Navigation – Plan du site
Communication sociale et publique: prisme ou foyer?

Institution et légitimation d’une quasi-discipline : le triple destin (sciences, études et champ) de la communication

Institution and legitimization of a quasi-discipline: the building of communication as sciences, studies, and field
Oumar Kane
p. 87-102

Résumés

Les processus de diffusion et d’institutionnalisation réfèrent à des logiques différentes. L’institutionnalisation s’ancre dans un univers de rapports de pouvoir pour la captation des ressources matérielles et symboliques en vue de la reconnaissance et de la légitimation d’une discipline en voie de constitution, une quasi-discipline. La diffusion, d’un autre côté, subit l’effet d’un tropisme qui nécessite de faire la géographie des disciplines existantes et éventuellement concurrentes afin de comprendre par quels moyens, à destination de quels acteurs et contre qui s’effectuent la construction et la circulation conjointes des objets épistémiques dans le domaine des études en communication. Le présent article analyse le double processus d’institutionnalisation épistémique et sociale de la communication dans différents contextes à travers les notions de sciences, d’études et de champ.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Even in the realm of science he [Innis] warned against them [monopoly of conceptual systems or paradigms]. He recognized that the intellectual life tended toward monopoly positions : schools would grow up around a Freud or Keynes or around a paradigm like behaviourism that effectively monopolized a department or university or culture and cut off communication. He recognized that organizing science paradigmatically heightened efficiency : the closure of perspective increased the speed of accumulation. But it also sapped the vitality of intellectual work, decreased its sense of time and history, and threatened in the long run the stability of scientific enterprise (Carey, 1975, p. 45).

1En matière scientifique, les processus de diffusion et institutionnalisation, malgré leurs relations possibles, réfèrent à des logiques différentes. Dans le domaine de la communication, l’institutionnalisation s’ancre dans un univers de rapports de pouvoir pour la captation des ressources matérielles et symboliques en vue de la reconnaissance et de la légitimation d’une discipline en voie de constitution, une quasi-discipline. La diffusion, d’un autre côté, subit l’effet d’un tropisme qui nécessite de faire la géographie des disciplines existantes et éventuellement concurrentes afin de comprendre par quels moyens, à destination de quels acteurs et contre qui s’effectuent la construction et la circulation conjointes des objets épistémiques dans le domaine des études en communication.

2Malgré son inscription dans une discipline différente (la science politique), l’œuvre fondatrice d’Harold Innis a pu orienter une certaine forme d’institutionnalisation de la communication comme champ d’étude au Canada davantage qu’aux États-Unis. Ce processus a suivi des voies notablement différentes pour ce qui est des sciences de l’information et de la communication (SIC) françaises. Alors qu’en France l’institutionnalisation sociale a précédé et tiré rétrospectivement l’institutionnalisation épistémique (Boure, 2005), aux États-Unis la proximité de la discipline avec la rhétorique et la culture institutionnelle américaine expliquent la position centrale des départements plutôt que de l’État (Winkin, 2005) dans la structuration disciplinaire.

3Par ailleurs, la communication est de plus en plus thématisée comme interdiscipline (en France) ou comme champ de recherche (en Amérique du Nord) dans la communauté des chercheurs intéressés à l’étude des phénomènes communicationnels.

4Nous distinguerons deux formes générales d’institutionnalisation dans le processus de légitimation croissante qui s’opère dans le champ scientifique, et la communication comme discipline ne fait pas exception à cet égard. L’institutionnalisation interne, d’ordre méthodologique, épistémologique et théorique d’une part, et de l’autre l’institutionnalisation sociale dans laquelle les acteurs sociaux, et notamment l’État, jouent un rôle important. Le premier est mis en branle par une communauté épistémique tandis que le second peut être englobé sous le terme d’une communauté (scientifique/pratique/sociale) d’acteurs intéressés à promouvoir leur domaine d’expertise.

La question épistémologique de l’unité du champ

5On peut analyser la fragmentation des études canadiennes en communication sous le registre des emprunts disciplinaires et des positionnements épistémologiques en lien avec le dilemme de Mannheim. En effet, sur la validité de la recherche en sciences sociales, un problème de la sociologie de la connaissance est relatif à la tentative de distinguer la science de l’idéologie. Il s’agit en d’autres termes du dilemme de Mannheim qui pose la question de la liberté et du déterminisme pour les scientifiques dans les mêmes termes que pour les autres agents humains. Le privilège du scientifique de découvrir des lois est questionné au motif que l’activité scientifique est soumise aux mêmes lois qui expliquent le comportent des agents humains. Dans la discipline de la communication, Carey (1989) soutient que ce dilemme a donné lieu à trois stratégies pour s’attaquer à ce problème redoutable. Ces stratégies empruntent à des traditions différentes. La première emprunte à la psychologie comportementale et cherche à dégager des lois comportementales. La deuxième trouve son origine dans les sciences de la nature et cherche à formaliser des structures sociétales. La troisième est d’inspiration culturaliste et s’attaque à la question du sens. La fragmentation du champ n’est certes pas entièrement réductible à cette tripartition initiale, mais ses effets sont durables sur les différentes tentatives de cartographier le champ telles que celles de Berelson (1959), Craig (1999) ou Mucchielli (2000).

  • 1 C’est ce passage de la pré-science à la science normale qui nous intéresse plus précisément ici.

6Le schéma issu de l’étude par Kuhn (1983) de l’histoire des sciences pour proposer un modèle de développement des sciences est le suivant : pré-science — science normale1 — crise-révolution — nouvelle science normale — nouvelle crise. Le passage de la pré-science à la science normale, qui réfère à une analyse de type interne des arguments et des théories au sein de la discipline recouvre-t-il le passage de la quasi-discipline à la discipline qui touche davantage à l’institutionnalisation sociale d’un champ de savoir  ? Kuhn considère que l’activité multipolarisée et désorganisée trouve son unité quand un paradigme fédérateur rencontre le consensus au sein de la communauté considérée. Ce modèle est issu des sciences de la nature et les exemples donnés (physique newtonienne, chimie analytique ou optique ondulatoire) en sont tous issus.

  • 2 L’exemple donné est celui de l’optique pré-newtonienne caractérisée par un grand nombre de théories (...)

7Il faut préciser d’abord que de la même manière que Popper déniait tout caractère scientifique au matérialisme historique et à la psychanalyse, pour Kuhn, la sociologie n’est pas une science. La raison en tient au fait que pour lui la science normale consiste à résoudre des énigmes sous la guidance des règles posées par le paradigme dominant. Il considère la science normale comme caractérisée par un travail de spécialisation et l’absence de désaccords majeurs sur les fondements de l’activité scientifique2. En d’autres termes, on pourrait considérer qu’au sens de Kuhn, l’état actuel de la communication avec un débat permanent sur les contours et l’épistémologie de la discipline, qui interdit tout travail cumulatif et spécialisé de confrontation des théories avec les faits, serait de nature à qualifier la communication de pré-science. Cette analyse d’un désaccord essentiel est également faite par Anderson (1996, p. 201) : « Thus today, the questions of what we should recognize as theory in general and what we should recognize as communication theory in particular are unresolved. » Le fait que l’unité de la communication ne soit pas effective peut recevoir différentes explications. On invoque souvent la jeunesse du champ et la précocité des théories développées pour justifier l’absence de consensus méthodologique et épistémologique en études de la communication (argument des empirical foundationalists). D’un autre côté, pour les empirical constructionists (voir Anderson, 1996), le critère du consensus autour d’un paradigme fédérateur avancé par Kuhn ne peut pas être réglé sur une base épistémologique et montre la diversité des intérêts pour tel objet de savoir à l’intérieur d’une « constellation » d’objets de savoir. Suivant l’épistémologie sous-jacente des analystes, l’unité paradigmatique est un horizon souhaitable ou une illusion à rejeter.

8Inscrivant sous le registre du rejet son évaluation de la logique de production en sciences de la communication, Pfau (2008) considère que le niveau de spécialisation est tellement poussé que les articles des chercheurs en communication ne s’adressent qu’à une « niche » très réduite de spécialistes, évacuant ainsi toute possibilité de conversation élargie au sein de la discipline, à plus forte raison avec des chercheurs issus de disciplines voisines des sciences sociales. Nombreux sont les chercheurs à critiquer une forme d’insularité ou de ghettoïsation des études en communication. En d’autres termes, ce qui est pointé ici est la nature de champ de la discipline, c’est-à-dire sa structuration sous forme d’une constellation d’objets, de problématiques et de paradigmes qui n’ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres.

Deux formes d’institutionnalisation

9L’institutionnalisation est :

le processus complexe et à certains égards, conflictuel de transformations sociales par lequel une activité sociale est érigée en institution, et plus précisément en activité organisée contraignante et relativement autonome par rapport à sa sphère d’origine et à d’autres sphères, ce qui suppose a minima :

- l’émergence, puis le développement de formes organisationnelles, de normes spécifiques et d’un imaginaire fonctionnant à la reconnaissance et à la légitimation  ;

- l’adhésion et la participation croissante des acteurs individuels et collectifs concernés, ce qui n’exclut pas les conflits. (Boure, 2005).

10Cette approche dynamique et processuelle n’est pas sans lien avec la définition organique de l’institution avancée par Georges Balandier (préface dans Douglas, 2004, p. 21) qui définit l’institution comme « un organisme relativement stable, soumis à des règles de fonctionnement et accomplissant des fonctions sociales spécifiques  ; plus largement encore, le terme se reporte à cette forme de l’organisation sociale qui lie des valeurs, des normes, des rôles, des modèles de relation et de conduite. » Il existe une relation principielle entre l’institution et les procédures de légitimation comme le montre Douglas dans Comment pensent les institutions. Pour cette auteure, la légitimation peut venir d’une personne ou être fondée sur un principe fondateur partagé.

11L’institutionnalisation est un processus qui, pour être bien compris, nécessite de comprendre les rapports entre la science et la société, entre le Vrai et le Bien (en termes philosophiques) ou entre la connaissance et l’action (en termes sociologiques). L’institutionnalisation d’un domaine de savoir a à voir avec ses relations avec la société et l’État, en ce sens ce n’est pas un questionnement neutre mais une problématique conjointement scientifique et politique. Elle consiste en partie à rendre matérielle et objective un découpage arbitraire du réel :

Reality is, above all, a scare resource. Like any scare resource it is there to be struggled over, allocated to various purposes and projects, endowed with given meanings and potentials, spent and conserved, rationalized and distributed. The fundamental form of power is the power to define, allocate, and display this resource... Conflicts over communications is not, however, undifferentiated. It occurs at the level of paradigms and theories, formulas and stereotypes, recipes and programs ; that is conflict occurs over the general determination of the real as well as at the points of exclusion, repression, and denial, where forms of thought, technique, and social relations are cast beyond the glow of the real into the darkness of unintelligibility, subversion, and disgrace. (Carey, 1989, p. 87).

12La distinction opérée par Whitley (1984) et reprise par Boure (2005) entre institutionnalisation cognitive et institutionnalisation sociale permet de bien saisir le processus et les interrelations par lesquelles est construit et légitimé un domaine de savoir. L’institutionnalisation cognitive ou intellectuelle est le processus par lequel les concepts, théories, paradigmes, objets de recherche, problématiques et méthodologies sont forgés, discutés et validés au sein d’une communauté de savoir donnée, notamment à l’état de quasi-discipline. Ce travail d’institutionnalisation intellectuelle est à comprendre dans son aspect positif de production mais également et dans le même mouvement en tant que procédure de division et d’instauration des limites et des frontières avec les domaines de savoir ou les disciplines voisines.

13L’institutionnalisation sociale regroupe les modalités d’organisation (notamment de subvention) et de définition de la recherche, d’acquisition d’espaces pour l’enseignement, de reconnaissance dans l’espace sociale ainsi qu’aux rapports de la communauté considérée avec les différentes formes de pouvoir de l’espace social.

14Tout projet de réalisation d’une histoire de la science peut choisir parmi ces deux formes d’institutionnalisation l’objet de son intérêt premier. Le fait de mettre l’accent sur les facteurs internes (institutionnalisation cognitive) ou structurels (institutionnalisation sociale) est corrélé à un positionnement épistémologique sur la question classique de la détermination, en d’autres termes sur le degré d’agency des agents humains en interaction avec leur environnement. Les travaux en histoire des sciences en France ont souvent privilégié le volet intellectuel ou cognitif au détriment d’une histoire sociale de l’institutionnalisation des disciplines plus soucieuse de mettre au jour les régulations qui échappement aux acteurs du champ scientifique.

L’institutionnalisation sociale des sciences de la communication en France et en Europe

15Boure (2005) identifie cinq dimensions caractéristiques de toute discipline académique qui participent d’une forme ou d’une autre de l’institutionnalisation :

  1. la revendication d’un découpage du réel résultant de la spécialisation et de la professionnalisation croissantes du travail scientifique  ;

  2. un ensemble de savoirs, de langages et de manières de faire plus ou moins spécialisés fonctionnant comme normes scientifiques et sociales  ;

  3. une ‘communauté scientifique’ dont les membres sont en concurrence s’affirmant comme collège invisible susceptible, par des formes reconnues, de produire des connaissances et d’exercer un contrôle sur leur production, leur circulation et leur enseignement ainsi que sur la reproduction des chercheurs et l’attribution de gratifications symboliques  ;

  4. une autoréférentialité, expression particulière de la connivence scientifique, largement répandue (recours aux concepts et théories spécifiques, accord sur les lexiques, citations de pairs, lecture des revues et des ouvrages de la discipline...)  ;

  5. une onction académique donnée en France par l’État, à un moment du processus d’institutionnalisation, pour des raisons qui renvoient au contexte cognitif et sociétal.

  • 3 Elles sont la 52e section du CCU et deviendront la 71e section 1983, le CCU deviendra Comité nation (...)

16En France, les sciences de l’information et de la communication (SIC) sont élevées à la dignité de discipline académique en janvier 1975 par le Comité consultatif des universités3. Cet adoubement étatique est à comprendre en rapport avec la position centrale du Ministère de l’éducation nationale en France. Par ailleurs, cette institutionnalisation sociale est à plusieurs égards une forme de reconnaissance. En effet, il existait déjà, notamment dans les les instituts universitaires de technologie (IUT) des formations en information-communication à vocation professionnalisante pour laquelle une demande étudiante et professionnelle existait. Par ailleurs, cette reconnaissance a accompagné dans les mêmes années l’institutionnalisation de disciplines comme la science politique, les sciences de l’éducation ou les sciences de la gestion.

17Il est salutaire d’analyser le processus de constitution des études en communications dans les espaces distincts de l’Amérique du Nord et de l’Europe. En Amérique Latine par exemple, le dévoilement et la critique de la connivence entre le milieu médiatique et les différentes oligarchies nationales a eu pour effet de déligitimer toute analyse en termes de réception et de production symbolique (Martin-Barbero, 2004). Dans son analyse de la discipline en Amérique Latine, l’auteur conçoit la discipline conjointement comme un champ, une éthique et un projet intellectuel. En ce sens, son projet est à comprendre comme une tentative de résister à diverses tentatives de « totalisation » idéologique et institutionnelle dont la communication aurait été l’objet. Dans son analyse, Martin-Barbero n’utilise pas le terme d’institutionnalisation même s’il effectue une critique « interne » de la constitution qui se rapproche de l’institutionnalisation épistémique. En effet, dans les deux cas ce sont les éléments davantage liés à la dynamique interne du champ qui sont privilégiés.

18Dans l’espace européen, les études en communication font face à d’importantes pressions en vue du réaménagement des curricula suite au processus de Bologne. La Déclaration de Bologne de 1999 cherche à organiser les différents systèmes éducatifs nationaux autour d’un cadre commun et à réaliser un Espace européen de l’enseignement supérieur. On est ici dans le registre de la diffusion suite à l’influence des politiques européennes en matière d’éducation. Ces dynamiques politiques et institutionnelles pèsent lourdement sur l’organisation de l’enseignement et de la recherche en communication puisque les disciplines sont appelées à se redéfinir et à opérer des synergies dans le nouveau cadre commun européen. C’est ainsi par exemple qu’une initiative faisant un état des lieux dans l’enseignement et la recherche en communication a été lancée par le Nordic Information Centre for Media and Communication Research (Nordicom) autour des points suivants dans les pays scandinaves (Suède, Norvège, Danemark et Finlande) : inventorier les programmes dans le champ, identifier leur affiliation institutionnelle et la dénomination du programme et de la discipline. Par ailleurs, une analyse de contenu des descripteurs de programme et de cours est faite de manière à permettre une comparaison entre les différents pays. Malgré une certaine diversité dans les noms des programmes et les affiliations institutionnelles au sein des universités, une des tendances qui semblent émerger est le rapprochement de la communication avec des formations techniques centrées autour des nouvelles technologies (Nordenstreng, 2004). Cette dynamique n’est pas sans poser des problèmes d’identité scientifique essentiels aux nouveaux regroupements puisque les liens historiques des media studies avec les humanités ou les sciences sociales tendent à devenir plus ténus.

L’institutionnalisation intellectuelle des communication studies aux États-Unis : chronique d’une mort indéfiniment reportée

19Dans son article intitulé « Ferment in the Field » en guise de clin d’œil à George Gerbner, Nordenstreng (2004) évalue succinctement l’évolution des études en communication à la lumière de sa pénétration progressive par la pensée de gauche. Aussi la fondation de l’International Association for Mass Communication Research (IAMCR) en 1957 (elle devient International Association for Media and Communication Research en 1996) a-t-elle lieu à un moment où la recherche administrative était à son apogée et toute perspective critique absente du champ des études en communication. Les préoccupations sur le destin du champ ne sont pas pour autant inexistantes en cette fin des années 50 comme en atteste le débat qui a opposé Bernard Berelson (1959) à Wilbur Schramm (1959) dans le numéro 23 de la revue Public Opinion Quaterly. Berelson avait en effet prédit la mort imminente de la recherche en communication. La question sous-jacente étant de distinguer son statut réel de discipline ou de champ.

  • 4 Cette affirmation de Berelson a plus d’un demi-siècle d’âge (1959) et prenait place dans un context (...)
  • 5 Il s’agit des approches développées par les innovateurs que sont à ses yeux Paul Lazarsfeld (sample (...)

20Dans son évaluation de l’état de la recherche dans ce qui était alors une quasi-discipline4, Berelson affirmait face à la similarité des résultats des recherches malgré leur inscription dans quatre sous-champs distincts que « the subject matter or the problem triumphs over the approach and the method (Berelson, 1959, p. 1) ». C’est donc que clairement pour lui, le problème des études en communication n’est pas encore celui de la fragmentation qu’il deviendra plus tard mais davantage celui de l’abandon des founding fathers. Berelson identifie néanmoins dix « approches » dont quatre majeures5 selon leur influence et six moins importantes. Il est intéressant de relever qu’Innis est cité avec Riesman comme un des tenants d’une approche historique dont l’influence est retreinte (deuxième catégorie). L’annonce nécrologique de Berelson est alors fondée sur son constat que les innovateurs ont déserté le champ et que leurs successeurs sont de simples épigones sans originalité ni initiative. La réponse de Riesman à Berelson met au jour les enjeux de pouvoir au sein de l’université et dans le cadre du Committee on Communications de l’université de Chicago sur lequel il siégeait avec Berelson qu’il accuse d’avoir contribué à tuer la recherche en communication puis d’en prédire la mort. Pour le coup, on entre ici dans le cadre d’une analyse de la communication en tant que champ au sens bourdieusien d’espace de luttes et de rapports de forces entre des acteurs disposant de diverses formes de capital. Les deux modalités du processus d’institutionnalisation doivent être comprises en reliant les deux formes définitionnelles du concept de champ.

  • 6 Iowa (1943), Illinois (1947), Wisconsin (1950), Minnesota (1951) et Stanford (1952). La création de (...)

21Quand Proulx (2001) retrace les conditions d’institutionnalisation sociale des études en communication en Amérique du Nord, il inscrit dans la période d’après-guerre le processus d’institutionnalisation de ce qu’il qualifie indistinctement ou champ et de domaine d’étude. Proulx identifie comme point de départ de l’institutionnalisation la création de programmes de doctorat en communication à partir de 19436. Cette généalogie relativement tardive est à opposer à celle de Winkin (2004) pour qui l’institutionnalisation de l’enseignement de la communication aurait eu lieu au début du vingtième siècle dans les départements reliées aux humanities (rhétorique et speech studies noatmment) puis à l’enseignement du journalisme. Les techniques de propagande du gouvernement américain mettront à contribution des experts issus des universités. C’est ainsi que l’institutionnalisation sera faite par le biais de subventions destinées à la communication de masse :

Un événement intellectuel mérite de retenir notre attention et pourrait être qualifié de fondateur dans l’organisation du domaine d’études des communications de masse aux États-Unis. Il s’agit du Séminaire de la Fondation Rockefeller (FR) sur les communications de masse. Organisé à New York, de septembre 1939 à juin 1940, par John Marshall, administrateur de la Fondation, le projet initial consiste à réunir une douzaine de spécialistes pour des rencontres mensuelles afin de dégager un cadre théorique général qui permettrait à la FR de préciser des critères pertinents pour éventuellement subventionner des projets de recherche en communication. (Proulx, 2001, p. 473).

22On peut distinguer une articulation entre l’institutionnalisation sociale telle que contribuent à la construire les séminaires Rockefeller et l’institutionnalisation épistémique telle qu’elle émane du paradigme behavioriste promu par Laswell (5 W) dans le cadre de ce séminaire. Lasswell est classé par Berelson (1959) comme un ténor de l’approche politique dans le domaine de la recherche en communication. Il s’intéresse à la propagande politique et met l’emphase sur les phénomènes de persuasion et d’influence. L’approche qu’il a développée est construite autour du transfert des informations et de leur efficacité sur l’auditoire. Ses travaux sont d’orientation behavioriste car ils supposent un auditeur passif dans un environnement hors de tout contexte. Cependant, il est possible d’établir une autre généalogie pour ses travaux.

23Il apparait clairement qu’en focalisant la recherche sur les effets et le processus de persuasion, la question du Pourquoi est laissée dans l’ombre. Son traitement ouvre la méta question des rapports de pouvoir qui sera le terrain d’étude des approches critiques de la communication. Une autre voie possible aurait été celle ouverte par John Dewey et l’école de Chicago antérieurement au développement de l’étude des phénomènes de persuasion puis de la communication de masse. Le processus global d’institutionnalisation qui a eu lieu s’est fait en relation avec les différentes approches des effets des médias (directs ou limités) selon ce que Carey (1996) qualifie d’une « histoire standard » de l’institutionnalisation des études en communication aux États-Unis. Finalement, l’institutionnalisation épistémique est contrainte par l’institutionnalisation sociale et l’agenda de recherche est défini en partie par le pouvoir politique. Ce rôle de structuration sociale de la recherche est joué en partie au Canada par les politiques publiques en matière de recherche subventionnée.

24Selon Craig et Carlone (1998), les questionnements sur le statut des études en communication sont corrélatifs de leur croissance importante ainsi que de la transformation dont le champ a fait l’objet, notamment aux Etats-Unis. L’institutionnalisation réussie ou ses tentatives avortées sont à comprendre selon ces auteurs en raison de l’accountability à laquelle sont astreintes les discicplines aux Etats-Unis : « In times of crisis, the discipline must explain and justify itself to academic administrators and the general public. (Craig et Carlone, 1998, p. 67) ». Cette période des années 90 qui a vu l’évaluation des études en communciation à travers de nombreux colloques et séminaires tendait à la transformation du champ en discipline, autrement dit à légitimer et institutionnaliser un domaine de recherche plutôt fragmenté en une institution pérenne.

25Il faut, pour comprendre la dynamique récente de constitution de la discipline aux États-Unis, considérer conjointement les deux formes d’institutionnalisation intellectuelle et sociale. À partir de ces deux catégories, il devient possible d’interpréter l’étude faite par Craig et Carlone (1998) dans laquelle ils se sont intéressés à l’évolution des diplômes décernés par la discipline (institutionnalisation sociale) et aux classifications des productions de la communauté savante (institutionnalisation cognitive).

  • 7 Les sous-catégories sont les suivantes : communications (général)  ; publicité  ; journalisme  ; jo (...)

26L’entrée « Communications » a été intégrée dans la classification du National Center for Education Statistics (NCES) du département fédéral de l’éducation aux États-Unis au début des années 1970 en tant que « job-related field », c’est-à-dire considérée comme champ de pratique7.

27Dans une certaine mesure, la prolifération des départements de communication dans les universités américaines résulte de la transformation d’anciens « speech and rhetorical studies départements » en départements de communication considérés selon les taxinomies statistiques comme plus orientés vers l’insertion professionnelle (job-related).

Especially useful would be research examining the interplay between the development of communication as an academic field of study and that of communication as a category of knowledge and practice in society generally. The evolution of academic communication studies has been driven by, and by now is probably helping to drive, the evolution of communication as a cultural category (Craig et Corlone, 1998, p. 78).

28Dans la pratique cependant, les curricula montrent que les études en communication offrent toujours des formations théoriques dans la tradition des liberal arts (Craig et Corlone, 1998).

29Cette réalité du réaménagement des programmes, dans certains cas de leur fusion (journalisme et communication, auxquels s’ajoute parfois la rhétorique) nécessite de faire preuve de prudence dans l’interprétation des statistiques nationales en matière d’éducation et d’évolutions des champs disciplinaires, aux Etats-Unis et ailleurs.

30La fragmentation de la communication est en partie due au fait que la communication est une catégorie qui regroupe des intérêts disciplinaires très épars qui se sont regroupés au sein de départements de communication pour acquérir une légitimité sociale et académique qui aurait été difficile à obtenir par d’autres moyens. On assiste actuellement à un processus similaire dans les pays scandinaves (Nordenstreng, 2004).

31L’héritage d’Harold Innis et la constitution de la communication comme champ au Canada

32En 1981, Tremblay affirmait qu’il n’existait pas une théorie québécoise de la communication pour la triple raison que les études en communication étaient nouvelles, les chercheurs jeunes et les recherches trop diversifiées. De ces trois facteurs, on peut considérer que trente ans après, les deux premières liées à la nouveauté du champ et à la jeunesse des chercheurs ne sont plus aussi pertinentes qu’elles pouvaient l’être en 1981. Reste le constat de la très grande diversité des études menées dans le domaine qui fait aujourd’hui encore consensus parmi les analystes (malgré quelles voix discordantes), même si les conclusions qui en sont tirées ne vont pas toutes dans le même sens.

  • 8 Innis occupe un poste de professeur à l’université de Toronto à partir de 1920. Créé en 1888 sous l (...)

33Le constat est probablement valable aujourd’hui pour le Canada, et Harold Innis, qui a joui d’un prestige très grand dans l’académie canadienne, y est probablement pour quelque chose. Dans les années 40, il dirige le département d’économie politique de l’université de Toronto8. L’une de ses contributions majeures à l’étude des médias est d’en avoir appliqué une définition large qui englobe les modes d’exercice et de conservation du pouvoir dans les ensembles civilisationnels. Cette conception large de la notion de média transparaît dans la dernière partie de ses écrits dans laquelle il s’intéresse aux médias et à la communication. La question des staples est ici en continuité avec celle de la communication qui la subsume, à tel point que Northrop Frye, l’un de ses plus fins connaisseurs, peut affirmer que pour Innis « anything may be relevant to communication ». On est ici moins dans le registre de l’institutionnalisation que dans celui de la diffusion d’une conception élargie de la communication. Plus que tout autre, Innis a contribué à faire des études canadiennes en communication un champ à travers son ouverture définitionnelle de la notion de média. Selon Carey (1975), la grande originalité de la pensée d’Innis, qu’il a léguée à la pensée canadienne en communication, est d’avoir développé une approche organisée autour d’une perspective historique, d’une approche dialectique et d’une attention portée aux relations entre les médias et les changements sociaux.

34Pour Innis, la communication est un processus de médiation entre l’humain et son milieu naturel. Par conséquent, le registre des études en communication est extrêmement vaste et s’étend du commerce de la fourrure ou de l’exploitation des ressources naturelles aux fleuves et cours d’eau en passant par les chevaux, le chemin de fer et la publicité. De fait, toute activité humaine (praxis) au sein d’un écosystème effectue une forme de médiation entre les actions des agents humains et relève donc de la communication.

35En conséquence, l’influence d’Innis dans le processus d’institutionnalisation est plus d’ordre épistémique que social. Par ailleurs, ses travaux ont contribué à élargir un champ d’étude à partir de préoccupations d’ordre historique et économique appliquées à la technologie. L’engagement d’Innis n’est cependant pas limité à la sphère intellectuelle mais est aussi politique et sociale puisqu’en plus de son engagement manifeste au niveau de la recherche canadienne (il a été l’un des fondateurs de la Revue canadienne d’économie et de science politique et a présidé en 1938 aux destinées de l’Association canadienne de science politique), il a également pris des positions fortement critiques sur les politiques publiques en matière de subvention de la recherche. Il s’est notamment opposé à la participation des spécialistes des sciences sociales aux recherches gouvernementales et a milité pour des subventions de recherche indépendantes (Fisher, 1991). C’est donc qu’au niveau de la production intellectuelle, dans les associations savantes et au niveau institutionnel, Innis a joué un rôle structurant dans les études canadiennes en communication et à leurs frontières avec des disciplines voisines telles que l’économie et la science politique. Il n’en est que plus compréhensible que sa contribution, globale pour l’ensemble du champ, s’inscrive néanmoins au cœur de l’économie politique de la communication.

Une pensée canadienne en communication à orientation holistique et critique

  • 9 L’opinion publique est alors considérée comme « the statistical aggregation of the private opinions (...)

36Entre Walter Lippman qui publie Public Opinion en 1922 et John Grierson le « propagandiste démocratique » fondateur en 1939 au Canada de l’Office national du film (ONF), les liens sont multiples. Grierson a d’ailleurs reconnu Lippman comme un de ses mentors dans ces années qui ont vu les études sur la persuasion dominer la discipline aux Etats-Unis. C’est notamment en 1927 qu’Harold Lasswell publie son fameux Propaganda Techniques et contribue fortement à légitimer socialement l’étude des phénomènes de persuasion dans les pays démocratiques. John Grierson est un auteur prolixe qui s’est inscrit dans la tradition empiriste américaine dans laquelle il avait été formé et il a œuvré dans un contexte de conflit armé à instrumentaliser les médias au service de la nation à travers la propagande blanche et le formatage de l’opinion publique9. Les liens entre ces considérations stratégiques et l’institutionnalisation de la communication ne sont pas inexistants. Au début des années 40, Wilbur Schramm dirigera le département « Education » de l’agence américaine dédiée à la propagande, l’Office of Facts and Figures. Après guerre, le même Schramm fondera le premier Institut de recherche en communication à l’université d’Illinois at Urbana-Champaign auquel collaborera le canadien Dallas Smythe. Economiste spécialiste des média, Smythe a longtemps travaillé à la Federal Communications Commission (FCC), le régulateur américain en matière de communications où ses préoccupations pour les distorsions sociales possibles de l’industrie médiatique lui ont valu de fortes inimitiés. Entre John Grierson et Dallas Smythe, les différences sont plus nombreuses que ce qui unit ces deux noms de la recherche canadienne en communication. C’est dire que les canaux sont multiples et les allers-retours incessants entre le Canada et les États-Unis dès les années 20.

37Aux deux formes de communication (transmission et rituel) identifiées par Carey (1989) dans sa tentative de rendre compte des registres sémantiques de la communication, on peut notamment ajouter la perspective holistique qui a longtemps caractérisé de manière substantielle les études canadiennes en communication dans la tradition d’Innis. En effet, pendant longtemps, la crainte de la dépendance culturelle (présente pour des raisons différentes au Québec et dans le reste du Canada) a donné à la recherche canadienne en communication une certaine coloration et un intérêt pour la culture et le changement technologique (Tremblay, 1981  ; Eid et Paré, 2008). Cet intérêt présente le caractère d’une certaine ambivalence puisque d’un côté existe une crainte d’un impérialisme culturel et technologique américain et de l’autre un projet de consolidation nationale au cœur duquel se trouvent les infrastructures de communication et les médias étant donné la taille du pays. Par ailleurs, des emprunts importants sont faits aux modèles théoriques produits en Europe et aux États-Unis. Ce mouvement de diversification et cette saveur critique doivent beaucoup à l’influence d’Innis sur la recherche canadienne en communication.

  • 10 Collins (1986) fait entendre une tonalité discordante sur l’héritage d’Innis qu’il évalue de manièr (...)
  • 11 Ce n’est pas la seule, les critical cultural studies par exemple déploient une importante perspecti (...)

38La proximité des États-Unis et la préoccupation des universitaires au Québec et au Canada concernant les risques d’impérialisme culturel explique d’un côté un certain intérêt marqué pour la culture et de l’autre l’importance des approches critiques dans les études canadiennes et québécoises en communication10. Or la mobilisation d’une approche critique11, dans le droit fil de la tradition critique allemande, ne pouvait se faire qu’en portant un intérêt aux systèmes de communication en tant que tels, d’où la perspective conjointement holistique et critique privilégiée. Ces facteurs importants sont redoublés dans l’espace canadien par les travaux d’Harold Innis en économie et en histoire économique. A partir d’une autre entrée disciplinaire, Innis partage les mêmes préoccupations et le même intérêt pour la sauvegarde de la souveraineté économique et culturelle canadienne, ce qui revient à la promotion de l’autonomie culturelle puisque sa définition très ouverte des médias rend ceux-ci solidaires des produits culturels et de l’univers de la culture par la théorie des biais. Il est vrai que l’importance en termes de maillage des infrastructures de transport et de communication (au premier chapitres desquelles les voies d’eau et le chemin de fer) pour la construction de l’État et de la jeune nation canadienne renforce la thèse d’une appréhension infrastructurelle de la communication dans l’univers intellectuel canadien.

La diffusion de la recherche au niveau international : l’IAMCR et l’ICA

  • 12 Le changement de dénomination de l’International Association for Mass Communication Research en Int (...)
  • 13 La recherche critique au sein de l’association sera promue plusieurs années plus tard notamment par (...)

39Au-delà des divers formes d’institutionnalisation qui se développées dans les différents pays et qui doivent beaucoup aux contextes politiques, historiques et socio-économiques nationaux, l’institutionnalisation et la diffusion de la communication ont également connu un développement au niveau international, notamment dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). En 1956, dans un contexte de développement de la télévision et des communications de masse, un Comité Intérimaire est formé sous l’égide de l’Unesco et sous la responsabilité de Fernand Terrou, alors directeur de l’institut français de presse (IFP) pour réfléchir sur les nouveaux enjeux liés au développement des médias et de la communication de masse. L’International Association for Mass Communication Research12 (IAMCR) voit le jour dans la foulée en 1957 suite au développement de la recherche en communication de masse et au besoin de formation professionnelle des journalistes. Cette orientation initiale conduit à l’organisation de l’IAMCR dès 1959 autour de quatre « sections » (recherche économique et technique  ; approches historiques  ; approches politiques  ; approches sociologiques et psychologiques). Ce faisant, c’est une segmentation disciplinaire du champ qui est privilégiée au détriment d’une organisation autour d’ « objets de recherche » qui aurait rendu possible la fédération autour d’un même objet de chercheurs issus de plusieurs traditions disciplinaires (Nordenstreng, 2008). Cette institutionnalisation initiale de la recherche en communication au niveau international respecte donc la cartographie des sciences humaines et sociales et a permis à l’époque de retarder la grande dispersion qui aura lieu plus tard13.

40Une diversification dans la représentation géographique est privilégiée pour refléter la variété des provenances et corriger la trop grande concentration de chercheurs européens. Ce biais dans l’origine géographique constituait également une préoccupation pour l’International Communication Association (ICA) dont le membership était considéré comme trop américain en raison même de ses origines. L’ICA a également contribué de manière importante à la diffusion de la recherche au niveau international, même si ses origines américaines et son ascendance avec la rhétorique ont constitué des freins à sa promotion d’une discipline autonome de la communication au niveau international. En effet, au début des années 50, des efforts sont faits par plusieurs chercheurs pour élargir les intérêts de recherche de la Speech Association of America (SAA) à des phénomènes de communication plus larges. C’est initialement sous forme de schisme que naît en 1950 aux Etats-Unis la National Society for the Study of Communication (NSSC) qui deviendra en 1969 l’ICA après s’être détachée de la SAA en 1967 et ouvert à une internationalisation de son membership.

41Le rapport de forces face à l’institutionnalisation, initialement en faveur de la SAA a, par une certaine ironie de l’histoire, abouti à la transformation de la SAA (qui rejetait auparavant la recherche en communication) en National Communication Association (NCA). La communication a ainsi rattrapé les Speech Studies après que ces dernières l’aient reniée. Le rôle de passeur joué par des chercheurs comme Ralph Nichols, Paul Bagwell et Elwood Murray s’il avait réussi, aurait probablement donné lieu à une cartographie tout à fait différente de celle qui a finalement prévalu puisque ces chercheurs ont usé de toute leur influence pour articuler institutionnellement l’enseignement et la recherche en communication à celle de la rhétorique. Leur entreprise a finalement échoué.

42Au sein de l’IAMCR, l’organisation autour de « groupes d’intérêt » ultérieurement constitués en « sections », notamment au milieu des années 70, rend bien compte de la fragmentation progressive de la recherche suite aux appartenances disciplinaires d’origine des chercheurs membres de l’association. Ce processus sera renforcé par la constitution au sein des sections de « groupes de travail » avec des préoccupations heuristiques très spécifiques. Au sein de l’ICA ont prévalu dans le passé des « comités » dont le grand nombre a donné lieu à des levées de bouclier qualifiées de « furious battles » (Nordenstreng, 2008). Ces luttes conjointement théoriques et institutionnelles sont décisives pour définir le panorama de la recherche en communication et la définition des objets légitimes de savoir.

43Le rôle de l’ICA et de l’IAMCR dans la diffusion de la recherche en communication au niveau international est appréciable. Leurs activités de publication à travers plusieurs revues ainsi que le réseautage que leurs différentes assises permettent entre les chercheurs de tous horizons géographiques contribuent depuis plus d’un demi-siècle à favoriser les échanges et le partage au sein de la communauté internationale des chercheurs en communication. En ce sens, même si leur intervention peut être analysée en termes de diffusion et de circulation, leur rôle dans le processus d’institutionnalisation au niveau international et dans les différents pays est non négligeable.

Conclusion

  • 14 Lorsque dans les années 70, Raymond Williams s’insurge contre l’hégémonie épistémique de la communi (...)

44« Ferment in the field » est le titre en 1983 d’un numéro spécial de la revue Journal of communication sous la direction éditoriale de George Gerbner. Le constat à peu près unanime était à l’époque que la tendance à la fragmentation prédominait sur celle de la consolidation dans la recherche en communication. Par le biais de l’enseignement, la reproduction du système est assurée avec peu de chercheurs capables de s’extirper épistémologiquement et méthodologiquement des cadres restreints dans lesquels ils ont été formés. L’effet est que la communication entre spécialistes de sous-champs en sciences de la communication devient très improbable14. Pfau (2008) propose une distinction intéressante entre préoccupations périphériques (peripheral) et considérations fonctionnelles au sein de la discipline. L’épistémologie de la recherche périphérique en sciences de la communication oriente la recherche vers des « niches » telles que les dispositifs technologiques, les catégories de personnes (race, genre, …), le contenu des interactions (santé, environnement, politique, …), la structure des échanges (organisation, interpersonnel, …). Les approches fonctionnelles de la communication mettent d’un autre côté l’emphase sur les processus et permettent de traverser les objets privilégiés par l’approche périphérique. C’est en ce sens que Pfau (2008, p. 600) considère que « functional issues are at the core of the study of communication. » Son argument est qu’il est nécessaire de compléter l’étude d’objets spécifiques (approche périphérique) par des considérations processuelles et transversales (approche fonctionnelle) pour permettre de féconder les études en communication et permettre un dialogue au sein de la discipline. C’est une reprise de l’esprit du plaidoyer en 1975 de Robinson qui expliquait la fragmentation des études en communication par l’absence d’une institutionnalisation sociale susceptible d’organiser et de fédérer au sein d’une discipline académique les travaux des chercheurs. La conséquence en serait selon elle une absence de forum où pourrait se construire une discussion contrôlée autour de problématiques partagées. Robinson propose alors de construire autour des travaux précurseurs d’Harold Innis, Marshall McLuhan et John Grierson les fondements d’une théorie canadienne de la communication. Ainsi la communication semble-t-elle perpétuellement à la recherche de figures tutélaires, aux États-Unis Berelson pleurait (ou se réjouissait, c’est selon) déjà leur départ en 1959 et au Canada Robinson appelle à leur consécration. Innis en tout cas sera parvenu à influencer la recherche canadienne en communication malgré son appartenance à une discipline voisine. C’est paradoxalement sa définition ouverte de la communication qui ouvrira la voie à une fragmentation des objets dont certaines analyses perdront de vue la perspective critique et holistique originelle.

45Le constat de la fragmentation de la communication porte en filigrane la nécessité de sa double institutionnalisation et la préservation d’un dialogue, d’une communication au sein de ce qui apparaît conjointement comme études, sciences ou discipline et semble de plus en plus se dérober à toute tentative de totalisation. Pour le meilleur ou pour le pire.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, J. A. (1996). Communication Theory. Epistemological Foundations. New York : The Guilford Press.

Babe, R. (2000). Canadian Communication Thought. Ten Foundational Writers. Toronto : University of Toronto Press.

Berelson, B. (1959). The State of Communication Research. Public Opinion Quaterly, 23 (1), 1-16.

Bourdieu, P. (1984). Homo academicus. Paris : Minuit.

Boure, R. (2005). Réflexions autour de l’institutionnalisation des disciplines. Sciences de l’information et de la communication versus économie  ? Communication, 24 (1), 9-37.

Carey, J. (1975). Canadian Communication Theory : Extensions and Interpretations of Harold Innis. In G. Robinson, Studies in Canadian Communications (pp. 27-59). Montreal : McGill University.

Carey, J. W. (1989). Communication as Culture. Essays on Media and Society. Boston : Unwin Hyman.

Carey, J. W. (1996). The Chicago School and the History of Mass Communication Research. In E. E. Dennis, & E. Wartella, American Communication Research. The Remembered History (pp. 21-38). New Jersey : Lawrence Erlbaum Associates.

Chalmers, A. F. (1987). Qu’est-ce que la science  ? Popper, Kuhn, Lakatos, Feyerabend. Paris : La Découverte.

Collins, R. (1986). The Metaphor of Dependency and Canadian Communications : The Legacy of Harold Innis. Canadian Journal of Communication, 12 (1), 1-19.

Conseil international des sciences sociales. (2010). Rapport mondial sur les sciences sociales. Divisions dans les savoirs. Paris : Éditions Unesco.

Craig, R.T. (1999). Communication Theory as a Field. Communication Theory (9), 119-161.

Craig, R. T. et Carlone. D. A. (1998). Growth and Transformation of Communication Studies in U. S. Higher Education : Towards Reinterpretation. Communication education, 47 (1), 67-81.

Dewey, J. (1915). Democracy and Education. New York : Macmillan.

Douglas, M. (2004). Comment pensent les institutions. Paris : La Découverte.

Eid, M. et Paré, D. (2008). Editorial. Mapping Communication and Media Studies in Canada. Global Media Journal-Canadian Edition, 1 (1), 3-7.

Fisher, D. (1991). Les sciences sociales au Canada. 50 ans d’activités à l’échelle nationale par la Fédération canadienne des sciences sociales. Waterloo : Wilfrid Laurier University Press.

Innis, H. (1974). Empire and Communications. Toronto : University of Toronto Press.

Innis, H. (1951). The Bias of Communication. Toronto : University of Toronto Press.

Kuhn, T. (1983). La structure des révolutions scientifiques. Paris : Flammarion.

Livingstone, S. (2008). The Mediation of Everything : ICA Presidential Address 2008. Journal of communication (59), 1-18.

Mannheim, K. (1929/1956). Idéologie et utopie. Une introduction à la sociologie de la connaissance. Paris : Marcel Rivière.

Martin-Barbero, J. (2004). Sciences de la communication : champ universitaire, projet intellectuel, éthique. Hermès (38), 163-169.

Mucchielli, A. (2000). La nouvelle communication. Épistémologie des sciences de l’information-communication. Paris : Armand Colin.

Nordenstreng, K. (2004). Ferment in the Field : Notes on the Evolution of Communication Studies and its Disciplinary Nature. The Public, 11 (3), 5-18.

Nordenstreng, K. (2008). Institutional Networking : The Story of the International Association for Media and Communication Research (IAMCR). In D. W. Park, & J. Pooley, The History of Media and Communication Research. Contested Memories (pp. 225-248). New York : Peter Lang.

Pfau, M. (2008). Epistemological and Disciplinary Intersections. Journal of communication (58), 597-602.

Proulx, S. (2001). Les recherches nord-américaines sur la communication : l’institutionnalisation d’un champ d’étude. L’Année sociologique (51), 467-485.

Robinson, G. J. (1975). Studies in Canadian Communications. Montreal : McGill University.

Schramm, W. (1959). Comments on Berelson’s Article. Public Opinion Quaterly, 23 (1), 6-9.

Tremblay, G. (1981). Some Reflections On The Theoretical Discourse On Communications in Quebec and Canada. Canadian Journal of Communication, 8 (1), 14-23.

Tremblay, G. (2007). De Marshall McLuhan à Harold Innis ou du village global à l’empire mondial. Tic&Société, 1 (1), 104-129.

Whitley, R. (1984). The Intellectual and Social Organization of the Science. Oxford : Clarendon Press.

Winkin, Y. (2004). Quelques origines américaines des sciences de la communication. Hermès (38), 103-110.

Haut de page

Notes

1 C’est ce passage de la pré-science à la science normale qui nous intéresse plus précisément ici.

2 L’exemple donné est celui de l’optique pré-newtonienne caractérisée par un grand nombre de théories concurrentes développées depuis l’Antiquité. La théorie corpusculaire de Newton permettra de rassembler la communauté autour d’un nombre restreint d’hypothèses et de lois pour approcher le phénomène considéré.

3 Elles sont la 52e section du CCU et deviendront la 71e section 1983, le CCU deviendra Comité national des universités janvier 1987. Le lobbying du Comité des SIC dirigé par Robert Escarpit jouera un rôle important en vue de l’institutionnalisation de la discipline dont la dénomination SIC a prévalu face à des appellations concurrentes comme « sciences des significations » ou « science des représentations ».

4 Cette affirmation de Berelson a plus d’un demi-siècle d’âge (1959) et prenait place dans un contexte dans lequel la communication était un domaine de recherche plutôt qu’un objet d’enseignements. C’est d’ailleurs ce stade initial de la discipline (elle est encore à l’état de quasi-discipline) qui explique la polémique qui a éclaté entre ces différents chercheurs.

5 Il s’agit des approches développées par les innovateurs que sont à ses yeux Paul Lazarsfeld (sample survey approach), Harold Lasswell (approche politique), Kurt Lewin (approche des groupes restreints) et Carl Hovland (approche expérimentale).

6 Iowa (1943), Illinois (1947), Wisconsin (1950), Minnesota (1951) et Stanford (1952). La création de ces programmes doit beaucoup à Wilbur Schramm qui les inscrit sous le paradigme de la persuasion et de la communication de masse (cf. Proulx, 2001).

7 Les sous-catégories sont les suivantes : communications (général)  ; publicité  ; journalisme  ; journalisme de masse (broadcat)  ; relations publiques and communication organisationnelle  ; diffusion radio et télé  ; radio/télévision (général)  ; communication media  ; et communications (autres) (Craig et Carlone, 1998). Cette situation appelle une comparaison avec l’institutionnalisation des sciences de l’information et de la communication (SIC) françaises qui étaient enseignées dans une perspective appliquée dans les IUT au moment de l’institutionnalisation de la discipline.

8 Innis occupe un poste de professeur à l’université de Toronto à partir de 1920. Créé en 1888 sous la dénomination « économie politique et d’histoire constitutionnelle », le département deviendra celui de « science politique » en 1892 puis en 1924 sera rebaptisé « Département d’économie politique » (il sera dissous en 1982). Formé à l’économie politique, Innis travaillera vers la fin de sa vie à articuler les médias et les relations politiques et économiques qu’elles contribuent à tisser dans des contextes sociopolitiques donnés.

9 L’opinion publique est alors considérée comme « the statistical aggregation of the private opinions informed by the news media » (Carey, 1989, p. 78). Sa construction participe d’une fabrication du consentement dont Chomsky analysera les ressorts et dont Bourdieu dira plus tard qu’ « elle n’existe pas » et est construite pour servir des fins idéologiques.

10 Collins (1986) fait entendre une tonalité discordante sur l’héritage d’Innis qu’il évalue de manière très sévère. Il considère que l’approche critique d’Innis a considérablement affaibli la diffusion de ses travaux et que sa popularité au Canada s’explique par le rôle idéologique que les travaux d’Innis jouent dans la construction du nation building et dans la perpétuation des rapports inégaux entre le Canada central et les territoires de l’ouest au profit des premiers. L’ignorance dans laquelle les travaux d’Innis sont laissés aux États-Unis appelle une toute autre interprétation de Carey (1975).

11 Ce n’est pas la seule, les critical cultural studies par exemple déploient une importante perspective critique mais leur analyse choisit pour site privilégié l’herméneutique de préférence aux systèmes globaux de communication.

12 Le changement de dénomination de l’International Association for Mass Communication Research en International Association for Media and Communication Research en 1996 constitue un tournant d’autant plus remarquable que le changement s’est fait pratiquement sans débat (Nordenstreng, 2008). Cela signifie bien que le lieu géométrique de la recherche en communication a changé et que des transformations substantielles sont survenues et s’imposent désormais aux agendas de recherche.

13 La recherche critique au sein de l’association sera promue plusieurs années plus tard notamment par Dallas Smythe et Herbert Schiller. De fait, l’internationalisation de la recherche en communication ne fera de la communication internationale un secteur autonome de la recherche qu’assez tardivement, et cela est autant vrai pour l’IAMCR que pour l’International Communication Association (ICA).

14 Lorsque dans les années 70, Raymond Williams s’insurge contre l’hégémonie épistémique de la communication de masse au motif qu’elle est trop étroite dans la définition de ses objets de recherche et privilégie les études d’impact, les études en communication en Angleterre sont tout sauf un champ de recherche. Des tendances centrifuges existent cependant et ce n’est pas un hasard si l’école de Birmingham résiste à la tentation de se présenter comme Contemporary centre for mass communications et privilégie « Contemporary centre for contemporary culture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oumar Kane, « Institution et légitimation d’une quasi-discipline : le triple destin (sciences, études et champ) de la communication », Communiquer, 3-4 | 2010, 87-102.

Référence électronique

Oumar Kane, « Institution et légitimation d’une quasi-discipline : le triple destin (sciences, études et champ) de la communication », Communiquer [En ligne], 3-4 | 2010, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1580 ; DOI : 10.4000/communiquer.1580

Haut de page

Auteur

Oumar Kane

Professeur, Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal, Canada
kane.oumar[@]uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org