Navigation – Plan du site

La « révolution numérique » : une révolution technicienne entre liberté et contrôle

The “Digital Revolution”: A Technician Revolution in Between Freedom and Control
André Vitalis
p. 44-54

Résumés

La « révolution numérique » appréhendée à partir de la pensée de Jacques Ellul est une révolution technicienne aux effets contrastés qui a ouvert de nouveaux espaces de liberté au prix d’un contrôle accru sur l’individu. Elle ne saurait constituer le soubassement d’une révolution politique libératrice comme elle est considérée dans les théories des multitudes, du capitalisme cognitif ou de l’ère post-médiatique. Pour réaliser la véritable révolution dont le 21e siècle a besoin, on doit fixer des buts et des limites aux techniques numériques en privilégiant celles qui favorisent l’autonomie et la maîtrise humaines.

Haut de page

Texte intégral

1Qualifier la « révolution numérique » de révolution technicienne, c’est signaler d’entrée de jeu l’inspiration ellulienne de mon propos. Jacques Ellul, on le sait, a beaucoup écrit à la fois sur la technique et sur la révolution. Il n’a pas connu Internet, mais s’est toujours intéressé à l’informatique en en faisant, au fur et à mesure de son évolution, des évaluations différentes. Au début des années 1950 dans La technique ou l’enjeu du siècle, il la présente comme une « technique au second degré » promise à un bel avenir ; en 1977, dans Le système technicien, elle constitue le liant qui va faciliter l’intégration des différents sous-ensembles ; dans Changer de révolution, en 1982, grâce à l’apparition du micro-ordinateur, elle est susceptible d’être mise au service d’un projet révolutionnaire ; enfin, dans Le bluff technologique, publié en 1988, son importance est révisée à la baisse dans la mesure où elle n’a pas aidé le système à se réformer. Au début de cet ouvrage, Ellul nous confie qu’il a commencé, dix ans plus tôt, la rédaction d’un livre sur l’impact de l’informatique sur la société, mais que, devant la rapidité de l’évolution technique, il a renoncé à son projet et abandonné les deux cents pages déjà rédigées : « Je n’arrivais pas, écrit-il, à maîtriser la matière à traiter. Elle fuyait entre mes doigts sitôt que je pensais avoir compris » (Ellul, 1988, p. 11). On ne peut que retenir cette belle leçon de modestie et d’ouverture de la part d’un penseur mondialement connu pour ses analyses de la technique.

2La « révolution numérique », cette mise en réseau et en données que nous sommes en train de vivre avec Internet, nous n’en connaissons ni tous les prolongements ni toutes les conséquences. Comme avant elle la révolution de l’écrit ou celle de l’imprimé (Goody 1978 ; Eisenstein 1991), cette révolution nous transforme beaucoup plus que nous ne pouvons la transformer. C’est une révolution technicienne où l’amélioration des moyens précède très largement les avantages et les inconvénients que cette amélioration peut apporter. On constate aujourd’hui qu’elle a ouvert de nouveaux espaces de liberté, mais cela au prix d’un contrôle accru sur l’individu.

3On peut et on doit donner une plus grande rigueur sémantique au mot révolution, qui, au sens fort, suppose toujours une intentionnalité et la réalisation d’un changement social en profondeur. Par rapport à cette perspective d’un changement radical, la révolution numérique est appréhendée de différentes manières. Après avoir fait mention d’une conception optimiste qu’Ellul a toujours critiquée, il s’agira de montrer que sa contribution à un véritable projet révolutionnaire ne va pas de soi.

Une révolution technicienne ambivalente qui ouvre de nouveaux espaces de liberté au prix d’un contrôle accru de l’individu

4La « révolution numérique », c’est à la fois du prévisible et de l’inattendu. Née du croisement d’une logique libérale avec une logique libertaire, elle offre de nouvelles possibilités d’expression qui ne doivent pas faire oublier d’autres aspects moins positifs.

5Cette révolution du numérique prolonge une société industrielle en crise en préservant ses chances de croissance. Au début des années 1970, des sociologues et des économistes annoncent l’avènement d’une société post-industrielle, où les technologies de l’information auraient une place centrale. Des rapports officiels, comme le rapport japonais Jacudi de 1972, montrent qu’une société de l’information peut constituer une alternative à une société industrielle jugée trop polluante. En 1978, le rapport Nora/Minc, en France, plaide dans le même sens et, dix ans plus tard aux États-Unis, un rapport du MIT (Massachusetts Institute of Technology) recommande à l’État fédéral d’investir massivement dans les industries électroniques pour conserver au pays sa suprématie sur l’économie mondiale. En 1993, l’annonce par le gouvernement américain de la construction d’autoroutes de l’information et, deux ans plus tard, celle par le G7 de la construction d’une société mondiale de l’information nous font véritablement entrer dans l’ère numérique.

6Tous ces projets sont marqués par une forte empreinte libérale. Ce sont les entreprises privées qui se voient reconnaître le rôle principal dans l’édification de cette société de l’information avec une intervention minimale des États. L’empreinte libérale se retrouve aussi dans la priorité donnée à la croissance des moyens, sans qu’aient été définis au préalable les buts ou les réformes souhaitables que ces moyens devaient servir. Comme le remarque Jean-Claude Michéa dans son livre L’empire du moindre mal (2007), la pensée libérale s’est toujours montrée pessimiste sur les capacités des hommes à édifier une bonne société. Elle préfère les voir suivre leurs intérêts personnels régulés par la main invisible du marché et agir sur le monde avec les armes de la science et de la technique. En l’absence de définition de finalités, les nouvelles techniques et les réseaux d’information sont considérés comme bons et utiles en eux-mêmes, et l’on se retrouve ici avec une ampleur décuplée, le discours enchanté qui depuis le télégraphe a toujours accompagné l’innovation dans la communication. Comme par un effet magique, ces nouvelles techniques vont permettre de travailler avec plus d’efficacité, de mieux participer à la vie démocratique, de mieux diffuser la connaissance et, de manière générale, d’apporter une solution à tous les problèmes sociaux (Breton,1992).

7Vingt ans plus tard, toutes ces promesses sont loin d’avoir été tenues. Toutefois, on peut juger que les options prises avaient une réelle pertinence économique. La mise en place d’une infrastructure mondiale d’information a assuré un développement des échanges et permis aux entreprises américaines de conforter leur suprématie. Après le règne de la machine, avec IBM, puis celui du logiciel, avec Microsoft, ce sont les données, avec Google et Facebook, qui dominent aujourd’hui le monde numérique.

8La « révolution numérique » a ouvert de nouveaux espaces de liberté grâce aux fonctionnalités des nouveaux outils qu’elle propose, mais aussi, et surtout, grâce au caractère démocratique d’Internet. Ce réseau universel est un espace de communication mondial mis à la portée de tous. Constitué d’un nombre indéterminé et potentiellement illimité de points interconnectés, il offre un mode de communication déterritorialisé et sans point central de contrôle.

9Ce caractère démocratique du réseau qui, en 2014, comptait 3 milliards d’utilisateurs, nous le devons à une conjonction surprenante, et qui aurait pu ne pas se produire, entre des institutions financées par des fonds publics et l’activité autonome de chercheurs et de passionnés d’informatique souvent influencés par les milieux américains de la contre-culture (Halpin, 2009). Internet a été construit au départ pour pouvoir résister à une attaque militaire, puis il a été mis au service de la communauté scientifique. C’est grâce à la contribution de scientifiques indépendants et de hackers dont le mot d’ordre était « le Web à tous, à tout et en tout lieu » que, au début des années 1990, le réseau a été mis à la disposition du plus grand nombre. Ces contributeurs partageaient une culture commune de la solidarité et de l’entraide qui se retrouve dans leur œuvre. Pour eux, la priorité devait être donnée à l’intérêt collectif et à la gratuité avant toute autre considération.

10Des entreprises sensibles à l’intérêt du réseau comme source de profit se sont très vite manifestées, mais, malgré leur place toujours plus importante, elles n’ont pu remettre fondamentalement en cause ces options de départ. Ce sont ces choix de l’ouverture, de l’universalité et de la gratuité qui, au-delà de la puissance d’un outil numérique interactif, ont permis à un nombre toujours croissant d’individus d’accéder à des stocks énormes d’informations, de communiquer entre eux dans des forums et de pouvoir s’exprimer dans l’espace public. Depuis 2003, le Web participatif n’a fait que multiplier ces possibilités avec les blogues, les wikis et les réseaux communautaires. Le monde de l’information en a été transformé. J’ai étudié en détail un cas exemplaire de cette transformation au moment de la marée noire de l’Erika, à la fin de 1999, alors que la France comptait 6 millions d’internautes et que le premier site collaboratif venait d’apparaître (Vitalis, 2005). L’information diffusée sur Internet dans ces moments de crise a mis en cause l’information délivrée par le gouvernement, les experts et les médias en se révélant souvent plus fiable. De nouveaux acteurs informationnels que l’on n’avait pas invités sont brutalement apparus sur la scène publique en brisant le monopole de la parole gouvernementale et médiatique.

11La « révolution numérique » est ambivalente, car les libertés nouvelles qu’elle permet vont de pair avec un accroissement du contrôle social. Le double caché de la société de l’information est la société de contrôle. Internet facilite la participation, mais c’est en même temps un système qui dépossède les internautes de leurs données.

12Tout support numérique (réseau de télécommunication, mais aussi cartes bancaires ou téléphones portables) comporte une caractéristique fondamentale : il garde trace des différentes transactions effectuées, que cela concerne les traces du passage dans tel lieu et à telle heure, les traces de l’accès à tel service ou à telle banque de données. Ces traces ne sont pas immédiatement perceptibles pour l’utilisateur, qui ignore le plus souvent leur captation, leur stockage et leur traitement. Cette production automatique et invisible d’informations personnelles constitue une ressource commerciale de premier ordre. Connaissant grâce à elles le goût des individus, leurs centres d’intérêt ou leurs opinions, le marketing peut établir des profils et des segmentations comportementales.

13Le recueil et le traitement de ces traces sont, si l’on peut dire, le prix de la gratuité des services offerts sur Internet. L’individu numérique jouit sur le réseau de la plus grande liberté, mais sous le regard de puissances économiques et policières. L’exemple du moteur de recherche Google est, à cet égard, particulièrement éclairant. Les traces laissées par ses millions d’utilisateurs sont stockées et traitées dans 30 énormes centres de données et de calcul répartis à travers le monde. Le traitement de ces données à partir de mots clés permet à l’entreprise de se rémunérer sur les publicités contextuelles qui apparaissent en marge des réponses faites lors d’une requête. La plus grande liberté d’action renvoie paradoxalement à la plus grande possibilité d’observation et d’analyse. Cette cartographie planétaire des identités porte gravement atteinte au droit à la vie privée, que les nombreuses lois informatiques et les libertés intervenues depuis trente ans se montrent incapables de protéger. L’entreprise, après avoir voulu garder indéfiniment ces données, a bien voulu en réduire la durée de conservation à neuf mois. Le problème de la propriété des données produites par la numérisation des supports n’est jamais posé. La centralisation et le traitement des données personnelles par des entreprises privées portent atteinte au droit à l’intimité des personnes, mais elles comportent aussi des intérêts pour la gestion collective. Ainsi, alors que Google n’entend rien au mécanisme de propagation des virus, cette entreprise peut pourtant prévoir deux semaines avant les autorités sanitaires compétentes le degré de propagation du virus d’une grippe.

14Comme le montre le succès des réseaux sociaux où les individus dévoilent eux-mêmes des informations jugées jusqu’alors confidentielles, la préservation du droit à la vie privée ne semble pas, aujourd’hui, un souci prioritaire. Cependant, depuis les révélations d’Edward Snowden en juin 2013, cette question retient davantage l’attention (Lefébure, 2014). Il est en effet difficile de rester indifférent, notamment pour les États, devant le pillage mondial des données personnelles effectué par l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) avec la complicité des opérateurs de télécommunications et des géants de l’Internet. Lors du Netmundial organisé à Sao Paulo en avril 2014 par la présidente du Brésil, les pratiques de cette agence ont fait l’objet d’une condamnation unanime, de même que le mode actuel de gouvernance du réseau.

15La numérisation des supports permet la mise en place d’un modèle inédit de surveillance, qui est d’autant mieux supporté qu’il est invisible et qu’il n’est pas aux mains d’un unique Big Brother. Les buts de cette surveillance sont essentiellement commerciaux et sécuritaires. C’est une surveillance de masse, qui repose sur la captation et le traitement des traces de près de 3 milliards d’internautes ; c’est une surveillance d’anticipation, où il s’agit surtout de prévoir le comportement de l’individu pour déterminer des stratégies très ciblées pour l’influencer dans ses achats ou pour prendre les mesures nécessaires en cas de comportement déviant. On le voit, l’internaute et l’utilisateur de supports numériques est un individu qui jouit d’une grande liberté, mais c’est aussi un individu devenu un suspect et une cible commerciale (Mattelart et Vitalis, 2014).

La « révolution numérique » comme soubassement d’une révolution politique qui permettra de réaliser toutes ses promesses

16Pour certains, en effet, une révolution politique doit intervenir pour que toutes les potentialités libératrices des techniques numériques puissent se manifester. Pour cela, il faut supprimer les rapports de classe et de domination du capitalisme qui, de nos jours, empêchent cette manifestation. On aura reconnu, ici, une reprise de la pensée marxiste que les théories des multitudes s’efforcent aujourd’hui d’actualiser (Granjon, 2006). Je vais présenter brièvement les différentes composantes de ces théories qui se complètent et se confortent entre elles, à savoir la thèse du nouvel empire, celle du capitalisme cognitif et celle de l’ère post-médiatique. Il est utile de faire mention des théories des multitudes, dans la mesure où elles mettent, au centre de leurs analyses, les nouveaux outils et les réseaux de communication en leur accordant un rôle décisif. Elles se retrouvent aussi sous une forme édulcorée dans de nombreux discours.

17La théorie du nouvel empire est défendue par Antonio Negri et Michael Hard dans le livre Empire, publié en 2000, qui a fait grand bruit et est devenu une des références du mouvement altermondialiste. Pour ces auteurs, l’empire est un appareil décentralisé et déterritorialisé de gouvernement qui est partout et nulle part. Le pouvoir d’un capital mondialisé s’exerce maintenant dans un espace global où les anciennes souverainetés des États-nations sont devenues caduques. Un nouveau sujet révolutionnaire, la multitude, émerge de ce contexte à partir des formes de production de plus en plus immatérielles et communicationnelles. Internet en constituerait une première approximation et un premier modèle. La multitude rassemble des individus singuliers dont la caractéristique principale est de s’organiser en réseau et de participer à un travail fondé sur la coopération. Ce nouvel acteur est un sujet soumis aux nouveaux modes de production et, en même temps, un sujet politique possédant la capacité de s’émanciper de cette domination pour promouvoir le bien commun.

18Nous sommes en définitive devant une nouvelle étape de la lutte des exploités contre le pouvoir du capital. Negri et Hardt ont voulu écrire un nouveau « manifeste communiste » pour notre temps. Le prolétariat industriel y est remplacé par un sujet plus collectif et hybride, adapté au travail réseautique et communicationnel. Ces nouveaux outils, débarrassés de l’emprise du capital, permettront de construire une société plus libre, plus juste et plus démocratique. Il n’y a pas, cependant, de grand soir à attendre, mais, à terme, la victoire sur les forces d’exploitation est inéluctable et débouchera sur l’invention de nouvelles formes de représentation et de gouvernance.

19La théorie du capitalisme cognitif, en annonçant l’avènement d’une troisième révolution industrielle et l’émergence de nouveaux rapports de production, conforte la philosophie politique du nouvel empire. Une forme encore inédite de capitalisme, le capitalisme cognitif, aurait succédé depuis 1975 au capitalisme industriel, qui, lui-même, avait supplanté le capitalisme mercantiliste et esclavagiste (Vercellone, 2003). Le travail industriel a cédé la place à un travail immatériel où l’information et la communication tiennent une place essentielle. Comme auparavant toutes les formes de la vie sociale avaient dû s’industrialiser, le travail et la société doivent aujourd’hui s’informatiser. À mesure que l’automatisation se généralise, ce n’est plus la force de travail qui est valorisée, mais l’intelligence et la créativité. La valeur ne se mesure plus en temps de travail, mais se réfugie désormais dans ce qui ne peut pas être programmé et dans la capacité de résolution des problèmes. Pour l’économiste Yann Moulier Boutang (2007), théoricien de cette nouvelle forme de capitalisme, « le nouveau système de production repose sur le travail de cerveaux réunis en réseau au moyen d’ordinateurs. La société de réseau, rendue possible par l’informatique, bouleverse les conditions de l’échange de connaissance, de la production de l’innovation et les possibilités mêmes de captation de valeur par les firmes » (p. 87).

20Les travailleurs de cette vie réticulaire et collaborative, qui bénéficient d’une large autonomie, ne peuvent que remettre en cause un système basé sur l’appropriation privée des richesses qui ne permet pas de faire bénéficier le plus grand nombre des bienfaits apportés par les technologies d’information et de communication. L’expérience du logiciel libre montre que le droit de propriété peut être radicalement réinterprété, de même que peut être revue de fond en comble la condition salariale à un moment où les frontières entre travail et non-travail deviennent de plus en plus ténues.

21Les théories de l’ère post-médiatique s’intéressent, quant à elles, au changement radical apporté par un réseau interactif comme Internet dans un espace jusqu’alors monopolisé et modelé par des médias unilatéraux, auxquels on ne peut répondre et qui depuis un centre arrosent une lointaine périphérie. L’entrée dans une ère post-médiatique consiste en une réappropriation individuelle et collective des machines d’information, d’art et de culture.

22On peut désormais se libérer de l’emprise d’un média comme la télé qui, reposant sur une dissociation entre la production et la réception, a écrasé les subjectivités (Stiegler, 2009). Internet remet en cause cette logique unilatérale en permettant au plus grand nombre d’être tour à tour récepteur et producteur d’information. Le réseau permet l’expression de soi, la participation, l’organisation d’une intelligence collective et la création de médias alternatifs. À la place de comportements de consommation peuvent se manifester des comportements de contribution. La création d’une encyclopédie en ligne comme Wikipédia témoigne de ce que peut produire une logique d’échange et de participation. Si, dans le passé, des médias dits « communautaires » n’ont pas pu mettre sérieusement en cause l’unilatéralisme des médias de masse, le milieu numérique et réticulaire ne peut qu’y mettre fin.

Une autre idée de la révolution qui met en question la révolution numérique

23À la suite des événements de mai 68 en France, Jacques Ellul entame une réflexion au long cours sur le phénomène révolutionnaire auquel il va consacrer plusieurs livres (Vitalis, 2013). À partir d’une approche historique large, il montre tout d’abord que l’on ne saurait confondre une révolte avec une révolution. À la différence de la première, il y a dans la seconde une pensée préalable et la volonté d’inscrire un projet dans les faits par la création de nouvelles institutions. Surtout, il montre qu’après la Révolution française de 1789, la révolution appréhendée jusqu’alors en termes négatifs de terreur et de violence va être considérée à partir d’une image positive. Marx va prendre appui sur cet exemple pour élaborer sa théorie de la lutte des classes et du prolétariat révolutionnaire. Lui et ses successeurs vont contribuer à mettre en ordre la révolution, qui devient un phénomène prévisible qui va dans le sens de l’histoire alors qu’auparavant, elle exprimait un refus d’avancer vers l’avenir. Elle va en quelque sorte être insérée dans un modèle préétabli, la liberté se confondant avec la nécessité. Il n’y a plus de place pour l’expression spontanée et la recherche de voies originales et inédites. Des professionnels de la révolution et un parti sont là pour dire ce qu’il convient de faire et appliquer des tactiques et des stratégies pour s’emparer du pouvoir. L’État, mais également les possibilités techniques, ne sont jamais questionnés et encore moins remis en cause. Au contraire, on veut faire de ceux-ci les principaux vecteurs de réalisation et d’avancées de la révolution. Dans une formule célèbre prononcée lors d’un congrès des Soviets en 1920, Lénine affirmait ainsi : « Le socialisme c’est le pouvoir des soviets plus l’électrification ».

24Ellul critique radicalement cette conception d’une révolution politique qui se pense dans le sens de l’Histoire en réalisant, par un changement de pouvoir, toutes les promesses de la technique. Pour lui, la technique peut constituer une aide, mais elle peut également être un obstacle. N’allant pas nécessairement dans le sens de l’histoire, n’étant pas à la remorque du changement technique, une vraie rupture révolutionnaire est toujours quelque chose d’improbable.

25Dans la mise en question de la révolution numérique, je vais reprendre trois problématiques elluliennes : la problématique de la technique appropriée, la problématique de la relation fin/moyen et la problématique des limites.

26L’auteur de La technique et l’enjeu du siècle estime que les sociétés les plus économiquement développées sont des sociétés techniciennes où ce qui importe avant tout est le choix des moyens les plus efficaces. La neutralité de la technique est donc remise en cause dans la mesure où celle-ci, devenant autonome, n’est plus dépendante des choix politiques et du libre arbitre de l’utilisateur. Le choix des moyens est ainsi essentiel, et on comprend pourquoi on peut refuser de recourir à certaines techniques pour ne pas être soumis à leur logique. Les refus de recourir à de nouvelles techniques de communication sont nombreux dans l’histoire, ce dont témoignent le refus de l’écriture, la contestation de l’image ou l’opposition à l’imprimerie. On observe aujourd’hui des refus d’utilisation d’Internet par des personnes très minoritaires qui possèdent tous les moyens intellectuels et financiers pour devenir internautes. Les raisons du refus sont multiples et toujours motivées : crainte de dépendance et de manipulation, attachement à d’autres supports estimés plus propices à la réflexion, manque d’utilité, etc. (Boudokhane, 2008.)

27Les techniques sont plus ou moins favorables à la liberté et à la créativité de l’individu. On connaît à cet égard le choix d’Ivan Illich en faveur de techniques conviviales favorisant l’autonomie et la maîtrise humaines. La notion de technologie appropriée ou de technologie douce chez Ellul est très voisine. Jusqu’en 1970, ce dernier estime que le système technicien était un système inébranlable qui n’avait qu’une orientation de puissance. À partir de cette date, l’automatisation et l’informatisation peuvent permettre de changer cette orientation. Dans son livre Changer de révolution, la micro-informatique, à la différence de la grosse informatique, est considérée comme un possible instrument de libération dans la mesure où elle rend possible la décentralisation, la coordination entre petits groupes à travers des réseaux ou la remise de la décision à la base.

28Cette évaluation positive pourrait également concerner, aujourd’hui, un réseau comme Internet, compte tenu de son caractère démocratique. Elle doit cependant être aussitôt révisée lorsqu’on constate que le réseau est devenu l’instrument d’une surveillance de masse et d’une centralisation des données personnelles par les États et des entreprises. La première chose à faire pour en faire un outil de communication approprié serait d’élaborer une charte mondiale de l’informatique et des libertés qui protégerait la vie privée dans toutes les parties du monde, en garantissant à tout internaute l’accès à son double numérique avec la possibilité d’en effacer des parties s’il le souhaite (Vitalis, 2008a).

29L’intervention la plus en amont possible de l’offre de technologies avant que celle-ci ne s’impose serait certainement la meilleure façon de bénéficier de technologies douces et appropriées. Par exemple, ce sont les entreprises de distribution qui se sont montrées jusqu’ici les plus intéressées par l’Internet des objets et qui ont financé les premières études. Il n’est pas certain que le plus grand nombre considère d’un bon œil cette invasion prochaine de son quotidien par des milliers de puces communicantes et indiscrètes.

30Une technique orientée vers la puissance est toujours un obstacle pour un projet révolutionnaire qui doit se faire contre elle. Une technique appropriée est nécessaire mais pas suffisante pour faire une révolution. Il faut aussi et surtout une volonté révolutionnaire, une décision. On retrouve ici la problématique essentielle des relations entre les moyens et les fins, la priorité devant être donnée, à la différence de ce qui se passe dans une société technicienne, aux finalités. Le contexte politique et social est donc déterminant. Si Ellul a pensé qu’une révolution était possible au début des années 1980, c’est parce qu’une technique appropriée comme la micro-informatique venait d’apparaître, mais aussi, et surtout, parce qu’à ce moment historique précis venait de se manifester une profonde volonté de changement.

31Pour donner une idée de la radicalité d’un changement véritablement révolutionnaire, je rappelle les cinq changements que, selon Ellul (1982), devait réaliser la révolution de la fin du 20e siècle : une aide totalement désintéressée aux pays du Sud grâce à une reconversion de la puissance industrielle occidentale ; le choix de la non-puissance en privilégiant le moyen le plus humain et le plus respectueux de la nature par rapport au moyen le plus efficace ; l’éclatement et la diversification dans tous les domaines avec une préférence pour l’autogestion ; la réduction drastique du temps de travail ; et, enfin, la sortie du salariat grâce à de nouvelles modalités de répartition de la richesse.

32On se trouve en ce début du 21e siècle devant une situation paradoxale. Alors que les révolutions du passé ont souvent manqué de moyens, c’est aujourd’hui la surabondance des moyens qui semble nous enlever tout désir de révolution. Les révoltes se multiplient, mais plus la société est technicienne, plus elle rend la révolution impossible. La maîtrise de la technique exige la détermination de limites. En d’autres termes, on ne doit pas toujours faire ce qu’il est techniquement possible de faire. En l’absence de capacité d’autolimitation de nos sociétés, ce sont en quelque sorte des contraintes externes, comme le réchauffement climatique ou les pollutions de l’environnement, qui nous obligent à modifier nos modes de production et de consommation. Les techniques numériques, a priori non polluantes et qui peuvent permettre d’économiser l’énergie, semblent devoir être épargnées par cette remise en cause. Devant leur croissance continue et rapide, certains estiment cependant que cette opinion devrait faire l’objet d’un réexamen (Flipo, 2007). Dans certains pays, les infrastructures numériques consomment près de 10 % de la consommation totale d’électricité. Une récente étude affirme que d’ici 2020, l’impact des énormes centres de données et de calcul en CO2 sur l’environnement serait plus important que celui de toute l’industrie des transports aériens.

33Le mouvement de la décroissance montre que l’on peut volontairement choisir la voie de l’autolimitation. En mettant en cause un imaginaire trop exclusivement économique et la notion de progrès qui va avec, ce mouvement, directement inspiré des thèses d’Ellul, propose une véritable rupture. Le problème, là encore, est de savoir si les technologies numériques peuvent être concernées par ce mouvement. On voit mal, en effet, pourquoi l’on fixerait des limites à des techniques de stockage et de traitement de signes qui offrent de nouveaux espaces d’expression et de relation très utiles et appréciés en ces temps de crise sociale. Le succès des réseaux sociaux semble aller de pair avec la montée des incertitudes, comme si leurs participants avaient besoin d’une réassurance de leur identité et de leurs liens sociaux.

34Les nouveaux réseaux et les outils de communication ne doivent cependant pas devenir le tout de l’information et de la communication. Si les conséquences de leur utilisation sur les perceptions et les représentations sont difficiles à évaluer, il est certain qu’elles sont loin d’être toujours positives (Virilio, 1995, 1996). Dans ces conditions, un droit à la déconnexion doit être accueilli favorablement, de même que l’initiative de certaines écoles de priver d’écran et de télévision pendant une dizaine de jours les natifs du numérique.

Haut de page

Bibliographie

Bell, D. (1976). Vers la société post-industrielle. Paris, France : R. Laffont.

Bonnel, O. (2007). Gratuit. Du déploiement de l’économie numérique. Paris, France : Gallimard.

Boudokhane, F. (2008). L’Internet refusé. Le non-usage du réseau et ses raisons (thèse de doctorat, Université de Montaigne Bordeaux 3, France).

Breton, P. (1992). L’utopie de la communication. Paris, France : La Découverte.

Breton, P. (2000). Le culte de l’Internet. Paris, France : La Découverte.

Commission européenne (1997). Construire la société de l’information pour tous.

Chastenet, P. (1992). Lire Ellul. Bordeaux, France : Presses universitaires de Bordeaux.

Doueihi, M. (2008). La grande conversion numérique. Paris, France : Seuil.

Flipo, F. (2007). L’infrastructure numérique en question. Entropia, (3), 65-85.

Ellul, J. (1948). Présence au monde moderne. Genève, Suisse : Roulet.

Ellul, J. (1954). La technique ou l’enjeu du siècle. Paris, France : Armand Colin.

Ellul, J. (1966). Exégèse des nouveaux lieux communs. Paris, France : Calmann-Lévy.

Ellul, J. (1969). Autopsie de la révolution. Paris, France : Calmann-Lévy.

Ellul, J. (1972). De la Révolution aux révoltes. Paris, France : Calmann-Lévy,

Ellul, J. (1977). Le système technicien. Paris, France : Calmann-Lévy.

Ellul, J. (1982). Changer de révolution. Paris, France : Seuil.

Ellul, J. (1988). Le bluff technologique. Paris, France : Hachette.

Ellul, J. (2008). Ellul par lui-même. Paris, France : La Table Ronde.

Eisenstein, E. (1991). La révolution de l’imprimé. Paris, France : La Découverte.

Granjon, F. (2006). Mythologies des théories des multitudes. Communication présentée au 74e congrès de l’ACFAS, Montréal, Québec.

Goody, J. (1978). La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris, France : Minuit.

Halpin, H. (2009). La souveraineté numérique. L’aristocratie immatérielle du World Wide Web, Multitudes, (35), 201-213.

Hardt, M. et Negri, A. (2000). Empire. Paris, France : Exils.

Lefébure, A. (2014). L’affaire Snowden. Comment les États-Unis espionnent le monde. Paris, France: La Découverte.

Legendre, P. (2007). Dominium Mundi. Paris, France : Fayard.

Lepage, A. (dir.). (2006). L’opinion numérique. Paris, France : Dalloz.

Moulier Bontang, Y. (2007). Le capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation. Paris, France : Éditions Amsterdam.

Mattelart, A. et Vitalis, A. (2014). Le profilage des populations. Du livret ouvrier au cybercontrôle. Paris, France : La Découverte.

Michéa, J. C. (2007). L’empire du moindre mal. Paris, France : Climats/Flammarion.

Nora, S. et Minc, A. (1978). L’informatisation de la société. Paris, France : La Documentation française.

Stiegler B., Giffard A. et Fauré, C. (2009). Pour en finir avec la mécroissance. Paris, France : Flammarion.

Vercellone, C. (dir.) (2003). Sommes-nous sortis du capitalisme industriel ?. Paris, France : La Dispute.

Virilio, P. (1995). Paris, La vitesse de libération. Paris, France : Galilée.

Virilio, P. (1996). Cybermonde, la politique du pire. Paris, France : Textuel.

Vitalis, A. (1994). Informatisation et autonomie de la technique. Dans P. Troude-Chastenet (dir.), Sur Jacques Ellul (p. 153-164), Bordeaux, France : L’esprit du temps.

Vitalis, A. (dir.) (2005). Le rôle d’Internet dans les crises et controverses environnementales (Rapport pour le ministère de l’Écologie, France. Programme « Concertation, décision et environnement »).

Vitalis, A. (2007). Actualité de Jacques Ellul : la communication dans le contexte d’une société technicienne. Hermès, (48), 163-179.

Vitalis A. (2008a). France. Dans J. B. Rule et G. Greenleaf (dir.), Global Privacy Protection (p. 107-140). Northampton, MA : Edward Elgar.

Vitalis A. (2008b). Pluralisme des valeurs et société mondiale de l’information. Dans E. Georges et F. Granjon (dir.), Critique de la société de l’information (p. 105-122), Paris, France : L’Harmattan.

Vitalis A. (2013). L’image de la révolution dans l’œuvre de Jacques Ellul. Dans S. N. Zerai (dir.), Images de la révolution et littérature post-moderne (p. 13-22), Gabès, Tunisie : Publication Institut supérieur des langues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Vitalis, « La « révolution numérique » : une révolution technicienne entre liberté et contrôle », Communiquer, 13 | 2015, 44-54.

Référence électronique

André Vitalis, « La « révolution numérique » : une révolution technicienne entre liberté et contrôle », Communiquer [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1494 ; DOI : 10.4000/communiquer.1494

Haut de page

Auteur

André Vitalis

Professeur émérite
Université Bordeaux Montaigne, France
andre.vitalis[@]msha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org