troublant, l’intérêt porté par les communautés scientifiques à telle ou telle problématique ou conception épistémologique. Les questions posées par les acteurs sociaux semblent influencer, jusqu’à un certain point, la circulation des idées et les modes intellectuelles, comme les évolutions des questionnements et des références épistémologiques des chercheurs en sciences humaines et sociales, pourtant prompts à proclamer leur totale indépendance de « position » et de point de vue.

22Ainsi en est-il allé des recherches sur les communications organisationnelles en France, ce qui atteste au demeurant que les chercheurs étaient, dès le départ, fortement engagés sur des terrains de recherches concrets. Non pas, évidemment, que les objets, pratiques, problématiques, épistémologies aient été nécessairement directement influencés – voire commandités – par les milieux managériaux des entreprises, mais il est intéressant – voire troublant – de constater les parallèles qui peuvent être faits entre l’émergence de pratiques de communications managériales diverses, ou les questions posées par la recomposition générale des formes organisationnelles des firmes et des diverses administrations et associations professionnelles, et les préoccupations de recherches sur les communications organisationnelles, y compris dans l’évolution épistémologique – et sémantique – de celles-ci. Pensons, par exemple, aux thématiques de l’« éthique managériale », de la « communication de crise », de la « communication institutionnelle »… Pensons, également, au développement des travaux sur les normes techniques, sur les écrits et les référentiels comme dispositifs de communication, sur les objets communicants… Pensons, aussi, à la critique du positivisme et au développement du pragmatisme et de l’empiricité dans un contexte de crise des modèles d’organisation et de revendication des méthodes pragmatiques par « essai et erreur » dans le champ managérial. Les sciences de l’information-communication ne se distinguent d’ailleurs pas sur ce point des effets de mode épistémologique propagés dans toutes les sciences humaines et sociales.

23Pourtant, les textes fondateurs du groupe Org&Co mettent l’accent sur la nécessité de se démarquer des logiques et des problématiques managériales ?

  • 9 Je crois que l’accusation la plus surréaliste qui ait été portée contre le groupe Org&Co fut d’être (...)
  • 10 Voir Le Moënne, C. (2013). Crise de la critique idéologico politique et recherches en Sciences huma (...)
  • 11 Voir sur ce point Boure, R. (dir.) (2002). Les origines des sciences de l’information et de la comm (...)

24Ceci tient au contexte d’émergence des recherches sur les communications organisationnelles en France, et notamment au fait qu’elles ont été – principalement mais non exclusivement – le fait de chercheurs qui étaient, institutionnellement, dans le champ des sciences de l’information et de la communication. Ceci n’a pas été sans poser de forts problèmes d’acceptabilité à la fois institutionnelle et idéologique, résistances qui s’exprimaient bien sûr sous des arguments à prétention épistémologique, en niant toute légitimité scientifique à ces premières recherches. C’est pourquoi il est parfois surprenant, pour des collègues d’autres pays, de constater que les chercheurs qui ont initié les programmes de recherche sur ces pratiques sociales ont été obligés, durant de longues années, d’en argumenter la légitimité et l’heuristique, face à une petite partie de la communauté scientifique qui se considérait en permanence menacée, dans sa pureté critique et épistémologique, par les idéologies managériales9. Cette compulsion de démarcation de l’idéologie managériale peut d’ailleurs s’expliquer par la persistance d’un courant, que j’ai qualifié ailleurs d’« althusserisme tardif »10, qui considérait que les sciences ne se construisent pas par leurs résultats et leurs conceptualisations, mais par une démarcation critique d’avec les « idéologies » qui les précédent et les subvertissent. Cette difficulté de reconnaissance s’explique aussi, sans doute, par le fait que les sciences de l’information-communication sont issues en France, pour une large part, de courants littéraires11 en mal, eux-mêmes, de légitimité scientifique.

25L’aspect positif de cette situation est que ceci a eu l’avantage de créer un contexte critique qui était au demeurant nécessaire pour échapper à la tentation de l’expertise et de l’instrumentalisation managériale des recherches et pour résister au retournement idéologique libéral des années quatre-vingt, dont l’un des axes idéologique fut la « défense de l’Entreprise ». Ceci a aussi obligé à effectuer un travail de construction épistémologique serré des hypothèses et des conceptualisations qui sous-tendaient les recherches. On pourrait dire, sous cet aspect, que le premier moment des travaux du groupe Org&Co a été tout à la fois de décrire les phénomènes émergents, souvent spectaculaires, de communications institutionnelles menées par les directions de groupes d’entreprises et de construire de façon critique les bases des recherches sur les communications organisationnelles.

  • 12 Voir les deux ouvrages issus de ces colloques : Le Moënne, C. (dir.) (1998). Communications d’entre (...)
  • 13 Cette perspective avait d’abord été développée dans le champ de la gestion. Voir Degot, V. (1985). (...)
  • 14 Voir notamment Floris, B. (1996). La communication managériale : la modernisation symbolique des en (...)

26Les premiers colloques de 1996 à Rennes et de 1998 à Roubaix en portent fortement la marque12, comme les thématiques et les problématiques initiales des chercheurs. Par exemple, tous les travaux et les débats inspirés de Pierre Bourdieu13 qui s’efforçaient d’analyser l’émergence des communications d’entreprises en matière de « gestion symbolique »14 participent de ce contexte dans lequel il fallait à la fois ouvrir un nouveau champ de recherche, le faire reconnaître et dépasser l’illusion empiriste d’une réalité sociale qui se donnerait à observer et décrire dans sa spectaculaire nouveauté.

27Cette relation entre les évolutions managériales et celles des recherches a donc été à la fois étroite et paradoxale, en tension entre proximité et distance, dans les temporalités et dans les thématiques ?

  • 15 Voir Le Moënne, C. (1992). L’ère de la dissuasion symbolique. CinémAction, (63), 193-203.
  • 16 Voir notamment Aglietta, M. et Brender, A. (1984). Les métamorphoses de la société salariale. La Fr (...)
  • 17 Il s’agit de l’ancien nom de l’actuel MEDEF : Le Conseil national du patronat français devenait le (...)

28J’avais, dans quelques textes au début des années quatre-vingt-dix, caractérisé le contexte d’apparition des stratégies de communications d’entreprises et, plus largement, l’apparition des fonctions de communicateurs professionnels15. Ceci résultait d’abord de la crise profonde des modalités de production et de consommation de masse des années soixante-dix qui se révéla, progressivement d’ailleurs, être une crise globale du modèle de croissance, de développement économique, social et politique mis en œuvre en France depuis la guerre sous l’égide de l’État providence, modèle que les économistes de l’École de la régulation16, reprenant l’expression de Antonio Gramsci, appelaient « taylorisme-fordisme ». Cette crise affecta les formes d’organisation qui avaient été dominantes depuis les années trente aux États-Unis et depuis les années soixante en Europe et elle provoqua une dislocation des formes antérieures d’entreprises fondées sur l’internalisation de tous les facteurs de production. La logique visant à externaliser tout ce qui pouvait immobiliser le capital entraînait une recomposition des firmes dans laquelle leurs frontières devenaient poreuses et fluctuantes, remettant à bien des égards en cause les délimitations entre « interne » et « externe ». Les dynamiques de projets, éphémères et sélectifs, les logiques d’externalisation, de développement d’une déconnexion entre logique économique et sociale et logique financière radicalisèrent ce mouvement. Ceci alla de pair, en France, avec la mise en avant, notamment sous l’impulsion du CNPF17, de discours sur « l’Entreprise » présentée comme l’institution source de structuration et de maintien du lien social. Ainsi, à mesure qu’elle se délitait physiquement et organisationnellement, « l’Entreprise » prenait une dimension symbolique de plus en plus grande et devenait une thématique centrale des communications patronales et de tous leurs relais médiatiques. C’est dans ce contexte, d’ailleurs, que le CNPF décida, en 1981 lors de son congrès de Villepinte, de changer de nom pour devenir le Mouvement des entreprises de France, le MEDEF.

  • 18 Commission qui existe toujours au demeurant. Voir www.trilateral.org/. On lira avec intérêt sur ce (...)
  • 19 Concernant cet organisme toujours très actif, voir également www.institut-entreprise.fr.
  • 20 Ces orientations sont résumées dans un numéro des Cahiers français intitulé « 1980 : réflexions sur (...)
  • 21 Certainement depuis les années vingt, qui virent le développement des stratégies de communications (...)

29Au fond, il s’agissait, pour les instances dirigeantes du patronat français, de tirer les conséquences des grands mouvements sociaux de la fin des années soixante, en relation étroite, d’ailleurs, avec les travaux et les réflexions menés à l’échelle mondiale par la Commission trilatérale18, dont le prolongement en France passait par l’Institut de l’entreprise19 du CNPF. Ces deux organismes avaient très tôt attiré l’attention des milieux patronaux sur la nécessité de développer des politiques de communication et de relations publiques, afin de résister aux projets politiques et sociaux visant à réguler plus fortement les décisions patronales et leurs conséquences sociétales20. La traduction de cette orientation fut, pour une part, à l’exemple de ce qui existait depuis longtemps aux États-Unis21, le développement massif en France des stratégies patronales de « communications institutionnelles » centrées sur l’utilité sociale des entreprises et leur rôle dans la Cité. Ceci entraîna une irruption, relativement nouvelle en France à l’époque, des directions d’entreprise dans le débat politique et la sphère publique et une forte demande de conseil en communication, notamment pour développer des stratégies médiatiques à la fois offensives et défensives.

30Vous suggérez que l’émergence du secteur professionnel de la communication, dans les entreprises et les autres organisations, résulte d’une volonté des milieux patronaux français d’intervenir dans la sphère publique politique ? Ceci signifierait que le développement des communications d’entreprises serait d’abord un phénomène sociopolitique plutôt que purement managérial ?

  • 22 Voir Galambos, L. (1975). The public image of Big Business in America1880-1940. Baltimore, MD : Joh (...)

31Oui. Il ne fait pas de doute que tout ce processus d’émergence des « départements communication » dans les entreprises, comme le fait que les agences de publicité se rebaptisaient à la hâte « agences conseil en communication », résultait de ce que les frontières des entreprises étaient devenues « poreuses », sous l’effet non seulement des recompositions organisationnelles mais également du développement d’un intérêt grandissant des publics, et donc des medias de masse, pour ce qui s’y passait. Et la mise en visibilité, dans l’espace public, d’événements et de pratiques demeurés jusque là confidentiels avait un effet direct sur la performance capitalistique des groupes industriels et commerciaux, notamment par la relation directe qui était faite entre entreprise et marque commerciale. Ceci avait également un impact sur les performances boursières des grands groupes, dans un contexte de déconnexion entre l’économie industrielle et l’économie financière. De là l’émergence de la catégorie de « performance sociétale », construite opportunément par les organismes de sondage d’opinion et les consultants en communication, pour désigner les résultats des investissements massifs concédés pour « améliorer l’image publique des firmes ». Notons que cette préoccupation avait été également celle du « Big business » américain dans les années trente22. Ceci contribua à créer une acceptabilité de masse des conceptions managériales. Les sémantiques, les imaginaires, les règles et les normes managériales des entreprises devinrent les références pour toutes les autres institutions sociales : partis, syndicats, associations et institutions étatiques et territoriales, voire l’Église catholique.

  • 23 Sur cette question voir Le Moënne, C. (2008). L’organisation imaginaire ?. Communication et organis (...)

32La stratégie de promotion de « l’Entreprise » comme institution sociale centrale supposait cependant que soit posée une équivalence entre « entreprise » et « organisation » afin de subsumer sous cette catégorie toutes les institutions possibles. Cette métaphore, celle de l’« organisation », connaissait alors une évolution sémantique sensible. Signifiant depuis le début du siècle l’efficacité à structurer des ressources en fonction de buts et de projets, elle en était venue à signifier, dans une conception objectiviste et spatiale, les ressources elles-mêmes. Métaphore de toute institution finalisée susceptible d’être administrée comme une entreprise, l’équivalence entre entreprise et organisation était un dispositif idéologique et une vulgate très difficiles à remettre en cause23. Et qui le reste encore aujourd’hui.

  • 24 Voir notamment Galbraith, J. K. (1971). Le nouvel État industriel. Paris, France : Gallimard et Cha (...)
  • 25 Qui seront aussi les appelées les « années fric » par la spectaculaire conversion du Parti socialis (...)
  • 26 Sur cette importante question, voir Piketty, T. (2013). Le capital au XXIe siècle. Paris, France : (...)

33Par ailleurs, la première phase de développement du secteur professionnel de la communication d’entreprise, dans les années quatre-vingt, a coïncidé avec ce qui a pu être analysé comme la fin du « capitalisme managérial » qu’avaient bien étudié divers auteurs américains24. On apercevra plus tard que, derrière la critique des formes organisationnelles antérieures et l’appel à la « modernisation » des entreprises, se développait en fait, dans le contexte des « années Mitterrand »25, une véritable « révolution capitaliste » de reprise du pouvoir dans les grandes firmes et les groupes industriels et financiers par les actionnaires et les propriétaires, qu’ils soient familiaux ou collectifs comme les fonds de pensions ou les fonds souverains qui faisaient alors massivement irruption dans la structure du capital français26.

34Comment se sont développées, dans ce contexte, les recherches et les publications sur les processus d’information-communication organisationnelles ?

  • 27 Voir, par exemple, le Guide-répertoire des équipes de recherches sur la communication, SHS-SFSIC, j (...)
  • 28 Bien entendu, il y avait les travaux de la revue Économie et humanisme, dont Françoise Bernard à re (...)
  • 29 Alors qu’un « répertoire 90 » de la librairie Teknè spécialisée dans les ouvrages d’information com (...)

35Dans ce contexte des années quatre-vingt, le plus frappant pour un chercheur était l’absence de recherches scientifiques significatives sur ces pratiques sociales et, notamment, l’absence d’approches théoriques ou de programmes de recherches en sciences de l’information et de la communication, discipline qui aurait pourtant dû être en pointe dans l’analyse de ces phénomènes et pratiques sociales. Si, dans cette décennie, quelques annuaires de recherches mentionnaient accessoirement cette perspective27, peu d’équipes, de laboratoires ou de chercheurs s’y intéressaient encore centralement. Peu de thèses traitaient de ces questions dans une perspective faisant rupture avec les approches managériales28 ou avec les approches des disciplines qui étudiaient « classiquement » les processus organisationnels, sciences de gestion et sociologie des organisations notamment. Peu de revues ou d’articles et d’ouvrages y étaient consacrés dans le champ universitaire29.

36Les discours et les productions symboliques émanant des directions des firmes, qui commençaient à envahir l’espace public médiatique, étaient globalement analysées comme des manifestations publicitaires ou de marketing politique banal, participant d’une modernisation des idéologies patronales mises à mal par les grands mouvements critiques des années soixante. Dans le fond, les analyses critiques, qu’elles soient menées dans une perspective de critique des idéologies, de critique de la domination ou de critique des industries culturelles et des relations publiques, suggéraient qu’il n’y avait pas là grand-chose qui méritât un effort de conceptualisation renouvelé.

37Les recherches sur les communications organisationnelles ont cependant commencé à se développer à partir de la fin des années quatre-vingt dans différentes directions et sur différentes catégories de pratiques sociales : presse d’entreprise, communication institutionnelle, information documentaire, relations interindividuelles au travail, mémoires d’entreprises, discours et pratiques managériales diverses. La caractéristique centrale était l’extrême dispersion des travaux qui ne se pensaient pas clairement comme participant de la construction d’un même champ scientifique : la communication organisationnelle. Il faut, cependant, noter la création à Bordeaux, au début des années quatre-vingt-dix, de la revue Communication et organisation et la sortie de plusieurs numéros de revues de sciences humaines et sociales consacrés à ces phénomènes. Ces recherches ont, dans un premier temps, pris un tour assez descriptif, visant à rendre compte des phénomènes et des pratiques empiriquement observés. Ce qui, au demeurant, était très positif, puisque cela attestait d’un travail d’observation de terrain et de collectes et d’analyses de données sur ces pratiques sociales. C’est ainsi que, dans un deuxième temps, les approches des communications organisationnelles dans les sciences de l’information et de la communication et à leur périphérie ont couvert simultanément et progressivement une multitude de phénomènes d’information-communication ou en lien avec l’émergence de pratiques sociales intéressant ces phénomènes.

38C’est alors qu’est lancé un appel à la constitution d’un groupe d’études et de recherches sur les phénomènes de communications organisationnelles ?

  • 30 Les recherches en Amérique du Nord avaient pris une expansion plus précoce, puisque les collègues c (...)

39L’appel à mettre en place un groupe d’études et de recherches sur les communications organisationnelles était évidemment directement influencé par le contexte social, politique, épistémologique dont nous venons de parler30. Alors qu’il proposait aux chercheurs intéressés de se rencontrer pour sortir de l’isolement et échanger sur leurs travaux, cet appel, à la réflexion, constituait en fait un programme de recherche qui s’est finalement avéré extrêmement fécond.

40Il est intéressant, pour le mettre en perspective, de reprendre sommairement la caractérisation des programmes de recherche que propose Imre Lakatos. Celui-ci suggère, pour en caractériser le « noyau dur », de distinguer entre heuristique négative et heuristique positive, en soulignant que tout programme de recherche tire plutôt sa force de son heuristique négative, c’est-à-dire des programmes ou des travaux dont il essaie de se démarquer et des hypothèses et problématiques qu’il entend remettre en question.

  • 31 Voir notamment Le Moigne, J.-L. (1973). Les systèmes d’information dans les organisations. Paris, F (...)
  • 32 Ce basculement des formes institutionnalisées d’entreprises vers des formes projet, éphémères et sp (...)

41Ainsi, si l’on reprend cette approche de l’activité scientifique, il me semble que le noyau dur du programme « communications organisationnelles » tenait dans l’équivalence qui était posée d’emblée entre information-communication et organisation. Cette équivalence se situait, au fond, dans la perspective des premières théories de la communication. L’équivalence posée par Shannon et Weaver entre information et négentropie, ordre, organisation, etc., la systémique de première génération qui soulignait l’importance de l’information pour la structuration des systèmes ouverts, etc., ou le « théorème programme » de Jean-Louis Le Moigne inspiré de Herbert Simon, selon lequel « l’information forme l’organisation qui l’informe »31, expriment bien ce noyau dur. Bien entendu, cette équivalence faisait démarcation par rapport à tous les chercheurs qui considéraient que les sciences de l’information avaient un domaine spécifique, différent de celui des sciences de la communication. Nous apercevions bien qu’il était peu intéressant de segmenter les phénomènes en séparant les processus de mise en spectacle des entreprises et des différentes institutions et les processus de recomposition organisationnelle qui étaient clairement en cours depuis les années soixante-dix, mais il s’agissait, au fond, de prendre en compte de façon large l’ensemble des processus de communication organisationnelle, y compris et notamment les processus de structuration des formes organisationnelles, dans un contexte ou ceux-ci n’apparaissaient plus comme des modèles de la norme, mais comme des formes dissipatives, fondées sur la reconnaissance des compétences et des aptitudes individuelles et collectives à s’inscrire dans des projets32.

  • 33 Voici un extrait du texte de présentation du groupe d’études et de recherches rédigé en 1998 en int (...)

42L’heuristique positive de ce programme tenait sans doute dans la volonté de construire un champ de recherche au sein des sciences de l’information et de la communication telles qu’elles s’étaient structurées administrativement en France, tout en mobilisant des approches pluridisciplinaires – ou interdisciplinaires – des processus communicationnels et informationnels33.

43Pouvez-vous développer cette notion d’« heuristique négative » ? Il peut sembler paradoxal de fonder un programme de recherches sur le négatif.

44L’heuristique négative est l’ensemble des questions qui permettent de construire un programme de recherche par une critique ou par une délimitation qui vise à définir ce que ce programme de recherche n’est pas, ce qu’il n’entend pas faire et les programmes ou les problématiques qu’il n’entend pas mettre en œuvre. Un programme de recherche se définit par rapport à un nombre de questions qui le précèdent et qu’il entend reconfigurer ou retravailler. L’heuristique négative contribue donc à définir le noyau dur du programme de recherche : c’est ce qui lui permet de se délimiter, de se situer, dans un champ scientifique. Ceci suggère qu’il y a toujours une certaine continuité, positive ou négative, à l’intérieur des champs scientifiques, ce qui ouvre à une discussion sur la notion de révolution scientifique et de paradigme. Kuhn disait qu’il y a la possibilité, à l’issue de la mise en évidence de l’inconsistance de certains paradigmes, de faire émerger des situations d’incertitudes ou d’inconsistance généralisée, caractéristiques des révolutions scientifiques.

45L’idée de Lakatos, qui à certains égards radicalise Karl Popper, c’est que le champ du développement scientifique ne peut se faire que par accumulation de négations, accumulations critiques de ce que l’on perçoit comme étant finalement les limites des théories ou des points de vue antérieurs. Sauf à tomber dans l’impossibilité à justifier du développement des sciences et de la connaissance, et dans une situation où on se contenterait de constater qu’il y a des discours juxtaposés qui sont incapables de dialoguer entre eux, l’hypothèse de l’heuristique négative est une hypothèse lourde, puisqu’elle prend le contrepied complet du relativisme, en posant que le savoir progresse par accumulation de conjectures et non de certitudes.

46Pour ce qui concerne le programme de recherche sur les communications organisationnelles, son heuristique négative concernait indubitablement la nécessité de se démarquer des approches d’expertises, des approches instrumentales des professionnels (l’experten Kultur de Habermas). Cependant, nous étions également soucieux, et ce fut un point de débat intéressant, de ne pas réduire les approches critiques aux approches idéologico-politiques qui tendaient à considérer que les communications institutionnelles n’étaient que le dernier avatar de l’« idéologie bourgeoise managériale ». Ceci, en effet, revenait à nier l’utilité, voire la possibilité de tout programme de recherche sur ces phénomènes, ce qui supposait au minimum de les prendre au sérieux, de les considérer « dans leur valeur faciale », pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu. Par ailleurs, la réduction à un phénomène idéologique revenait à nier la capacité d’adaptation et d’émergence du capitalisme, mais également à refuser de prendre la mesure de ce que les communications organisationnelles manifestaient : une solide crise managériale, crise des modèles et des conceptions qui affectait non seulement le champ des entreprises mais également et plus largement l’ensemble des institutions du capitalisme dans le contexte de l’émergence des technologies numériques.

  • 34 Je m’appuie, ici, sur différents textes de bilan d’étape du groupe Org&Co, rédigés entre 1996 et 20 (...)

47Un autre aspect de ce programme consistait à refuser de réduire les approches à des conceptions trop mécanistes ou objectivistes des organisations dans lesquelles celles-ci se confondraient avec leurs ressources. Cette dimension du programme de recherche était, notamment, fortement influencée par les travaux et les hypothèses qui proposaient, dans la postérité de l’interactionnisme symbolique, d’analyser les entreprises comme des entités symboliques. Pour autant, il ne s’agissait pas de réduire les processus de communication aux actes de langage et aux processus langagiers, mais de les analyser en relation étroite avec les pratiques sociales en contexte technique, normatif et institutionnel… Il était projeté expressément de développer les recherches de terrain, de mettre en relation les discours managériaux avec les pratiques effectives des acteurs impliqués dans les entreprises et les autres institutions susceptibles d’être analysées34. Ceci avait notamment pour fondement la conviction que l’objet propre des recherches consistait à se donner les moyens de comprendre en quoi les processus et les pratiques d’information-communication organisationnelles produisaient des effets sociétaux et anthropologiques.

48Imre Lakatos fait une distinction entre « programmes forts » et « programmes faibles ». Estimez-vous que le programme communications organisationnelles est un programme fort ou faible ?

  • 35 Voir Lakatos, I. (1994). Histoire et méthodologie des sciences. Programmes de recherche et reconstr (...)

49Si on prend cette distinction héritée de la sociologie des sciences35, force est de reconnaître que le programme communications organisationnelles était un « programme faible », qui ne revendiquait pas un point de vue épistémologique singulier et énoncé en un nombre limité de principes dogmatiques. Disons que c’était un programme de faible portée, en ce qu’il n’envisageait pas de créer une nouvelle discipline comme nos collègues Canadiens vingt ans plus tôt, mais de constituer un champ spécifique dans une discipline existante. Pourquoi d’ailleurs cette obstination à demeurer au sein des sciences de l’information et de la communication malgré les problèmes de légitimité et de reconnaissance que nous y rencontrions ? C’était sans doute le plus simple, dans la mesure où la création d’une nouvelle discipline est en France un processus long et hautement politique. Est-ce une situation définitive ? Il est sans doute trop tôt pour le dire et tout dépendra également du devenir des SIC en France et de la capacité à maintenir une certaine unité et identité disciplinaire ainsi qu’un corps de théories et de savoirs communs.

50Si je comprends bien, parler de « programme de faible portée » suggère que la distinction des situations des recherches au Canada et en France relève d’une différence dans la conception des champs de recherche et des programmes ?

51Il me semble qu’il faut faire une distinction entre des programmes de champ et des programmes d’objet. Un programme d’objet est un programme qui, à l’intérieur de grands champs de recherche déjà existants, se propose de construire des objets ou des problématiques de recherche et d’en défendre la validité épistémologique, théorique et méthodologique et la légitimité disciplinaire et scientifique au regard des paradigmes dominants dans le champ.

52Un programme de champ se donne pour objectif, comme son nom l’indique, d’ouvrir un nouveau champ de recherche. Il s’agit donc d’élargir au maximum la perspective et de ne pas la fermer sur une problématique ou une définition particulière. C’était la caractéristique centrale de la notion de « communication(s) organisationnelle(s) », suffisamment floue et imprécise pour que chacun puisse finalement y mettre ce qu’il souhaitait, sans avoir à faire des efforts de justification pour pouvoir s’y situer. La condition minimale d’un programme de champ est qu’il est nécessaire de définir chaque fois les concepts et les notions utilisés, c’est-à-dire, pour ce qui nous concerne, ce que l’on entend par communication, information, organisation, communication organisationnelle, problématique communicationnelle, approche communicationnelle ou informationnelle, etc. L’idée de champ suppose donc qu’est résolue la question d’une posture conceptuelle qui offre l’opportunité la plus ouverte possible, la plus large possible pour des constructions d’objet ou de débats scientifiques. Une heuristique de champ est, par définition, ouverte, là où une heuristique d’objet est plus fermée. Pour autant, le noyau dur, l’hypothèse structurante forte qui permet de délimiter le champ ou de délimiter l’objet, peut être le même.

  • 36 Voir Taylor, J. et Delcambre, B. (2001). La communication organisationnelle en Amérique du Nord. Da (...)

53Pour répondre à votre question, il me semble, si l’on considère le bilan qu’en fait James Taylor36, que l’essentiel de l’effort de nos collègues canadiens, au début des années quatre-vingt-dix, a porté également sur la constitution d’un programme de champ. La différence tient à l’institutionnalisation de la « communication organisationnelle » comme discipline séparée des autres champs de recherche, sur les médias par exemple.

54Le programme « communications organisationnelles » en France était donc, comme au Canada, un programme de champ et non un programme d’objet, et il s’est d’emblée refusé à définir trop précisément ce qui pouvait être entendu par « information et communication ». Cela fut évidemment une conception ouverte et prudente si l’on mesure l’importance des bouleversements qui ont touché les entreprises et les diverses institutions sous l’effet de la mutation numérique et d’Internet. Le caractère flou des notions ouvrait le champ aux débats et aux recherches les plus diverses et permettait de travailler à la convergence des points de vues dans leur diversité, là où des définitions trop fermées auraient sans doute limité le développement du champ et des programmes de construction de problématiques et d’objets. Ceci dit, l’absence de précision et le flou relatif peuvent finir par poser problème si on prétend développer des programmes d’objet sans clarifier les concepts et les termes que l’on mobilise pour les développer.

55Comment se sont déployées les recherches et sur quels objets après cette phase initiale ? Ce programme de recherche conserve-t-il une certaine actualité et heuristique, ou a-t-il produit tous ses effets ?

  • 37 Voir Delcambre, P. (2001). La communication organisationnelle France. Dans L. Bonneville et S. Gros (...)

56Après la phase initiale, diverses lignes d’approches des processus de communications organisationnelles se sont développées. Pierre Delcambre37 en propose une typologie possible en cinq « paradigmes » que je veux bien reprendre à mon compte : paradigme des logiques sociales, paradigme systémique, paradigme des comportements communicationnels, paradigme sociotechnique et paradigme de l’activité. On pourrait certainement opérer, également, une classification par étapes de construction du champ et des thématiques et objets de recherche. Il me semble qu’après une phase assez descriptive, durant laquelle les conceptualisations étaient imprégnées des travaux et des concepts d’autres champs (sociologie du travail, analyse des systèmes d’informations documentaires, des relations publiques, marketing, analyses de discours…), plusieurs colloques Org&Co vont témoigner d’un élargissement des perspectives et d’une institutionnalisation forte de ce champ de recherche en France. L’un fut organisé à Aix-en-Provence en 1999, un autre à Rennes en 2000, un troisième à Castres en 2001 et deux autres à Paris en 2005.

  • 38 Les textes issus de ce colloque devaient faire l’objet de la troisième livraison aux Presses univer (...)
  • 39 Les actes en ont été pour l’essentiel publiés en 2000 dans les numéros 50-51 de la revue Sciences d (...)
  • 40 Voir Mayere, A. et Bourdin, S. (dir.) (2001). Communication organisante et organisation communicant (...)
  • 41 Voir Bouzon, A. et Meyer, V. (dir.) (2006). La communication organisationnelle en question. Méthode (...)

57Le programme du colloque de Aix-en-Provence38 était très caractéristique de cette ouverture forte des problématiques. Les quatre ateliers en attestaient : le premier abordait « le management, l’ingénierie et la gestion symbolique, et les effets de matérialité » ; le second, « les normes, les règles, les conventions, l’organisation-institution et l’organisation-artefact » ; le troisième, « les notions de genre, de dispositif, les classifications, les catégorisations et les méthodologies » ; et le quatrième, les recherches sur « les langages, la sémiologie, l’écrit, les pratiques et les compétences ». Le colloque de Rennes39, au cours duquel fut rendu, en sa présence, un hommage aux travaux de Jean-Louis Le Moigne, se situa dans l’approfondissement de celui de Aix, un an plus tôt, mais marqua certainement un tournant dans la reconnaissance de la légitimité de ce champ de recherches pour les sciences de l’information et de la communication en France, notamment par la publication des actes dans un numéro double de la revue Sciences de la société. Le colloque de Castres en 2001, centré sur les relations entre « Communication organisante et organisation communicante : confrontation et dynamique »40, pourrait être mis en relation avec les thématiques de l’« organizing » développées en Amérique du Nord et manifestait certainement un début de connaissance et d’appropriation des thématiques développées au Canada. Les grands axes étaient assez caractéristiques de cette convergence : « Action et interaction située », « Transformation des organisations et mutations communicationnelles », « Évolution des formes organisationnelles » et « Politiques de communication et construction des organisations ». Enfin, les deux colloques de Paris, étaient centrés à la fois sur un état du champ, des concepts et des perspectives, et sur les questions de méthodes41.

58Il y a ensuite eu deux colloques à Rennes, deux colloques à Nice et un colloque à Paris, et deux autres sont en préparation au moment ou nous écrivons ces lignes, l’un à Toulouse en juin 2015 et l’autre à Rennes en mars 2016 pour marquer les vingt ans du premier colloque Org&Co à Rennes en 1996. Une dynamique et une activité absolument foisonnantes donc, et un nombre considérable de publications, articles, numéros thématiques de revues, ouvrages, et des journées d’études trimestrielles depuis vingt ans. Le groupe est animé depuis l’origine par un secrétariat limité. Je l’ai assuré de 1994 à 1999. Françoise Bernard m’y a succédé, puis Arlette Bouzon et Vincent Meyer, qui ont passé le relais à Bertrand Parent et Catherine Loneux, laquelle a cédé la place à Sylvie Parrini. Celle-ci assure seule depuis quelques années le secrétariat et l’animation de la feuille de liaison.

59Quelle est la situation actuelle des recherches et des débats sur les communications organisationnelles en France ?

60Il est encore difficile de tirer des bilans des recherches qui se sont développées depuis le début des années quatre-vingt-dix dans la postérité de ce programme général, sinon pour constater qu’elles ont été assez foisonnantes en France et que la grande souplesse du programme a dynamisé le groupe d’études et de recherches Org&Co, qui en a été le principal vecteur et porteur.

61On pourrait notamment se demander si ce programme conserve une actualité et si son heuristique continue à produire des effets. C’est là, évidemment, une question délicate, car elle supposerait que nous ayons une vision d’ensemble des travaux actuellement en cours, ce qui est difficile, et également que les idées, les conceptions et les recherches progressent par vagues, avec des avancées et des reculs, des effets d’oublis et des effets d’intensification, dans des directions et des problématiques qui sont le plus souvent peu coordonnées et mises aux débats de façon méthodique.

62J’ai le sentiment, sinon, d’un certain recul, du moins d’une certaine stagnation de certaines directions de recherche, par exemple sur les états des lieux des services et des secteurs de la communication professionnelle, sur les associations professionnelles, sur les grandes thématiques et orientations des stratégies de communication des différents secteurs professionnels. Nous manquons, il me semble, de travaux d’observation et d’études socioéconomiques et de données fiables sur ces grandes évolutions. Or, dans le même temps, des travaux intéressants et très structurés se sont développés sur les conséquences de la mutation numérique sur les différentes pratiques professionnelles, entreprises, administrations. C’est intéressant, même si ces études sont encore trop récentes et trop sectorielles et les analyses encore trop fondées sur des discours généraux concernant le numérique.

63Il me semble que l’on assiste actuellement à un certain éclatement des sujets de recherche et à une certaine baisse d’intensité de l’intérêt porté par les jeunes chercheurs aux communications organisationnelles. On peut aussi se demander si les recherches et les conceptualisation, en se centrant sur les « informations-communications organisantes » avec une conception large de ces notions, englobant les processus de normalisation, de codification, de régulation, d’interaction au travail, de langages et de discours, de rationalisation, etc., n’ont pas pour l’essentiel glissé sur les terrains d’études traditionnels de la sociologie du travail.

64Je vois soutenir des thèses intéressantes, issues de travaux de terrain, mais elles me semblent poser parfois un problème de délimitation du champ de recherche et de définition claire des problématiques, des concepts et des notions. Par ailleurs, les travaux et les publications des dix ou quinze dernières années me semblent poser des questions de fond sur les plans épistémologique et pragmatique et appeler des débats qui devront être clarifiés.

65Pourriez-vous préciser quelques-unes de ces questions importantes ? Quelles questions et débats vous semblent actuellement essentiels pour avancer dans la dynamique de recherche ?

66Il y a, dans les travaux, beaucoup d’implicites qui gagneraient à être explicités par un travail conceptuel. Je ne peux les développer dans le cadre de cet article et j’ai prévu le faire de façon plus approfondie, avec mon collègue Olivier Sarrouy, dans un article à paraître qui dialoguera avec les théories nord-américaines sur les communications organisationnelles.

67Il me semble qu’il y a d’abord un implicite d’évidence des notions et des concepts. Il peut paraître particulièrement épuisant de définir toujours les notions, mais il s’agit là du cœur de la posture conceptuelle minimale. Des notions qui peuvent paraître évidentes comme information, organisation, réseau, influence, doivent être strictement redéfinis en fonction du contexte pratique et épistémologique dans lequel ces notions sont utilisées. En d’autres termes, il est fondamental de définir en permanence, de clarifier ce qui peut être entendu par information et communication. Or, le plus souvent, leur signification est considérée comme étant évidente et ne fait pas l’objet d’une construction conceptuelle forte. En conséquence, elles fonctionnent, dans les discours et les arguments, comme des « prénotions » au sens de Bourdieu, comme des catégories idéologiques qui signifient dans l’imaginaire, et nullement comme des concepts dont les limites doivent en général être strictement déterminées.

68À notre niveau, la catégorie d’organisation est très souvent peu spécifiée. Or on voit bien que cette catégorie a une dualité de signification, l’organisation comme structure, l’organisation comme processus de structuration et de mise en forme. Il faudrait au minimum faire l’effort de préciser chaque fois de quelle façon on utilise cette notion, sachant qu’il est difficile de télescoper les deux significations, puisque l’une évoque une dominante spatiale et l’autre, une dominante temporelle. Pour autant, elles peuvent permettre de signifier des pratiques sociales, des imaginaires, des conceptions managériales complémentaires ou différentes. Par extension, l’absence de réflexion sur les catégories d’organisation néglige deux dimensions fondamentales. D’une part, par le fait qu’historiquement, l’organisation est une métaphore de l’organisme qui émerge au XIXe siècle pour signifier des éléments reliés entre eux selon une certaine logique fonctionnelle, en tant que métaphore, il convient d’en clarifier en permanence les limites et les modalités d’usage. D’autre part, l’organisation est une idéologie, idéologie managériale qui a émergé à partir du début du XXe siècle comme idéologie de l’efficacité et équivalente de la notion d’ordre. L’ère des organisateurs coïncide avec toutes les grandes idéologies de l’efficacité sociale selon des normes. À cet égard, il est surprenant que cette catégorie d’organisation soit utilisée sans être reliée à la catégorie de normes, anthropologiques et techniques, et sans que les modalités d’émergence des catégories de formes organisationnelles – forme institutionnelle ou forme projet (artefact) – ne soit clairement spécifiée.

69Vous avez aussi discuté l’affirmation selon laquelle au fondement exclusif de la communication organisationnelle se trouverait le langage, les discours.

70C’est une question importante. Je n’ai évidemment aucune objection à ce que des recherches soient centrées sur les faits de langage, sous un certain nombre de réserves.

  • 42 Voir Leroi-Gourhan, A. (1964). Le geste et la parole 1. Technique et langage. Paris, France : Albin (...)

71Sous réserve, d’abord, de ne pas réduire les processus organisationnels, et plus largement info-communicationnels, et plus largement sociaux, à des « faits de langage » ou de discours. Les processus organisationnels débordent très largement les processus langagiers et les précèdent. L’aptitude organisationnelle est une aptitude anthropologique profonde qui est au fondement du social et des institutions imaginaires successives de la société. Il en va de même pour le couplage « cortex-silex » pour reprendre l’expression d’André Leroy-Gourhan42, c’est-à-dire le fait que l’intelligence, la mémoire, est cristallisée dans des objets et des dispositifs, formes sociales qui débordent très largement le langage et l’ont précédé dans l’histoire de l’humanité. Bien entendu, les travaux sur les questions langagières au travail, les discours et les écrits professionnels sont nécessaires et fondamentaux, comme plus largement le constat que l’information-communication sous les conditions de la révolution numérique est devenue l’un des aspects centraux du développement du capitalisme et a peut-être engendré une nouvelle étape de développement, etc. Toutes ces approches et ces objets sont évidemment pertinents et intéressants.

72Pour autant, il ne faudrait pas réduire le champ d’analyse et de recherche sur les communications organisationnelles à l’analyse des formes sémiotiques. Les formes sociales sont plus complexes, comportent également des formes objectales (les objets, les lieux, etc.) et des formes organisationnelles, des modes de coordination et de synchronisation selon des règles, des conventions implicites, héritées de diverses façons. L’analyse des processus à l’œuvre dans n’importe quelle situation de travail montre bien que les acteurs sont incapables de rendre compte de l’ensemble de ce qui caractérise leurs actions et pourrait en rendre compte : fondement, contexte, portée et conséquences leur échappent pour l’essentiel. C’est là le résultat de processus complexes, comme les processus d’institutionnalisation qui ne sont pas seulement des processus langagiers, mais des processus de cristallisation de formes, de cristallisation de mémoires. Ainsi, une part significative de ce qui nous fait agir nous échappe. Il y a par ailleurs une limite de la capacité des langages à en rendre compte, et il y a une complexité des formes sociales non voulues et non choisies qui définissent le contexte général de notre action et constituent l’Institution dans un sens premier, fondamental, l’ordre social des sociétés complexes pour reprendre à la fois Popper et Castoriadis.

73Il y a ainsi, et c’est la question clef de toute analyse des stratégie d’évolution volontaire des formes organisationnelles, une résistance des formes instituées qui produisent des effets de conservation et de prégnance, comme il y a une résistance des formes matérielles dans lesquelles s’inscrivent les processus organisationnels. Cette pesanteur de l’institution, cette résistance spontanée au changement par la tendance à « répliquer le même » atteste d’une dimension pré-langagière, dont nos recherches ne doivent pas renoncer à rendre compte.

74Sous réserve, ensuite, de ne pas sombrer dans les dérives du « posmodernisme littéraire » pour lequel tout est discours. Poser qu’il n’y a pas de différence de fond entre les discours scientifiques et les autres catégories discursives, ni entre vérité scientifique et croyance dissout toute référence aux pratiques scientifiques et sociales comme éléments de test de nos conceptions et idées et de nos hypothèses. De là un scepticisme et un relativisme radical : tout peut être dit, tout est permis sans autre exigence qu’une certaine tournure littéraire. De là le snobisme de textes abscons et sans autre signification que l’évocation métaphorique des processus. Or les connaissances scientifiques s’inscrivent dans un projet essentiellement pratique : être capable de faire des conjectures sur les possibilités de surgissement de tel ou tel phénomène, dans tel ou tel contexte, donner une certaine capacité prédictive sur les logiques processuelles. Que ces connaissances soient limitées, réfutables, est une évidence, puisque l’activité scientifique comme activité publique est une activité de critique et de discussion en vue de trouver les limites des théories et des hypothèses qui progressent par réfutation et controverse. Qu’elles comprennent des pans entiers de croyances est également une évidence, comme le fait qu’elles s’inscrivent dans leur époque sur les plans paradigmatique et conceptuel. Pour autant, elles visent une certaine objectivité au sens que Popper donne à ce mot, c’est-à-dire à produire des connaissances qui dépassent leur contexte de production et constituent un bien commun de l’humanité, ce qu’elles arrivent à faire, au même titre que l’art et la littérature.

75Votre programme de recherches « entre formes et normes » appelle à analyser ce que vous appelez les « formes objectales » comme des éléments importants des communications organisationnelles. Pourriez-vous clarifier ce point ?

76L’un des débats importants, au delà de la discussion sur l’analyse des communications organisationnelles, porte en effet sur le statut de l’« in-formation », qui est à la fois prise de forme et prise de sens. Il s’agit, dans le fond, d’un débat sur le dépassement du dualisme. L’espèce humaine, comme beaucoup d’autres, simplifie des actions individuelles et collectives en mettant l’essentiel de son intelligence pour l’action dans des objets, des dispositifs, des bâtiments ou des machines. Certains collègues, reprenant la catégorie de « non humain » qu’avait utilisée Bruno Latour dans son article sur « les coquilles Saint Jacques en baie de Saint Brieuc », en Bretagne, suggèrent que l’essentiel de nos artefacts seraient « non humains », allant jusqu’à suggérer que les supports, les textes, toutes les productions humaines seraient « non humaines ». On voit évidemment la question qui surgit à l’issue de cet argument : que reste-t-il de l’humain si on lui enlève tout ce qui fait son humanité ? Un singe nu courant dans la savane ? Tous les objets, bâtiments, machines, supports… sont évidemment profondément humains et participent de notre humanité puisqu’ils sont le contexte et la condition de notre socialité et de toute communication humaine. Il convient donc, évidemment, de dépasser cette réduction dualiste et relativiste de l’information-communication pour développer des approches de ces phénomènes qui prennent en compte les formes sociales dans leur complexité, formes organisationnelles, objectales et sémiotiques. Les programmes de recherche sur les communications organisationnelles devraient explorer ces différentes dimensions, qui sont évidemment bouleversées par le numérique.

Christian Le Moënne, Maître de Conférences, Docteur d’état en sciences politiques et HDR en Sciences de l’information et de la communication, Université de Haute Bretagne Rennes 2.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, M. et Brender, A. (1984). Les métamorphoses de la société salariale. La France en projet. Paris, France : Calman-Lévy.

Bernard, F. (dir.) (1999). Les recherches en communication organisationnelle : concepts et théorisations, Actes du Colloque de Aix-en-Provence, tirés à part.

Bernard, F. (2002). Contribution à une histoire de la communication des organisations dans les SIC. Dans R. Boure, Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés (p. 153-179), Paris, France : Presses universitaires du Septentrion.

Boure, R. (dir.) (2002). Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés. Paris, France : Presses universitaires du Septentrion.

Bouzon, A. et Meyer, V. (dir.) (2006). La communication organisationnelle en question. Méthodes et méthodologie. Paris, France : L’Harmattan.

Bouzon, A. (dir.) (2006). La communication organisationnelle en débat : champ, concepts, perspectives. Paris, France : L’Harmattan.

Carayol, V. (1998). La communication organisationnelle en perspectives : pistes nord-américaines. Dans Le Moënne, C. (dir.) (1998). Communications d’entreprises et d’organisations (p. 197-210). Rennes, France : Presses universitaires de Rennes.

Chandler, A. D. jr. (1987). La main visible des managers. Paris, France : Economica.

Cusset, F. (2006). La décennie. Le grand cauchemar des années quatre-vingt. Paris, France : La découverte.

Degot, V. (1985). La gestion symbolique. Revue française de gestion, (52), 5-18.

Degot, V. (1986). L’entreprise, lieu symbolique. Revue française de gestion, (60), 6-19.

Degot, V. (1987). La gestion grise. Revue française de gestion, (61), 93-106.

Delcambre, P. (dir.) (2000). Communications organisationnelles, objets, pratiques, dispositifs. Rennes, France : Presses universitaires de Rennes.

Delcambre, P. (2001). La communication organisationnelle France. Dans L. Bonneville et S. Grosjean (dir.), La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux (p. 18-30), Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

Ewen, S. (1992). Consciences sous influences. Paris, France : Aubier.

Floris, B. (1996). La communication managériale. La modernisation symbolique des entreprises. Grenoble, France : Presses universitaires de Grenoble.

Galambos, L. (1975). The public image of Big Business in America 1880-1940. Baltimore, MD : Johns Hopkins University Press.

Galbraith, J. K. (1971). Le nouvel état industriel. Paris, France : Gallimard.

Lakatos, I. (1994). Histoire et méthodologie des sciences : programmes de recherches et reconstructions rationnelles. Paris, France : Presses universitaires de France.

Le Moënne, C. (1990). L’ère des communications ? Enjeux sociaux et politiques du phénomène de « la communication d’entreprise » en France (1968-1988) (Thèse d’État de sciences politiques inédite). Université Rennes 1, France.

Le Moënne, C. (1992). L’ère de la dissuasion symbolique ?. CinémAction, (63), 193-204.

Le Moënne, C. (janvier 1994). Étudier les communications organisationnelles : problèmes et problématiques. Université Grenoble 3.

Le Moënne, C. (dir.) (1998). Communications d’entreprises et d’organisations. Rennes, France : Presses universitaires de Rennes.

Le Moënne, C. (2008). L’entreprise imaginaire ?. Communication et organisation, 12(34), 130-152.

Le Moënne, C. (2013). Crise de la critique idéologico-politique et recherches en sciences humaines et sociales. Dans T. Heller, R. Huet et B. Vidallet (dir.), Communication et organisation : perspectives critiques (p. 45-56), Lille, France : Presses universitaires du Septentrion.

Le Moigne, J.-L. (1973). Les systèmes d’information dans les organisations. Paris, France : Presses universitaires de France.

Leroy-Gourhan, A. (1971). Évolution et technique 1. L’homme et la matière. Paris, France : Albin Michel.

Mattelart, A. et Stourdzé Y. (1982). Technologie, culture et communication. Rapport à Jean-Pierre Chevénement. Paris, France : La documentation française.

Mayere, A. et Bourdin, S. (dir) (2001). Communication organisante et organisation communicante. Castres, Actes des journées d’études Org&Co, tirés à part.

Piketty, T. (2013). Le capital au XXIe siècle. Paris, France : Seuil.

Taylor, J. et Delcambre, B. (2001). La communication organisationnelle en Amérique du Nord. Dans L. Bonneville et S. Grosjean (dir.), La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux (p. 4-18), Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

Haut de page

Annexe

Annexe

Le texte de l’appel à créer le groupe Org&co en 1994.

Appel à la constitution d’un Groupe de recherches sur les communications organisationnelles.

Pourquoi cet appel ?

Les travaux de recherches sur les communications d’entreprises et de diverses institutions se développent au sein des sciences de l’information et de la communication en France comme elles se sont développées depuis plusieurs années dans divers autres pays, à mesure du développement des communications managériales d’entreprises.

Pour autant, les recherches sont dispersées, peu reliées entre elles, les débats scientifiques ne sont pas organisés, les chercheurs ne se connaissent pas.

Une confusion existe par ailleurs encore entre recherches et travaux d’études et d’expertises, qu’il conviendrait d’analyser et de clarifier.

Pour ces diverses raisons, il serait intéressant que se crée un groupe d’études et de recherches, qui pourrait avoir l’appui de la SFSIC, et organiserait de façon modeste et prudente un cadre pour une cartographie des recherches et des chercheurs, qui pourrait déboucher immédiatement sur des réunions de travail et peut-être des séminaires ou colloques.

Les enjeux épistémologiques et scientifiques sont importants.

Il s’agit de faire rupture avec les conceptions managériales et instrumentales, comme avec les conceptions purement idéologico politiques des phénomènes de communication d’entreprise et de diverses institutions…

Il s’agit également de refuser l’assimilation réductrice et à forte charge idéologique entre organisations et entreprises…

Il s’agit de rompre avec des conceptions objectivistes des organisations (qui les considèrent littéralement comme des entité matérielles se confondant avec leurs ressources), sans pour autant les considérer comme des entités purement symboliques…

Il s’agit enfin de rassembler tous les chercheurs en sciences de l’information et de la communication qui travaillent sur ce champ de pratiques sociales, afin d’identifier les objets de recherches et les problématiques qui ont permis de les construire ; Il s’agira également de faire émerger, dans la mesure du possible, des approches « communicationnelles » ou « informationnelles » de ces phénomènes.

C’est pourquoi je propose de rassembler ce projet autour d’un programme de recherches sur les « communications organisationnelles », intitulé à la fois général, large et unificateur dans son imprécision volontaire.

Fait à Rennes le 13 mars 1994 et lu au congrès de la SFSIC de Toulouse, juin 1994.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment, en références, les contributions récentes de Pierre Delcambre, James Taylor, Nicole d’Almeida et Françoise Bernard.

2 Cette tentative a fait l’objet d’une communication en 2009 lors d’un colloque du Groupe Org&co, dont une synthèse est parue dans les actes. Cet article aborde diverses questions qui n’avaient pas été développées dans cette communication, mais qui ont fait l’objet de conférences ou d’échanges ultérieurs avec divers groupes de chercheurs.

3 Un colloque sera en effet organisé à Rennes en mars 2016 pour marquer le vingtième anniversaire du premier colloque du groupe d’études Org&Co qui s’était tenu dans cette même ville en 1996. Il s’agira de faire le point sur les recherches et les publications mises en œuvre depuis 25 ans, de mener un débat sur les grandes orientations théoriques des recherches actuellement menées à l’échelle internationale et, enfin, de faire le point sur les recherches et les problématiques émergentes dans le contexte de la mutation numérique.

4 Voir en annexe l’appel à constitution de ce groupe.

5 Au Canada, il s’agit d’une discipline ou d’un champ disciplinaire depuis une quarantaine d’années, structurés autour d’associations puissantes (Carayol, 1998).

6 Outre les publications de la revue Économie et humanisme du Celsa, il faut noter : un chapitre, rédigé par Abraham Moles, consacré à « la communication d’entreprise » dans l’Encyclopédie de l’entreprise, éditée en 1966 ; un ouvrage de Dimitri Weiss sur « la presse d’entreprise » en 1970 ; et les travaux de Jean-Louis Le Moigne concernant l’information organisationnelle et inspirés par les travaux de Herbert Simon.

7 Il est d’ailleurs frappant que le même phénomène affecte les sciences de l’information-communication.

8 Voir sur cette période Bernard, F. (2002). Contribution à une histoire de la communication des organisations dans les SIC. Dans R. Boure, Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés (p. 153-179), Paris, France : Presses universitaires du Septentrion.

9 Je crois que l’accusation la plus surréaliste qui ait été portée contre le groupe Org&Co fut d’être « le cheval de Troie du capitalisme mondialisé dans les sciences de l’information-communication ». Je n’aurais pas la cruauté de dire qui faisait cette fine analyse, mais cela donne une idée de la rudesse des échanges de l’époque !

10 Voir Le Moënne, C. (2013). Crise de la critique idéologico politique et recherches en Sciences humaines et sociales. Dans T. Heller, R. Huet et B. Vidallet (dir.), Communication et organisation : perspectives critiques (p. 45-56), Lille, France : Presses universitaires du Septentrion.

11 Voir sur ce point Boure, R. (dir.) (2002). Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés. Paris, France : Presses universitaires du Septentrion.

12 Voir les deux ouvrages issus de ces colloques : Le Moënne, C. (dir.) (1998). Communications d’entreprises et d’organisations. Rennes, France : Presses universitaires de Rennes ; Delcambre, P. (dir.) (2000). Communications organisationnelles, objets, pratiques, dispositifs. Rennes, France : Presses universitaires de Rennes.

13 Cette perspective avait d’abord été développée dans le champ de la gestion. Voir Degot, V. (1985). La gestion symbolique. Revue française de gestion, (52), 5-18 ; , V. (1986). L’entreprise, lieu symbolique. Revue française de gestion, (60), 6-19 ; et Degot, V. (1987). La gestion grise. Revue française de gestion, (61), 93-106.

14 Voir notamment Floris, B. (1996). La communication managériale : la modernisation symbolique des entreprises. Grenoble, France : Presses universitaires de Grenoble.

15 Voir Le Moënne, C. (1992). L’ère de la dissuasion symbolique. CinémAction, (63), 193-203.

16 Voir notamment Aglietta, M. et Brender, A. (1984). Les métamorphoses de la société salariale. La France en projet. Paris, France : Calman-Lévy.

17 Il s’agit de l’ancien nom de l’actuel MEDEF : Le Conseil national du patronat français devenait le 27 octobre 1998, le Mouvement des entreprises de France, achevant là une dynamique de recadrage autour du mythe de l’« Entreprise » qui avait été engagée à la fin des années soixante-dix.

18 Commission qui existe toujours au demeurant. Voir www.trilateral.org/. On lira avec intérêt sur ce contexte mondial les ouvrages d’Armand Mattelart. La commission est l’émanation du Council on Foreign Relations fondé en 1921 afin de promouvoir le leadership américain et occidental sur le monde.

19 Concernant cet organisme toujours très actif, voir également www.institut-entreprise.fr.

20 Ces orientations sont résumées dans un numéro des Cahiers français intitulé « 1980 : réflexions sur le management », qui rend compte de façon exhaustive du rapport écrit par le groupe « management 90 » de l’Institut de l’entreprise. Le trilatérale était ce que l’on appellerait aujourd’hui un Think Tank. Elle sollicitait des intellectuels, économistes ou sociologues, comme Michel Crozier.

21 Certainement depuis les années vingt, qui virent le développement des stratégies de communications institutionnelles. Voir à ce sujet Ewen, S. (1992). Consciences sous influences. Paris, France 3 : Aubier.

22 Voir Galambos, L. (1975). The public image of Big Business in America1880-1940. Baltimore, MD : Johns Hopkins University Press.

23 Sur cette question voir Le Moënne, C. (2008). L’organisation imaginaire ?. Communication et organisation, 12 (34), 130-152.

24 Voir notamment Galbraith, J. K. (1971). Le nouvel État industriel. Paris, France : Gallimard et Chandler, A. D. jr. (1987). La main visible des managers. Paris, France : Economica.

25 Qui seront aussi les appelées les « années fric » par la spectaculaire conversion du Parti socialiste aux vertus du marché et du capitalisme libéral. Voir Cusset, F. (2006). La décennie : le grand cauchemar des années 1980. Paris, France : La découverte.

26 Sur cette importante question, voir Piketty, T. (2013). Le capital au XXIe siècle. Paris, France : Seuil.

27 Voir, par exemple, le Guide-répertoire des équipes de recherches sur la communication, SHS-SFSIC, juillet 1987.

28 Bien entendu, il y avait les travaux de la revue Économie et humanisme, dont Françoise Bernard à rendu compte dans divers textes et dans une HDR, mais il s’agissait d’études et d’analyses s’inscrivant ou souhaitant s’inscrire dans les pratiques managériales et à finalité opérationnelle. Pour une mise en perspective et une bibliographie concernant cette question voir ma thèse, op.cit.

Dans l’annuaire des équipes de recherches en sciences de l’information et de la communication édité par la SFSIC en 1985, la communication d’entreprise est mentionnée comme préoccupation de recherche par seulement trois laboratoires et comme axe, par un seul. Sur l’état de la recherche, l’inventaire des thèses soutenues en SIC est intéressante à cet égard, puisque quasiment aucune thèse n’est soutenue avant 1990 sur cette question, même si quelques-unes traitent de questions liées au développement de ce phénomène. Voir aussi le Rapport rédigé en 1982 par Armand Mattelart et Yves Stourdzé (Mattelart, A. et Stourdzé, Y. (1982). Technologie, culture et communication. Rapport à Jean-Pierre Chevénement. Paris, France : La documentation française) et sa lecture des « recherches » sur les communications d’entreprise, qui sont uniquement aperçues dans les travaux des professionnels. D’ailleurs, la tentation sous-jacente était de les laisser aux professionnels et de considérer les communications d’entreprise et, plus largement, organisationnelles, comme des questions pratiques, des ensembles de techniques managériales, mais non susceptibles de susciter des programmes de recherches dignes de ce nom, sinon des recherches « critiques ».

29 Alors qu’un « répertoire 90 » de la librairie Teknè spécialisée dans les ouvrages d’information communication faisait état en 1990 de « 800 livres sur la communication d’entreprise ».

30 Les recherches en Amérique du Nord avaient pris une expansion plus précoce, puisque les collègues canadiens avaient mis en place un groupe d’études et de recherches sur les communications organisationnelles dès la fin des années quatre-vingt et jeté, sous l’impulsion notamment de James Taylor, les bases d’une discipline académique. Voir, pour un bilan croisé des deux continents, l’article de P. Delcambre et J. Taylor (op. cit.).

31 Voir notamment Le Moigne, J.-L. (1973). Les systèmes d’information dans les organisations. Paris, France : Presses universitaires de France.

32 Ce basculement des formes institutionnalisées d’entreprises vers des formes projet, éphémères et spatialement disloquées, est sans doute la caractéristique la plus spectaculaire de la recomposition générale du capitalisme de la fin du siècle dernier.

33 Voici un extrait du texte de présentation du groupe d’études et de recherches rédigé en 1998 en introduction d’un fascicule de présentation des chercheurs alors réunis dans le groupe Org&Co :

« À l’origine du groupe quelques convictions et hypothèses :

  1. Il est possible et nécessaire de construire un champ scientifique de recherches sur les communications organisationnelles…

  2. Ce champ se situe au sein des Sciences de l’Information et de la Communication plutôt qu’au sein des Sciences de Gestion ou de la Sociologie du travail…

  3. La recherche scientifique est une œuvre collective, organisée donc, passant par la construction des conditions de la publicisation des recherches et de leurs résultats, l’explicitation des problématiques et le débat public…

  4. Cela doit se faire sans à priori ni exclusion mais avec la volonté d’élever collectivement le niveau scientifique…

  5. Il est nécessaire de lier les théorisations aux études empiriques et à la construction de corpus et de procédures claires de construction d’objets… »

34 Je m’appuie, ici, sur différents textes de bilan d’étape du groupe Org&Co, rédigés entre 1996 et 2000, notamment par F. Bernard, C. Le Moënne et P. Delcambre. Ces textes seront bientôt consultables sur le site du groupe d’étude.

35 Voir Lakatos, I. (1994). Histoire et méthodologie des sciences. Programmes de recherche et reconstructions rationnelles. Paris, France : Presses universitaires de France.

36 Voir Taylor, J. et Delcambre, B. (2001). La communication organisationnelle en Amérique du Nord. Dans L. Bonneville et S. Grosjean (dir.), La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux (p. 4-18), Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

37 Voir Delcambre, P. (2001). La communication organisationnelle France. Dans L. Bonneville et S. Grosjean (dir.), La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux (p. 18-30), Montréal, Québec : Chenelière Éducation.

38 Les textes issus de ce colloque devaient faire l’objet de la troisième livraison aux Presses universitaires de Rennes, mais, malheureusement, le directeur de cette maison d’édition décida d’arrêter ce qui devait être une collection « Communications organisationnelles », alors que les deux premiers ouvrages étaient déjà quasiment épuisés. Voir Bernard, F. (dir.) (1999). Les recherches en communication organisationnelle : concepts et théorisations, Actes du Colloque de Aix-en-Provence, tiré à part.

39 Les actes en ont été pour l’essentiel publiés en 2000 dans les numéros 50-51 de la revue Sciences de la société, sous le titre « La communication organisationnelle en débat ».

40 Voir Mayere, A. et Bourdin, S. (dir.) (2001). Communication organisante et organisation communicante. Castres, Actes des journées d’études Org&Co, tiré à part.

41 Voir Bouzon, A. et Meyer, V. (dir.) (2006). La communication organisationnelle en question. Méthodes et méthodologie. Paris, France : L’Harmattan, et Bouzon, A. (dir.) (2006). La communication organisationnelle en débat : champ, concepts, perspectives. Paris, France : L’Harmattan.

42 Voir Leroi-Gourhan, A. (1964). Le geste et la parole 1. Technique et langage. Paris, France : Albin Michel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Le Moënne et Sidonie Gallot, « Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de perspectives », Communiquer, 13 | 2015, 123-143.

Référence électronique

Christian Le Moënne et Sidonie Gallot, « Les recherches en communication organisationnelle en France : quelques éléments de bilans et de perspectives », Communiquer [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1586 ; DOI : 10.4000/communiquer.1586

Haut de page

Auteurs

Christian Le Moënne

Professeur, Sciences de l’information et de la communication
Université européenne de Bretagne - Rennes 2, France
christian.lemoenne[@]wanadoo.fr

Sidonie Gallot

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication
Université Montpellier 3, France
sidonie.gallot[@]univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org