Navigation – Plan du site

Usages participatifs des technologies et désir d’émancipation : une articulation fragile et paradoxale

Participative Uses of Technologies and the Desire for Emancipation: A Fragile and Paradoxical Articulation
Serge Proulx
p. 67-77

Résumés

La question de la participation liée à l’idée de démocratisation a été abordée dans la pensée communicationnelle dès la décennie 1970 en Amérique du Nord et en Europe. Cet article propose quelques pistes pour penser l’articulation entre les usages participatifs contemporains des technologies numériques en tant que vecteurs d’émancipation – mais aussi, simultanément, d’aliénation – et un ensemble de pratiques individuelles et collectives visant la construction d’une démocratie cognitive, c’est-à-dire l’édification d’une organisation sociale et politique où l’ensemble des citoyens retrouverait leur plein droit à la connaissance, un droit ayant eu tendance à s’effacer avec la surspécialisation et le morcellement des savoirs causés par les développements disciplinaires des sciences naturelles et sociales. Ces pratiques émergentes visent aujourd’hui localement la constitution de « communs de la connaissance ». Ces nouvelles pratiques collaboratives orientées vers la construction du commun sont le fait de communautés épistémiques qui résistent au processus de transformation de l’information en marchandise, rouage essentiel du capitalisme informationnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Pour une discussion plus fouillée de la problématique de l’empowerment en tant que capacité d’agir (...)

1Certains usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) ont été identifiés à un désir d’émancipation (ou d’empowerment) de la part de citoyens et citoyennes qui les mobilisent, c’est-à-dire le souhait que ces usages puissent faciliter ou rendre plus visible une capacité d’agir de personnes humaines se percevant en situation de domination sociale ou d’exploitation économique2. L’exemple cité le plus fréquemment est l’usage des médias sociaux par les participants et participantes aux mouvements sociaux lors du Réveil arabe de 2011. Les analyses furent nombreuses pour montrer que l’indignation et l’injustice doivent être déjà fortement ressenties par les populations pour que puissent s’enclencher des mouvements sociaux. L’usage des médias ne peut à lui seul déclencher un mouvement social (Granjon, 2011 ; Lecomte, 2009). Nous souhaitons proposer ici quelques pistes pour penser l’articulation entre les usages participatifs contemporains des technologies numériques en tant que vecteurs d’émancipation – mais aussi, simultanément, d’aliénation – et un ensemble de pratiques individuelles et collectives visant la construction d’une démocratie cognitive, c’est-à-dire l’édification d’une organisation sociale et politique où l’ensemble des citoyens retrouveraient leur plein droit à la connaissance, un droit ayant eu tendance à s’effacer avec la surspécialisation, le cloisonnement et le morcellement des savoirs, causés par les développements disciplinaires des sciences naturelles et sociales (Morin, 2006). Ces pratiques émergentes visent aujourd’hui localement la constitution de « communs de la connaissance ». Ces nouvelles pratiques collaboratives orientées vers la construction du commun (Dardot et Laval, 2014) sont le fait de communautés épistémiques (Conein, 2004 ; Haas, 1992a) qui résistent au processus de transformation de l’information en marchandise, rouage essentiel du capitalisme informationnel (Proulx, Garcia et Heaton, 2014).

Évolution de la pensée critique en communication : des années 1970 à l’ère numérique

2Nous vivons aujourd’hui sous l’emprise d’une idéologie de la participation, c’est-à-dire que des agents sociaux en provenance de divers milieux, témoignant d’orientations politiques hétérogènes, proposent d’investir un grand nombre de domaines de la vie sociale, culturelle et politique par le « participatif », qu’il s’agisse, par exemple, de la démocratie, de l’art ou de la technologie. Ainsi, en ce qui concerne le domaine des technologies numériques, l’invention de la notion de « Web 2.0 » (O’Reilly, 2005) – expression qui connut son âge d’or de 2003 à 2007 et qui fut prolongée dans celles de « Web participatif » ou de « Web social » – exprime cette tendance à vouloir investir l’Internet de forces et de dynamiques en provenance des pratiques des usagers ordinaires (Millerand, Proulx et Rueff, 2010). D’ailleurs, on peut constater qu’effectivement, de nombreuses innovations sociotechniques apportées au Réseau des réseaux depuis ses origines ont été le fait d’usagers ordinaires opérant selon une logique d’innovation horizontale ou ascendante (Von Hippel, 2005).

3Une manière de penser la participation par les technologies numériques consiste à interroger l’usage des TIC à partir de deux catégories provenant de l’héritage marxien, à savoir l’aliénation et l’émancipation. Dans quelle mesure et à quelles conditions l’usage participatif de ces technologies peut-il s’avérer vecteur d’émancipation (liberté sociale et politique), ou, au contraire, vecteur d’aliénation (dépendance à la technologie) ? Déjà, dans les décennies 1970 et 1980, nous nous interrogions sur les conséquences sociales de l’usage des technologies informatiques au prisme de ces deux catégories de l’aliénation et de l’émancipation (Proulx, 1988). Lors d’un colloque tenu à l’Université de Louvain-la-Neuve le 25 octobre 1997 (texte publié en 1999), j’ai eu l’occasion de tracer un bilan de l’état de la pensée communicationnelle dans les années 1970 – décennie de contestations et de mouvements sociaux –, période où j’ai directement participé à la création d’un nouveau département en communication à l’Université du Québec à Montréal :

C’était une époque où la fonction critique de l’université était pleinement reconnue. Pour le jeune professeur formé à la sociologie critique que j’étais, le projet de créer un nouveau lieu institutionnel universitaire en communication était perçu comme un défi exaltant parce qu’il supposait de pouvoir mobiliser un ensemble non négligeable de ressources intellectuelles et matérielles pour penser critiquement ce nouveau champ de problèmes en émergence. Et il s’agissait non seulement d’effectuer un travail de critique théorique de la communication mais aussi de mettre en place un lieu de formation pratique d’où sortiraient éventuellement de jeunes diplômés en communication susceptibles de développer des manières alternatives de pratiquer la communication dans une société québécoise en bouillonnement. Le défi à la fois théorique et pratique de ce projet pédagogique de formation à la communication pouvait ainsi se traduire par la double question suivante : comment susciter et transmettre des savoir-faire et des savoirs critiques concernant la communication ? Comment ces nouvelles pratiques de communication pouvaient-elles participer aux mouvements sociaux de transformation qui agissaient la société toute entière ? (Proulx, 1999, p. 68.)

4Pendant la décennie 1970, une conviction idéologique s’ancrait tant chez certains analystes critiques que parmi les praticiens de la communication : c’était par l’intermédiaire des médias que le changement social pouvait advenir. Une conviction partagée aussi bien par les activistes utilisant les nouveaux médias – la caméra Porta-Pack notamment, dont l’usage a ouvert sur des pratiques alternatives en « intervention vidéo » et en télévision communautaire – que par les professionnels de la communication en train de fonder le nouveau domaine des « relations publiques ». La communication devenait un véritable enjeu de société, les pratiques de communication s’institutionnalisaient. Les nouveaux spécialistes comprenaient que le contrôle de la communication assurait le pouvoir sur l’organisation, qu’il s’agisse d’une entreprise privée, d’un syndicat, d’une association sans but lucratif ou de la société considérée dans son ensemble. Cet état des choses entraînait une conscientisation politique autour de la communication en tant qu’enjeu social. Dans ce contexte, la double entrée conceptuelle en matière d’aliénation et d’émancipation apparaissait d’une grande pertinence pour la pensée critique en communication, qui cherchait à articuler théorie critique et réalisation de recherches empiriques :

On avait coutume (jusqu’aux années 1970) d’opposer la pensée philosophique et spéculative des intellectuels européens à la démarche empiriste des chercheurs américains en sciences sociales appliquées, les premiers étant a priori plus proches d’une attitude critique, les seconds s’identifiant davantage au paradigme positiviste. Avec les années soixante-dix, cette distinction s’efface graduellement : certains chercheurs européens s’ouvrent aux études empiriques pendant que des chercheurs américains choisissent d’approfondir les fondements théoriques de leur démarche de terrain. Une nouvelle distinction se substitue alors à la première. Il y a, d’une part, des spécialistes en sciences sociales qui ne semblent chercher qu’à accumuler de nouvelles données empiriques sans préoccupation apparente pour la production d’hypothèses ou de propositions théoriques qui arrimeraient la compréhension des phénomènes de communication à des contextes plus larges. D’autre part, une nouvelle communauté de chercheurs critiques voit le jour, qu’ils soient européens ou américains : ils posent d’emblée comme fondamental pour la compréhension de la communication sociale le lien qui unit le fonctionnement des médias aux rapports sociaux de pouvoir.

Dans le secteur des communications, cette pensée critique se déploie dans plusieurs directions. Le découpage classique du mode de production en trois instances (idéologique, économique, politique) proposé à l’époque par les marxistes permet déjà de cerner trois sphères importantes de la pensée critique en communication, à savoir : l’action idéologique des médias, le développement contradictoire des industries culturelles, et enfin, les transformations d’un espace public de discussion politique qui est au fondement même du fonctionnement de la démocratie. L’on pourrait faire référence également à deux autres dimensions clés de ces travaux critiques : d’une part, les recherches sur l’internationalisation des systèmes de communication et d’autre part, les réflexions sur le rôle politique des intellectuels face aux médias. » (Proulx, 1999, p. 71-72)

La fin des années soixante-dix fut marquée à la fois par la mort lente des fantasmes utopiques associés aux nouveaux médias de l’époque, et par le début d’un mouvement subtil de régression de la pensée critique. Dans le contexte du triomphe du libéralisme […], d’une logique de plus en plus dominante de marchandisation des biens communicationnels et d’imposition des intérêts des entreprises privées sur les gouvernements, une idéologie professionnaliste de la communication s’est progressivement substituée aux velléités critiques et utopiques de la décennie précédente. Je pense qu’il devient urgent aujourd’hui, pendant qu’il en est encore temps, de renouer avec l’héritage de cette pensée critique née dans la décennie soixante-dix. Nous sommes aujourd’hui dans une situation où certaines tendances du développement des médias sont exacerbées. Je pense, entre autres, à la marchandisation à outrance des échanges et au triomphe de la logique de marché, à l’individualisation des pratiques de consommation, aux formes de spectacularisation de plus en plus vive des produits communicationnels, à l’enchevêtrement des industries du divertissement, de la publicité et de l’information, à la concentration économique et au contrôle par quelques grands trusts du mouvement de mondialisation des médias, et finalement, à la privatisation croissante de la propriété des médias encouragée par une généralisation des pratiques de dérégulation gouvernementale dans la plupart des sociétés occidentales. Or, la plupart de ces tendances alors en émergence avaient été mises en relief par la pensée critique de la décennie soixante-dix. Après le mouvement de régression de la pensée critique des derniers quinze ans, il me semble qu’il y a urgence pour qu’un plus grand nombre de chercheurs reviennent vers des problématiques critiques en approfondissant certaines des pistes ouvertes pendant la décennie soixante-dix (Proulx, 1999, p. 78).

5Ce qui change aujourd’hui avec notre reconsidération de cette problématique critique, c’est, pour reprendre une distinction proposée par Edgar Morin, le passage d’une « épistémologie du ou/ou » à une « épistémologie du et/et » (Morin, 1977). En d’autres termes, notre première manière de penser ce couple conceptuel cherchait à opposer l’émancipation à l’aliénation : le mouvement vers l’émancipation était défini en effet comme une manière de se libérer du carcan de l’aliénation et de la domination. La seconde approche – et il s’agit d’un véritable défi épistémologique –, consiste plutôt à chercher à penser ensemble l’aliénation et l’émancipation. Vus sous cet angle, les usages participatifs des technologies apparaissent comme vecteurs simultanés d’aliénation et d’émancipation. Cette nouvelle manière de penser suppose que l’on identifie – et que l’on interroge – la totalité sociohistorique et sociopolitique à laquelle appartient le développement socioéconomique des technologies de communication et, en particulier, l’émergence dans cet ensemble de pratiques d’information et de communication dites « participatives ». Nous formulons l’hypothèse que cette totalité sociohistorique coïncide avec le mode de production capitaliste. Il ne s’agit évidemment pas de réduire la totalité du social à sa dimension économique ; il s’agit plutôt de se montrer sensible à la mutation numérique du mode de production qui occupe la scène sociale, culturelle et économique depuis la fin de la décennie 1970 : un mouvement de transformations socioéconomiques et de révolutions sociotechniques qui a aujourd’hui des répercussions dans presque tous les domaines de la vie.

6Devant l’emprise d’Internet et du numérique, un double mouvement – contradictoire, asymétrique et dialogique – caractérise la prolifération des pratiques d’information et de communication. D’une part, il existe une forte tendance à la concentration du pouvoir médiatique du fait de la propriété oligopolistique des plateformes numériques et des infrastructures de télécommunications – propriété partagée entre quelques grands groupes transnationaux (Disney, TimeWarner, Viacom, GE, NewsCorp, Microsoft) et les quatre géants de l’Internet (GAFA : Google, Apple, Facebook, Amazon). Cette tendance à la concentration semble d’ailleurs vouloir converger de plus en plus, le numérique constituant le passage obligé de tous les transferts technologiques liés aux rachats par les GAFA des jeunes start-ups à fort potentiel de croissance et portant l’innovation dans ce monde en ébullition. D’autre part, le numérique laisse place à l’émergence de nouveaux modèles économiques orientés vers la collaboration et le partage (Proulx, Garcia et Heaton, 2014).

  • 3 À ce sujet, voir la synthèse remarquable de Philippe Aigrain (2012).

7Le discours qui domine la sphère médiatique aujourd’hui promeut une « économie du partage » (sharing economy). Il s’agit, à travers ces pratiques collaboratives émergentes, d’avoir recours à des réseaux d’échange, au don, à des règles de réciprocité, à des modèles de production pair-à-pair (p2p) (Benkler et Nissenbaum, 2006) pour créer, distribuer et consommer de nouveaux services gratuits (ou quasi gratuits) qui s’annoncent la plupart du temps en ligne, plutôt que de s’en tenir à l’offre standard de services propriétaires des grandes organisations3. Ce modèle de « l’économie du partage », toutefois, peut être critiqué du fait de la duplicité des motivations de ceux qui y ont recours. Alors que ces pratiques collaboratives sont d’abord le fait de personnes qui cherchent soit à faire des économies soit à développer de nouvelles relations sociales, comme jadis les pratiques d’autostop le permettaient – et qui constituent un ensemble qui résonne éthiquement et idéologiquement aujourd’hui avec le mouvement des communs (Bollier, 2014) –, force est de constater que les commerçants visés par ces nouvelles pratiques deviennent très sensibles à ce nouveau modèle qui empiète dans l’univers de la consommation.

8Ces organisations commerciales concernées par la concurrence du numérique, afin d’éviter la faillite, développent de manière nécessaire des stratégies opportunistes et essaient de s’adapter au nouveau modèle en offrant, par exemple, un « service ajouté » qui pourra être monétisé, en sus du service gratuit donné à l’usager-participant. On reprend ici le vieux modèle du logiciel libre auquel on additionne un service ajouté en forme de soutien à l’apprentissage du logiciel. Du point de vue de la rhétorique mobilisée par les nouveaux commerçants, ces derniers considéreront, par exemple, qu’ils font affaire avec des « communautés » plutôt qu’avec des « clients », ou avec des « conseillers » plutôt qu’avec des « vendeurs ». Il s’agit ici d’une récupération de la rhétorique du partage dans les stratégies d’entreprises qui doivent s’adapter aux impacts de l’invasion de la sphère du commerce et de l’industrie par le numérique.

9Bref, la tendance à la concentration verticale du pouvoir médiatique apparaît à première vue comme une source d’aliénation, alors que les pratiques émergentes horizontales de coopération et de partage évoquent plutôt une finalité d’émancipation sociale et politique. Ces pratiques émergentes composent une forme sociale qu’il apparaît intéressant de revisiter au prisme du numérique : il s’agit de la « forme contribution » (Proulx, 2011, 2014). Or la « forme contribution » s’avère une forme sociale complexe fondée sur un ensemble de tensions contradictoires – parfois même paradoxales –, enchevêtrant les contraintes algorithmiques des interfaces à des possibilités d’usages émancipateurs.

L’effacement progressif de la promesse démocratique de l’Internet

10Dans l’univers numérique, le procès de création de la valeur économique est fondé sur un déséquilibre, une asymétrie entre une masse de petits utilisateurs et un nombre limité d’entreprises gigantesques qui construisent leur plus-value à même la captation et le cumul des contributions multiples des petits usagers (Heaton et Proulx, 2015). Ainsi, une multitude d’utilisateurs ordinaires – à la fois producteurs de contenus (content producers), du fait des gestes qu’ils posent dans le Web participatif (ne serait-ce qu’un like dans Facebook), et fournisseurs de données (data providers) et de métadonnées, du fait des traces qu’ils laissent à travers leur parcours dans l’univers internet – apportent en masse des contributions minuscules vers les plateformes qui sont pour la plupart la propriété des GAFA. L’ensemble de ces contributions minuscules sont captées par les entreprises propriétaires des plateformes : ces traces sont ainsi computées, accumulées dans des bases relationnelles de données. Celles-ci constituent le corpus à partir duquel les firmes construiront leur « valeur économique », prenant la forme des divers profils d’utilisateurs qui seront à la base des stratégies publicitaires et des approches marketing personnalisées devenues la marque de commerce du capitalisme numérique dont le slogan pourrait être : « mettre les utilisateurs au travail » (Colin et Verdier, 2012). Il s’agit d’un « travail du consommateur » (Dujarier, 2014) non reconnu comme tel et, bien sûr, non rémunéré. Cette problématique de la rémunération du travail invisible des internautes (digital labor) fait l’objet d’analyses de plus en plus nombreuses (Scholz, 2013).

11Cet univers numérique est fortement paradoxal dans la mesure où l’on ne peut opposer simplement, d’un côté, les pratiques contributives de petits usagers ordinaires et, de l’autre, les pratiques d’accumulation capitaliste des GAFA. En fait, toutes ces pratiques sont enchevêtrées, en ce sens que les pratiques contributives ne sont pas seulement et simplement récupérées par le pouvoir de l’accumulation capitaliste (Proulx et al., 2011). Ces pratiques contributives sont en même temps une source de plaisir et de satisfaction pour les usagers. Ainsi, lorsqu’on s’interroge sur les motivations que ces usagers peuvent avoir à contribuer en ligne, de nombreux motifs, parfois improbables, sont évoqués par les usagers (voir notamment Cook, 2008). La plupart des motifs cités se situent hors du champ de l’intéressement économique, ce qui rejoint la définition que proposaient en 2011 les économistes Béraud et Cormerais (2011) de la contribution en ligne : « (l’ensemble des) participations de contributeurs librement investis dans l’activité et qui acceptent de coopérer et de diffuser leurs connaissances sans attendre de contrepartie sous la forme d’un équivalent monétaire » (p. 164).

12Parmi les motivations à contribuer les plus fréquemment évoquées, mentionnons : le désir d’acquérir de nouvelles compétences et expertises ; le plaisir associé à la création collective d’un bien commun ; le plaisir lié à la qualité des interactions entre les participants ; simultanément, cette participation crée parfois, dans la subjectivité du participant, une obligation morale à s’engager plus à fond vis-à-vis de sa « communauté » perçue dorénavant comme milieu intégrateur d’appartenance ; l’autocréation d’un capital social et d’un « capital de réputation » ; et, ultimement, la recherche d’une reconnaissance par ses pairs (Rueff, 2014). La forme « contribution en ligne » ne correspond donc ni totalement à une transaction marchande ni totalement à un don. Elle emprunte à la fois à l’un et l’autre pôle : elle se constitue en forme intermédiaire (Proulx, 2014). Il s’agit d’une forme paradoxale dans la mesure où ces pratiques, sources de plaisir individuel et collectif, participent en même temps à un système économique qui, subtilement, récupère les contributions, la plupart du temps à l’insu des contributeurs-usagers. Yann Moulier Boutang (2007) décrit ce système comme celui du « capitalisme cognitif » qui engendre une « exploitation de second degré » consistant à récupérer la force créatrice des utilisateurs à des fins de monétisation de ce capital social et intellectuel.

13La captation des traces numériques n’obéit pas seulement à une logique économique. Depuis les révélations d’Edward Snowden, progressivement rendues publiques à partir du 6 juin 2013, il n’est plus possible d’ignorer qu’Internet est devenu un dispositif global de surveillance de masse des communications privées transmises par ordinateurs, téléphones portables et autres assistants numériques sur l’ensemble de la planète. Ce dispositif de surveillance politique et économique à l’échelle du monde est contrôlé principalement par la National Security Agency (NSA), une agence pivot des services secrets américains. Ces révélations – qui dépassent l’imaginaire de science-fiction –

ont notamment mis en lumière les programmes PRISM et XKeyscore de collecte des informations en ligne, le programme GENIE d’espionnage d’équipements informatiques à l’étranger, l’espionnage de câbles sous-marins de télécommunications intercontinentales et d’institutions internationales comme le Conseil européen à Bruxelles ou le siège des Nations Unies, ainsi que de nombreuses pratiques en cours au sein de l’agence pour parvenir à ses fins. » (Wikipédia, 2014).

14À ces formes centralisées de surveillance de masse s’ajoutent des formes subtiles d’intériorisation de la surveillance par les utilisateurs eux-mêmes (Leclercq-Vandelannoitte et Isaac, 2013). Ainsi, la forme « sousveillance » consiste, pour les surveillés, à surveiller leurs surveillants, ce qui a priori constitue un atout pour une société démocratique. On se dégage en partie du modèle panoptique auquel nous avait sensibilisé Michel Foucault à travers sa description des « sociétés disciplinaires » (Foucault, 1975). Par le recours aux technologies numériques, les surveillés peuvent plus facilement savoir s’ils sont surveillés ou non. Quant à la forme « co-veillance », elle coïncide avec des pratiques de surveillance des usagers entre eux : le fait de lire et de regarder en permanence les messages transmis par ses contacts (ses soi-disant « amis ») sur Facebook reproduit et prolonge en quelque sorte les pratiques de voisinage et de curiosité propres aux villages ruraux traditionnels. Y aurait-il, ici, une nouvelle manière de convoquer la métaphore du « village planétaire » chère à Marshall McLuhan (1968) ? Serions-nous aujourd’hui à la fois captivés et captifs d’un grand village Facebook ?

15Nous serions confrontés à l’instauration d’une société de surveillance globale au fur et à mesure de l’effacement progressif de la promesse d’une « société en réseau » qui, selon les pionniers et bâtisseurs d’Internet, aurait pu être davantage démocratique, parce que davantage « participative ». Certains cybernéticiens parlaient à l’époque de l’instauration possible d’une organisation sociale hétérarchique signifiant, par cette expression, le projet de mise en place d’une structure sociale en réseaux où le pouvoir ne serait pas concentré hiérarchiquement entre les mains de quelques acteurs, mais, au contraire, circulerait en fonction des désirs et des besoins de connaissance exprimés au fur et à mesure par les différents membres des réseaux. L’utopie hétérarchique supposait une circulation dynamique et flexible des positions de pouvoir entraînant une réorganisation vivante et permanente des réseaux à partir de l’expression (spontanée mais en même temps réfléchie) des besoins de connaissance des membres pointant vers des compétences cognitives spécifiques pour répondre aux demandes exprimées. Or, dans les sociétés contemporaines fortement connectées, les dispositifs de contrôle et de surveillance semblent avoir remplacé les espérances de la démocratie numérique. De manière concomitante – et c’est ainsi que s’exprime aujourd’hui encore un désir d’émancipation de la part de certains collectifs et mouvements sociaux –, la promesse démocratique de l’Internet perdure à travers la constitution de nouvelles « cultures de participation » (Jenkins, 2009) que permettraient les pratiques collaboratives de l’économie du partage.

Communautés épistémiques, sciences participatives, démocratie cognitive : pistes pour la recherche future en communication

16Nous pourrions définir la visée éthique et politique soutenue par les pratiques collaboratives émergentes comme la création de « communs informationnels » (Coriat, 2013) – ou encore de « communs de la connaissance » –, c’est-à-dire la construction par des communautés épistémiques de corpus de savoirs et d’informations que l’on veut largement ouverts (open data) et directement accessibles au plus grand nombre d’utilisateurs sur la base de la gratuité du service ou de règles d’échange et de réciprocité définies par les communautés concernées. Ces règles d’accessibilité se déploient en dehors de la logique marchande. Ces communautés épistémiques ne sont pas seulement des collectifs construisant de nouvelles connaissances. Une deuxième ambition se manifeste dans les pratiques de ces groupes : celle de pouvoir transférer une partie des nouvelles connaissances dans la sphère publique de manière à ce que les nouvelles informations puissent être mobilisées par les décideurs et par d’autres acteurs de la société civile impliqués dans l’élaboration des politiques. De 2009 à 2013, notre travail en équipe d’une ethnographie du groupe Tela Botanica (installé à Montpellier) a notamment consisté à décrire et analyser la manière dont le dispositif sociotechnique a permis l’émergence et la stabilité d’une communauté épistémique autour du partage et de la création de savoirs botaniques par un collectif d’amateurs et de professionnels :

Une communauté épistémique, au sens de Haas (1992a), est une communauté qui produit de la connaissance nouvelle, sur la base de critères scientifiques, et qui intervient dans la sphère publique, par exemple en réinjectant des connaissances dans des processus de définition de politiques publiques. La communauté d’experts qui s’est penchée sur le problème du trou dans la couche d’ozone et qui a participé à la définition de la charte de Montréal constitue le modèle type de la communauté épistémique (voir : Haas, 1992b). Une communauté épistémique peut aussi inclure des non experts aux côtés d’experts. Ainsi, Akrich (2010) montre comment une communauté formée en partie de militants a participé à la production de nouvelles connaissances qui ont été réinsérées dans des débats sociaux sur la santé (Millerand, Heaton et Proulx, 2012, p. 253-254).

17Ces démarches associatives et collaboratives ouvrent des pistes de réflexion pour une reconsidération de l’information et de la communication construites en vertu d’une finalité autre que celle de la marchandisation de l’information. Comme le rappelait jadis André Gorz (2003), capitalisme et connaissance s’articulent difficilement : le capitalisme de l’immatériel contient potentiellement une négation de la logique de marché. Le bien informationnel étant par définition « non rival », il apparaît difficile de faire fonctionner la connaissance comme un capital. La valeur des marchandises à fort contenu immatériel est fixée par une création artificielle de rareté (brevetage, branding, propriété intellectuelle). Les pratiques d’information et de communication en résonance avec le mouvement des communs supposent en conséquence l’implantation de nouveaux dispositifs légaux et sociotechniques visant à faire sauter les verrous juridiques liés à cette création artificielle de rareté, tels que le copyleft associé au logiciel libre ou les licences de type Creative Commons. Ces pratiques collaboratives s’attachent à définir l’information en tant que bien commun plutôt que marchandise ou propriété (Aigrain, 2005). Les pratiques de communication en réseau apparaissent génératrices d’espaces de partage, de solidarité et de coopération.

18Outre l’étude de ces nouvelles pratiques novatrices visant à faire sauter les verrous liés à la propriété intellectuelle des biens informationnels (Creative Commons, Open Data), pratiques visant la construction sociale de « communs de la connaissance », une piste à privilégier, selon nous, pour la recherche future en communication, consiste à décrire, documenter et analyser les pratiques de sciences participatives (Millerand et Heaton, 2014). Ces pratiques participatives (présentes depuis longtemps en archéologie, astronomie et dans les sciences naturelles) deviennent particulièrement intéressantes à inventorier dans le contexte contemporain de prise de conscience écologique et politique de la multiplicité et de la complexité des conséquences des actions des humains sur l’environnement (changements climatiques, notamment), en particulier depuis l’industrialisation à outrance des sociétés. D’autant que les programmes de science participative explosent à l’heure actuelle. En France, par exemple, selon un inventaire établi en 2011, le nombre de ces programmes approchait les deux cents (200) (Bœuf et al., 2012).

19Les scientifiques ne peuvent plus appréhender avec leurs seuls instruments habituels les changements et transformations de la nature à l’échelle globale. Ils ont besoin d’une quantité gigantesque de données pour pouvoir établir des cartes et des schémas comparatifs et dynamiques à l’échelle de la planète. Aussi, en particulier en raison du développement des technologies de l’information et de la communication ainsi que des outils collaboratifs, ils peuvent faire appel aux citoyens ordinaires pour observer la nature (cartographie de la flore, suivi temporel des oiseaux communs et des événements saisonniers, observatoire des papillons de jardin…) (Mathieu, 2012). Volontaires non rémunérés, ces observateurs ordinaires agissent en tant que « citoyens scientifiques » : organisés en réseaux – dont certains aspects du fonctionnement rappellent la dynamique des réseaux socionumériques –, ils se doivent en outre d’obéir à des codes et des protocoles d’observation établis par les scientifiques de manière à assurer la fiabilité des données récoltées. Selon leur degré d’engagement dans le processus participatif, les membres de ces collectifs d’observateurs ordinaires obéissent soit à une simple « logique de réseau » (pratiques de collaboration) soit à une plus intense « logique de communauté » (pratiques de coopération) (voir Haythornthwaite, 2009). Engagés dans ce processus d’enrôlement coopératif de la science participative, ces « citoyens scientifiques » organisés dans un cadre souvent supervisé par des scientifiques se constituent alors en communautés épistémiques, c’est-à-dire en collectifs produisant des connaissances nouvelles à partir de critères scientifiques. Ces communautés participent ainsi à la création d’espaces publics inédits où les enjeux de la science sont abordés de manière pratique. Communautés épistémiques et sciences participatives résonnent ici avec l’accomplissement progressif d’une démocratie cognitive : les citoyens retrouveraient, à travers ces pratiques participatives, la possibilité d’avoir accès à un processus de production collective de la connaissance. L’articulation entre cet univers de pratiques participatives cognitives et le désir d’émancipation politique des citoyennes et citoyens reste cependant fragile et paradoxale. Voilà une piste à suivre pour un nouveau programme de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Aigrain, P. (2005). Cause commune. L’information entre bien commun et propriété. Paris, France : Fayard.

Aigrain, P. (2012). Sharing. Culture and the Economy in the Internet Age. Amsterdam, Pays-Bas: Amsterdam University Press.

Akrich, M. (2010). From Communities of Practice to Epistemic Communities : Health Mobilizations on the Internet. Sociological Research Online, 15(2), 10.

Benkler, Y. et Nissenbaum, H. (2006). Commons-Based Peer Production and Virtue. The Journal of Political Philosophy, 14(4), 394-419.

Béraud, P. et Cormerais, F. (2011). Économie de la contribution et innovation sociétale. Innovations, 34(1), 163-183.

Bœuf, G., Allain, Y. M. et Bouvier, M. (2012). L’apport des sciences participatives dans la connaissance de la biodiversité (Rapport du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, France).

Bollier, D. (2014). La Renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage. Paris, France : Éditions Charles Léopold Mayer.

Colin, N. et Verdier, H. (2012). L’Âge de la multitude. Entreprendre et gouverner après la révolution numérique. Paris, France : Armand Colin.

Conein, B. (2004). Communautés épistémiques et réseaux cognitifs : coopération et cognition distribuée. Revue d’économie politique, 113, 141-159.

Cook, S. (2008). The Contribution Revolution. Letting Volunteers Build your Business. Harvard Business Review, 86(1), 60-69.

Coriat, B. (2013, avril). Des communs « fonciers » aux communs informationnels. Traits communs et différences. Séminaire international Propriété et Communs. Université Paris 13, France.

Dardot, P. et Laval, C. (2014). Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle. Paris, France : La Découverte.

Dujarier, M. (2014). Le travail du consommateur. Paris, France : La Découverte.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris, France : Gallimard.

Gorz, A. (2003). L’immatériel. Connaissance, valeur et capital. Paris, France : Galilée.

Granjon, F. (2011). Le Web fait-il les révolutions ?. Sciences Humaines, (229). Repéré à http://www.scienceshumaines.com/le-web-fait-il-les-revolutions_fr_27535.html

Haas, P. (1992a). Introduction : Epistemic Communities and International Policy Coordination. International Organization, 46(1), 1-35.

Haas, P. (1992b). Banning Chlorofluorocarbons : Epistemic Community Efforts to Protect Stratospheric Ozone. International Organization, 46(1), 187-244.

Haythornthwaite, C. (2009, janvier). Crowds and Communities : Light and Heavyweight Models of Peer Production. Hawaii International Conference Proceedings On System Sciences, Big Island, Hawaii.

Heaton, L. et Proulx, S. (2015). Paradoxical Empowerment : Immaterial Labor Translated in a Web of Affective Connections. The Information Society, 31, 28-35.

Jenkins, H. et al. (2009). Confronting the Challenges of Participatory Culture. Media Education for the 21st Century. Cambridge, MA: The MIT Press.

Leclercq-Vandelannoitte, A. et Isacc, H. (2013). Technologies de l’information, contrôle et panoptique : pour une approche deleuzienne. Systèmes d’information et Management, 18(2), 9-36.

Lecomte, R. (2009, 4 novembre 2011). Internet et la reconfiguration de l’espace public tunisien : le rôle de la diaspora. tic & société, 3(1-2), 199-229.

Mathieu, D. (2012). Opportunités et dynamique des programmes de science participative. La Lettre de l’OCIM, 144, 25-32.

McLuhan, M. et Fiore, Q. (1968). War and Peace in the Global Village. New York, NY : Bantam Books.

Millerand, F. et Heaton, L. (2014). Les sciences participatives : la résurgence de pratiques artisanales de production de connaissances ? Dans S. Proulx, J. L. Garcia, L. Heaton, (dir.), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel (p. 199-215), Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Millerand, F., Heaton, L. et Proulx, S. (2012). Émergence d’une communauté épistémique : création et partage du savoir botanique en réseau. Dans S. Proulx et A. Klein, (dir.), Connexions. Communication numérique et lien social (p. 253-268), Namur, Belgique : Presses universitaires de Namur.

Millerand, F., Proulx, S. et Rueff, J. (dir.) (2010). Web social. Mutation de la communication. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Morin, E. (1977). La Méthode 1. La Nature de la Nature. Paris, France : Seuil.

Morin, E. (2006). La Méthode 6. Éthique. Paris, France : Seuil.

Moulier Boutang, Y. (2007). Le capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation. Paris, France : Éditions Amsterdam.

O’Reilly, T. (2005). What is Web 2.0. Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software. Repéré à http://www.oreillynet.com/pub/a/oreilly/tim/news/2005/09/30/what-is-web-20.html

Proulx, S. (dir.) (1988). Vivre avec l’ordinateur : les usagers de la micro-informatique. Montréal, Québec : Éditions G. Vermette Inc.

Proulx, S. (1999). La pensée communicationnelle dans les années soixante-dix : critique des médias et émergence de nouvelles pratiques alternatives. Recherches en communication, (11), 67-79.

Proulx, S. (2011). La puissance d’agir d’une culture de la contribution face à l’emprise d’un capitalisme informationnel. Premières réflexions. Revue du MAUSS permanente. Repéré à http://www.journaldumauss.net/spip.php?article825

Proulx, S. (2014). Enjeux et paradoxes d’une économie de la contribution. Dans S. Proulx, J. L. Garcia et L. Heaton, (dir.), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel (p. 15-31). Québec, Québec : Presses de l’université du Québec.

Proulx, S. (2015, sous presse). Du mouvement social des Indignés à la puissance d’agir citoyenne dans un monde fortement connecté. Dans F. Daghmi (dir.), Médias et arts : formes contemporaines d’engagement sociopolitique. Rouen, France : Presses Universitaires de Rouen et du Havre.

Proulx, S., Heaton, L. Kwok, M. J. et Millette, M. (2011). Paradoxical Empowerment of Produsers in the Context of Informational Capitalism. New Review of Hypermedia and Multimedia, 17(1), 9-29.

Proulx, S., Garcia, J. L. et Heaton, L. (dir.) (2014). La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel. Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Rueff, J. (2014). La reconnaissance, au principe de la contribution en ligne. Dans S. Proulx, J. L. Garcia et L. Heaton, (dir.), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel (p. 143-156), Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Scholz, T. (dir.) (2013). Digital Labor. The Internet as Playground and Factory. New York, NY : Routledge.

Von Hippel, E. (2005). Democratizing Innovation. Cambridge, MA : The MIT Press.

Révélations d’Edward Snowden. (s.d.) Dans Wikipédia. Repéré le 3 décembre 2014 à http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9v%C3%A9lations_d%27Edward_Snowden

Haut de page

Notes

2 Pour une discussion plus fouillée de la problématique de l’empowerment en tant que capacité d’agir ou puissance d’agir au prisme des médias sociaux, voir Proulx (2015).

3 À ce sujet, voir la synthèse remarquable de Philippe Aigrain (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Proulx, « Usages participatifs des technologies et désir d’émancipation : une articulation fragile et paradoxale », Communiquer, 13 | 2015, 67-77.

Référence électronique

Serge Proulx, « Usages participatifs des technologies et désir d’émancipation : une articulation fragile et paradoxale », Communiquer [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1521 ; DOI : 10.4000/communiquer.1521

Haut de page

Auteur

Serge Proulx

Professeur titulaire, École des médias, Université du Québec à Montréal, Canada
Professeur associé, Télécom ParisTech
serge.proulx[@]telecom-paristech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org