Navigation – Plan du site

L’Internet dans les centres d’accès communautaire au Chili : une étude sur le processus d’appropriation et les significations de l’usage

Pedro Reyes Garcia
p. 35-54

Résumés

Cet article traite de l’appropriation d’Internet par les visiteurs de centres d’accès public installés par le gouvernement et les Organisations non gouvernementales (ONG) au Chili dans les années 2000. Il mobilise, sur le plan théorique, le modèle de l’appropriation développé dans les travaux en sociologie des usagers, qui pose que le contexte social est un élément clé pour comprendre la construction de la signification de l’usage. Sur le plan méthodologique, la recherche emprunte une démarche qualitative qui relève de l’ethnographie. L’article montre la complexité du processus d’appropriation et la spécificité de l’appropriation d’Internet dans les centres d’accès public au Chili, en analysant les modalités d’accès à la technologie, les conditions de sa maîtrise technique et cognitive par les usagers ainsi que les significations d’usage associées aux sphères personnelles, professionnelles et sociales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans cet article, nous exposons les résultats d’une recherche sur l’appropriation d’Internet dans des télécentres au Chili. Les télécentres sont les centres d’accès public à Internet installés par le gouvernement et des Organisations non gouvernementales (ONG) dans les années 2000. Notre objectif principal est de comprendre le processus d’appropriation d’Internet par les personnes qui ont visité les télécentres et de montrer la complexité du processus.

2Nous voulons expliquer comment les individus sont actifs dans l’usage et comment le processus d’appropriation est lié au contexte social immédiat, à la formation antérieure des usagers, aux relations interpersonnelles, aux représentations de la technologie et aux perceptions qu’ils (elles) ont d’eux (elles)-mêmes pour utiliser la technologie et l’intégrer dans leur vie quotidienne.

3Tout d’abord, nous présentons brièvement la problématique de recherche. Nous exposons ensuite le cadre théorique mobilisé pour comprendre l’intégration des technologies dans la vie quotidienne, dans notre cas, l’intégration d’Internet dans les centres d’accès public. Nous nous penchons sur le modèle de l’appropriation des technologies (Proulx et al., 2007 ; Millerand, F., 1998 ; Proulx, S., 2001, 2002 et 2006), en expliquant les différentes étapes du processus. Par la suite, nous exposons la méthodologie utilisée, c’est-à-dire l’ethnographie. Enfin, nous présentons les résultats de l’étude, centrés sur l’appropriation d’Internet dans les télécentres, en considérant les différents moments (étapes) du processus, et cela, à partir des données recueillies sur notre terrain de recherche. Une partie importante est consacrée à la signification de l’usage, au cœur du processus. Nous montrons, dans cette partie, que le modèle de l’appropriation est adéquat pour comprendre le phénomène et qu’il permet d’identifier un certain nombre de sous-étapes dans le cours du processus.

Contexte et problématique de recherche : Internet et les centres d’accès communautaire au Chili

4L’Internet commercial existe depuis 1994. Depuis, son usage s’est répandu dans le monde. Néanmoins, l’accès à l’Internet pour toutes les couches de la population n’est pas possible dans tous les pays, en raison de la précarité économique d’un pourcentage élevé de la population. C’est le cas des pays en développement comme le Chili. Ce phénomène s’observe aussi dans la majorité des pays de l’Amérique Latine. Pourtant, il existe, y compris dans ces pays, un discours théorique et politique qui souligne l’importance de cette technologie dans une société dite de l’Information. Conscientes de ce besoin, les autorités politiques et certaines ONG au Chili ont cherché à le satisfaire à travers l’installation de centres d’accès public à l’Internet dans les quartiers populaires de Santiago et, en région, dans des villages éloignés des grands centres urbains.

5Plusieurs recherches portent sur les télécentres en Amérique Latine. La majorité d’entre elles justifie l’installation de ces centres à partir des données objectives sur la fracture numérique qui existe dans le sous-continent (Cecchini, 2005). D’autres rendent compte des politiques d’universalisation des gouvernements ou s’intéressent à la réalisation de cadastres qui démontrent la croissance de ces centres dans cette région du monde (Villatoro et Silva, 2005). On trouve également des études qui réfléchissent sur la définition même du télécentre et sur les potentialités qu’auraient ces technologies chez les groupes défavorisés de la population (Menou et al., 2004). Enfin, certaines recherches ont décrit les différentes politiques développées par les gouvernements de la région pour universaliser l’accès à Internet (Maeso et Hilbert, 2006).

6Au Chili, quelques études abordent la dynamique des télécentres. Parmi les sujets abordés par ces recherches, nous pouvons citer : les usages d’Internet les plus répandus dans les télécentres et le télécentre comme centre de rencontre de la communauté (Orrego et Araya Duyisin, 2002), l’importance de la formation en informatique (surtout pour les personnes qui appartiennent aux milieux plus défavorisés) (Cabrera, 2007) et l’importance des responsables dans cette dynamique créée à l’intérieur des centres d’accès à l’Internet (Subtel, 2006).

7En revanche, il n’y a pas d’études qui se penchent sur l’interprétation que les visiteurs eux-mêmes font de leurs usages. Or, nous pensons qu’il n’est pas suffisant de connaître la fréquence avec laquelle la personne se rend au télécentre, mais qu’il faudrait plutôt comprendre pourquoi elle s’y rend ; il n’est pas suffisant de savoir quels sites Web elle visite, mais il faut savoir pourquoi elle les visite. Comment la personne a incorporé ou est en train d’incorporer Internet dans sa vie quotidienne et quelles pourraient être les conséquences de cette incorporation au sein de la communauté dans laquelle le télécentre est situé, constituent selon nous des questions de recherche intéressantes. Nous pensons en effet qu’il faut découvrir les significations que les personnes attribuent à l’usage de la technologie dans leur vie quotidienne. Ainsi, la question de recherche à laquelle nous tentons de répondre dans l’étude est la suivante : comment se construit l’appropriation d’Internet par les visiteurs des télécentres au Chili et quelles sont les conséquences de cette appropriation dans leur vie quotidienne ?

Cadre théorique : la sociologie des usages et le modèle de l’appropriation

8Plusieurs modèles théoriques essaient de comprendre le processus par lequel les individus intègrent les technologies d’information et de communication (TIC) dans leur vie quotidienne : le modèle de la diffusion, de l’innovation et de l’appropriation. Tandis que Breton et Proulx (2006) parlent de ces modèles comme « des points d’entrée sur les principaux travaux sur les usages », Frenette (2005) se réfère à ces modèles comme « des tendances majeures dans l’étude des usages des technologies d’information et de communication habituellement reconnues ». Cette typologie, à l’origine présentée par Chambat (1994) et retravaillée par Millerand (1998 – 1999) demeure une référence pour aborder les différentes études réalisées dans ce domaine. Jauréguiberry et Proulx (2011) signalent, par contre, que ces approches pour penser les usages ont émergé surtout au début de ce courant de pensée, mais qu’après 1995 « les orientations des recherches sur les usages sont devenus multiples, plurielles, éclatées » (p. 32). Dans cette recherche, nous mobilisons le modèle de l’appropriation, qui s’intéresse principalement à la construction de la signification de l’usage chez les individus (Proulx, 2006), et qui reste, selon Breton et Proulx (2006), un des plus utilisés dans les problématiques sociales relatives aux usages des TIC.

9Pour Jouët (2000), les études sur la sociologie des usages réfutent le paradigme techniciste ; les usagers ne sont pas de simples consommateurs passifs de produits et de services qu’offre le marché, l’usager est plutôt un acteur actif. Ainsi, le modèle de l’appropriation consiste plus à expliquer et moins à constater la distribution d’équipements technologiques. Dans le même sens, Chambat (1994) explique que les différences dans les taux d’équipement ou dans les fréquences d’usage répondent principalement aux différentes significations attribuées aux usages par les utilisateurs eux-mêmes. Dans ce même esprit, Mallein et Toussaint (1994) signalent :

Nos travaux ont montré (…) que l’insertion sociale d’une NTIC, son intégration à la quotidienneté des modes d’utilisation se manifestent avec suffisamment de récurrence et sous la forme d’habitudes suffisamment intégrés dans la quotidienneté pour s’insérer et s’imposer dans l’éventail des pratiques culturelles préexistantes, se reproduire et éventuellement résister en tant que pratiques spécifiques à d’autres pratiques concurrentes ou connexes. (Lacroix, 1994, p. 147).

10Selon Proulx et al (2007), l’appropriation d’une technologie renvoie à quatre conditions. La première condition est l’accès, une pré-condition nécessaire mais non suffisante. L’accès est en effet déterminant, mais ne garantie en rien l’appropriation d’une technologie. Selon ces auteurs, l’étape suivante consiste en la maîtrise technique et cognitive de l’artefact par l’usager, c’est-à-dire le besoin d’« acquérir les compétences cognitives et techniques nécessaires à la manipulation des technologies et l’usage des protocoles. Ces compétences sont souvent le résultat d’apprentissages spécifiques et de formations formelles ou informelles » (Proulx et al. 2007, p. 27). En troisième lieu, Proulx et al. (2007) font référence à l’intégration significative de l’objet technique dans les pratiques quotidiennes, au travail ou ailleurs (Breton et Proulx, 2006). En quatrième lieu, selon Proulx et al. (2007), « cette maîtrise et cette intégration devront être suffisamment avancées pour permettre à l’usager de réaliser à l’occasion, à l’aide de l’objet technique, des gestes de création, c’est-à-dire des actions qui génèrent de la nouveauté en regard de ses pratiques habituelles » (Breton et Proulx 2002, p 272). Dans notre analyse, nous allons considérer les deux dernières conditions ensemble, car nous pensons que l’intégration significative de l’objet technique permet en même temps des gestes de création.

11Enfin, au cœur du processus d’appropriation, les individus donnent un sens à l’usage qu’ils font de la technologie, donnant lieu à la production de « significations d’usage ». Pour Proulx (2006), les « significations d’usage » renvoient à :

l’élaboration par les chercheurs de construits analytiques s’appuyant sur l’examen de matériaux déclaratifs d’usagers. Ces derniers décrivent ainsi à l’observateur les représentations qu’ils se font de leurs pratiques de communication dans leurs relations d’usage quotidien avec des objets ou dispositifs techniques de communication (p. b3).

Méthodologie : une démarche ethnographique

12Cette étude sur l’appropriation d’Internet dans les centres d’accès public utilise une approche qualitative (Strauss, A. et Corbin, J., 1990 ; Taylor, R. E., 1994) et l’ethnographie comme stratégie de recherche (Denzin et Lincoln, 2005). En ce qui concerne les outils méthodologiques, nous avons utilisé l’entrevue et l’observation pour la collecte des données (Punch, K. F., 2005). Nous avons réalisé des entrevues individuelles en profondeur avec les visiteurs des centres. L’observation nous a servi principalement à décrire les sites visités et les activités qui s’y déroulaient, ce qui a enrichi notre recherche en complétant les données recueillies à partir des entrevues. Nous envisageons l’ethnographie comme une stratégie de recherche empirique, sur le terrain, qui vise à comprendre la vie d’un groupe d’individus. Plus précisément, il s’agit de comprendre un phénomène à partir du point de vue des individus ou de la population étudiés pour obtenir des données de première main.

13Selon Hammersley et Atkinsons (1995) l’ethnographie répondrait aux questions suivantes : Que se passe t’il sur le terrain ? Comment les personnes avec qui nous travaillons regardent-elles leurs actions ? Comment pouvons-nous décrire le contexte dans lequel se déroule l’action ? Bref, l’ethnographie permet l’exploration d’un phénomène social sans utiliser d’hypothèses formulées a priori, mais en travaillant à partir de données non structurées, c’est-à-dire que la collecte des données ne prétend pas répondre à des catégories d’analyse définies à l’avance. En outre, l’ethnographie requiert une quantité restreinte de cas. Enfin, l’analyse des données repose sur l’interprétation de la signification des actions humaines.

14Lorsque nous parlons d’usage, nous faisons référence á l’usage social. Selon George (2012), cette notion d’usage social se lie à celle de pratique proposée par Jouet (1993). L’usage social est une construction. Comme le signalait déjà Chambat (1994), l’usage ne peut être réduit au seul face-à-face avec un objet technique, dans ce cas, on parlera d’utilisation. Selon Lacroix (1994), on peut parler des usages sociaux à partir du moment où :

des usagers, dépendaient moins de ses qualités techniques “intrinsèques”, de ses performances et de sa sophistication, que des significations d’usage projetées et construites par les usagers sur le dispositif technique qui leur était proposé (p. 318).

15Notre terrain de recherche et notre analyse des données se sont développés à différents moments entre 2005 et 2010, années au cours desquelles nous avons visité des télécentres dans différentes régions du Chili. Les entrevues ont été réalisées surtout entre octobre 2006 et mars 2008. Nous avons travaillé dans 5 télécentres situés dans 4 villes du Chili : Villarrica, San Rosendo, Talca et Santiago, la capitale du pays. Au total, nous avons réalisé 28 entrevues en profondeur ; 16 avec des usagers des télécentres et 12 avec des responsables de ceux-ci. Il faut signaler que notre corpus principal d’analyse est basé sur les entrevues avec les usagers, les données d’observations étant moins importantes et plutôt complémentaires. Pour construire notre échantillon, nous avons eu recours aux responsables des télécentres en tant qu’informateurs, ceux-ci nous ont aidé à rencontrer les interviewés. Étant donné leur présence quotidienne dans les centres et le fait qu’ils aident les visiteurs à utiliser les ordinateurs, ils ont un regard privilégié sur les visiteurs et sur les activités qui s’y déroulent.

16En ce qui concerne l’analyse des données, nous avons procédé à la transcription des entrevues et des notes de recherche dès la collecte de données sur le terrain terminée. La grille d’analyse qui a servi au codage des entrevues était basée sur la grille d’entrevue. Pour construire la grille d’analyse, nous nous sommes basés principalement sur les étapes de l’appropriation proposées par Proulx et ses collègues (2007). Il faut préciser que certaines catégories ont été créées à partir de sujets émergents que nous n’avions pas nécessairement considérés auparavant. En effet, même si nous avons travaillé avec les catégories correspondant aux grandes étapes de l’appropriation proposées par Proulx et al. (2007), notre orientation ethnographique nous a conduit à ne pas nous baser strictement sur un ensemble fermé de catégories d’analyse. Cette grille d’analyse visait à capturer les différents moments de l’expérience d’une personne par rapport à son appropriation d’Internet dans les télécentres.

17Dans les lignes qui suivent, nous présentons et discutons les résultats de la recherche en mettant en lien les différents moments de l’appropriation identifiés par Proulx et al. (2007) et l’expérience des usagers d’Internet dans les télécentres.

Analyse et discussion : le processus d’appropriation d’Internet dans les centres d’accès communautaire

18Notre discussion est organisée à partir des étapes de l’appropriation proposées par Proulx et ses collègues (2007). Si la sociologie des usages s’intéresse principalement à la construction de la signification de l’usage, il faut rappeler que, dans le cours du processus d’appropriation, différents moments sont vécus par les individus, des moments qui, d’après nous, participent entièrement à la construction de la signification de l’usage. L’accès permet l’une utilisation de la technologie, mais avant le pouvoir l’utiliser, il faut la maîtriser minimalement, ce qui n’est possible qu’après avoir vécu un processus d’apprentissage (formel ou informel). Ces utilisations, dans le contexte social et la trajectoire d’usage (Proulx, 2002), conduisent l’individu à interpréter son expérience, la relation avec la machine n’est plus seulement utilitaire, c’est le moment où nous pouvons commencer à parler d’usage dans le sens de Lacroix (1994). Dans les lignes qui suivent, nous présentons les différents moments de l’appropriation qu’ont vécu nos interviewés dans les télécentres, en insistant plus particulièrement sur la signification de l’usage.

L’accès à l’ordinateur et à l’Internet

19L’accès est le premier moment de l’appropriation que nous avons étudié. Deux niveaux importants se dégagent de notre recherche pour comprendre le rôle et les modalités de l’accès dans l’appropriation. Le premier niveau est le niveau national. Il fait référence à la politique d’installation des télécentres dans le pays pour permettre l’accès aux personnes qui n’ont pas les moyens de se payer un abonnement à domicile, que nous appelons ici « politique nationale des télécentres » (Cecchini, 2005 ; Maeso et Hilbert, 2006 et Villatoro et Silva, 2005). Le deuxième niveau est individuel, il est composé de trois moments que nous allons décrire et approfondir par la suite : 1) les représentations des usagers, où les valeurs ou les préjugés partagés dans une société jouent un rôle important, 2) la façon d’apprendre l’existence du télécentre et 3) les motivations pour s’y rendre. Dans tous les cas, nous pouvons constater la dimension sociale dans la construction de l’usage. Pour des raisons d’espace, dans cet article, nous allons faire référence seulement au deuxième niveau de l’accès.

Les représentations préalables des usagers

20Les représentations des visiteurs des télécentres en relation à l’Internet se construisent avant même la première expérience avec l’ordinateur. Toutefois, les représentations d’une technique continuent d’évoluer pendant tout le processus d’appropriation à partir des réflexions et des expériences des usagers, de telle manière que certaines d’entre elles peuvent rester et d’autres disparaître, se confirmer ou se modifier.

21Avant que les personnes n’arrivent aux télécentres, elles ont développé certaines idées sur la technologie ; celles-ci ont été influencées par leur expérience de vie et leurs rapports sociaux. Ainsi, pour que les gens se rendent au télécentre et décident de prendre un cours ou d’utiliser Internet pour la première fois ou de façon plus fréquente, il y a eu – et il continue à y avoir, comme le disent Millerand et al (2001), un « investissement imaginaire » à l’égard d’Internet.

22Parmi les représentations préalables à l’usage identifiées chez les usagers des centres, deux aspects se dégagent : en premier lieu, un questionnement sur l’utilité d’Internet dans leur vie quotidienne et, en deuxième lieu, l’association de l’usage d’Internet à des normes sociales. Ainsi, les visiteurs les plus âgés (plus de 50 ans) et surtout ceux qui n’avaient pas eu de contact préalable avec la technologie, doutent de l’utilité de la technologie, c’est-à-dire du rôle qu’elle pourrait jouer dans leur vie quotidienne. D’après nous, cette méconnaissance quant à l’utilité d’Internet ne renvoie pas nécessairement à une représentation négative susceptible de retarder le processus d’appropriation. Nous pensons plutôt qu’elle a été une source de curiosité incitant à la découverte.

23D’autres visiteurs considèrent qu’Internet doit avoir une utilité pour la personne (principalement au travail) et servir en même temps à la communauté au sein de laquelle est installé le télécentre. Ces personnes se sont forgés ces idées après avoir entendu parler d’Internet. Dans ce cas, nous parlons d’une perception d’utilité anticipée dans la mesure où elles n’avaient pas d’expérience concrète leur permettant de confirmer leurs perceptions. Chez ces personnes, il n’y a pas de doutes par rapport à l’utilité d’Internet, il y a, au contraire, une prédisposition positive qui peut inciter la personne à l’utiliser.

24En ce qui concerne les représentations que nous pouvons associer aux normes sociales, nous avons repéré deux représentations plutôt négatives chez les usagers, à savoir qu’Internet serait à la fois plutôt pour les riches et plutôt pour les jeunes. Il est intéressant de souligner que la première idée (Internet serait pour les riches) n’est partagée que par un nombre minoritaire des interviewés et qu’elle n’a empêché ni l’usage ni le processus d’apprentissage d’Internet chez ceux-ci. En effet, nous avons rencontré ces personnes alors qu’elles utilisaient les ordinateurs dans les télécentres, un endroit où l’accès est gratuit (ou à très bas prix) et où elles se sont rendues généralement grâce à l’incitation d’une autre personne.

25L’idée qu’Internet soit pour les jeunes a été signalée principalement par les personnes les plus âgées (50 ans et plus). Nous pouvons faire un lien avec l’utilité perçue de la technologie pour ces personnes. En effet, dans la mesure où elles pensent qu’Internet est destiné aux plus jeunes, celui-ci n’a dès lors pas ou peu d’utilité, ou du moins pas d’utilité en particulier dans leur vie quotidienne. Rappelons que nous parlons de l’accès, l’étape qui précède le déplacement au télécentre et donc l’utilisation d’Internet. Nous pouvons faire un lien avec ce que Lobet-Maris et Galand (2004) appellent « les normes sociales » dans leur étude sur l’appropriation d’Internet chez les personnes âgées. Les gens pensent que les technologies sont prédestinées à certains individus, provenant de certains groupes dans la société. S’ils n’appartiennent pas à ce groupe, ils se sentent marginalisés parce qu’ils ne répondent pas à la norme.

La façon d’apprendre l’existence du télécentre

26Le fait que le gouvernement ou les ONG installent des télécentres ne signifie pas forcément que les gens s’y rendront. Les visiteurs se sont rendus dans les centres surtout à l’invitation de leurs proches, qui les ont incités à s’y rendre dans un but d’apprentissage (par exemple pour suivre une formation) ou pour utiliser les ordinateurs. Ce sont les ami(e)s, les parents, les fil(le)s d’autres membres de la famille ainsi que les voisin(e)s qui ont servi de pont entre les gens et les télécentres. Le réseau interpersonnel des visiteurs a donc joué un rôle clé dans leur processus de rapprochement avec l’ordinateur et avec Internet.

27Lorsque nous parlons de réseau interpersonnel, nous faisons un lien avec la notion de réseau d’appui, proposée par Proulx (2004). Selon cet auteur, le réseau d’appui comprend généralement une personne qui aura le rôle de « révéler » Internet, c’est-à-dire qui aidera la personne à découvrir la technologie et les aspects positifs que son usage pourrait avoir pour sa vie quotidienne. D’autres études font référence au contexte interpersonnel des individus qui s’engagent dans un processus d’appropriation des technologies. C’est le cas de Thatcher et al (2007) qui soulèvent l’importance du soutien des collègues pour diminuer l’anxiété due à l’implantation d’une nouvelle technologie dans une organisation, en milieu de travail. Lam et Lee (2006) quant à eux, observent l’importance du soutien chez les personnes de plus de 55 ans dans la perception qu’ils ont de leur propre capacité à utiliser une nouvelle technologie. Nous allons voir plus tard que le réseau d’appui intervient également de façon importante dans le processus même d’apprentissage d’Internet, un aspect que nous abordons dans la partie sur la maîtrise cognitive et technique de la technologie.

Les motivations pour se rendre au télécentre

28Nous avons constaté l’importance du réseau interpersonnel dans la façon dont les personnes sont informées de l’existence du télécentre. Chez plusieurs visiteurs des télécentres, les membres de leur réseau d’appui ont aussi joué un rôle en les incitant à faire le déplacement au télécentre, notamment en leur vantant les atouts d’Internet.

29Les personnes qui n’avaient jamais utilisé Internet et qui étaient plus âgées (50 ans et plus) sont allées au télécentre d’abord pour prendre un cours. Chez elles, la motivation préalable la plus importante était le fait d’apprendre quelque chose de nouveau. Pour ces personnes, les séances de formation étaient très valorisées. Chez les personnes qui avaient déjà utilisé Internet avant d’aller au télécentre (elles avaient déjà suivi des formations ou avaient appris à utiliser Internet par d’autres moyens), le manque d’accès à domicile constituait la motivation principale pour se rendre au centre.

30Il est intéressant de constater que la première motivation évolue par la suite avec l’expérience concrète de la technologie. Si la motivation première était d’avoir accès à Internet, une fois que les fonctionnalités de l’Internet sont découvertes et utilisées, les motivations pour continuer à l’utiliser évoluent avec les projections d’usages futurs que font les individus.

La maîtrise technique et cognitive de l’Internet

31Rappelons que selon Proulx et al. (2007), la deuxième condition de l’appropriation est la maîtrise technique et cognitive de la technologie. Celle-ci fait référence au fait « d’acquérir les compétences cognitives et techniques nécessaires à la manipulation des technologies et l’usage des protocoles. Ces compétences sont souvent le résultat d’apprentissages spécifiques et de formations formelles ou informelles » (p. 27). Pour acquérir de telles compétences, les usagers des télécentres peuvent vivre différentes situations, telles que des expériences sporadiques avec la technologie, un processus d’apprentissage formel (suivre un atelier) ou informel (s’initier individuellement). Concrètement, la maîtrise technique et cognitive de l’Internet se manifeste dans les manières d’utiliser la technologie.

32On peut considérer que le processus d’apprentissage ne se terminera jamais, étant données les nouvelles applications qui émergent constamment sur Internet et les nouveaux usages développés par les personnes. Néanmoins, on peut penser que cet apprentissage sera plus rapide en prenant appui sur l’expérience acquise par les usagers. Pour aborder cette deuxième condition de l’appropriation, nous traitons d’abord des expériences préalables des visiteurs avec Internet (avant qu’ils se rendent au télécentre) et ensuite leur apprentissage de l’ordinateur et d’Internet.

Les expériences préalables avec Internet et le contexte technologique des usagers

33Abordons d’abord les expériences vécues par les usagers avant qu’ils ne commencent à utiliser l’ordinateur de façon régulière. Au sein de notre groupe d’interviewés, nous distinguons deux sous-groupes : les personnes plus âgées (adultes d’âge moyen et personnes âgées ; 40 – 72 ans) qui n’ont jamais eu d’expérience avec l’ordinateur et les jeunes (17 – 33 ans) qui ont eu des expériences avec l’ordinateur dans leur formation au secondaire et à l’université. Dans les deux cas, les usagers font souvent des références et des comparaisons avec d’autres technologies ou médias de communication utilisées antérieurement, ce qui confirme que l’ordinateur s’intègre à la suite de technologies, médias et expériences préalables.

  • 1 Soulignons que le téléphone fixe est parmi les technologies les moins fréquentes, les télécentres s (...)

34Un lien intéressant peut être établi avec l’idée exprimée par Jouët (2000) sur ce qu’elle appelle la généalogie des usages. L’usage d’une nouvelle technologie, comme l’Internet dans le cas de nos interviewés dans les télécentres, ne se réalise pas dans un vacuum. L’usage se réalise dans un milieu où existent diverses technologies. Dans notre cas, nous pouvons dire que nos interviewés possèdent ou que sont présentes dans leur foyer plusieurs technologies d’usage domestique commun : téléphone cellulaire, télévision, DVD, téléphone fixe1. De plus, plusieurs d’entre eux possèdent un ordinateur qui n’est pas connecté à Internet. Dans certains cas, l’ordinateur a déjà été connecté à Internet, mais le service a été coupé pour des raisons financières.

35Ce contexte technologique joue un rôle dans le processus d’appropriation. Nous pensons que le fait de faire référence à l’usage d’autres technologies, d’avoir eu une expérience partielle avec Internet et de vivre dans un milieu avec une présence physique et symbolique de technologies, ont une influence sur la capacité ou l’intérêt d’apprendre et de maîtriser Internet. Il s’agit, selon nous, d’un aspect probablement positif dans une démarche d’appropriation. Par exemple, faire référence à la machine à écrire, chez les plus âgés (70 et plus), semble être une façon de rapprocher la nouvelle technologie de quelque chose de connu, avec l’intention d’octroyer à cette nouvelle machine une aura de familiarité, même si l’on parle de technologies complètement différentes.

36Par contre, il faut souligner que le fait d’avoir toutes ces technologies à la maison ne signifie pas qu’elles sont utilisées par tous, surtout chez les adultes de plus de 40 ans. En effet, nous avons observé des situations contrastées en ce qui concerne l’usage des technologies, selon les dynamiques familiales. Dans certains cas, les jeunes encouragent les adultes qui ne savent pas comment utiliser l’ordinateur à prendre un cours d’informatique. Dans d’autres cas, les enfants n’aident pas leurs parents à comprendre ou à utiliser une technologie. Parfois, ce sont les parents qui encouragent les jeunes à approfondir leurs connaissances en informatique, parce qu’ils pensent qu’il s’agit de quelque chose de positif pour leur avenir. Le fait d’imaginer que la technologie peut avoir des retombées positives pour leurs enfants nous ramène au rôle des représentations dans le processus d’apprentissage.

L’apprentissage de l’usage de l’ordinateur et d’Internet

37Là encore, nous constatons une différence importante en fonction de l’âge au sein de nos interviewés, entre les personnes plus âgées (plus de 40 ans) et les jeunes (17 – 33 ans), dans leur façon d’apprendre à utiliser la technologie. En ce qui concerne les personnes plus âgées, nous avons constaté qu’elles valorisaient davantage que les plus jeunes la formation dans des ateliers d’informatique pour apprendre à utiliser l’ordinateur et en maîtriser l’usage. Elles ressentent un besoin d’accompagnement presque permanent pour réaliser de nouvelles tâches, surtout au début du processus d’apprentissage. Pour elles, dans le cas des ateliers suivis dans les télécentres par exemple, le groupe qui participe à la formation est également très important. On pourrait dire que dans le cadre des formations, le groupe des pairs, en l’occurrence les personnes qui vivent la même expérience, forment le réseau d’appui des participants.

38En ce qui concerne les plus jeunes (rappelons qu’ils ont eu des expériences antérieures avec la technologie, soit à l’école, soit à l’université), l’apprentissage (ou l’approfondissement des connaissances) se réalise de façon beaucoup plus informelle et plus facilement. Par contre, l’expérience antérieure n’exclut pas toujours qu’ils aient besoin d’aide. D’ailleurs, le réseau d’appui des jeunes est souvent formé également par le groupe des pairs. Même s’ils affirment ne pas avoir besoin de suivre une formation formelle, ils s’aident entre eux, surtout entre amis. Ainsi, de la même façon que le groupe jouait un rôle déterminant dans l’accès au télécentre, il joue un rôle très important dans le processus d’apprentissage,

39Dans certains cas, surtout parmi les jeunes, nous avons constaté que la technologie elle-même (Internet) était utilisée dans un objectif d’apprentissage, surtout chez ceux qui avaient une préparation plus avancée. Ainsi, certains jeunes ont découvert (et savaient utiliser) l’information sur Internet pour réparer les ordinateurs, les démonter, les remonter, et installer une antenne pour utiliser Internet sans fil, ce qui démontrait chez eux une maîtrise technique et cognitive plus avancée.

40Chez tous les visiteurs, les responsables des télécentres, habituellement des jeunes recrutés parmi les visiteurs des centres, ont joué un rôle très important dans le processus d’apprentissage. Ces responsables ont incité les personnes à revenir au télécentre, au-delà du premier contact. Nous considérons que ces responsables sont des leaders sociaux qui aident à faire comprendre à la communauté l’importance d’Internet. Une étude de Subtel (2006) sur l’expérience des télécentres au Chili a identifié deux types de leadership associés à l’administration des télécentres : le leader social qui aide à communiquer le sens de la technologie dans la communauté et le leader technologique qui connait les codes et les langages associés aux TIC et qui est capable de les transmettre lors des séances de formation. Dans notre étude, nous avons également observé les deux types de leaders et, dans certains cas, constaté que les deux se retrouvaient dans une même personne.

41Nous constatons également que la majorité des usagers montre un intérêt à continuer à apprendre. Ils sont conscients qu’il s’agit d’un apprentissage à long terme, que la maîtrise technique et cognitive répond à un processus, qu’il s’agit d’une technologie qui évolue constamment et qui propose souvent de nouvelles fonctionnalités. Sur ce plan, nous avons constaté également une différence entre les plus âgés (40 – 72 ans) et les jeunes (17 – 33 ans). Les premiers, intéressés à continuer à apprendre, pensent toujours à une formation, comme celle qu’ils ont eue en arrivant au télécentre. Les plus jeunes, par contre, savent qu’ils peuvent continuer à apprendre dans le cadre de leur pratique quotidienne. Le besoin d’une formation chez les plus jeunes est lié principalement à un intérêt professionnel, et au besoin d’avoir un diplôme qui témoigne d’une expertise technologique pour obtenir un emploi plus tard.

42Une fois le processus d’apprentissage relativement avancé les visiteurs des télécentres vont commencer à intégrer la technologie dans leur vie quotidienne à travers différents utilisations. Les utilisations les plus répandus chez nos interviewés, de façon plus ou moins homogène dans tous les télécentres, sont : le courrier électronique, le clavardage avec MSN et la recherche d’informations spécifiques d’intérêt personnel à l’aide d’un moteur de recherche (santé, recettes, jardinage, culture générale, etc.). Ensuite, on peut souligner le clavardage avec des inconnus et s’informer des nouvelles à travers des journaux en ligne. Finalement, les moins répandus sont le jeu (en ligne ou hors ligne) et le téléchargement de musique et de vidéos.

43Ces utilisations démontrent une certaine maîtrise technique et cognitive d’Internet par les visiteurs des télécentres. Ces utilisations ont été possibles suite à un apprentissage, grâce à des efforts personnels et à la participation d’autres personnes, reconnues comme le réseau d’appui des visiteurs. Il faut tenir compte, également, que les utilisations d’Internet se réalisent dans un contexte spécifique, en l’occurrence dans les télécentres.

44Le lieu a probablement une influence sur les usages des visiteurs principalement parce que les télécentres ont des règles qui encadrent d’une certaine façon le genre d’usage qu’on peut en faire. Pourrions-nous penser que le fait d’utiliser Internet dans un centre d’accès public limite ou modèle les usages ? À partir de notre recherche, nous nous sommes posé la question à plusieurs reprises en imaginant un accès sans limites, à la maison : feraient-ils un usage intensif du clavardage toute la journée ? S’agit-il de la manifestation d’un intérêt déclenché surtout par la nouveauté ? Feraient-ils la même chose avec une connexion permanente à la maison ? Nous ne pouvons pas tirer une conclusion à partir de notre recherche, mais nous pouvons supposer qu’il y aurait de telles différences dans l’usage. L’étude WIP (2006) faite au Chili le soulignait : les personnes qui ont un accès à la maison, sont connectées durant des périodes plus longues et utilisent Internet pour une plus grande variété d’activités.

45Par ailleurs, et même s’il s’agit d’un contexte culturel complètement différent, la recherche faite par Bevort et Bréda (2008) sur les jeunes de 12 à 18 ans en Europe et au Québec nous donne des pistes pour penser que les usages à l’école et à la maison sont (et seraient) différents. Nous avons constaté, lors de notre étude de terrain, le manque de liberté ressenti par certaines personnes dans leurs expériences d’usage à l’école. Dans l’étude européenne, ce qui est encore plus important, c’est que la perception de tels usages est différente pour les jeunes dans les deux endroits. Pour les adolescents, l’Internet à l’école n’est pas « leur Internet ». C’est à la maison que les jeunes se sentent libres de faire ce qu’ils veulent avec Internet. Comme le signalent Smedt et al. (2006), leurs usages à l’école étaient souvent relatés avec beaucoup moins d’enthousiasme en comparaison avec ce qu’ils disaient de MSN, des jeux, de la musique et d’autres utilisations à domicile.

46Les personnes interviewées dans le cadre de notre recherche n’ont pas d’accès Internet à domicile, or elles souhaitent, pour la plupart, avoir un ordinateur connecté à Internet à la maison. C’est pourquoi l’utilisation d’Internet au télécentre est toujours considérée comme transitoire. Même si dans certains cas, l’utilisation d’Internet au télécentre peut inclure pour certains, surtout les plus jeunes, des usages assez avancés, nous pouvons supposer que l’usage d’Internet dans un endroit public ouvert à la communauté, surtout chez ceux qui expriment le désir d’avoir un ordinateur à la maison, signale une étape seulement de l’appropriation.

La signification de l’usage

47Dans le modèle de l’appropriation, la construction de l’usage d’une technologie est étudiée à partir de sa signification pour les individus. Breton et Proulx (2006) ainsi que Proulx et al. (2007) proposent, après l’accès et la maîtrise technique et cognitive de la technologie, son intégration significative dans la vie quotidienne de l’usager comme troisième étape du processus d’appropriation. Cette intégration significative devrait permettre des gestes de création, c’est-à-dire des changements dans les pratiques des individus qui incorporent la technologie dans leurs habitudes de vie. Dans cette partie de la discussion, nous abordons la question de l’ « intégration significative » et des « actes de création » en même temps. Comme nous l’avons dit, l’intégration significative se matérialise selon nous dans les usages qui deviennent des actes de création.

48Nous abordons les significations d’usage associées à Internet dans trois sphères de vie : personnelle, professionnelle et sociale (Frenette et Johnsson-Smaragdi, 2005). Par « sphère personnelle », nous faisons référence au contexte immédiat des individus : la gestion de leur vie quotidienne, l’expression d’intérêts personnels et les relations avec leur famille et leurs amis. Par « sphère professionnelle », nous faisons référence aux études, à la formation professionnelle et au monde du travail. Enfin, par « sphère sociale », nous référons à à tout ce qui a trait à leur contexte de vie communautaire et en société plus largement.

49Soulignons que les usages qui sont faits d’Internet au sein de ces trois sphères s’enchevêtrent, mais que les significations peuvent être différentes pour le même usage, dépendamment de la sphère de vie considérée. Par exemple, l’usage du courriel peut être associé à la fois à la sphère personnelle (l’importance de communiquer facilement et rapidement avec la famille) et à la sphère professionnelle (le courriel permet d’avoir accès au patron de l’entreprise à qui on vend des services).

Internet et la sphère personnelle

50L’usage d’Internet est significatif pour les visiteurs des télécentres d’abord à cause de la valeur qu’ils lui octroient en termes de possibilité de communiquer, de s’informer, d’améliorer leur estime de soi et d’exprimer leur liberté personnelle.

51En ce qui concerne la communication, les interviewés font référence aux avantages de communiquer par courriel et par clavardage (ex : MSN). Ces outils sont évalués positivement parce qu’ils permettent une communication rapide et plus facile par rapport aux technologies de communication précédentes. De plus, ces outils permettraient, selon les usagers, de renforcer la sociabilité. Dans certains cas, le courrier électronique est évalué comme un outil de communication indispensable dans la vie quotidienne, une chose dont on ne peut se passer. Pour certaines personnes, ne pas y avoir accès provoque un sentiment d’isolement. Le fait qu’Internet permette une communication facile et rapide élargit le contexte immédiat, crée un agrandissement « du monde » puisqu’il permet de communiquer avec des personnes très éloignées et, dans le cas du clavardage, parfois inconnues.

  • 2 Par souci de respect de l’anonymat des participants à la recherche, tous les noms ont été remplacés (...)

« Avec l’ordinateur je peux communiquer avec d’autres personnes, c’est ça qui attire l’attention. Par exemple, sur Internet, j’ai beaucoup d’amis, d’Espagne, de République Dominicaine, d’Argentine, d’ici même, du Chili, de Punta Arenas, Santiago, Valdivia, Puerto Montt, Temuco, beaucoup de personnes avec qui je communique. On crée une amitié assez riche, je me suis fait de très bons amis virtuels, j’ai trois très bons amis. » (Rosalia2, 24 ans, Villarrica).

52L’accès à l’information, dans certains cas considérée comme illimité, grâce aux moteurs de recherche est très valorisé par les usagers, comme la lecture des journaux en ligne. Cet accès à l’information permet en même temps d’avoir un regard différent sur le monde, lequel s’élargit grâce à cette possibilité. En même temps, l’usage d’Internet permet aux membres de la famille ou à celui qui l’utilise davantage de partager de l’information avec les autres membres de la parenté.

« Pour moi, l’Internet est un moyen qui permet d’obtenir très rapidement toutes sortes d’informations… Il s’agit d’une création humaine qui, on le suppose, est pour le bien-être… j’espère que ce soit la même chose pour les futures générations. » (Don Carlos, 72 ans, Villarrica).

« Quand j’étais petite, je devais aller à la bibliothèque chercher de l’information, c’était beaucoup plus compliqué que maintenant, alors que l’on met juste un petit mot et qu’il sort tout ce que l’on cherche… c’est beaucoup plus confortable. Je pense qu’aujourd’hui Internet est un outil fondamental, indépendamment (du fait) de lire ou non des livres, si tu connais Internet, tu vois le monde complètement différent, pour les différentes possibilités, on trouve généralement tout » (Jimena, 27 ans, San Rosendo).

53Plusieurs usagers ont parlé du fait que l’usage d’Internet pouvait améliorer leur estime de soi. Ainsi, pour certaines personnes, l’apprentissage et l’usage d’Internet peuvent avoir une influence sur la reconnaissance que les enfants ont envers leurs parents, ce qui ajoute un nouveau sujet de conversation à la relation et par conséquent une satisfaction de la part du parent.

« Il faut que je me modernise comme personne… sur Internet il y a beaucoup de choses pour apprendre. Il faut s’intégrer au rythme actuel, j’ai vu des personnes qui ne savent même pas comment allumer l’ordinateur mais maintenant tout fonctionne avec l’informatique. Tout est comme ça, si on n’avance pas, on est obsolète. Dans les écoles il y a partout des ordinateurs, alors si la mère ne sait pas, elle ne va pas pouvoir appuyer ses enfants. Une fois j’ai ouvert mon Messenger et mon fis me disait salut, mais je ne savais pas qu’on était ‘amis’ alors Jaco (la responsable du télécentre) m’a expliqué… il était fasciné d’avoir chaté comme ça avec sa mère » (Daniela, 34 ans, Santiago)

54Par ailleurs, quelques usagers, et surtout les plus âgés, ont signalé que le fait d’utiliser Internet signifiait pour eux la possibilité de ne pas se sentir dépassés par la technologie, mais au contraire de faire partie des utilisateurs de ces technologies – qui sont plutôt, d’après eux, des jeunes. En même temps, l’usage d’Internet leur a permis de découvrir des compétences insoupçonnées. Le fait de connaître une technologie qui leur semblait éloignée, grâce aux séances de formation (toujours pour les plus âgés), leur a fait voir qu’ils étaient capables d’apprendre. Dans ce cas, la représentation construite avant de commencer à utiliser Internet (en l’occurrence qu’il s’agit d’une technologie « pour les jeunes ») est reconstruite, ou tout simplement changée, une fois l’expérience vécue.

« Je me sens réalisée, parce que moi, maintenant, j’appartiens à ce groupe, au groupe de gens qui connaissent Internet. Quand on écrit par ici (elle signale l’ordinateur), on reçoit toute de suite la réponse. La poste, j’ai l’impression que c’est quelque chose qui appartient au passé. » (Señora Rosa, 70 ans, Talca)

55De plus, le fait de participer à une formation leur a permis de prendre place dans un groupe de personnes, vis-à-vis duquel ils ont développé un sentiment d’appartenance. C’est dire que la participation à un groupe pour apprendre l’informatique est un élément de sociabilité de plus par rapport à celle que permet la communication en ligne. Cette situation est cohérente avec l’étude faite aux États-Unis par Xie (2007) sur l’usage d’Internet chez des personnes âgées faisant partie d’un club d’Internet. Ces personnes n’établissent presque pas de liens en ligne, contrairement aux plus jeunes. Néanmoins, le fait de participer au club leur permet de créer des échanges hors ligne et, dans certains cas, des relations d’amitié avec d’autres participants.

« Avec les mêmes personnes qui ont pris le cours (personnes âgées), nous voulons créer un club d’amis de l’informatique, nous sommes en train de chercher les ressources pour que le INP nous aide. Nous voulons participer à un projet qui nous finance ; l’idée centrale est l’informatique, mais nous pouvons trouver d’autres choses pour nous divertir… Pour moi l’informatique c’est important, mais on ne peut pas dépenser tout le temps en informatique, on ne peut pas être collé à une chaise en face d’un écran. » (Don Carlos, 72 ans, Villarrica).

56L’usage d’Internet au télécentre peut devenir un sujet de conversation à l’intérieur d’une famille. Le fait de parler de son expérience d’Internet à la maison et d’inclure dans les conversations ses amis virtuels est en lien avec le modèle de la domestication (Silverstone, 2006) d’une technologie. Rappelons que la domestication fait référence à la dynamique générée à l’intérieur de la maison à partir de l’inclusion d’une nouvelle technologie. Mais une fois cette technologie « domestiquée », elle sort de la maison et fait partie de la vie quotidienne externe des personnes (les conversations au bureau au sujet d’une émission, par exemple). Dans le cas d’Internet utilisé (ou domestiqué) au télécentre, celui-ci entre dans un foyer et se matérialise dans la conversation que les usagers de la technologie (qui le font ailleurs) établissent avec d’autres membres de la famille (qui ne l’utilisent ni à la maison ni ailleurs).

« Petit à petit je racontais à ma mère que j’avais un ami sur Internet qui s’appelait comme ça et qui habitait à tel endroit… Et même s’ils ne se connaissent pas, ma mère me demande souvent ce qui arrive avec mes amis virtuels » (Rosalia, 24 ans, Villarrica).

Internet et la sphère professionnelle

57En ce qui concerne Internet et la sphère professionnelle, nous distinguions deux groupes d’usagers : ceux pour qui l’Internet (et l’informatique en général) est significatif parce qu’il est utile et nécessaire pour leur travail et ceux pour qui l’Internet peut devenir une source d’emploi dans le futur.

58Parmi les personnes qui travaillent déjà avec Internet, nous trouvons celles qui utilisent Internet depuis un certain temps et qui s’adonnent aux usages les plus avancés dans le cadre de leur travail. Pour elles, la technologie est indispensable pour réaliser les tâches qu’ils ont à accomplir.

« Personnellement, je travaille dans le domaine de la formation pour développer des projets, alors j’enseigne, et les ateliers que je fais avec les gens sont tirés du matériel recyclé d’Internet. Une fois, une amie m’a demandé de faire un atelier, ils avaient besoin de faire un atelier de projets pour les gens, mais je savais faire les projets, mais pas enseigner… J’ai appris avec des livres, c’est vrai, mais j’ai fait un grand pas avec Internet. Maintenant je vais sur Internet et je commence à chercher tous les cours sur les projets, par exemple, de tous les cours que je vois, je peux savoir lequel est le plus pertinent pour le développement productif, pour le développement social, etc. » (Cristian, 33 ans, San Rosendo)

59On trouve des gens, surtout parmi les plus jeunes, qui ont découvert récemment Internet et s’en servent pour travailler spécifiquement dans le domaine de l’informatique. Ces jeunes ont découvert qu’avec les connaissances qu’ils avaient, ils pouvaient travailler dans ce domaine. Quelques-uns qui le font déjà comme bénévoles dans les centres d’accès communautaires. Ils ont appris à monter et démonter les ordinateurs, à installer des logiciels, à ajuster les ordinateurs, à réparer les composants, etc.

« Moi, je monte et je démonte les ordinateurs, s’il manque un dispositif, si on n’a pas le pilote CD d’un équipement je le télécharge d’Internet, j’essaye de résoudre tout ça. C’est moi qui formate les ordinateurs, c’est moi qui les répare, les logiciels, tout. » (Jaime, 17 ans, San Rosendo).

60Parmi les personnes pour qui l’Internet peut devenir une source d’emploi dans le futur, nous trouvons aussi ces mêmes jeunes, qui souhaitent continuer à apprendre et qui cherchent à avoir une certification formelle de leurs connaissances pour avoir un travail permanent lié à l’informatique. Cette réflexion naît généralement à partir de l’expérience qu’ils ont eue dans les télécentres.

« Bientôt je devrais commencer à travailler. J’espère avoir un bon emploi, j’espère que ce sera dans la même chose qu’ici. Ici, ça a été pour moi comme un institut, j’ai été vraiment sur le terrain, mais si je vais quelque part chercher un emploi, ils vont me demander où est-ce que j’ai appris, alors pour l’année prochaine je suis en train de chercher un institut, d’une part parce que je vais apprendre davantage, mais aussi parce que je veux avoir le diplôme. » (Lucia, 22 ans, Santiago)

Internet et la sphère sociale

61Au-delà des sphères personnelles et professionnelles, l’usage d’Internet est significatif parce qu’il renforce certaines valeurs propres à la société où habitent les usagers, qu’ils trouvent importantes dans leur vie quotidienne. Ces valeurs renvoient à l’intégration communautaire, la participation sociale et la valorisation des femmes.

62En ce qui concerne l’intégration et la participation sociale, un aspect important est la démocratisation de l’accès aux technologies. En effet, plusieurs interviewés parmi les plus jeunes soulignent que les télécentres permettent à des personnes qui ne peuvent pas se payer un abonnement à domicile d’avoir accès à Internet. D’après eux, cette possibilité sert l’homogénéisation sociale et permet l’égalité des chances pour les personnes de milieux défavorisés. Nous pouvons voir ici une idéalisation de la technologie comme élément qui peut réduire certaines différences sociales ou même structurelles d’une société.

« Ici à San Rosendo, l’écart (numérique) a diminué, mais il y a encore des gens qui ne connaissent pas l’ordinateur, et l’ordinateur est quelque chose de très lointain parce qu’ils vivent avec le salaire minimal. Alors l’ordinateur n’est pas un besoin ni une priorité. Je dis aux gens que s’ils veulent venir tous les jours l’utiliser une heure, par exemple, nous pouvons trouver un arrangement et ils peuvent payer quelque chose par mois. » (Valeria, 27 ans, San Rosendo).

« Avec Internet on peut tout faire… Il ne faut pas que les gens restent avec leurs intérêts immédiats… Une voisine pourrait venir ici apprendre seulement à utiliser Office et à envoyer des courriels, et travailler pour une entreprise, travailler avec ses documents, envoyer une proposition, avoir une source de travail ; un voisin pourrait venir ici apprendre la mécanique, toute la théorie, et la pratiquer sur une voiture, et moi, je pourrais apprendre par Internet à faire un atelier d’estime de soi et le donner après dans les territoires où je travaille… » (Cristian, 33 ans, San Rosendo)

63Par ailleurs, pour certaines femmes interviewées, l’Internet est significatif parce qu’il permet d’échapper au rôle « typique » des femmes au foyer. L’usage d’Internet dans les télécentres les motive à réfléchir à leur statut de femme. L’usage d’Internet devient un élément d’intégration, de partage, de bris de la routine des femmes au foyer.

« Le cours (d’informatique au télécentre) était très intéressant, parce qu’on était un groupe de dames et pour nous, qui sommes toujours à la maison… » (Catalina, 45 ans, Talca).

« Je me suis modernisée comme femme, je suis sortie de cette bulle où habitent les mères, qu’il faut être en train de travailler à la maison… maintenant je sais chater, je télécharge ma musique, je fais mes CD, c’est quelque chose en ma faveur, comme femme… je peux aider mes enfants et leur parler avec plus d’autorité » (Daniela, 34 ans, Santiago).

64Nous pensons que cette dimension relève de la sphère sociale et non de la sphère personnelle, parce que les gens qui l’ont exprimée ont toujours fait référence aux femmes en général. Elles parlent à partir de leur expérience, mais elles incluent toujours les autres femmes qu’elles ont connues dans les séances de formation. Ici, nous trouvons une référence explicite au genre qu’il est intéressant d’aborder en lien avec les études sur les TIC et le genre.

65Sur ce sujet, nous n’avons pas constaté de différences frappantes entre hommes et femmes pour ce qui est des usages dans les télécentres. Nous avons constaté, par contre et à plusieurs reprises, une attitude différente vis-à-vis de la technologie. Par exemple, les femmes adultes avaient plus tendance à douter de l’utilité d’Internet dans leur vie quotidienne que les hommes adultes.

66Nous ne disposons pas de statistiques sur la proportion d’hommes et de femmes qui visitent les télécentres, mais nous pensons qu’il est significatif qu’aucun responsable n’ait fait de commentaires sur le pourcentage d’hommes ou de femmes. Lorsque les responsables donnaient des exemples d’usages, ils faisaient référence autant aux hommes qu’aux femmes. Nos observations vont dans le même sens que les résultats de l’étude WIP (2006) qui montre qu’il n’y a pas une grande différence entre le nombre d’hommes et de femmes qui utilisent Internet au Chili. Par ailleurs, il est fort probable que l’expérience dans les télécentres suive la tendance décrite dans les études qui traitent de la féminisation croissante de l’usage d’Internet. Les tâches et domaines associés traditionnellement au genre semblent évoluer ainsi que la perception des rôles dévolus respectivement aux hommes et aux femmes.

Conclusions

67L’objectif de cette recherche était de comprendre le processus d’appropriation d’Internet par les visiteurs des télécentres au Chili, une réalité qui n’avait pas été approfondie suffisamment dans les études précédentes sur ces centres d’accès public à Internet.

68Nous avons analysé le processus d’appropriation d’Internet par les visiteurs-usagers des télécentres et nous avons mis à jour les significations d’usage qui y étaient associées. Le portrait des significations est assez varié, comme le sont les personnes interviewées. L’usage d’une technologie peut revêtir différentes significations pour une personne, et ce, dans différentes sphères de sa vie. De plus, cette signification peut évoluer au fur et à mesure que se complexifie l’usage, alors que celui-ci s’insère dans d’autres aspects de la vie de la personne.

69Comme nous l’avons vu, l’appropriation d’une technologie n’est pas un processus avec une date précise de début et de fin. Les débuts sont plutôt flous et s’entremêlent avec l’usage d’autres technologies. L’appropriation ne commence ni avec l’accès ni au moment de l’utilisation de la technologie, mais bien avant, lorsque les personnes développent des représentations sur la technologie avant de l’utiliser, á partir de l’influence du milieu social où elles s’insèrent. L’appropriation ne se termine pas non plus à un moment fixe. Les personnes imaginent des usages futurs à partir de leurs possibilités d’accès et des changements dans les technologies elles-mêmes. L’appropriation d’une technologie ne fait pas référence au moment présent seulement, mais aussi à un futur imaginé ou même souhaité.

70Il serait intéressant pour le chercheur de reprendre l’étude du processus d’appropriation d’Internet par les visiteurs des télécentres ultérieurement, et probablement dans un autre contexte. Les significations construites à partir des usages auront-elles changé ? Comment auront-elles évolué ? Les femmes, par exemple, qui sont amenées à réfléchir à leur identité de genre à partir de leurs usages d’Internet, pourraient-elles, en développant un usage permanent et plus avancé, l’incorporer dans plusieurs tâches quotidiennes et voir se modifier leur propre perception de leur rôle à la maison et des comportements qui y sont associés ?

71Le rapport des usagers par rapport à Internet change chaque jour et les défis sont nombreux pour de futures recherches, qu’il s’agisse de comprendre l’universalisation de l’accès, les usages des nouvelles applications offertes ou encore de développer les approches théoriques et méthodologiques appropriées pour réaliser ce genre d’études. Nous espérons pouvoir le vérifier dans des recherches ultérieures. À cet égard, Internet continuera longtemps d’être à l’avant plan des objets de recherche, celui-ci étant une source inépuisable de réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Bevort, E. et Breda, I. (2008). Adolescents and the Internet : Media appropriation and perspectives on education, dans, Rivoltella, P. C. (Éd). Digital literacy : tools and methodologies for information society, Hershey, PA : IGI Pub, p. 140 – 165.

Breton, P. et Proulx, S. (2006). L’explosion de la communication à l’aube du XXIe siècle, Montréal : Boréal ; Paris : La Découverte.

Cabrera, V. (2007). Apropiación social de las TIC : un camino por recorrer. Una experiencia del sur de Chile, dans Los usos de Internet : comunicación y sociedad, Tomo 2, Flacso Ecuador – IDCR-CRDI, p. 65 – 109.

Cecchini, S. (2005). Oportunidades digitales, equidad y pobreza en América Latina : ¿Qué podemos aprender de la evidencia empírica ?, Serie Estudios estadísticos y prospectivos, N° 40, Santiago, Chile : División de estadísticas y proyecciones económicas, Cepal.

Chambat, P. (1994). Usages des Technologies de l’information et de la communication (TIC) : évolution des problématiques, Technologies de l’information et société, 6 (3), p. 249 – 270.

Denzin, N. et Lincoln, Y. (2005). The SAGE handbook of qualitative research, Thousand Oaks : Sage Publications.

Frenette, M. (2005). L’appropriation d’Internet par des étudiants universitaires : quels sens pour de nouvelles pratiques ? dans Proulx, S., Massit-Folléa, F. et B. Conein (Éds). Internet, une utopie limitée : Nouvelles régulations, nouvelles solidarités, Ste-Foy, Québec : Presses de l’Université Laval, p. 167 – 182.

Frenette, M. et Johnsson-Smaragdi, U. (2005). A cross-national study : university students’ experiences with the Internet, dans Usluata, A. et Rosebaum, J. (Éds.) Shaping the future of communication research in Europe, Istambul, Turkey : Yeditepe University Press, p. 73 – 78.

George, E. (2012) l’étude des usages des TIC au prisme de la recherche critique en communication, dans Vidal, G. (dir.) La sociologie des usages, continuités et transformations, France : Lavoisier, p. 25 – 62.

Hammersley, M. et Atkinson, P. (1995). Ethnography. Principles in practice, Second Edition, London : Routledge.

Jauréguiberry, F. et Proulx, S. (2011). Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, France : Éditions érès.

Jouët, J. (1993). Pratiques de communication et figures de médiation, Réseaux, 60, P. 99 -120.

Jouët, J. (2000). Retour critique sur la sociologie des usages, dans Réseaux, 18 (100), p. 487 – 521.

Jouët, J. (2003). Technologies de la communication et genre. Des relations en construction, Réseaux, 21 (120), p. 53 – 86.

Lacroix, J.-G, « Entrez dans l’univers merveilleux de Videoway », Dans, J.-G Lacroix, B. Miège et G. Tremblay (dir.), De la télématique aux autoroutes électroniques. Le grand projet reconduit, Presses de l’Université du Québec, Saint-Foy (Québec), Presses de Grenoble, Grenoble, p. 137-162, 1994.

Lam J. C. Y. et Lee, M. K. O. (2006). Digital inclusiveness - Longitudinal study of Internet adoption by older Adults, Journal of Management Information Systems, 22 (4), p. 177 - 206.

Lobet-Maris, C. et Galand, J. M. (2004). Seniors and ICT’s : a sense of Wisdom. Communications & Strategies, 53 (1st quarter), p. 87 – 101.

Maeso, O. et Hilbert, M. (2006). Centros de acceso público a las tecnologías de información y comunicación en América Latina : características y desafíos. Santiago, Chile : Cepal. Document disponible en ligne : http://www.cepal.org/SocInfo

Mallein, P. et Toussaint, Y. (1994). L’intégration sociale des technologies de l’information et de la communication : une sociologie des usages, Technologies de I’information et Société, 6 (4), p. 315 – 335.

Menou, M. J., Delgadillo Poepsel, K. et K. Stoll (2004) Latin America Community Telecenters : “ It’s a long way to TICperary ”, The Journal of Community Informatics, 1 (1), p. 39 – 57.

Millerand, F. (1998). Usages de NTIC : les approches de la diffusion, de l’innovation et de l’appropriation (1ère partie), Commposite, vol. 98.1, Document disponible en ligne : http : //www.commposite.org

Millerand, F. (1999). Usages de NTIC : Les approches de la diffusion, de l’innovation et de l’appropriation. (2ème partie), Commposite, Vol 99.1, Document disponible en ligne : http : //www.commposite.org

Millerand, F., Giroux, L., et S. Proulx (2001). La « culture technique », dans l’appropriation cognitive des TIC. Une étude des usages du courrier électronique, dans E-Usages, Actes du 111e Colloque international sur les usages et services des télécommunications, ENST, Paris, 12 – 14 juin, p. 400 – 410.

Orrego, C. et Araya-Duyisin, R. (2002). Internet en Chile : oportunidad para la participación ciudadana, Temas de desarrollo humano sustentable (7), Santiago, Chile : PNUD.

Programa de las Naciones Unidas Para Desarrollo Humano PNUD-Chile (2006). Las nuevas tecnologías : ¿un salto al futuro ?, Informe sobre Desarrollo Humano, Chile 2006. Santiago, Chile : PNUD.

Proulx, S. (2001). Usages de l’Internet : la “ pensée-réseaux ” et l’appropriation d’une culture numérique, dans Guichard, É. (Éd.) Comprendre les usages de l’Internet, Paris : Éditions Rue D’Ulm, Paris, p. 139 – 145.

Proulx, S. (2002). Trajectoires d’usages des technologies de communication : les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une société du savoir. Annales des Télécommunications, tome 57, 3-4, Paris, 2002, p. 180-189.

Proulx, S. et Saint-Charles, J. (2004). L’appropriation personnelle d’une innovation : le cas d’Internet. L’importance des réseaux d’appui, Informations Sociales, 116, p. 80 – 89.

Proulx, S. (2004). La révolution Internet en question, Qc : Québec Amérique

Proulx, S. (2006). Pour comprendre l’usage des objets communicationnels. (Re)penser le constructivisme. Degrés. Revue de synthèse à orientation sémiologique. Publication internationale trimestrielle. Trente-quatrième année, 126 – 127, été-automne, 2006.

Proulx, S., Rueff, J. et Lecompte, N. (2007). Une appropriation communautaire des technologies numériques de l’information. Notes de recherche. Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie, CIRST.

Punch, K. F. (2005). Introduction to social research. Quantitative and qualitative approaches. London : Sage Publications.

Silverstone, R. (2006). Domesticating domestication. Reflections on the life of a concept, dansBerker, T., Hartmann, M., Punie Y. et K. Ward, Domestication of Media and Technology, London : Open University Press, p. 229 – 249.

Smedt, T. ; Cranmer, S. and Burn, A. (2006). A European Research Report : The Appropriation of New Media by Youth. A European Research Report : The Appropriation
of New Media by Youth
. Mediappo, Louvain-La-Neuve, Belgium.

Strauss, A. et Corbin, J. (1990). Basics of qualitative research. Grounded theory procedures and techniques, Newbury Park : Sage.

Subsecretaría de Telecomunicaciones (Subtel) (2006). El impacto de los infocentros en el fortalecimiento del capital Social. Estudio elaborado por la consultora ARSChile Ltda. A solicitud de la Subsecretaria de telecomunicaciones, Santiago, Chile.

Taylor, R. E. (1994). Qualitative Research, dans Singletary, M. (1994) Mass communication research : contemporary methods and applications, New York : Longman, p. 265 – 279.

Thatcher, J. B., Loughry, M. L., Lim, J. et D. H. McKnight (2007). Internet anxiety : An empirical study of the effects of personality, beliefs, and social supportInformation Management, 44 (4), p. 353-363.

The World Internet Project, http://www.worldinternetproject.net/#news

Villatoro, P. et Silva, A. (2005). Estrategias, programas y experiencias de superación de la brecha digital y universalización del acceso a las nuevas tecnologías de información y comunicación (TIC). Un panorama regional. Serie Políticas Sociales (101), Santiago, Chile : Cepal, División de desarrollo social.

Xie, B. (2007) Using the Internet for Offline Relationship Formation, Social Science Computer Review, vol. 25 no. 3, p. 396-404.

Haut de page

Notes

1 Soulignons que le téléphone fixe est parmi les technologies les moins fréquentes, les télécentres sont situés en effet dans des régions où la densité des téléphones fixes est très faible.

2 Par souci de respect de l’anonymat des participants à la recherche, tous les noms ont été remplacés par des noms fictifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pedro Reyes Garcia, « L’Internet dans les centres d’accès communautaire au Chili : une étude sur le processus d’appropriation et les significations de l’usage », Communiquer, 9 | 2013, 35-54.

Référence électronique

Pedro Reyes Garcia, « L’Internet dans les centres d’accès communautaire au Chili : une étude sur le processus d’appropriation et les significations de l’usage », Communiquer [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communiquer.revues.org/122 ; DOI : 10.4000/communiquer.122

Haut de page

Auteur

Pedro Reyes Garcia

Universidad Andrés Bello, Santiago, Chili
preyes[@]comminnova.cl

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org