Navigation – Plan du site
Communication sociale et publique: prisme ou foyer?

(Re) formulations disciplinaires : quelles orientations pour quelle(s) identité(s) ?

Disciplinary (re) formulations: orientations for identity(ies)?
Benoit Cordelier et Consuelo Vásquez
p. 67-72

Texte intégral

Pour qu’il y ait discipline, il faut donc qu’il y ait possibilité de formuler, et de reformuler indéfiniment, des propositions nouvelles
Foucault (1992/1971).

  • 1 Nous tenons à souligner l’apport essentiel de Pierre Mongeau, professeur et directeur du Départemen (...)

1À l’occasion de son premier anniversaire, la nouvelle Revue internationale de communication sociale et publique (RICSP) a organisé en mai 2010 un colloque intitulé « Communication sociale et publique : prisme ou foyer  ? »1 pour réunir des contributeurs du domaine afin de réfléchir ensemble sur ses multiples expressions et sur les assises communes qui composent toujours l’horizon de la communication sociale et publique. Quatre ans après le colloque « Communication : horizons de pratiques et de recherche » (ACFAS, 2006), et la publication de deux collectifs sous le même intitulé aux Presses de l’Université du Québec, ce colloque se voulait une nouvelle occasion de faire un tour d’horizon des principaux axes de la recherche francophone dans le domaine.

2Le domaine de la communication sociale et publique se rapporte à l’étude des phénomènes de communication impliquant des êtres humains. Ce vaste champ réfère entre autres à la communication organisationnelle, interculturelle, internationale, interpersonnelle et de groupe, à la communication marketing et publicitaire, à la communication politique, la communication touchant la santé, l’environnement, les technologies, à la communication scientifique et aux relations publiques. Qu’est-ce qui unit ces divers champs d’intérêt  ?

3Le premier numéro de RICSP s’ouvrait sur un article de Robert T. Craig (2009a), « La communication en tant que champ d’études ». Après un large tour d’horizon des différentes traditions de recherche qui alimente le domaine, il pose l’étude de la communication en tant que processus d’élaboration d’un métadiscours sur la communication et propose un modèle constitutif de la communication en tant que méta-modèle. Est-ce la voie à suivre  ? On lui a reproché d’être idéaliste et de banaliser des différences importantes sinon fondamentales. Est-il pertinent de rechercher des assises communes  ?

4Malgré leur dynamisme (Donsbach, 2006), les sciences de la communication peinent à se définir ne sachant dépasser leur origine interdisciplinaire. Elles resteraient à un niveau de ce que Kane (dans ce numéro) nomme un quasi discipline, c’est-à-dire une discipline en constitution. Ajoutons à ce caractère émergeant, la diversité de ses objets et contextes d’étude, ainsi que de ses ancrages théoriques. Il en résulte une tendance à la fragmentation, qui rend difficile la communication entre les spécialistes des sous-champ de la communication. Les uns et les autres se questionnent sur leur appartenance disciplinaire qui dépendrait alors davantage du complément de nom ou de l’adjectif qui accompagne le domaine à investir : communication médiatique, organisationnelle, de la santé, interpersonnelle, verbale ou non verbale… Comment trouver l’unité lorsque, par exemple, Craig (1999, 2009a) identifie sept traditions différentes en théories de la communication  ?

[Les] diverses façons d’envisager les [traditions ou sciences de la communication], et notamment leur dimension interdisciplinaire originaire, traduisent profondément des points de vue, en particulier sur les relations qu’elles entretiennent […] avec, d’une part, les autres disciplines de sciences sociales s’intéressant aux mêmes objets et, d’autre part, avec des formes d’expression « concurrentes » dont l’écho est particulièrement important dans les médias (qu’il s’agisse de travaux d’essayistes, d’intellectuels, de philosophes, de professionnels, etc.). D’autres considérations entrent également en jeu dans la constitution de ce point de vue, telles que la conception de la recherche, des intérêts stratégiques institutionnels etc. (Monnoyer-Smith, 2008)

  • 2 À ce sujet, il est à noter que Bachelard insiste sur l’ouverture de la spécialisation et le besoin (...)

5Cela pose en fait la question de notre identité et de notre place en tant que communauté et en tant que chercheurs car nous sommes déchirés entre une volonté de spécialisation liée à nos objets et une nécessité de reconnaissance et d’institutionnalisation : entre prisme et foyer. Cette quête identitaire, selon Donsbach (2006), relève d’un besoin de cohérence désormais clé pour justifier l’existence et le développement de notre champ d’étude. L’identité du « nous » pourrait se construire de deux manière : soit elle repose dans une histoire commune, souvent hégémonique, soit elle est polyphonique et s’ouvre à la pluralité des histoires qui s’associent aux champ ou sciences de la communication. Bachelard dans L’engagement rationaliste (1972) penche pour la deuxième option qu’il identifie en tant que « rationalismes régionaux »2. Les seuls qui permettraient d’engager une véritable conversation disciplinaire, une « polémique » qui permet la rectification des idées périmées, le renouvellement de la discipline.

6Les auteurs du dossier que nous présentons dans ce numéro double de la RICSP se posent ces questions à différents niveaux. Ils nous proposent de réfléchir à l’identité de cette discipline depuis ses origines jusqu’à la manière dont elle répond aux attentes de la société en passant par son institutionnalisation et des pistes de développement théorique.

7La question de l’identité pose souvent celle des origines (Ollivier, 2000) et c’est le chemin qu’emprunte David Douyère, maître de conférences à l’université de Paris 13. Il s’attache plus précisément à retracer l’origine de l’expression « communication sociale » à partir des travaux de Jean Devèze et de textes de l’Église catholique de Vatican II. Cette Église, consciente depuis des siècles de l’importance des outils de communication, veut investir les médias de masse pour son travail d’évangélisation et l’inscrit dans sa terminologie officielle par le décret Inter Mirifica de 1963. La dite expression voyagera alors à travers les continents africains et américains avant de retourner en France pour créer la polémique dans un milieu universitaire où l’idéologie religieuse est source de défiance. Par un travail de bénédictin, Douyère met en évidence les liens entre la notion de communication sociale, l’Église et les apports, parfois critique, de chercheurs en sciences de la communication. Si le concept de communication sociale ne peut être réduit à la seule vision ecclésiastique, il fait néanmoins partie intégrante de la stratégie du Vatican dans ses relations avec les laïcs.

8Alors que Douyère retrace l’histoire lexicale de la communication sociale, Oumar Kane, professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) s’attarde sur les conditions de l’institutionnalisation méthodologique, épistémologique et théorique ainsi que sociale de ce qu’il qualifie de « quasi-discipline ». Il nous montre le cheminement entre démarches intellectuelles, politiques et organisationnelles qu’adoptent différentes régions géographiques dont, plus particulièrement, les États-Unis, le Canada et la France. Pour lui, le constat continue d’être celui de la fragmentation d’un champ rétif à l’unification. En suivant Robinson (1975, 2000) et Pfau (2008), il propose de compléter l’étude d’objets spécifiques par des considérations processuelles et transversales pour faciliter les échanges internes. Il entreprend de retracer les repères historiques et d’entrecroiser des développements programmatiques qui définiraient la (quasi) discipline de la communication. Mais en même temps, il ne semble pas se faire de grandes illusions. Est-ce qu’une épistémologie distinctive de la communication est possible  ? Dans la lecture institutionnelle d’Oumar Kane, la question reste ouverte.

  • 3 Notons que celle-ci nous est proposée depuis le sous champ particulier de la communication organisa (...)

9François Cooren, professeur à l’Université de Montréal, soutient qu’il existe déjà des voies théoriques qui témoignent d’un modèle communicationnel nous permettant de ne pas avoir à choisir entre prisme et foyer. En cherchant à dépasser le vœu pieux du rassemblement disciplinaire, il nous explique comment l’approche dite constitutive de la communication (Putnam et Nicotera, 2009) telle que développée par l’École de Montréal peut répondre aux conditions posées par le méta-modèle de Craig (1999, 2009a, 2009b). Cooren nous invite à suivre un « cahier des charges » des études en communication, afin d’y débattre les spécifications qu’un « modèle communicationnel de la communication » devrait avoir. Le parti ici est clairement de poser les bases d’une approche distinctive du domaine de la communication3 afin de contrer les dynamiques centrifuges auxquelles nous expose une interdisciplinarité non maîtrisée.

  • 4 Notons d’ailleurs, comme le suggère Davallon (2004) en reprenant la formule de Saussure que c’est l (...)

10Nous avons entamé ce dossier avec la présence de Jean Devèze et ce n’est pas sans un certain amusement que nous pourrions relever que son ombre plane fortuitement dans le dernier article. De son vivant, « il plaide pour des formations universitaires professionnalisantes, crée même à Marne-la-Vallée un DESS où affluent des candidats venus de loin. Il souligne l’importance des liens avec l’entreprise […] (Laulan, 2004, p. 217) ». Patrice de la Broise, maître de conférences à l’Université de Lille 3, et Vincent Brulois, maître de conférences à l’université de Paris 13, nous présentent, à leur tour, comment ces problématiques disciplinaires rencontrent une résonance dans les formations en communication et les métiers auxquelles elles préparent. Si l’Université est un espace privilégié pour penser la société, les disciplines qu’elle abrite ne peuvent faire l’économie d’une réflexion constante sur leur contribution sociale. Cela touche aussi bien les objets dont l’étude contribue au développement disciplinaire que les formations auxquelles elles participent. Penser la communication ne pourra se faire sans apporter une réponse satisfaisante à la demande sociale. C’est ce qu’expliquent finalement de la Broise et Brulois avec cette citation de Charle et Soulié (2007, p. 13) : « Les disciplines académiques traditionnelles sont de plus en plus concurrencées par de nouvelles disciplines définies, non par des méthodes ou des traditions intellectuelles, mais par des objets ou des domaines d’intervention et en prise directe sur la demande sociale, économique ou professionnelle ». En paraphrasant Beninger (1993), la réponse pourrait bien être : « Embrace the object, not the field » ; se posent alors les questions suivantes : qui peut définir ces objets4 et comment.

11Foucault nous met en garde sur les prétentions que pourrait avoir un discours disciplinaire à objectiver et à épuiser son objet. Dans sa leçon inaugurale au Collège de France il y rappelle qu’

une discipline se définit par un domaine d’objets, un ensemble de méthodes, un corpus de propositions considérées comme vraies, un jeu de règles et de définitions, de techniques et d’instruments constitués dans une sorte de système anonyme à la disposition du chercheur sans que son sens ou sa validité soient liés à celui qui s’en trouve être l’inventeur… dans une discipline… ce qui est supposé au départ, ce n’est pas un sens qui doit être redécouvert, ni une identité qui doit être répétée ; c’est ce qui est requis pour la construction de nouveaux énoncés. Pour qu’il y ait discipline, il faut donc qu’il y ait possibilité de formuler, et de reformuler indéfiniment, des propositions nouvelles (1992/1971, p. 32, soulignement ajouté).

12Une discipline, pour Foucault, se crée et se recrée dans sa pratique. Mais cette dernière ne peut être le seul résultat de l’activité d’un univers scientifique refermé sur lui-même. S’agirait-il alors de réduire la polysémie de l’expression de « communication sociale » pour ne plus y trouver qu’une définition imposée par un utilitarisme social qui peine lui-même à se définir  ? Quel est en somme le cadre social, institutionnel et épistémologique des sciences de la communication  ? Les auteurs de ce dossier contribuent à cette réflexion collective qui n’est pas près de s’éteindre.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard, G. (1972). L’engagement rationaliste. P.U.F., Paris, 190 p.

Beniger, J. R. (1993). Communication - Embrace the subject, not the field. Journal of Communication, 43 (3), 18-25.

Charle, C., et Soulié, C. (2007). Les ravages de la “modernisation” universitaire en Europe. Syllepse, Paris, 258 p.

Craig, R. T. (1999). Communication Theory as a Field. Communication Theory. 9, 2, 119-161.

Craig, R. T. (2009a). La communication en tant que champ d’études. Revue internationale de communication sociale et publique, 1, 1-42. Récupéré de http://communiquer.revues.org/274

Craig, R. T. (2009b). Réflexions sur « La communication en tant que champ d’études ». Revue internationale de communication sociale et publique, 2, 1-6. Récupéré de http://communiquer.revues.org/344

Davallon, J. (2004). Objet concret, objet scientifique, objet de recherche, dans Hermès numéro 38 ; 30-37.

Donsbach, W. (2006). The Identity of Communication Research. Journal of Communication. 56, 437-448.

Foucault, M. (1992). L’ordre du discours. (1ère éd. 1971), Gallimard, Paris, 82 p.

Laulan, A.-M. (2004). Hommage à Jean Devèze. Hermès. 38, 215-218.

Monnoyer-Smith, L. (2008). Pour une épistémologie complexe des SIC. Actes du 16e Congrès de la SFSIC.

Ollivier, B. (2000). Observer la communication. Naissance d’une inter-discipline, Paris : CNRS.

Pfau, M. (2008). Epistemological and Disciplinary Intersections. Journal of communication. 58, 597-602.

Ollivier, B. (2001). Enjeux de l’interdiscipline, l’Année sociologique, 51 (2) : 337-354.

Putnam, L. L., et Nicotera, A. M. (Ed.) (2009). Building Theories of Organization : The Constitutive Role of Communication. New York : Routledge.

Robinson, G. J. (1975). Studies in Canadian Communications. Montreal : McGill University.

Robinson, G. J. (2000). Remembering our past : Reconstructing the field of Canadian communication studies. Canadian Journal of Communication, 25 (1), 195-225.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à souligner l’apport essentiel de Pierre Mongeau, professeur et directeur du Département de communication sociale et publique de l’UQAM ainsi que premier directeur de la RICSP, à l’élaboration scientifique du colloque. Nous souhaitons donc le remercier ici car sans lui ce dossier n’aurait pas pu être.

2 À ce sujet, il est à noter que Bachelard insiste sur l’ouverture de la spécialisation et le besoin d’organiser le réseau conceptuel qui en découlent. Dans ces mots, il argue : « C’est la spécialisation qui donne le tonus rationaliste  ! C’est elle qui fait un esprit vigoureux  ! […] Alors, ne répétons pas ce leitmotiv que la science en se spécialisant rétrécit l’esprit  ! Elle l’ouvre. Ici, il faudra encore insister sur un caractère nouveau : il faudra encore montrer que ces rationalismes régionaux se font nécessairement par définitions d’interconcepts ; il faudra encore montrer que, quand on s’installe dans un rationalisme régional, on est obligé de sortir d’un rationalisme général ; on est obligé de laisser de côté les thèmes généraux qui donneraient une adhésion trop facile  ; il faudra entrer en polémique et il faudra organiser conceptuellement les relations que donnent ces rationalismes régionaux ».(Bachelard, 1972, pp. 55-58).

3 Notons que celle-ci nous est proposée depuis le sous champ particulier de la communication organisationnelle.

4 Notons d’ailleurs, comme le suggère Davallon (2004) en reprenant la formule de Saussure que c’est le « le point de vue qui crée l’objet ». Dès lors, la spécificité de notre discipline se trouvée dans la manière dans nous constituons nos objets — concrets, scientifiques et de recherche — en articulant des problématiques (Ollivier, 2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoit Cordelier et Consuelo Vásquez, « (Re) formulations disciplinaires : quelles orientations pour quelle(s) identité(s) ? », Communiquer, 3-4 | 2010, 67-72.

Référence électronique

Benoit Cordelier et Consuelo Vásquez, « (Re) formulations disciplinaires : quelles orientations pour quelle(s) identité(s) ? », Communiquer [En ligne], 3-4 | 2010, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1582

Haut de page

Auteurs

Benoit Cordelier

Directeur, Revue internationale de communication sociale et publique
Professeur, Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada
cordelier.benoit[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Consuelo Vásquez

Professeure, Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada
vasquez.consuelo[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org