Navigation – Plan du site

Réseaux sociaux et réseaux sociosémantiques et phénomènes de communication

Social networks, sociosemantic networks and communication phenomena
Pierre Mongeau et Johanne Saint-Charles
p. 1-7

Texte intégral

1Ce numéro est consacré aux apports de l’analyse des réseaux sociaux et sociosémantiques à l’étude de différents phénomènes de communication au sein de communautés de personnes. La notion de réseaux sociaux repose sur l’idée centrale selon laquelle les relations qui s’établissent entre les personnes dessinent une toile de liens dont l’enchevêtrement amène des contraintes et des opportunités pour les individus (Berkowitz, 1982 ; White, Boorman et Breiger, 1976). L’étude de ces réseaux a conduit au développement de théories (Borgatti et Foster, 2003 ; Monge et Contractor, 2003) et de méthodes spécifiques connues sous l’appellation générique d’analyse des réseaux sociaux (Carrington, Scott et Wasserman, 2005 ; Wasserman et Faust, 1994). L’appellation de réseaux humains de communication est parfois utilisée pour distinguer les réseaux sociaux des réseaux socionumériques (Facebook, LinkedIn, Twitter, etc.), des réseaux mixtes (humains et artefacts) ou des réseaux de sociétés animales (Saint-Charles et Mongeau, 2005).

2Par ailleurs, les réseaux sociaux ne s’établissent pas à vide, ils se construisent autour de certains contenus (idées, connaissances, ressources, etc.). En communiquant, les personnes échangent, partagent et produisent un ensemble de connaissances d’idées et de vocabulaires. Les liens unissant les personnes sur la base de ces contenus dessinent à leur tour des réseaux de similitudes sémantiques correspondant à la structure sociale des contenus partagés. Ces réseaux, appelés réseaux sociosémantiques, peuvent être établis à partir des traces écrites ou verbales des thématiques, idées, éléments de discours, arguments, etc., partagés par les personnes. La similitude entre le discours des personnes donne lieu à un réseau où les individus sont unis par les contenus qu’ils partagent. En d’autres termes, un réseau sociosémantique peut être conçu comme un type spécifique de réseau humain pour lequel les relations entre les individus sont constituées par les similitudes sémantiques entre leurs discours (Carley, 1991 ; Monge et Contractor, 2003 ; Roth, 2007). Les réseaux sociosémantiques ont notamment été étudiés par des chercheuses et chercheurs s’intéressant à la cognition sociale (Conein, 2005 ; Sperber, 1996) et parfois sous différentes appellations : communauté épistémique (Roth, 2006, 2007) ou travail conceptuel collectif (Chartier, Meunier, Jendoubi et Danis, 2008).

3L’étude combinée des réseaux sociaux et des réseaux sociosémantiques procède par l’examen des liens entre la structure des uns et des autres. L’analyse des interrelations entre ces réseaux semble particulièrement prometteuse pour comprendre l’interdépendance des partenaires dans leurs communications et le développement des regroupements de personnes. En effet, l’idée que ces interrelations fondent le savoir partagé, la culture, la communauté et, par extension, la société a été souvent avancée (Bourdieu, 1979 ; Goldman, 1999 ; White, 2008 ; Zerubavel, 1997). Aussi, la mise en relation des études des réseaux humains et des réseaux sociosémantiques apparaît particulièrement pertinente pour comprendre le rôle des réseaux de communication dans l’émergence de communautés (Brown et Duguid, 1991 ; Lave et Wenger, 1991). Elle permet de traiter sous un nouvel éclairage le problème de la relation entre communication et émergence de discours collectifs.

4L’étude combinée des réseaux sociaux et des réseaux sociosémantiques procède par l’examen des liens entre la structure des uns et des autres. L’analyse des interrelations entre ces réseaux semble particulièrement prometteuse pour comprendre l’interdépendance des partenaires dans leurs communications et le développement des regroupements de personnes. En effet, l’idée que ces interrelations fondent le savoir partagé, la culture, la communauté et, par extension, la société a été souvent avancée (Bourdieu, 1979 ; Goldman, 1999 ; White, 2008 ; Zerubavel, 1997). Aussi, la mise en relation des études des réseaux humains et des réseaux sociosémantiques apparaît particulièrement pertinente pour comprendre le rôle des réseaux de communication dans l’émergence de communautés (Brown et Duguid, 1991 ; Lave et Wenger, 1991). Elle permet de traiter sous un nouvel éclairage le problème de la relation entre communication et émergence de discours collectifs.

5L’étude combinée des réseaux sociaux et des réseaux sociosémantiques procède par l’examen des liens entre la structure des uns et des autres. L’analyse des interrelations entre ces réseaux semble particulièrement prometteuse pour comprendre l’interdépendance des partenaires dans leurs communications et le développement des regroupements de personnes. En effet, l’idée que ces interrelations fondent le savoir partagé, la culture, la communauté et, par extension, la société a été souvent avancée (Bourdieu, 1979 ; Goldman, 1999 ; White, 2008 ; Zerubavel, 1997). Aussi, la mise en relation des études des réseaux humains et des réseaux sociosémantiques apparaît particulièrement pertinente pour comprendre le rôle des réseaux de communication dans l’émergence de communautés (Brown et Duguid, 1991 ; Lave et Wenger, 1991). Elle permet de traiter sous un nouvel éclairage le problème de la relation entre communication et émergence de discours collectifs.

6L’étude combinée des réseaux sociaux et des réseaux sociosémantiques procède par l’examen des liens entre la structure des uns et des autres. L’analyse des interrelations entre ces réseaux semble particulièrement prometteuse pour comprendre l’interdépendance des partenaires dans leurs communications et le développement des regroupements de personnes. En effet, l’idée que ces interrelations fondent le savoir partagé, la culture, la communauté et, par extension, la société a été souvent avancée (Bourdieu, 1979 ; Goldman, 1999 ; White, 2008 ; Zerubavel, 1997). Aussi, la mise en relation des études des réseaux humains et des réseaux sociosémantiques apparaît particulièrement pertinente pour comprendre le rôle des réseaux de communication dans l’émergence de communautés (Brown et Duguid, 1991 ; Lave et Wenger, 1991). Elle permet de traiter sous un nouvel éclairage le problème de la relation entre communication et émergence de discours collectifs.

7L’étude combinée des réseaux sociaux et des réseaux sociosémantiques procède par l’examen des liens entre la structure des uns et des autres. L’analyse des interrelations entre ces réseaux semble particulièrement prometteuse pour comprendre l’interdépendance des partenaires dans leurs communications et le développement des regroupements de personnes. En effet, l’idée que ces interrelations fondent le savoir partagé, la culture, la communauté et, par extension, la société a été souvent avancée (Bourdieu, 1979 ; Goldman, 1999 ; White, 2008 ; Zerubavel, 1997). Aussi, la mise en relation des études des réseaux humains et des réseaux sociosémantiques apparaît particulièrement pertinente pour comprendre le rôle des réseaux de communication dans l’émergence de communautés (Brown et Duguid, 1991 ; Lave et Wenger, 1991). Elle permet de traiter sous un nouvel éclairage le problème de la relation entre communication et émergence de discours collectifs.

8L’étude combinée des réseaux sociaux et des réseaux sociosémantiques procède par l’examen des liens entre la structure des uns et des autres. L’analyse des interrelations entre ces réseaux semble particulièrement prometteuse pour comprendre l’interdépendance des partenaires dans leurs communications et le développement des regroupements de personnes. En effet, l’idée que ces interrelations fondent le savoir partagé, la culture, la communauté et, par extension, la société a été souvent avancée (Bourdieu, 1979 ; Goldman, 1999 ; White, 2008 ; Zerubavel, 1997). Aussi, la mise en relation des études des réseaux humains et des réseaux sociosémantiques apparaît particulièrement pertinente pour comprendre le rôle des réseaux de communication dans l’émergence de communautés (Brown et Duguid, 1991 ; Lave et Wenger, 1991). Elle permet de traiter sous un nouvel éclairage le problème de la relation entre communication et émergence de discours collectifs.

9Le présent numéro rassemble dans une même publication sept textes présentant des apports du « regard réseau » à l’étude de la communication. Les contributions des deux premiers textes s’articulent autour des similitudes sémantiques pouvant être établies à partir de l’analyse d’« inscriptions sémantiques » laissées par différents intervenants. Le premier texte dégage les caractéristiques sémantiques des discours de candidats lors d’une élection et le second montre comment des éléments de sens sont autant de traces qui sont production et signe du réseau de relations. Les deux articles suivants se consacrent à l’analyse des relations qui peuvent être établies entre les personnes ou les groupes dans des contextes où les échanges de contenus sont déterminés, l’un par la structure de publication et l’autre par la réglementation. Les trois derniers textes explorent les liens entre les réseaux sociaux et sociosémantiques dans des contextes sociaux différents.

10Le présent numéro rassemble dans une même publication sept textes présentant des apports du « regard réseau » à l’étude de la communication. Les contributions des deux premiers textes s’articulent autour des similitudes sémantiques pouvant être établies à partir de l’analyse d’« inscriptions sémantiques » laissées par différents intervenants. Le premier texte dégage les caractéristiques sémantiques des discours de candidats lors d’une élection et le second montre comment des éléments de sens sont autant de traces qui sont production et signe du réseau de relations. Les deux articles suivants se consacrent à l’analyse des relations qui peuvent être établies entre les personnes ou les groupes dans des contextes où les échanges de contenus sont déterminés, l’un par la structure de publication et l’autre par la réglementation. Les trois derniers textes explorent les liens entre les réseaux sociaux et sociosémantiques dans des contextes sociaux différents.

11Le présent numéro rassemble dans une même publication sept textes présentant des apports du « regard réseau » à l’étude de la communication. Les contributions des deux premiers textes s’articulent autour des similitudes sémantiques pouvant être établies à partir de l’analyse d’« inscriptions sémantiques » laissées par différents intervenants. Le premier texte dégage les caractéristiques sémantiques des discours de candidats lors d’une élection et le second montre comment des éléments de sens sont autant de traces qui sont production et signe du réseau de relations. Les deux articles suivants se consacrent à l’analyse des relations qui peuvent être établies entre les personnes ou les groupes dans des contextes où les échanges de contenus sont déterminés, l’un par la structure de publication et l’autre par la réglementation. Les trois derniers textes explorent les liens entre les réseaux sociaux et sociosémantiques dans des contextes sociaux différents.

12Le présent numéro rassemble dans une même publication sept textes présentant des apports du « regard réseau » à l’étude de la communication. Les contributions des deux premiers textes s’articulent autour des similitudes sémantiques pouvant être établies à partir de l’analyse d’« inscriptions sémantiques » laissées par différents intervenants. Le premier texte dégage les caractéristiques sémantiques des discours de candidats lors d’une élection et le second montre comment des éléments de sens sont autant de traces qui sont production et signe du réseau de relations. Les deux articles suivants se consacrent à l’analyse des relations qui peuvent être établies entre les personnes ou les groupes dans des contextes où les échanges de contenus sont déterminés, l’un par la structure de publication et l’autre par la réglementation. Les trois derniers textes explorent les liens entre les réseaux sociaux et sociosémantiques dans des contextes sociaux différents.

13Dans leur analyse des réseaux sémantiques des discours de concurrents à la direction d’une organisation, Vitaliano et Monti, proposent, dans le premier texte de ce numéro, une approche empirique pour mettre en lumière la manière dont les leaders d’une organisation construisent l’identité sociale en gérant la légitimité à travers leur discours. En mariant l’analyse de contenu standard et l’analyse des réseaux sémantiques, ils parviennent à distinguer les réseaux sémantiques des candidats ayant obtenu le plus de votes à l’élection. Leurs résultats contribuent ainsi à une meilleure connaissance de la relation entre le changement organisationnel et l’identité organisationnelle. Sur le plan de la méthodologie, leur texte propose une approche analytique mixte qui pourrait contribuer à la reproductibilité des résultats.

14Le texte de Maude Bonenfant nous entraîne ensuite dans l’univers Web avec une étude sémiotique des réseaux à partir des concepts de trace et d’indice appliqués à l’analyse de l’émergence des mèmes numériques en tant que traces d’une production culturelle et d’un phénomène Web propre à certaines communautés. À partir de la technique « du détective » comme méthode heuristique pour étudier les mondes en ligne, elle jette les bases d’une nouvelle approche de la reconstitution du processus de production du signe par une collectivité par l’analyse des réseaux de production de sens et les réseaux humains.

15Avec une perspective plus classique en analyse de réseaux sociaux, Silvio Salej Higgins et ses collaborateurs nous livrent une analyse empirique des facteurs contribuant à l’émergence d’une structure cœur-périphérie dans un réseau de copublications. À partir d’une analyse des processus auto-organisés des réseaux sociaux, ils proposent de nouvelles explications à cette observation relativement commune. À l’aide de la technique du block modeling, ils montrent que l’homophilie d’affiliation institutionnelle et de niveau de productivité suscite l’Effet Mathieu, selon lequel les individus partageant déjà beaucoup sur le plan de l’affiliation institutionnelle et de la publication seront sollicités davantage jusqu’à devenir centraux dans le réseau social.

16Le texte de Nancy Emond analyse, pour sa part, comment le rapport entre une structure de gestion déterminée politiquement et l’organisation plus ou moins formelle des interactions entre les acteurs contribuent, ou non, à une gestion plus intégrée et collaborative, et davantage efficiente. À travers un regard critique sur les rapports de pouvoir inscrits structurellement, elle identifie différentes stratégies accessibles aux acteurs pour accroître leur propre pouvoir. Notamment en cohérence avec les travaux de Granovetter (1973) et de Burt (1992), elle soutient que multiplier et diversifier les liens faibles et entretenir des liens avec plusieurs réseaux pourrait s’avérer plus utile que de multiplier les interactions à l’intérieur d’un même réseau.

17Le texte de Maillé et Saint-Charles ouvre la série des trois textes consacrés à l’étude des rapports entre les réseaux sociaux et sociosémantiques. Abordant aussi une problématique environnementale et politique dans le cadre d’un conflit lié à un projet de parc éolien, les auteures examinent les arrimages entre les réseaux sociaux et les réseaux sociosémantiques à l’aide d’une méthodologie mixte, mariant l’analyse de contenu d’entrevues et l’analyse quantitative. Elles montrent que la centralité, l’influence et la similitude du discours sont corrélées en fonction de thèmes précis et que les relations nouvelles ou intensifiées en raison du conflit jouent un rôle particulièrement important dans la similitude du discours. Elles abordent en terminant le rôle dans le discours et la durabilité des relations lors d’un conflit.

18En démocratie, la délibération est cœur des interactions politiques entre les parties prenantes. Le texte de Robert et Mongeau met en évidence les caractéristiques et les impacts de deux grandes classes de méthode de délibération employées pour gérer les débats : les méthodes conventionnelles, où les délibérations ont lieu en présence de l’ensemble des personnes et sont gérées selon un code, et les méthodes alternatives, où les délibérations sont en alternance en grand groupe et en petits groupes. Leurs résultats montrent notamment que la méthode conventionnelle favorise l’émergence du lien entre la centralité sociale et la centralité sociosémantique, tandis que la méthode alternative favorise l’émergence d’un lien négatif entre ces mesures. À la lumière de ces résultats, les auteurs suggèrent que la délibération en grand groupe selon une méthode conventionnelle favorise l’émergence de convergences autour des points de vue amenés par les personnes centrales, alors qu’une méthode de délibération, recourant à des débats en petits groupes, favorise l’émergence de divergences.

19Le texte de Mongeau et Saint-Charles clôt cette série en abordant la problématique de l’émergence du leadership dans les petits groupes de travail. Partant de l’hypothèse qu’il existe une relation entre le réseau d’influence au sein d’un groupe et la similarité entre les discours de ses membres, les auteurs cherchent à mieux comprendre les interrelations entre certaines caractéristiques structurelles de ces deux types de réseaux. Leurs résultats montrent que la dissimilarité sémantique est liée à l’exclusion du réseau d’influence pour les membres les moins influents, tandis que cette dissimilarité semble être favorable aux membres plus influents. Ces résultats les conduisent à formuler la théorie des seuils de similitude autour desquels la relation entre similitude et influence s’inverse.

20En terminant, soulignons que les des études présentées contribuent au champ des études en communication par leurs développements méthodologiques bien au-delà de leurs problématiques et de leurs résultats spécifiques. Ainsi, Vitaliano et Monti innovent en effectuant une analyse sémantique comparative entre des candidats à une élection. Maude Bonenfant propose une nouvelle approche pour l’étude des mèmes numériques. Silvio Salej Higgind et ses collègues utilisent la technique du block modeling de manière à vérifier l’Effet Mathieu. Nancy Emond établit une cartographie des réseaux de relations à partir d’un cadre réglementaire. Marie-Ève Maillé développe une méthodologie mixte pour l’étude de conflits sociaux mobilisant divers groupes d’intérêts où le contenu des productions et les relations déclarées sont mis en relations. Dans le même esprit, Robert et Mongeau développent une expérimentation originale permettant de collecter et de mettre en relation des données relatives aux relations sémantiques et sociales. Enfin, Mongeau et Saint-Charles proposent une nouvelle approche de l’étude du leadership émergent dans les groupes. Nous espérons que l’ensemble de ces contributions ouvrira de nouvelles pistes pour l’étude de la communication au sein de communautés de personnes.

Haut de page

Bibliographie

Berkowitz, S. D. (1982). An Introduction to Structural Analysis. The Network Approach to Social Research. Toronto, ON: Butterworth et Co..

Borgatti, S. P. et Foster, P. C. (2003). The Network Paradigm in Organizational Research: A Review and Typology. Journal of Management, 29, 991-1013. 


Bourdieu, P. (1979). La distinction critique sociale du jugement. Paris, France: Éditions de Minuit.

Carley, K. M. (1986) An Approach for Relating Social Structure to Cognitive Structure. Journal of Mathematical Sociology, 12, 137-189.

Carley, K. M. (1991). A Theory of Group Stability. American Sociological Review, 56, 331-354.

Carrington, P. J., Scott, J. et Wasserman, S. (dir.) (2005). Models and Methods in Social Network Analysis. Cambridge, Royaume-Uni : Cambridge University Press. 


Chartier, J.-F., Meunier, J.-G., Jendoubi, M. et Danis, J. (2008). Le travail conceptuel collectif : une 
analyse assistée par ordinateur de la distribution du concept d’accommodement raisonnable dans les journaux québécois. Dans Heiden, S. et Pincemin, B. (dir.), Actes des 9es Journées internationales d’analyse statistique des données textuelles (JADT 2008) (p. 297-307). Lyon, France : Presses universitaires de Lyon. 


Conein, B. Les sens sociaux : trois essais de sociologie cognitive. 197 (2005).

Cowan, R. et Jonard, N. (2004). Network structure and the difusion of knowledge. Journal of EconomicDynamics & Control, 28, 1557-1575. 


Goldman, A. I. (1999). Knowledge in a Social World. Oxford, Royaume-Uni : Clarendon Press.

Monge, P. R. et Contractor, N. S. (2003). Theories of Communication Networks. New York, NY: Oxford University Press.

Roth, C. (2006, septembre). Binding Social and Semantic Networks. Communication présentée à la European Conference on Complex Systems 2006, Oxford, Royaume-Uni. 


Roth, C. (2007, septembre). Morphogenesis of Epistemic Networks: A Case Study. Communication présentée à la European Social Simulation 
Association 4th Conference, Toulouse, France. 


Saint-Charles, J. (2012). Les communautés de pratique virtuelles en santé. Dans Lévy, J. J. et Thoër C. (dir.), Internet et santé : acteurs, usages et appropriations (p. 113-132). Québec, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Saint-Charles, J. et Mongeau, P. (2005). L’étude des réseaux humains de communication. Dans Saint-Charles, J. et Mongeau, P. (dir.), Communication : horizons de pratiques et de recherches (p. 73-99). Québec, Québec : Presse de l’Université du Québec.


Sperber, D. (1996). La contagion des idées. Paris, France : Œdile Jacob. 


Wasserman, S. et Faust, K. (1994). Social Network Analysis. Methods and Applications. Cambridge, Royaume-Uni: CambridgeUniversity Press.

White, H. C., Boorman, S. et Breiger, R. Social (1976). Structure from Multiple Networks I. Blockmodels of Roles and Positions. The American Journal of Sociology, 81, 730-780. 


White, H. C. (2011). Identité et contrôle. Une théorie de l’émergence des formations sociales. Paris, France : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Zerubavel, E. (1997). Social Mindscapes: An Invitation to Cognitive Sociology. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Mongeau et Johanne Saint-Charles, « Réseaux sociaux et réseaux sociosémantiques et phénomènes de communication », RISCP, 12 | 2014, 1-7.

Référence électronique

Pierre Mongeau et Johanne Saint-Charles, « Réseaux sociaux et réseaux sociosémantiques et phénomènes de communication », RISCP [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1407

Haut de page

Auteurs

Pierre Mongeau

Doyen, Faculté de communication, Université du Québec à Montréal, Canada
mongeau.pierre[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Johanne Saint-Charles

Professeure, Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal, Canada
saint-charles.johanne[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org