Navigation – Plan du site

Communication internationale et interculturelle : mondialisation et dimensions politiques

Coordination du dossier par :
Farrah Bérubé, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada
Caroline Bouchard, Université du Québec à Montréal, Canada
Caterine Bourassa-Dansereau, Université du Québec à Montréal, Canada

Présentation

À l’ère de la mondialisation, les rapports entre les acteurs, étatiques et non-étatiques, de la sphère internationale ainsi qu’entre les groupes et individus issus de diverses cultures sont en mutation constante. La communication internationale et la communication interculturelle (CII) s’intéressent aux changements dans les situations communicationnelles entre ces divers acteurs. Bien que ces deux champs d’études et de recherche se distinguent par la spécificité de certains de leurs objets d’étude et le développement de leurs traditions de recherche, ils comportent également plusieurs espaces de rencontres et sont imbriqués l’un dans l’autre. Particulièrement dans un contexte de mondialisation, l’international et l’interculturel sont intimement liés et au cœur de multiples situations et expériences vécues ici et ailleurs.

La communication interculturelle s’intéresse aux phénomènes de communication entendus comme « une rencontre, une relation de coprésence culturelle entre individus ou groupes, acteurs de la communication » (Hsab et Stoiciu, 2011, p.10). La communication internationale, quant à elle, s’intéresse aux « situation[s] de communication, qui à différents niveaux, met[tent] en contact des cadres étatiques distincts, des relations entre nations » (Hsab et Stoiciu, 2011, p.11). Si la communication internationale propose une analyse des enjeux de communication entre les États, les régions du monde, les groupes et mouvements transnationaux et autres acteurs non-étatiques, la communication interculturelle, elle, s’attarde davantage aux enjeux de communication interpersonnelle (Gudykunst et Mody, 2002). Par ailleurs, l’une et l’autre s’intéressent aux questions de communication et de culture ainsi qu’à la question de la différence. En effet, toutes deux visent l’étude des échanges et des interactions entre des acteurs, groupes ou individus culturellement différents ainsi que des problèmes sociaux qui en découlent (Rogers et Hart, 2002). De plus, « les communications internationales servent […] de contextes pour comprendre les enjeux d’interculturalité, alors que les communications interculturelles servent de contextes pour comprendre les enjeux d’internationalité » (Hsab et Stoiciu, 2011, p.10). Les enjeux internationaux contribuent donc, selon différentes modalités, à toutes rencontres interculturelles et les divers processus interculturels s’articulent aux situations communicationnelles à l’international.

La communication internationale et la communication interculturelle demeurent des champs d’études et de recherche en mouvance (Agbobli, 2015; Arasaratnam, 2015; Reyniers, 2015; Agbobli, Hsab 2011; Brunel, Charron 2002; Mowlana 1997). Les mutations significatives des rapports communicationnels entre les acteurs de la mondialisation ont ouvert plusieurs nouvelles avenues de recherche en CII. Agbobli (2015, p.78) souligne que « [l]’avènement d’Internet, le développement des réseaux socionumériques, la résurgence du terrorisme, etc., ont modifié les sphères traditionnelles de la recherche en communication internationale ». Ces mêmes enjeux de mondialisation ont influencé les études en communication interculturelle. Ainsi, nombre de travaux – émanant de chercheurs provenant de diverses disciplines - ont exploré une variété de questions liées à CII en contexte de mondialisation. Plusieurs auteurs se sont intéressées aux phénomènes de radicalisation, de prévention et d’intervention sur l’Internet (Neumann, 2013), au traitement médiatique international du terrorisme (Brinson, Stohl, 2012; Noll, 2003) et ainsi qu’aux enjeux globaux de surveillance et aux big data (Andrejevic, 2013). La mobilisation et la participation citoyennes dans un contexte international (Daghmi, Toumi et Amsidder, 2015; Berenger, 2013 ; Kubler, 2011; Lecomte, 2011) et dans un contexte de diversité (Anouar Lahouij, 2015, Bérubé et Pulvar, 2015, Morrissey, 2015; Yoon, 2016) ont aussi fait l’objet de recherches récentes. La mobilité internationale et les effets des divers flux migratoires des dernières décennies ont également intéressé nombre de chercheurs. Certains ont exploré des enjeux de communication et d’intervention interculturelles en contexte de mobilité internationale (Montgomery et Bourassa-Dansereau, sous presse) et de stages réalisés à l’étranger (Agbobli et Rico De Sotelo, 2005; Ladmiral et Lipiansky, 2015). D’autres ont investigué des questions liées aux diasporas, incluant les relations entre les diasporas et leurs sociétés d’origine et d’accueil (Mattelart, 2009; Agbobli, Kane et Hsab, 2013, Wei et Hua, 2013, Cogo, ElHajji et Huertas, 2012) et le concept de digital diaspora (Scopsi, 2009). Des enjeux de société relatifs au CII dans un contexte mondialisé tels que l’environnement (Kane, 2016), l’éducation (Abdallah-Pretceill et Porcher, 2005; Dervin et Suomela-Salmi, 2006 ; Mellouki, 2004) et la santé (Laquerre, 2015 ; Boivin, Leanza, et Rosenberg, 2012) ont aussi été examinés. Enfin, l’omniprésence des médias numériques et leurs effets sur la CII dans des domaines tels que la diplomatie (Seib, 2012) et des réalités de l’interculturel (Allison et Emmers-Sommer, 2011; Daghmi, Toumi et Amsidder, 2013) ont récemment généré plusieurs études.

Ce numéro thématique propose d’actualiser les apports théoriques et les résultats de recherche émergeant à la fois du croisement entre la communication internationale et interculturelle et des particularités propres à chacun de ces champs. Il vise également au développement et à la mise en valeur de la recherche francophone effectuée dans ces champs de la communication.

Plus spécifiquement, ce numéro souhaite insister sur la contribution des deux champs à l’étude des enjeux politiques à l’ère de la mondialisation. Les chercheures et chercheurs en CII s’intéressent depuis longtemps aux dimensions politiques de leur champ d’études. Ces dimensions réfèrent à la fois à la politique (comme art de gouverner, d’acquérir le pouvoir ou comme programme d’action d’un gouvernement) et au politique (qui renvoie aux opinions et débats de la sphère politique) (Pelluchon, 2007). À la lumière des écrits de Hannah Arendt (1995), le politique en CII peut aussi être compris comme un espace d’action et de liberté pour les individus et les communautés qui s’y trouvent. Finalement, mentionnons les enjeux liés aux politiques institutionnelles, gouvernementales ou publiques qui définissent et orientent les statuts et comportements individuels et collectifs.

Ce numéro thématique souhaite aborder les dimensions politiques de la CII à l’ère de la mondialisation à travers quatre axes. Sans être exhaustives, ces pistes orientent la nature des contributions attendues pour ce numéro. Ces axes soulignent également la pertinence et l’originalité de ce numéro. En effet, les recherches récentes s’intéressant à ces enjeux dans les champs de la communication internationale et interculturelle restent encore peu nombreuses.

Axe 1 : Politiques publiques et institutionnelles : enjeux de CII
À travers cet axe, nous appelons les contributions explorant les enjeux communicationnels interculturels et internationaux associés aux politiques publiques et institutionnelles dans un contexte mondialisé. Par exemple, de quelles façons ces différentes politiques orientent-elles les processus et expériences de communication interculturelle au sein des institutions et organismes publics et parapublics, des villes, des États ou des organisations internationales ? Comment les politiques publiques gouvernementales s’articulent-elles à la CII, ici et ailleurs ? Comment les technologies numériques participent-elles à la diffusion, au renforcement ou à la transformation de ces politiques et quelles en sont les incidences sur la CII ?

Axe 2 : Enjeux numériques du système international et CII
Le processus de mondialisation a entraîné non seulement l’émergence de nouveaux acteurs sur la scène internationale, mais également des mutations réelles des modes de communication entre ces divers acteurs. L’omniprésence des médias numériques, et particulièrement le rôle croissant des médias sociaux, a créé de nouveaux enjeux et de nouvelles pratiques entre les acteurs du système international. Les contributions de cet axe pourront explorer les apports de la CII à l’étude des rapports contemporains entre les acteurs étatiques et non étatiques du système international autour d’enjeux politiques et numériques tels que la diplomatie numérique, la cybersécurité et le cyberterrorisme. Par exemple, comment la diplomatie numérique se décline-t-elle dans divers États ? Quelle place pour la cybersécurité et le cyberterrorisme dans les études en CII ?

Axe 3 : Participations citoyennes et CII
À travers cet axe, nous souhaitons explorer les nouvelles formes de construction et d’expression de participations citoyennes dans les contextes interculturel et international à l’ère de la mondialisation. Par exemple, quelles nouvelles significations, quelles pratiques, quels usages et quels langages alimentent les débats citoyens interculturels et internationaux ? Quelles sont les dimensions politiques de la participation citoyenne, ici et ailleurs ? Quels rôles jouent les médias numériques dans cette participation et comment s’articulent-ils aux enjeux interculturels et internationaux ?

Axe 4 : Parcours et expériences migratoires
La mobilité internationale actuelle, sous ses multiples déclinaisons, favorise une grande diversité d’expériences migratoires. Celles-ci sont de courte ou de longue durée, choisies ou imposées, motivées par des choix professionnels, familiaux ou liés aux études, etc. À travers les contributions de cet axe, nous souhaitons questionner les rôles des différentes politiques migratoires (nationales et internationales) dans ces expériences et parcours, et ce, dans une perspective communicationnelle interculturelle et internationale. Par exemple, comment les traités et conventions internationaux modulent-ils les parcours et expériences des migrants ? De quelles façons les différentes politiques institutionnelles, ici et ailleurs, répondent-elles aux besoins des personnes réfugiées et s’inscrivent-elles dans les enjeux de CII ? Quels sont les usages numériques des migrants et comment ceux-ci s’articulent-ils à leurs expériences communicationnelles ?

Directives

Dans le cadre de cet appel à articles, la soumission de résumés d’intention est obligatoire. Les résumés seront composés de 500 mots (ou 2500 caractères espaces comprises). Ils seront soumis à Communiquer, Revue de communication sociale et publique, les auteur.e.s doivent sélectionner la rubrique « Communication internationale et interculturelle ».

Les auteurs/trices dont les résumés seront sélectionnés, lors du dépôt des articles complets, doivent procéder par leur compte d’auteur. Les exigences détaillées de soumission des articles sont indiquées à l’adresse : http://communiquer.revues.org/1275

Les consignes de mise en forme d’un article sont consultables sur la page : http://communiquer.revues.org/1276

Afin d’éviter les conflits d’intérêts potentiels, les personnes qui soumettent des manuscrits peuvent, si elles le souhaitent, transmettre à la revue une liste des personnes évaluatrices ou responsables de manuscrit qui pourraient occasionner de tels conflits.

Dates importantes (calendrier prévisionnel)

Soumission des résumés : 1er décembre 2017

Retour aux auteur.e.s : 15 janvier 2018

Soumission des articles complets : 1er mai 2018

Retour d’évaluation : 1er juillet 2018

Parution : Premier trimestre 2019

Contacts

Farrah Bérubé, Ph. D., professeure au département de lettres et communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières,
farrah.berube@uqtr.ca

Caroline Bouchard, Ph. D, professeure au département de communication sociale et publique à l’Université du Québec à Montréal,
bouchard.caroline.3@uqam.ca

Caterine Bourassa-Dansereau, Ph. D., professeure au département de communication sociale et publique à l’Université du Québec à Montréal,
bourassa-dansereau.caterine@uqam.ca

Références citées

Abdallah-Pretceille, M. et Porcher, L. (2005). Éducation et communication interculturelle. Paris: Presses Universitaires de France.

Agbobli, C., et Rico de Sotelo, C. (2005). La communication internationale, le développement et l’interculturalité. La pratique du stage, son imaginaire et son enjeu théorique. Dans P. Mongeau et J. Saint-Charles (dir..), Communication: horizons de pratiques et de recherche, pp.. 185-213. Sainte-Foy: Presses de l’Université du Québec.

Agbobli, C. et Hsab, G. (dir.). (2011). Communication internationale et communication interculturelle. Regards épistémologiques et espaces de pratiques. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Agbobli, C., Kane, O. et Hsab, G. (dir.). (2013). Identités diasporiques et communication. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Agbobli, C. (2015). La communication internationale : état des lieux et perspectives de recherche pour le XXIe siècle. Communiquer, n. 15, pp. 65-84.

Allison, M.-L., et Emmers-Sommer, T. M. (2011). Beyond Individualism-Collectivism and Conflict Style: Considering Acculturation and Media Use. Journal of Intercultural Communication Research, 4(2), pp. 135–152.

Andrejevic, M. (2013). Surveillance in the Big Data Era. Dans K. D. Pimple (dir.), Emerging Pervasive Information and Communication Technologies (PICT): Ethical Challenges, Opportunities and Safeguards, pp. 55–69. Dordrecht, Netherlands: Springer.

Anouar Lahouij, M. (2016). L’activisme en ligne face aux divisions identitaires. Dans A. Amsidder, F. Toumi et F. Daghmi (dir.). Actes du colloque L’identité au pluriel (Agadir, 2016), pp. 447-457. Faculté des lettres et des Sciences Humaines

Arasaratnam, L. A. (2015). Research in Intercultural Communication: Reviewing the Past Decade. Journal of International and Intercultural Communication, 8(4), 290‑310. https://doi.org/10.1080/17513057.2015.1087096

Arendt, H. (1995). Qu’est-ce que la politique ? Paris: Éd. du Seuil.

Berenger, R.D. (dir.) (2013). Social Media go to War: Unrest, Rebellion and Revolution in the Age of Twitter. Washington, DC : Marquette Books.

Bérubé, F. & Pulvar, O. (2015) Usages des TIC et appropriations des médias en période de crise sociale. Communication, technologie et développement, n. 2, pp. 140-149.

Boivin, I., Leanza, Y. et Rosenberg, E. (2012). Représentations et rôles des interprètes professionnels et familiaux dans les entretiens médicaux et implications pour le monde vécu. Alterstice, 2(2), pp. 3546.

Brinson, M.E. et Stohl, M. (2012). Media Framing of Terrorism: Implications for Public Opinion, Civil Liberties, and Counterterrorism Policies. Journal of International and Intercultural Communication, 5(4), pp. 270–290.

Brunel, G. et Charron, C.-Y. (dir.) (2002). La communication internationale, Boucherville : Gaëtan Morin.

Cogo, D., El Hajji, M. et Huertas, A. (2012). Diasporas, migrations, technologies de la communication et identités transnationales. Bellaterra: Institut de la Comunicació, Universitat Autònoma de Barcelona.

Daghmi, F., Toumi, F. et Amsidder, A. (2013). Les médias font-ils les révolutions ? Paris : L’Harmattan.

Daghmi, F., Toumi, F. et Amsidder, A. (2015). Médias et changements ; formes et modalités de l’agir citoyen, Paris: L’Harmattan.

Dervin, F., et Suomela-Salmi, E. (dir.) (2006). Intercultural Communication and Education: Finnish Perspectives/Communication et éducation interculturelles: Perspectives finlandaises. Transversales: Langues, Société, Cultures et apprentissages, vol. 18. Berne: Peter Lang.

Gagnon, É., Pelchat, Y., et Edouard, R. (2008). Politiques d’intégration, rapports d’exclusion: action publique et justice sociale. Québec [Que.: Presses de l’Université Laval. Consulté à l’adresse http://site.ebrary.com/id/10341586.

Gudykunst, W. et Mody, B. (2002). Forward. Dans W. Gudykunst et B. Mody (dir.), Handbook of International and Intercultural Communication, 2nd ed., Thousand Oaks, CA: Sage, pp. ix-x.

Hsab, G. et Stoiciu, G. (2011). Communication internationale et communication interculturelle: des champs croisés, des frontières ambulantes. Dans C. Agbobli et G, Hsab (dir.), Communication internationale et communication interculturelle: regards épistémologiques et espaces de pratique, Québec : Presses de l’Université du Québec, pp. 9-26.

Kane, O (2016.) La communication environnementale. Enjeux, acteurs et stratégies. Paris, L’Harmattan.

Kubler, J. (2011). Les révolutions arabes et le Web 2.0 : Tunisie et Égypte. S.l. : Averroès.

Ladmiral, J.-R. et Lipiansky, E.-M. (2015). La communication interculturelle, 4e édition. Paris (France): Belles Lettres.

Laquerre, M.-E. (2015). Travailler en soutien à domicile dans un contexte pluriethnique: quand faire, c’est être. Québec (Québec): Presses de l’Université du Québec.

Lecomte, R. (2011). Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux. L’Année du Maghreb.

Mattelart, T. (2009). Les diasporas à l’heure des technologies de l’information et de la communication : petit état des savoirs. TIC & Société, 3(1-2).

Mellouki, M.H. (2004). La rencontre : essai sur la communication et l’éducation en milieu interculturel. Sainte-Foy, Québec : Presses de l’Université Laval.

Montgomery, C., et Bourassa-Dansereau, C. (sous presse), Mobilités internationales et intervention interculturelle. Québec: Presses de l’Université du Québec.

Mowlana, H. (1997). Global Information and World Communication. 2e édition. Londres : Sage.

Noll, M. A. (dir.). (2003). Crisis Communications: Lessons from September 11. New York: Rowman and Littlefield.

Pelluchon, C. (2007). Politique. Dans J.-P. Zarader (dir.), Dictionnaire de philosophie Paris: Ellipses, p. 455.

Reyniers, A. (2015). Communication interculturelle. Paris : De Boeck Supérieur.

Rogers, E. M. et Hart W.B. (2002). The Histories of Intercultural, International, and Development Communication. Dans W. Gudykunst et B. Mody (dir.), Handbook of International and Intercultural Communication, 2nd ed., Thousand Oaks, CA: Sage, pp.1-18.

Seib, P. (2012). Real-Time Diplomacy. New York: Palgrave Macmillan.

Wei, L., et Hua, Z. (2014). Diaspora: Multilingual and intercultural communication across time and space. AILA Review, 26, pp. 42‑56.

Yoon, C. (2016). Donner la voix aux marginalisés et les unir. Dans C Ghosn et B. Bilge (dir.) Minorités et médias. Actes du colloque international GERmédias, Paris : Éditions IARSIC et ESSACHESS, pp. 34-46.

  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org