Navigation – Plan du site

Recherches sur les technologies de l’information et de la communication et le développement

Researchs on Information and Communication Technologies and on Development
Alain Kiyindou
p. 55-65

Résumés

Le rapport entre technologie et développement met en jeu deux termes majeurs de notre discipline. D’abord, la technologie, qui est devenue le principal vecteur de la communication, et le développement, qui est un objectif partagé à la fois par des individus, des institutions, des sociétés et des nations. Mais au-delà de la technologie, c’est du numérique dont il s’agit. Ce rapport, s’il est de plus en plus questionné, a suscité des reflexions qui remontent au loin et qui sont liées à des technologies traditionnelles, voire classiques. Pour le chercheur en communication, plusieurs questions se posent : elles concernent les conditions optimales de son utilisation, les facteurs favorisant son adoption et les causes de résistance. Qu’est-ce qui fait qu’une technologie ou une application technologique connaisse un succès inattendu, alors que d’autres peinent à se faire adopter ? En quoi les technologies modifient-elles les pratiques en matière de développement ?

Haut de page

Texte intégral

1La question du rapport entre communication et développement a été au centre de nombreux travaux. Ces interrogations se renouvellent aujourd’hui au regard des mutations technologiques que connaissent aussi bien la société toute entière que le secteur de la communication. Il devient donc nécessaire de s’interroger sur l’évolution de la pensée sur ce qu’il est convenu d’appeler « la communication pour le développement ». Cette reflexion est d’autant pertinente que les mutations technologiques s’accompagnent d’un développement accru des échanges, révélant ainsi d’autres formes de pensée et des travaux jusque-là ignorées.

Épistémologie

2L’épistémologie est la théorie de la science. Elle examine la méthode spécifique des sciences (les processus les plus généraux de la connaissance, leur logique, leur fondement), évalue la portée du savoir qu’elle construit et en dégage le sens. C’est donc un « effort de pensée construite visant à élucider les ressorts de la pratique scientifique – puisqu’elle concerne la production, la circulation et le succès des théories » (Jeanneret, 2004, p. 7). « D’une certaine manière, l’activité scientifique pourrait être comparée à la pratique d’un sport. Un sportif doit observer les gestes qu’il accomplit et les analyser en détail s’il veut les perfectionner et obtenir de meilleures performances » (Kazancigil, 1984, p. 597). Ce qui s’impose aux sportifs concerne aussi, bien entendu, les chercheurs en sciences de l’information et de la communication qui, tout en s’interrogeant sur la scientificité de leur discipline ou la « disciplinarité » de leur science, veillent à la performance de leur démarche. Ils ont à étudier les tendances de leur science, à analyser son héritage et à interroger la recherche en information – communication dans son passé…

3Bernard Lamizet considère que

l’épistémologie des sciences de l’information et de la communication doit se donner, pour affronter son avenir, une position critique, fondée sur trois instances : la délimitation du champ des sciences de l’information et de la communication, l’élucidation des procédures de son évaluation, l’éclatement, enfin du concept de médiation, point de départ obligé pour une reformulation (Lamizet, 1990, p. 45).

4Selon Kwasi Konadu (2004), les questionnements de nature épistémologique auxquels tout système de production de savoir est confronté sont les suivants : Quelle est la nature de la réalité ? Quels sont les critères pour déterminer le vrai ? Quelles sont les relations entre le chercheur et les acteurs sociaux qui sont l’objet de son investigation ? À quelle connaissance est-il possible d’accéder ?

5Ces questions se posent également dans le domaine des technologies de l’information et de la communication et du développement. On peut notamment se poser la question à savoir : Quels sont les acquis des SIC en matière d’analyse et de compréhension des technologies de l’information et de la communication dans le cadre du développement ? Comment se donnent-ils à voir, dans quels mots, quelles images, quels schémas, quelles formes ? Quelle différence y a-t-il entre les pratiques de recherche dans le domaine des TIC et les autres pratiques professionnelles ? Quel pourrait être le cadre théorique approprié aux technologies de l’information et de la communication dans le cadre du développement ? Etc.

Rapport entre technologie et développement : un enjeu majeur en SIC

6Le rapport technologie et développement met en jeu deux termes majeurs de notre discipline. D’abord, la technologie, qui est devenue le principal vecteur de la communication, et le développement, qui est un objectif partagé à la fois par des individus, des institutions, des sociétés et des nations. Mais au-delà de la technologie, c’est du numérique dont il s’agit. Le numérique dont il est question ici dépasse la simple opposition technique avec l’analogique. C’est une vague de fond qui bouleverse les pratiques en matière de développement. C’est un écosystème dans lequel évoluent les différents acteurs du développement, ce qui suppose des relations entre les différentes entités, des coopérations, des exclusions, des dominations, des soumissions, des rébellions... Ce rapport, s’il est de plus en plus questionné, a suscité des reflexions qui remontent au loin et qui sont liées à des technologies traditionnelles, voire classiques. C’est d’ailleurs le cas en sciences de l’information et de la communication, où nous avons vu se développer des reflexions sur des phénomènes communicationnels, les pratiques et les moyens de communication et leur incidence sur le développement. La technologie n’est donc pas un amas de matériaux inertes, mais un écosystème où sévissent des logiques marchandes et humanistes et où se croisent des enjeux sociologiques, économiques et politiques. Pour le chercheur en communication, plusieurs questions se posent : elles concernent les conditions optimales de son utilisation, les facteurs favorisant son adoption ainsi que les causes de résistance. Qu’est-ce qui fait qu’une technologie ou une application technologique connaisse (c’est le cas de la radio et de la téléphonie mobile) un succès inattendu, alors que d’autres peinent à se faire adopter ? En quoi les technologies modifient-elles les pratiques en matière de développement ?

La recherche en SIC

7La recherche sur les technologies et le développement est à insérer dans un contexte de mutations globales. Elle suscite de multiples questions que les chercheurs, de par le monde et au-delà des sciences de l’information et de la communication, tentent de s’approprier. Les chercheurs en SIC s’interrogent notamment, et de plus en plus, sur les mutations des pratiques, l’évolution des métiers en lien avec les dernières applications des technologies de l’information et de la communication, l’influence de la technologie de la production des savoirs scientifiques et leur diffusion, etc., de même que sur leurs incidences sur les différents domaines du développement économique et social.

8La recherche constitue l’ensemble des travaux et des activités qui aspirent à la découverte de connaissances, de procédés ou d’objets nouveaux. La recherche en SIC est donc à appréhender comme une démarche rationnelle, organisée et rigoureuse pour étudier et comprendre les phénomènes liés à l’information et à la communication, c’est-à-dire à la construction, au traitement des données, à leur circulation, à leur compréhension, à leurs usages et aux conséquences qui peuvent en découler. Les technologies de l’information et de la communication y occupent une place importante, et ce, au-delà de leur intérêt comme objet d’étude. Il s’agit donc de les approcher dans leur complexité en prenant en compte les pratiques professionnelles, individuelles ou collectives, les modalités de réception, d’usage ou de non-usage et, surtout, leur inscription dans le processus de développement.

9L’un des derniers champs de recherche est celui des Digital Humanities, visant une réflexion sur les pratiques et sur le rapport des chercheurs aux technologies de l’information et de la communication. On sait, par exemple, que de nombreuses applications électroniques sont créées tous les ans pour accélérer le travail des chercheurs et que des réseaux sociaux professionnels réunissent les chercheurs animés par un intérêt scientifique commun. Delicious est de ceux-là, mais on peut s’arrêter également sur les conséquences de Zotero ou des logiciels de mind mapping (Mindjet, Mindomo, Freemind…) sur la structuration des idées, les façons de traiter la science, d’en parler et de la diffuser. Comment les scientifiques s’approprient-ils ces technologies dans le développement de leur science ? Quelles sont les nouvelles pratiques d’écriture-lecture des enseignants chercheurs dans un contexte numérique ? Quelles sont les nouvelles formes d’appropriation des contenus ? La transition vers le numérique a-t-elle développé les échanges et la coproduction des travaux scientifiques et pédagogiques entre chercheurs ? Pour les pays en développement apparaît une focalisation vers les usages pédagogiques du téléphone portable placé au centre de la communication pour le développement. Cela pose, bien entendu, la question de la mise en relation avec les autres chercheurs du même champ scientifique, de la collecte des données, de leur traitement ainsi que de leur diffusion. Ben Romdhane, Mkadmi et Hachicha (2008) soutiennent l’idée selon laquelle l’appartenance disciplinaire a une incidence sur les pratiques technologiques, et ils ajoutent que les types de lecture varient en fonction des besoins, la lecture en profondeur s’alternant avec des lectures fragmentées. En tout les cas, comme l’affirme Juan-José Igartua (2012), l’émergence de nouvelles techniques constitue non seulement une avancée technique, mais affecte de manière substantielle le développement de la communication en tant que discipline. Les théories de la communication devraient, selon lui, utiliser davantage les nouvelles techniques d’analyse de données et renouveler leurs connaissances sur des questions telles que l’analyse des processus de causalité. Il est aussi question d’e-science, ou de science participative, dans la mesure où les technologies de l’information et de la communication permettent d’associer des communautés entières à la réflexion scientifique, avec, bien entendu, de nouvelles positions sociales. La démarche, les interrogations et les expériences sont ainsi partagées et discutées par le plus grand nombre.

La très faible implication des acteurs concernés

10La production scientifique en SIC est riche, toutefois, de nombreuses questions restent à poser. Les SIC, qui revendiquent la prise en compte du social dans l’information et la communication, n’ont pas suffisamment associé, dans le cadre du développement, des professionnels à leurs réflexions (Perriault, 2008). Paulo Freire a pourtant insisté sur l’importance de la participation dans la définition et la réalisation des projets. Au-delà des professionnels, on pourrait se poser la question de la place des chercheurs des pays en développement en sciences de l’information et de la communication. De nombreux acteurs sont à l’œuvre dans le domaine du développement social et économique, et leur mobilisation permettrait d’éclairer un peu plus les questions que l’on se pose et peut être de mieux appréhender la complexité du terrain. Là encore, le contexte culturel mais aussi économique et politique joue un rôle particulier.

11Si les questions de développement économique et social ont un écho prononcé dans les pays du Sud, les fondements théoriques de la discipline laissent pourtant peu de place aux acteurs des territoires de « scientificité émergente », même si ce terme peut prêter à discussion. L’approche comparative y est peu présente, alors que la question posée, notamment celle du développement, se prête aisément aux rapprochements et aux recoupements avec d’autres espaces. La question n’est pas celle de l’absence d’ouverture, mais celle de références prépondérantes, dominantes, souvent issues des mêmes aires culturelles, en éclipsant d’autres. On pourrait, dans certains cas, détecter une sorte d’arrogance scientifique à l’opposé de la tolérance scientifique. Cela est d’autant important que les productions scientifiques du « reste du monde » ne cessent de croître, à commencer par la Chine, l’Inde et l’Afrique du Sud.

Des questionnements en lien avec les préoccupations internationales

12Le questionnement, sans fin, suggéré ici, rejoint la préoccupation du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) qui, dans son point C10 du Plan d’action, invite « les parties prenantes à poursuivre les recherches sur la dimension éthique des technologies de l’information et de la communication » (SMSI, 2003b, p. 10). En effet, les bouleversements liés à l’usage des TIC sont tels qu’on ne saurait poser un cadre, des balises qui indiqueraient les zones rouges, c’est-à-dire celles qu’il convient d’éviter. Ces balises existent dans le domaine de la médecine, de la génétique, avec tous les débats sur l’euthanasie et les organismes génétiquement modifiés (OGM). Dans le domaine des TIC, on s’interroge sur la vidéosurveillance, le double numérique, l’usage des puces RFID (radio frequency identification)… Or la question devient encore plus cruciale quand il s’agit d’associer les TIC au processus de changement social et économique. Concernant le social, les TIC sont souvent plébicitées pour leur faculté à tisser du lien social. Pourtant, nos différentes enquêtes en Afrique (Bénin, Togo, Congo…) révèlent des situations où les outils technologiques apparaissent comme des « démédiateurs », notamment parce qu’ils ne permettent pas d’assurer la confiance indispensable entre les différents acteurs. De plus, la fracture numérique est un concept discuté ; pourtant, la réalité d’une inégalité dans les usages et dans l’accès reste. Quand on parle d’inégalité, il ne s’agit pas d’égalitarisme, mais de justice sociale. En effet, derrière l’idée de fracture numérique apparaît l’idée d’une société plus juste, que l’on pourrait percevoir comme une utopie, dans la mesure où il y aura toujours des injustices. Mais cette utopie est aussi celle du SMSI dont l’objectif a été

[d’]édifier une société de l’information dans laquelle chacun [a] la possibilité de créer, d’obtenir, d’utiliser et de partager l’information et le savoir, mais également une société dans laquelle les individus, les communautés et les peuples [peuvent] ainsi mettre en œuvre toutes leurs potentialités en favorisant leur développement durable et en améliorant leur qualité de vie (SMSI, 2003a, p. 1).

13Finalement, le questionnement rejoint les domaines de la du genre, de la liberté d’expression et donc de la démocratie (Kiyindou, 2009).

Quelques précautions

14Les études sur les technologies de l’information et de la communication dans le contexte du développement exigent la prise en compte d’un certain nombre de précautions. Oumar Kane (2012) évoque notamment le danger de la généralisation, de la standardisation liée à une sorte d’aliénation culturelle et de l’éloignement du chercheur par rapport à son terrain d’étude. Il faut, en effet, rester attentif à l’approche globalisante qui amène à parler d’Afrique, par exemple, au lieu d’une localisation territoriale précise. Une trop grande importance est souvent accordée à l’homogénéité de ce continent, voire des pays en développement en général, écartant de ce fait l’éventualité d’une quelconque influence extérieure. Or les technologies de l’information et de la communication sont par excellence des outils d’ouverture au monde et on ne peut les traiter sans tenir compte de cette donne. En effet, l’Afrique donne à voir des nouvelles pratiques, mais aussi un rapport à l’objet enrichissant pour notre discipline. C’est d’ailleurs le lieu de parler de réinvention, de bricolage, d’hybridation, mais c’est aussi le lieu où la domination des industries culturelles prend une allure assez particulière. Le téléphone bouleverse le système social et l’écran du téléphone mobile est à la fois un paravent, un instrument de contrôle et une fênetre ouverte sur le monde. La notion de spatialisation, accolée aux écrans, nous plonge dans une nouvelle dimension, celle de la géolocalisation qui offre de nombreuses possibilités aux professionnels de l’information et de la communication. Le téléphone accentue le désir de branchement permanent entre les humains et est une manière de se rassurer face à la solitude. Mais l’écran distance parfois les liens. On pourrait d’ailleurs ajouter l’idée de particularisation chère à Arun Agrawal (2002). En effet, dans la recherche des savoirs endogènes, par exemple, les agents de développement s’intéressent surtout à des savoirs généralisés : c’est la capacité à être généralisée qui détermine la valeur de l’information. L’idée sous-jacente est qu’un élément particulier de savoir endogène n’est réellement utile au développement que s’il est susceptible de généralisation. S’il ne convient que pour un seul contexte particulier, nous ne nous y intéressons pas et c’est l’utilité supposée d’un savoir qui commande sa diffusion. En outre, la première exigence des agents envoyés sur le terrain pour recueillir les données est que le savoir utile soit séparé des autres connaissances, des pratiques du milieu, du contexte et des croyances culturelles. Cette opération de séparation, précise Agrawal, se nomme « particularisation ». Elle ne tient pas compte de l’importance du contexte dans lequel sont produits ces savoirs et donne l’impression que toutes les pratiques sont généralisables, alors qu’il s’agit avant tout de réactions à un environnement donné. Or le savoir est une richesse indissociable des croyances et des valeurs. Une fois particularisé, le savoir identifié doit être testé et validé à l’aide des critères qui sont appropriés aux yeux de la science, ou du moins formatés pour une meilleure lisibilité scientifique. Le savoir autochtone remanié à l’image de la science perd toute sa substance au point qu’il n’existe plus par lui-même, puisqu’on ne le reconnaît qu’en se basant sur des critères exogènes (Boni, 2003).

  • 3 Le savoir explicite est la connaissance codifiée, transmissible en un langage formel et systématiqu (...)

15La logique de validation a pour corollaire l’abstraction, une logique qui obéit en général au souci de fournir une information lisible, mais cette lisibilité se fait à partir d’un traitement opéré avec un regard souvent différent de celui des détenteurs de ces savoirs. En effet, pour que l’information ait toute son efficacité, nous ne devons retenir que les pratiques les plus importantes, afin de ne pas lasser les lecteurs avec des informations « inutiles » et ainsi obtenir le maximum d’effet. La conséquence en est que les savoirs consignés dans la plupart de ces bases sont tous des savoirs explicites3. Cette abstraction peut être source de conflits si elle n’est pas réalisée avec finesse. Mais pourquoi estimons-nous que les savoirs explicites sont plus crédibles que les savoirs implicites ? Cette interrogation peut d’ailleurs être étendue à la relation écrit-oral.

16L’aliénation culturelle, l’occidentalisation du regard s’observe en termes de « dépendance conceptuelle » (construite sur le modèle de « dépendance économique » qui caractérise la soumission des pays en développement aux intérêts des puissances économiques étrangères). Il est d’ailleurs apparu, dans une de nos études précédentes (Kiyindou, 2011), qu’en matière de coopération entre chercheurs, les TIC favorisaient davantage les collaborations éloignées au détriment de la coopération transfrontalière, voire sud-sud, allant parfois jusqu’à reproduire les schémas coloniaux. Les chercheurs des pays en développement adoptent les problématiques promues au Nord, dans les équipes de recherche ou dans les institutions internationales. On assiste donc à une transposition de cadres théoriques occidentalo-centrés (Zeleza, 1997), qui a pour corrolaire la reconduction d’une forme de valorisation de la supériorité universitaire occidentale dans le champ de la recherche portant sur ces espaces. La question de l’éloignement se pose dans la mesure où une bonne partie des chercheurs « produisants » des pays en développement se trouvent dans les grandes universités européennes et nord-américaines. Éloignés des réalités qu’ils observent, ils font appel à une approche souvent en décalage avec celle des populations concernées. En revisitant les travaux de Mudimbe (1973, 1989), on peut retenir l’idée d’une pluralité de schèmes d’intelligibilité dans l’étude des réalités sociales. La question fondamentale qui se pose ici est donc celle de la décolonisation et de la refondation des sciences de l’information et de la communication ; autrement dit, « comment sortir de la bibliothèque coloniale » pour établir un corpus analytique qui participe au réarmement des pays en développement ? Cela dit, ce travail de déconstruction n’a de sens que s’il est accompagné d’un travail de reconstruction d’un foyer épistémologique qui, au-delà de l’éclairage, ouvre des perspectives dans la dialectique de résolution des problèmes pour les citoyens africains. Il s’agit donc, pour les spécialistes du développement, de « prendre la parole et [de] produire différemment » (Mudimbe, 1973, p. 35). La question de l’intégration des savoirs autres posée ici est éminemment épistémologique. Il s’agit de négocier un nouvel ordre, de nouveaux cadres de références, mais aussi de s’interroger sur les apports des chercheurs des pays à scientificité émergente.

Nécessité d’une formation

17Les travaux sur le rapport entre technologies de l’information et de communication sont nombreux. Ils mettent en scène la radio, la vidéo, la télévision, l’ordinateur, le cinéma, les centres multimédias et la téléphonie mobile ; toutefois, on ne peut s’empêcher de constater une faiblesse des travaux de nature épistémologique et méthodologique. C’est là qu’apparaît la nécessité d’une formation adaptée et de la multiplication des espaces de réflexion et d’échange. Par ailleurs, puisque les technologies, comme le développement sont des objets transversaux, il convient de les penser dans leur complexité. Ainsi, les sciences de l’information et de la communication doivent affirmer leur spécificité et confirmer leur disciplinarité.

18En effet, pour aborder la question du développement social et économique, nombreux sont ceux qui puisent, tant sur un plan méthodologique que théorique, dans d’autres disciplines, entre autres par le recours à l’ethnométhodologie, aux analyses quantitatives ou encore à l’analyse conversationnelle. En quoi ces recours s’avèrent-ils pertinents pour répondre à nos nouvelles problématiques ? Permettent-ils de faire évoluer nos concepts ? Leur importation est-elle véritablement nécessaire pour la discipline, et participent-ils de la construction d’un vocabulaire commun avec d’autres disciplines, aux lisières de la nôtre ?

19En tous les cas, ces disciplines entretiennent avec les sciences de l’information et de la communication un rapport de complémentarité, de synergie, de concurrence, voire de tensions, rapport sujet à des évolutions.

20La notion de formation consiste à donner les connaissances sur un sujet ou un secteur donné et, en l’occurrence, sur les méthodes de la discipline, ses frontières... Pour le cas des technologies, il s’agit, en plus des connaissances sur les dispositifs technologiques, de savoir approcher les « mondes en développement », c’est-à-dire leur contexte et les acteurs qui y évoluent. Cependant, la formation concerne aussi la prise en compte de la variété d’approches et d’objets qui proposent un point de vue spécifique sur la nature et la signification des formes de la communication humaine, médiées ou non par des dispositifs techniques. Toutefois, la formation implique la disciplinarité, c’est-à-dire le cadrage et le respect d’un certain nombre de normes.

Repenser les frontières de la discipline

21Carlos González Domínguez définit la discipline « comme un ensemble de paradigmes, théories, méthodes et techniques, issus de l’analyse d’un objet d’étude spécifique » (2010, p. 205). Chaque discipline, explique Anne-Marie Laulan, « au fil du temps, façonne l’édifice de sa légitimité, trace soigneusement les frontières » (2004, p. 119). Fixer une frontière, c’est, comme le souligne Jean-François Tétu, « articuler une proximité et une séparation, ce pourquoi la frontière renvoie à l’espace propre d’une communauté » (1992, p. 115). Les sciences de l’information et de la communication ont toujours, comme d’autres disciplines d’ailleurs, tenté de redéfinir leurs frontières qui, chaque fois, se modifient, suivant des logiques qui souvent leur échappent. La multiplication des nouveaux objets (techniques) et la prise en compte des questions développementalistes ont profondément modifié et étendu le paysage des objets scientifiques sur lesquels travaillent aujourd’hui les chercheurs. Si nos « cœurs de métier » restent aisément identifiables, les lisières de la discipline sont en effervescence et revisitent nombre de concepts avec ces pratiques émergentes . Que deviennent, ainsi, les concepts d’espace public, de médiation, de publicisation, d’interaction, de média, d’acteur, d’auteur, de genre ? Comment approcher la notion de développement aujourd’hui ? Que devient la communication pour le développement à l’ère des réseaux sociaux ?

22Les études des technologies et du développement révèlent des habitus, c’est-à-dire des grilles de comportement, des manières de penser, de publier. Sans aller jusqu’à parler de conditionnement, ces habitus sont le résultat des formations et des cadres de référence. Ces cadres sont des sortes de principes organisateurs qui structurent la pensée, orientent les recherches et permettent aux chercheurs de donner du sens à ce qu’ils font. Ces cadres sont soumis à des mises en scène et des fabrications. Il peut donc y avoir des ratages de cadrage et des recadrages. Le ratage de cadrage advient lorsque la conscience du chercheur est assujettie à une fausse croyance en une maîtrise des situations, que ce soit par imposture ou par illusion (erreur de cadrage). Un ratage n’est toutefois pas une fatalité, puisqu’il peut y avoir recadrage. Il s’agit, pour les protagonistes, de partager la conscience de ce qui est en train de se passer, ce qui suppose que les mises en scène et les éventuelles fabrications soient acceptées. Une fois l’ordre négocié, les comportements ont tendance à être mécaniques : chacun agit en fonction des critères sur lesquels il se sent jugé, chacun règle logiquement ses choix de manière à optimiser les jugements dont il se sent l’objet.

Œuvrer pour la lisibilité

23Les spécialistes des technologies de l’information et de la communication et du développement participent à la définition de nouveaux objets de recherche et apportent un éclairage complémentaire sur l’analyse des situations de communication. Ils invitent, par exemple, à aller chercher, au-delà des logiques d’acteurs, dans les plis des médiations, l’ancrage social des agencements techniques, et ils déploient des méthodologies d’analyse de construction du sens. Pourtant, leurs travaux sont très peu valorisés dans les colloques internationaux et les revues scientifiques. C’est d’ailleurs à ce manque que veut remédier la toute nouvelle revue en ligne Technologies, communication et développement (http://www.comtecdev.com), qui, dans son éditorial, annonce vouloir rendre visible ce champ de recherche.

24L’évolution d’un domaine de recherche révèle inévitablement des lignes de parcours, des centralités, ainsi que des décentrations ; pourtant, toute tentative de délimitation est contraire à la notion même de développement ou d’évolution. Or la communication pour le développement est un domaine en perpétuelle reconstruction. Parler des contours de la communication pour le développement suppose de ce fait de prendre position au risque de subjectivisme. Loin de chercher à mettre en évidence la diversité du domaine, l’exercice auquel nous nous livrons consiste à unifier et à renforcer la lisibilité. Cette lisibilité devrait passer par une catégorisation claire et simple, malgré la complexité du champ thématique. En effet, vouloir dessiner un schéma représentant l’étendue réelle de la recherche en communication pour le développement, voire en technologies et en développement, serait peu productif et renforcerait l’illisibilité ambiante.

S’ouvrir à la recherche internationale

25La recherche est l’une des activités de production qui ont été mondialisées le plus tôt (communautés et projets scientifiques internationaux, développement d’un marché du travail international des chercheurs, mobilité accrue...). Son internationalisation tend à l’articuler aux phénomènes plus généraux de globalisation des échanges. Au-delà de la mobilité des chercheurs, elle intègre aussi les transferts des savoirs, la volonté de créer des centres de recherche à l’échelle mondiale ou de traiter des thématiques relevant de la sphère internationale. La compétition liée aux modalités de financement ou au besoin de prestige amène les chercheurs à se positionner au-delà de l’ancrage national. Le classement par pays de Scimago (UNESCO, 2010) relève le « séisme » en cours dans la science mondiale. La Chine, presque invisible en 1980, arrive en deuxième voire en première position aujourd’hui. Le nombre d’articles scientifiques chinois a été multiplié par 64 au cours des 30 dernières années (Moore, 2013). Dans quelques années, il y aura plus de chercheurs dans les laboratoires chinois qu’aux États-Unis, prédit le rapport de l’Unesco (UNESCO, 2010). Ce rapport, bien que portant sur la science en général, nous incite à penser les SIC dans un cadre ouvert au gré des évolutions. La discipline est donc à nourrir avec les apports multiples et toujours enrichissants des chercheurs du reste du monde. Bien entendu, son développement impose des limites, des frontières, mais nous ne pouvons envisager un territoire des SIC sans que des ponts ne soient aménagés vers les « nouveaux territoires de la science », et nous devons profiter de cette effervescence planétaire, qui peut se traduire, en matière de recherche, par de nouveaux terrains et donc davantage de comparaisons, puis par la prise en compte d’autres formes de rationalités et donc une redéfinition de concepts fondamentaux. La notion de développement s’est par exemple élargie, considérant qu’il n’y a pas un seul type de développement.

Fonctions de la recherche en SIC

26La recherche en sciences de l’information et de la communication a pour fonction première la formulation de questions nouvelles et la production de nouveaux savoirs ; elle contribue à créer ou à baliser l’avenir et à apporter des réponses scientifiques aux questions actuelles. Les SIC jouent donc un rôle politique, et on pourrait d’ailleurs aller jusqu’à affirmer que tout chercheur en SIC est engagé, qu’il le veuille ou non. Cet engagement est encore plus grand quand on travaille sur les questions de développement, puisqu’il s’agit de penser la science en lien avec des préoccupations humanistes. Les recherches sur les technologies et le développement sont à approcher dans leur rapport au territoire, leur inscription dans les enjeux mondiaux et notamment dans le contexte de l’internationalisation des échanges. Cela n’entache en rien leur neutralité axiologique. Pour les chercheurs engagés dans ce domaine, il n’est pas question de faire la science par curiosité naturelle, mais pour mieux comprendre son environnement et l’adapter aux besoins de développement. Cela consiste à « faire en sorte que les sciences de l’information et de la communication soient un lieu stratégique depuis lequel on va penser la société, ce qui implique que le spécialiste en communication assume un rôle intellectuel » (Martín-Barbero, 2004, p. 164). Cette posture est bien entendu effective et quasiment acceptée, voire souhaitée, aussi bien par l’opinion publique que les décideurs politiques. La référence constante à « la communication » ou à la « société de l’information », dans les discours publics comme dans la communauté internationale, atteste la position stratégique des sciences de l’information et de la communication dans les problématiques scientifiques, technologiques, économiques, sociales et politiques.

Conclusion

27L’avenir de la science, des métiers et des formations en SIC est directement conditionné par la capacité de la discipline à s’adapter aux évolutions de son environnement économique, social, scientifique, technologique et politique, à prendre part au débat public international et à apporter un éclairage aux questions qui constituent aujourd’hui un enjeu majeur. La question des technologies et du développement devrait donc être au centre de sa publication, puisqu’elle concerne le bien-être de la plus grande partie de l’humanité. Que peuvent apporter les SIC dans la compréhension des problématiques liées au développement individuel, collectif, local, national et international ? Qu’apportent-elles en ce qui a trait à la compréhension des évolutions technologiques et aux usages des nouvelles applications liées à la nanotechnologie, au RFID ? Quel regard portent-elles sur les crises successives (sanitaires, écologiques…) qui deviennent d’ailleurs de plus en plus mondialisées ? Autant de questions à graver sur le tableau de bord des chercheurs en SIC. Mais pour répondre à ces questions, les chercheurs ne peuvent se contenter de rester sur un terrain réduit et de s’appuyer sur des approches théoriques peu diversifiées. En effet, comme toute science, les sciences de l’information et de la communication sont une création culturelle et, de ce fait, elles véhiculent toutes les grandeurs et les myopies des créateurs. Elles sont un produit de l’histoire des humains et restent liées à cette histoire. L’élargissement de la palette des références passe par une recherche et une mise en valeur des spécialistes jusque-là méconnus qui, pourtant, ont une approche originale et un angle de vue pertinent.

28C’est à ce travail de veille que se livre tout chercheur avisé. Le penser et le dire n’est en rien faire du prosélytisme ni vouloir orienter les débats vers des préoccupations personnelles. Plutôt, cela revient à suivre, tout simplement, le chemin du bon sens, celui qui recommande à chacun des chercheurs comme à tout être vivant de s’adapter le mieux possible à son environnement. Pour le chercheur plus que pour tout autre acteur social, il s’agit de détecter les signaux faibles tout en gardant les yeux rivés sur les signaux forts, de penser les SIC comme des mosaïques, c’est-à-dire comme un enrichissement mutuel. Bien entendu, les différences subsisteront, mais la diversité qui est la richesse des SIC demeurera.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal, A. (2002). Classification des savoirs autochtones : la dimension politique. Revue internationale de sociologie, (173), 321-324.

Ben Romdhane, M., Mkadmi, A. et Hachicha, S. (2008). Nouveaux modes de lecture-écriture des enseignants-chercheurs tunisiens dans l’environnement numérique. Dans É. Broudoux et G. Chartron (dir.), Traitement et pratiques documentaires : vers un changement de paradigme ?, (p. 391-410), Paris, France : ADBS.

Boni, T. (2003). La citoyenneté à l’épreuve de l’économie et du politique. Dans A. Kouvouama (dir.), Modernités transversales : citoyenneté, politique et religion (p. 11-35). Paris, France : Paari.

Freire, P. (1974). Pédagogie des opprimés. Paris, France : Éditions Maspero.

González Domínguez, C. (2010). Las ciencias de la información y de la comunicación : ¿una particularidad disciplinaria ?. Ciencia ergo sum, 17(2), 205-213.

Igartua, J. (2012). Tendencias actuales en los estudios cuantitativos en comunicación. Comunicación y sociedad Nueva Época, (17), 15-40.

Jeanneret, Y. (2004). Introduction. Études et communication, (27), 7.

Kane, O. (2012). Épistémologie de la recherche qualitative en terrains africains : considérations liminaires. Recherches qualitatives, 31(1), 152-173.

Kazancigil, A. (1984). Éditorial. Revue internationale des sciences sociales, (102), 597-598.

Kiyindou, A. (2011). Réseaux sociaux et pratiques solidaires. Hermès, (59), 117-123.

Kiyindou, A. (dir.) (2009). Fracture numérique et justice sociale. Les cahiers du numérique, 5(1).

Konadu, K. (2004). The Cultural Identity of Africa and the Global Tasks of Africana Studies. African Studies Quarterly, 7(4), 33-40.

Lamizet, B. (1990, juin). La médiation éclatée : l’avenir épistémologique des sciences de l’information et de la communication. Communication présentée au Congrès de la SFSIC, Aix en Provence, France.

Laulan, A-M. (2004). De l’utopie des querelles frontalières. Hermès, (38), 118-120.

Martín-Barbero, J. (2004). Sciences de la communication : champ universitaire, projet intellectuel, éthique. Hermès, 1(38), 163-169.

Moore, M. (30 juin 2013). China to lead word scientific research to 2020. The Telegraph. Repréré à http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/asia/china/7075698/China-to-lead-world-scientific-research-by-2020.html

Mudimbe, V-Y. (1973). Dans l’autre face du royaume, une introduction à la critique des langages en folie. Lausanne, Suisse : L’âge d’homme.

Mudimbe, V-Y. (1989). L’odeur du père. Essai sur les limites de la science et de la vie en Afrique noire. Paris, France : Présence Africaine.

Perriault, J. (2008, juin). Réflexions à propos d’un colloque. Communication présentée au Congrès de la SFSIC, Compiègne, France.

SMSI. (2003a). Déclaration de principes (P.1). Genève, Suisse : SMSI.

SMSI. (2003b). Plan d’action. Genève, Suisse : SMSI.

UNESCO. (2010). Rapport de l’Unesco sur la science 2010 : l’état actuel de la science dans le monde. Paris, France: Unesco, 2010.

Zeleza, P. (1997). Manufacturing African Studies and Crises. Dakar, Sénégal : Codesria.

Haut de page

Notes

3 Le savoir explicite est la connaissance codifiée, transmissible en un langage formel et systématique, alors que le savoir tacite est celui enraciné dans l’action, dans les routines, dans un contexte spécifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Kiyindou, « Recherches sur les technologies de l’information et de la communication et le développement », Communiquer, 13 | 2015, 55-65.

Référence électronique

Alain Kiyindou, « Recherches sur les technologies de l’information et de la communication et le développement », Communiquer [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1512 ; DOI : 10.4000/communiquer.1512

Haut de page

Auteur

Alain Kiyindou

Professeur, Université de Bordeaux 3, France
Titulaire de la Chaire Unesco Pratiques émergentes en technologies et communication pour le développement
akiyindou[@]masha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org