Navigation – Plan du site

Réseaux sémantiques et légitimé du discours organisationnel : une illustration empirique

Legitimacy in Organizational Discourse: A Semantic Network Approach and Empirical Illustration
Vitaliano Barberio et Alberto Monti
Traduction de Johanne Saint-Charles
p. 7-25

Résumés

Cet article propose une approche de recherche qui vise à une intégration plus systématique de notre compréhension des différents types de légitimité et des liens entre légitimité et discou3rs dans les organisations. Notre approche propose de reconstruire les discours en tant que réseaux de concepts sémantiquement liés les uns aux autres. Elle permet notamment de positionner les différents discours dans un espace discursif commun selon l’usage des concepts. La stratégie proposée met en œuvre le formalisme de la modélisation en réseau combiné à l’utilisation de techniques de codage qualitatives. La démonstration empirique de cette approche présente des résultats qui confortent sa pertinence et ouvrent la voie vers une meilleure compréhension de la construction de la légitimité organisationnelle à travers le discours.

Haut de page

Texte intégral

1La légitimité dont il est question dans cet article est conçue comme la perception généralisée que les actions d’un acteur (individu ou organisation) sont désirables, justes ou opportunes au sein d’un système social construit donné (Suchman, 1995). Malgré la centralité du concept dans la recherche en gestion (Bitektine, 2011 ; Deephouse et Suchman, 2008), peu se sont penchés sur différents types de légitimité, soit pragmatique, morale ou cognitive, en même temps. Par ailleurs, la légitimité « externe » a été l’objet de beaucoup plus d’attention que la légitimité « interne » (Clegg, Rhodes et Kornberger, 2007). La légitimité interne peut être comprise comme étant donnée aux organisations par un public interne (les membres de l’organisation) et matérialisée en tant que « fluid, discursive resource that is continuously talked and written into existence through organizationally relevant identity work » (Brown et Toyoki, 2013 : 2).

2Nous soutenons que le discours de l’organisation, en général, est la pratique consistant à utiliser un langage qui permet la construction sociale des organisations (Phillips et Oswick, 2012). En particulier, les discours de « l’identité pertinente », qui impliquent des définitions de ce qu’est une organisation et l’appartenance à cette organisation, ont fourni jusqu’à présent le meilleur « contexte » pour étudier à la fois la multiplicité des stratégies de gestion de la légitimité et la légitimité interne (Golant et Sillince, 2007 ; Phillips, Laurent et Hardy, 2004 ; Vaara et Tienari, 2008). Toutefois, la perspective du discours organisationnel (Phillips et Oswick, 2012) a, jusqu’à maintenant, surtout été alimentée par des analyses qualitatives (Loewenstein, Ocasio et Jones, 2012).

3Dans cet article, nous proposons une perspective qui vise à permettre une intégration plus systématique de notre compréhension des différents types de légitimité et des liens entre légitimité et discours dans les organisations. Notre approche propose de reconstruire les discours en tant que réseaux de concepts sémantiquement liés les uns aux autres (Carley, 1993, 1994, 1997). De plus, les différentes « voix » peuvent être positionnées dans un espace discursif commun selon leur usage des concepts. L’approche que nous proposons met en œuvre le formalisme de la modélisation en réseau tout en n’excluant pas l’utilisation de techniques de codage qualitatives. Elle apporte ainsi un développement systématique des résultats empiriques concernant la légitimité.

4Afin d’illustrer notre approche, nous nous sommes appuyés sur des données issues d’un cas de compétition organisationnelle pour le leadership. Plus spécifiquement, nous avons suivi les élections du président dans une grande université du nord de l’Italie en 2009. Nous avons mis l’accent sur le langage utilisé par les candidats dans leur production de programmes électoraux. Les données textuelles (transcriptions des programmes électoraux des candidats) ont été recueillies sur les sites Web des candidats, environ un mois après l’élection.

5Dans ce qui suit, nous présentons d’abord ce qui motive notre approche sur le plan conceptuel, puis nous présentons un devis de recherche illustrant l’approche. Nous présentons ensuite les résultats de l’étude empirique et en discutons. Enfin, nous concluons en présentant les limites de l’étude et soulignons des pistes de recherche.

Motivation conceptuelle

Légitimité organisationnelle

6La principale typologie de la légitimité dans les études en gestion établit une distinction entre : a) la légitimité pratique, qui s’appuie sur les calculs égoïstes des publics les plus immédiats d’une organisation ; b) la légitimité morale, reflétant une évaluation normative positive (ce qui est bon et mauvais) de l’organisation et de ses activités ; et c) la légitimité cognitive, reposant sur l’intelligibilité et les pris-pour-acquis d’une organisation (Aldrich et Fiol, 1994 ; Suchman, 1995).

7La recherche en théorie et gestion des organisations a amplement étudié les conséquences pour les organisations d’avoir des caractéristiques de légitimation, selon une perspective stratégique (Pfeffer, 1981) ou néo-institutionnelle (DiMaggio et Powell, 1983). Toutefois, peu d’études ont effectivement répondu à l’appel d’une perspective plus fédératrice (Suchman, 1995). En outre, les perspectives institutionnelle et stratégique se sont principalement intéressées à la légitimité « externe » et, très marginalement, à la façon dont fonctionne la légitimité au sein des organisations (Brown et Toyki, 2013 ; Clegg, Rhodes et Kornberger, 2007).

8Afin de dépasser ces limites qui, si elles ne sont pas nouvelles, demeurent présentes, nous proposons d’accorder plus d’attention à la manière dont les organisations (identités) et le membership organisationnel (identification) sont construits dans le discours à l’interne. En conséquence, dans la suite de cette section conceptuelle, nous révisons brièvement les travaux pertinents dans le domaine de l’analyse du discours organisationnel et de la légitimité. Considérant la trame de notre article, nous allons accorder une attention particulière aux aspects méthodologiques des travaux examinés.

Légitimité dans l’analyse du discours organisationnel

9Depuis ce qu’on appelle souvent le « tournant linguistique » en sciences sociales (Oswick et al., 2010 ; Phillips et Oswick, 2012), l’utilisation de l’analyse de discours comme outil de recherche scientifique est devenue de plus en plus acceptée en théorie des organisations. En effet, une documentation encore en plein essor permet d’analyser la construction sociale des gestionnaires de « ce que sont leurs organisations » au moyen de l’analyse de leurs actes de langage (Alvesson et Willmont, 2002 ; Sveningsson et Alvesson, 2003).

10Les études adoptant une perspective socioconstructiviste tendent à converger autour du postulat selon lequel ce discours lié à l’identité a un impact particulier dans la formation des perceptions et du consensus des publics concernés (Brown, 2006 ; Czarniawska, 1997 ; Fiol, 2002 ; Glynn, 2000 ; Golant et Sillince, 2007 ; Sillince et Brown, 2009).

11Un premier ensemble de recherches met l’accent sur les processus de revendications. Par exemple, Glynn (2000) a montré comment les membres d’une organisation appartenant à des clans opposés (musiciens et administrateurs) tentaient de légitimer des revendications identitaires encastrées dans des systèmes de croyances ou des logiques institutionnelles plus larges : l’excellence artistique et la responsabilité sociale. Dans cette étude, les auteurs analysent les revendications faites par les deux clans lors d’une grève au Atlanta Symphonic Theater. Les revendications sont extraites de déclarations à propos des compétences et des ressources. L’analyse s’appuie sur les transcriptions de 13 entrevues semi-structurées avec des acteurs-clefs et sur des données tels des communiqués de presse (105 articles) et d’autres communications internes.

12Dans la même veine, Suddaby et Greenwood (2005) ont étudié l’acquisition d’un cabinet d’avocats par une grande entreprise de comptabilité. Leur étude montre l’opposition entre les partisans et les adversaires d’une nouvelle forme hybride de pratiques multidisciplinaires au sein de la même organisation. Les auteurs ont analysé plus de 1300 pages de transcription de témoignages fournis à deux commissions d’État des États-Unis qui ont enquêté sur la légitimité de ces pratiques multidisciplinaires.

13L’analyse rhétorique du discours est également centrale dans l’étude de Sillince et Brown (2009) sur l’identité des 47 gendarmeries de police au Royaume-Uni. Dans cet article, les revendications identitaires organisationnelles sont extraites du texte des sites Web des divisions de police. Fait intéressant, cette étude relie six types de stratégies rhétoriques (présenceopposition jumelée, insertion narrative, sens de la communion, sincérité et amélioration) à d’éventuelles tentatives de réaliser différents types de légitimité : cognitive, morale et pragmatique.

14Une deuxième série d’études a porté sur la façon dont les revendications institutionnelles sont révisées en réponse à un changement majeur dans l’environnement stratégique. Par exemple, au cours d’une observation non participante dans une entreprise de stockage de données dans les années 1990, Fiol (2002) a recueilli des récits organisationnels qui montrent comment la rhétorique peut être utilisée par les dirigeants comme facilitatrice de changement. Cette étude relie analytiquement les efforts de concilier identification et désidentification de la main-d’œuvre avec des parties spécifiques du langage, comme les pronoms (nous, en tant que promotion d’un sentiment collectif de soi) et des adverbes (non, comme la production de dés-identification d’avec le statu quo). Une autre démonstration empirique en ce sens est offerte par Ravasi et Schultz (2006) dans leur étude de cas longitudinale (près de 30 ans) conduite à Bang et Olufsen, un producteur danois d’équipements audiovisuels. Pour donner corps à leurs arguments, ces auteurs ont utilisé cinq sources de données : entrevues semi-structurées, transcriptions de séminaires sur l’identité, journal interne et autres outils de communication interne, rapports annuels et autres outils de communication externe, histoire de l’entreprise et autres documents d’archives. Le tout a donné une somme impressionnante de matériel textuel. Plusieurs étapes de codage ont permis de dégager de grandes catégories conceptuelles montrant comment la transformation de l’identité au cours des années impliquait à la fois des efforts de création de sens et de proposition de sens.

15Deux conclusions se dégagent de notre examen. Premièrement, malgré l’attention accordée à la multiplicité des stratégies de légitimation et aux acteurs susceptibles de prendre la parole, les deux éléments conceptuels sont rarement mis ensemble. En effet, il ne semble pas y avoir d’études sur la manière dont plusieurs membres individuels entrent en compétition et négocient entre eux à travers l’articulation d’images légitimantes de leurs organisations.

16Deuxièmement, l’utilisation d’approches rhétorique et qualitative pour l’analyse du discours domine dans ces études. Notre impression est que la sémantique, en tant que dimension plus structurelle du discours (les significations en tant que réseaux de concepts), demeure inexplorée dans les études actuelles du discours de la légitimité.

17Nous pensons que la connaissance actuelle sur la légitimité des discours organisationnels bénéficierait d’une approche plus métrique. En fait, le manque d’accord sur la manière de formaliser un « espace de discours » rend problématique d’autres développements en entravant la comparabilité systématique des résultats empiriques dans ce domaine.

18Pour aborder cette question, nous proposons ici une approche qui introduit l’analyse de réseau sémantique (Carley, 1993, 1994, 1997) pour l’étude de la légitimité dans le discours de l’organisation, mais présentons d’abord le contexte que nous avons choisi pour illustrer notre approche de réseau sémantique.

Élections présidentielles universitaires

19Pour illustrer empiriquement notre approche, nous avons étudié le déploiement du discours organisationnel d’une grande université dans le nord de l’Italie, l’Université de Bologne, durant la récente élection de son président. Les universités sont de bons exemples de ces organisations dont l’identité a une importance primordiale en ce qui a trait à la performance, dans la mesure où leurs extrants ne sont pas facilement mesurables.

20L’Université de Bologne est probablement la plus vielle université du monde occidental (elle a été créé en 1088), ce qui ajoute un certain intérêt à l’étude. Bien qu’elle ne soit pas une institution centrale dans le système d’enseignement supérieur italien, son inscription dans ce système fait que cette université était, au moment de notre étude et encore aujourd’hui, au cœur d’un processus de réforme complexe dans l’ensemble de ce secteur. L’Université de Bologne est une grande organisation avec une structure complexe. Au moment des élections, il y avait 84 000 étudiantes et étudiants réguliers, ainsi que 12 000 nouvelles et nouveaux, 200 cours répartis dans 23 facultés et cinq campus. La structure organisationnelle de l’université présente une division interne entre le personnel administratif et le personnel enseignant typique de nombreuses institutions culturelles.

21L’élection présidentielle que nous avons étudiée s’est tenue en mai 2009 ; elle était la 80e depuis que la présidence a commencé à être assumée par un professeur en 1797. La composition de l’électorat, par faculté, est présentée à la Figure 1. Les quatre premières facultés ont presque décidé du résultat de l’élection, puisque, dans l’ensemble, elles regroupent près de 50 % de l’électorat. Il convient également de noter l’importance de la Faculté de médecine, qui a le plus grand nombre d’électeurs (455). La composition de l’électorat par rôle montre que près de 70 % des électeurs sont des professeurs (soit facultés ou associés), tandis que les 30 % restants sont presque tous des chercheurs.

Figure 1. Nombre d’électeurs par faculté et proportion de l’électorat par rôle

Figure 1. Nombre d’électeurs par faculté et proportion de l’électorat par rôle

22Le curriculum des candidats (Tableau 1) et leur performance électorale (Tableau 2) sont brièvement présentés aux tableaux ci-dessous. Dès le premier tour de scrutin, trois candidats (Braga, Cantelliforti et Dionigi) semblaient être dominants. Au deuxième tour, Dionigi est ressorti comme favori, suivi de près par Cantelliforti et Braga. La configuration du consensus électoral autour de ce groupe de tête est demeurée inchangée au scrutin final, alors qu’aucun candidat n’a obtenu de majorité absolue. Avant le scrutin, Braga a conseillé à son électorat de voter pour son ex-rival Dionigi, lequel a finalement remporté l’élection.

Tableau 1. Présentation des candidats

Tableau 1. Présentation des candidats

Tableau 2. Dynamique électorale selon les tours de vote

Tableau 2. Dynamique électorale selon les tours de vote

Méthode

23Les données ont été collectées des sites Web personnels des candidats. Plus précisément, nous avons collecté les programmes électoraux des candidats.

24Tous les programmes avaient une structure interne composée de sections traitant chacune d’un sujet spécifique. Afin de rendre l’ensemble du processus d’analyse plus souple, chaque programme a été divisé en parties plus petites correspondant aux paragraphes (N =93) des textes originaux (N =6). Le Tableau 3 offre une description plus précise des données.

Tableau 3. Nombre de mots par candidat

Tableau 3. Nombre de mots par candidat

25Un ensemble de procédures de prétraitement standard a été utilisé à la fois pour supprimer le « bruit » et pour simplifier la complexité des textes bruts. Les principales procédures mises en œuvre sont les suivantes : a) suppression des mots autres que les noms, les verbes et les adjectifs ; b) lemmatisation, c’est-à-dire la réduction des mots à leurs formes de lemmes ; c) suppression des mots de basse fréquence (se produisant moins de 10 fois à travers tous les textes) ; d) identification des n-grammes, une procédure pour mettre au jour des expressions consacrées comme les n-mots très récurrents (par exemple Alma Mater est un bigramme) ; e) application d’un thésaurus pour généraliser la signification de certains concepts importants (par exemple faculté de médecine et médecine sont réunis dans le nouveau concept « FM » ) ; et f) fenêtrage, qui est une technique automatique pour déduire les relations sémantiques entre les concepts en fonction de leur proximité physique dans les textes. Le résultat final de ces étapes de pré-traitement a été la production de deux séries de modèles mentaux : une pour les paragraphes des programmes électoraux (93 réseaux) et une pour les candidats (six réseaux). Pour ces deux ensembles, des statistiques descriptives sont rapportées dans le Tableau 5.

Tableau 5. Statistiques des réseaux sémantiques par paragraphe et par candidat

Tableau 5. Statistiques des réseaux sémantiques par paragraphe et par candidat

Analyse des réseaux sémantiques

26L’analyse de réseaux sémantiques est un ensemble de techniques d’extraction et d’analyse systématique des structures de sens à partir de textes. Elle a déjà été employée dans une perspective du texte vu comme un artefact culturel ou comme l’expression de modèles mentaux partagés (Carley, 1994). En ce sens, l’analyse des réseaux sémantiques répond au besoin d’un outil de représentation qui soit familier aux chercheuses et chercheurs des perspectives institutionnelle et stratégique. Notre application de l’analyse de réseaux sémantiques à l’étude de la construction de l’identité organisationnelle repose sur quatre a priori.

27Premièrement, les actes de parole des leaders, en particulier la production de textes, incarnent un espace de discours constitué d’un ensemble de concepts et de relations sémantiques qui les unissent. Deuxièmement, cet espace de discours peut être caractérisé selon la proximité des mots dans le texte produit. Troisièmement, les membres prenant la parole (leaders émergents) peuvent être caractérisés selon la façon dont ils utilisent des concepts afin de construire des images concurrentielles de leur organisation. Quatrièmement, le positionnement des leaders dans l’espace de discours peut être vu comme représentant leur tentative concurrentielle pour construire des images organisationnelles attirantes.

28Nous proposons un ensemble d’outils conceptuels et analytiques afin de relier les a priori aux données empiriques.

Analyse de réseaux sémantiques et analyse de contenu

29L’analyse de réseaux sémantiques inclut l’analyse de contenu, mais va au-delà en ce que les relations sémantiques entre les concepts ne sont pas éliminées lors de la modélisation des données. Une des grandes forces de l’analyse des réseaux sémantiques est la possibilité de donner une structure formelle au texte et d’analyser le discours tant qualitativement que quantitativement. L’approche semi-automatique adoptée dans cet article est largement documentée dans une série d’articles publiés par Kathleen Carley et ses collègues (Carley, 1986, 1993, 1994, 1997 ; Carley et al., 2009 ; Carley et Diesner, 2005 ; Carley et Kaufer, 1993 ; Carley et Palmquist 1992).

Les réseaux sémantiques

30Dans un sens très général, un réseau sémantique est un modèle de données impliquant un ensemble de concepts, les nœuds du réseau, et une cartographie des liens sémantiques qui les unissent. La définition de réseau sémantique adoptée dans le présent document a été initialement proposée par Carley et ses collègues. Il s’agit de l’ensemble de deux matrices : 1) un réseau unimodal « concept x concept » (les nœuds sont du même type) et 2) un réseau bimodal « concept x texte/auteur » (les nœuds sont de deux types différents).

Connectivité sémantique

31La connectivité sémantique est une technique pour évaluer une classification linguistique des concepts en tant que nœuds du réseau (Carley et Kaufer, 1993). Plus précisément, trois mesures sont calculées pour chaque concept : le consensus, la centralité de degré et l’intermédiarité. Le consensus mesure la proportion des textes dans lesquels un nœud apparaît. La centralité de degré est le nombre de liens qu’a un nœud, divisé par le total de ses connexions possibles. L’intermédiarité (Freeman, 1979) exprime la mesure dans laquelle un nœud se trouve sur les chemins les plus courts entre deux nœuds non directement liés entre eux. Dans le logiciel ORA, la connectivité sémantique attribue un score élevé ou faible selon chaque mesure, en prenant la valeur moyenne comme seuil. Dans cet article, nous avons utilisé la connectivité sémantique afin de réduire l’échantillon initial de concepts et d’inclure principalement ceux qui sont les plus connectés. Nous appuyant sur les travaux de Carley et Kaufer (1993), nous avons retenu les concepts (ou symboles) les plus centraux dont le score était supérieur à la moyenne pour les trois indicateurs (consensus, degré et intermédiarité). Vingt-sept concepts ont ainsi été retenus.

Analyse de correspondances

32Une fois l’espace du discours caractérisé en termes de connectivité de concept-nœuds, la position relative des candidats peut également être évaluée. En pratique, nous proposons d’« échelonner » la position des candidats (prises de parole) et des concepts en utilisant l’analyse de correspondances (Bernard et Ryan, 2002 ; Mohr, 1998). Compte tenu d’une matrice n par m non négative où m, cette routine représente les lignes n et les colonnes m en tant que vecteurs dans un espace multidimensionnel commun. L’algorithme effectue essentiellement une décomposition en valeurs singulières d’une matrice de données ajustées dans laquelle les lignes et les colonnes ont été normalisées séparément pour obtenir des marginaux plus égaux.

Schéma de codage

33Afin de donner un sens à la concurrence entre les candidats en matière de stratégies de gestion de la légitimité, nous avons appliqué un schéma de codage qualitatif des concepts ayant obtenu les rangs les plus élevés. Nous avons ensuite échelonné les positions dans l’espace du discours. Concrètement, chacun des concepts identifiés comme ayant un rang élevé (27) par la procédure de connectivité sémantique a été codé selon les trois types de légitimité (cognitive, morale et pragmatique) définis par Suchman (1995). La légitimité cognitive réfère à l’intelligibilité de la représentation de l’organisation. Par conséquent, les concepts définissant le rôle institutionnel de l’université comme un acteur social (enseignement et recherche) ont été codés comme étant cognitifs. La légitimité morale renvoie au jugement de l’organisation en regard de systèmes de valeurs partagées. Par conséquent, les concepts concernant l’adhésion à des croyances de ce qui est bon et mauvais (c’est-à-dire la compétence et la qualité) ont été codés comme relevant de la légitimité morale. La légitimité pragmatique concerne la capacité d’une organisation à satisfaire certains besoins immédiats de ses publics concernés. Par conséquent, les concepts définissant les questions pratiques et les parties prenantes de l’université (par exemple les systèmes d’évaluation et le temps) ont été codés comme pragmatiques. Une seconde analyse de correspondance a été effectuée sur une matrice de type « légitimité x candidat » (les nœuds relatifs à la légitimité ont été obtenus en fusionnant des concepts selon leur code qualitatif).

Résultats

34L’identification de distinctions entre des concurrents est au cœur de l’étude des phénomènes de concurrence. Aussi, nous avons d’abord comparé les résultats tirés de l’analyse de contenu standard à ceux de l’analyse de réseaux sémantiques. Nous avons examiné la fréquence d’apparition des concepts pour chaque candidat. Comme le montre le Tableau 6, les 15 premiers concepts sont sensiblement les mêmes pour tous les candidats. Cela a confirmé notre présupposé selon lequel, dans un cadre institutionnalisé, la simple fréquence des concepts (analyse de contenu) n’est pas une technique suffisamment précise pour faire la distinction entre plusieurs voix.

Tableau 6. Liste des 15 concepts les plus fréquents par candidat (par programme électoral)

Tableau 6. Liste des 15 concepts les plus fréquents par candidat (par programme électoral)

35Bien sûr, cela ne fait pas automatiquement de l’analyse des réseaux sémantiques un meilleur choix. Cependant, un simple coup d’œil aux associations sémantiques entre les même 15 concepts pour chaque candidat (Figure 2) montre bien que le champ des comparaisons possibles est accru. Prenons, par exemple, le concept de « ricerca » (recherche). Dans le discours de Sassatelli, ce concept n’est directement associé qu’avec le concept « studente » (étudiants), alors que dans le discours de Segrè, il est directement associé à trois concepts « futures » (futur), « servizio » (service) et « didattica » (enseignement).

Figure 2 : Réseaux sémantiques par candidats (Les nœuds sont les 15 concepts les plus fréquents ; les liens sont générés par l’algorithme de fenêtrage (taille de la fenêtre = 3).)

Figure 2 : Réseaux sémantiques par candidats (Les nœuds sont les 15 concepts les plus fréquents ; les liens sont générés par l’algorithme de fenêtrage (taille de la fenêtre = 3).)

36Plus intéressant encore, chaque candidat peut maintenant être caractérisé par un ensemble de mesures structurelles, ce qui ne serait pas possible en se limitant à la fréquence. À titre illustratif, nous pouvons dégager une interprétation des indicateurs quantitatifs de la structure (Tableau 7). Tout d’abord, la densité des réseaux tend à être corrélée avec la taille (le nombre de concepts) de chaque programme électoral, mais ces mesures révèlent aussi un élément important qui marque une distinction pour le vainqueur de l’élection. En effet, Segrè utilise plus de concepts que Dionigi (le vainqueur), mais la densité des liens entre les concepts les plus importants est beaucoup plus grande chez ce dernier. En regard de la taille et de la densité, trois stratégies de communication se démarquent : Grandi et Braga peuvent être vus comme des « maximalistes » (plus grand nombre de concepts, densité plus élevée), Cantelliforti, Dionigi et Segrè comme des « modérés » (taille et densité moyennes) et Sassatelli comme un « minimaliste » (peu de concepts, densité plus faible).

37En regardant la dispersion des mesures de centralité dans les réseaux sémantiques des candidats (voir les indicateurs de centralisation du réseau au Tableau 7), d’autres interprétations peuvent être dégagées à propos de la stratégie de communication des candidats. Par exemple, nous voyons que le discours de Braga est plus dense que celui de Cantelliforti, alors que la centralisation de degré et d’intermédiarité est plus faible. Cela signifie que le discours de Cantelliforti a un « centre » plus clairement discernable que le discours de Braga. Il est intéressant de souligner que les discours de Cantelliforti et de Dionigi sont ceux avec la plus grande centralité d’intermédiarité. Cela signifie que les meilleures performances (en ce qui a trait aux votes) semblent liées à un « centre » fort et unique, et que ce centre tend à faire le lien avec d’autres parties plus « indépendantes » (non connectées entre elles) de leurs discours.

Tableau 7. Statistiques de réseau de base calculées sur les réseaux des 15 concepts les plus fréquents

Tableau 7. Statistiques de réseau de base calculées sur les réseaux des 15 concepts les plus fréquents

38L’étape d’analyse suivante vise à reconstruire la « position relative » des candidats et des concepts dans l’espace du discours. Analytiquement, cette tâche a été accomplie en utilisant l’analyse de correspondances. Cette technique de mise à l’échelle a souvent été adoptée dans l’étude de la relation entre l’usage du langage et des significations partagées (Mohr, 1998). Par exemple, elle a récemment été appliquée à l’étude de la manière dont les organisations cadraient le concept de la valeur des actionnaires en Autriche (Meyer et Höllerer, 2010). Nous avons effectué des analyses de correspondance sur une matrice rectangulaire comprenant tous les candidats sur les lignes et tous les concepts sur les colonnes. Chaque cellule indiquait la fréquence d’apparition d’un concept donné dans le discours d’un candidat. Par souci de clarté, seuls les meilleurs concepts (les 27 révélés par l’analyse de la connectivité sémantique) ont été rendus visibles dans les images illustrant l’analyse des correspondances (Figure 4). La distance des entités dans l’espace métrique reflète leur similarité (ou leur dissemblance) sémantique en postulant que plus deux candidats sont similaires, plus ils utilisent les mêmes concepts, et vice versa. À la Figure 3, on remarque que Dionigi est le candidat qui occupe le centre de l’espace de discours, son marqueur étant le plus proche de l’origine des axes. Cela signifie qu’en regard de l’utilisation de concepts, il aurait une position plus « prototype » ou « neutre ».

Figure 3. Graphe de l’analyse de correspondance de la matrice « candidats x concepts » les plus fréquents (Les concepts ont été évalués avec la procédure « communicative power » du logiciel ORA.)

Figure 3. Graphe de l’analyse de correspondance de la matrice « candidats x concepts » les plus fréquents (Les concepts ont été évalués avec la procédure « communicative power » du logiciel ORA.)

39La dernière étape d’analyse porte sur l’application d’un schéma de codage visant à interpréter l’engagement possible de candidats dans des stratégies de gestion de légitimité. Après avoir recodé les nœuds (les 27 concepts) de la Figure 3, l’espace de discours compétitif est transformé, ce qu’illustre la Figure 4.

Figure 4. Graphe de l’analyse en correspondance des candidats par type de légitimité (Les types de légitimité ont été évalués en appliquant un schème de codage aux concepts les plus fréquents.)

Figure 4. Graphe de l’analyse en correspondance des candidats par type de légitimité (Les types de légitimité ont été évalués en appliquant un schème de codage aux concepts les plus fréquents.)

40L’inspection visuelle de ces résultats montre que Dionigi et Braga étaient plus proches l’un de l’autre que le reste des candidats et qu’ils étaient les deux candidats les plus proches des marqueurs de légitimité pragmatique et morale (deux types de stratégies évaluatives). Ainsi, les deux candidats qui se sont alliés au dernier tour du scrutin présentent une forte similitude en ce qui concerne leurs stratégies de gestion de la légitimité. De manière spéculative, on pourrait interpréter qu’en contexte électoral organisationnel, compte tenu du résultat final des élections, des stratégies de gestion de la légitimité évaluatives pourraient être plus efficaces que des stratégies cognitives pour obtenir un consensus public. Cependant, la nature spéculative de telles considérations ne nous permet pas d’exclure des explications alternatives, par exemple que ce soit la similarité entre les candidats qui ait conduit l’un des deux à se rallier à l’autre plutôt que la force de la stratégie elle-même.

Discussion

41Nous croyons que l’approche proposée ici pour l’étude de la légitimité et du discours organisationnels peut être pertinente tant sur les plans conceptuel qu’analytique pour plusieurs tendances actuelles dans la recherche en gestion et en théorie des organisations.

42Tout d’abord, des développements relativement récents en théorie néo-institutionnelle des organisations ont appelé à une vision plus politique des organisations comme étant plus en accord avec la prise de conscience croissante de la pluralité des logiques institutionnelles qui régissent la vie organisationnelle (Kratz et Block, 2008). Même si nos résultats ne permettent pas d’inférences statistiques, des « profils sémantiques » très différents (à savoir les réseaux sémantiques individuels) ont émergé pour les différents candidats. Ce résultat indique que notre approche peut être utilisée pour reconstruire la multiplicité des logiques de discours organisationnelles ainsi que l’usage que les acteurs font de la logique pour répondre à différents publics, et ce, de différentes façons (c’est-à-dire compartimenter, intégrer, dupliquer, etc.).

43De plus, nos résultats peuvent être pertinents pour la recherche en théorie des organisations et en gestion en regard du pouvoir et du discours. En s’appuyant sur une approche narrative, des chercheuses et chercheurs ont mis l’accent sur la relation entre le discours et le pouvoir dans les organisations. Par exemple, Brown (2006 : 736) avance que « [i]n a Foucauldian (1977) sense, narratives are a form of discursive practice that does not merely provide the contextual apparatus for the exercise of power over those in organizations, but functions as a disciplinary form that constitutes organizations and their participants in particular ways ». Comme le mettent en lumière les travaux de Brown, le processus par lequel les structures de pouvoir émergent et se reproduisent repose essentiellement sur une compétition autour du sens dans un espace de discours : « […] in complex organizations, no individual or group’s hegemony is ever total, and their control over discursive space is never complete » (ibid. : 737).

44À cet égard, notre étude montre que l’espace symbolique souligné par le discours, c’est-à-dire la similitude dans l’usage de la stratégie, peut être effectivement mise en lien avec des aspects structurels des organisations et leurs conséquences matérielles, tels la formation de schèmes de coalition et les résultats de la dynamique de concurrence.

45Finalement, par le lien entre la légitimité et l’identité organisationnelle, cette étude a le potentiel de faire progresser notre compréhension de la documentation scientifique récente sur l’entreprenariat.

46L’acquisition de légitimité et de ressources a été un enjeu central dans ce courant d’étude (Lounsbury et Glynn, 2001 ; Pollock et Rindova, 2003). L’attention s’y porte surtout sur le rôle de l’identité de l’organisation ou du projet d’affaires en regard des processus institutionnels (par exemple : Lounsbury et Glynn, 2001 ; Navis et Glynn, 2010 ; Wry, Lounsbury et Glynn, 2011). La manière dont les individus entrent en compétition pour la construction de l’identité selon différents publics, ou entrent en opposition avec ces publics, a fait l’objet de moins d’attention (Navis et Glynn, 2011).

47Notre approche peut aussi conduire à mieux dévoiler les pratiques liées au « leadership institutionnel » (Kraatz, 2009 ; Selznick, 1957). Ce concept réfère aux tensions et aux risques rencontrés par les gestionnaires en soulignant, d’une part, soit l’idéalisme associé au caractère historique de l’organisation (Selznick, 1957) soit ce qui est considéré central, durable et distinctif de l’organisation (Whetten et Mackey, 2002), ou, d’autre part, la « flexibilité » aux problèmes et aux demandes émergents du contexte plus large. La première pratique risque de saper l’organisation en tant que système ouvert, alors que la seconde menace le statut de l’organisation en tant qu’institution autonome et distincte (par exemple Golant, Sillince, Harvey et Maclean, 2014). S’intéresser au discours organisationnel développé par les candidats pour légitimer leurs idées pourrait aider à comprendre comment les membres construisent l’identité à travers la reconsidération des revendications institutionnelles en réponse aux pressions externes (Dutton et Duckerich, 1991 ; Gioia et Thomas, 1996). Ceci pourrait se faire en explorant la nature et les différences entre les narrations, par exemple en matière de schèmes de durabilité et de flexibilité de la structure de sens utilisés par les membres de l’organisation pour gagner en légitimité et en ressources auprès de différents publics (Kirchner, 2013).

Conclusion

48Dans cet article, nous avons montré que, bien que complexe, le discours organisationnel propose un éclairage aidant à comprendre la légitimité et les stratégies de gestion qui lui sont liées. À cet égard, l’analyse de réseaux sémantiques est apparue comme un outil de modélisation efficace dans le cas spécifique d’une compétition organisationnelle (c’est-à-dire le positionnement des candidats dans un espace sémantique métrique). Même si notre application empirique était à titre illustratif, les résultats ouvrent plusieurs pistes de recherche. En particulier, nous croyons qu’un outil qui permet d’extraire du discours et de modéliser la relation entre différentes formes et stratégies de gestion de la légitimité mérite d’autres explorations. Par exemple, des applications plus spécifiques de notre méthode pourraient être développées pour l’étude du changement organisationnel. La construction de l’identité organisationnelle est particulièrement susceptible de se produire lorsqu’un changement est en jeu. Les perspectives de l’acteur social et du constructionnisme ont développé des points de vue parallèles sur ce sujet. Les chercheuses et chercheurs s’inscrivant dans la perspective de l’acteur tendent à mettre l’accent sur la manière dont des réformes du domaine ou de l’industrie augmentent l’étendue des logiques compétitives possibles pour la définition de l’identité sociale (Friedland et Alford, 1991 ; Scott, 2000). Ce processus de longue haleine amène la création d’identités hybrides ou multiples (Meyer et Hammerscmid, 2006 ; Pratt et Foreman, 2000).

49Les chercheuses et chercheurs de la perspective du constructionnisme social tendent pour leur part à mettre l’accent sur les changements qui se produisent dans l’environnement opérationnel et qui nécessitent de rapides interprétations de l’enjeu et des réactions aussi rapides. Ce processus à court ou moyen terme nécessite des modifications de l’identité procédant de la base vers le sommet (Corley et Gioia, 2004).

50Parce que notre approche fait le pont entre les perspectives de l’acteur social et du constructivisme, elle pourrait aussi être utilisée pour étudier empiriquement comment les dimensions institutionnelles et stratégiques du changement organisationnel interagissent en contexte réel.

51L’analyse conduite dans cet article ne permet pas d’inférences quantitatives sur le résultat de la compétition organisationnelle ; toutefois, nous croyons que les associations qui ont émergé entre la position des membres dans les espaces de discours et leur performance dans la compétition organisationnelle sont raisonnables et valent d’être approfondies dans de futures recherches. D’un côté, la proximité d’un candidat du centre de l’espace métrique pourrait être une stratégie gagnante, en ce que cela reflète l’habileté du candidat à construire une identité organisationnelle ayant des éléments de tous les thèmes ou concepts pertinents. D’un autre côté, une position centrale pourrait être associée à une performance négative du fait de la difficulté pour les personnes votantes de comprendre et d’être empathiques avec les candidats qui projettent des images organisationnelles de faible contraste. De plus, différentes stratégies de gestion de la légitimité pourraient correspondre aux attentes auxquelles le candidat doit répondre afin d’émerger comme leader dans différentes situations. Au cœur de notre programme de recherche, visant à développer la présente étude, sont des questions relatives aux éléments d’une situation (conditions institutionnelles ou organisationnelles, attributs des individus) qui jouent un rôle dans la compétition organisationnelle.

Haut de page

Bibliographie

Aldrich, H. E., et Fiol, C. M. (1994). Fools rush in ? The institutional context of industry creation. Academy of management review, 19(4), 645-670.

Alvesson, M. et Willmott, H. Producing the appropriate individual. Identity regulation as organizational control. Journal of Management Studies, 2002, 39(5), 619-44.

Bitektine, A. (2011). Toward a theory of social judgments of organizations : The case of legitimacy, reputation, and status. Academy of Management Review, 36(1), 151-179.

Brown, A. D. A narrative approach to organizational identities. Journal of Management Studies, 2006, 43, 731-53.

Brown, A. D. et Toyoki, S. (2013). Identity Work and Legitimacy. Organization Studies, 34(7), 875-896.

Carley, K. M. (1986). An Approach for Relating Social Structure to Cognitive Structure. Journal of Mathematical Sociology, 12, 137-189.

Carley, K. M. (1993). Coding choices for textual analysis : A comparison of content analysis and map analysis. Sociological Methodology, 23, 75-126.

Carley, K. M. (1994). Extracting culture through textual analysis. Poetics, 22, 291-312.

Carley, K. M. (1997). Extracting team mental models through textual analysis. Journal of Organizational Behavior, 18, 533-538.

Carley, K. M. et al., 2009. AutoMap User’s Guide 2009. Technical Report CMU-ISR-09-114.

Carley, K. M. et Kaufer, D.S. (1993). Semantic connectivity : An approach for analyzing symbols in semantic networks. Communication Theory, 3, 183-213.

Carley, K. M. et Palmquist, M. (1992). Extracting, representing, and analyzing mental models. Social Forces, 70, 601–636.

Carley, K. M. et Diesner, J. (2004). ORA : Organization Risk Analyzer. Technical Report, Carnegie Mellon University, School of Computer Science, Institute for Software Research International.

Clegg, S. R., Rhodes, C. et Kornberger, M. (2007). Desperately seeking legitimacy : Organizational identity and emerging industries. Organization Studies, 28, 495-513.

Corley, K. G. et Gioia, D. A. (2004). Identity ambiguity and change in the wake of a corporate spinoff. Administrative Science Quarterly, 49, 173-208.

Czarniawska, B. (1997). Narrating the organization, dramas of institutional identity. Chicago, IL : The University of Chicago Press.

Deephouse, D. L. et Suchman, M. (2008). Legitimacy in organizational institutionalism. Dans Greenwood, R., Oliver, C. et Suddaby, R. (dir.), The Sage handbook of organizational institutionalism (p. 49-77), Londres, GB : Sage Publications.

DiMaggio, P. J. et Powell, W. W. (1983). The iron cage revisited : Institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields. American Sociological Review, 48, 147-160.

Dutton, J. E. et Dukerich, J. M. (1991). Keeping an eye on the mirror : Image and identity in organizational adaptation. Academy of Management Journal, 34, 517-554.

Fiol, M. C. (2002). Capitalizing on paradox : The role of language in transforming organizational identities. Organization Science, 13, 653-666.

Gioia, D. A. et Thomas, J. B. (1996). Identity, image, and issue interpretation : Sense-making during strategic change in academia. Administrative Science Quarterly, 41, 370-403.

Glynn, M. A. (2000). When cymbals become symbols : Conflict over organizational identity within a symphony orchestra. Organization Science, 11, 285-298.

Glynn, M. A. (2000). When cymbals become symbols : Conflict over organizational identity within a symphony orchestra. Organization Science, 11, 285-298.

Golant, B. D. et Sillince, J. A. A. (2007). The constitution of organizational legitimacy : A narrative perspective. Organization Studies, 28, 1149-1167.

Golant, B. D., Sillince, J. A., Harvey, C. et Maclean, M. (2014). Rhetoric of stability and change : The organizational identity work of institutional leadership. Human Relations, 67(7), 1-25.

Kirchner, S. (2013). How organizations become enduring : Disentangling the organizational identity paradox. Dans Sydow, J. et Schreyögg, G. (dir.), Self Reinforcing Processes In and Among Organizations (p. 35-54), Londres, BG : Palgrave Macmillan.

Kraatz, M. S. (2009). Leadership as institutional work : A bridge to the other side. Dans Lawrence, T. B., Suddaby, R. et Leca, B. (dir.), Institutional Work : Actors and Agency in Institutional Studies of Organizations (p. 59-91), Cambridge, GB : Cambridge University Press.

Loewenstein, J., Ocasio, W. et Jones, C. (2012). Vocabularies and vocabulary structure : A new approach linking categories, practices, and institutions. The Academy of Management Annals, 6(1), 41-86.

Lounsbury, M. et Glynn, M. A. (2001). Cultural entrepreneurship : Stories, legitimacy, and the acquisition of re-sources. Strategic Management Journal, 22, 545-564.

Meyer R. E. et Hammerschmid, G. (2006). A Managerial Challenge to Public Administration in Austria. American Behavioral Scientist, 49(7), 1000-1014.

Meyer, R. E. et Höllerer, M. A. (2010). Meaning structures in a contested issue field : A topographic map of shareholder value in Austria. Academy of Management Journal, 53(6), 1241-1262.

Navis, C. et Glynn, M. A. (2010). How new market categories emerge : Temporal dynamics of legitimacy, identity, and entrepreneurship in satellite radio, 1990-2005. Administrative Science Quarterly, 55, 439-471.

Oswick, C., Grant, D., Marshak, R. J. et Wolfram Cox, J. (2010). Organizational discourse and change : Positions, perspectives, progress and prospects. Journal of applied behavioral science, 46(1), 8-15.

Pfeffer, J. (1981). Management as symbolic action : The creation and maintenance of organizational paradigms. Dans Cummings, L. L. et Staw, B. M. (dir.), Research in organizational behavior (vol., 13 ; p. 1-52), Greenwich, CT : JAI Press.

Phillips, N., Lawrence, T. B. et Hardy, C. (2004). Discourse and institutions. Academy of management review, 29(4), 635-652.

Phillips, N. et Oswick, C. (2012). Organizational discourse : Domains, debates, and directions. The Academy of Management Annals, 6(1), 435-481.

Pollock, T. G. et Rindova, V. P. (2003). Media legitimation effects in the market for initial public offerings. Academy of Management Journal46(5), 631-642.

Ravasi, D. et Schultz, M. (2006). Responding to organizational identity threats : Exploring the role of organizational culture. Academy of Management Journal, 49, 433-458.

Selznick, P. (1957). Leadership in administration. New York, NY : Harper and Row.

Sillince, J. A. et Brown, A. D. (2009). Multiple organizational identities and legitimacy : The rhetoric of police websites. Human Relations, 62(12), 1829-1856.

Suchman, M. C. (1995). Managing legitimacy : Strategic and institutional approaches. Academy of Management Review, 20, 571-610.

Suddaby, R. et Greenwood, R. (2005). Rhetorical strategies of legitimacy. Administrative Science Quarterly, 50, 35-67.

Sveningsson, S. et Alvesson, M. (2003). Managing managerial identities : Organizational fragmentation, discourse and identity struggle. Human Relations, 56(10), 1163-1193.

Vaara, E. et Tienari, J. (2008). A discursive perspective on legitimation strategies in multinational corporations. Academy of Management Review, 33(4), 985-993.

Whetten, D. A. et Mackey, A. (2002). A Social Actor Conception of Organizational Identity and Its Implications for the Study of Organizational Reputation. Business & Society, 41(4), 393-414.

Wry, T., Lounsbury, M. et Glynn, M. A. (2011). Legitimating nascent collective identities : Coordinating cultural entrepreneurship. Organization Science, 22(2), 449-463.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nombre d’électeurs par faculté et proportion de l’électorat par rôle
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Titre Tableau 1. Présentation des candidats
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-2.png
Fichier image/png, 54k
Titre Tableau 2. Dynamique électorale selon les tours de vote
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-3.png
Fichier image/png, 35k
Titre Tableau 3. Nombre de mots par candidat
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-4.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 5. Statistiques des réseaux sémantiques par paragraphe et par candidat
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-5.png
Fichier image/png, 43k
Titre Tableau 6. Liste des 15 concepts les plus fréquents par candidat (par programme électoral)
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-6.png
Fichier image/png, 225k
Titre Figure 2 : Réseaux sémantiques par candidats (Les nœuds sont les 15 concepts les plus fréquents ; les liens sont générés par l’algorithme de fenêtrage (taille de la fenêtre = 3).)
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-7.png
Fichier image/png, 220k
Titre Tableau 7. Statistiques de réseau de base calculées sur les réseaux des 15 concepts les plus fréquents
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-8.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 3. Graphe de l’analyse de correspondance de la matrice « candidats x concepts » les plus fréquents (Les concepts ont été évalués avec la procédure « communicative power » du logiciel ORA.)
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-9.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 4. Graphe de l’analyse en correspondance des candidats par type de légitimité (Les types de légitimité ont été évalués en appliquant un schème de codage aux concepts les plus fréquents.)
URL http://communiquer.revues.org/docannexe/image/1181/img-10.png
Fichier image/png, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vitaliano Barberio et Alberto Monti, « Réseaux sémantiques et légitimé du discours organisationnel : une illustration empirique  », RISCP, 12 | 2014, 7-25.

Référence électronique

Vitaliano Barberio et Alberto Monti, « Réseaux sémantiques et légitimé du discours organisationnel : une illustration empirique  », RISCP [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1181 ; DOI : 10.4000/communiquer.1181

Haut de page

Auteurs

Vitaliano Barberio

WU Universty of Economics and Business, Autriche
vitaliano.barberio[@]gmail.com

Alberto Monti

Bocconi University, Italie
alberto.monti[@]eucentre.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org