Navigation – Plan du site
Communication sociale et publique: prisme ou foyer?

La communication interne aux prises avec la professionnalisation

Internal communication struggling with professionalization
Patrice De La Broise et Vincent Brulois
p. 123-134

Résumés

S’il ne fait pas de doute que la reconnaissance de la fonction communication dans les entreprises et organisations a largement déterminé une offre de formation professionnalisée, qu’advient-il des fondements et ressorts théoriques du management de la communication  ? Les professionnels éprouvent-ils encore le besoin de mobiliser un appareil conceptuel et analytique en sciences humaines et sociales dans l’exercice, nécessairement contraint, de leurs pratiques  ? Et quand bien même ils le souhaiteraient, le peuvent-ils effectivement  ? À partir de deux études conduites, respectivement, sur l’offre de formation en SIC dans l’enseignement supérieur français et auprès de responsables de communication interne, cette contribution interroge les enjeux, limites et perspectives d’une professionnalisation en quête de repères épistémiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Constituées, en France, en section universitaire dans les années 70, les Sciences de l’infor­mation et de la communication (SIC) doivent notamment leur reconnaissance académique à l’avènement d’une société dite « de la communication » ou « de l’information » selon les répertoires lexicaux. Clairement affiché, le contexte sociétal a participé activement à leur institutionnalisation, laquelle a été marquée par une professionnalisation précoce des cursus. Celle-ci s’explique par au moins deux facteurs.

  • 1 À la fin des années 1960, une réforme universitaire crée les Instituts universitaires de technologi (...)
  • 2 La fragmentation des territoires professionnels et institutionnels de l’information et de la commun (...)

2D’une part, une demande sociale, qui « était en fait, très précisément, une demande de pouvoir (Bautier, 2007, p. 151) ». Quelles que soient les réserves qu’on pourrait formuler à l’adresse de ces forma­tions, c’est rendre justice à leurs expérimentateurs que de rappeler leur contribution, sinon à une institutionnalisation des SIC, du moins à une sociolinguistique entendue ici comme une manière de « pousser à une réflexion plus générale sur les moyens de communication et sur les conditions sociales [de leurs] pratiques (idem) ». D’autre part, la communication, dans la diversité de ses moyens, de ses genres et de ses praticiens, n’a pas attendu les SIC pour se professionnaliser. Meyriat et Miège (2002) ont rappelé de quelle manière les métiers et les champs professionnels — singulièrement celui de la communication d’entreprise — ont déterminé la construction et la reconnaissance d’une offre pédagogique spécifique1. Des groupes professionnels existaient qui, avec leurs chartes déon­tologiques, leurs instances de formation et leurs segments professionnels respectifs, travaillaient à leur propre légitimation2. Les porteurs de projets de formations universitaires ne pouvaient ignorer, y compris et peut-être surtout dans une perspective critique, cette professionnalisation et ses enjeux (de la Broise, 2006).

3Après plus de 30 ans d’existence, quels rapports les SIC entretiennent-elles avec la profes­sion­na­lisation de leurs formations  ? Sont-elles atteintes, comme on a pu le lire, du « syndrome de con­cré­tude (Winkin, 2003) »  ? Nous ne prétendons pas embrasser ici tout le champ de la commu­nication sociale et publique, pas même à travers le prisme de son enseignement. De façon plus prosaïque, notre objectif est ici de rapprocher deux modes de professionnalisation : l’un touchant les formations en communication de l’entreprise (premier point), l’autre touchant l’activité de com­mu­ni­cation interne dans l’entreprise (deuxième point). Au final (troisième point), nous essaierons de comprendre les questions que pose ce double mouvement de professionnalisation sur ces formations en particulier, sur les SIC de façon plus générale.

La professionnalisation au risque de la norme et du marché

  • 3 Cette stratégie, définie par le Conseil de Lisbonne en mars 2000, visait à faire de l’Union europée (...)
  • 4 Voir par exemple Hubert Boucher, « La société de la connaissance dans le cadre de la stratégie de L (...)
  • 5 Loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale, article L. 335-6. : « II est créé un ré (...)

4La société de la connaissance, telle qu’elle s’écrit dans la stratégie de Lisbonne3, a des accents éco­nomiques qui ne trompent pas sur la recherche d’efficacité pour les systèmes d’éducation et de formation4, de sorte que la connaissance dépasse largement la subjectivation d’un savoir syncré­tique et ouvre surtout sur des formes renouvelées d’expression et d’évaluation de la perfor­mance. La compétence s’impose ainsi comme opérateur de traduction du projet pédagogique en projet professionnel. Au passage, le paradigme holiste et ontologique de compétence se frag­mente en une myriade de capacités ou d’aptitudes diversement mises en mots et en nomen­clatures dans des référentiels. L’analogie entre les référentiels de formation et les référentiels mé­tiers ne manque pas de troubler : on y retrouve non seulement des savoirs et savoir-faire mais aussi des savoir-être, néologisme très prisé pour désigner des qualités ou attitudes parfois aussi confuses que convenues. Quand bien même il s’agirait d’un jeu d’écriture, les référentiels de compétences interrogent bel et bien le processus de professionnalisation. N’y a-t-il pas à recher­cher dans cette « référentialisation » imposée et généralisée une tentative d’ajustement entre les mots et le monde  ? En 2002, un Répertoire national des certifications professionnelles a été créé afin de réfé­rencer l’ensemble des diplômes à finalité professionnelle, formations universitaires y compris5. À cette fin, tout diplôme doit s’écrire en fonction « d’un métier, d’une fonction ou d’un emploi existant et identifié, élaboré avec la participation des professionnels concernés » et donc décrire les « compétences, aptitudes et con­naissances » acquises par les étudiants qui en sortent (CNCP, 2007). En outre, l’établissement de formation doit suivre l’insertion de ses diplômés « afin de vérifier la relation entre les emplois occupés et le descriptif d’emploi (idem) ».

  • 6 Voir (Tortonese, 2010).
  • 7 Plusieurs travaux relèvent ainsi la dimension performative des textes, des écritures. Par exemple, (...)
  • 8 Les départements Information et communication dans les IUT.
  • 9 Par exemple, arts et culture, informatique et documentation, histoire ou lettres modernes.
  • 10 La Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) a récemment engag (...)
  • 11 Bien sûr, une visite des sites universitaires et de leur offre pédagogique en information et commun (...)

5Envisagés comme traductions pragmatiques de systèmes jugés trop abstraits ou insuffi­samment contrôlés de l’activité sociale, les nomenclatures et autres référentiels viennent éprouver la pertinence d’une offre de formation comme ils objectivent la division sociale du travail. Leur écriture semble aujourd’hui relever d’un exercice « obligé » dans les organisations, tant sur les lieux de l’exercice professionnel (offres d’emploi, fiches ROME, fiches de poste, bilans de compétences, entretiens annuels, etc.) que dans l’explicitation et la publicité — au sens de rendre publique — d’une offre de formation (maquettes pédagogiques, fiches RNCP, etc.). Ce faisant, le projet pédagogique tend à s’ajuster aux compétences ou capacités extraites des référentiels d’emploi ou de métier. À notre sens, cette logique d’ajustement comporte deux écueils. D’une part, elle anticipe le devenir professionnel d’étudiants dont tout porte à croire qu’ils n’accèderont pas aux mêmes métiers, n’occuperont pas les mêmes fonctions ou, à tout le moins, ne mobiliseront pas les mêmes com­pétences. Cela est déjà très probable dans des filières technologiques  ; cela est certain en lettres, langues et sciences humaines et sociales (SHS) dans des cursus pour lesquels la profession­nalisation ne peut être circonscrite à un métier ou à une fonction de référence6. D’autre part, la promesse de compétences mobilisables en situation professionnelle tend à les assimiler ou à les substituer aux compétences universitaires. Or, cette transposition pragmatique constitue toujours une entreprise de réification. Elle opère comme prescription d’aptitudes rédigées le plus souvent sous la forme de propositions infinitives, lesquelles ne requièrent le verbe savoir qu’en sa qualité d’opérateur modal : [savoir] gérer, [savoir] conduire, [savoir] écrire et [savoir] faire… Le problème ne réside donc pas seulement dans l’artifice ou le simulacre d’une conformation à la norme. Il réside surtout dans le fait qu’une écriture normée peut agir sur les modalités et les contenus de la formation7. Dans ce contexte, les SIC sont régulièrement interpellées sur leurs fondements épistémo­logiques. Généralement, la critique n’est pas tendre : « Les disciplines académiques tradi­tionnelles sont de plus en plus concurrencées par de nouvelles disciplines définies, non par des méthodes ou des traditions intellectuelles, mais par des objets ou des domaines d’intervention et en prise directe sur la demande sociale, économique ou profes­sionnelle (Charle et Soulié, 2007, p.13) ». La force de la charge, loin de désarçonner, doit plutôt mettre en valeur que, en quelques décennies, les SIC ont su se donner des bases théoriques « exigeantes » jusqu’à faire émerger une « pensée communicationnelle (Miège, 1995, p. 8) ». Pour autant, cette pensée n’est pas nécessairement lisible dans l’offre de formation, laquelle apparaît confuse, sinon indisciplinée, dans le paysage universitaire français. Force est de constater que la commu­nication est aujourd’hui très diversement adoptée ou adaptée dans les universités, qui, tantôt la structurent en unité8 ou département9 autonomes, tantôt l’inscrivent dans des formations dans lesquelles des enseignements de communication servent un dispositif pédagogique et scientifique non réduc­tible aux SIC10. Ailleurs, sur un marché de la formation extrêmement concurrentiel, la commu­nication prend des allures de niche ou de filon. De fait, il est aujourd’hui très difficile de proposer une cartographie fiable des forma­tions en communication tant les dispositifs sont nombreux et les formats pédagogiques épars11.

Chacun cherche sa com’…

6On compterait ainsi près d’un millier de diplômes en information ou communication relevant de l’enseignement supérieur, à peine la moitié sous le giron de l’enseignement public, une centaine de masters professionnels répartis en quatre catégories : Communication d’orga­nisation, Infor­mation et documentation, Journalisme et médias, Systèmes et réseaux de communication. La réalité est plus complexe encore. En Communication des organisations — appellation générique mais non contrôlée pour désigner diversement la communication d’entreprise ou d’institution, la communication interne ou externe et bien d’autres choses encore — quelques places fortes sont repé­rables : Lille, Nancy-Metz, Lyon, Aix-Marseille, Toulouse, Bordeaux, Rennes et bien sûr Paris. Mais l’unité n’est pas de mise  ! Deux constats12 permettent d’en rendre compte.

7Premier constat : la « masterisation » des parcours de formation a entraîné simultanément une démultiplication, une spécialisation et une technicisation des cursus. Qu’il s’agisse de « Concep­tion de produits médiatiques », de « Communication appliquée à l’humanitaire et à la soli­da­rité », de « Gestion éditoriale et communication Internet » ou encore de « Communication et jeu­nesse », la profusion des objets et des champs d’intervention laisse perplexe… Second constat : le cadre de référence théorique s’efface derrière les secteurs et branches profes­sionnels. Si quelques fonda­mentaux existent en licence, ils constituent cependant la portion congrue des programmes et ser­vent une initiation rapide — car souvent optionnelle — dans des parcours hybrides — car partagés avec d’autres disciplines. Dans des domaines diversement constitués autour des Arts, lettres et langues ou en SHS, l’initiation à la recherche n’est proposée que dans de très rares masters pro­fessionnels, alors même que les masters recherche perdent en attractivité.

  • 13  NDLR : Laurence Parisot est une femme d’affaires française. Héritière du groupe Parisot (1er indus (...)

8Sans alarmer, ces constats doivent cependant être pris avec sérieux car il existe une floraison de formations en communication délivrées par des instituts d’administration des entreprises, des écoles de gestion ou des écoles de commerce. Faut-il s’en étonner dès lors que la commu­nication revêt une dimension managériale qui participe à la reconnaissance de la fonction dans les entre­prises  ? On conviendra également que la communication externe (notamment commerciale) a partie liée avec le marketing de produits et de services dont ces écoles et instituts se sont fait depuis longtemps une spécialité. Néanmoins, l’extension de leur domaine d’intervention, fussent-elles des « écoles universitaires de management »13, témoigne d’une concurrence nouvelle non seule­ment entre les instances de formation, mais aussi et surtout entre leurs modèles pédagogiques.

  • 14 (dir. de la communication interne, entreprise de services financiers, 25 novembre 2009).

9Qui plus est, à l’heure du ranking généralisé, des officines produisent d’étranges palmarès. Ainsi, un « cabinet d’orientation spécialisé dans la préparation des candidatures à l’entrée des grandes écoles et univer­sités » a-t-il publié il y a peu une liste des « dix meilleurs masters en communication » proposés en métropole (SMBG, 2010). Que nous apprend-elle  ? Que sept masters relèvent de formations dispensées en écoles de commerce, écoles de gestion ou instituts d’administration des entreprises  ! Que ce classement se fonde sur trois critères : la notoriété (selon le nombre déclaré de candidats à la formation et l’avis porté par quelques directeurs RH réputés avertis), le salaire (une approche parmi d’autres de l’insertion professionnelle…) et la satisfaction (déclarée par quelques diplômés bienveillants)  ! À ce niveau d’imposture, on hésite encore à regarder le détail des programmes dispensés par les formations lauréates. C’est là pourtant que le pire est à lire : indigence ou ab­sence de cadrage théorique en SHS, externalisation massive des enseignements à des interve­nants profes­sionnels, primat de l’apprentissage in situ sous forme de projets et de missions en entreprise. Les artifices ne manquent pas pour attirer un public réputé avide « de pratique », « d’ex­pé­rience » et de « terrain » (idem). Mais, après tout, n’était-ce pas le sens du propos de Laurence Parisot14 lorsque, dans son discours d’investiture à la tête du Mouvement des Entreprises de France (MEDEF), elle déclarait sans ambages que les entrepreneurs pouvaient « être à ce siècle […] ce que les instituteurs ont été à notre IIIe République » (2005)  ?

L’école était chargée de former le citoyen, c’est à l’entreprise aujourd’hui de lui apprendre le nou­veau monde. Les instituteurs étaient les messagers de l’universel républicain, les entrepreneurs sont aujourd’hui les porteurs de la diversité de la mondialisation. Les instituteurs détenaient la clé de la promotion populaire. Nous, les entrepreneurs, nous sommes les moteurs de l’ascension sociale. Comme eux, nous devons contribuer à rendre le monde lisible. (idem)

10Pragmatisme ou changement de paradigme  ? Peut-être doit-on considérer que « les étudiants n’ont plus un rapport enchanté, culturel et gratuit aux études » (Dubet, 2007). Pour autant, il n’est pas certain que ce désenchantement commande de reconsidérer radicalement la socialisation dont participe une formation universitaire.

De l’injonction aux attentes de professionnalisation : un paradoxe  !

11Au regard de cette exhortation à la professionnalisation des formations universitaires et des pra­tiques douteuses d’écoles en tout genre, que nous disent les professionnels de la communication en entreprise, notamment ceux qui ont une vue surplombante de l’activité de communication interne du fait de leur fonction dirigeante  ? Quel regard portent-ils sur l’exercice du métier, sur les compétences nécessaires pour l’exercer, et au final sur le rôle du communicant interne et sur la place de la communication interne dans l’entreprise  ? Ces questions font écho à celles des professionnels de la communication interne réunis au sein de l’AFCI. En mars 2007, à l’occasion d’un séminaire animé par Vincent Brulois et Jean-Marie Charpentier (Paris 13), les dircoms s’interrogeaient en ces termes : « Quels sont nos fondamentaux scientifiques, et surtout comment assurons-nous le lien permanent entre le matériel analytique et conceptuel qu’ils nous proposent et les pratiques que nous développons  ? ».

12Pour répondre à ces interrogations, un groupe de travail s’est donc constitué sur un projet d’enquête par entretiens semi-directifs auprès de Dircoms (5), directeurs de la communication interne (3), responsables de la communication et des ressources humaines (2), responsables des ressources humaines ou du dialogue social (4), responsable des relations sociales (1). De cette enquête, réalisée entre octobre 2009 et février 2010, nous retenons ici cinq éléments principaux susceptibles de nourrir notre réflexion.

  • 15 (dir. de la communication et de la connaissance, entreprise de services aéronautiques, 15 janvier 2 (...)
  • 16 (dir. de la communication, entreprise du secteur de l’alimentation, 8 janvier 2010).
  • 17 Voir par exemple, Nicole Giroux, « La communication interne : une définition en évolution », Com­mu (...)
  • 18 (dir. de la communication, entreprise d’ingénierie en télécommunications, 8 décembre 2009).
  • 19 (dir. de la communication interne, entreprise de services financiers, 25 novembre 2009).

13Premièrement, la communication interne est aujourd’hui reconnue, mais doit encore en perma­nence prouver sa légitimité au moins dans trois directions. Au regard de la communication externe d’abord avec laquelle elle peut être confondue. Dans ce sens, certains doivent lutter contre la croyance selon laquelle la communication interne n’est que de « la communication ex­terne en plus petit »15… Sans cesse, ils doivent insister sur le fait que la quantité et la nature des destinataires ne sont pas les mêmes, qu’il ne s’agit pas de s’adresser à des « cibles » anonymes mais à des acteurs de l’entreprise. Au regard des ressources humaines (RH) ensuite avec lesquelles elle peut encore se trouver en concurrence. Dans quelques cas, les RH restent les « meilleurs ennemis »16, alors que dans d’autres, la question ne se pose pas car les « métiers sont différents »17. L’impression générale est que les relations sont aujour­d’hui apai­sées même si subsistent des « escarmouches aux frontières »18… Au regard de l’ensemble des salariés enfin pour lesquels la communication n’est, au mieux, pas un « vrai métier », au pire, une opération de propagande et de manipulation. Persiste alors l’idée que la communication a d’abord une fonction marketing, qu’elle doit donc produire des messages sur l’entreprise, favoriser la circulation de l’infor­mation et travailler l’influence et l’écoute. Une vision très fonctionnaliste en somme, préoccupée par l’efficacité des circuits de communications19.

  • 20 (dir.de la communication et des RH, entreprise de distribution d’énergie, 20 août 2009).
  • 21 (dir. RH France, entreprise de services informatiques, 26 novembre 2009).
  • 22 (dir. de la communication interne, entreprise de services financiers, 25 novembre 2009).
  • 23 Voir Vincent Brulois et Jean-Marie Charpentier, « La dimension sociale de la communication », 77e C (...)

14Dans ce sens — et deuxièmement — le communicant interne ne doit pas se cantonner aux outils et donc se complaire dans les seules compétences techniques. Il faut aussi qu’il ait « une forte compré­hension technique des pro­duits »20, qu’il ait une connaissance approfondie des métiers de l’entreprise dans laquelle il agit, qu’il sache en un mot « se situer »21. Bien sûr, la maîtrise des outils de communication n’est pas à négliger car ceux-ci restent des « aides pour vivre le quotidien » (idem)  ; mais il faut éviter de penser en termes d’outils. Ainsi, à l’heure du Web 2.0 qui intrigue beaucoup les communicants, « il ne suffit pas de con­naître les nouveaux outils, il faut aussi comprendre ce qu’ils disent de la société »22. Comprendre les tendances actuelles des salariés, connaître les outils dont ils se servent, identifier leurs nouvelles exigences et intégrer leur nouveau rapport au temps. Ils sont dans l’immédiateté, le communicant doit donc réagir vite, de plus en plus vite, sans oublier pour autant les processus de changement qui restent, quant à eux, inscrits dans le temps long. En une formule, il s’agit d’être « impliqués, mais déta­chés »23  ! Une gageure pour la plupart des communicants internes, peu préparés à cela. Et pourtant l’enjeu est d’importance pour leur profession­nalisation. En effet, alors que le « monde de la formation » et le « monde des RH » se sont structurés et fortement professionnalisés, le « monde de la communication » manque encore cruellement d’une « structuration métier très forte » :

Soit vous venez du monde des agences et vous êtes complètement profes­sionnalisés par les cam­pagnes, l’évé­nementiel, les médias, etc. Soit vous venez de la communication interne et alors quelle est votre profes­sionnalité  ? Vous avez des com­pétences métier (animer Intranet, faire un journal interne, etc.), mais sans avoir la qualité stratégique d’accompagnement… Il y a une carence  ! (dir. de la communication interne et managériale, entreprise de transport urbain, 11 jan­vier 2010).

15Tirer la communication interne vers le niveau stratégique, tel est l’enjeu et notre troisième point. Cela suppose, avant tout, de connaître les métiers pratiqués dans l’entreprise, une connaissance qui doit être profonde, « de l’intérieur ». Il s’agit de savoir ce que vivent les salariés et de comprendre les métiers, l’orga­ni­sation et surtout les dynamiques d’acteurs et les logiques qui les travaillent. Une envergure stratégique d’autant plus primordiale que, son absence risque de cantonner l’activité de communication interne à de la production de marque, d’image, de visi­bilité, à de l’acte qui méconnaît « la structure, l’organisation, la culture, les valeurs de l’entre­prise et des hommes ». Stratégique, voire prospective, cette vision tend alors à faire endosser au communicant l’habit de « traducteur, vulgarisateur, simplificateur » ou encore de passeur, de médiateur entre le haut (direction) et le bas (salariés), mais aussi de façon transversale entre les métiers. Dans ce cadre, c’est un nouvel équilibre du socle de savoirs indispensables au communicant interne qui est prôné, entre compétences techniques — déjà présentes, toujours utiles mais pas suf­fisantes — et compétences analytiques, jusqu’alors sous-estimées mais seules susceptibles de capter des éléments de connaissance du corps social, de les analyser et de les utiliser pour agir. Ce sont elles qui permettent le « pas de côté« ou le décalage du regard. En allant puiser à la source des SHS — quatrième point, elles apportent les clés de compréhension avant les clés d’action. Les pro­fessionnels de communication interne « sont souvent dans la production de sup­ports » remarque un de nos interlocuteurs, « ils restent dans la forme et ont du mal à comprendre les en­jeux internes ». Afin de dépasser la forme et d’apprendre à « porter un regard critique, à prendre de la distance et du recul par rapport aux événements, aux réalités dans lesquels on évolue », le détour par les SHS est indispensable. Elles apportent « du fond et de l’ancrage » pour comprendre le social :

C’est ce à quoi l’on se rapporte quand tout part à vau-l’eau  ! C’est ce qui apporte de la stabilité, c’est ce qui assouplit la contrainte. (dir. des RH, entreprise de services RH, 9 décembre 2009).

  • 24 (dir. délégué aux relations sociales, entreprise de transports publics, 24 novembre 2009).
  • 25 (dir. général adjoint chargé du dialogue social et des RH, entreprise de radiodiffusion, 7 décembre (...)
  • 26 « Quand on communique, on parle business, c’est la trame des enjeux  ! Le sens global de notre acti (...)
  • 27 (dir. de la communication et des marques, entreprise du secteur de la plasturgie, 17 décembre 2009)
  • 28 « Quelle culture de la responsabilité produit cet éloignement matériel entre les décideurs et les a (...)

16Cette trop belle unanimité autour de ce « quelque chose » qu’apportent les SHS ne doit pas cacher que « ce prisme est encore peu partagé »24 dans l’entreprise. Compétence fondamen­tale (« C’est dans l’ar­rière-boutique  ! »25) mais compétence cachée (« Je me planque  ! »26), le détour par les SHS permet de gérer la contradiction du temps court de la dé­cision et de l’action et du temps long de l’évolution des mentalités et des com­por­tements, d’aider à « réhabiliter la communication » en expliquant la différence entre information et commu­nication, de progresser sur « la maîtrise des situations critiques »27. Nombre de nos interlo­cuteurs s’étonnent par exemple de la méconnaissance et du manque d’inté­rêt de leurs collabo­rateurs pour l’éco­no­mie alors même qu’elle est indispensable pour dialoguer avec la direction et avec les managers mais aussi pour simplement exercer leur métier28.

  • 29 « Le résultat est une fonction éclatée, du fait de la multiplication des acteurs concernés, et inst (...)
  • 30 Voir aussi Armand Hatchuel, « Dialoguer et critiquer, un travail nécessaire », Le Monde, Paris, 12 (...)
  • 31 (dir. de la communication interne, entreprise de services publics, 27 novembre 2009).

17Au final — dernier point, il s’avère essentiel pour les communicants de terrain de monter en compétences dans la compréhension des enjeux stra­té­giques et fondamentaux de l’entreprise, des continuités et des ruptures. Pour tous, cette « capacité à décoder »29 est le sésame qui ouvrira les portes d’une triple légitimité à la communication interne : auprès de la direction générale, de la direction des RH, des managers. Sortir le communicant de sa seule compé­tence technique, le tirer vers l’acquisition « d’une grande ouverture d’esprit » et « d’une bonne culture générale »30, rechercher « des généralistes formés aux SHS »31, telle est la quête. C’est ce qui permettra, selon nos interlocuteurs, d’accroître la valeur ajoutée de la communication interne dans l’entreprise.

18Somme toute, le besoin de compréhension est manifeste et les SHS sont dans toutes les pensées, sur toutes les lèvres. Certes, cela ne signifie pas forcément un passage à l’acte et le recrutement, dès demain, de jeunes diplômés formés à ces sciences… Mais le pli semble pris  ! Tout se passe comme si les SHS en imposaient, il leur reste à s’imposer. « Mais je ne sais pas comment il faut s’y prendre  ! » avoue l’un d’eux, capable d’interroger la professionnali­sation de la communication interne et de mettre le doigt sur les compétences manquantes, mais incapable d’identifier les formations universitaires qui permettraient de les acquérir.

Où la professionnalisation prend une autre tournure  !

19Étonnantes louanges des SHS venant d’acteurs majeurs de l’entreprise  ! Moins de spécia­lisation, plus de culture générale clament-ils. À leurs yeux, les compétences se fondent d’abord sur des connaissances, le savoir théorique a aussi une « efficacité pratique » et il est indispensable d’acquérir un savoir avant d’acquérir un savoir-faire (Tortonese, 2009). Le nouveau Conseil pour le dévelop­pement des humanités et des sciences sociales ne dit pas autre chose en écrivant que toute ini­tiation à la vie professionnelle « implique non seulement d’apprendre à connaître une palette de métiers […] mais aussi de recevoir précocément une formation sur l’utilité et le sens des SHS (CDHSS, 2010, p. 26) ».

20Ainsi, en communication, « concevoir et élaborer des messages ne s’improvisent pas », il faut savoir « tra­vailler un message ». Au-delà de savoir-faire, il faut donc aussi maîtriser écriture, capa­cité de synthèse, rigueur mais aussi perception de l’autre, car sans « écoute », il est impossible de capter des comportements, des émotions, des informations (idem). Comprendre l’autre, les autres, ce qui relie, ce qui forme une communauté d’individus, ce qui fait société traduit pour le moins « un désir de comprendre pour agir » et rejoint le regard sociologique qui fait de l’entreprise « un lieu d’invention du social (Brulois et Charpentier, 2009) ». Sans nul doute, la transformation dans les entreprises passe par la compréhension des acteurs et de leurs stratégies, de leurs ressources et de leurs contraintes, dans le rapport qu’ils entretiennent avec l’organisation. Des systèmes sociaux ou systèmes d’action concrets sont à l’œuvre, auxquels il faut encore ajouter la dimension culturelle qui complète en la modulant les possibilités de l’acteur et insiste sur sa trajectoire individuelle, sa culture, son identité car l’acteur stratège est aussi « l’acteur de soi » (Gallienne, 1998). La sociologie s’impose donc pour comprendre les logiques d’actions de ces acteurs dans le cadre d’un système donné, où leurs échanges sont analysés à l’aune des normes culturelles et identitaires qu’ils maîtrisent. C’est donc sans surprise que, au titre des SHS, la sociologie est citée en premier par nos interlocuteurs. À l’inverse, force est de constater que les SIC sont inconnues ou presque…

21Cela signifie qu’elles doivent sans doute revenir aux fondamentaux pour se faire mieux connaître et reconnaître. L’attention portée aux contextes et pratiques professionnels dans les maquettes de formation contraste singulièrement avec une paupérisation épistémologique apparente, sinon avérée, des cursus universitaires. Quand il est affiché, le cadre de référence scientifique hésite encore entre les SIC et la théorie de l’organisation, et l’ingénierie de formation procède, le plus souvent, par une série d’entrées disciplinaires déconnectées des problématiques qu’elles pour­raient utilement instruire. De ce point de vue, il s’agirait plutôt « de mettre l’accent sur les grandes questions d’une discipline et de placer en perspective la connaissance d’une question spécialisée dans le sous-ensemble dis­ciplinaire concerné (CDHSS, 2010, p. 26) ». De l’importance donc d’identifier un socle de connais­sances fondamentales et de le transmettre aux étudiants  ; et ce d’autant plus que, les formations uni­versitaires — particulièrement en communication — sont placées dans une situation de concur­rence avec un vaste éventail de formations d’enseignement supérieur sélectives et spécialisées à finalité professionnelle qui ignorent ces fondamentaux. Afin de marquer leur différence en même temps que leur inscription dans le réel, il s’agit en fait pour ces cursus de s’inscrire dans le sillage de la mission première de l’Université : « produire et transmettre des savoirs à la fois légitimes et innovants (Beaud et al., 2009) ».

22L’enjeu est grand pour les SIC car les discours contre « la prolifération des micro-disciplines qui aboutit à une fragmentation généralisée et immaîtrisable du savoir » se diffusent de plus en plus vite, de plus en plus loin (Caillé et al., 2009). Les sociologues sont les plus virulents en la matière, jurant mais un peu tard qu’on ne les y reprendrait plus à accepter « la création de « nouvelles » disciplines, disposant des mêmes attributs statutaires que les disciplines classiques : sciences politiques, gestion, sciences de l’édu­cation, information-communication, aménagement, etc. (Caillé et Vatin, 2009) ». Dans ce contexte, « il est grand temps de revenir à une définition strictement académique des disciplines à l’opposé de la balkanisation croissante de celles-ci (…) Il faut donc impérativement distinguer les disci­plines qui doivent rester un lieu d’identification des savoirs et les cursus d’enseignement qui, jusqu’au niveau doctoral au moins, doivent nécessairement s’appuyer sur une pluralité de disciplines » (idem). Des disciplines aux cursus, la menace est claire et le temps est venu de (re)penser à ce qui touche « à l’évolution des formations, à l’avenir des SIC, aux relations avec les autres disciplines (Kiyindou, 2009) ».

23Au final, praticiens de la communication et chercheurs en communication ont certainement un pas à faire l’un vers l’autre. Les premiers peuvent jouer de deux évolutions pour affirmer leur rôle. Première évolution : l’accroissement de la taille des entreprises et leur activité mondialisée ont accru la distance entre décideurs et salariés. Il y a donc une mise à distance des individus qui modifie les comportements de ceux qui travaillent dans l’entreprise et plus encore de ceux qui la dirigent. L’actualité récente nous a montré que les responsabilités ne s’assument pas de la même manière lorsque l’on est au contact immédiat de ceux qui en subissent les conséquences… Créant des points de contact médiatisés et indirects sans établir de rencontre en face-à-face et donc en temps réel, l’usage croissant d’outils de management est un élément déterminant de cette modifi­cation des comportements. La seconde évolution est le recentrage de la fonction RH sur ses activités à forte valeur ajoutée se traduisant par un mouvement d’externalisation (sous-traitance voire délocalisation) et un mouvement de délé­gation (aux managers opérationnels). La fonction RH s’est alors technicisée (portail informa­tique, SAP), normalisée (décisions prises au niveau mondial et déployées selon une rationalité unique), éclatée (l’activité RH se fait partout, même en dehors de l’entreprise), déshumanisée (plate-forme de service à distance). En bref, elle s’est éloi­gnée des individus  ! Il est donc nécessaire d’apporter du sens et de la proximité dans l’entreprise ici et maintenant, de pousser un « dialogue multi-acteurs » en lieu et place du registre monocorde de l’image (Dequecker et Tixier, 2006). N’y a-t-il pas là un territoire à investir pour le communicant  ?

24Dans ce cadre, les SIC n’ont-elles rien à dire  ? Il ne s’agit rien moins que de chercher à trans­former « tant [les] modes de relation que [les] manières de parler », c’est-à-dire les « règles de la “conver­sation » » (Giroux et Giordano, 1998, p. 148). Transformation majeure s’il en est, car, en recher­chant des acteurs une parole « vraie » (libérée des contraintes hiérarchiques), elle autorise implici­tement une redistribution des rôles, une redéfinition des responsabilités, une renégociation des pouvoirs de chacun vis-à-vis des autres. Autant de concessions auxquelles l’entreprise n’est peut-être pas prête, mais auxquelles la société la pousse, « la société [étant] bien plus qu’hier dans l’entreprise et [exerçant] son droit de critique » (Charpentier, 2009). Ce sont alors de nouvelles situations de communication qui apparaissent  ; qui plus est, poten­tiellement déstabilisantes pour l’entreprise car « multipliant les lieux de rencontres, d’échan­ges, de débats et donc de controverses (Brulois et Viers, 2009) ». N’y a-t-il pas là un savoir à affirmer et une visibilité nouvelle à adopter pour les SIC  ?

Conclusion

25En conclusion, cette réflexion autour de la professionnalisation de la communication interne en France ne met-elle pas en évidence une difficulté à se nommer  ? Du côté de l’Université, les formations adoptent des vocables aux registres différents : communication « interne » (sous-entendue à l’entreprise), communication « publique » (sous-entendue interne à un secteur) ou communication « organisationnelle » (qui se démarque peu des sciences de gestion). Du côté de l’entreprise, le vocable interne ne fait plus illusion alors que la porosité de l’entreprise avec ses environnements n’a jamais été aussi grande, alors que la défiance d’une approche par les outils considérant les acteurs comme des « cibles » n’a jamais été aussi flagrante  ? Où est donc passé l’individu  ?

26En fait, « la communication interne est très centrée communication sociale, au sens large du terme » avoue un de nos interlocuteurs. Ne faudrait-il pas alors, tout simplement, adopter ce terme de commu­nication « sociale » entendue comme « communication impliquant des êtres humains » comme nous y invitait l’annonce du colloque Communication sociale et publique : prisme ou foyer  ? (ACFAS, 2010)

27Le terme est certes polysémique, mais il présente l’intérêt majeur d’en appeler explicitement aux SHS. La difficulté, notre difficulté vient sans doute de ce que, dans le répertoire franco-français des SIC et surtout dans celui des métiers de la communication, la communication sociale est tantôt associée à un registre de communication des pouvoirs publics (prévention des risques sanitaires par exemple), tantôt à la communication entre partenaires sociaux (dialogue social).

28La réforme destinée à modifier l’architecture de l’enseignement supérieur et de la recherche qui se met en œuvre en France interroge directement la professionnalisation des SIC tout comme leur unité ou leur visibilité. C’est ce à quoi nous invitaient les intervenants des dernières Assises de la Société française des SIC en décembre dernier : dans un monde en mutation, « Comment affirmer l’opérationnalité des SIC sans les y réduire  ? Comment maintenir l’exigence de formations de qualité adossées à une recherche fondamentale de haut niveau  ? » (SFSIC, 2009) C’est ce que nous avons voulu prolonger ici, en exportant le débat de l’autre côté de l’Atlantique afin de porter un autre regard sur une question qui nous apparaît très franco-française.

Haut de page

Bibliographie

Bautier, R. (2007). Rallier les sciences de l’information et de la communication dans les années 70. Questions de communication, 12, 149-161.

Beaud, O. (2009). Manifeste pour refonder l’Université française, Le Monde, 16 mai 2009.

de La Broise, P. (2006). La professionnalisation des communicateurs : de la fonc­tion aux métiers », Education Permanente,167, 67-78.

Brulois, V. et Charpentier J-M (2009, mai). La dimension sociale de la com-munication. Communication présentée au 77e Congrès ACFAS, Ottawa, Canada.

Brulois, V. et Viers, J. (2009, juin). Plaidoyer pour analyse interdisciplinaire de la RSE. Communication présentée au 4e Congrès RIODD, Lille, France.

Caillé, A., Fixot, A-M., Chanial P. et Dzimira S. (2009, mai). Re-fonder l’université. Pourquoi un manifeste  ?, Revue du MAUSS permanente, 25 mai 2009 [en ligne]. http://www.journaldumauss.net/spip.php?article516

Caillé, A. et Vatin F. (2009). Onze modestes propositions de réforme de l’Université. Revue du MAUSS, 33, 319-336

Charle, C. et Soulié, C. (2007). Les ravages de la « modernisation » universi­taire en Europe, Paris, éditions Syllepse.

Charpentier, J-M. (2009, octobre). La double interpellation. Dans A. Catellani, T. Libaert et J-M. Pierlot (eds.) : Contredire l’entreprise (97-104), Louvain-la-Neuve, Belgique : Presses Universitaires de Louvain.

Cooren, F., Taylor, J. R. et Van Every, E. J. (2006). Communication as organizing : empirical and theoretical explorations in the dynamic of text and conversation. Mahwah, NJ : Lawrence Erlbaum Associates.

CNCP (2007). Décret n° 2007-466 du 28 mars 2007. Commission nationale de certifi-cation pro-fes-sion-nelle, consultable sur le site de la commission : http://www.cncp.gouv.fr/grand-public/presentationRNCP

CDHSS (2010, janvier) : Rapport d’étape, Conseil pour le développement des humanités et des scien­ces so­ciales, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Dequecker, C. et Tixier, P-E. (2006). Vers la construction d’un dialo­gue multi-acteurs  ?, Éducation permanente, Paris, 167, 79-86.

Dubet, F. (2007). Entretien sur la professionnalisation, Observatoire européen des poli-tiques universitaires, Paris, consultable sur le site de l’observatoire : http://oepu.paris-sorbonne.fr/spip/spip.php?rubrique72), 25 avril 2007.

Gallienne, G. (1998). Ce « quelque chose » que nous apprend la sociologie. Les Ca-hiers de la communication interne, AFCI, 2, 13-16.

Giroux, N. et Giordano Y. (1998). Les deux conceptions de la communi­cation du changement », Revue française de gestion, 120, 139-151.

Kiyindou, A. (2009). Les assises des SIC. Les Cahiers de la SFSIC, 4,7-8.

Meyriat, J. et Miege, B. (2002). Le projet des SIC : de l’émergent à l’irréver­sible (fin des années 1960-milieu des années 1980). Dans R. Boure (dir.), Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés (p. 45-70). Lille, France : Presses Universitaires du Septentrion. Miège, B. (1995). La pensée communicationnelle, Grenoble, France : PUG,

Parisot L. (2005, juillet) : Discours de victoire : élection à la présidence du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), Paris La Défense http://www.sfsic.org/ content/ view/1600/324/

SMBG (2010). Accueil, Cabinet SMBG, Montreuil, récupéré le 17 mars 2010 sur le site de classement SMBG des formations : http://www.meilleurs-masters.com/

Tortonese, P. (2009). La professionnalisation de l’université n’est pas la solution, Le Monde, Paris, 23 octobre 2009.

Winkin, Y. (2003). La communication n’est pas une marchandise. Bruxelles, Belgique : éditions Labor et éditions Espace de libertés. ?page_id =43), consultation mars 2010.

Haut de page

Notes

1 À la fin des années 1960, une réforme universitaire crée les Instituts universitaires de technologie (IUT). C’est dans ce contexte que naît le département Carrières de l’information, ses options (communication, documentation) et ses sous-options (notamment journalisme, publicité, communication d’entreprise).

2 La fragmentation des territoires professionnels et institutionnels de l’information et de la communication a conduit les praticiens à prendre part très diversement à la reconnaissance universitaire des SIC. Outre la professionnalisation singulière des journalistes, des clivages institutionnels existent (secteur public versus secteur privé) qui, à l’exemple des parcours de formation distincts entre documentalistes et bibliothécaires, donnent lieu à une professionnalisation différenciée dans et hors les SIC.

3 Cette stratégie, définie par le Conseil de Lisbonne en mars 2000, visait à faire de l’Union européenne « l’économie de la connaissance » la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010.

4 Voir par exemple Hubert Boucher, « La société de la connaissance dans le cadre de la stratégie de Lisbonne », Notes d’Iéna, Conseil économique et social (Paris), n° 217, 21 octobre 2005.

5 Loi n° 2002-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale, article L. 335-6. : « II est créé un répertoire national des certifications professionnelles. Les diplômes et les titres à finalité professionnelle y sont classés par domaine d’activité et par niveau. […] La Commission nationale de la certification professionnelle, placée auprès du Premier mi­nistre, établit et actualise le répertoire national des certifications professionnelles. Elle veille au renouvellement et à l’adaptation des diplômes et titres à l’évolution des qualifications et de l’organisation du travail. » Décret n° 2007-466 du 28 mars 2007, article R335-12 : « Le RNCP […] con­tribue à faciliter l’accès à l’emploi, la gestion des ressources humaines et la mobilité professionnelle. » 

6 Voir (Tortonese, 2010).

7 Plusieurs travaux relèvent ainsi la dimension performative des textes, des écritures. Par exemple, Cooren et al. (2006) parlent d’agentivité textuelle (« textual agency ») pour souligner la capacité qu’ont les textes de nous faire discuter et agir et, ce faisant, d’agir.

8 Les départements Information et communication dans les IUT.

9 Par exemple, arts et culture, informatique et documentation, histoire ou lettres modernes.

10 La Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) a récemment engagé ce travail cartographique pour des publics qui peinent à se retrouver ou à se reconnaître dans la multiplicité des domaines, mentions, spécialités ou parcours de formation : voir Patrice de la Broise et Bertrand Parent, « Produire une plateforme des formations en SIC », Les Cahiers de la SFSIC, n° 4, juin 2009, pp. 8 et 9.

11 Bien sûr, une visite des sites universitaires et de leur offre pédagogique en information et communication ne saurait rendre compte des histoires localisées où des contextes, des acteurs, des ressources, des mobiles et des stratégies ont présidé à une ingénierie de la formation toujours singulière. Il conviendrait de recourir à des monographies sur les campus. Projet particulièrement bienvenu à un moment de l’histoire officielle (celle de l’Université et celle des SIC) où les formations constituent une véritable nébuleuse : voir Stéphane Olivesi, Sciences de l’information et de la communication : objets, savoirs, disciplines, PUG, Grenoble, 2006.

12 C’est sous cette appellation que se présente par exemple l’IAE de Lille (http://www.iae.univ-lille1.fr/, consultation mars 2010).

13  NDLR : Laurence Parisot est une femme d’affaires française. Héritière du groupe Parisot (1er industriel du meuble en France), elle est vice-présidente de l’Institut français d’opinion publique (IFOP). Depuis le 5 juillet 2005, elle préside le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), organisation patronale représentant les dirigeants des entreprises françaises

14 (dir. de la communication interne, entreprise de services financiers, 25 novembre 2009).

15 (dir. de la communication et de la connaissance, entreprise de services aéronautiques, 15 janvier 2010).

16 (dir. de la communication, entreprise du secteur de l’alimentation, 8 janvier 2010).

17 Voir par exemple, Nicole Giroux, « La communication interne : une définition en évolution », Com­mu­nication & Organisation, Université Bordeaux 3, n° 5 juillet 1994, pp. 16 à 45.

18 (dir. de la communication, entreprise d’ingénierie en télécommunications, 8 décembre 2009).

19 (dir. de la communication interne, entreprise de services financiers, 25 novembre 2009).

20 (dir.de la communication et des RH, entreprise de distribution d’énergie, 20 août 2009).

21 (dir. RH France, entreprise de services informatiques, 26 novembre 2009).

22 (dir. de la communication interne, entreprise de services financiers, 25 novembre 2009).

23 Voir Vincent Brulois et Jean-Marie Charpentier, « La dimension sociale de la communication », 77e Congrès ACFAS, Ottawa (Canada), 13 et 14 mai 2009.

24 (dir. délégué aux relations sociales, entreprise de transports publics, 24 novembre 2009).

25 (dir. général adjoint chargé du dialogue social et des RH, entreprise de radiodiffusion, 7 décembre 2009).

26 « Quand on communique, on parle business, c’est la trame des enjeux  ! Le sens global de notre activité est donné par l’économie. » (dir. de la communication, entreprise du secteur de l’alimentation, 8 janvier 2010).

27 (dir. de la communication et des marques, entreprise du secteur de la plasturgie, 17 décembre 2009).

28 « Quelle culture de la responsabilité produit cet éloignement matériel entre les décideurs et les autres, qu’ils ne connaissent qu’à travers des reportings, des études de marché ou des enquêtes d’opinion  ? (Pierre-Yves Gomez, « De l’importance d’être distant », Le Monde, 9 mars 2010) »

29 « Le résultat est une fonction éclatée, du fait de la multiplication des acteurs concernés, et instrumentale, par l’imposition de pratiques normalisées au plan mondial. Cette vision désincarnée fait l’impasse sur une compréhension en profondeur […]. (Jean-Marc Le Gall, « Vers une gestion désincarnée des ressources humaines », Le Monde, 9 mars 2010) »

30 Voir aussi Armand Hatchuel, « Dialoguer et critiquer, un travail nécessaire », Le Monde, Paris, 12 janvier 2010.

31 (dir. de la communication interne, entreprise de services publics, 27 novembre 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice De La Broise et Vincent Brulois, « La communication interne aux prises avec la professionnalisation », Communiquer, 3-4 | 2010, 123-134.

Référence électronique

Patrice De La Broise et Vincent Brulois, « La communication interne aux prises avec la professionnalisation », Communiquer [En ligne], 3-4 | 2010, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1584 ; DOI : 10.4000/communiquer.1584

Haut de page

Auteurs

Patrice De La Broise

Laboratoire GERIICO, Université Lille 3, France
patrice.delabroise[@]univ-lille3.fr

Vincent Brulois

Laboratoire LabSIC, Université Paris 13, France
brulois[@]sic.univ-paris13.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org