Navigation – Plan du site

Le mème numérique : étude sémiotique des réseaux à partir des concepts de trace et d’indice

The Digital Meme : A Semiotic Study of Networks Using the Notions of Track and Index
Maude Bonenfant
p. 27-42

Résumés

Dans le cadre de cet article sera formulée une réflexion sur les réseaux de production de sens et les réseaux humains à partir du paradigme de la trace et de la technique « du détective » comme méthode heuristique applicable pour étudier les mondes en ligne. Plus précisément, en se basant sur le concept de trace et d’indice abordé chez plusieurs auteurs, une proposition méthodologique sera faite pour étudier les mèmes numériques, ainsi que les réseaux de sens et les réseaux humains qui les constituent. Dans ce contexte, le mème sera entendu dans les deux sens du terme : comme trace d’une production culturelle et comme phénomène Web particulier et propre à certaines communautés en ligne, c’est-à-dire à la fois comme « signe » d’une culture et comme production culturelle identifiée avec ses caractéristiques propres aux mondes en ligne.

Haut de page

Texte intégral

On entrevoit le geste probablement le plus ancien
de l’histoire intellectuelle du genre humain :
celui du chasseur accroupi dans la boue
qui scrute les traces d’une proie.
Ginzburg, 1980 : 11

1Au cours des dernières années, le concept de « trace » a suscité une explosion de travaux, et ce, à juste raison. Dans le contexte d’un passage au « tout numérique », les données massives (Big Data) ont désormais envahi nos vies, et la traçabilité et le profilage des individus (presque) sans cesse connectés ont commencé à rendre évident le nouveau paradigme dans lequel « l’ère numérique » fait plonger l’individu et toute la société. Il semble plus urgent que jamais de comprendre ce que sont les traces et de quelles manières elles deviennent signifiantes pour ceux qui les interprètent. En ce domaine, le monde des affaires et du marketing a pris une longueur d’avance en présentant la traçabilité et les données massives comme des « solutions miracles » pour augmenter les profits. Or il est juste et normal que les sciences humaines et sociales se penchent aussi en profondeur sur les « traces numériques », leurs réseaux de production de sens et les réseaux humains qui les constituent afin de mieux comprendre en quoi elles ont des effets non seulement sur le « consommateur », mais surtout et avant tout sur l’être humain.

  • 1 Comme en témoigne la récente campagne publicitaire (2013) de Bell Canada avec son service Vibe, où (...)

2En ce sens, nous voudrions, dans le cadre de cet article, formuler une réflexion sur les réseaux de production de sens et les réseaux humains à partir du paradigme de la trace et de la technique « du détective » comme méthode heuristique applicable pour étudier les mondes en ligne. Plus précisément, en nous basant sur le concept de trace, nous ferons une proposition méthodologique pour étudier la production et la diffusion des mèmes numériques. D’ailleurs, le « mème » sera entendu dans les deux sens du terme : comme trace d’une production culturelle et comme phénomène Web particulier et propre à certaines communautés en ligne, c’est-à-dire à la fois comme « signe » d’une culture et comme production culturelle identifiée avec ses caractéristiques propres aux mondes en ligne. Si le mème numérique semble d’une grande « banalité » à cause d’une futilité à première vue entièrement assumée, il nous semble pourtant des plus intéressants pour des études en communication, puisqu’il devient un moyen de communiquer qui prend une forme précise, déjà signifiante en soi. Cette (relativement) nouvelle forme de communication, qui répond, comme nous le verrons, à des règles précises, s’étend à un grand nombre d’internautes et, désormais, au-delà des mondes en ligne1. Bien qu’il semble « banal », le mème numérique a des effets sur la communication et peut être un élément particulièrement structurant pour les communautés en ligne. Pour ces raisons, il nous semble important d’étudier ce phénomène communicationnel, d’autant plus que très peu d’études qualitatives ont été réalisées (Knobel et Lankshear, 2007). En effet, la très grande majorité des études adoptent plutôt une approche quantitative de la question (Lin, Zhao, Mei et Han, 2010 ; Bauckhage, 2011 ; Adamic, Lenton, Adar et Ng, 2014).

3Ainsi, afin d’étudier les mèmes numériques, nous proposerons une méthode par laquelle les recherches pourraient être menées en partant du concept de trace. Pour ce faire, nous présenterons d’abord une définition du mème et ses liens avec la trace ; nous explorerons ensuite brièvement la définition de la trace à partir d’une perspective sémiotique ; puis nous proposerons une articulation du concept de trace au concept d’indice comme épistémologie des sciences humaines et sociales ; enfin, nous tenterons d’appliquer cette méthode de recherche aux mèmes numériques, en passant par quelques précautions méthodologiques.

Les mèmes numériques : une définition

  • 2 Knobel et Lankshear (2007) identifient trois caractéristiques qui semblent être des éléments expliq (...)

4Les mèmes numériques représentent une forme de communication spécifique née dans les communautés en ligne, mais l’origine de cette appellation trouve également une certaine parenté avec le concept de trace. En effet, les mèmes numériques sont considérés comme faisant partie de ce que les anglophones appellent les « phénomènes Web » (Internet phenomenas), qui se rangent du côté de tous les phénomènes viraux sur Internet. Le phénomène viral est compris comme étant un élément qui se démarque du flot continu de la production d’informations mises en ligne chaque minute. Il est présenté sur différents supports (images fixes, images animées, texte, etc.) et vise différents objectifs : principalement un objectif humoristique, mais aussi des objectifs commerciaux, politiques, esthétiques ou autres. Pour des raisons qu’il resterait à définir2, il attire ainsi l’attention et acquiert une grande popularité en peu de temps, grâce à une publicisation « par relais » que les nouvelles technologies rendent possible.

5Ainsi, une des principales caractéristiques du phénomène viral est d’être créé, relayé et nourri par des communautés en ligne. En ce sens, la diffusion est un élément important des phénomènes viraux, autant d’un point de vue technologique (mettant à profit toutes les nouvelles formes de mise en commun du savoir générées grâce à Internet) que d’un point de vue social. En effet, si la production de ce matériel est redevable aux nouvelles technologies et à l’informatique, leur dissémination dans le cyberespace dépend de communautés en ligne bien organisées autour d’intérêts communs et d’outils spécifiques. Puisque seul le matériel ayant attiré l’attention circulera parmi les communautés, ce sont les internautes qui effectuent une sélection par l’attention qu’ils porteront au matériel et par leur intérêt à le relayer.

6On peut distinguer deux types de diffusion : une basée sur la réplication, l’autre sur la variation. La première forme de diffusion, « par réplication », relaie sans altération le matériel viral qui circule « à l’identique » ; la seconde forme, basée sur la variation, intègre de petites ou de grandes différences dans le matériel. Les mèmes numériques se distinguent par cette seconde forme de diffusion où les internautes interviennent directement dans le matériel viral afin d’effectuer un certain nombre d’altérations changeant légèrement ou drastiquement le sens du matériel « d’origine » – le matériel d’origine étant entendu comme l’image de référence ou comme le « premier » mème du genre. Or une de leurs caractéristiques importantes est d’être toujours anonymes, et l’origine du mème n’est que très rarement identifiable. Il n’est généralement pas possible de remonter à la source et d’identifier avec assurance le premier mème du genre, non plus son auteur3. Le célèbre Star Wars Kid4 (2002) constitue, en ce sens, une exception.

  • 5 Le site Know your meme décrit ainsi ce mème : « Philosoraptor is an image macro series featuring a (...)
  • 6 « LOL » est l’acronyme de « laughing out loud » et cats signifie « chats ». Les LOLcats pourraient (...)

7La forme commune des mèmes numériques se base sur l’utilisation d’une image spécifique (et très souvent répétée) sur laquelle sont ajoutées une ou plusieurs phrases : ces phrases sont chaque fois changées et altèrent ainsi le sens du mème. Un exemple est le « Philosoraptor » (Figure 1), cette image d’une tête de dinosaure dessinée sur fond vert à laquelle est ajoutée une phrase suscitant une réflexion, souvent par l’absurde5. Un autre exemple canonique sont les « LOLcats6 » (Figure 2), ces images de chats, souvent photographiés dans des positions cocasses, sur lesquelles est apposée une phrase qui canalise le sens de l’interprétation. Ainsi, un chat pris en photo dans les airs sera assis sur un vélo invisible (« invisible bike ») et un autre, caché au fond d’un sac, demandera si c’est enfin « caturday ». À l’inverse, on peut aussi conserver une phrase et changer l’image, comme avec le célèbre mème québécois « sauf une fois au chalet ». L’important se situe dans les multiples déclinaisons qui sont faites de l’image, de la phrase ou du contexte.

8Rapidement, on peut constater que l’intérêt des mèmes n’est pas dans leur valeur esthétique basée sur des critères tels que la beauté, l’originalité ou l’investissement technique et artistique, mais plutôt dans le contenu des images et de l’écrit, leur mise en parallèle ainsi que l’effet de variation « sur un même thème ». Le fait qu’il ne faille pas nécessairement beaucoup d’expérience informatique, peu de talent artistique et aucune appartenance à un groupe précis pour pouvoir produire et diffuser des mèmes rend ceux-ci accessibles à un vaste public d’internautes.

9Le phénomène des mèmes numériques est devenu si populaire que des sites entiers leurs sont consacrés. Par exemple, Meme generator (memegenerator.net) permet de produire rapidement et sans connaissance informatique un mème à partir des principaux mèmes circulant dans le moment et Know your meme (knowyourmeme.com) documente une quantité impressionnante de mèmes, démontrant ainsi le réel phénomène social qu’ils représentent. Si, à l’origine, ils pouvaient être qualifiés de « geeks », ils font depuis longtemps partie de la culture populaire, générale et grand public du Web et circulent largement sur les médias socionumériques.

10Néanmoins, chaque mème ne circule pas sur les mêmes réseaux, puisqu’il faut certaines connaissances pour en comprendre le sens ou un certain intérêt à consommer ce type de matériel. Ainsi, une photo de chat en surimpression sur une capture d’écran présentant un ovale bleu à laquelle on a ajouté la phrase « I can has cake ? » (Figure 3) ne voudra rien dire à celui qui ne connaît pas les LOLcats, qui n’a jamais joué à Portal (Valve Software, 2007) ou qui, du moins, ne connaît rien à la culture populaire sur Internet et au monde des jeux vidéo. En ce sens, nous pouvons affirmer que le mème numérique est une production culturelle reflétant l’identité des communautés dans lesquelles il circule.

Les mèmes comme marques culturelles

11Le concept de mème est d’ailleurs défini comme un élément de code culturel qui est reconnaissable et reproductible. Il provient du meme de Richard Dawkins (1976), concept créé par la contraction des mots gène et mimésis (imitation). Dawkins établit un parallèle entre le biologique (nature) et l’information (culture) afin de comprendre comment une information peut circuler et muter comme un gène. Il pose ainsi une équivalence structurelle entre le code génétique et le code culturel : tout comme les gènes se répliquent et mutent, il y aurait dissémination des informations culturelles par imitation et transformation. Le processus mémétique fonctionnerait ainsi sur la base d’une sélection parmi toutes les informations possibles (d’un point de vue biologique, on parle de compétition). Par la suite, il y aurait réplication (ou reproduction), mais seraient aussi introduites des variations (ou mutations) lors de la diffusion (ou transmission). Ainsi, le mème aurait besoin d’un « environnement » particulier afin de naître, se diffuser et survivre : il a besoin de temps (de diffusion), d’espace (d’un terrain), d’un milieu propice (une écologie) et de sources d’énergie, sinon il y a tout simplement disparition. En d’autres mots, il y aurait transmission d’informations par comportement d’un individu à un autre à l’intérieur d’une communauté grâce aux mèmes, porteurs de ces informations, mais si personne ne consacre de l’énergie à sa diffusion, le mème disparaît de la culture. Ces mèmes sont donc marqués culturellement, basés sur le comportement (une action) et liés au phénomène viral : on comprend donc pourquoi les internautes se sont approprié le concept (applicable de manière générale à toute information) afin de nommer le phénomène culturel particulier des mèmes numériques. Le parallèle semble aisé à établir et le mème défini par Dawkins décrit bien les critères structurant les mèmes numériques.

12En outre, vu le pouvoir heuristique d’un tel concept – et malgré les limites de la métaphore génétique, pourrions-nous ajouter –, la « mémétique » est née afin de mieux comprendre la circulation et, plus généralement, la « vie » des informations au sein des groupes sociaux. Cependant, l’intérêt n’est probablement pas tant dans la mémétique – qui a connu de nombreuses critiques – que dans la définition et l’opérationnalité du concept qui reflètent bien ce qu’est et la manière dont est considéré le mème numérique pour et par les communautés en ligne. Ainsi, Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin, sur le site Automates Intelligents, proposent de définir les mèmes comme :

des unités réplicatives et mutantes se développant sur le mode darwinien dans les réseaux constitués par les cerveaux des hommes [sic] et par les divers médias, traditionnels (parole, écrit) ou modernes (radio, TV, Internet) les reliant. Les mèmes apparaissent, se reproduisent et se diversifient là où ils trouvent l’opportunité d’acquérir de nouveaux espaces de vie et de nouvelles sources d’énergie. Leur action est déterminante dans la formation des opinions humaines et, consécutivement, dans les comportements individuels et collectifs se traduisant finalement par des structurations sociales plus ou moins lourdes, générant à leur tour de nouveaux mèmes (Basquiast et Jacquemin, 2001 : en ligne).

13Nous n’entrerons pas plus en détail dans la mémétique, car ce qui nous intéresse est cette base d’étude pour comprendre les mèmes numériques en tant que trace d’une production culturelle propre à certains groupes sociaux. Partant du fait que les communautés (en ligne) partagent une encyclopédie (Eco, 1984), c’est-à-dire un ensemble de connaissances et expériences communes, les mèmes deviennent significatifs pour définir les référents d’un groupe (et donc son identité). Il y a partage d’un univers commun de sens et les mèmes peuvent être compris comme « objets » sémantiques partageables, partagés et « symptomatiques » d’une culture. Dans ce contexte, les mèmes numériques, vus comme phénomènes culturels propres aux réseaux socionumériques, peuvent être considérés en tant que signes de rapports et de relations entre individus et certaines communautés en ligne.

14Sur cette base, nous pouvons avancer l’idée selon laquelle les mèmes numériques contribuent à la structuration de certaines communautés en ligne en concrétisant les liens culturels qui les unissent. Le mème de Portal est compris par une communauté de joueurs qui actualisent leur lien (la culture vidéoludique) en produisant, en partageant et en consommant ce genre de mème. Il faudrait alors définir davantage cette fonction sociale des mèmes numériques, leurs effets ainsi que leurs conditions d’existence et de prolifération en mettant en lien les observations faites sur les mèmes et celles sur les réseaux sociaux. Plus précisément, en observant la circulation des mèmes numériques dans certains réseaux socionumériques, nous pourrions mettre en lumière les liens entre ces réseaux de production de sens et les réseaux sociaux afin d’établir des « cartographies » des identités des communautés en ligne. Comme l’affirme Bauckhage, « we conjecture that the majority of currently famous Internet memes spreads through homogenous communities and social networks rather than through the Internet at large » (2011 : 49). Il s’agit dans ce cas-ci d’étudier le contenu des mèmes numériques pour identifier des éléments culturels et les associer aux réseaux humains dans lesquels ils circulent. Par ailleurs, « existing approaches usually focus on either the burstiness of topics or the evolution of networks, but ignoring the interplay between textual topics and network structures » (Lin, Zhao, Mei et Han, 2010 : 929).

15Or si cette méthodologie pour l’étude des mèmes numériques nous semble valable pour un certain type de recherche, ce que nous proposons est non pas l’étude des mèmes eux-mêmes en tant que signes d’une culture propre à une communauté, mais l’étude des signes-traces laissés lors de la production des mèmes numériques : non pas considérer les éléments à première vue comme « évidents » de la structure des mèmes (leur contenu), mais plutôt comme « négligeables », présents au cœur des mèmes numériques. Plus précisément, nous proposons d’étudier les marques de production ou les conditions de possibilité de production des mèmes. En effet, considérant que l’acte communicationnel est aussi signifiant que le contenu, on pourrait alors imaginer la cueillette des traces dans la production des mèmes numériques afin de reconstituer la relation sociale qui a rendu possible leur production : des traces dans le choix lui-même des éléments mis en forme dans le mème ; des traces dans la technique de production (dans la technè) ; des traces dans l’organisation de la structure des signes constituant le mème ; des traces dans le simple fait de produire, consommer et diffuser les mèmes ; des traces infiniment petites prenant la forme d’erreurs ; des traces en creux de la répétition de traces ; etc. Sur cette base, il nous faut maintenant préciser le rôle du concept de trace dans cette proposition méthodologique d’étude des mèmes numériques.

Les traces dans les mèmes

16Selon Le Grand Robert de la langue française (2001), la trace est définie comme une « suite d’empreintes ou de marques que laisse le passage d’un être ou d’un objet (la trace de...) », mais aussi « chacune de ces empreintes, de ces marques ». La trace est donc à la fois chaque élément pris isolément et le sens produit par l’ensemble des éléments. Ainsi, l’expression « suivre les traces » peut soit signifier aller dans une direction en considérant chaque élément pris isolément, soit signifier le fait de répéter, refaire, reproduire un exemple à suivre selon le sens produit par l’ensemble des éléments. La trace est à la fois signe d’un « originel » et « ce à quoi on reconnaît que [quelque chose] a existé, ce qui subsiste (d’une chose passée) », la « marque laissée par ce qui agit sur [quelque chose] » (Le Grand Robert de la langue française, 2001). D’une façon physique ou symbolique, il y a eu rapport de « contiguïté », dans le sens où une cause a eu un effet, alors qu’un élément a « touché » (du latin contingere) un autre élément de manière physique ou symbolique (comme dans tout acte de communication, par exemple). La trace est la preuve de quelque chose qui n’est plus, l’effet d’une cause (sociale, dans le contexte qui nous intéresse), le symptôme d’une absence.

17Or il est intéressant de constater qu’une dernière définition du Le Grand Robert de la langue française (2001) indique que la trace est aussi définie comme une « très petite parcelle perceptible (indice de présence) », comme la trace de métaux lourds dans l’eau. Les traces, ce sont donc aussi des résidus présents comme indice de quelque chose d’absent, comme si la trace était une très petite parcelle perceptible logée au cœur du signe. Dans le contexte de la communication, il y a production intentionnelle de signes, mais ces signes portent en eux-mêmes plus que leur signification : ils portent également des traces de leur production. Ces traces, laissées involontairement dans les actes de communication, donnent autant d’indices (vrais ou faux) sur l’identité de l’émetteur. Ces traces sont des informations « en surplus » lors de l’échange de signes.

18Dans le contexte du mème numérique, nous comprenons qu’il y a la production volontaire du mème (signe) par l’internaute qui assemble image et phrases en vue de communiquer un message, mais dans cette production et cette diffusion, certaines traces de production sont laissées et signifient déjà beaucoup sur le sens à comprendre : telle image aura été prise dans tel contexte, tel effet spécial aura été ajouté, tel type de logiciel aura été nécessaire à la réalisation, tel format aura été utilisé, etc. Ainsi, de manière involontaire, l’internaute laissera des traces lors de la production et de la diffusion de mèmes numériques, et ce sont ces traces qui nous intéressent afin d’établir des réseaux de production de sens révélateurs des réseaux humains.

19En effet, comme tous les signes, les traces sont des signes de quelque chose de « différent » (qui se démarque), mais aussi qui « diffère » dans le temps, nous dirait Derrida (1968). Quelque chose est absent, c’est-à-dire que, dans ce cas-ci, quelque chose a eu lieu lors de la production du signe et cela a laissé une trace. Reconstituer le réseau de traces présentes dans la communication lors de la production de mèmes numériques est la prémisse de base de la proposition méthodologique que nous ferons.

Proposition méthodologique pour l’étude des réseaux de traces

20Sur cette base, nous pouvons avancer l’idée que la trace marque une absence dans le présent (présent qui synthétise toutes les traces). C’est par ce qui est absent – donc différé et différent – que l’on peut rendre signifiant cette absence, d’autant plus si la trace est incluse dans un réseau de traces qui laissent autant d’indices. Tout le réseau des traces devient signifiant et on peut alors imaginer un travail de reconstitution du réseau et du sens des traces : suivre ces traces pour comprendre leur dissémination (en d’autres mots, leur production sémiosique) et les différents événements constitutifs du réseau humain. Les traces deviennent alors des indices, c’est-à-dire des signes dans les signes d’une causalité passée dont les effets, les différences, peuvent être étudiés de manière indiciaire dans les processus communicationnels.

21Pour ce faire, la « méthode du détective », basée sur le paradigme de l’indice et développée par Ginzburg dans son article « Signes, traces, pistes » (1980), semble des plus pertinentes. En effet, Ginzburg propose de partir du paradigme de l’indice pour penser le travail du chercheur et présente les cas de Morelli en histoire de l’art (avec les indices présents dans les œuvres qui « signent » involontairement le style des peintres), Freud en psychanalyse (avec les indices que l’humain produit inconsciemment) et Conan Doyle (avec les indices que le coupable laisse malgré lui) pour bien démontrer la manière dont ce paradigme traverse l’épistémologie moderne des sciences humaines.

22À la suite de ces auteurs, Ginzburg propose donc de considérer tous les indices « qui échappent à la plupart des gens » (1980 : 5) comme étant significatifs, la différence se dissimulant au cœur de ces détails révélateurs – de ces très petites parcelles perceptibles, de ces résidus, de ces traces, pourrions-nous dire. Naît alors

l’idée d’une méthode d’interprétation s’appuyant sur les déchets, sur les données marginales, considérés comme révélateurs. Ainsi, des détails habituellement jugés comme dépourvus d’importance, voire franchement triviaux et « bas », [fourniraient] la clé permettant d’accéder aux productions les plus élevées de l’esprit humain (Ginzburg, 1980 : 5).

23Reprenant le concept de trace tel qu’il a été présenté, nous pourrions considérer les traces présentes dans le signe comme indice de ce qui a été et reprendre la méthode du détective afin de faire une généalogie des traces en reconstituant le réseau événementiel de la production : le chercheur doit aller, à la manière du détective, à la cueillette des traces laissées lors de la production des signes-mèmes et repérer ces petits détails différenciant chaque mème.

Interpréter les traces grâce à l’intuition et l’abduction

24La difficulté de cette méthode de travail tient bien sûr dans le fait d’identifier les traces de la production : comment, en effet, discriminer dans le signe-mème (ce qui est produit volontairement) les traces de production (ce qui est produit involontairement) ? Plus encore, comment identifier des « indices négligeables » ? Selon Ginzburg, ce type de connaissance est en partie basé sur l’intuition, « la rigueur élastique [...] du paradigme de l’indice [paraissant] impossible à éliminer » (1980 : 30). C’est une forme de savoir « fondamentalement muette », car les règles ne peuvent pas nécessairement être axiomatisées ou énoncées et doivent alors être « imaginées » (Ginzburg, 1980) : l’abduction devient la forme de raisonnement par laquelle on peut formaliser cette méthode.

Ginzburg nous rappelle que cette démarche logique, qui consiste à remonter à la cause (sociale) à partir des effets (artistiques) par l’intermédiaire d’une règle formulée sous la forme d’hypothèse, a été théorisée pour la première fois par le logicien et sémioticien américain Charles S. Peirce (1839-1914), sous le nom d’abduction (Uzel, 1997 : 27).

25En effet, Peirce définit cette forme de raisonnement comme « la seule opération logique à introduire une idée nouvelle » (Peirce : 5.171), puisqu’elle est l’invention d’une solution hypothétique qui se présente comme la meilleure explication possible, mais qui devra ensuite être validée par induction et déduction. Comme « la particularité de l’indice, tel que nous le présente Peirce, vient du fait qu’il ne peut pas se défaire de la dimension opaque qui lui est naturelle » (Uzel, 1997 : 32), l’abduction devient la méthode de raisonnement qui semble adaptée au travail sur les traces considérées comme des indices.

  • 7 Le soulignement est de l’auteure.

26Or, à la suite de Galinon-Mélénec, il est « pertinent d’élucider les processus qui œuvrent à produire cet instantané de sens qu’est l’intuition » (Galinon-Mélénec, 2011 : 191) en mettant en lumière « la complexité de l’entrelacement des signes-traces7 en jeu » (ibid. : 192). L’interprétation des signes-traces demeure en partie intuitive et les règles d’organisation des patterns demeurent hypothétiques. L’expression « signe-trace » nous semble particulièrement pertinente pour faire état de ce signe particulier, de ce signe involontaire dans le signe, de ce « processus qui a produit le signe [qui] est présent dans le signe » (ibid. : 193). Chez Galinon-Mélénec, le processus est pour elle circulaire et continu entre le signe et la trace, puisqu’il y a intériorisation puis extériorisation et la trace en est le signe (sur le plan individuel ou collectif). « L’indice appartient tout autant à l’œuvre qu’à son contexte social », nous dit Uzel (1997 : 32) dans le contexte de l’histoire et la sociologie de l’art, mais il en va de même des traces qui « obligent » tout chercheur à « s’intéresser à l’analyse extérieure » (ibid.). Cette interaction entre le signe et la trace a lieu lors de la communication où « on ne peut pas ne pas avoir de signes-traces » (Galinon-Mélénec, 2011 : 201). Ce signe-trace est involontaire, automatiquement produit et peu visible ; il est le symptôme signifiant une intériorisation extériorisée, un contenu encyclopédique partagé ; il ne communique pas intentionnellement, mais signifie pourtant au-delà du signe en ancrant sa production dans le social.

27Le signe-trace ainsi défini, on comprend bien Galinon-Mélénec qui affirme que « le choix interprétatif du signe-trace ne peut relever d’une rationalité pure et parfaite, et le choix relève d’une acceptabilité pragmatique du risque d’erreur avec pour soutien à la prise de risque la conviction que produit l’intuition » (ibid. : 192). L’intuition est donc au cœur de cette méthode, car la trace n’est pas « interprétable en soi » (comme signe autonome) : la trace ne s’interprète pas en terme de « rectitude », comme interprétation juste et en adéquation avec une prétendue origine, elle est plutôt un indice qui nous permet de formuler des interprétations hypothétiques et intuitives sur les conditions de possibilités de la production du signe. Or l’intuition sera d’autant plus solide qu’elle se basera sur un plus grand ensemble d’indices laissés par les traces : il faut alors retracer ce parcours d’indices, les réseaux de traces. « Adopter cette posture intellectuelle concernant la trace est en soi un signe-trace de ce que Pierre Bourdieu aurait nommé un habitus » (ibid. : 206), soit l’intériorisation (puis l’extériorisation) de signes distinctifs entre individus et groupes sociaux. Afin de ne pas sombrer dans une surinterprétation à l’infini des traces perçues, Uzel croit que « la meilleure façon de résister à ce relativisme interprétatif, tout en offrant à la sociologie un véritable cadre opératoire, est de poser le signe indiciaire dans le prolongement de la technique qui l’a produit » (Uzel, 1997 : 34). En d’autres mots, il est prudent de se baser sur le mode de production, lors de l’acte de communication, afin de retracer les réseaux d’indices.

28La traçabilité des réseaux devient alors un enjeu méthodologique où il faut retracer la « complexité des interactions » afin de mettre en lumière les signes-traces d’une intériorisation individuelle ou culturelle du sens commun et identifier les signes-traces « des pratiques communes à un groupe d’individus » (Galinon-Mélénec, 2011 : 204) qui sont extériorisées lors de la communication à travers les diverses traces de production. La traçabilité est d’ailleurs définie comme le « caractère absolument repérable d’une évolution, d’une origine » (Le Grand Robert de la langue française, 2001). Ainsi comprise, la traçabilité devient une méthode qui consiste à considérer le signe-trace comme temporisation historique afin de faire une généalogie du sens, les traces étant les « marques » visibles de cette intériorisation extériorisée de la culture. Plus précisément, la traçabilité est « la possibilité d’identifier l’origine et de reconstituer le parcours d’un produit, depuis sa production jusqu’à sa diffusion » (ibid.). Malgré le contexte spécifique de cette seconde définition, nous comprenons que la traçabilité est un parcours que l’on peut remonter (théoriquement jusqu’à la source). Adaptée aux sciences humaines, la traçabilité pourrait devenir cette recherche de signes-traces laissés involontairement lors de la communication, constitués en réseaux signifiants et qui sont des indices de l’expression d’une identité culturelle (extériorisation d’une intériorisation).

De la trace à la trace numérique...

29Ainsi, une absence est « trahie » par ces traces d’un passage qui signifient sans intention de communiquer : l’internaute producteur de mèmes numériques laisse des traces de leur production. Le chercheur devient alors ce chasseur qui reconstitue le passé de l’acte communicationnel grâce aux indices et au savoir « cynégétique » :

ce savoir se caractérise par la capacité à remonter, à partir de données expérimentales apparemment négligeables, jusqu’à une réalité complexe qui n’est pas directement expérimentale. On peut ajouter que ces données sont toujours présentées par l’observateur de façon à donner lieu à une séquence narrative dont la formulation la plus simple pourrait être : « Quelqu’un est passé par là » (Ginzburg, 1980 : 10).

30C’est ce passage dont la trace « négligeable » demeure dans le signe qui devient signifiant et peut être reconstitué généalogiquement afin de tracer le portrait d’une réalité complexe, d’en reconstituer la narrativité, l’histoire le sens. Le chercheur peut alors aussi devenir ce devin qui prédit l’avenir grâce aux traces, en creux, du futur en établissant des patterns avec les traces du passé. Chercheur, chasseur ou devin doit adopter « une attitude orientée vers l’analyse de cas individuels ne pouvant être reconstitués qu’à l’aide de traces, de symptômes, d’indices » (ibid. : 11).

31À partir de ce point, deux voies sont offertes au chercheur : rester au particulier ou généraliser, « soit sacrifier la connaissance de l’élément individuel à la généralisation [...], soit chercher à élaborer, quand bien même en tâtonnant, un paradigme différent, s’appuyant sur la connaissance scientifique [...] de l’individuel » (ibid. : 20). Notre proposition méthodologique se trouve à mi-chemin entre ces deux voies de la recherche : partir de la connaissance des traces propres à chaque signe afin de reconstituer les propriétés communes d’un réseau signifiant de traces. En d’autres mots, exploiter les différentes définitions de la trace comme méthode heuristique pour l’étude des mèmes numériques : grâce aux petites parcelles perceptibles et individuelles laissées lors de la production et de la diffusion des mèmes, analyser la trace dans les mèmes à la fois à partir de chaque élément pris isolément (une trace propre à un mème) et comme sens produit par l’ensemble des éléments (des traces présentes dans une série de mèmes). Il est alors question d’analyser les traces dans le signe-mème sur le plan de sa production, c’est-à-dire étudier les traces laissées involontairement lors de la production du mème. Grâce à la collecte de toutes ces traces « différentes », il serait alors possible d’établir un historique de la production des mèmes en typologisant leurs traces et de les inscrire dans une culture propre à certaines communautés en ligne.

32Or un problème majeur s’impose puisqu’il est question de trace numérique dont la production a été médiatisée par le langage informatique. Reprenant Ginzburg, Jeanneret affirme que « considérer une trace, c’est y chercher le signe de quelque chose et souvent d’un autre être vivant » (Jeanneret, 2011 : 61). Puisqu’il est question de puiser dans des productions culturelles des traces qui auraient été laissées, c’est alors considérer les mèmes numériques comme des productions culturelles porteuses de traces révélatrices de sens social. Cette volonté des chercheurs de recourir à la trace est probablement « le signe d’une volonté de ne pas couper la culture mémorielle du corps de la culture textuelle du document » (ibid. : 62). Si Derrida (1968) donne l’exemple de l’écriture où la calligraphie peut « trahir » la personnalité de son auteur, la numérisation « aplanit » la production en la traduisant de manière binaire. Selon Jeanneret, dans le contexte numérique, « l’hypothèse que tel ou tel trait d’écriture [...] donne accès à la présence d’une réalité sociale est devenue aussi impérieuse qu’invisible » (2011 : 69). Le corps est en principe évacué des rapports de communication et le passage « métonymique » de la trace symbolique à la trace numérique est problématique.

33En effet, cette « opération [...] laisse en suspens la question de savoir par quelles médiations réelles le pouvoir social viendrait imprimer sa marque dans le texte [la production culturelle], comme le fait le poids du corps dans l’empreinte de pas » (ibid. : 67). Pour l’auteur, cette façon de concevoir la trace et les cartographies du social qui se « déploieraient » comme un panorama au chercheur averti est dangereuse. En effet, la prétention à drainer des traces sociales est la source de dispositifs de représentation d’autant plus puissants qu’ils effacent les médiations dont ils sont issus, en donnant à lire et à manipuler des objets « mis à plat » par le travail documentaire, l’industrialisation des formats et l’énonciation éditoriale des écrans (Jeanneret, 2001 : 81).

34En ce sens, Souchier affirme que « le cartographe produit des artefacts visuels, observe des correspondances à l’écran, les trie, les hiérarchise, établit des relations, et cela par le truchement d’outils logico-statistiques qui créent les signes mêmes qu’il va ensuite observer » (cité dans Jeanneret, 2001 : 81). Un peu comme la physique quantique où l’outil du chercheur détermine en partie la nature de ce qui sera observé (matière ou onde), la cueillette des traces informatiques afin de révéler le social risque d’évacuer plusieurs précautions d’importance, à commencer par le fait que la cueillette de traces est déjà une interprétation de la part du chercheur, que les cartographies produites demeurent toujours des hypothèses et qu’elles sont aussi issues de plusieurs médiations. Dans ce contexte, quels sont la forme, la valeur et le sens des traces numériques, alors qu’un appareillage « sépare » le producteur de la production et que cet appareillage est déjà une médiation qui laisse sa trace ?

Pour une méthodologie de la trace numérique

35S’il y a bien un changement qui est opéré dans la nature de la trace elle-même en raison de la médiation technologique, nous croyons qu’il y a tout de même possibilité de distinguer des traces dans la production et dans la diffusion des mèmes. Si leurs traces risquent effectivement d’être instrumentalisées dans des appareillages informatiques et statistiques complexes à la « Big Data », elles peuvent tout de même fournir une forme de connaissance basée sur la production humaine dans un contexte technologique, sans prétendre identifier une « réalité sociale » que les traces informatiques révéleraient. En ce sens, dans ce contexte particulier du numérique, la question des traces doit être déplacée pour ne plus considérer les traces comme des « réalités cachées », mais comme des conditions de possibilité d’une culture partagée par un réseau humain. Ainsi, les cartographies de pratiques sur le Web, par exemple, « devraient surtout renvoyer à des hypothèses explicites sur la façon dont les pratiques, les idées et les valeurs sont censées avoir pu circuler pour donner de telles “traces” » (ibid. : 75). Cette approche fonctionnelle de la trace évacue toute prétention essentialiste pour plutôt étudier les traces d’activité et les traces d’usage. Jeanneret identifie alors deux conséquences. D’une part, « l’écriture [traduction en numérique] sémiotise la pratique, c’est-à-dire qu’elle propose, non une activité, mais un scénario et un programme de cette activité » (ibid. : 70-71). Ce scénario peut alors être considéré comme condition de possibilité des traces dans la production de mèmes. D’autre part, « cette écriture est une médiation, qui se définit à la fois par la logique sociale qui la porte et par la mobilisation des ressources du média » (ibid. : 71). Cette médiation est à la fois sociale, parce que c’est une représentation construite, à la fois technique, car elle dépend de ce que permet ou empêche le média. Les balises à la recherche sont alors les conditions de l’expression et les figures de pratiques productrices de traces lors de la communication en ligne. La trace numérique est construite culturellement et techniquement (médiation) et tient lieu de documentation sur des pratiques et des usages effectués et anticipés.

36Reprenant alors la proposition méthodologique formulée précédemment, il nous faut reconstituer le réseau de traces présentes dans les mèmes numériques et signifiantes dans ce qu’elles ont d’absent (les producteurs) pour comprendre ce qui est différent, ce qu’elles ont de particulier. Ces traces nous donnent autant d’indices (qui échappent à la plupart des gens) sur les réseaux dans lesquels les mèmes circulent, sur l’identité de certaines communautés en ligne, et ce, grâce aux conditions de possibilité de production et de circulation de ces mèmes. Plus spécifiquement, dans le cadre d’une étude sur les mèmes numériques, nous pouvons rechercher ce que Galinon-Mélénec (2011) appelle les « signes-traces d’identification », ces très petites parcelles perceptibles présentes dans la communication entre individus, entre groupes, entre peuples différents afin de mettre en lumière ces signes-traces de pratiques communes à travers différents « événements » et d’identifier les conditions de possibilité de la production de tel mème. En considérant les signes-traces identifiés comme extériorisation de l’intériorisation des pratiques communes, nous pourrions interpréter le portrait ainsi tracé : tel un médecin, prendre tous ces symptômes pour poser un diagnostic sur l’état d’un groupe social ou, à partir de la méthode du détective présentée par Ginzburg, considérer ces indices comme révélateurs d’une réalité humaine complexe qui exprime ses conditions de possibilité.

Analyse d’un cas

37Reprenant l’exemple du mème numérique portant sur le jeu Portal, il semble évident que ce mème est produit par et pour une communauté de joueurs qui connaissent le jeu et qu’il réfère aussi à la culture désormais plus large des LOLcats, qui a envahi le Web populaire. Ici, nous pourrions aisément reconstituer le portrait de la communauté entourant ce mème en identifiant dans quels réseaux celui-ci circule. Or, au-delà de ces signes évidents et culturellement marqués qui composent ce mème, nous croyons qu’il y a des traces de production, plus parcellaires, qui « trahissent » ses conditions de possibilité et, ainsi, l’identité d’une communauté en ligne. L’identification de ces traces de pratiques et d’usages précise l’interprétation, raffine l’analyse et met en lumière de nouveaux indices. Ces traces sont alors considérées dans le prolongement de la technique qui les a produites : dans le choix des éléments structurant le message, dans la technè employée à sa réalisation, dans la forme de la structure elle-même comme trace d’un pattern culturel d’organisation du sens, dans le nombre de déclinaisons et dans la qualité des variations pour un mème similaire, etc. Il y a une façon de faire et de communiquer propre à certaines communautés qui, au-delà du sujet et des références du mème numérique, au-delà du sens à première vue interprétable, au-delà de ce que sont les mèmes comme mode de communication désormais formalisé, est révélatrice des conditions de possibilité de pratique et d’usage issues d’une identité culturelle extériorisée.

38Dans ce mème de Portal, nous pouvons relever des signes-traces d’identification dans le simple fait de produire un mème numérique. Plus précisément, une condition de possibilité de ce mème a été d’être réalisé non pas avec un générateur automatique de mèmes, mais grâce à un logiciel de montage visuel. La maîtrise technique exigée pour la réalisation de ce mème a laissé des traces qui ne sont pas les mêmes que celles laissées par celui qui utilise un générateur de mèmes. Le fait que le mème ait été produit selon un modèle unique est un indice de créativité, car ce mème témoigne d’une certaine originalité par rapport à beaucoup de mèmes. Nous pouvons aussi observer le découpage très précis du chat qui exige une maîtrise technique que tous ne possèdent pas. Plus encore, l’intégration du chat sur le fond et « derrière » le rond bleu témoigne d’une habileté technique pour rendre inapparentes les marques de l’ajout de cet élément. Comme dirait Ginzburg (1980) en parlant de Sherlock Holmes, faire disparaître les traces est déjà une trace en soi... De la même manière, la qualité de définition des deux images de base est relativement bonne et cette définition est la trace d’un souci de produire un mème visuellement de qualité. Grâce à toutes ces premières traces, nous pouvons supposer que le producteur de ce mème est probablement quelqu’un à l’aise avec plusieurs logiciels, probablement avec l’informatique en général, et qui est créatif.

39En regardant de plus près, on se rend compte que le souci des détails est d’ailleurs présent dans d’autres traces. Nous observons par exemple que l’angle de la lumière projetée sur le chat respecte l’angle de la lumière dans le fond de l’image, à droite, comme si la source lumineuse était la même. Ce détail, anodin, peut-être même inconscient (comme trace « involontaire »), démontre un souci esthétique ou, du moins, une capacité à harmoniser des éléments. En ce sens, le gris du chat s’harmonise tout à fait avec le décor, trace d’un choix esthétique qui a été posé parmi toutes les couleurs de chat possibles. Une certaine symétrie des deux éléments ajoutés (le chat et l’écriture) crée aussi un équilibre dans l’image, bien qu’il aurait été possible de produire un équilibre et une impression esthétique plus achevée. Avec toutes ces traces, devenues indices, on imagine un producteur ayant un certain nombre de connaissances techniques et une certaine culture de l’image, mais qui n’est probablement pas un artiste ou un graphiste professionnel.

40On pourrait aussi ajouter que les traces laissées par le choix d’un chat et du type de typographie font la preuve d’une certaine connaissance des phénomènes Web, en l’occurrence des LOLcats et des mèmes en général, puisque la typographie est assez typique de ce genre de production. Le producteur connaît sans doute relativement bien, voire même très bien, la culture populaire Web. Plus encore, ce producteur est sûrement un joueur de Portal, car le choix de l’image de base (fond) est une capture d’écran prise dans le jeu et semble avoir été prise par le producteur lui-même. En effet, une recherche sommaire sur le Web ne nous a pas permis de retrouver l’image de base : nous pouvons donc supposer qu’elle a été prise par le producteur lui-même pour réaliser son mème. Finalement, au-delà de l’utilisation du mot cake comme référence directe au jeu, alors que le gâteau est une blague pour les initiés, le choix de l’anglais constitue aussi une trace puisque cette langue prédomine largement le monde vidéoludique.

41Grâce à tous ces indices, ces signes-traces, ces détails négligeables, ces données marginales, nous pouvons formuler une hypothèse, sous forme d’intuition, à savoir que ce producteur de mème est un joueur de Portal, habitué à l’univers informatique et au Web, et qui témoigne d’une certaine maturité et créativité, sans être un artiste professionnel. Cette intuition vient en partie valider et raffiner l’analyse selon laquelle ce mème est produit par et pour une communauté de joueurs qui connaissent le jeu et qu’il réfère aussi à la culture désormais plus large des LOLcats qui a envahi la majorité des internautes. En effet, cette analyse des signes-traces est cohérente avec le fait que la communauté des joueurs de jeux vidéo du type de Portal possède beaucoup de connaissances techniques et informatiques, sont bien au fait de la culture populaire Web, sont créatifs et apprécient l’humour du jeu avec l’histoire du « gâteau ».

En guise de conclusion...

42À partir de cette analyse qualitative sur un mème, il faudrait reproduire la démarche sur un ensemble de mèmes et jumeler ces analyses qualitatives à une méthode quantitative (Shifman et Thelwall, 2009) mise en place par d’autres chercheurs afin de suivre leur diffusion dans les communautés. Nous aurions ainsi des indices de l’identité des communautés grâce à l’identification de ces traces. En ce sens, une étude sur un plus grand nombre de mèmes nous permettrait sûrement d’identifier ces signes-traces pour l’instant « silencieux », mais qui communiquent pourtant déjà « involontairement ». Nous pourrions alors reconstituer, comme le détective, la narrativité des traces, c’est-à-dire le réseau de sens produit par l’ensemble des traces comme indices spécifiques à un réseau d’humains qui communiquent ensemble. Plus précisément, il s’agirait de reconstituer la généalogie des traces événementielles constitutives du sens de l’identité d’une communauté, comme autant de différences logées au sein même de la production des signes lors de l’acte communicationnel. Voici, en substance, notre proposition méthodologique.

43Bien sûr, nous sommes consciente que cette proposition demeure en partie incomplète. Elle doit être considérée comme une ébauche à partir de laquelle d’autres travaux pourront s’arrimer afin de rendre plus opérante cette méthode. Néanmoins, nous avons l’intuition qu’il est possible, en considérant la trace comme un indice interprétable en tant que « symptôme » d’événements transformant les conditions de possibilité d’un sens identitaire, de mieux comprendre une « réalité complexe », même si ces traces sont numériques, encodées dans un langage informatique et semblent être « déshumanisées ». Dans un monde de plus en plus numérisé, l’humain s’immisce tout de même dans toutes ces marges de jeu qui lui sont laissées et produit ainsi involontairement un ensemble de traces de son humanité qui ont un sens pour celui qui les interprète. À nous, en sciences humaines et sociales, de démontrer la valeur heuristique des signes-traces, de ces « signes dans les signes » afin de mieux comprendre notre monde.

Haut de page

Bibliographie

Adamic, L., Lenton T., Adar, E., et Ng, P. (2014). The Evolution of Memes on Facebook. Facebook Data Science. Repéré à https://www.facebook.com/notes/facebook-data-science/the-evolution-of-memes-on-facebook/10151988334203859.

Basquiat, J.-P. et Jacquemin, C. (2001). Ben Laden existe-il ? Sont-ils plusieurs ?. Automates intelligents. Repéré à http://www.automatesintelligents.com/edito/2001/nov/edito1.html.

Bauckhage, C. (2011). Insights into Internet Memes. Proceedings of the Fifth International AAAI Conference on Weblogs and Social Media, 42-49.

Bonenfant, M., Glinoer, A. et Lapointe, M.-E. (2013). Le printemps québécois. Une anthologie. Montréal, Québec : Éditions Écosociété.

Dawkins, R. (1989). The Selfish Gene (2e éd.). Oxford, Royaume-Uni : Oxford University Press.

Derrida, J. (1968). Différance. Bulletin de la société française de philosophie, juillet-septembre, 63(2), [1-19].

Eco, U. (1984). Sémiotique et philosophie du langage. Paris, France : Presses universitaires de France.

Galinon-Mélénec, B. (2011). Fragments théoriques du signe-trace. Propos sur le corps communicant. Dans B. Galinon Mélénec (dir.), L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines (p. 191-212). Paris, France : CNRS Éditions.

Ginzburg, C. (1980). Signes, traces, pistes. Racines d’un paradigme de l’indice. Le débat, 6(6), 3-44.

Jeanneret, Y. (2011). Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé. Dans Galinon Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines (p. 59-85), Paris, France : CNRS Éditions.

Knobel, M. et Lankshear, C. (2007). Online Memes, Affinities, and Cultural Production. Dans M. Knobel et C. Lankshear (dir.), A New Litteracies Sampler (vol. 29, p. 199-227). New York, NY : Peter Lang.

Lin, C. X., Zhao, B., Mei, Q., et Han, J. (2010). PET : A Statistical Model for Popular Events Tracking in Social Communities. Proceedings ACM Inf. Conference on Knowledge Discovery and Data Mining, 929-938.

Peirce, C. S. (1931-1958). Collected Papers Of Charles Sanders Peirce. Cambridge, Harvard University Press (vol. 1 à 6 édités par Charles Hartshorne et Paul Weiss ; vol. 7 et 8 édités par Arthur).

Shifman, L. et Thelwall, M. (2009). Assessing Global Diffusion with Web Memetics : The Spread and Evolution of a Popular Joke. Journal of the American Society for Information Science and Technology, 60(12), 2567-2576.

Uzel, J.-P. (1997). Pour une sociologie de l’indice. Sociologie de l’art, (10), 25-51.

Haut de page

Notes

1 Comme en témoigne la récente campagne publicitaire (2013) de Bell Canada avec son service Vibe, où un mème numérique est utilisé comme image publicitaire, le « success kid » (un mème célèbre avec une image d’un bébé toujours gagnant, peu importe la situation), avec le slogan « A payé pour 15 Go ; a reçu 250 Go en prime ».

2 Knobel et Lankshear (2007) identifient trois caractéristiques qui semblent être des éléments expliquant le succès viral de certains mèmes numériques : 1) humour, 2) intertextualité et 3) juxtaposition « anormale » d’éléments, surtout visuels.

3 Une seule fois au courant de nos recherches, nous avons eu la chance d’identifier la « source », c’est-à-dire l’individu qui a produit le premier mème portant sur « l’oie spéciale », à l’occasion de la grève étudiante 2012, au Québec (Bonenfant, Glinoer et Lapointe, 2013).

4 Repéré à : http://knowyourmeme.com/memes/star-wars-kid.

5 Le site Know your meme décrit ainsi ce mème : « Philosoraptor is an image macro series featuring a clip art of Velociraptor deeply immersed in metaphysical inquiries or unraveling quirky paradoxes. One of the more thoughtful (and successful) Advice Dog variations, Philosoraptor challenges the reader with his deep, existential, Paleolithic questions » (Repéré à : http://knowyourmeme.com/memes/philosoraptor).

6 « LOL » est l’acronyme de « laughing out loud » et cats signifie « chats ». Les LOLcats pourraient être traduits par les « chats humoristiques ». Le site Know your meme explique : « LOLcats are image macros consisting of humorous photos of cats with superimposed text written in a form of broken English known as lolspeak. The LOLcat meme gained much of its traction through the weekly ritual of Caturday on 4chan and I Can Has Cheezburger » (Repéré à : http://knowyourmeme.com/memes/lolcats).

7 Le soulignement est de l’auteure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maude Bonenfant, « Le mème numérique : étude sémiotique des réseaux à partir des concepts de trace et d’indice », RISCP, 12 | 2014, 27-42.

Référence électronique

Maude Bonenfant, « Le mème numérique : étude sémiotique des réseaux à partir des concepts de trace et d’indice », RISCP [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1295 ; DOI : 10.4000/communiquer.1295

Haut de page

Auteur

Maude Bonenfant

Professeure, Département de communication sociale et publique
Université du Québec à Montréal, Canada
bonenfant.maude[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org