Navigation – Plan du site

Diversité des usages santé d’Internet et enjeux de communication

Présentation
Health information on the Internet: uses and communication issues
Joseph J. Lévy et Christine Thoër
p. i-iv

Texte intégral

1Dans le cyberespace contemporain, la santé occupe une place très importante, comme en témoignent la quantité de requêtes portant sur ce thème dans les moteurs de recherche et les contenus en ligne qui s’y rapportent. Sur les plateformes du Web 2.0, les individus confrontés à des problèmes de santé ou curieux d’explorer les enjeux soulevés dans ce domaine, leurs proches et les associations de patients recherchent et partagent connaissances et expériences de la santé, de la maladie et des traitements. La popularité d’Internet et en particulier des médias sociaux, suscite aussi depuis plusieurs années l’intérêt des acteurs de la santé publique et communautaire, qui expérimentent de nouvelles façons de communiquer et d’intervenir auprès des populations. Enfin, le secteur marchand (entre autres, l’industrie pharmaceutique) a largement investi l’Internet-santé et tire profit de cette logique communautaire d’Internet pour instaurer un nouveau dialogue avec la population et promouvoir des services et des produits de santé. Les acteurs impliqués sur Internet et dans les espaces d’échange dédiés à la santé sont ainsi multiples et animés par différentes logiques. Cela a pour effet que les individus sont exposés à des contenus sur la santé nombreux et diversifiés dont les spécificités sont encore mal cernées. Les études visant à cartographier ces contenus en ligne sont ainsi très utiles et devraient viser à évaluer la nature et la qualité des informations qui sont accessibles pour l’usager ainsi que l’articulation des ressources disponibles.

2Par ailleurs, si le développement des usages de l’Internet santé semble contribuer à la construction et à la diffusion de représentations de la santé, de la maladie et des comportements qui s’y rapportent, la façon dont les individus s’approprient ces informations, et plus largement utilisent les ressources dédiées à la santé sur Internet doit continuer d’être étudiée. Les usages santé de l’Internet sont en effet diversifiés et varient notamment selon le contexte. Comprendre comment ils s’insèrent dans la démarche de recherche d’information quotidienne des individus est nécessaire et a été relativement peu documenté. Il importe également de mieux cerner le sens que revêtent les différentes actions menées en ligne (recherche d’information, participation à un forum, publication d’un blogue, etc.), pour les individus, pour leur entourage et pour la société dans son ensemble (Kivits, 2009).

3Si Internet est une ressource de plus en plus mobilisée par les individus qui recherchent de l’information sur la santé, les individus ne souhaitent pas pour autant se passer de l’expertise médicale. Toutefois, il est clair que cet accès en tout temps à l’information santé sur Internet n’est pas sans affecter les modalités du recours au système de santé hors ligne et les rapports entre patients et intervenants en santé. Les soignants sont d’ailleurs désormais confrontés, du fait de ce nouveau partage des savoirs sur la santé et des nouvelles modalités de communication avec le patient, à une redéfinition de leur rôle et à des enjeux d’éthique médicale. Les interventions en ligne visant la promotion et la prévention de la santé sont aussi sujettes à des interrogations en termes d’efficacité et d’éthique et doivent être mieux documentées et évaluées. Les dispositifs techniques qui soutiennent le développement de l’Internet-santé et sont en constante réorganisation, interpellent également les chercheurs en sciences sociales. Ils nécessitent en effet la mise au point de méthodologies appropriées pour cerner la spécificité des espaces Internet, tenir compte de leur caractère connecté et comprendre les usages sociaux qui s’y développent. Les articles regroupés dans ce numéro de la revue internationale de communication sociale et publique adoptent plusieurs angles de recherche et de réflexion pour aborder ces problématiques.

4Christine Thoër dans une recension des recherches portant sur les usages d’Internet, à la fois par les patients et les médecins, s’interroge sur les transformations qu’ils produisent au plan des interactions et de la relation entre ces acteurs. L’auteure montre que les usages d’Internet par les patients varient selon les étapes du processus de soins et affectent leur comportement à l’égard du soignant. Les patients sont ainsi plus enclins à poser des questions et à s’affirmer, sans cependant remettre en question l’expertise du médecin ou toujours partager les informations recueillies avec celui-ci. En ce qui a trait à la gestion du « patient informé » par les médecins, les recherches mettent en évidence des positions tranchées. Pour des médecins, cette catégorie de malades contribue à complexifier le processus de consultation et le suivi médical. Pour d’autres, cet usage d’Internet favorise une meilleure implication du patient dans son parcours médical, même si l’accès aux ressources médicales d’Internet tend à transformer le statut du savoir médical et le rôle du médecin, introduisant ou tout du moins amplifiant les fonctions éducatives du clinicien. Les modes de communication n’obéissent cependant pas à un processus unilinéaire mais varient en fonction des populations et de leurs caractéristiques sociodémographiques. De plus, les transformations de la relation médecin-patient qui accompagnent le développement d’Internet ne peuvent être appréciées sans tenir compte des contextes social, économique et culturel dans lesquels elles s’inscrivent.

5Dans leur article, Laurence Charton et Caroline Messier se sont intéressées aux contenus disponibles en ligne et ont analysé, grâce à une approche qualitative, des textes anglophones présents sur des sites Internet et traitant des modalités de négociation entourant la santé sexuelle, la prévention des ITSS et la contraception. Les résultats montrent les tendances suivantes. Insérés dans des sites gérés par des entreprises privées, localisées en Amérique du Nord, ces textes sont rédigés par une diversité d’auteurs, en particulier des femmes et visent différents publics, essentiellement hétérosexuels. L’analyse du corpus montre que les dimensions touchant les risques, la description des ITSS et leurs conséquences sont assez bien cernées, tout comme les stratégies de prévention de ces infections, alors que les composantes contraceptives sont peu esquissées. Par ailleurs, elle révèle que les modalités des négociations entourant la santé sexuelle, la prévention des ITSS et la contraception sont peu élaborées, alors que la littérature montre qu’il s’agit d’un enjeu majeur. Les contenus mettent par ailleurs, plutôt l’accent sur les processus de décision et la réflexivité que sur les stratégies verbales et non verbales de négociation entre les acteurs. Enfin, les enjeux éthiques dans ce domaine sont soulevés mais les avis proposés ne tiennent pas compte de la complexité des stratégies de négociation dégagées dans la littérature. Les auteurs proposent en conclusion des pistes complémentaires d’exploration du cyberespace dans ce domaine.

6Les trois articles suivants se penchent sur les usages santé d’Internet par différentes populations. Joseph Lévy, Jean Dumas, Line Chamberland et Yannick Chicoine Braithwaite, à partir des résultats d’une enquête en ligne réalisée auprès des populations Lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres (LGBT) au Canada, analysent les problématiques de santé de ces populations et leurs modalités de recours à Internet. Les recherches internationales menées sur ces minorités indiquent qu’elles sont confrontées à de multiples problèmes de santé ainsi qu’à des obstacles dans l’obtention de services dans ce domaine. Dans ce contexte, Internet constitue un espace dans lequel peuvent se déployer un ensemble de ressources pour compenser ces carences. Les données pancanadiennes confirment la présence d’un état de santé problématique parmi un grand nombre de répondants, mais montrent que les usages d’Internet sont très diversifiés selon les individus et les populations LGBT. Une majorité utilise Internet pour s’informer sur la santé, en particulier sur les modes de vie et les questions entourant les médicaments. Pour ce faire, les individus mobilisent de multiples sites, les plus importants restant les moteurs de recherche ou certains sites favoris. L’évaluation de la qualité de l’information recueillie sur ces espaces reste ambivalente. Les autres dimensions qui sont explorées comme les modes d’appropriation des informations et les répercussions qu’elles peuvent avoir sur les comportements et sur l’état de santé suggèrent que les répondants sont partagés quant à l’intérêt d’utiliser Internet dans le domaine de la santé.

7L’article de Monique Caron-Bouchard porte sur les stratégies de recherche et d’informations relatives à la santé de jeunes adultes de 18 à 34 ans, dans la grande région de Montréal, à partir d’une méthodologie qualitative. L’analyse met en évidence un usage quotidien d’Internet chez les répondants qui favorisent le courriel, le clavardage et la plateforme Facebook. Cette fréquence d’usage ne se retrouve pas dans le cas de la quête d’information sur la santé, comme pour les LGBT interrogés dans l’enquête réalisée par Levy et collègues. En effet, les recherches d’informations des jeunes adultes sur la santé ciblent des problèmes diversifiés et à part Internet, font appel à de nombreuses sources et réseaux personnels, sociaux et professionnels. Les facteurs ethnoculturels, psychologiques et affectifs, l’état de santé semblent toutefois moduler les stratégies d’utilisation d’Internet et l’évaluation des contenus recueillis, qui met en relief des perceptions ambivalentes. Une typologie est proposée pour rendre compte de la diversité des trajectoires et des types de recherche menés par les répondants.

8Valérie Orange, Florence Millerand et Christine Thoër se penchent, quant à elles, sur les échanges survenus dans un forum de discussion entre des jeunes adultes qui consomment des sirops contre la toux dans le but d’atteindre des états de conscience et des sensations modifiés. Ces usages détournés sont analysés, selon une approche interactionniste de la communication et à partir d’une stratégie méthodologique mixte, dans le cadre d’un fil de discussion anglophone. L’analyse du corpus permet de distinguer deux grandes catégories de contributeurs : ceux qui recherchent des informations et ceux qui sont sur le forum pour partager l’information. Cette seconde catégorie de contributeurs est composée d’usagers que les auteures qualifient d’experts et qu’elles classent en trois types selon le volume et la régularité de leurs contributions ainsi qu’en fonction de la reconnaissance dont ils bénéficient. Cette typologie est affinée sur la base du type de connaissances mobilisées et de l’ancienneté de leur maîtrise par les contributeurs. L’analyse du corpus documente également l’évolution dans le temps des pratiques de contribution mettant en évidence l’intérêt des analyses diachroniques. L’étude souligne ainsi la complexité des échanges sur les forums de discussion et la nécessité d’adopter des approches méthodologiques complémentaire pour mieux les cerner.

9Les deux derniers articles problématisent l’utilisation des médias sociaux par la santé publique et communautaire. Le premier, celui de Daniel Leblanc, se penche sur les échanges prenant place sur Facebook entre des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH) et l’organisme de santé communautaire montréalais RÉZO. Privilégiant l’ethnographie virtuelle comme approche méthodologique et des entrevues semi-dirigées, les résultats de la recherche permettent de cerner les usages sociaux des HARSAH concernant les ressources offertes par l’organisme RÉZO sur cette plateforme. L’analyse des échanges montre que la fréquentation de la plateforme est associée à un engagement vis à vis de l’organisme et qu’elle se décline de plusieurs façons. Parmi les modalités de contribution disponibles, les participants utilisent en particulier la mise à jour du statut et les commentaires sur les publications. Les formes de participation privilégient surtout le témoignage et le militantisme moral et parmi les styles de communication, le mode amical, proche et humoristique. Les thématiques de santé abordées sont multiples, ce qui reflète la diversité des préoccupations des HARSAH. Cette étude démontre la contribution des réseaux sociaux à la restructuration du champ de la santé consécutivement à la diversification des outils disponibles sur Internet.

10Pour sa part, Claude Giroux, explore l’intérêt de l’usage de Facebook dans le cadre d’une campagne de prévention du tabagisme à destination des jeunes. Montrant à partir d’une recension de la littérature sur les campagnes de prévention, les avantages d’Internet dans ce domaine, en particulier le réseau social Facebook, l’auteur analyse les retombées des choix stratégiques associés à cette campagne. L’évaluation post campagne suggère que Facebook peut être un outil significatif dans la diffusion des messages de prévention en milieu scolaire, sans cependant remplacer les autres modalités de communication associées aux campagnes dans ces domaines.

11Cet ensemble d’articles illustre la diversité des usages santé d’Internet, des problématiques privilégiées et des méthodologies de recherche et permet de cerner des pistes de recherche et d’intervention à envisager pour mieux saisir les dimensions complexes de la santé dans le cyberespace en constante mutation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph J. Lévy et Christine Thoër, « Diversité des usages santé d’Internet et enjeux de communication », Communiquer, 10 | 2013, i-iv.

Référence électronique

Joseph J. Lévy et Christine Thoër, « Diversité des usages santé d’Internet et enjeux de communication », Communiquer [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1405

Haut de page

Auteurs

Joseph J. Lévy

Professeur, Département de sexologie, Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada
levy.joseph_josy[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Christine Thoër

Professeure, Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada
thoer.christine[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org