Navigation – Plan du site

La communication numérique dans les cultures adolescentes

Digital Communication in Youth Cultures
Dominique Pasquier
p. 79-89

Résumés

Cet article propose un bilan sélectif des travaux sur les usages de la communication numérique dans les cultures juvéniles en s’intéressant à quatre aspects : la spécificité des dispositifs de communication privilégiés par les jeunes au cours de la décennie 2000 ; le rôle important qu’ils ont joué dans l’exploration de la vie relationnelle ; les dérives qu’ils peuvent entraîner du fait de la publicisation des relations amicales et amoureuses ; et la reconfiguration des réseaux de fans qu’ils ont permise. Enfin, cet article tend à souligner certaines ambivalences de l’intégration du numérique dans la vie quotidienne des jeunes et à inciter à la vigilance devant les versions extrêmement positives de son évolution dans les études récentes sur les communications numériques.

Haut de page

Texte intégral

Le besoin humain d’avoir des contacts sociaux et de nouer des relations amicales revêt deux formes : le besoin d’un public devant lequel mettre à l’épreuve les différents personnages que l’on se flatte d’incarner, et le besoin d’équipiers avec lesquels établir des rapports d’intimité complices (Goffman, 1973, p. 195).

1Cette phrase de Goffman illustre parfaitement le propos qui sera développé ici, tant le travail en équipe et le besoin d’un public semblent être une nécessité à l’adolescence. En partant du principe qu’à cet âge de la vie, l’imbrication entre culture et sociabilité est particulièrement forte, surtout à l’ère numérique, Allard a raison de décrire la culture du remix comme le « passage d’une culture comme bien à une culture comme lien » (2005, p. 162). On cherchera donc, ici, à comprendre ce que le numérique a pu transformer dans l’organisation des pratiques communicationnelles et culturelles des jeunes.

2Il est évidemment impossible de couvrir un sujet aussi vaste dans le cadre de ce seul article. Je ferai donc des choix personnels, en m’intéressant à quelques points précis, à partir d’exemples tirés de mes propres recherches ou de celles d’autres chercheurs, sans aucune prétention à l’exhaustivité. Je m’intéresserai à quatre éléments : la spécificité des dispositifs de communication privilégiés par les jeunes au cours de la décennie 2000 ; le rôle important qu’ils ont joué dans l’exploration de la vie relationnelle ; les dérives qu’ils peuvent entraîner du fait de la publicisation des relations amicales et amoureuses ; et, enfin, la reconfiguration des collectifs d’admiration qu’ils permettent.

Des choix de communication particuliers

3Il faut tout d’abord souligner une particularité : les pratiques des jeunes se démarquent de celles des adultes en ce qui concerne l’Internet directement lié à des activités de communication. Non seulement ils ont un usage du courriel beaucoup plus faible, mais, surtout, ils ont, tout au long des années 2000, développé et entretenu des modes d’échanges spécifiques, chaque fois placés au cœur des sociabilités intragénérationnelles. On remarquera que tous les systèmes privilégiés par les jeunes et sur lesquels je vais revenir, aussi différents soient-ils en termes de dispositifs sociotechniques, permettent toujours de pratiquer l’échange à plusieurs, contrairement au courriel, qui repose sur le principe d’une communication interpersonnelle. Ils offrent aussi souvent la possibilité d’une réponse en direct, ce qui n’est pas le cas du courriel qui s’inscrit dans un dispositif différé. Ce n’est évidemment pas un hasard.

4Au début de la décennie 2000, période durant laquelle les possibilités de communication sur Internet étaient relativement sommaires, les chats ont connu un énorme succès auprès des jeunes. Même s’ils sont aujourd’hui bien moins fréquentés, les chats constituent un moment intéressant dans l’évolution des échanges juvéniles sur Internet, principalement parce qu’ils incarnent un des mythes fondateurs de la toile : la rencontre avec des inconnus. Ce potentiel ne s’est finalement pas développé dans les pratiques des internautes, sauf dans le domaine du jeu en ligne, qui est un cas bien particulier puisqu’il ne s’agit pas d’échanger mais de jouer. Les chiffres récents confirment tous cette évolution vers des échanges avec des interlocuteurs connus : l’enquête EU Kids Online montre que, chez les jeunes Européens de moins de 17 ans, les trois quarts des échanges sur Internet se font avec des personnes qu’ils ont déjà rencontrées, ou que connaissent des gens de leur entourage (Livingstone et al., 2011). Les échanges avec des inconnus restent plus fréquents pour ceux qui pratiquent encore le chat, même si les échanges avec des interlocuteurs connus dans la vie hors ligne l’emportent largement (61 % avec des personnes qu’on connaît dans la vie réelle contre 29 % avec des inconnus). Le chat est aussi un dispositif qui encourage le jeu sur les identités et c’est évidemment cette caractéristique qui a intéressé les jeunes internautes. Personne ne sait qui est qui, puisque tout le monde signe d’un pseudonyme, et l’affabulation a souvent été une règle dans les descriptions de soi (surtout physiques mais pas uniquement). Bref, on y joue sur les rôles sociaux. Une enquête auprès de lycéens, menée au début des années 2000, montre la forte fascination qu’exerce ce type de dispositif de communication, même si la pratique décline avec l’âge et apparaît liée à l’origine sociale : seulement la moitié des lycéens d’origine favorisée sont déjà allés sur un chat contre 70 % de ceux d’origine populaire (Pasquier, 2005). C’est aussi qu’à bien des égards, ces chats « défouloir » peuvent être considérés comme une transposition dans l’univers d’Internet de certains modes d’interactions caractéristiques des milieux populaires. On pense, par exemple, aux joutes oratoires décrites par David Lepoutre comme des performances sociales caractéristiques de la sociabilité juvénile masculine des cités périurbaines (Labov, 1993 ; Lepoutre, 1997). Pour exister dans cette sociabilité, les adolescents doivent prouver leur distance à la langue de l’école, être inventifs et savoir faire rire.

5À partir de 2003, deux nouveaux dispositifs sociotechniques vont être au cœur des sociabilités adolescentes : la messagerie instantanée, par MSN, un service fermé qui fonctionne par sélection préalable des interlocuteurs (pour dialoguer, il faut avoir été invité) et sur le même principe de la possibilité d’échanges en groupe ; et les blogues, dont le succès a été particulièrement grand chez les adolescents français du fait de la popularité de la plateforme Skyblog, lancée par une radio ciblée jeune, Skyrock. Précurseurs des réseaux sociaux, les blogues permettent de partager des images en plus des textes et les interlocuteurs signent d’un pseudonyme, mais se connaissent la plupart du temps. Les skyblogs sont d’accès ouvert, mais, de fait, il est difficile d’y accéder sans en connaître l’adresse exacte. En 2006, période de fort essor des skyblogs, Médiamétrie en recensait 5,7 millions : 97 % des skyblogueurs avaient entre 12 et 18 ans et 60 % étaient des filles.

6Le blogue est destiné à être lu et surtout commenté, c’est même sa finalité : un blogue qui ne recevrait aucune attention est destiné à disparaître et son auteur cherchera à se faire oublier, car l’absence de commentaires est une humiliation publique à laquelle ont pu assister tous ceux qui connaissaient l’adresse de son blogue. Comme le constate Claire Balley (2012) dans son travail sur les blogues collégiens, la pêche aux commentaires est une activité centrale, pour aller notamment partager des messages sur des blogues amis dans l’espoir d’une réciprocité. Les blogues ont instauré un principe de comptage (le nombre de visites, le nombre de commentaires reçus, le nombre de liens renvoyant à d’autres skyblogs) qui deviendra ensuite une constante.

7Enfin, depuis quelques années, les réseaux sociaux, qui reprennent le principe d’un dialogue entre interlocuteurs qui se sont choisis propre à la messagerie instantanée, occupent une position dominante dans le paysage. Les études françaises montrent que c’est surtout l’âge qui explique que l’on fréquente ou non les réseaux sociaux sur Internet : ils concernent plus des trois quarts de moins de 25 ans, contre un quart seulement des 40-59 ans (Bigot et Croute, 2013). Les réseaux sociaux ont même attiré des enfants très jeunes, en dépit des chartes qui interdisent l’accès aux moins de 13 ans : en 2010, 25 % des jeunes Français âgés de 9 à 12 ans déclaraient utiliser un réseau social, très majoritairement Facebook (c’est le cas de 82 % des 13-16 ans dans l’enquête EU Kids Online [Livingstone et al., 2012]). En réalité, il s’est joué autour de Facebook un phénomène comparable à celui des skyblogs : à l’adolescence, il fallait y participer pour être en phase avec son entourage.

Opportunités et apprentissages en ligne

8Il y a eu de nombreux travaux sur les usages communicationnels d’Internet chez les jeunes. Ils s’accordent sur plusieurs constats.

9Le premier a un caractère paradoxal : beaucoup de jeunes disent se sentir plus à l’aise dans les relations en ligne que dans les interactions en face à face, surtout les garçons qui entrent dans l’adolescence (vers 13-14 ans) et qui sont issus de milieux populaires (Livingstone et al., 2012). Dans la lignée de nombreux travaux sur les sociabilités juvéniles, l’enquête de Céline Metton (2009), menée sur des collégiens avec des méthodes d’observation qualitatives, permet de comprendre des mécanismes importants à cet égard : la sociabilité masculine juvénile fonctionne sur la base de groupes de liens faibles, avec un fort contrôle du groupe sur les individus en ce qui concerne les choix vestimentaires, l’affichage des goûts musicaux ou les relations avec l’autre sexe. En ligne, ce contrôle s’atténue nettement : Metton montre que, sur MSN, les jeunes collégiens se sentent plus libres de parler des choses qui leur tiennent à cœur : « les personnalités les plus timides peuvent s’affirmer autrement qu’en face à face » (Metton, 2009, p. 135). Les chats, où le jeu des pseudonymes permet un certain anonymat, sont aussi des lieux d’évacuation de la tyrannie des apparences. Dans un univers très codifié comme celui du lieu scolaire, les critères physiques ont une importance déterminante pour l’intégration sociale. Être trop petit ou trop grand, trop gros ou trop maigre, ne pas porter les bonnes marques de basket ou de blouson, avoir une coupe de cheveux démodée, un sac à dos qui fait trop penser à un cartable ou un modèle de téléphone mobile trop ancien sont autant de fautes sanctionnées par la marginalisation sociale. Les échanges en ligne, où les apparences étaient absentes avant la circulation généralisée de photographies, peuvent alors constituer une deuxième scène interactionnelle, une sorte de scène de rattrapage où certaines individualités peuvent s’exprimer à l’abri du regard des pairs (Pasquier, 2005).

10Deuxième constat : Internet est un lieu où l’on peut effectuer un certain nombre d’apprentissages sur la vie relationnelle. Plusieurs travaux sur les blogues adolescents ont travaillé sur cette piste. Fluckiger (2006) a suivi en parallèle un groupe de collégiens dans leur vie sociale quotidienne et sur leur blogue. Le blogue apparaît être un instrument dont la signification évolue au cours du développement de la sociabilité des collégiens et de leur construction identitaire :

Pour les plus jeunes, il est une fenêtre ouverte sur le monde des plus âgés, permettant d’observer de l’intérieur le monde des « grands » du quartier, d’incorporer ses normes, et par les commentaires laissés sur les blogues d’autres adolescents, d’apprendre à intervenir dans l’univers social (Fluckiger, 2006, p. 135).

11Chez les plus grands, le blogue devient un instrument collectif de communication, une sorte de mémoire de la vie du groupe, qui permet de conserver et de partager le souvenir des moments passés ensemble. Les photos des activités communes jouent évidemment un rôle essentiel et sont reprises de blogue en blogue, comme autant de preuves de la vie du groupe. Hélène Delaunay Teterel (2010), qui a aussi mené une enquête en parallèle sur la sociabilité réelle et virtuelle, mais cette fois d’un groupe de lycéens, montre que les blogueurs cherchent à délimiter très strictement le périmètre de leur audience. Le blogue « s’adresse aux proches, et parfois même seulement aux très proches, c’est à l’auteur du blogue de prévenir ses amis de son existence et de les convier à venir y déposer des commentaires » (Delaunay-Teterel, 2010, p. 116). Comme l’auteure le souligne, « le blogue est le support d’un processus d’individualisation des liens » (ibid.). Les jeunes sur lesquels elle a enquêté en font un lieu où déclarer leurs amitiés, déclarations qui empruntent au vocabulaire de l’amour et ne reculent devant aucun superlatif – dont le mot trop exprime finalement bien le caractère inflationniste (« t’es trop belle »). L’ami, c’est à la fois celui avec qui on peut « délirer » et celui sur qui on peut compter dans les moments difficiles. « La fidélité reste une convention forte surtout dans le cadre des relations féminines », note Delaunay (ibid.), relations qui reposent aussi sur le partage de secrets qui sont évoqués sur les blogues comme autant de preuves du caractère unique du lien. Le blogue redécoupe l’univers social pour exalter les liens les plus électifs et les présenter comme irremplaçables.

12La recherche de Claire Balleys (2012) apporte des éléments très intéressants sur la mise en intrigue des relations amicales et amoureuses sur les blogues. Son travail a porté sur des collégiens vivant dans le canton de Genève qu’elle a interviewés, accompagnés en camp de vacances et suivis pendant plusieurs mois sur leurs blogues. Cette enquête fouillée montre que les déclarations d’amitiés et d’amours sont très proches, note-t-elle, non seulement parce que les frontières entre les deux types de relation sont poreuses à cet âge de la vie, mais aussi parce que le vocabulaire utilisé sur les blogues pour les évoquer est étrangement commun, surtout dans le cas des amitiés entre filles. Pour les relations amoureuses, il existe un véritable travail de scénarisation. Au fil des semaines et des articles partagés par le blogueur, le récit de la relation se déploie : rappel des prémices, description superlative de la révélation de la force du lien, narration des moments forts passés ensemble. Le public du blogue suit ces aventures au jour le jour et intervient à chaque étape en partageant des commentaires pour approuver les avancées de l’histoire ou prendre parti dans les conflits. Comme le note Balleys :

les membres du couple eux-mêmes vont activement solliciter leur participation. En effet, tout article posté sur un blogue appelle des commentaires. L’action de témoigner sur son blogue est une manière d’en faire un feuilleton accessible par tous les internautes. […] Le fait que l’heure et la date de publication de chaque article et de chaque commentaire apparaissent automatiquement ajoute à la pertinence de cette métaphore. Le public des spectateurs-acteurs sait qui dit quoi à qui et quand. Il peut participer à ces trames relationnelles sans craindre d’avoir manqué un épisode (Balleys, 2012, p. 202).

13On voit bien à quel point la narration d’une relation sur un blogue entre en phase avec le travail d’exploration des subjectivités, caractéristique de la culture féminine, surtout à l’adolescence. Le devoir de confidence, le dévoilement de soi, l’analyse des situations interactionnelles, tout cela fait partie des activités quotidiennes de l’échange entre filles. Sur les blogues, ces dernières peuvent aussi mettre en scène des compétences en partie acquises par une fréquentation plus assidue des matériaux fictionnels sentimentaux (Fabre, 1997) ou de l’exercice du journal intime (Lejeune, 1993 ; Monnot, 2009). Et les garçons ? Comment négocient-ils leur participation à cet univers a priori éloigné des modes de régulation de la sociabilité masculine, plutôt fondés sur l’humour et les vannes ?

14Claire Balleys fait l’hypothèse que, pour eux, la scène de la vie en face à face est clairement distincte de la scène Internet. Autant il est admis « qu’ils ne soient pas trop démonstratifs dans les couloirs de l’école et gardent une certaine réserve quant à leur attachement amoureux » (Balleys, 2012, p. 75), autant il leur est demandé d’accepter d’exprimer leurs sentiments amoureux sur les blogues et de participer en tant que spectateurs aux histoires qui y sont racontées : « la parole masculine semble libérée des impératifs de virilité lorsqu’elle est émise sur les blogues » (ibid.). En ligne, les garçons doivent adhérer à un modèle sentimental dont les contours, les rites et les contenus sont profondément marqués par les valeurs de la culture féminine. En cela, le blogue adolescent serait un espace marqué par la culture féminine. Une sorte d’espace sentimental, qui, pour un temps dans la vie, échappe à la prise technologique marquée de jeunes garçons, fortement dominants dans d’autres secteurs, comme le jeu vidéo en ligne. Cependant, même dans ce domaine, les lignes bougent, comme en témoigne le nombre croissant de joueuses, certes pour d’autres jeux que ceux qui intéressent leurs homologues masculins !

Les conséquences de la mise en scène publique des liens

15Lieu d’apprentissages relationnels, Internet est aussi un lieu de jeux de pouvoir. La sociologue Danah Boyd (2014) a été la première à analyser ces processus. Pendant des années, elle a interviewé et suivi dans leurs activités en ligne des adolescents américains de 11 à 17 ans, en majorité des filles, tous utilisateurs de réseaux sociaux, principalement MySpace et Facebook. Elle pose une question centrale : que se passe-t-il quand les liens d’amitié sont en permanence soumis au regard des autres ? Cette question s’est posée pour les blogues, on vient de le voir, mais il faut reconnaître que les réseaux sociaux soulèvent des problèmes particuliers. D’une part, les utilisateurs sont inscrits sous leur vrai nom et non sous un pseudonyme : il est donc beaucoup plus facile d’accéder aux informations. D’autre part, ces réseaux sociaux proposent des dispositifs, visibles, d’inclusion, d’exclusion et de classement des liens : une partie de l’activité des utilisateurs est d’ailleurs consacrée à ce travail de définition du périmètre de l’entourage qu’ils souhaitent se donner en ligne, en listant puis en hiérarchisant leurs « amis ».

16L’enquête de Boyd montre qu’il y a des règles pour la sélection des amis. Les réseaux sociaux sont des lieux où l’on brasse un plus grand nombre de relations qu’au téléphone, sur la messagerie instantanée ou en face à face. Toutefois, avoir un trop grand nombre d’amis en ligne n’est pas bien considéré : cela passe pour une affabulation (par référence, dans l’enquête EU Kids Online de 2011, 51 % des 9-17 ans ont moins de 50 contacts, seulement 9 % en ont plus de 300). Il n’est pas d’usage de déclasser un ami en le supprimant de sa liste de liens : il faut une sérieuse raison pour cela, comme une rupture amoureuse ou un conflit notoire. Les jeunes qui se connectent avec de complets étrangers sont très critiqués par les autres. C’est une pratique stigmatisée, à la fois parce qu’elle est considérée comme dangereuse, mais aussi parce qu’elle pourrait signifier que l’on n’est pas capable d’avoir des amis. Les amis sont donc des gens que l’on connaît, même si ce ne sont pas forcément des amis au sens de ce terme dans la vie de tous les jours. Il est, par exemple, considéré comme grossier et agressif de refuser comme amis les élèves de sa classe, même si on ne les aime pas particulièrement.

17La question de la hiérarchisation des amis n’est pas moins complexe : certains réseaux sociaux comme MySpace ont proposé un système de classement qui suppose de lister les amis préférés. L’ordre a aussi son importance, surtout pour la première place, celle de meilleur ou de meilleure amie. Cette liste est consultable par tous et à tout moment, et toute modification est notifiée. Les adolescents interviewés par Boyd expliquent que ce procédé génère beaucoup de problèmes, notamment un problème de réciprocité dans les classements. Finalement, c’est un système très pervers, surtout quand on sait que le moindre changement, ajout d’un nom, retrait d’un autre, modification d’un classement, mise en ligne d’un commentaire ou d’une photo, est notifié à tous les amis de l’utilisateur. Chaque information est démultipliée, elle passe dans une caisse de résonnance qui lui donne une importance qu’elle n’aurait sans doute pas en temps normal. Rien d’étonnant donc à ce que Boyd insiste beaucoup dans son travail sur ce qu’elle appelle les « social drama » (le terme français équivalent serait sans doute celui « d’embrouilles »). Les embrouilles ont toujours existé et sont même particulièrement nombreuses au moment de l’adolescence, où le travail sur les réputations et les statuts est très important. Or, comme son enquête le montre, la surveillance incessante des relations en ligne fait que les rumeurs prennent une ampleur qu’elles n’avaient sans doute pas avant. Elles circulent aussi très vite, sont reprises et transformées sur les différents dispositifs de communication en ligne ou les téléphones mobiles. Ces embrouilles viennent souvent des filles et concernent, la plupart du temps, des histoires liées aux garçons. Elles peuvent aller loin, avec des cas d’usurpation d’identité ou d’utilisation abusive de données personnelles. Amplificateur de l’expression du lien, Internet est aussi un amplificateur de ses crises.

18Le travail de Claire Balleys montre aussi que les dispositifs du Web 2.0 ont engendré une course à la popularité dont certains adolescents font les frais. Tous ces sites valorisent les signes de réussite en ce qui a trait à la participation à la vie du groupe et, surtout, en fournissent un décompte chiffré et visible de tous. Les tests de popularité ont toujours existé dans la sociabilité adolescente (Juhem, 1995), mais il existe aujourd’hui des outils de mesure bien plus durs que ceux qui existaient avant. En ligne, on se fait évaluer en permanence, par un public beaucoup plus large que celui d’une interaction ordinaire, et de façon beaucoup plus précise. Il y a désormais des chiffres au compteur de la popularité. Par un effet de spirale, de bons chiffres entraînent de meilleurs chiffres à venir, car la popularité a des effets cumulatifs. L’univers que décrit Claire Balleys dans son travail sur les collégiens est sans pitié : quelques leaders drainent et monopolisent l’attention de tous, rejetant ainsi dans l’ombre un grand nombre d’élèves devenus « invisibles ».

19Les interactions en ligne prennent donc un tour particulier à l’adolescence et se traduisent par une certaine ambivalence : elles permettent d’échapper aux tyrannies de la sociabilité quotidienne, mais peuvent aussi exacerber les phénomènes de hiérarchisation entre les individus ; elles sont un lieu important d’explicitation du lien, mais aussi une menace pour celui-ci. Les usages des nouvelles technologies de communication nous révèlent, en fait, à quel point les adolescents vivent dans l’angoisse de l’instabilité des liens entre pairs. Toutes ces déclarations d’amour ou d’amitié, toutes ces preuves de fidélité données sur les blogues, tous ces messages échangés pour rappeler qu’on est là montrent combien la peur de la trahison est grande. Il faut avoir des amis, mais on ne sait jamais si on pourra vraiment compter sur eux. De fait, les rumeurs et les embrouilles témoignent de l’importance des périls qui menacent les liens à l’adolescence, et de la violence qui marque les ruptures. Les relations sont aussi intenses que fragiles, comme en témoignent ces amours pour toujours qui durent une semaine, ou ces brouilles brutales entre deux amies hier inséparables. Sans doute est-ce le moment de la vie où la turbulence des relations est la plus grande. C’est en tout cas ce que nous disent toutes ces communications à distance, qui jouent désormais un rôle très important dans l’écologie relationnelle juvénile.

Le renouvellement des pratiques fans

20Il se passe des choses importantes aussi du côté de la transformation des pratiques culturelles. En France, les 12-17 ans passent en moyenne 15 heures par semaine en ligne (contre 12 heures pour les adultes). Internet est en outre devenu leur principal média pour écouter ou télécharger de la musique (c’est le cas de 90 % des 12-17 ans, plus de 45 points par rapport aux adultes), ainsi que pour regarder des films ou des séries (66 %, plus de 38 points) (Bigot, 2013). Ce report de la consommation sur Internet pose évidemment beaucoup de questions en ce qui concerne l’ouverture des goûts, l’individualisation des pratiques d’écoute ou les activités de resynchronisation des temporalités de consommation sur des sites d’échange en ligne (Octobre et al., 2010).

21L’enquête sur Les Pratiques Culturelles des Français fait aussi le constat d’un fort rajeunissement des pratiques créatives amateurs et, au premier chef, des pratiques créatives en ligne : les 15-24 ans sont la classe d’âge qui pratique le plus la vidéo et la photo numérique (pratique qui auparavant était plutôt liée à la mise en couple et l’arrivée du premier enfant, soit bien plus tard), l’écriture de fanfictions et de journaux intimes, la musique, le dessin, etc. (Donnat, 2009.) Il y a peu de travaux consacrés spécifiquement aux pratiques créatives en ligne des jeunes et il est, du coup, difficile de savoir si les producteurs présentent un profil particulier par rapport au reste de la population. On ne sait pas non plus si ce secteur créatif obéit aussi au fonctionnement en loi de puissance d’Internet avec très peu d’individus qui produisent beaucoup de contenus et beaucoup qui en produisent peu, voire pas du tout. Le travail de Sébastien François (2013) sur les fanfictions, très majoritairement écrites par des adolescentes – si l’on en croit leurs déclarations sur leurs fiches de profil –, montre aussi qu’il y a un réel formatage des pratiques d’écriture par les dispositifs sociotechniques des sites. La créativité des fanfictions est en réalité fortement cadrée : il y a un rapport au « fanon » comme il y a un rapport au canon de l’œuvre originale, et les auteurs empruntent les structures narratives consolidées par la production des autres auteurs et contrôlées par l’ensemble des auteurs-lecteurs.

22Autre secteur largement touché par Internet : l’organisation sociale des passions culturelles et la structuration des collectifs fans. De nombreux auteurs se sont intéressés au phénomène, qui ne touche pas seulement les jeunes, mais qui est très visible chez eux. Il est absolument indéniable que les passions culturelles peuvent aujourd’hui s’appuyer sur des ressources sociales plus fournies, surtout s’il s’agit de passions peu répandues pour lesquelles l’entourage direct a des chances d’être insuffisant (Pasquier, 2005).

23Toutefois, si les choses peuvent désormais se jouer à bien plus grande échelle et en recrutant plus facilement des compagnons d’admiration, sur le fond, la démarche reste proche et les preuves à donner pour s’accomplir comme fan n’ont pas changé. On peut ainsi comparer une recherche menée dans les années 1990 sur les jeunes fans d’une série sentimentale, Hélène et les garçons (Pasquier, 1999), à un travail de Master réalisé en 2014 sur les échanges entre cinq jeunes fans du chanteur Eminem (Sevim, 2014). Au cours des presque vingt ans qui séparent ces deux recherches, il s’est produit ce que Fabien Hein décrit bien :

le fanzine papier édité à une poignée d’exemplaires se trouve progressivement éclipsé par son pendant numérique, le webzine. L’émergence du web 2.0, avec son lot de blogues, de forums, de sites web de type MySpace ou Facebook, permet désormais un réseautage social d’une efficacité spectaculaire. Les sites d’hébergement vidéo de type YouTube et Dailymotion offrent une surface d’exposition sans précédent. Sans compter que les wikis renouvèlent profondément l’organisation collective des savoirs et des contenus. Certains managers d’artistes, tout comme certaines maisons de disques ont bien compris la puissance de ces outils numériques. Ce qui les conduit à lancer des sites d’artistes dits « officiels » dont ils délèguent l’animation aux fans (Hein, 2011, p. 43).

24Les cinq fans étudiés par Sevim se sont rencontrés sur un forum consacré à Eminem et ne se sont vus que deux fois, à des concerts du chanteur : trois d’entre eux vivent dans la région parisienne, mais loin les uns des autres, et les deux derniers habitent en province. Parfois, ils se donnent rendez-vous en ligne pour écouter une chanson ensemble. Ils ont créé plusieurs sites sur le chanteur, un Skyblog, une page Twitter, une page Facebook, une page Instagram, et même une chaîne YouTube où l’un des cinq fans se filme, vêtu comme Eminem, sur la base de scénarios inspirés de sa vie. Ils échangent de nombreuses informations récoltées sur des sites où les participants sont nombreux et très investis dans le travail de discussion des interprétations et de dissémination des rumeurs. Ils ont des relations avec les managers de l’artiste, qui reconnaissent leur travail de promotion et leur répondent. Un des responsables de Skyrock, une radio spécialisée dans le rap, a demandé à l’un d’entre eux de couvrir sur Twitter un concert d’Eminem au stade de France : en échange, la radio a « retweeté » ses messages à son million d’abonnés, ce qui a permis au fan en question d’augmenter considérablement son audience.

25Par comparaison, le travail des fans d’Hélène et les garçons, à un moment où Internet n’existait pas, apparaît bien plus difficile et donne des résultats plus incertains. La seule ressource pour se renseigner est la presse magazine people et le fanzine édité par le producteur de la série. C’est peu. Les jeunes fans (des filles entre 8 et 13 ans) peuvent échanger des informations ou des objets dérivés avec d’autres fans rencontrées dans le voisinage ou à l’école, mais ce sont des endroits où elles risquent aussi de se faire humilier par ceux qui n’aiment pas la série (au premier chef les garçons) et qui se moquent d’elles, surtout quand elles imitent leur idole. Enfin, elles ont beau essayer d’entrer en contact avec cette dernière (comme en témoignent les milliers de lettres envoyées aux comédiens et comédiennes sur lesquelles j’avais travaillé pour cette recherche), il n’y a jamais aucun retour. Le pire étant sans doute qu’elles ne peuvent pas faire valider leur statut de fan. Sans le savoir, toutes les lettres évoquent le même problème : les fans ont peur d’être prises pour ce qu’elles ne se sentent pas être (c’est-à-dire des téléspectatrices dupées par une fiction de télévision) et que leurs activités en tant que fans ne soient pas prises pour ce qu’elles sont (c’est-à-dire une manière d’organiser collectivement une expérience télévisuelle particulièrement intense).

26En somme, Internet permet de développer les pratiques fans dans de bien meilleures conditions : les sites permettent d’entrer en relation avec des individus qu’on ne connaît pas, mais avec lesquels il existe une communauté d’interprétation. Toutefois, si les ressources informationnelles et sociales sont indéniablement plus abondantes, sur le fond, les objectifs poursuivis par les fans sont exactement les mêmes : recruter d’autres individus pour accomplir ensemble certaines activités, rechercher des informations sur la vie privée de la vedette, collectionner des objets.

27En revanche, on notera que les producteurs des œuvres délèguent désormais aux fans une partie du travail de promotion. En organisant des canaux d’échange en ligne avec leurs publics, ils sont à même de sélectionner les informations qu’ils veulent voir circuler et de guider les interprétations des passionnés. Des travaux récents sur les blogueurs dits « influents » montrent que les échanges avec les producteurs des produits commentés relèvent d’un intérêt bien compris par les deux parties. Dans l’espoir d’accroître leur audience en donnant aux visiteurs de leur site des cadeaux ou des informations inédites fournies par les producteurs, les blogueurs acceptent parfois de compromettre l’indépendance de leur jugement : non-publication des critiques négatives, critiques euphémisées, billets commandités (pour les films, voir Dupuy Salle, 2014 ; pour la gastronomie, voir Naulin, 2014). Bref, si le fan peut aujourd’hui exercer sa passion dans de meilleures conditions, il est aussi plus souvent instrumentalisé que par le passé pour incarner une figure d’admirateur-promoteur, qui sert, parfois sans le savoir, les intérêts commerciaux des producteurs des œuvres.

Conclusion

28On l’aura compris, cet article a cherché à pointer certaines ambivalences de l’intégration du numérique dans la vie quotidienne des jeunes. Les travaux sur Internet ont généralement tendance à donner une version extrêmement positive des transformations qui se sont opérées. C’est un fait tout à fait frappant pour des chercheurs qui ont travaillé avant sur des médias traditionnels comme la télévision et qui sont habitués à naviguer au sein de discours généralement plus critiques chez les universitaires et très négatifs dans la presse. Cet a priori positif dont jouit le numérique est sans doute à mettre en relation au fait qu’Internet s’est d’abord développé dans des milieux sociaux favorisés et chez des individus diplômés, à l’inverse de médias qui puisent centralement leur insertion dans des couches populaires, comme la télévision. Quelles qu’en soient les raisons, il faut en tout cas éviter une dérive qui tend à prôner la créativité en ligne sans s’inquiéter des effets de formatage des dispositifs sociotechniques, qui parle d’empowerment du consommateur sans étudier les modèles d’affaires des sites, ou qui glorifie la participation des publics sans tenir compte de la très forte hétérogénéité des engagements de contribution (Pasquier, Beaudouin et Legon, 2014).

29Dans le cas traité ici, on a vu que le numérique, en quelques années seulement, a pris une place considérable dans les pratiques communicationnelles et culturelles des jeunes. Il a modifié les manières d’échanger en développant des scènes interactionnelles qui échappent au regard des groupes de pairs, mais aussi en imposant une version quantifiée des indicateurs de statut dans la sociabilité adolescente. Il a rendu accessible tout un champ créatif dans le domaine de l’écriture, du dessin, de la photographie ou de la vidéo, mais on manque dramatiquement de recherches sur les effets de standardisation qu’induit la visibilité des classements des créations les plus appréciées par l’ensemble des internautes. Il a enfin permis des échanges avec des individus qui partagent les mêmes goûts que soi, mais en laissant planer un doute permanent sur les stratégies promotionnelles qui se cachent peut être derrière les déclarations d’admiration.

30Alors, que se passera-t-il à l’avenir ? Sur quoi porteront les nouveaux travaux sur les jeunes et Internet ? Aucun chercheur sérieux ne peut se lancer dans une telle opération de futurologie, surtout parce qu’il sait que, chez les jeunes plus que chez d’autres, les modes vont vite et ne durent pas. Pourant quelques signes sont là. L’engouement récent des femmes, de tout âge d’ailleurs, pour des jeux vidéo de plateforme de type Candy Crush, ou la reproduction en réseau entre sœurs des parties familiales de jeux de lettres, laisse penser que ce n’est pas tant les jeux vidéo qui rebutent que leur dimension violente. C’est sur la ligne des études de genre que se situeront sans doute les nouveaux enjeux. De plus, il y aurait un nouveau territoire à étudier chez les adolescentes, qui se tiendra à mi-chemin entre l’aspiration à la sentimentalité, vieille lune de la construction des identités sociales de sexe, et le plaisir de la maîtrise technologique, ancien territoire de la domination masculine.

Haut de page

Bibliographie

Allard, L. (2005). Express yourself 2.0 !. Dans E. Maigret et E. Macé (dir.), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, France : Armand Colin-Ina.

Balleys, C. (2012). « Je t’aime plus que tout au monde ». D’amitiés en amours, les processus de socialisation entre pairs adolescents (Thèse de doctorat, Université de Fribourg, Suisse).

Boyd, D. (2014). It’s Complicated : The Social Lives of Networked Teens. New Haven, CT : Yale University Press.

Bigot, R. et Croute, P. (2013). La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française (Rapport CREDOC, France).

Delaunay-Teterel, H. (2010). L’affichage public des amitiés. Le blogue au lycée. Ethnologie Française, 1(40), 115-122.

Dupuy-Salle, M. (2014). Les cinéphiles-blogueurs amateurs face aux stratégies de captation professionnelles : entre dépendance et indépendance. Réseaux, 183, 63-93.

Fabre, D. (dir.). (1997). Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Paris, France : Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Fluckiger, C. (2006). La sociabilité juvénile instrumentée. L’appropriation des blogues dans un groupe de lycéens. Réseaux, 24(138), 109-138.

François, S. (2013). Les créations dérivées comme modalité d’engagement des publics : le cas des fanfictions sur internet (Thèse de doctorat, Telecom Paristech, France).

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne. Paris, France : Éditions de Minuit.

Hein, F. (2011). Le fan comme travailleur : les activités méconnues d’un coproducteur dévoué. Sociologie du travail, 53(1), 37-51.

Juhem, P. (1995). Relations amoureuses. Sociétés Contemporaines, 21, 29-42.

Labov, W. (1993). Le parler ordinaire. La langue dans les ghettos noirs des États-Unis. Paris, France: Éditions de Minuit.

Lejeune, P. (1993). Le moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille. Paris, France: Le Seuil.

Livingstone, S., Haddon, L. et Görzig, A. (dir). (2012). Children, risk and safety online. Bristol, Royaume-Uni : The Policy press.

Livingstone et al. (2011). Risk and Safety on the Internet. The Perspective of European Children. Full Findings (rapport multigraphié). Londres, Royaume-Uni: LSE/Eu Kids Online.

Lepoutre, D. ( 1997). Cœur de banlieue. Codes, rites et langages. Paris, France : Éditions Odile Jacob.

Metton, C. (2009). Les adolescents, leur téléphone et Internet. « Tu viens sur MSN ? ». Paris, France : L’Harmattan.

Monnot, C. (2009). Petites filles d’aujourd’hui. L’apprentissage de la féminité. Paris, France : Autrement.

Naulin, S. (2014). La blogosphère culinaire. Cartographie d’un espace amateur. Réseaux, 183, 29-63.

Octobre, S. et Merklé, P. (2010). L’enfance des loisirs. Paris, France : Ministère de la Culture et de la Communication.

Pasquier, D., Beaudouin, V. et Legon, T. (2014). « Moi je lui donne 5/5 ». Paradoxes de la critique amateur en ligne. Paris, France : Presses des Mines.

Pasquier, D. (2005). Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité. Paris, France : Éditions Autrement.

Pasquier, D. (1999). La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents. Paris, France : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Pasquier, « La communication numérique dans les cultures adolescentes », Communiquer, 13 | 2015, 79-89.

Référence électronique

Dominique Pasquier, « La communication numérique dans les cultures adolescentes », Communiquer [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1537 ; DOI : 10.4000/communiquer.1537

Haut de page

Auteur

Dominique Pasquier

Directrice de recherche au CNRS
Enseignante-chercheure à Télécom ParisTech, France
dominique.pasquier[@]telecom-paristech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org