Navigation – Plan du site

Influence, réseaux sociosémantiques et réseaux sociaux dans un conflit environnemental

Influence, Sociosemantic Networks and Social Networks in an Environmental Conflict
Marie-Ève Maillé et Johanne Saint-Charles
p. 79-99

Résumés

L’être humain interagit avec d’autres et ses interactions le conduisent à se former des opinions, lesquelles l’incitent à interagir davantage avec des personnes qui partagent ses vues. En nous basant sur les théories de la diffusion, de la création de sens et des mouvements sociaux, nous avons exploré la dynamique entre relation sociale, influence et création de sens dans un conflit lié à un projet de parc éolien. Une méthodologie mixte, s’appuyant sur des données d’entrevues menées auprès de 93 personnes et comportant des questions sur les perceptions des enjeux et sur les réseaux sociaux, a permis une analyse des arrimages entre réseaux sociaux et réseaux sociosémantiques. Cette analyse a montré que la centralité, l’influence et la similitude du discours sont corrélées en fonction de thèmes précis et que les relations nouvelles ou intensifiées en raison du conflit jouent un rôle particulièrement important dans la similitude du discours. Nous proposons une discussion sur l’émergence d’une nouvelle structure sociosémantique, la construction de l’influence, le rôle des émotions dans le discours et la durabilité des relations lors d’un conflit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Lors de conflits sociaux, il est fréquent de voir les individus s’organiser en groupes en fonction de leurs intérêts et de leur position. On constate alors la présence de « communautés de pensée », des groupes de personnes partageant les mêmes opinions (Scherer et Cho, 2003 ; Teo et Loosemore, 2011). Les enjeux environnementaux, en raison des débats qu’ils suscitent dans la sphère publique, créent un contexte favorable à l’émergence de situations conflictuelles (Cox, 2010). Devant le stress que provoquent ces conflits environnementaux (Moser, 2009), une certaine réorganisation des acteurs sociaux devient parfois inévitable.

2À titre d’exemple, le débat sur l’exploitation des gaz de schiste par fracturation hydraulique, qui a fait rage dans l’actualité des deux côtés de l’océan Atlantique, a donné naissance à de nouvelles coalitions de citoyens, mais aussi à une réorganisation des acteurs de l’industrie gazière et pétrolière. D’un côté, des citoyens se sont rassemblés pour faire contrepoids à ces projets sur le terrain, tandis que, de l’autre, des acteurs de l’industrie, en unissant leurs forces, ont espéré empêcher les critiques de nuire à leurs activités. Devant une menace extérieure qui semble les unir, les gens ont souvent tendance à se regrouper (Stein, 1976), créant s’il le faut de nouvelles structures sociales qui n’existaient pas auparavant, à tout le moins pas dans la forme qu’elles prennent dans le conflit. Ces nouvelles structures s’échafaudent à partir des relations préexistantes (Teo, 2008). Ainsi, les gens, à travers différents réseaux sociaux, interagissent entre eux au sujet de l’enjeu du conflit et ces interactions les conduisent à affirmer leur position, laquelle les incite à interagir avec d’autres personnes qui partagent leurs vues.

3Dans une démarche innovante liant l’analyse des réseaux sociaux à celle de la perception du risque, Scherer et Cho (2003) ont cherché à comprendre la variabilité dans la perception des risques associés à la contamination d’une source d’eau par des polluants chimiques et des métaux lourds dans une communauté états-unienne. Ces auteurs déplorent l’approche de recherche dominante (cognitiviste et individualiste) qui tend à mettre de côté les influences sociales et structurelles quant à l’exposition à l’information concernant un risque et quant à son appropriation par les individus. Scherer et Cho en sont venus à la conclusion que la prise en compte de ces aspects est essentielle, puisque les réseaux sociaux permettent de prédire la perception du risque. La tendance des humains à se regrouper autour d’idées communes est donc connue et documentée, mais la façon dont s’arriment cognition et relation demeure malgré tout peu claire. Dans le but de mieux comprendre cet arrimage, nous proposons une analyse d’un conflit environnemental qui s’appuie sur l’étude des réseaux sociosémantiques et sociaux.

Contexte de l’analyse

4Notre étude s’inscrit dans le contexte d’un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec, développé sur des terres privées en milieu rural, et qui a soulevé une importante controverse vers la fin des années 2000. Ce parc fait partie des projets retenus par Hydro-Québec, société d’État responsable de la production et de la distribution d’électricité, dans le cadre d’un appel d’offres pour la production d’énergie éolienne.

5La période de consultation publique de ce projet éolien menée par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a été un des moments forts du conflit et a donné lieu au dépôt de 248 mémoires par des citoyens et des organisations se sentant interpellés. De nombreux opposants ont présenté le manque d’information et la difficulté d’accès à l’information comme des arguments en défaveur du projet. Ils se sont plaints de ne pas avoir été informés de la venue du projet, d’avoir obtenu peu de réponses à leurs questions et, par conséquent, d’avoir été exclus du processus de développement du projet. Le BAPE a confirmé cette impression dans son rapport. Nous avons aussi montré que plusieurs citoyens concernés par le projet éolien ont effectivement appris son existence alors que son développement était très avancé, au point qu’il soit déjà retenu par Hydro-Québec (Maillé et Saint-Charles, 2014).

6Une fois la nouvelle de ce projet connue dans la population, l’opposition au projet s’est rapidement organisée. Des personnes se sont mobilisées pour informer leurs concitoyens et créer officiellement un groupe d’opposition dans le but de contrer le développement éolien en région habitée au Québec et, plus précisément, de stopper le projet qui concernait directement ses membres. Selon les informations fournies par le groupe, il y aurait eu 200 membres en règle au plus fort du conflit et un nombre difficile à évaluer de sympathisants. Le regroupement a été à l’origine de la diffusion d’une quantité importante d’information, notamment grâce à leur site internet, à des bulletins de nouvelles distribués dans les boîtes aux lettres des villages visés par le projet éolien et à une séance d’information publique qui a regroupé quelques centaines de personnes avant les audiences du BAPE. Pour plusieurs, le groupe d’opposants constituait la source d’information la plus importante.

7À partir de 93 entrevues menées auprès de gens concernés par ce projet éolien, nous avons montré (Maillé et Saint-Charles, 2014) qu’un grand nombre d’opposants ont été informés de la venue du projet par d’autres opposants, c’est-à-dire que leur premier contact avec l’information concernant l’implantation du parc éolien ne se produisait pas dans un contexte neutre, mais était vraisemblablement déjà teinté de la position de ces premiers interlocuteurs. De nombreux opposants avaient très peu de sources d’information et celles-ci étaient peu variées ; ils se sont informés essentiellement auprès de leurs proches et des médias. Les réseaux interpersonnels ont joué un très grand rôle dans ce conflit alors que l’information a surtout circulé informellement. Pour que l’information circule si facilement entre les individus, il fallait une grande dose de confiance et de cohésion sociale, ce dont les opposants ont beaucoup fait preuve entre eux. En effet, si nombre d’entre eux ont exprimé une grande défiance à l’égard de leurs adversaires, ils ont aussi exprimé une grande confiance envers celles et ceux qui partageaient leur position, au point que plusieurs informations non vérifiées ont été tenues pour acquises et rediffusées. Ce fut entre autres le cas de certaines anecdotes « fondatrices », qui dépeignaient les opposants en victimes et leurs adversaires sous un éclairage particulièrement négatif. Ces anecdotes ont souvent été rapportées dans les entrevues par des gens qui n’étaient pas directement concernés ou n’avaient pas été témoins, signe que l’information au sujet des agissements des différents acteurs circulait abondamment, sans pour autant que sa véracité ne soit vérifiée auprès des principaux concernés. La cohésion sociale des opposants n’était pas perceptible uniquement à leur discours, mais également dans la réorganisation sociale qu’a connue une part de la communauté qui s’en est trouvée profondément divisée. L’analyse des réseaux sociaux a en effet permis de montrer que les opposants avaient vécu, en raison du conflit, une intensification de nombre de leurs relations sociales, mais surtout la création de nouveaux liens (Maillé et Saint-Charles, 2012).

8La nouvelle structure sociale composée par les opposants au projet éolien est-elle le résultat ou la cause du discours d’opposition ? Ni l’une ni l’autre n’existaient avant la venue de ce projet. Partant du postulat de leur co-construction, notre objectif est d’explorer ce point de tension dynamique entre relation sociale, influence et création de sens.

Des liens étroits entre communication et cognition

9L’idée de la cognition sociale, soit que les autres jouent un rôle dans la cognition d’un individu, n’est pas nouvelle (Fiske et Taylor, 1991). Selon cette approche, le sens donné à la réalité par un individu est le fruit d’une construction qui survient dans un environnement social qui l’influence (Berger et Luckmann, 1966). Si la relation sociale tient un rôle dans le processus de création de sens, l’arrimage des deux notions est toujours mal compris. Pour cerner les limites de la connaissance à ce sujet, nous présentons brièvement les deux idées, puis ce qu’on sait de leur(s) intersection(s).

La création de sens

10Au quotidien, les gens ressentent, plus ou moins consciemment et activement, le besoin de créer du sens, de comprendre ce qu’ils vivent (Sorrentino et Roney, 2000), et ce, d’autant plus si l’incertitude est grande (Bradac, 2001). Ce besoin, que l’on peut définir comme la motivation à fournir un effort cognitif, à analyser l’information et à évaluer les différents arguments, varie d’un individu à l’autre et d’une situation à l’autre (Fiske et Taylor, 1991). Pour les aider dans cette tâche, les gens ont besoin d’information pour combler le plus possible les incertitudes, et ils ont recours à différents processus pour les obtenir (Griffin, Dunwoody et Neuwirth, 1999). Il arrive cependant un moment où les personnes, surtout parmi les plus activement engagées dans le processus cognitif, n’arrivent plus à considérer toute l’information qu’elles ont déjà en leur possession, car celle-ci est abondante, complexe et parfois contradictoire, mais, surtout, qui génère à son tour de nouvelles questions et incertitudes (Brashers, 2001). De plus, la confiance qu’inspire la source d’information a une influence sur la manière dont l’information elle-même est perçue (Fox et Irwin, 1998), pouvant ainsi contribuer à sa prise en compte même si elle s’avère inexacte (voire carrément mensongère) ou à son rejet malgré sa potentielle véracité (Brashers, 2001).

11La distinction proposée entre incertitude et ambiguïté revêt une importance toute particulière pour notre propos : l’incertitude est associée à un manque d’information (un choc d’ignorance), tandis que l’ambiguïté est provoquée par un trop-plein d’information (un choc de confusion) (Saint-Charles et Mongeau, 2009). Pour Weick (1995), l’ambiguïté correspond justement aux situations qui commandent un processus actif de création de sens. De plus, l’ambiguïté contient une dimension affective, qui incite les gens qui la subissent à se tourner davantage vers leur réseau de proches (Krackhardt et Brass, 1994). Ce recours aux proches a aussi été observé lorsque des gens exposés à un risque – et donc inquiets – ne font pas confiance aux décideurs et aux experts pour gérer la situation (Slovic, 1999).

12Pour enclencher le processus de création de sens, l’attention doit tout d’abord être captée par un changement dans le flot habituel des événements (Mongeau et Tremblay, 2002 ; Weick, 1969). Ce changement peut être une information fournie par une autre personne ou provenir d’une observation personnelle. Il procure une partie du matériel pour la création de sens. Le sens créé par un individu l’est donc toujours à partir d’indices ou d’informations incomplètes (Dervin, 1999). L’autre partie du matériel pour créer du sens provient des schémas interprétatifs (Weick, 1995) que l’individu a construits au fil de ses interactions. Ensuite, dans un processus actif, l’individu utilise l’indice, qu’il lie à un schéma interprétatif existant, pour apposer des étiquettes sur le changement, qui deviennent autant de possibilités de sens. À travers la communication et ses interactions avec les autres, l’individu testera et retiendra un sens plausible, qui n’est pas forcément exact ou rigoureux, mais qu’il conservera dans ses schémas interprétatifs jusqu’au prochain changement dans son environnement. Même une information inexacte ou incorrecte peut contribuer à créer du sens ; tant que l’individu a la perception qu’il y a cohérence dans le processus cognitif, l’information peut contribuer à réduire l’incertitude (Brashers, 2001). Dans le processus décrit en détail par Weick (1995), l’individu n’est pas isolé ; au contraire, ses relations sociales influencent à la fois les étapes d’isolement des indices, de construction des schémas interprétatifs et de validation du sens créé.

La relation sociale

13L’être humain est partie intégrante de réseaux sociaux (Granovetter, 1985) constitués de relations qui peuvent jouer plusieurs rôles : être porteuses d’information, de confiance, de soutien, etc. Les liens forts (où les personnes sont plus proches) sont généralement porteurs de soutien social, tandis que les liens faibles offrent plus de chance de faire entrer dans le réseau d’une personne des informations nouvelles (Granovetter, 1983). Les relations peuvent aussi avoir plus d’une dimension, par exemple une collègue de bureau pouvant aussi être une amie. On parle alors de liens multiplexes (Monge et Eisenberg, 1987), qui sont des liens généralement forts puisqu’ils unissent les gens sur plus d’un intérêt, d’une valeur ou d’une activité. C’est particulièrement à travers ces liens multiplexes que peuvent perdurer les mouvements sociaux (Tindall, 2002).

14Les relations sociales sont aussi une grande source d’influence. Selon la théorie de la contagion (Burt, 1987), les gens tendent à adopter les attitudes et les comportements des personnes avec qui ils sont en communication, même s’il n’y a pas de véritable tentative d’influence ou si les protagonistes ne sont pas conscients de ces jeux d’influence. De la même manière, selon la théorie de la diffusion (Rogers, 2003), les gens en relation s’influencent mutuellement quand vient le temps d’adopter une innovation. Ainsi, pour favoriser une diffusion rapide, il est stratégique de cibler les personnes influentes d’un milieu, c’est-à-dire les leaders d’opinion, qui peuvent être des personnes très centrales d’un sous-groupe ou des personnes intermédiaires entre différents sous-groupes (Burt, 1995).

15La théorie des réseaux sociaux présente certaines limites, notamment parce que les études tendent à négliger le contenu des relations pour s’attarder plutôt à leur structuration. Or la vie sociale implique un ensemble complexe de processus relationnels où les individus interagissent simultanément à plus d’un niveau. L’une des hypothèses pour rendre compte de cette complexité et de cette multidimensionnalité voudrait que la structure du réseau créé par le partage des connaissances (en d’autres mots la cognition sociale) soit imbriquée à la structure des réseaux sociaux (Carley, 1986a, 1986b ; Roth, 2006).

Les intersections de la relation sociale et de la création de sens

16Les gens qui partagent des connaissances sur un sujet sont plus susceptibles d’interagir entre eux que les gens qui n’en partagent pas (Carley, 1991 ; Rogers et Kincaid, 1981). L’homophilie, l’idée selon laquelle les contacts sont plus fréquents entre gens similaires qu’entre gens dissimilaires (McPherson, Smith-Lovin et Cook, 2001) offre une première porte d’entrée aux interactions et à l’échange d’information, ce qui pourrait être suffisant pour créer le terreau où davantage d’homophilie s’épanouira (Maillé et Saint-Charles, 2012). Plus les gens pensent de la même façon, plus ils interagissent, et plus ils interagissent, plus ils pensent de la même façon. Ceci est d’autant plus marquant en situation conflictuelle alors que la communication tend à augmenter entre les individus qui sont en accord et à diminuer entre ceux qui ne le sont pas (Lewicki, Saunders et Minton, 1997). Cette tendance a été montrée par Scherer et Cho (2003), qui ont observé que le partage des mêmes informations avait généré des groupes d’individus à la vision apparentée quant à la perception des risques, ainsi que par Brummans et al. (2008), qui ont formulé l’hypothèse que le cadrage d’un conflit favorise l’émergence de regroupements de personnes qui partagent le même répertoire de cadres.

17Les différentes dimensions de la vie sociale peuvent être caractérisées par des ensembles sémantiques qui leur sont propres. Par conséquent, l’émergence et l’évolution de ces ensembles sémantiques spécifiques pourraient être liées à l’émergence et à l’évolution de réseaux sociaux également spécifiques (Carley, 1986a). Jusqu’à maintenant, les explications sur les liens entre les réseaux sociaux et les réseaux sociosémantiques (réseaux dont les liens entre les personnes sont des « discours ») sont restées générales et les études récentes sur le sujet concernent surtout les aspects méthodologiques des réseaux sémantiques (Diesner et Carley, 2011). Pourtant, l’idée que ces interrelations fondent le savoir partagé, la communauté et, par extension, la société a été maintes fois avancée (Goldman, 1999 ; White, 201 ; Zerubavel, 1997). Il convient d’apporter un éclairage communicationnel sur ce phénomène central.

18S’appuyant sur les théories de la diffusion, de la création de sens et des mouvements sociaux, nous avons exploré la dynamique entre relation sociale, influence et création de sens dans un conflit lié à un projet de parc éolien.

Méthodologie

19Cette étude fait appel à une méthodologie mixte et innovante, justifiée par la nouveauté de l’analyse des réseaux sociosémantiques. Nous présentons ici brièvement la cueillette, le traitement et l’analyse des données.

La collecte des données

20Les données utilisées sont tirées d’entrevues menées en 2010 auprès de 93 personnes (74 opposants et 19 partisans ; 58 hommes et 35 femmes) impliquées dans le processus de consultation publique du BAPE. Les détails de l’échantillon sont disponibles ailleurs (Maillé et Saint-Charles, 2012). Outre des données sociodémographiques, les entrevues semi-dirigées visaient à collecter des données sur les sources d’information, les sources d’influence et le réseau social des individus. Ce sont sur ces données que s’appuie le présent article.

21Les données concernant les réseaux sociaux ont été collectées à l’aide d’un questionnaire sociométrique qui visait à identifier les relations existantes avant le projet éolien et, parmi celles-ci, celles qui s’étaient intensifiées ou détériorées en raison du projet. Ces relations incluent des amis, des collègues, des membres de la famille, des voisins ou même des connaissances, mais excluent les personnes qui ne sont connues que de nom par les répondants. De plus, les participants devaient identifier les nouvelles relations, soit les personnes dont ils ont fait connaissance en raison du projet. Pour chacune des relations rapportées, les participants étaient invités à préciser s’ils avaient discuté du projet éolien avec les personnes identifiées, ce qui était très majoritairement le cas étant donné l’importance du débat dans la communauté.

22Pour identifier les sources d’influence, les participants étaient invités lors des entrevues à nommer trois personnes qui avaient agi pour eux comme sources d’influence, c’est-à-dire qui les avaient aidés à se faire une opinion au sujet du projet éolien.

23L’analyse des réseaux sociosémantiques a été limitée aux données collectées auprès des opposants pour plusieurs raisons. D’une part, le grand nombre d’opposants dans l’échantillon (proportionnel à leur nombre dans la population) offre des possibilités intéressantes pour l’analyse des réseaux, à la fois sociosémantiques et sociaux. D’autre part, c’est entre opposants qu’émerge le nouveau groupe social d’intérêt pour notre analyse. En raison de ce choix, notre sous-échantillon compte 72 individus (les données étant incomplètes pour deux participants).

Traitement et analyse des données

24Les données de réseaux sociaux récoltées sont de deux ordres : les réseaux de relations sociales (appelés réseaux sociaux dans ce qui suit) et les réseaux d’influence.

Réseaux sociaux

25Les données sur les réseaux sociaux permettent de présenter une structure en deux temps : T1, qui correspond à la structure sociale avant le conflit, et T2, qui correspond à la structure sociale au moment des entrevues, alors que le conflit bat son plein. Dans les données utilisées pour la présente analyse, le temps T2 inclut les relations nouvelles, celles qui n’ont pas changé et celles positivement intensifiées ; les relations détériorées (présentes à T1) ont été retirées.

26Pour les relations d’influence, les personnes étaient amenées à identifier tant des relations d’influence positive que négative de leur point de vue. Quelques personnes n’ont pu identifier d’individus particuliers et une personne a nommé jusqu’à sept individus. Aux fins de l’analyse, les personnes identifiées comme sources d’influence des 72 participants ont été limitées à l’échantillon. Ce choix nous permettait ainsi de croiser ces résultats avec les autres analyses menées ici, tout en ne nous privant pas de données importantes, puisque la grande majorité des sources d’influence concernait des gens de l’échantillon. Les données sur les sources d’influence positive ont servi à construire le réseau d’influence des participants pour dégager, notamment, les mesures de centralité des individus dans le but d’en faire l’analyse statistique.

27Pour la centralité, nous avons retenu la mesure de prestige (ou de « demi-degré intérieur » [Lazega, 1994]) qui correspond au nombre de choix reçus par les individus, nous permettant de faire ressortir plus clairement les individus « remarqués » par les autres. Ces analyses ont donc permis de dégager trois scores de centralité (sociale à T1 et T2, et d’influence) pour chacun des 72 participants.

Réseaux sociosémantiques

  • 1 Sémato est un logiciel d’analyse de discours développé à l’Université du Québec à Montréal. Pour ob (...)

28Les réseaux sociosémantiques ont été construits sur la base des réponses à la question suivante : « Avez-vous l’impression qu’on vous cache des choses par rapport au projet éolien ? Si oui, qui vous cache quoi ? » Les transcriptions des réponses de 70 participants (deux opposants ont fourni des réponses trop succinctes pour être incluses dans l’analyse) ont été utilisées dans leur intégralité pour comparer les similarités sémantiques. Des thèmes ont d’abord été dégagés de façon automatique dans le corpus à l’aide du logiciel Sémato1. Les thèmes, générés à partir d’un thésaurus, sont des propositions de rassemblements sémantiques ; autrement dit, il s’agit de catégories émergentes du corpus. Ces thèmes ont ensuite été traités manuellement pour, par exemple, retirer les regroupements non pertinents proposés par le logiciel, mais, également, pour ajouter des ingrédients (mots ou expressions) aux catégories pertinentes pour l’analyse ou pour fusionner des thèmes redondants. Ce travail d’analyse nous a permis de dégager neuf thèmes. Le Tableau 1 présente les noms que nous avons retenus pour désigner ces thèmes, des exemples de mots qui se rapportent à chacun de ces thèmes, de même que leur fréquence d’apparition dans le corpus.

Tableau 1. Thèmes des réseaux sociosémantiques

Tableau 1. Thèmes des réseaux sociosémantiques

29Les cinq premiers thèmes concernent les principaux acteurs nommés dans les discours. Il s’agit du promoteur éolien, des autorités municipales et régionales, de la firme responsable de l’évaluation environnementale, du groupe d’opposants et, finalement, du gouvernement du Québec. Les deux thèmes suivants ont été très souvent abordés par les participants, puisqu’ils regroupaient des mots directement liés à la question d’entrevue, soit à l’idée de cacher de l’information et de mentir, puis à l’idée d’information elle-même, incluant la notion de public. Les deux derniers thèmes concernent la question de l’acceptabilité du projet et celle des démarches de prospection pour obtenir les signatures de propriétaires terriens en vue de l’installation d’éoliennes.

30Pour chacun des neuf thèmes, nous avons dégagé les réseaux sociosémantiques ou réseaux de similitude à l’aide du logiciel Sémato. Cette démarche visait à identifier les similitudes sémantiques entre les personnes à l’intérieur d’un même thème. Le score de similitude individuel correspond à la fréquence d’utilisation de mots aussi utilisés par d’autres membres du réseau. Ceci correspond à la centralité d’un individu dans le réseau sociosémantique. Ainsi, plus le score d’une personne est élevé, plus les mots qu’elle emploie sont les mêmes que ceux employés par d’autres.

Mise en relation des réseaux sociaux et des réseaux sociosémantiques

31La corrélation (de Spearman) a été calculée entre les scores de similitude (centralité dans le réseau sociosémantique) et les scores de centralités sociale et d’influence. Nous avons mis en relation les réseaux sociaux et sociosémantiques sur la base des relations dyadiques. Une dyade sociosémantique consiste en une paire d’individus unis par un lien réciproque dont la force varie en fonction de la ressemblance entre les lemmes et synapsies qu’ils emploient. Puisque nous avons créé les réseaux sociosémantiques pour chacun des thèmes, une même dyade avait neuf scores de similitude.

32Afin de pouvoir comparer ces résultats à ceux des réseaux sociaux, nous avons aussi décomposé le réseau social en dyades binaires, c’est-à-dire en paires unissant seulement deux individus à la fois et où 1 signifie la présence d’une relation sociale et 0, son absence. Nous avons ici aussi décidé de ne considérer que les relations vers une personne (choix reçus) et non celles déclarées par cette personne. Les données sociales ont ainsi été organisées en dyades pour T1 et T2. Pour raffiner l’analyse, T2 a également été subdivisé selon les relations nouvelles, les relations positivement intensifiées et, finalement, selon un amalgame des relations nouvelles et intensifiées. Une même dyade sociale se retrouvait donc avec une valeur binaire pour chacun des cinq réseaux sociaux. Des tests t pour variances inégales (Ruxton, 2006) ont été menés pour comparer la moyenne des scores des relations sociosémantiques en fonction de la présence ou non d’une relation sociale entre les dyades. Ces tests ont été répétés pour les neuf réseaux sociosémantiques en fonction des cinq différents types de relation sociale.

33Toutes les analyses ont été effectuées à l’aide du logiciel JMP 5.0.1a et utilisent un seuil de signification de 0,05.

Résultats

34La première partie des résultats rapporte les observations quant à la place occupée par les sources d’influence des 72 opposants aux deux temps de leur réseau social. La deuxième partie rapporte les résultats des corrélations entre la centralité sociale ou d’influence positive et la similitude sémantique et les résultats des comparaisons de moyennes de similitudes entre les dyades unies ou non par une relation.

Description des phénomènes liés à l’influence

35Soixante-cinq personnes ont identifié 160 sources d’influence positive, alors que 17 personnes ont identifié 20 sources d’influence négative. Sauf deux exceptions, les participants considéraient une source d’influence comme étant positive lorsque celle-ci partageait la même opinion sur le projet éolien et comme étant négative si elle avait une opinion contraire. Les résultats liés à ces deux types d’influence seront présentés à tour de rôle. Soulignons qu’étant donné la façon dont les données ont été collectées, il est impossible de dire à quel moment (entre T1 et T2) les discussions sur le projet éolien ont eu lieu.

36Des 160 sources d’influence positive, 123 faisaient déjà partie du réseau social des individus à T1, les 37 autres étant de nouvelles relations apparaissant à T2. Les participants avaient discuté du projet éolien avec 122 des sources d’influence positive faisant partie de leur réseau social à T1 et avec 34 des sources d’influence positive faisant partie de leur réseau social à T2. Des 65 personnes qui ont identifié au moins une source d’influence positive dans leur réseau social à T1, 42 ont déclaré une intensification positive de leur relation avec cette source à T2.

37Par ailleurs, des 20 sources d’influence négative, dix faisaient déjà partie du réseau social des individus à T1, soit dans une moindre proportion que pour les sources d’influence positive. Les participants avaient discuté du projet éolien avec huit des sources d’influence négative faisant partie de leur réseau social à T1. Pour les sources d’influence négative apparaissant dans le réseau social des individus à T2, il y a eu discussion dans la moitié des cas. L’absence de discussion pourrait partiellement s’expliquer par le fait que certaines sources d’influence négative étaient des gens bien en vue dans le conflit, mais pas nécessairement des proches ni même des connaissances de ces participants à T1. À l’exception de certaines histoires personnelles de relations de voisinage qui se sont détériorées de façon importante, les sources d’influence négative n’étaient pas des proches, mais plus souvent des gens qui occupaient une fonction les exposant davantage publiquement.

Arrimage des réseaux sociaux et sociosémantiques

38Pour plus de clarté, cette partie des résultats est divisée en trois sections : 1) centralité sociale et similitude ; 2) influence et similitude et 3) réseaux sociaux et sociosémantiques par dyades.

Centralité sociale et similitude

39Le Tableau 2 montre le résultat des corrélations entre les scores de centralité et les scores de similitude. Le nombre entre parenthèses pour chaque thème correspond au nombre d’individus dans le réseau sociosémantique, c’est-à-dire ayant abordé ce thème. Les individus n’abordant pas un thème se voyaient attribuer un score de similitude de 0. Les seules corrélations significatives pour le réseau social se retrouvent à T2. Ce sont les thèmes « cacher-mentir », « municipalités », « promoteur » et « signature » pour lesquels la centralité des personnes est corrélée à l’indice de similitude à T2. En d’autres termes, il existe une corrélation significative entre le fait d’être choisi par d’autres dans le réseau social et le fait d’employer des lemmes et synapsies les plus souvent employés par les membres de ces réseaux.

Tableau 2. Corrélation significative entre la centralité sociale (T1 et T2) ou l’influence et la similitude

Tableau 2. Corrélation significative entre la centralité sociale (T1 et T2) ou l’influence et la similitude

Influence et similitude

40La dernière colonne du Tableau 2 présente les résultats des corrélations entre la centralité dans le réseau d’influence et la similitude. Seules les corrélations pour les thèmes « promoteur » et « signature » sont significatives. Ces deux thèmes, plus que les autres (à l’exception peut-être du thème « municipalités »), font référence à des événements concrets, tels que les ont vécus, compris et rapportés les participants. Ils décrivent donc ce que ces gens percevaient comme une réalité locale, et certains des protagonistes, notamment le promoteur et les propriétaires terriens signataires, ont fait l’objet de beaucoup de discussion parmi les opposants au projet éolien.

Réseaux sociaux et sociosémantiques par dyades

41Le Tableau 3 présente les résultats des tests t pour variances inégales performés sur les données dyadiques. Les résultats montrent s’il existe une différence significative dans la ressemblance sémantique entre le groupe des personnes ayant une relation dyadique (niveau 1) et le groupe des personnes n’en ayant pas (niveau 0).

Tableau 3. Comparaison des moyennes des dyades sociosémantiques en fonction de différentes relations sociales, par thème

Tableau 3. Comparaison des moyennes des dyades sociosémantiques en fonction de différentes relations sociales, par thème

42À T1, le seul résultat significatif concerne le thème « municipalités ». À T2, on constate une différence significative pour six des neuf thèmes. Lorsqu’on décortique les résultats de T2 en fonction de différents types de relation, soit les relations nouvelles, les relations positivement intensifiées ou une combinaison des deux, quelques tendances se dégagent. Les relations nouvelles et les relations positivement intensifiées présentent une différence significative pour deux thèmes (« cacher-mentir » et « firme étude-impact »). Quand on réunit ces deux types de relation (colonne de droite du Tableau 3), ce qui signifie finalement qu’on retire de T2 les relations qui n’ont pas changé en raison du conflit pour ne conserver que celles pour lesquelles les participants ont rapporté un changement, la différence est alors significative pour six thèmes sur neuf. Ainsi, il semble exister un lien entre la modification d’une relation sociale généralement perçue comme positive et la similitude dans les propos des deux personnes que cette relation unit.

Discussion

43Au-delà des liens significatifs entre le réseau social et les réseaux sociosémantiques au T2, différents points d’arrimage des réseaux sociosémantiques sont explorés dans la discussion, organisée en quatre sections : la première aborde l’émergence de cette nouvelle structure sociale et sociosémantique constituée d’opposants au projet éolien ; la deuxième propose de creuser la question de la construction de l’influence à travers la construction de l’adversaire ; la troisième s’intéresse à la place de l’émotion dans le discours qui unit les participantes et participants ; et la dernière se penche sur la durabilité des relations sociales dans un conflit. Notre démarche propose également un certain nombre de questions, à considérer comme des explications potentielles ou comme des pistes de recherche.

La naissance d’un groupe sociosémantique

44Si plusieurs des personnes qui constituent le groupe d’opposants se connaissaient avant l’arrivée du projet éolien, de nombreuses autres ont fait connaissance en raison du conflit et plusieurs personnes ont vu d’anciennes relations s’intensifier. Une nouvelle structure sociale a donc émergé en s’appuyant sur des relations préexistantes, puis sur de nouvelles relations. Un discours qui rassemblait ces individus a également vu le jour, rappelant l’idée de l’émergence de « communautés de pensée » également observées ailleurs (Scherer et Cho, 2003 ; Teo et Loosemore, 2011).

45Dans la population concernée, avant l’arrivée du projet, le discours anti-éolien n’existait vraisemblablement pas plus qu’ailleurs (Devine-Wright, 2005) ; il n’attendait pas, comme dans un état de dormance, un déclencheur pour éclore et se déployer. À l’opposé, l’adoption de ce discours n’a pas non plus été forcée de l’extérieur de la communauté, comme une greffe étrangère. Conformément à la théorie de la diffusion (Rogers, 2003), le nouveau discours s’est plutôt construit au fil des interactions entre les gens concernés. Ces personnes cherchaient à créer du sens de ce changement écologique – selon l’appellation de Weick (1969), c’est-à-dire un changement observé au cours habituel des événements. Les relations sociales préexistantes ont permis à l’information, mais également à la confiance et à l’influence de circuler pour que se dessine peu à peu un discours cohérent et rassembleur. Les nouvelles relations sociales et le discours sur le conflit semblent avoir émergé en s’influençant mutuellement alors que le conflit s’installait. L’importante similitude dans le propos des participants est le fruit de cette construction sociale, une similitude qui n’est d’ailleurs jamais corrélée à la structure sociale telle qu’elle unissait les participants avant le conflit, à T1.

46Les sources d’influence positive semblent avoir joué un certain rôle dans l’émergence de ce discours et de cette structure sociale. Le simple fait que la très grande majorité des sources d’influence des opposants soit d’autres opposants témoigne de la forte cohésion sociale des opposants dans ce conflit. Une grande part de ces sources d’influence positive faisait déjà partie du réseau social des individus à T1, confirmant le rôle d’échafaud que jouent ces relations initiales (Teo, 2008). De plus, bon nombre de ces relations ont été perçues comme intensifiées en raison du conflit. Si l’on peut penser que l’existence d’une relation a contribué à orienter la prise de position des personnes, on constate aussi que le discours vient à son tour influencer la relation sociale. En effet, sauf en de très rares exceptions, une personne avec une position différente avait peu de chance d’être considérée comme une source d’influence positive et, par conséquent, il était peu probable que la relation avec celle-ci soit intensifiée et risquait même davantage d’être perçue comme détériorée.

47Ainsi, la similitude dans le discours, très souvent renforcée par des discussions où les protagonistes se confirmaient mutuellement le bien-fondé de leur position quant au projet éolien, semble avoir conduit à la perception d’une intensification de la relation sociale et, en cas inverse, d’une détérioration. Plus encore, certains participants ont rapporté une relation intensifiée avec d’autres sous prétexte qu’ils « jouaient dans la même équipe » (Maillé et Saint-Charles, 2012), et ce, même s’ils n’avaient jamais (ou alors très peu) discuté du projet éolien avec ces personnes. En effet, en raison de la démarche entièrement publique du BAPE, il était aisé de connaître la position d’une personne qui avait pris part au processus.

48Pour certains, cette intensification n’était pas nécessairement due à une augmentation de la fréquence des rencontres, mais simplement à la connaissance d’une position partagée, créant ainsi une forme d’homophilie (McPherson et al., 2001). Les résultats montrent que l’interaction sociale directe entre deux individus n’est pas nécessaire pour intensifier une relation, ni même pour augmenter la similitude de leur discours. Alors que la théorie de la contagion sociale insiste sur le rôle des interactions sociales dans l’adoption d’un comportement ou d’une perception (Burt, 1987), il est possible qu’à un certain moment d’un conflit, alors que l’enjeu monopolise les conversations (Maillé et Saint-Charles, 2012), l’interaction directe ne soit plus nécessaire ; les conversations qui renforcent l’identité sociale du groupe servent aussi à identifier les alliés. Dans ces cas, une troisième personne, influente ou en qui la confiance est grande, peut fournir à l’un l’information suffisante, ce qui conduit à déclarer la relation avec l’autre comme intensifiée. Cela rejoint le modèle de l’effet d’un tiers proposé par Burt et Knez (1995), où un tiers fait le pont entre deux individus faiblement connectés et les influence en fournissant des informations à l’un au sujet de l’autre.

49Ainsi, l’intensification n’a pas besoin d’être « réelle » (à travers une plus grande fréquentation par exemple) pour être « vraie » aux yeux des participants, mais la similitude du discours, quant à elle, semble être un facteur hautement favorable à la perception de cette intensification. Dans un conflit, penser que l’autre pense comme soi suffit parfois à percevoir comme renforcé le lien social qui nous unit, pouvant mener à davantage d’interactions et peut-être même à davantage de similitude, puisque dans les conflits la communication tend à augmenter avec ceux perçus comme des alliés et à diminuer avec ceux perçus comme des adversaires (Lewicki et al., 1997). Ce phénomène, étape fréquente de l’escalade d’un conflit (Pruitt et Rubin, 1986), en isolant les uns des autres des groupes opposés, contribue à la division, mais peut-être plus encore à la cohésion à l’intérieur des groupes (Cheng et Daniels, 2005).

50Le Tableau 3 montre qu’il existe un lien statistiquement significatif entre la création d’une nouvelle relation ou l’intensification d’une relation existante et la similitude du discours. En effet, si on voit déjà une différence significative entre le groupe des dyades non liées et le groupe des dyades liées à T2, cette différence s’accentue lorsqu’on ne considère que les relations nouvelles et les relations positivement intensifiées. Ainsi, au-delà de la « toile de fond » d’un discours global cohérent dans un groupe, une observation plus fine du rôle de certains « types » de relation (dans notre cas, les relations nouvelles et positivement intensifiées) ouvre la voie à une meilleure compréhension de l’arrimage des réseaux sociaux et sociosémantiques.

Construction des « autres », construction de l’influence ?

51Étant donné qu’au moment des entrevues le nouveau groupe sociosémantique mène une lutte importante pour l’abandon du projet, ce groupe a besoin d’être très uni. En situation de conflit social, les membres d’un groupe ont besoin les uns des autres ; ils offrent et demandent du soutien social (Kitts, 1999). Ils ont aussi besoin d’une certaine unité et cohérence dans leur discours, d’une voix qui reflète l’identité sociale de leur groupe (Cheng et Daniels, 2005). Un discours rassembleur leur fera gagner des adeptes et contribuera également à faire durer l’engagement dans le groupe (Teo et Loosemore, 2011). Le groupe doit alors se définir lui-même en un « nous » cohérent et, ce faisant, il se distingue des « autres » (Cheng et Daniels, 2005).

52Dans ce cas-ci, face au groupe d’opposants au projet éolien se trouvaient les partisans du projet, rassemblant le promoteur éolien, bien sûr, mais également les propriétaires signataires et leurs alliés appelés les « pro-éolien », puis les autorités municipales et régionales qui ont donné leur appui au projet. Bien que composés dans des groupes aux intérêts différents, les partisans ne faisaient souvent qu’un aux yeux des opposants, comme il est fréquent de l’observer dans les conflits intergroupes (Brewer, 2001 ; Tajfel, 1982). Le discours des opposants reflète cet amalgame, particulièrement dans la façon qu’ont ces opposants de parler de presque tous les autres acteurs du conflit, surtout ceux en position de pouvoir, comme des gens indignes de confiance (Maillé et Saint-Charles, sous presse). C’est justement dans le discours dépeignant ces autres en acteurs malhonnêtes, qui cachent des faits, biaisent l’information et mentent, que la similitude est la plus grande dans notre corpus. Ce sont aussi ces thèmes qui regroupent le plus de participants dans un seul réseau sociosémantique.

53Les résultats laissent penser que certains acteurs, notamment le promoteur et les propriétaires signataires, ou certains événements, comme la démarche de prospection qui implique encore ces mêmes acteurs, ont fait l’objet d’une attention particulière de la part de gens influents dans le groupe d’opposants. On peut émettre l’hypothèse que le discours de certaines personnes au sujet du promoteur et des démarches de prospection (thèmes « promoteur » et « signature ») a contribué à leur conférer de l’influence dans le groupe. Plusieurs des personnes qui ont obtenu de hauts scores de similitude pour l’un ou l’autre de ces thèmes (ou pour les deux) étaient impliquées, de différentes manières, dans le groupe d’opposants, mais aussi lors des audiences du BAPE ou dans les différents événements publics. Il est ici question de personnes qui ont pris la parole publiquement et exposé leurs idées (ou celles du groupe) aux critiques et aux réactions dans un climat social tendu. Le caractère public de leur discours au sujet du promoteur et des démarches de prospection semble avoir nourri le discours des autres opposants. Repris par d’autres dans les nombreuses conversations qui servent à renforcer l’identité du groupe (Tindall, 2002), ce discours a vraisemblablement contribué à augmenter le score de similitude et l’influence de ces individus.

54Cette influence n’est peut-être pas unidirectionnelle, dans la mesure où les gens « influencés » agissent aussi sur ces individus plus influents. Par exemple, si ces derniers avaient tenu un discours trop éloigné de celui des autres membres du groupe, il aurait pu être plus difficile d’en tirer de l’influence et leur centralité dans le groupe d’opposants aurait même pu en être compromise. Ainsi, l’exercice de construction sociale d’un discours nouveau en est un périlleux : des gens peuvent tenir des propos audacieux qui, par contagion (Burt, 1987), seront répétés et leur conféreront une influence sur le groupe, mais ces propos ne doivent pas s’éloigner trop d’un certain discours déjà adopté par le groupe, parce qu’ils risqueraient alors d’isoler ceux qui les tiennent.

55Notre connaissance du terrain et nos notes d’observation nous permettent d’interroger nos résultats pour faire émerger des pistes de réflexion prometteuses pour de futures recherches que nous présentons dans ce qui suit.

56Certaines personnes ayant une influence très élevée dans le groupe, soit ayant reçu entre huit et 19 citations comme source d’influence positive, ne figuraient que dans la moitié des réseaux sociosémantiques parce qu’elles n’abordaient pas ces thèmes. Ceci constitue une limite de la collecte de données par entrevues, alors que les participants rapportent seulement ce qui est saillant pour eux à ce moment précis. Toutefois, l’absence de ces individus particulièrement influents de certains réseaux sociosémantiques pourrait aussi signifier que leur influence était limitée à des enjeux bien spécifiques, une forme d’expertise en quelque sorte. Ceci rejoint l’idée de l’influence spécialisée des leaders d’opinion qui ne sont leaders que pour certaines thématiques (Valente, 2010). Si ces enjeux étaient perçus comme importants, ce pouvait être cependant suffisant pour que ces personnes soient déclarées influentes.

57Cette influence a peut être permis à ces gens d’introduire dans le réseau local des idées venant de l’extérieur (héritées d’expériences antérieures par exemple), mais malgré tout nouvelles pour le groupe d’opposants, faisant d’eux des intermédiaires avec d’autres réseaux sociaux (Burt, 1995) et leur conférant ainsi une grande influence.

Quelle place pour l’émotion dans le discours ?

58Les enjeux liés aux événements sur le terrain, impliquant des individus relativement faciles à identifier, étaient plus volontiers discutés et étaient caractérisés par des réseaux sociosémantiques regroupant un plus grand nombre de personnes. Ceci est particulièrement le cas pour les réseaux sociosémantiques des thèmes « cacher-mentir », « municipalités », « promoteur » et « information-public », qui sont tous constitués d’un minimum de 50 individus. Ces thèmes étaient, pour plusieurs participants, très négativement chargés ; ils plaçaient les opposants au projet éolien en victimes d’une situation où plusieurs acteurs indignes de confiance avaient agi pour leur nuire. Lors des entrevues, les participants faisaient souvent montre d’une certaine colère, d’une frustration et d’une incompréhension face aux événements qui nourrissaient un fort sentiment d’injustice.

59Cette colère peut être à la source de comportements de recherche d’information (Griffin et al., 2008 ; Yang et Kahlor, 2013). À travers de nombreuses anecdotes sur les agissements de leurs adversaires, les opposants se dépeignaient en victimes d’un développement injuste tout en identifiant les partisans, à tous les niveaux, comme les artisans de ce malheur. En général, ces récits étaient le fait de personnes dont l’entourage comprenait un grand nombre d’opposants avec qui ils discutaient abondamment du projet éolien et des agissements des différents acteurs impliqués (Maillé et Saint-Charles, sous presse). Ce phénomène de construction de l’ennemi qui prend place dans la communication est d’ailleurs reconnu comme une façon efficace de recruter des membres dans les mouvements sociaux (Teo, 2008 ; Tindall, 2002) et est cohérent avec l’idée que la proximité relationnelle entre les individus a une influence sur le sens donné à l’information qu’ils échangent (McPherson et al., 2001 ; Rogers, 2003).

60Dans le discours des opposants, les thèmes plus éloignés de l’action étaient moins souvent abordés. C’est le cas notamment des thèmes « Québec » et « acceptable », qui font référence respectivement à l’État et au gouvernement québécois comme acteur du conflit et à la notion d’acceptabilité sociale, de plus en plus explorée dans le contexte du développement éolien (Bell, Gray et Haggett, 2005). Or les tests t n’ont rapporté pour ces thèmes aucune différence significative entre les personnes en relation et celles qui ne l’étaient pas. Une explication pourrait venir du fait que, même s’il est fortement ancré dans une réalité locale, le discours concernant ces thèmes est aussi plus politique, dans la mesure où les gens font alors usage de mots, d’arguments, qui dépassent les seuls enjeux locaux pour mettre en question des choix politiques de développement.

61Dans ces thèmes, le discours des participants prenait aussi une tonalité que l’on pourrait qualifier de plus rationnelle, car les raisonnements proposaient une justification à l’émotion et au sentiment d’injustice qui découlaient des événements sur le terrain. Cependant, même si ce thème appelait un ton plus posé, l’approche n’en était pas pour autant plus conciliante. En effet, la majorité des participants qui l’abordaient ne troquaient pas les émotions qu’ils ressentaient pour poser sur le projet un regard détaché. Au contraire, ils remontaient en quelque sorte à plus loin l’origine de l’injustice en expliquant le conflit local par un jeu de ficelles tirées par des acteurs haut placés ; ils évoquaient entre autres la question de surplus énergétiques au Québec, de prix payés pour l’énergie éolienne trop élevés, de la volonté de privatisation de la production d’électricité, de la possibilité de programmes politiques cachés de la part de certains acteurs, etc. Ces personnes semblent avoir fait preuve d’hypervigilance, un processus cognitif qui influence la façon de traiter l’information et qui peut, dans certains cas, entraîner ruminations et croyances en un complot ourdi en haut lieu (Kramer, 1998). Par exemple, un participant a évoqué la possibilité de liens entre le développement éolien au Québec et l’extraction de pétrole à partir des sables bitumineux canadiens.

62L’état d’hypervigilance naît d’informations pour lesquelles on n’arrive pas à créer de sens parce qu’elles ne cadrent pas avec les schémas interprétatifs disponibles ou encore qu’elles en violent les règles (Weick, 1995). Dans ses formes ordinaires, il s’agit d’une façon de s’adapter à un environnement social dérangeant en créant un sens caractérisé par la suspicion. Ce comportement incite les gens à rechercher et à accorder davantage d’importance à certaines informations qui vont confirmer le sens créé (Kramer, 1998).

63La saillance des thèmes « locaux » témoigne aussi de leur ancrage émotif, par exemple à travers la construction de l’autre comme un ennemi indifférencié (Brewer, 2001), réunissant dans un même panier des voisins de longue date et des décideurs étrangers du promoteur éolien. Les récits devenaient parfois agressifs à l’égard de ces « autres », tandis que le discours à propos des nouveaux alliés en était souvent un de passion et de complicité affective.

64L’émotion fait intrinsèquement partie à la fois de l’incertitude (Powell, Dunwoody, Griffin et Neuwirth, 2007), de l’ambiguïté et du processus de création de sens que ces situations enclenchent (Weick, 1995). D’aucuns voudraient proscrire l’émotion dans les débats entourant les conflits environnementaux parce qu’il ne s’agit que de subjectivité, de bruit dans les données, qui ne fait pas avancer le débat. C’est ainsi qu’on exclut les riverains ou futurs riverains d’un parc éolien en raison de leur « hypersensibilité » (Le Floch, 2012), mais c’est aussi de cette vision que découle la surutilisation de l’expression « pas dans ma cour » pour désigner et délégitimer une opposition locale qu’on affirme uniquement basée sur un comportement égoïste (Devine-Wright, 2005 ; Wolsink, 2012). Malheureusement, le modèle communicationnel du déficit (Brossard et Lewenstein, 2010), malgré ses nombreuses lacunes, règne encore quand vient le temps de débattre des risques à la santé et à l’environnement. Ce modèle implique que la population n’a pas les connaissances scientifiques pour évaluer des dossiers complexes, mais qu’une communication autoritaire d’information, notamment des avis d’experts, devrait aider non seulement à comprendre les enjeux, mais également à en accepter plus facilement les risques. Les humains sont pourtant autant des êtres d’émotions que de raison (De Martino, Kumaran, Seymour et Dolan, 2006). L’appel à évaluer un dossier avec la tête froide est une façon d’exclure des gens du débat en mettant de côté ce qui motive un très grand nombre de gens à y participer.

La durabilité des relations sociales

65Dans ce conflit, certaines personnes ont noué beaucoup de liens avec des personnes qu’elles ne connaissaient pas avant l’arrivée du projet éolien, ce qui peut être considéré comme positif. Cependant, nous avons ailleurs remis en question (Maillé et Saint-Charles, 2012) la durabilité de ces nouvelles relations : unissent-elles uniquement des partenaires de lutte pour un temps limité ou survivront-elles aux événements ? Par exemple, Teo (2008) a observé, comme d’autres avant elle, que si les liens préexistants servent à recruter de nouveaux membres, c’est par les nouvelles relations et les relations intensifiées que peut durer un mouvement de protestation. La qualité de la relation sociale aurait une incidence sur l’expérience vécue et sur le désir de continuer à s’impliquer auprès des mêmes personnes (Teo, 2008). Nos résultats montrent que les nouvelles relations sont très liées à la similitude des discours, sans que l’on sache si les gens ont tissé des liens parce qu’ils partageaient des opinions ou l’inverse. Toutefois, parce plusieurs d’entre eux se sont rencontrés lors d’événements liés à la contestation du projet, il est loisible de croire que c’est le partage d’un discours similaire qui a créé favorable à la naissance de nouvelles relations.

66Par ailleurs, la multiplexité des liens (Monge et Eisenberg, 1987) est une autre dimension importante de la pérennité des mouvements sociaux (Tindall, 2002). Les liens multiplexes sont généralement forts et unissent deux individus à plus d’un niveau, ce qui rejoint l’idée de la qualité de la relation sociale avancée par Teo (2008). Nos données ne nous permettent pas de tirer de conclusion à cet égard, tant sur le plan de la relation sociale que sur celui de la relation sémantique (qui ne concerne que le projet éolien). Il y a un donc un risque que les intérêts communs dont nous pouvons témoigner avec les relations sémantiques perdent de leur importance au fur et à mesure de l’évolution du conflit.

67Par ailleurs, lors des présentations des résultats de la recherche aux participants, deux ans et demi après les entrevues, des personnes ont suggéré que, si la recherche était reprise aujourd’hui, les résultats pourraient être différents, dans la mesure où plusieurs d’entre eux avaient pris l’habitude de s’isoler pour éviter de discuter encore et toujours du projet éolien. Devant ce qui semble pour eux une absence d’autres intérêts sur lesquels échanger, le réflexe de plusieurs, selon ces personnes, serait d’éviter une grande part de contacts sociaux. Si cela s’avérait, une évolution nouvelle de la structure sociale et un signe de la non-durabilité des nouvelles relations et de l’intensification uniquement temporaire des relations préexistantes se constitueraient, mais aussi un impact plus grand sur la division sociale au sein de la communauté.

68Environ un an après les entrevues, la décision favorable au projet éolien annoncée par le gouvernement du Québec a signifié pour plusieurs la fin de la lutte, puisque l’implantation du parc éolien était désormais inéluctable ; une autre étape du conflit, l’adaptation, s’est mise tranquillement et difficilement en place. Les partisans du projet avaient gagné. Or l’absence d’objectif commun, voire d’ennemi commun, constitue un autre risque d’essoufflement pour un mouvement social (Teo, 2008). Étant donné leur impuissance devant des adversaires jusqu’alors omniprésents dans leur discours, on voit mal ce qui désormais pourrait unir les opposants de la même façon que la menace du projet éolien l’avait fait. Ceci constitue donc un autre facteur susceptible d’affecter la non-durabilité des nouvelles relations sociales. Ce constat nous conduit à penser qu’il serait important dans des études futures d’explorer d’autres discours que ceux directement liés à la situation de conflit social et de prendre en compte la multiplexité des relations.

Conclusion

69L’étude que nous venons de présenter conforte l’existence d’un lien entre les réseaux sociaux et les réseaux sociosémantiques et vient poser une pierre dans la construction d’une nouvelle compréhension de ce lien. Outre cette contribution novatrice à un domaine de recherche en émergence, l’une des grandes qualités de cette étude est son ancrage dans une situation de changement social concrète qui a permis de mettre au jour l’émergence conjointe de relations et de discours.

70Cette étude comporte aussi quelques limites, dont la plus importante demeure l’absence de données longitudinales pour les réseaux sociosémantiques, et dans une certaine mesure pour les données sociales. Étant donné notre corpus, l’interprétation que l’on peut tirer des résultats doit rester prudente, puisqu’il est impossible de conclure d’un effet direct de la relation sur le discours, ou l’inverse.

71Les apprentissages que nous tirons de cette étude conduisent à l’ouverture de plusieurs pistes de recherche prometteuses :

  • le rôle particulier des nouvelles relations et des relations intensifiées dans la construction de la similitude ;

  • la construction de la cohésion sociale (relations et discours) à travers la construction de l’autre et de soi ;

  • l’importance des enjeux locaux ou, plus largement, d’une dimension affective certaine dans la construction des réseaux sociaux et sociosémantiques ;

  • le rôle de l’influence et de l’intermédiarité (sociale et sémantique) dans la construction de la cohésion sociale ;

  • et la contribution apparemment différente des femmes et des hommes à la construction du discours (puisque ce ne semble pas être à travers l’influence qu’elles y participent, à tout le moins pas comme elle l’a été mesurée dans cette étude).

Haut de page

Bibliographie

Bell, D., Gray, T. et Haggett, C. (2005). The “Social Gap” in Wind Farm Siting Decisions : Explanations and Policy Responses. Environmental Politics, 14(4), 460-477.

Berger, P. et Luckmann, T. (1966). The Social Construction of Reality. New York, NY : Doubleday.

Bradac, J. J. (2001). Theory Comparison : Uncertainty Reduction, Problematic Integration, Uncertainty Management, and Other Curious Constructs. Journal of Communication, 51(3), 456-476.

Brashers, D. E. (2001). Communication and Uncertainty Management. Journal of Communication, 51(3), 477-497.

Brewer, M. B. (2001). Ingroup Identification and Intergroup Conflict : When Does Ingroup Love Become Outgroup Hate ? Dans R. D. Ashmore, J. Lee et D. Wilder (dir.), Social Identity, Intergroup Conflict, and Conflict Reduction (p. 17-37), Oxford, Royaume-Uni : Oxford University Press.

Brossard, D. et Lewenstein, B. V. (2010). A Critical Appraisal of Models of Public Understanding of science : Using Practice to Inform Theory. Dans A. Kahlor et P. A. Stout (dir.), Communicating science : New agendas for communication (p. 11-39), New York, NY : Routledge.

Brummans, B. H. J. M., Putnam, L., Gray, B., Hanke, R., Lewicki, R. J. et Wiethoff, C. (2008). Making Sense of Intractable Multiparty Conflict : A Study of Framing in Four Environmental Disputes. Communication Monographs, 75(1), 25-51.

Burt, R. S. (1987). Social Contagion and Innovation : Cohesion versus Structural Equivalence. American Journal of Sociology, 92(6), 1287-1335.

Burt, R. S. (1995). Le capital social, les trous structuraux et l’entrepreneur. Revue française de sociologie, 36(4), 599-628.

Burt, R. S. et Knez, M. (1995). Kinds of Third-Party Effects on Trust. Rationality and Society, 7(3), 255-292.

Carley, K. M. (1986a). An Approach for Relating Social Structure to Cognitive Structure. Journal of Mathematical Sociology, 12(2), 137-189.

Carley, K. M. (1986b). Knowledge Acquisition as a Social Phenomenon. Instructional Science, 14, 381-438.

Carley, K. M. (1991). A Theory of Group Stability. American Sociological Review, 56(3), 331-354.

Cheng, A. S. et Daniels, S. E. (2005). Getting to “We” : Examining the Relationship between Geographic Scale and Ingroup Emergence in Collaborative Watershed Planning. Human Ecology Review, 12(1), 30-43.

Cox, R. (2010). Environmental communication and the public sphere (2e éd.). Thousand Oaks, CA : Sage Publications.

De Martino, B., Kumaran, D., Seymour, B. et Dolan, R. J. (2006). Frames, Biases, and Rational Decision-Making in the Human Brain. Science, 313(5787), 684-687.

Dervin, B. (1999). Chaos, Order, and Sense-Making : A proposed Theory for Information Design. Dans R. Jacobson (dir.), Information Design (p. 35-57). Londres, Royaume-Uni : MIT Press.

Devine-Wright, P. (2005). Beyond NYMBYism : Towards an Integrated Framework for Understanding Public Perceptions of Wind Energy. Wind Energy, 8(2), 125-139.

Diesner, J. et Carley, K. M. (2011). Semantic Networks. Dans G. Barnett (dir.), Encyclopedia of Social Networks (p. 595-598), Thousand Oaks, Californie : Sage Publications.

Fiske, S. T. et Taylor, S. E. (1991). Social Cognition. New York, NY : McGraw-Hill.

Fox, C. R. et Irwin, J. R. (1998). The Role of Context in the Communication of Uncertain Beliefs. Basic and Applied Social Psychology, 20(1), 57-70.

Goldman, A. I. (1999). Knowledge in a Social World. Oxford, Royaume-Uni : Clarendon Press.

Granovetter, M. (1983). The Strength of Weak Ties : A Network Theory Revisited. Sociological Theory, 1, 201-233.

Granovetter, M. (1985). Economic Action and Social Structure : The Problem of Embeddedness. American Journal of Sociology, 91(3), 481-510.

Griffin, R. J., Dunwoody, S. et Neuwirth, K. (1999). Proposed Model of the Relationship of Risk Information Seeking and Processing to the Development of Preventive Behaviors. Environmental Research, 80(2), S230-S245.

Griffin, R. J., Yang, Z. J., ter Huurne, E., Boerner, F., Ortiz, S. et Dunwoody, S. (2008). After the flood : Anger attribution and the seeking of information. Science Communication, 29(3), 285-315.

Kitts, J. (1999). Not in our Backyard : Solidarity, Social Networks, and the Ecology of Environmental Mobilization. Sociological Inquiry, 69(4), 551-574.

Krackhardt, D. et Brass, D. J. (1994). Intra-Organizational Networks : The Micro Side. Dans S. Wasserman et J. Galaskiewicz (dir.), Advances in the Social and Behavioral Sciences from Social Network Analysis (p. 209-230). Beverly Hills, CA : Sage Publications.

Kramer, R. M. (1998). Paranoid Cognition in Social Systems : Thinking and Acting in the Shadow of Doubt. Personality and Social Psychology Review, 2(4), 251-275.

Lazega, R. (1994). Analyse de réseaux et sociologie des organisations. Revue française de sociologie, XXXV(2), 293-320.

Le Floch, S. (2012). Le riverain, le citoyen et l’habitant : trois figures de la participation dans la turbulence éolienne. Nature Sciences Sociétés, 19, 344-354.

Lewicki, R. J., Saunders, D. M. et Minton, J. W. (1997). Essentials of negotiation. Boston, NE : Irwin/McGraw-Hill.

Maillé, M.-È. et Saint-Charles, J. (2012). Social cohesion in a community divided by a wind farm project. Human Ecology Review, 19(2), 83-98.

Maillé, M.-È. et Saint-Charles, J. (sous presse). Distrust as a tool in an environmental conflict. Actes de colloque de la Conference on Communication and the Environnement, Uppsala, Suède.

Maillé, M.-È. et Saint-Charles, J. (2014). Fuelling an Environmental Conflict Through Information Diffusion Strategies. Environmental Communication : A Journal of Nature and Culture, 8(13), 305-325.

McPherson, M., Smith-Lovin, L. et Cook, J. M. (2001). Birds of a Feather : Homophily in Social Networks. Annual Review of Sociology, 27, 415-444.

Monge, P. R. et Eisenberg, E. M. (1987). Emergent Communication Networks. Dans F. M. Jablin, L. L. Putnam, K. Roberts et L. W. Porter (dir.), Handbook of Organizational Communication : An Interdisciplinary Perspective (p. 304-342). Newbury Park, CA : Sage Publications.

Mongeau, P. et Tremblay, J. (2002). Survivre. La dynamique de l’inconfort. Sainte-Foy, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Moser, G. (2009). Psychologie environnementale : les relations homme-environnement. Bruxelles, Belgique : De Boeck.

Powell, M., Dunwoody, S., Griffin, R. et Neuwirth, K. (2007). Exploring Lay Encertainty About an Environmental Health Risk. Public Understanding of Science, 16, 323-343.

Pruitt, D. G. et Rubin, J. Z. (1986). Social Conflict : Escalation, Stalemate, and Settlement. New York, NY : Random House.

Rogers, E. M. (2003). Diffusion of innovations (5e éd.). New York, NY : Free Press.

Rogers, E. M. et Kincaid, L. D. (1981). Communication Networks : Toward a New Paradigm for Research. New York, NY : Free Press.

Roth, C. (2006). Binding Social and Semantic Networks. Actes de colloque de la 2e European Conference on Complex Systems, Oxford, Royaume-Uni.

Ruxton, G. D. (2006). Forum : The Unequal Variance t-test is an Underused Alternative to Student’s t-test and the Mann-Whitney U test. Behavioral Ecology, 17(4), 688-690.

Saint-Charles, J. et Mongeau, P. (2009). Different Relationships for Coping with Ambiguity and Uncertainty in Organizations. Social Networks, 31(1), 33-39.

Scherer, C. W. et Cho, H. (2003). A Social Network Contagion Theory of Risk Perception. Risk Analysis, 23(2), 261-267.

Slovic, P. (1999). Trust, Emotion, Sex, Politics, and Science : Surveying the Risk-Assessment Battlefield. Risk Analysis, 19(4), 689-701.

Sorrentino, R. M. et Roney, C. J. R. (2000). The Uncertain Mind : Individual Differences in Facing the Unknown. Philadelphie, PA : Psychology Press.

Stein, A. A. (1976). Conflict and Cohesion : A Review of the Litterature. Journal of Conflict Resolution, 20(1), 143-172.

Tajfel, H. (1982). Social Psychology of Intergroup Relations. Annual Review of Psychology, 33, 1-39.

Teo, M. M. (2008). An Investigation of Community-Based Protest Movement Continuity Against Construction Projects (Thèse de doctorat). University of New South Wales, Australie.

Teo, M. M. et Loosemore, M. (2011). Community-based Protest Against Construction Projects : A Case Study of Movement Continuity. Construction Management and Economics, 29(2), 131-144.

Tindall, D. B. (2002). Social Networks, Identification and Participation in an Environmental Movement : Low-medium Cost Activism within the British Columbia Wilderness Preservation Movement. Canadian Review of Sociology/Revue canadienne de sociologie, 39(4), 413-452.

Valente, T. W. (2010). Social Networks and Health : Models, Methods, and Applications. Oxford, Royaume-Uni : Oxford University Press.

Weick, K. E. (1969). The Social Psychology of Organizing (2e éd.). Reading, MA : Addison-Wesley Publishing Company.

Weick, K. E. (1995). Sensemaking in Organizations. Thousand Oaks, CA : Fondations for Organizational Science.

White, H. C. (2011). Identité et contrôle : une théorie de l’émergence des formations sociales. Paris, France : EHESS.

Wolsink, M. (2012). Undesired Reinforcement of Harmful “Self-evident Truths” Concerning the Implementation of Wind Power. Energy Policy, 48, 83-87.

Yang, Z. J. et Kahlor, L. (2013). What, Me Worry ? The Role of Affect in Information Seeking and Avoidance. Science Communication, 35(2), 189-212.

Zerubavel, E. (1997). Social Mindscapes : An Invitation to Cognitive Sociology. Cambridge, Royaume-Uni : Harvard University Press.

Haut de page

Notes

1 Sémato est un logiciel d’analyse de discours développé à l’Université du Québec à Montréal. Pour obtenir plus d’informations, voir : http://semato.uqam.ca/guidexpert-ato/gea.asp.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Thèmes des réseaux sociosémantiques
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1226/img-1.png
Fichier image/png, 76k
Titre Tableau 2. Corrélation significative entre la centralité sociale (T1 et T2) ou l’influence et la similitude
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1226/img-2.png
Fichier image/png, 56k
Titre Tableau 3. Comparaison des moyennes des dyades sociosémantiques en fonction de différentes relations sociales, par thème
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1226/img-3.png
Fichier image/png, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Ève Maillé et Johanne Saint-Charles, « Influence, réseaux sociosémantiques et réseaux sociaux dans un conflit environnemental », RISCP, 12 | 2014, 79-99.

Référence électronique

Marie-Ève Maillé et Johanne Saint-Charles, « Influence, réseaux sociosémantiques et réseaux sociaux dans un conflit environnemental », RISCP [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1226 ; DOI : 10.4000/communiquer.1226

Haut de page

Auteurs

Marie-Ève Maillé

Professeure associée au Cinbiose, Université du Québec à Montréal, Canada 
maille.marie-eve[@]uqam.ca

Johanne Saint-Charles

Professeure, Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal, Canada
saint-charles.johanne[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org