Navigation – Plan du site

Nouveaux espaces publics

New Public Spheres
Bernard Lamizet
p. 15-31

Résumés

Pour penser les perspectives nouvelles de la communication, il importe d’analyser les ruptures et les transformations dont font l’objet les espaces d’échanges et de dialogues. D’abord, l’espace public articule l’histoire, les sciences du politique et les sciences de l’information et de la communication dans ce que l’on peut appeler une « logique de la médiation ». Ce qui définit l’espace public est la confrontation des identités politiques dans une géographie indistincte. Ensuite, l’espace public se fonde sur une articulation particulière du réel de la loi et de la contrainte, du symbolique du discours, de l’énonciation et de la représentation, et de l’imaginaire du projet ou de la crainte. La communication qui se déploie dans l’espace public est médiatée : cela signifie qu’elle repose sur une médiation, c’est-à-dire sur la mise en œuvre d’une dialectique entre la dimension singulière de la société et sa dimension collective. Enfin, l’espace public, espace de la médiation et de la communication, est ce que l’on peut appeler un « champ d’évidences ». Ce qui définit l’espace public est la manifestation constante des identités et des acteurs qui s’y confrontent les uns aux autres.

Haut de page

Texte intégral

1Pour penser les perspectives nouvelles de la communication, il importe d’analyser les ruptures et les transformations dont font l’objet les espaces d’échanges et de dialogues. C’est à une nouvelle géographie de l’espace public et de l’espace de la rencontre de l’autre qu’il convient de s’atteler pour penser ces nouvelles perspectives, qu’il convient de prendre au sens propre ces nouveaux regards sur les espaces et sur leurs structures. C’est en 1962 qu’Habermas publie son livre L’Espace public, qui est sans doute le moment où naît cette notion, où est élaborée une véritable identité de l’espace public et où la notion se voit reconnaître une signification, à la fois dans le champ des pratiques politiques, de l’expression de l’opinion et du débat public dans le champ de la communication et des médias.

2Quand Habermas fait naître ce concept d’espace public, il s’agit d’une forme de rupture dans ce que l’on peut appeler la « rationalité de l’histoire et des sciences du politique ». En effet, si l’histoire se trouvait jusqu’alors partagée en deux grandes approches, l’approche événementielle, celle du temps court et des acteurs, et l’approche culturelle, celle de l’articulation, proposée par l’historien Fernand Braudel dans tous ses travaux, du temps court et du temps long, l’espace public introduit une nouvelle approche de l’histoire et de la compréhension de la culture politique : il s’agit de donner une place particulière, dans l’intelligibilité de l’histoire et du politique, au langage, à la représentation et à l’information.

3L’espace public articule ainsi l’histoire, les sciences du politique et les sciences de l’information et de la communication dans ce que l’on peut appeler une « logique de la médiation ». En effet, ce qui fonde l’espace public, c’est qu’il s’agit, d’une part, d’un espace qui n’a pas seulement une dimension géographique, mais qui définit aussi la réalité du débat public et de la rencontre entre les acteurs. D’autre part, il constitue le champ d’une dialectique du singulier et du collectif, qui définit la médiation. On ne peut pleinement comprendre la rupture proposée par Habermas en introduisant l’espace public qu’en se rappelant qu’il s’agit d’une articulation constante entre des logiques singulières de l’identité, celles du psychisme, du désir et des pratiques individuelles des acteurs, et des logiques collectives, celles du politique, de l’appartenance et des pratiques collectives.

4Il n’est pas inutile de situer la naissance de l’espace public, en 1962, dans deux champs dont il constitue une rupture. D’un côté, il s’agit d’une époque qui connaît de profondes transformations dans l’approche du psychisme, de l’inconscient et de la psychanalyse. En 1953, Lacan élabore son concept de stade du miroir et, en 1966, il publie ses Écrits, qui vont marquer une étape importante de la connaissance de l’inconscient et des méthodes de son approche, désormais fondée sur une logique sémiotique en matière de signification. Or, sur un autre plan, l’année 1962, en particulier en Allemagne où écrit Habermas, est l’année qui suit la construction du mur de Berlin. Il s’agit d’une époque de tension entre les pays libéraux et les pays socialistes, entre l’Europe de l’Ouest et les pays que l’on appellera désormais les « pays occidentaux », et l’Europe de l’Est et les pays socialistes comme la Chine. Dans le même temps, c’est l’époque où la décolonisation va prendre toute son ampleur et où naîtra une autre confrontation, que l’on désignera par la confrontation du Nord et du Sud.

5Cette dynamique de rupture donne toute sa spécificité épistémologique à l’espace public, un concept qui s’engage à repenser l’approche de la communication. L’importance de ce concept dans le champ des sciences de l’information et de la communication tient précisément à ce que son élaboration fonde une approche de la médiation et de la communication articulant la spatialité et le politique, la relation à l’autre et l’expression de l’appartenance, le débat public et la représentation de l’identité.

6Sans doute convient-il ainsi, au seuil de cette réflexion, de commencer par définir le concept même d’espace public et ce qu’il signifie aujourd’hui. Cela nous permettra de mieux comprendre en quoi la problématique de la rupture est au cœur d’une épistémologie critique de l’espace public. Une telle définition repose sur cinq notions.

7La première notion est la confrontation des identités politiques. Tandis que la communication intersubjective, entre deux sujets singuliers, repose, comme on le sait depuis Lacan et le concept de stade du miroir, sur l’identification symbolique du sujet à l’autre, la communication se fonde, dans l’espace public de l’indistinction, sur la confrontation entre les acteurs et entre les identités dont ils sont porteurs. L’espace public est un espace de confrontation et d’opposition.

8La seconde notion repose sur une géographie indistincte. Au sein des limites de cet espace, il n’y a ni frontières ni distinctions entre les identités qui se confrontent les unes aux autres. La logique de l’espace public s’oppose fondamentalement à celle du ghetto ou des logiques de discrimination et de distinction dans la mise en œuvre de pratiques de communication fondamentalement destinées, de façon aléatoire, à toutes les identités, à n’importe qui de façon indistincte.

9La troisième notion de l’espace public se fonde sur une articulation particulière du réel de la loi et de la contrainte, du symbolique du discours, de l’énonciation et de la représentation, ainsi que de l’imaginaire du projet ou de la crainte. Cette articulation entre réel, symbolique et imaginaire définit les logiques constitutives de la communication, à la fois dans le champ de l’échange intersubjectif et dans celui de la communication médiatée.

10Avec la quatrième notion, on remarque que la communication dans l’espace public est le fait d’une logique de médiation. Alors que la communication intersubjective consiste en un échange entre deux sujets singuliers, la communication qui se déploie dans l’espace public est médiatée : cela signifie qu’elle repose sur une médiation, c’est-à-dire sur la mise en œuvre d’une dialectique entre la dimension singulière de la société et sa dimension collective.

11La cinquième notion, enfin, montre que l’espace public, espace de la médiation et de la communication, est ce que l’on peut appeler un « champ d’évidences ». Ce qui définit l’espace public est la manifestation constante des identités et des acteurs qui s’y confrontent les uns aux autres. Dans ces conditions, la communication instituée et mise en œuvre dans l’espace public est une constante confrontation entre l’évidence et la censure. Ce qui se voit et s’entend, dans la mise en œuvre de l’énonciation et de la communication, se distingue de ce qu’il est interdit d’exprimer, de diffuser et de représenter par la censure, forme de limitation du champ représentable de la communication, mais, dans le même temps, modalité fondamentale d’exercice et de manifestation du pouvoir sous la forme de contraintes pesant sur l’énonciation.

Les ruptures de l’espace public

12Élaboré par Habermas en 1962, le concept d’espace public, forgé pour désigner l’espace dans lequel circulent et s’échangent les pratiques de communication et d’information, fait aujourd’hui l’objet de ruptures et de recomposition en raison à la fois des mutations des pratiques et des modes de communication, des recompositions des identités et des appartenances sociales, ainsi que des espaces d’habitation et de circulation des acteurs de la communication. Ces ruptures s’inscrivent dans une logique plus large de rupture et de morcellement des identités politiques, que l’on peut définir en quatre points.

13D’abord, il s’agit de la rupture de l’articulation entre l’espace public et l’identité d’appartenance. L’agora constitue dans l’Antiquité grecque une forme de manifestation de l’identité politique athénienne et de la place publique, une forme spatiale de représentation des identités et des appartenances depuis les débuts de l’urbanisation européenne. En revanche, l’espace public ne constitue plus, aujourd’hui, une figuration spatiale du lien social, à la fois en raison de la singularisation des médias, car ceux-ci deviennent des biens de consommation ne mettant plus en œuvre des logiques politiques, mais des logiques de loisir, et en raison de la mutation des espaces d’habitation de plus en plus divisés et morcelés, en particulier à la suite du développement des banlieues et des espaces périphériques réduits à des fonctions d’habitation.

14Par ailleurs, l’espace public ne constitue plus, aujourd’hui, un espace de manifestation et d’expression des identités politiques, car il est en proie à des divisions multiples et à des formes de plus en plus nombreuses et de plus en plus complexes de ghettoïsation. Ces morcellements imposent aux populations des inégalités sociales et des différences élevées de développement culturel et de potentialités économiques qui rendent impossible la mise en œuvre de la logique unificatrice et intégratrice de l’espace public. C’est ainsi que l’on peut engager l’élaboration d’une géographie politique critique du débat public et de l’expression des identités.

15Aussi, l’espace public connaît de nos jours des ruptures culturelles et même linguistiques liées à la multiplication des migrations et à l’accroissement des déplacements de population pour des raisons économiques. Cet accroissement des mutations des espaces d’habitation entraîne, pour les populations, une forme d’affaiblissement des possibilités d’accès aux espaces publics. Cela tient à la fois à la difficulté de l’accès des populations migrantes aux activités professionnelles, qui précarise de plus en plus les identités sociales qu’elles se voient reconnaître, et à la complexité croissante de leur accès aux sources d’information et aux modes de communication sociale. Cette situation les empêche de donner pleinement du sens à leur appartenance.

16C’est ce qui explique, enfin, que l’espace public tend à perdre, aujourd’hui, son rôle de médiation spatiale des identités politiques en raison de l’affaiblissement des consciences sociales d’appartenance et des expressions d’identité. Ce sont les populations mêmes qui tendent à perdre leur sentiment d’appartenance politique et leur conscience du lien social qui tend à s’affaiblir et, dans ces conditions, c’est l’espace public qui tend à ne plus jouer le rôle majeur qui était le sien : celui d’une médiation spatiale de l’identité politique et de l’appartenance sociale. Nous assistons, dans ces conditions, à une forme de clivage entre le lien social et la pratique de l’espace public.

Nouvelles formes de médiation et de représentation

17Aujourd’hui, l’espace public est irrigué par des réseaux qui structurent les pratiques de langage, d’expression et de communication. La spatialité a toujours constitué le réel de la communication, à la fois en rendant nécessaire, par la distance et l’éloignement, la mise en œuvre de médiations de l’échange et de la communication et en manifestant des formes d’obstacle et de résistance à leurs pratiques. Cependant, elle devient aujourd’hui, en effet, par l’institution de la logique du réseau, ce qui fonde les nouvelles logiques de la communication, de l’échange et de la circulation de l’information en instituant de nouvelles formes d’appartenance sociale. En s’inscrivant dans un réseau, on exprime une forme d’adhésion à une logique sociale particulière, d’autant plus que les réseaux finissent par s’inscrire dans une forme de concurrence qui situe l’espace public dans une logique de marché. Or, dans le même temps, le réseau est une modalité contemporaine du lien social articulée à la technologie et aux impératifs de la communication et de l’expression.

18Les formes de médiation et de représentation qui définissent les nouveaux espaces publics sont caractérisées, en particulier, par quatre types de renouvellement et de transformation.

19D’une part, il s’agit de nouvelles formes de mémoire et de culture ; l’approche contemporaine de l’espace public est inséparable de la figure de l’archive et de la mémoire. En effet, le propre de ce que l’on peut appeler la médiation informatique est d’articuler l’énonciation et le geste technique de l’élaboration du discours et de la communication à la conservation des représentations dans une mémoire qui se pense en matière de stockage, d’accumulation et de conservation. S’articulent ainsi dans une même logique l’impératif des bibliothèques et celui de la mise à jour des données conservées par l’information. Toutefois, si de nouvelles formes de mémoire permettent de penser les nouvelles logiques de l’espace public, elles élaborent aussi toute une approche de la culture, que l’on peut définir comme une médiation symbolique de l’identité. La culture ne se fonde plus sur le seul savoir, puisque ce savoir est désormais immédiatement disponible, mais sur la confrontation entre des identités différentes, en raison du brassage des peuples différents qui habitent l’espace public et de son internationalisation.

20D’autre part, il s’agit de médiations nouvelles de l’échange symbolique et de nouveaux usages des médias et des technologies. La communication s’est toujours fondée sur l’intersubjectivité et la relation effective à l’autre et, quand Habermas pense l’espace public, il le situe dans la réalité matérielle, physique, de la confrontation entre ceux qui sont porteurs des opinions qui se confrontent les unes aux autres, tout en les articulant à la naissance de la presse. Cependant, les journaux, les livres et les spectacles ont toujours fondé la communication sur une pratique effective, réelle, des personnes et des acteurs. En revanche, aujourd’hui, l’espace public connaît une forme de dématérialisation, puisque l’on n’a plus besoin de sortir de chez soi pour s’y situer. Cette évolution a commencé, bien sûr, par l’émergence des médias comme la presse écrite, la radio et la télévision, mais les nouvelles médiations technologiques de la communication accentuent cette tendance en confondant dans les mêmes pratiques la mise en œuvre de la communication et celle de la consommation. C’est avec les mêmes médias que l’on échange avec l’autre par le courrier électronique, que l’on se confronte à l’information élaborée par les médias et que l’on dispose du mode d’emploi des technologies que l’on utilise dans la consommation et dans la vie quotidienne. Dans ces conditions, l’espace public finit par se confondre avec l’espace privé, puisque les mêmes pratiques d’échange et de communication se situent dans ces deux champs.

21Par ailleurs, il s’agit de mutations des formes de représentation des identités. Qu’il s’agisse de l’identité singulière, exprimée par le psychisme, ou de l’identité collective, qui se manifeste dans les langages du politique, l’espace public est irrigué par ce que l’on peut appeler une « recomposition de la sémiotique des identités ». D’abord, la frontière entre le champ des représentations singulières du psychisme et celui des représentations collectives des appartenances tend à s’atténuer, voire à disparaître. C’est ainsi que les meilleures connaissances du psychisme et de l’inconscient et que l’élaboration d’une véritable rationalité des discours du désir et des manifestations singulières de la personne ont une visibilité nouvelle dans l’espace public. Cela se manifeste, en particulier, dans l’esthétique nouvelle du cinéma ou des arts du spectacle. Or cette mutation de la représentation des identités s’inscrit aussi dans les mutations des identités collectives des appartenances, qui se manifestent dans les fragmentations des États et dans l’émergence de nouvelles identités nationales ou encore dans la mutation nouvelle de la visibilité des identités régionales. Ces mouvements, qui ont commencé, sans doute avec les processus de la décolonisation, se sont poursuivis avec la fin de ce qui était devenu des empires transnationaux, comme l’éclatement de l’Union soviétique. Cependant, on peut aussi inscrire dans cette logique l’émergence de projets politiques et de discours qui viennent nourrir des formes nouvelles de l’espace public. On peut citer l’élaboration de la raison écologiste du politique, qui se fonde sur une approche de la régulation des pratiques de l’espace et sur le souci de la pérennité des environnements, mais on peut aussi citer un discours sur les migrations et sur les immigrations qui vient recomposer les formes de la citoyenneté et de l’identité nationale.

  • 1 Entretien avec J. Birnbaum, Le Monde des Livres, 21 mars 2014.

22Les ruptures contemporaines de la médiation et de la représentation s’inscrivent, enfin, dans de nouvelles modalités des échanges symboliques, caractérisées par un déplacement des médiations entre leur dimension singulière et leur dimension collective. Ce qui fonde la médiation est toujours la dialectique entre le singulier et le collectif, et cette dialectique s’exprime de nos jours dans des formes nouvelles de représentation. D’abord, c’est la limite même qui distingue le singulier et le collectif qui se déplace. Les formes nouvelles de visibilité du singulier dans l’espace public, voire les logiques de sa mise en scène et de ce que l’on peut appeler son « ostentation », sont une première atténuation ou un premier déplacement de cette limite. Puis les formes de la publicité, en particulier, mettent en scène le corps singulier de la personne dans une ostentation qui caractérise l’esthétique contemporaine des médias, mais cela s’inscrit aussi dans des logiques nouvelles du spectacle. C’est ainsi que Kristeva1 parle d’un « dépaysement » à propos de la lecture, par l’actrice Isabelle Huppert sur la scène de l’Odéon, d’un texte qu’elle a écrit sur Thérèse d’Avila, Tandis qu’elle agonise, Thérèse mon amour. Une fiction. Or la dialectique entre le singulier et le collectif se déplace aussi, aujourd’hui, d’une autre manière : la mutation des enjeux du politique et du débat public. On assiste à l’élaboration de nouveaux thèmes du discours politique et à la formulation de nouveaux types de revendications et de projets politiques. La consommation singulière s’inscrit désormais au cœur des discours politiques, en particulier par la critique de la qualité de l’alimentation et la dénonciation des logiques de marché dans ce domaine, mais également par la naissance de nouveaux circuits et de nouveaux réseaux de distribution. Toutefois, on peut aussi remarquer la formulation de discours sur la ville et sur l’environnement qui donnent à l’habitation une signification politique. La crise des banlieues et des espaces urbains périphériques constitue une manifestation majeure de ces nouvelles formes de représentation et de manifestation des identités politiques fondées sur le déplacement de la limite entre le singulier et le collectif.

Les transformations de l’expression des identités dans l’espace public

23Cependant, sans doute nous faut-il aller plus loin dans la réflexion sur les mutations de l’expression des appartenances et des identités. En effet, si le concept même d’espace public a changé depuis son élaboration par Habermas, c’est que les identités qui s’y déploient en se confrontant les unes aux autres ont changé de modes d’expression et de représentation, en particulier en s’inscrivant dans quatre formes nouvelles de médiation. Nous nous trouvons devant des formes nouvelles de l’articulation de l’esthétique de ces représentations et de leur signification – à la fois sur le plan psychique et sur le plan politique.

24Il s’agit, d’abord, de l’évolution des médias dans lesquels s’inscrivent les discours politiques et les débats publics. L’histoire des médias s’est toujours fondée sur deux clivages : celui qui distingue les discours locaux des discours nationaux et celui qui distingue l’information du temps court de l’information du temps long. C’est ainsi que des journaux locaux ont toujours coexisté avec des journaux nationaux, voire transnationaux, dans une différenciation forte entre l’information portant sur les espaces locaux d’habitation quotidienne et les espaces nationaux d’appartenance et de sociabilité. Cette différenciation s’est accentuée sous l’effet des mutations de l’économie des médias, avec la disparition de certains titres locaux et la concentration de journaux. Or cette distinction tend, aujourd’hui, à s’atténuer. En effet, en particulier sous l’effet de l’accroissement des pratiques de l’Internet, mais aussi compte tenu de l’élaboration de nouveaux thèmes de l’information, en particulier ceux qui tiennent à l’environnement et à l’aménagement de l’espace, l’information locale a retrouvé une importance nouvelle dans l’espace public. Toutefois, toujours en raison du développement des usages de l’information numérique, c’est la distinction entre l’information dans le temps court et l’information dans le temps long qui s’atténue. Les sites Internet des journaux proposent une information en continu, mais ils l’associent à l’ouverture de leurs archives et de leur mémoire, dans la mise en œuvre de pratiques d’information articulant de façon nouvelle le présent en continu et le passé du temps long et de la mémoire.

25Par ailleurs, l’expression des identités dans l’espace public se met en œuvre dans de nouveaux lieux. Il existe ce que l’on peut appeler une « géographie nouvelle de l’espace public ». Au-delà de l’usage classique de la rue, lieu majeur des manifestations et des confrontations, mais aussi au-delà de l’usage des cafés, objets classiques du regard d’Habermas, on peut assister à l’usage de nouveaux lieux et de nouveaux espaces de manifestation des identités et de confrontation entre elles. On peut citer, en particulier, les nouveaux usages des librairies et des lieux culturels qui, désormais, proposent des espaces réaménagés au débat et à la rencontre des identités politiques, mais on peut aussi citer des lieux recomposés de l’espace public. C’est ainsi que la recomposition des lieux du commerce et de la distribution entraîne une mutation des espaces de la rencontre et de la sociabilité, dans l’apparition des centres commerciaux par exemple. Or ces espaces mêmes font aujourd’hui l’objet d’une critique, qui s’inscrit dans la critique des mutations de l’urbanisme et de l’aménagement, et cette critique engage la naissance de nouveaux espaces de communication et de représentation des identités. C’est ainsi que les lieux dans lesquels se mettent en œuvre les nouvelles pratiques commerciales de la distribution coopérative deviennent, dans le même temps, de nouveaux lieux du débat public. On peut également citer, sur ce plan, la naissance de nouveaux espaces urbains de rencontre et de sociabilité comme les espaces de laverie collective ou, dans les banlieues et les périphéries, les nouveaux centres sociaux et les nouveaux centres culturels qui constituent des espaces dans lesquels se construisent et s’expriment des identités politiques différentes.

26En outre, l’expression des identités s’inscrit, aujourd’hui, dans une nouvelle relation à l’imaginaire politique. Dénoncé en son temps par Marx sous le terme d’idéologie, l’imaginaire a une importance fondamentale dans le politique. En effet, c’est l’imaginaire qui oriente les identités, car le réel ne peut les situer que par rapport à des contraintes. C’est l’imaginaire qui fonde les engagements en leur donnant la consistance de projets politiques. Or les pratiques politiques et les engagements connaissent aujourd’hui une nouvelle relation à l’imaginaire, que l’on peut caractériser par deux éléments. D’une part, une des évolutions majeures de l’espace public consiste sans doute, aujourd’hui, dans le déplacement de la limite entre les représentations de la réalité et les expressions de la fiction. Cependant, ce statut nouveau de la fiction donne aussi, sur le plan politique, une place nouvelle à l’imaginaire. Les sciences de l’information et de la communication éclairent cette nouvelle relation entre le politique et l’imaginaire en montrant, par exemple, l’importance prise par les séries et les feuilletons dans la construction du temps médiaté et, au-delà, leur incidence sur l’expression des identités politiques. D’autre part, cette relation nouvelle du politique à l’imaginaire prend aussi la forme d’une intensification des logiques de projet. On assiste à une forme de concurrence nouvelle entre les projets politiques, en particulier dans le champ des aménagements urbains. Cet imaginaire du projet inscrit dans l’espace public un débat et un choix entre des formes de projets d’aménagement de moins en moins différents les uns des autres et de plus en plus semblables à des normes communes. Néanmoins, dans le même temps, les formes que peut revêtir ce débat sur son aménagement donnent à l’espace public un statut nouveau : celui d’un enjeu du débat public et de la confrontation entre les identités. L’espace public n’a ainsi plus le statut seul d’un réel du politique, d’une contrainte de son expression et de sa manifestation, mais aussi le statut d’un des imaginaires du projet et de l’engagement.

27Finalement, on peut sans doute considérer ce que l’on appelle les « nouveaux médias » comme de nouvelles formes de l’espace public, en particulier restructurées par les différentes modalités de l’interactivité et de la mémoire. On a abordé, un peu plus haut, les incidences de la numérisation des médias qui engage, aujourd’hui, une forme plus globale de numérisation de l’espace public. Cela a plusieurs incidences sur les identités et les pratiques sociales. D’abord, il s’agit de l’ostentation nouvelle des identités singulières. En effet, l’usage de l’Internet dans les pratiques sociales entraîne un croisement et une articulation entre les différents usages et les différentes formes de la consommation. Ces croisements et ces articulations nouvelles donnent aux entreprises une visibilité particulière sur le sujet singulier, visibilité qui permet d’accentuer l’adaptation des produits et des services offerts aux consommateurs et qui, dans le même temps, accentue une forme d’aliénation et de dépendance. Aussi, on peut remarquer, aujourd’hui, l’apparition de nouvelles formes d’exclusion de l’espace public. Les compétences requises par ces nouveaux services d’information et de consommation entraînent l’exclusion de populations qui n’y ont pas accès, ce qui témoigne à la fois des différences d’équipement entre les foyers, qui constituent de nouvelles formes de sélection sociale, et des différences de formation et de culture, qui constituent des formes de sélection culturelle. Enfin, les « nouveaux médias » se caractérisent par une tendance à la simultanéité de l’information et de l’événement, ce qui entraîne une absence de distanciation par rapport à ce qui se produit dans le monde. Les médias ont tendance, aujourd’hui, à perdre ou à affaiblir leur rôle de critique sociale et politique et, dans ces conditions, à contribuer à la domination des pouvoirs sur l’imaginaire et sur les orientations et les choix politiques des sujets singuliers. Dans l’espace public se met en œuvre toute une forme d’aliénation inscrite dans des logiques nouvelles de pouvoir et de domination.

Nouvelles logiques d’identité et d’appartenance sociale

28Toutefois, il nous faut aller plus loin dans cette réflexion sur l’articulation entre les identités politiques et l’espace public. En effet, de nouvelles logiques d’expression, de visibilité, de représentation et de signification des identités politiques se manifestent dans l’espace public, que l’on peut définir comme l’espace de visibilité des identités, mais aussi comme l’espace dans lequel les appartenances sociales s’inscrivent dans des pratiques de confrontation.

29Ces nouvelles logiques d’identité et d’appartenance sociale se voient reconnaître et instituer, au cours des mutations et des transformations, des logiques de la filiation et des formes de l’appartenance familiale. On ne peut complètement dissocier, en les rendant étrangères les unes aux autres, les mutations de l’espace public et celles de la famille et de la filiation. Cette part de la médiation fait l’objet de recompositions qui s’inscrivent aussi bien dans les pratiques de l’espace public que dans celles de l’espace privé. On peut citer ici trois éléments qui semblent de nature à contribuer à des restructurations de l’espace public. Il s’agit, d’abord, et bien sûr, des recompositions de l’institution familiale. Celles-ci tiennent d’abord aux contestations et aux reformulations dont elles font l’objet dans la logique du mariage homosexuel. Or ces recompositions sont aussi liées aux mutations des appartenances familiales tenant à la mobilité accrue des sujets singuliers et à la multiplication des migrations qui entraînent des remises en cause des formes des institutions familiales, tenant à la confrontation entre des expériences jusqu’alors étrangères les unes aux autres. Ensuite, les mutations des formes et des pratiques de la communication, qui abolissent ou atténuent les frontières séparant espace public et espace privé, entraînent l’élaboration et la formulation de nouvelles identités et de nouvelles modalités d’expression et de représentation de ces identités dans l’espace public, en particulier dans le champ du droit. Enfin, les logiques familiales contemporaines s’inscrivent dans des espaces publics fragmentés et éloignés les uns des autres en raison des déplacements de ceux qui en sont porteurs. La complexité croissante des échanges au sein des espaces familiaux est de nature à recomposer les identités familiales.

30Les identités politiques et culturelles font aussi l’objet d’une recomposition au cours des mutations des espaces nationaux et de la naissance de nouveaux espaces transnationaux. Lorsqu’apparaissent les logiques contemporaines des espaces publics au moment de l’urbanisation, ce qui fonde les identités politiques est, sans doute, la logique de la réunion : dans les espaces publics dont parle Habermas, les identités politiques se fondent sur le souci d’un regroupement, sur la mise en œuvre de logiques de rassemblement, d’intégration, d’unification – quitte à ce qu’apparaissent aussi des formes d’exclusion. Cependant, des tendances au morcellement et à la fragmentation ainsi qu’une logique de la schize dans l’espace public vont apparaître. Les revendications de la dissémination des pouvoirs et, en particulier en France, l’institution de formes de décentralisation sont des témoignages de ces tendances que l’on peut appeler la « schize institutionnelle ». C’est aussi dans ce champ que l’on peut comprendre les logiques d’ouverture de la citoyenneté à la diversité et à la pluralité de ceux qui en sont porteurs. On peut aussi citer, dans ce domaine, les logiques à la dissémination géographique des centres urbains, à la fois en raison du développement des banlieues et en raison de l’éclatement des formes de concentration urbaine devenues de plus en plus difficiles à soutenir et à assumer, tant du point de vue de ceux qui les habitent que du point de vue de ceux qui les instituent, les régulent et exercent sur eux des pouvoirs. Or les logiques de la dissémination s’inscrivent aussi dans les formes de manifestation et de revendication des identités régionales, locales ou étrangères dans les espaces publics de diffusion culturelle et de représentation esthétique des identités.

31Par ailleurs, sans doute convient-il d’observer, sur ce plan, l’émergence de nouvelles formes d’appartenance et d’engagement politique. Jusqu’à l’époque contemporaine, les deux grandes formes d’appartenance étaient la nation et le parti politique. Il s’agit de formes d’identités fondées sur des logiques intégratrices et unificatrices. L’espace public était, dans ces conditions, fondé sur des logiques d’intégration : c’est même sur ces tendances unificatrices qu’Habermas fonde le rôle de l’espace public dans la montée des logiques révolutionnaires qui précèdent les événements de 1789. Toutefois, de nos jours, cette tendance à l’unification semble en partie étrangère à l’espace public, plutôt consacré à l’expression du morcellement et de la diversité. Les nouvelles formes que semblent aujourd’hui revêtir les pratiques de l’espace public sont dominées par l’éclatement des identités et par la recherche de l’expression d’engagements multiples et, en quelque sorte, morcelés. À cet égard, l’exemple des comités de quartier ou des associations d’engagement local est tout à fait éclairant. On peut aussi citer la multiplication des groupes morcelés d’expression politique. Ainsi, dans les 1960, ce que l’on appelait les « clubs » a contribué à refaçonner la gauche socialiste et, aujourd’hui, on assiste à une multiplication des blogues et des regroupements politiques autour de personnes. Il s’agit de nouvelles formes d’adhésion à des projets politiques, mais aussi de nouvelles formes d’énonciation et de manifestation du discours politique et de la communication des appartenances.

32Enfin, les identités et les appartenances sociales se transforment, et cela se traduit par l’émergence de nouvelles pratiques de communication et d’information qu’il convient d’aborder. On peut en citer trois en particulier. D’abord, il y a les blogues. Liées à la multiplication des usages de l’Internet politique, ces formes d’expression du discours politique ne sont pas orientées vers l’unification des logiques d’adhésion, mais, au contraire, vers la diversification des formes d’engagement. Les blogues sont des formes d’énonciation par lesquelles les sujets singuliers s’expriment dans l’espace public. Ils ne sont pas sans rappeler quelque peu la logique des cahiers de doléances qui, au moment de la Révolution, ont contribué à l’éclatement et au morcellement de l’espace public, conduisant à la critique des institutions et aux faits révolutionnaires. En outre, ces nouvelles formes d’expression et de médiation donnent aux identités politiques une visibilité au plus près des rythmes et des temps de la vie quotidienne. On n’attend plus le temps de la parution régulière du journal, mais l’information et la médiation s’inscrivent dans tous les moments du temps social. Sur ce plan encore, on peut comparer l’évolution contemporaine de l’espace public à celle que celui-ci a connue au moment de la Révolution. Les événements de 1789 ont été précédés, de façon significative, par l’apparition du premier quotidien français, le Journal de Paris, en 1777. La scansion quotidienne du temps social par le journal a sans doute joué un rôle important dans le processus d’émergence des logiques révolutionnaires. De la même façon, aujourd’hui, le temps des médias et de l’information change pour s’inscrire dans une fréquence plus rapide, elle aussi plus proche de la réalité des événements qui se manifestent dans l’espace public. Enfin, les pratiques contemporaines de l’information et de la communication se caractérisent par la multimédiation. L’énonciation même du discours politique change de langage en s’inscrivant dans un mode divers d’expression et de représentation articulant la parole, l’écriture, l’image et d’autres formes esthétiques, comme le son. Cette multimédiation de l’énonciation va donner des consistances nouvelles au discours politique et aux formes que peuvent revêtir l’engagement des acteurs et leur visibilité dans l’espace public. C’est l’espace public qui se transforme en prenant la forme d’un espace multimédiaté de communication et d’information, ce qui entraîne à la fois la mise en œuvre de formes multiples et diverses d’énonciation et la construction d’une économie politique nouvelle de l’information et de la communication.

Espaces publics et réseaux

33Tandis que l’espace public dont parle Habermas est celui de la ville et de la cité, caractérisé par la visibilité géographique de la rencontre de l’autre, il existe de lui une autre approche, celle des réseaux, que l’on peut définir comme une médiation institutionnelle et technologique de l’espace. Les espaces publics contemporains connaissent une rupture profonde liée à la montée en puissance et au développement des logiques de réseaux. Si, en effet, les réseaux mettent en œuvre une approche institutionnelle ancienne de l’espace, c’est à l’époque contemporaine que la figure du réseau semble exercer une véritable emprise sur l’espace public, à la fois dans le réel des logiques économiques, dans le symbolique des représentations, des images et des discours et dans l’imaginaire des projets.

34Cela se traduit, d’abord, par la multiplication de rencontres médiatées, qui remplacent les rencontres effectives. La multiplication contemporaine des systèmes de correspondance électronique (du type de Facebook) inscrit les relations sociales dans la pratique du réseau qui finit par occulter la réalité des rencontres et des échanges, dans une forme d’invisibilisation de l’autre. Or cela ne fait que manifester l’évolution contemporaine d’une pratique déjà ancienne, puisqu’il y a longtemps que des petites annonces viennent servir de béquilles au manque de rencontres réelles. Toutefois, les échanges de correspondance finissaient par aboutir à des rencontres effectives, alors que le réel du réseau finit par se substituer, aujourd’hui, à une sociabilité effective mise en œuvre dans des pratiques réelles de l’espace public.

35Par ailleurs, la figure du réseau prend la forme de l’articulation constante entre pratiques de communication, logiques technologiques, fonctionnelles et instrumentales et structures de l’économie dans la naissance d’une nouvelle économie politique de la communication. C’est sans doute sur ce plan que la logique du réseau est la plus ancienne et s’inscrit dans une véritable histoire de l’espace public. En effet, la figure du réseau commence, dans l’histoire de la ville, par l’aménagement des réseaux d’adduction d’eau et d’évacuation des eaux usées par les égouts, manifestes dès l’Antiquité dans l’aménagement de l’espace urbain. Elle se poursuit, au Moyen Âge, par de véritables perfectionnements des réseaux de distribution du courrier. Cette logique du réseau va se mettre en œuvre à toutes les époques dans l’organisation des transports publics, en se manifestant par l’aménagement des routes, par le quadrillage des espaces publics par les réseaux de rails et par ces réseaux véritablement invisibles que constituent les espaces de transport maritime et aérien. À l’époque moderne et contemporaine, la logique du réseau prend la forme de l’organisation des réseaux de distribution d’énergie (électricité, gaz) et celle des réseaux d’information et de communication (téléphone, puis câblage et fibre optique).

36L’imaginaire du réseau impose, enfin, une forme de contrainte idéologique sur les projets d’aménagement de l’espace public et sur les conceptions qui dominent sa mise en œuvre dans les pratiques sociales. C’est cet imaginaire qui domine l’aménagement des espaces urbains, mais, surtout, c’est l’imaginaire du réseau qui va orienter des logiques contemporaines dominantes d’adhésion, d’appartenance et d’exclusion. Sans doute est-ce en ce sens que le réseau constitue une forme d’imaginaire de l’espace, car il fonde une instance majeure des identités politiques et des appartenances sociales. Cette emprise du réseau constitue une des formes majeures de la domination politique exercée par les pouvoirs sur l’espace : instituer les réseaux, c’est manifester son pouvoir par l’imposition d’une contrainte sur les usages de l’espace public.

Dématérialisation de l’espace public

37Ce qui semble dominer les logiques qui orientent ces transformations de l’espace public est ce que l’on peut appeler sa « dématérialisation », voire son « invisibilisation ». Au lieu de se manifester par la rencontre effective de l’autre dans un même lieu, l’espace public prend aujourd’hui des formes multiples de médiation, à la fois technologiques et institutionnelles. Il s’agit d’une évolution prévisible des pratiques de la communication, puisqu’elle s’inscrit dans la même logique que l’apparition de l’écriture, dont elle prend la suite. En effet, l’espace public commence par être le lieu de la rencontre effective d’un autre que l’on ne connaît pas. L’expérience de l’espace public succède, ainsi, dans la suite des événements constitutifs de l’identité, à la découverte de l’autre au moment de la rencontre intersubjective singulière qui se produit lors de ce que Lacan appelle le « stade du miroir ». L’espace public, celui du populus, du peuple indistinct, est celui dans lequel on rencontre n’importe qui. Néanmoins, il s’agit d’abord, dans l’histoire, d’une rencontre physique, matérielle, d’une confrontation de son corps à celui de l’autre dans un même site, dans un lieu partagé lors de l’événement de la parole et du dialogue. L’écriture inscrit la rencontre de l’autre hors de l’espace partagé : il s’agit d’une relation établie avec un autre qui se situe dans un lieu autre que soi. En ce sens, l’écriture matérialise l’existence d’un espace public instauré dans plusieurs lieux qui se situent à une certaine distance les uns des autres. En ce sens, l’écriture va s’inscrire dans la même logique que l’institution des réseaux de déplacement et de transport, réseaux de routes, d’accès et de parcours, puis réseaux de modes de transport, de plus en plus complexes et de plus en plus éloignés de l’expérience corporelle de l’espace. Or l’espace public continue à se matérialiser sous la forme des réseaux, puis d’une façon en quelque sorte métonymique sous la forme des moyens de transport eux-mêmes, qui représentent la spatialité de l’espace public. Si les routes et le rail manifestent matériellement l’espace public de la rencontre et de la circulation, les bateaux et les avions manifestent l’espace public sous la forme des moyens de transport qui l’habitent.

38Toutefois, les médiations technologiques poursuivent cette dématérialisation de l’espace public. Si l’écriture est une médiation qui habite l’espace public par la matérialité des échanges, le téléphone est une médiation qui occupe l’espace public par une représentation de la voix et de la parole ; aujourd’hui, les pratiques de l’Internet succèdent au téléphone de la même façon que l’écriture a succédé à la parole : par une forme d’accroissement de la dématérialisation des échanges. En effet, tandis que, dans les usages du téléphone, une représentation technologique de la voix inscrit l’échange symbolique dans une matérialité de l’échange, le courrier électronique et les parcours que l’on peut faire dans les sites du réseau Internet inscrivent les échanges et l’accès à l’information dans des pratiques qui dématérialisent la présence de l’autre. L’espace public qui continuait à avoir la matérialité du réseau des déplacements n’a même plus cette matérialité. Les médiations technologiques (le téléphone ou l’ordinateur) suffisent à représenter l’espace public dans les pratiques sociales d’échange et de communication.

39C’est ainsi que se transforment les logiques d’appropriation de l’espace public. En effet, au fur et à mesure de l’accroissement de la complexité des médiations qui le représentent, ce sont les modalités de l’appropriation de l’espace public et de l’acquisition de la maîtrise de ses usages qui deviennent elles-mêmes de plus en plus complexes. La multiplication des médiations et des instruments de structuration de l’espace public fait de l’information et de la communication un système de plus en plus complexe. C’est d’ailleurs la dimension problématique de ces pratiques sociales qui va constituer l’obstacle épistémologique majeur suscitant l’élaboration des sciences de l’information et de la communication comme champ épistémologique et comme champ de rationalité sociale et d’intelligibilité du monde. De plus, cette dématérialisation de l’espace public peut, sans doute, donner une signification à la multiplication des différentes formes de médiation technologique qui s’y inscrivent en s’articulant les unes aux autres. Cette signification est politique et institutionnelle, puisqu’il s’agit de modes de manifestation des pouvoirs et des instances de contrôle et de régulation de l’espace public. Elle est aussi esthétique, puisqu’elle impose l’élaboration de langages et de modes de représentation nouveaux, se situant en rupture les uns avec les autres. Elle est, enfin, psychique, puisqu’il s’agit de l’élaboration de modes d’expression de la subjectivité dans l’espace de la rencontre avec l’autre.

40Or, dans le même temps, ce sont les logiques de l’exclusion et les pratiques de déplacement et de mutation des frontières et des espaces d’appartenance et de sociabilité qui font l’objet d’un déplacement et de mutations parfois profondes. Plus l’espace public devient complexe, plus, sans doute, se multiplient les possibilités d’exclusion qui peuvent s’opposer à des quantités croissantes d’acteurs. Ne nous y trompons pas : la multiplication des médiations de l’espace public, à la fois technologiques et institutionnelles, ne rend pas plus faciles les usages et les modes d’inscription et d’expression des sujets sociaux dans les sites et les espaces de rencontre et de confrontation. Au contraire, la multiplication de ces médiations impose la multiplication des modes d’apprentissage et des processus d’accès à l’espace public, ce qui multiplie les modes d’exclusion et les formes que l’on pourra désigner comme des « pathologies » de l’espace public.

Nouvelles formes de censure, de contrainte et de pouvoir

41Dans ces conditions, il devient nécessaire de repenser les formes et les institutions de la censure et du pouvoir sur la communication. En effet, tout espace de communication se caractérise par des logiques propres de contrainte et de régulation. C’est ainsi que Freud a élaboré le concept de « sur-moi » pour définir les modalités de la censure exercée sur les représentations du psychisme et sur les logiques qui structurent le refoulement.

42Néanmoins, comme nous nous trouvons dans les logiques de la médiation qui se fondent sur la dialectique du singulier et du collectif, il nous faut à présent analyser les formes de la censure et des pouvoirs exercés dans l’espace public de la communication et de la représentation et qui font de l’espace public, pleinement, un espace politique dans lequel s’exercent des logiques de pouvoir.

43Il s’agit, entre autres, de repenser les logiques de domination et de pouvoir sur la communication ainsi que ses structures. Dès lors que la communication se met en œuvre dans l’espace public, elle fait l’objet de régulations et de contraintes exercées par les acteurs et les institutions à qui sont reconnus des pouvoirs. Si, dans le temps long dont parle Braudel, l’histoire manifeste, à toutes les époques, des formes diverses de censure et de limitation de la liberté de communication, sans doute faut-il, aujourd’hui, penser la censure et le pouvoir dans des formes particulières, propres à ces nouveaux espaces publics qui font l’objet de notre analyse. On peut relever trois formes de censure et de limitation de la liberté de l’information propres à cette culture des nouveaux espaces publics. Il s’agit, premièrement, de la limitation des usages des médias tenant à la nécessité d’en maîtriser les technologies : toute une censure de la communication vient s’exercer sous la forme des contraintes de la technique. Deuxièmement, il s’agit des formes de censure qui tiennent à la régulation institutionnelle de la communication et de la diffusion de l’information : si les pouvoirs politiques ont toujours cherché à limiter la libre circulation de l’information, cette limitation se caractérise, aujourd’hui, par l’importance des contre-pouvoirs et des pratiques de contestation des contraintes institutionnelles de l’information. Tout le travail de diffusion des secrets de la sécurité publique américaine mis en œuvre par Edward Snowden dans les années 2010 est une manifestation de cette confrontation entre les pouvoirs et les acteurs qui s’opposent à eux. Troisièmement, il semble nécessaire de souligner l’importance que revêt la diffusion des cultures dans un espace public désormais internationalisé sur le plan de la liberté de la communication et de l’information : en s’internationalisant, les nouveaux espaces publics accentuent la liberté qui s’exerce dans les pratiques sociales de la médiation et de l’information.

44Ces logiques de censure manifestent aussi l’exercice de pouvoirs économiques et financiers. Si, une fois de plus, on a toujours pu observer, dans l’histoire, les modes de censure et de limitation de la liberté de communication exercés par les pouvoirs économiques et les pouvoirs financiers, l’accroissement continu des coûts de la communication rend d’autant plus pesantes les contraintes exercées par les pouvoirs économiques. C’est ainsi que, de la même manière que les groupes de presse ont toujours été dominés par les pouvoirs financiers, les institutions et les entreprises qui structurent le réseau mondial d’Internet et la gestion des sites sont soumises à des pouvoirs de plus en plus étendus, exercés par les pouvoirs financiers qui peuvent désormais s’exercer sur les formes et les logiques esthétiques de la visibilité des acteurs représentés.

45Il s’agit, par ailleurs, de penser de nouvelles formes de limitation de la communication et de censure de l’information qui dominent l’espace public. La limitation de l’information se caractérise, en particulier, par deux tendances propres à l’époque contemporaine et aux nouveaux espaces publics. La première de ces tendances est celle qui pousse à l’intériorisation des contraintes. En s’exerçant sur les plans moral et éthique et sur l’imaginaire des acteurs de la communication, en particulier, les censures idéologiques sont pleinement assumées par les acteurs sur qui celles-ci s’exercent, et on peut observer un affaiblissement de la critique des censures et des pouvoirs. La seconde tendance que l’on peut relever est celle d’une forme d’invisibilisation de l’information qui tient à son accumulation. On assiste aujourd’hui à une multiplication sans contrôle des sources d’information et à la mise en œuvre d’une concurrence infinie entre les acteurs de la communication qui finit par occulter les informations et leur signification en les confondant les unes avec les autres dans une accumulation qui empêche de les distinguer et de les reconnaître.

46Cela dit, dans ces conditions, sans doute est-il important de penser de nouvelles formes de régulation susceptibles de faire de l’espace de la communication un espace renouvelé de débat et de confrontation entre les identités et entre les acteurs : un véritable espace public. Pour cela, on peut en particulier insister sur la nécessité de deux logiques de régulation propres à ce nouvel espace public de débat et de confrontation. La première est la nécessité de la mise en œuvre de formes démocratiques de régulation et d’une appropriation de ces pratiques de régulation par les acteurs mêmes de la communication. Il s’agit, ici, de structurer l’espace public de l’information par des institutions issues des projets des acteurs de l’information. La seconde logique de nature à fonder une régulation démocratique de l’information et de la communication est la mise en œuvre et la pratique de contre-pouvoirs susceptibles d’équilibrer ou de contrebalancer les pouvoirs exercés par les institutions de la régulation de la médiation. Un tel équilibre entre pouvoirs et contre-pouvoirs permet de diffuser dans tout l’espace public de la communication les acteurs et les pratiques de la régulation.

Nouvelles formes d’exclusion des espaces publics

47Si l’espace public a toujours été borné par des limites et s’il y a toujours eu des modalités d’exclusion, ces pratiques particulières de contrainte institutionnelle connaissent aujourd’hui de nouvelles formes.

48Il s’agit, d’un côté, de l’exclusion des espaces publics par l’absence de savoir et d’expertise. Comme on l’a vu à propos de la censure et de la limitation de l’information, la complexité croissante des processus de l’information et des pratiques de la communication rend leur mise en œuvre de plus en plus difficile et tend à en restreindre l’accès. Ce ne sont pas seulement les discours et les représentations qui font l’objet d’une censure, mais ce sont aussi les acteurs susceptibles de mettre en œuvre la communication qui sont frappés de formes d’exclusion des espaces publics renouvelés. D’un autre côté, la logique analysée par Habermas de l’ouverture de l’espace public lors de la révolution de 1789 serait sans doute à mettre de nouveau en œuvre aujourd’hui pour parvenir à l’institution d’espaces publics pleinement démocratiques.

49Par ailleurs, la multimédiation de l’espace public entraîne des logiques d’exclusion fondées sur les normes de l’équipement articulées à des aptitudes particulières. Aux formes d’exclusion fondées sur l’absence de savoir et de formation s’ajoutent, sur ce plan, des exclusions tenant à la difficulté qu’il y a, de plus en plus, à s’équiper et, de ce fait même, aux exclusions tenant aux formes d’habitation. C’est ainsi que, pour être pleinement démocratiques, les nouveaux espaces publics doivent s’inscrire dans de véritables politiques d’aménagement de l’espace et, en particulier, dans des politiques d’urbanisme tenant compte des difficultés économiques et des clivages sociaux qui touchent des quantités croissantes de personnes en les excluant des espaces publics recomposés.

50En outre, l’exclusion des espaces publics s’articule aussi, aujourd’hui, à l’exclusion des réseaux et des modes de transport et des flux de déplacement. En effet, la maîtrise de l’espace public se fonde sur la maîtrise des parcours et des flux qui transportent les personnes dans les lieux de l’espace social. Or l’extension géographique des espaces publics rend le transport de plus en plus complexe, mais aussi, et bien sûr, de plus en plus coûteux. C’est toute une économie politique des déplacements imposés par la communication et l’information qu’il importe de penser aujourd’hui, en l’inscrivant dans les processus de constitution des nouveaux espaces publics.

51Finalement, la multiplication des migrations entraîne de nos jours la mise en œuvre de logiques particulières d’exclusion prenant la forme de la forclusion et du maintien dans l’espace public lié à l’identité d’origine. La multiplication des migrations aboutit à des formes invisibles d’exclusion : la ghettoïsation fait elle-même l’objet d’une intériorisation par ceux qui en sont les victimes. Les exclus ne le sont plus sous la contrainte de la relégation, du bannissement ou de l’interdiction de l’accès, mais sous la forme de la mise à l’écart : ce n’est plus en chassant les exclus du territoire que les pouvoirs en interdisent l’accès, mais en rendant les pratiques de la communication tellement complexes que l’exclusion prend la forme de l’impossibilité de communiquer et d’échanger avec ceux qui habitent pleinement l’espace public. Habiter l’espace public, en effet, ce n’est pas seulement y vivre, c’est y avoir des relations avec les autres qui permettent d’être reconnu par eux et qui donnent l’accès à toutes les pratiques sociales qui irriguent les espaces de la rencontre et de la sociabilité.

Avenir de l’espace public

52Sans doute peut-on s’interroger, pour finir, sur ce qu’il peut en être de l’avenir de l’espace public, sur ce que l’on peut prévoir de son évolution à venir. On notera, ici, quatre logiques majeures d’évolution des formes de l’espace public et des pratiques symboliques qui s’y mettent en œuvre.

53D’abord, sans doute va-t-on tendre vers une confusion de plus en plus intense entre le singulier et le collectif dans la logique de la médiation. Les logiques de l’intériorisation de la censure, mais aussi la connaissance accrue des structures du psychisme, engagent la communication vers de nouvelles formes d’ostentation et de visibilité du psychisme dans l’espace public. C’est de cette manière que les nouveaux espaces publics vont, sans doute, se caractériser, par une place accrue des expressions et des représentations du psychisme dans les relations sociales.

54Par la suite, dans le prolongement de cette tendance à l’atténuation de la distinction entre le psychique et le politique, l’espace public va tendre vers une atténuation des distinctions d’identité et d’appartenance, en particulier sur le plan des identités politiques. Il s’agit, ici, de la mise en œuvre de formes nouvelles d’adhésion, mais aussi, par conséquent et dans le même temps, de formes nouvelles d’exclusion, fondées sur la confusion entre l’identité politique et l’appartenance sociale.

55Ensuite, une autre tendance de l’évolution de l’espace public consiste dans l’ostentation de plus en plus manifeste des échanges intersubjectifs dans l’espace public. Le développement de l’usage des téléphones portables est caractéristique de cette tendance. Quand le téléphone ne se déplaçait pas, il était utilisé dans l’espace privé dont il était une part ; cela était d’ailleurs garanti par la loi et par la limitation des conditions dans lesquelles les pouvoirs pouvaient écouter les conversations et les enregistrer. Or, à partir du moment où le téléphone se déplace avec ses usages, les conversations et les échanges ont lieu dans l’espace public. Cette ostentation des échanges s’inscrit en outre dans le prolongement de la mise en œuvre des pratiques d’ostentation du corps, dans une forme d’obscénité de la communication. De la même manière, le courrier électronique peut faire l’objet de formes particulières d’appropriation par ceux à qui il n’est pas destiné, dans la mesure où il ne circule pas dans des formes closes.

56Enfin, l’espace public va connaître une forme croissante d’internationalisation. La multiplication des échanges entre des acteurs habitant des pays différents ainsi que la multiplication des migrations et des faits de déplacement d’une culture à l’autre caractérisent aussi les nouveaux espaces publics. L’espace public n’est plus porteur de formes et de représentations d’identités nationales et d’appartenance et il ne joue plus le rôle qu’il a pu jouer dans l’histoire : celui d’un espace de manifestation et d’expression de l’identité régionale puis de l’identité nationale. Les nouveaux espaces publics se caractérisent par des formes multiples d’internationalisation. On peut citer, en particulier, trois de ces modalités. Il s’agit, d’abord, de l’usage de langues transnationales : l’anglais, pour des raisons qui tiennent à la position dominante des États-Unis dans le monde, mais aussi des langues comme l’arabe, pour des raisons tenant à des logiques culturelles et à des formes de migration, jouent aujourd’hui un rôle comparable au rôle que pouvait jouer le latin au Moyen Âge, celui d’une langue favorisant les échanges entre les pays. Par ailleurs, cette internationalisation de la communication tient à l’internationalisation des cultures liées au développement des médias. La circulation transnationale des informations, de la littérature, des fictions et des œuvres d’art, qu’il s’agisse des films ou des œuvres d’art plastique, qui est liée au développement des pratiques de la traduction et à l’internationalisation des entreprises et des acteurs de la communication, est une autre forme de ces nouveaux espaces publics. Enfin, on peut souligner que les débats publics se tiennent désormais à propos de sujets communs à tous les pays : il s’agit d’une forme d’internationalisation du débat et de l’agora. Les nouvelles formes d’impérialisme et de domination des pays les uns par les autres, mais aussi la reconnaissance d’urgences partagées comme la question du réchauffement climatique ou du partage de l’eau, constituent des thèmes qui manifestent, par exemple, l’internationalisation contemporaine du débat s’exprimant dans les nouveaux espaces publics. C’est toute une culture transnationale du politique et de l’esthétique qui s’institue ainsi aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, H. (1995). Qu’est-ce que la politique ? (traduit par S. Courtine-Denamy). Paris, France : Seuil

Aristote (1991/2000). Rhétorique (traduit par M. Dufour ; 3 volumes). Paris, France : Les Belles Lettres.

Austin, J. L. (1970). Quand dire, c’est faire (traduit par G. Lane). Paris, France : Seuil.

Bertho-Lavenir, C. (2000). La démocratie et les médias au 20e siècle. Paris, France : Armand Colin.

Bonnafous, S., Chiron, P., Ducard, D. et Lévy, C. (2003). Argumentation et discours politique. Rennes, France : Presses Universitaires de Rennes.

Bougnoux, D. (1993). Textes essentiels en sciences de l’information et de la communication. Paris, France : Larousse.

Cabasino, F. (2001). Formes et enjeux du débat public. Discours parlementaire et immigration. Rome, Italie : Bulzoni Editore.

Cassirer, E. (1993). Le mythe de l’État (traduit par B. Vergely). Paris, France : Gallimard.

Chaliand, G. (1990). Anthologie mondiale de la stratégie. Paris, France : Robert Laffont.

Charaudeau, P. (2005). Le discours politique. Paris, France : Vuibert.

Duhamel, A. (1995). La politique imaginaire. Paris, France : Gallimard.

Favre, P. (dir.) (1990). La Manifestation. Parie, France : F.N.S.P.

Fillieule, O. (dir.) (1993). Sociologie de la protestation. Paris, France : L’Harmattan.

Flichy, P. (1991). Une histoire de la communication moderne. Espace public et vie privée, Paris, France : La Découverte.

Foucault, M. (1966). Les mots et les choses. Paris, France : Gallimard.

Gerstlé, J. (1993). La communication politique. Paris, France : Presses universitaires de France.

Gervereau, L. (2000). Les images qui mentent. Paris, France : Seuil.

Glucksmann, A. (1974). Le discours de la guerre. Paris, France : U.G.E.

Goody, J. (2003). La peur des représentations (traduit par P.-E. Dauzat). Paris, France : La Découverte.

Habermas, J. (1993). L’espace public (traduit par M. B. de Launay). Paris, France : Payot.

Kapferer, J.-N. (1995). Rumeurs. Paris, France : Seuil.

Lacoste, Y. (1997). Vive la nation. Paris, France : Fayard.

Lamizet, B. (1993). Les lieux de la communication, Liège, Belgique : Mardaga

Legendre, P. (1974). L’amour du censeur. Paris, France : Seuil.

Legendre, P. (2001). De la Société comme Texte. Paris, France : Fayard.

Machiavel, N. (1952). Œuvres complètes (éd. par E. Barincou). Paris, France : Gallimard.

Mattelart, A. (1999). La communication-monde. Paris, France : La Découverte.

Mesure, S. et Renaut, A. (1999). Alter ego. Les paradoxes de l’identité démocratique. Paris, France : Aubier.

Moreau Defarges, P. (1994). Introduction à la géopolitique. Paris, France : Seuil.

Nancy, J.-L. (2002). La création du monde ou la mondialisation. Paris, France : Galilée.

Ramonet, I. (2000). Propagandes silencieuses. Paris, France : Galilée.

Roncayolo, M. (1997). La ville et ses territoires. Paris, France : Gallimard.

Roudinesco, E. (1999). Pourquoi la psychanalyse ?. Paris, France : Fayard.

Tchakhotine, S. (1992). Le viol des foules par la propagande politique. Paris, France : Gallimard.

Wolton, D. (1997). Penser la communication. Paris, France : Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec J. Birnbaum, Le Monde des Livres, 21 mars 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lamizet, « Nouveaux espaces publics », Communiquer, 13 | 2015, 15-31.

Référence électronique

Bernard Lamizet, « Nouveaux espaces publics », Communiquer [En ligne], 13 | 2015, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1471 ; DOI : 10.4000/communiquer.1471

Haut de page

Auteur

Bernard Lamizet

Professeur émérite, Institut d’Études Politiques de Lyon, France
bernard.lamizet[@]sciencespo-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org