Navigation – Plan du site

Quelques éléments d’épistémologie concernant les recherches qualitatives et critiques en communication

Epistemology features concerning qualitative and critical research in communication
Julien Rueff
p. 23-40

Résumés

Cet article se propose d’étudier plusieurs problèmes épistémologiques requérant l’attention des chercheurs désireux de réaliser des études qualitatives et critiques, dans le champ de la communication, sur les technologies de l’information. Nous procédons alors en examinant successivement trois problèmes « cardinaux». Nous abordons, en premier lieu, le problème complexe du rapport entre une analyse qualitative, d’une part, et le réel auquel elle se réfère, d’autre part. Contre le « réalisme naïf » et le relativisme radical, nous défendons l’idée selon laquelle les résultats d’une recherche se doivent d’être plausibles. Cela nous amène à interroger les normes au regard desquelles nous pouvons évaluer la plausibilité d’une étude qualitative. Nous avons ainsi l’occasion de revenir sur les critères de validité et de pertinence. Nous abordons, deuxièmement, la difficile question de la parole des acteurs. Nous montrons la nécessité d’accorder une véritable légitimité à cette dernière. Enfin, nous revenons sur la question des fondements de la critique. Il s’agit alors de penser les possibles articulations entre le désir de diagnostiquer des « pathologies sociales » et la volonté de bâtir une analyse critique sur de solides points d’appui normatifs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans leur manuel de référence sur les méthodes de recherche qualitative en communication (2011, p.  (...)
  • 2 À l’évidence, les problèmes épistémologiques auxquels nous nous sommes confrontés ne relèvent pas u (...)

1Cet article se propose d’aborder quelques problèmes épistémologiques sous-jacents à la réalisation d’une étude qualitative en communication et, plus spécifiquement, d’une étude qualitative nourrissant des ambitions critiques. Pour entreprendre cette analyse, nous aimerions revenir aux réflexions que nous avons engagées dans le cadre d’une recherche antérieure, en l’occurrence notre thèse de doctorat (Rueff, 2011). En procédant ainsi, nous souhaitons donner une assise concrète à notre raisonnement, en le rapportant à une expérience effective de recherche en communication. Ce faisant, nous nous donnons simultanément les moyens de restreindre le spectre de notre analyse. Dans la mesure où notre recherche doctorale appartenait à l’un des sous-domaines du champ de la communication, à savoir les études portant sur les aspects culturels, politiques ou sociaux des technologies de l’information1, notre argumentation et nos conclusions prendront tout leur sens dans ce contexte spécifique. Partant de là, nous pouvons d’ores et déjà formuler la question à laquelle se consacre cet article : quels problèmes épistémologiques accompagnent la réalisation d’une recherche qualitative et critique dans le sous-domaine, en communication, des études sur les technologies de l’information2 ?

2Quelques éclaircissements s’avèrent à présent nécessaires pour assurer l’intelligibilité de cette question. Nous aimerions définir, au moins succinctement, les notions « d’épistémologie», de « qualitatif» et de « critique». La définition proposée dans le Vocabulaire technique et critique de la philosophie se révèle, en l’occurrence, assez éclairante pour saisir ce que nous entendons par « épistémologie» :

Ce mot désigne la philosophie des sciences, mais avec un sens plus précis [...] C’est essentiellement l’étude critique des principes, des hypothèses et des résultats des diverses sciences, destinée à déterminer leur origine logique (non psychologique), leur valeur et leur portée objective (Lalande, 1991, p. 293).

  • 3 À moins de dissoudre l’épistémologie dans la sociologie, en réduisant la légitimité des connaissanc (...)

3Bien que l’épistémologie soit distincte de la méthodologie, force est de constater qu’elle précède et fonde cette dernière. En ce sens, l’analyse épistémologique constitue bien un moment décisif dans le processus de développement d’une recherche, et ce quelle que soit la méthode privilégiée par celle-ci. Sans ce passage par l’épistémologie, il paraît en effet difficile de s’affranchir d’une conception naïve et spontanée du travail scientifique3, d’apprécier avec rigueur les critères de validité d’une recherche ou encore d’évaluer les limites d’une stratégie méthodologique.

  • 4 Avant d’amorcer notre argumentation, quelques remarques s’imposent concernant notre vocabulaire. Le (...)

4Passons maintenant à l’adjectif « qualitatif». Il semble, en première analyse, possible de distinguer les études qualitatives des études quantitatives en identifiant les techniques d’enquête auxquelles elles sont habituellement associées4. De ce point de vue, les études qualitatives donneraient le primat, pour le recueil et l’analyse de leurs données empiriques, à des techniques d’enquête telles que l’entretien, l’observation participante, l’analyse de discours, le récit de vie ou le groupe de discussion (focus group). Elles s’opposeraient ainsi aux études « quantitatives», en ce qu’elles ne recourraient aucunement à des techniques d’enquête manipulant des variables statistiques et des mesures mathématiques pour traiter des données empiriques. Bien que cette distinction ait le mérite de souligner l’existence d’affinités électives entre une méthodologie - une démarche générale de recherche - et des techniques d’enquête, elle manque vraisemblablement l’essentiel. Il nous paraît en effet plus convaincant de différencier, à l’instar de Klaus Bruhn Jensen, les méthodes qualitatives et quantitatives au regard des formes de connaissance qu’elles engendrent.

One may begin to explore the respective contributions of qualitative and quantitative methodology by looking at the forms of knowledge that are normally associated with each. The background of the two modes of inquiry lies respectively in the humanities and the natural sciences […] (Jensen, 1991, p. 4).

  • 5 Pour identifier les propriétés caractéristiques des études qualitatives en communication, nous avon (...)

5Quelles seraient, en accord avec cette dichotomie, les propriétés des études qualitatives en communication5 ? Elles se proposeraient, en premier lieu, d’interpréter les interprétations des acteurs, c’est-à-dire de saisir les significations que ceux-ci attribuent à leurs propres communications. Ce travail d’interprétation se ferait, en second lieu, dans le contexte naturel des interprétations des acteurs, et non dans un environnement aussi artificiel qu’un laboratoire. Pour finir, elles exigeraient des chercheurs qu’ils se pensent eux-mêmes comme des sujets interprétants et, de ce fait, qu’ils fassent preuve de réflexivité par rapport à leur propre posture de « savant ». C’est donc à partir de cette triple caractérisation que nous définirons le « qualitatif» dans notre argumentation.

6Terminons avec l’adjectif « critique ». Force est d’abord de constater, à la lumière des multiples significations de cette notion dans l’histoire des idées, sa complexité et son équivocité. Aussi, pour éviter de nous égarer dans de délicates discussions sur les différentes théories revendiquant l’apanage de la critique, nous prendrons comme point de départ les travaux de Christian Fuchs sur cette question. Ceux-ci présentent l’avantage d’offrir une synthèse des acceptions les plus importantes de cette notion, d’une part, et d’être pleinement ancrés dans le domaine de la communication, d’autre part. Cet auteur a en effet consacré – et consacre encore – de nombreuses recherches aux fondements théoriques des études critiques sur les médias et la communication (2009, 2011). Or, trois formes de critique sont distinguées dans ses travaux : la critique positiviste, la critique postmoderne et la critique appartenant à la tradition, si tant est que nous puissions parler de « tradition », de la théorie critique.

  • 6 Christian Fuchs identifie aussi la critique postmoderne à une analyse des rapports de pouvoir locau (...)
  • 7 Et notamment à l’ouvrage intitulé Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel (M (...)
  • 8 Il s’agit de notre propre traduction, de l’anglais au français.

7La critique positiviste, telle qu’elle est formulée par Karl Popper (Popper, 1962, cité dans Fuchs, 2011, p. 28), s’identifierait à des procédures méthodologiques et épistémologiques encourageant les scientifiques à se soumettre à l’évaluation rigoureuse de leurs pairs, à reproduire les expérimentations de ces derniers pour s’assurer de l’exactitude de leurs conclusions, à vérifier l’absence de contradictions dans leurs raisonnements, bref à discuter et à questionner autant que possible toutes les connaissances prétendant au sceau de la scientificité. La critique postmoderne s’élèverait quant à elle contre les grands récits de l’histoire, tels qu’ils trouvent leur formulation dans le matérialisme historique (Lyotard, 1979). Elle passerait ainsi par une critique de tous les concepts participant à la légitimation de ces grands récits de l’histoire, à l’instar des notions de « vérité», « d’objectivité», « d’essence», « d’unité», de « fondement» ou « d’universalité» (Fuchs, 2011, p. 29)6. Enfin, pour définir la troisième forme de critique - la critique telle qu’elle se donne à voir dans la théorie critique - Christian Fuchs retourne à son origine présumée. C’est en l’occurrence à la pensée de Karl Marx qu’il attribue la paternité de la théorie critique7. Partant de là, il associe la critique de la théorie critique à « une critique de toutes les formes de domination et de toutes les relations de domination8» (Fuchs, 2009, p. 7-8) et décline, par ailleurs, cette conception de la critique dans le domaine des études médiatiques et de la communication de la manière suivante :

Critical communication and media studies have been defined as studies that focus ontologically on the analysis of media, communication, and culture in the context of domination, asymmetrical power relations, exploitation, oppression, and control by employing at the epistemological level all theoretical and/or empirical means that are necessary for doing so in order to contribute at the praxeological level to the establishment of a participatory, co-operative society. This definition implies that critical communication and media studies are inherently political, normative, and partial in the interest of the dominated, the exploited, and the oppressed. (2009, p. 20)

  • 9 D’après Emmanuel Renault et Yves Sintomer, il ne serait pas interdit de penser que l’École de Franc (...)

8Cette conception générale de la critique, à laquelle nous souscrivons pleinement, subsume en réalité ce que nous entendons par « critique» dans le cadre de cet article. Notre définition de la critique ne prétend par conséquent pas contredire cette conception marxiste de la critique, mais se propose de mettre davantage l’accent sur certains phénomènes de domination. C’est plus spécifiquement dans les écrits d’Axel Honneth, philosophe appartenant à la troisième génération de l’École de Francfort9, que nous avons trouvé les ressources conceptuelles pour préciser notre définition de la critique. Cet auteur pense la théorie critique en lien avec ce que son prédécesseur, Max Horkheimer, appelait « la philosophie sociale». (Fischbach, 2003, p. 169). Or, celle-ci se caractérise par son ambition d’explorer les pathologies sociales de notre présent historique, c’est-à-dire « des relations ou des évolutions sociales qui portent atteinte, pour nous tous, aux conditions de la réalisation de soi » (Honneth, 2006, p. 179). Conformément à cette acception, la philosophie sociale s’efforce donc de « diagnostiquer les processus sociaux de développement qui doivent être compris comme des préjudices portés aux possibilités d’une « vie bonne » pour les membres de la société » (Honneth, p. 13 cité dans Fishbach, 2003, p. 170), d’une part, et d’interroger les conditions formelles d’une vie sociale réussie, permettant aux individus d’actualiser pleinement leurs potentiels, d’autre part. Dans notre argumentation, nous définissons justement « la critique» dans cette perspective, en tant que pratique intellectuelle visant à diagnostiquer les pathologies sociales de notre présent historique.

9Les notions « d’épistémologie», de « méthode qualitative» et de « critique» étant un peu moins équivoques, nous souhaitons, avant de rentrer dans les détails de notre argumentation, apporter quelques éclaircissements concernant les possibles contributions de cet article au domaine de la communication. Permettons-nous d’abord de lever une ambiguïté : nous n’avons aucunement la prétention de développer des réponses originales aux problèmes épistémologiques examinés ci-dessous. Nous défendrons, pour chacun de ces problèmes, des préférences épistémologiques déterminées, mais celles-ci n’entendent pas être novatrices par rapport à l’ensemble des recherches existantes en épistémologie. Nous nous proposons plus humblement de repérer, à partir de l’expérience singulière de notre recherche doctorale, les questions épistémologiques cardinales auxquelles il nous paraît difficile d’échapper en entreprenant des études qualitatives et critiques sur les aspects sociaux, culturels et politiques des technologies de l’information. Il s’agit donc pour nous d’établir les jalons menant à la consolidation des fondements épistémologiques de ce type d’études en communication.

10Pour parvenir à cet objectif, nous introduirons notre argumentation en exposant brièvement la problématique générale de notre recherche doctorale. Nous dévoilerons, ce faisant, le contexte dans le cadre duquel nous avons été confrontés à différents problèmes épistémologiques. Nous examinerons alors successivement ces derniers. Nous aborderons, en premier lieu, le problème complexe du rapport entre une analyse qualitative, d’une part, et le réel auquel elle se réfère, d’autre part. Contre le « réalisme naïf » et le constructivisme, nous défendrons l’idée selon laquelle les résultats d’une recherche se doivent d’être plausibles. Cette étape nous amènera ensuite à interroger les normes au regard desquelles nous pouvons évaluer la solidité d’une étude qualitative. Nous aurons ainsi l’occasion de revenir sur les critères de validité et de pertinence. Nous aborderons, troisièmement, la difficile question de la parole des acteurs. Nous montrerons alors la nécessité d’accorder une véritable légitimité à cette dernière. Enfin, nous reviendrons sur la question des fondements de la critique. Il s’agira de penser les possibles articulations entre le désir de diagnostiquer des « pathologies sociales» et la volonté de trouver de solides points d’appui normatifs à la critique.

Des problèmes épistémologiques dans le contexte d’une problématique particulière

11Notre recherche doctorale se proposait d’analyser les processus de socialisation se déployant dans les jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs, forme ludique des mondes numériques, à l’instar de World of Warcraft, Everquest, Ultima Online, etc. Elle examinait plus spécifiquement les interactions médiatisées des joueurs en s’intéressant à une dimension particulière de leurs rapports intersubjectifs, à savoir les phénomènes de (dé)valorisation sociale. Pour développer notre problématique, nous avons d’abord relevé plusieurs contradictions dans les recherches sur les jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs, certaines célébrant volontiers l’attractivité sociale de ces mondes numériques ou l’émergence d’une authentique sociabilité entre les joueurs (Bartle, 2005 ; Yee, 2006 ; Taylor, 2006 ; Jakobsson et Taylor, 2003), d’autres regrettant au contraire l’omniprésence de rapports instrumentaux dans ces univers synthétiques (Ducheneault et Moore, 2004), voire la « solitude collective» des leurs usagers (Ducheneault, Nickell, Moore et Yee, 2007). Partant de là, nous avons essayé de démontrer la nécessité d’un questionnement sur les manifestations de la reconnaissance sociale et de sa négation – le mépris – dans les interactions médiatisées des joueurs. En d’autres termes, notre recherche s’efforçait de répondre à la question suivante : comment s’expriment la reconnaissance et le mépris dans les interactions médiatisées des joueurs engagés dans les mondes numériques ludiques ? D’un point de vue conceptuel, notre analyse s’appuyait, comme le suggère la formulation de la question ci-dessus, sur les théories de la reconnaissance sociale (Honneth, 2000 ; Fraser & Honneth, 2003), mais aussi sur la microsociologie goffmanienne (Goffman, 1973a, 1973b, 1974, 1975). D’un point de vue empirique, nous avons étudié un collectif en ligne, composé de joueurs expérimentés, dans l’univers de Warhammer Online en croisant plusieurs techniques d’enquête : une ethnographie du virtuel (Hine, 2000, 2005), conjuguant observation participante et réalisation d’entretiens semi-directifs.

12Nos résultats révélaient alors l’existence de plusieurs formes de reconnaissance sociale en rapport avec Warhammer Online. Celles-ci pouvaient être distinguées entre elles, dans la mesure où elles avaient chacune leurs objets propres, leurs modalités d’expression concrète et leur cercle de dispensateurs. Aussi, quatre formes majeures de valorisation sociale ont émergé de nos analyses : le prestige (récompensant des exploits personnels), la considération (témoignant de l’importance que revêt la préservation de la face d’autrui), le respect (confirmant la légitime participation des acteurs aux processus de décision de leur communauté ludique) et l’estime (gratifiant les contributions des acteurs à leur communauté ludique). Chacune de ces formes de reconnaissance sociale s’accompagnait bien sûr de sa négation, ce qui se traduit subjectivement par l’expérience du mépris.

Dépasser l’alternative du « réalisme naïf» et du constructivisme

  • 10 Howard Becker défend d’ailleurs très clairement ce point dans son ouvrage Les ficelles du métier : (...)

13La question du rapport entre notre recherche et le réel - entre notre contribution à la construction de connaissances scientifiques sur les interactions médiatisées des joueurs dans Warhammer Online et la réalité de ces interactions médiatisées - a été le premier problème épistémologique auquel nous avons été confrontés. Expliquons-nous. Les recherches en sciences sociales se soumettent, en général, à deux exigences. Si la première consiste à développer une argumentation conforme aux règles de la logique, à l’instar du principe de non-contradiction, la seconde impose aux scientifiques d’ancrer empiriquement leurs assertions10. Bien qu’allant apparemment de soi, cet impératif de « rigueur empirique» (Sardan, 2008. p. 8) n’est pas sans susciter des difficultés. Cette contrainte présuppose en effet une conception déterminée du rapport entre les recherches, d’une part, et la réalité, d’autre part. En acceptant de se soumettre à cette exigence, les chercheurs épousent minimalement l’idée selon laquelle la réalité serait une référence, c’est-à-dire un « point fixe et assuré» (Descartes, 1992, p. 71) au regard duquel la validité de leurs conclusions pourrait être évaluée. Or, loin d’être une évidence, l’adhésion à cette exigence d’empiricité ne manque pas de soulever des discussions épistémologiques, discussions cristallisant par ailleurs une opposition entre deux conceptions concurrentes du rapport à la réalité.

  • 11 « Effectively, [naïve realism] assumes not only phenomena we study are independent of us, but that (...)
  • 12 Initialement développé par Auguste Comte, notamment dans ses Cours de philosophie positive (1996, p (...)

14Le « réalisme naïf», ainsi nommé par Martyn Hammersley (1992, p. 43-56), envisage la réalité comme une chose en soi, existant indépendamment de la conscience des sujets. Partant de là, il défend aussi l’idée selon laquelle les acteurs sociaux auraient la possibilité d’accéder directement au réel. Ces deux thèses ont alors pour conséquence d’enjoindre les chercheurs privilégiant des approches qualitatives à se donner pour objectif de reproduire la réalité dans leurs travaux. Autrement dit, elles transforment les chercheurs en « copistes», ceux-ci ayant la charge de dupliquer le plus exactement possible les choses réelles dans leurs études11. Cette perspective connaît un succès non négligeable, dans la mesure où elle entretient de solides affinités avec le positivisme12, posture épistémologique jouissant d’une certaine popularité dans les milieux académiques, tout en étant de plus partagée par le sens commun.

15Cette position épistémologique ne résiste toutefois pas longtemps à un examen critique. Pour prendre conscience des insuffisances de ce raisonnement, trois failles majeures méritent d’être considérées. Il est d’abord illusoire d’imaginer que nous puissions décrire exhaustivement la réalité (Hammersley, 2003, p. 297). Les contraintes pesant sur les processus de recherche impliquent en effet de restreindre les études scientifiques à quelques aspects du réel. En second lieu, il n’existe pas d’étalon à partir duquel les chercheurs auraient la possibilité de mesurer la complétude de leur représentation. Pour terminer, les analyses menées par les chercheurs engagent toujours, même de manière non consciente, des présupposés théoriques. En ce sens, le « réalisme naïf» s’avère également nuisible : il nourrit et conforte une certaine forme d’aveuglement, en incitant les scientifiques à négliger les points d’appui sur lesquels leurs propres représentations de la réalité sont développées (Hammersley, 1992, p. 50).

  • 13 Voilà pourquoi il n’existerait pas, selon cet auteur, de version « modérée » du constructivisme, te (...)

16Le constructivisme semble être, de prime abord, une alternative légitime au « réalisme naïf». Pour expliciter cette approche, autorisons-nous un détour par les recherches de Gilles Gauthier (Gauthier, 2003, 2005, 2010). Celles-ci offrent l’avantage, d’une part, de penser le constructivisme dans le contexte du domaine de la communication (et notamment des études sur le journalisme) et, d’autre part, d’en saisir l’essence en identifiant ses propositions fondamentales. L’auteur identifie d’abord le constructivisme à une doctrine philosophique conjuguant deux thèses : l’anti-objectivisme et le scepticisme ontologique13. La thèse de l’anti-objectivisme consiste à rejeter la possibilité d’évaluer l’adéquation entre une connaissance scientifique et la réalité. Il se révélerait ainsi impossible d’apprécier comment celles-ci se rapporteraient à celle-là. Cette thèse d’une indépendance entre le représenté et le donné impliquerait, par exemple, l’abandon de l’exigence d’objectivité dans les comptes-rendus journalistiques (Gauthier, 2010, p. 132), l’actualité n’étant plus un point de référence crédible au regard duquel leur exactitude pourrait être évaluée. La thèse du scepticisme ontologique suppose quant à elle de suspendre son jugement concernant l’existence de la réalité (Gauthier, 2005, p. 7). Dans la mesure où la validité des connaissances scientifiques ne dépendrait pas, conformément à la thèse de l’anti-objectivisme, de leur rapport à la réalité, il n’y aurait pas lieu de se prononcer sur l’existence de cette dernière. Dans le contexte des études sur le journalisme, pour reprendre cet exemple, cela reviendrait à ne plus présumer l’existence d’une actualité en soi, sur laquelle porteraient les comptes-rendus journalistiques (Gauthier, 2005, p. 7).

17D’après Gilles Gauthier, les thèses de l’anti-objectivisme et du scepticisme ontologique trouveraient leur fondement dans l’argument de « la relativité conceptuelle» (Gauthier, 2010, p. 133-136). Voilà comment celui-ci peut être synthétisé :

La relativité conceptuelle est cette idée suivant laquelle un même état de choses peut être appréhendé par différents vocabulaires, différentes théories ; bref, par différents systèmes de représentations. Une illustration aisée de relativité conceptuelle est celle de la variété des systèmes de mesure : par exemple, la coexistence des systèmes de température Celsius et Fahrenheit (Gauthier, 2010, p. 133).

18Dans la mesure où la réalité ne pourrait pas être appréhendée autrement que par l’intermédiaire d’une multiplicité de théories s’excluant mutuellement, et où il n’existerait aucune « méta-perspective» (Putman, 1990, cité par Gauthier, 2010, p. 134) permettant d’évaluer leur conformité au réel, la thèse de l’anti-objectivisme s’imposerait d’elle-même. De plus, ces systèmes de représentations n’offriraient que des vues partielles - et partiales - de la réalité. Puisque nous n’aurions accès qu’à des portions du réel, sans jamais avoir la possibilité d’en faire la synthèse, rien ne nous autoriserait à affirmer ou à dénier l’existence de la réalité. De là découlerait la caducité de la question de l’existence de la réalité (Gauthier, 2010, p. 133-134).

19Quoique séduisantes, les thèses fondamentales du constructivisme n’en sont pas moins faillibles. Pour mettre à jour les faiblesses respectives des thèses de l’anti-objectivisme et du scepticisme ontologique, examinons plus précisément leur articulation avec l’argument de la « relativité conceptuelle», celui-ci étant sensé être au fondement de celles-là. Il paraît d’abord douteux de clamer la stricte égalité des systèmes de représentations à partir du constat de leur pluralité. Loin d’être purement arbitraires, les systèmes de représentations peuvent au contraire être hiérarchisés entre eux, en fonction de différents critères : « leur cohérence interne, leur portée explicative, leur économie, leur facilité de compréhension, à la limite leur élégance, ainsi que leur utilité [...]. Mais une consistance dans le rapport à la réalité également. » (Gauthier, 2010, p. 142). Si la thèse de l’anti-objectivisme ne manque pas de susciter des interrogations, c’est donc en l’occurrence parce qu’elle établit avec précipitation un lien nécessaire entre la pluralité des systèmes de représentations, leur indifférenciation dans la relativité et l’impossibilité de les évaluer sur la base de leur adéquation au réel. Ce lien n’est aucunement nécessaire. En toute rigueur, la relativité conceptuelle n’implique ni l’égalité des systèmes de représentations, ni le rejet du critère de l’objectivité.

20Revenons maintenant à la thèse du scepticisme ontologique. Cette dernière dévoile vraiment ses insuffisances à l’épreuve de la philosophie de John Searle (1995, cité par Gauthier, 2010). Ce philosophe avance une série d’arguments aussi simple qu’efficace pour contredire la thèse du scepticisme ontologique : il défend l’idée selon laquelle l’argument de « la relativité conceptuelle» nécessite d’admettre au préalable l’existence de la réalité. S’il concède sans hésitation la pluralité et la rivalité des différents systèmes de représentations, il montre aussi que tous les systèmes de représentations « préjugent qu’il y a quelque chose à représenter» (Gauthier, 2010, p. 138). En d’autres termes, ils présupposent tous l’existence d’une réalité indépendante qu’il s’agirait de représenter, quel que soit par ailleurs le contenu des représentations en question. Partant de là, ni la thèse de l’anti-objectivisme, ni la thèse du scepticisme ontologique ne semblent assez convaincantes pour que nous embrassions le constructivisme.

  • 14 Cette posture épistémologique s’apparente, à bien des égards, au « réalisme subtil» de Martyn Hamme (...)

21Prenant acte des impasses auxquelles conduisent les insuffisances respectives du « réalisme naïf» et du constructivisme, il convient, à présent, d’interroger la possibilité de surmonter cette aporie. Nous aimerions, en l’occurrence, défendre l’idée selon laquelle le « plausibilisme» permet de dépasser cette alternative théorique14. Pour Jean-Pierre Olivier de Sardan, la plausibilité n’est rien de moins que le propre des connaissances relevant de méthodes qualitatives (la sociologie et l’anthropologie étant au premier chef concernées). Il définit cette approche épistémologique de la manière suivante :

Les connaissances ainsi produites ne sont rien d’autre que des approximations plausibles, c’est-à-dire des représentations savantes qui ont pour ambition de rendre approximativement et plausiblement compte des réalités de référence. […] On a affaire, avec l’enquête de terrain propre à l’anthropologie ou à la sociologie qualitative, à un entrelacs complexe d’ordres de grandeur, de tendances, de descriptions, d’illustrations, de cas significatifs, de discours et de représentations « locales», d’hypothèses souples, d’interprétations prudentes, de théories locales, de généralisations plus ou moins assurées, le tout pris dans des constantes de variations d’échelle et de perspective. Avec cette mosaïque quelque peu hétéroclite de données commentées et interprétées, nous sommes bien dans de l’a-peu-près. Mais cet à-peu-près n’a rien (ne devrait rien avoir) d’un n’importe quoi. (2008, p. 11-12)

  • 15 Le plausibilisme réintroduit donc la référence à la réalité, mais, contrairement au « réalisme naïf (...)
  • 16 Il s’agit bien de représentations sélectives du réel, dans la mesure où les recherches qualitatives (...)

22De cette citation, nous retiendrons au moins deux enseignements. En premier lieu, les recherches qualitatives en sciences sociales (et par là même en communication) ne sauraient ni reproduire le réel, ni se soustraire à l’obligation de se référer à la réalité15. Elles se doivent, en revanche, de produire des représentations approximatives et sélectives16 du réel. Il convient conséquemment de différencier – et c’est la seconde contribution de Jean-Pierre Olivier de Sardan – l’approximation de l’inexactitude. Pour saisir adéquatement cette distinction, détaillons maintenant les critères auxquels se soumettent les savoirs embrassant l’objectif de la plausibilité.

Les critères d’une recherche qualitative plausible

23Parce qu’il légitime la poursuite de l’approximation, « le plausibilisme » engage, en premier lieu, une rupture avec l’idéal de la certitude. Les recherches qualitatives fondées sur cette posture épistémologique ne peuvent en effet que rompre avec ce désir de produire des connaissances indubitables (Hammersley, 1992, p. 50-51). Elles substituent par conséquent à cette ambition démesurée un projet beaucoup plus modeste, épousant deux autres normes de scientificité.

La validité

  • 17 Le probabilisme est « une doctrine selon laquelle il n’est pas possible de connaître une vérité abs (...)
  • 18 La notion de « doute raisonnable » ne trouve pas de définition très claire dans les écrits de Marty (...)
  • 19 Sous la plume de Martyn Hammersley, ce raisonnement prend la forme suivante : « Some claims may be (...)
  • 20 En ce sens, le nombre de preuves doit être inversement proportionnel à la crédibilité des assertion (...)

24Le critère de validité repose sur une conception probabiliste de la production des savoirs scientifiques17. À l’opposé de l’exigence de certitude, enfermant l’évaluation des connaissances dans une alternative aussi radicale que contre-productive – la vérité ou la fausseté, le « plausibilisme » nous amène à accepter les assertions les plus crédibles. Lorsqu’une proposition ne contredit pas les affirmations faisant l’objet d’un consensus dans la communauté scientifique, sa remise en cause ne paraît pas souhaitable. Il s’agit, au fond, de se limiter à ce que Martyn Hammersley appelle des « doutes raisonnables » (1992, p. 62-70)18. Ce critère de validité requiert toutefois des preuves pour les énoncés ne respectant pas cette condition19. Plus une nouvelle assertion s’éloigne des connaissances établies, plus elle semble douteuse, et plus elle nécessite d’être corroborée20. Les représentations proposées par les sciences sociales se doivent donc d’être justifiées. Leur crédibilité étant souvent fragile, elles ne sauraient faire l’économie de preuves. C’est en effet à ce prix qu’elles peuvent se défendre de l’inexactitude et prétendre à l’approximation.

De la pertinence

25Le plausibilisme fait également de la pertinence un autre critère décisif (Hammersley, 1992, p. 72-77). Ce dernier commande aux chercheurs de s’assurer de l’importance de leur objet de recherche, d’une part, et de leur contribution effective à la littérature scientifique, d’autre part. Bien qu’allant apparemment de soi, cette obligation s’avère plutôt équivoque. Les enjeux d’une étude ne manquent en effet pas de susciter des appréciations différentes, selon que nous appartenions au monde académique (les chercheurs entretenant le plus souvent une relation cognitive à leur objet) ou au milieu des acteurs concernés (ayant un rapport éminemment pratique à celui-ci). Nous croyons, pour notre part, qu’il est préférable d’accorder le primat à la communauté scientifique sur cette question. Il ne s’agit pas, à l’évidence, de négliger les opinions des agents, celles-ci étant des ressources incomparables pour progresser dans nos analyses. Nous reconnaissons, à ce titre, la nécessité de prendre en compte ces apports. Il nous semble, cependant, hasardeux de conférer aux enquêtés le droit ultime de confirmer - ou d’infirmer - la pertinence de notre recherche, et ce, pour la raison suivante :

While, in my view, the ultimate justification for social research is its contribution of relevant knowledge useful to other forms of practice, that contribution is a collective one. Furthemore, this fact […] means the assessments of the practical relevance of research are subject to a considerable degree of uncertainly (Hammersley, 1992, p. 76).

26Pour évaluer l’importance et la contribution d’une étude, il nous paraît indispensable de nous référer aux autres travaux scientifiques (ce dont témoigne, par ailleurs, notre revue de littérature). C’est en effet en multipliant les recherches sur un même phénomène social que nous pouvons espérer accroître la précision de nos connaissances sur celui-ci. Il convient donc, de ce point de vue, d’admettre la prééminence de l’appréciation du monde académique. En indexant la pertinence d’une étude aux seules et uniques considérations pratiques des acteurs, nous la condamnerions nécessairement à un haut degré d’indétermination. Partant de là, nous mesurerons la plausibilité de notre travail, à savoir de notre représentation approximative et sélective de la réalité, en fonction de sa validité (celle-ci étant relative aux preuves que nous entendons mobiliser) et de sa pertinence (pour la communauté scientifique).

De la compétence des acteurs

27Après la question du rapport à la réalité, un autre problème épistémologique a réclamé notre attention dans le cadre de notre recherche doctorale. Il s’agissait de préciser les compétences des joueurs de Warhammer Online, c’est-à-dire de déterminer leur capacité à se penser eux-mêmes et, de ce fait, à participer aux processus de développement des connaissances dans le domaine de la communication. Une formulation de Pierre Bourdieu, désormais célèbre, condense parfaitement les difficultés suscitées par une telle interrogation : la « malédiction de la sociologie est d’avoir affaire à un objet qui parle » (cité par Hamel, 2011). Non sans humour, cette déclaration vient nous rappeler la complexité, tout autant que l’ambiguïté, des relations entre ce qu’il convient d’appeler « le sens savant» et « le sens commun».

  • 21 Pour Luc Boltanski, « la sociologie classique» engage une conception particulière de la production (...)

28Le statut épistémologique des « connaissances ordinaires » suscite, schématiquement, deux réactions opposées. Il existe, à l’évidence, des réponses plus nuancées à cette question (s’inscrivant d’ailleurs dans un continuum entre ces deux extrêmes), mais nous en ferons abstraction pour simplifier autant que possible ce nouveau problème. Si la première nie la capacité des agents à contribuer à l’intelligibilité de leur propre réalité sociale21, la seconde refuse, au contraire, d’opérer une distinction entre « la connaissance savante» et « la connaissance ordinaire». Alors que celle-ci trouve son expression la plus emblématique dans la sociologie critique de Pierre Bourdieu, celle-là se manifeste pleinement dans le travail de Harold Garfinkel (2007, p. 401-428). Arrêtons-nous, à présent, sur les positions respectives de ces auteurs pour saisir les enjeux de leur(s) désaccord(s).

  • 22 Antoine Hennion propose une analyse très éclairante de la sociologie critique, en montrant comment (...)

29Le professeur au collège de France épouse, en l’occurrence, la thèse bachelardienne de la « rupture épistémologique» pour penser les spécificités du métier de sociologue (Bourdieu et Chamboredon, 1983, p. 27-49). Cette approche revendique une coupure irrémédiable entre la « sociologie professionnelle» et la « sociologie spontanée», tout en érigeant la négation de la conscience commune en quasi-norme de scientificité22. Plus les conclusions des sciences sociales se distinguent des opinions ordinaires, plus leur probabilité de cerner les dénégations des acteurs serait élevée et plus elles se rapprocheraient, de ce fait, de la vérité effective des pratiques sociales. À l’inverse, l’ethnométhodologie reconnaît aux acteurs d’authentiques compétences sociologiques, dans la mesure où ils se révéleraient capables d’expliciter à tout moment les raisonnements guidant leurs pratiques quotidiennes. Dès lors, il n’existerait pas de différence (de nature) entre le savoir ordinaire et le savoir savant, ce dernier n’étant finalement qu’un compte-rendu des comptes-rendus des agents (Hamel, 2007, p. 476-485).

30En raison de leur radicalité, les thèses de la sociologie critique et de l’ethnométhodologie ne parviennent pas tout à fait à nous convaincre. À vrai dire, pour déterminer les compétences des acteurs, une position intermédiaire nous paraît préférable. Philippe Corcuff plaide, en l’occurrence, en faveur d’une dialectisation des rapports entre « sens savant» et « sens commun» (Corcuff, 1991, p. 515- 536 ; 2004, p. 187-190).

Cette voie d’analyse permet de penser tout à la fois des ressemblances et des différences, des continuités et des discontinuités entre sociologies professionnelles et sociologies des acteurs, mais aussi des interrelations (donc, dans les deux sens : la formalisation de concepts par les chercheurs à partir des schémas cognitifs-discursifs ordinaires et l’usage par les acteurs de notions venant des sciences sociales) (Corcuff, 2004, p. 188-189)

31Cette perspective épistémologique se caractérise par sa volonté de penser simultanément l’autonomie du travail scientifique, d’une part, et les effets de circularité entre la conceptualisation des chercheurs et l’expérience pratique des acteurs, d’autre part. Elle consiste alors à défendre trois propositions distinctes (Corcuff, 2004, p. 190) :

  • Le « sens savant» et le « sens commun» sont d’abord interreliés entre eux. Il existe en effet des ressemblances discursives et cognitives entre ces deux formes de savoir. Cela s’explique par leur influence réciproque : non seulement par les effets que peuvent produire les travaux sociologiques sur les acteurs, mais aussi par l’enracinement des recherches sociologiques dans les schèmes de ces derniers.

    • 23 Sur ce point, l’ouvrage de Jack Goody, intitulé « La raison graphique », nous paraît incontournable (...)

    L’activité scientifique demeure toutefois relativement autonome, dans la mesure où elle accorde une place plus conséquente à la production écrite et, subséquemment, à la réflexivité et à la catégorisation23.

  • Le « sens savant» ne bénéficie pas d’une dignité épistémologique supérieure à celle du « sens commun» (et réciproquement). Il existe bien au contraire des phénomènes d’échange entre eux.

32Pour résoudre le problème de la compétence des acteurs, il nous paraît donc préférable de recourir à cette approche dialectique, reconnaissant l’existence d’interrelations entre les connaissances sociologiques et les connaissances ordinaires, sans toutefois réduire celles-ci à celles-là.

Les fondements de la critique

33L’approche dialectique offrait ainsi une solution élégante à la question de la compétence des joueurs de Warhammer Online dans le cadre de notre recherche antérieure. Cela étant dit, elle dessinait les contours d’une autre interrogation décisive : les fondements de la critique dans une étude en communication sur les technologies de l’information. L’explicitation des points d’appui normatifs des recherches critiques, c’est-à-dire de ce à partir de quoi elles peuvent prétendre analyser les pathologies sociales de notre présent historique, s’avère évidemment au cœur de ce problème. Ce dernier engage, nous le devinons, une réflexion sur la possible identification de ces points d’appui normatifs à des aspirations (ou à des intérêts) portées par des acteurs déterminés. Il nous enjoint donc à clarifier - à nouveau - les rapports entre ceux qui enquêtent et ceux qui sont enquêtés, mais cette fois-ci d’un point de vue normatif. Quelles sont les relations entre les diagnostics du chercheur critique et les attentes normatives des acteurs ?

34Pour progresser dans l’examen de ce problème, nous commencerons par distinguer la critique transcendante de la critique immanente. Nous renverrons alors dos à dos ces deux conceptions de la critique, dans l’idée de présenter une théorisation beaucoup plus exigeante de la critique, telle qu’elle trouve sa formulation sous la plume des membres de l’École de Francfort. Celle-ci s’efforce en effet d’identifier « un point de transcendance dans l’immanence» pour se donner une assise normative. Nous reviendrons ainsi sur cette obscure formulation. Partant de là, nous explorerons succinctement une conséquence méthodologique de cette position épistémologique : la nécessité d’une rencontre entre le normatif et le descriptif au sein d’une même recherche.

Critique transcendante et critique immanente

35Nous avons trouvé dans une étude d’Éva Illouz, concernant les possibles phénomènes de réification dans les usages des sites de rencontre en ligne (2006, p. 137-202), une analyse particulièrement éclairante des différences entre la critique transcendante et la critique immanente. Nous sommes d’autant plus sensibles à cette argumentation qu’elle émane d’un travail sociologique reposant précisément sur des techniques d’enquête qualitatives, d’une part, et relevant le défi d’expliciter autant que possible ses points d’appui normatif, d’autre part. En d’autres termes, cette recherche présente pour nous l’avantage d’affronter les problèmes épistémologiques mentionnés dans cet article, non pas uniquement d’un point de vue spéculatif, mais dans le mouvement même de sa réalisation.

  • 24 Celui-ci distingue « la critique externe» de la « critique interne ». Si la première s’incarne dans (...)
  • 25 L’expression « distance olympienne» fait évidemment référence, de manière ironique, aux prétentions (...)

36Éva Illouz, dans la continuité de Michael Walzer24 (1987, p. 35-66), opère une distinction entre deux formes de critiques, l’une étant « pure» et l’autre « impure». Nous reconnaissons bien sûr, derrière les adjectifs « pure» et « impure», l’opposition entre la critique transcendante et la critique immanente. La première consiste à subsumer toutes les sphères sociales (familiale, économique, juridique, etc.) sous la sphère politique et, par là même, à saisir toutes les pratiques sociales comme des expressions concrètes du progressisme ou du conservatisme (Illouz, 2006, p. 165). Elle exige subséquemment d’adopter un point de vue totalisant, présupposant l’existence d’articulations profondes entre l’ensemble des domaines de la vie sociale (p. 165-166). Elle nécessite également – et ce point s’avère déterminant - une « distance olympienne25» (p. 168), c’est-à-dire un regard résolument extérieur sur la réalité concernée.

37À l’opposé de ce modèle, « la critique impure» se propose de diagnostiquer les phénomènes sociaux à partir des normes et des valeurs portées par les acteurs. Eva Illouz définit cette approche de la manière suivante :

Dans le même esprit [que Michael Walzer], je pense que nous devrions développer des critères d’évaluation qui soient autant que possible internes aux traditions, critères ou significations de l’objet que nous analysons. Je propose d’appeler cette approche des pratiques sociales la critique « impure» : c´est un type de critique qui essaie d’occuper l’espace étroit qui sépare les pratiques faisant progresser les désirs et les besoins des personnes – aussi peu appétissants qu’ils puissent être pour nous – et les pratiques qui les empêchent de manière évidente d’atteindre leurs buts (Illouz, 2006, p. 171).

  • 26 Bien que la critique de la critique transcendante puisse prendre la forme des arguments walzériens, (...)

38De prime abord, cette conception de la critique nous paraît préférable parce qu’elle demeure plus cohérente avec nos autres positions épistémologiques. L’idée d’une dialectique entre « sens savant» et « sens commun» requiert à l’évidence d’accepter l’existence d’effets de circularité entre ces deux formes de savoirs. Cette proposition s’avère, en ce sens, totalement inconciliable avec les exigences de la critique pure ordonnant, au contraire, une mise à distance entre le chercheur observateur et les acteurs observés (la thèse bachelardienne de la rupture épistémologique aurait été, en revanche, compatible avec cette exigence de détachement)26. Dans cette perspective, la critique impure, prenant pour point de départ les attentes contrariées des acteurs, semble s’imposer d’elle-même.

Une instance de transcendance dans l’immanence

39Cette argumentation en faveur de la critique immanente, quoique séduisante, mérite quelques nuances. Si nous reconnaissons aisément la pertinence des objections formulées à l’encontre de la critique transcendante, la critique immanente ne paraît toutefois pas en mesure de satisfaire les exigences les plus hautes de la théorie critique ou, tout au moins, immanente pourrait-elle en effet prétendre analyser les pathologies sociales de notre présent historique ? Dans la mesure où la critique immanente trouve ses fondements normatifs dans les aspirations contrariées d’acteurs, engagés dans des situations de luttes particulières, elle ne semble pas disposer des moyens pour « monter en généralité». Cette stratégie de la critique immanente, consistant à se déployer à partir d’un horizon normatif singulier, présente certes l’avantage de l’ancrage empirique, mais restreint en même temps considérablement sa portée, c’est-à-dire son champ d’application. Rien d’étonnant alors à ce qu’Axel Honneth exprime des réserves importantes concernant la critique immanente :

Here it cannot be sufficient merely to discover an empirical reference point in social reality on which to base the theory’s immanent justification. If the task were limited to that, it would indeed be sufficient to refer to unmet claims in the present and use them as social evidence for the necessity of critique (Fraser et Honneth, 2003, p. 243).

40Axel Honneth reconnaît la nécessité de trouver un point de référence dans l’immanence des rapports sociaux (une « instance pré-théorique»), mais se refuse à fonder l’analyse des pathologies sociales de notre présent historique sur des attentes normatives dont la validité serait confinée à des situations de luttes particulières. Il estime indispensable de repérer une instance de transcendance dans l’immanence des rapports sociaux, c’est-à-dire d’identifier des acteurs portant des attentes normatives dont la validité dépasse au contraire le contexte particulier dans lesquelles elles sont nées. Il utilise d’ailleurs l’expression « surplus normatif» pour désigner ce type d’attentes normatives. Celles-ci ont par conséquent la particularité de ne pas appartenir au « ciel éthéré des idées philosophiques» (puisqu’elles peuvent se prévaloir d’un ancrage empirique), d’une part, et leur validité s’avère généralisable au-delà des conditions empiriques particulières dans lesquelles elles ont pris forme. Voilà comment Axel Honneth rend compte de cette exigence propre à la théorie critique :

The real challenge of our common tradition is being able to show that such a reference point – such demands – are not the result of contingent conflict situations, but rather express the unmet demands of humanity at large (Fraser et Honneth, 2003, p. 244).

  • 27 Les marxistes ont longtemps identifié la classe ouvrière à cette instance de transcendance dans l’i (...)
  • 28 Christian Fuchs défend également cette posture épistémologique pour fonder normativement les études (...)
  • 29 Si la recherche critique se doit, dans la tradition de l’hégélianisme de gauche, d’identifier une i (...)

41Dans la tradition de l’hégélianisme de gauche (Fraser et Honneth, 2003, p. 239), Axel Honneth adhère ainsi à cette idée selon laquelle il faut penser dialectiquement les rapports entre l’immanence et la transcendance. Il défend par là même lui aussi la possibilité d’identifier, dans l’immanence, un point de référence transcendant27. C’est donc dans cette perspective que nous répondons à la question épistémologique du fondement de la critique dans les études en communication sur les technologies de l’information28. Ce travail de fondation passe par une dialectisation des rapports entre immanence et transcendance et, subséquemment, par le repérage d’acteurs portant des aspirations émancipatrices généralisables29.

De la nécessité d’articuler le normatif au descriptif

42La thèse épistémologique selon laquelle il est possible de fonder la critique en communication en identifiant une instance de transcendance dans l’immanence n’est pas sans conséquence d’un point de vue méthodologique. Nous aimerions évoquer succinctement une implication de cette posture épistémologique : la nécessaire articulation du normatif et du descriptif dans les recherches en communication. L’adhésion à la thèse d’une dialectisation des rapports entre immanence et transcendance suppose en effet de reconnaître que l’analyse des pathologies sociales de notre présent historique passe, d’une part, par l’identification d’acteurs portant des aspirations émancipatrices généralisables et, d’autre part, par la description des processus par lesquelles ces dernières s’expriment empiriquement ou, à l’inverse, sont contrariées (Fischach. 2003, 170). Dans la mesure où la découverte d’une instance pré-théorique conditionne la possibilité d’un point de vue normatif sur la réalité sociale, et où cette instance pré-théorique doit être empiriquement déterminée, les recherches critiques en communication ne peuvent pas faire l’économie d’un moment descriptif.

Conclusion

43Cet article espère avoir apporté des éclaircissements sur les questions épistémologiques sous-jacentes à la réalisation d’une étude qualitative et critique en communication sur les technologies de l’information. Trois problèmes épistémologiques ont réclamé notre attention dans le cadre de notre recherche doctorale sur les formes de reconnaissance et de mépris dans les mondes numériques : celui de la relation entre la connaissance scientifique et la réalité, celui de la compétence à attribuer aux acteurs et celui du fondement de la critique. À la question du rapport entre la connaissance et le réel, nous avons privilégié l’option du plausibilisme, nous conduisant ensuite à adopter « la validité» et la « pertinence» comme normes de scientificité. Nous avons également défendu une approche dialectique entre le sens savant et le sens commun, de telle sorte que nous puissions assumer au mieux les continuités et des discontinuités entre ces deux termes. Contre les arguments en faveur de la critique immanente, nous avons enfin privilégié une conception plus exigeante de la critique, susceptible de répondre au défi de l’analyse des pathologies sociales de notre présent historique. Cette conception s’efforce de fonder l’analyse critique sur l’identification d’une instance de transcendance dans l’immanence ou, pour le dire plus simplement, d’acteurs portant des aspirations émancipatrices généralisables.

44Nous aimerions, pour terminer, reprendre ces analyses et montrer comment elles ont trouvé une traduction dans le cadre de notre recherche sur les formes de reconnaissance et de mépris dans les interactions médiatisées des joueurs de Warhammer Online. Parce que nous avons privilégié les thèses du plausibilisme pour appréhender le rapport des connaissances scientifiques à la réalité, nous avons soumis notre argumentation à la logique de « l’enquête policière», en mobilisant des preuves à chaque fois qu’une proposition n’allait pas de soi dans notre démonstration. Pour produire ces preuves, nous avons croisé des données provenant de deux techniques d’enquête, à savoir l’observation participante et les entretiens semi-directifs. En procédant de la sorte, nous avons recueilli suffisamment de données qualitatives pour appuyer les propositions les plus incertaines de notre raisonnement, tout en nous donnant la possibilité d’insister sur le caractère pluriel de nos sources. Notre argumentation avait donc autant pour fondements la quantité de preuves soumises à nos lecteurs que la diversité de leur provenance.

45En comprenant dialectiquement les rapports entre « sens savant» et « sens commun», nous ne pouvions que prendre au sérieux la parole des joueurs de Warhammer Online. Partant de là, nous n’avons pas douté de la crédibilité de cette dernière, d’une part, et nous avons rejeté l’idée d’une vérité déniée ou cachée derrière leurs discours, d’autre part. Nous avons également demandé aux enquêtés de réagir à nos analyses préliminaires pour les enrichir de leurs commentaires. Nous nous sommes toutefois efforcés de produire plus qu’un compte-rendu de l’expérience vécue des joueurs de Warhammer Online. Dans la mesure où nous disposions d’une quantité non négligeable de données qualitatives et où nous avions la possibilité d’inscrire notre réflexion dans la durée, nous avons bénéficié de conditions exceptionnelles pour établir des comparaisons, identifier des similitudes, déceler des relations entre plusieurs phénomènes, etc. Voilà pourquoi nous avons aussi développé un niveau d’analyse complémentaire à leurs discours, tirant pleinement parti de notre position de chercheur en communication.

46Enfin, pour construire une perspective critique sur les phénomènes de (dé)valorisation sociale entre les joueurs de Warhammer Online, nous avons cherché une assise normative dans l’immanence de leurs interactions médiatisées. Ayant adhéré à la conception honnethienne de la critique, nous nous sommes donnés pour objectif d’identifier un point de transcendance dans l’immanence, c’est-à-dire de repérer des aspirations émancipatrices susceptibles d’être généralisées au-delà du contexte singulier de la pratique ludique de Warhammer Online. C’est en l’occurrence dans le sentiment d’être méprisé que nous avons trouvé ce point d’appui normatif. Les attentes contrariées de reconnaissance sociale – ayant notamment trait au respect des droits des joueurs et aux demandes d’estime sociale de ces derniers pour leurs contributions au fonctionnement de leur collectif en ligne - se sont avérées être des points de référence suffisamment solides pour nous permettre de bâtir nos analyses critiques. Ce détour par notre expérience de recherche étant terminé, nous espérons avoir montré, de manière convaincante, comment les problèmes épistémologiques mentionnés ci-dessus viennent concrètement se poser dans le contexte d’une étude en communication sur les aspects culturels, sociaux ou politiques des technologies de l’information.

Haut de page

Bibliographie

Bartle, R. (2005). Hearts, Clubs, Diamonds, Spades : Players Who Suit MUDs. Dans K. Salen & E. Zimmerman (dir.), The Game Design Reader (p. 754-787). Cambridge : MIT Press.

Boltanski, L. (1990). L’amour et la justice comme compétences. Paris : éditions métailié.

Bourdieu, P., & Chamboredon, J-P. (1983). Le métier de sociologue. Paris : Mouton de Gruyter.

Cefaï, D. (2003). L’enquête de terrain. Paris : La découverte

Comte, A. (1996). Philosophie des sciences. Paris : Gallimard.

Corcuff, P. (1991). Éléments d’épistémologie ordinaire du syndicalisme. Revue Française de science politique, 41(4), 515-536.

Corcuff, P. (2004). Sociologie et engagement : nouvelles pistes épistémologiques dans l’après-1995. Dans B. Lahire (dir.), À quoi sert la sociologie ? (p. 175-194). Paris : La découverte.

Denzin, N. K. & Lincoln, Y. S. (1998). Introduction : Entering the field of qualitative research. Dans N. K. Denzin & Y. S. Lincoln (dir.), Strategies of Qualitative inquiry (p. 1-34). Thousand Oaks : Sage Publications.

Descartes, R. (1992). Méditations métaphysiques. Paris : GF.

Ducheneault, N. & Moore, R.J. (2004). The social side of gaming : a study of interaction patterns in a massively multiplayer online game. Repéré à http://portal.acm.org/citation.cfm?doid=1031607.1031667.

Ducheneault, N., Nickell, E., Moore, R.J. & Yee, N. (2007). Une solitude collective ? Observations sur le capital social dans un jeu vidéo multijoueurs : World of Warcraft. Dans F. Beau (dir.), Culture d’Univers (p. 47-64). Limoges : FYP éditions.

Fischbach, F. (2003). Axel Honneth et le retour aux sources de la théorie critique : la reconnaissance comme « autre de la justice». Dans E. Renaud & Y. Syntomer (dir.), Où en est la théorie critique ? (p. 169-184). Paris : La découverte.

Foucault, M. (1975) Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris : Gallimard.

Fraser, N. & Honneth, A. (2003). Redistribution or recognition ?. New York : Verso.

Fuchs, C. (2009). A Contribution to Theoretical Foundations of Critical Media and Communication Studies. Javnost-The Public, 16 (2), 5-24.

Fuchs, C. (2011). Foundations of Critical Media and Information Studies. New York : Routledge.

Garfinkel, H. (2007). Recherches en ethnométhodologie. Paris : PUF.

Gauthier, G. (2003). Critique du constructivisme en communication». Questions de communication, 3, 185-198.

Gauthier, G. (2005). Le constructivisme est intenable en journalisme. Questions de communication, 7, 121-145.

Gauthier, G. (2010). L’objectivité journalistique d’un point de vue philosophique. Critique de l’argument constructiviste de la relativité conceptuelle. Studies in communication Sciences, 10(2), 125-145.

Goffman, E. (1973a). La mise en scène de la vie quotidienne : la présentation de soi. Tome 1. Paris : les éditions de minuit.

Goffman, E. (1973b). La mise en scène de la vie quotidienne : les relations en public. Tome 2. Paris : les éditions de minuit.

Goffman, E. (1974). Les rites d’interaction. Paris : les éditions de minuit.

Goffman, E. (1975). Stigmate. Paris : les éditions de minuit.

Goody, J. (1979). La raison graphique. Paris : les éditions de minuit.

Hamel, J. (2007). Réflexions sur la réflexivité en sociologie. Social Science Information, 46(3), 471-485.

Hamel, J. (2011). Décrire, comprendre et expliquer. Sociologies. Repéré à http://sociologies.revues.org/index132.html.

Hammersley, M. (1992). What’s wrong with ethnography ?. New York : Routledge.

Hammersley, M. (2003). Le tournant rhétorique en ethnographie. Dans D. Cefaï (dir.), L’enquête de terrain (p. 295-306). Paris : La découverte.

Hennion, A. (1993). La passion musicale. Une sociologie de la médiation. Paris : Métaillé.

Hine, C. (2000). Virtual Ethnography. London : Sage.

Hine, C. (2005). Virtual Methods. London : Sage.

Honneth, A. (2000). La lutte pour la reconnaissance. Paris : Cerf.

Honneth, A. (2003). La critique comme mise à jour. La dialectique de la raison et les controverses actuelles sur la critique sociale. Dans E. Renaud & Y. Syntomer (dir.), Où en est la théorie critique ? (p. 59-73). Paris : La découverte.

Honneth, A. (2006a). La théorie critique de l’école de Francfort et la théorie de la reconnaissance. Dans A. Honneth (dir.), La société du mépris (p. 151-180). Paris : La découverte.

Honneth, A. (2006b). Les pathologies sociale. Tradition et actualité de la philosophie sociale. Dans A. Honneth (dir.), La société du mépris (p. 39-100). Paris : La découverte.

Illouz, E. (2006). Les sentiments du capitalisme. Paris : Seuil.

Jakobsson, M. & Taylor, T.L. (2003). The Sopranos meets Everquest : socialization processes in massively multi-user games. Fine Art Forum. Repéré à http://www.fineartforum.org/Backissues/Vol_17/faf_v17_n08/reviews/jakobsson.html.

Jensen, Klaus Bruhn. (1991). Introduction : the qualitative turn. Dans K. B. Jensen & Nicholas W. Jankowski (dir.), A handbook of qualitative methodologies for mass communication research (p. 1-11). New York : Routledge.

Jensen, Klaus Bruhn. (2012). The qualitative research process. Dans K. B. Jensen (dir.), A handbook of Media and Communication Research (p. 265-282). New York : Routledge.

Lalande, A. (1991). Épistémologie. Dans Vocabulaire technique et critique de la philosophie. Paris : PUF.

Lalande, A. (1991). Probabilisme. Dans Vocabulaire technique et critique de la philosophie. Paris : PUF.

Lindlof, T. R. & Taylor, B. C. (2011). Qualitative Communication Research Methods. Thousand Oaks : Sage Publications.

Lyotard, J-F. (1979). La condition postmoderne. Paris : Les éditions de minuit.

Madeleine, A., Callon, M. & Latour, B (dir.). (2006). Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris : Mines ParisTech.

Marx, K. (1998). Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel. Paris : édition Allia. New York : Routledge.

Renaud, E. & Sintomer, Y. (2003). Introduction. Dans E. Renaud & Y. Syntomer (dir.), Où en est la théorie critique ? (p. 8-30). Paris : La découverte.

Rueff, J. (2011). Formes de reconnaissance et de mépris dans les mondes numériques : une étude des valorisations sociales à l’oeuvreœuvre dans les interactions médiatisées des joueurs de Warhammer Online (Thèse de doctorat inédite). Université du Québec à Montréal.

Sardan, J-P. (2008). La rigueur du qualitatif. Louvain-la-neuve : Bruylant Academia.

Walzer, M. (1987). Interpretation and social criticism. Cambridge :Harvard University Press.

Yee, N. (2006). The Psychology of MMORPGs : Emotional Investment, Motivations, Relationship Formation, and Problematic Usage. Dans R. Schroeder & A. Axelsson (dir.), Avatars at Work and Play : Collaboration and Interaction in Shared Virtual Environments (p. 187-207). London : Springer-Verlag.

Haut de page

Notes

1 Dans leur manuel de référence sur les méthodes de recherche qualitative en communication (2011, p. 17-29), Thomas R. Lindlof et Bryn C. Taylor distingue plusieurs sous-domaines dans le champ de la communication, à savoir la communication appliquée, la communication de groupe, la communication et la santé, la communication interculturelle, le langage et les interactions sociales, les études sur les médias et les technologies de l’information, la communication organisationnelle, les études de performance (en anglais, « les performances studies »), la rhétorique et, enfin, la communication stratégique.

2 À l’évidence, les problèmes épistémologiques auxquels nous nous sommes confrontés ne relèvent pas uniquement du domaine de la communication ou des études en communication sur les technologies de l’information mais, plus généralement, des sciences sociales. Nous nous rallions ainsi aux arguments de Gilles Gauthier (2010, p. 136-137), d’après lesquels certaines questions épistémologiques requièrent de s’affranchir des seules limites du domaine de la communication pour être traitées adéquatement. Nous mobiliserons par conséquent autant des analyses provenant de chercheurs en communication que d’anthropologues, de sociologues ou encore de philosophes.

3 À moins de dissoudre l’épistémologie dans la sociologie, en réduisant la légitimité des connaissances scientifiques au résultat de luttes de pouvoir entre différents acteurs, les recherches en communication ne peuvent que difficilement faire l’impasse sur une analyse de leurs présupposés épistémologiques. La théorie de l’acteur-réseau semble, par ailleurs, particulièrement représentative de ce projet d’invalider l’épistémologie pour mieux révéler les logiques sociales au principe de la production du savoir (Akrich, Callon et Latour, 2006)

4 Avant d’amorcer notre argumentation, quelques remarques s’imposent concernant notre vocabulaire. Le terme « méthode » désignera la démarche générale d’une recherche, grâce à laquelle nous caractérisons les étapes d’un projet, les articulations entre les techniques d’enquête, les outils à exploiter pour recueillir des données pertinentes et les modalités de l’analyse de ces données. L’expression « technique d’enquête » renverra quant à elle aux procédés matériels par lesquels les données empiriques sont obtenues. Les techniques d’enquête s’identifieront donc à des éléments de la méthode.

5 Pour identifier les propriétés caractéristiques des études qualitatives en communication, nous avons eu à nouveau recours aux analyses de Klaus Bruhn Jensen (2012, p. 265-282). Notons au passage que Norman K. Denzin définit en des termes très proches les méthodes qualitatives : « Qualitative research is multimethod in focus, involving an interpretative, naturalistic approach to its subject matter. This means that qualitative researchers study things in their natural settings, attempting to make sens of, or interpret, phenomena in terms of the meanings people bring to them. Qualitative research involves the studied use and collection of a variety of empirical materials […] that describe routine and problematic moments and meanings in individuals’lives.» (1998, p. 3)

6 Christian Fuchs identifie aussi la critique postmoderne à une analyse des rapports de pouvoir locaux, dans le prolongement de la microphysique du pouvoir inaugurée par Michel Foucault (1975, p. 34-36).

7 Et notamment à l’ouvrage intitulé Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel (Marx, 1998).

8 Il s’agit de notre propre traduction, de l’anglais au français.

9 D’après Emmanuel Renault et Yves Sintomer, il ne serait pas interdit de penser que l’École de Francfort aurait vu la succession de trois générations de penseurs (Renault et Sintomer, 2003, p. 7). Les fondateurs (Max Horkheimer, Herbert Marcuse, Theodor Adorno et Walter Benjamin) auraient ainsi laissé leur place à une seconde génération (Jürgen Habermas et Albrecht Wellmer), elle-même remplacée aujourd’hui par une troisième génération (Axel Honneth, Nancy Fraser, Seyla Benhabib).

10 Howard Becker défend d’ailleurs très clairement ce point dans son ouvrage Les ficelles du métier : « Créer une théorie ou une explication scientifique d’un phénomène donné fait peser deux types de contraintes sur l’histoire qu’on racontera. Tout d’abord, cette histoire doit fonctionner, c’est-à-dire qu’elle doit être cohérente, de l’une des nombreuses façons dont les histoires peuvent l’être […]. La seconde contrainte est que l’histoire doit être conforme aux faits que nous avons découverts ». (cité par Sardan, 2008, p. 8)

11 « Effectively, [naïve realism] assumes not only phenomena we study are independent of us, but that we can have direct contact with them, contact which provides knowledge whose validity is certain » (Hammerslay, 1992, p. 50)

12 Initialement développé par Auguste Comte, notamment dans ses Cours de philosophie positive (1996, p. 51-122), le positivisme désigne un ensemble de thèses, selon lesquelles la connaissance des faits serait au cœur de l’activité scientifique, les sciences de la nature pourraient être érigées en modèle et, enfin, les chercheurs se devraient de refuser toute théorisation a priori. Du point de vue de la question du rapport des connaissances scientifiques au réel, la perspective positiviste serait sans ambiguïté : « Le positivisme pose non seulement l’existence de la réalité, mais aussi son unicité. Il avance également que la connaissance est la reproduction tout aussi unique et isomorphique de la réalité. Pour le positivisme, il n’y a qu’un et un seul système cognitif de représentations valide du réel qui est en quelque sorte un calque du monde. En cela, la connaissance est objective » (Gauthier, 2010, p. 132)

13 Voilà pourquoi il n’existerait pas, selon cet auteur, de version « modérée » du constructivisme, tel que le suggère Isabelle Gavillet (citée par Gauthier, 2005, p. 7). Ou bien les recherches présumées constructivistes assumeraient les thèses philosophiques de l’anti-objectivisme et du scepticisme ontologique, ou bien elles n’en porteraient que le nom (Gauthier, 2005, p. 3).

14 Cette posture épistémologique s’apparente, à bien des égards, au « réalisme subtil» de Martyn Hammersley (1992, p. 43-56). Cette approche est une réaction aux arguments formulés par les adversaires de « l’objectivité scientifique et de l’universalité éthique» (Cefaï, 2003, p. 1999). Elle s’oppose directement aux épistémologies herméneutiques, interprétatives et wittgensteinienne.

15 Le plausibilisme réintroduit donc la référence à la réalité, mais, contrairement au « réalisme naïf », critique l’idée selon laquelle les recherches qualitatives devraient offrir une copie de la réalité.

16 Il s’agit bien de représentations sélectives du réel, dans la mesure où les recherches qualitatives ne peuvent prétendre embrasser l’ensemble de la réalité.

17 Le probabilisme est « une doctrine selon laquelle il n’est pas possible de connaître une vérité absolue (du moins dans l’ordre des connaissances qui ont un contenu réel et concret), mais seulement de distinguer des propositions plus ou moins probables. » (Lalande, 1991, p. 832). Comme en témoigne le critère de la validité, il existe donc de réelles affinités entre le « plausibilisme» et le « probabilisme»

18 La notion de « doute raisonnable » ne trouve pas de définition très claire dans les écrits de Martyn Hammersley. Il apporte toutefois quelques précisions à son sujet : « Interestingly, the level of what is taken to be reasonable doubt about basic assumptions varies among intellectual enterprises [...] » (Hammersley, 1992, p. 81)

19 Sous la plume de Martyn Hammersley, ce raisonnement prend la forme suivante : « Some claims may be beyond reasonable doubt in themselves, in which case they will be judged not to need evidence. In other cases evidence will be required, evidence whose nature will depend in part on the type of claim involved » (Hammersley, 1992, p. 72)

20 En ce sens, le nombre de preuves doit être inversement proportionnel à la crédibilité des assertions à justifier.

21 Pour Luc Boltanski, « la sociologie classique» engage une conception particulière de la production scientifique, menant à la rédaction et à la publication de rapports de recherche. Or, à en croire le sociologue pragmatique, la réalisation de ces derniers repose implicitement sur le refus d’attribuer des compétences réflexives aux acteurs : « [d’une part], un rapport de recherche est porteur d’une prétention à la vérité. Le chercheur en sciences sociales revendique la capacité à apporter sur la réalité un éclairage différent et supérieur à celui des acteurs. D’autre part, sa validité ne dépend pas de l’acquiescement des acteurs. Bien au contraire, le sociologue classique, même s’il reconnaît avoir fourni une interprétation qui n’épuise pas la réalité, entend porter au jour une dimension de la réalité qui n’est pas apparente comme telle aux yeux des acteurs » (Boltanski, 1990, p. 38).

22 Antoine Hennion propose une analyse très éclairante de la sociologie critique, en montrant comment celle-ci se focalise sur les dénégations des acteurs pour saisir ce qui est réellement au principe de leurs pratiques sociales (1993, p. 29-65).

23 Sur ce point, l’ouvrage de Jack Goody, intitulé « La raison graphique », nous paraît incontournable (1979).

24 Celui-ci distingue « la critique externe» de la « critique interne ». Si la première s’incarne dans la figure de l’observateur détaché, jugeant la réalité sociale à la manière d’un étranger (ce qui garantirait, par là même, l’objectivité de son diagnostic), la seconde prend appui sur les attentes normatives des acteurs eux-mêmes et s’efforce, en ce sens, de s’insérer dans la configuration socio-historique sur laquelle elle entend se prononcer.

25 L’expression « distance olympienne» fait évidemment référence, de manière ironique, aux prétentions démesurées que pourrait nourrir « la critique pure ». Dans la mesure où cette dernière trouve sa légitimité dans la distance qui sépare l’observateur de la réalité observée, il ne serait pas interdit de penser qu’elle ambitionne d’épouser des normes transcendantes – à la fois supérieures et séparées de notre monde sensible - pour analyser les phénomènes sociaux.

26 Bien que la critique de la critique transcendante puisse prendre la forme des arguments walzériens, il existe évidemment d’autres objections à son égard et, plus spécifiquement, à l’encontre de l’idée d’une « distance olympienne». Pour Axel Honneth, deux auteurs doivent être considérés pour apprécier les raisons de la critique de la critique transcendante et, simultanément, les arguments en faveur de la critique immanente : Michael Walzer et Richard Rorty. Si le point de départ du premier réside dans la philosophie morale, le second développe ses objections à partir de thèses épistémologiques. Seule la pensée walzérienne sera évoquée dans cet article, dans l’idée de respecter la cohérence et la clarté de l’argumentation d’Éva Illouz. Toutefois, pour approfondir cette question, nous recommandons la lecture d’un article intitulé La critique comme mise à jour. La dialectique de la raison et les controverses actuelles sur la critique sociale (Honneth, 2003, p. 59-73)

27 Les marxistes ont longtemps identifié la classe ouvrière à cette instance de transcendance dans l’immanence, dans la mesure où les intérêts du prolétariat rentraient en contradiction avec l’ordre capitaliste et devaient, par là même, engendrer le dépassement de ce dernier vers le communisme. Cette interprétation, selon laquelle le prolétariat portait les intérêts à l’émancipation, a été sérieusement contestée par les membres fondateurs de l’École de Francfort, ceux-ci ayant en effet vécu l’adhésion du prolétariat allemand au nazisme (Fischbach, 2003, p. 171-172).

28 Christian Fuchs défend également cette posture épistémologique pour fonder normativement les études critiques sur les médias et la communication (2011, p. 93-112).

29 Si la recherche critique se doit, dans la tradition de l’hégélianisme de gauche, d’identifier une instance pré-théorique – des acteurs portant des aspirations émancipatrices généralisables – à partir de laquelle elle peut produire son diagnostic des pathologies sociales, cette relation entre les activités scientifiques et les pratiques émancipatrices n’est aucunement unilatérale. Les recherches critiques peuvent en effet, à leur tour, influencer les pratiques émancipatrices. Bien que nous n’ayons pas le loisir d’explorer cette dimension spécifique des relations entre les recherches critiques et les pratiques émancipatrices, il nous paraît important de mentionner l’influence réciproque que peuvent avoir les unes sur les autres et, par là même, de refuser une représentation trop unilatérale de ces relations. Voilà pourquoi Max Horkheimer affirmait, concernant la théorie critique, qu’elle était « un facteur indissociable de l’effort historique pour créer un monde adéquat aux besoins et aux facultés des hommes» (Horkheimer, p. 84 cité dans Fischbach, 2003, p. 173)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Rueff, « Quelques éléments d’épistémologie concernant les recherches qualitatives et critiques en communication », Communiquer, 7 | 2012, 23-40.

Référence électronique

Julien Rueff, « Quelques éléments d’épistémologie concernant les recherches qualitatives et critiques en communication », Communiquer [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://communiquer.revues.org/1087 ; DOI : 10.4000/communiquer.1087

Haut de page

Auteur

Julien Rueff

Chercheur postdoctoral, Université McGill, Canada
rueff.julien[@]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Les cahiers de Revues.org